-34%
Le deal à ne pas rater :
Casque The Mandalorian, Casque électronique Premium Star Wars
94.99 € 144.05 €
Voir le deal

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 
» La visite du siècle

Illia Aethelhelm

Illia Aethelhelm
Ethologue Unys

C-GEAR
Inscrit le : 01/07/2019
Messages : 916

Région : Unys
Sam 27 Aoû 2022 - 10:09
C'est à l'occasion d'un squattage chez Rose que je trouve enfin le courage de faire face à mon téléphone. Je ne sais pas pourquoi maintenant, pourquoi pas avant, pourquoi pas plus tard, mais je suppose qu'être dans un environnement où je me sens à l'aise et en sécurité m'aide. Ces deux sensations, je ne les ai pas encore dans cet appartement que je dois apprendre à appeler « chez moi » plutôt que « chez nous ». Cela fait plusieurs jours maintenant que je suis parti de chez Rose pour recommencer à y vivre et, si j'ai réussi à faire du ménage et à prendre trois repas par jour, le reste n'est pas encore bien glorieux. Chaque jour ma meilleure amie est venue me voir, pour vérifier comment je me portais. Avant, j'aurais pu m'en énerver, mais maintenant je réalise bien qu'elle fait ça car elle s'inquiète et je l'en remercie. Pour être honnête avec moi-même, je ne sais pas ce qu'il se passerait si je me retrouvais vraiment tout seul et renfermé sur moi-même. Pour le moment, je tiens le coup en m'accrochant à mes résolutions suite à la cure, mais si j'étais dans une réelle solitude, qui sait combien de temps je tiendrais.
Sûrement que de penser à tout ça m'aide aussi à avoir envie de voir ce qu'il s'est passé sur mon téléphone en mon absence. Rose vient de nous faire des cafés et on les boit devant la fenêtre, le rebord nous servant de plateau. Je remarque que sa vue est un peu moins sympa que depuis chez nous moi car j'ai passé beaucoup de temps à regarder dehors pour fuir l'intérieur sans sortir. Pour affronter sans affronter. Ma meilleure amie me remplit le crâne de paroles à propos de tout et de rien, surtout beaucoup de rien de mon point de vue car je me fiche pas mal des relations de ses collègues, mais j'aime entendre sa voix.
Machinalement, je prends le smartphone qui est resté éteint depuis mon entrée en cure en main et appuie sur le bouton pour l'allumer. Il lui reste un peu de batterie.

Tout de suite, j'ai un mouvement de recul qui ne passe pas inaperçu : le fond d'écran, cette photo de moi et Phil au moment de notre emménagement, me saute à la figure comme un coup de poing dans le ventre. La main de Rose prend la mienne, elle me demande si ça va. J'arrive à lui répondre que oui même si mes yeux sont déjà en train de picoter. En cure, j'ai beaucoup pleuré, et je pleure encore beaucoup aujourd'hui, mais au moins ça va mieux dans mon corps alors j'ai l'impression de mieux tenir le coup.
Les notifications de messages manqués commencent à s'afficher sur l'écran. Quelques-unes de jeux aussi, ce qui me fait penser que je dois installer celui de rythme que m'a fait tester Millie et aussi ajouter son numéro à mon répertoire. D'ailleurs, je vois rapidement des notifications arriver d'un numéro inconnu et la prévisualisation de l'une d'entre elle me montre un « Hey c'est Millie » qui me fait penser que je vais me faire engueuler de ne pas avoir répondu plus tôt. Elle doit penser que je la snobbe. Il y aussi des spams, évidemment. Quelques messages de Célestin, ce qui me fait hausser un sourcil, d'autres de Tarja que j'imagine être liés au travail. Aussi stoïque qu'elle puisse être, je ne l'imagine pas me parler de Phil par message. Je suis pas pressé d'avoir cette conversation avec elle d'ailleurs... Peut-être vais-je la classer dans celles où je m'autorise à prendre la fuite jusqu'à ce qu'elle me tombe dessus. Il y a des messages d'Aram aussi, deux ou trois je crois, difficile à dire comme les notifications s'enchaînent et que Millie et Rose m'ont spammé. D'ailleurs sur ce point je ne peux m'empêcher de rire à son attention :

- T'es sérieuse avec tes sms ?
- Et encore t'as pas vu les vocaux whattsapp. C'était trop dur de pas te raconter ma vie pendant plus de deux mois !, sa mine faussement pleine de reproche me fait encore rire, mais je retrouve rapidement mon sérieux, haussant un sourcil.

Bizarrement, parmi les notifications m'informant de mes appels manqués, il y en a plusieurs d'Aram et qui ont l'air de s'enchaîner sur une courte période. Le journal d'appels me le confirme. Pourtant, il fait partie des rares personnes à qui j'ai volontairement dit que j'étais pas dispo... La seule en fait puisque Rose était par défaut au courant et que c'est la seule autre que j'aurais voulu informer. Intrigué, je décide de fouiller du côté de ses sms en premier et il y en a trois. D'abord un où il prend connaissance de mon absence sans poser de questions et avec des encouragements, ce qui est cool, puis un autre assez alarmant où il demande s'il peut m'appeler, ce qui fait monter mon inquiétude en flèche et un troisième qui accentue le tout en me faisant bugguer par dessus :

- Comment ça t'as rencontré Aram ?!
- Oh merde, il te l'a dit ?, je la regarde tellement de travers qu'elle s'empresse d'essayer de me redresser. Je voulais pas te le cacher ! J'attendais juste que tu sois mieux !
- D'où t'attendais que j'sois mieux ? Y s'est passé quoi ?, j'essaye difficilement de retenir l'agacement que provoque mon inquiétude.
- Bah... C'était pas très joyeux ?, Rose me fait un sourire humoristique un peu gêné, sauf que je ne suis pas du tout d'humeur à rire. Ecoute... Pour faire simple, j'étais chez toi pour aérer un coup et il a débarqué. C'était du pur hasard et il allait pas fort, donc te connaissant je préférais attendre que tu sois plus stable pour t'en parler. Parce que ok y aurait eu mon côté tout enthousiaste d'avoir rencontré un idole, mais j'allais pas pouvoir te cacher le contexte.

Je suis pas sûr de comprendre ce qu'elle me bave. Les seuls points que mon cerveau arrive à connecter c'est qu'Aram est allé assez mal pour venir chez moi, à tout hasard, alors que je lui avais dit que j'étais pas disponible, et que moi pendant ce temps... Bah j'étais pas joignable justement alors qu'il avait vraiment besoin de moi. Immédiatement, j'ai l'impression d'avoir pris une décision de merde en me coupant complètement de l'extérieur pour cette cure. Je pensais que c'était la solution. Et oui, mon pote me dit qu'il va mieux dans son dernier message, mais il n'empêche que je ne peux pas m'empêcher de me sentir coupable. Coupable de m'être coupé de l'extérieur, quitte à dire merde à ceux qui pouvaient avoir besoin de moi, et encore plus coupable d'être retombé dans la brume des rêves à la base. Je l'avais prédit, pourtant, quand on était en camping, qu'il y avait des risques qu'à un moment je ne puisse pas lui rendre la présence qu'il avait eu pour moi car mon état ne le permettrait pas. Je suis vraiment qu'un-

- Tu veux une baffe ?

La question de Rose, prononcée trop fort pour que je puisse l'ignorer et accompagnée de la main levée annonçant la sentence, me tire de mes pensées. Je la regarde comme si elle avait parlé une autre langue, ne comprenant pas l'intention. Elle répète sa question.

- Ca va pas ?
- T'étais en train de te flageller, je me trompe ?
- Pourquoi tu me parles de haricots ?
- Non mais t'es sérieux ?, elle pouffe puis reprends : Flageller, c'est quand tu te frappes avec un fouet ! T'étais en train de te blâmer pour de la merde encore, c'est écrit sur ta gueule.
- C'est pas de la merde !, qu'elle a le don de me souler quand elle devine !
- Si c'est de la merde ! Elle est où ta résolution d'être égoïste sur les bonnes choses ?
- Ca a rien à voir !

En plus, elle le formule mal. Ce n'est pas que je veux être égoïste, c'est que je veux prendre les décisions pour moi-même. L'égoïsme, c'est ce que je fais depuis toujours pour de la merde. Quand j'étais petit, je faisais pour que ma mère fasse attention à moi, ce qui n'est jamais arrivé. Après ma fugue, je réfléchissais plus. Et à partir du moment où j'ai rencontré Phil, tous mes choix et toutes mes décisions importantes ont été pris par rapport à lui. C'était ça aussi, la cure. Pour pouvoir ensuite réfléchir à ce que je voulais faire de ma vie juste pour moi, par rapport à moi. C'est aussi pour ça que je n'ai voulu de contact avec personne, pour me prouver que j'étais capable de faire quelque chose par moi-même et pour moi-même. Quelque chose de bien et de vraiment important, j'entends.
Seulement, j'ai beau y repenser et essayer de ne pas être juste en colère contre elle, je vois vraiment pas le rapport avec Aram. Rose le comprend bien, pousse un soupir :

- Le truc c'est que... On s'en branle d'Aram !, je veux rétorquer, mais écoute sans savoir pourquoi son signe de me taire et de la laisser continuer. Si ça avait été moi pendant ta cure, on s'en branlait aussi. Enfin non plutôt, toi, tu dois t'en branler. Pas forcément après coup, et le terme est peut-être un peu fort, mais dans l'ordre des priorités il y avait toi, puis le reste. C'est ce que j'ai compris moi avec ta résolution, alors maintenant faudrait l'appliquer et ne pas t'en vouloir parce qu'à un moment où tu as fait ce qui était vraiment important et essentiel pour toi quelqu'un avait peut-être besoin de ton aide, j'ai tout de même du mal à être convaincu, en plus elle utilise son petit ton un peu agaçant j'aime pas. Alors ouais c'est pas cool, mais imagine, même si ça avait été une question de vie et de mort... Ce qui était pas le cas rassure-toi tout de suite et, surtout, redescend d'un étage t'as pas ce pouvoir sur la vie des gens hein ! Bref, même si c'était question de vie ou de mort... T'aurais fait quoi ? Désolée de te le dire, mais t'étais une loque humaine. Mon tapis de porte aurait été plus utile que toi face à n'importe quel problème !

On va pas se mentir, c'est pas agréable à entendre, mais je dois bien reconnaître qu'elle a raison. Entre la brume des rêves et le décès de Phil, j'aurais même pas été capable d'écouter quoi que ce soit. J'aurais juste été un poids en plus et... Je dois accepter que c'est comme ça et c'est tout. J'ai tendance à baisser les yeux. C'est dur de se défaire de cette culpabilité instantanée et réflexe, surtout que je vais sûrement en avoir pour un moment encore : c'est pas demain la veille que je serai apte à aider ou vraiment écouter qui que ce soit je pense. Pour ça, il faudrait déjà que je sois capable de passer une journée sans pleurer au moins une fois. Que je sois capable de parler de Phil sans avoir que ça m'enfonce des milliers d'aiguilles dans le cœur qui me donnent envie de me recroqueviller sur moi-même.
Rose essuie les larmes qui se sont mises à couler le long de mes joues sans que je m'en rende compte du bout du doigt.

- C'est pas encore ça hein...
- Je déteste quand t'as raison.
- Arrête de traîner avec moi alors, j'ai toujours raison !

Je l'approche de moi pour la serrer dans mes bras et nous restons comme ça un moment, en attendant que ça passe pour moi. Ce ne sont pas vraiment des pleurs, plutôt la manifestation d'une grande confusion, voir même de chaos peut-être. Je n'arrive pas à me remettre les idées en place et à être droit vers mon objectif. Je veux réussir à me construire réellement, avec des bases solides, mais le chantier me paraît si énorme que rien que ces messages suffisent à me faire retomber dans mes travers et à vouloir m'enfermer dans la case de grosse merde. C'est tellement plus simple d'être là-dedans, à tout pouvoir me blâmer dessus et me dire que de toute façon ça ne changera jamais, car je suis qu'un nul.
Mais Phil n'est pas parti pour ça. Si je peux envisager de faire ça, c'est grâce à lui et pour moi.




Après ça, Rose me raconte sa rencontre avec Aram. C'était vraiment une coïncidence, et je ris pas mal quand elle me dit à quel point elle pensait qu'elle allait tomber dans les pommes, c'en était à me demander si elle en rajoutait vraiment ou si elle me disait la pure vérité. D'emblée, je lui fais promettre de ne rien dire à personne et, par pitié, de ne pas être reloue. Ca l'offense, évidemment, mais elle me répond qu'elle va faire ce qu'elle peut. Je lui joue le sketch comme quoi je lui fais confiance, histoire de la prendre par les sentiments ce qui la fait râler et abdiquer. Par contre, elle m'avoue qu'elle a déjà commencé à crâner avec l'autographe qu'elle a gratté à Aram, tout en m'assurant que pour le moment elle n'a rien dit sur le contexte de sa rencontre avec lui histoire de garder du mystère et entretenir la hype auprès de ses potes trop fans.

- C'est exactement pour ça que je voulais pas que tu saches !
- Ca vaaaaa, répond-t-elle avec la voix de celle qui est sur la pente glissante pour être en tort. Mais dis-donc il m'a dit que c'était lui qui voulait pas, tu m'expliques ?
- J'ai été honnête sur toi et on a décidé d'un commun accord, elle fait une grimace. Non mais vraiment Rose , tu dis rien à personne !
- Oui, oui promis, c'est bien parce que c'est toi !, elle détourne le regard, baisse les yeux et je sents la connerie arriver. Par contre j'ai peut être un tout petit peu dit que j'avais des exclus sur sa disparition de l'antenne... Sans donner de détails hein !, non mais elle est sérieuse... Je vais l'étrangler un jour !
- Bah si on t'en reparle tu diras à tout le monde que t'es qu'une grosse mytho.
- C'est pas vrai !
- Rappelle-moi combien de fois j'ai menti pour toi histoire qu'on fasse le compte du nombre de mensonges que tu me dois ?

Rose pousse un râle d'exaspération avant d'abdiquer, je l'espère, définitivement.

Suite à ça, elle m'explique que, de son point de vue, Limonde avait surtout besoin de parler à quelqu'un d'extérieur, me racontant le scandale qui a eu lieu autour de lui pendant mon absence et sa disparition des médias et des écrans de la Ligue pendant un certain temps. Je commence à nouveau à spiraler vers le fond, la culpabilité reprenant, et immédiatement Rose me met une petite tape sur la joue pour me remettre sur le droit chemin, me bassinant que s'il m'a dit lui-même que ça allait mieux, c'est que c'est vrai, tout en se vantant faussement que de toute façon on ne peut aller que mieux après une discussion avec elle. De mon côté, j'imagine qu'il m'en dira plus quand on se verra et j'espérais qu'il allait réellement mieux... Ce que Rose s'empresse de me prouver, voyant ma tête, en me montrant sur internet des vidéos ou articles récents le concernant. J'ai pas voulu lire ce qui était écrit, préférant l'entendre de sa bouche, mais ça me rassure un peu. Ce n'était peut-être vraiment pas si grave.
Ensuite, Rose passe aux choses sérieuses et je passe presque une heure à me faire ouvrir en deux pour lui avoir caché l'identité de Limonde. Comme je le prévoyais, c'était un acte de haute trahison. Si au départ je rigole un peu maintenant que je lui ai fait promettre de rien dire, j'ai fini par me sentir assez mal. Sa manière de dire les choses, le ton qu'elle emploie et l'émotion dans ses yeux... J'ai l'impression de l'avoir vraiment blessée sans qu'elle ose me le dire. Et moi, je n'ose pas aborder le sujet non plus, jusqu'à ce qu'elle se calme, me houspille encore un peu et tourne ça sous couvert d'humour. J'ai bien conscience qu'elle vient de cacher quelque chose sous le tapis, et ne prévoie pas de dire quoi que ce soit, mais je me suis sent sale. Vraiment, vraiment sale, d'un seul coup.

- Rose, maintenant que Phil est plus là... Non, je secoue la tête. Oublie cette connerie de gradation : t'es la personne la plus importante pour moi, ok ?
- ..., elle se stoppe dans son mouvement pour se lever du canapé, nos deux tasses qu'elle avait prévu de mettre dans l'évier entre les mains. Abruti.

Elle s'empresse de mettre la vaisselle au sale avant de venir se coller en boule contre moi et exiger qu'on regarde un de nos films fétiches, maintenant, tout de suite.

Le film terminé, Rose se rend compte que c'est bientôt l'heure du repas et elle me propose de rester manger et dormir. A ne faut pas me prier pour que j'accepte : en plus de la perte de Phil qui me bouffe l'esprit, je dors toujours aussi mal quand je suis seul. En cure j'étais souvent épuisé, ce qui était volontaire puisqu'il fallait qu'on réapprenne à dormir naturellement, mais maintenant que je suis seul... Il faut que je sois au bout pour ne pas passer une nuit blanche. Je dors à n'importe quelle heure, des sessions d'une heure avant de me réveiller en cauchemardant. Un jour j'irai voir quelqu'un pour ça, mais... Plus tard. En attendant, dormir avec quelqu'un fonctionne très bien et avec Rose c'est pratique car je peux la serrer contre moi sans que ce soit ambiguë. Pas que j'ai quelqu'un d'autre avec qui dormir ceci-dit, et de toute façon je préférerais Phil qui n'est plus là de cette manière depuis tellement longtemps... Bref, pendant que ma meilleure amie va chercher à manger, je reste chez elle pour répondre à mes messages. Oui, même ceux de Célestin ! La politesse, tout ça... Cependant, je décide de commencer avec Millie car c'est le plus facile et que comme elle est toujours en cure, elle doit s'emmerder. Je lui explique que je n'avais pas rallumé mon tel, que je vois seulement, et je suis sincère avec elle car je note qu'elle ne me demande pas si je vais bien mais comment ça se passe. C'est ce qui va être bien avec elle je sens, ça me fait sourire même si je ne lui raconte pas que des choses très joyeuses.
Puis, je décide de passer à Aram.

Une vague de culpabilité s'empare à nouveau de moi et je m'auto-baffe doucement pour tenter de retrouver l'effet "Rose".


Limonde n°2

Hey Limonde !
Je viens seulement de voir tes appels et tes messages déso mon tel était étein tout ce temps
Si c'est encore utile je suis a peu prèt dispo maintenant mais j'espère que tu vas toujours mieux
Pour le moment j'ai pas de reprise de travail prévu donc on se capte quand tu veux même loin je peux me déplacer j'ai que ça à foutre. Pis je te dois les explications
On s'appelle pour voir ça si tu veux j'arrive pas trop à regarder mon tel encore
Ah et j'ai fait une crise cardiaque pour Rose elle m'avait rien dit !!
19:45


Ceci fait, je me sens vidé de toute mon énergie et décide de laisser les autres messages pour plus tard. Deux personnes sur le tout, ça reste correct pour un début, surtout que j'essaye d'oublier que je n'ai même pas ouvert mes mails. Il doit y avoir plein de documents liés à la cure et au travail qui m'y attendent. Sauf que si rien que pour des messages de gens avec lesquels j'ai envie de communiquer j'ai si peu d'énergie pour leur répondre, je n'imagine pas ce que ça pourra être pour l'administratif. Il faut que j'y arrive, j'aurai plus le choix au bout d'un moment. Peut-être qu'après manger je tenterai les autres messages...
Ou pas.

Je verrouille mon téléphone et contemple le fond d'écran avant de décider de le changer pour une autre photo de nous deux. Pas celle au pont, que j'avais gardé pendant longtemps, mais une de la vie de tous les jours. Là, quand on était à la terrasse d'un café à Papeloa, avec des glaces. Phil portait un chapeau de paille, le truc que j'aurais jamais cru trouver beau sur un mec, et qui lui allait très bien. Il est souriant, moi aussi. Cette image me fait sourire autant qu'elle me fait mal au cœur, mais au moins mon téléphone sera plus facile à regarder car j'en ai effacé "l'Enfer".


Avatar ©️ 悠太
Revenir en haut Aller en bas

Aram Faathi

Aram Faathi
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/10/2019
Messages : 2114

Dim 28 Aoû 2022 - 10:24
Faut quand même avouer que depuis que j’ai repris le boulot, je me sens beaucoup mieux. Ça a été un peu difficile, surtout après la conférence de presse… Mais au moins, j’ai pu sauver mon honneur. Sans surprise, cette histoire a fait couler beaucoup d’encre et comme je m’y attendais, j’ai retrouvé des fans qui me soutiennent et d’autres qui me traitent de menteur. C’est le jeu, j’imagine. En ce qui me concerne, je me sens droit dans mes bottes et je peux me regarder dans un miroir sans en avoir honte. Evidemment, il y a eu des répercutions pas fun comme celle de l’assignation à comparaitre devant un tribunal pour le coup de poing, mais Alice a trouvé le bon avocat pour prendre ma défense et je devrais m’en sortir avec une amende et éventuellement quelques travaux généraux. En tout cas, n’y aura pas de taule et ce n’est pas plus mal parce que j’crois pas que ça se passerait bien pour moi… Si je peux éviter, hein, je suis preneur. En revanche lui pour les avances qu’il m’a faite – avec témoins à la clé parce que ce con a parlé trop fort -, c’est une autre histoire et les peines encourues sont plus costaud… Et ça suffit à me faire sourire.

Ce qui n’était pas prévu non plus, c’est que mon père découvre la vérité à propos de cette histoire. Quand j’ai passé ce mois au Refuge, j’ai juste parlé de mon état de fatigue et de la « petite » crise d’asthme. Il n’avait pas cherché plus loin. Cependant, quand il a su que cette histoire avec le connard était le même soir où j’ai eu ma crise… My. Il ne lui a pas fallu longtemps pour monter aux créneaux et on a bataillé avec les frangins pour qu’il ne prenne pas l’avion pour se rendre directement chez le type. Il n’y a pas de tribunal chez nous mais il a encore la vieille mentalité du ; touche pas à ma famille. J’sais pas comment expliquer, mais clairement, si mon père était présent à la soirée et qu’il avait entendu la demande de l’enfoiré, ce n’est pas qu’un poing qu’il se serait pris. D’un côté, c’était fatiguant de rassurer mon père et de craindre qu’il fasse quelque chose qu’il regretterait ensuite mais de l’autre… ça m’a aussi fait extrêmement plaisir sans que je sache trop pourquoi. J’sais pas trop, voir papa prendre comme ça ma défense c’était quand même… Agréable.

Depuis la prise de bec avec Alice, j’ai pu être écouté et pris en compte, notamment avec la question de mon emploi du temps. De toute façon, je n’avais pas compris mais au départ, le doc’ m’a mis en temps partiel thérapeutique. Évidemment, je n’ai pas compris ce que ça voulait dire. J’ai découvert ainsi que j’avais moins d’heures à faire, avec des jours de congés en plus. Et j’dois dire que ça m’a fait du bien de pas courir toujours partout ! Moins d’inauguration, d’apparitions publiques en général ; plus d’entrainement et de temps pour prendre juste soin de moi. C’est tout bénef’ pour Alice qui peut passer plus de temps avec ses filles et tout bénef’ pour moi qui peut plus souvent retourner à Hoenn. Et d’ailleurs j’ai le droit de garder mon léger accent eh eh. C’est con j’sais mais ça fait trop plaisir. J’vois bien que ça agace encore mon agente quand il est trop marqué mais elle ne cherche plus à le faire disparaitre.

Le mi-temps ne dure que deux mois mais je l’ai déjà prévenu qu’on ne reviendra jamais au rythme d’avant. Ça, elle semble l’avoir assimilé. Après, j’dois dire que j’ai de quoi m’occuper, rien qu’avec l’entrainement. Je l’ai bêtement négligé pendant mon arrêt et j’en paye le prix aujourd’hui. Un mois sans activité, ça se ressent chez mes pokémon et j’en suis le seul coupable. Heureusement qu’ils sont cools et qu’ils ne m’en veulent pas de mettre les bouchés double pour rattraper notre retard… Y a juste avec Bélial que ça se passe plus difficilement que je le pensais. Ça m’a un peu fait le cas avec Vassago mais ça va, il m’a fait la tronche pendant une semaine et puis voilà. C’est fair. Bel’ en revanche… La majorité du temps, il n’écoute pas ce que je lui dis. Il essaye de plus en plus fréquemment de « prendre » le lead à Sam, sans doute par pure jalousie. Mon dragon a toujours eu un problème à reconnaitre Samaël comme l’alpha de l’équipe mais là… ça atteint des proportions faramineuses. J’essaye de ne pas perdre espoir et de croire à ce que Bélial retrouve la voix de la raison rapidement mais… Je ne sais pas quoi faire si ce n’est pas le cas. Et ça, c’est quand même vachement la lose pour le champion que je suis.

En revanche, j’éprouve toujours une certaine tristesse qui n’est ni lié à mon travail, ni à mes pokémon mais à Illia. Encore et toujours, hein. Izy m’avait dit que pour calmer mes sentiments, l’absence pouvait être un bon remède. Ça me permettrait de « guérir ». Eh ben j’peux le dire haut et fort ; BULLSHIT. Ça n’a rien soigné du tout, j’ai toujours autant de sentiments pour lui et même que je souffre de son absence. Chaque jour je vérifie mon téléphone pour savoir s’il est à nouveau disponible et je sens toute la déception de ne pas avoir de nouvelles. C’est con, ça me bouffe le cerveau et j’essaie de me répéter ce que Rose m’a dit, que son absence c’est pour qu’il aille mieux ensuite et vraiment, j’espère vraiment que ça va l’aider. J’veux plus le voir dans l’état où il était dans au camping… Mais il n’empêche que de n’avoir aucun message de sa part me manque de fou, il me manque de fou. Et le pire c’est que je ne peux pas lui dire. Ce serait trop chelou, non ? On peut se dire « tu me manques » entre potes sans que ce soit bizarre ?... Je ne crois pas non. Dans le doute, je m’abstiens.

Avec mon nouveau planning épuré, je n’ai même pas la solution de me noyer dans le boulot pour ne pas réfléchir. J’vais pas m’en plaindre hein, mais j’ai besoin d’occuper tout le temps mon esprit. Du coup, j’ai passé pas mal de temps à jouer à des jeux à la con sur mon phone, à regarder des films aussi mais eh, devinez quoi ; ça me fait penser à Illia. C’est naze ! J’suis allé plusieurs fois au cinéma avec Nina aussi. Ça en revanche ça m’a fait plaisir de me rapprocher plus d’elle, elle est cool comme nana. Si sa spécialité c’est les tatoos, elle aime aussi les piercings et j’dois dire qu’étrangement, je suis plus réceptif à cette pratique-là. Aussi, comme ça fait des années que j’aimerai le faire et que je ne le fais jamais parce que je n’ai pas le temps, j’ai craqué ; je l’ai laissé me percer l’oreille gauche. Elle s’est amusée à me taquiner pour me convaincre de faire la droite, comme quoi c’était la mode à une époque chez les gays de se percer l’oreille droite mais… Non c’est bon, j’ai besoin non plus de m’affirmer à ce point.

J’ai aussi pu enfin faire la connaissance de Kalinka ; je me suis excusé pour mon absence à son arrivée. Mais j’suis allée assister à son premier match contre Asuna Maruoka et c’était vraiment chouette à regarder ! Certes, elle a perdu mais pas de beaucoup et puis j’aime bien son peps. Y a moyen que je m’entende bien avec elle et c’est assez cool, j’dois dire.

Bref, en soi, les jours passent et se ressemblent. J’ai plus d’énergie qu’avant ma crise et même si à chaque fois que je vais à l’hôpital pour un check-up – une obligation à la con d’Alice à cause de l’entrainement et des fumées de mes pokémon feu -, on me rappelle que ce serait bien que je réfléchisse à l’opération, j’ai juste à ignorer et ça va. En vrai j’ai le moral, vraiment ! Beaucoup plus qu’avant la soirée de merde, là. Je sens que ma vie prend la tournure que j’ai envie et c’est cool, vraiment… Mais j’aimerai qu’Illia soit dans le décor, quoi.


C’est plutôt rare que je sois à Galar mais j’dois dire que j’aime assez cette région. Notamment, je l’avoue, parce que Roy se trouve dans cette région et qu’on a profité pour manger ensemble à midi. Forcément, deux champions spécialistes des dragons, fallait bien qu’on s’entende ! En plus, Alice m’a lâché l’aprèm pour que je fasse ce que je veux donc forcément, on se fait un combat amical. Ca a attiré pas mal de curieux mais pour les deux m’as-tu-vu qu’on est tous les deux quand on s’y met, ça nous a pas dérangé.

En début de soirée, je me suis dirigé vers la station radio. Je dois y aller assez tôt pour entendre le topo de mon agente sur ce que j’dois pas dire parce qu’on sera en direct mais ça va, j’ai assez envie pour une fois d’y participer. J’suis déjà passé sur cette radio locale et les deux présentateurs – Léo et Gavin - sont cools, ça va être un moment chill et en plus j’suis payé pour faire ça. Que demander de plus ? Sans surprise, je me suis bien amusé pendant le temps d’antenne et en dehors, racontant des conneries avec Léo. C’était cool d’avoir deux heures de repos cérébrale sans penser à Illia et ça va sans doute continuer puisque je suis invité à manger avec eux. Je n’allais pas dire non, ce n’est pas comme si j’avais envie d’écumer les bars pour me trouver une aventure d’un soir… Comme ça fait des mois que j’fais plus ça. Humf.

En sortant du studio, je prends quand même le temps de regarder mon téléphone et je manque de m’étouffer avec ma bouteille d’eau. Je… Oh putain oh putain oh putain ! J’ai des messages d’Illia ! Oh putain ! Je m’empresse de lire, constatant l’heure d’envoi. Donc ça fait une heure et quart qu’il m’a écrit et que je n’ai rien capté. BON. Faudrait peut-être que je me calme, non ? Léo me lâche une vanne comme quoi je ressemble à Fulgodog sous amphète mais je l’ignore. Je lis les messages. Oh purée, il est disponible maintenant. Il est rentré ! Trop bien ! C’est con que j’sois à Galar et pas Unys, j’aurais pu débarquer à l’improviste… ! Rah putain de merde, faut que je me calme, sérieux. J’suis grave refroidi en prime quand Gabin me demande si c’est mon mec. Ça m’agace parce que ce n’est pas le cas et parce qu’il a raison ; je réagis comme si c’était le cas.

Sérieux c’est quoi mon problème ? Ça fait des mois que je me répète de pas m’enflammer et là, ce soir, je disjoncte à cause de trois messages quoi. Je dois faire des efforts considérables pour me calmer, histoire que Gavin ne parle pas de mon comportement demain soir à l’antenne mais aussi et surtout parce que j’aimerai l’appeler. Sauf que si dans ma voix ça se capte que j’suis super méga heureux, ben ça va faire bizarre non ? Puis bon, faut que je réfléchisse à quoi lui dire aussi… Hum. Déjà, je me sens un peu mal par son dernier message ; j’étais tellement persuadé que Rose allait lui dire rapidement qu’on s’est capté… ! J’ai vraiment loupé l’occasion de me taire sur ce coup-là. Léo me sort de mes songes en me prévenant qu’on est arrivé au restaurant. Je lui demande de me garder une place et de commander pour moi au pire et que je les rejoins après. J’suis assez calme. Allez, let’s go. J’appelle. Il est vingt et une heure quinze, j’pense pas qu’il est allé se pieuter… Si ?

Cette fois-ci, il décroche et j’entends en fond ce que j’imagine être une télé.

« Yo Limoooooonde ! Ça fait trop plaisir de t'entendre ! Enfin, t'as pas encore parlé mais tu décroches quoi. » Et je lâche un vieux rire nerveux nul. Putain ça valait le coup de passer le trajet à chercher à me calmer si c’est pour jouer le Fulgodog sous amphète – j’aime bien l’expression pour le coup – comme ça.
« La mêêême ! Et je parle t’as vu ! Tsé quoi t’es la première personne que j’ai au tel depuis plus de deux mois limite ça fait bizarre de réutiliser un tel. » Ça me fait marrer et en même temps, j’suis trop rassuré de constater qu’il est dans le même feeling que moi. J’entends Rose demander qui c’est et ça me fait sourire. C’est cool d’un côté qu’elle sait qui je suis, ça permet qu’Illia décroche alors qu’ils sont ensemble ! « Aram... Non tu t’approches pas pour écouter je te vois là ! ... Rose te dit bonsoir... et j’en reviens toujours pas ! » Je ris encore un peu, même s’il peut pas voir la grimace que je fais.
« Ouaiiis je saiis… C’était pas du tout prévu d’ailleurs j’suis déso. J’sais pas si elle t’a dit que j’me suis pointé chez toi sans prévenir et puis bon… Voilà quoi. Mais ça va mieux maintenant hein ! J’suis à Galar j’sors d’un direct à la radio j’ai pas encore bouffer, mais du coup j’viens seulement de capter tes messages et j’suis genre trop content ! Tu… » Je me reprends. « Ça m’a manqué de te causer et t’envoyer des conneries. Ouais non en fait tu m’as manqué, faut trop qu’on se fasse un truc rapidement ! » J’vais assumé jusqu’au bout, rendu là. Et ça va niveau réaction, je l’entends rire et ça me fait trop plaisir.
« Ouais toi aussi en vrai, trop de QI autour de moi là où j’étais ! » Allez, la petite vanne gratuite dont il est fier. Moi je ris bêtement parce que dans mon entourage j’ai peu de gens qui me tacle comme ça… Et puis là c’est lui donc forcément. « Désolé de pas avoir été dispo quand t’avais besoin. » Il y a un bruit bizarre que je ne sais pas interpréter qui suit et me laisse perplexe, presque tout autant que sa remarque. « Mais content de savoir que tu vas mieux ! Et on peut se voir bah... quand tu veux comme je t’ai dit. Même faire un trajet, je suis plus plâtré et ma bécane me démange trop ! »
« T’inquiètes, y a vraiment pas de raison de t’excuser. Y a juste eu un mauvais timing mais c’est tout vraiment, rien de grave ! » J’essaye de le rassurer un peu. « Ah ben tu crois que ça se fait Unys - Johto en moto ? Parce qu’en vrai ce serait trop cool de se voir à la Ligue. Un vendredi comme ça ça englobe le week-end et on pourra faire les cons à l’abri des caméras, puis si y a un challenger on pourra voir le match ! J’espère que ce sera juste pas sur ma gueule parce que j’suis pas sûr d’avoir récupérer mon niveau… »
« Aram, la bouffe est prête. » J’suis un peu surpris, Léo m’a fait peur mais je me rattrape rapidement.
« Aaah merde j’arrive deux secondes. Déso j’aurais préféré rester plus longtemps mais on m’attend pour manger donc… ça te va si je t’appelle demain pour les détails ? Si t’es partant, hein ! » Ça me saoule un peu de mettre fin déjà à la conversation, me connaissant j’aurais pu passer des heures au tél avec lui…
« Ça me va ce serait trop cool de te voir là-bas ! Et y’a pas de trajet qui peut pas être fait en moto c’est pas pour rien que c’est le meilleur véhicule du monde. T’as qu’à m’appeler quand tu veux à partir de dix heures je devrais être chez moi. A demain Limonde ! » Au moins je pourrais me rattraper demain !
« Ah ben parfait alors ! En plus si on en a marre du complexe on pourra se faire une balade ! Ça roule du coup, bonne soirée Limonde ! » … J’ai pas oublié un truc, moi ? « Et coucou à Rose oui ! » Pfiou, j’ai failli zappé. J’imagine déjà le drama si j’avais pas répondu à sa remarque.
« Limonde ? » Léo pouffe un peu. « T’as de drôle de surnom pour ton mec. » … Il commence à me saouler là. Je soupire, explique une nouvelle fois que non, Illia n’est pas mon mec et il fait style qu’il me croit alors que je suis persuadé du contraire. Mais bon, c’est pas comme si ça avait une réelle importance, lui et Gavin sont pas du tout le genre à divulguer des informations personnelles sur leurs invités et c’est sans doute pour ça que je les aime bien.


J’ai passé une bonne soirée et le lendemain, forcément, j’ai rappelé Illia vers les onze heures – je me suis laissé une heure histoire de pas faire trop le gars en manque -. Le timing est un peu trop court pour ce vendredi alors on s’organise sur le week-end d’après. Alice m’a dit qu’il y avait un challenger d’enregistrer donc on pourra regarder le match le samedi au moins ! Après, ça dépendra de son niveau et s’il passe cette première épreuve. J’espère sincèrement que ça ne va pas tomber sur moi, je n’ai pas encore repris confiance en mes compétences. En fait, c’est surtout Bélial qui me fout mal et j’aimerai éviter qu’il fasse son cake pendant un match officiel. Bref. Ce n’est pas le plus important. Limonde m’a dit qu’il ne faudrait pas que je m’inquiète s’il a des bad de temps en temps et je ne sais pas pourquoi, il préfère me le dire de vive voix. Je pense qu’il y a pas mal de trucs qu’on a à se dire… Il s’en est passé des trucs, en deux mois.

Je suis triste pour lui, mais je sais aussi que je vais tout faire pour qu’il passe un bon week-end. Je prépare tout de A à Z, je découvre d’ailleurs qu’il y a un garage privé pour les véhicules des champions au complexe… Comme je n’ai pas le permis je n’m’y suis jamais intéressé mais c’est bon à savoir du coup ! On pourra mettre sa moto là-bas, même si du coup moi je ne pourrais pas l’accueillir devant le bâtiment. Y a toujours des paparazzis qui guettent les moindres mouvements et c’est le pire truc je trouve. S’ils captent qu’Illia vient me voir, je sens déjà l’information faire les gros titres et ça me gave. C’est le jeu, je sais, mais ils ne peuvent pas nous foutre la paix un peu ? On a le droit d’avoir des amis sans que la planète entière sois au courant !

Évidemment, ce n’est pas parce qu’on se voit dans une semaine que je ne lui envoie pas des conneries. J’avais gardé des trucs de côté qui m’ont fait marrer alors je lui partage de temps en temps. J’ai plus de temps pour le faire, même si je bosse en même temps quand même. J’arrive sur la fin de mon mi-temps et ça me rend un peu triste, je me suis habitué à ce rythme. J’espère qu’Alice va continuer à organiser mon emploi du temps de cette façon. En plus c’est cool, contrairement à avant, elle me demande mon avis plus fréquemment sur les activités. Il semblerait qu’elle ait enfin compris que la notoriété à tout prix, ça allait deux secondes. De toute manière avec le procès qui approche, c’est plus utile de faire profil bas pour le moment.

C’est aujourd’hui qu’Illia arrive. Je suis une vraie pile électrique. Je vérifie une dernière fois que l’accueil est bien au courant de son arrivée. J’aimerai éviter qu’il se fasse remballer alors que c’est moi qui l’ai invité. L’agente d’accueil me confirme pour la cinquième fois qu’elle est au courant et que oui, elle me prévient quand il arrive histoire que je ne sois pas loin de l’entrée. Pour l’instant, je squatte le dôme pour de l’entrainement. J’ai beau être en congés pendant les trois jours à venir – ce n’est pas moi qui combats le challenger demain mais Kalinka -, j’suis quand même en train de nous entrainer ; faut que j’occupe mon esprit, sinon je saute partout comme un gosse. Je ne gêne pas encore pour les préparatifs du stade pour demain, j’en profite. Je me concentre sur l’entrainement de Bélial, sans surprise et… Il me rend fou, sérieusement. Il obéit une fois sur deux et quand je lui demande d’atterrir un fait un graaaand tour du stade avant. Ma patience a des limites. Faut vraiment que je trouve un truc pour qu’il arrête d’agir comme un adolescent.

C’est pas gagné.



La visite du siècle Captur14 La visite du siècle Lrt6 La visite du siècle CYxzZVz La visite du siècle Heri10 La visite du siècle 3MLhT5h La visite du siècle PUpP1Ej La visite du siècle 6TXtooI
Codage T-Card par Aaron Sakuragi, un grand merciiii t'es la meilleure !  heart
Crédit avatar : ngt
Revenir en haut Aller en bas

Illia Aethelhelm

Illia Aethelhelm
Ethologue Unys

C-GEAR
Inscrit le : 01/07/2019
Messages : 916

Région : Unys
Lun 29 Aoû 2022 - 19:05
Après avoir répondu à ce nombre incroyable de trois messages, ce qui a suffit à m'épuiser, j'ai failli ré-éteindre mon téléphone pour l'abandonner au fond de ma poche pendant plusieurs jours encore. Heureusement, je me suis rendu compte à temps que je m'étais piégé tout seul en demandant à Aram de m'appeler : aucune idée de quand il va le faire, s'il le fait, donc je ne peux pas avoir un tel éteint. Pareil s'il m'envoie simplement des messages, d'ailleurs. Bien que je sois encore un peu une loque, il fait parti des rares personnes que j'ai envie de voir alors je suis aussi assez pressé qu'il me recontacte. Ceci dit, ça me fait aussi repenser au camping... Et à combien je me suis senti mal après coup, mais également au fait que je ne dois pas l'être à cause de ça, mal. Même Phil me l'a dit, et je sais qu'à partir du moment où il m'a dit qu'il allait partir, il ne mentait plus.
Rose rentre au moment où je me laisse tomber sur la longueur du canapé pour contempler le plafond. A croire qu'elle le fait exprès et épie derrière la porte depuis dix minutes, ce qui ne serait pas surprenant venant d'elle, même si j'aurais du mal à comprendre pourquoi elle fait ça. Depuis que je suis sorti de cure, on a tous les deux bien compris que quand je m'écroule sur un canapé sans rien faire d'autre, c'est pas bon signe. Dans ces moments, il ne me reste plus qu'à regarder le plafond et, rapidement, le plafond disparaît pour laisser place à un univers de songes que je n'arrive pas encore à contrôler assez pour qu'ils ne me tirent pas vers le fond. Je mets ça sur le compte de la brume des rêves qui aurait encore des effets, tout en sachant que, pour le coup, ça ce n'en est pas un.

- Je t'ai pris un double cheese avec frites et boissons, pis des magnums avec les éclats de noisette pour le dessert, ça ira ? C'est pas trop ?, je comprends qu'elle a d'abord pensé au fait de me faire reprendre du poids avant de songer que je ne serais peut-être pas capable de manger tout ça actuellement. Je suis sûre que Rubis sera volontaire pour finir au pire !
- C'est très bien, t'inquiète, pas sûr que je mange tout ceci-dit. J'ai beau avoir repris un peu de poids en cure, malgré la nourriture dégueu, manger des quantités correctes est encore un peu difficile. Je ne rêve plus à cause d'un mushana que je mange, mais mon estomac fait de la résistance quand même dans la vraie vie. Oryse m'a expliqué tout ça en termes techniques, j'ai pas compris grand chose à part qu'il va continuer à falloir y aller petit à petit. Je me suis vraiment détruit sur ce coup, c'était pas comme ça la première fois... Sûrement le coup-sur-coup et la surdose à cause des médocs. De sûr je mange la glace de toute façon !

Après avoir débarrassé la table basse pour que Rose puisse y déposer la malbouffe, on laisse sortir nos pokémons de leurs pokéballs afin qu'ils puissent manger aussi. Tout est prêt pour eux dans la cuisine, même si certains, non-contents de leurs repas, viennent lorgner sur le notre. Sans surprise, Citrine est aux première places et je dois chasser plusieurs fois le voltali pour sauver mon burger. Rose se marre, mentionne une émission débile à la télé qui passe ce soir, et je la laisse allumer l'écran pour m'y plonger. Je sens que c'est le genre de programme qui me fera me sentir intelligent, et c'est beaucoup dire sur le niveau général de ce qu'on va voir !




Rubis, Lari' et Saphyr se sont partagés un tier de mon burger que je n'ai pas réussi à finir. Par contre, j'ai vaincu les frites, difficilement, mais vaincu. Et maintenant que presque une heure a passé, je me sens d'attaque pour le magnum. Rose s'en va les chercher dans le congel quand mon portable se met à vibrer trop longtemps pour que ce soit un message. A cette heure-ci, je doute que ce soit un spam, et j'ai raison quand je suppose que c'est peut-être Aram qui me rappelle suite à mes messages. Je me fais la réflexion qu'il est bien plus réactif que moi, mais c'est pas compliqué pour le coup. Même si je me demande si je suis prêt, énergiquement parlant, un sourire se dessine sur mes lèvres quand je vois le nom « Limonde n°2 » s'afficher sur l'écran : ça fait plaisir de reprendre contact avec un ami.

- Yo Limoooooonde !, la salutation enthousiaste me conforte dans le mood joyeux. Ca fait trop plaisir de t'entendre ! Enfin, t'as pas encore parlé mais tu décroches quoi, qu'il est con.
- La mêêême ! Et je parle t'as vu ! Tsé quoi t'es la première personne que j'ai au tel depuis plus de mois limite ça fait bizarre de réutiliser un tel, l'énergie que je mets dans ma voix alors que je refusais d'allumer l'appareil il y a encore quelques heures interpelle Rose qui me demande qui m'appelle. J'ai presque le réflexe de mentir avant de me souvenir que, maintenant, je peux lui dire la vérité. Aram... Non tu t'approches pas pour écouter je te vois là !
- Pfff ! Dis-lui bonsoir de ma part au moins.
- Rose te dit bonsoir... Et j'en reviens toujours pas, parce que quand même quoi. Ca reste surréaliste pour moi. D'un côté j'ai un peu le seum, d'ailleurs, car j'aurais aimé pouvoir être là, mais d'un autre, est-ce que c'est pas juste une manifestation d'insécurité et est-ce que j'aurais pas tout gâché avec ça, hein ? J'ai pas quatre heures alors je décide d'ignorer ce questionnement. Pas que ça à faire là.
- Ouaiiis je saiiis... C'était pas du tout prévu d'ailleurs j'suis déso. J'sais pas si elle t'as dit que j'me suis pointé chez toi sans prévenir et puis bon... Voilà quoi. Mais ça va mieux maintenant hein !, j'espère toujours que c'est vraiment vrai. J'suis à Galar j'sors d'un direct à la radio j'ai pas encore bouffé, mais du coup j'viens seulement de capter tes messages et j'suis genre trop content ! Tu... Ca m'a manqué de te causer et t'envoyer des conneries. Ouais non en fait tu m'as manqué, faut trop qu'on se fasse un truc rapidement !, c'est con, mais ça fait plaisir de l'entendre. Bien que le choix de m'isoler venait de moi et que je l'ai imposé aux autres, ce serait mentir que de dire que lui et Rose ne m'ont pas manqués. Peut-être un peu Tarja aussi... Voir même Célestin, par pur besoin d'un souffre-douleur sûrement. Du coup, je peux pas m'empêcher de rire, sans que ça ait quoi que ce soit de moqueur. C'est juste un rire content quoi.
- Ouais toi aussi en vrai, trop de QI autour de moi là où j'étais !, c'était beaucoup trop tentant, ça m'a manqué aussi de le tacler amicalement. Désolé de pas avoir été dispo quand t'avais besoin..., évidemment, j'ai éprouvé le besoin de m'excuser, avec la voix qui baisse, et le puits de culpabilité qui revient vitesse grand V. Au dernier moment, j'esquive un tacle de Rose qui tente de m'avoir derrière le genou, pour rappel à l'ordre, qui marche plutôt bien je dois dire car je me force rapidement à rebondir et sur un meilleur ton : Mais content de savoir que tu vas mieux ! Et on peut se voir bah... Quand tu veux comme je t'ai dit. Même faire un trajet, je suis plus plâtré et ma bécane me démange trop !
- T'inquiète, y a vraiment pas de raison de t'excuser. Y a juste eu un mauvais timing mais c'est tout vraiment, rien de grave !, pourquoiii il revient dessuuuuus ?! Ah ben tu crois que ça se fait Unys-Johto en moto ? Parce qu'en vrai ce serait trop cool de se voir à la Ligue. Un vendredi comme ça, ça englobe le week-end et on pourra faire les cons à l'abri des caméras, puis si y a un challenger on pourra voir le match !, ce serait trop bien ! J'espère que ce sera juste pas sur ma gueule parce que j'suis pas sûr d'avoir récupéré mon niveau, … Comment ça il a perdu son niveau ? Ah non vite que je change de tête, sinon Rose va encore essayer de me frapper. Aah merde j'arrive deux secondes, je comprends que ça c'est pas pour moi. Déso j'aurais préféré rester plus longtemps mais on m'attend pour manger donc... Ca te va si je t'appelle demain pour les détails ? Si t'es partant, hein !
- Ca me va ce serait trop cool de te voir là-bas !, en plus j'imagine que c'est pas souvent donné à la plèbe comme moi de visiter la Ligue, du moins hors de la visite touristique classique. Et y a pas de trajet qui peut pas être fait en moto, c'est pas pour rien que c'est le meilleur véhicule du monde ! T'as qu'à m'appeler quand tu veux, à partir de dix heures je devrais être chez moi. A demain Limonde !
- Ah ben parfait alors ! En plus si on en a marre du complexe on pourra se faire une balade ! Sa roule du coup, bonne soirée Limonde !... Et coucou à Rose oui !

J'ai un rire en songeant que je viens d'éviter le drama, puis je raccroche avant de passer le bonjour à Rose. Je sens à son regard qu'elle est sur le point de faire l'inquisitrice ou de venir m'emmerder parce que j'ai failli retomber en bad deux fois lors d'une courte conversation, alors je coupe court en me mettant à crâner comme quoi je suis invité à la Ligue. Comme prévu, ça la fait partir au quart de tour pour me dire que j'ai trop de chance, qu'elle est jalouse, et comme quoi je suis qu'un traître de miasmax de lui avoir caché tout ça encore une fois. Cette fois, au moins, elle n'a pas l'air de souffrir, son seum étant concentré sur autre chose.

- Je te ramènerai un souvenir, dis-je juste pour me foutre de sa gueule... Attends... Non mais ! Rends-moi ma glace ! Tu vas me bouffer toute la coque ! Connasse !




J'ai bien dormi. Pas énormément non plus, sept heures environ, mais sans discontinuer, c'était top. Après m'être levé et avoir quitté la chambre de Rose sans la réveiller, je lui ai préparé un petit dej' pour la remercier une fois qu'on a mangé, je suis parti. Sur ma moto, j'ai fait quelques détours avant de rentrer chez moi, histoire de prolonger un peu le trajet. A un moment y avait une belle ligne droite sur une route que je connaissais pas, hors de la ville, je crois qu'il y a pas de radar, ça pourra être un bon endroit pour prendre de la vitesse à l'occasion.
Cependant il a tout de même fallut que je finisse par rentrer, car j'avais dit que je le ferais, et que je ne savais pas quand Aram allait m'appeler. Vers dix heures quinze j'étais de retour dans notre mon appartement et à dix heure trente j'étais en train de déprimer face à la fenêtre. Il aurait fallut que je sorte des pokémons de leurs pokéballs pour m'occuper et ensuite trouver la foi de faire ce que j'avais à faire comme... La vaisselle d'hier, j'imagine, mais même ça je n'avais pas la motivation de le faire. Au final, j'attendais juste l'appel d'Aram en me disant que parler à une personne que j'apprécie me permettrait de sortir d'ici. Finalement, l'appel est arrivé à onze heure et j'ai presque sauté sur mon téléphone.
On s'est organisé pour cette visite à la Ligue, pour que j'y aille le vendredi de la semaine prochaine. Johto c'est pas la porte à côté non plus alors il faut que je fasse le voyage en deux morceaux. Après coup je me suis dit que si j'avais pu, j'y serais allé direct, mais avec le recul c'était une mauvaise idée. Vu comme il a été compliqué de répondre à deux pauvres messages, je crois que j'ai besoin d'un peu plus de temps avant de me rendre dans un tel endroit. D'ailleurs, j'ai profité de l'appel pour prévenir Aram que je risquais d'avoir des bad de temps en temps et que je lui expliquerai, comme le reste. Une partie de moi espère ne pas en avoir, l'autre ne se fait pas d'illusion. En tout cas, ce qui est bien avec le fait d'avoir prévenu Limonde, c'est que je me suis piégé tout seul. Maintenant, je lui dois obligatoirement des explications et comme c'est lié à des sujets sur lesquels je l'avais laissé dans le flou, ce qui ne me va plus... Ca va être dur. Ca va être vraiment dur, mais au moins ce sera fait, clair, et j'aurais plus l'impression de mentir par omission ou d'avoir déchargé des trucs incompréhensibles sur lui.

Après avoir encore un peu parlé de tout et de rien, on a raccroché et je me suis à nouveau confronté à mon appartement. Sauf que, cette fois, j'avais de quoi m'occuper pendant plusieurs heures : préparer le voyage. Il fallait que je sois minutieux, pour bien faire traîner, jusqu'à ce que Rose sorte du travail et que j'avise, à ce moment-là, si je me sentais de passer une journée sans la voir ou pas.




Même si j'ai peu dormi, comme d'hab', le voyage était trop bien et en même temps en demi-teinte. J'avais repéré les routes pas lesquelles je voulais passer, esquivant certains grands axes pour passer par des coins que j'avais trouvé jolis sur Google Map. Parfois c'était une déception, parfois de très bonnes surprises, et j'avais pris du retard sur le premier jour car je me retrouvais à faire des pauses un peu trop longues. Certaines étaient nécessaires, d'autres non. J'essayais de me remplir et me vider la tête avec la conduite, mais Phil finissait toujours par y revenir. Que ce soit le premier ou le deuxième jour, il y avait eu quelques pauses pour se ressaisir. La dernière avait eu lieu en arrivant prêt d'Ebenelle et, comme c'était bientôt la fin du voyage et qu'il fallait que j'arrête mon cirque, je m'étais concentré sur le coût de ce voyage... Et j'avais un peu paniqué, on va pas se mentir. C'est pas avec ce que je touchais pendant mon arrêt maladie que j'allais tenir longtemps et la cure avait déjà coûté cher. Du coup j'ai appelé Rose, elle m'a mis du plomb dans le crâne comme quoi tant pis je mangerais des pâtes au sel pendant des semaines, mais que je devais me concentrer sur comment c'était cool d'aller jusqu'à Johto en moto et comment le retour allait être cool aussi ainsi que le week-end avec mon Limonde.
Grâce à elle, je me présentais un peu plus serein à l'accueil de la Ligue, après avoir garé ma moto sur le parking visiteur. J'espère que même si ça prenait un peu de temps pour la déplacer dans le garage privé dont m'avait parlé Aram, on va pas me faire payer le ticket. Ils ont vu leurs tarifs ? C'est des malades, pire qu'à la gare !
Bref, après avoir observé les bâtiments de l'extérieur, qui font quand même vachement plus grands en vrai qu'à la télé, j'entre par la grande porte pour arriver à l'accueil. Avant d'entrer j'hésite à me détacher les cheveux, qui sont en une natte depuis la veille histoire qu'ils fassent pas n'importe quoi pendant le trajet, mais décide que non : ils vont onduler je déteste ça. A l'intérieur, il y a moins de monde que je le pensais, j'imaginais ça beaucoup plus peuplé, mais tant mieux au final. Ca doit être parce que c'est pas jour de match. Pour autant, il y a quand même deux personnes derrière le comptoir d'accueil alors j'en prends une au hasard. J'espère que j'ai pas trop une allure d'indésirable avec mon casque et mon manteau de motard sous le bras. Il paraît que ça peut faire mauvais genre... De toute façon s'ils font chier je peux toujours appeler Aram.

- Bonjour, je suis Illia Aethelhelm, je dois voir Aram... Faathi, 'tin cette foirade mais c'est trop bizarre d'appeler des potes avec leur nom de famille quoi ! Il m'a dit qu'il aurait prévenu, et je lui file ma carte d'identité pour qu'elle vérifie que c'est bien moi.

Maintenant, je flippe de pas être venu au bon endroit. Heureusement, la nana de l'accueil reconnaît mon nom et le prévient. Rapidement, elle me donne aussi un badge invité que pique sur mon sweat à un endroit visible, histoire qu'on me foute pas dehors sur un malentendu. Puis elle me donne les indications pour trouver le parking privé en disant qu'elle va prévenir le collègue qui en gère l'entrée pour qu'il me laisse passer et qu'Aram me rejoindra là-bas. Je me contente de hocher la tête et la remercier une fois qu'elle a fini.
J'avoue, je tourne un peu avant de trouver le parking, mais les indications de la meuf étaient pas clairs et c'est pas super bien indiqué. J'imagine que c'est logique puisqu'il ne faut pas que n'importe qui puisse avoir l'idée d'essayer d'aller y mettre sa bagnole. Le type qui surveille me laisse entrer dans un parking souterrain assez classique... Je sais pas à quoi je m'attendais en fait. D'accord c'est la Ligue, mais c'est un parking souterrain quoi. C'est limite mieux que ce soit classique plutôt que y ait un sol en marbre.
Après avoir garé ma bécane dans le premier emplacement pour deux roues venu et m'être assuré qu'elle tenait bien -on sait jamais, elle a toujours bien tenu sur son pied mais que par l'opération de je ne sais quelle force elle se casse la gueule pile aujourd'hui', j'imagine qu'il ne me reste plus qu'à attendre Aram.

Maintenant que je suis sur place, je dois avouer que je stresse un peu, pour plusieurs raisons. Déjà le lieu qui est atypique et qui rien qu'à l'accueil me faisait me dire que je n'ai rien à foutre là. Peut-être que c'est parce qu'on nous en rabâche le prestige depuis que je suis gamin, mais dans ma tête la Ligue c'est pour les grands dresseurs, ou les gens qui viennent voir un match et qui ont payé leur ticket d'entrée pour aller s'entasser sur un gradin. Je suis ni l'un, ni l'autre, et comme a priori je vais pas aller sur un gradin, bah... Je suis pas super à l'aise quoi, c'est tout. J'espère que la présence de Limonde pourra rapidement effacer ça car on fera les cons tous les deux, sinon je vais encore être le relou rabat-joie de l'histoire. L'autre raison c'est Aram justement. Cette nuit comme j'arrivais pas à dormir, j'ai réfléchi à comment je pouvais lui dire ce que je lui ai promis, au point de commencer à essayer de m'entraîner comme un con à le dire à voix haute, mais... Dire que c'était compliqué serait minimiser la chose à un point stratosphérique. Je sais pas si je vais être capable d'y arriver, ou de le faire correctement tout simplement. Ca me soule, car je veux vraiment lui parler pour une fois... Peut-être que sur ce point aussi, si on fait les cons ça passera. Ou alors j'aurai trop peur de gâcher l'ambiance.


Avatar ©️ 悠太
Revenir en haut Aller en bas

Aram Faathi

Aram Faathi
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/10/2019
Messages : 2114

Mar 30 Aoû 2022 - 18:46
Je me demande quand même ce à quoi je dois m’attendre. Illia m’a dit qu’il devait m’expliquer, mais j’espère juste avoir la bonne réaction en face. Si encore je pouvais me préparer mentalement, je pourrais me contrôler mais… j’suis dans le flou total. J’ai bien des idées pour expliquer sa longue absence et je croise les doigts pour avoir raison, mais si ce n’est pas ça… Je ne sais pas. En même temps, je n’ai pas envie d’imaginer trop de trucs, au risque de lâcher bêtement un « j’le savais ! » qui serait très mal venu et placé. Sérieux, je prie fort pour que mon cerveau ne soit pas trop con. C’est peut-être trop lui en demander, pourtant j’aimerai éviter de le faire se sentir plus mal qu’il ne l’est déjà. Mon but de ce week-end, c’est de lui changer les idées. Déjà, le changement d’environnement devrait faire son effet. Ce n’est pas tous les jours qu’on se retrouve à la Ligue hein… ! Enfin, sauf pour moi. Je me souviens que mon avis était très mitigé concernant le complexe avant ma venue ici. Clairement, on est sur un bon niveau de richesse, quoi qu’on en dise… Et je n’avais pas idée de la grandeur du truc. Quand t’es juste challenger, tu vois l’accueil, le couloir qui mène au stade puis le stade. Mais tu ne sais pas tout ce qu’il y a en plus à disposition des champions ! Et moi non plus d’ailleurs avant d’organiser ce week-end. J’espère juste qu’Illia va pas vouloir aller à la piscine parce que sinon… Je suis dans la merde.

J’essaye de me focus sur l’entrainement, mais je crois que c’est peine perdue. Bélial doit s’en rendre compte aussi puisqu’il est encore plus ingérable que depuis mon retour… Et ça me frustre putain ! J’aime pas du tout la tournure que notre relation est en train de prendre. Sam est obligé de le rappeler à l’ordre plus d’une fois et le lance-flamme qui lui en envoyer dans la tronche traduit assez ma frustration ; je dois être en train de leur transmettre mon état de stress et ça ne sert juste à rien. L’agacement est là et franchement, je n’ai pas envie de continuer comme ça. J’sais pas trop d’où ça vient, je ne pense pas que ce soit juste à cause de Bel que je me sens de cette façon… Faudrait que je me pose pour y réfléchir mais no way, hey. J’ai assez cogité ces derniers temps, à un moment, ça suffit. J’ai aussi besoin de me détendre.

Au moins, ce sentiment d’agacement ne ternit pas mon humeur. J’ai hâte qu’Illia arrive, même si maintenant que l’heure de son arrivée approche, je me sens un brin… Nerveux ? Ça fait un moment qu’on ne s’est pas vu. Je ne pense pas pourquoi que quelque chose a changé entre nous ; les deux conversations téléphoniques qu’on a eu était comme à l’accoutumé. Alors pour cette nervosité ? Ça n’a pas de sens. Je préfère me laisser plutôt aller à l’euphorie que cela génère. Quand je pense que ce week-end va juste être trop bien, je repense aussi à tout ce que je dois lui raconter de mon côté pendant son absence et… Ah. Ça, en revanche, ça va être moins fun à faire. J’ignore ce que Rose lui a raconté, j’ignore aussi ce qu’il a lu sur les réseaux ou dans la presse. J’ai essayé de m’entrainer à expliquer la situation pour englober tout ce qui s’est passé mais j’ai vite abandonné. Je ferais comme d’hab, au feeling. J’espère juste que ce sera compréhensible. Au pire, il me coupera dans mon élan et…

« Non mais Bélial, stop ! »

J’ai perdu ma concentration et mon Dracaufeu en a profité pour filer un coup bas à Vassago alors qu’il n’est même pas dans l’action. Putain, mais quelle idée d’avoir trois mâles dominants dans la même équipe aussi là !... Ils me saoulent parce que forcément, mon Ekaiser a pas du tout kiffer et maintenant il veut aussi se fritter. C’est bon ils m’ont saoulé. Il ne m’en faut pas plus pour les rappeler dans leurs balls, ce qui, je le sais pertinemment, va encore plus les agacer et quand ils en ressortiront ils seront bien chiants mais stop les conneries. Je commence à en avoir ras-le-cul de leur comportement. Le pire dans tout ça, c’est qu’ils n’ont pas l’air de comprendre pourquoi je ne les ai pas entrainés pendant un mois et j’ai bien l’impression qu’ils s’en foutent. Je sais que c’est un peu con mais… ça me blesse un peu. A croire qu’ils n’en ont rien à foutre de ma gueule et qu’un autre dresseur leur conviendrait tout autant.

Non, faut pas que je commence à partir sur cette pente-là. J’vais pas réussir à remonter ensuite…

Sam revient vers moi, pousse un jappement pour me faire sortir de mes pensées. Je l’en remercie avec une caresse, bien que mon sentiment d’insécurité soit toujours présent. Heureusement, le timing est bon et mon téléphone sonne. J’ai mis exprès la sonnerie hyper fort pour être sûr de pas louper l’appel et un large sourire digne d’un enfant danse sur mes lèvres quand je vois que c’est l’accueil. La nana m’informe qu’Illia est arrivé et je lui rappelle de lui indiquer le chemin jusqu’au parking privé et que moi, j’vais le rejoindre là-bas. Ce sera plus simple que de le laisser galérer pour trouver le chemin jusqu’au stade. Déjà que moi, j’ai mis quinze plombes à comprendre où se trouvait l’accès par la cour intérieure au garage.

Et j’ai quand même galéré à le trouver, d’ailleurs ! Putain mais ils pourraient quand même mieux l’indiquer pour nous quand même. C’est une pauvre porte à la con cachée par un arbre, si Sam ne me l’avait pas signalé en aboyant je ne l’aurais jamais capté. En fait non, j’ai toujours cru que cette porte donnait accès à une salle de maintenance… Eh ben ce n’est pas le cas ! Bon, je le saurais pour quand faudra raccompagner Limonde pour son départ… Mais j’vais pas y penser maintenant, pour l’heure, il est arrivé et je compte bien l’accueillir comme il se doit ! Au passage, j’en profite pour renifler tant que personne ne me voit mes fringues pour m’assurer que je ne pue pas la trans’. Je n’ai pas énormément bougé non plus, mais si je peux éviter… Puis j’aimerai bien rester habillé comme je suis ; je me suis découvert une nouvelle passion pour l’orange. Avec ma peau mate, ça se marrie bien ce sweet orange aux manches blanches, ce jean et baskets blanches ! Niveau contraste, je trouve qu’on n’est pas mal. Et ce n’est même pas tant l’envie de me faire beau ou que sais-je pour Illia, c’est juste que j’aime bien cet ensemble. Il manquera plus que je puisse changer ma boucle d’oreille pour un pendant en argent et ce sera parfait ! En attendant, je me contente de la médicale basique qui reste assez discrète tout de même.

Je passe la porte et je vois mon invité près de sa moto. Un large sourire étire rapidement mes traits.

« Limoooonde ! »

Faut croire que j’aime bien l’interpeller de cette façon. Mais c’est juste que ça me fait trop plaisir de le voir ! Il est là, en vrai ! Mon sourire ne faiblit pas, même quand mon esprit me fait penser qu’avec sa tresse-là, ça le change pas mal et ça lui va même très très bien… ‘Tention, ça, c’est une nouvelle pente glissante. J’ai aussi l’impression qu’il a encore perdu du poids mais je ne compte pas lui faire la remarque – à quoi ça servirait, de toute façon ? -. Au lieu de ça, je parcours d’un pas rapide la distance qui nous sépare et cette fois, je ne me contente pas d’un check mais d’une rapide étreinte. C’est la faute à Nina de me saluer toujours avec une accolade, j’ai pris l’habitude… ! Ça se fait de toute façon, non ? Faut que j’arrête de me poser toujours ce genre de questions, de toute manière, maintenant c’est fait c’est fait… ! J’espère jusque ça ne va pas le crisper où je ne sais pas quoi.

« Ça fait trop plaisir de te revoir ! » Mon sourire colgate bat des records tellement je resplendis. « Ça va ? T’as fait bon voyage, pas trop claqué ? » Trop de questions d’un coup-là, faut que je me calme. « Je suis trop enthousiaste, pardon. » Sam aboie, la queue foutant fougueusement l’air. Ça me fait toujours plaisir de constater qu’il apprécie vraiment Illia. « Je crois que Sam aussi est content. » Il aboie une nouvelle fois, comme pour valider mes dires.

« Je te propose pour commencer de dégager de ce garage et de poser tes affaires dans mon appart’ pour être tranquille et se poser un peu. Sinon on peut aussi commencer la visite après, évidemment. »

Je suis toujours autant un Fulgodog sous amphèt’.



La visite du siècle Captur14 La visite du siècle Lrt6 La visite du siècle CYxzZVz La visite du siècle Heri10 La visite du siècle 3MLhT5h La visite du siècle PUpP1Ej La visite du siècle 6TXtooI
Codage T-Card par Aaron Sakuragi, un grand merciiii t'es la meilleure !  heart
Crédit avatar : ngt
Revenir en haut Aller en bas

Illia Aethelhelm

Illia Aethelhelm
Ethologue Unys

C-GEAR
Inscrit le : 01/07/2019
Messages : 916

Région : Unys
Ven 2 Sep 2022 - 15:10
C'est con à se dire, mais j'ai jamais pris le temps de regarder vraiment un parking souterrain. C'est pas un lieu dans lequel je m'attarde et je n'ai jamais eu à y attendre quelqu'un. Cette fois, ça me donne l'occasion de regarder plus en détail et constater que, même si c'est sensé être un lieu de luxe, bah l'esthétique est jamais mise en avant. Pas que je sois un grand architecte qui aurait son mot à dire, mais un parking souterrain reste un parking souterrain et toujours le genre d'endroit où on pourrait filmer une scène de sombre trafic de drogues qui serait totalement crédible en vu du décor. Alors qu'en vrai ça se passe pas toujours comme ça, et même ils ont tendance à éviter les endroits où on les attend de mon expérience, mais c'est toujours important l'imaginaire populaire au cinéma.
Je dois vraiment me faire chier pour penser à tout ça, ou plutôt c'est une stratégie d'évitement qui va chercher loin. Pour essayer de ne pas me perdre dans mes pensées ou au côté malaise des retrouvailles avec Limonde, j'en viens à me replonger dans ces années dont je suis pas fier et qui ont failli me coûter la vie. C'est pas que de ma faute si mon inconscient associe ce foutu parking à ça, mais j'aurais préféré penser à des choses joyeuses. Car maintenant que la retrouvaille irl approche, je ne peux pas m'empêcher de penser à notre dernière rencontre avant la cure. Le camping était cool, je dis pas le contraire, mais il y a aussi tous ces moments dont j'ai honte. Quand j'ai pleuré comme un bébé dans ses bras, ou quand vers la fin je me suis effondré par manque. Ensuite j'ai ignoré ses messages, jusqu'à seulement lui en envoyer un comme quoi j'étais indisponible, super vague... Et là on se revoit comme si de rien n'était. C'est pas un peu bizarre, quand même ? Quand j'y pense, et c'est bien pour ça que j'évitais d'y penser, la honte revient vitesse grand V. Je sais pas si c'est pire ou mieux que d'envisager tout ce que j'ai à lui expliquer. Rapidement, je me retrouve partagé entre le plaisir de revoir un ami et l'envie de me jeter sous une voiture pour m'y cacher jusqu'à ce qu'il soit venu, ne m'ait pas vu, soit reparti et que je puisse m'enfuir. Sauf que ça, ce serait irréversible, et ridicule, et je ferais quoi après ? A part aller me morfondre dans un coin jusqu'à m'y dessécher j'entends.

Soudain, mon surnom retentit dans le parking et je ne peux que constater que la voiture la plus proche est bien trop loin pour me laisser cette option. En plus, quand je me tourne vers l'origine de la voix, je vois bien qu'Aram m'a déjà vu et que donc il est désormais trop tard pour faire machine arrière. Il s'approche rapidement de moi et je commence déjà à m'en vouloir de ne pouvoir rendre qu'un sourire en demi-teinte au mien, assailli par mes angoisses que j'aimerais chasser le plus loin possible de ce moment.
Je suis sur le point de tout de même lui rendre son salut, en serrant le poing sans encore le lever pour préparer l'habituel check, alors forcément je suis un peu surpris quand il m'enlace. Pas que ce soit bien ou mal, juste surprenant comme ce n'est pas dans les habitudes. Du coup, je me retrouve un peu bête à ne pas avoir le temps de lui rendre son éteinte et j'espère qu'il n'en tiendra pas cas.

- Salut Limonde !

J'arrive enfin à parler, même si j'espère à chaque instant que ça ne va pas devenir bizarre à cause du camping et des explications que je lui ai promis. Je pensais que le voyage m'avait fait du bien et que ça m'avais calmé, mais force est de constater que ce n'est pas vraiment le cas.
Aram, lui, rayonne. Même si je souris car je suis tout de même content de le revoir, y a quand même un contraste entre nous deux que j'aime pas, à cause de mon côté. Cependant, le voir sourire comme ça me rassure encore sur le fait qu'il va effectivement bien mieux depuis les messages qu'il m'a envoyé, ou alors je me fais juste des films et c'est le fait de me revoir qui le met de cette humeur. Si c'est ça, je dois admettre qu'il y a un petit côté flatteur car j'ai toujours du mal à me dire que quelqu'un puisse être aussi content de me revoir, même si Rose l'était aussi. Cette pensée me rappelle que c'est aussi pour ça que je me suis infligé la cure, parce que je voulais pouvoir revoir mes amis sans risquer de m'effondrer avec la brume des rêves. Car j'avais d'autres personnes que Phil, cette fois. C'est toujours douloureux de me le dire, car une partie de moi s'en veux de lui avoir fait perdre l'exclusivité de ma raison de vivre, comme si je l'avais trahit, mais une autre est tellement, tellement fier de se constat et de cette avancée positive dans ma vie... Que d'avoir ce sourire sous le nez aide à dénouer le nœud que j'ai dans le ventre.
Cette fois, je souris vraiment et parvient à laisser de l'enthousiasme transparaître dans mes réponses :

- Pareil !, ça me fait plaisir aussi et je tiens à le dire, surtout pour effacer toute mauvaise impression qu'il aurait pu avoir en voyant mon demi-sourire juste avant. D'ailleurs j'ai à peine le temps de le dire qu'il me pose plusieurs questions, notant lui-même qu'il est très enthousiaste et ça me fait plus rire qu'autre chose. Par contre, je reste surpris que son démolosse le soit aussi, enfin au point de le manifester quoi. Coucou aussi Sam, ça fait plaisir de vous revoir tous les deux, pas sûr que le démolosse comprenne mes paroles ceci-dit alors j'accompagne d'un salut de la main. J'ose toujours pas aller pour le carresser, donc j'attendrai de voir si un jour il vient ver moi pour ça. Quand au reste des questions : Ouais le voyage était cool, même si long mais j'ai pris pas mal de pauses aussi. Y a vraiment de beaux paysages entre Unys et Johto !... Et je suis un peu claqué ouais, j'ai rien dormi mais c'est pas nouveau comme phénomène donc sur ce point ça va, maintenant qu'il sait que le sommeil et moi c'est très compliqué, je peux me permette de faire un peu d'humour dessus.

Suite à mes réponses, j'écoute la proposition d'Aram de passer à son appart et comment il envisage les choses avant la visite. Je hoche rapidement la tête.

- JHmm... Comme ça fait des heures que je roule, je suis pas contre me poser un peu. Puis faut que je stocke mon bordel quelque part aussi, je désigne mon équipement de motard et implicitement le sac à dos avec mes affaires. Pas grand chose, juste de quoi changer de fringues, faire ma toilette, mes médocs et la plupart de mes pokéballs, mais ça reste pas très pratique pour une visite. Je pourrais sortir Rubis après aussi ?

Ceci acquis et ma question posée, je suis Aram vers la sortie du garage, en espérant qu'il n'ait pas relevé ma non-réponse à sa question de savoir si « ça va ». Je vais pas lui en vouloir de l'avoir posé, c'est un réflexe et y a plein de situation où je fais la même chose alors qu'il faudrait peut-être éviter. Là le problème c'est pas que la réponse est négative, c'est qu'elle est vraiment très compliquée et que je serais bien incapable d'y répondre maintenant... Si je suis capable d'y répondre tout court. D'ailleurs, je remarque que j'ai déjà fait des progrès en me disant tout ça : avant, il est sûr et certain que je me serais énervé comme si la personne à qui je parle pouvais être dans ma tête.

- Toi t'as l'air bien en tout cas, dis-je juste après m'être fait ces réflexions, comme l'imbécile que je suis qui n'a pas pu s'empêcher de le constater et de voir le contraste avec les craintes que je pouvais avoir suite à ses sms. C'est sa faute aussi si je fais cette remarque, avec son enthousiasme hyper visible et communicatif là... Je suis trop curieux de voir à quoi ressemble un appart' de star en vrai !

J'essaye de changer de sujet, surtout que j'ai dit ça d'une voix toute douce comme si c'était un bébé poichigeon qu'avait retrouvé son nez sain et sauf, alors que pas du tout ! Ca devait être trop bizarre à entendre, et déplacé, parce que vu l'état dans lequel il m'a connu, je suis qui exactement pour lui parler comme ça ? Pfff... J'espère que ça ira avec ma vraie question venue d'une vraie curiosité et pas prononcée bizarrement celle-là.


Avatar ©️ 悠太
Revenir en haut Aller en bas

Aram Faathi

Aram Faathi
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/10/2019
Messages : 2114

Ven 2 Sep 2022 - 19:06
Après avoir apostrophé Limonde, je crois apercevoir son visage et son expression pas très folichonne. Je mentirais si je disais que je ne m’en doutais pas, mais ça ne suffit pas à ternir mon humeur. Au contraire ! J’ai encore plus envie d’être positif pour que ce soit agréable pour lui. J’ai bien un certain malaise, surtout en vue de ce qu’il m’a dit au téléphone et de ses vérités qu’il a à me raconter, toutefois, je ne pense pas que ce soit utile d’en parler tout de suite, à peine arrivé. Je compte bien tout faire pour qu’il se sente bien et qu’il soit quand même heureux d’être venu. J’espère avoir cette capacité et c’est armé de mon sourire naturel qui étire mes traits d’une oreille à l’autre que je le rejoins.

Je l’ai naturellement, comme si ce n’était pas la première fois que je faisais ça – alors que si, c’est totalement le cas -, pris dans mes bras pour une étreinte rapide. Je n’ai pas senti de retour de sa part mais je ne m’en formalise pas ; je l’ai un peu pris de court, sans doute. Habituellement on se fait des checks mais… Depuis le temps qu’on ne s’est pas vu, j’avais envie d’une autre forme de salutations. Je prie en mon for intérieur et sans le montrer qu’il n’est pas dérangé par mon geste. Déjà, il ne m’a pas rejeté, ce qui est bon signe… Non ? Quand je m’éloigne, j’ai toujours ce sourire et il finit par répondre à mes salutations, ce qui agrandi davantage mon sourire. Ok c’est bon je n’ai pas fait de conneries ! Je suis soulagé et en même temps vraiment beaucoup trop content. Finalement, ça a eu du bon de prendre cette habitude avec Nina si j’peux le faire aussi avec Illia.

Je constate rapidement que son sourire est en demi-teinte, cependant je ne constate pas d’agacement de sa part. Il est même content de me voir et je le crois. Ça ne semble pas l’agacer outre mesure que je me montre ouvertement si… Joyeux. C’est même le contraire si je ne me trompe pas et ça me conforte dans l’idée de continuer. De toute manière, je crois qu’il n’y a pas grand-chose qui pourrait ternir mon humeur, sauf… Sauf évidemment si Limonde me souffle dans les bronches parce que je suis trop chiant. Du coup, avant de lui laisser l’occasion, j’entame une suite de questions avec une rapidité qui trahit encore plus mon excitation. Et là, je n’ai rien pris alors… Imaginez si j’avais bu du café ! – ce qui ne risque pas d’arrivé, c’est dégueulasse -. Ma langue a quand même fourché en demandant comment il allait parce que… ça se voit que ce n’est pas la top forme. J’essaye de pas trop m’en vouloir pour ça, ne pas me montrer nerveux pour ma bourde. Heureusement, Sam se montre tout aussi enthousiasme que moi et ça me permet d’enchainer, tout en offrant, aussi, la possibilité à mon invité d’esquiver la question s’il le désire.

Mon Démolosse aboie face aux paroles d’Illia, de toute évidence, le plaisir est partagé. Ça me fait super plaisir. Limonde me répond sur ma question du voyage et j’avoue être quand même impressionné ; jamais de la vie je serais capable de faire un tel voyage seul… Mais je garde cette idée pour moi, ce n’est pas le moment de l’exposer à haute voix. J’apprend qu’il a toujours ses galères pour dormir et j’ai une légère moue désolée. J’avais bêtement espéré que ce serait un problème qui se serait un peu résorbé, mais j’ai été trop optimiste, faut croire. J’espère quand même que pendant ce week-end il pourra se reposer un peu plus.

« C’est quand même un sacré trajet que t’a fait… T’as pris des photos ? »

Parce que j’aime ses photos. Ça fait partie des trucs qui m’ont manqué pendant son absence, ça, des nouvelles de lui et les conneries que s’envoient en général.

Comme on ne va pas rester comme des cons à rester dans le garage souterrain, je propose de bouger d’ici. Il est partant pour poser ses affaires et surtout se poser aussi parce que le voyage l’a fatigué. C’est vrai que ça doit être crevant de conduire aussi longtemps même si heureusement, il a fait pas mal de pause. D’un côté, je préfère ça plutôt qu’il ait rushé et qu’il ait eu un accident en route. Bref, j’acquiesce quand il me montre ses affaires, je pensais aussi à ça. C’est mieux de visiter quand on n’a pas les mains prises !

« Carrément oui, tu peux même l’appeler maintenant si tu veux. On est déjà dans la partie privative donc on fait ce qu’on veut. »

… Plus ou moins. Mais j’m’en fous, je fais quand même ce que je veux. On ne m’a jamais empêché d’avoir mes pokémons auprès de moi alors ça ne va pas commencer maintenant avec les pokémons d’Illia. Je suis même surpris qu’il n’ait pas déjà appelé Rubis auprès de lui, j’ai peut-être oublié de lui dire qu’il n’y avait pas de problème. Brefeuh. Je suis encore sous le coup de la joie de le revoir alors je ne m’en formalise pas trop. Tout comme le fait qu’il n’ait pas répondu à ma première question ; elle était conne de toute façon. Je me dirige vers la porte d’où je viens pour retourner dans la cour centrale. On ne restera pas longtemps dehors de toute façon ; la porte d’entrée pour le bâtiment des appartements des champions est à vingt mètres, même pas.

Je suis un peu surpris quand il me dit que j’ai l’air d’aller bien, surtout avec le ton qu’il a employé. Mon interrogation se dessine sur mon visage mais est rapidement chassée par un sourire doux. Je crois comprendre qu’il s’est réellement inquiété pour moi et outre la culpabilité que je ressens, je suis aussi touché par ce que je pense déceler dans sa voix. J’évite de m’excuser une nouvelle fois et j’acquiesce doucement, surtout quand je constate qu’il essaye de changer de sujet en me parlant d’un appartement de star. Ça suffit à me faire rire ; j’crois qu’il n’est pas prêt à ce qui l’attend.

« J’espère que les appartements de star sont mieux que le mien parce que sinon… »

Je me marre toujours, faisant un signe de la main pour qu’il me suive. Il comprendra quand il le verra. Je passe ma carte dans le bidule-là pour débloquer la porte d’entrée et on entre dans le couloir central. Pour ma part, j’ai l’appartement pas trop loin et j’crois que je ne suis même pas capable de dire quel champion à son logement accolé au mien. C’est dire… J’ai un petit moment d’égarement avant de confirmer qu’il s’agit bien de ma porte, cherchant dans mes poches la clé. Je la retrouve accompagné d’un porte-clé que j’ai oublié de montrer à Illia. « T’as vu comme il est classe ? » C’est un bête porte clé en forme de Limonde, mais ça suffit à m’amuser. Je n’ai pas réfléchi au fait que si un jour je perds mes clés – ce qui est tout à fait possible -, les gens ne vont pas savoir à qui il appartient… Avec de la chance, ils vont penser à Kalinka. Peut-être.

Je déverrouille la porte et Sam entre en premier, trottinant jusqu’au canapé angle pour y monter sans gène et se coucher dessus. J’ai découvert qu’il aimait bien le confort de ce dernier la dernière fois que je suis venu ici ; y a quelques jours, pour préparer l’arrivée d’Illia.

« Bienvenue dans mon appartement, d’une froideur et d’une impersonnalité sans faille ! »

Je suis presque un peu honteux d’amener Limonde ici. Je crois qu’Alice appelle ce genre d’endroit un « loft ». La pièce est hyper grande – trop pour moi – et à notre droite, y a une cuisine high-tech de malade il parait, sauf que ça ne me sert à rien parce que je ne sais pas cuisiner. Y a juste le bar que je trouve assez stylé. En face de nous, un énorme divan – je ne me rappelle même pas avoir acheté ça… - ainsi qu’une table basse en verre au haut standing. Elle fait en tout cas cling-cling à mes yeux et je la trouve moche mais… Parait que c’est à la mode. Bah. A côté un bureau vide parce que… Voilà. Les murs sont d’un blanc immaculé et mon pauvre cadre avec la lettre d’acceptation à la Ligue fait grave tâche. A droite, y a les portes qui mènent aux toilettes et à la salle de bain – séparé parce que c’est mieux quand même – et y a aussi une pièce totalement vide, parce que j’sais pas quoi en foutre. Moi j’dors dans une yourte dans le stade alors bon… Y a aussi un escalier stylisé qui monte jusqu’à une mezzanine ou y a mon pieu ; comprendre un matelas posé au sol. J’ai dégagé le sommier, j’supporte pas ça.

« Fais comme chez toi. Pour la nuit tu peux squatter mon lit en espérant que ça ne te dérange pas qu’il soit au sol… Moi j’vais sans doute dormir en bas, j’ai des futons. Et puis comme c’est ouvert on peut se causer quand même. Après si tu veux faire différemment y a pas de souci ! »

Je suis ouvert à toute proposition de sa part. Si ça le dérange de dormir dans mon lit on fait autrement.

« Tu veux boire quelque chose ? Bon, je n’ai pas grand-chose en revanche… Juste de l’eau. » Je laisse échapper un petit rire mais en même temps, je me sens un peu coupable. Je me dirige vers la cuisine, remarquant un petit papier. « Oh. Je n’ai rien dit ! On dirait que j’ai un vrai frigo ! » Le mot, c’est de Malik. Il me dit qu’il a fait des courses et qu’il a pris des boissons et de la nourriture pour nous. Il précise que ce qu’on ne mange pas sera de toute façon mangé/bu, donc qu’on ne s’embête pas. « C’est vrai que Malik squatte mon appart’ parfois… Alors déjà t’inquiètes pas, les draps ont été changés ! » Au cas où. Je ne sais plus si j’ai dit à Illia que mon frère était un chaud Laporeille alors… Je préviens quand même. Quand j’ouvre le frigo, je découvre plein de boissons : soft et alcoolisé. Pouah. Je découvre aussi plein de bouffe ; de la viande, des légumes… « … Bon y a des courses mais… J’sais pas cuisiné alors j’capte pas pourquoi il a fait ça… » J’ai déjà dit à Limonde que j’étais une brelle en cuisine, donc je n’ai pas peur d’assumer.

« Tu veux quoi du coup ? »

D’un côté ça m’arrange que mon frère a fait les courses, ça me permet d’offrir autre chose que de l’eau… Parce que j’ai bien oublié un truc, c’est bien ça. L’hospitalité et moi, faut croire que ça fait deux.



La visite du siècle Captur14 La visite du siècle Lrt6 La visite du siècle CYxzZVz La visite du siècle Heri10 La visite du siècle 3MLhT5h La visite du siècle PUpP1Ej La visite du siècle 6TXtooI
Codage T-Card par Aaron Sakuragi, un grand merciiii t'es la meilleure !  heart
Crédit avatar : ngt
Revenir en haut Aller en bas

Illia Aethelhelm

Illia Aethelhelm
Ethologue Unys

C-GEAR
Inscrit le : 01/07/2019
Messages : 916

Région : Unys
Sam 3 Sep 2022 - 19:57
- Ah non... J'y ai pas pensé, par rapport aux photos. C'est vrai que j'ai tendance à en envoyer à Aram, mais à chaque fois elles viennent des explorations avec le boulot. Là, j'ai pas mon appareil alors... Alors c'est pas pareil et de toute façon j'étais souvent trop occupé à me retenir de chialer. Mais du coup, je dois avouer que je me sens un peu bête.

Heureusement, Aram propose de sortir du garage et d'aller se poser. Je demande si je pourrai laisser Rubis à l'air libre, ce pour quoi j'obtiens l'autorisation directe et je comprends également que je peux le faire avec d'autres de mes pokémons. Seulement, avec mon bordel dans les mains, je suis pas motivé pour jongler avec le contenu de mon sac et mes pokéballs là tout de suite alors je décide d'attendre un peu d'avoir les mains libres.
Rapidement, on sort du parking et je suis Aram jusqu'à un autre bâtiment, en prenant quand même le temps de regarder autour de moi, aussi pour essayer de me repérer : j'aime pas ne pas savoir où est ma bécane alors je veux pouvoir la rejoindre le plus vite possible en cas de besoin. Aucune idée d'où je tiens ce réflexe, si c'est naturel ou si ça vient de quand je devais la laisser proche de coins dont je savais qu'il allait falloir que je me tire rapidement.

En chemin, une remarque stupide sur le fait qu'Aram a l'air d'aller bien m'échappe et je regrette aussitôt de ne pas avoir réussi à fermer ma gueule sur mes inquiétudes. Enfin, elles ne sont pas clairement exprimées, mais avec le ton que j'ai employé, c'est pas non plus super compliqué de connecter les points et de comprendre d'où ça sort. N'ayant pas envie de le mettre mal à l'aise, ni de lui donner l'impression que j'essaye de m'octroyer une place qui n'est pas la mienne, j'essaye de rapidement changer de sujet. Même si, au vu de l'expression qu'affiche Limonde, je crois que je n'avais pas de soucis à me faire. C'est rassurant, bien que ce n'est pas pour autant que je veux continuer cette conversation. En plus, je suis réellement curieux de son appartement sur lequel je viens de faire une remarque.
Et du coup, au vu de sa réponse, je suis encore plus curieux. J'ai l'impression qu'il me dit limite que la Ligue lui a donné un taudis, ce qui serait quand même étonnant. Je m'empresse donc de le suivre quand il déverrouille la porte et qu'on se retrouve dans un couloir avec plein de portes qui se ressemblent toutes. Je trouve ça aussi austère que les couloirs d'immeubles urbain, comme quoi c'est pareil que les parkings souterrains : un couloir avec des portes, c'est un couloir avec des portes. Ca fait quant même bizarre de se dire qu'il y a des parties d'un lieu que les médias nous font idéaliser toute notre vie sont en fait assez banales.
Aram se plante devant une porte, j'ai un moment de flottement à me demander ce qu'il fout à être bêtement là, jusqu'à ce qu'il me fasse me concentrer sur son porte-clé. C'est ça qui accaparait son attention ? Ceci-dit, c'est vrai que c'est atypique comme porte-clé :

- Tu dois avoir le seul qu'ils ont jamais réussi à vendre !, je me marre, quelle tête de con il a ce pokémon quand même ! On a beau s'appeler comme ça tout le temps, je le regarde pas tous les jours alors c'est toujours une révélation que de revoir sa vieille tronche.

La porte finit par s'ouvrir et, après avoir pénétré en dernier dans l'appartement je découvre, euh... Ah ouais. En effet, c'est froid et impersonnel. Au point qu'en entrant j'ai même pas l'impression que qui que ce soit est sensé vivre ici. J'ai beau savoir que Limonde préfère se poser un campement dans le stade, je pensais pas que c'était à ce point. Limite tu mets des draps blancs sur les meubles et ça y est tu peux tourner une scène de film un peu angoissante. Le seul truc qui m'attire un peu du coin de l'oeil, c'est la cuisine. Pas qu'elle soit jolie vu qu'elle a l'air aussi morte fade-moderne que le reste, mais y a des équipements qu'ont l'air bien sympas. Ca, ça doit être cool à avoir quand même ! Ceci-dit, ça fait plusieurs secondes que je suis planté juste après la porte maintenant et j'imagine qu'il faudrait que je commente...

- C'est... Quelque chose, en effet, je sais pas quoi dire de plus. C'est pas que je suis déçu, car j'étais juste curieux sans avoir d'attente, mais plutôt que je ne m'attendais pas à ça donc dur de trouver des mots.

Après cette remarque hautement intelligente sans réelle intonation, j’acquiesce à l'invitation à faire comme chez moi et du coup... Bah comme je vois pas d'autre endroit je pose mon barda sur le canapé. A l'autre bout de là où Samaël s'est couché pour être sûr de pas le déranger. J'essaye de mettre mon manteau trop épais pour le plier de manière à ce qu'il risque pas de se casser la gueule, mon casque par-dessus histoire de faire du poids et le sac, par contre, je le laisse par terre. Je l'ai posé pas mal de fois au sol pendant le trajet, donc le bas doit être sale. Je vais pas foutre ça sur un canap'.
En faisant ça, j'écoute Aram m'exposer son plan pour cette nuit et... Je suis embêté. Pas que je veuille pas de son pieu, ça je m'en branle, mais plutôt qu'il ait prévu de dormir "loin", je pensais que ce serait plus proche avec genre un lit et un matelas par terre à côté, et c'était rassurant car ça voulait dire que j'allais sûrement réussir à dormir en pouvant bien écouter qu'il y a quelqu'un près de moi. Là, même si on peut se parler parce qu'il y a pas de porte entre les deux pièces, je prévois déjà que je vais pas faire le fier.
Seulement, il faut bien aussi que je me réhabitue à dormir tout seul, un jour. Pas que je me sois jamais habitué, depuis que je suis gosse le fait d'être tout seul provoque les cauchemars et me fait passer des nuits horribles. Je compte plus le nombre de fois où mon père a dû venir se caler dans mon petit lit d'enfant pour me rassurer, ou le nombre de fois où on a trouvé encore plus que tous les prétextes du monde avec Rose pour squatter l'un chez l'autre le soir – surtout chez elle ceci-dit – et, depuis que je suis sorti de cure, le nombre de fois où j'ai dormi avec elle dans les bras. Limite une nuit sur deux, si j'essaye de calculer. Du coup... Je sais pas. Il me dit qu'il est ouvert à toute proposition, mais je sais pas. Alors je me retrouve à bêtement fixer mon casque pendant longtemps avant d'avoir le réflexe de chercher les pokéballs dans mon sac pour faire genre.
… J'ai envie de lui demander si y a la place de mettre son futon à l'étage.

- Ouais ok on verra !, j'essaye de cacher la gêne dans ma voix et ça me paraît bien comme réponse pour le moment.

Limonde me propose à boire avant de me faire comprendre la vide de sa cuisine. Ca m'étonne pas, avec un appartement pareil, j'aurais été surpris de savoir qu'il y avait vraiment de quoi manger ou boire. Du coup, je suis prêt à accepter l'eau quand le retournement de situation culinaire survient. Je m'approche de la cuisine et m'appuie les coude sur le bar pour regarder de là ce qu'il y a un l'intérieur du frigo.

- Je m'inquiétais pas avant que tu dises ça, j'ai un rire, n'étant pas sérieux. T'es sûr qu'on peut taper dans les courses de ton frère ?, je crois avoir compris que oui vu la manière dont Limonde en parle et le fait qu'il y ait un espèce de papier que j'imagine être une indication, mais je préfère demander. Je me sentirais un peu gêné de prendre comme ça, en plus à quelqu'un que je connais pas. Ceci-dit en ce qui concerne la boisson : En vrai après le trajet de l'eau c'est bien pour commencer. Y a fait chaud quand même.

J'entends Oryse me rabattre les oreilles comme quoi un esprit sain dans un corps sain et blah blah blah il faut que je boive plus d'eau et que j'arrête de me gaver de sucre. Si elle avait vu ce qu'on s'est tapé comme fast food avec Rose l'autre jour et de quoi sont constitué mes menus quotidiens, elle m'aurait foutu une tarte. Déjà parce que je me force pas assez à manger, et ensuite parce que c'est pas équilibré du tout. Mais hé, elle a vraiment cru que j'allais être motivé à faire attention à ce que je mange ou à cuisiner pour moi tout seul ? J'ai beau avoir de la volonté suite à cette cure, il faut pas pousser non plus. J'ai encore des ingrédients pour préparer de la nourriture que Phil pouvait manger chez moi et me retrouver à fouiller ces placard pour ensuite finir avec une assiette seule me donne envie de chialer. Soit je bouffe à une main en faisant autre chose, soit je bouffe pas, et pour le moment le simple fait d'aller faire des courses c'est bien assez d'efforts dans ce domaine, hein !
Bref, je demande où sont les verres pour me servir et carrément en enchaîner deux, car j'ai la gorge plus sèche que je le pensais. Le stress doit jouer aussi, même si j'essaye de l'oublier pour le moment. Maintenant que je suis plus prêt, je prends du temps pour observer les ustensiles et équipements disponibles. Y en a, j'aurais pu rêver les avoir pour chez moi en me disant que ça me permettrait de nous préparer de bons petites plats, comme j'avais pris l'habitude de le faire car sinon c'était pas sa maladie qu'allait tuer Phil, mais son régime alimentaire !... Ouhla. Non. Ca passe pas encore cet humour. Pas du tout, du tout.
Je ferme les yeux quelques secondes face à l'évier pour chasser ça de ma tête, essayant de toutes mes forces de remplacer tout ça par le fait que j'ai vraiment apprécier cuisiner pour nous, pour lui, et que j'aime aussi le faire pour Rose quand je suis chez elle.

- Je peux faire à manger si tu veux, pour une fois que ton frigo est plein !, ça aussi, pour chasser les mauvaises pensées. Pour te remercier de me laisser squatter. Puis en plus..., j'hésite un peu à dire la suite, mais je me rends compte que, dans le fond, même s'il y a des couches de bad par-dessus... J'aime bien faire à manger, mais pour moi tout seul bah c'est un peu naze quoi. Là c'est l'occasion !, si au départ j'étais mal-assuré dans ma proposition – et s'il refusait ? - j'arrive à trouver un sourire enthousiaste vers la fin. Je vois pas pourquoi il dirait non, en fait, à moins qu'il ait prévu un resto.

En tout cas, je crois que ça me ferait vraiment plaisir de pouvoir préparer un truc qu'il aime. Ne serait-ce que parce que si j'y arrive, je pourrai ressentir ce sentiment de fierté que j'ai aussi quand Rose me dit qu'elle kiffe un de mes plats. Je suis peut-être pas bon à grand chose, mais pour suivre une recette et réussir à faire ça correctement, j'ai peu de doute en mes capacités !

Ceci proposé et mon deuxième verre d'eau fini, je retourne à mes pokéballs que j'ai pris dans ma poche. Comme je ne veux pas non plus imposer une ménagerie, j'en ai sélectionner trois. Il y a Rubis, évidemment, que je fais directement apparaître. Il sait où on est, je lui avais expliqué le voyage, et en plus comme il voit Aram et Samaël, c'est pas compliqué pour lui de comprendre. Il s'empresse d'aller distribuer des saluts, un check pour Limonde, témoignant du fait qu'il soit bien content d'être là.
La deuxième pokéball, dont je libère le contenu sur le bar, c'est...

- Rose m'a filé un togepi un peu avant que je vienne, le pokémon en forme d'oeuf s'étire avant de regarder autour de lui d'un air niais. Elle dit que contrairement à mes autres pokémons il est pas indépendant donc que ça me motive à me bouger le cul de devoir m'occuper de lui sinon il crève, elle a de ces idées... Mais bon, maintenant qu'il est là hein ! Il est un peu chiant et faut que je passe du temps avec comme je viens de l'avoir, blasé, je tends le doigt vers la bestiole, qu'elle attrape entre ses doigts, et je le force à se tourner vers Limonde pour qu'il constate qu'il y a quelqu'un d'autre et qu'il dise bonjour. Ce qu'il fait, avec son sourire scotché au visage. Il s'appelle Happy, parce qu'il a toujours cet air d'imbécile heureux !, je me moque gentiment du pokémon qui me lâche pour courir sur le bar et se rapprocher d'Aram, tout content.

Du coin de l'oeil, je surveille qu'il trébuche pas et se mette à rouler jusqu'à tomber du bar et s'écraser par terre. Il en serait capable, j'ai déjà remarqué qu'il a une mauvaise coordination de ses membres. En même temps, avec une forme pareille, ça doit pas être pratique. Je comprends même pas ses articulations.
La troisième pokéball, c'est celle de ma mushana, avec qui je suis aussi sensé passer du temps pour la soigner. Et si quand je l'ai prise dans le sac j'étais sûr de moi, maintenant... Maintenant je préfère la remettre dans ma poche. Peut-être plus tard.


Avatar ©️ 悠太
Revenir en haut Aller en bas

Aram Faathi

Aram Faathi
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/10/2019
Messages : 2114

Dim 4 Sep 2022 - 14:42
Dommage, j’aurais bien aimé voir les décors qui ont défilés devant ses yeux, mais s’il n’a pas pensé à prendre des photos, ce n’est pas grave, ce sera pour la prochaine fois ! A mon sens c’est peut-être la première fois que je l’invite à la Ligue mais ce ne sera certainement pas la dernière. Sauf si bien sûr il me dit qu’il ne se sent pas à son aise ici, je m’adapterais. Ça me fait juste penser que ce genre de sortie road-trip me manque un peu et maintenant que j’ai plus de temps pour moi, une fois mon retard sur l’entrainement rattrapé, je pourrais proposer à mes frères d’en faire, comme à l’époque… Parce que ça me manque un peu beaucoup quand même et j’espère qu’à eux aussi. Puis même, peut-être qu’un jour j’en ferais aussi avec Illia !

On se dirige vers mon appartement et je ne manque pas de commenter d’une manière détournée qu’il risque d’être déçu. Mon appart’ est loin d’être sensationnel… A l’origine, il n’y avait qu’un lit dans lequel j’ai passé ma première nuit à la Ligue et j’en garde un tel mauvais souvenir que j’ai rarement réitéré l’expérience. Le seul truc positif dans cette histoire c’est que j’ai pu rencontrer en tête à tête Arthur le lendemain et qu’il m’a filé des tips et astuces pour esquiver, notamment ce que je fais régulièrement depuis des mois ; squatter le stade. J’aurais bien aimé montrer à Illia mon installation, elle est bien plus agréable que les quatre murs dans lesquels je suis sensé vivre. Seulement, comme il y a un match demain et que Limonde est là, je me suis déjà occupé de tout démonter ce matin pour pas gêner. J’aurais peut-être dû réfléchir un peu et lui montrer quand même mais… C’est un peu naze de l’inviter ici et lui demander de m’aider à ranger, non ?

Devant la porte de mon logement, je montre le porte-clé dont je suis fier à Illia et je l’entends rire en retour, accompagné par une petite pique au passage. Ça me fait marrer aussi, pour le coup. « Totalement, mais j’étais dégouté y en avait qu’un sinon je t’en aurais offert un aussi ! » Parce que la tentation était grande, je l’avoue. Je trouve ça trop marrant, surtout qu’il a quand même une gueule éclatée au sol, ce pokémon. J’suis sûr que sur ses clés de moto ça ferait aussi son petit effet !

On entre et je laisse le loisir à mon invité de prendre connaissance des lieux. Il n’y a pas grand-chose à voir de toute façon… Mon barda est bazardé dans la pièce vide, mais la porte est fermée donc de toute façon, il ne peut pas le voir. Si je vivais vraiment ici, l’appart’ serait sans doute bien plus en bazar… Même j’ai au moins fait l’effort de ranger mes fringues. J’ai la sale manie de les laisser trainer trop facilement avant de me motiver à faire une machine. Au moins aujourd’hui tout ça, c’est caché. Illia lâche un commentaire qui me fait rire ; ouais, c’est difficile de donner des mots. On dirait un appart’ vide qui est prêt pour être vendu. C’est difficile pour moi qui ne suis absolument pas matérialiste de décorer ce truc… Je n’en vois pas l’utilité.

Je parle de l’organisation de la nuit et regarde Illia qui semble y réfléchir. En vue de ses galères pour dormir, j’espère que le matelas sur le sol lui conviendra quand même… Après il est super confort il parait, c’est top qualité. Mais pas pour moi. Il me confirme qu’on verra bien comment on fera, j’crois comprendre que mon programme peut lui convenir mais j’sais pas, y a une gêne en plus que je capte. Je n’ai cependant pas envie de le forcer à parler de ce qui le dérange maintenant. Au pire, on en reparlera ce soir quand on se posera pour pioncer, il sera peut-être plus à l’aise pour en discuter. Je n’ai jamais cherché à l’obliger à me parler s’il n’en avait pas envie et je ne compte pas changer ma façon de faire.

Je découvre, à ma grande surprise, que Malik a fait les courses pour nous. Evidemment, lui et Izy savent parfaitement que je passe le week-end avec Illia alors peut-être qu’il me file un coup de pouce pour que ça se passe bien. J’apprécie le geste de sa part ! Quand j’ouvre le frigo, je capte qu’Illia regarde par-dessus mon épaule alors je me décale un peu pour pas le gêner. S’il trouve un truc qui le motive, qu’il n’hésite pas, surtout ! En parlant de Malik, je me permets une réflexion un poil beauf – un poil – et la réponse de mon invité me fait rire.

« J’savais plus si je t’avais déjà parlé de sa tendance à sauter toutes les meufs qu’il croise. » On ne va pas se mentir, c’est clairement ce qu’il fait. Comme s’il cherchait à atteindre le meilleur score du siècle où j’sais pas quoi. Même à l’époque où j’avais une vie sexuelle totalement débridée, en termes de nombre de conquêtes, je ne lui arrivais pas à la cheville. « Ah t’inquiètes y a zéro problème, c’est pour nous qu’il a fait les courses ! Il me connait trop bien, il savait que j’allais pas y penser… » Je suis un peu gêné, cela dit. Ça parait logique d’avoir de quoi satisfaire ses invités quand on les invite chez soi mais… Mais moi ça ne m’a pas traversé l’esprit. Bref, il me sauve la mise sur ce coup.

Illia opte pour de l’eau finalement – donc j’avais raison avec ma première proposition quand même ! – et me demande où sont les verres. Me faut quelques secondes pour m’en souvenir et je me plante deux fois avant de trouver le bon meuble. J’en peux plus, j’agis vraiment comme si j’étais chez quelqu’un d’autres alors que c’est chez moi. Je lui donne et il se sert seul, j’en profite pour récupérer une boisson fraiche ; du jus de Grena. Malik sait que je kiffe cette boisson puisque les baies grena sont épicés et amères, les deux goûts que j’adore. On pourrait croire que ça ne désaltère pas vraiment, mais comme c’est frais, ça fait quand même du bien ! Et là je tique enfin sur un truc.

« D'ailleurs si jamais t’as trop chaud j’peux mettre la clim ! » J’avais oublié cette fonctionnalité, moi qui aime et ai l’habitude d’évolution dans un environnement chaud. J’ai bien compris que la majorité des gens ne supportent pas la chaleur comme moi alors si j’peux faire en sorte qu’il se sente bien dans l’appart… Autant le faire quoi. Illia me dit qu’il peut faire à manger si je suis partant, j’dois avouer que je bug un peu. Je ne m’attendais pas à cette proposition et y a un truc qui dérange mon invité apparemment. Il m’apprend qu’il aime bien cuisine et son sourire final rassure un peu mon inquiétude. « T’es sûr ? » Oups je ne voulais pas couper sa motivation, alors j’enchaine. « J’veux dire… T’es mon invité, c’est pas un peu… Abusé de ma part de te faire faire à manger ? » En réalité, c’est ce qui me dérange le plus. Je crois que j’ai un peu trop mindé mon esprit sur cette idée d’accueillir au mieux Illia, si bien que lui demander de faire ça, ça me parait un peu… Osé ? « Mais en vrai… Je suis assez curieux de découvrir ta cuisine. » Ouais, au final, je laisse mes envies parler en premier. J’aimerai trop, au fond, goûter à sa cuisine. Moi qui adore manger en plus, manger un repas fait par lui c’est… J’en ai beaucoup trop envie. J’suis sûr que ce sera trop bon en plus et ça a vraiment l’air de le motiver alors en plus, je ne voudrais pas le brider parce que mon esprit est parasité par une idée faussement déformée de l’hospitalité.

J’abandonne l’idée de dissimuler mon enthousiasme à sa proposition, arborant un sourire. « J’accepte volontiers tes remerciements du coup ! » C’est peut-être chelou, dis comme ça. Quand on dit que le cœur d’un homme passe par son estomac, c’est totalement vrai pour moi. Mais en même temps, mon cerveau se force à se calmer ; faut que j’arrête vraiment d’avoir ce genre de penser envers Illia. Ce n’est pas correct envers lui, mais aussi envers son mec. J’ai toujours cette impression d’abuser et de ne pas savoir où sont les limites. Je croise les doigts pour que ce ne soit pas trop étrange…

Heureusement, Limonde en vient à sortir ses pokémon. Je suis ravi de retrouver Rubis à qui je fais un check avec enthousiasme, lui donnant une petite caresse sur le haut du crâne. Au passage, je le revois me donner l’oreiller d’Illia quand j’étais passé chez lui à l’improviste et… Hum. D’un côté, je suis content qu’il ne soit pas capable de parler parce que si son maitre apprenait ça… Bonjour le cringe quoi. De toute évidence Rose n’a pas cafté pour mes sentiments mais ça, ça va, je m’en doutais un peu. Je lui ai fais confiance. Mais si le Reptincel a pigé ce que je ressens, est-ce qu’il ne risque pas, lui, de me vendre… ? Humf. J’espère pas.

Je suis sorti de mes pensées par une seconde apparition, découvrant un… Un Togepi ? J’arque un sourcil ; ce n’est pas réellement le genre de pokémon qu’Illia appréciait, dans mon esprit. Il m’explique l’histoire et je comprends mieux ; Rose et ses idées, effectivement. Seulement, je me questionne sur le pourquoi du comment. Le motiver à se bouger le cul… ? Ça doit faire partie des trucs que j’ignore encore et dont il doit me parler. Comme dit, ce n’est pas moi qui vais le lancer sur le sujet alors je me contente de sourire et d’acquiescer.

« Il est mignon. » C’est vrai qu’il est chou. Ce n’est clairement pas moi qui choisirais un tel pokémon et ce n’est pas le cas d’Illia non plus de ce que je comprends, mais ça ne m’empêche pas d’être un brin attendri. Il s’approche de moi et je pose ma bouteille de jus de grena sur le bar, histoire de pouvoir le rattraper si jamais. Je tends le doigt comme Illia l’a fait tout à l’heure et il s’en empare, ce qui me fait sourire. « Bonjour Happy. » Comme il vient de l’avoir, j’insiste sur son surnom pour qu’il l’assimile. La créature émet un petit son ravi et ça me fait marrer. « Il porte bien son surnom en tout cas. » Je comprends bien l’histoire de l’imbécile heureux, c’est une métaphore qui peut être utiliser pour moi aussi, quand je m’y mets. Je pense qu’on devrait bien s’entendre. « Si jamais, on pourra passer au centre pokémon tout à l’heure pour lui chercher de la bouffe pour bébé. J’suis pas certain que la bouffe que j’ai ici lui convienne. » Comme j’ignorais qu’il avait un pokémon de ce type, j’ai juste de la bouffe pour pokémon feu – dragon et psy. Ce qu’il n’est d’aucun des trois et de toute manière, la nourriture pour bébé est différente que celle pour adulte.

La créature, après m’avoir salué, revient de son pas comique vers son dresseur et je souris. Je fais le tour du bar pour me diriger vers le canapé, forçant un peu Sam à se bouger pour me faire de place. Il grogne un peu pour faire le chieur et je l’embête en retour, il finit quand même par me laisser me poser contre sa poitrine. Je sens ses os dans mon dos mais je m’en fous, j’ai l’habitude, puis ça laisse la place à Illia de se poser aussi et d’avoir de la place. « J’ai pas grand-chose ici pour s’occuper, mais si jamais y a une télé dans le meuble là. » C’est un peu mal foutu parce qu’on n’est pas vraiment en face en face, mais j’ignore pourquoi c’est aménager de cette façon. Faudrait que je l’améliore. « On peut se poser un peu encore si tu veux, d’ailleurs si jamais, les toilettes c’est la porte au fond et la salle de bain est juste à côté. » Le plus logique aurait été que je lui montre directement mais j’ai la flemme de me lever maintenant que je me suis installé.

Mais maintenant que je me suis installé, mon cerveau s’est mis à carburer puissance mille. Peut-être que se poser, ce n’est pas réellement une bonne idée. Est-ce que je devrais commencer à parler… ? Parce que mine de rien, j’ai aussi des trucs à lui dire. Seulement, comme on est ici pour le week-end, je pensais le faire plus tard, me disant qu’on a le temps, finalement, d’aborder ses sujets sensibles. Seulement je me dis que c’est naze d’avoir ce sentiment de ne pas savoir sur quel pied dansé… Et en même temps je n’ai pas envie de l’emmerder avec mes tracas à peine arrivé. Mon sourire est toujours accroché à mon visage, cependant mon regard doit être un brin vide… Jusqu’à ce que je me redresse un peu.

« Pour demain, on aura une loge VIP pour regarder le match ! Tu verras ça va être trop bien, on a une vue imprenable sur le combat. J’ai trop hâte. En plus j’sais déjà qu’il y aura du spectacle avec Kalinka ! Je me demande si elle va utiliser à nouveau une explosion… »

Comme c’est un peu sa signature, j’ai l’impression. Ça me fait marrer de l’imaginer. De la tribune vip, ça doit être impressionnant à voir.
Et ouais, je suis totalement parti sur autre chose, finalement…



La visite du siècle Captur14 La visite du siècle Lrt6 La visite du siècle CYxzZVz La visite du siècle Heri10 La visite du siècle 3MLhT5h La visite du siècle PUpP1Ej La visite du siècle 6TXtooI
Codage T-Card par Aaron Sakuragi, un grand merciiii t'es la meilleure !  heart
Crédit avatar : ngt
Revenir en haut Aller en bas

Illia Aethelhelm

Illia Aethelhelm
Ethologue Unys

C-GEAR
Inscrit le : 01/07/2019
Messages : 916

Région : Unys
Lun 5 Sep 2022 - 20:20
- Hmm... Je m'en souvenais pas, mais t'inquiète Rose est pareil, je squatte tout le temps chez elle et j'ai déjà dormi dans la rue, donc au pire je suis pas à une trace près !, ok c'est dégueulasse dit comme ça mais j'arrive pas à contenir ce brin d'humour pourri. Au moins, ça me fait rire moi.

Bref, comme je ne compte pas non plus à ce qu'on parte sur une conversation concernant les fluides corporels sur des draps, je m'intéresse au contenu du frigo et m'inquiète de l'idée de piquer de la bouffe au frère de Limonde. Ce dernier m'apprends qu'a priori il aurait fait les courses pour nous, ce que je trouve vachement sympa. J'émets donc une petite onomatopée pour dire que « ok » en réponse, avant d'opter pour de l'eau afin de me désaltérer malgré la présence de diverses boissons dans le frigo. Pourtant, y en a qui me font grave envie, mais pour une fois que je me sens d'humeur raisonnable sur ce point, ce serait dommage de le gâcher. Je me marre un peu de voir mon pote galérer à trouver ses propres verres : cette fois c'est clair qu'il vient quasiment jamais ici. Les verres ! Quand même !
Pendant que je me sers, il me propose de mettre la clim. Au départ je suis un peu perplexe, avant de comprendre d'où ça sort :

- Ah non t'inquiète, c'est mon manteau qui me tenait chaud ! C'est fait pour me protéger au cas où j'ai un accident, donc il est épais et lourd, peut-être qu'il sait déjà tout ça sur les vêtements de motard, j'espère que je le prends pas pour un con en précisant. Pis au pire j'ai encore un sweat à enlever.

Avec un des t-shirt trop stylés que m'a acheté Rose en mon absence en-dessous. Ca aurait juste été mieux que ce soit pas en remplacement d'autres qu'elle m'a bazardé sous prétexte qu'ils étaient trop vieux et usés alors que je pouvais très bien encore les mettre pour traîner chez moi. Heureusement, elle a compris l'engueulade et a promis de ne plus jamais faire ça. Je veux bien qu'elle soit sans-gêne avec moi, mais merde au bout d'un moment hein !
Ceci-dit, même songer à un vêtement classe ne m'empêche pas de me perdre dans mes pensées pendant que je fixe la cuisine en buvant mon verre d'eau. Je pense à Phil, évidemment, comme toujours à chaque fois que je me laisse du temps de répit, et ça menace de me mettre dans le bad alors je me raccroche, vite, à un truc que je sais aimer faire en proposant à Limonde de nous faire la cuisine pour ce soir. Et même d'autres moments s'il veut en fait, ça me dérange pas du tout. Je tente de chasser les mauvaises pensées en proposant, précisant, pour me donner à moi-même du baume au cœur, que c'est un truc que j'apprécie tout en ayant pas forcément l'occasion souvent... Sauf que je vais avoir l'air con maintenant s'il refuse, et a priori c'est ce qu'il va faire j'ai l'impression. Je sais pas ce que c'est que ce « t'es sûr » mais ça suffit à me faire tirer une sale gueule de déception, avant d'être carrément désespéré par ses questions claquées au sol :

- Oui bah sois curieux ! T'as cru j'étais qui ? Un connard sur Tripadvisor qui va mettre une note pourrie à la Ligue si on lui amène pas de la bouffe sur un plateau ?, je secoue la tête, mais je sais que tout ça c'est surtout une vaine tentative de cacher mon embarras. Je suis rien moi, laisse-moi être rien, pas besoin de me traiter comme un invité de marque ! Te prends pas la tête, ok ? On peut retourner le truc en plus : tu me loges, tu me nourris et tu me fais visiter un truc invisitable, donc on peut dire que c'est moi qu'abuse... Puis j'te dis ça me fait plaisir !, j'ose pas ajouter que je veux juste qu'on soit deux limondes, pour coller à nos surnoms, mais je trouve ça bien trop embarrassant et chelou comme formulation pour oser la faire passer mes lèvres. A la place, je me contente de retrouver le sourire quand Aram accepte que je fasse à manger. Parfait ! Je sais que t'es une sorte de goinfrex, mais y a des aliments ou des plats que t'aime pas ?

J'arrive à me sentir momentanément comme un peu comme un gosse à qui on vient d'accorder une activité palpitante. Bien que je sache que ce n'est pas grand chose, voir même absolument rien par rapport à la montagne à franchir qu'est mon humeur en général depuis que Phil n'est plus là, ça ne m'empêche pas de profiter de ces moments. Je suis content, et pour une fois que ça peut se voir, je me laisse faire.

Du coup, je profite de ce moment de très bien pour laisser deux de mes pokémons sortir de leurs pokéballs. Rubis est égal à lui-même, se comportant comme s'il retrouvait de vieux potes, ce qui risque de finir par être le cas si le temps passe et que les choses restent telles qu'elle sont. Puis, c'est au tour de Happy de faire son apparition. Lui, Aram ne le connaît pas alors je fais les présentations en disant que c'est un cadeau de Rose. Au début, j'étais pas jouasse, j'admets, mais maintenant... Disons que je m'attache plus vite que je l'aurais pensé à ce truc pour gamine. Il a l'air bien en tout cas, et ça me rassure : j'ai lu sur internet que les togepi étaient influencés par les émotions de leur dresseur et que s'ils ne recevaient pas assez de positif ils devenaient tout flagadas, voir pire selon certains sites. Je vais pas mentir, j'ai paniqué, j'imaginais la bestiole claquée au bout de deux jours avec moi à côté ! Mais finalement, il tient bien le coup, peut-être parce que je vois souvent Rose, j'en sais rien, mais il a toujours l'air d'un imbécile heureux alors je me dis qu'il va bien.
Happy s'en va saluer Aram et j'ai un petit sourire attendri quand je le voit lui tendre le doigt... Ok je me suis vraiment attaché super rapidement à ce petit con de togepi, faut que je me fasse une raison.

- Bonne idée, pour la bouffe pour pokémons. Je comptais un peu là-dessus j't'avoue, je me suis pas encombré de nourriture pour eux, ça aurait pu faire lourd dans le sac, sur un si long trajet et avec le reste. Oh d'ailleurs ! Sam il peut manger la même chose que Rubis tu crois ? Ou de mes pokés canins ? Parce que si on trouve de quoi au centre, je peux adapter quelque chose pour eux aussi... Bon je peux pas le faire pour tous par contre, ce serait un coup à y passer une demi-journée, j'ai appris quelques trucs quand j'étais avec Phil et qu'on avait peu de pokémons. Un jour il a déploré l'alimentation de sa macronium, disant qu'il avait essayé de cuisiner pour elle une fois après avoir vu un documentaire, et que ça s'était presque soldé en incendie, du coup... Comment je pouvais ne pas tenter de faire de la bouffe pour pokémon si ça pouvait le faire sourire ? Au final, je l'ai fait pour Rubis aussi et même si ça reste exceptionnel et que ça fait très longtemps que je me suis pas mis aux fourneaux pour eux, avoir l'idée maintenant me rappelle ses grognements de joie et peut-être que j'ai besoin de ça aussi.

Happy reviens vers moi et je l'attrape juste avant qu'il ne trébuche dans ses propres pieds. Après un soupir, je le dispute pour lui rappeler de faire attention, ne recevant pour toute réponse que son air d'imbécile. Du coup, pour éviter d'autres dangers, je décide de le garder dans mes bras pour le moment. Il courra partout dehors, là où Rubis peut le superviser sans risquer de casser quelque chose.
Aram s'est posé dans le canapé sur son démolosse – comment ça peut être confortable ? - donc par réflexe j'y vais aussi. Je viens de passer des heures assis ceci-dit, alors j'espère quand même qu'on ne va pas rester à faire les loques trop longtemps. La tête posée contre le dossier, j'écoute ses explications en hochant la tête.

- J'irai avant qu'on reparte, juste deux minutes à se poser et ça ira, je fais pas de commentaire sur la télé, car j'ai pas spécialement envie de la regarder. Ca aussi, j'ose pas le dire, mais je préfère passer ce petit temps de chill à discuter avec Limonde plutôt que m'abrutir devant je ne sais quoi.

Par contre, faut trouver un sujet de conversation et ça... C'est tout de suite plus compliqué. Les premières choses qui me viennent en tête c'est tout ce que j'ai à lui dire, sauf que sortir ça, comme ça, d'un coup... Voilà quoi. Surtout dès le début du séjour, alors qu'on a le temps, ou plutôt j'ai le temps de me préparer psychologiquement encore. Du coup je regarde bêtement le plafond pendant un moment, ignorant Happy qui mâchouille une lanière de mon sweat et Rubis qui s'intéresse d'un peu trop prêt à mon sac. Heureusement, Aram lance la conversation, à propos du match qu'on doit aller voir demain. J'avoue que ça a l'air cool de voir ça en vrai ! Déjà que Rose était super jalouse, elle risque de m'étrangler si elle apprend pour la loge VIP, mais est-ce que ça vaudra pas le coup de frimer quand même ? Hm ?... Je prendrai un selfie rien que pour l'emmerder !
Limonde évoque également la nouvelle championne, et ça me fait comme un flash. Mais oui ! Fallait trop que je lui dise et j'ai oublié au téléphone comme un con !

- Tu sais que Rose m'a dit qu'on la connaissait ? Enfin surtout moi en fait, comme quoi j'étais dans sa classe une année au collège, honnêtement j'en reviens toujours pas. Je me redresse pour raconter, me mettant un peu de côté sur le canap' pour pouvoir regarder Limonde en même temps. Je l'aurais jamais reconnue, elle a trop changé ! Limite on aurait dit un garçon à l'époque. Son prénom m'avait marqué, c'est pas commun, mais j'avais oublié son nom de famille..., et là vient la partie dont j'ai un peu honte qui fait que je me gratte un peu l'arrière de la tête et rigole à moitié en même temps que je parle, histoire de masquer la gêne : Rose était désespérée que je la remette pas alors que j'étais sorti avec, mais ça avait duré genre trois mois et c'était y a huit ans, elle croyait quoi ?, bon ça me fait rire quand même au final. De toute façon, c'est pas comme si ça avait encore une quelconque importance pour moi ou que je prétendais la connaître à cause de ça... Ni que je voulais lui reparler ou quoi. C'est juste une anecdote à la con dont je peux parler d'un ton de connerie avec un pote. Paraît qu'elle a un limonde, tu crois qu'elle va s'en servir en combat demain ?

Rien que d'essayer d'imaginer la scène me fait rire, surtout que ceux de Galar comme celle que Rose m'a dit qu'elle a, ils ont des dents qui rendent le tout encore plus ridicule. Ceci-dit, c'est vrai que j'ai vu en exploration qu'ils peuvent avoir de bonnes stratégies de chasse, alors peut-être que ce sera moins ridicule que je l'imagine... Dans tous les cas, j'ai hâte de voir le combat de demain, ne serait-ce que pour la frime de voir ça depuis une loge VIP.
Même si j'essaye de ne pas trop y penser, ça fait bizarre de se dire que quelqu'un que je connaissais, qui était dans une situation de merde, s'en est sorti à ce point. Alors que moi... J'ai l'impression d'avoir beaucoup stagné. Phil a été une amélioration, certes, mais ce n'était pas suffisant, et aujourd'hui même si j'essaye de toutes mes forces, j'ai peur que ça le soit toujours pas. Peur aussi de retomber au fond et, cette fois, de ne pas réussir à en sortir même si Rose est là... Et qu'Aram est là aussi. Pff... Trop de choses à dire, que je sais pas si j'arriverai à dire. Malgré moi, je me suis renfermé sans aucune raison visible, alors je me force à faire le point. Et si je le fais, ce point...

- En tout cas je suis content d'être là, sorti de nul part, sûrement trop bizarre, mais plus que sincère. Parce que la Ligue c'est cool, parce que je suis avec mon autre meilleur ami, parce que je suis plus en cure, parce que j'arrive à pas me défoncer le crâne avec ma mushana, parce que je suis pas encore en train de chialer en haut de la Tour des Cieux. Ca me rend émotionnel je crois, et par-dessus mon sourire, mes yeux se mettent à picoter un peu. Du coup, je me lève : Ca t'embête si on stagne pas trop ? Je viens de passer des heures assis alors... Pis je suis curieux ! Va falloir me vendre plus de rêve qu'avec ton appart pour que je reparte convaincu !, mon rire en est un vrai.


Avatar ©️ 悠太
Revenir en haut Aller en bas

Aram Faathi

Aram Faathi
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/10/2019
Messages : 2114

Mar 6 Sep 2022 - 18:45
Au moins ce n’est pas à cause de l’appart’ qu’Illia a trop chaud. Comme je sais que j’ai cette fâcheuse tendance d’évoluer dans un environnement chaud quand j’en ai la possibilité, j’oublie parfois que ce n’est pas le cas de tout le monde. J’acquiesce quand il me parle de sa veste de moto et je suis rassuré aussi qu’il soit équipé pour se protéger. C’est bête, comme pensée. Surtout qu’une partie de moi est encore focus sur son histoire de dormir dans la rue… C’était une blague et j’imagine que ça lui a échappé, mais j’aimerai bien un jour en savoir un peu plus. C’est mal placé étant donné que d’aucune façon je n’ai besoin de connaitre sa vie de A à Z mais… J’suis curieux. Trop curieux, surtout que ça ne devait pas une période très agréable à vivre.

Il propose de faire à manger plus tard et je suis tellement concentré sur le fait de l’accueillir comme un prince que je ne rends compte que trop tard que mes questionnements le vexent, ou du moins, ils ont fait partir le sourire qu’il arborait. Oh non ! Ce n’était carrément pas le but ! J’ai… Peut-être que je me suis beaucoup trop concentré sur ce week-end et comment le rendre parfait pour Illia. De toute évidence, j’ai un peu zappé le « pour Illia » et me suis attardé sur ce qui se fait habituellement… Sauf que c’est loin d’être un week-end habituel ! Ce n’est pas un de ces types pompeux qui va me basher ensuite parce que je n’ai pas fait la vaisselle ou qu’il y a une petite poussière sur le bar. C’est Limonde, enfin ! On est là pour faire les cons sans prise de tête. Faut croire que je me la suis trop prise, la tête. Faut que je me détente un peu et que j’abandonne le stress qui est, de toute évidence, encore un peu présent. Je suis un brin gêné avant d’acquiescer et de confirmer, vocalement, que ça me convient. Mon invité affiche rapidement son sourire à nouveau et je me sens rassuré ; je n’ai pas totalement braqué, avec mes conneries.

« Normalement y a que des trucs que j’aime dans le frigo… Mais sinon je mange tout. Enfin tout ce qui est comestible hein. » La précision qui me fait rire, on ne sait jamais s’il est tenté de me faire une autre blague. « Je ne suis juste pas très fan de navets mais j’en mange, c’est juste pas ce que je préfère. » Petit instant ou j’hésite parce que ça me dit quelque chose, puis je me dis que de toute façon, ce ne sera pas la première ni la dernière fois que je passe pour un con devant Illia. « C’est quoi, tripadvisor ? » Allez, comme ça je serais un peu moins débile ce soir.

Limonde profite du moment pour faire sortir ses pokémon et après avoir checker Rubis, je fais la rencontre de Happy. Ça me fait sourire de le voir agir avec moi, puis je vois surtout du coin de l’œil le sourire d’Illia. Il n’est pas difficile de constater qu’il est déjà attaché au petit bébé et je trouve ça d’autant plus mignon. Je propose de chercher de la nourriture pour lui tout à l’heure, apprenant sans surprise que mon invité ne s’est pas encombré de bouffe, c’est ce à quoi je m’attendais. Je m’apprête à répondre quand il s’exclame avec une nouvelle idée et je ne suis pas certain de comprendre. « Adapter ? » Je ne comprends pas trop ce qu’il veut dire. « Mais sinon oui, Sam peut manger ce que tu veux, je préférerais juste de la nourriture canine du coup. Après au final ce sera lui le seul juge. Je n’ai pas besoin de faire trop attention à ce qu’il mange. Gaziel par contre… » Ce n’est carrément pas la même histoire. Ça me fait un peu rire, la majeure partie de mes pokémons savent s’alimenter correctement sans que ça influence négativement leurs capacités sur le terrain. Mon Arcanin en revanche… C’est une autre histoire. Si je le laissais faire, il serait à ce jour obèse, j’en suis certain.

Je me pose sur le canapé, puisqu’Illia m’avait dit qu’il voulait se poser un peu avant la visite. Il me rejoint, tenant son Togepi dans ses bras. C’est vraiment trop chou et je me retiens de sortir mon téléphone pour faire une photo… Je ne sais même pas pourquoi. Ou peut-être que si au fond puisque je sais qu’il y a de grande chance que je me mette à phaser dessus… Et que c’est nul de ma part. Vraiment. Un léger silence s’installe, nous laissant à tous les deux la possibilité de trop réfléchir, je crois. Moi j’hésite à lui parler de ce qui m’est arrivé, lui, je ne sais pas… Mais ça ne doit pas être très joyeux. Je lui indique les commodités pour l’appart, au moins c’est fait. Comme je sais qu’il regarde la télé – puisque quand je l’ai appelé la semaine dernière il regardait un truc avec Rose -, je lui indique aussi qu’il y a une télé s’il le souhaite. Voilà voilà… Et maintenant ? Je ne me sens pas trop de parler de ce qui m’est arrivé pendant son absence. Alors j’enchaîne sur totalement autre chose.

« Attends t’es sérieux ? » Je me marre, je ne peux pas m’empêcher. Y a combien de pourcentage de chance que Kalinka et lui se connaissent, en fait ? Puis surtout… Comment il a fait pour ne pas la reconnaitre ? Il m’explique qu’elle a beaucoup changé mais ça continue à m’amuser, d’autant plus quand il m’apprend qu’il est sorti avec elle pendant trois mois. « C’est pas très flatteur pour elle ça. » J’ai bien le droit de le taquiner un peu. C’était y a huit ans, c’est vrai que de l’eau à couler sous les ponts… Et je serais bien incapable de me rappeler quel mec j’ai bien pu me taper y a un an, donc bon. J’suis mal placé pour parler. Faudrait que je voie à l’inverse si elle elle se souvient de lui… Peut-être qu’on la croisera demain, d’ailleurs. Avant ou après le match. « Tu voudrais la revoir ? Parce que ça peut s’arranger. Bon, moi je ne l’ai pas beaucoup vu encore parce que j’étais pas là quand elle est arrivée, mais j’pense que y a moyen. » Y a grave moyen, d’ailleurs. Après je ne veux pas le forcer non plus. « J’aimerai trop qu’elle le fasse combattre demain ! C’est la forme de Galar qu’elle a il est encore plus trippant avec sa mâchoire-là. Ça doit faire trop mal ! » Je ris à nouveau.

Mais j’ai peut-être dit quelque chose qu’il ne fallait pas, je vois Illia se refermer sur lui-même. Merde, j’ai dit un truc qui ne fallait pas ? Il n’a peut-être pas aimé que je le taquine sur sa mémoire… Je ne sais pas quoi dire pour qu’il change d’expression et je suis ravi de ce qu’il ajoute ensuite. Je n’y attendais pas, c’est sûr du coup naturellement je réponds du tac-o-tac. « Et moi j’suis content que tu sois là. » Je suis à nouveau armé de mon sourire le plus rayonnant possible. Bordel, faut que je me calme. Mes sentiments sont ouvertement affichés sur ma tronche, faut que je me calme. Pourtant j’ai aussi le droit de montrer que je suis heureux d’être avec lui, non ? Entre amis, ça se fait, non ? Puis bon, s’il n’a pas compris qu’il a de l’importance pour moi – beaucoup d’importance – c’est qu’il est aveugle !

Je n’ai pas compris le cheminement de ses pensées qui l’ont poussé à me dire ça et j’ignore ce qui le fait se lever vite, mais il m’informe qu’il n’a pas envie de stagner. Ah. J’espère… j’espère qu’il n’a rien capté et que c’est pas mon comportement qui l’a fait agir comme ça. Ce… Serait beaucoup trop bizarre qu’il comprenne ce que je ressens. J’acquiesce donc, finissant ma bouteille de jus et laissant Sam laper le goulot. Je sais qu’il aime bien le jus grena, sauf que celui-ci est un poil trop sucré pour lui donc j’lui en laisse pas beaucoup. « On peut bouger ouais ! Je pense que le stade sera bien plus impressionnant que cet appart. »« En même temps c’est pas dur. » Ça me fait marrer, même si indirectement, je me vanne au passage. Je vais jeter la bouteille en plastique au recyclage et je vérifie que j’ai bien toujours mes clés. Samaël descend du canapé pour se mettre devant la porte et quand tout le monde est prêt, on quitte mon « fabuleux » loft.

On ressort du bâtiment pour entrer dans celui d’en face, bien plus imposant. Les couloirs sont bien plus larges et je salue rapidement quelques techniciens qui passent par là et qui nous saluent en retour. Ils se préparent sans doute à installer la scène de combat, j’espère juste qu’on va pouvoir y accéder sans les gêner. « T’éloigne pas trop, ce bâtiment est beaucoup trop grand. J’arrêtais pas de me perdre au début. » Je me marre un peu, repensant à cette époque pas si lointaine. Au final, le chemin que je connais par cœur, c’est surtout celui de la salle de sport et celui du centre pokémon. Le reste… je dois dire que je m’en fiche un peu. L’espace est grand et je montre le chemin à Limonde, tournant sur notre droite pour monter une foulée d’escalier. Quand on pousse la porte, on arrive dans les gradins les plus bas et proches de la scène… Ce n’est pas la loge VIP, mais ceux qui arrivent à avoir ces places déboursent déjà une belle petite somme. « Tadaaa. Bon y a pas de décor donc ça ressemble au final juste à un énorme stade, ce sera plus impressionnant demain et peut-être dimanche. » En un sens, j’espère toujours que ça ne sera pas moi, pour que je puisse profiter un maximum de la présence d’Illia. Même si j’avoue que j’aurais bien envie aussi de faire le show en sachant qu’il est dans le public. Hum… « D’ailleurs si le challenger bat Kalinka demain, je devrais t’abandonner une petite demi-heure après pour le tirage au sort du prochain adversaire. » D’un côté… ça me ferait quand même chier. Pas que je n’ai pas confiance en Limonde, c’est plus comme dit, que j’aimerai profiter de chaque minute avec lui.

« Et là tu vois, c’est souvent là que j’installe ma yourte. Je l’ai démonté ce matin parce que je n’aurais pas eu le temps de le faire cette aprem. » Je lui ai montré mon coin préféré. C’est en dehors de la zone de combat, près des gradins justement mais tout de même dans le stade. En théorie, je ne gêne pas les aménagements. Seulement… ça ferait con si le public voyait une yourte plantée dans un coin pendant un match.

Je laisse le loisir à Illia de découvrir l’endroit de la place du public. Il y a quelques techniciens sur la piste mais j’sais qu’on ne dérange pas, je leur ai déjà demandé ce matin. Quand Limonde voudra, on pourra aller au centre de la zone pour qu’il découvre la vue lorsqu’on est challenger… Qui est quand même impressionnante, je dois dire. Mais encore plus quand les gradins sont noirs de gens.



La visite du siècle Captur14 La visite du siècle Lrt6 La visite du siècle CYxzZVz La visite du siècle Heri10 La visite du siècle 3MLhT5h La visite du siècle PUpP1Ej La visite du siècle 6TXtooI
Codage T-Card par Aaron Sakuragi, un grand merciiii t'es la meilleure !  heart
Crédit avatar : ngt
Revenir en haut Aller en bas

Illia Aethelhelm

Illia Aethelhelm
Ethologue Unys

C-GEAR
Inscrit le : 01/07/2019
Messages : 916

Région : Unys
Jeu 8 Sep 2022 - 20:41
- Adapter dans le sens de préparer des trucs avec seulement des aliments bons pour eux, j'espère que c'est clair cette fois. Ok, bah au pire si je fais quelque chose et que Sam en veut pas, t'inquiète que les miens se feront un plaisir !, même si je serais sûrement un peu déçu. C'est toujours chiant de passer du temps à préparer quelque chose tout ça pour que le destinataire n'en veuille finalement pas.

Je rejoins Aram sur le canapé et, après un silence que j'aime pas trop car il me permet de me perdre dans des pensées que je préférerais éviter, seulement je ne trouve pas de sujet de conversation qui nous permettrait de dévier. Heureusement, Limonde vient inconsciemment à ma rescousse en évoquant le match du lendemain et la nouvelle championne. Tout de suite, le sketch que Rose m'a fait car je la reconnaissais pas m'est venu en tête et je partage l'anecdote avec mon pote, car il fallait absolument tellement c'est improbable. Ceci-dit, je suis tout de même un peu honteux en le racontant, surtout considérant que, même si ça n'a pas duré longtemps, bah c'est un fait que je sois sorti avec. C'était rien de sérieux des deux côtés, un truc de collégiens, mais ça reste ma première copine officielle. Y aurait fallut que je vois sa jambe brûlée, si elle l'a toujours, là je l'aurais reconnue sans aucun doute ! Je souhaite à personne d'autre d'avoir un membre dans cet état, même si ça a dû arriver.
Ce qu'il y a de sûr, c'est que mon histoire fait marrer Limonde, forcément, c'était le but aussi de mettre une bonne ambiance. A mes dépends, certes, mais avec lui ça me dérange pas. Ou presque pas, car ça dépend quand même du contexte. En l’occurrence cette fois c'est bon.

- Hé oh faut prendre en compte qu'il y a eu la fin de la puberté entre temps hein ! Y en a à qui ça fait du bien !... Ca peut être très mal interprété ça, non ? Et je suis pas en train de dire qu'elle était moche ! Déforme pas s'il te plaît !

J'ai tendance à rire de ma propre connerie, jusqu'à ce qu'Aram me demande si je voudrais la revoir. Je bloque un peu, j'avoue. J'imagine que ce serait logique de dire oui, mais j'ai vraiment pas envie. C'est pas qu'on se soit quittés en de mauvais termes -un peu quand même, j'ai été un bâtard- mais renouer avec des gens de cette époque, ça ne m'intéresse pas vraiment. J'étais très différent à ce moment là, elle aussi j'imagine, vu tout le temps qui a passé. Surtout, je n'ai pas envie qu'elle évoque, de manière naturelle dans la conversation, des choses que Limonde ne sait pas. J'ai pas la prétention qu'elle se souvienne de choses vraiment spécifiques, mais j'imagine qu'un mec dont la mère perd la mémoire tout les matins et qui ne s'est jamais souvenue de lui, ça marque. Ce serait un peu comme si moi j'avais oublié qu'elle était la meuf la plus pauvre du collège. Je veux dire, c'était ça qui nous définissait à l'époque, et le principale sujet des moqueries qu'on se prenait dans la gueule. Si elle a toujours le même caractère... Ouais, non, trop de risques. Et puis, comme dit, j'ai pas spécialement envie de la revoir ou de lui reparler.

- Non ça va, j'essaye de pas avoir l'air trop renfermé. C'était y a longtemps, j'ai rien à lui dire, ce qui est vrai. Pour pas laisser d'ambiance pas joyeuse, j'enchaîne sur son limonde de Galar avec bien plus d'enthousiasme. Comme je ne l'ai connue qu'avec sa grillepattes, découvrir son équipe sera quelque chose ! Je me demande si ça correspondra à l'image que j'ai gardé d'elle. Aram enchaîne, mettant l'emphase sur la mâchoire de la créature. Mais trop ! Ca fait pokémon piège à lougaroc avec cette mâchoire !, je me retiens de lui demander ce qu'elle a d'autre comme compagnons, histoire de me garder la surprise pour demain.

Bien que je tente de ne pas y penser, je ne peux pas m'empêcher de comparer l’acensions de Kalinka, parce que je la connaissais, à mon avancée ridicule dans la vie. C'est incomparable, et momentanément je me sens nul avec mes petits pas d'escargaume. J'essaye de ne pas me renfermer, mais c'est trop tard, alors pour ne pas rester dans ce mood que j'ai envie de faire subir le moins possible à Aram, je me force à constater à voix haute que je suis content d'être là, tout aussi stupide que ce soit. C'est tellement con que je suis d'ailleurs surpris que Limonde me réponde avec une phrase similaire et son sourire rayonnant. Je lui souris à mon tour, espérant que ça suffira à cacher mes yeux qui commençaient à picoter.
Voulant absolument éviter de me mettre à chialer, je me lève, toujours avec Happy dans les bras, et demande à ce qu'on poursuive la visite d'un ton volontairement un peu provocateur histoire d'être sûr que Limonde réagisse.

- Ca doit être autre chose que de le voir à l'écran ouais !

Ne m'étant jamais rendu dans un quelconque stade de match pokémon de ma vie, à part celui du tournoi clandestin où Kunzite et moi on a faillit crever mais ça compte pas, je dois dire que ça m'intéresse. A la télévision on voit toujours plein de gens entassés, mais c'est pas facile de vraiment se rendre compte de la taille de la structure. Vue de l'extérieur non plus.
Avant de quitter l'appartement, je fais signe à Rubis de venir vers moi avant de lui poser le togepi sous le nez.

- Tu le gère ?, comprenant ce que je veux dire, mon reptincel acquiesce tandis que Happy est déjà en train de courir joyeusement vers la porte ouverte. Je vais quand même garder un coin d'oeil sur lui hein !

Je suis Aram jusqu'au bâtiment que j'imagine être le stade, même si j'ai du mal à voir de l'extérieur comme il est vraiment imposant. En chemin, je suis obligé de faire une pause car Rubis, trouvant Happy trop lent, s'est mis à le faire rouler. Si le togepi a l'air ravi, moi je crains pour sa coquille alors je m'empresse de le reprendre en le fourrant dans ma capuche qui fera bien office de porte bébé-pokémon. J'engueule un peu mon reptincel aussi, comme quoi il faut faire gaffe à pas abîmer la coquille car c'est ce qui le protège, mais pas sûr qu'il soit vraiment réceptif.
Une fois à l'intérieur du bâtiment, je suis les instructions d'Aram, même si je ne comptais de toute façon pas aller n'importe où. Je connais pas, je suis dans un lieu où en temps normal j'aurais pas le droit d'être et où je crois que je peux me faire arrêter si je fais n'importe quoi. C'est pas le moment de faire le rebelle, même si j'avoue que la perspective d'explorer n'importe comment un truc aussi labyrinthique et imposant ne serait pas pour me déplaire. De nuit et sans électricité, ça doit être trop stylé !
On finit par passer une porte et se retrouver sur les gradins du stade, en bas, là où j'imagine qu'on voit le mieux les combats. A peine je mets les pieds dans ce nouvel espace, que je m'arrête car c'est... Grand. Vraiment super grand. Je sais pas combien de personnes on peut caser là-dedans, mais c'est vraiment énorme.

- C'est déjà super impressionnant je trouve..., je commence à me balader un peu entre les gradins, surtout à me rapprocher de la barrière qui délimite le bord pour mieux voir l'intérieur et être plus au centre. Limonde me donne des infos sur ce qu'il va se passer si le challenger gagne, et je hoche la tête, sans réussir à pleinement cacher une petite appréhension. Ok... J'imagine que tu seras occupé si t'es sélectionné, et que j'aurais plus trop le droit de squatter.

Ca me fait pas plaisir, voir même ça me foutrait le seum s'il le confirme, mais je ne veux pas non plus le gêner dans son travail. Déjà que je suis toujours pas sûr d'avoir vraiment le droit d'être là, et puis je ne veux pas m'imposer s'il se retrouve à avoir mieux à faire. Ce serait juste... Vraiment chiant de devoir rentrer chez moi aussi tôt alors que j'espérais encore au moins trop hors de cet appartement. Au pire, peut-être que je pourrai m'arrêter un jour dans un des lieux que j'ai bien aimé en roulant... Même si je sais que je passerais sûrement pas mal de temps à chialer comme je me retrouverais tout seul. Même avec mes pokémons, c'est compliqué de ne pas constamment penser au fait que Phil me manque.
J'espère que Kalinka va gagner.

Je suis appuyé sur la barrière, les bras au-dessus du vide à essayer de cacher mon seum à l'idée qu'il se retrouve pris, quand Limonde vient me tirer de mes pensées en regardant l'endroit que m'indique Limonde. C'était donc ça le nom, une "yourte", il faudrait que j'arrive à retenir pour pas qu'il pense qu'il parle dans le vide. L'endroit qu'il me montre est pas dans l'endroit délimité par les marques blanches indiquants la zone de combat, mais j'imagine qu'il doit bien l'enlever de totue façon pour éviter que ses affaires se prennent une attaque perdue. Rien que ses combats à lui peuvent être violents, avec les flammes, alors ce serait con qu'il mette feu à sa propre... Chambre, j'imagine. Ceci-dit, si ça arrivait, je dois avouer que je me marrerais bien, pendant au moins cinq minutes avant de lui demander si ça va quand même, vu qu'il aurait sûrement perdu pas mal d'affaires dans les flammes.

- J'ai deux questions con, je commence d'un ton sérieux en fixant l'endroit où il m'a indiqué mettre sa yourte. C'est pas trop chiant de devoir la démonter à chaque fois ? Et aussi... Ca tient vraiment chaud ces yourtes ? Parce qu'à Ebenelle, en hiver, tu dois te cailler le cul, non ?, il doit y avoir des réponses évidentes à ces questions très pragmatiques, mais ayant déjà dû dormir dehors alors qu'il faisait bien froid, je n'ai jamais réussi à considérer un quelconque campement comme une protection valable contre le froid. Et allumer un feu à l'intérieur me paraît être une fausse bonne idée, mais peut-être que je me trompe. Je suis vraiment curieux pour le coup.

Je me balade encore un peu dans les gradins, même si je compte pas faire le tour non plus. Rubis est carrément monter sur un des bancs, sinon il ne voit pas ce qu'il y a de l'autre côté de la barrière, et je décide de le laisser faire tant qu'on ne lui dira rien. Happy, lui, se contente de profiter de la balade depuis ma capuche en poussant de temps en temps des pépiements en accord avec son surnom.

- Tu crois qu'on peut descendre sur le terrain ou ça gêne ?, j'observe du coin de l'oeil Rubis qui s'est mis à regarder la terre battue avec des étoiles dans les yeux, le sourire aux lèvres : Je crois qu'il veut se la jouer grand combattant !

Il m'attendrit un peu, même si au fond, je ressens toujours une pointe de culpabilité à l'idée que je ne serais jamais apte à lui offrir les matchs qu'il espère. Si je ne l'avais pas depuis si longtemps et si on était pas aussi liés, il y a des moments où je me demanderais si je ne devrais pas le confier à quelqu'un d'autre.


Avatar ©️ 悠太
Revenir en haut Aller en bas

Aram Faathi

Aram Faathi
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/10/2019
Messages : 2114

Sam 10 Sep 2022 - 10:43
C’est intéressant, cette idée de faire de la nourriture pour pokémon en l’adaptant. Je n’avais pas compris la volonté d’Illia, mais maintenant qu’il a précisé, je suis vachement curieux de savoir ce que ça va donner. J’espère que Sam ne va pas faire la fine bouche et qu’il va apprécier… Il faudra sans doute que ce soit moi, comme d’hab’, qui lui donne sa nourriture cela dit, sinon il ne veut pas le manger. D’un côté ça me rassure, ça veut dire qu’il ne mangera pas un truc mauvais donné par un parfait inconnu mais en même temps, ce n’est pas du tout le rôle de Limonde. Mon starter l’apprécie de toute évidence, je suis aussi curieux de voir s’il mangera ce qu’Illia lui donne en direct…

Bref ! On se pose et je crois que lui et moi, on a tendance à se mettre à bader dans notre coin. Pour ne pas laisser cette ambiance s’installer, j’enchaine sur le combat de demain et je découvre qu’en réalité, il la connait puisqu’il est sorti avec elle durant l’adolescence. Le monde est tellement petit putain. Je me marre cela dit et sans doute que je moque gentiment de lui. Mais quand même… ! Il faut le faire non ? Il se doute que ce n’est clairement pas méchant de ma part, de toute façon on aime bien s’envoyer des pics dans la tronche de temps en temps. Sa remarque sur la puberté me fait rire aussi, même si c’est encore moins flatteur pour Kalinka. Je m’apprête à le faire remarquer mais Illia me coupe l’herbe sous le pied, j’dois être trop prévisible. Ça a au moins le mérite de me faire rire davantage.

Je lui demande s’il veut la revoir et je constate à sa tête que ça ne semble pas trop l’emballer. Il me le confirme et ma curiosité revient au galop. Je parviens à ne pas demander le pourquoi du comment ; ça ne me concerne pas. Parfois, c’est mieux de laisser le passé là où il est et je m’en voudrais si je le faisais aller dans un nouveau bad. Au lieu de ça, on trippe sur son Limonde de Galar et j’espère vraiment qu’elle va l’utiliser demain. Je sens qu’on va bien se marrer si c’est le cas !

Je crois que même si je n’ai rien demandé sur l’adolescence d’Illia, il y a quelque chose qui le tire vers le bas. Sa déclaration me surprend un peu et je suis nature, je réponds sincèrement à mon tour. On va dire que je n’ai pas vu qu’il a les yeux humides. Je ne sais pas à quoi il était en train de penser, mais de toute évidence, ce n’était pas joyeux. Au lieu de ça, on va se concentrer sur la visite que je lui ai promise ! Je le tease un peu avec le stade et je constate que ça a l’air de grave le motiver. J’en suis plus que ravi ! Evidemment, Sam va nous accompagner. J’hésite un court instant à faire venir Ersulie avec nous mais je sens que mon Pyrobut va avoir un trop plein d’énergie – comme toujours – qu’il va vouloir évacuer… Et s’il pouvait éviter de prendre le Togepi pour un ballon de foot, ça m’arrangerait.

Quand on arrive au bâtiment du stade, je conseille à mon invité de ne pas trop s’éloigner. Un petit regard vers lui me fait réaliser qu’il a mis Happy dans sa capuche. C’est pratique ça ! Et c’est trop mignon en même temps. Ce n’est pas le moment pour phaser, sinon bonjour le captage. Je tente de me concentrer sur la visite, les menant d’abord dans les gradins. La vue est chouette même si à force, j’ai du mal à évaluer. J’évolue dans cet environnement depuis presque un an maintenant – à quelques mois près – alors il fait parti de mon quotidien… Mais je suis content que ça semble plaire à Illia. Je profite de l’instant pour prévenir qu’en fonction du résultat du match de demain, j’vais devoir m’absenter quelques minutes. Ça n’a pas l’air de l’enchanter, ce qui n’est pas vraiment surprenant. Sa question – légitime – et l’expression qu’il affiche me font comprendre que ça a plus d’effet sur son moral que je ne l’aurais imaginé. En même temps… Je l’invite pour un week-end et si ça se trouve, je serais occupé une bonne partie du temps… Tu m’étonnes que ça foute le seum.

« Tu pourras toujours squatter et me regarder en vrai si c’est le cas ! Enfin… Si ça te dit. » Faut pas non plus que je lui mente ou quoi. Du coup, je me retrouve à réfléchir, affichant une légère moue. « Mais j’espère ne pas être sélectionné pour profiter de ta présence. Ce serait trop naze si je me retrouvais à me battre dimanche… J’espère que Kalinka va le défoncer ! » J’essaie de mettre de l’entrain, dans ce que je dis. J’aimerai bien lui dire que je peux m’arranger pour que ça ne tombe pas sur moi mais comme le tirage est fait devant huissiers et tout… C’est compliqué. J’peux pas triché et si je le fais, je pense que ça m’attirerait de gros problèmes. Zut, j’espérais juste prévenir d’un potentiel risque, maintenant je stresse à l’idée que ça tombe sur moi. C’est bien la première fois, d’ailleurs. Habituellement, j’ai hâte que mon nom soit tiré. Mais là… Avec Illia à la Ligue, je n’ai pas envie. En plus, ça réveille mes craintes plus profondes. Avec le comportement de Bélial non maitrisé, je n’ai pas confiance à mes capacités. Je n’ai clairement pas envie de me ridiculiser si mon dragon décide de me donner une leçon devant des milliers de spectateurs… Et encore, ça pourrait aller si Limonde était pas présent dans le public. Hum…

J’espère vraiment que je ne vais pas devoir combattre dimanche.

Pour éviter de partir dans un bad à mon tour, je lui montre où j’installe habituellement mon campement. J’arbore un sourire, même si en arrière-plan, mon cerveau continue de réfléchir à la possibilité de combattre. Je n’ai pas encore pleinement repris confiance en moi j’avoue, j’appréhende mon prochain challenge. C’est mon job, c’est ce que j’aime le plus dans mon travail d’ailleurs mais… Bref. Illia réagit à ce que je lui montre et ses deux questions me permettent de changer totalement de sujet.

« Ça ne me dérange pas. J’ai passé un mois dans le désert pendant mon arrêt et c’était assez similaire vu qu’on bouge le camp régulièrement. C’est une question d’habitude, je dirais. Même si ce n’est pas ici qu’il va y avoir une tempête de sable. » J’essaie d’en rire, mais j’ai toujours eu du mal à plaisanter sur ce sujet. Je dois être un peu con, quand je m’y mets. Voire quasiment tout le temps, en fait. « Ce n’est pas tant la yourte qui tient chaud, plutôt les couvertures que j’ai. Il fait aussi super froid dans le désert la nuit donc… ça va. Par contre j’avoue que je tire la tronche le matin et qui fait toujours hyper froid. » Ça, ça change de chez moi, c’est certain. « Mais le pire c’est quand il pleut. L’air est trop relou en plus. » Pour mes poumons et moi, c’est de la daube. Aujourd’hui, il fait plutôt doux et ça me convient parfaitement. J’espère que la météo ne changera pas.

Je laisse ensuite Limonde profiter des gradins, m’amusant de voir Rubis s’extasier, lui aussi. Sam s’est assis à côté de moi, attendant sagement. Je regarde à mon tour le centre du stade, repensant à mes anciens affrontements… Est-ce que j’arriverais, aujourd’hui, à avoir à nouveau le niveau que j’avais à l’époque ?... Putain. Ça devient relou de douter autant de mes capacités, de douter de mes pokémons. En plus je sais très bien que mes doutes troublent aussi mes alliés. Je voudrais retrouver l’assurance que j’avais avant cette histoire de merde. J’aimerai me vider aussi la tête, me débarrasser de ce procès… Parce que même si je suis plutôt confiant, ça me nique le moral quand même. Je me fais sortir de mes réflexions par Illia et je retrouve le sourire.

« On peut y aller sans gêner, yep. C’était prévu ! »

Il y a quelques techniciens mais les gros aménagements n’ont pas encore commencé. Je m’amuse du Reptincel et de son excitation. Je lui proposerai bien un combat, mais j’ignore si c’est réellement une bonne idée… Je ne voudrais pas froisser son égo. Le sien ou celui de Limonde, d’ailleurs. On redescend par là où on est arrivé, retournant dans le couloir. Quelques mètres nous séparent de l’une des portes qui donnent directement sur le stade. Je tiens la porte pour laisser Illia passer le premier, ce sera plus marquant que s’il me suivait, non ?

Comme pour les gradins, je le laisse profiter du stade. Les deux techniciens au loin s’interrogent de toute évidence sur la présence d’Illia mais ils ne tardent pas à me voir derrière lui, ce qui les calme directement. Je profite du retour sur la terre battue pour faire venir réellement Ersulie qui lâche un cri de bien-être. Il a hâte, quant à lui, de se battre ici, avec nous. Il se met à courir comme un dératé comme s’il se trouvait dans un stade d’athlétisme. Il a ses petites habitudes d’entrainement, même si ce n’est clairement pas pour ça qu’on est là. Je me sens bêtement un peu nerveux alors que j’ai passé la nuit ici. Seulement… l’esprit de compétition comment à s’éveiller. J’adore ce sentiment, en temps normal. J’adore l’effervescence que ça me procure, en temps normal, même quand ce n’est pas moi qui combats. C’est une sensation plaisante… Mais pas cette fois. Si je pouvais me débarrasser de cette appréhension, ce serait cool.

Je suis anormalement silencieux. Je me rassure toutefois en me disant qu’au moins, je ne gêne pas Illia dans son expérience de découverte du stade.



La visite du siècle Captur14 La visite du siècle Lrt6 La visite du siècle CYxzZVz La visite du siècle Heri10 La visite du siècle 3MLhT5h La visite du siècle PUpP1Ej La visite du siècle 6TXtooI
Codage T-Card par Aaron Sakuragi, un grand merciiii t'es la meilleure !  heart
Crédit avatar : ngt
Revenir en haut Aller en bas

Illia Aethelhelm

Illia Aethelhelm
Ethologue Unys

C-GEAR
Inscrit le : 01/07/2019
Messages : 916

Région : Unys
Lun 12 Sep 2022 - 21:38
Maintenant que j'y suis et sans la foule autour de moi, je dois reconnaître que les gradins du stade sont vraiment grands. Que le stade en lui-même l'est, en fait. Si on a du mal à voir l'échelle à travers l'écran, je m'en rends bien compte désormais, mais vais éviter de demander à voix haute comment on peut voir un dedenne se battre à cette distance, à tous les coups y a des gros plans grâce aux écrans géants et je vais passer pour un imbécile, même si un gros plan sur un dedenne, ça me paraît ambitieux également. Ils doivent avoir des caméras à la pointe de la technologie, je sais pas.
Un autre à qui ça plaît, c'est Rubis. Je le vois grimper sur les bancs pour mieux voir le terrain en bas, des étoiles plein les yeux. Il m'amuse, mais pour le moment, comme il est sage, je me concentre sur Aram qui m'en dit également plus sur comment ça va se passer si le challenger gagne face à Kalinka. L'idée qu'il doive être occupé toute une journée me fout le seum, évidemment, mais en même temps je me sens pas trop légitime à dire quoi que ce soit vu que je suis invité et que c'est son travail. C'est normal qu'il se plie aux règles de la Ligue, alors je me contente de supposer à voix haute qu'il va falloir que je me casse si jamais il est sélectionné pour le combat. J'imagine pas avoir le droit de rester là si je ne suis pas accompagné, ce que Limonde contredit rapidement. L'idée de regarder un de ses matchs en vrai me plaît bien, je vais pas mentir, mais le truc c'est que... Je sais pas trop ce que je ferais, autour. A part me planter dans un couloir et attendre, je veux dire. J'imagine bien sans qu'on me le dise qu'un Champion ça se pointe pas juste pour le match et ça repart comme c'est venu. Je crois que je préférerais largement venir le voir se battre un jour avec Rose et gueuler dans les gradins avec elle plutôt que de me retrouver tout seul au milieu de la foule, même en ayant été invité.
Appuyé contre la barrière du stade, j'essaye de pas trop regarder Aram car je me trouve beaucoup trop gamin à limite être en train de bouder à l'idée. C'est n'importe quoi, ridicule, et égoïste. Pas le bon égoïsme dont parle Rose, là, c'est juste tout nul. En plus, je sais pas comment lui répondre, alors je me suis contenté de hocher la tête, ce qui me conforte dans l'idée que je dois avoir l'air d'être en train de bouder. Insupportable !

- Elle a intérêt à le défoncer !, je rebondis sur le fait qu'il espère que Kalinka gagne son match afin que le challenger soit renvoyé chez lui vite fait, bien fait. Avec peut-être un peu trop de détermination dans la voix, ceci-dit, mais si ça peut faire oublier que je n'ai pas répondu à sa proposition de regarder le match, je prends. J'aimerais éviter d'expliquer que ça me fait penser à si j'allais au resto pour manger seul, et que pour moi regarder un combat tout seul en vrai bah... Bof. Je veux pas qu'il se vexe. Si elle y arrive pas je lui achève à coup de pieds ses pokémons, easy, j'ai déjà gagné contre un karaclée !, en vérité j'ai pas gagné du tout et Aram le sait, mais on va faire comme si. C'est complètement con ce que je raconte, mais ça me permet d'évacuer mon boudage en étant véhément envers... Envers la terre battue du stade puisque c'est elle que je regarde, j'imagine. En plus, c'est un peu drôle quand je me visualise le faire, ce qui me fait légèrement rire. J'évite d'y penser plus et de donner un contexte à l'image par contre : la foule dans les gradins, les agents de sécurité et la prison, je veux bien m'en passer !

Comme pour passer à autre chose, Limonde me montre l'endroit où il installe sa yourte. Je regarde comme si je pouvais la voir alors qu'il n'y a rien et que je n'ai aucune idée d'à quoi elle ressemble, et rapidement je suis curieux alors je pose les deux premières questions qui me viennent en tête. Outre les pures informations qui répondent à mes interrogations, j'apprends qu'il était en arrêt quand il a disparu des écrans. Rose m'avait pas dit ça, juste qu'on le voyait plus, et le lien avec cette histoire de scandale sur lequel j'ai pas cherché plus loin. J'aime pas obtenir des infos sur la vie de mon pote à travers autre chose qu'un être humain. Je suis curieux, évidemment, mais il ne s'arrête pas dessus et la conversation n'a rien à voir alors je vais pas demander. J'espère juste que ça s'est pas trop vu que j'ai tiqué... Bref, je préfère me laisser emporter par les informations sur la vie dans le désert, me convainquant que s'il le case comme ça dans une conversation, c'est que c'était pas trop grave. Mais un mois pendant l'arrêt quand même... Ce qui veut dire que ça devait être plus long... Hm. Non, stop j'ai dit ! Je me concentre sur Aram qui se caille le cul le matin, là !

- Ouais en plus ça doit sentir le béton ou un truc du genre quand il pleut ici..., moi, j'aime bien quand ça sent la terre, mais c'est pas en ville que je vais réussir à sentir ça ! Rose m'a montré une couverture avec des manches pour pouvoir la garder en se levant, t'aurais peut-être besoin de ça pour quand t'as froid le matin !, même si ça donne l'air sacrément con. Il gèle aussi dans le désert quand il fait vraiment froid ?

Pendant qu'on discute, je continue me balader sur les gradins, jusqu'à ce que l'intérêt de Rubis pour le stade me pousse à demander si on peut descendre sur le terrain. En demandant, je me suis retourné vers Limonde et ai remarqué qu'il avait un peu une sale tête, mais elle s'est barrée alors bon... J'imagine que ça va, même si j'ai l'impression qu'au final, lui aussi y a des trucs qui vont peut-être pas si forts que ça. Je brûle toujours de lui poser des questions, mais comme il m'a jamais rien demandé ou presque, ce pour quoi je le remercie, je respecte. Aussi, j'ai Rose dans la tête qui serait sûrement en train de me dire que, s'il me dit rien, tant mieux, car ça m'évite une charge mentale. Des paroles de connasse encore, mais qui ont malheureusement un peu de vrai.
Bon allez, le terrain !

Je suis à nouveau Aram jusqu'à des escaliers et cette fois c'est moi qui passe la porte en premier. La zone de combat se révèle devant moi, entourée par les gradins et la structure du stade qui me paraissent immenses, et moi si petit à côté... J'avance de quelques pas pour regarder autour de moi et prendre encore plus conscience de l'ampleur de la structure. Même Rubis est intimidé, il ne fait plus le fier, et semble marcher comme s'il respectait le sol qu'il est en train de fouler. Je suis tellement impressionné qu'il me faut quelques secondes pour remarquer que le pyrobut de Limonde est sorti de sa pokéball et est en train de courir partout. Je songe que je pourrais laisser Citrine apparaître, histoire qu'il puisse courir dans tous les sens aussi, mais comme il n'est certainement pas aussi discipliné il risquerait d'emmerder les membres du staff présents. Déjà qu'il y en a que j'ai l'impression qu'ils me regardent de travers, autant ne pas plus me faire remarquer. Peut-être est-ce ma parano ceci-dit car...
Je peux pas m'empêcher d'essayer d'imaginer ce que ce serait si les gradins étaient pleins, qu'il y avait le bruit, et tout ce que je vois à travers l'écran. L'angoisse. La. Plus. Totale. De ce que je visualise, c'est encore pire que sur une scène de coordination. Je m'en souviens encore bien, même si je n'y suis allé qu'une seule fois. C'était déjà horrible, d'être ainsi au centre de l'attention, avec autant de regards posés sur moi à attendre de juger ce que je fais... Même si l'aboutissant a été positif, puisque j'ai gagné, le moment sur la scène était difficilement soutenable. Honnêtement, je sais toujours pas comment j'ai réussi à y foutre les pieds.

- T'as quand même vraiment des couilles, … … Ah, je l'ai pensé à voix haute. J'ai un petit rire gêné alors que je croise les bras et j'évite de regarder vers le haut, comme si je cherchais à éviter le stade. En fait je peux pas m'empêcher d'imaginer le stade noir de monde, encore plus que dans le concours de coordination que j'ai fait et 'tin, pour moi c'est l'angoisse ! Et bon, t'en as fait ton métier donc forcément toi t'y arrives, mais en plus quand on te regarde t'as l'air de faire ça sans pression. Je sais pas comment tu fais !

Je regarde une nouvelle fois autour de moi, mais au niveau de mes yeux cette fois, jusqu'à poser le regard sur Rubis qui a l'air de me gronder dans sa posture. Evidemment, il s'est rendu compte que j'étais pas à l'aise et lui est mécontent car, pouvoir se battre dans un stade un jour est un de ses rêves. Ca continue de me donner l'impression que je suis un mauvais dresseur alors pour me défendre je lui balance :

- T'as pas le niveau de toute façon, tu vas te faire éclater !, ce qui ne m'arrange pas, en fait, car c'est bien de ma faute s'il n'a pas le niveau de réussir. Rubis me grogne dessus pour toute réponse, avec l'air de vouloir en découdre avec moi. Sauf que, si avant on pouvait faire la bagarre tous les deux, maintenant c'est plus compliqué. Du moins pas tant que j'aurais pas repris des forces. Je soupire et explique à Aram : Comme j'ai laissé mes pokémons à Rose pendant mon absence, elle les a un peu entraînés avec ses pokémons et autant pour la plupart c'était un exercice comme un autre, autant Rubis et Saph' ça les a trop motivés, sauf que... Bah même si j'avais le talent pour, je suis pas en état pour essayer actuellement. Je sais pas quoi faire avec eux quand ils se mettent dans ce mood.

Evidemment, parler de ça me fait me sentir quelque peu incapable. Au départ d'ailleurs, je me demande immédiatement pourquoi j'ai ouvert ma bouche, sauf qu'à la réflexion, je me dis que je m'adresse à une personne experte dans le domaine. Donc si quelqu'un peut me donner un conseil pour savoir comment calmer mes pokémons, ça doit bien être Aram.
Je n'ai aucune idée de quand je serai apte à essayer de mieux les entraîner, ni si j'ai vraiment envie de me pencher sur la question. Plusieurs fois déjà depuis que je suis rentré, je me suis dit que je pourrais les confier à Rose, mais ils ont été tellement content et pot de colle lorsqu'ils m'ont revu, que j'ai peur qu'ils aient l'impression que je les abandonne en les confiant à quelqu'un d'autre, ou que je ne veuille plus m'occuper d'eux. Rubis, surtout. Il fait le fier tout le temps, mais je crois que je l'ai jamais vu aussi content et câlin que quand je suis enfin sorti de cure. Il faut dire que la dernière fois je l'avais pris avec moi, alors ça a dû lui faire bizarre... Et à moi aussi. C'était la première fois qu'on était séparés aussi longtemps. Il m'a grave manqué. Je veux pas le confier à Rose...


Avatar ©️ 悠太
Revenir en haut Aller en bas

Aram Faathi

Aram Faathi
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/10/2019
Messages : 2114

Jeu 22 Sep 2022 - 11:49
Je souris et me marre quand Illia parle de son souhait de victoire de Kalinka. Le souvenir de son affrontement contre le Karaclée est pas flatteur pour lui, mais je comprends aisément qu’il n’a pas du tout envie de se retrouver seul, ce que je comprends aussi. Je n’ai pas non plus envie de le laisser se débrouiller seul ce week-end, surtout que je ne l’ai pas invité pour ça. Certes, ça me permettrait de jouer le p’tit con fier que je suis au fond, ça me ferait moins peur de recommencer les combats à la Ligue mais… Ce n’est pas fun non plus. Alors je croise les doigts pour que ça n’arrive pas et je fais confiance à ma nouvelle collègue pour envoyer le challenger au tapis dès demain.

La conversation dévie sur ma yourte et ça devient plus chill. Limonde se montre curieux et je lâche l’information concernant mon arrêt, ne sachant pas s’il est au courant ou pas. J’ignore totalement ce que Rose lui a dit, s’il a cherché à en savoir davantage via les réseaux sociaux ou les médias, voire les deux. Jusqu’à présent, j’ai cru comprendre qu’il ne cherchait pas d’informations me concernant sur le net, et d’un côté, j’apprécie. Au moins, je ne crains pas qu’il se mette à croire le bullshit médiatique qui est écrit sur mon dos. J’espère du coup qu’il ait continué sur cette idée… Et il ne me pose pas de question dessus ensuite. Peut-être qu’il est au courant, peut-être pas. Bah, je finirais bien par le savoir à un moment, quand on aura abordé les sujets sérieux… Ce qu’on n’a pas spécialement envie de faire, présentement.

« Ça pue un truc de ouf ouais. Je suis vraiment pas fan. » Ce n’est pas une surprise, de dire que je n’aime pas la ville de base, mais alors sous la pluie… C’est encore pire. « Il m’en faut une. » Je me marre, j’aurais sans doute l’air con si je venais à en porter une, mais tout ce qui me permet d’avoir chaud, je prends. Même si je pense que j’aurais un peu de mal à le supporter quand même, moi qui a trop l’habitude de dormir à poil et de ne pas supporter de vêtements pour dormir… Mais j’vais éviter de le dire à voix haute. « Ça peut arriver, surtout l’hiver. C’est la période que j’aime le moins d’ailleurs. » Autant dire que ce n’est pas vraiment surprenant.

Je laisse mon invité profiter, laissant la possibilité absurde à mon cerveau de se questionner sur mon niveau actuel. Face à ce stade, j’ai évidemment toutes mes craintes qui me reviennent en tête alors qu’en réalité, le seul de mes alliés qui me pose problème, c’est Bélial. Les autres sont au taquet, sans doute au même niveau désormais que lors de mon arrêt. J’ai déjà pensé qu’il serait peut-être nécessaire de le remplacer lors d’un affrontement – Ersulie pourrait bien s’en sortir, désormais – mais… Mon Dracaufeu a toujours été à mes côtés lors de combats. C’est un peu comme si j’envisageais un combat sans Sam à mes côtés, c’est… Inenvisageable ? Je ne sais pas comment dire, surtout qu’en prime, ça peut créer encore plus de merde si cette tête de mule se vexe d’avoir été mis à l’écart. Est-ce qu’il comprendrait mon acte ? Le pourquoi je fais ça ?... J’en doute fortement.

Heureusement, Illia me sort de mes réflexions en demandant si on peut se rendre dans l’arène, requête à laquelle j’accède volontiers. Ça me permet de mettre un stop à mes pensées, bien que je sache qu’une fois sur la terre battue, elles vont revenir avec encore plus d’agressivité. Mais, au moins, je peux profiter de voir Limonde découvrir le stade de l’intérieur. Je constate que même Rubis semble impressionné et ça me fait sourire davantage. Je profite du spectacle, moi aussi, mais ce n’est pas vraiment le stade que je regarde… Hum. Y a pas de grande chance que je me fasse pincer sur ce coup, mais faudrait que j’arrête. C’est mal, ce que je fais, mais en même temps j’arrive pas à m’en empêcher. Pour détourner mon attention, je fais appel à Ersulie qui part s’éclater rapidement, comme s’il se trouvait dans un stade d’athlétisme. Il prend soin de ne pas embêté les techniciens, sachant qu’il doit les laisser travailler tranquillement.

Les premiers mots qu’Illia prononce m’étonne et chasse efficacement toutes pensées de mon cerveau. Attends… Quoi ?! Je cligne des yeux, fronçant les sourcils et… Je l’entends rire nerveusement. Apparemment, ses mots ont dépassé sa pensée. Ça a le mérite de me faire rire bien que je n’étais pas préparé mentalement. Il m’explique le fond de sa réflexion et je comprends mieux ce qu’il bave.

« Ah ben je te rassure, à ma première Ligue quand j’étais challenger, j’faisais pas le malin quand j’suis rentré dans le stade. » Je me marre un peu. « J’faisais un peu le con mais c’était pour évacuer le stress. Parce que ouais, les premières fois, c’est intimidant. Même maintenant je sens encore le coup de stress quand j’sais qu’on va m’annoncer dans les secondes à venir. » Je m’avance un peu pour mieux observer le stade, les gradins. J’imagine la même chose qu’Illia et un léger sourire étire mes lèvres. « Mais une fois dans le stade… Tout le stress se tire. Je me laisse porter par l’effervescence du truc, toute l’adrénaline que ça me procure… Entendre un stade entier clamer mon nom, c’est un putain de boost d’égo. » Je me marre. Cette dernière remarque est celle d’un petit con, j’en ai conscience. Je lâche malgré moi un soupir, mélange de soulagement et d’inquiétude. Ça fait longtemps que je ne l’ai pas ressenti, ce sentiment-là. Après tout ce qui s’est passé… Est-ce que le public me soutiendra toujours comme il l’a fait avant ça… ?

Je me retourne, constatant que Rubis est complètement oppé pour un combat, ce qui n’est apparemment pas le cas de Limonde. Je ne désire pas me mêler de leur relation, mais Illia ne manque pas de m’expliquer son problème. Je me pince les lèvres, réfléchissant à la meilleure réponse possible.

« S’ils sont deux à vouloir en découdre, pourquoi pas les faire combattre l’un contre l’autre en auto-gestion ? » Comme il m’a parlé de Rubis et de Saph’, je me dis que ça peut être une idée. « Comme ça ils se dépensent et ils s’entrainent en même temps. Si tu veux faire venir Saphyr pour qu’ils combattent ici, tu peux. Sinon y a Ersulie qui peut être leur adversaire… » Je suis un peu songeur, avant de reprendre plus sérieusement. « Mais tu sais, ce n’est pas forcément une idée de talent où j’sais pas quoi. Pour beaucoup de chose ça va être l’entrainement quotidien qui va jouer. Et même si les pokémon feu et dragon ont ce tempérament violent où ils veulent se battre souvent, ils sont aussi sensibles à ce que tu ressens, toi. Même si des fois c’est des têtes de mule insupportables qui te font péter des câbles. » … Ok je me suis un peu gouré sur la fin. Je lâche un soupir alors que Sam aboie. « Désolé, c’est pas contre toi Rubis. Bélial me met un peu les nerfs à vif depuis que je suis revenu de mon arrêt. Je l’ai pas entrainé pendant un mois alors monsieur fait le vexé. Mais ça va lui passer. » Je suis assez confiant là-dessus, j’aimerai juste que ça prenne pas quinze plombes.

« Ce que je veux dire, c’est que c’est normal de pas être en accord avec la volonté de chacun. L’idée c’est de réussir à trouver un juste milieu pour les deux partis. »

… C’est un peu naze comme rattrapage, non ?



La visite du siècle Captur14 La visite du siècle Lrt6 La visite du siècle CYxzZVz La visite du siècle Heri10 La visite du siècle 3MLhT5h La visite du siècle PUpP1Ej La visite du siècle 6TXtooI
Codage T-Card par Aaron Sakuragi, un grand merciiii t'es la meilleure !  heart
Crédit avatar : ngt
Revenir en haut Aller en bas

Illia Aethelhelm

Illia Aethelhelm
Ethologue Unys

C-GEAR
Inscrit le : 01/07/2019
Messages : 916

Région : Unys
Sam 24 Sep 2022 - 11:50
Maintenant que j'ai l'occasion de me retrouver au milieu de ce stade, je suis frappé en pleine face par à quel point c'est différent de quand on le voit à travers un écran de télé. Plus qu'être immense, imaginer ces gradins remplis alors qu'on est en plein milieu devient complètement angoissant. Je repense à ce que j'ai ressenti lors du concours de coordination auquel j'ai participé, quand j'ai réalisé que j'allais devoir aller sur scène pour me faire présenter, puis jouer mon rôle dans la prestation, puis y retourner pour les résultats... Ici, vu la quantité de monde qu'on peut mettre sur les gradins, ce tourbillon d'envies de s'enterrer six pieds sous terre doit être multiplié au moins au centuple. Bien que je le savais déjà, je conclue rapidement que je ne serais jamais capable de faire ça à part peut-être en commençant par vomir sur les pieds de l'arbitre et de passer le reste de l'affrontement dans un état second.
Perdu dans mes pensées, et comparant l'état dans lequel j'imagine être avec ce que laisse transparaître Limonde quand il se bat dans ce même stade, je lâche une remarque qui ne veut rien dire par elle-même. Oups ! Rapidement, j'explique le fond de ma pensée, histoire de ne pas laisser Aram juste avec cette phrase sortie de nulle part. Au moins ma boulette a le mérite de le faire rire un peu. Evidemment, puisque j'ai exposé le mien, il m'explique son ressenti et vu l'évolution dont il me parle, j'imagine qu'une certaine habitude s'est installé à force de devoir ce battre dans ce genre d'environnement et de contexte un aussi grand nombre de fois.
J'ai également un rire lorsqu'il exprime ce qui pourrait être vu comme une sorte d'ego trip.

- Je me disais bien qu'y avait un truc comme ça pour toi !, non en fait j'en savais rien, ça me fait juste un peu rire de le souligner. Quoique, je sais pas si c'est encore d'actualité, mais à un moment il se marrait bien à m'appeler son « fanboy » à cause de notre première rencontre, donc peut-être que ça va avec cette envie d'être admiré. En même temps ça aurait été con que tu supportes pas ça vu le métier que t'as choisi !

De mon côté, comme dit, je sais que je serais incapable de le supporter. Quand j'étais gosse y a des moments où j'aimais être au centre de l'attention, je demandais que ça d'ailleurs vu que ma mère ne pouvait pas vraiment m'en donner. Même si cette attention je l'obtenais surtout en enchaînant les conneries. Parfois un peu grave, en plus... J'imagine que ça aurait été pire si la mère de Rose n'avait pas été là. Puis il y a eu ma fugue, et mon père qui ne m'a jamais cherché. Je n'avais aucune importance, même auprès de la personne pour qui je pensais en avoir le plus... Alors vraiment, qu'une foule d'inconnus ait les yeux braqués sur moi, que ce soit en soutien ou non, c'est même pas la peine d'y penser.

Je suis tiré de mes pensées par Rubis qui fait le petit con, comme d'habitude. Sauf que cette fois il est clairement en train de provoquer son monde pour espérer en découdre. Être dans ce stade le galvanise et lui rappelle sûrement à quel point il a envie, lui, de briller devant cette foule d'inconnus. Comme je sais que je n'en suis pas capable, je le tacle pour me défendre, puis explique à Aram un problème que j'ai avec lui et Saphir depuis que je les ai récupérés de chez Rose. Elle ne pensait pas à mal, mais avec ses entraînement elle me les a mis dans un mood que je ne suis pas vraiment capable de gérer. Même si je ne pose pas de questions, comme Limonde n'est pas un connard, je me doute qu'il va essayer de m'aider. Seulement, comme il ne connaît évidemment pas la situation dans laquelle je suis actuellement, j'ai peur qu'ils propose des choses dont je ne suis pas capable et bah... J'ai pas envie de juste lui dire non comme je l'ai fait au camping quand il tentait de m'aider, même si les problèmes n'ont pas la même échelle. Pour les aboutissants de ces précédentes problématiques, on ne peut plus vraiment me donner de conseils.
Pendant qu'il parle, je joue avec Rubis qui s'est approché de moi, espérant que ça lui suffise, en pressant mon poing contre sa gueule, ce qui le pousse à l'ouvrir et faire mine de me mordre. Il aime bien ça depuis qu'il est petit salamèche et ça lui fait pousser des petits grognements stupides. L'idée de les laisser combattre en auto-gestion pourrait être bonne, mais je me demande où je pourrais faire ça sans que ça pose problème... En ville, c'est compliqué, ou il faudrait que j'en sorte régulièrement pour les emmener dans la cambrousse et... Hmf. Je continue de l'écouter, tout en tentant en même temps de réfléchir à ce qu'il me raconte. Le problème c'est que ce que je ressens moi, je sais pas combiend e temps ça va durer, et puis dans tous les cas même si je les emmène se défouler entre eux dehors tous les jours, ça ne réglera pas le problème pour Rubis, et le constater est en train de m'agacer, sauf que Limonde n'y est pour rien et que je ne lui ai jamais parlé de mon passif avec mon starter donc de toute façon il ne peut rien en savoir et c'est donc complètement stupide de m'agacer... C'est fou comme même si j'essaye de raisonner le truc la sensation ne veut pas s'en aller.
Heureusement mon attention se détourne un peu car Aram glisse pour parler de son dracaufeu. J'ai envie de lui dire qu'il peut bien parler contre Rubis et se foutre de sa gueule, ce serait légitime, mais comme il me parle encore de ce fameux arrêt je m'abstiens de toute connerie. A la place je tente :

- Peut-être que tu lui as manqué et qu'il te le fait payer. Ca arrive à Rubis de me faire des trucs chiants comme ça, enfin après je sais pas comment son dracaufeu le voit, mais peut-être que pour lui l'entraînement c'était un moment de lien privilégié avec son dresseur. J'ai vu des trucs comme ça à la télé quelquefois.

Je n'en dis cependant pas plus, parce que je suis ignorant, et aussi ça me semble pas être le bon moment pour ajouter quoi que ce soit. Je suis toujours en train de réfléchir à ce qu'il m'a raconté et je ne peux m'empêcher de froncer les sourcils quand il ajoute son idée du juste milieu. Je suis encore en train de m'agacer... Qu'est-ce que j'avais décidé, déjà, pour gérer ça ?

- J'sais pas trop comment te répondre, mais c'est pas contre toi que je tire la gueule, ok ? C'est contre moi, la prévention, c'est ça que je m'étais dit pendant la cure. Comme j'ai déjà engueulé Rose plusieurs fois, c'était pas vraiment un succès jusqu'ici alors je suis content d'y arriver.

Rubis ne s'est pas calmé et il commence à un peu trop serrer la mâchoire pour ne pas laisser des traces rouges sur ma main alors j'arrête ce petit jeu. Je me suis déjà faire mordre et c'est pas le moment pour me retrouver avec le bout du croc d'un reptincel planté dans la paume. Je pousse un soupir agacé et me redresse, prêt à essayer de répondre aux suggestions de Limonde, quand mon regard se pose sur un des techniciens qui sont en train de travailler dans le stade... Au moins, ça va régler un des points :

- Je peux pas laisser mes pokémons se battre ici, y a du "public" et comme je suis leur dresseur... Voilà, j'ai fais les guillemets avec les doigts pour désigner les techniciens et je ne crois pas avoir réussi à ne pas paraître stressé, mais j'espère que je suis assez clair pour me faire comprendre. Dans un match on regarde les pokémons se battre, pas les dresseurs, mais au final c'est sur eux que se centre la majorité de l'attention. L'idée de l'auto gestion est bonne, je dis pas, mais pas là, je me rends compte que je suis au bord de spiraler vers toutes les considérations sur le fait de sortir de chez moi pour faire des choses si je ne suis pas poussé par quelqu'un d'autre, alors j'arrête ma phrase abruptement. Je n'ai pas envie de lui en parler ici. Si t'as un endroit où personne regarde, pourquoi pas... Même avec Ersulie s'il a envie, faudra juste lui demander de pas être trop violent j'imagine !

J'essaye de mettre un peu de positivité dans ma voix afin de ne pas paraître trop fermé, mais j'ai un peu de mal. La vérité c'est que je n'ai aucune envie de lancer mes pokémons dans un quelconque combat, car il faut tout de même les superviser pour qu'ils ne cassent pas tout, mais je ne peux pas jeter à la poubelle les besoins de mes compagnons par pur confort personnel... Ce que j'ai un peu trop tendance à faire.

- Mais Rubis reste un problème, je croise les bras et regarde par terre, fronçant à nouveau les sourcils. J'en viens au cœur de ce qui m'agace vraiment avec toute cette histoire et les suggestions de Limonde. Maintenant, il va sagir de ne pas expliquer n'importe comment. Tu dis qu'ils sont sensibles à ce qu'on ressens et qu'on peut trouver des compromis, mais 'fin... Il se passe quoi si ça veut dire qu'il y en a un des deux qui pourra jamais réaliser un rêve ou un truc comme ça ?, je cherche encore mes mots avant de reprendre : Mon père m'a offert Rubis super tôt, je devais avoir huit ans. C'était encore qu'un petit salamèche à peine sorti de l'oeuf, mais il avait déjà des étoiles dans les yeux quand je le prenais avec moi devant la télé pour regarder des matchs. Avec le temps, je me suis rendu compte que ce qui lui plaisait vraiment, plus que de se battre, c'était l'idée d'être un fier dracaufeu dans un stade. Et... Même en oubliant mes angoisses que j'avais pas à l'époque, bah pour être dans un stade faut être fort, c'est peut-être enfantin dit comme ça, mais c'est un fait. Je pousse un soupir avant de regarder Rubis, espérant qu'il ne pense pas que je sois désespéré de lui. On faisait déjà des petits combats contre les autres gosses, qui perdaient souvent car ils avaient des pokémons safe... C'est à dire qui pouvaient à peine lancer charge et pas cracher du feu. Mais quand j'ai vraiment réalisé quel était le rêve de Rubis, bah j'ai décidé qu'on irait dans un de ces stades et j'ai cherché à l'entraîner tous les jours... Ca marchait ! C'était déjà devenu un reptincel quand j'avais onze ans alors qu'il avait été entraîné par un gamin qui comprenait pas trop ce qu'il faisait. Puis depuis bah... Ca fait dix ans, c'est toujours un reptincel, et il n'est pas si fort, j'ai un peu honte de l'admettre et ça transparaît malgré moi dans ma voix. Je grotte le sol en terre du bout du pied, y faisant un trait, comme si ça pouvait détourner l'attention de ce que je suis en train de raconter. Quand je dois jouer mon rôle de dresseur en combat, c'est comme si on me foutait des œillères et que je voyais comme dans un tunnel. Du coup, j'arrive pas à soutenir Rubis et par conséquent lui apporter l'aide pour devenir plus fort dont il a besoin aussi. Le juste milieu ce serait sûrement l'auto gestion contre un autre de mes pokémons et de continuer à lui donner l'occasion de se battre en exploration, mais, même si à un moment il finit par évoluer en dracaufeu, ça veut dire qu'il réalisera jamais son rêve de stade.

Pfff, je me désespère moi-même en racontant ça. D'un côté, poussé par mon état actuel également, j'ai très envie d'aller vers ce juste milieu qui serait bien plus confortable et facile à gérer. Outre cette histoire d'entraînement, ça m'éviterait d'avoir à vomir sur les chaussures d'un arbitre.

- Tout ce à quoi j'ai réussi à le rendre bon c'est à donner de gros coups de poings, ce qui deviendra inutile s'il évolue vu la gueule des bras de dracaufeu..., je crois que je commence à me morfondre, il faut que je me reprenne. En plus, même si c'est vrai, c'est quand même sacrément ridicule ce que je viens de dire.

Je sens Happy s'agiter dans ma capuche, recevant certainement ma tristesse. Il faut que je me reprenne car je ne voudrais pas qu'il tombe, pas sûr que je sois capable de le rattraper si je le sens chuter alors qu'il est dans mon dos. Du coup, je pousse un nouveau soupir, essayant d'exorciser mon agacement envers moi-même qui ne doit en plus pas être agréable pour Limonde qui essayait de m'aider. J'ose regarder en l'air pour revoir les gradins, les imaginer plein de mondes, et faire à nouveau une grimace. Puis, je me force cette fois à penser à mon starter, pour tenter de conclure en expliquant pourquoi, tout ce que je viens de baver, je considère que c'est important :

- Je sais que c'est pas bien de faire du favoritisme entre ses pokémons, mais, tu vois, si pour les autres les forcer à ce genre de compromis ça pourrait m'aller, bah... Pas pour Rubis.

J'espère que dire ça ne va pas me faire passer pour un connard, car bizarrement je n'en ressens rien. Pourtant, c'est le genre de moments où je devrais être envahit par une forme de culpabilité, puisque ça arrive pour plein d'autres petites choses stupides. Sauf qu'à la place, je sens finalement un petit sourire étirer mes lèvres. Sûrement car constate que même si c'est chiant et que ça m'apporte plein d'émotions négatives, je veux du bien pour Rubis, alors qu'à une période, je ne voulais plus rien.


Avatar ©️ 悠太
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 1 sur 4) Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: QG Ligue 4-