-28%
Le deal à ne pas rater :
Brandt LVE127J – Lave-vaisselle encastrable 12 couverts – L60cm
279.99 € 390.99 €
Voir le deal

 
» Imiter les vivants

Hugo Rhinbeau

Hugo Rhinbeau
Coordinateur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 16/06/2020
Messages : 159

Région : Kalos
Mer 21 Fév - 10:14

Imiter les vivants Rp_3_i10

Mon lit semble bien vide. Ma perception est différente. Dès que je ne suis plus dedans, j’ai l’impression qu’il est immense au point qu’il pourrait accueillir une dizaine de personnes. Mais dès que je suis dedans, il rapetisse à vue d’œil, comme si mon simple corps pouvait le couvrir dans sa totalité. Assis sur ma chaise, je bois tranquillement mon café. Sirius se repose encore au pied du lit. Le soleil ne s’est pas encore levé, mais je peux déjà percevoir les couleurs de l’Aurore dans le ciel. Il ne faut pas que je traîne. J’ai réussi à me lever tôt ce matin. Cette réussite est en grande partie réalisée grâce à un coucher à vingt-et-une heures et trente minutes. Ce qui me permet d’avoir une bonne nuit de sommeil. Voilà bien une semaine que j’arrive à dormir convenablement, même si l’endormissement est encore très lent. Mais ce n’est pas bien grave, les effets positifs sont de plus en plus présents. Et je crois avoir bien compris que je dois faire avec. Sur la table, un croissant et une boite d’antidépresseur m’attendent. Je n’ai ni faim ni envie de me bourrer une nouvelle fois de médicaments. Je dois me forcer. Aujourd’hui, je travaille toute la journée au bar d’Ibrahim. Je serai là pour l’ouverture, je ne dois pas traîner. J’inspire profondément puis lâche un énorme soupir. Je n’ai pas le choix. Voilà quatre semaines que j’ai vu Victor dans sa planque. Quatre semaines où rien ne s’est passé. C’est les premiers jours qui étaient les plus difficiles. Je n’ai pas réussi à retenir mes larmes lorsque je suis rentré chez moi. J’avais tellement honte que j’ai rappelé mon cher Couafarel dans sa Pokéball — chose que je ne fais jamais. J’ai compris que tout allait redescendre au plus profond du mal être. Mon rendez-vous avec M. Jacqueson mon thérapeute m’a permis d’aller mieux et de remettre des mots sur ce qu’il se passait. Pour lui, avoir vu l’ombre de mon père n’était qu’une envie subconsciente de mettre à terme une bonne fois pour toutes à toute cette histoire. Mais le chapitre était terminé depuis longtemps, et je n’arrivais tout simplement pas à tourner la page. Je n’y suis pas encore arrivé, mais je sens que les choses changent. Cette deuxième vague d’antidépresseurs me fait du bien. Je ressens encore les effets secondaires, mais je m’y accommode de plus en plus. Je dois faire avec et aller de l’avant. Je croque dans le croissant puis, sans réfléchir, avale le médicament. Je ne dois pas perdre de temps. Je finis mon café et ma viennoiserie puis prends des vêtements dans mon placard pour m’habiller. Je n’aime pas voir les effets du médicament arriver. Je ne veux pas m’en rendre compte, c’est ce pourquoi j’essaye à tout prix d’occuper mon esprit un maximum. Mais mes pensées sont toujours omniprésentes, jusqu’à ce que je ne m’en aperçoive plus. Une fois habillé et prêt à partir, je fais mon lit. Mon thérapeute m’a signalé qu’un appartement bien rangé permet d’avoir un esprit bien au clair. Je le fais toujours avant de partir. C’est peut-être bête, mais j’ai l’impression qu’en le faisant toujours à cet instant, je signale mon subconscient que je suis bel et bien en train de le faire. Comme pour imprimer sur mon cerveau que désormais, il peut être bien rangé lui aussi. Une première victoire qui me donne l’impression que je contrôle quelque chose dans ma vie. Alors que ce n’est pas encore réellement le cas.

Sirius se lève, baille puis saute sur le lit bien fait et se recouche aussitôt. Je ne l’emmène pas avec moi au boulot. Ibrahim n’est pas très fan à l’idée d’avoir Sirius entre les pattes des clients et qui aboie à longueur de journée. Je le comprends, mais je suis sûr que ça ferait plaisir à mon tendre Couafarel de pouvoir bouger et rencontrer du monde. De toute façon, ne faisant pas le service du midi pour pouvoir travailler le soir, je reviens chez moi pendant ma pause pour le promener. J’évite ainsi les balades nocturnes et les rencontres avec des Pokémon blessés dans des ruelles sombres et abandonnées. Je me mets une petite claque dans la joue. Les images du Minidraco complètement torturées allaient me revenir en tête. Je dois éviter ça. Et, de toute façon, les médicaments réduiront fortement ces pensées-là. Mais je veux que ce soit moi qui m’en empêche, même si les antidépresseurs m’aident de manière positive. Je caresse Sirius qui me lèche la main puis sort de mon appartement et ferme la porte à clés. Encore une nouvelle journée qui commence. Quatre semaines que j’ai décidé de tout abandonner. Quatre semaines que je me dis que j’ai pris la mauvaise décision. Et pourtant, quatre semaines que je commence, petit à petit, à aller mieux.

Les rues sont calmes à cette heure, mais bien plus animées que lorsque je promenais Sirius à l’époque — rien que de dire « à l’époque » me fait quelque chose au cœur, comme si cette époque se situait à des années-lumière du présent alors que ça ne fait qu’un pauvre petit mois. Voir un peu de vie est ressourçant, je dois l’admettre. Mais je me sens encore très différent de toutes ces personnes que je croise. J’ai l’impression qu’il me manque quelque chose. Comme s’ils avaient un feu qui les animait en eux, alors que ma terreur des flammes ne laisse qu’un vide glacé dans mon corps. Un jour, mon enveloppe redeviendra chaude comme avant. Je ne sais pas quand ça le sera, mais je sais que j’y arriverai. Je ne mets pas très longtemps pour arriver au bar, mais cette promenade matinale me fait toujours du bien. Je fais toujours en sorte de sortir mon plus beau sourire quand j’arrive, histoire de ne pas inquiéter Ibrahim. Je l’ai tenu au courant. Il sait donc que je suis sous influence médicamenteuse et me surveille tous les jours où je travaille. J’ai bien compris, dans son comportement, qu’il voulait que je sois bien occupé pour ne pas que mon esprit soit embrouillé de quelques fumées noires. Je lui en suis reconnaissant, même si parfois, il peut être oppressant.


Modération:


Imiter les vivants Miniature_0147_LGPE
Stamps:

Revenir en haut Aller en bas

Mister J

Mister J
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 16547

Ven 23 Fév - 19:14

Un Wailmer niv.20 apparaît !

Que voulez-vous faire ?



avatar ©️ Cori Cometti ©️ (minillustration)
LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
Formulaires de modérations:
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kalos - 6E G E N :: Relifac-Le-Haut-