Le Deal du moment : -16%
HISENSE 43B30G – TV LED UHD 4K – 43″
Voir le deal
279.99 €

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 
» [Noël 2022] - La course de traîneaux !

Thomas Bauer

Thomas Bauer
Scientifique Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 1691

Région : Sinnoh
Mer 18 Jan - 7:14
Si tu pouvais faire tout ce que tu voulais Thomas. Qu'est-ce que tu ferais?
Voilà une drôle de question. C'est pourtant ce que Marguerite lui a demandé en ce matin du vingt-cinq décembre. C'est Noël. La fête des enfants. Et la patronne de Genius a tenu à faire des cadeaux à tout le monde. Mais pour Thomas, elle n'a pas choisi quelque chose de matériel. Non... Elle lui a posé cette question. Et depuis, le grand scientifique se triture les méninges. Plus rien n'est interdit et tout ce qu'il pourra faire sera couvert par la société Genius. Et possiblement effacé pour éviter toutes conséquences. Maintenant qu'il se pose la question, le rouquin se demande s'il a ressenti des interdits dans son travail. Bien sûr. Il n'a pas vraiment le droit de disséquer des pokémons pour voir comment ils sont fait à l'intérieur. Pourtant... Il l'a déjà fait. Et Marguerite a déjà couvert ses actions. Finalement, ce cadeau n'est qu'une acceptation orale de ses actions de tous les jours. Thomas souffle de déception puis, il se dit que ça n'a aucune importance. Noël est la fête des enfants et il y a bien longtemps que ce n'est plus son cas. C'est plutôt M.A.I.A et Jamie qui devraient en profiter. Et justement, il a l'idée parfaite.

- Magui! J'ai décidé de ce que j'allais faire! On va à Frimapic avec M.A.I.A et Jamie pour participer à la course de traineaux!

La petite stagiaire se retourne immédiatement sur sa chaise en entendant son nom et pousse un cri de ravissement à cette nouvelle. M.A.I.A est plus longue à la détente et après un petit tour sur le net comme le suggère ses yeux brillants d'une lueur violette, elle semble intéressée. Magui est plutôt surprise de ce choix mais, elle lance à Thomas un petit sourire énigmatique dont elle a le secret.

- Très bien! Prend Cobb avec toi. Vous avez feu vert pour la journée alors vous avez intérêt à remporter cette course!

Le garde du corps installe les bagages dans l'hélicoptère et le scientifique s'installe avec lui à l'avant. C'est le premier voyage dans le ciel pour Jamie. Elle est absolument ravie d'être à hauteur de nuage et regarde partout avec ravissement. Frimapic n'est pas trop loin. Après avoir contourné le Mont Couronné, ils arrivent sur les lieux de l'animation. M.A.I.A et la jeune fille aux cheveux bleus ont déjà élaboré une stratégie pour répondre aux exigences de la patronne. Normalement, on n'a le droit qu'à un seul pokémon pour participer à la course. Mais ils vont tous triché en cachant leurs pokéball dans le corps de métal de M.A.I.A. Ainsi, pendant la course, ils pourront les sortir et mettre leur adversaire hors d'état de nuire. Ainsi, trois pokéballs se retrouvent cachées dans le ventre de l'androïde. Thomas a choisit Paras, pour ses spores, Cobb a pris son Carvanha si jamais nous passons près de l'eau et Jamie utilisera son Marill pour attaquer. Pour l'inscription, c'est M.A.I.A qui prend un de ses pokémons pour la course. P.A.M est le choix le plus judicieux. En mode luge, elle leur permettra de profiter du terrain enneigé. Ils se retrouvent dans un traîneau, le sourire aux lèvres sans que personne ne se rendent compte de leur tricherie. Il y a bien eut des regards louches vers M.A.I.A mais rien d'inhabituel. Le Pingoleon est rapidement harnaché et leur embarcation d'un rouge bien vif est poussé jusqu'à la ligne d'arrivée. Thomas se charge d'étudier la carte, choisissant le parcours optimal.

- Regardez ici, dit-il à son équipe en montrant une zone difficile sur la route. C'est une pente qui pourrait mettre P.A.M en difficulté. mais un petit coup de boost et on pourra en profiter pour dépasser tous les autres concurrents.

Même Cobb se prend au jeu et analyse les adversaires qui lui semble les plus dangereux. Il propose justement de s'attaquer à cette file avec son pokémon glace. Tout comme Pingoleon, il pourrait profiter de la neige pour prendre les devants.
La course démarre sur les chapeaux de roue, une descente assez raide en ligne droite pour rappeler que cette attraction est surtout là pour amuser les gens en cette période de fête. Justement, Jamie s'amuse comme une folle et hurle de ravissement. M.A.I.A est plus discrète mais, Thomas est certain qu'elle apprécie aussi la vitesse. Les premiers sapins leur camouflent aux yeux des autres concurrents et l'équipe en profite pour sortir leurs armes secrètes. Cachés par le traîneau, le Paras du rouquin se glisse à l'arrière et diffuse ses spores sur tous les participants qui ont le malheur de se faufiler dans leur sillage. Personne ne pourra les dépasser avec le champignon à l'arrière. Ils entendent des cris et des gens hurlant sur les tricheurs mais, ça n'a aucune importance car aujourd'hui, ils font tout ce qu'ils veulent. Le passage difficile arrive et avec lui, une belle petite rivière où l'eau doit être glacée. Cobb sort son poisson et lui ordonne de lancer Aqua-Jet. Les rennes dans la gueule, le petit poisson propulse le traîneau sur la petite montée, frôlant quand même dangereusement la rivière. Le traîneau en tête n'est plus très loin et P.A.M rentre en mode Furie pour rattraper le pokémon glace. Maintenant c'est à Jamie d'intervenir avec son Marill. la ligne d'arrivée n'est plus très loin et la petite sourie bleue attend les ordres de sa maîtresse pour lancer un puissant Hydro-queue. Quelle ne fut pas la surprise de la participante quand elle vit arriver le traîneau à sa hauteur. Elle n'eut même pas le temps de réagir que embarcation était percuter violemment par l'attaque et allait se retourner sur le bord de la piste. Toute l'équipe hurla sa victoire alors que le Pingoleon glissant encore à toute vitesse vers la ligne d'arrivée. Victoire haut la main et pur plaisir sadique que d'enfreindre les règles sans se soucier des conséquences.

1070 mots
je fais la descente avec Pingoleon




Thomas Bauer
Genius
Autres comptes:
Béryl Glimmer
Zoé Wells

©️️ Edgar Io

Revenir en haut Aller en bas

Roy Harrison

Roy Harrison
Sbire Aqua

C-GEAR
Inscrit le : 21/06/2016
Messages : 1169

Région : Unys
Mer 18 Jan - 22:07
Contre-soirée
Animation de Noël 2022
Un unique message de Willi aura été suffisant pour bouleverser mon organisation. J’avais toujours fait en sorte d’être d’un professionnalisme irréprochable, de prioriser le travail et de ne jamais m’en servir à des fins personnelles. Voilà que je me vois faire l’exact opposé. La situation m’interroge, indéniablement : aurais-je troqué mes valeurs par mes actes ? J’ai utilisé les éléments à ma disposition – à savoir le mal-être de mon assistant à l’idée de ne pas pouvoir rejoindre ses proches pour les fêtes de fin d’année – dans l’unique but d’être intégré au groupe de chroniqueurs envoyés à Frimapic sur la période. Je n’ai volé la place de qui que ce soit, ce qui légitime mes actes au moins autant que le fait que, sur le papier, ils profitent davantage à autrui qu’à moi. Personne ne connait mes motivations, personne n’a idée du plan que j’ai échafaudé afin de pouvoir rejoindre ce sbire Aqua. Est-ce déraisonnable de s’octroyer une seule fois le droit à l’égoïsme après des années d’abnégation aveugle ? Je l’ai cru suffisamment longtemps. Aujourd’hui, je préfère pouvoir répondre positivement à Willi.


Salut Willi,
Sache que je dois justement me rendre à Frimapic pour le travail, alors ce serait avec grand plaisir. :)


Pour autant, malgré le cynisme de tout ceci, je reste gêné de mentir à mes collègues. Eux n’ont rien à voir avec mon sentiment de lassitude face à la vanité des efforts que j’ai pu déployer pendant tout ce temps. Ce sont des personnes que j’apprécie, sur lesquelles je sais pouvoir compter, mais pas en ce qui concerne cette double-vie que je mène. Surtout que les mensonges ne sont pas terminés. Plusieurs idées de stratagème ont fait leur chemin afin de justifier que je m’éclipse auprès de Willi sur différentes durées. Je suis déjà parvenu à récupérer la tâche de réserver les chambres afin de m’attribuer une chambre individuelle. Cela m’évitera d’avoir à justifier mes absences, car je n’ai aucune certitude sur le fait que l’Aqua et moi parvenions à n’en rester qu’à un verre. Je préfère minimiser les risques. Je joue là un jeu particulièrement dangereux, je n’en ai que trop bien conscience, mais cela en fait aussi une partie de l’attrait.

***

A Frimapic, les choses se déroulent plutôt bien. Odell nous a très vite laissés – non sans me remercier une dernière fois – avant de partir pour Littorella, rejoindre sa famille. Nous nous sommes rendus à l’hôtel, où j’ai pu feindre la surprise en découvrant que j’avais une chambre seule et non avec mes autres collègues masculins. J’ai fait mine d’être légèrement déçu mais de m’en accommoder, après tout nous sommes censés passer nos soirées tous ensemble et seulement retourner à nos chambres pour dormir. Alors, après avoir déposé nos bagages dans nos chambres respectives – réel soulagement de découvrir que ma chambre était à un autre étage que les leurs – nous sommes partis à la rencontre de l’équipe technique sur place, en centre-ville. L’impression qui m’est faite est très professionnelle, ce qui apporte une certaine assurance à notre petit groupe de journalistes unysiens. Il nous est d’ailleurs proposé de les rejoindre pour déjeuner au restaurant, dans une auberge du coin où ils semblent avoir leurs habitudes. L’attrait culinaire de Flavio couplé à l’enthousiasme toujours aussi débordant de Léontine nous conduisent à accepter, avec un regard entendu avec Ernest et Sophie. Le repas permet de faire plus ample connaissance avec nos collègues pour cette parenthèse à Sinnoh. Sans surprise, et au grand soulagement d’Ernest et moi-même, certains membres de notre groupe attirent l’attention sur eux, par leur extraversion. Les collègues de Frimapic semblent avoir leur équivalent, et ils animent assez bien le repas, à eux trois.

Le reste de l’après-midi, nous sommes affairés à notre installation sur le plateau de tournage, en extérieur. Il y aura dans notre dos une vue dégagée de Frimapic sous la neige, ce qui plaira forcément aux téléspectateurs, même si cela signifie rester dans le froid relativement mordant durant l’intégralité du temps de diffusion. Disons que je ne suis pas un grand amateur de températures négatives, même si l’environnement que cela crée est d’une beauté saisissante. Ce blanc immaculé à perte de vue, je trouve que cela invite à une certaine sérénité. Je songe à trouver un moment durant ce séjour pour m’éloigner du groupe et faire une randonnée en forêt afin d’y photographier la nature. Les vibrations de mon portable dans ma poche me ramènent aussitôt à la réalité. Je fais un pas de côté, de sorte que personne ne puisse lire par-dessus mon épaule et lis ledit message. Willi. Le bar de la réception du Pingoléon Royal. Vingt heures. Je réponds à la hâte d’un clin d’œil, de peur d’être surpris. J’attends que nous ayons terminé ici avant d’annoncer à mes collègues que je vais leur fausser compagnie. Je me replonge alors dans le travail.

Une fois les ajustements réalisés pour l’émission de demain, nous quittons les lieux. Flavio propose d’aller boire un verre en bas des pistes. Je regarde ma montre. Il est évident que, si je les accompagne, ils me laisseront difficilement les quitter après un seul verre. Je ne peux prendre ce risque d’être pris en otage, surtout connaissant Flavio et Léontine. Je dois renoncer, et autant le leur annoncer maintenant. Je préfère ne pas avoir à courir pour revenir vers l’hôtel où loge Willi. « Je ne vais pas pouvoir venir, je rencontre une source ce soir. » Je sais cet argument inattaquable par mes collègues, même si je lis de la surprise sur certains visages. « Sérieux, t’as trouvé le moyen de t’ajouter du boulot plutôt que de profiter ? » Notre chroniqueur cuisine n’en revient pas. « Ça ne me surprend pas, personnellement. » « C’est pour l’article ? » Je remercie intérieurement Sophie de m’offrir l’opportunité d’éviter tout risque de voir l’un d’entre eux apparaître au lieu de rendez-vous fixé par Willi. J’acquiesce. « C’est très important et j’ai besoin de discrétion. Alors personne à l’hôtel du Pingoléon Royal, sous aucun prétexte, okay ? » Les mettre en partie dans la confidence me semble primordial à la réussite de mon plan, même si cela signifie leur indiquer où je vais me trouver. Ils semblent tous saisir l’importance de ce que je leur demande, les voyant tous opiner du chef. « Amuse-toi bien, à ta manière ! » Léontine m’adresse un clin d’œil. « Et vous, ne vous amusez pas trop, sinon il y en a certains qui le regretteront demain. » J’ai droit à des rires et à une grimace du concerné par ma remarque. Nous nous séparons alors. Je sors sans délai mon portable, pour avoir l’itinéraire jusqu’au fameux hôtel. Je compte faire étape en centre-ville, jeter un œil à l’animation qui y est organisée, le temps que l’heure arrive. Il me tarde de rejoindre Willi.

Vingt heures approchant, je prends la direction du Pingoléon Royal et, quelques minutes plus tard, arrive devant l’entrée. J’aimerais être moins fébrile mais je sens mon rythme cardiaque accélérer. Je prends une profonde inspiration, avant de retirer mon bonnet et de replacer rapidement mes cheveux grâce à mon reflet dans la porte vitrée, puis en saisis la poignée. A l’intérieur, j’observe la pièce à la recherche du bar, ou directement de Willi. Je repère sans mal ledit bar où l’Aqua m’a donné rendez-vous mais je ne vois personne lui ressemblant. Je vérifie l’heure à ma montre, pris d’un doute, puis le message envoyé plus tôt dans l’après-midi. Tout est bon. Alors je continue jusqu’au bar, décidé à commander en attendant. « Bonsoir, un Martini Spritz. Floreale, s’il-vous-plait. » Je me retourne, dans l’espoir de retrouver un visage connu, et j’aperçois alors – dans un coin de la pièce peut-être plus isolé que les autres – une tête blonde, de profil. Il est là et je sens un sourire se dessiner. Une fois mon verre en main, je me mets en marche pour le rejoindre, je retire mes gants et les range dans la poche de ma veste. « Willi ? » C’est étrange de l’appeler comme tel à haute voix. D’ailleurs, je ne sais pas avec quel degré de proximité aborder ces retrouvailles, ce qui me rend moins à l’aise que ce que je souhaiterais. Je dois retrouver l’assurance de Castiel alors, quand l’Aqua se lève, je m’avance pour une accolade. L’intensité de mon étreinte trahit sans doute ma joie de le retrouver. Il s’agit de notre première rencontre sans fausse identité, d’un côté comme de l’autre. Si Willi avait déjà pu voir la couleur naturelle de mes yeux, il découvre celle de mes cheveux. Enfin, sauf dans l’éventualité où il aurait cherché mon nom sur internet. « Je suis content de te revoir, comment vas-tu ? » Tandis qu’il se rassoit, je me défais de mon manteau, puis ouvre la fine doudoune bleu ciel qui se trouvait en dessous. Je prends alors place dans le fauteuil lui faisant face.

Il est évident que les choses ont bien changé depuis la dernière fois, depuis Port Tempères. D’autant plus depuis les confidences que nous avons échangées par message. La proximité physique suite à notre mission commune avait ébréché notre distance émotionnelle. J’avais pu entrevoir quelque chose qui m’a interpelé, quant à sa relation à l’organisation, et la réciproque était probablement vraie, puisqu’il a décidé par la suite de s’ouvrir à moi concernant ses ambitions pour la team Aqua. Je lui ai fait par des miennes et souhaite sincèrement pouvoir lui faire confiance. Je prends d’énormes risques à l’heure actuelle, par ma simple présence devant lui, et j’espère ne pas être un simple pion. Si cela s’avère le cas, tant pis, nous pouvons toujours nous utiliser mutuellement ; je préférerais tout de même que Willi soit davantage qu’un simple allié.

1.634 mots



Je m'inscris avec : Maraiste S


[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 WDFvXqD

[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 T6MCDCo

[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 U9Iu4lC

[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 Sia8FBc

[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 TeRTCpH
avatar ©️️Côme Potte

Revenir en haut Aller en bas

Mister MP

Mister MP
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 21373

Jeu 19 Jan - 17:29


Petit rappel


Si vous participez avec plusieurs comptes, vous pourrez choisir quel lot ira à quel compte une fois tous vos lots récupérés. Veuillez noter que vous devrez les séparer : un lot par compte. heart



Les lots arrivent !

@Thomas Bauer • Avec votre Pingoléon, vous dévalez la pente à toute allure, et quand je dit à tout allure, c'est qu'il a littéralement foncé comme une flèche, si bien qu'on l'aurait presque perdu du regard, s'il n'était pas arrivé à la fin du parcours.
À votre arrivée, vous gagnerez votre lot...:

@Roy Harrison • Avec votre Maraiste S, vous dévalez la pente à toute allure, la petite bouboule rose fort mignonne va faire de son mieux et c'est déjà pas mal, de toute façon on l'aime trop pour lui faire le moindre reproche.
À votre arrivée, vous gagnerez votre lot...:





[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 Mpsigna_by_kith_cath-dbzshdd
avatar ©️ Elune Crowley ; signature ©️ Alan White.
Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 3095

Région : Sinnoh
Jeu 19 Jan - 18:50
Le départ est lancé et hop, on s'élance avec nos traîneaux. J'ai Sylphe avec moi parce qu'elle avait envie de s'y essayer, et contrairement à Eclat, elle n'a pas peur du froid, donc c'est parfait. En plus, elle a l'air de beaucoup s'amuser en m'aider à éviter les cailloux avec ses rubans qu'elle utilise comme des rames sur un bateau – c'est très pratique ! J'entends Jun qui s'éclate et qui rit en même temps, tout content de la sensation de vitesse et de glisse, et j'ai presque l'impression qu'il a oublié qu'on était censé faire la course. Du côté de Sean, je crois que c'est le seul à réellement prendre la chose au sérieux parce que je le vois déjà un peu loin devant moi. Il est donc temps de le rattraper et essayer de finir première !

Avec Sylphe, on esquive tranquillement certains autres dresseurs, mais ça se complique au fur et à mesure qu'on prend de la vitesse ; ceux de devant sont des as. Ils sont à l'aise avec la glisse, comme s'ils avaient toujours vécu dans un environnement enneigé ou alors qu'ils ont pratiqué un sport de neige depuis longtemps. Et Sean en fait parti. J'ai tendance à l'oublier, mais Sean est un sportif qui adore se donner du challenge et tester de nouveaux sports.
En tout cas, l'expérience de cette course est vraiment chouette. Je ne pensais pas aimer ça autant, et c'est une agréable surprise ! C'est un peu comme le ski, mais pas vraiment. En plus, le fait de pouvoir le faire avec un de nos pokémons est un plus non négligeable pour apprécier pleinement cette course.

Au final, la ligne d'arrivée n'est pas si loin que ça, et je les vois la passer. Je sens que la Nymphali est déçue, mais la victoire est tout de même de ne pas faire parti des derniers ! Une fois au bout et le traîneau rendu, je rejoins Sean. « Bien joué ! Tu étais super rapide ! » Mon ami affiche un sourire. « Merci. C'était fun, et puis la vitesse c'est mon domaine. » C'est vrai que tout ce qui est ski, snowboard, skateboard et tout ce qui est plus ou moins identique, font parti de ses sports favoris. Je crois même me souvenir qu'il aimerait un jour avoir sa propre moto.

Je vois Jun arriver, un peu frustré. « C'est pas juste, depuis quand vous êtes là ?! Je croyais vous avoir dépassé moi ! » On ne peut pas s'empêcher de rire à ce moment-là, parce que sa tête est beaucoup trop drôle, et puis le fait de croire qu'on était derrière lui sans avoir vérifié... C'est tellement du Jun tout craché. « On compte sur toi pour le dîner ! » Jun continue encore de râler pendant de longues minutes tout en nous suivant en dehors de la zone de la course de traîneaux. Je sais qu'au fond, il est juste déçu d'avoir perdu entre nous trois, mais qu'il va vite oublier ça et que ce sera une motivation supplémentaire pour lui de devenir encore meilleur. C'est comme quand il perd un match d'arène ou un simple combat, il va bouder pendant quelques minutes, et puis d'un coup il va être ultra motivé pour analyser ce qui n'a pas marché durant le combat, les points faibles et comment devenir plus fort. C'est une grande qualité chez lui que de savoir rebondir très vite après un échec.

Nous rentrons donc après cette course incroyable et Jun commence à nous préparer un bon plat qu'il sait bien faire. Même s'il continue légèrement de rouspéter, il a l'air d'être content de cuisiner quand même. Au final, j'ai aussi envie de cuisiner, mais toujours dans l'espoir de réussir la soupe de maman. Je laisse le blond préparer notre dîner, et si ma soupe est réussie ce sera un plus pour le repas.

C'est avec une bonne ambiance et de bons plats que l'on termine cette journée de course de traîneaux. Même si je ne parviens toujours pas à faire la même soupe que maman, ça s'en rapproche petit à petit et c'est une super victoire pour moi.

mots : 740


Je récupère le lot de Livia (23. Livia O. Fawkes - Tenefix - 1 assortiment de vitamines + 1 CT au choix) et je choisis la CT Ball'Ombre, merci ! ♥



[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 Sanae_12
▬ avatar by cori ♥ | merci à pralou pour le dessin ♥
mini sacoche:
pour avoir confiance en soi:
Revenir en haut Aller en bas

Zoé Wells

Zoé Wells
Agent Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 03/01/2014
Messages : 1199

Région : Kalos
Ven 20 Jan - 7:01
Il n'y a rien de plus mignon qu'un enfant emmitouflé sous plusieurs couches de pull. Mathilde ne lésine pas sur les protections. En même temps, Clémence n'a que six ans et c'est la première fois qu'ils vont à la montagne. C'est grâce à ma boite. On a fait un très bon chiffre d'affaire alors Christian, mon supérieur, nous a tous offert des chèques vacances. Et nous, au lieu d'aller à la plage comme tout le monde. On a décidé d'aller à la montagne. Mathilde voulait tellement emmener Clémence à la neige pour qu'elle voit ce monde tout blanc. Même si on se les caille, je dois bien avouer que je ne suis pas mécontent. Le temps est clair, la neige est immaculée et notre chalet est vraiment très confortable. L'appareil photo dans les mains, nous sortons enfin. Ma petite fille a un peu de mal à marcher avec ces grosses chaussures mais, dès qu'elle voit la neige, elle ne peut pas s'empêcher d'aller enfoncer ses petits doigts. Moi je mitraille en rigolant alors que ma femme lui saute dessus pour lui enfiler ses moufles. Ce n'est pas pratique pour jouer mais, au moins elle n'aura pas froid.

- On va faire de la luge ma chérie. Et ça serait bien que tu mettes tes gants toi aussi! Me dit-elle en prenant son ton de maman.

Je pouffe devant son air maternel puis, lui explique que je ne peux pas prendre de photo avec. Et c'est quand même pour ça qu'on est venu aujourd'hui. Pour ramener une tonne de souvenir.
Clémence oublie rapidement l'inconfort de son habit tellement elle est fascinée par tout ce qui l'entoure. Les gens ont tous de grosses combinaisons colorées et de drôles de bonnet avec des pompons. Le télé-siège est une aventure fantastique où elle vole au-dessus d'une mer blanche. Tout semble l'intéresser une fois arrivé en haut. Mais c'est surtout un grand traineau qui attire son attention. Il est tiré par un affreux pokémon avec une grosse fourrure violette. En plus, une odeur désagréable se dégage de lui. Et pour couronner le tout, parce que je n'étais pas assez dégouté par la bestiole, elle se met à cracher un jet de flamme pour se dégager un passage dans la neige. Clémence attrape la main de sa mère, elle a déjà bien comprit que les pokémons ne sont définitivement pas ma tasse de thé. Même Mathilde trouve l'attraction attrayante.

- Ce n'est qu'une ballade en traîneau. Elle ne risque rien.

- Pas avec ce pokémon! Tu as vu ces flammes! Et il pue la mort! Et tu ne la lâche pas! Jamais!

Je ne peux pas les accompagner... C'est beaucoup trop pour moi. Je me trouve déjà trop près de ce monstre violet. Mathilde fait le tour des traîneaux et choisit une bestiole marron qui ne va pas trop vite. Parfait pour me rassurer. Malheureusement, ce n'est pas au gout de notre fille qui commence à piquer une crise pour aller avec le Moufflair. C'est dans ces situations que je suis impressionné par Mathilde. Ma douce femme est capable de se montrer très autoritaire avec notre fille quand elle fait un caprice. Elle reste droite et implacable, obligeant la gamine a accepté ce compromis au risque de n'avoir aucune ballade en traîneau.

578 mots
Course de traîneau avec Mammochon
Meilleur partenaire de tous les temps!!!


[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 Mousti10
[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 Wtyh

Autres:
Niveau du mois
Thème hu
Revenir en haut Aller en bas

Naru Yatogame

Naru Yatogame
Dresseur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 12/10/2021
Messages : 16

Région : Johto
Sam 21 Jan - 21:31
(1 an avant la désertion de kyû)

Je te jure. J'ai compté. Kyû chuchote. Le temps et l'expérience m'ont appris que ce n'était pas bon signe. Elle n'est pas douée pour ça. Sauf en mission, heureusement. Elle ne nous a jamais fait repérer. Ce qui prouve qu'elle le fait au moins un peu exprès de se faire à moitié discrète. Seri-san aurait sans doute un truc à dire à ce sujet. L'excitation du danger, peut-être. J'entends souvent sa voix dans ma tête. Je sous-entends pas que je développe des hallucinations. Elle est devenue la voix de ma conscience en quelque sorte. Je me remémore nos conversations aussi pour mieux comprendre les choses. Rien de si étonnant au vu de tout ce qu'elle m'apprends sur moi-même et la psychologie humaine en général.

Revenons-en à Kyû. Je l'observe depuis ma table dans le mess. Elle est assisse avec une autre escouade, épaule contre épaule avec un soldat. Numéro inconnu. Je ne peux pas voir sa médaille d'ici. Notre distance prouve à nouveau qu'elle chuchote mal. Deux tablées entre nous et j'ai compris ce qu'elle disait. Certes, j'ai l'ouïe fine. Ce n'est pas le point. C'est aujourd'hui. Elle agite les bras avec excitation. A chaque fois, elle bouscule l'autre soldat qui ne bronche pas. Il a les yeux rêveurs. Je ne comprends pas pourquoi. Kyû parle un peu plus bat et compte sur ses doigts. Longtemps. Au point que l'adolescent en devient confus. Elle est parfois difficile à suivre. Kyû a un truc pour les chiffres. Elle est aussi la meilleure aux tests de mémoire. Ce n'est pas notre éclaireuse pour rien.

Le soldat parle et, lui, je ne l'entends pas. Je vois juste bouger ses lèvres. Je n'arrive pas à lire ce qu'il articule à cause de l'angle de sa tête. Kyû renchérit. Noël ! Plusieurs têtes se tournent. Elle le note, ne réagit pas. Moi, je suis déjà sur mes pieds. Je n'aime pas quand elle s'attire des ennuis. A chaque fois, je dois ramasser ses bêtises. Quelques enjambées et je suis à côté d'elle. Elle s'illumine en me voyant juste avant que je n'attrape le col de sa veste d'uniforme. Je tire, fort, pour qu'elle se lève à son tour. Elle gigote un peu avant d'obtempérer. Sen ! Tu fous quoi là ?! Boucle-là. Je grommelle.

Je la lâche pas jusqu'à ce qu'on ait passé les portes du mess.

Je m'inscris avec (espèce du Pokémon) : héricendre
Revenir en haut Aller en bas

Wren Steinford

Wren Steinford
Dresseur Galar

C-GEAR
Inscrit le : 19/10/2022
Messages : 7

Région : galar
Lun 23 Jan - 12:15
"rien de nouveau sous la neige"
(flashback - wren 10 ans)

D'aussi loin qu'elle s'en souvenait, la paume de son père lui ébouriffant les cheveux avait toujours semblé être capable de contenir le monde tout entier. Lorsqu'il esquissait ce geste, le petit cœur de Wren débordait de fierté. C'était lui qui avait su lui donner confiance en elle, que ce soit lorsqu'elle était haute comme trois pommes ou un peu plus grande comme aujourd'hui.

- Ma championne.

Callum irradiait de cette satisfaction toute parentale. Il brillait plus que cette médaille en toc qui pendait au cou de sa fille. Béate, elle l'avait été lorsqu'on la lui avait passé autour de la tête - avec quelques difficultés au vu de son bonnet à pompon - mais elle préférait ce moment. Juste son père et toute son attention qu'il posait sur elle.

Il la hissa dans ses bras pour fendre la foule de parents massés à proximité de la ligne d'arrivée.

- Bientôt, je ne pourrais plus te porter, le grand homme souffla avec une difficulté feinte dans la voix. Tu ne seras plus mon bébé pour longtemps.

Malgré l'envie d'être toujours avec lui, de l'avoir au petit soin, la voix d'une maturité grandissante à l'intérieur d'elle empêcha Wren de lui dire ce qu'elle pensait vraiment. Elle se contenta de rire avant de nicher la tête contre l'épaule si forte de son père. Des pensées contraires se mélangeaient dans son esprit. Parfois, elle voulait être une grande. D'autre, l'idée lui déplaisait fortement.

- Tu crois que Connor va penser quoi ?
- Il sera peut-être un peu déçu, répondit le paternel, pensif.

Le pauvre garçon avait fait une mauvaise chute la veille. Un passage chez un médecin de garde avait révélé qu'il s'était foulé le poignet. Sa participation à la course de luge étant annulée, il était resté à l'hôtel avec sa mère. Celle-ci lui avait promis qu'ils s'amuseraient bien à leur façon.

- Je vais lui donner ma médaille.

La voix pleine de finalité, Wren joua avec le cordon de cette dernière. Ouais, l'idée lui semblait bonne.

Merci pour le cadeau :)

(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas

Mister MP

Mister MP
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 21373

Lun 23 Jan - 23:19


Petit rappel


Si vous participez avec plusieurs comptes, vous pourrez choisir quel lot ira à quel compte une fois tous vos lots récupérés. Veuillez noter que vous devrez les séparer : un lot par compte. heart



Les lots arrivent !

@Zoé Wells • Avec votre Mammochon, vous dévalez la pente à toute allure, il est clairement dans son élément ! Il va faire de son mieux pour remporter la victoire !
À votre arrivée, vous gagnerez votre lot...:

@Naru Yatogame • Avec votre Héricendre, vous dévalez la pente à toute allure, bon... Il est disons... moins dans son élément ! Mais avec un peu de chance il va arriver en bas sans tout faire fondre ni se transformer en glaçon !...
À votre arrivée, vous gagnerez votre lot...:





[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 Mpsigna_by_kith_cath-dbzshdd
avatar ©️ Elune Crowley ; signature ©️ Alan White.
Revenir en haut Aller en bas

Zoé Wells

Zoé Wells
Agent Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 03/01/2014
Messages : 1199

Région : Kalos
Mar 24 Jan - 7:18
Mes pieds s'enfoncent dans la neige à chaque pas et m'obligent à faire beaucoup plus d'effort. Heureusement que j'ai ma grosse combinaison mais, je sus affreusement là-dedans. De base, je ne suis pas un sportif. Mathilde et Clémence sont parties pour leur balade en traîneaux et moi je me dépêche de les rejoindre à pieds jusqu'à leur destination d'arrivée. L'homme qui s'occupe de l'attraction me propose de m'emmener avec lui mais, quand il me montre son moyen de transport, je refuse directement. Un pokémon. Toujours des pokémons. Je déteste les pokémons. Pas question de m'approcher d'eux, pas question de les utiliser. Ce ne sont que des monstres stupides, juste bons à obéir aux ordres des humains. Et moi, je ne serais pas assez bête pour croire qu'ils m'obéiront juste parce que je suis humain. Moi, je sais qu'ils sont dangereux et que parfois ils sont aussi incontrôlable. Je ne me mettrais pas en danger. Justement, je grommelle car, Clémence et Mathilde sont en ce moment même entre les mains d'une de ces bestioles. Et même si c'était la plus lente, il y a déjà belle lurette que le traineaux n'est plus visible. J'espère qu'il n'ait rien arrivé de fâcheux. Je commence à m'inquiéter et à imaginer les pires des scénarios.

- Non non Jim!!! Arrête de faire ton paranoïaque! Tout va bien se passer! Elle est avec Mathilde et la bestiole avait l'air inoffensive.

Du moins, elle semblait beaucoup moins dangereuse que celle qui crachait du feu. Ces pokémons là sortent tout droit des enfers! Je tente d'accélérer le pas, me fatiguant encore plus. Des gens montés sur toutes sortes de bestioles le dépassent. Ils sont plusieurs à me proposer une place mais, je refuse obstinément. J'ai réussi ma vie sans pokémon et sans passer par la case dresseur. Ce n'est pas aujourd'hui que je vais changer mes convictions.
Enfin, la ligne d'arrivée est devant moi. Tous les traineaux sont arrivés et je constate que ma femme et ma fille ne sont plus sur le leur. Où sont-elles? Je continue de me rapprocher, fouillant des yeux toute la foule. Cherchant la chevelure blonde de Mathilde et la combinaison violette de Clémence. C'est alors que je vois l'impensable. Les mains dans la fourrure puante, le visage à portée de croc et ma femme qui sourit et minaude avec le conducteur de traîneau.

- Clémence! Non! Ne touche pas à ce monstre! Ne t'approche pas!

J'arrive comme un fou et attrape ma fille alors que le dresseur calme son pokémon apeuré par mes cris. Il me dit de me calmer, que je fais peur à sa bestiole chérie alors qu'il est incapable de la contrôler. Je lui hurle dessus que ce n'est qu'un débile qui joue avec le feu et Clémence se met à pleurer. Ses mains sont toutes sales à cause de la fourrure crasseuse de l'animal. Je m'énerve encore plus, regardant ma femme avec tout le mépris dont je suis capable. Je lui rappelle qu'elle devait prendre soin de notre fille et pas faire les yeux doux au premier homme qu'elle croise.

- Ce n'est pas ça du tout! Clémence voulait juste toucher le Moufflair. Il n'est pas dangereux! Pascal le dresse depuis qu'il est sortie de l'oeuf.

- Oooooh Pardon! Si Pascal le dit! C'est qu'on peut lui faire confiance! Tu es beaucoup trop naïve Mathilde! Et tu mets notre fille en danger!

- Tu es ridicule Jim! Tu me fais honte! Rentrons!

Comme d'habitude, la dispute se solde par une bouderie de sa part. Maintenant elle refuse de me parler. Mais je sais que ce soir elle se sera calmer. En attendant, Clémence pleure toutes les larmes de son corps et passe de très mauvaises vacances...

661 mots

Je récupère les superbonbons et je prends 2 Pomme d'or


[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 Mousti10
[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 Wtyh

Autres:
Niveau du mois
Thème hu
Revenir en haut Aller en bas

Iago E. Fitzroy

Iago E. Fitzroy
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 21/02/2021
Messages : 252

Région : Unys
Mer 25 Jan - 0:46

Il neige. Il aime bien la neige, elle fait comme un tapis matelassé qui vient assourdir les bruits et faire comme une épaisseur de coton sur tout ce qui se passe. La grisaille du ciel d’hiver ne le dérange pas le moins du monde, et il y a, dans l’attitude des gens qui se pressent pour rentrer chez eux et se mettre au chaud, quelque chose qui le fascinera toujours. Quelque chose propre à cette période de l’année, tout particulièrement. Quand les jours se font trop court et qu’il fait bien trop noir dès le début de la soirée.

Emmitouflé dans un épais manteau, son bonnet sur la tête, il se grille du clope devant la librairie qui fait l’angle de la rue. Sans trop le réaliser, son regard en est venu à se perdre en direction du square, tout proche, ou des enfants s’amusent à la lueur des lampadaires et du sapin richement décoré. Leurs rires, leurs jeux, voilà qui le ramènent bien des années en arrière. Cela fait une éternité, maintenant. Les parents de Sybille s’étaient résolus, au fil des ans, à ce que leur fille ait pour meilleurs amis deux des petits voisins du quartier, Iago et Yanis. Et à force de se voir les uns chez les autres, ils avaient suggéré, une année, à ce que les deux amis viennent avec eux pour un séjour à la neige.

Un très bon souvenir, pour le petit Iago de dix ans, alors.

« Dépêche ! »

Les deux garçons dormaient dans la même chambre d’hôtel, sur deux petits lits séparés, non loin de la chambre des parents de Sybille et celle des deux filles (leur amie et sa sœur). La veille, les enfants s’étaient retrouvés pour une soirée jeux de société et avaient pour consigne « N’oubliez pas, vous devez être habillés et descendre pour le petit déjeuner à 9h, on se rejoint dans la grande salle ». Pas une consigne des plus horribles à suivre… et pourtant. Les cheveux dans tous les sens, baillant à s’en décocher la mâchoire, le jeune Fitzroy n’avait pas les mêmes difficultés à dormir que maintenant… au contraire, même.

Et quel duo que Yanis et lui ! Le Norwood, de par l’éducation strict de son père, était toujours prêt, impeccable… on ne pouvait pas en dire de même de son compère. Se réveiller fut difficile, et Yanis est venu le secouer pour qu’il s’extirpe enfant des couettes. La salle de bain, il y entra à grand renfort de grimace, aussi. « Ils ont dit 9h ! » Le concept d’heure, pour Iago, c’était au doigt mouillé, à l’époque. Traînant la patte, on ne pouvait pas dire qu’il y mettait du sien, sortant en haussant les épaules de la salle de bain, toujours avec son haut de pyjama.

« Allez, ‘Iag ! Puis j’ai faim moi !
- Roh, ça va, j’arrive.
- Dépêche !
- Oui oui. »

Un exemple de rapidité, ça s’voit pas ? (non) Tout en se contorsionnant pour terminer de se changer, il n’était pas un modèle d’énergie, alors. (il n’avait pas encore goûté au café et ne savait rien du rôle prépondérant de celui-ci dans sa vie futur) Pire, plus on lui disait de se dépêcher, moins il en avait envie. Comme une forme de provocation inconsciente, peut-être ? L’idée de se faire attendre ? Ou sans doute ne mesurait-il pas vraiment les conséquences d’un retard… un retard sur une heure de petit déjeuner dans un hôtel en bordure d’une station de ski, effectivement ce n’était sans doute pas catastrophique, mais bon… Ils n’étaient que des « invités », des pièces rapportées de la petite famille Reiner, et c’est vrai que ça ne le faisait pas. Mais à dix ans, ce genre de conception ça le dépassait bien.

Achevant de s’habiller, il bailla une nouvelle fois sans la moindre élégance, sous l’œil agacé de Yanis, déjà chaussé et debout, lui. Le Fitzroy s’arrêta, l’observa et demanda : « Le bâillement est-il contagieux ? » Une bonne réflexion à avoir de bon matin, ça. Mais vu la tête atterrée de son ami, on pouvait dire que celui-ci ne le voyait pas de la même manière.

« Quoi ?
- Si j’arrête pas de bailler, tu vas bailler aussi ?
- Mais je sais pas ! Je m’en fiche ! Grouille-toi ! »

Avec une moue déçue, Iago se remit à lacer ses baskets, presque mécontent du manque de considération de son ami.

« Pfff. Ça va, au pire ils mangent sans nous et on arrive !
- T’es naze. Ils vont se dire qu’on est des boulets.
- Mais non !
- Et en plus, Sybille voulait nous faire voir un truc, là !
- Ouais ouais. »

Pas stressé le moins du monde, Iago termina de se préparer et passa une main dans ses cheveux. « C’est booon ! » Yanis le fusilla du regard, alla ouvrir la porte de la chambre et le laissa passer : « Allez, on y va ! ».

Le Fitzroy lui tira la langue en passant devant lui, et à peine la porte claquée derrière eux (Yanis en charge de garder la carte magnétique pour l’ouvrir), le Norwood passa devant son ami. « On court ! »

Ce n’était pas une question, juste un fait. Et déjà, les deux têtes brunes se mirent à courir dans le couloir jusqu’à pousser la porte de l’escalier. Si y’a course : on court. Prendre l’ascenseur ne leur effleura pas l’esprit.





(889 mots)


Je m'inscris avec Limaspeed S.


(ava) ©vanee (dc) giacomo - santiago

[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 UNMHZVp
moodboard.:
Revenir en haut Aller en bas

Thomas Bauer

Thomas Bauer
Scientifique Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 1691

Région : Sinnoh
Mer 25 Jan - 7:02
J'ai du mal à comprendre cet instant. Marguerite nous a donné feu vert pour cette journée. Nous avions le droit de faire tout ce que nous voulions. Il n'y aurait aucune conséquence. Thomas a alors décidé de participer à la course de traineaux. Et comme nous savions qu'il n'y aurait pas de conséquence, nous avons enfreint toutes les règles. Et nous avons gagné. Je ne critique pas le choix de mon maître. Je dois bien avouer que j'ai particulièrement apprécié cette animation. Nous étions une vrai équipe soudée même si c'était juste pour tricher. Ce que je ne comprends pas, c'est que maintenant que nous avons remporté la victoire, nous devons recevoir notre prix. Sauf que nous ne nous sommes pas caché vis-à-vis de la tricherie. Tous les participants nous ont vu sortir d'autres pokémons et les attaquer. Mais comme Marguerite l'avait dit. Il n'y aurait pas de conséquence. Et pour respecter sa parole, elle use de son influence et de Cobb pour obliger les organisateurs à nous remettre notre prix. à cet instant, tous les gens autour de nous sont en colère. Je le vois. Ils froncent les sourcils et la commissure de leurs lèvres est basses. Les murmures désapprobateurs et les signes de dénégations sont partout. Nous avons triché et ils ne sont pas contents. Je sais à quel point les humains aiment leurs règles et détestent particulièrement quand certains de leur propre espèce les enfreignent. Ce qui est étrange, c'est de voir que Jamie est affreusement mal à l'aise devant eux. La jeune fille garde ses mains dans ses poches et n'arrête pas de danser d'un pied sur l'autre. Elle a peut-être froid mais, je sens à son regard fuyant qu'il y a aussi de la gêne. Alors que Thomas est resté droit dans ses bottes et sourit à tous le monde comme si c'était le grand vainqueur. Ce qui est le cas mais, je ne comprends pas la réaction de Jamie.

- Tu n'es pas contente d'avoir gagné? Finis-je par lui demander alors qu'un homme emmitouflé dans une grosse combinaison bordeau s'approche de nous.

- Si si... Mais je serais plus à l'aise quand tous ces gens ne nous dévisageront plus...

- Ahlalala! Jamie, tu te préoccupes trop du regard des autres. Qu'importe ce qu'ils pensent. L'important c'est ce que toi tu penses. Toi et moi, nous ne sommes pas comme le commun des mortels. Alors nous ne pouvons pas réagir comme lui. Non?

Il semblerait que Thomas ait trouvé les mots juste. La jeune fille lui sourit de toutes ses dents limées et hoche la tête avec conviction. Elle abandonne rapidement sa posture de gêne pour redresser le torse et accepter avec fierté cette récompense. Pendant ce temps-là, je médite les paroles de mon maître. Thomas et Jamie sont des génies. Effectivement, ils peuvent réagir et faire ce qu'ils veulent. Mais moi... Je suis un pokémon. Comment devrais-je réagir? Je regarde P.A.M, qui se tient fièrement à coté de moi. Pour elle, les règles des humains ne s'appliquent pas. Tout ce qu'elle voit, c'est qu'elle a obéit aux ordres et apporté la victoire à sa dresseuse. Je devrais en faire de même. Pourtant, je ressens encore de la gêne devant tous ces regards désapprobateurs.

575 Mots
Je récupère mon Sérum S! Il est utilisé immédiatement sur Porygon! Gnihihih! M.A.I.A prend enfin forme!




Thomas Bauer
Genius
Autres comptes:
Béryl Glimmer
Zoé Wells

©️️ Edgar Io

Revenir en haut Aller en bas

Luka d'Harcourt

Luka d'Harcourt
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 08/03/2022
Messages : 212

Région : Sinnoh
Mer 25 Jan - 7:46
Depuis le temps qu'il vit aux crochets de Luka, Ionus n'a jamais cessé d'être confus face aux us et coutumes des humains d'aujourd'hui. Il lui semble qu'il devrait s'être habitué après avoir vécu à leur côté durant une période si étendue. Ionus a néanmoins encore une notion très personnelle du temps qui passe. Il lui semble qu'il connait Luka depuis une éternité imagée mais qu'est-ce que cela peut bien signifier pour une créature immortelle sous cette forme qui est la sienne ? Il est certain qu'il a existé plus longtemps sans son hôte qu'avec elle. Parfois, il se demande néanmoins ce qu'il en est de ses années de vie quand il était tout aussi fait de chair qu'elle. A cause de cette connexion si forte entre eux, Ionus a à nouveau hérité de préoccupations très humaines. Un cadeau aussi bien qu'une tare. Alors, il se questionne sur leur existence commune. Il ne peut même pas la questionner elle, il est évident que l'esprit de Luka reste confus sur certains points. Elle apparaît plus normale aux yeux du monde mais il sait qu'il n'en est rien. Il partage ses pensées après tout.

Ionus pourrait se fier aux marqueurs posés dans le calendrier humain comme des balises de ce temps qui passe si il avait une réelle compréhension de leur existence. Prenons ce moment par exemple.

Un beau jour, alors qu'il flotte paisiblement dans la chambre d'hôtel où ils ont choisi de s'échouer pour quelques jours, Luka tire les rideaux et découvre que la rue familière à l'extérieur a changé. De longs fils s'étirent entre les façades. Ils n'ont rien en commun avec ces autres câbles porteurs d'électricité - un vrai mystère pour Ionus - qui peuplent les villes et les campagnes. Ils sont clairs et trop rassemblés. Luka leur accorde peu d'attention et se dirige vers la salle de bain dans un bâillement jusqu'à ce que Ionus la retienne. Le lien s'est étiré entre eux. « Regarde. » Il insiste. Sa voix dans l'esprit de la petite est devenue aussi naturelle que si il avait sa propre bouche pour s'exprimer. Luka revient vers lui, diligente comme à l'accoutumé. « Ces choses rouges. » La blondinette se penche contre la fenêtre avant de la soulever avec un petit soupir frustré. Elle passe la tête à l'extérieur. « Quoi ? » « Que vois-tu ? » Il se presse à ses côtés. Avec ses pouvoirs, il est facile pour Ionus de quitter la sécurité de la chambre pour y voir plus clair. « Que font ces branches là ? » Il désigne des branches de sapin fixées à un appui de fenêtre. « Et ses arbres ? » Luka frissonne. Il le sent dans ce tremblement au niveau de son écharpe. Son attention revient vers elle et il observe les joues rougies de la jeune fille. « Tu as froid, petite ? » Elle hausse les épaules. « Un peu. » Comme souvent, il lui faut du temps pour faire l'effort de communiquer quand elle estime qu'un geste est tout aussi significatif. Il comprend. C'est naturel. Ionus préfère néanmoins ne pas la laisser s'adonner trop souvent à la paresse. D'autant plus quand elle ne lui apporte rien et alors qu'il est encore si important qu'elle fasse usage de sa voix.

« Le solstice doit être proche. » Il a cette pensée pour lui-même. La fenêtre a été fermée et il repose sur la cuvette des toilettes pendant que Luka prends sa douche. Il ne s'agit pas là de son moment préféré de la journée. Sécher son écharpe va encore lui demander des heures.
Je m'inscris avec (espèce du Pokémon) : lixy
Revenir en haut Aller en bas

Mister MP

Mister MP
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 21373

Mer 25 Jan - 22:53


Petit rappel


Si vous participez avec plusieurs comptes, vous pourrez choisir quel lot ira à quel compte une fois tous vos lots récupérés. Veuillez noter que vous devrez les séparer : un lot par compte. heart



Les lots arrivent !

@Iago E. Fitzroy • Avec votre Limaspeed S, vous dévalez la pente à toute allure, c'est lui, à coup sûr, qui va battre tous les records de vitesse, si l'on en croit sa réputation !
À votre arrivée, vous gagnerez votre lot...:

@Luka d'Harcourt • Avec votre Lixy, vous dévalez la pente à toute allure, il veut tellement vous faire plaisir, il gagnera au moins la première place dans votre cœur !
À votre arrivée, vous gagnerez votre lot...:





[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 Mpsigna_by_kith_cath-dbzshdd
avatar ©️ Elune Crowley ; signature ©️ Alan White.
Revenir en haut Aller en bas

Uttara Jagadisha

Uttara Jagadisha
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 10/10/2021
Messages : 311

Région : Alola
Mer 25 Jan - 23:58

La course de traîneaux

Uttara avait posé sa caravane à quelques centaines de mètres du Dôme Royal, afin d’affronter Kiawe, prochain champion de sa quête. Cependant, ses pokémon n’étaient pas encore au niveau et l'entraînement se prolongeait, entrecoupés de temps pour l’écriture d’articles à revendre. A la demande d’un magazine, il avait prévu un court saut à Sinnoh afin de couvrir le festival d’hiver, à Frimapic.

Cependant, Uttara n’avait pas une très grande habitude de la montagne. Son expérience au Mont Lanakila lui avait fait réaliser qu’il n’était pas équipé. Vêtements chauds, pneus neiges et stock de boissons chaudes lui manquaient, entre bien d’autres, ainsi il s’était dirigé vers le centre commercial le plus proche pour les acquérir. A son arrivée, le parking était presque vide et il installa son véhicule stratégiquement entre les différents magasins qu’il allait éplucher.

Arrivé devant le premier, il se retrouva face à volet métallique. Pas de mot annonçant une fermeture exceptionnelle. En cette fin de matinée, Uttara n’en comprenaient pas la raison. Puis il fit le rapprochement. Comme la plupart des autres, l’enseigne avait le lundi pour jour de repos. Ce qui signifiait également que l’avion du dresseur décollait seulement quelques heures plus tard.

Dans sa tête, le cliquetis d’une horloge marquait les secondes. Ou peut-être plus vite, sa perception du temps était influencée par son stress. Uttara mit de côté ses achats nécessaires, il n’aurait pas de mal à trouver des équivalents une fois sur place. Pour l’heure, il était temps de regagner sa caravane et prendre la route de l’aéroport.

Heureusement, déplacer sa maison avait un avantage certain : il pouvait à tout moment accéder à toutes ses affaires. Aussitôt garé, il attrapa un sac de voyage et y glissa tout ce qu’il jugeait important. Matériel pour son travail, vêtements, trousse de toilettes. Tout était savamment rangé à portée de main, lui évitant de courir de pièce en pièce.

Malgré le rythme qu’il devait tenir, il était relativement calme. Tout le contraire lorsqu’il entra dans le hall de l’aéroport. L’angoisse ambiante se propagea, les allers-venues alentour accéléraient ses propres pas et, s’il n’était pas au point d’en venir à la course, son cœur, puisqu’il en avait un, avait accéléré. L’embarquement s'arrêta quelques minutes à peine après son passage et il trouva la place qui lui était réservée, écrasé contre le hublot pour s’éloigner au maximum de son voisin. Il avait déjà hâte d'atterrir. Ce vol s’annonçait compliqué.




Je m’inscris avec Osselait


Uttara s'exprime en #818598.


[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 6mPIOXN
Timbres:
Revenir en haut Aller en bas

Molly Strauss

Molly Strauss
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 21/11/2019
Messages : 2361

Région : Kantô
Jeu 26 Jan - 1:04
ꕤ ꕤ ꕤ
{ la course de traîneaux }
534 mots ✰ animation
Cette température la renvoie au Mont Lanakila. Le froid, la neige, Justin… Survivre à une avalanche et une attaque de sablaireaux, rien de mieux pour renforcer les liens. Son intérêt pour l’agent a débuté pendant le deuxième jour de l’exploration, avant les circonstances catastrophiques. Molly l’identifiait comme un jeune homme embêtant et autoritaire, elle n’attendait que le feu vert pour l’attaquer verbalement. Son mur de pierre a pris un sacré coup quand Justin a approuvé la liberté des pokémons, la rose ne s’attendait pas à un point en commun. Puis quand il a proposé un tour de vol à Buttercup, le cœur de la dresseuse était touché. Un inconnu qui offre de réaliser le rêve de son petit monstre ? Il gagnait des points imaginaires. Molly ne peut pas expliquer le baiser sur la joue, cette action était déplacée, mais… elle ne le regrette pas. Sa défense diminuait quand le blond riait, quand il rougissait et quand il s’inquiétait. La dresseuse ne s’imaginait pas développer un lien si puissant avec Justin, quelle belle surprise.

L’aventurière visite pour la première fois Frimapic. Le paysage est un bonbon pour les yeux, la ville ressemble à un endroit dédié à la magie de Noël. Les visiteurs semblent tout aussi charmés par les décorations et les nombreuses activités. L’hiver n’est pas sa saison favorite, mais elle pourrait bien le devenir si Justin continue à agir comme un grand enfant. Molly voit des étoiles dans son regard, c’est rassurant de le savoir joyeux et en bonne santé. Tout comme son partenaire, la rose ne cache pas son excitation. Elle sautille de joie, elle pointe tout ce qui attire ses prunelles et elle capture les précieux souvenirs dans son téléphone. Fraise et rhubarbe, c’est ça ? « C’est bien ça, ta mémoire est impeccable. » L’aventurière capture dans ses bras son compagnon et l’embrasse avec douceur. Elle ignorait que passer le temps des fêtes avec son humain préféré pouvait masquer tous les petits problèmes qui la préoccupent. Elle se sent imbattable, c’est parfait pour la course.

« T’es prête Mélo ? » Installée confortablement dans un porte-bébé improvisé, la petite fée agite ses bras et répète son nom. Enveloppé dans un manteau et une écharpe, le pokémon ne risque pas d’avoir froid. Molly ajuste l’installation pour que le tout soit sécuritaire, elle ne remarque pas l’admiration de son partenaire. Sans toi, ça aurait été dur de remonter la pente La rose est bien contente d’avoir une écharpe qui cache ses joues rouges, elle ne s’attendait pas à un tel discours. Quand Justin se rapproche, Molly se rapproche un peu plus à son tour, elle déteste la distance qui les sépare. « Ça me tuait de savoir que tu étais seul dans une chambre d’hôpital, je ne supportais pas l’idée de rester loin de toi pendant que tu étais dans cet état… Être ici avec toi, pendant cette période de l’année, j’ai l’impression d’être sur un nuage. » tout comme lui, l’aventurière n’est pas une experte pour verbaliser ce qu’elle ressent, elle s’améliore lentement. « Je t’aime aussi. » Son sourire s’étire. Sans hésiter, elle attrape la main de Justin et la serre. « Ensemble. » Pour le meilleur et pour le pire.

Je m'inscris avec : Mélo


pretty in pink.
crackintime
[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 JhqppiF
[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 63ir[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 Xo07[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 0q3k
[Noël 2022] - La course de traîneaux ! - Page 6 DUexgPe
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 6 sur 8) Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Frimapic-