Le deal à ne pas rater :
Pokémon EV06 : où acheter le Bundle Lot 6 Boosters Mascarade ...
Voir le deal

Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
» Chattahoochee

Lenny Sorano

Lenny Sorano
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 18/03/2022
Messages : 210

Région : Unys
Ven 19 Jan - 16:28
Bon, maintenant que j'suis officiellement dresseur et qu'j'ai mon premier badge, va pas s'agir de s'reposer sur mes lauriers. La première victoire a été facile, mais ça s'ra sûrement pas tout l'temps comme ça. Faut que j'continue l'entraînement, que j'capture d'autres pokemons, et que j'apprenne les ficelles du métier. Parce que j'suis pas non plus naïf, j'me doute que si les challengers victorieux sont aussi rares, c'est qu'il faut un savoir-faire, comme on s'improvise pas maçon ou charpentier. J'vais prendre le train en marche, vu qu'beaucoup d'dresseurs peuvent apprendre tout au long d'leur jeunesse quand ils commencent tôt. Mais j'ai pas peur. Faut juste que j'sache où chercher.

Faut juste. Mais j'sais pas où chercher, c'est bien l'problème. Donc, comme à chaque fois que j'sais pas quoi faire, j'prends ma veste, mes bottes, et j'vais faire un tour. En plein après-midi, les rues sont pas trop bondées, c'est presque aussi agréable que d'aller dans les montagnes. 'Fin non, j'exagère, c'en est loin. Mais c'est pas mal, et ça m'évite de sortir la bagnole.

J'passe devant l'centre pokemon du quartier. J'me dis qu'ils auront p't'être des indices, qui sait ? Ou au moins d'la documentation. J'préfèrerais des infos orales, cela dit, mais tout est bon à prendre pour savoir où commencer. J'entre, et j'me dirige vers l'accueil. J'crois que j'reconnais c't'infirmière, tiens. C'est elle qui m'avait enregistré Waffle la dernière fois.

- B'jour.
- Oh, bonjour. Vous allez bien ?

Bon, visiblement elle se souvient d'moi.

- Bien, merci, et vous ?
- Bien, bien. Vous venez encore enregistrer un pokemon ?

Elle me dit ça avec un sourire en coin, mais j'entends pas d'pointe d'humour dans sa voix. On dirait presque un début d'reproche. J'sais qu'elle avait mal vécu mon enchaînement dans l'enregistrement des pokemons, l'autre fois. Mais va bien falloir qu'elle comprenne que j'suis pas un dresseur à la noadkoko.

- Non, ceux que j'ai m'ont largement suffi !

J'sors ma carte de dresseur sur laquelle j'ai épinglé mon premier badge. Elle fait un genre de "oui" d'la tête, celui qu'on fait avec une moue et qui veut dire "oah, impressionnant".

- Eh bien, félicitations. Du coup, comment est-ce que je peux vous aider ?
- Eh bah, j'voudrais m'améliorer sur la théorie. Les ficelles du métier, les astuces à connaître, c'genre de choses. J'me disais que vous pourriez p't'être m'aiguiller.

Elle hausse un peu les sourcils. On dirait qu'elle est surprise.

- Oh. Eh bien, oui, je dois pouvoir vous trouver ça. Attendez...

Elle se met à pianoter sur son ordinateur. Sa voix a été beaucoup plus amicale d'un seul coup, c'est assez bizarre. J'arrive pas à la cerner, c't'infirmière. J'comprends pas c'qu'elle attend d'moi, mais on dirait que j'suis sur la bonne voie.

- Alors, il y a des stages payants, bien sûr. Sinon, vous avez un des ateliers spécialisés. Là, j'ai la fabrication de pokéblocs, l'entretien des pokeballs, la reproduction... Ah ! Et une convention de dresseurs. Si vous voulez quelque chose de généraliste, c'est sûrement le meilleur endroit où commencer et piocher des idées.
- Ah oui, c'est parfait ça. Les ateliers viendront sûrement après. Ca s'passe où ?
- Volucité, le... ah. Le Week-end prochain.

Elle a l'air déçue. Ca m'rassure pas.

- Y'a un souci ?
- Oui, en général il faut réserver ses entrées, et... oui, voilà. C'est complet.

Elle lève un visage tout embêté vers moi.

- Désolée.

J'me sens un peu mal qu'elle s'mette dans cet état pour moi, d'autant qu'elle en a déjà fait beaucoup pour m'aider.

- Mais vous excusez pas, vous y êtes pour rien. C'est déjà super gentil. Vous avez un papier pour les ateliers ? Ou un site ?
- Oui, allez sur le site de la fédération des dresseurs, ils ont la liste complète. Encore désolée pour la convention, l'année prochaine peut-être ?
- Sans faute ! Merci beaucoup...

Je lis le nom sur son badge. J'sais pas pourquoi j'veux l'appeler par son nom, sûrement pour détendre l'atmosphère.

- ... Lily ! Et vous excusez surtout pas !

J'lui fais un signe de la main, elle me l'rend, et j'm'en vais. Un peu dégoûté, quand même. Ca aurait été bien pratique cette convention. Enfin, pas grave. Pour noyer ma déception, j'vais m'en jeter un petit au bar. Quand j'rentre, j'vois une silhouette connue assise à une table.

- M'sieur Adkins. Vous allez bien ?
- Oh ! Lenny. Appelle-moi Trace, nom d'un ponchien. Assieds-toi, assieds-toi ! Tu prendras quelque chose ?
- Une Guinness, merci.
- Brian, une pinte de Guinness ! Alors mon p'tit, qu'est-ce que tu racontes ?
- Bah, j'ai quitté mon taf. Enfin, j'me suis fait virer. L'chef m'a mis à la porte parce que j'étais fatigué, j'ai pas bien compris. Enfin j'en ai profité pour m'lancer, j'ai ma carte de dresseur et mon premier badge.
- Mais c'est génial, ça, Lenny-boy ! Tu démarres sur les chapeaux d'roue.
- Ouais. Enfin j'ai encore du boulot. j'aurais voulu aller à la convention de dressage du week-end prochain, mais y'a plus d'place.
- La convention... celle de Volucité ?
- Ouais.
- Bah attends, tu tombes à pic, j'ai un ami qui est sur un chantier au parc des expositions. Si t'es prêt à lui filer un petit coup de main, il te fera rentrer dans la convention, c'est le hall d'à côté. Ca te tente ?
- Ah bah ouais, carrément !

J'sais pas comment fait m'sieur Adkins. Il a toujours des bons plans partout et des contacts dans toutes les boîtes de l'univers. Il doit passer ses journées à voir du monde, heureusement qu'il est là pour le faire pour moi. J'déteste les salamalecs. Il sort son téléphone et compose un numéro.

- Ouais, Billy. Tu vas bien ? Nickel, nickel. Je t'oublie pas pour la livraison hein, t'inquiète. Dis-moi, j'ai un p'tit gars qui voudrait faire un tour à la convention de Volucité le week-end prochain. C'est un ancien de la maison, il connaît le métier. Tu penses que tu pourrais le faire entrer ? Oui, évidemment. Attends, je lui demande.

Il baisse son téléphone et met sa main dessus.

- Tu sais raccorder des clims ?
- Euh, bah j'suis pas frigoriste, mais si c'est des compresseurs industriels, ça devrait pas être...
- Billy ? Ouais, pas de souci, il te fera ça. Il s'appelle Lenny, c'est un p'tit gars un peu timide mais qui bosse bien. Je t'envoie son numéro, tu lui enverras les détails. C'est bon pour toi ? Au top. Je te remercie ma caille, on se rappelle vite. Allez, bisous. Tchao !

Et il raccroche. Ca m'fascine cette tchatche qu'il a.

- Bah, euh, merci m'sieur Adkins. C'est super sympa.
- Avec plaisir, fiston. Ca me coûte rien et ça me fait plaisir. Allez, bois donc un coup !

-----

... trente-six, trente-sept, trente-huit, trente-neuf, et... quarante. Oké, j'ai vissé la goulotte sur toute sa hauteur. Maintenant, les câbles... putain, c'qu'ils sont rigides ces tuyaux ! Oké, c'est bon. Le capot de la goulotte maintenant... Ca claque ? Ca claque. Nickel. Plus qu'à poser les colliers de serrage et on est bons. Hop, et d'un. Et de deux. Et de trois, et de... quatre. Ca y est !

- C'est bon m'sieur Billy, c'est fixé !

M'sieur Billy vient voir mon travail. C'est un vieux d'la vieille, la cinquantaine, un bon bide à bière, mais des bras comme des cuisses de tauros. Il inspecte la goulotte, essaye d'la faire bouger, voit qu'c'est bien fixé, et me met une grande claque dans l'dos. Ca fait mal.

- Bien joué, garçon ! Tu te débrouilles comme un chef.
- Merci m'sieur Billy. Il vous faut autre chose ?
- C'est bon, t'as largement fait ta part, mon grand. Va faire un tour à la convention, et prends ce badge, comme ça tu pourras aller où tu veux. Même dans les coulisses. Mais fous pas l'bordel, hein !

Il m'donne un tour de cou en tissu bon marché aux couleurs d'son entreprise, au bout duquel est fixée une pochette en plastique transparent. Dedans, une petite carte, avec le nom d'son entreprise et un QR code, avec de l'autre côté un gros "TECHNICAL".

- Merci m'sieur Billy.
- Repasse par ici quand t'as fini, j'paie la tournée à tous mes gars.

J'lui fais un signe et j'pars. Il est très sympa, mais j'suis un peu pressé. J'ai déjà passé la matinée à fixer des compresseurs et des goulottes, j'ai plus qu'un aprèm pour visiter la convention. Alors que j'trottine dans le couloir qui fait la jonction entre les deux halls, j'm'arrête une paire de secondes. J'suis en tenue d'travail, un peu crade et en sueur. J'devrais p't'être me débarbouiller un peu avant toute chose. Par contre, bonne chance pour trouver les toilettes. Ah, là-bas, un gars du staff. J'm'approche de lui. Il m'voit. Il a pas l'air content.

- Hep ! Vous faites quoi là ?

J'lui réponds pas, j'lui montre mon badge. J'sais que je gruge un peu en faisant ça, alors j'ai pas trop envie d'me faire repérer en disant une connerie ou un mot d'trop.

- Ah, pardon. Je peux vous aider ?
- Les toilettes, siouplaît ?
- Vous entrez dans le hall. Après l'entrée, au fond à droite.
- Merci !

J'suis ses indications. Ca m'fait rentrer un peu dans la convention, j'vois à la volée des dizaines et des dizaines de dresseurs, dont certains avec leurs pokemons, qui passent entre les stands. Des banderoles d'entreprises, de groupes, d'associations. Des boîtes de tech, des slogans, des goodies, des outils, plein d'choses que j'ai très hâte de voir. Mais avant, s'rendre présentable.

J'arrive d'vant les toilettes. A ma grande surprise, y'a pas la queue. J'entre, j'vérifie bien qu'c'est les toilettes des hommes, j'me mets à un lavabo, j'me lave les mains, j'me passe de l'eau sur l'visage, dans l'cou, j'me recoiffe vite fait. Bon. J'suis pas prêt pour le grand soir, mais j'ressemble déjà moins à un ramoneur. J'ai encore du cambouis sur les mains et l'pantalon, les bottes pleines de poudre de plâtre et mon t-shirt blanc est plein d'sueur, mais bon. Ca fait partie d'la vie, vous voulez quoi.

J'ressors. Un cri. J'm'arrête. Un bruit d'jet d'eau, pas forcément très normal. J'vois qu'la porte des toilettes des femmes est ouverte, j'me penche en arrière pour r'garder. Vu l'geyser, ça, c'est un robinet qu'a sauté. Mais bon, c'est les toilettes des femmes, alors, euh...

- B'soin d'aide ?

La politesse avant tout.


Chattahoochee Image010
︾:
Revenir en haut Aller en bas

Poehere Teiki

Poehere Teiki
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 30/04/2023
Messages : 470

Lun 22 Jan - 11:29
- AAAAAAAAARRRRRRHHHHHHH !

Alors qu'elle se disait que sa journée ne pouvait pas être pire, le destin lui faisait comprendre que, si, elle le pouvait. En forçant un peu sur le robinet des toilettes pour faire couler l'eau, tout s'était détaché, et un énorme geyser avait jaillit de la faillance vers sa si jolie figure. La puissance de l'eau était telle, qu'elle n'eut même pas le temps de se protéger, ni même de fermer les yeux. Son seul réflexe avait été d'hurler à la mort, comme si elle venait de se faire poignarder, car dans sa tête, c'était un peu le cas.

Comment elle en était arrivée là ? A hurler dans les toilettes de la convention de dresseurs de Volucité, en plein Unys ? Pour le savoir, il fallait remonter un peu en arrière.

Après son périple dans la jungle sombrefeuille sur l'île d'Akala, Poehere avait reçu une invitation assez particulière. Une femme assez connue sur les réseaux répondant au nom de Kathleen Jones, lui avait envoyé un message en lui présentant la convention de dresseurs qui allait de dérouler à Volucité.
Kathleen travaillait dans le marketing, et était coordinatrice de la communication de l'évènement. Chaque jour, elle et ses équipes traquaient sans relâche les personnalités en vogues sur les réseaux sociaux et proposaient à certaines des places gratuites pour la convention en échange d'une bonne publicité. Même si la plupart auraient préféré dépenser de l'argent dans une bonne agence de communication, Kathleen était persuadée que solliciter des influenceurs pour faire de la pub à leur place, était un gain de temps et d'argent. En plus, cela permettait de toucher un public plus large, plus jeune. Elle s'était fait le pari d'inviter au moins une personnalité connue de chaque région. A Alola, il y avait plusieurs candidats potentiels, mais Poehere était la seule à avoir le profil idéal: jeune, jolie, et surtout, débutante dans le dressage. Elle verrait donc forcément toute la convention avec un œil neuf, plutôt que d'émettre des jugements. Enfin du moins, c'était ce que Kathleen espérait.

Quant à Poehere, elle ne pouvait pas se permettre de refuser l'invitation. Certes, elle voulait avoir son deuxième badge avant la fin de la semaine, mais être invitée à l'une des plus grandes conventions de dresseurs - à Unys en plus - était une occasion en or pour se faire connaître d'avantage, et gagner de l'expérience. D'autant plus qu'elle redoutait son affrontement avec Néphie, qui n'allait pas être chose aisée vu la tronche de son équipe... L'invitation qu'elle avait reçu comprenait absolument tout: les billets d'avion, le logement, et un accès VIP à tout le salon. Autant dire que Néphie pouvait attendre.
Il y avait cinq heures de vol, sans compter l'attente à l'aéroport. Poehere s'en voulait d'avoir enfermé Kahuna dans sa pokéball, mais les compagnies aériennes étaient très claires avec ça: pas de pokémon en liberté durant le vol.

Son arrivée à Unys fut catastrophique. Déjà, elle fut surprise par la foule dès qu'elle avait mi un pied en dehors de l'aéroport. Il y avait des gens partout. Certains étaient en costume, d'autres en famille avec des poussettes xxl, et d'autres encore en train de faire un footing, comme si tout était normal. Le ciel était grisâtre, et l'air si polluée. Même si elle savait Kahuna enfermé dans sa pokéball, elle ne voulait pas le laisser sortir pour éviter de lui infliger ça. Le trajet dans le métro fut une vraie galère: Poehere se trompa deux fois de ligne avant de trouver la bonne. Par moment, elle affichait une grimace de dégout en sentant l'odeur de l'urine, ou de la transpiration moisie. Après avoir passé plus de temps que nécessaire dans le métro, la jeune fille se rendit à son hôtel, et encore une fois, elle était déçue. Elle qui espérait faire de sublimes photos des grattes ciels la nuit, elle pouvait encore attendre: elle était logée au deuxième étage, et avait une magnifique vue sur... Bah rien. L'immeuble gris et triste d'en face.

Le lendemain matin - après avoir passé une nuit horrible à cause du matelas trop mou et des voisins qui n'arrêtaient pas de parler -, la jeune fille s'était convaincue que cette journée serait mieux que la précédente. Elle se maquilla avec goût, porta sa belle robe blanche Deduce, et prit soin de faire un brushing impeccable. Elle accessoirisa sa tenue d'une veste à fourrure blanche Bior, et de bijoux argentés de la marque Aphrodite. Un dernier coup d'œil dans le miroir, et elle était partie pour la convention, accompagnée de son fidèle rocabot, Kahuna.

Mais rien ne se passait comme prévu. Son badge ne marchait pas, et elle avait dû prouver sa venue en montrant des échanges de mail avec l'équipe technique. Durant tout ce temps perdu à convaincre l'accueil qu'elle avait un pass VIP, un poichigeon avait crotté sur sa magnifique veste à fourrure, lui laissant un chouette souvenir d'Unys de couleur jaune verdâtre. En se dirigeant d'urgence vers les WC pour retirer, ou du moins, camoufler cette horreur, son talon s'était accroché à un défaut du sol, et avait manqué de la faire tomber. Heureusement, elle n'avait rien. Mais sa chaussure, quant à elle, était cassée. Et enfin, lorsqu'elle se disait que ça ne pouvait pas être pire... Son maquillage et son brushing venaient tout deux d'être réduit à néant par un stupide robinet défaillant.

- C'est pas vrai ! Cria-t-elle à nouveau. J'en ai marre marre marre de cette ville toute...Toute pourrie !

Au plus elle parlait, au plus elle sentait les larmes lui monter aux yeux. Un surplus de nervosité mêlé à la colère et à la déception. Le spectacle était désolant: Poehere, d'habitude si soignée et jolie, avait une partie des cheveux trempés, le maquillage qui coulait sur ses joues, la veste tâchée de fiente (et mouillée aussi d'ailleurs) et une chaussure cassée. Kahuna était désemparé. Entre deux sanglots de sa maîtresse, il entendit une petite voix derrière la porte, qu'il poussa avec le bout de sa truffe marron. C'était un autre humain, un humain mâle. Peut être pouvait-il aider Poehere ?

1066

hrp:




Chattahoochee Winx-club-03998861
Poe parle en RosyBrown ♡
Stamps:
Revenir en haut Aller en bas

Lenny Sorano

Lenny Sorano
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 18/03/2022
Messages : 210

Région : Unys
Lun 22 Jan - 12:16
- J'en ai marre marre marre de cette ville toute... Toute pourrie !

Ouais, b'soin d'aide, j'crois bien. J'vois la porte s'ouvrir toute seule, et quand j'baisse les yeux, j'vois un p'tit chien qui m'regarde avec ses grands yeux. J'suis un peu surpris au début, puis j'vois la dame qu'est en train d's'énerver. Elle a l'air bien sapée, enfin, j'crois qu'ses fringues sont du genre chéros. A la base. Parce que là, son outfit tire un peu la gueule. Bon, j'vais pas rester planté là comme un con. J'm'approche d'la porte, j'marque un temps d'arrêt, et j'assure mes arrières en disant, volontairement fort histoire qu'on m'entende bien par-dessus le pschit du robinet :

- Euh, 'ttention, j'vais entrer ! Cas d'urgence !

Puis j'rentre. Heureusement, on dirait qu'la dame est toute seule. J'passe à côté d'elle et j'fonce vers le robinet.

- S'cusez moi.

J'passe sans trop la r'garder, déjà parce que ma priorité c'est l'robinet, et aussi et surtout parce que j'sais que, quand on est en galère comme ça, on aime pas être au centre de l'attention. Du coup j'fais un peu comme si j'remarquais pas qu'elle était trempée, la tronche pleine de maquillage coulant et... une fiente sur la veste ? Damn, j'comprends qu'elle soit en colère. J'passe à travers le jet d'eau et j'm'accroupis devant le meuble.

J'ouvre les battants du meuble de l'évier, et j'ferme la vanne d'arrivée d'eau. Ca résiste pas mal, mais en forçant, j'craque le calcaire qui s'y accumulait depuis un moment -j'me demande depuis quand l'entretien a pas été fait, tiens-. L'geyser s'arrête. Du coup, moi aussi j'suis trempé, mais bon, vu l'étant dans lequel j'étais, ça changera pas grand-chose. J'me lève et j'cherche du regard le robinet qu'a sauté. Il a l'air d'pas être parti bien loin, vu qu'il est encore dans la vasque. Il s'est juste démonté on dirait. J'le prends en main, j'l'inspecte, bien évidemment il est plein d'calcaire lui aussi ; et j'essaye d'le remonter. Sans m'tourner vers elle, toujours pour pas la gêner, j'm'adresse à la dame.

- Mauvaise journée, on dirait. Z'êtes pas blessée ?

J'vois pas trop comment on pourrait s'blesser en s'faisant arroser, mais vu son état, on sait jamais, j'préfère demander. Et puis on dirait bien qu'elle a une chaussure plus haute que l'autre, ça doit pas être normal. A moins qu'la mode aie pris un tournant bizarre.

- Vous v'nez d'où, si c'est pas indiscret ?

Elle a dit "cette ville toute pourrie", donc y'a 90 poucents de chance pour qu'elle vienne d'ailleurs, c'qui est logique en convention. Et elle a l'teint trop bronzé et pas assez orange pour s'être contentée du peu d'soleil d'Volucité et des cabines à UV. J'ai pas l'habitude de taper la conversation quand c'est pour dire des banalités pareilles, mais elle m'a l'air un peu en détresse. Ca lui f'ra surement pas d'mal de s'concentrer sur autre chose.


Chattahoochee Image010
︾:
Revenir en haut Aller en bas

Poehere Teiki

Poehere Teiki
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 30/04/2023
Messages : 470

Lun 22 Jan - 15:01
- Euh, 'ttention, j'vais entrer ! Cas d'urgence !
- C'est foutu... Tout est foutu...

Poehere était trop occupée à chouiner pour se rendre compte qu'un homme venait de rentrer dans les toilettes des dames. Non mais sans rire ! C'était la pire journée de toute sa vie. Déjà qu'elle n'était pas très fière de se retrouver aussi loin de son île natale, il fallait que la vie le lui rende au centuple. Une fiente sur la veste, le talon cassé et maintenant l'eau... C'était le pompon.

Kahuna quant à lui, suivit joyeusement le nouvel arrivant en remuant la queue. Lorsque le jeune homme s'accroupit pour fermer l'arrivée d'eau, le chiot tendit le cou le plus loin possible pour aller le renifler, tout en gardant une certaine distance de sécurité. De la poudre de plâtre vint lui chatouiller les narines. Il s'éloigna pour éternuer et se gratter le museau avec sa patoune.

Ce n'était que lorsque l'eau arrêta de couler, que la jeune fille se rendit compte que quelqu'un d'autre était là. C'était un jeune homme qui devait certainement travailler ici, vu la rapidité avec laquelle il avait réparé le problème. Il demanda à Poehere si elle était blessée. Dans son ego, cela ne faisait aucun doute.

- Euh... Je... Non... Dit-elle entre chaque sanglot.

Aller reprends toi ma vielle, pensait elle, t'es pathétique.
Elle prit une grande inspiration, en essayant de penser à ses séances de sophrologie. Il fallait qu'elle fasse le vide dans son esprit. Qu'elle oublie le présent, et qu'elle respire profondément... Elle ferma les yeux.

- C'est un cauchemar, murmura-t-elle, un terrible cauchemar et je vais me réveiller.

Kahuna éternua une fois de plus. Poehere ouvrit les yeux. Elle était toujours à Unys, toujours trempée et enlaidie par son maquillage qui lui dégoulinait sur les joues.
Ce n'est pas un cauchemar: c'est la réalité.

- Alola, répondit-elle en passant une main dans ses cheveux pour les plaquer en arrière. Je suis arrivée hier et... Je hais Volucité. C'est moche, ça pue, c'est pollué. Mon hôtel est nul, mon talon s'est cassé, je me suis faite chié dessus et maintenant ça. Franchement au secours quoi. C'est abusé.

Voilà, c'était dit, et ça lui faisait un bien fou. Poehere passa une main sur ses joues pour essuyer son maquillage, mais aussi quelques larmes. Elle posa ses beaux yeux verts sur le technicien. Kahuna éternua de nouveau.
Puis, elle eut une idée.

- Vous travaillez ici n'est-ce pas ? Il faut vraiment que vous m'aidez, je peux pas sortir comme ça ! Je ressemble à une vieille choucroute molle !

Kahuna éternua encore une fois, et une épaisse gelée verdâtre sortant de son museau vint s'étaler sur le sol. Il leva la tête, et rejoins sa maîtresse, content d'être enfin libéré de son fardeau.

492




Chattahoochee Winx-club-03998861
Poe parle en RosyBrown ♡
Stamps:
Revenir en haut Aller en bas

Lenny Sorano

Lenny Sorano
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 18/03/2022
Messages : 210

Région : Unys
Lun 22 Jan - 16:24
Il est mignon c'rocabot. Pas bien futé, mais c'est un chiot quoi, normal qu'il vienne mettre son nez partout. J'imagine qu'il est à elle, encore une fois, logique dans un salon d'dressage. Même si, vu l'look de la dame, on pourrait croire qu'c'est un pokémon d'compagnie. Enfin, j'dis "dame", mais à bien y r'garder, elle a pas l'air beaucoup plus vieille que moi. C'est sûrement l'maquillage coulant qui la vieillit un peu, la pauvre. Non, sans rire, elle m'fait d'la peine. Elle est au bord des larmes, on dirait qu'elle est vraiment en détresse. Chacun ses problèmes à c'qu'on dit, moi aussi j'serais sûrement chafouin si j'étais dans son état. Pas en pleurs, mais chafouin. C'est un rêve, qu'elle dit ? Euh, bah j'crois pas, ou alors j'en fais partie et on m'a pas prévenu. Elle ferme les yeux puis les rouvre, sûrement pour voir mon air ahuri.

Alola, qu'elle dit. Donc c'est une alolienne, j'me suis pas gourré quand j'l'ai trouvée trop bronzée pour être une locale. Tu m'étonnes que ça lui fasse bizarre, les mégalopoles unysiennes. J'suis allé à Alola pour un chantier l'hiver dernier, c'était autre chose. Même les gens sont vachement plus sympas là-bas, à croire que l'béton ça rend nerveux.

Elle m'raconte ses déboires. Encore une fois, j'me permettrais pas d'juger, chacun ses problèmes et sa tolérance aux problèmes. J'sais qu'j'ai été élevé à la dure et qu'c'est pas une chiure de poichigeon et un robinet qui fuit qui me mettraient dans un état pareil, mais j'sais aussi que j'vis dans un deux-pièces minable et que j'avale d'la poussière d'béton depuis que j'suis en âge de l'faire, donc, bon. Et puis, j'sais pas, elle m'fait d'la peine cette fille. J'ai l'impression qu'elle pourrait péter un plomb encore plus gros, mais qu'elle s'retient. Elle s'recoiffe, elle s'essuie l'maquillage, elle veut rester digne. Ca s'respecte.

En vrai, j'sais pas trop quoi répondre. Toute cette histoire, ça m'paraît trop anodin pour que j'la plaigne sincèrement, donc j'vais pas faire genre que j'compatis ou quoi, ça s'rait mentir. J'me contente de pencher la tête sur l'côté en haussant les sourcils, juste histoire de dire "ah, ouais, quand même". L'rocabot me sort de l'impasse en éternuant, ça m'donne une excuse pour pas être focalisé sur elle. Même si, faut bien avouer qu'avec les cheveux arrangés et le maquillage un peu nettoyé, elle a l'air sacrément jolie. Mais c'est pas poli d'fixer.

J'retiens un rire réflexe quand elle s'compare à une vieille choucroute molle. j'arrive à l'faire passer par l'nez, mais un rire de nez, ça s'reconnaît. Du coup j'me dépêche de tousser derrière, histoire d'faire croire qu'c'est à cause d'la poussière. Ni vu, ni connu. L'rocabot m'sauve encore la mise en éternuant d'plus belle. Berk, c'est dégueu c'qui lui sort d'la truffe. Bref.

- Euh...

J'ai un moment d'bug. J'travaille ici ? Bah, euh, officiellement oui, j'ai même le badge des techniciens. Mais officieusement, euh...

- Bah, euh, j'suis nouveau ici, donc j'vous promets pas des miracles. Mais dites toujours, j'vais faire c'que j'peux.

C'est pas vraiment un mensonge, dans les faits, j'suis "nouveau". Ca implique pas que j'vais rester. Bref. Pendant que j'parle et le temps qu'elle m'réponde, j'vais prendre de l'essuie-tout au distributeur au-dessus d'l'évier, et j'vais essuyer c'que nous a sorti l'rocabot. J'mets le tout à la poubelle, et j'fais un patpat au toutou en passant. C'est fou comme il est doux malgré les cailloux qu'il a dans les poils.


Chattahoochee Image010
︾:
Revenir en haut Aller en bas

Poehere Teiki

Poehere Teiki
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 30/04/2023
Messages : 470

Mar 23 Jan - 15:11
Lentement, le calme semblait revenir dans l'esprit de la jeune fille. L'écoute visiblement attentive de son interlocuteur y était certainement pour quelque chose. Quand elle se plaignait (ce qui arrivait très souvent) elle se rendait compte qu'étrangement, personne ne voulait l'écouter. Il y avait bien Olele, sa meilleure amie mais selon Poehere, elle avait le QI d'une huitre et ne comprenait jamais rien. Même si le technicien avait failli rire en entendant sa comparaison avec une choucroute, elle ne lui en voulait pas. Déjà parce qu'elle ne pouvait pas se permettre de se mettre à dos la seule personne qui pouvait l'aider, mais aussi parce qu'il avait eu la politesse d'essayer de camoufler son rire.

Puis Kahuna eut l'éternuement de trop, et sa truffe donna naissance à une grossière gelée verte. Poehere fit une grimace.

- Erhg... Kahuna...

Gênant. Elle était dans un sale état, essayait de quémander de l'aide et voilà que son chien devenait lui aussi répugnant. Heureusement qu'il n'y avait pas de caméra dans les toilettes. On aurait dit une folle avec son pokémon insortable.
Le technicien prit de quoi essuyer la morve de son chien, et jeta le tout à la poubelle. Kahuna continuait de le suivre joyeusement tandis que la jeune fille, quant à elle, affichait une mine dégoutée. Eurk.
Même si on la payait, jamais elle n'aurait ramassé ça.

- Merci, dit-elle entre ses dents serrées.

Kahuna remua la queue de plus belle en sentant les doigts de l'humain lui caresser le pelage. Il avait découvert la joie des caresses depuis peu et ne s'en lassait jamais. L'heure de la séance câlin avec sa maîtresse était son moment préféré de la journée.

- Bon, alors... Essayons de faire ça de l'ordre... Euh... Vous avez de la colle ? De la super glue ? Un truc pour réparer ça ?

Elle plia sa longue jambe jusqu'à sa main droite (Poehere avait pris l'habitude de ne pas se baisser devant d'autres personnes), et retira son escarpin cassé. Dans son sac à main, elle prit le talon manquant et tendit le tout vers le technicien.

- C'est juste ça, là, qui s'est défait, dit-elle en pointant du doigt le bois mis à nu de la chaussure. Ça fait des années que je l'ai cette paire, je suis trop dégoutée qu'elle se soit cassée.

Pourtant, la paire de talon aiguille était en parfait état, si l'on oubliait le talon manquant. Les chaussures des grandes sorties, en quelque sorte.

- Et euh... Pour le reste...

Poehere plissa les yeux. Des milliers de petits bonhommes dans son cerveau fouillaient des dossiers, à la recherche d'une idée pour arranger son état physique.

462




Chattahoochee Winx-club-03998861
Poe parle en RosyBrown ♡
Stamps:
Revenir en haut Aller en bas

Lenny Sorano

Lenny Sorano
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 18/03/2022
Messages : 210

Région : Unys
Mar 23 Jan - 17:20
Elle a l'air dégoûtée par son propre rocabot. C'est sûr qu'c'est pas très ragoûtant, et qu'il a l'air content d'sa connerie, l'bonhomme. Mais bon, ça fait partie du jeu. Dans tous les sens du terme, d'ailleurs. J'me suis toujours dit qu'le monde était fait de ceux qui agissent et de ceux qui réagissent. Moi, j'suis de ceux qui réagissent. C'est bien pour ça qu'j'ai nettoyé, par pur réflexe. A partir du moment ou elle m'a dit merci, j'savais que j'avais fait c'qui fallait.

D'la colle ? Bah, pas sur moi, forcément. Mais j'dois pouvoir trouver ça. Elle récupère sa chaussure... eh, sacrément souple la d'moiselle, et agile avec ça. J'pensais pas qu'on pouvait être aussi grâcieux en s'déchaussant. J'suis plutôt d'la team "talon-sur-talon". C'est sûr qu'ça a moins d'gueule.

Plus j'la r'garde, plus j'comprends qu'elle a d'la prestance, même avec un look aussi dégradé. J'dois bien dire que si j'peux participer à lui rendre son plein potentiel, j'vais pas dire non. Ca s'ra plus gratifiant que d'fixer des compresseurs. J'prends sa chaussure et l'talon qui lui manque. Hm. Semelle intérieure en bois, intéressant. J'pense qu'il y a moyen d'faire un truc. Par contre, j'savais pas qu'on faisait encore des chaussures en bois. On aurait pas dit au premier coup d'oeil, elles sont sacrément jolies ces grolles. Elles doivent coûter bonbon. Dommage qu'ça soit aussi fragile, mais bon, les pompes de sécu, c'est un autre style.

Des années qu'elle a cette paire ? Damn, ça a pas trop mal tenu en fait. J'pensais qu'ce genre de fille changeait d'chaussures presque tous les jours, faut croire qu'les clichés sont pas toujours vrais. Bon, elle a agi. Maintenant, j'réagis.

- S'cusez une seconde, j'ai une idée.

J'sors mon téléphone, et j'compose le numéro de m'sieur Billy. Ca décroche.

- Allô ?
- M'sieur Billy, c'est Lenny. S'cusez d'vous déranger, j'suis passé par les WC et y'a un robinet qu'a sauté.
- Ah, merde ! Y'a du dégât ?
- Ca va, j'ai pu l'réparer comme j'ai pu mais j'vais avoir b'soin d'outils. Vous pouvez dire à un d'vos gars d'm'amener la caisse verte ? Avec une ou deux serviettes si possible.

La caisse verte, c'est celle qui a de la colle à bois dedans. Pas d'quoi faire des miracles, mais ça d'vrait au moins filer un coup d'main.

- Tu devrais demander au staff, ils ont des équipes d'entretien pour ça.
- J'sais bien, mais y'a des gens qu'ont besoin des toilettes, tant qu'à faire, si j'peux régler ça vite.
- Bon, pas d'souci Lenny-boy, je t'envoie Murak. T'as besoin d'aide ?
- Non non, ça va aller, juste les outils. C'est pas grand-chose, je gère. Merci beaucoup m'sieur Billy.

J'raccroche. Les chaussures et les cheveux, déjà, c'est réglé. J'aurais pu aller chercher les outils moi-même, mais j'ai pas envie d'laisser la d'moiselle dans la galère, toute seule, dans des toilettes qui risquent de lui re-péter à la tronche à tout moment.

- Bon, les chaussures et les cheveux, ça devrait l'faire. Pour l'maquillage, par contre, j'pense pas qu'j'aurai ça en stock.

J'lui dis ça avec un p'tit sourire en coin, moitié blagueur, moitié désolé. J'me dis que ça pourrait au moins détendre l'atmosphère, en attendant qu'la cavalerie arrive.

- Une autre idée ?


Chattahoochee Image010
︾:
Revenir en haut Aller en bas

Poehere Teiki

Poehere Teiki
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 30/04/2023
Messages : 470

Mer 24 Jan - 21:45
Des tiroirs. Des centaines de tiroirs dans lesquels Poehere avait enregistré des milliers de look qu'elle avait vu sur les réseaux sociaux, et plus rarement, dans des revues. Les bonhommes de son cerveau travaillaient sans relâche et jetaient les idées non recevables au sol, les unes après les autres.

- S'cusez une seconde, j'ai une idée.

La jeune fille sortit de ses pensées, et arqua un sourcil. Ah bon ? Est-ce qu'il s'y connaissait en mode ? Peut être. Après tout, les vêtements ne font pas le curé. Ou un truc comme ça.
Le jeune homme prit son téléphone, et composa un numéro. Poehere le laissa faire, silencieuse. Lenny donc, expliqua à son interlocuteur que le robinet des toilettes était cassé et qu'il avait besoin d'une caisse verte pour le réparer. Au début, la jeune fille ne comprit pas la subtilité de sa demande. Elle se disait: quoi, c'est ça ton idée, avec beaucoup de mépris. Mais lorsqu'il demanda des serviettes, alors l'ampoule de Poehere s'alluma, et elle se dit que c'était bougrement malin. Elle allait pouvoir essorer ses cheveux proprement.

Elle comprit aussi que Lenny n'allait pas la laisser seule et qu'en plus, la brigade des plombiers raie-du-cul à l'air, ne serait pas de la partie, ce qui la soulagea beaucoup. Et puis quoi encore ? Il ne manquerait plus qu'elle se retrouve seule dans les toilettes publiques entourée d'une bande de gros tas dans sa robe mouillée. On aurait dit le début d'un mauvais film pour adulte.

Si elle avait su qu'il allait appeler du "renfort", Poehere aurait même tenté de lui demander d'apporter un tee-shirt d'homme de grande taille, histoire de se faire un style street avec. C'était un peu abuser de sa générosité, mais après tout, il s'agissait de Poehere.

Elle porta sa main vers son coeur en soupirant de soulagement. Elle ne connaissait pas cet homme, mais elle commençait à l'apprécier.

- Bon, les chaussures et les cheveux, ça devrait l'faire. Pour l'maquillage, par contre, j'pense pas qu'j'aurai ça en stock.

Pour la première fois, la jeune fille eut un sourire sincère. Un sourire tout court d'ailleurs.

- Merci. Vous êtes top.

Venant d'elle, c'était un vrai compliment. Avec la même élégance que pour la première, Poehere retira sa seconde chaussure, et perdit au moins dix centimètres de hauteur.

- Quitte à avoir le brushing défait, autant y aller jusqu'au bout, dit-elle en rassemblant ses longs cheveux sur son épaule. En les séchant, ça fera plus naturel.

Naturelle. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas songé à sortir comme ça. Elle plongea sa tignasse dans l'un des éviers (en évitant celui qui avait été réparé), et alluma l'eau.

- Ça arrive souvent ce genre de trucs ici ? Dit-elle tout en essorant ses cheveux du mieux qu'elle le pouvait, sérieux, vous devez galérer à courir partout. Surtout aujourd'hui.

Elle prit une serviette en papier, et entama son "démaquillage". Rapidement, la serviette devint noire et brune, et Poehere la jeta pour en prendre une seconde.

- A Alola, la plupart des bâtiments comme celui ci sont neufs, parce que l'île est en pleine expansion. Je suis sûre que vous kifferiez.

Ou pas. Après tout, elle ne le connaissait pas. Soudain, rappelant qu'elle manquait à ses devoirs, la jeune fille se redressa et jeta une énième serviette en papier à la poubelle.

- Au faite, moi c'est Poehere. Lenny c'est ça ?

Même si elle avait bien dégrossi le chantier, il restait encore un peu de noir autour de ses yeux, le fameux waterproof. Sa peau était rougeâtre à force de frotter dessus, mais sans le fond de teint, elle laissait apparaître des petites tâches de rousseurs sur son nez et ses pommettes.

652



Chattahoochee Winx-club-03998861
Poe parle en RosyBrown ♡
Stamps:
Revenir en haut Aller en bas

Lenny Sorano

Lenny Sorano
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 18/03/2022
Messages : 210

Région : Unys
Jeu 25 Jan - 16:20
J'suis un peu surpris quand elle me dit que j'suis top. J'rends service quoi, j'vois pas trop c'que j'pourrais faire d'autre. Par contre, ça lui va bien d'sourire. C'est vraiment un sacré joli brin d'fille, et si l'peu qu'j'ai fait peut l'aider à r'trouver c'joli sourire, alors j'demande pas mieux. On m'a douvent dit qu'j'étais gentil, j'ai jamais trop compris pourquoi. Enfin si, par rapport à la plupart des gens qui s'occupent que d'leur cul, j'imagine que quelqu'un comme moi qui trouve du plaisir à aider les gens qui sont en galère, ça change. Mais j'sais pas, pour moi c'est un truc que tout l'monde devrait faire. Enfin, déjà, j'donne l'exemple. Pas pour la confiance en soi, par contre. J'sais pas trop où m'mettre face à sa réaction, j'dois avoir l'air un peu gêné. J'me frotte un peu nerveusement la nuque par réflexe.

Pendant qu'elle enlève son autre pompe (woaw, j'aurais pas dit qu'ça ferait une telle différence de taille), elle a l'air d'réfléchir à haute voix à son look. J'dois dire que j'comprends pas trop c'qu'elle dit, j'y connais rien à tout ça. Par contre j'la vois s'laver les cheveux dans l'évier qui marche encore. J'aurais pas cru qu'elle ferait ça. J'veux dire, elle est déjà trempée, et c'est la même eau. Même si y'a du calcaire dans les canalisations, c'est pas parce que la flotte est sortie d'là où elle devait pas, qu'elle est sale. Enfin, des fois, c'est juste psychologique j'imagine. Alors si ça la fait se sentir mieux.

- Euh...

Ouais, elle m'prend vraiment pour un agent du parc expo. C'est un peu l'but du badge, en même temps. Sauf que j'sais pas trop quoi lui dire. Let's go improviser.

- Bah, comme j'vous ai dit, j'suis nouveau, mais c'est pas la première fois que j'vois un robinet exploser comme ça. Quand l'calcaire s'accumule, et qu'ils sont sollicités toute la journée vu qu'c'est public, ça finit par claquer. C'est chiant mais c'est pas exceptionnel.

Bon bah j'ai même pas improvisé, j'ai dit la vérité. Quitte à y être, autant continuer.

- Perso j'taffais sur l'chantier du hall d'à côté, j'venais juste prendre une pause au salon. Mais comme ceux qui d'vraient courir partout l'font pas, bah, on est là, hein.

J'rigole un peu en disant ça. J'repense au gars du staff qui s'la pétait agent d'sécurité mais qui bougera sûrement pas d'un copec d'son poste de toute la journée. Tas d'feignants.

Elle m'parle d'Alola. C'est vrai que quand j'y suis allé, ça construisait de fou partout. Pis par des gens qu'ont les moyens, donc c'est du solide.

- Ouais, j'ai vu ça. Pis ils font un effort d'architecture, aussi. Pas comme ici, tout est carré, gris et moche.

J'devrais pas cracher comme ça sur mes racines, mais on va pas s'mentir, j'ai préféré mille fois bosser sur la terrasse du club Hano-Hano que sur la tour Wilkinson à Volucité. Les poutres et l'béton armé brut, ça va trente secondes.

- C'est joli comme coin, Alola. Z'avez d'la chance d'y vivre, en plus les gens sont sympas. Ca change.

J'soupire un coup. J'me rends compte que j'parle comme elle quand elle s'excitait sur la ville en râlant. J'dois bien avouer que j'peux pas lui donner tort.
Ah, les présentations. j'aurais pu continuer comme ça pendant des heures sans même connaître son nom, ça m'aurait pas dérangé. Mais la politesse, tout ça.

- Ouais, c'est ça. Enchanté.

J'lui fais une mini-courbette, genre, juste une courbette d'la tête. J'pense qu'on serre pas la main à une dame comme elle, et j'suis pas assez distingué pour lui faire un baisemain, j'passerais juste pour un con. Quand j'relève la tête, j'vois qu'elle galère un peu avec c'qui reste de son maquillage. Mais quand j'vois c'qui ressort, j'me demande bien pourquoi elle en met. C'est trop mignon ces tâches de rousseur. J'en viendrais presque à remercier l'robinet.

- Lenny ?

Ah, ça vient du couloir. J'm'approche de la porte, j'l'entrouvre et j'vois Murak avec la caisse à la main. C'est un vrai costaud, Murak. Il te porte ça d'une seule main comme qui rigole. Il est devant les toilettes des hommes, logique. J'passe la tête par la porte en tâchant d'la garder fermée, et j'l'appelle.

- Ici !
- Oh.

Il s'tourne et s'approche.

- T'as les serviettes ?
- Ouais, juste là. T'as b'soin d'aide ?

Il m'montre trois serviettes posées sur son épaule. Pas les plus propres de l'univers, mais bon, elles viennent d'un chantier, on fait avec c'qu'on a.

- Non, c'est bon, je gère.
- Tu fous quoi chez les meufs ?
- Les robinets qui pètent, ça choisit pas le sexe de leurs victimes, figure-toi.
- Ouais ouais.

Il prend un air salace. J'en étais sûr, putain.

- Dis plutôt qu'tu prends du bon temps, hein mon salaud ?
- Ouais, t'as raison, j'ai vachement b'soin d'une caisse à outils pour faire ça. Allez, passe.
- Et tu fais même pas profiter les copains ?

Mais qu'il est lourd, c'est pas possible. Tu m'étonnes qu'les ouvriers soient mal vus avec des bourrins pareils.

- J'essaye d'faire en sorte qu'il y ait pas cinquante bonhommes en sueur dans les toilettes des dames, et d'les réparer rapidos pour qu'le seul qui y soit en parte le plus vite possible. C'est clair comme ça ?
- C'est ça.

Il pose la caisse d'vant la porte, avec les serviettes par-dessus, et tourne les talons pour partir.

- Merci.

J'récupère tout l'matos, mais quand j'ferme la porte, j'l'entends gueuler depuis l'couloir.

- Tu m'gardes un p'tit, hein !

J'ai un moment d'arrêt où j'serre les dents et les poings. J'claque la porte derrière moi, j'pose la caisse à mes pieds, et j'prends une de mes pokeballs. Une précaution qui m'paraît nécessaire vu c'qui vient d'se passer. J'libère mon ouvrifier.

- Hercule, tu veux bien garder la porte et empêcher les gens d'rentrer ? J'en ai pas pour longtemps.

Il acquiesce et sort. Un ouvrifier devant une porte, ça devrait dissuader les lourdeaux d'service de v'nir jeter un oeil. Et les usagères de s'pointer en pleine séance de réparation d'chaussures. J'prends une serviette et j'la tends à Poehere.

- Désolé pour ça. C'est pas l'bekaglaçon qui glisse le plus loin.

Puis j'ouvre la caisse, j'fouille dedans, et j'en sors le tube de colle à bois. J'pointe la chaussure cassée du doigt.

- Permettez ?


Chattahoochee Image010
︾:
Revenir en haut Aller en bas

Poehere Teiki

Poehere Teiki
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 30/04/2023
Messages : 470

Ven 26 Jan - 15:32
Tout en regardant le Lenny, Poehere entama les travaux pour redonner de l'allure à sa chevelure. Elle pencha la tête sur le côté, attrapa la pointe de ses cheveux et les fit remonter en accordéon vers son crâne. Cette technique s'appelait le scrunching. Très en vogue sur les réseaux sociaux, notament grâce à son effet "naturel". C'était une méthode pour boucler ou faire onduler les cheveux sans les abîmer, et parfois même, sans matériel particulier à part un peu d'eau pour les humidifier. Autant dire que dans cette situation, le scrunching lui sauvait la vie.

- Bah, comme j'vous ai dit, j'suis nouveau, mais c'est pas la première fois que j'vois un robinet exploser comme ça. Quand l'calcaire s'accumule...

Pohere fit une grimace. Du calcaire dans ses cheveux. Elle allait devoir faire tout un cycle de réparation pour rattraper ça: shampoing réparateur, soin, démêlant, soin sans rinçage et sérum fortifiant en huile. Elle en avait pour au moins deux bonnes heures de travail.

- Ah. Vous deviez aller au salon vous aussi ? Franchement, je serais vous, je ne me serais même pas arrêtée.

En même temps, une pause, c'était une pause. Mais Poehere fronça les sourcils. Venait elle vraiment de dire ça, alors qu'il perdait du temps à l'aider au lieu d'aller profiter du salon ?

- Enfin, je veux dire, bredouilla-t-elle, heureusement que vous vous êtes arrêté. Sinon... Sinon les toilettes se seraient transformées en piscine.

Kahuna baissa les oreilles à l'entente de ce mot. L'eau et lui, ça faisait deux.
La discussion se tourna doucement vers Alola, et Poehere senti son coeur s'alléger. Etre loin de son île était terrifiant pour elle, même si elle avait trop de fierté pour l'avouer. Parler un peu d'Alola avec quelqu'un qui, visiblement, y avait déjà été, lui fit beaucoup de bien. Même si la conversation tournait autour des bâtiments, et que Poehere s'en fichait pas mal.

- C'est clair ! répondit elle en roulant des yeux lorsqu'il fit référence aux bâtiments carrés et gris, ça rend mieux en photo qu'en vrai !

Elle songea à son hôtel, et à sa photo "parfaite" des grattes ciels dans la nuit, qu'elle ne pourrait jamais faire.

- Alors qu'Alola, dit elle avec un petit air polisson, c'est une carte postale dans la vraie vie. Si vous y retournez, allez à crique Ka'aimoku vous verrez, c'est sublime.

Poehere changea d'épaule pour scruncher ses cheveux de l'autre côté. Puis, elle entendit une voix venant du couloir. Les secours, pensait elle avec un vraie sensation de soulagement. Comme si elle était réellement en danger. Mais progressivement, le soulagement qu'elle avait ressenti se transforma en angoisse.

L'homme dans le couloir avait une grosse voix. Poehere ne pouvait pas le voir, et peut être que c'était mieux ainsi. Malgré tout, elle entendait ce qu'il disait, et son visage se ferma petit à petit.
Tu prends du bon temps, hein mon salaud ? Tu fais même pas profiter les copains ?
Doucement, la jeune fille lâcha ses cheveux pour croiser les bras sur sa poitrine. Elle était mouillée dans les toilettes publiques, seule en plein Volucité. Elle s'était déjà prise une bonne raclée par le karma, mais la vie lui envoya encore une leçon: t'es une fille, t'es un objet de convoitise.

Kahuna avait ressenti ce changement d'humeur. C'était quelque chose de naturel chez lui, comme chez la plupart des pokémons canins. Il ne savait pas pourquoi, mais il sentait sa maîtresse en détresse. Il chercha autour d'elle ce qui pouvait l'effrayer, ou la mettre en danger, mais il ne trouvait pas. La seule chose qui avait changée, c'était la porte qui était désormais entrouverte. Kahuna se mit devant Poehere, les pattes solidement ancrée dans le sol, les oreilles droites. Il était prêt à la défendre, quoi qu'il en coûte.

Lorsque Lenny ferma la porte, Kahuna se mit à grogner, le visage déformé par les plis de sa peau. Il lança une pokéball à l'extérieur, échangea quelques paroles avec ce qui semblait être un ouvrifier, et ferma la porte de nouveau. Malgré tout ça, Kahuna continuait de le fixer d'un air féroce.

- Désolé pour ça. C'est pas l'bekaglaçon qui glisse le plus loin.

Poehere eut un soupir de soulagement.

- Merci, dit-elle à voix basse.
- Permettez ?

Poehere mit quelques secondes avant de comprendre de quoi il parlait. Elle en avait complètement oublié la raison de tout ce fiasco. En voyant le doigt pointé du technicien, Kahuna aboya férocement en guise d'avertissement.

- Hep ! Shht !

La jeune fille se pencha et câlina le chiot. Celui ci changea d'expression avec une rapidité déconcertante, et retrouva son habituel minois d'adorable toutou. Poehere prit le talon cassé, et s'approcha du technicien.

- Tenez. Est-ce que je peux prendre une serviette ? Dit-elle en pointant du doigt la fameuse caisse verte.

Derrière elle, Kahuna était en train de renifler le talon encore "valide" que Poehere avait laissé au sol. Finalement, les vrais "secours", c'était Lenny et seulement lui.

866




Chattahoochee Winx-club-03998861
Poe parle en RosyBrown ♡
Stamps:
Revenir en haut Aller en bas

Lenny Sorano

Lenny Sorano
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 18/03/2022
Messages : 210

Région : Unys
Sam 27 Jan - 16:02
- Franchement, je serais vous, je ne me serais même pas arrêtée.

Je hausse un sourcil. Elle s'rattrape, mais ça lui a échappé. Bon, au moins, elle dit c'qu'elle pense, j'peux pas lui en vouloir. Au contraire, j'préfère quelqu'un qu'assume plutôt que quelqu'un qui fait genre. Pis bon, j'me suis arrêté parce que j'sais réparer un robinet. Si on y connaît rien, ça sert à rien d'faire acte de présence. Et si on peut rendre service dans la foulée...

La crique Ka... Kai... euh ? Ouais, bon, j'lui redemanderai si l'occasion s'présente, parce que bon, Alola c'est joli, mais alors ces noms... Pas pratique pour les touristes. Et encore faut-il que j'aie les moyens d'y retourner pour des vacances, et pas pour du boulot. Et c'est pas d'main la veille. Enfin.

J'me rends compte que l'rocabot a l'air énervé. J'sais pas trop pourquoi, j'avoue. Ou alors il a eu peur d'la grosse voix d'Murak ? J'imagine que c'est l'plus plausible. Poehere le calme rapidement. Très rapidement. Trop rapidement. C'est aussi simple que ça ? Ou alors il est vraiment super bien dressé. J'crois que j'reste cinq bonnes secondes à fixer l'chiot qu'est passé de molosse féroce à gentille peluche en deuspi. Puis quand sa dresseuse m'rappelle à la réalité, j'redescends.

- Euh, ouais, pour sûr. C'est là pour ça.

J'lui tends une des serviettes, puis j'me concentre sur ma session d'artisanat. Faut que j'sois prudent. Trop d'colle et ça mettra trop d'temps à sécher, pas assez et ça tiendra pas. Un p'tit filet d'colle tout autour, un X au milieu, un p'tit point dans chaque section ainsi formée, et ça d'vrait suffire. J'mets le talon à sa place, j'le centre bien comme il faut, et j'appuie en serrant l'tout entre mes deux paumes.

- Ca devrait être prêt dans une minute ou deux.

J'dois avoir l'air malin, assis en tailleur au milieu d'toilettes inondées, en train d'faire le serre-joint sur une chaussure de top model. Heureusement qu'Hercule garde la porte. Maintenant qu'j'y pense, si elle a entendu c'qu'à dit Murak, Poehere a pas du apprécier. J'l'ai pas rabroué plus que ça, parce que j'ai l'habitude. Faut pas s'leurrer, l'BTP c'est un peu un milieu d'bourrins et d'gros beaufs. Beaucoup s'dégonflent face à une fille mais, eh, ça fait "bonhomme" d'être macho, hein. Quelle connerie. Mais pour une fille comme elle, ça doit avoir du mal à passer. D'un autre côté, si elle l'a mal vécu, j'veux pas remuer l'couteau dans la plaie. Et si elle a pas entendu, pas la peine qu'elle le sache. Donc, bon, autant faire comme si de rien n'était. Ca tombe bien, j'ai une question qui m'titille.

- Dites donc, il est sacrément bien dressé, ce p'tit gars. Vous faites quoi pour qu'il vous obéisse aussi bien ?

J'me rends compte qu'elle a fait un truc avec ses cheveux. J'sais pas trop comment, mais on dirait qu'elle vient d'les coiffer. Sans matos. Elle est plus dégourdie que c'que j'pensais. Moi qui m'disais qu'on allait pas pouvoir faire des miracles avec son look, p't'être bien qu'elle est aussi bonne technicienne de l'esthétique que j'suis un bon manutentionnaire.


Chattahoochee Image010
︾:
Revenir en haut Aller en bas

Poehere Teiki

Poehere Teiki
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 30/04/2023
Messages : 470

Jeu 1 Fév - 10:43
Poehere se saisit de la serviette avec délicatesse.

- Merci.

Elle retira son manteau de fausse fourrure qu'elle laissa par terre, dans un coin sec. Arès tout, il était déjà sali par de la fiente de poichigeon, alors il pouvait bien traîner sur le sol des toilettes. Sa robe était partiellement mouillée, notamment au niveau de la poitrine et du ventre là où le geyser l'avait atteinte. Son tissu était épais et par chance, la robe n'était pas devenue transparente avec l'eau. De toute manière, elle portait des sous vêtements blancs, par principe. Avec n'importe quelle robe moulante, toutes les fashonistas qui se respectent pensent en priorité aux dessous. Eviter les culottes trop serrées pour éliminer cet effet "poignet d'amour" sur les hanches, privilégier les soutiens gorge sans armatures et de la même couleur que la robe. Logique. Mais Poehere avait un faible pour la jolie lingerie fine et de toute façon, vu sa silhouette, elle pouvait se permettre de porter absolument tout ce qu'elle voulait.

Elle épongea méthodiquement sa robe en pressant la serviette contre son corps, et essuya les gouttes qui lui restaient sur le cou et les bras. Poehere retint une grimace. Elle ne sentait pas super bon, la serviette. Mais en même temps, elle venait certainement d'un vestiaire rempli d'ouvriers pleins de saleté. Elle pensa à l'homme derrière la porte, qui avait eu des propos déplacés tout à l'heure. Poehere eut un frisson d'horreur.

- Ça devrait être prêt dans une minute ou deux.

La jeune fille tourna son regard vers Lenny. Il était là, assis par terre en tailleur, avec son talon cassé entre ses deux mains. Le jeune homme avait l'air tellement concentré qu'elle jurait avoir vu une goutte de sueur perler sur son front. Elle eut un sourire amusé. On aurait dit un enfant, mais dans un corps d'homme.

- Ah, aussi vite ? Trop bien ! Finalement, on va pas rester bloqués là toute l'après midi.

Si ça avait été le cas, elle aurait été bien embêtée. Car après tout, elle avait des comptes à rendre à la fameuse Kathleen Jones, qui lui avait payé le billet et l'hôtel. Elle ne pouvait pas repartir sans avoir publié au moins une ou deux photos sur ses réseaux.

La robe avait rendu toute l'eau qu'elle pouvait. Poehere essora la serviette dans l'évier en serrant le plus fort qu'elle le pouvait, et fronça les sourcils.

- Dites donc, il est sacrément bien dressé, ce p'tit gars. Vous faites quoi pour qu'il vous obéisse aussi bien ?
- Kahuna ? Répondit-elle, intriguée.

Elle l'observa un instant. Il avançait à petits pas vers Lenny, et essayait de le renifler de loin, avec prudence. Il n'avait pas oublié sa précédente mésaventure nasale.

- Eh bien...

En bien, elle n'en savait rien du tout, à vrai dire. Quand elle avait rencontré le rocabot, il était farouche et joueur avec elle. Mais avec le temps, elle avait remarqué qu'il obéissait à tous ses ordres sans qu'elle ait besoin de se fâcher. Elle avait lu un article sur cette espèce: le rocabot est le pokémon le plus fidèle au monde. Ou quelque chose dans le genre. Mais ça collait très bien avec son chiot: il ne la quittait pas d'une semelle, sauf pour aller chasser un oiseau, ce qui était plus fort que lui.

- En vrai, je sais pas. C'est dans son caractère je pense. Ou alors je suis une excellente dresseuse, c'est possible, rajouta-t-elle avec un sourire.

De nouveau, elle scruncha ses cheveux avec la serviette cette fois ci, pour finir de les égoutter. Bientôt, elle allait de nouveau retrouver une belle allure.

- Mais vous aussi, il a l'air bien dressé votre... Oufri... Ourif... Ouvri machin truc, votre Hercule là, derrière la porte. En plus, il a pas l'air commode.

Ouvrifier. Elle n'arrivait jamais à le dire.

- Je ne suis pas sure d'assurer autant avec un pokémon aussi costaud que le vôtre.

Un compliment déguisé pour cacher son incapacité à prononcer le nom du pokémon. Tout passait mieux, avec de jolies paroles.
Poehere se pencha pour récupérer son manteau au sol, mais sans plier les jambes. C'était mauvais pour le dos, mais sa souplesse le permettait. Kahuna trotta joyeusement vers elle en remuant la queue, estimant que ce geste était une invitation au jeu. Après une rapide caresse sur sa tête, Poehere remonta le manteau vers l'évier à la recherche de la tâche. Elle avait peu de chance de l'éliminer, mais elle pouvait au moins essayer de frotter dessus avec du savon.

- Vous vouliez aller voir quoi à la convention ? Demanda-t-elle. Il y a un stand en particulier que vous auriez aimé voir ?

Elle n'en était pas spécialement curieuse, mais le temps que sa chaussure sèche, et que la tâche parte elle n'était pas contre un peu de conversation.

834



Chattahoochee Winx-club-03998861
Poe parle en RosyBrown ♡
Stamps:
Revenir en haut Aller en bas

Lenny Sorano

Lenny Sorano
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 18/03/2022
Messages : 210

Région : Unys
Lun 5 Fév - 14:14
Quand Poehere dit qu'on va pas rester bloqués tout l'aprem, j'penche la tête sur le côté d'un air de dire "encore heureux". J'ai déjà perdu ma matinée, j'ai bien l'intention d'faire un tour dans l'salon avant qu'ça ferme, quand même.

Alors qu'elle m'répond, j'lève machinalement la tête vers elle. Quand j'vois qu'elle est trempée sous son manteau, j'me dépêche de r'garder l'sol. J'ai rien vu mais par précaution, ça s'fait pas d'mater les t-shirts mouillés. Déjà qu'elle doit pas être bien à l'aise, coincée dans les chiottes avec un mec qui pue l'plâtre, j'tiens pas à la gêner plus que ça. J'me concentre sur l'carrelage pendant qu'elle m'explique simplement qu'elle sait pas comment elle fait pour qu'son rocabot soit aussi bien élevé. Ma foi, y'en a qu'ont d'la chance, ça arrive.

Elle m'rend l'compliment pour Hercule. Ca m'rend un peu fier, j'peux pas mentir. Même si j'saurais pas non plus lui dire comment j'ai fait, en fait.

- Bah, j'l'ai eu quand on était p'tits tous les deux, on a grandi ensemble. Ca doit aider.

J'ai encore l'réflexe de m'tourner vers elle pour lui parler, mais quand j'vois qu'elle s'penche en avant, j'repique aussitôt du nez. J'devrais juste arrêter d'la regarder tant qu'elle est pas complètement prête, c'est le plus sûr pour éviter un coup d'oeil accidentel là où il faut pas. Comme j'suis un peu gêné, j'tente une blague pour détendre l'atmo... pour moi. Pour m'détendre, moi. Et pour lui répondre en passant.

- Bah, j'ai pas encore eu trop l'occasion d'voir c'qu'il y avait, mais visiblement on en a bien b'soin tous les deux !

J'lâche un rire d'abruti pour ponctuer. Non, ça marche pas, j'suis juste awkward. Vite, on r'commence.

- Non, j'sais pas, j'suis surtout là pour choper des inspirations, des conseils. J'suis débutant dans l'dressage, donc j'sais pas vraiment par où commencer, j'me disais que ça pourrait m'donner des idées.

J'en profite pour tester la prise d'la colle à bois. J'lâche ma prise sur la chaussure. Ca tient. J'touche doucement le talon. Ca tient. J'pousse. J'sens qu'il y a du mou, donc c'est pas encore pris. J'remets l'talon droit et j'me remets à appuyer. Ca devrait plus être long.

- Et vous ?

Quand j'y pense, elle a pas vraiment un look de baroudeur, donc si elle est dresseuse, elle suit pas l'rythme de vie du dresseur lambda. Et si elle a aucune idée d'comment elle élève son pokemon, c'est sûrement qu'elle débute aussi. Ou qu'elle est pas dresseuse du tout. Mais alors j'me demande bien c'qu'elle fout là.
... oh bordel, si ça s'trouve c'est une des organisatrices et j'suis là à lui causer comme si on avait élevé les gourmelets ensemble.


Chattahoochee Image010
︾:
Revenir en haut Aller en bas

Poehere Teiki

Poehere Teiki
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 30/04/2023
Messages : 470

Jeu 8 Fév - 11:09
Lenny lui expliqua que son ouvrifier et lui avaient grandis ensemble, et que c'était certainement pour cela qu'il était obéissant. Poehere hocha la tête. Il avait probablement raison. Elle compara sa relation avec Kahuna avec celle de Lenny et de Hercule. Si elle l'avait eu quand elle était toute petite, est-ce que leur lien aurait été encore plus fort ?
Pendant qu'ils discutaient, Poehere ne se rendit pas du tout compte du malaise de son interlocuteur. A vrai dire, elle continuait son petit nettoyage, comme si de rien n'était. Elle n'avait pas encore conscience qu'elle devenait une femme séduisante, et qu'elle allait parfois devoir faire attention à ses postures pour éviter les malentendus.

- Bah, j'ai pas encore eu trop l'occasion d'voir c'qu'il y avait, mais visiblement on en a bien b'soin tous les deux !

Poehere fronça les sourcils. Naturellement, elle prit cette remarque comme une attaque personnelle directement dirigée droit dans son ego. Que voulait il dire par là ? Que c'était une mauvaise dresseuse ? En temps normal, la jeune fille aurait réagit très vivement, et d'ailleurs, son expression trahissait ses pensées. Mais encore une fois, elle fit un effort de self control. Il a mon talon dans les mains. Reste calme, se dit-elle. Sois une gentille fille. Alors, Poehere se contenta d'afficher un sourire qui se voulait poli, lorsque Lenny lui, était en train de rire de sa blague. Mais son sourire ressemblait plus à une grimace qu'autre chose.

- Non, j'sais pas, j'suis surtout là pour choper des inspirations, des conseils. J'suis débutant dans l'dressage, donc j'sais pas vraiment par où commencer, j'me disais que ça pourrait m'donner des idées.
- C'est carrément le bon endroit pour apprendre, je pense. Enfin, apprendre de manière cool, genre, en rencontrant des dresseurs, des champions d'arènes, des sponsors, pas comme à l'école des dresseurs.

L'école, de manière générale, ça faisait longtemps qu'elle n'y avait pas mit les pieds. Elle avait arrêté ses études tôt, car elle voulait se consacrer pleinement à sa "carrière" d'influenceuse. Personne n'a jamais su pourquoi ses parents l'avait laissé faire d'ailleurs. Mais visiblement, ils avaient eu raison car Poehere commençait à avoir une certaine popularité sur les réseaux sociaux. En revanche, ils avaient perdus leur fille dans les méandres du monde virtuel.

- On m'a invitée à venir ici. Je suis influenceuse, et visiblement celle qu'ils ont choisie pour représenter Alola, ajouta-t-elle avec fierté. Chez nous, on relève le défi des îles. Genre, c'est à peu près comme des combats d'arène...

Elle pensa à sa rencontre avec Althéo, et à son "arène" en terre battue qui ressemblait plus à un vieux terrain de foot usagé qu'à une vraie piste professionnelle.

- ... Mais en moins bien. J'ai même pas pu faire de story pour mon premier badge. C'était trop la loose. Genre, le terrain était archi moche. J'espère que le prochain sera mieux.

Comme elle l'avait prédit, la tâche n'était pas partie. Mais au moins, elle était un peu moins visible. En mettant ses cheveux et la bretelle de son petit sac devant, elle était sûre de pouvoir tenir une journée sans que cela ne se voit trop. De son fameux sac riquiqui, Poehere sortit une petite pochette qu'elle posa sur le rebord de l'évier. Dedans, il y avait son kit de survie: un chargeur de téléphone, une protection hygiénique, un mascara et un rouge à lèvre presque neuf. Elle sortit le mascara dans un premier temps, se mit sur la pointe des pieds et s'approcha du miroir pour se remaquiller - en oubliant encore une fois d'avoir une posture "correcte".

- Vous faites les arènes vous ? Demanda-t-elle sans quitter son reflet du miroir, les cils étirés par la brossette. Elles doivent être cool celles d'Unys non ?

Elle imaginait des grands stades remplis de monde, avec des grands écrans led qui rediffusaient tout le match pour que les supporters puissent voir tous les détails du combat. Elle imaginait aussi des loges très modernes, avec tout le nécessaire pour se préparer à devenir une star de la scène.
Cette idée la faisait sourire: pour l'instant, elle était pieds nu sur le carrelage et se remaquillait dans les toilettes d'une convention. On était loin de l'image d'une célébrité.

- J'aimerais rencontrer des dresseurs ou des champions qui ont beaucoup de followers. Si je poste une photo avec eux, ça serait idéal. Et aussi, bien sûr, apprendre des trucs sur le dressage et tout ça, je prendrais des flyers sur les stands.

Mais clairement, apprendre était une mission secondaire.

800



Chattahoochee Winx-club-03998861
Poe parle en RosyBrown ♡
Stamps:
Revenir en haut Aller en bas

Lenny Sorano

Lenny Sorano
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 18/03/2022
Messages : 210

Région : Unys
Sam 10 Fév - 17:11
J'réfléchis tellement et j'suis tellement concentré sur ma volonté d'fixer l'sol pour pas avoir les yeux baladeurs, que j'réalise pas que j'l'ai probablement vexée.
... l'école des dresseurs ? Ca existe, ça ? Enfin, j'dis ça, l'école c'est pas ma spécialité. J'y suis pas resté longtemps, j'ai le strict minimum en matière de diplômes. Mais l'école des dresseurs, ça sonne comme un truc cool. Si j'avais su, tiens. Encore un acte manqué. Mais du coup, c'qu'elle dit m'rassure un peu. J'avais peur d'être déçu de c'qu'il y aurait à voir ici, mais rencontrer des pros du milieu, c'est surement l'meilleur moyen d'progresser.

Quand elle m'dit qu'elle est influençeuse, j'lève les yeux, par pur réflexe. Déjà parce que j'm'attendais pas à ça, et surtout sous l'impulsion d'une idée un peu bizarre qui m'dit que j'l'ai p't'être déjà vue en ligne. Alors que j'suis aucun influenceur. Mais j'sais pas, quand quelqu'un vous dit qu'c'est une célébrité, c'est pas normal d'vouloir vérifier à quoi il r'ssemble, histoire d'en avoir le coeur net ? Non ? Bon de toute façon j'suis pas une référence. C'est pas c'genre d'influenceur-là que j'regarde, seulement les plus classiques qui font des dégustations et des case openings. Ca a pas l'air d'être son style.

Elle m'parle du défi des îles. J'crois qu'j'en ai entendu parler. C'est comme les arènes en plus... traditionnel ? Rien d'étonnant à c'qu'elle ajoute à propos du terrain nul. Quand j'y pense, entre sa r'marque sur le terrain moche qu'est "trop la loose" et son pétage de plomb sur Volucité qu'est moche aussi, j'ai une p'tite part de mon cerveau conditionné à penser comme un boomer qui la juge un p'tit peu. Mais j'sais que j'ai été parasité par mon entourage de gros cons, de bourrins et de vieux aigris qui comprendraient pas qu'on s'plaigne de l'esthétique des choses. Pour eux, c'est solide ou ça l'est pas. Ca marche ou c'est en panne. Y'a pas plus à dire. On vit juste pas dans l'même monde, et j'm'en veux immédiatement d'avoir ce genre de pensée. Elle aurait un milliard de raisons de m'juger selon ses standards si elle le voulait, et ça m'ferait sûrement pas plaisir, même si j'pourrais probablement pas lui donner tort.

Quand j'vois qu'je risque encore d'regarder là ou il faut pas, j'me reconcentre sur la chaussure, pendant qu'elle m'pose sa question. La pauvre, si elle croit encore au rêve Unysien, tu m'étonnes qu'elle aie passé une mauvaise journée.

- Euuuuh, plus cool, c'est pas l'mot. J'ai fait qu'la première arène, et... c'est un peu l'usine. Un stade couvert, très simple, sans public. Les challengers défilent toutes les cinq minutes, poutrent le champion et passent au suivant. Ouais, non, l'premier badge, c'est pas glorieux non plus.

J'peux pas m'empêcher d'avoir l'air un peu embêté, j'ai l'impression d'la déçevoir. C'est pas comme si elle avait besoin d'ça.

- Mais vu le giga-show que c'est, la ligue, j'pense qu'il y a quand même une progression, sinon ça s'rait un peu violent ! Faut mériter les combats d'qualité, quoi.

J'en sais rien, mais j'espère aussi très fort que c'est l'cas. Ca m'ferait mal de rouler sur les arènes et d'me prendre une peignée à la ligue.
Bon, il en est où c'talon ? Ok, ça a l'air d'tenir. Tant qu'elle danse pas le cancan, ça devrait lui faire la journée. J'me lève.

- Bon bah ça va être l'heure d'aller gagner des followers, du coup. La chaussure de madame est avancée.

J'sais pas pourquoi j'ai dit ça comme ça. Bon, dans tous les cas, j'lui tends sa pompe.

- Tant que vous tapez pas un sprint, ça tiendra. Mais faudra quand même aller voir un cordonnier.

J'planque la caisse à outils sous l'évier, et j'referme le placard. J'enverrai un message à Murak pour lui dire que j'l'ai laissée là. Ca lui fera les pieds.


Chattahoochee Image010
︾:
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 1 sur 2) Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Unys - 5E G E N :: Volucité-