» Welcome to the family

Aram Faathi

Aram Faathi
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/10/2019
Messages : 1922

Mer 27 Avr - 18:05
J’ai regretté.

Vraiment, tout le long du trajet, j’ai regretté d’être parti sans raccompagner Illia. Je me suis inquiété, au point que durant le trajet, j’ai failli me viander sévère. Distrait, je n’ai pas capté que ma prise sur ma Bruyverne diminuait et que j’étais en train de glisser… Heureusement qu’elle est agile parce que sinon, on aurait eu de la crêpe d’Aram ! Je ne suis pas sûr que ce soit particulièrement ragoutant… Puis même, je ne peux pas m’inquiéter pour mon ami et me tuer comme un crétin parce que je regrette trop de l’avoir rentré seul. Je me suis laissé convaincre, quand il a fait venir Kunzite auprès de lui. J’ai pensé que ce serait suffisant pour qu’il rentre en un seul morceau mais… Pendant que j’étais dans les airs, je me suis perdu dans mes pensées. Et même si j’aime bien la Mentali de Limonde, on ne peut pas dire que c’est un exemple de bravoure alors… Comment elle aiderait Illia, s’il venait à se faire agresser dans la rue, hein ?

Fort heureusement, j’ai fini par recevoir la fameuse photo de sa porte qui m’a bien, bien rassuré. Même si le message succinct qui accompagnait l’image m’a un peu gêné, je dois dire. Je me suis convaincu qu’il était fatigué, mais je n’ai pas pu m’empêcher de me demander s’il s’était arrêté pour se défoncer ou s’il habitait vraiment à une demi-heure de là où je l’ai laissé. Le débile que je suis n’avait même pas pris la peine de lui poser cette simple question. ‘Tain je suis vraiment teubé, quand je m’y mets. En tous les cas, savoir qu’il était chez lui a permis à mon inquiétude de se calmer. J’ai fait chier les autres passagers parce qu’évidemment, je suis arrivé en retard à l’embarquement, mais comme j’étais en première classe, ils m’ont attendus. Ça va, je n’avais que cinq minutes de retard… Mais je reste persuadé que si j’avais pris la classe éco, y avait zéro chance que l’avion m’attende. Ou alors ils ont vu le nom sur le billet. J’sais pas. Tout ce que je sais c’est que ça m’arrangeait d’être dans l’avion pour rentrer à Johto.

Enfin, arrangé. Sans surprise, Alice m’attendait au tournant et elle m’a évidemment affublé de plein de tâches pour rattraper mon « retard ». Pffff. Heureusement qu’avant d’embarquer j’ai eu le temps de souhaiter à Illia de passer une bonne soirée. Vu l’accueil, j’vais pas avoir beaucoup de temps pour lui écrire dans les heures à venir.



Ça fait trois jours que je suis rentré d’Unys. Illia me répond plus depuis notre sortie camping mais je ne m’inquiète pas trop. Enfin, un peu quand même comme il est en arrêt à cause de son bras, du coup il devrait avoir plus de temps, cependant je n’ai absolument pas envie de passer pour le pote relou qui s’inquiète pour un rien alors je n’insiste pas plus. Je lui ai juste envoyé une connerie sur laquelle je suis tombé à propos d’un Caninos qui se viande comme un abruti dans une piscine parce que ça me faisait marrer – en plus ça me fait penser à Gaziel quand il était petit -. Je n’ai pas eu de réponse, mais ce n’est pas grave. J’ai de quoi m’occuper l’esprit.

Comme je m’en doutais, Alice a chargé mon emploi du temps. Je me disais bien que c’était trop beau pour être vrai, qu’elle accepte comme ça mon congé sans contrepartie ! Maintenant elle me la fait à l’envers, elle me prévient même plus, elle fait. Bon, d’un côté ce n’est pas plus mal, ça m’a permis de ne pas penser au revers de la médaille pendant le camping, mais quand même. Ça sert à quoi que je fasse cette interview pour ce journal local à la noix que personne ne lit, hein ? En plus les questions sont d’un ennui… C’est relou. J’aurais même préféré qu’elle me foute un entrainement dans la tronche, même si au bout de ce marathon de trois jours, je commence petit à petit à accuser la fatigue. Je ne remercierai jamais assez Izy d’avoir proposé de se faire un repas tous les quatre, ce soir. Alice ne peut juste pas me refuser un repas avec mes frères alors j’vais en profiter à donf. Je reste sur place, on squatte même chez la nouvelle copine d’Izy. Ce qui veut dire que mon agente n’osera jamais se pointer à six heures du mat’ pour me sortir du pieu et commencer la journée. Demain, c’est grasse mat’ !

L’idée m’enjaille. Je suis curieux en plus de rencontrer cette nana. C’est la première fois que mon frère nous présente quelqu’un, c’est que ça doit être quelque chose, entre eux ! Ce n’est certainement pas comme mes histoires d’un soir, ou même celles de Malik. Même si, en ce qui me concerne… C’est le calme plat, depuis un petit moment, maintenant. Depuis que j’ai découvert mes sentiments pour Illia, tout simplement. L’idée de coucher avec d’autres gars ne m’attire plus… Parce que j’ai que lui en tête et que je trouve ça naze de baiser avec un gars tout en pensant à un autre. En plus c’est super perturbant étant donné que je sais que c’est mort, avec Illia. Il a quelqu’un. Du coup je culpabilise parce que son mec ne doit pas être hyper fan de savoir que je fantasme sur son petit ami. Et cela même si y a zéro risque qu’il l’apprenne un jour. Ni même Illia en fait. Mais j’sais pas, je bloque complètement.

Heureusement que Dieu a inventé le porno ! Ok je m’arrête là.

Pourquoi j’ai pensé à ça, d’abord ? Humf. Je sais très bien pourquoi, en réalité. C’est con à dire, mais depuis que je connais ma sexualité, je n’ai jamais été aussi longtemps… Inactif. Et ça me perturbe un peu, je dois dire. Ça me frustre aussi. J’essaie de me convaincre que sérieux, il n’y a pas de raison que ça me tape à ce point sur les nerfs, y a plein de gens qui vivent un désert sexuel dans leur vie et qui le vivent très bien. Je devrais être capable de faire pareil, non ? Parce qu’en plus je ne suis pas manchot donc bon. Ok j’ai dit que j’arrêtais.

Mais c’est l’autre aussi là, avec ces questions à la con. Ça fait au moins la cinquantième fois qu’on me pose les mêmes questions ; pourquoi la Ligue, comment j’ai fait, comment je suis fier et blah blah blah. Comme je réponds toujours même chose comme un robot, j’ai trop de temps pour réfléchir. J’ai proposé à Alice d’enregistrer mes réponses sur un téléphone et d’envoyer l’enregistrement aux médias. Ça nous ferait gagner un temps fou ! Mais non, elle s’acharne à ce que je rencontre les journalistes à chaque fois alors qu’ils n’ont rien d’original. La seule interview qui m’a fait délirer c’était sur une chaîne Youtube je crois, et seulement parce qu’ils me posaient des questions débiles comme « combien faut-il de Ramoloss pour changer une ampoule ? », ce genre de délire complètement barré qui a eu au moins le mérite de me faire rire.

Mon regard se pose sur mon phone ; l’heure du rendez-vous approche. Heureusement que l’entrevue a lieu à Ebenelle, sinon ce serait mort. Le temps que le gars prenne des notes, je cherche sur mon téléphone le trajet que j’ai à faire ensuite pour aller au restaurant : dix minutes. Ok, ça devrait le faire si je me tire maintenant. Aux vues du bruit de bouche agacé que m’adresse Alice, je comprends que je dois arrêter de trainer sur mon phone. Mais il est lent le gars pour prendre ses notes, c’est pas ma faute ! Je ne dois pas montrer mon impatience mais c’est plus fort que moi ; je serais dix fois mieux une fois posée en terrasse, profitant de l’apéro et de la présence de mes frères. Je dois faire une grimace parce que le type s’excuse qu’il a un problème avec son logiciel. Euh, comment dire… Je m’en bats les couilles.

Je me demande à quoi elle ressemble, cette Nina. Autant physiquement et mentalement. Tout ce qu’Izy a bien voulu nous dire, c’est son job ; tatoueuse. Je sais qu’il m’a jeté un regard empli de défi, quand il me l’a dit. Comme s’il s’attendait à ce que j’ouvre ma gueule. Mais j’vois pas trop pourquoi ; si ça lui plait, je suis qui pour la vanner d’abord ? Je n’aime pas les tatouages, c’est mon problème. Ce n’est pas comme si fallait que le job disparaisse parce que je n’aime pas un truc. Ce serait un tel bordel ! Et je ne suis clairement pas le centre du monde en prime donc bon… j’ai noté l’information. Et j’ai fais aucun commentaire parce qu’il n’y en avait aucun à faire. Tout simplement.

Malik a plus réagi que moi et ils ont échangés un regard complice. Je n’ai pas trop compris et j’ai essayé de faire comme si de rien n’était. C’est con de dire que je me sens jaloux, parce que je vois bien qu’ils sont plus proches l’un de l’autre qu’avant et que moi, avec mon job, je me sens un peu à l’écart. Je le savais que ça risquait d’arriver, puisque forcément, je passe beaucoup moins de temps avec eux. Mais quand même, ça me serre la poitrine. Je ne sais pas comment gérer ce sentiment. Peut-être qu’il faudrait que je leur en parle… Sauf que je ne le ferais pas, j’ai aucune envie qu’ils se mettent à culpabiliser alors qu’il n’y a pas de raison de. C’est juste moi, le débile qui a du mal avec ce changement. C’est à moi de le gérer.

Le journaliste a enfin fini, j’espère qu’il va enfin nous lâcher la grappe. Le faux espoir : il a encore cinq questions. Cinq. Putain. De questions. Avec tout le temps qu’il lui faut pour taper mes réponses. Au secours. Sortez-moi de là, par pitié.

Je serais jamais à l’heure.



Welcome to the family CYxzZVz Welcome to the family 3MLhT5h Welcome to the family PUpP1Ej Welcome to the family 6TXtooI
Codage T-Card par Aaron Sakuragi, un grand merciiii t'es la meilleure !  heart
Crédit avatar : 不落莲
Revenir en haut Aller en bas

Aram Faathi

Aram Faathi
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/10/2019
Messages : 1922

Mar 17 Mai - 20:00
C’était sûr ; je suis complètement en retard.

J’ai facile une demi-heure de retard, puisqu’on a fini pile à l’heure où je devais être de l’autre côté de la ville. Alice a bien remarqué que j’étais plus qu’agacé, ça doit être pour ça qu’elle m’a fait venir un taxi pour que je me rende à bon port. Elle s’est aussi chargée de clôturer l’entretien afin de s’assurer que le papelard qui sortira sur moi soit élogieux. J’essaye d’éviter de penser que ça me met mal à l’aise, tant je me suis montré désagréable sur la fin avec ce type. J’ai bien conscience que je suis censé passer pour un type sympa en toutes circonstances, mais là, il m’a vraiment gavé avec ses dernières questions. C’était quasiment les mêmes questions qu’il m’avait déjà posées, juste tournées différemment. Comment j’suis censé garder mon calme, dans ce cas-là ?

J’ai envoyé un message à Malik pour prévenir. Il m’a répondu qu’ils m’attendaient à table, alors. Ça me saoule car du coup, ça décale la réservation qu’ils ont faite au restaurant. Et ça me gave aussi parce que j’ai trop les crocs et que ça veut dire qu’on va manger plus tard que prévu. J’essaye néanmoins de calmer mon agacement ; j’vais rencontrer Nina pour la première fois, ce serait bien que je ne sois pas d’une humeur massacrante. Mes frères ont l’habitude, c’est souvent dans cet état que je les rejoins d’habitude d’ailleurs, mais au bout de dix minutes je me déride et je reviens à mon naturel. Sauf que pour une première rencontre avec ma peut-être future belle-sœur, ce serait un peu dommage qu’elle me prenne pour un connard…

Remarque, comme je suis en retard, c’est peut-être déjà ce qu’elle se dit.

Mon stress ne redescend pas, dans le taxi. Je recommence à me ronger les ongles, sans m’en rendre réellement compte. Mon pouce est sans doute celui qui morfle le plus. Je me mets bêtement à saigner et la douleur me fait grogner. ‘Tain mais le con, pourquoi je stresse, en fait ? Je rage brièvement, fatigué par mon propre comportement. Le chauffeur me regarde du coin de l’œil et je me retiens de lui balancer de regarder la route plutôt que de me mater. Il ne devrait pas être étonné que je sois de la Ligue ni être un fanboy. Je n’ai pas besoin de ça, maintenant. C’est connard comme façon de penser, mais j’ai envie d’un peu d’intimité. C’est usant, à force. J’essaye de comprendre pourquoi rencontrer cette femme me met dans un état à la con, quand je réalise que c’est surtout le stress de la journée qui ne veut pas se barrer. C’est complètement con putain. Avec, malgré moi, l’idée que si le chauffeur m’a réellement reconnu en vue de comment je me comporte actuellement il doit me prendre pour un bâtard qui n’échange même pas les politesses de base.

Il me dépose au coin d’une rue, je le remercie quand même – pour essayer de rattraper -, vise ma casquette sur mon crâne, puis je me tire. Il sera payé par la Ligue, j’espère juste qu'il est au courant et qu'il ne va pas me prendre la tête pour que je le paye tout de suite. Ça va, il ne me court pas après mais il ne part pas non plus. Il cherche à savoir où je vais vraiment, en fait ? Je sens mon corps se raidir ; j’ai toujours du mal avec les images volées, depuis l’histoire de l’autre fois. J’espère qu’il n’est pas en train de me filmer où je ne sais pas quoi. Les gens sont chelous et ils sont capables de faire des trucs qui échappent totalement à ma compréhension. Du coup, au lieu d’aller au restaurant tout de suite, je bifurque dans une ruelle pour être à l’abri des regards. Je m’arrête, je constate qu’il ne me suit pas. … Qu’est-ce que je viens de faire, au juste ? Je suis ridicule, putain. Ça me rajoute une couche de stress bêtement et j’appelle Samaël à mes côtés. Comme il ne pouvait pas rentrer dans la voiture, je n’avais pas le choix que de le renvoyer dans sa pokéball.

Il est content de sortir, même si je suis un peu surpris qu’il ne l’ait pas fait de lui-même comme il le fait à chaque fois. Je le caresse un peu pour me calmer. Je crois qu’il sent la boule de nerfs que je suis, au point qu’il me lèche la main pour me déstresser. Ça ne marche pas vraiment, je dois avouer, mais je n’ai pas envie de lui faire subir le flot d’émotions qui me submergent. Je me sens tellement con en prime, de ne pas réussir à maîtriser correctement mes émotions, surtout que si je continue comme ça, j’vais bêtement partir en crise et j’aimerai éviter. Faut que je retrouve rapidement mes frères, vite.

Ma petite escapade dans la ruelle fait que je mets deux bonnes minutes à comprendre où je suis et par où je dois passer. Je localise le restaurant, mais de l’extérieur je ne les vois pas. J’espère que je ne me plante pas d’endroit, comme en prime j’ai toujours ma casquette et Sam à côté de moi quand j’entre. Je dois ressembler à un mec trop chelou et pas fréquentable mais au fond, je m’en fiche. Au moins on me fout la paix dans la rue, j’espère que ça va continuer. Le serveur me regarde bizarrement, sauf que je ne ferais pas l’effort de me découvrir pour l’instant. Je balaye la salle du regard et merci Rhalgr, je repère Izy qui lève la tête vers moi et me fait signe. J’imagine que la nana à côté de lui est Nina. Elle est jolie, c’est bêtement la première pensée qui me traverse l’esprit. J’ignore le serveur et me dirige directement vers leur table, m’asseyant, ou, plutôt en me laissant lourdement échouer sur la chaise à côté de Malik.

« Longue journée ? »
« T’as pas idée. »

Malik a un petit rire. Moi, je laisse échapper un long soupir. Je suis arrivé à bon port, je suis en repos, je ne bosse plus alors ouste les pensées liées au taff ! En plus je suis avec mes frères donc c’est forcément que je suis bien. Plus de raison de stresser… Ah merde ! Je me redresse, réalisant que je n’ai même pas laissé le temps à Izy de faire les présentations. Et je suis là à m’étaler comme un Grotadmorv, tu parles d’une première rencontre !

« Pardon. Euh. Enchanté, Aram. » J’en perd mon commun tiens. Elle ne semble s’en offusquer, riant même légèrement.
« Je sais qui tu es. Mais enchantée aussi. »

Je devrais lui sourire pour lui rendre le sien. Mais bêtement, je me renfrogne et mon frère tique, forcément.

« Un problème ? » Le ton est plus sec qu’à l’accoutumé. Je ne peux pas m’empêcher de trouver ça mignon qu’il défende comme ça sa petite amie.
« Non c’est juste que… » Je lâche un long soupir. « J’aimerai bien, que genre pendant aller quoi, une journée, tout le monde oublie qui je suis. »
« Même nous ? »
« Sois pas con. Pas vous bien sûr mais… Le reste. »
« Après tu sais, moi je sais qui tu es parce que tu es le frère de mon petit ami, surtout. »

Je cligne des yeux. J’ai l’air d’un con autocentré et mégalo, maintenant. Yes, best introduction de ma personne ever. Je reste coi, ne sachant quoi dire à part la regarder. Elle a un regard sévère et… Merde elle est sérieuse. Ou pas en fait, puisqu’elle se met à rire d’un coup et ça me surprend. Je vois Izy rouler des yeux – tiens il ne le fait pas qu’avec moi finalement – et elle reprend :

« Excuse-moi, c’était une petite blague. Je crois que je suis aussi un peu nerveuse, je ne m’attendais pas à ce que tu sois… De mauvaise humeur. »

Je grommelle quelque chose qui ressemble à « j’aime pas être en retard », mais j’assume pas trop pour le coup. Je me sens assez nul de lui avoir offert ce genre de premier contact. Je ne sais pas comment je suis sensé faire pour me rattraper. Faudrait que je sois d’humeur plus enjouée. Faire semblant, je sais faire en général. Je n’ai pas trop le choix au boulot, faut bien que je paraisse présentable même quand je n’ai pas le moral. Seulement, avec ma famille je trouve que c’est… Naze à faire. Je n’ai pas envie d’être faux avec eux. Je rencontre déjà des difficultés à le faire dans ma vie professionnelle, ce n’est pas pour continuer à jouer la comédie. Surtout avec mes frères. De toute manière, ils ne sont pas dupes. Ils échangent un regard, repose leur attention sur moi.

« Il s’est passé quelque chose ? »

J’affiche une moue. Nouveau soupir. Je sais que je suis idiot, je le dis quand je leur réponds. J’explique ce qui s’est passé avec le taxi, puis je relativise avec le fait que ce n’est pas si différent des paparazzis, finalement. C’est quotidien et ce ne serait pas la première fois que je découvre dans un magazine une photo de moi dont j’ignorais totalement l’existence. Je me sens un peu mal de parler de ça devant Nina, puisque c’est la première image qu’elle va avoir de moi ; un gars minable qui se plaint de sa notoriété. Super. Mais en vrai… Les paparazzis, je sais qu’ils ne vont pas m’approcher de trop près. Pourtant même si c’était le cas, je serais capable physiquement de les envoyer paitre. Même si Alice péterait un câble si je venais à frapper un autre gars et que surtout, il y ait des photos pour le prouver. …

« ‘Fin bref, laissez tomber. Je suis juste saoulé ; ça va passer. »

Une bonne petite conclusion qui fait que tout ça n’a servi à rien, si ce n’est d’évacuer un peu ce stress que je n’arrive pas à identifier. Ça m’a fait un peu de bien, je crois. On est interrompu par le serveur qui nous ramène nos boissons et je bug un peu ; je n’ai pas pris de commande. Malik m’informe qu’ils ont commandés pour moi et qu’ils ont demandés à ce qu’on soit servi une fois que je serais arrivé. Je… Suis un peu touché quand même, qu’ils m’aient attendu pour trinquer. J’ai un petit sourire, on lève touts nos verres et je porte cette bonne bière fraiche à mes lèvres. J’en descend presque la moitié d’une traite mais bordel, ce que ça fait du bien.

Ok, maintenant il va falloir rattraper ce début de rencontre foireuse.




Welcome to the family CYxzZVz Welcome to the family 3MLhT5h Welcome to the family PUpP1Ej Welcome to the family 6TXtooI
Codage T-Card par Aaron Sakuragi, un grand merciiii t'es la meilleure !  heart
Crédit avatar : 不落莲
Revenir en haut Aller en bas

Aram Faathi

Aram Faathi
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/10/2019
Messages : 1922

Ven 27 Mai - 14:55
« Tu cherches à te saouler la gueule ou quoi ? »
« Pas vraiment, mais je peux le faire sans problème. »

Maintenant qu’il m’a mis cette idée en tête, j’ai presque envie de le faire. Bourré, peut-être que mon stress se dissiperait totalement et que j’obtiendrais ainsi la quiétude à laquelle j’aspire. J’avoue, c’est tentant à mort mais quand je croise le regard d’Izy, je comprends qu’il aimerait que j’évite. C’est la première fois que je rencontre sa petite amie, j’imagine qu’il aimerait éviter que je passe pour le saoulard de service… Alors que ce n’est même pas vrai, en plus. Je bois plus aussi souvent qu’avant. En même temps, j’assimilais assez facilement boissons avec aventure d’un soir donc… Plus d’aventure, plus d’alcool. C’est assez logique.

« Du coup… » J’essaye de me rattraper, réfléchissant un peu bien que je sache d’avance que ça ne va servir à rien. « Vous vous êtes rencontrés comment, tous les deux ? Izy est tellement cachotier sur sa vie amoureuse que je ne connais même pas toute l’histoire. »

Mon frère me lance un regard, j’ai, l’espace d’un instant, l’impression d’avoir fait une nouvelle bourde. Comme s’il m’avait déjà expliqué et que j’avais oublié. Je cherche dans ma tête mais rien ne vient, je réalise alors que c’est plus l’idée du cachotier qui l’a dérangé. Mais eh, je ne fais que dire la vérité ; quand ils ne faisaient qu’échanger des messages il ne nous a rien dit. Je ne sais même pas depuis combien de temps ils sont ensemble, c’est dire ! Mon regard s’attarde sur Nina qui affiche un sourire amusé en regardant Izy.

« Isaac a d’abord été un de mes clients. Je suis tatoueuse. » Oui, ça, je m’en souviens. « Normalement, je dresse un mur entre les clients et moi, étant donné que ce n’est pas rare que je me fasse draguer. Malik peut en attester je crois. »
« Elle a été insensible à mon charme, malheureusement pour moi. »

Nouveau regard d’Izy. C’est moi ou y a une pointe de jalousie, dans ce regard ? Remarque, ce ne serait pas tellement étonnant qu’il le soit, jaloux. De ce que je sais de sa vie intime passée, il aurait toutes les raisons de l’être… Même si je ne partage pas ce sentiment et que je le trouve assez détestable pour l’avoir subi beaucoup trop longtemps. Cependant, je n’ai aucune envie de penser à Derek pour l’heure et je suis plus confus qu’autre chose. Comment ça, Malik a essayé de la draguer ? Ça doit se voir à ma tête que je ne comprends pas vraiment, puisqu’elle se met à rire et m’explique la situation. Ah ok ! Malik était avec Izy le jour où il a voulu la consulter pour son tatouage. Mes yeux louches sur le bras de mon frère et je constate qu’effectivement, il est plus recouvert d’encre qu’avant. J’acquiesce silencieusement, avant que Nina s’adresse de nouveau à moi.

« Dis, je me demandais justement. Isa m’a dit que tu n’aimais pas les tatouages… Je peux savoir pourquoi ? »
« Parce que c’est indélébile. » Du tac-o-tac, je m’attendais à cette question.
« C’est possible de les enlever au laser tu sais. »
« Ouais comme ça ta peau elle douille bien comme il faut et tu peux même plus te foutre au soleil, bonne idée. Ne va pas me dire que ta manchette-là elle s’enlève facilement au laser, j’te crois pas. Je préfère l’éphémère, quitte à s’inscrire quelque chose sur la peau. »

Peut-être suis-je de mauvaise foi, mais clairement c’est quelque chose qui me rebute pas mal. Je m’attends à ce que Nina me balance de nouveaux arguments contre ce que je viens de dire, mais une fois encore, le serveur nous interrompt pour prendre nos commandes. Je n’ai même pas regardé tiens ! Mais ça va être vite fait ; j’ai envie de gras. Alors hop, je me prends une entrée plat desserts, de la viande et des frites, un peu de légumes pour la conscience et une fois que tout le monde a choisi, le serveur s’en va.

« D’ailleurs, l’étoile que tu as sur la joue, c’est joli mais… C’est un tatouage ou du maquillage ? »
« Un tatouage. » Ça me perturbe un peu depuis que je l’ai vu. En plus, j’avais souvenir que ce n’était pas une bonne idée de se tatouer dans le visage.
« Ça veut dire que quand t’auras quatre-vingts piges tu l’auras encore sur la joue ? »
« Je serais une mamie rock’n’roll ! » Elle me fait ce mouvement de métal avec ses doigts, riant à sa propre bêtise. Ça me fait rire aussi, je l’avoue et l’ambiance se détend. « Mais Isa me disait que tu as aussi un tatouage… »
« Yep, où personne ne le voit et où il n’est jamais exposé au soleil. Un tatouage qui a bien failli m’attirer de grosses emmerdes, soi-disant passant. »
« T’as qu’à faire plus attention aux mecs que tu te tapes. »

Mes traits s’étirent dans un rictus amer. C’est rare qu’Izy me balance ce genre de remarques à la gueule, lui qui n’aime pas parler sexualité. Je sais qu’il a raison néanmoins, mais étant donné que Nina n’est pas au courant et qu’elle a l’air intriguée par cette histoire, j’aurais aimé qu’il s’abstienne. Je bois un coup, finissant ma bière et fait signe au serveur de m’en servir une autre. A voir combien je peux en enchainer, même si ce serait bien qu’on mange un peu, histoire de me caller l’estomac. J’ébouriffe mes cheveux, avant de soupirer.

« Faudrait déjà que je m’en tape, des mecs. En ce moment c’est le calme plat. »

Je vois au visage d’Izy qu’il s’agace et j’affiche un petit sourire satisfait. Il ne pensait pas que je lui suivrais sur ce terrain, peut-être ? Tant pis pour lui. Ça ne me dérange pas que sa petite amie soit là. J’entends Malik ricaner à son tour et ça me rend davantage fier. S’il s’y met lui aussi, on peut facilement gêner Izy pendant les heures à venir.

« Tu dois avoir du succès pourtant non ? Outre le fait que tu es maitre de la Ligue, bien sûr. T’es mignon et athlétique, ça devrait être facile pour toi de conclure. »

Je ne peux m’empêcher de soupirer. Elle n’a pas tort, bien au contraire. En fait, j’essaye surtout de ne pas m’agacer avec le regard qu’Izy lui a jeté. Genre mec sérieux, y a zéro chance que je saute sur ta petite amie. Je crois qu’elle a pigé d’ailleurs que je m’en fiche totalement des femmes et c’est peut-être pour ça qu’elle se permet de me dire ça. C’est plus le fait qu’effectivement, si je voulais, je le pourrais facilement et cela même si je suis un gros nul pour draguer. Si c’est juste pour un coup d’un soir, ça suffit largement. Sauf que…

« D’ailleurs en parlant de ça. » Je fronce les sourcils, je sens venir la connerie de la part de Malik. Il me regarde dans les yeux, un sourire malicieux aux lèvres. « C’était comment, ce tête-à-tête avec Illia ? »

ÉVIDEMMENT. Il fallait qu’il me pose la question de but en blanc et il fallait que moi, bêtement, je me mette à rougir comme un débile. Pourquoi ? Surtout que ça lui donne des idées à cet abruti qui est encore plus fier de lui.

« Oh ? T’as un petit ami ? »
« Ce n’est pas mon petit ami. Il… Il est déjà en couple. » Petit pincement au cœur. Je commence à avoir l’habitude de le sentir, celui-ci. « C’était juste une sortie camping. Arrête de balancer des trucs comme ça, je ne couche pas des gens casés moi ! »

Mon frère rigole un peu plus. Je sais que lui, ça ne le dérange pas plus que ça et c’est un truc que je n’arrive pas à comprendre. Je trouve ça tellement déplacé… ! Jamais je n’imposerais ce genre de blessure à qui que ce soit. Encore moins à Illia. No way. Le risque de le perdre est trop important. Penser à lui me fait regarder mon portable, réalisant qu’il ne m’a toujours pas répondu. Ça fait trois jours seulement, faut que je calme ma paranoïa. Je suis débile. Mais, en même temps, je revois son visage en larmes et… Je me sens envahi par une profonde tristesse. Est-ce que j’ai au moins un peu aidé, ce week-end, à soulager, même brièvement, sa peine ? J’ai l’impression d’avoir servi à rien, au final. Je ne lui ai pas donné le moindre conseil. Avec le recul, j’aurais peut-être pu dire quelque chose, mais étant donné que j’ignore toujours tellement de choses à son sujet… Même après coup, je ne sais pas ce que j’aurais bien pu lui dire.

« Ça s’est si mal passé que ça… ? »

Je relève la tête. Je me suis perdu dans mes pensées, j’imagine que ma soudaine tristesse s’est dessinée sur mon visage, pour qu’Izy y réagisse. J’ai les épaules basses, le regard perdu sur mes mains.

« Ça… Ça ne va pas fort pour lui en ce moment. Ça m’inquiète. » J’hésite. J’ignore si Nina est quelqu’un de confiance. Après si elle est en couple avec mon frère, c’est que ça doit être le cas. J’espère vraiment qu’elle ne va pas baver, même si je ne vois pas à qui elle pourrait raconter ça. « A la base c’est un ami à moi. Puis le temps passant, j’ai commencé à ressentir… Davantage d’attirance pour lui. » Je lui explique quand même la base histoire qu’elle comprenne la situation. « Mais comme dit, il est en couple et je me déteste déjà assez de désirer quelqu’un de caser. » Je sais que Malik n’est pas d’accord avec moi mais il s’abstient de tout commentaire pour le moment. « Bref. J’vous avais dit que son message pour qu’on se voit m’avait un peu paniqué. Eh ben… C’était justifié. » Je leur raconte l’histoire. Celle où Illia m’a rapporté sa situation compliquée avec son mec, ses larmes crève-cœur. Le dire à voix haute à d’autres personnes me fait penser que j’aurais peut-être dû garder ça pour moi. Mais… C’est mes frères. Vu ce que ça provoque chez moi, je crois aussi que j’ai besoin d’extérioriser tout ça. En théorie, il n’y a pas de risques qu’il apprenne un jour que j’ai raconté cette histoire privée à ma famille… En théorie.

« Je ne sais pas comment faire pour l’aider. Je n’ai pas trouvé les mots pour le consoler... »
« T’as été là pour lui, c’est déjà bien. » Je ne m’attendais pas à ce que ce soit Nina qui me réponde, mais ça ne me dérange pas vraiment. « Les histoires de couple en général, c’est compliqué. Et quand on vient à raconter nos déboires à des amis, on n’attend pas que les personnes en face donnent une réponse qui va tout arranger. » J’ai froncé les sourcils, je ne suis pas sûr de tout comprendre. « Ce que je veux dire, c’est que se confier à quelqu’un d’extérieur ça peut faire du bien pour mieux voir la situation, ou simplement sortir des choses qu’on ne dira jamais à l’autre sur le coup de la frustration ou de la colère. Perso’, ça m’insupporte les amis qui se permettent de commenter ou de me donner des conseils en ce qui concerne ma vie amoureuse quand je me confie à eux. »
« Et quand c’est la famille ? »
« Même remarque. Vous êtes prévenu, si l’un de vous deux essaye d’influencer Isa sur notre relation, j’vous fait une tête au carré. »

Ça me fait un peu sourire, j’avoue. Elle a clairement du caractère et j’aime bien. Je comprends ce qu’elle veut dire et je suis assez d’accord avec son point de vue. Je me demande si c’est le cas aussi pour Illia… Et qu’il m’a trouvé trop nul dans ma tentative de consolation.

« Après… S’il y a de l’eau dans le gaz entre Illia et son mec, c’est plutôt bon signe pour toi. »

Long soupir.
J’étais sûr que Malik allait dire ça.



Welcome to the family CYxzZVz Welcome to the family 3MLhT5h Welcome to the family PUpP1Ej Welcome to the family 6TXtooI
Codage T-Card par Aaron Sakuragi, un grand merciiii t'es la meilleure !  heart
Crédit avatar : 不落莲
Revenir en haut Aller en bas

Aram Faathi

Aram Faathi
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/10/2019
Messages : 1922

Mar 31 Mai - 19:11
« Tu as déjà été amoureux ? »

Je redresse la tête et m’aperçois que Nina s’adresse à Malik. Comme je suis à sa droite c’est un peu relou, je ne vois pas bien son expression faciale, tout ce que je vois, c’est son cache-œil. Habituellement on se place de telle façon que ce ne soit pas gênant, j’sais pas pourquoi cette fois-ci il s’est installé comme ça. Bref.

« Non. Mais de toute façon, quand je vous vois souffrir comme ça, ça ne me donne pas envie de l’être. »
« Je suis heureux moi. »

Je crois que c’est sans doute la réponse d’Izy qui me marque le plus. Le fait que Malik n’a jamais été amoureux ne me surprend pas le moins du monde, vu comme il me parle toujours de ses conquêtes, j’ai rapidement compris qu’il n’y avait jamais rien eu de… Mental, si je puis dire. Ou de sérieux, surtout. Toutes ses histoires n’en sont pas réellement, c’est essentiellement basé sur le physique. Et si ces dernières années j’étais dans la même optique que lui dans mon mode de vie, aujourd’hui c’est… Différent. Ces dernières années, je n’ai surtout pas trouvé « la » personne qui me faisait vibrer. Et maintenant que c’est le cas, il fallait forcément que ça soit compliqué. Mais pour le moment, ce qui attire surtout mon attention, c’est l’expression sereine qu’affiche Izy et le sourire empli de fierté qui étire les traits de Nina. Je crois que c’est la première fois que mon frère se montre de cette façon face à nous. Je ne connais pas toute l’histoire, mais il me semble qu’il a été pas mal traumatisé par la première femme qui lui a volé son cœur alors… Je suis hyper content de le voir comme ça.

« C’est… Sérieux entre vous ? »
« Évidemment. »

Ça coule de source et ça me fait afficher un sourire radieux. Je suis beaucoup trop content pour lui, pour eux même j’ai envie de dire. Je m’en doutais un peu puisqu’il ne nous avait jamais présenté personne, donc forcément, il fallait que Nina soit une personne spéciale. Je ne sais pas pourquoi mais quand je les vois là, face à moi, j’ai l’impression que leur histoire est faite pour durer une éternité. Et je suis tellement ravi que ça a dissipé ma tristesse.

« Je dirais que quand on aime quelqu’un d’un amour sincère, ce que l’on souhaite avant tout c’est le bonheur de l’autre. Même si cela signifie que ce n’est pas à nos côtés, ça fait mal certes mais... » Elle ne finit pas sa phrase, ayant un regard que je qualifie de désolée à mon attention.
« C’est très romanesque comme façon de penser. » Ce n’est pas une grande surprise de découvrir que Malik ne comprend rien au romantisme. Il ne l’a jamais été et je pense qu’il ne le sera jamais.
« Moi j’aime bien, je suis assez d’accord avec elle. Du coup… J’aimerai vraiment que ça s’arrange entre Illia et son mec. C’était facile de voir à sa façon d’être qu’il est raide dingue de lui… »

L’admettre me fait mal et ma voix s’éteint un peu. Je sais que c’est ce que je pense et je vois Nina acquiescer, mais ça ne m’empêche pas, effectivement, d’en souffrir. Je me sens un peu naze d’ailleurs de ressentir ça… Parce qu’au fond réellement ce que je veux, c’est qu’Illia soit heureux. Et clairement, ce n’est pas le cas actuellement.

« Tu es donc un romantique Aram ? Je ne l’aurais pas pensé. »

Je ne peux m’empêcher de rougir bêtement et ça suffit pour amuser Nina. Je me doute qu’elle fait ça pour détendre l’atmosphère et éviter que je me perdre trop dans mes pensées. J’apprécie, mais si elle pouvait éviter de sous-entendre que je ne suis pas le « genre » à être romantique, ça m’arrangerait. Je comprends pas du tout cette façon de penser ; pourquoi être romantique serait un défaut ? Parce que oui, je suis ému quand on me raconte une histoire d’amour qui se finit mal ou même qui se finit bien d’ailleurs. Je regarde peu de films, mais je sais déjà que quand je pourrais me poser un peu quand le dragon me laissera du temps pour, j’ai quelques noms de films culte que j’aimerai bien voir. Je suis certain que je vais être une putain de madeleine à la fin, mais j’aime bien. Je ne saurais pas dire comment.

Même si bon. Peut-être que je ne l’assumerais pas devant tout le monde. Si je dis à Illia que j’ai trop envie de voir Titanic, je suis convaincu qu’il va se foutre de ma gueule.


Au final, on a pas reparlé de mes sentiments pour Illia. Les sujets de conversation ont été divers et variés, c’était vraiment cool. On a esquivé le sujet de la Ligue comme on pouvait aussi, histoire de ne pas me faire penser au boulot. Malik nous a fait tout un exposé sur l’art du katana qu’il maitrise et perfectionne depuis notre yondhai. Je trouve ça très stylé mais moi, si on me fout un sabre entre les mains, je suis seulement capable de me scalper alors… On va éviter, hein. On a bien bien mangé, sans surprise Malik et moi ont été les derniers à finir sous le regard étonné de Nina. Ah ben ouais, on ne dirait pas comme ça mais on est deux gros goinfres ! Je crois qu’elle ne s’attendait pas à ça.

Quand on sort du restaurant, j’ai un gros coup de barre. Je stone un peu, me servant de Sam comme d’un tuteur pour réussir à tenir debout. Après le dessert, je me suis senti acculé d’une profonde envie de dormir et je ne peux m’empêcher de bailler à m’en décrocher la mâchoire. Ce n’est pas trop grave, comme Nina travaille demain, c’était prévu qu’on se sépare après le repas. J’ai hâte de les revoir tous les deux en tout cas ! Ils sont mignons à s’éloigner comme ça, main dans la main. Je… Je les envie un peu, j’avoue.

« T’es à quel hôtel ? »
« J’sais plus. Le même que le tien. »
« Sérieux ? »
« Non, mais je m’en fous. Je n’ai pas envie de retourner à l’hôtel où je devrais. Je dors avec toi ce soir, si t’as pas peur de te prendre de nouveau des kicks ! » Malik rigole à ma connerie.
« Ça ne risque pas de te mettre en retard demain matin ? »
« Si. Mais est-ce que je t’ai déjà dit que je m’en foutais ? »

Je sais que c’est nul de m’en foutre de mon rêve. Mais au fond, j’ai toujours cette envie de faire un break et j’ai zéro envie de revoir Alice. En plus, j’ai la possibilité de passer plus de temps encore avec mon frère alors j’veux en profiter. C’est assez rare qu’on ne soit rien que tous les deux ; d’habitude, il y a toujours Izy avec nous. Et quant bien même notre frère serait présent, ça fait une éternité j’ai l’impression qu’on ne s’est pas vu. Je sais que j’ai souvent cette sensation. En vrai… J’ai peur de ne plus l’avoir. Si je m’habitue à ce que je les vois bien moins, est-ce que ça vaut dire qu’on va se perdre de vue de plus en plus… ?

Malik se met en route et m’attend pour que je le rejoigne, ce que je fais rapidement. Son hôtel n’est pas loin apparemment alors on peut y aller à pied. Il fait assez frais ce soir, ça a au moins le mérite de me réveiller un peu. En même temps, je trouve ça bizarre que mon frère se montre si peu… Bavard ? D’habitude, c’est un vrai moulin à paroles. Ou plutôt, je devrais dire qu’on est deux moulins à paroles. Il marche un peu en retrait par rapport à moi et je me retourne pour le regarder, le surprenant apparemment dans une réflexion intense. Je n’aime pas trop l’expression qu’il affiche.

« Ça va… ? »
« Oui, t’inquiètes. C’est juste que… » Il y a bien un truc, donc. Je n’ai pas l’habitude de devoir lui tirer les vers du nez comme ça. J’arrête de marcher, pour lui laisser du temps. « Je suis désolé. » J’arque un sourcil ; s’il a switché sur du saharii, ça doit être parce qu’il ne souhaite pas que quelqu’un d’autre le comprenne. Seulement, je ne comprends pas pourquoi il s’excuse, exactement. Face à mon air ahuri, il soupire, avant de reprendre. « Pour ce que j’ai dis tout à l’heure, vis-à-vis d’Illia et de son mec, que c’est arrangeant pour toi. » Je lâche sans le vouloir un « ah » de surprise. « J’ai… J’ai pensé que ça te remontrait un peu le moral. T’as l’air tellement déprimé en ce moment. » Je suis sans voix. Je… Je ne sais pas quoi lui répondre. Je n’ai pas l’impression d’être si déprimé que ça, en plus. Je râle beaucoup, c’est vrai, ces derniers temps mais… J’ai toujours été comme ça… ?

Enfin… Je crois ?


« Je sais que je n’ai pas la même vision qu’Izy et toi sur les relations, ni même que Nina pour le coup. Je ne pensais pas que ça serait si… Agaçant pour toi de l’entendre dire. » Il passe une main dans ses cheveux, un brin gêné. Puis il finit par hausser les épaules. « Je n’ai pas menti cependant, je pense vraiment comme ça. Ça doit certainement me faire passer pour un connard à tes yeux… » Il rit jaune, je n’aime pas ça. « … Comment tu fais toi, pour croire en l’amour après ce qu’ont fait mamie et papa ? »

Il y a plusieurs éléments qui me font réagir, mais la dernière phrase et sans doute celle qui me touche le plus. Je… Je comprends ce qu’il veut dire. Et c’est vrai, si je basais mon avis sur les relations sur ce que je connais dans ma famille, c’est invraisemblable que je croie en l’amour, comme Malik le dit. Entre notre grand-mère qui se barre avec un autre en laissant notre grand-père sur son lit de mort et notre père qui se remarie après la disparition de notre mère, il y a de quoi se poser de sérieuses questions sur l’amour véritable. Je ne suis pas vraiment étonné que mon frère pense que c’est du total bullshit. Avant de rencontrer Derek d’ailleurs, je pensais comme lui. Je réfléchis à quoi lui répondre. J’veux pas me planter.

« Bah… » Comme d’hab’ ça valait le coup que je réfléchisse. « D’abord, t’es pas un connard parce que tu as un avis différent du mien. J’avoue que je l’ai un peu mal pris que tu te montres si… Pragmatique. » C’est le terme. J’ai rarement vu Malik se laisser aller à ses sentiments. Il a souvent un avis réfléchi que certains pourraient catégoriser de froid. Et puis il a surtout, il faut le dire, un humour bien particulier. « Mamie n’est pas une bonne personne, pour moi. Ce qu’elle a fait à papy… Je ne lui pardonnerais jamais. » Et puis de toute façon ce n’est pas comme si elle en avait quelque chose à foutre de ses petits-enfants. Elle est partie vivre dans le clan de son nouveau mari et on ne l’a jamais revu. « Pour papa… Ouais, je vois ce que tu veux dire. » J’ai un petit rire nerveux, mais je cherche à nouveau mes mots. « Je lui en ai aussi voulu de nous avoir mis Sophia dans les pattes. J’ai vraiment l’impression qu’il a oublié maman du jour au lendemain mais… » Ma gorge se noue. « Mais on ne sait pas tout. Papa n’est pas du genre à partager avec nous ses sentiments. Alors peut-être qu’il pense encore à maman mais que c’est trop… Difficile de nous le dire. » C’est une idée qui a germé depuis quelques années, que je rejette souvent pour justifier ma colère envers notre père. Peut-être qu’au fond j’espère quand même me tromper…

« Je me suis vachement éloigné de ta question je crois. » Petit rire. « Je crois qu’on n’a pas vraiment eu les bons exemples en termes d’amour. Attention je ne dis pas que papa ne nous aime pas, hein, il a juste… Une façon à lui de nous le montrer. » J’imagine. « Et je ne croyais pas aux sentiments avant d’avoir rencontrer Derek. Même si ça s’est mal fini, ça m’a ouvert les yeux sur ce que j’étais capable de ressentir et le plaisir que c'est de ressentir ça. »
« …T’es un éternel optimiste, c’est ça ? »
« Exactement ! C’est cliché tu crois si je te dis que tu comprendras peut-être mieux quand tu auras rencontré la bonne personne ? » Il a un sourire triste.
« Un peu. Je n’y crois pas trop… »
« Alors je vais y croire pour toi ! »

Je crois voir de la surprise sur son visage, cependant je sais qu’il ne peut pas rester insensible face à mon enthousiasme. J’ai envie que lui aussi, il trouve le bonheur. Je le veux pour lui comme pour Izy, tout comme mes frères le veulent sans doute pour moi. Je suis sûr qu’un jour, dans quelques années, on sera tous dans une situation chouette et heureuse. Malik finit par rire un peu, posant sa main sur ma tête. Je n’aime pas quand il fait ça, il profite que je sois plus petit que lui !

« Ta naïveté m’avait manqué. Je deviens aigri faut croire quand je n’en bénéficie pas assez. »

On se marre tous les deux. La situation se détend, il a l’air de se sentir un peu mieux. Ok donc l’objectif de ce soir finalement ne sera pas de dormir mais de le faire rire le plus possible ! Je sais que je peux le faire !

Ça nous fera du bien.
Et c’était effectivement une très bonne nuit remplie de conneries, de sucreries et un peu – trop – d’alcool.



Welcome to the family CYxzZVz Welcome to the family 3MLhT5h Welcome to the family PUpP1Ej Welcome to the family 6TXtooI
Codage T-Card par Aaron Sakuragi, un grand merciiii t'es la meilleure !  heart
Crédit avatar : 不落莲
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: Ebenelle-