Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
» Run fast / Santiago

Gavriel Kama

Gavriel Kama
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 18/08/2022
Messages : 126

Région : Kantô.
Mer 7 Sep 2022 - 23:39
septembre 2022, céladopole

T'as prévu quoi pour ce soir Scar ? Tout en préparant un verre, Zoé te questionne d'un sourire que tu sais tout sauf innocent. Cela fait plusieurs semaines que lorsque vous travaillez ensemble au bar, elle te lance des petites taquineries et autres niaiseries dans lesquelles tu ne tombes pas - tu la trouves bien trop entreprenante et collante pour tenter quoique ce soit avec elle. Haussant les épaules d'un air négligeant, tu lui réponds sans détours. — Rien, j'vais juste rentrer et me poser. Rejoindre ton studio un peu miteux, t'écrouler dans ton lit et simplement dormir - ces temps tu enchaines pas mal les heures supplémentaires, et le manque de sommeil commence à se faire ressentir. — Ah ? Ça te dirait d'aller boire un verre ? C'était donc ça, penses-tu en pestant intérieurement. Tu n'es pas du tout intéressé par sa proposition, et si tu veux prendre du bon temps dans d'autres bars de Céladopole, ce n'est pas à Zoé que tu penses immédiatement. Encaissant les pokédollars à un type dont tu viens de servir trois verres, tu secoues la tête. — Si j'veux boire un verre c'est gratos ici. Tu hausses les épaules en souriant, profitant de ta petite pique pour tourner le dos à la jeune femme - ton service se termine dans deux minutes, alors ni une ni deux, pas question de trainer derrière le bar. Vu que Joey, celui qui te remplace, est justement en train de se pointer, tu leur lances un bref hochement de tête avant de disparaître dans les entrailles du bar, direction le vestaire.

plus tard

Tu connais Céladopole comme ta poche, surtout les ruelles sombres et peu recommandables. Les mains dans les poches, capuche tirée sur la tête, tu avances d'un pas sûr, ne craignant pas les ombres qui menacent de t'entourer. Et pourtant quelques rues plus loin seulement, la proximité du casino éclaire les environs de ses nombreuses lampes et autres sports, avec ses riches joueurs et nombreux flambeurs. Le plus rapide pour toi afin de rentrer est de contourner l'imposant établissement, de passer par derrière, par cette ruelle où s'entassent les sacs de déchets. Le regard dans le vide, tu ne fais pas attention en bousculant de l'épaule un type qui passait par là, juste avant que tu ne t'engouffres dans la ruelle. — Mh. Reprenant tes appuis, tu hausses les épaules, sans agressivité toutefois, chose plutôt rare pour toi. — Désolé, je t'ai pas vu. Une petite bousculade, rien de bien grave, mais tu sais qu'en fonction de ta "victime", les choses pourraient ne pas en rester là.

@Santiago Lucci
Revenir en haut Aller en bas

Santiago Lucci

Santiago Lucci
Coordinateur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 18/04/2022
Messages : 225

Région : Alola
Mer 21 Sep 2022 - 23:36
Aller au casino, les jeux d’argent, jouer aux cartes ou appuyer sur un bouton pour voir si la chance est avec lui... c’est pas souvent, mais quand il en a l’occasion Santiago ne dit jamais non. Il est bon public et puis... il aime tenter le hasard et voir jusqu’où celui-ci peut le mener. Faut dire, que ce soit dans un lieu pareil ou entre potes, il s’en sort pas mal au poker ou au blackjack. Il y a une sorte d’adrénaline et d’excitation quand on a une main heureuse qu’on ne retrouve nulle part ailleurs.

Et ce soir, particulièrement, sa bonne étoile est là. Un premier tour aux tables lui a permis d’accumuler des jetons de départ, puis les machines ont été généreuses. S’en est suivi une partie de poker très serrée mais dont il est sorti vainqueur d’un tour de table très prenant, sous les yeux d’un type insondable derrière ses larges lunettes noires et au visage fermé, patibulaire. Ce dernier n’a pas eu l’air d’apprécier la défaite, ni le « Bien joué ! » tout sourire du Lucci qui a souhaité lui serrer la main (vaine tentative). Et bien quoi ? Faut bien être poli !

Arrivé tranquillement en fin d’après-midi avec des amis à lui (dont celui qui l’a invité sur Céladopole), il s’est laissé porter par les évènements. C’est souvent comme ça au casino, non ? Un grand verre à cocktail, la tenue qui va bien (pantalon de toile noir, veste assortie sur chemise jaune), bien habillé mais pas trop non plus. Il sourit à qui croise son regard et maintenant qu’il a pas mal de jetons en poche, se contente de déambuler tranquillement dans les allées de tapis rouge, observant ce qui se passe ici et là.

Cela doit faire plus de trois heures qu’ils sont arrivés mais il s’est séparé des deux autres et ne les retrouve plus. Pas besoin d’être inquiet, ce n’est pas dans sa nature ni dans celle de ses amis. Pas de réponse au SMS envoyé, tant pis, il retrouvera sa route jusqu’à l’appartement où il est hébergé. Et puisqu’il a été en vaine, il sent que c’est le bon moment pour rentrer. Un petit pécule de 400$ de gagné, franchement... Il faudra qu’il revienne ! Alors il passe transformer ses jetons en billets (ni sonnants ni trébuchants) et prend la direction de la sortie.

Tout en tapotant sur son téléphone pour prévenir qu’il quitte le casino à pieds, Santiago ne prend pas conscience des deux silhouettes qui le suivent... Non, lui il poursuit sa route tranquillou, le sourire de l’homme chanceux sur le visage. Il apprécie la légère brise fraîche de ce mois de septembre et progresse sans bien savoir où il va. A tout moment il pourrait regarder sur le GPS de son téléphone, mais pour le moment... Pourquoi se stresser ? La seule chose dont il se souvient c’est qu’avec ses amis ils sont arrivés par l’arrière du casino, alors autant prendre le même chemin.

Il contourne donc, à la lueur des lampadaires, et s’arrête net quand son téléphone se met à vibrer.

Message reçu de Matt. – 23:02, jeudi
On t’a cherché on t’a pas trouvé. T’as pas rép du coup on est parti se poser au club à côté de chez Jax. Tu dis quand t’es à l’appart, on te rejoindra !

Il sourit distraitement et va pour répondre, quand il percute quelque chose. Ou quelqu'un. Cela le surprend si bien qu'il pile net et relève la tête, bêtement. Devant lui, un jeune gars, cheveux improbable, l'air plutôt désolé.

« Oh y’a pas de souci, je regardais pas devant moi non plus, sorry. » Il faut dire que ce n’est pas forcément un endroit où l’on s’attend à croiser du monde, alors sans doute qu’il était tout autant que lui plongé dans ses pensées.

« Tiens... t’es du coin ? Je cherche la place... James, James quelque chose ? » Après tout, s’il a à faire à un type local, il le renseignera toujours mieux que son téléphone.

Tout à sa question, il ne remarque pas les silhouettes qui sont elles aussi sorties du casino peu de temps après lui et ont suivi sa trace de loin, plusieurs mètres en arrière, dissimulées dans l’ombre.



(704 mots)



Run fast / Santiago BAsla4p
(dc) iago - giacomo
ava (c) fuu ♥️
Revenir en haut Aller en bas

Gavriel Kama

Gavriel Kama
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 18/08/2022
Messages : 126

Région : Kantô.
Jeu 22 Sep 2022 - 10:55
La chance doit te suivre aujourd'hui, car le type te semble même plutôt sympathique. Car dans ce genre de ruelles, c'est le sang qui peut se croiser à chaque détour. Un faux pas, une parole de travers, et c'est les grognements qui résonnent contre les murs salis par le temps. Tu toises le type sans une once d'agressivité - bien plus âgé que toi, plutôt bien habillé - tu paries qu'il sort du casino proche. Rien de bien inhabituel, le lieu est connu dans toute la région comme the place to visit. Posant ses yeux verts sur toi, il s'excuse à son tour avant de te questionner sur une place james ... — Ouais, c'est par là ... Tu montres la fin de la ruelle, dans ton dos, justement par où il allait. — Tu tournes à droite au fond de la rue, et ensuite c'est tout droit pendant cinq minutes. Un lieu plutôt connu, bien illuminé et permettant d'aller dans toutes les directions assez facilement. Le genre de place entourée de jolis commerces, de petits stands, bref, où tu ne vas pas trop, d'habitude.

Par contre, et tu l'as remarqué juste après la bousculade, ce type est suivi. Tu vois au fond de la ruelle, à moitié masqués dans l'ombre, deux silhouettes qui tentent de se faire discrètes. Mh, penses-tu en réfléchissant rapidement, ils vont sûrement le dépouiller. Après tout il sort du casino, un complice à l'intérieur les a sûrement informés de ses poches bien remplies, et voilà, la vie suit son cours normal dans les tréfonds de Céladopole. Obscure, dangereuse. Pourquoi n'est-il pas resté sur la rue principale en sortant du casino ? Où la police patrouille régulièrement ? Où la lumière, la foule, assurerait ses arrières ? Ici, seuls les habitués empruntent ces allées sombres, illuminées par de rares lampadaires poussiéreux.

Dilemme. Ton expérience te conseille de continuer ta route - après tout ces types n'ont rien contre toi, tu pourrais les croiser sans problèmes, retourner chez toi, dormir à poings fermés jusqu'au lendemain. Peut-être croiserais-tu même une connaissance sur la route, verres partagés jusqu'à l'ivresse, la passion, la luxure. Mais ta conscience te murmure que non. Voix souvent ignorée, gage de ta survie, preuve que ton instinct fonctionne toujours. — T'es suivi par deux types, si jamais. Tu parles un peu plus bas, pour que les silhouettes en question ne remarquent rien de ta confession. — Donc si t'as les poches pleines ... je te conseille de détaler rapidement ... Tu hausses les épaules, comme si de rien n'était.

@Santiago Lucci
Revenir en haut Aller en bas

Santiago Lucci

Santiago Lucci
Coordinateur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 18/04/2022
Messages : 225

Région : Alola
Jeu 22 Sep 2022 - 22:35
Autant vous dire que Santiago est loin de véritablement imaginer le danger. Que ce soit celui inhérent à l’endroit comme celui qui le suit dans l’ombre... A Alola, le soleil est souvent présent, et même la nuit bien des zones sont des attrapes à touristes, selon où l’on se trouve. Les pires coins sont ceux des Skull et quand Santi’ s’y trouve, c’est jamais pour faire du tourisme, mais bien avec une idée derrière la tête. Il les supporte pas, c’est souvent réciproque.

Enfin bon, la question n’est pas là, mais plutôt de savoir où se trouve la place James, point de repère qu’il a mémorisé pour retrouve la rue dans laquelle réside son pote. Pour lui, l’arrière du casino est le seul élément qu’il a en mémoire, jusque-là, et c’est rien plus que le contraire du devant, dans son esprit. Il est loin de se dire qu’il est à deux pas de ruelles « coupe-gorges ». Heureusement, l’autre le renseigne et Santiago l’écoute avec attention. « Ok, au fond à droite et tout droit, parfait. »

Il lève le bras dans la direction que lui oriente le type et lui sourit pour le remercier. « Merci beaucoup ! J’suis juste de passage par ici et j’ai pas du tout mémorisé la route. » Faut dire que de nuit, c’est jamais évident... Il a de la chance de tomber sur un bon samaritain pour l’orienter et mieux, le prévenir. Parce que quand le Lucci joue les touristes, il fait pas semblant. Il en perdrait sa vigilance pourtant acquise auprès de certains Flare. La méfiance limite paranoïaque de Linus s’étoufferait en le voyant faire. Seulement, il faut admettre que Santiago n’est pas du genre à se méfier de tout ou de tous. Cela lui joue des tours, c’est certain...

En l’immédiat, il doit donc remercier le regard perçant du brun devant lui, qui semble avoir vu quelque chose dans son dos et lui fait remarquer. « Hm ?! » Santiago se crispe en entendant la remarque qui lui est faite, mais s’abstient de se retourner. Ce serait la pire idée qui soit, les mecs comprendraient vite qu’ils ont été vus et pourraient vouloir « accélérer » les choses de façon frontale. Alors il hoche la tête en écoutant le plus jeune qui est sacrément lucide sur ce qui se passe et ouvre son téléphone pour le mettre en appareil photo. Il retourne la prise de vue pour qu’elle pointe vers lui et vise par dessus son épaule. En effet, même s’ils font en sorte de rester dans l’ombre, une masse épaisse se dévoile quelque peu plusieurs mètres plus loin, dans le restant de lumière d’un lampadaire éloigné.

« Merde. » Il referme son téléphone et le met dans la poche de sa veste. S’il n’a pas particulièrement envie d’étaler sa chance au premier venu, il ne peut pas le contredire pour autant. « Et dire que c’était une bonne soirée, jusque-là. » Il réfléchit en vitesse, s’il s’en tient aux directions que lui a conseillé l’inconnu, il risque d’être rattrapé d’une façon ou d’une autre, ou pire, de les ramener littéralement là où il est hébergé pour le week-end.

« Bon... Une idée de par où j’peux aller pour les semer rapidement ? » Son débit de parole s’accélère, il sent bien qu’il doit pas trop perdre de temps.



(559 mots)



Run fast / Santiago BAsla4p
(dc) iago - giacomo
ava (c) fuu ♥️
Revenir en haut Aller en bas

Gavriel Kama

Gavriel Kama
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 18/08/2022
Messages : 126

Région : Kantô.
Ven 23 Sep 2022 - 9:46
L'inconnu n'est pas de la région, ce qui attise ta curiosité - rares sont ceux que tu as rencontrés hors de Céladopole. Mais le temps n'est pas à la discussion - si il semble satisfait que tu lui indiques la direction à prendre, tu peux voir sa crispation quand tu lui parles des deux types un peu plus loin dans la ruelle. Il a la clarté d'esprit de ne pas se retourner, cela ne ferait qu'indiquer à ses poursuivants qu'il se sait suivi, mais au lieu de ça, il sort son téléphone, et le faisant légèrement dépasser de son épaule, il prend une photo. Ingénieux, et au moins ainsi il se certifie que tu ne lui racontes pas n'importe quoi. Méfiant et intelligent, tu esquisses un sourire amusé. Soupirant, pestant sur la direction que prend sa journée, l'étranger te questionne sur un lieu où il pourrait les semer.

Tu peux toujours rejoindre la foule ... La lumière, la présence de centaines d'inconnus avançant dans tous les sens, en général c'est suffisant pour se perdre dans la masse. Mais si les deux types ont ferré un gros poisson, tu ignores combien d'argent il a sur lui, ils ne se laisseront sans doute pas facilement distancer, et n'hésiteront pas à suivre sa trace même dans la foule - il devra bien à un moment ou à un autre rentrer, s'éloigner du centre-ville, non ? Et là il leur suffira de le cueillir. — ... mais ils te suivront. Si cet inconnu veut s'en tirer, il devra bien et bien les semer. Pas question toutefois de se lancer dans une scène de pugilat, ici à même la ruelle - tu ignores tout des deux silhouettes, si elles sont armées, l'habitude des combats, trop d'inconnus rendant l'issue imprévisible. Tu as tout couteau dans ta poche, comme d'habitude, et t'es un habitué des bagarres, mais pas question de te mouiller autant pour un inconnu.

Toutefois, la gentillesse et l'innocence de ce type te touchent, chose plutôt rare. Ne pas s'impliquer, rester loin de l'agitation, deux conseils que tu appliques depuis longtemps et qui jusqu'ici fonctionnent plutôt bien. Mais de là à laisser un inconnu se faire détrousser impunément par deux racailles ? Sans sourciller ? L'occasion de t'amuser est trop belle. De où tu es, tu peux voir les deux silhouettes s'approcher encore un peu plus, rasant les murs comme si de rien n'était - le temps est compté, quelques secondes et ils seront là. — Il faut les distancer dans les ruelles et s'engouffrer dans un immeuble. Les bâtiments à moitié abandonnés ne manquent pas à Céladopole, ni ceux dont les portes ne sont pas verrouillées. S'y engouffrer le temps que l'orage passe, puis rejoindre un lieu sûr, voici la meilleure solution. — On marche tranquillement jusqu'aux sacs derrière-moi, et après tu cours. Suis-moi. Pourquoi t'impliquer ? Aucune idée. Caprice, curiosité ou stupidité, tu n'en sais rien. Sans doute un mélange des trois ? L'adrénaline commence à pulser dans tes veines - les mains dans les poches, tu repars en arrière d'un pas tranquille. Un amas de sacs de déchets à moitié éventrés par les pokémons errants se trouve au coin d'une minuscule ruelle parallèle, sombre, inquiétante. Et pourtant elle donne dans les bas-fonds de Céladopole, que tu connais comme ta poche. Labyrinthe où tu peux te mouvoir les yeux fermés. En zigzaguant assez longtemps, et surtout assez vite, dans ce dédale, vous croiserez plusieurs immeubles où vous réfugier sera relativement simple ... pour peu que l'inconnu te fasse confiance. Toi-même tu ne le ferais pas ...

@Santiago Lucci
Revenir en haut Aller en bas

Santiago Lucci

Santiago Lucci
Coordinateur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 18/04/2022
Messages : 225

Région : Alola
Dim 25 Sep 2022 - 23:49
Tout en réalisant que sa chance insolente au casino n’est clairement pas passée inaperçu, Santiago essaie de calmer les battements de son cœur, qui s’emballe un peu trop. Il n’est pas un bleu, il s’est retrouvé plus d’une fois dans des emmerdes pas possibles (en suivant son frère, généralement...), mais sait que la moindre erreur peut être fatale. Il est en territoire inconnu, alors autant profiter des bons conseils du brun.

Ce dernier soupire et le Lucci reste pendu à ses lèvres. L’autre a parfaitement le droit de l’envoyer bouler, lui dire de passer son chemin... Santiago tente tout de même sa chance. Le jeune homme l’a renseigné jusque-là, après tout. Il n’est pas du genre à se dire que le monde entier lui veut du mal. S’il a à faire à une bonne âme, même l’espèce de quelques minutes, il serait idiot de ne pas écouter ce qu’il peut lui dire. « C’est ce que je me dis aussi. » Sur le fait que les deux ombres pourraient parfaitement le suivre dans la foule et sur le trajet qu’il comptait prendre, ils s’accordent. C’est pourquoi prendre un chemin détourné parait être la meilleure des options.

Quelque chose à quoi ils ne s’attendront peut-être pas de la part d’un type qui a une bonne gueule de touriste. Ce qu’il est plus ou moins. S’il est venu dans ce casino l’esprit libre des tracas d’Alola, il faut admettre que la soirée s’annonce plus compliquée que prévue.

Finalement, son sauveur du moment semble accepter de l’aider. Comme s’il réfléchissait à voix haute, et Santiago ne peut qu’acquiescer de la tête. « Ouep. » Il est loin de connaître cette partie de Céladopole. Il sait toutefois que la ville est grande et qu’au-delà des beaux quartiers clinquants se cache un assemblage complexe de ruelles et de zones moins brillantes... Ce qui est le cas dans bien des grandes villes, en vérité. L'ombre et la lumière se mêlent toujours, et la frontière n'est jamais parfaitement distincte.

S’il comptait sur l’aide de son bon samaritain, il n’aurait pas cru que celui-ci accepterait de jouer les guides. C’est bien ce qu’il fait, pourtant, et Santiago ne peut contenir un sourire à son égard. « Woh, merci. J’te suis. »

Voilà le duo improvisé qui marche donc, d’un pas tranquille tout d’abord, longeant une ruelle attenante dévoilant avec elle un amas de déchets qu’on ne devinerait guère, aussi proche du grand casino. La poussière que l’on cache sous le tapis et dont on espère qu’elle ne débordera jamais... Comme s’il était en mode « autopilote », l’inconnu avance puis tourne sur la droite, puis sur la gauche, et Santiago le suit, fasciné par cette aide inespérée.

A un moment, il souffle : « Dis... Tu t’appelles comment ? Que je sache à qui je dois de me tirer de ce pétrin, si on s’en sort ? » S’ils s’en sortent. (ce qui n’est pas dit encore, car s’ils ne l’ont peut-être pas réalisé, les deux masses sombres plusieurs mètres derrière eux n’ont pas dit leur dernier mot, et n’ont pas l’air de vouloir être semées)



(506 mots)



Run fast / Santiago BAsla4p
(dc) iago - giacomo
ava (c) fuu ♥️
Revenir en haut Aller en bas

Gavriel Kama

Gavriel Kama
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 18/08/2022
Messages : 126

Région : Kantô.
Mer 28 Sep 2022 - 11:07
Il semble en avoir dans la cervelle, ce qui te rend espoir en l'espèce humaine. Quoiqu'à sa place, tu n'aurais peut-être pas suivi un parfait inconnu, même si c'était pour échapper à deux autres inconnus, ceux-ci plus louches sans doute. Comment sait-il que tu ne vas pas le mener dans un piège ou une autre ruelle coupe-gorge ? Tu sais maintenant qu'il doit être plein aux as, et tu galères chaque mois à payer le loyer de ton studio miteux - le détrousser ne te prendrait pas beaucoup de temps, et tu serais tranquille pour un moment. Pourquoi alors ressens-tu cette envie de l'aider ? De l'emmener en sécurité le temps que passe l'orage ? T'en sais rien, mais c'est comme ça. Une bonne action, un fond de bonté, tu l'ignores, mais tu vas suivre cette petite voix au fond de ton crâne qui te conseiller de faire le bien. Pour une fois.

Te remerciant en souriant, ce à quoi tu réponds par un haussement d'épaules pouvant paraitre désintéressé, tu sens comme un chaleur, là bien cachée dans ta poitrine. De la fierté ? De la reconnaissance ? Aucune idée, tu trouves juste ça étrange, sans doute par manque d'habitude. Ah, toi le garçon des rues sombres, plus habitué aux poings qu'aux mots, un peu mal à l'aise face aux inconnus, adepte des plans foireux et baignant parfois dans l'illégalité, te voilà en compagnie d'un type jamais vu avant, pour l'aider à échapper à deux truands ! Douce ironie ...

Tu tournes dans la petite ruelle à droite, celle mondée de déchets, sacs poubelles et autres joyeux détritus, ne fronçant même pas le nez à l'odeur nauséabonde qui s'en échappe. Cela ne t'atteint plus, tu as toujours connu Céladopole comme ça, tout espoir que ça change perdu depuis bien longtemps. Virage à gauche, autre ruelle, semblable à des centaines d'autres dans cette partie de la ville - triste, sombre et poussiéreuse, où les silhouettes se font rare, rasent les murs sans faire de vagues.

Scar. Identité inventée depuis des lustres, c'est comme ça que t'appellent la plupart de tes connaisses. Presque tous ignorent en réalité le Gavriel estampillé sur tes papiers d'identité, pauvre âme que tu espères oublier un jour, souvenirs que tu préfères laisser enfouis, cachés, évaporés. — Aucune chance qu'ils aient notre peau, t'inquiète ... Tu parles avec l'assurance propre à ceux qui abordent la vie jour après jour, cognant pour s'en sortir, pour survivre, pour ne pas se laisser mourir. Si ces types vous rattrapent, tu n'hésiteras pas à montrer les crocs, à serrer les phalanges. Parce que dès le moment où tu lui as proposé ton aide, impossible pour toi de reculer. Souvent on t'a reproché ton manque de fidélité, couples brisés par ton incapacité à garder ton pantalon levé. Et pourtant en amitié, t'es le plus loyal des compagnons, encaissant et donnant au besoin. Même si cet inconnu n'est rien pour toi, il a ta parole, et ça devrait être suffisant, si il savait. — Et toi ? Tu sais te battre, au cas où ? Lentement, tu commences à augmenter la cadence de vos pas, surtout lorsque vous changez de rue. Mais tu peux entendre, non loin, les semelles de vos poursuivants claquer sur le béton noirci par les années et la crasse. Proches. Et l'immeuble où tu comptes te réfugier, dont les caves sont reliées à d'autres bâtiments abandonnés pour peu qu'on sache s'y faufiler, n'est plus très loin ... Tu oses un regard en arrière, fronçant les sourcils en apercevant des ombres au coin de la ruelle ...

@Santiago Lucci
Revenir en haut Aller en bas

Santiago Lucci

Santiago Lucci
Coordinateur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 18/04/2022
Messages : 225

Région : Alola
Dim 9 Oct 2022 - 0:22
Tout s'emballe bien vite, et une fois de plus Santiago réalise combien sa bonne étoile est de son côté (pour le moment du moins), en lui permettant de tomber sur ce type sorti de nulle part, et qui pourtant l'inspire bien plus que les deux corps tapis dans l'ombre, quelques mètres derrière eux. Pourtant… il ne sait rien du plus jeune. Rien de ce qui justifie sa présence ici, en cette partie dissimulée de Céladopole, ni pourquoi il semble avoir une redoutable capacité d'adaptation, lui proposant, ni une ni deux, de le suivre. Il ne parait pas plus perturbé que ça par ce qui se passe. Il n'est pas particulièrement fermé à l'idée de l'aider. Il n'est pas non plus terrorisé ou en proie à la panique. Différents signes qui laissent croire à Santiago qu'il a à faire à quelqu'un qui a déjà bien roulé sa bosse… même s'il lui semble plutôt jeune.

Le moment n'est toutefois pas propice aux grandes conversations. Au bout de plusieurs minutes à déambuler de ruelles en ruelles, il demande quand même à connaître son nom. Enfin… son nom ou quoique ce soit d'autres. Simplement de quoi mettre une appellation sur ce visage dans l'ombre et cette épaisse tignasse. Là encore (oui, c'est redondant… mais c'est vrai, non ?) l'autre aurait toutes les raisons du monde de l'envoyer chier. Deux inconnus, même s'ils se retrouvent ensemble à courir dans les quartiers craignos d'une grande ville, pourraient parfaitement se contenter de rester ça : des inconnus. Toutefois, au milieu des odeurs de détritus, alors qu'ils reprennent leur souffle dans une ruelle où le sol luit à la lueur des réverbères, comme jonché de gras ou d'essence, un nom lui est soufflé. Scar. Un surnom, probablement.

Hochant la tête, il capte le regard de l'autre et murmure à son tour : « Feo. »

Une appellation ancienne qui n'a plus eu l'occasion de résonner depuis quelques temps, mais qui glisse naturellement de ses lèvres. Peu importe qui ils sont vraiment, sans se dévoiler véritablement, ils ne sont plus complètement des inconnus, l'un pour l'autre. Cela ne change pas grand-chose, mais… ça a du sens, tout de même.

Scar n'a pas l'air particulièrement inquiet quant à leur situation, et Santiago a tendance à le croire. S'il a un sens inné du dramatique, quand il s'y met, il repose sans souci sur le plus jeune, qui a l'air de connaître cette partie de Céladopole comme sa poche. « J'espère bien. J'te fais confiance. » C'est peut-être risqué ou naïf, mais dans l'immédiat c'est la vérité. C'est à ce Scar sorti de nulle part qu'il doit se raccrocher. D'autant que, clairement, il n'a pas la moindre idée d'où il se trouve, là. Il ne faut pas se réjouir trop vite quand même, ce serait oublier le facteur "gros molosses baraqués" qui doivent eux aussi connaître l'endroit puisqu'ils n'ont pas hésité à les suivre quand les deux plus jeunes ont tourné dans les ruelles.

Santiago suit le rythme des pas de Scar qui s'accélèrent tandis que d'autres bruits, derrière eux, résonnent dans cette partie de la ville qui fait semblant de dormir. Pas le temps de regarder en arrière, le Lucci doit suivre la silhouette de brun qui le questionne tout en marchant à vive allure. « J'me défends. » On peut dire ça, oui. Il fait plus que se défendre, en vérité. « Quoiqu'il arrive, je serai pas dans tes pattes, t'en fais pas. » Santiago n'est pas dupe, Scar a l'attitude de quelqu'un qui flirte avec les emmerdes depuis longtemps. Le genre dont la trajectoire de vie se dissimule plus souvent dans l'ombre qu'à la lumière.

Sans réfléchir bien plus, l'alolien hasarde : « T'as grandi par ici ? ». Ce n'est pas un jugement… mais peut-être que ça manque un peu de tact.

Il n'aura sans doute pas la réponse de suite, vu que derrière eux, un bruit sourd retentit, suivi de bruits de pas plus distincts. Les deux autres ont trouvé un raccourci ? Ou ils ont couru derrière eux ? Ils ne le sauront pas. La certitude c'est qu'un pokémon a été appelé. Cette fois, il n'a guère d'autres choix que se retourner. C'est la gueule d'un Granbull, plusieurs mètres derrière eux, qu'il entre-aperçoit à la lueur d'un lampadaire…

« Merde… il va nous sentir. » Si ce n'est pas déjà fait.



(725 mots)



Run fast / Santiago BAsla4p
(dc) iago - giacomo
ava (c) fuu ♥️
Revenir en haut Aller en bas

Gavriel Kama

Gavriel Kama
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 18/08/2022
Messages : 126

Région : Kantô.
Ven 21 Oct 2022 - 16:08
Feo ? Un bien étrange prénom, peut-être même pas sa réelle appellation. Mais tu n'as pas besoin d'en savoir, plus, ça te suffit. Feo, ça sonne bien, finalement. Deux âmes solitaires amenées à s'entraider l'espace d'un instant, pour ce qui ne sera sûrement bientôt qu'un souvenir, une histoire à raconter à ses habits en buvant un verre, accoudé dans un bar de la ville. Que Feo te fasse confiance, là est le problème - tu n'as pas l'habitude qu'on dépose cela sur toi, toi qui n'inspire en général rien de bon. Bien piètre image que tu as de toi-même, et pourtant tu ne t'en rends même plus compte. Mais là, tu as envie de lui montrer à Feo, qu'il peut compter sur toi. Qu'en pariant sur ta compagnie, il va s'en sortir, coûte que coûte.

En expert autoproclamé de survie en milieu urbain crado-sombre-dangereux, tes yeux ne cessent de guetter partout, de repérer le moindre nouveau danger qui pourrait survenir de partout - des portes closes pouvant s'ouvrir à la dérobée, des nombreuses ruelles faisant de ce quartier un labyrinthe, de chaque ombre pouvant cacher un autre crétin, mais tu ne repères rien de plus suspect que d'habitude. Mais alors pourquoi ton coeur ne cesse de cogner fort dans ta poitrine, que les poils de ta nuque se hérissent comme pour t'avertir du danger ? Et même le poids du couteau, lui ne te quitte jamais, au fond de ta poche ne suffit pas à te rassurer. — Tant mieux. Il sait se battre alors, voilà une bonne nouvelle. Tandis que tu laisses tes yeux sombres balayer sa silhouette, t'as l'impression qu'il dégage une certaine ... confiance en lui ? D'autres en trembleraient de partout, mais Feo au contraire semble garder son sang froid. Il se laisse même à te glisser qu'il ne représentera pas un poids pour toi, ce qui te conforte dans l'idée qu'il n'est pas si fragile que ça, pouvant bien te surprendre dans le cas, de plus en plus inévitable au vu des bruits derrière vous, vous devriez user de vos poings. — J'espère bien. Tu te laisses même aller à un bref sourire, mi-taquin mi-amusé, mimique qui disparait bien vite au fur et à mesure que vous avancez.

Alors que tu t'apprêtes à répondre à la question de Feo, un bruit étrange retentit derrière vous. Merde, ils sont déjà là, penses-tu en te retournant également. Tu fronces les sourcils en te rendant compte de la situation - un grandbull se tient là, à quelques mètres seulement, menaçant. Mesurant sans doute un mètre et demi pour une cinquantaine de kilos, il ne mettra toutefois que quelques secondes à vous rejoindre dès le moment où il l'aura décidé. Et face à ses crocs, aucune chance de vous en sortir. Derrière le pokémon, les deux inconnus vous observent, à moitié cachés dans l'ombre. — Vous êtes tellement lâches ... se cacher derrière un cabot ... Le regard froncé, la mâchoire serrée, tu évalues vos possibilités. Aucune chance désormais d'espérer vous cacher dans une ruelle ou dans un quelconque bâtiment, car le grandbull a sans doute mémorisé vos odeurs et n'aura aucun mal à vous pister. L'affronter à mains nues ? Impossible, il vous mettrait en pièce sans trop de difficultés.

Tu ne vois qu'une solution, même si elle est loin de t'enchanter. — T'as des pokémons qui peuvent nous aider ? Tu n'es pas, encore du moins, officiellement un dresseur, même si au fond de ta poche traite une pokéball. Jamais encore tu ne l'as utilisée dans un tel contexte, mais au vu de la situation, tu ne vois pas d'autre solution. Sortant le précieux objet, tu actives le bouton central, faisant apparaitre devant vous, dans un faisceau de lumière, Fléau, ton reptincel. Tu sais qu'il est spécial, car contrairement à ses congénères, sa peau est sombre, mélange de noirs et de gris, sa flamme également plus foncée que celles des autres reptincels. Chromatique, as-tu lu. Débutant en la matière, tu n'y as jamais prêté trop d'attention. Même si plus petit et léger que le grandbull, son caractère combattif fera un redoutable adversaire. — Nous faut qu'on s'occupe des deux crétins ... Pokémons contre pokémons, humains contre humains. Règle relativement simple, même si dans les tréfonds de la ville, tu as déjà vu des affrontements mixtes, cibles de paris juteux et bien souvent truqués. — T'es prêt ? Tonalité de défi qui résonne dans ta voix, adrénaline qui se diffuse dans tes veines ... sensations habituelles pour toi avant les combats ...


@Santiago Lucci
Revenir en haut Aller en bas

Santiago Lucci

Santiago Lucci
Coordinateur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 18/04/2022
Messages : 225

Région : Alola
Dim 6 Nov 2022 - 19:43
Malgré les dédales dans lesquels l’a guidé Scar, malgré les nombreuses minutes à passer de ruelles en ruelles… la fuite n’a pas suffi. Ils n’ont pas réussi à semer leurs poursuivants. Depuis combien de temps ces derniers ont sorti leur Granbull ? Est-ce son flair qui a aidé ? Très probablement. Il n’est plus alors question d’esquiver le conflit. Santiago aurait sans doute préféré mais se fondre dans la nuit, au sein des bas-fonds de Céladopole, semble voué à l’échec.

Pour preuve, Scar lui-même ne cherche plus à se dissimuler. Avec le Granbull à portée de vue, ils sont des proies identifiées, et les deux types un peu en retrait en ont bien conscience. En tendant l’oreille, Santiago peut entendre une espèce de rire goguenard. Les molosses aux grandes carrures sont certains d’arriver à leurs fins. Croire qu’il compte abandonner pour autant serait mal connaître le Lucci, et d’autant plus Scar, à ses côtés. Ce dernier est le premier à adresser la parole aux deux types et Santiago hoche la tête en croisant son regard. Il a parfaitement raison. Il en faudra plus pour les intimider.

« J’ai joué, j’ai gagné. Lâchez-moi la grappe, les gars.
- Rends bien gentiment l’argent et y’aura pas de souci.
- Vous pouvez toujours courir ! »

Bien sûr faut que ça tombe sur lui ce genre de trucs… oui, il a eu la main heureuse. Et peut-être qu’un peu de comptage des cartes l’a aidé… et alors ?! Ça fait parti du jeu, ça aussi. Maintenant, il a quitté le casino, il demande juste à faire sa vie tranquillement, chacun de son côté. Faut croire que c’est trop demandé.

A côté, Scar est tout concentré à chercher une solution pour sortir de ce pétrin. Et la plus évidente reste… le combat. « Ouep, j’ai ça. » Une première pokéball est lancée, faisait apparaître un… Reptincel, si Santiago ne se trompe pas. Un Reptincel comme il n’en a jamais vu, une peau sombre… « Badass, ton Reptincel. » qu’il souffle, avant de faire appel lui-même à l’un de ses alliés. C’est Alezio, son Toxizap, qui se matérialise. Rarement intimidé, celui-ci observe un instant autour de lui, avant de s’arrêter sur le visage de son dresseur. « J’vais avoir besoin de toi, ‘Zio. »

Le Granbull adverse jauge les deux pokémons de là où il se trouve, et à sa posture il est facile de voir qu’il a l’habitude des combats de rue. Rien qui ne soit proprement organisé dans le cadre d’un tournoi ou d’un combat d’arène. Dans ce genre de situation, les affrontements peuvent être véritablement violents et sanglants. Il ne s’agit pas de gagner pour obtenir une babiole brillante, mais bien de se sortir d’un vrai merdier… Et comme si ça ne suffisait pas, l’un des deux inconnus s’avance. Il a des lunettes teintées et fait résonner sa voix grave : « Dire que l’on voulait en finir rapidement… vous l’aurez cherché. »

Une nouvelle pokéball de lancée et cette fois, c’est une créature à l’apparence sinistre qui se matérialise. Un… Tengalice ? Crinière blanche, nez pointu, ce n’est pas le genre de pokémon qui inspire particulièrement confiance. D’autant qu’à cela, s’ajoute le deuxième larron : plus costaud encore que le premier, il sort de l’ombre. Crâne rasé, il retourne ses manches et fait craquer ses doigts.

« C’est pas que je m’ennuie, mais... »

Les hostilités vont commencer. Scar en est tout aussi conscience et sa voix est ferme quand il interroge Santiago. Celui-ci fouille la poche de sa veste pour sentir son couteau à cran d’arrêt. Il ne dégainera pas le premier, mais s’il n’a pas le choix… la survie passe avant l’élégance. On n’est pas gentleman comme on se bat pour sa vie.

« Prêt. »

En face, le crâne rasé siffle entre ses dents et le Granbull fonce droit sur les deux pokémons de Feo et Scar. « Alezio, Acide ! Scar, occupe-toi du Tengalice, t’auras l’avantage ! »



(661 mots)

codes couleurs adversaires :
#996633 (lunettes - dresseur tengalice)
#006699 (crâne rasé - dresseur granbull)



Run fast / Santiago BAsla4p
(dc) iago - giacomo
ava (c) fuu ♥️
Revenir en haut Aller en bas

Gavriel Kama

Gavriel Kama
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 18/08/2022
Messages : 126

Région : Kantô.
Mer 9 Nov 2022 - 11:21
Comme tu t'en doutais, il s'agit d'une question d'argent - comme bien souvent dans les affaires louches et autres magouilles peuplant cette partie de la ville, où règne parfois l'impression que chacun peut y faire régner sa loi et ses propres règles. Feo tente une dernière fois de s'en sortir en demandant aux deux types de le laisser tranquille, mais comme tu t'y attendais, ceux-ci ne sont pas prêts de lâcher leurs proies, à savoir Feo et toi. Si prêts du but et après vous avoir traqué dans ces ruelles, impossible pour eux de reculer. Quitte ou double, n'est-ce pas là une douce ironie si proches du casino ? Adrénaline inondant ton corps, ton impatience explique le tremblement dans tes doigts. T'as maintenant envie d'en découdre, de terminer tout ça pour pouvoir tranquillement rentrer chez toi. Pourquoi est-ce qu'il faut toujours que ça se termine en castagne, en baston, en tronches écrasées à même le béton grisâtre ?

Merci. Feo semble impressionné, ou du moins intrigué, par l'apparence de ton reptincel, ce qui au fond, te flatte. Tu n'as jamais été de ceux qui considèrent les pokémons comme de vulgaires objets permettant de s'enrichir ou de combattre, d'autant plus que depuis ta rencontre avec Fléau, tu le considères comme ton ami le plus proche - l'un des seuls, à vrai dire. La remarque de Feo n'est donc que plaisante à entendre, ce qui t'arrache un sourire. — Et attends, tu l'as pas vu combattre encore. Car si les reptincels sont connus pour leur caractère bourru et combattif, Fléau ne fait pas exception à la règle. Mème si dans ce combat, aucune règle ne viendra réguler l'affrontement, et tu le sais.

Lorsque Feo te confirme posséder un pokémon, tu vois vos chances s'équilibrer, car tu ne sais pas si ton reptincel pourra seul venir à bout du grandbull - ce dernier à l'air particulièrement coriace, et surtout, habitué à ce genre de situations. Utilisant à son tour une pokéball, ton compagnon d'infortune matérialise une créature ... toute petite ! Haussant un sourcil, tu observes le pokémon, une sorte de petit lézard violent. Tu ignores de quelle espèce il s'agit, mais étant novice en matière de pokémons, tu ne t'en offusques pas spécialement. Ne sachant son type ni sa réelle force, tu restes quelques secondes concentré sur son apparence, qui à dire vrai, ne t'inspire pas une grande confiance au vu de l'adversaire qu'il aura à affronter. Lançant un regard intrigué à Feo, tu vois ce dernier plutôt serein, et instinctivement, tu décides de lui faire confiance, encore une fois - ayant vu le grandbull, et sachant sûrement de quel type de pokémon il s'agit, il n'aurait sûrement pas fait appel à son lézard, Zio, sans le penser capable de rivaliser avec l'opposant aux bajoues pendantes.

Vos adversaires se mettent également en place - celui avec les lunettes teintées s'avance afin de lancer à son tour son combattant. Le pokémon qui se matérialise devant vous, tu en connais l'espèce : un tengalice. Un redoutable adversaire au corps à corps, avec un redoutable panel d'attaques, notamment de types plantes. Sauf que ... — Il est con ou quoi ... Tu murmures plus qu'autre chose, car en combat officiel, Fléau se serait fait un plaisir de le carboniser avec ses puissantes attaques flammèches. Donc en plus d'être un crétin, lunettes-teintées serait piètre dresseur ? On verra bien, penses-tu en observant l'autre type, celui avec le crâne rasé, lance finalement le début des vraies hostilités.

Un sifflement, et tout est déclenché. Demandant à son lézard de lancer une attaque acide, ce qui te fait penser qu'il est de type poison, ou quelque chose du genre, Feo te demande de t'occuper du tengalice. Logique, tu hoches la tête positivement. Le problème c'est que la ruelle est étroite, et les mouvements des pokémons seront limités. Tu ne peux pas demander à ton reptincel de balancer des flammes à tout va - si tu te fiches bien du sort de vos opposants, qu'ils soient humains ou pokémons, tu aimerais éviter de te cramer, mais aussi de blesser Feo et son compagnon. Mais pour l'instant, tu peux encore profiter du fait que les deux camps soient chacun d'un côté. — Fléau commence avec flammèche ! Et après corps à corps ! Le temps est compté, car déjà le grandbull s'approche dangereusement. Ouvrant la gueule, Fléau inspire brièvement avant de cracher une nuée de flammes doit devant lui, sans chercher à viser particulièrement. Est-ce que cela suffira à stopper l'avancée du grandbull et à toucher le tengalice en même temps ? Tu l'ignores. Mais peut-être que couplé à l'acide de Zio, cela pourrait bien fonctionner ? — Désolé, la finesse c'est pas son truc ! Même si tu es sensé gérer le tengalice, Fléau a tout simplement lancé ses flammes devant lui, mais pour l'instant tu n'arrives pas encore à distinguer clairement vos opposants.

@Santiago Lucci
Revenir en haut Aller en bas

Santiago Lucci

Santiago Lucci
Coordinateur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 18/04/2022
Messages : 225

Région : Alola
Dim 27 Nov 2022 - 23:37
Santiago a souvent le chic pour s’attirer les emmerdes. Peut-être parce qu’il parle trop ? Peut-être parce qu’il sourit trop ? Souvent les deux. Là, c’est sa chance insolente (et ses doigts de musicien, dirons-nous...) qui l’ont mené jusque-là. Espérons qu’elle parvienne à l’en sortir. Déjà, tomber sur un gars comme Scar, c’est un bon point. Et il a l’air d’en avoir sous le coude et de ne pas reculer face à la baston. C’est pas plus mal, car rapidement les choses s’enveniment. Pourquoi vouloir parlementer avec des types pareils, hein ?! ... On s’le demande ! Santiago aurait pu économiser sa salive, pour le coup.

Parce qu’au final, c’est bien un combat qui s’amorce. Scar et son Reptincel – badass. J’vous ai dit qu’il était badass ? Non parce qu’il est. –, Santiago et son Toxizap – petit mais costaud ! – d’un côté, les deux molosses de l’autre. Vu leurs tronches, l’Alolien est pas particulièrement dépaysé. S’ils avaient quelques années en moins, il se croirait sans mal être en train d’affronter ces *** de Skulls. Le cadre s’y prête assez bien. Et heureusement, de ce qu’a l’air de dire Scar, son allié de feu peut faire des prouesses en combat.

« J’demande qu’à voir ça ! » Car il s’agit d’un combat de rue, et cela signifie que tout, absolument tout est bon à prendre, dans un contexte pareil. Il n’y aura pas d’arbitre pour venir s’offusquer de la moindre petite irrégularité, hein. Tout comme ils n’ont pas à se regarder dans le blanc des yeux pour que l’affrontement commence.

De son côté, Santi’ ne commente pas la nature du Tengalice adverse. Sur le papier, il est clair que le Reptincel aura l’avantage, mais dans les faits... Il a déjà pu voir, à quelques occasions, combien un pokémon défavorisé en apparence peut complètement retourner l’issue d’un combat avec une seule capacité bien placée. Vu comment le crâne rasé commande son Granbull, il est certain qu’ils ont l’habitude de combattre ensemble. Si leurs adversaires ne sont aucunement déstabilisés par la situation, ni Scar ni Feo ne doivent l’être. C’est pour ça qu’assez rapidement, les ordres sont donnés.

Dans la rue longiligne, les adversaires sont désormais séparés par les pokémons au centre. Dans un mouvement rapide, Alezio se faufile pour se rapprocher de son adversaire, tandis que le Reptincel, à l’écoute de ce que lui dit Scar, propulse une longue flammèche de gauche à droite, visant indifféremment les deux adversaires. Par chance, la taille d’Alezio lui permet de ne pas être directement atteint, et au final, c’est plutôt efficace.

« T’excuse pas, c’est bourrin mais tant qu’ça fonctionne, ça les mettra à mal ! » Ici, il n’y a pas matière à faire dans l’empathie envers les créatures adverses. Le feu n’a guère le temps de se dissiper que le Toxizap a projeté sur sa cible, le Granbull, un liquide noir et poisseux qui l’atteint au front. Déjà surpris par le feu, la créature rose se fige un instant, puis grogne d’autant plus et essaie de s’essuyer de la patte, non sans être prise d’une espèce de frisson. « Le lâche pas, ‘Zio, utilise ton électricité ! »

Se faufiler, le Toxizap sait faire. Mais il ne faudrait pas croire que tout sera si simple... « Bull, BOUFFE-LE ! » Ah. Ça a le mérite d’être clair. « Fais attention ! » Ce duel ne va pas être évident, et l’attention de Santiago va de son pokémon à celui de son allié. S’il en croit l’aura sombre qui se dessine autour du Tengalice, celui-ci a bien l’intention de lui faire goûter au panel de ses capacités. A en voir ses feuilles noircies, il n'a clairement pas apprécié le feu de Fléau !

« Si vous croyez nous impressionner avec vos petits pokémons d’apprentis dresseurs... »

Humpf. C’est de bonne guerre.



(633 mots)

codes couleurs adversaires :
#996633 (lunettes - dresseur tengalice)
#006699 (crâne rasé - dresseur granbull)



Run fast / Santiago BAsla4p
(dc) iago - giacomo
ava (c) fuu ♥️
Revenir en haut Aller en bas

Gavriel Kama

Gavriel Kama
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 18/08/2022
Messages : 126

Région : Kantô.
Ven 2 Déc 2022 - 17:28
Feo te rassure sur le peu de finesse dont ferait preuve le reptincel - tout comme toi il semblait saisir qu'il valait mieux ne pas faire dans la dentelle, car vos adversaires ne montreraient aucune pitié, visiblement. Les flammes crépitent dans la ruelle, ne se dissipant pas tout de suite - le lézard violet met à profit ce bref délai pour attaquer, projetant sur le grandbull un liquide sombre, presque noir, et à l'aspect visqueux. Le pokémon canin n'apprécie pas le double-traitement combiné de flammes et acide, il grogne tout en tentant de s'essuyer le front - ça doit piquer ! Tu ignore si Feo a l'habitude de combattre, mais déjà il demande à son compagnon de passer à la suite avec de l'électricité. Bien joué.

Si vous croyez nous impressionner avec vos petits pokémons d’apprentis dresseurs ... Le type aux lunettes semble plutôt serein, même si son tengalice a visiblement souffert de l'attaque plutôt chaleureuse de Fléau - ce dernier, les jambes légèrement pliées, est prêt à passer à l'offensive encore une fois. Tu te demandes si c'est une bonne idée de l'envoyer au corps à corps, où si il ferait bien de continuer à balancer ses flammes afin de garder une certaine distance de sécurité entre son adversaire et lui. Quelle décision prendre ? Trop tard de toute façon, ton reptincel ne te laisse pas le choix - il fonce sur le tengalice à vive allure, traversant le reste de flammes crépitant encore à peine aux alentours ! Ce dernier toutefois ne compte pas se laisser faire, et déjà une aura sombre se dessiner autour de lui. Une attaque ténèbres ?

Tu fronces les sourcils en observant ce qui va se passer, sentant le mauvais coup. Soudain, le tengalice forme une sorte de cercle avec ses ... feuilles, ou ce qui lui tient lieu de mains - une masse sombre commence à y apparaitre du vide ?, jusqu'à former très rapidement une sorte de sphère noire teintée de reflets violets. — Attention ! Fléau n'est qu'à quelques mètres de son opposant, une seconde où deux et le corps à corps deviendra inévitable - sauf que tu n'aimes pas du tout l'apparence de cette sphère sombre (hs : ball'ombre). Soudainement, poussant ses feuilles en avant, le tengalice expulse son projectile en direction de Fléau !

Ton reptincel voit bien l'attaque lui foncer dessus, mais il va trop vite à ton goût ! Alerté par ta mise en garde, il pousse de toutes ses forces sur ses jambes, se projetant sans aucun style sur le côté, plus en mode survie que réelle maitrise. Il est tiré d'affaires, penses-tu en souriant, sauf que tu déchantes très vite. — Merde ! L'attaque vous fonce droit dessus ! Agissant à l'instinct, tu sautes sur la droite, espérant que Feo en fera de même de son côté : tu t'encastres à moitié dans le mur, une vive douleur résonnant dans ton épaule sous l'impact. L'enfoiré. Le coeur cognant à tout va, tu te redresses tant bien que mal - tu n'as qu'une envie, sortir ton couteau et foncer sur cet abruti de tengalice ! Mais pour l'instant mieux vaut laisser les pokémons gérer le combat, au risque d'empirer les choses. Frustré de son échec, Fléau laisse échapper une panache de fumée de ses narines. — Crocs-feu ! Cette attaque combine la violence des dents du reptincel à la chaleur des flammes qui ne tardent pas à "suinter" de sa mâchoire - s'il arrive à mordre le tengalice, ce dernier pourrait bien, du moins le penses-tu, pas s'en remettre. T'efforçant de respirer, tu cherches à voir l'état de Feo, et où en est Zio dans son duel ... — Ça va, rien de cassé ? Il en faudrait plus pour vous abattre, non ?

@Santiago Lucci
Revenir en haut Aller en bas

Santiago Lucci

Santiago Lucci
Coordinateur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 18/04/2022
Messages : 225

Région : Alola
Dim 11 Déc 2022 - 23:23
C’est pas le genre de combat qui se termine en un claquement de doigts. Chaque dresseur a un pokémon différent, avec du potentiel, et chacun sa façon de se battre. Alors forcément, il faut avoir les yeux partout et faire gaffe à tout ce qui se passe. L’affrontement n’a rien de conventionnel. Le décor le prouve parfaitement. Les deux types en face d’eux n’y vont pas avec le dos de la cuillère et notre duo doit opter pour l’attaque. La meilleure des défenses, parait-il. Heureusement, Alezio n’est pas intimité par son adversaire, même si celui-ci claque des dents. Les crocs du Granbull sont impressionnants mais le petit lézard lui échappe, jusque-là.

En des mouvements rapides, le Toxizap esquive les tentatives féroces de Morsure à son encontre et profite de la proximité de sa cible pour générer des étincelles qui viennent parcourir le corps du Granbull. La capacité Frotte-Frimousse tétanise un court instant le pokémon rose mais Santiago n’a pas le temps d’observer cela plus longtemps qu’un « Attention ! » le pousse à tourner la tête.

Au moment où il regarde l’autre duel qui se joue, il a à peine le temps de repérer la sphère noire projetée par le Tengalice et esquivée de peu par le Reptincel que celle-ci arrive droit sur l’endroit où Scar et lui se tiennent. Tout va très vite, il se jette en avant mais il a un temps de retard et la capacité frôle son avant bras… « Hpff ! » Ça ne fait pas du bien. Quand il se redresse, il hasarde un regard sur son bras. Le tissu de sa chemise a été déchiré, brûlé, même, et une trace violette douloureuse est visible sur sa peau.

« Ça va…, et toi ? » Scar est debout, lui aussi. Peu importe, ils doivent poursuivre le combat, et déjà le Reptincel est reparti à l’attaque.

Leurs adversaires, eux, n’en ont pas perdu une miette et le plus bavard fait remarquer : « Si vous voulez pas qu’on vous démolisse, vous comme vos pokémons, vous feriez mieux d’arrêter... »

C’est peut-être vrai, mais Santiago a son honneur, et de ce qu’il en a vu, Scar aussi, probablement. Alors il ne prend même pas la peine de répondre et repère le Granbull qui s’est remis de sa paralysie. « ‘Zio, fais pleurer ce Couafarel de pacotille ! »

Sans doute est-ce une stratégie risquée… mais ils n’en sont plus à ça près. Le Toxizap sait parfaitement ce que son dresseur entend par là et, une nouvelle fois, profite de sa petite taille pour se rapprocher de son adversaire. Plus qu’à quelques centimètres, Santiago annonce : « Maintenant ! »

À cet instant, Alezio libère ses toxines, celles de sa capacité Larme à l’œil, qui désorientent suffisamment celui qui les sent, au point que sa force s’en retrouve fortement diminuée. Malheureusement, cela n’est pas instantané et le Granbull achève son mouvement, frappant le lézard d’un Coup d’Boule. Santiago serre les dents, même si la Larme à l’œil en réduit sa puissance, il sait que son allié souffre… un mal pour un bien, peut-être.

« Scar, si tu peux, faut que ton Reptincel vise le Granbull ! » C’est dangereux, car le Tengalice pourrait en profiter à son tour ensuite, seulement… se débarrasser de l’un des deux pokémons adverses serait une bonne chose...



(555 mots)

codes couleurs adversaires :
#996633 (lunettes - dresseur tengalice)
#006699 (crâne rasé - dresseur granbull)



Run fast / Santiago BAsla4p
(dc) iago - giacomo
ava (c) fuu ♥️
Revenir en haut Aller en bas

Gavriel Kama

Gavriel Kama
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 18/08/2022
Messages : 126

Région : Kantô.
Mar 13 Déc 2022 - 14:32
Il y a trop d'informations d'un coup, ton cerveau peine à tout assimiler. Et pourtant tu n'as pas le choix, car ne rien faire et ne rien observer c'est risquer de crever. D'un côté il y a le petit lézard qui a réussi à esquiver tant bien que mal les imposantes mâchoires du grandbull avant de lui envoyer une secousse, mais ton attention a été détournée par le projectile violacé du tengalice. Te tenant l'épaule endolorie, tu t'enquiers de l'état de Feo. Il a morflé, car sa chemise a été brûlée au niveau de son bras, la peau de celui-ci se teintant déjà de violent, preuve de la violence de l'attaque - tu préfères ne pas imaginer ce qui se passerait en cas d'encaissement de plein fouet ! Serait-ce suffisant pour vous tuer d'un coup ? T'en sais rien, et à dire vrai, tu préfères ne pas avoir à le découvrir ! — Ouais ça va. Le type aux lunettes vous prévient, vous conseillant d'arrêter - c'est bien mal te connaitre, t'es plutôt du genre tenace et combattif, rarement tu abandonnes, pour ainsi dire jamais ! Esquissant un sourire en coin, tu secoues la tête, moqueur. — T'es comme le cabot de ton pote, tu fais qu'aboyer ? Ton côté sanguin menace de prendre le dessus, car tu n'as qu'une envie - traverser l'arène improvisée et lui faire gouter de tes poings ! Sauf que passer entre un combat de pokémons, c'est rarement une bonne idée, et si tu n'es pas connu pour ta retenue, tu n'en es pas un débile pour autant. L'occasion viendra pour tes phalanges de s'encastrer dans sa tronche, il te suffit d'être patient ...

Pendant ce temps, ton reptincel est aux prises avec le tengalice - il tente tant bien que mal de le croquer, des flammes s'échappant de sa mâchoire en prévision de l'attaque crocs-feu, mais son adversaire est étonnamment agile, réussissant à esquiver champ coup porté ! L'unique avantage est qu'ainsi occupé, le tengalice ne pourra pas reformer une attaque boule-violacée, constamment occupé à ne pas se faire mordre. Il faut que je change de stratégie, penses-tu en réfléchissant - car ton reptincel étant moins agile que son opposant, ce dernier pourra l'esquiver à volonté. Et tu n'es pas sûr que Fléau garde ce rythme encore bien longtemps.

Feo toutefois semble avoir une stratégie, du moins c'est ce que tu en déduis de leur bref échange - très rapidement, Alezio se rapproche tant bien que mal de son opposant, sa petite taille faisant des merveilles. Le grandbull ne comptant pas se laisser faire, il se lance tête la première sur le lézard violet, et quelques millisecondes avant l'impact, sous l'impulsion de son dresseur, Alezio libère des toxines ! — Bien vu ! L'effet est immédiat, avec le grandbull qui semble diminué par l'attaque toxique - sous l'effet de son impulsion, il parvient tout de même à envoyer un joli coup de boule à son adversaire. Tu fronces les sourcils, pensant vraiment que les toxines auraient suffisamment ralenti le cabot pour que son attaque échoue.

A la demande de Feo, tu te contentes de hocher la tête - le seul danger en déviant Fléau sur le grandbull, c'est justement d'ouvrir la voie au tengalice et à ses redoutables attaques. Réfléchis, réfléchis. Tu te creuses la tête, tes yeux balayant la zone en quête d'une solution. Ton coeur sautille lorsque tu aperçois sur les bords de la ruelle un amoncellement de déchets, juste devant toi. Un tas de sacs noirs en particulier t'intéresse ... Tandis que ton reptincel est encore aux prises avec le tengalice, tu avances un peu, attrapant un sac dans chaque main. — Fléau recule et enflamme ça ! Tournoyant, tu lances les deux sacs, bientôt suivis de deux autres, non sans grogner sous leur poids. Agile, ton reptincel passe dessous afin de te rejoindre, tandis que les sacs "explosent" au sol, se vidant à moitié. Rapidement les flammes de ton compagnon viennent embraser cela, formant une sorte de mur de flammes. C'est temporaire, mais ça permettra d'empêcher le tengalice de trop vous approcher l'espace d'une petite minute, voire deux.

Occupe-toi du grandbull, dracosouffle ! Grognant à moitié, le regard mauvais car excédé de ne pas avoir réussi à se débarasser du tengalice, Fléau inspire un grand coup. Une lueur violacée émane d'entre ses babines, puis soudainement, alors qu'il ouvre sa gueule, un faisceau de la même couleur fuse en direction du grandbull ... ça devrait le calmer !

@Santiago Lucci
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 1 sur 2) Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kantô - 1E G E N :: Céladopole-