Le Deal du moment : -47%
Xiaomi Fan 2 Lite – Ventilateur sur pied ...
Voir le deal
38.35 €

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 
» Crashed Ice!!!

Mister MP

Mister MP
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 19787

Mer 3 Fév - 17:43
Le membre 'Eliott Terrebel' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 6 faces' :
Crashed Ice!!! - Page 2 Dy210


Crashed Ice!!! - Page 2 Mpsigna_by_kith_cath-dbzshdd
avatar ©️ Elune Crowley ; signature ©️ Alan White.
Revenir en haut Aller en bas

Nessa Finnegan

Nessa Finnegan
Modo & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 07/01/2016
Messages : 10245

Région : Sinnoh | Alola | Kalos
Jeu 4 Fév - 16:24
Je dois reconnaître qu’on me vend bien les sensations que je suis venu chercher. J’aime les sports de glisse, j’aime les sensations fortes. Ce mec, Nic Ferrari, il a une carrière de fou, mais j’avais peur de quand même être déçu vis-à-vis de mes attentes. Là, j’ai l’impression qu’on va bien se marrer, et quand même un peu flipper nos races. Enfin, ça sera pas qu’un peu pour ce gars, celui au long pif – Nessa, ne l’appelle pas « long pif » - euh… Eliott. Puis il faut rajouter le dernier de la bande, le dernier à se présenter. Il est au fond, avec sa cagoule sur la tronche, genre un mix de braquage de station-service et de gamin de 5 ans habillé par sa mère. Et il a un peu l’air d’être du malaise en pack de douze, c’est peut-être dû au fait que je n’aime pas être considéré uniquement comme un gros sac à microbes. Dans tous les cas, il faut que je retienne son nom, aussi. Avec un moyen mnémotechnique, genre « c’est la fin des Yahiko », ça devrait m’aider – pas du tout – à garder l’info en mémoire. Je note qu’il réutilise mon expression. J’aime bien réutiliser de vieilles expressions, mais j’aime moins qu’on me les pique juste pour combler. Encore il serait cool, pourquoi pas, mais monsieur « oulala les microbes » ne respire rien de cool.

Quoi qu’il en soit, j’écoute les explications. Parce que c’est un peu beaucoup important, les explications. Ça permet de savoir, ça permet d’anticiper, ça peut permettre de laisser les autres dans le vent. Je suis le benjamin d’une fratrie de trois garçons, l’esprit de compétition, ça s’appelle l’instinct de survie dans mon jargon. Bon, ça veut aussi dire perdre presque systématiquement face à plus fort que soit et devoir l’accepter. Mais pas cette fois, je sors l’arme ultime – possiblement l’arme qui peut ME détruire massivement – à savoir Péqueroute. Je sais que c’est un pari risqué que de l’avoir choisi lui comme monture pour aller dévaler les pentes du Crashed Ice mais, même si je ne gagne pas, je sais que j’aurai marqué les esprits pour avoir été le gars sur le Limonde. En plus d’être moi. D’ailleurs, ça me perturbe un peu de me sentir comme un inconnu parmi les autres, qu’aucun d’eux n’ait au moins l’air de m’avoir déjà vu quelque part. Au fond de moi, ça me donne envie de bouder. Je suis un peu Nessa Finnegan… Est-ce qu’ils ont la télévision ou connaissent quelque chose au monde de la coordination ? Je ne devrais pas autant juger, mais je dois admettre que j’apprécie la petite notoriété que m’a procurée mon passage à l’Elite, et les boules qu’aucun d’eux ne sache qui je suis ! J’avais cru avoir été contacté justement pour ce statut-là. C’est vrai, ça me trouble plus que j’aimerais l’admettre. Enfin bref, je ne vais pas me gâcher un moment fun pour une crise d’ego à la noix.

On a donc droit aux petits tips de notre papi de l’aviation. Je crois que le but, c’était de rassurer Cyrano, mais je ne suis pas sûr que ses paroles auront l’effet escompté. Et lui aussi reprend mon expression – qui va finir par revenir à la mode ? – ce qui me fait lui adresser un sourire franc. Alors oui, même poids et deux mesures. Mais ce n’est pas la même utilisation, ce gars-là, Eliott, il a besoin d’être mis en confiance. Mister Cagoule, il a juste besoin d’antiseptique. Et puis directions les vestiaires, pour enfiler nos super combinaisons. Je suis le mouvement, vois le blagueur aux prises avec son Dracolosse – ce qui me bute, parce que Clifford aurait pu me faire la même – et entre à mon tour. Je cherche mon nom sur les casiers, et le trouve finalement. Enfin, juste au-dessus, il y a le prénom Molly qui a été barré. J’ai l’impression de ne pas avoir été dans les plans initiaux, et ça me contrarie aussi cette histoire. Bon, soit, je m’en fous. Puisque l’occasion fait le larron, c’est moi qui suis là, c’est moi qui ouvre ce casier et… Il semblerait que ce soit à moi de porter avec fierté cette combinaison rose. Je… je ne sais pas si les autres ont également eu droit à une couleur spécifique, et je dois reconnaître que je ne m’attendais pas à ça. Après, il est vrai que cela reste le meilleur moyen de nous distinguer, et ils ont eu de la chance que je sois le genre de gars que ça ne dérange pas de se présenter face au monde en combi rose. Je doute que papi avion ou le grincheux auraient été du même avis s’ils avaient eu droit au rose. Je vire donc mes fringues que je fous – en boule mais chut – dans le casier pour sauter dans la combinaison. En deux temps trois mouvements, j’enfile le tout, ferme tout bien comme il faut, et place mon super casque sur ma tête. Je suis chaud patate pour dévaler des pentes, moi. Je me dirige donc sans plus attendre vers la sortie des vestiaires et, au dernier moment, me retourne vers les autres.

NESSA ~ « Allez, à plus dans l’bus ! »

Et je claque mes meilleurs finger guns. Il n’y a – je crois – que le grincheux qui soit déjà sorti, et je parie que ce n’est pas son genre d’humour, de toute façon. Au moins les autres peuvent profiter du clinquant de mon outfit. J’abaisse ma visière et m’en retourne, marchant d’un pas fier jusqu’à l’extérieur du bâtiment. Et je vois le blagueur me dépasser à tout berzingue. Le mec est déjà à fond dans la course je suppose ? Moi, ça me fait marrer. Je suppose que ça va être le gars sûr, celui sur qui on peut compter pour nous mettre l’ambiance dans l’oreillette. Je siffle Clifford, toujours allongé au pied du bureau où je m’étais installé. Il relève la tête, puis se relève lui entier. Je le vois me regarder avec curiosité, ne comprenant pas pourquoi je porte ce truc. Et tant mieux, parce que son incompréhension calme sa tendance à l’excitation. Je meurs intérieurement de cette même excitation, sauf que si je la montre à mon Arcanin, c’est mort, il sera intenable.

NESSA ~ « Bon, Clifford, il va falloir rentrer dans ta pokéball, je crain que le bus soit un peu trop petit pour toi. »

Sa mine de chien battu n’y change rien, ni son petit jappement pour tenter de m’attendrir. Je sais qu’il passe sa meilleure vie dans la neige, mais il faut suivre les instructions et monter dans le bus, ce que je compte faire. Je le rappelle donc et grimpe dans le véhicule mis à notre disposition. Plein de places libres, cool ! Je vais pouvoir ne pas me mettre à côté de mister fun-killer. Surtout que je vais me laisser tomber comme un gros sac sur les sièges, je n’ai pas envie de voir son regard de grincheux me juger ! Direction, la piste du Crashed Ice. Go go go, je ne vais pas pouvoir contenir mon impatience très longtemps !


Crashed Ice!!! - Page 2 VuD2dwB

Crashed Ice!!! - Page 2 U9Iu4lC

Crashed Ice!!! - Page 2 VGWMEbS

Crashed Ice!!! - Page 2 Sia8FBc
avatar ©️️ Molly Strauss
la pension →

Crashed Ice!!! - Page 2 Ns3z2BV

Revenir en haut Aller en bas

Mister MP

Mister MP
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 19787

Jeu 4 Fév - 16:24
Le membre 'Nessa Finnegan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 6 faces' :
Crashed Ice!!! - Page 2 Dy510


Crashed Ice!!! - Page 2 Mpsigna_by_kith_cath-dbzshdd
avatar ©️ Elune Crowley ; signature ©️ Alan White.
Revenir en haut Aller en bas

Miss E

Miss E
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 3689

Mer 3 Mar - 23:10
Nic est le dernier à quitter le gymnase. Loin de lui l'intention de fermer la danse comme le champion qu'il a été, mais il devait éteindre sa machine et grand dieu que c'était compliqué. Imaginez bien, ça a été pour lui un grand moment pour allumer la bête, alors maintenant qu'il fallait faire marche arrière, ce n'était pas du gâteau. Quelle idée aussi de ne pas tout faire sur un seul et même bouton ? Et il a bien compris que d'appuyer sur tout ce qu'il voyait n'était pas non plus la bonne solution. Le projecteur avait l'air de souffrir, mais sans doute moins que Nic. Il avait l'impression d'être arrivé en enfer. La technologie d'aujourd'hui, c'était vraiment pas son truc. Heureusement qu'il était loin de vos regards curieux. Il ne risquait pas de ternir sa merveilleuse image.

Après une lutte acharnée, il fini par s'avouer vaincu. Mais c'était seulement parce qu'il venait de voir l'un de ses hommes passer par là et que ce type là devait sans doute en savoir plus que lui, simplement parce qu'il est plus jeune. Oui, ça ne va pas plus loin que là. Ainsi, Nic a appelé ce jeunot à la rescousse, l'abandonnant aussitôt puisqu'il n'avait pas le temps. Voyez-vous, le temps était à la glisse, aux sensations fortes et non pas au casse-tête d'on-ne-sait-quelle-région. Ça, c'était un grand non. Pas de ça chez lui.

Nic déambule alors joyeusement dans les couloirs, sifflotant, libre. On pourrait presque croire dans sa démarche qu'il danse. Mais il est un piètre danseur, alors n'espérez rien de lui. Par contre, il est heureux. Et c'est suffisant pour se trémousser de la sorte. Très bientôt, il sera dans sa cabine à vous observer de très haut, commentant pour la télévision, mais aussi pour la radio et internet votre course. Quoi sur internet ? Ne lui demandez pas, il ne saura pas vous répondre parce qu'il n'y connaît rien du tout. Tout ce qu'il sait, c'est qu'un de ses participants est connu par là-bas, ce qui voulait dire que Tauros profitait d'une très bonne pub sur tous les plans. Et ça, c'était tout ce qui importait avec l'internet.

Arrivé devant le bus, il découvre avec une légère tristesse que tout le monde n'est pas encore là. En fait, il n'y avait que Max la menace – pas si menaçant en fait. Disons plutôt Max la non-menace – et Kenneth, ce camarade de son âge qui partage le même goût du risque. Kenneth-tout-risque. Ça matche bien ouai. Il aime bien donner des petits surnoms aux personnes qu'il croise, rien que pour lui. Parce qu'il ne se permettra jamais de dire ça tout haut, Ô ça non ! Certes, ce n'est pas bien méchant, mais ce genre de petit signe d'affection ne plaît pas à tout le monde, il le sait très bien. Alors il s'abstient.

Nic attend devant le bus, jetant très régulièrement un regard nerveux sur sa montre. Il leur restait encore cinquante minutes devant eux. Rien ne presse donc. Mais s'ils ne partent pas dans les minutes qui suivent, ils arriveront en retard. Et ça, Nic ne peut le tolérer. On n'arrive pas en retard quand tu veux devenir le roi de la piste. C'est une attitude de perdant ça. Une petite lueur d'espoir apparaît lorsque l'ex-pilote voit arriver le jeune garçon au dragon. Ce n'est pas lui qui s'appelle Eliott, c'est bien dommage. Mais qu'à cela ne tienne, il sera pour lui « monsieur internet ». Quoi que, ce Ash n'est qu'un gosse à ses yeux. Disons plutôt « petit bonhomme de l'internet ». C'est un peu long, mais toujours moins que de chercher à prononcer son véritable non.

Ce gosse donc vient lui demander à partir au complexe par les airs, sur le dos de sa monture. Quelle drôle d'idée ! Mais une idée qui plaît fortement à Nic. « On aime le risque à ce que je vois ! Tu veux un avant goût de ce qui t'attends ? C'est proutant pas dans les airs que tu vas concourir. A moins que tu n'aimes pas mon joli bus ? WHATEVER, fais ce qui te semble juste mon grand ! ». Il lui donne une petite tape sur l'épaule, en signe d'encouragement. Bien, ça en fait un de moins dans le bus. Nic espère juste qu'il ne se perdra pas en chemin. Il tient à avoir ses six concurrents devant la ligne de départ. Mais il comprend cette volonté de laisser son gros copain hors de sa pokéball. Ça fait profiter de l'air frais, c'est bon pour les poumons. Et ces grosses fesses là, ça rentre pas dans un bus. Quel dommage.

Juste après lui déboule un autre participant, l'amoureux des ballons pour être plus précis. Nic avait bien retenu cette expression étrange. C'était sans doute un truc de jeune qui le dépassait, même s'il se dit que seul un fan de ballons peut utiliser une telle accroche. Ce gamin là ne tenait visiblement pas à faire la route seul de son côté, demandant à son gros molosse de rentrer dans sa pokéball. Mais ce n'était pas ce qui sautait aux yeux de Nic. « Well well well. Qu'avons-nous là. On dirait bien que le rose te va à la perfection mon petit ! Pas trop serré là-dedans ? C'était une demande spéciale de la participante qui s'est désisté. ». Il se frotte le menton. « Mon équipe a cru bon de te laisser ses affaires donc. Anyway, y'a plus le temps pour le moindre changement. Au moins tu auras les yeux rivés sur toi. J'espère que t'aimes ça. ». Il tape dans ses mains, s'écartant de la porte du bus pour y laisser grimper Nessa. Nic avait oublié cette combinaison rose. Toutefois, il n'était pas mécontent de la voir sur le dos de ce petit gars là.

Aussi rapide que l'éclair arrive ce petit gars au nom étrange. Étrange parce qu'il ne l'avait jamais entendu avant, même pas dans ses registres. Mais qu'importe, il se disait qu'il avait simplement oublié, comme il avait oublié sur le coup que ces dames ne seraient pas de la partie et que seul des hommes allaient glisser le long de sa merveilleuse piste. Nic n'a même pas le temps d'ouvrir la bouche, ni même de songer à un surnom pour ce frileux des microbes que Yahiko était déjà au fond du bus. Bien, qu'il en soit ainsi alors.

Nic aperçoit le dernier sortir du bâtiment peu de temps après ça. C'était le jeune au long né, celui friand des grandes vitesses. Le Flash McTerrbel de ces lieux. Mais alors, pourquoi part-il donc vers un inconnu. Ce n'est pas ce drôle de gamin qui va le conduire au stade. Nic plisse les yeux et crois assister à un trafique de pokémon. Oulalala non, pas de ça sur ses terres. « EH OH, C'est par ici qu'on embraie la vitesse ! COME THIS WAY ! ». Il faisait de grands gestes pour accompagner ses mots, balayant ses bras au-dessus de sa tête. Il était nécessaire de rappeler ce garçon à la raison. Fort heureusement, il rapplique aussitôt. Nic est soulagé. Il n'avait pas envie d'appeler la sécurité. Il n'avait pas signé pour assister à du grand drama... Devrait-il renommer ce garçon « Flash McDRAMAqueen » ?
Quand Eliott se rapproche du bus, Nic ne peut s'empêcher de taper sur son casque, incapable de retenir son amusement – comme si ce qu'il avait vu juste avant n'avait même pas eu lieu. « Bah alors, on a si hâte que ça de dévaler la piste qu'on est déjà tout équipé ? ». Il rit. « Y'a comme un problème d'ailleurs au niveau de... là. » Il pointe du doigt le grand nez. « Je vais voir avec mon équipe s'ils n'ont pas un casque plus grand quand on arrivera. Allez, file ! ». Il tape l'épaule à celui là aussi et lui fait signe de grimper.

Maintenant que tout le monde était dans le bus – ou presque tout le monde – il était temps de lever l'encre. Seulement voilà, une petite complication allait montrer le bout de son nez. Vous souvenez-vous de ce petit gars cagoulé ? Figurez-vous que son vrai nom n'est pas Yahiko. Incroyable, non ? Nic est lui-même surpris quand un agent de la sécurité vient lui dire que ce fameux Yahiko est suspect, qu'il aurait donné de faux papiers en entrant plus tôt dans le bâtiment. Ces agents le cherchait justement depuis tout à l'heure, sans savoir pour autant le véritable nom de ce cher délinquant. Mais voilà, entre vous et moi, il n'y a pas de secret ; il est Chikao Sakai, un petit gars qui n'a rien a faire des microbes et qui adore les nouilles. Mais il est aussi un petit gars qui fricote un petit peu trop avec la racaille. Et la racaille, ça n'a pas sa place dans ce bus. C'est un peu ce que Chikao vient se dire quand il découvre au travers de la vitre ces agents discutant avec Nic, sans doute sur le point de monter pour le retrouver et le questionner. Déjà qu'il n'était pas serein à l'idée de faire le trajet tout proche de cette personne qui connaissait sa véritable identité. Eliott était gentil. Et Chikao aimait bien ce type. Mais aujourd'hui, eux deux ne sont pas amis. Dans la panique, notre délinquant pousse Eliott pour l'écarter de son passage. Il dévale l'allée centrale du bus, saute hors de celui-ci non sans bousculer Nic qui manque de tomber à la renverse. Et il prend la fuite. « DON'T PANIC, I'M FINE » crie un peu trop fort l'amoureux des voitures en se redressant bien vite. Mais il n'a pas le temps de comprendre ce qui se passe réellement que les agents de sécurités sont déjà à la poursuite du garçon mystérieux. Ça n’arrangeait pas ses affaires toute cette histoire. Un coup d'œil à sa montre lui indique qu'il n'y a plus le temps de trouver un nouveau concurrent. Tant pis. Il avait promis une course à six participants, mais pour une fois, il ne tiendra pas sa promesse. « Ne perdons pas plus de temps les enfants. Allez frankie, pedal to the metal ! ». Le chauffeur ne s'appelait même pas Frankie, ce qui vaut un petit soupire de sa part. Mais il avait tout de même compris que ce message lui était destiné, démarrant alors le véhicule, en s'abstenant bien de dire tout haut qu'il trouve ce type qui parle à moitié anglais bien ringard.

Le bus vous conduit sans embûche jusqu'au stade où il y avait beaucoup de monde qui gravitait autour. Vous ne vous en doutiez peut-être pas, mais cette course était très attendu par les fans de Nic, mais aussi par les habitants des environs. Ce n'est pas si souvent qu'un grand événement sportif se jouait par ici. Pour vous dire, les places pour assister au spectacle se sont arrachés comme des petits pains. Et il n'y avait pas que les retardaient devant le stade, cherchant à pénétrer en son centre. Il y avait aussi ces gens qui voulaient un petit morceau du show. Et puisqu'ils ne pouvaient pas le voir de l'intérieur, ils voulaient au moins en découvrir un bout en de leur propre yeux avant de foncer chez eux pour ne pas manquer une miette depuis leur post de télévision. Le bus se fraie un chemin au milieu de cette foule curieuse en clayonnant à plusieurs reprise. Et à l'aide d'agents sur place, il parvient enfin à rejoindre les coulisses des lieux, autrement dit les portes arrières et son parking privé, dissimulés par de grands murs où plus personnes ne pouvait vous voir. Nic est le premier à sortir du véhicule. Une fois encore, ses yeux se perdent sur son cadrant. Il découvre avec stupeur qu'il ne restait plus que trente minutes devant vous. « Allez allez, on s'active ! C'est l'heure de montrer ce que vous avez dans le ventre, OH YEAH ! ». Il tapait dans ses mains à mesure qu'il parlait pour vous donner du courage. Et puis il détourne son attention vers une toute autre direction pour s'assurer d'une chose ; que le jeunot du web était bien encore de ce monde – ce qui est effectivement le cas.

Une fois que tout ce petit monde était réuni hors du bus, Nic ouvre la marche et entre dans le bâtiment. Il salut des collègues avec beaucoup d'entrain. Et puis il grimpe des escaliers, passe un couloir, tourne une fois sur la gauche, puis entre directement dans une salle sur la droite. Nous y voilà. C'était la « salle de contrôle », celle où Nic allait pouvoir vous admirer. Il tenait à vous montrer cet endroit, puisque c'était de là qu'on voyait le mieux la piste. Il y avait des commandes avec beaucoup de bouton, un micro, des caméras et quelques autres personnes, mais ce n'était pas le plus important. Le plus important, c'était ce que vous voyez au-delà de tout ça, à travers la grande baie vitrée. « Admirez-moi cette merveille ! » s'exclame Nic, admirant encore un instant la piste. « C'est ici que je serais pendant votre course. Je vais commenter votre descente, pour animer le public, mais aussi la télévision, la radio et le internet. » « Twitch ». Une petite voix s'était prononcé. C'était un type avec un casque audio sur le crâne. Il s'était tourné vers vous, toujours assis dans sa chaise, quittant un instant des yeux ses commandes. « C'est Twitch, Nic. » « Ah euh. Ouai, ce truc là. ». Il claque des doigts. « Ça c'est Mike, le fils d'un ami. Il gère la lumière et euuh... ». Il a déjà oublié. « Twitch » « OUAI CA ! ». Il tousse un coup, puis balaye l'air de la main. « Enfin, je ne vais pas vous présenter toute l'équipe non plus, vous aurez le temps de parler avec eux à la fin. Allez, suivez-moi ! ». Heureusement qu'il ne vous présente pas Sylvie en son, Patrick aux caméras, Bernard à la régie... Bref, l'équipe était grande et Nic avait bien envie de vous présenter tout ce monde. Parce que Nic adoooore faire des présentations. Mais vous n'aviez plus le temps pour ça – quel soulagement.

Vous dévalez un nouveau couloir, tournant ensuite sur la droite pour descendre des escaliers et tourner une fois encore sur votre droite. Nic ouvre une porte et hop, vous voilà dans le feu de l'action. Vous pouvez entendre le public s'exciter, vous ayant aperçu dans ce petit coin. A vrai dire, seule une petite partie peu vous voir ici, mais puisqu'une partie hurle, le reste l'imite pour ne pas paraître idiot de ne rien dire. « Eh eh eh eh, c'est si beau ! Nerveux ? ». Il s'était tourné vers vous après avoir admiré un petit temps la foule. Derrière lui, vous pouvez voir à même pas deux mètres la ligne de départ où attendent deux Lokhlass bien sagement. « Ça va être à vous dans dix minutes. Si quelqu'un veut faire pipi, c'est maintenant ! ». Il rit, replaçant ses lunettes sur son nez. « Ok ! Je vais demander à vos pokémons de rejoindre la ligne de départ, histoire de donner de quoi s'exciter à ces braves gens. ». Pour le gros dragon c'était assez facile, il n'y avait plus qu'à avancer sous les projecteurs. Mais pour les deux autres, il était temps de sortir de leur pokéball.

« J'OUBLIAIS ! » s'exclame Nic en voyant une petite dame passer juste derrière vous avec un casque à la main. Il tend le bras pour le récupérer, puis le donne à Eliott. « Celui-ci sera mieux pour toi. Enfile-moi ça ! ». Le casque avait une forme différente des autres, avec léger renfoncement, de quoi laisser de la place à ce grand nez qui ne demandait qu'à être protéger. « Maintenant que ça c'est réglé et que tout le monde semble prêt, je voulais préciser un point avec vous avant de vous envoyer sur la piste ; les micros intégrés à vos casques ne permettent pas seulement de communiquer entre vous, mais aussi avec moi. Enfin, pas directement, mais je vous entendrais. Je n'aurais qu'à appuyer sur un petit bouton pour vous répondre au besoin. » Et ce bouton là, il le connaissait bien, parce que son équipe avait posé un post-it juste au-dessus. Il ne pouvait pas se tromper. « Mais pas d'inquiétude, personne d'autre que moi – et mes collègues en cabine – ne vous entendra. Vous pouvez vous détendre. ». C'était important selon lui de préciser ce point. Se savoir sur écoute pouvait être stressant. « Dois-je vous rappeler les règles primordiales ? On plane pas, on vole pas, on bouscule pas son voisin, on évite de lui faire bobo et surtout, on garde son petit oiseau dans son pantalon. Personne ne veut voir vos oiseaux sur un écran de télévision. ». Surtout pas Nic. Pas de ça dans son émission ! « Autrement, OUT ! ». Il abaisse le pousse en faisant une grimace.

Un ultime regard à sa montre, Nic saute de joie. « OH GOD, CA VA COMMENCER ! ». Il avait du mal à contenir sa joie. Mais il devait faire vite, parce que c'est à lui d'ouvrir le bal en présentant ces jeunes gens à l'aide de sa somptueuse voix. « Ok, on est tous good ? Great ! Rejoignez vos compagnons de glisse. Bonne chance à tous. Et surtout : A-MU-SEZ VOUS ! ». Il tape une ultime fois dans ses mains, levant ensuite les point en l'air pour exprimer sa joie débordante. C'est sur ces derniers mots qu'il vous quitte, se précipitant dans sa cabine pour retrouver son micro.

Dans quelques minutes commencera enfin la course.


HRP:


avatar ©️ Elune Crowley ©️ 柚木昌幸 (Yuzuki Masayuki)
Revenir en haut Aller en bas

Kenneth B. Wellington

Kenneth B. Wellington
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 09/10/2020
Messages : 60

Mer 3 Mar - 23:55
Il est gentil comme tout, ce petit Eliott. Rien de surprenant à ce qu'il soit futur ranger, il a le bon esprit pour ça. Je sais pas si c'est parce qu'il me donne du "monsieur", qu'il est très poli ou très fair-play, mais je dois dire qu'il me plaît bien. Si j'avais eu des enfants et que je savais de quoi je parle, je dirais que c'est le gendre idéal. Ce qui n'est manifestement pas le cas de tout le monde.

J'avoue que je sais pas trop à quoi m'en tenir quand le petit Yahiko s'enfuit en panique du bus, en bousculant Eliott et notre hôte avant de prendre le large. Poursuivi par des agents de sécurité. Eh bien, vu la réaction de Nic, je présume que son dossier d'inscription n'était pas en règle. Ca ressemble bien aux grosses compagnies du genre de Tauros d'être très tatillons sur ce genre de choses. Pendant quelques secondes, j'ai un petit coup de stress en me demandant si j'ai bien rempli le formulaire de remplacement. J'aimerais moyennement me retrouver dans cette situation, surtout qu'à mon âge, j'aurais plus de mal à échapper à ces colossinges. D'autant que c'est pas vraiment mon genre de fuir. Enfin, si la situation était vraiment grave, j'imagine qu'on aurait mis l'événement en pause. Faisons comme si tout ça n'avait pas eu lieu. Enfin, essayons. Qu'est-ce que Julian aurait fait à ma place ? Oui, il se serait dit que ça fait un concurrent de moins à affronter. Pour une fois dans ma vie, je vais faire comme Julian.

Le trajet en bus, c'est anecdotique. C'est long, c'est lent, c'est lourdingue. Une bonne façon de se détendre et de se préserver avant la course, j'imagine. Mais franchement, à mon âge, si je ne me maintiens pas sous pression, je vais finir par taper ma meilleure sieste sur la ligne de départ. Concentre-toi Kenneth, concentre-toi. Je me concentre même tellement qu'à force, je me mets à taper frénétiquement du pied, comme un tic nerveux. J'espère que ça va pas trop irriter mes collègues.

Une fois arrivés, Nic nous guide jusqu'à la salle de contrôle. Je sais pas trop pourquoi il tient tant à nous la faire voir, surement pour étaler un peu plus son organisation et son sens du spectacle. En tous cas, je vois qu'il a autant de connaissance que moi au sujet des nouvelles technologies. Witch, c'est ça ce truc qui fascine tous les jeunes depuis quelques années ? Un genre de télé en direct, mais sur internet, et que n'importe qui peut faire, si j'ai tout compris. Je pensais que c'était pour les particuliers, à aucun moment j'aurais imaginé qu'une aussi grosse boîte que Tauros puisse utiliser ça pour retransmettre ses événements. Sûrement que ça a pris une bien plus grande ampleur que ce que je pensais. Enfin. Alors qu'on continue d'avancer dans le complexe, une rumeur croissante et explosive nous parvient aux oreilles. On approche de la piste. Nic nous donne quelques dernières directives que j'écoute assidûment. J'ai pris l'habitude de ce genre de briefing quand j'étais pilote ; si on manque la moindre information, c'était toute la mission qui risquait de capoter. Dans ces conditions, on apprend à se concentrer et à écouter. Et finalement, ce n'est pas si dur. Rester fair-play, respecter les règles de sécurité élémentaire et... ne pas être exhibitionniste ? A moins que je n'aie pas saisi la métaphore. Qui se mettrait cul nu dans une course sur glace ? Bah, passons.

Nous voici enfin au grand moment. L'entrée en piste. La partie que j'appréhende le plus. Dans ma jeunesse, quand j'accomplissais des exploits et que je battais des records de vitesse, c'était seul, aux commandes de mon zinc, avec pour seul public mon ailier et les nuages. Trente ans plus tard, je me retrouve à devoir donner mon maximum sous les yeux de centaines, peut-être même de milliers de spectateurs avides de spectacle. C'est tout sauf mon élément, et pour ça, Julian aurait vraiment été un meilleur candidat que moi. J'ose à peine regarder le public, j'ose à peine lever une main timide pour faire mine de saluer. Je dois être ridicule, à ne plus savoir où me mettre comme ça. Heureusement, je peux me concentrer sur quelque chose de plus précis, de plus personnel si j'ose dire. Ma monture. On m'avait prévenu, faute de pokémon personnel apte à tenir une telle course, on allait me fournir un Lokhlass, et semble-t-il que je ne sois pas le seul. Ce sont de magnifiques créatures, majestueuses et adorables. Leurs grands yeux leur donnent un côté attachant et engageant.

Je m'approche de celui qui m'est attribué, et approche doucement ma main de son museau. Il semble calme, docile. Je profite de ce moment pour me recentrer un peu sur moi-même, essayer de faire abstraction de cette foule surexcitée et bruyante. Je suis seul. Seul avec ma monture. Comme à l'époque, lorsque j'inspectais une dernière fois le fuselage de mon appareil avant le décollage. On avait tous tendance à humaniser un peu nos appareils, dans la chasse. Ca nous donnait l'impression de ne pas être seuls une fois dans les airs. Que voulez-vous, voler à plusieurs fois la vitesse du son dans des machines armées jusqu'aux dents, ça rend superstitieux. Sauf que cette fois, c'est encore mieux. Je ne vais pas piloter un dragon rugissant d'acier et de plomb. Aujourd'hui, je vais faire équipe avec ce magnifique animal, en qui je vais devoir avoir confiance comme en moi-même. J'espère qu'il ne me fera pas de sale coup, mais vu sa bonne bouille, il cacherait bigrement bien son jeu.

J'ajuste une dernière fois ma combinaison, avant de grimper sur la carapace bosselée de ma monture. Nic a dit que nous allions pouvoir communiquer entre nous, c'est l'occasion de le vérifier.

- Vous me recevez, les enfants ? Bon, eh bah bonne course à tous, et revenez entiers !

"Revenez entiers", c'est ce qu'on avait tendance à se dire avant de partir en mission. La situation est probablement bien moins dangereuse aujourd'hui, mais, eh, ça ne coûte rien de demander.
Et puis, je dois bien admettre que cette injonction s'adresse aussi -et surtout- à moi-même.


Crashed Ice!!! - Page 2 Sign0210

Crashed Ice!!! - Page 2 Ezgif_10
Revenir en haut Aller en bas

Mister MP

Mister MP
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 19787

Mer 3 Mar - 23:55
Le membre 'Kenneth B. Wellington' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 6 faces' :
Crashed Ice!!! - Page 2 Dy110


Crashed Ice!!! - Page 2 Mpsigna_by_kith_cath-dbzshdd
avatar ©️ Elune Crowley ; signature ©️ Alan White.
Revenir en haut Aller en bas

Max Ohala

Max Ohala
Scientifique Galar

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1214

Région : Galar
Dim 7 Mar - 15:30
Personne n’a fait attention à moi, quand je me changeais. Je crois. A vrai dire, j’étais focalisé sur l’idée d’enfiler cette combi’ en vitesse que je n’ai absolument pas fait attention aux autres participants. J’ai bien eu, un instant, l’impression qu’on me regardait avec un peu d’insistance mais… J’imagine que c’est mon imagination qui me joue des tours. J’ai tendance à être trop facilement parano, quand il s’agit de mon corps et… franchement, je ne sais pas si j’aurais préféré de me changer dans les toilettes. C’était toujours ce que je faisais, au collège. Mais là, j’aurais clairement éveillé les soupçons. Au bahut tout le monde savait bien pourquoi je le faisais. Et même, apparemment, quand on est adolescent, comme le corps change et tout, la pudeur est mieux acceptée qu’une fois adulte, pour une raison que j’ignore totalement.

J’étais pas mal stressé, maintenant, je desserre un peu les mâchoires. Je réalise que j’ai ignoré tout le monde, cependant, je n’ai pas l’impression qu’on ait cherché à me parler ou quoi d’autres. Bah, tant mieux d’un côté. Je n’ai pas spécialement envie de passer pour l’asocial de service, simplement, je prends conscience que je ne sais pas lancer des conversations avec des inconnus. Je ne suis pas à l’aise et ça doit se voir, puisque j’ai cette sale manie de jouer avec l’une de mes tresses. J’ai remis ma capuche mais ma chevelure dépasse désormais. Ce sera plus simple ainsi, une fois qu’on devra mettre le casque. Une queue de Galopa, c’est chiant quand on a quelque chose de lourd sur le crâne. Ça fait mal, aussi et… J’espère qu’ils ne vont pas trop me faire chier. Ils seront enfouis dans mes vêtements, au pire. Ça devrait le faire.

Je m’installe dans le bus, regardant autour de moi le décor comme un gamin. Je découvre cette ville pour la première fois, c’est vraiment différent d’Illumis. Bizarrement, j’ai hâte qu’on parte pour en découvrir plus. J’aurais bien aimé avec Adri avec moi cela dit, j’aurais au moins quelqu’un pour m’extasier de la vue sans ressembler à un simplet jamais sorti de sa ville… Je n’ai clairement pas envie de me retrouver avec cette étiquette sur le dos. Le citadin qui est paumé dès lors qu’il y a un peu de neige… Et pourtant, c’est totalement moi. Mais je n’assume pas.

Un peu d’animation me fait dévier du regard, voyant le peureux de microbes se mettre à courir à grande enjambée. … What ? Il s’est passé quoi, là ? Je suis surpris, mais je ne fais pas de commentaire. C’était un mafieux ou je ne sais pas quoi, je sais d’expérience qu’il ne faut jamais se mêler des histoires comme ça. Sinon, à un moment, ça nous tombe toujours sur le coin de la gueule. Par exemple, dans mon quartier, y a ce clan de toxicos qui sévit, une « bande organisée » comme dit les médias. Ça arrive parfois que les flics viennent nous voir pour essayer de gratter des infos… On ne leur a jamais rien dis. Règle numéro un quand on vit dans la rue ; on se mêle de notre cul et de rien d’autres.

Bref. Je remarque seulement maintenant que le type blond aux expressions de vieux porte une combinaison rose. Bah, pourquoi pas ? Je suis quand même content qu’Adri m’ai inscrit en tant que mec et que l’organisation est assez bancale pour ne pas demander à valider mon identité avec une pièce d’identité. Sinon, je sens que la combi rose, ça aurait été pour ma gueule. Ça m’aurait grave saoulé d’avoir des explications « comme vous êtes une femme » et VOS GUEULES. Juste. J’aurais ragequit si ça en était arrivé là. Heureusement, on est arrivé là. Je crois que je suis en train de réaliser pourquoi je n’aime pas rencontrer de nouvelles personnes ; je m’inquiète toujours à l’avance de savoir s’ils vont me faire chier sur mon genre ou pas. Je m’énerve beaucoup trop vite dans ce cas-là… ça me touche encore beaucoup trop. Faut que j’arrête de faire une fixette dessus. Faut que je me détende. Ce n’est pas si simple.

Je profite du trajet comme un gosse en colonie de vacances. Comme j’en ai rarement fait, je m’extasie face à la nouveauté. Je suis charmé par la beauté des chalets et j’oublie presque le pourquoi je suis là. Quand on arrive à destination pourtant, j’ai une petite boule au ventre ; c’est ça, le stress ? Pourtant, je m’en fous un peu de gagner ou de perdre. Je me suis fait avoir par Adri sur les vêtements chauds… Parce que la combinaison est cool, certes, mais ce n’est pas très discret en ville… A moins que je la coupe pour la séparer et faire deux vêtements ; un pantalon et un pull. Franchement, ça doit être jouable. Je me débrouille assez bien en couture, j’ai bien été forcé d’apprendre à le faire pour rapiécer mes fringues. Ce n’était clairement pas ma mère qui allait le faire à ma place, préférant se défoncer avec sa daube. Bref, y a peut-être moyen de rattraper ça. Quand on sort du car, j’ai bien l’impression qu’il fait plus froid qu’en bas mais ça va, c’est supportable. D’un côté, heureusement qu’on a mis les combinaisons avant d’arriver jusqu’ici.

Nic nous emmène dans la salle de contrôle. J’ai tendance à regarder mes adversaires un peu, je crois remarquer que le plus âgé – pour ne pas dire le vieux… Oups, je l’ai dis – ne comprend pas cette logique non plus. Ce que je retiens sur l’entrevue, c’est qu’on va être filmé et diffusé partout… Tout ce que j’espère, c’est que je ne vais pas me viander devant des milliers de téléspectateurs. Ça me rajoute un peu de stress et je ne sais pas quelle réaction adoptée. Est-ce que je ne vais pas faire de conneries, avec tout ça ? J’ai tendance à m’enfermer davantage pour essayer de trouver une certaine concentration… Et je me promets de botter le cul d’Adri pour m’avoir mis là. La prochaine fois qu’il gagne à un concours, c’est lui qui participe et moi qui se fout de sa gueule en direct !

Nerveux, je le suis complètement. Y a du monde dehors, ça s’excite. Pour autant, ma nervosité se barre rapidement quand je me retrouve devant la Lokhlass qui va être ma monture pour cette course – me demandez pas comment je sais que c’est une femelle, je le sais, c’est tout -. J’aurais aimé avoir un peu plus de temps pour faire sa connaissance, cela dit. J’ai un large sourire de gosse quand je m’approche pour la caresser, remarquant bien qu’elle apprécie les caresses sur son museau.

- T’es magnifique ma belle.

Elle me répond par un petit cri cristallin et ça me fait rire. A mes pieds, Trixia émet elle aussi un son auquel la créature de glace répond. Je ne sais pas ce qu’elles se sont dit. L’espace d’un instant, j’ai eu un peu peur que ma Mentali joue la carte de la jalousie, mais ce n’est absolument pas le cas. Je me rends juste compte, en revanche, que la course va commencer et… Merde, Trix’ peut pas venir avec moi. Ce serait trop dangereux pour elle. Le problème, c’est que je n’ai pas sa pokéball sur moi puisqu’elle est savamment planquée dans ma chambre… Mais merde, à quoi je pensais ?! Je m’agenouille pour lui adresser des caresses, arborant une expression désolée.

- Va falloir que t’aille rejoindre Adri… Ou que tu m’attendes à la ligne d’arrivée. Je suis désolé…

Je réalise que c’est un peu idiot, ce que je dis. Nous on va descendre à vitesse grand V, donc on sera sans doute avant elle en bas… Et avec le peuple qu’il y a, j’ai trop peur que quelqu’un lui fasse du mal… Mais heureusement, mon stress se dénoue à nouveau lorsque dans le public, je reconnais Adrien. OUF. Il est venu jusqu’ici pour voir le départ, je ne sais pas du tout comment il va faire pour voir le restant de la course mais je m’en fous. Je dis à Trixia d’aller avec lui et elle m’obéit. Un tracas en moins ! En regardant dans la direction de mon meilleur ami, il me fait un signe de la main pour me dire que je suis beau dans ma combinaison. Il se fout de ma gueule, ce petit con. En réponse, je lui adresse un doigt avant d’enfiler mon casque. Mes cheveux me gènent un peu alors je les dégage, je sens qu’ils vont geler mais je m’occuperai de ce détail plus tard.

Un regard autour de moi, tout le monde est quasiment prêt excepté ce Eliott pour qui le casque pose problème à cause de la longueur de son nez. Nic m’a un peu foutu les chetons avec son expression de « j’oubliais », mais c’est sans doute parce que je suis sur le qui-vive. Je prends place sur la Lokhlass, m’assurant que j’ai une position agréable pour elle. J’essaye me maintenir à son cou, tout en lui offrant des petites caresses. J’aime trop cette créature, elle est adorable tout plein. Le présentateur nous rappelle les règles du jeu, bien que je hausse un sourcil lorsqu’il parle de ne pas montrer ses petits oiseaux à la télé. N’importe quoi. Qui ferait ça ?

Je vais me contenter d’ignorer son délire et de ne pas m’attarder dessus, au risque de bêtement me pourrir le moral. Kenneth nous parle dans le casque et ça m’a un peu surpris, au début.

- Revenez entiers, sérieux ? T’es vachement positif comme type.

Je n’ai pas pu m’empêcher de répondre le premier truc qui me passait par la tête, comme si je m’adressais à un pote ou quoi. Je… Hum.

- C’est l’heure de bouffer de la poudreuse…

… En fait ce truc de micro, je sens que ça va me gaver. Si je comprends bien, tout ce que je vais dire va être entendu par mes adversaires. Etant donné que j’ai une fâcheuse tendance à parler tout seul parfois, je fais passer un peu plus pour le zarbi de service… Et il y a de grandes chances qu’ils m’entendent jurer comme un charretier, en prime.

Bah, ça ne me changera pas trop de d’habitude. De passer pour un chelou, je veux dire.



Le Bazar de Max a reçu 5 étoiles sur Google, merci à Yaya pour son avis ! wink2

Crashed Ice!!! - Page 2 OQOdE9y Crashed Ice!!! - Page 2 9r8lSvq Crashed Ice!!! - Page 2 1MF6HKS Crashed Ice!!! - Page 2 3MLhT5h Crashed Ice!!! - Page 2 PUpP1Ej
Crashed Ice!!! - Page 2 6QANkT3
Crédit avatar : harusame_BIA
Revenir en haut Aller en bas

Mister MP

Mister MP
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 19787

Dim 7 Mar - 15:30
Le membre 'Max Ohala' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 6 faces' :
Crashed Ice!!! - Page 2 Dy610


Crashed Ice!!! - Page 2 Mpsigna_by_kith_cath-dbzshdd
avatar ©️ Elune Crowley ; signature ©️ Alan White.
Revenir en haut Aller en bas

Nessa Finnegan

Nessa Finnegan
Modo & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 07/01/2016
Messages : 10245

Région : Sinnoh | Alola | Kalos
Jeu 18 Mar - 0:49
Honnêtement, la réaction de Nic Ferrari quand je débarque près du bus me fait délirer. Bien évidemment que ça me va à la perfection ! Clairement la classe à Fort Vanitas. Et, comme s’en inquiète l’ancien coureur, ce n’est même pas trop petit. S’ils n’ont pas fait de retouches, cette Molly devait être un peu grande quand même.

NESSA ~ « J’avais peur que ça soit un peu trop moulant, mais ça à l’air d’aller. Et no problemo pour le public, j’ai l’habitude. Ce sont eux qui ne sont pas prêts pour voir un gars aussi fringant dévaler les pentes ! »

Moi, frimeur ? Pas du tout. Je me contente d’être en permanence à l’extrême de l’optimisme, il faut savoir saisir la nuance. Surtout que doute fortement que mes dires s’éloignent de la réalité. Si monsieur Ferrari veut un gars pour faire le show, il l’a trouvé, parce que je suis définitivement venu là pour ça. Pour ça et pour les sensations fortes. Quoi qu’il en soit, je grimpe dans le bus, tranquilou pilou, évite soigneusement le grincheux et m’installe. Les gens finissent de nous rejoindre, pour compléter ce qui sera l’équipage du Crashed Ice, ou plutôt l’équipage moins le blagueur. Même Mister Cagoule a bien accepté de monter à bord, alors qu’il va se retrouver enfermé avec des gens pleins de germes. Je vais tousser un peu, comme ça il va se mettre à l’opposé. Ça ne loupe pas, il file se caler au fond du bus, tout seul. Vient alors probablement la scène la plus wtf à laquelle il m’ait été donné d’assister. Pourtant j’en ai vus – et faits – des trucs improbables, des trucs qu’on aurait jamais cru voir, mais là, ce gars-là décroche le pompon. « Fous ta cagoule » qui trace dans l’autre sens, qui bouscule Cyrano, tej Nic aussi, au passage, et prend la fuite. Il se fait courser par les gars de la sécurité. C’est quoi ce bordel ? Je suis dans un état intermédiaire entre la stupéfaction et l’hilarité la plus folle qui soit. Mais c’est qui ce mec, et c’est quoi son délire, sérieusement ? Je suis mort. Et il y a encore mieux, l’explication à tout ça. Oui parce que bien évidemment je laisse mes oreilles traîner quand il y a du croustillant. Le gars a donné une fausse identité et s’est foutu une cagoule sur la tête pour pouvoir participer à un truc à la télé sans se faire gruger. Le mec a utilisé le stratagème le plus cramé qui soit pour ne pas se faire cramer. Dead. La course se fera donc sans lui, je doute que ça me réveille en pleine nuit pour le pleurer, peut-être pour en rire.

Note à moi-même : Nic Ferrari aime bien taper dans ses mains. Je crois qu’il aime bien juste faire du bruit, je ne sais pas trop. Ce n’est pas tant l’info importante. Après le cas du cagoulé, le trajet a été super calme. Genre même moi, j’ai été super calme. Ou tout du moins relativement calme. Quand on a vu de plus en plus de gens, j’ai commencé à leur faire coucou par la vitre. Puis on est arrivé quelque part à l’abri des regards, et Nic nous a fait sortir, pour nous conduire dans ce dédale, disant bonjour à chaque personne qu’il croise – ce qui fait beaucoup de personnes – pour arriver dans une pièce qu’il a l’air trop fier de nous montrer. Il nous présente ça clairement plus pour lui que pour nous, mais du coup il est content, ça met de l’ambiance, moi j’aime bien, même si je m’en fous un peu. Enfin, j’apprends que la course va être diffusée via Twitch, et c’est vachement cool, parce que ça s’adapte quand même pas mal plus à la population comme moi. BON, Nic est complètement sur la touche à ce niveau-là, c’est au-delà d’évident. Et ça me fait marrer. On dirait les petits papis trop mignons qui sont perdus quand on leur montre un Motismart.

Enfin bref, on quitte la salle, et on refait un petit tour derrière, à tourner dans tous les sens que je ne sais plus où on est. Quoique si, un peu, on doit être pas loin de la piste. Nic a ouvert une porte et on peut entendre le public clairement déchaîné de là où on est. Limite ils sont plus chauds que nous, alors que je suis pas certain que ce soit possible d’être plus chaud que moi. Chaud dans le sens chaud patate, bien sûr. On voit un peu de la piste, et gros olala. Nic fait un call pour le dernier pipi, plutôt bonne idée de s’y prendre aussi tôt vu nos combinaisons, mais grosse flemme de retirer tout cet attirail pour le remettre et de devoir le faire en se grouillant. Merci mais non merci, je ne vais pas me fatiguer avant la course, ce serait me tirer une balle dans le pied. Par contre, je peux envoyer mon pokémon sur la piste. C’est le moment de faire sortir ce cher Péqueroute de sa pokéball, que le Limonde blanc puisse crâner au milieu des autres (il ne crânera pas, il va probablement ne rien comprendre à ce qu’il se passe). Ce cher Ferrari continue de faire sa vie, de nous raconter des trucs, d’expliquer. Genre on va pouvoir se parler et tout pendant la course, parce qu’on a des micros dans les casques, ce qui promet d’être trop drôle. Petit rappel des règles, avec un bonus malaise exhibitionniste. Pas trop compris mais pourquoi pas. Mais du coup, on va y aller. Genre iiiiiiiiiiiiiiiiih, on va dévaler les pentes ! J’ai trop trop trop trop trop trop trop trop trop hâte. Pour vrai.

Je suis les autres, qui prennent place sur leur propre pokémon, ou sur le pokémon qui leur est prêté. Moi… Et bien disons que je vais m’installer sur mon Limonde, comme sur une planche de snowboard. A pas peur. A pas peur de rien. J’ai entraîné Pec exprès pour qu’il joue avec son électricité statique pour me maintenir collé à lui. Je dois miser sur des chaussures bien isolantes, mais les crash-tests ont fini par s’avérer fructueux, au bout de journées entières (presque, je n’ai pas que ça à faire de ma vie, en vrai) à essayer de ne pas trop pleurer pour faire comprendre une seule maudite phrase à ce pokémon. Heureusement que je l’aime ce petiot-là, parce que – pour un pokémon électrique – il n’a pas la lumière à tous les étages. Enfin bref, je prends place, debout, là où tous les autres seront assis. Je suppose que leur fessier va regretter les bosses. Moi j’vais miser sur mes genoux pour faire office d’amortisseurs, en gros. A voir si la stratégie sera payante, parce que je n’aurai clairement pas la même stabilité que les autres. Je verrai bien, je suis dans les starting-blocks maintenant, je ne peux pas revenir en arrière, et de toute façon, je ne VEUX pas faire demi-tour.

Tandis qu’on finit tous de s’installer bien comme il faut, Papi pilote nous gratifie de la phrase la plus rassurante qui soit, je suis quasiment certain que ça va mettre Cyrano au bout de sa vie. On a le grincheux qui relève la positivité du propos, et qui rajoute une phrase un peu plus… fun ? Et bah, je ne l’avais pas vue venir, celle-là ! Et tant mieux, ça devrait lui faire du bien !

NESSA ~ « Cinq sur cinq, papi ! Et t’inquiète, en un seul morceau qu’on va revenir ! »

Clairement. Faut pas chercher plus loin. Go go go !


Crashed Ice!!! - Page 2 VuD2dwB

Crashed Ice!!! - Page 2 U9Iu4lC

Crashed Ice!!! - Page 2 VGWMEbS

Crashed Ice!!! - Page 2 Sia8FBc
avatar ©️️ Molly Strauss
la pension →

Crashed Ice!!! - Page 2 Ns3z2BV

Revenir en haut Aller en bas

Mister MP

Mister MP
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 19787

Jeu 18 Mar - 0:49
Le membre 'Nessa Finnegan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 6 faces' :
Crashed Ice!!! - Page 2 Dy610


Crashed Ice!!! - Page 2 Mpsigna_by_kith_cath-dbzshdd
avatar ©️ Elune Crowley ; signature ©️ Alan White.
Revenir en haut Aller en bas

Eliott Terrebel

Eliott Terrebel
Ranger Alola

C-GEAR
Inscrit le : 14/07/2017
Messages : 874

Région : Alola
Dim 21 Mar - 10:40
Une fois son petit aparté fini, Eliott se dépêcha de retourner dans le bus prendre place aux côtés des autres concurrents tout en portant un regard appuyé sur celui qui avait la combinaison rose. Pendant tout le trajet, il se dit que ça ne devait pas être facile de porter un tel costume et d'attirer les regards de cette façon. Après il y aurait bien des façons qu'on le remarque comme par exemple enchaîner les chutes ou alors être le plus rapide et filer comme un dieu de la glisse. Enfin, c'était inenvisageable mais ne serait-ce que l'imaginer lui fit tirer un sourire idiot et rêveur. Et la dure réalité des 100 km/h lui revint en mémoire, tel un boomerang ricaneur à l'idée qu'il puisse atteindre des vitesses même si à quelque part, le faire avec Orina rendait la chose un peu moins extrême, sans se douter un seul instant (le pauvre ne l'avait pas envisagé uns eul instant malgré son imagination fertile sur l'anticipation du danger) que l'otarie était aussi folle furieuse que Nic et vraiment bien taillée pour cette course.

Il y eut beaucoup de remue-ménage alors qu'il avait discuté avec Jacob. L'un était parti dans les airs avec son gros dragon gentil-mais-méchant, le dénommé Yahiko était parti au fond du bus, de même que Max et le gentil-vieux-monsieur-dont-il-avait-déjà-oublié-le-nom qui avaient rapidement pris place dans le bus devant tous les emmener. Le garçon rose se trouva à rentrer dans le bus juste avant lui, bon dernier avant même de commencer cette course de l'enfer. Nic vit alors le problème que lui posait le soucis du casque avec son nez un peu trop long. Dire qu'il se sentait encore plus crétin que d'habitude était un euphémisme mais en même temps c'était un peu normal puisqu'il remplaçait la participation de Walker qui, LUI, avait un nez normal. Le monde était cruel et impitoyable contre les gens mal formés et il s'attendait déjà à voir fleurir des sourires moqueurs sur le visage des concurrents. Mais non, au contraire, Nic lui apparut bien plus humains que bien des gens qu'il avait rencontré par le passé, se souciant même de cet handicap physique pour le moins insolite pour al bonne tenue de la course. Il lui a été proposé un autre casque, un peu plus adapté à sa morphologie. Un vrai soulagement, surtout quand son nez avait déjà prit une drôle de couleur à force de rester dehors par ce temps quasi hivernal. Son soleil d'Alola lui manquait déjà ! « Merci Nic, c'est super sympa » Eliott était sincèrement reconnaissant. Il lança un drôle de regard de gamin à moitié apeuré en voyant tous les candidats se concentrer dans le bus. Cela lui fit prendre la tension du moment et son stress commença à se manifester pour de bon.

Il y eut finalement cet événement étrange avec Yahiko. Sans même qu'il ne s'explique, il s'était retrouvé par terre avec un « Désolé l'ami » glissé uniquement pour lui, à voix basse. Et cette voix, il la connaissait, il en était certain. Mais qui est-ce que c'était ? Ce ne fut qu'un peu plus tard qu'il sut qu'il s'agissait de Chikao, un gars super sympa qu'il avait rencontré dans une de ses missions d'entrainements avec les Lion's Gate, à Galar. Et forcément, une fois la surprise passé, cela l'avait inquiété durant tout le long du trajet : qu'est-ce qui lui était arrivé ? Pourquoi était-il venu sous une fausse identité ? Et surtout... Pourquoi la police ? Il avait l'impression que tout un pan du personnage lui était totalement inconnu et donc lui donnait l'impression qu'il n'était plus cet ami souriant et fan des rattata mais tout simplement quelqu'un d'autre. A vrai dire, peut-être que c'était un mal pour un bien car l'alolien mit toutes ses pensées sur cet incident et ne remarqua pas à quel point il était proche de la piste. Ce ne fut que lorsque le bus ralentit devant la masse de gens agglutinés au niveau du stade qu'Eliott leva les yeux. Grands ouverts. Une haie de sécurité fut créé par des agents – de Nic certainement – de manière à ce que l'on puisse accéder facilement.

Le brouhaha et les cris de fous furent pénibles. En fait, son oreille avait tendance à trainer partout et mettre à sons égaux tout ce qu'il pouvait entendre. Il ne savait pas faire autrement et cela lui avait causé quelques soucis par le passé, notamment lorsqu'une personne discute et qu'un poste de radio était audible par derrière. Il entendait, son cerveau enregistrait mais n'arrivait pas bien à démêler les conversations, du coup, il demandait à ce qu'on lui répète. Le pire pour lui ce fut dans une salle de classe, avec tous les bavardages pénibles et inutiles. EN tout cas, c'était quelque chose qu'il n'aimait aps spécialement, la foule, pour cette raison là. Mais là, il était impossible de faire autrement que de tourner la tête. D'un coup une fille qu'il connaissait trop bien se retrouva au dessus de la foule et portait dans ses bras un petit rat noir qui était animé de la même volonté de crier un message. « ELLIOOOOT ! PLUS ULTRAAAAAA ! » La pauvre Marine avait hurlé tout ce qu'elle pouvait pour lui donner ce dernier message. Le petit rat essayait lui aussi de crier quelque chose mais ce fut avec le silence de stupéfaction qu'on entendait son petit cri guerrier. Eliott se raidit, voyant son Fitz qui était venu l'encourager en compagnie de Marina. Sans réfléchir plus que cela, il leva l'index au ciel. Après tout il était aussi un presque membre des Lion's Gate non ? C'était leur cri de guerre qu'ils lâchaient pour se donner du courage et là également un message qui lui était destiné. L'équipe était derrière lui, Fitz allait le regarder faire. Il devait donner son maximum pour son partenaire et impressionner Marina.

Le groupe entra dans la salle de contrôle et on lui présenta TROP de monde. Mais genre beaucoup trop et déjà qu'Eliott n'était pas super doué avec les prénoms, lui en balancer quinze mille d'un coup lui aurait bien donné le tournis. Alors il adopta une stratégie de sûreté : rester poli, serrer la main quand on le demande et donner un sourire niais à qui en voulait. De toute façon, il ne les reverraient jamais car on ne le renverrait jamais faire une telle course. Aussi, il y avait un certains Twitch dont on partlait depuis le début mais il ne savait même pas si c'était un homme ou une femme. Du coup Eliott souriait beaucoup et tel un méchant blizzard fut totalement figé lorsqu'il vit la piste de course. No way. Jamais il n'allait descendre ça. Les pentes lui paraissaient être du n'importe quoi et fort heureusement pour lui, il avait mal calculé qu'à un moment donné la piste s'arrêtait brutalement et qu'un vide s'y trouvait. Le fameux saut dont il n'avait pas encore eu vent, cette information qui l'aurait fait fuir avant même d'être sur la ligne de départ, passa encore à travers les mailles du système de sécurité interne d'Eliott. Nic n'imaginait pas la chance insane qu'il avait à ce moment précis d'avoir encore son concurrent alolien en lice.

Puis finalement ils arrivèrent sur le haut de la piste. Deux grands pokémons étaient déjà présents et les chanceux qui pouvaient les voir hurlaient déjà leur joie de voir les concurrents sur place. On lui demanda s'il était nerveux, mais c'était pire que ça. En puis il faisait un froid tellement polaire que son nez semblait déjà se couvrir de givre. Puis on leur demanda de faire appel au pokémon qui va participer à la course pour ceux qui en avaient déjà un. Max et le vieux papi étaient déjà parti vers ces belles créatures qui les attendaient sagement. L'homme en rose avait finalement opté pour un pokémon si plat qu'il se demandait si ce n'était pas un tapis avant de se dire que non, aucun objet humain ne pouvait se retrouver dans une pokéball à part s'il était porté par le pokémon – et encore, seulement certains fonctionnaient ainsi, d'autres de la vie courante en étaient dépourvus de capacités . Mais cet homme était de toute façon atypique dans sa manière d'être, de parler. Alors un pokémon tapis c'était logique dans le fond. Le gamin au dragon orange était également là, prêt à glisser. Et enfin, ce fut le tour d'Eliott de faire appel à son amie. Dans un flash lumineux, la belle Orina se posa sur le haut de la piste.

Évidemment, le fait qu'elle se retrouva dans un froid aussi important et sous la foule l'intimida beaucoup, étranglant d'elle même sa voix cristalline et lançant un regard un peu paniqué. Mais en tournant la tête, elle vit son bienfaiteur et fonça sur lui jusqu'à l'écraser de tout son poids, heureuse comme tout de le voir. Car oui : quand ils sont ensemble, c'était souvent pour jouer ensemble ou nager en mer tous les deux. Cela se voyait tout de suite l'affection fusionnelle qui existait entre les deux oiseaux et elle la laissa prendre le dessus pendant une bonne minute en restant sur lui en se faisant un câlin mutuel. D'ailleurs elle retrouva sa voix cristalline et tout le monde put alors en profiter : elle avait cette voix si pure et douce qu'elle touchait n’importe qui pour peu qu'il soit un minimum sensible à la musique. Et encore, le spectacle était encore plus impressionnant lorsqu'elle chantait au clair de lune en direction de la mer. Personne ne savait pourquoi elle faisait cela mais une fois qu'il avait emmené Marina avec lui pour lui montrer cela, elle avait émis l'hypothèse que cela restait une réminiscence de son enfance, ce qui en définitive, n'était pas étonnant puisqu'elle avait été certainement braconnée dans son enfance.

C'était bientôt le moment. Nic finit par lui donner un casque de course adapté à sa morphologie particulière et son nez le remercia infiniment. Puis, à travers ce dernier, il leur parla de même qu'il pouvait entendre tout le monde. C'était vraiment bien car le bruit de la foule avait quasiment disparu et lui permettait de se concentrer sur moins de voix. Aussi, chacun commença à chauffer les autres concurrents avec des phrases bien senties. Ne disait-on qu'il ne fallait pas blesser son prochain ? Entre l'un qui nous demande de rester vivant, le second qui conseille de ne pas manger la poudreuse et le dernier qui était trop excité par la descente, Eliott ne savait plus trop quoi dire de plus et ne voulait pas non plus continuer dans ce délire. Une fois avec avoir enfourché Orina, le compteur de la mort commençait à s'afficher.

Non, il voulait rester positif. « F... Faites attention à vous hein ? Je vais prier les dieux Tokos qu'il ne vous arrive rien... » C'était le mieux qu'il puisse faire et effectivement, alors que la foule était en délire alors que la dernière minute arrivait, il ferma les yeux. Il essayait de se concentrer comme il le faisait avec ses exercices de méditations pour la force Z. Il la sentait, elle était en lui, comme une petite flamme dans le creux de son estomac. Mais il n'était pas seul, Orina l'accompagnait dans cette glisse, puis les copains et Fitz le regardaient. Il avait fait également toutes ses prières récemment donc normalement, ça devait bien se passer non ? La foule en délire faisait la fin de décompte. Le stress explosa en lui. Le vieux lui avait bien dit de garder les yeux fermés le temps de s'habituer non ?

Les yeux fermés, le départ fut lancé. Mais Eliott n'avait rien dit. Malheureusement, Orina, trop excitée par l'idée de glisser comme une folle, fonça vers la piste et ainsi commença un long calvaire pour Eliott. Pire encore, il commença à ouvrir les yeux et cette peur monstre qu'il avait enfoui au fond de lui commença à sortir crescendo dans sa voix, ameutant tout le groupe et Nic qui pouvait ainsi admirer la performance vocale sur le plan de la puissance qui semblait sans limite chez l'alolien.

« aaaaaaaaaaaaaaaaaaAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHH »


Crashed Ice!!! - Page 2 005_0110
Crashed Ice!!! - Page 2 Graphe10Crashed Ice!!! - Page 2 Weedteam_by_kith_cath-dcg139wCrashed Ice!!! - Page 2 Stamp_17
Revenir en haut Aller en bas

Mister MP

Mister MP
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 19787

Dim 21 Mar - 10:40
Le membre 'Eliott Terrebel' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 6 faces' :
Crashed Ice!!! - Page 2 Dy610


Crashed Ice!!! - Page 2 Mpsigna_by_kith_cath-dbzshdd
avatar ©️ Elune Crowley ; signature ©️ Alan White.
Revenir en haut Aller en bas

Haeshle Suibhne

Haeshle Suibhne
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 13/11/2020
Messages : 1210

Région : Galar
Lun 29 Mar - 19:49
Ce Nic, tu l'aimais bien. Et pas seulement parce qu'il avait accédé à ta requête, te laissant voyager par tes propres moyens. Ce qui te plaisait tant, c'était cette énergie débordante, cette sympathie et surtout son ouverture d'esprit. Tu avais vaguement entendu son échange avec machin et son nez disproportionné ou avec bidule en tenue rose, alors que tu attendais simplement que le bus démarre non loin de là. Nic n'a eu aucune réflexion désagréable, aucune moquerie, rien. Seulement une petite attention bienveillante, pour la sécurité et le bien-être de ces gars là. Et c'était chouette. Tu appréciais cette ambiance qu'il cherchait à instaurer. Et ça te mettait pas mal en confiance.

Par contre, tu ne saurais expliquer ce qui s'est passé ensuite, avec le gus cagoulé. Il avait fuit avec la police au cul, bousculant Nic par la même occasion, soit disant pour un problème d'identité. Tu aurais même juré l'entendre rire de la situation. Mais ce que tu ne comprends pas, c'est pourquoi fuir de la sorte. Qu'il ait donné une fausse identité, bon... C'était un peu stupide dans la mesure où il a décidé de cacher également son visage en pensant que ça passerait crème. Enfin, tu n'étais pas le mieux placé pour juger les idées des autres. Tu es toi-même un pro pour prendre de mauvaises décisions. Quoi qu'il en soit, tu estimes qu'il aurait été plus simple pour tout le monde de simplement expliquer la situation, prétexter vouloir protéger son identité au pire des cas. Mais fuir, c'était bien la pire connerie qui soit. Ça ne ferra qu'arranger les choses. Mais ce n'est plus ton problème à présent. Bon vent camarade, ça ferra toujours un concurrent en moins.

A la suite de ce petit épisode fâcheux, Nic grimpe enfin dans le bus qui démarre quelques secondes après. Tu fais signe à Flick qu'il était temps de se relever, mais il ne semblait pas de cette avis. Tu vois le bus s'éloigner tandis que ton dragon refusait d'avancer autrement qu'en rampant au sol. Ce n'est pas ainsi, ni même avec cette vitesse que vous parviendrez à suivre le bus. Tu essaies de le secouer un peu, de le pousser, mais il ne fait rien de plus que grogner légèrement, l'air de dire « laisse moi tranquille, je veux glisser ». Sauf que s'il ne se lève pas maintenant, il n'y aura pas de glisse du tout. « Très bien. Reste par terre si tu le souhaites. Mais on ira pas faire ce concours de glissade, tant pis ! ». Tu hausses les épaules, marmonnant quelques petites choses pour le faire croire que tu cherchais le chemin le plus court pour rentrer à la maison. Tu l'entends taper du pieds, poussant un grand soupire. Ton plan avait marché. Même un peu trop bien, parce que tu n'as même pas le temps de te retourner qu'il t'as déjà agripper pour te foutre sur son dos. Tu t'accroches tant bien que mal à lui, n'ayant pas le temps de t'installer correctement qu'il avait déjà décollé. C'est bien, au moins il avait la rage de vaincre.

En quelques battements d'ailes, vous parvenez à rattraper le bus. Tu l'aperçois vaguement au loin et tu le désigne à ton dragon pour qu'il garde son attention par là. Plus déterminé que jamais à participé à cette course, il redescente un peu, pour se stabiliser tout juste au-dessus du bus et ne plus le perdre de vue. Ce trajet, tu trouvais qu'il était passé à la vitesse de la lumière. Peut-être parce que tu étais secoué par la peur de tomber à chaque instant et que ça restait toujours plus « amusant » qu'un simple trajet en bus. Mais tu ne caches pas ton soulagement lorsque tu rejoins enfin la terre ferme. Tu n'avais même pas prêté attention à la foule qui se trouvait sur le chemin et tu n'auras même pas le temps de lui faire signe après avoir retiré ton casque – oui, parce que tu l'avais tout de même mis, tu tiens tout de même à ta vie – puisque les portes du parking où vous vous trouvez se referment tout de suite après vous. Mais tu les entends, ces gens. Et ça te fais prendre conscience à quel point cette course n'était pas une simple distraction.

Ton casque sous le bras, tu caresses le ventre de ton gros dragon avant de rejoindre le reste de la troupe. Tu affiches un large sourire. Tout se précipitait. Et tu avais hâte. Même Flick cessait de faire le mollasson. Il était piqué sur ses pattes arrières, confiant. Lui aussi avait hâte.

Tu suis le groupe, zigzagant dans les locaux, saluant chaleureusement les employés qui se dressaient devant vous et qui vous montraient de l'intérêt – la moindre des politesses quoi. Et puis, à ta plus grande surprise, vous vous retrouvez dans la régie, là où se trouvera Nic pendant votre descente. Tu ne comprends pas trop pourquoi il vous emmène ici, bien que tu t'en réjouisses. Tu adores découvrir ce genre de chose. Ça fait un peu partie de ton univers à toi, bien que tu n'y touches jamais directement. Mais tu reconnais certaines machines qui sont similaires à celles utilisées au conservatoire. Tu peux dire que tu barbotes dans ton élément. Tu aurais aimé envoyer une photo à ton ami qui t'a accompagné jusqu'ici, pour qu'il sache ce qu'il ratte en refusant de participer, mais puisque tu avais laissé ton téléphone dans les vestiaires, ça s'annonce un peu compliqué. Tu te contenteras donc de lui imager au mieux avec des mots.

Ton cœur s'affole quand le mot « twitch » est prononcé. Ça, c'est chez toi. C'est ton petit truc à toi qui te rendait si spéciale. A vrai dire, tu es comme un gosse dans une confiserie : tu as du mal à contenir ton excitation. Avoir des milliers d'yeux rivé sur toi, ça ne te faisait rien. Tu y es habitué. Et savoir que ta petite descente sera retranscrite sur twitch te rassure presque. Tu aimerais bien prévenir tes abonnés de la nouvelle, mais tout comme pour Sharlieh, ça va devoir attendre. Tu espères que la rediffusion sera accessible à tous. Avec un peu de chance, tu pourras demander à la fin de la course si tu peux avoir les rushs de tout ça, histoire de montrer tout ça sur ta propre chaîne plus tard. Mais d'abord, il faut dévaler cette pente.

Vous quittez la régie, empruntez de nouveaux couloirs pour enfin parvenir au sommet de cette piste dont vous venez tout juste d'avoir un aperçu depuis la régie. Tu entends une partie de la foule s'exciter en vous voyant. Ton cœur palpite à nouveau. Tu es comblé de bonheur. Tu n'es pas un amoureux des sports extrêmes – ni du sport en général – mais étrangement, tu n'avais pas peur de ce qui t'attendait. C'était une expérience enrichissante, selon toi. Et puis, tu n'auras pas le temps de comprendre quoi que ce soit que tu seras déjà en bas.

Nic vous propose une pause pipi, tu déclines gentiment. Pas le temps pour ces choses là, ça attendra bien la fin. Et puis, tu étais trop émerveillé par ce qui t'entourait que tu ne pouvais même pas songer à tes propres besoins vitaux. As-tu envie de pisser ? Tu ne le sais pas. Et au pire, tu le découvriras pendant la course – il faut se dire que ça peut tenir chaud, voilà tout.

On donne un casque approprié au gars au nez bizarre. Et puis on vous donne les dernières instructions qui ressemblent surtout à une piqûre de rappel. A l'exception toutefois de cette remarque sur vos « oiseaux ». Est-ce que ça veut dire qu'il a déjà eu un invité qui s'est dénudé en public ? Quelle drôle d'idée. Enfin, tu n'as aucun problème avec ton corps, mais de là à montrer tes attribues à qui le veut... disons qu'on ne fait pas ça devant une caméra quoi.

Tu enfiles enfin ton casque, te rapprochant de la ligne de départ avec Flick. Tu lui frotte le dos. Et il se couche au sol, rabattant ses ailes. Tu as bien du mal à grimper sur lui, puisqu'il n'arrivait pas à tenir en place. Même une fois bien installé, tu le sens remuer son postérieur. Il ne tenait plus. Il voulait entendre le signal de départ et dévaler cette pente qui le fait tant saliver. Fort heureusement, il a bien compris qu'il ne pouvait pas partir tant qu'il n'avait pas l'autorisation.

Une voix retentit dans ton casque alors que tu regardais le public autour de vous – à la recherche de Sharlieh, sans grand succès. Ça te rappel ainsi que tu pouvais communiquer avec les autres pendant la course, ainsi qu'avec Nic, en cas de problème. C'était cool, même si tu n'étais pas certain d'en faire vraiment usage. Enfin, ça pouvait être drôle d'entendre les autres hurler de peur ou râler de se faire dépasser.
Cette voix que tu as entendu, c'est celle du pilote. Il vous dit de revenir entier. Tu ris, alors qu'un autre – celui aux beaux cheveux – peste sur sa réflexion. L'important selon toi était de revenir tout court. Le « entier » n'était qu'un détail. Et tu avais bien envie de réagir en ce sens, mais belle crinière surenchéri en parlant de manger de la poudreuse. Drôle de concept. « T'as des goûts chelou toi dis-donc. » souffles-tu, un léger sourire en coin.

Et puis résonne la voix de celui qui avait si peur. Il vous dit de faire attention et parle de... Toko ? Qu'est ce que c'est que ça ? Tu te tournes en sa direction. « Toko ? C'est une barre chocolaté ? ». Tu n'avais jamais entendu parlé d'un certain bidule nommé Toko. Et à l'entendre, il y en avait plusieurs. Mais à tes oreilles, ça sonnait comme un nom de nourriture. Et prier la nourriture, c'était une très bonne chose. Parce que le manger, c'est sacré ! « Tu crois qu'ils en ont en loge ? Tu me ferras goûté ? ». Tu te doutes que ces « Toko » n'avaient rien à voir avec ce que tu peux retrouver dans ton assiette. Mais si jamais ça peut détendre ce type, alors tu as tout gagné.




Revenir en haut Aller en bas

Mister MP

Mister MP
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 19787

Lun 29 Mar - 19:49
Le membre 'Haeshle Suibhne' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 6 faces' :
Crashed Ice!!! - Page 2 Dy510


Crashed Ice!!! - Page 2 Mpsigna_by_kith_cath-dbzshdd
avatar ©️ Elune Crowley ; signature ©️ Alan White.
Revenir en haut Aller en bas

Miss E

Miss E
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 3689

Sam 24 Avr - 0:51
Vous voilà tous sur la ligne de départ, chevauchant vos montures et n'attendant plus qu'une chose : le signal de départ. Mais il fallait faire preuve d'encore un peu de patience. En effet, vous deviez attendre que Nic retourne à la régie – cet endroit qu'il a tenu à vous montrer avant de vous conduire ici. Et vous commencez sans doute à connaître l'animal ; celui-ci ne sait que très peu garder sa langue dans sa poche. Alors, même si le trajet jusque là-bas est assez court, il se trouve être particulièrement long pour ce dernier, s'arrêtant auprès du moindre humain qui se présente sur son chemin pour échanger quelques mots. Ce qui vous laisse le temps à chacun d'échanger un peu plus longtemps et de souffler un bon coup avant la grande glissade.

Fort heureusement pour vous, il n'y eut que deux personnes sur le chemin de Nic. En un peu moins de cinq minutes, il était enfin dans ses quartiers. Il prit toutefois le temps de discuter avec son équipe autour de lui, pour s'assurer que tout était en place, que tout marchait bien, que tout le monde pouvait l'entendre et/ou le voir – y compris sur cette drôle de plate-forme dont il avait déjà oublié le nom. Une fois le tout vérifié, il se place enfin dans son siège, se racle la gorge un bon coup tout en tapotant ses fiches et il fait signe aux autres qu'il était enfin temps de démarrer les hostilités.


Une petite musique retentit, vous laissant comprendre que ça y est, c'est l'heure. Il n'est plus question de faire demi-tour à présent. La foule s'excite. Et peut-être que la pression naît en vous par la même occasion. Mais ne vous inquiétez pas : vous n'aurez même pas le temps de réussir à prononcer correctement le nom de votre voisin que vous serez déjà en bas.

« Mesdames, messieurs – et vous aussi les enfants – tenez vous prêt ! Dans quelques instants, vous assisterez à la plus incroyable des courses sur glace. ». Cette voix n'était pas celle de Nic. Elle vous est même inconnue. Mais elle n'est là que pour réveiller les esprits endormis dans le public et rien de plus. « Cet événement hors du commun vous est proposé par Tauros, la boisson énergisante, le nectar des dieux qui donne des ailes ! ». Oui, c'est bien leur slogan. « Nous vous informons également que pour toute boisson Tauros achetée, la seconde est gratuite. Alors profitez-en ! ». La foule s'exclame, certains quittent leurs sièges sans attendre. Comme quoi, dés qu'il est question de gratuité, plus personne ne répond de rien. « Et sans plus attendre, nous vous laissons en compagnie du grand Nic Ferarri, ancien pilote de course automobiles et présentateur de cette course pour vous ce soir. ». Des applaudissements et des cris s'en suivent. Ce n'était pas totalement le soir, mais c'était presque tout comme. « Mesdames, messieurs ; Nic Ferrari ! ». A cet instant précis, la musique que vous entendez depuis tout à l'heure devient un peu plus forte, histoire d'animer encore plus les foules et de quoi vous mettre la boule au ventre. Mais restez humble, car à présent, toutes les caméras sont braqués sur vous et des milliers de spectateurs vous observes.

« OOOOOOOH YEEAAAAAH ! Ici Nic Ferrari pour votre plus grand plaisir ! J'espère que tout le monde va bien et que vous êtes confortablement installés dans votre petit chez vous, que ce soit devant votre télé ou en retransmission sur le... ». Il se tourne vers le petit jeune qui gère la chose et qui lui souffle la réponse à l'oreille. « Le Twitch ! Et oui, vous ne rêvez pas ! On se tient à la page chez Tauros ! ». Il rit sans aucune retenue. Et peu à peu, la musique s’adoucit, pour finalement se couper. La foule s'excite à nouveau. « Alright, ALLLRIIIGHT ! Je sens en vous la passion, l'envie d'en prendre plein les yeux ! Mes petits amis, avant même de savourer ce somptueux spectacle en votre compagnie, laissez-moi vous présenter nous cinq concurrents ! ». Vous pouvez apercevoir une caméra descendre face à vous à l'aide d'une grue, arrivant doucement à votre hauteur. On peut alors dire que c'est une chance pour les plus peureux et timides d'entre vous d'avoir un casque sur la tête. Surtout que vous serez en gros plan à mesure que Nic vous présente. « Eh eh eh eh ! Voici venir le grand Wellington – Kenneth pour les intimes – sur le dos de l'un de nos Lokhlass ! Wellington est un ancien pilote de chasse – Rien qu'ça , et oui ! – Il est à présent instructeur à l'école « Cyclone ». Peut-être que ses petits élèves le regardent d'ailleurs ! Faites donc coucou à vos p'titos, l'ami ! ». Il attend un geste de sa part pour poursuivre. « A ses côtés, voici Max Ohala – lui aussi sur l'une de nos montures ! Il n'est qu'un simple coordinateur, mais nous avons vu en lui une rage de vaincre si forte que j'en ai manqué de recracher ma purée ! Et puis, vous ne pouvez pas le voir actuellement, mais je vous assure qu'il est le plus COOL des cool kids. Vous en auriez le souffle coupé ! ». Nic ventile son visage à l'aide de ses petites fiches, comme émoustillé par ce qu'il venait de dire. Connaître des choses que personne ne voit l'émouvait. « Tout proche de notre cool kid, voici Eliott Terrebel, un jeune ranger en herbe qui dévalera la piste à dos de son merveilleux Oratoria ! Mais chez Tauros, nul besoin de faire ses preuves. Nous avons le flair pour dénicher de jeunes talents ! Et je peux vous assurer que ce jeune là est IN LOVE des sensations fortes. Ça aime fort la grande vitesse ! Alors accrochez bien vos ceintures, ça va décoiffer ! ». C'était plus fort que lui, il fallait faire une allusion au grand nez du garçon. « Nous passons alors à l'étoile montante de la soirée ; Hasheu... Ha... Sui... Euh.. ». Ouai, c'était pour ce genre de problème que Nic aimait les petits surnoms. Mais à l'antenne, il ne pouvait pas se permettre ce genre de familiarité. Par chance, ce garçon était connu par un tout autre nom. « En voilà une sacrée épreuve, dites moi ! Ce n'est sans doute pas pour rien que ce jeune garçon se fait connaître sous le nom VACHE – une bien drôle d'idée si vous voulez mon avis. ». Le jeune non loin de Nic lui tape sur l'épaule et lui chuchote quelques mots à l'oreille, quelque peu blasé. « Ah, on me dit dans l'oreillette que ça se dit V.H.S. Un petit gars rétro à ce que je vois, très connu sur le Twitch et l'internet ! Un amoureux de jeux-vidéos et de musique. Un brave gamin qui va dévaler la piste avec son Dracolosse. Et on vous jure qu'on ne l'a pas choisi QUE pour sa notoriété ! ». Il rigole un bon coup avant de poursuivre. « Tout comme pour notre dernier concurrent, le petit Nessa Finnegan qui va affronter les pentes sur son Limonde un peu particulier, comme on affronte les vagues sur les plages. Finnegan. Ça aussi, c'est un nom qui devrait vous dire quelque chose. Un éleveur plutôt réputé qui a déjà vaincu l'Elite, ça ne s'oublie pas si facilement, n'est-ce pas ? ».

Nic s'est un peu étalé durant vos présentations – restant fidèle à lui-même. Il va sans dire que vous en avez sans doute plus qu'assez de son monologue. Et pourtant, le public semblait en redemander. On peut même dire que Nic sait bien vendre votre image, puisque pas mal de personnes sont en train de chercher les noms des plus connus d'entre vous sur internet pour se faire une meilleure idée de votre personne, ainsi que pour voir vos doux visages. Mais ça, vous ne le saurez que plus tard, lorsque vous retrouverez vos téléphones ou vos maisons, où vous aurez la surprise de voir des demandes de leçons particulières, de nouveaux clients ou même de nouveaux abonnés. Cette course est décidément un vrai coup de pub pour tout le monde !

« Well well well ! Mes p'tits amis, je crois qu'il est temps ! Applaudissez chaleureusement nos champions ! Ils vont avoir besoin de tout votre soutient ! Allez ! ». La foule se fait bruyante, à un point où vous ne pouvez presque plus vous entendre entre vous. A cet instant, vous voyez un type sortir un peu de nulle part avec un grand drapeau à damier dans les mains qu'il porte au-dessus de sa tête. Il attend le signal de la régis, qui elle attend que la foule se calme. Il ne faudra attendre qu'une dizaine de secondes pour entendre un premier signal sonore assez fort, symbolisant le décompte. « Hey dudes ! Vous me recevez ? Donnez le meilleur de vous ! Et ne criez pas trop fort hein ! ». Ces quelques mots de Nic résonnent dans vos casques et vous êtes les seuls à les entendre. Quand il termine son petit message d'encouragement, un ultime signal se fait entendre. Le bonhomme devant vous abaisse son grand drapeau. Et une longue sirène retenti. Ça y est, la course est lancée !

« OOOOOOH YEEEEEAH, les voilà parti à toute allure ! J'en ai des frissons tellement c'est beau ! ». Nic sautille sur sa chaise. Dans la régie, l'équipe éclate de rire au cri peu viril du jeune Eliott. Enfin, tous, sauf Nic, qui prend tout ça trop au sérieux. « Mais QUE VOIS-JE ? Monsieur Wellington aurait un problème avec sa monture ? Pourquoi donc qu'il n'avance plus ? Olalalaaaa, que d'émotiiiiiion ! ». Très vite, il change de micro pour ne s'adresser qu'à vous, dans vos petits casques. « Tout va bien Kenneth ? Faut pas hésiter à donner un petit coup de pied dans le derrière pour remettre les idées en place ! Nos montures font parfois les difficiles. ». Malgré tout, il ne se faisait pas de soucis pour le pilote ; rien n'était encore joué.


HRP:


avatar ©️ Elune Crowley ©️ 柚木昌幸 (Yuzuki Masayuki)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 2 sur 7) Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kalos - 6E G E N :: Auffrac-les-Congères-