Le Deal du moment :
Promo Nike : -25% pour 2 articles achetés
Voir le deal

 
» Patchwork de l'après

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 3095

Région : Sinnoh
Mar 3 Jan - 17:38
Défi jour 3 - briser le quatrième mur ! (www)


Je ne sais pas comment ni pourquoi, mais je me retrouve dans un endroit totalement inconnu. Même l'atmosphère est étrange, tout est étrange. C'est comme si une certaine magie avait disparue – et pourtant il n'y a rien de magique dans le monde, juste des pokémons. Un peu comme si une part de moi-même s'était faite aspirée en une fraction de seconde. Je ne suis pas sûre de l'endroit exact où je me trouve, et bizarrement je ne me sens absolument pas paniquée. Je devrais, pourtant. Je veux dire, quelle personne saine d'esprit garderait son sang-froid dans une telle situation ? Moi, apparemment.

J'observe un peu les lieux, et je me rends compte qu'en un clignement d'yeux, je passe d'une rue à l'autre, puis d'un coup je suis dans un appartement. Je ne sais pas trop ce que ça signifie, et j'espère trouver la raison de tout cela. J'entends de la musique dans l'une des pièces de l'appartement. En toute logique, je devrais fuir loin et faire comme si je n'étais pas venue. Mais quelque chose me pousse à aller vers cette musique, et je me laisse guider – et en même temps, ai-je réellement le choix ? Je sens que je n'ai pas le choix de mettre un pas devant l'autre. Mon cœur n'accélère pas ses battements, aucune peur ni aucun tremblement, et c'est étonnant. Je n'arrête pas d'être étonnée, et en même temps j'ai l'impression qu'il n'y a aucun danger.

Une fois dans la pièce, j'aperçois une jeune femme assise devant son ordinateur en train d'écrire quelque chose. Elle a des cheveux plus foncés que les miens, et porte un pull tout doux qui semble tenir chaud – très cocooning tout ça. Je ne sais pas trop quoi dire ni quoi faire une fois ici, mais je n'ai finalement pas besoin de faire le premier pas car la jeune femme se retourne et me sourit. C'est un sourire chaleureux, avec une pointe de fatigue – et peut-être de tristesse ? J'ai l'impression de me voir, quelque part. Quelle sensation étrange. « C'est... étrange de te rencontrer en vrai. Wah, c'est vraiment trop bizarre ! » Elle s'exclame tout en gardant un petit sourire, comme si elle n'arrivait pas à se faire à cette idée. Et pour être honnête, même si je ne la connais pas, je sens qu'elle n'est pas non plus une inconnue. Qu'elle est même plus que familière.

« Hum... Je ne suis pas sûre que l'on se connaisse, mais j'ai quand même l'impression qu'on se connaît, non ? » Je tente, peu sûre de ce que j'avance. « On peut dire ça, oui. » Elle est un peu mystérieuse quand même. Je n'arrive pas à clairement savoir pourquoi, mais toute cette ambiance, cet air autour de nous... « Tu... Qui es-tu au juste ? J'ai l'impression qu'il y a bien plus que ça, c'est comme si j'avais la réponse sur le bout de la lan- » Et là, ça me percute. Ce sourire, ces manières de se tenir quand on se sent un peu gêné, cette habitude de ne pas être capable de réellement regarder dans les yeux lors d'une conversation... Sans oublier le fait que rien ne me paraît étranger. « Tu es une jumelle cachée ?! » La jeune femme écarquille les yeux et ne se gêne pas pour rire comme pas possible. Oui bon, ok, c'était un peu bizarre comme question. Mais quand même ! C'est trop bizarre !

C'est bizarre, mais au final j'en ris moi aussi. Et une fois qu'on arrête de rire comme des folles, elle me propose de se poser sur le canapé avec un bon chocolat chaud pour en parler. Je note qu'elle prend son ordinateur portable avec elle pour le poser sur la table basse qui se trouve juste devant le canapé. On s'y pose, et elle m'explique plein de choses, mais je suis tout de même restée bloquée sur la première chose qu'elle m'annonce : c'est la créatrice. C'est elle qui dicte tout dans mon monde à moi – qui influe sur ma vie en tout cas, pas celle des autres – et euh, je panique, un peu. Comment ça on peut rencontrer quelqu'un qui est égal à un Dieu ?! Enfin, j'imagine que pour elle, il y aussi encore une entité supérieure à elle, et ainsi de suite... Je crois. Mais pour moi, c'est un choc ! Et pourquoi est-ce qu'on se rencontre, comment je suis arrivée ici... Tout cela, elle ne me l'explique pas clairement. Ça ne doit pas être facile à expliquer en vrai. Je lui fais confiance, et pourtant toutes ces questions non répondues me rendent un peu perplexe.

« Et donc... Tu sais comment tout va se dérouler ? Tu sais exactement quand et comment chaque événement va se produire ? » Mon interlocutrice hoche positivement de la tête. C'est dingue. Je n'aurais jamais pensé qu'un jour, je ferais confiance à une personne à peine rencontrée, et cette sensation est vraiment quelque chose d'unique. « Plus ou moins, disons. Je sais sur les grandes lignes, mais je dois encore décider des détails et du timeline. » J'ai la tête lourde tant ses explications semblent à la fois complètement loufoques et logiques. Je crois que je perds la tête. « Alors, tu sais aussi ce qu'il va advenir de père ? Enfin, mon papa ? » A nouveau, elle répond par la positive. « Je ne peux pas te donner les détails ni ce qu'il va se produire, mais oui, je sais ce qu'il deviendra. »

Ça m'inquiète, et j'ai envie de tout lui demander, qu'elle me réponde sur toutes mes questions et mon avenir, mais.... Connaître son futur, c'est encore plus effrayant que de ne pas le connaître. Si je sais déjà tout, tout ce que j'ai vécu jusqu'ici n'aurait plus le même sens. Savoir qu'une personne extérieure influe sur ma vie et mes choix – et mes émotions peut-être – me donne un peu le vertige. Je ne sais même plus si je dois être en colère, ou heureuse, ou lui en être reconnaissante, ou quoi que ce soit. Je ne sais plus. Est-ce là réellement mes émotions du coup ? Ou est-ce qu'elle a aussi prévu tout cela ?

Ma créatrice pose son mug et en fait de même avec le mien en me le prenant des mains. Puis, elle me prends les deux mains dans les siennes, un geste réconfortant et chaleureux. « Je suis ta créatrice, mais je ne suis pas celle qui va décider de tes réactions ou de tes émotions. Moi-même je suis surprise parfois par tes actions alors que c'est moi qui écrit ton histoire ! » Elle lâche un petit rire, et ça me soulage un peu. « Je ne suis pas une divinité, je n'ai aucun super pouvoir, je t'ai insufflé la vie, créé ton histoire et les grandes lignes. Mais le reste, c'est aussi à toi de l'écrire. Tu es vraie, tu es toi. » Ses mots me réconfortent. J'allais lui demander comment elle savait ce que je ressentais, et puis au final ça fait sens qu'elle me connaisse mieux que moi-même. Des larmes coulent le long de mes joues, et je ne peux m'empêcher de sourire. « Merci de m'avoir donné la vie. Cette vie. » Même s'il y a des choses que j'aurais aimé autrement, que des événements se passent différemment, tout ne peut pas être sous contrôle. Si mes actions influent également sur tout ce qui m'entoure, alors je ne peux pas me dire que c'est normal d'en vouloir à ma créatrice. Je n'ai pas la force de lui en vouloir, parce que c'est aussi à moi de réparer les choses que j'ai moi-même brisées.

Elle affiche un grand sourire et me prend dans ses bras. « Merci à toi d'exister. Merci Sanae. » Je sens comme une grande chaleur m'entourer. Je me sens bien dans ses bras, comme je l'étais dans les bras de maman. Et, juste avant de fermer les yeux, j'aperçois un bref bout de son ordinateur, et je remarque que son texte s'arrête à...

**

J'ouvre les yeux. Le soleil est décidément bien violent cet après-midi. Je ne me souviens pas avoir fait une sieste, et je ne me souviens même pas avoir rêvé... Était-ce même un rêve ? Et puis, pourquoi ai-je pleuré ?

mots : 1488



Patchwork de l'après Sanae_12
▬ avatar by cori ♥ | merci à pralou pour le dessin ♥
mini sacoche:
pour avoir confiance en soi:
Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 3095

Région : Sinnoh
Ven 6 Jan - 15:54
Défi jour 6 - votre personnage face à la solitude ? (www)

J'ai eu besoin d'un moment, seule.

Je ne sais pas pourquoi, et c'est arrivé d'un coup, mais j'ai eu besoin de m'isoler. C'est parti au début sur quelque chose de vraiment innocent et gentil, on parlait de pokémons et de liens entre nous, et puis je ne sais pas, ça a un peu dérapé, et je n'ai pas pu rester. Ce n'est ni la faute de Jun ni celle de Sean, ni de qui que ce soit d'autre. Juste, il n'en fallait pas plus pour que je ressente le besoin de partir un moment.

C'est d'ailleurs la première fois que ça arrive. Habituellement, je parviens à garder mon sang-froid, à rester positive ou à passer outre certains propos. Mais pas cette fois. Cette fois, je suis sortie sans réfléchir à ce que je faisais, et je me retrouve là, en plein milieu de cette forêt. Ce n'est clairement pas la meilleure idée du siècle de s'aventurer comme ça dans un endroit où des pokémons sauvages s'y trouvent... Et pourtant, à cet instant, c'est le dernier de mes soucis.

Après avoir couru pendant plusieurs minutes, je me mets à marcher sans but tout en reprenant mon souffle. Je ne me préoccupe pas des potentiels créatures qui pourraient se trouver dans les parages, et je marche, la tête baissée. Je ne suis pas sûre que ça puisse m'aider à me calmer, mais au moins je suis juste avec moi-même. Je ne peux dire ni faire quoi que ce soit qui puisse blesser quelqu'un, même involontairement. Et ça, au final, c'est bien. C'est une bonne chose parfois, d'être seule. Pouvoir se focaliser sur des choses qui me tracasse, pouvoir faire des choses sans avoir peur de blesser ou imposer, ne plus se soucier de ce que les autres pensent ni agir en fonction de son entourage... Quelque part, je suis soulagée d'être de nouveau seule.

Habituellement, je ne suis jamais réellement seule ; j'ai toujours Eclat qui est là en soutien, Elon qui n'est jamais loin ou encore Sylphe et Leafia qui ne me quittent jamais. Mais étant donné que tout a éclaté lors du dîner, tout le monde mangeait et était de sortie, et... Et je n'ai personne avec moi. Pour autant, ce n'est en rien effrayant. La solitude, bien qu'elle fasse toujours peur, n'est au final jamais blessante. Je ne compte plus le nombre de fois où, secrètement, j'ai souhaité m'isoler. Vraiment, m'isoler. Dans un endroit sain, en sécurité, sans aucune perturbation extérieure. Juste moi, avec moi-même. Ça peut paraître un peu débile de vouloir être seule au monde alors qu'il y a une tonne de personnes vraiment bienveillantes ou de pokémons qui sont des membres de la famille, mais étrangement, tout cela ne veut pas forcément prouver que je n'ai pas besoin de la solitude.

Je sais que je suis toujours sourire, que je tente toujours de rester positive malgré les situations difficiles. Je sais que je peux aussi être agaçante par moments avec mes discours de super héroïne ou de « tout ira bien », tout simplement parce que moi-même, je ne suis jamais sûre de croire à mes propres mots. Alors, quand je peux enfin être seule, être juste là avec ma petite tête et mes pensées trop nombreuses pour une seule personne, ça fait du bien. Il y a des personnes qui ne peuvent pas être seules, qui ont besoin de contacts et d'être entourées quotidiennement, mais pas moi. J'aime aussi être entourée, bien sûr, mais je pense que ce n'est pas pareil avec ces autres types de personnes. Leur solitude leur pompe leur énergie, et contrairement à eux, moi elle m'en redonne, de l'énergie.

Je peux penser à plein de choses sans déranger personne ou sans que personne ne vienne me poser des questions auxquelles je ne peux ou ne veux répondre. Je peux faire les choses à mon rythme, sans me sentir coupable de ralentir les autres. Je peux marcher, comme maintenant, dans une forêt sans me soucier de ce qui m'attend dans le futur. Je peux tout simplement être là, avec moi-même, dans un monde un peu trop vaste, parfois un peu trop cruel, et qui va souvent trop vite. Jun et Sean savent très bien que ce genre de moments, j'en ai besoin. Cela fait très longtemps d'ailleurs que je ne me suis pas permise de faire ça, et cette action de partir comme ça sur un coup de tête, en plein dîner, parce qu'on a évoqué le sujet de mon père, ça ne me ressemble très certainement pas. Mais au fond, je sais que c'est parce que je ne peux plus faire semblant. Alors, au lieu de rester face à eux, j'ai préféré m'isoler pour me sentir mieux. Ça me permet aussi de prendre l'air et de me calmer un coup.

Je profite de cette « balade » improvisée pour, finalement, lever la tête et observer les alentours. Avec la nuit tombée, tout est assez sombre, mais la lune me guide à travers ces feuillages. J'entends le bruit de pas de petits pokémons, parfois des ombres qui passent, mais rien de tout ça n'est important à cet instant. Très vite, je me retrouve face à un lac. Ce dernier me rappelle beaucoup celui à Bonaugure, car j'y allais souvent quand j'étais petite. J'aimais y aller pour jouer avec les pokémons du coin ou simplement pour observer le lac qui était illuminé par le soleil, faisant ainsi scintiller l'horizon. Il me rappelle aussi que maman y allait souvent avec moi.

Je m’assois alors au bord du lac, admirant ainsi le reflet de la lune sur la surface de l'eau.

J'aime la solitude, car je peux penser à tout un tas de choses.

J'aime la solitude, car je n'ai pas à faire semblant d'être forte.

J'aime aussi la solitude, parce que je peux pleurer quand maman me manque.

mots : 1037



Patchwork de l'après Sanae_12
▬ avatar by cori ♥ | merci à pralou pour le dessin ♥
mini sacoche:
pour avoir confiance en soi:
Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 3095

Région : Sinnoh
Dim 8 Jan - 21:47
Défi jour 8 - dans 15 ans ? (www)

Le ciel est dégagé et les rayons du soleil bien présents. C'est un temps idéal pour aller en montagne pour faire une mission de reconnaissance sans aucune gêne de la météo. Je jette un rapide coup d’œil aux fichiers sur mon pc pour être sûre que tout est bien en ordre, puis je regarde ensuite les fiches des deux apprentis rangers que je vais emmener avec moi aujourd'hui. D'après le chef, ils sont plutôt motivés et ça a l'air d'être de bonnes personnes. A voir. En tout cas, ils semblent bien se débrouiller puisque l'un des deux a cinq badges et l'autre six. Celui a six badges a même eu droit à une lettre de recommandation de la part des examinateurs de l'examen ranger ! Avec eux, ça ne devrait être en aucun cas problématique. Mais sait-on jamais, toujours rester sur ses gardes même quand tout va bien.

J'enfile ma tenue pour le terrain et prends mon sac avec le nécessaire à l'intérieur – principalement une trousse de premiers secours, des potions, et des objets de rangers. On ne sait jamais sur quoi on peut tomber en chemin – ou quelle bêtise les apprentis peuvent faire malgré toute la précaution du monde. Ces derniers sont déjà partis en exploration la semaine dernière avec un de mes collègues, mais puisqu'il n'est pas disponible cette semaine, je le remplace. Ça fait toujours bizarre de reprendre le groupe d'apprentis d'un collègue, mais au final ça se passe – normalement – bien, donc aucun souci à me faire.

Enfin ça, c'est jusqu'à ce que je vois la tête que tirent les deux apprentis à mon arrivée. « Bonjour, euh, question rapide, mais pourquoi on a un mentor femme maintenant ?! » Ah, c'est ce genre de jeunes. « C'pas pour vous offenser hein, mais j'aurais préféré bosser avec un ranger homme. C'est plus... » Le haussement de mon sourcil doit le faire arrêter dans sa phrase parce qu'il ne dit plus rien, et me regarde juste, là, comme ça, l'air un peu bête. Son duo ne dit rien, mais semble bouder. Eh bah, en voilà une paire peu commode. Mais rien de nouveau. « Si vous vous arrêtez sur le simple fait que je sois une femme, ça ne va pas vous amener bien loin dans ce métier. » Je leur dis ça en croisant les bras. « De plus, on juge par les performances et la capacité de chacun à savoir être responsable. Faisons donc notre petite excursion de la journée, vous pourrez ensuite juger autant que vous voudrez après. »

Sur ces mots, je récupère quelques outils supplémentaires tels des cordes et des grelots zen notamment, car vu les caractères que j'ai, je sens que je vais en avoir besoin. « Allons-y ! » Je leur affiche un grand sourire et puis je mène la marche. Les deux apprentis arrivent avec un peu de maladresse mais ils arrivent. Sur le chemin vers la sortie du QG, mes collègues me souhaitent bonne chance et d'autres me disent « Bonne mission ! » ou « à plus ! ». Je les salue également en retour, et puis nous sommes partis. Étant donné que je suis avec des apprentis, il est prévu de faire le Mont Couronné, mais seulement jusqu'au deuxième point, qui correspond à peu près au deuxième étage de la montagne. Durant notre trajet, les deux jeunes hommes ne disent pas grand chose, ou alors ils papotent juste entre eux de tout et n'importe quoi. Je ne sais pas s'ils ont réellement conscience que ce que l'on va faire est important. Winston, mon collègue qui s'occupe normalement de ces deux jeunes, m'a dit qu'ils avaient beaucoup de potentiel, mais que parfois ils ont du mal à comprendre les vrais enjeux de ces excursions. Ils ne sont là que depuis trois semaines, cette semaine étant leur quatrième semaine, ça va être long de leur apprendre tout ça, mais ils doivent vouloir apprendre pour que ça marche...

Une fois dans les montagnes, je leur redonne les consignes de comment on doit se comporter en montagne et les précautions à prendre, que ça soit « ne pas marcher trop près des nids ou des territoires qu'on a déjà marqués » ou « ne faîtes pas de bruit inutilement » ou « restez sur la route piétonne et n'allez pas au-delà ». Ils ne m'écoutent que d'une oreille, ayant probablement déjà eu ce discours, mais au moins comme ça, ils seront prévenus. Je libère également Sylphe, au cas où on aurait besoin d'elle. J'entends un soupir derrière, probablement parce qu'elle est de type fée et rose, et que c'est fille blabla. Je sais que mon aura n'a pas changé depuis des années, je fais très certainement « la fille qui est gentille et qui a des pokémons mignons ohlala c'est cute ». Chez certains apprentis ça ne pose pas tant de problèmes que ça – même si en fin de journée, souvent, on me dit « c'était plus impressionnant que je le pensais ! » - mais chez d'autres c'est vrai que ce n'est pas la meilleure des impressions. On pense – peut-être à tord – que les rangers sont tous de grosses carrures, des athlètes, et que ce sont des hommes, bref, voilà. Ce n'est pas pour autant quelque chose qui me dérange, je sais que j'ai fait mes preuves et j'ai juste à montrer aux plus réticents que le jugement au premier regard n'est jamais bon, surtout dans ce type de métier.

Nous marchons et nous montons, tout se déroule plutôt bien jusqu'à ce que l'un des deux jeunes se met à aller voir de plus près un Gravalanch – pour quoi faire, aucune idée – , bien trop éloigné de la zone piétonne normale, qui se situe en plus en pente. Évidemment, avant même que je ne puisse le rappeler à l'ordre ou que son duo ne puisse lui dire quoi que ce soit, le Gravalanch pousse un gros cri et fonce sur l'apprenti qui, pris de cours, trébuche en voulant revenir. Et comme si ce n'était pas suffisant, d'autres pokémons joignent la bataille, entre ds Gravalanch et des Machopeur, et pourquoi pas un Archéodong en supplément. Non, vraiment, c'est parfait.

Je soupire très fort intérieurement, et je me lance vers l'apprenti tout en criant à l'autre jeune « Ne bouge pas ! ». Je descends la pente à grande vitesse avec Sylphe avec moi, et une fois à son niveau la Nymphali lance ses rubans pour attraper le jeune homme et le tirer vers nous, le mettant ainsi à l'abri du Gravalanch. « Leafia, Umbra ! » Les deux pokémons sortent de leurs pokéballs et n'ont pas besoin que je leur en dise davantage car ils se mettent tout de suite à leur lancer des attaques, surtout pour les calmer et les faire partir. Je brandis ensuite dans les airs deux grelots zen de mon sac pour les faire résonner dans les montagnes, Leafia et Umbra restant à l'avant sans attaquer plus et observant le comportement des créatures. Après quelques sons de cloche, les pokémons semblent s'être calmés, mes deux pokémons reviennent vers moi pour montrer aux pokémons sauvages qu'ils ne vont pas continuer à se battre, et au final les créatures sauvages se retirent tranquillement dans les montagnes.

Nous remontons tous ensemble, et une fois de nouveau sur le chemin piéton, je fais un signe à Sylphe et cette dernière ligote l'apprenti qui n'en a fait qu'à sa tête. « H-Hé !! » Je me mets face à lui. Ma patience a des limites. « Winston m'a dit que vous étiez prometteurs tous les deux, mais après avoir vu ça, je n'en suis plus très sûre. Qu'est-ce que tu espérais en allant embêter un Gravalanch ? Le faire utiliser son attaque explosion qui aurait fait des dégâts à la montagne, aux pokémons aux alentours et à nous-mêmes ?! Tu dois bien avoir appris durant ta formation qu'un tel pokémon est comme un Voltorbe et qu'il ne faut jamais s'en approcher ! A quoi ça sert de vous faire des rappels avant chaque mission et reconnaissance si c'est pour assister à ça ? »

Je sens qu'il comprend la gravité de ce qu'il aurait produit si les pokémons n'avaient pas été calmés très vite. « Je... Je voulais prouver que j'étais capable. Winston ne nous laisse pas combattre durant les missions, disant que les pokémons sauvages sont trop puissants pour nous... Mais à quoi ça sert d'être ranger et d'avoir des badges d'arène si c'est pour pas combatte ?! » Umbra se montre très rapide ici, car il charge dans le ventre de l'apprenti qui tombe au sol. Sylphe le libère sur le coup mais elle jette un regard vers le Noctali, confuse de son action.

« Umbra... » Le Noctali ne semble absolument pas se sentir coupable et bombe même le torse. Je soupire avec un sourire en coin. Puis, je m'approche de l'apprenti et je m'agenouille pour être à son niveau, lui parlant sur un ton plus doux et calme. « Écoute, les rangers sont des dresseurs d'Elite. Ils ont des équipiers puissants, mais ils ne servent pas à « combattre » comme tu dis, mais à protéger. » Là, j'ai l'attention de mon interlocuteur – et de l'autre apprenti accessoirement. « Les rangers existent pour protéger les pokémons et leur environnement, ce qui nous protège également par la même occasion. Notre puissance est utilisée pour ce but, pour que l'harmonie entre les pokémons existe, pour que nous puissions les protéger des catastrophes naturelles, pour que les dresseurs et les civils puissent être en sécurité. Il me semble qu'on vous apprend tout ça durant la formation, non ? »

L'apprenti baisse la tête. « Oui... Oui, on apprend tout ça. C'est que... » Puis, l'autre reprend. « On a un peu pris la chose à la légère. Ils disent qu'on est prometteurs, des génies, et ça nous est un peu monté à la tête. En plus, c'est des trucs ennuyant qu'on nous fait faire depuis le début, alors j'pense qu'il a voulu un peu d'action... » Je me relève, et Sylphe vient se frotter à mes jambes comme pour dire qu'elle est là. « Vous êtes des apprentis. Le jour viendra où vous aurez de l'action, mais croyez-moi, parfois vous auriez aimé ne pas en avoir. Il existe des missions bien plus cruelles et horribles à faire que ce que vous ne pensez. J'imagine que c'est difficile pour vous de visualiser tout ça, mais n'ayez pas hâte d'être dans l'action, car vous verrez peut-être des choses qui vous dégoûteront de ce métier. »

Cela semble les interpeller. « Dîtes, Sanae, vous avez eu des missions comme ça ? Où ça vous a dégoûté du métier de ranger ? Vous avez l'air tellement à fond pourtant, même pour me sauver tout à l'heure, c'était... c'était trop stylé. » Je ne peux empêcher un rire s'échapper ; ah, c'est toujours quelque chose quand on vous dit ça avec des paillettes dans les yeux ! « C'est mon métier, évidemment que je suis à fond dedans ! Je me suis entraînée pour en être là ! Vous savez, glisser sur de la terre ça fait classe, mais je vous assure qu'avant, je la dévalais en roulant. » Ça a le don de les faire, enfin, rire. « Et pour répondre à ta question... Oui. Oui, j'ai eu des missions comme ça qui m'ont fait réfléchir. Je rêvais de devenir ranger et de pouvoir aider les autres, puis je suis devenue apprentie, j'ai beaucoup galéré pour réussir ce qu'on me demandait de faire et j'ai beaucoup échoué aussi. Mais une fois les choses difficiles du début passées, les vraies missions dangereuses et horribles sont arrivées. A plusieurs reprises, je me suis demandée si c'était bien là le métier que je voulais faire. Et à chaque fois, je me rappelle de pourquoi je voulais être ranger à la base. »

Les deux me regardent avec curiosité. « Et c'était quoi ? »

« Pouvoir sauver mon père, et y arriver. »

mots : 2122



Patchwork de l'après Sanae_12
▬ avatar by cori ♥ | merci à pralou pour le dessin ♥
mini sacoche:
pour avoir confiance en soi:
Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 3095

Région : Sinnoh
Mar 10 Jan - 17:54
Défi jour 10 - expérience culinaire et/ou gustative qui tourne mal (www)

Aujourd'hui, petite journée tranquille. On décide, avec Jun et Sean, de se lancer dans une préparation de repas. Jusqu'ici tout va bien, rien d'anormal ou de choquant. Sauf qu'on s'est dit qu'il fallait du challenge. Eh bien oui, sinon c'est beaucoup trop facile de se faire à manger et de rester sur ce que l'on sait déjà faire – en plus, à force, on finit par manger tout le temps la même chose. Du coup, on profite d'être encore dans le chalet de Frimapic pour s'essayer à de nouvelles recettes. La décision a été de faire un plat, euh, que je ne sais pas comment ça s'appelle ni de quelle origine c'est, mais en gros il y a beaucoup de baies dedans avec des légumes. Ok, ça ne doit pas être trop difficile... J'espère.

Enfin, je dis « on décide de se lancer » mais en vérité c'est moi qui vais faire le repas pendant que les deux autres font le dessert – et ce sera également un test pour eux. Bref, tout est nouveau pour ce midi, donc on va découvrir des choses !
Alors, la recette dit qu'il faut déjà découper les légumes et les baies en dés. D'accord, ça c'est dans mes cordes. Je découpe tout, ok, ensuite il faut faire cuire les oignons en premier, ce que je fais. Ensuite je mets les légumes et on peut déjà sentir la bonne odeur des légumes qui sont en cuisson. Apparemment je peux soit mettre les baies tout de suite, soit attendre que les légumes soient cuits avant... Euh, alors autant les mettre maintenant, comme ça je ne rate pas le moment où il faut les mettre. Ensuite, l'assaisonnement, et c'est là que je suis un peu perdue. Sel et poivre, ok, mais le reste des épices, je ne sais absolument pas quel goût ça a, ni la quantité que je mets est la bonne, parce que j'en ai fais plus que dans la recette, et avec des trois-quarts de cuillère à soupe pour 375cl d'eau, j'avoue que les maths et moi ça fait trente – parce qu'en plus j'ai pas juste doublé la recette haha, ce serait trop facile. Mais on va dire au hasard, parce que la cuisine, c'est fait avec le cœur. Et j'ai jamais été douée pour faire pile ce qui est écrit, j'aime bien en mettre « à l'oeil ».

Maintenant, il faut laisser mijoter. Ok. Et une fois que ça a bien mijoté pendant au moins vingt minutes, je rajoute de la farine – apparemment – et puis je recouvre pour laisser de nouveau mijoter. Normalement, ça va épaissir la sauce. Une fois que c'est fait, j'éteins le feu et ça semble prêt ! Enfin... Euh... Je sais pas si c'est prêt. Ça ne ressemble absolument pas à la photo qu'il y a avec la recette. Bon, après, tant que c'est bon, c'est l'essentiel. Même si ça fait plus bouillie que plat sain.

Sans grande conviction, je le mets dans un saladier et je l'apporte à la table pile quand mes deux amis ont terminé leur préparation et le gâteau au four. « Oh, ça a l'air pas trop mal ! » J'aime l'optimisme de Jun. J'aimerais avoir le même pour cet instant précis. « Je ne suis pas sûre, mais goûtons ! »

On s’assoit et on goûte. Je crois que, jamais de ma vie, un simple plat avec des légumes et des baies pouvait être aussi dégueulasse. J'ai pas d'autres mots pour décrire ça. Non, aucune délicatesse, rien, c'est juste immonde. On dirait les « blagues » de Jun qui aurait mis un truc totalement au pif comme du chocolat et mis dans la marmite pendant que j'avais le regard tourné. Peu importe à quoi ça ressemble, ça ne ressemble à rien de toute façon. Les baies ont beaucoup trop mijoté, à tel point qu'on ne voit même plus si c'est une baie ou non. Et encore moins savoir de quelle baie il s'agissait avant qu'elle ne devienne pâteuse ou devienne toute liquide. Je crois même que ça a fusionné avec la sauce, je ne sens aucune différence entre la sauce et les baies. Les légumes ont gardé un peu leur consistance, et encore... Juste les carottes quoi, le reste a dilué dans la sauce, on peut juste voir quelques grains de pomme de terre un peu partout, et des restes de brocolis. Même le brocoli en pouvait plus. Mais le pire dans tout ça, je crois, c'est bien le goût. Je sais pas ce que j'ai fait, mais ce n'est pas bon du tout. Et en plus, c'est beaucoup trop épicé.

Maintenant que j'y goûte, je crois que j'ai confondu la coriandre avec le persil. Du coup, le persil n'était pas censé être là. Et puis, le reste des épices, je crois qu'il y en a eu beaucoup trop, mais encore ça aurait pu être ok si j'avais mis bien moins de baies tamatos que ce que j'ai fait. Non, clairement, il n'y a rien qui va. Même la texture de la sauce ne va pas, du coup, puisque les baies font parties de la sauce maintenant, et du coup y a des graines de baies par-ci et de la peau de baie tamato par-là. C'était pas écrit qu'il fallait enlever les pépins et les graines des baies ! Les tomates on peut tout laisser ! Arg, et en arrière-goût y a un truc amère qui vient en bouche, je sais pas pourquoi, mais c'est horrible.

On pourrait croire que c'est de la purée mal faite, mais non. Même pas. Vraiment, je sais pas ce que j'ai fait, je crois que mon cerveau a passé un stade de bug durant la préparation de repas. Tout ça pour avoir un plat qui est trop épicé, trop amère, et qui en plus n'a quasiment aucune texture. Ça se voit que ça fait longtemps que j'ai pas cuisiné après avoir autant voyagé puis après le passage en ranger puis avec les missions...

Après toute cette décente aux enfers mentale, je me lève de la table, et étrangement je suis la première à le faire – probablement parce qu'ils sont trop gentils pour aller recracher ce que j'ai préparé avant moi. Je cours aller chercher un verre d'eau et là j'entends le bruit des chaises qui bougent et mes amis me rejoignent pour en faire de même. « Oh merci putain j'ai cru que personne allait se lever pour recracher cette merde. » « Jun ! » « Bah quoi ?! » Et rien que cette interaction me fait plier de rire. « C'était vraiment dégueulasse je suis d'accord ! J'ai complètement raté cette recette, va falloir que je prenne des cours de cuisine à ce rythme ! » Je leur dis avec un grand sourire – parce que ça ne m'a pas démotivée, au contraire, et je trouve ça tellement drôle le fait de rater quelque chose comme ça qui semblait simple en apparence ! « Bon, passons directement au dessert, votre gâteau devrait être meilleur que mon plat ! »

On sort le gâteau et on goûte. Personne ne dit rien.
Au final, on sort manger un repas complet à l'unanimité, avec entrée, plat et dessert.

mots : 1273



Patchwork de l'après Sanae_12
▬ avatar by cori ♥ | merci à pralou pour le dessin ♥
mini sacoche:
pour avoir confiance en soi:
Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 3095

Région : Sinnoh
Ven 13 Jan - 19:02
Défi jour 13 - vendredi 13, chance ou malchance ? (www)

En ce vendredi treize, je suis sereine. Enfin, en fait, j'y pense pas trop parce que je ne suis pas superstitieuse. Normalement. Mais là depuis ce matin Jun n'arrête pas d'en parler en disant que le ciel va nous tomber sur la tête ou qu'une charge de Tauros sauvages va débarquer et écraser tous les chalets de Frimapic. Bref, il fait un peu son drama. Et Sean, bah il est beaucoup plus à l'extrême que ça ; il est retourné se coucher. Au moins, c'est sûr, rien ne va lui arriver, si ce n'est qu'un ventre vide de toute la journée. En tout cas, c'est pas ça qui va me déprimer ni me refroidir quant à préparer ma journée.

Du coup, comme d'habitude je me lève et prends un café – absolument nécessaire le café – avec des viennoiseries, bref, tout ce qu'il y a de super chouette. Enfin, c'est sans compter le fait que je sois mal réveillée, bien sûr. Du coup, je fais tomber mon croissant par terre. Bon, ça arrive, c'est pas grave, et même si Elon en profite pour le manger sous mes yeux, c'est pas grave non plus. Ce n'est pas ça qui va ternir ma journée, j'ai d'autres croissants. Le réveil n'a pas été simple, mais je ne suis pas l'ouest non plus, donc après le petit-déjeuner et ma routine classique du matin, je me rends compte que mes cheveux ne tiennent pas en place comme à leur habitude, avec des mèches rebelles qui semble bien déterminées à défier les lois de la gravité aujourd'hui. Sans compter que la douche sous l'eau froide, ça a été une catastrophe ; parce que oui, ils ont un problème avec l'eau chaude aujourd'hui. Comme par hasard. Mais ça doit être une blague organisée ou je sais pas quoi c'est sûr, j'y crois pas.

Bref, une fois prête donc, je sors faire un tour. Je mets juste un pas dehors qu'un tas de neige me tombe sur la tête. Ok. C'est rien, j'ai un bonnet, j'enlève tout ça et j'en fait de même sur mes vêtements, rien de grave. Mon objectif : aller acheter du lait. Très simple comme tâche. Et j'explique : en vrai, je me voile peut-être la face depuis ce matin parce que c'est en ouvrant le frigo que j'ai fait tomber la dernière brique de lait, et donc pas de lait pour ce matin. Du coup, pas de bol de céréales pour Jun, et pas de lait chaud pour Eclat, et puis pas de chocolat chaud en rentrant de ma balade – qui est aussi une mission cruciale. Et je ne sais pas comment j'ai fait pour faire tomber cette brique de lait puisqu'elle était, normalement, bien posée tranquillement sur l'étagère de la porte... Bon ok, en la prenant, elle est tombée...

Je me retrouve donc, après quelques chutes dans la neige suite à des verglas un peu trop présents aujourd'hui, dans la petite boutique. Et catastrophe : plus de lait. Comment ça, plus de lait ? Mais que va-t-on devenir ?! Le rayon est vide, et j'espère peut-être qu'Arceus m'envoie une brique de lait par magie, je sais pas, mais je reste plantée devant le rayon du néant pendant plusieurs minutes. Puis, je vais quand même demander aux vendeurs, on sait jamais, mais apparemment ils n'ont pas reçu leur commande prévue la veille, ce qui fait que leur stock s'est écoulé très vite. Je pars alors les mains vides, ne sachant plus trop quoi faire. Je le voulais moi, ce chocolat chaud. J'observe un peu les alentours, mais puisqu'il s'agit d'un petit village, il n'y a pas d'autres boutiques que celle-ci qui vend de l'alimentaire. Eh bien, si c'est comme ça, autant rentrer avant de découvrir d'autres mauvaises nouvelles, ou pire encore.

Sur le chemin, je me prends un Etourmi en plein dans le front, ce qui me fait littéralement tomber au sol sur le dos, et heureusement que la neige amortis un peu ma chute. Et ensuite il s'envole. Ok, alors j'ai plusieurs questions... Déjà, que fait un Etourmi si loin de son habitat naturel ? Ça vit pas dans des endroits aussi froids ! (ou peut-être qu'il a un dresseur dans les parages) Et puis... Quelles étaient les probabilités qu'il me tombe dessus ? Non, en fait, vaut mieux pas avoir de réponses dans ce genre de situation. Je dois juste vider mon esprit et ne penser à rien. Du coup, je reste allongée là, à regarder le ciel pendant quelques minutes, parce que j'ai besoin de retrouver la force de me lever pour affronter les dangers du jour. Je ne savais pas que notre quotidien pouvait être si effrayant. Rien qu'en y pensant j'en ai des frissons. Ou alors c'est à cause de la neige que j'ai ces frissons – c'est fort possible.

Je me relève et je marche vers le chalet. J'y vais doucement, parce que je ne sais pas ce qui m'attend, et en plus j'ai mal au front. Même pas à la tête, juste au front. C'est une drôle de sensation.

Une fois rentrée – après m'être prise une boule de neige perdue par des acharnés de la bataille de boule de neige – je suis soulagée d'être à l'abri et au chaud. Il y a Jun qui se plains de pas avoir de lait – et d'autres trucs aussi, mais j'ai éteint mes oreilles – pendant que je pars dans ma chambre. Je ferme la porte, je mets des vêtements ultra conforts et je me glisse dans mon lit. Le meilleur moyen pour parer à tout ça, c'est le déni : on va faire comme si cette journée n'existait pas. Demain sera un jour nouveau.

mots : 1017



Patchwork de l'après Sanae_12
▬ avatar by cori ♥ | merci à pralou pour le dessin ♥
mini sacoche:
pour avoir confiance en soi:
Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 3095

Région : Sinnoh
Dim 15 Jan - 21:27
Défi jour 15 - gagner le gros lot ! (www)

« Il faut absolument essayer au moins une fois dans sa vie, ça peut être rigolo ! » M'a dit Jun une fois. Il voulait que j'essaie de jouer à un jeu où l'on est quatre-vingt-dix-neuf pourcent sûr de perdre, et donc forcément je ne voyais pas du tout l'intérêt d'essayer. Parce que le mot clé il est là, « essayer ». C'est pourquoi... Eh bien, j'ai finalement cédé et dit ok. Le ticket de loterie n'était pas si cher que ça – comparé à ce que j'avais en tête au moment d'aller en acheter un. Chacun a pris un ticket d'ailleurs, au cas où, pour augmenter les chances de gagner j'imagine. Je ne suis pas sûre que trois tickets sur des milliers et des millions vendus seront grand chose, surtout qu'il faut avoir une sacrée chance de tomber sur quelques numéros gagnants, et encore plus de chances pour tomber sur tous les numéros gagnants. Bref. Une fois l'achat effectué, on choisit nos numéros et on enregistre ça directement avec le vendeur. Maintenant, plus qu'à attendre les résultats.

Jun a été le plus impatient – évidemment – et n'a pas arrêté de se faire des films toute la journée. Il espère vraiment gagner le gros lot, ou alors même un tout petit quelque chose. De mon côté, je n'attends rien du tout de ce jeu, c'est fun de choisir les numéros que l'on pense pouvoir gagner, mais en réalité j'ai juste pris des numéros au hasard et ceux qui me plaisaient le plus. Quant à Sean, il a probablement fait des ronds par-ci par-là afin d'avoir une suite de numéros le plus hétérogène possible. Ou quelque chose comme ça.

Le soir venu, la télé allumée, on reste devant et on voit les numéros tomber un à un. Sur le coup, je me dis que le premier est un coup de chance de ma part, les deux autres n'ayant pas passé le premier. Puis, au fur et à mesure que chaque numéro s'affiche sur l'écran, je deviens de plus en plus choquée. Et là, tout s'aligne, tout ce que j'ai choisi est là, sur cet écran. Je ne suis pas sûre de réaliser la chose, parce que... ce n'est pas possible. Comment je peux réussir à deviner des numéros alors que ce n'est clairement pas quelque chose à laquelle j'y attache de l'importance, et en plus c'est la première fois que je me lance dedans. Non, ils vont probablement annoncer une erreur à la fin de l'émission et en rectifier un, ou alors m'appeler et me dire que c'est une blague – ce que je doute puisqu'on ne donne pas nos numéros.

J'entends les deux autres devenir fous de joie lorsqu'ils comparent mon ticket avec les résultats. Et j'ai une sensation étrange d'un coup. Je ne sais absolument pas comment réagir sur le coup, parce que c'est trop. C'est tellement trop ! Mais ! C'est impossible ! Impossible. Oh non, c'est pas possible de réussir un tel coup. Si ça se trouve c'est un rêve et on va me dire que c'est beau de rêver. « Mais tu te rends compte Sanae, t'as tellement de chance qu'avec un simple premier jet, hop t'as tout gagné ?! » Plus je l'écoute et plus mon sourire s'élargit. « Y a de quoi fêter ça ! » Sean aussi est ravi. Et, au fond, j'ai du mal à y croire, mais mes deux amis sont là pour que je puisse comprendre toute l'étendue de ce qu'il se passe. J’ai gagné !

Un tel gain, je ne suis même pas sûre quoi en faire. Il y a trop de possibilités ! Je peux en faire don à des associations, à des centres pokémon, à des antennes de rangers, faire des cadeaux à mes proches... Je sens que la liste va être longue, et que Jun et Sean seront un peu plus gâtés vu qu'on a fait ça ensemble. Oh la la, c'est si bien en fait ! Bon, alors, je ne jouerai pas une deuxième fois, parce que là c'est clairement juste la chance du débutant, et que je vais me faire avoir par la suite – même si Jun me dit le contraire. C'est quelque chose de super chouette, vraiment ! Je n'ai plus de mots ! Je sais juste que ça va être une belle vie durant les mois à venir – avec modération – et puis... Et puis, pourquoi pas créer quelque chose avec ça ? Une sorte d'association de protection pour pokémons ? Il en existe déjà beaucoup, mais il n'y en aura peut-être jamais assez malheureusement. Ou alors un refuge ? Ou bien une association qui puisse épauler les centres pokémon en recrutant des pokémons abandonnés ? Ooohh ou alors un centre qui aide les rangers, comme des psychologues, pour les dresseurs et les pokémons ? Il en existe déjà aussi, tout existe déjà, mais ça peut être une idée d'en rajouter dans la sphère des associations qui existent déjà pour pouvoir aider un maximum de monde !

Le choix est vaste, mais j'ai le temps.

mots : 897



Patchwork de l'après Sanae_12
▬ avatar by cori ♥ | merci à pralou pour le dessin ♥
mini sacoche:
pour avoir confiance en soi:
Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 3095

Région : Sinnoh
Mer 18 Jan - 16:49
Défi jour 18 - actions sans conséquences (www)

Pouvoir faire des trucs sans aucune conséquence, c'est magique. Enfin, non pas que j'ai des choses à faire qui ont des risques de me faire tomber en prison ou que ça ait des impacts sur d'autres personnes. Juste, quelque chose de simple de la vie quotidienne. Je veux dire, qui n'a pas eu envie de pouvoir manger toute la journée sans avoir mal au ventre ni même prendre de poids ? Ce serait le paradis ! En tant que gourmande, bien manger a toujours fait parti de mon quotidien. Et se faire plaisir aussi avec des pâtisseries ou autres sucreries.

Aujourd'hui est donc un jour spécial, parce que je m'apprête à déguster tout ce qu'il y a dans la région. C'est beau. Accompagnée de Jun et Sean, nous allons de restaurant en restaurant et de boulangerie en boulangerie afin de goûter à tous les plats de la carte, et tous les produits en vitrine. « C'est vraiment beaucoup trop bon ! » Jun a dit tout ce qu'on pense. Que ce soit des plats que l'on connaît déjà ou des découvertes, c'est un régal. Les restaurants sont tous aussi bons les uns que les autres. Quant aux boulangeries, que dire de plus à part que c'est totalement pour se faire plaisir et rien d'autre ? Rien n'est mauvais dans une boulangerie, il faut avouer qu'on y est allé juste parce qu'on peut manger de bonnes choses.

Sur notre chemin, on croise aussi un marchand de glace. Eh bien, quitte à être dans notre lancée, autant continuer ! Nous prenons chacun une glace, puis une deuxième, puis une troisième. Il faut dire que les goûts sont pas mal, la fabrication de leurs glaces est excellente !
Par la suite, ce sont des crêpes et des gaufres qui nous font les yeux doux. On ne résiste même pas, on se jette dedans les bras ouvert et on mange toutes ces sucreries. Pourquoi se priver quand on peut y aller sans avoir de répercussion ? Seule une personne trop saine d'esprit en ce jour se priverait.

On continue donc notre petit voyage culinaire, et on tombe sur un salon de thé qui propose des gâteaux qui ont l'air super bons. En plus, avec tout ce sucre, on finit évidemment par avoir soif, alors un bon petit thé est le bienvenu. On prend même le temps de se reposer avec toute cette marche. Manger, c'est bien, mais ça n'efface pas la fatigue. « Ce petit thé est délicieux, je ne connaissais pas cet endroit. » En effet, c'est un petit salon de thé un peu reculé qui donne une belle vue sur le reste de la ville. C'est très mignon d'ailleurs niveau décorations, avec des tons pastels et des silhouettes de pokémons par-ci par-là. Ce n'est pas le genre d'endroit où on irait en temps normal, ou alors ce serait très occasionnel, je suis donc contente de pouvoir tester cet endroit.

Sur le chemin retour vers le chalet, on se reprend des crêpes, et puis une fois au chaud, on fait réchauffer les plats qu'on a pris juste après les dernières crêpes pour finir en beauté. Ce n'est qu'une fois que la journée se termine et qu'on se quitte pour aller dormir que je me pose d'un coup une question très existentielle : aujourd'hui on n'a pas de répercussions, mais demain au réveil, ce sera comment ?

mots : 589



Patchwork de l'après Sanae_12
▬ avatar by cori ♥ | merci à pralou pour le dessin ♥
mini sacoche:
pour avoir confiance en soi:
Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 3095

Région : Sinnoh
Ven 20 Jan - 18:31
Défi jour 20 - moments de fête (www)

Flashback ; Sanae, 8 ans.

Ça y est, c'est Noël ! J'ai tellement hâte, c'est la période de l'année que je préfère ! Déjà, parce qu'on mange bien. J'adore toute la bonne nourriture que maman prépare à chaque fois qu'on fête quelque chose, et pour Noël c'est encore plus délicieux ! Maman invite Jun et sa maman, et on passe un super dîner tous ensemble à la maison. Et puis, l'autre chose trop chouette, c'est bien sûr les cadeaux ! J'adore les cadeaux. Enfin, c'est normal, tout le monde aime les cadeaux. J'ai l'impression qu'à chaque fois qu'on a un cadeau, c'est un meilleur cadeau que l'année précédente. Ou alors c'est pas qu'une impression, je ne suis pas sûre. Mais bon !

« Sanae ma chérie, tu peux m'aider à préparer les cookies ? » Mes yeux s'illuminent quand elle me demande de l'aider, et encore plus parce que ce sont des cookies. « Ouiii, j'arrive ! » Je me retrouve aux côtés de maman plus vite que l'éclair, ce qui la rire. « Doucement ma puce, ne va pas tomber et te faire mal le Réveillon de Noël ! » « Haha mais non, aucun risque ! » Je me lave les mains et j'attends les instructions de maman. Elle me dit quoi faire, entre mélanger la pâte, incorporer les pépites de chocolat et puis faire des boules. Tout ça, elle m'a déjà appris à faire avant, mais devoir le refaire toute seule, je ne m'en sens pas capable. Je ne connais pas par cœur comme maman, mais un jour je vais réussir ! Pendant que je fais les cookies, maman prépare sa super soupe, avec du poulet rôti, des patates, et de bon légumes grillés au four. En plus de ça, elle a fait ce matin une super belle bûche ! Elle sait faire tellement de choses ! Moi aussi quand je serais grande, je voudrais savoir faire autant de choses qu'elle !

Papa arrive depuis son laboratoire et aide maman à préparer le reste du repas. Et quand Jun et sa mère arrivent, on commence doucement à se mettre à table et l'ambiance est si chaleureuse et festive ! Les pokémons des adultes sont aussi là, à manger et à jouer, ou simplement profiter de cette soirée.

Le moment très attendu arrive : les cadeaux ! Jun a reçu le jeu vidéo qu'il voulait et voulait aller jouer tout de suite, mais tous les adultes l'ont empêché de le faire. Toujours trop impatient ! Et pour moi, c'est maman qui me tend la boîte. J'ouvre délicatement en tirant le ruban d'abord, puis en enlevant le couvercle. Et là, enveloppé et entouré par des serviettes, se trouve un œuf de pokémon. Je lève mes yeux plein d'étoiles vers maman. « Mais, c'est... » Maman affiche un grand sourire et papa aussi assiste à la scène avec tendresse sur son visage. « Joyeux Noël ma chérie ! » Je laisse le cadeau au sol et me jette dans les bras de mes parents. « Wouah merci beaucoup ! C'est le plus beau cadeau du monde ! »

Derrière, j'entends Jun être un peu jaloux, et qui se prend une tape sur le bras de la part de sa mère pour avoir dit que son cadeau était d'un coup moins bien. On rigole bien, et je sens qu'à partir d'aujourd'hui, beaucoup de choses vont changer avec cet œuf de pokémon. J'espère qu'il va éclore vite, j'ai hâte de savoir quel pokémon c'est !


**

« Et cet œuf, c'était Eclat ! » Je pense que tout le monde s'en doutait un peu, mais le préciser est tout de même mieux, on sait jamais. Même si Jun était présent, il aurait pu dire que c'était Elon juste pour faire le clown. « C'était ma rencontre avec elle, et c'est ce qui m'a vraiment donné envie de partir à l'aventure, d'avoir des pokémons et puis... Et puis voilà ! Noël a été, depuis, une période très importante pour moi, mais aussi pour Eclat. »

Mes deux amis ont le sourire aux lèvres après avoir entendu mon histoire. Je suis contente de pouvoir partager ça, parce que depuis la mort de maman, je n'ai jamais osé en parler ni même eu envie de le mentionner. Ce n'est que deux ans plus tard que l'accident est arrivé. En y repensant aujourd'hui, je ressens encore de la nostalgie et une grande tristesse, et ces émotions s'accentuent lors des fêtes de fin d'année. Il y a bien sûr plein d'autres fêtes dans l'année, mais Noël a toujours été très important pour notre famille et l'entourage. C'est un événements spécial où on se sent bien, tous ensemble, à profiter des uns des autres et se faire des cadeaux.

« Pour cette année, on va aussi faire un super giga Noël ! » Jun a toujours le don de donner le sourire et de remonter le moral des troupes. Je pense qu'il sait que j'ai besoin de ça ; qu'on se fasse une fête de Noël ensemble, qui soit aussi chaleureux que dans nos souvenirs, pour effacer la douleur laissée par un être proche. Je pense que ça reste tout de même ma période préférée de l'année, parce que c'est durant ces moments-là que papa était vraiment présent, bien plus que d'habitude. Je sentais que maman aussi adorait cette période juste pour pouvoir passer beaucoup de temps avec lui. En temps normal, il ne restait pas tout le temps cloîtré, loin de ce qu'il est devenu depuis le décès de maman, mais c'est vrai qu'il avait pas mal de travail.

Maintenant qu'on est sur les routes, et que chacun a un métier ou un objectif, on n'a pas forcément le temps de retourner voir la mère de Jun pour passer du temps avec elle pour Noël, mais on pense bien à lui envoyer une carte et l'appeler. Et puis, de mon côté, les grands-parents n'ont pas pu pardonner papa après l'accident, donc depuis ce fameux jour je n'ai pas eu de leurs nouvelles. Quant à papa... Je n'ai pas de nouvelles depuis mon départ. Je n'ai pas cherché à en avoir, et lui non plus. J'imagine que c'est pour le mieux.

On se décide alors à préparer un bon dîner digne d'un super Noël. On s'amuse à préparer à manger, on se chamaille gentiment parce que Sean a mit trop de sel, et puis Jun a renversé un bol de farine par terre, et puis moi qui fait tomber la moitié des cookies au sol... Bref, c'est un gros carnage, et les pokémons sont ravis de pouvoir manger ce qui est à leur hauteur. Puis au final, malgré tout ça, on finit par apprécier un Noël pleinement. Cela faisait longtemps qu'on n'avait pas pu fêter ça sans mine triste, que ça soit la mère de Jun ou moi-même quand on le fêtait à trois chez Jun. Comme quoi, peut-être que cette tristesse pourra s'évaporer un jour, et ne laisser de la place qu'aux bons moments.

mots : 1231



Patchwork de l'après Sanae_12
▬ avatar by cori ♥ | merci à pralou pour le dessin ♥
mini sacoche:
pour avoir confiance en soi:
Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 3095

Région : Sinnoh
Mer 25 Jan - 17:20
Défi jour 25 - être en retard (www)


J'ai pris mon courage à deux mains, et j'ai appelé grand-père. Je n'étais pas sûre à quoi m'attendre, peut-être un rejet, peut-être de la colère, mais je ne m'attendais très certainement pas à un accueil plus ou moins normal. En tout cas, au téléphone il m'a paru plutôt réceptif. Je ne le connais pas assez pour savoir, mais c'est déjà une bonne chose qu'il ait bien voulu répondre et qu'en plus on ait continué la conversation. J'ai l'impression que certaines choses changent, et ça redonne de l'espoir. « Je vous appelle parce que... J'aimerais que l'on se voit. Et puis, j'ai une lettre que maman avait laissé pour vous et que j'ai retrouvé il y a quelques jours. » Je sens que grand-père hésite. Et qu'en même temps, il y songe. Au final, il accepte, et me dit qu'il sera disponible mais uniquement cet après-midi à Rivamar. Je suis un peu loin, mais en prenant un bateau de dernière minute, je peux y arriver. Je lui explique toute la situation et on se donne rendez-vous au phare à 17h.

Je ne perds pas une minute de plus et je me lance. Je cours vers le bateau et je prends un ticket – heureusement qu'il y en a encore – et c'est parti. Ça va le faire.

A mi-trajet, le bateau s'arrête car il y a un passage de pokémons aquatiques migrateurs, et on ne peut pas continuer tant que tous les pokémons ne sont pas passés. Et je crois bien que ça a pris au moins une heure avant de repartir. Rien que là, le stress monte, parce que j'ai peur que je ne sois pas là à l'heure. Pour une première rencontre avec grand-père, je ne veux absolument pas lui donner une mauvaise image en arrivant en retard alors que d'habitude je suis ponctuelle ! Ce serait vraiment pas de chance si j'arrive en retard...

Ma peur se confirme quand le bateau est ensuite percuté par un pokémon. Je ne sais pas par quel pokémon, puisqu'il s'est rapidement enfuit. Très certainement un pokémon qui n'a pas fait attention et s'est cogné... Il faut donc se mettre en arrêt et l'équipage part inspecter les dégâts. Et l'heure tourne. Je finis par laisser un message à grand-père pour lui dire que je vais être en retard à cause de soucis de bateau. Je n'ai pas de réponse en retour, mais je n'en attendais pas vraiment un. Je pense qu'il est quelqu'un d'assez sévère s'il a coupé les ponts avec papa alors que maman l'aimait de tout son cœur. J'aimerais aussi connaître le passif entre les deux hommes, de pourquoi et comment est-ce qu'ils en sont venus à se détester. Et comme papa n'est pas en mesure de me répondre ni même de me parler pour le moment... Je me dis que grand-père, lui, pourrait. Même s'il ne porte pas papa dans son cœur, et que part extension il m'a aussi écartée de sa vie, je souhaite réparer tout ça. Je ne peux pas laisser toute cette situation brisée quand je peux tenter de la réparer. Ou alors juste la comprendre sans forcément renouer les liens entre nous. J'ai besoin de ça, je pense, pour avancer et vraiment comprendre ce que je peux et vais faire pour papa plus tard.

En attendant, le bateau ne repart toujours pas et ça m'inquiète. Il est déjà 16h et aucune reprise de la route d'annoncée. Mais ça va aller, je peux être à l'heure. Je l'espère. Ou alors juste quelques minutes de retard.

Quand le bateau arrive enfin à destination sans encombres, il est 16h55. Je prends vite mes affaires et vérifie bien que la lettre est toujours intacte, puis je fonce. Enfin, je fonce comme je peux parce que tout le monde descends et il y a beaucoup d'attente parce que les retrouvailles entre proches sont nombreuses, et même si j'avoue que c'est adorable à voir, c'est aussi très frustrant parce qu'ils ne laissent pas passer les autres ! Je sens bien que les minutes passent, et que je ne peux pas avoir droit à l'erreur. Mais je ne peux pas non plus faire sortir Elon pour qu'on parte le plus vite possible...

En tout cas, une fois que je suis enfin sortie de toute cette foule, je cours. Je ne fais pas appel à mon Luxray parce qu'il attirerait trop l'attention, en plus les rues ne sont pas grandes au point de laisser les passants tranquilles tout en ayant un grand pokémon qui court. Donc je fonce, je ne réfléchis plus et je ne regarde plus l'heure car je sais pertinemment que ce n'est pas nécessaire. J'arrive enfin au phare, et je suis exténuée mais heureuse d'y être arrivée.

Mais je ne vois personne. Je sais à quoi ressemble grand-père, maman l'avait en photo dans un cadre où il posait avec grand-mère. Mais les lieux sont vides. Mon souffle encore court, je fais rapidement le tour du phare, en me disant qu'il doit être posé non loin. Puis je rentre à l'intérieur, mais toujours personne. Je guette les alentours, ainsi que les bancs autour, mais rien.

Il est 17h10.

J'ai attendu 10 ans avant d'avoir le courage de lui faire face. Mais lui, il n'a même pas pu m'attendre 10 minutes.

mots : 955



Patchwork de l'après Sanae_12
▬ avatar by cori ♥ | merci à pralou pour le dessin ♥
mini sacoche:
pour avoir confiance en soi:
Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 3095

Région : Sinnoh
Dim 29 Jan - 16:18
Défi jour 29 - pov d'un autre (www)

POV Eclat

La première fois que j'ai posé mes yeux sur elle, j'ai compris qu'on allait être les meilleures partenaires du monde – sans exagération ! Elle était encore une toute petite humaine, et même si j'étais encore plus petite qu'elle, j'avais tout de suite senti qu'elle serait une amie à protéger et qui me protégera. Il y a eu des hauts, mais surtout beaucoup de bas, où j'ai cru parfois qu'on ne survivrait pas. Pas en terme d'amitié, mais réellement une sorte de question de vie ou de mort, un peu. Je crois que je peux parfois être aussi dramatique que Sanae. Est-ce si étonnant ? Non !

A un moment donné, je sais que je suis partie un temps en la laissant un peu seule – enfin pas vraiment, parce qu'elle avait Jun et la maman de Jun. Ça ne changeait pas que j'étais un peu triste et que je ressentais une certaine culpabilité, mais il y a quelque chose que je devais faire. J'étais retournée à l'endroit où je suis née, dans la pension des grands-parents de Sanae. Là-bas, étrangement, les humains m'ont reconnue, et puis surtout mes parents à moi aussi. J'y avait passé un super moment, et je crois que les humains étaient contents de mon évolution. Je pense que ça les avait rassurés, quelque part. A l'époque je ne savais pas pourquoi, mais aujourd'hui je crois savoir.

Une fois de retour auprès de ma maîtresse, je ne l'ai plus quittée. Je l'ai retrouvée d'ailleurs avec un nouveau compagnon de route, Sniper, un petit pokémon bleu qui adore les combats. Et j'ai vu dans les yeux de Sanae que sa rencontre avec ce pokémon a été une révélation pour elle. Partir en voyage avec Jun et laisser tout ce qu'elle a connu jusqu'ici, ça ne ressemblait pas à la Sanae qui a enduré toutes ces années à essayer de faire revenir son papa à la raison. Je suis contente qu'elle ait enfin passé à autre chose, parce que je voyais qu'elle n'était pas heureuse. Je voyais qu'il lui manquait quelque chose. Elle a cette détermination, et pense que son objectif est d'aider son papa, mais elle en oublie une chose très importante : elle-même. Elle en a oublié que sa vie, c'était la sienne, et qu'au lieu de vouloir aider quelqu'un qui ne la voit même plus, elle devrait se concentrer sur elle-même et ceux qui la soutiennent.

Le fait de ne pas être capable de communiquer avec elle avec des mots m'a toujours frustrée. Il y a tant de choses que j'aurais voulu dire depuis si longtemps et que je ne peux pas ! Même si certaines intentions passent et que Sanae comprend la plupart de ce que je veux dire ou faire, ce n'est pas assez. C'est une amie qui a besoin qu'on lui dise quand les choses sont positives, qui a besoin d'entendre des mots de soutiens. Elle ne le dit pas et ne le montre pas, mais moi je sais.
Je sais qu'elle en a bien plus besoin qu'elle ne le fait croire. Je sais qu'elle est forte, mais intérieurement il y a comme une boîte en verre contenant ses émotions ; si elle les garde trop, le verre peut se briser, de l'intérieur et si quelque chose d'extérieur vient la chambouler, ce verre peut se briser et laisser ses émotions fondre en une vague trop grande pour elle. Ça a été d'ailleurs le cas lorsque, bien plus tard, Sniper est parti. Elle ne le montrait pas devant ses amis, mais j'ai été présente et je suis restée à ses côtés. Tout s'était écroulé. L'ami qu'elle s'était faite, celui qui l'a aidé à devenir plus forte, qui l'a fait sortir de sa zone de confort, est parti. Je l'ai vue être au plus mal jour après jour, en la voyant se demander parfois si elle faisait bien de continuer son voyage quand elle n'est même pas capable de garder avec elle un pokémon aussi important et précieux que Sniper. Et c'est dans ces moments-là, lorsqu'elle se confie à moi, que j'aimerais pouvoir parler. Je l'ai enlacée, et j'aurais tant voulu lui dire que ce n'était pas sa faute. Que tout le monde avait un chemin à prendre, et que ce départ n'était pas définitif. Qu'ils se reverront. Qu'elle a des amis avec elle sur qui compter et se reposer. Que je suis là.

Au fond, je sais qu'elle a compris ce que je souhaitais lui dire, même si ce n'était qu'en surface. Cette boîte en verre brisée s'est réparée petit à petit, avec les rencontres qu'elle a fait, ses amis qui sont là, et nous, ses compagnons pokémons, qui sommes là aussi. J'ai vu les morceaux se recoller, doucement mais sûrement. Et même si cette boîte était à deux doigts de se briser de nouveau lors de son passage en tant que ranger, elle est restée intacte.

Elle a appris à aller de l'avant et ne pas rester ancrée dans le passé comme elle le faisait avec son père. Elle voit le monde tel qu'il est, elle apprend beaucoup de choses, mais surtout des choses sur elle-même.
Je la vois aujourd'hui un peu plus épanouie. Il y a encore bien sûr des soucis à régler, et certaines blessures ne se soignent pas aussi rapidement qu'on le voudrait, mais elle est sur le bon chemin. Je crois en elle. Je sais qu'elle peut y arriver.

mots : 975



Patchwork de l'après Sanae_12
▬ avatar by cori ♥ | merci à pralou pour le dessin ♥
mini sacoche:
pour avoir confiance en soi:
Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 3095

Région : Sinnoh
Hier à 17:19
Défi jour 30 - mon starter est un Métamorph ?! (www)

En y repensant, je me dis qu'il y avait pas mal de points qui auraient pu me mener à la vérité. Mais sur le coup, évidemment, ce n'était pas comme si je pouvais me douter de quoi que ce soit. De temps en temps, Sniper pouvait paraître plus distant que d'habitude, ou au contraire, bien plus câlin. Et il me semble l'avoir vu quelques fois en train de se frotter le visage. Pas seulement les yeux, mais tout son visage, comme si quelque chose le gênait un peu. Alors, bien sûr, ce n'est pas non plus étonnant parce que c'est un pokémon, et les pokémons peuvent avoir ce genre de comportement, il n'y a rien d'anormal dedans. Sauf qu'il lui arrivait de le faire très fréquemment, bien plus que la normale. Enfin, rien de tout ça n'était une réelle preuve de la vraie nature du Lucario.

Parce que oui, Sniper n'est pas un Lucario mais un Métamorph. « Hein ? » Ça, c'est ma réaction. Totalement naturelle. Mais.... hein ??? Comment c'est possible ?? Je... Euh... Je ne comprends pas. Je ne vois pas dans quel monde est-ce qu'un Métamorph s'est dit que ce serait une bonne idée de faire croire que c'est un autre pokémon pour intégrer une équipe pokémon. Je veux dire, c'est un peu surréel. « Euh, d'accord. Bonjour. » Le Métamorph me sourit. Genre, dans sa vraie forme de Métamorph. C'est un sourire un peu bête mais adorable en même temps. Et j'ai du mal à me dire que ce pokémon-là, c'était jusqu'ici un Lucario typique de son espèce, à savoir un peu solitaire et combatif, bref, un Lucario quoi. Et là, je le vois en tant que vrai lui. Euhm, du coup je ne sais pas trop quoi dire ni quoi penser. Ce n'est pas parce que je découvre ce qu'il est vraiment que je vais le rejeter ou quoi, mais... J'ai besoin de temps pour assimiler la chose. Je ne sais pas du tout quel était son but en faisant ça, sachant qu'en plus c'était un petit Riolu à la base ! Il a même fait genre il a évolué ! Mais !

Je m'assois par terre, ayant besoin de prendre un peu de temps. Le Métamorph – Sniper, c'est Sniper – s'approche et fait une petite mine. Il a l'air triste, un peu. Et j'imagine que c'est normal, il doit se dire que je ne veux plus de lui maintenant qu'il est redevenu un petit blob rose. « Ne t'inquiète pas, tu as été Sniper jusqu'à aujourd'hui et tu le resteras. C'est juste... J'ai juste besoin d'un peu de temps pour me faire à cette idée. » Le petit pokémon hoche de la tête et s'assoit sur mes genoux. Je le prends dans mes bras, et on reste là, par terre, à regarder le ciel et contempler la vie.

Je ne sais toujours pas quoi en penser, mais ce n'est pas si important parce que j'ai le temps de m'y habituer. Et je pense qu'au fond, même si le choc est encore présent, je me dis que tout ce temps passé a été avec Sniper, oui, mais c'était ce Métamorph depuis le début... Alors, au fond, même si son apparence change, c'est toujours le même partenaire qui a été là depuis le début. Peut-être que ça va être encore plus fun maintenant que je le sais et qu'il peut prendre n'importe quelle apparence de pokémon qu'il souhaite. Ou peut-être qu'il va garder l'apparence de Lucario comme il l'a toujours été, ça me va aussi très bien. Certaines choses vont forcément changer, et ça va bien chambouler mon quotidien, mais... Mais pourquoi pas ?

mots : 660



Patchwork de l'après Sanae_12
▬ avatar by cori ♥ | merci à pralou pour le dessin ♥
mini sacoche:
pour avoir confiance en soi:
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Bonaugure-