AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : Précédent  1, 2
 
» Bienvenue Lizbeth.


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 14/12/2013
Messages : 4281

Région : Kalos / QG Ligue 4
Jeu 1 Oct - 13:24
Sur le chemin du buffet, Lizbeth et moi fûmes rejoints par un jeune homme dont le visage m'évoquait vaguement quelque chose. Quand il s'adressa avec familiarité à la championne, je me souvins que j'avais déjà eu l'occasion de l'apercevoir à la télévision près d'elle, et Lizbeth se chargea de confirmer mon soupçon.

« Ah, il me semblait bien t'avoir déjà vu quelque part ! Enchanté, Matthew. Appelle-moi Ruven. » répondis-je en lui serrant franchement la main. Autant instituer tout de suite que j'étais homme à ne pas aimer les formalités, d'autant plus devant Lizbeth qui continuait à me vouvoyer.

Nous rejoignîmes les autres champions dans la foulée. Contrairement à mes collègues qui avaient gardé une certaine retenue polie, je taquinai directement Arthur sur sa conquête après m'être présenté. Sa réaction m'apprit que leur relation était assez sérieuse : il esquissa un sourire un brin niais et ses joues rosirent un peu. Lui qui avait tant de self-control ! C'était attendrissant.
Ce qui l'était moins toutefois, c'était le comportement de Chrystal. Affichant clairement son mépris, elle ignora notre arrivée et se réfugia dans le buffet pour ne pas avoir à répondre aux salutations de Lizbeth. Il me semblait que sa colère était également en partie dirigée vers moi – parce que je me montrais chaleureux avec une nouvelle collègue ? Elle avait vraiment une attitude immature, ce qui me rappelait la différence d'âge qu'il y avait entre elle et moi. J'ignorais cependant si elle deviendrait plus sage quand elle serait comme moi proche de la quarantaine... Elle avait un caractère peut-être trop tranché pour cela. Toujours est-il que je lui en voulais de ne pas réussir à faire la part des choses et de faire souffrir Lizbeth pour quelque chose qui n'était pas de son ressort. Je savais toutefois que ce n'était pas la peine de tenter de la raisonner : elle était bien trop butée.
Heureusement, Iago était d'humeur joviale et rattrapait l'impolitesse de sa collègue par son amabilité. Il nous salua tout en assurant le service et glissa même une pique à l'encontre de Chrystal qui me fit sourire. Ravi de voir qu'il était de mon avis et qu'il ne lui passait pas sa mauvaise humeur ! Je lui adressai un sourire complice, qui s'accentua quand il nous proposa à boire.


« Je ne dis jamais non ! » lançai-je avec bonne humeur. Iago nous tendit des coupes de champagne et proposa que l'on trinque, ce que je relayai immédiatement en levant mon verre. « Excellente idée Iago ! A ton arrivée parmi nous Lizbeth, et à la promesse de magnifiques matchs ! »

Oui, ça n'allait pas plaire à Chrystal, mais qu'importe. Impossible de la forcer à accepter Lizbeth, elle se déciderait le moment venu, mais d'ici là je n'avais absolument pas l'intention de la ménager.
Lizbeth était la nouvelle Conseil 4, et ceci n'était pas négociable.


~¤~

Alexei se tenait à l'écart, appuyé contre un mur. S'il avait d'abord observé avec anxiété les agissements de Monsieur Baldwin, il s'était rapidement rassuré en voyant qu'il accueillait Lizbeth convenablement et sans tenter d'attirer l'attention sur lui comme il le faisait parfois. Honnêtement, Alexei n'avait pas à se plaindre de son nouveau travail : Monsieur Baldwin était une personnalité agréable à gérer car il était amical et facile à vivre, mais il fallait admettre qu'il était parfois nécessaire de le canaliser. Ce soir, heureusement, il avait l'air décidé à se comporter au mieux – peut-être parce que Chrystal Reid ne le faisait pas, justement – et Alexei commençait à croire qu'il allait pouvoir passer une soirée reposante.

Alors qu'il prenait une coupe de champagne à un serveur, il vit arriver vers lui l'agent de Iago Fitzroy, Dakota Fjord. Elle était tirée à quatre épingles ce soir et ferait presque concurrence à Lizbeth Grandt, si son air de pro au travail ne la rendait pas inaccessible. Elle lui fit un signe de tête et Alexei y répondit poliment. Ils avaient beau se croiser de temps à autre dans les couloirs, chacun était trop occupé pour prendre le temps de lier connaissance. Ce qui convenait plutôt bien à Alexei, qui était d'un naturel timide et réservé.
Naturel qui allait être mis à l'épreuve puisque Leon Bayle, l'agent du maitre de la Ligue, approchait avec un air avenant. Il leur demanda, très à l'aise, s'ils ne comptaient pas profiter du buffet. Dakota répondit la première sans se départir de son professionnalisme, et sentant qu'on attendait son avis Alexei l'approuva en marmonnant :

« Oui, je compte y aller quand il y aura moins de monde. »

Il resta en retrait quand la jeune femme enchaina, se contentant d'un hochement de tête pour indiquer son approbation. Tant qu'on ne s'adressait pas directement à lui, il préférait écouter les conversations que d'y participer.

HRP:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 31/08/2013
Messages : 4961

Dim 22 Nov - 19:03
Se sentir esseulé au milieu de la foule est vraiment une des situations pour l'aveugle. Il aurait pu demander de l'aide – en tant qu'organisateur, il était censé connaître toutes les personnes présentes ce soir – mais son orgueil lui interdisait de dépendre de quelqu'un pour ce genre de choses. Après tout, s'il arrivait à retourner vers le buffet, il lui suffirait de le remonter pour retrouver certaines personnes, d'ailleurs il était persuadé que Chrystal se trouverait près de celui-ci. Mais non, plus que cela, elle se trouvait à ses côtés pour l'amener hors de la foule. Elle n'avait pas fait preuve de beaucoup de douceur, mais au moins était-il tiré d'affaire. Il pouvait reprendre son rôle et se détendre un peu plus, du moins, pour le moment.
    « Ça a tous les avantages de prendre ce genre d'initiatives. Leon en a profité pour goûter tout l'alcool. »
Discréditer son agent face à ses collègues était une façon bien amusante de passer le temps.
La présence de Iago le rassurait, c'était bien mieux que de se trouver en tête à tête avec Chrystal Au moins, lui connaissait la situation – enfin, dans les grandes lignes – et serait sûrement bien plus compréhensif à son égard. Une autre présence le soulagea un instant, après l'avoir surpris. Elle pouvait ajouter cela à son palmarès, lui n'avait pas l'habitude de se faire surprendre, elle venait de réussir son coup. Arthur savait que ses amis étaient derrière tout cela, mais elle avait surtout pu se libérer. Ignis faisait donc des efforts pour ses agents ? Grande nouvelle qu'ils pourraient célébrer en plus du reste. Le maître de la Ligue caressait distraitement les doigts de sa compagne tout en participant à la conversation, souriant face à la lassitude de Chrystal.
    « Ah, ça le foie gras, je ne l'ai pas goûté... »
Ce n'était pas une plaisanterie, plutôt un clin d’œil fait à Iago, qui le comprendrait ou pas – c'était un autre problème. Si Iago lui tendit un verre de champagne, il ne lâcha pas pour autant la main de la jeune femme. Maintenant qu'elle était là, il n'avait pas envie de la laisser partir. Surtout pas avec ce qui allait se passer par la suite. Il devait se préparer.
    « Bonsoir à vous deux, je suis enchantée aussi de faire votre connaissance. »
Arthur sourit devant l'impeccable discours de sa compagne. Pouvait-elle être impressionnée de ces nouvelles fréquentations ? Il fallait bien qu'elle s'y fasse, en acceptant de partager les deux facettes de son monde, les dîners mondains feront aussi bien son quotidien que les missions d’infiltration.Le danger est malheureusement toujours présent, mais il ne pouvait pas l'empêcher de se battre. Il comptait aussi sur elle, elle savait maintenant se défendre et la Cendre que les médias connaissaient allait finir par disparaître peu à peu – ce qui n'était pas pour déplaire à l'aveugle.
    « Ah, merci Iago, tu veux être ma baby-sitter à moi aussi ? »
Le jeune homme rebondissait sur la vanne, en comprenant bien les enjeux. Oui, Chrystal vivait mal ce changement, mais il allait falloir faire avec, alors autant crever l'abcès le plus rapidement possible. Ce n'était pas ce qui occupait le plus l'esprit du maître de la Ligue. C'est avec regret qu'il lâcha la main de la jeune femme pour saisir ce que lui tendait son collègue.
    « Merci. »
En gardant toute sa contenance, Arthur picora un bout du pain avant de regarder Cendre.
    « N'hésite pas à te servir aussi.
    - Oui, justement j'y pensais. Je vais regarder tout ça. »
Elle attrapa quelques amuse-bouches avant de se remettre aux côtés du jeune homme. Elle semblait être assez à l'aise, ce qui n'était pourtant pas gagné au départ. Finalement, tous les champions étaient réunis – au plaisir de Chrystal, bien sûr – et Iago proposa un toast. Contrairement à sa collègue, il était de belle humeur.
    « Bienvenue Lizbeth. »
Sobre, mais élégant. Il leva son verre un instant avant de tremper ses lèvres dans l'alcool. Pour sûr, Leon avait fait bon choix, ce qui n'avait finalement rien d'étonnant, il avait ce genre de raffinement.

Si l'on mettait de côté la moue boudeuse et assez désagréable de Chrystal, les choses se passaient bien. Pourtant, il fallait songer à la suite. Après plusieurs minutes de discussion, autour de l'Akwakwak de la jeune femme, de petites phrases autour de qui allait baby-sitter la nouvelle et du problème qu'avaient finalement chaque champions pour s'occuper d'eux-mêmes comme des adultes. Il valait mieux accueillir la nouvelle dans une ambiance chaleureuse – à un élément près.
    « Puis-je vous demander de me rejoindre au salon dans quelques minutes ? »
La phrase était lâchée. Arthur avait retrouvé un visage plus grave, même s'il ne tenait pas à ce que tout cela se voit. Sa main se glissa doucement vers celle de sa compagne. Il avait besoin d'elle, de son soutien.

De son côté, Leon faisait de son mieux pour mettre les agents de son côté, ce qui n'était pas la chose la plus évidente. Entre Fjord qui portait bien son nom au vu de son air plus ou moins glacial et Sokolov qui semblait ne pas être des plus dégourdis, il n'attendait pas de grands discours.
    « Je vous remercie, mais l'idée vient du maître de la Ligue lui-même, je me suis plus occupé de l'organisation, le Comité n'apprécie pas toujours les dépenses de ce genre, mais quand cela peut redorer leur image... »
Il n'était pas sûr de pouvoir garder une parole libérée, mais de temps à temps cela ne faisait pas de mal.
    « Si je peux vous conseiller, n'hésitez pas. »
Il consulta sa montre, il ne souhaitait pas être pris de court vis à vis de ce que Arthur avait prévu, et l'heure approchait. Un regard vers son protégé lui confirma que tout se passait bien pour lui, Cendre l'avait rejoint et cela devait énormément l'aider, il le savait. Par contre, il avait complètement perdu de vue Mike et ça, cela risquait d'être plus problématique.
    « Excusez-moi, je dois m'absenter un instant. Je vous informe par ailleurs qu'Arthur requerra la présence de vos champions d'ici une demi-heure, ne vous inquiétez pas s'ils ne sont plus présents dans cette grande salle. »
Il ne pouvait pas plus en dire, même après espionnage, il n'avait pas pleine confiance en ses collègues. Leur lien avec le Comité était bien trop grand pour courir le moindre risque à ce sujet, et il savait qu'Arthur en avait lui aussi conscience.

Les minutes étaient passées et la tension était montée pour le Maître de la Ligue, qui avait finalement posé sa coupe de champagne et était parti en compagnie de Cendre vers le salon des champions. Arrivant dans la pièce supposément vide, il s'attarda un instant sur la jeune femme qu'il prit dans ses bras, effleurant sa joue d'une de ses mains avant de poser ses lèvres sur les siennes. Comme quoi, son handicap ne lui posait pas toujours problème. Elle se détacha plus rapidement qu'il l'aurait souhaité, mais l'excuse était toute trouvée.
    « Bonsoir Leon !
    - Non, mais faites comme si je n'étais pas là.
    - C'était bien ce à quoi je m'appliquais.
    - Allez, viens t'asseoir, ils vont arriver. »
La plaisanterie ne faisait pas mouche cette fois, l'agent savait bien qu'il cherchait à dédramatiser le moment. L'agent s'approcha de son protégé pour lui désigner le fauteuil. Ils étaient quatre installés devant quatre autres. Avec Mike introuvable, il y aurait un fauteuil mis de côté, mais tant pis, ils n'allaient pas s'amuser à l'attendre plus longtemps.
    « Prends place, Ash, tu fais partie de l'histoire. »
La jeune femme ressentit un léger stress à cette annonce. Oui, elle en faisait partie mais, d'une certaine façon, bien moins que l'agent du maître de la Ligue.
    « Ils ne vont pas tarder à arriver, tu as mis une vieille ambiance de mafia j'espère ?
    - Ne te mets pas trop la pression, Iago est déjà plus ou moins au courant, donc ça ira.
    - Plus ou moins, oui... »

La pièce était lumineuse, le carré de fauteuils se trouvait un peu à l'écart, permettant le passage du personnel, si jamais ils ne respectaient pas la consigne d'éviter le salon pendant un temps. Mike, avant d'être saoul, avait préparé la salle afin que rien ne puisse en déborder. Aucun appareil électronique ne pourrait recevoir ou émettre pendant la soirée, c'était le minimum pour éviter que le nom de Stockton résonne avec une organisation secrète.



Such accounts, so RP, wow.:
 

Avatar par Elune Crowley, MiniArthur par Etsuko Michiyo.
Stuff.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/01/2015
Messages : 1799

Dim 24 Jan - 9:19
- Nous verrons cela !

Pensant avoir contrôlé la situation et avoir même réussit à renvoyer la monnaie de sa pièce à mon collègue avec un certain contrôle (heureusement qu'on ne se rend pas compte de certaines réactions physiques de son corps) je lui souris avec amusement, non sans le suivre vers le buffet, essayant maintenant de tenir parfaitement droit sur ces talons que j'exècre toujours autant ; heureusement, j'ai finit par prendre l'habitude d'en porter et je me débrouiller à peu près bien, sur terrain conquis. C'est une fois près des petits fours et des coupes de champagne que Matthew réapparaît à mes côtés, comme s'il ne m'avait jamais quitté, me demandant comment je vais après cette presque chute. Je le rassure aussitôt et, pour clôturer cet incident, le présente ensuite à Ruven Baldwin. Il lui tend la main, ravi, et les deux font connaissance. Visiblement, le champion de type feu a une bonne mémoire puisqu'il a reconnut mon agent, de l'époque où j'étais encore nageuse. Cela voudrait-il dire qu'il me connaît un peu de ma vie antérieure, qu'il a suivit mon parcours ? Je lui demanderais plus tard, si j'en ai l'occasion, et si je n'oublie pas entre temps.

Arrivés près des autres champions dont je n'ai pas encore fait la connaissance - bien qu'il semblerait que l'un d'entre eux n'ait guère envie de parler avec moi - je les salue poliment, un sourire aux lèvres. Si Iago Fitzroy me répond aussitôt et fait preuve de bonne humeur, je hausse un sourcil avant de les froncer en constant que la championne, elle, nous a tourné le dos et nous a sciemment ignoré. J'hésite à en faire la remarque, n'aimant pas du tout ce genre de comportement, mais je me refrène à temps pour me concentrer plutôt sur le champion qui s'adresse à nous : ce n'est pas le moment de mettre du désordre. Néanmoins, je me penche vers Ruven et, au creux de son oreille, lui murmure quelques mots, juste histoire d'en avoir le cœur net.

- J'ai fait quelque chose de mal ou elle est comme ça avec tout l'monde ?

Je me redresse et souris largement à Iago lorsqu'il évoque son baby-sitting ; pas besoin d'être devin pour devenir de qui il parle. Rassurée de constater qu'il me fait bon accueil lui aussi, je lui réponds avec la même bonne humeur.

- Enchantée Monsieur Fitzroy ! J'espère que le baby-sitting n'est pas trop difficile !

Je tends le bras, attrape deux morceaux de pain surprise et en propose un à Ruven, avant de déguster le mien. Pas mal, on sent que la réception a été préparée avec minutie et qu'ils ont mis les moyens. Matthew s'éloigne d'ailleurs un peu de nous pour aller se restaurer au buffet, décontracté, visiblement rassuré qu'il me soit fait bon accueil. J'écoute d'une oreille les conversations qui se font autour de nous, notamment vis à vis de l'inconnue qui accompagne le maître de la ligue ; visiblement, personne ne la connaissait avant ce soir et cela semble en amuser certains. Je me contente d'un salut poli de mon côté, non sans observer le comportement de mes nouveaux collègues, notamment celui de Ruven, qui n'hésite pas à taquiner Arthur. Je sors de mes pensées lorsque Iago s'adresse de nouveau à moi et il me faut quelques secondes pour comprendre qu'il parle du palmipède resté à mes côtés.

- Lui, c'est Klein ! L'Akwakwak tourne la tête vers le champion et le salue d'un sourire et d'un pouce levé vers le haut, l'air fier. Je souris, amusée, avant d'accepter la proposition de Iago. Je prendrais volontiers une coupe de champagne, merci.

Les verres passent de main en main et nous finissons tous avec une coupe entre les doigts, hormis Chrystal qui ne semble pas vouloir partager l'allégresse du moment. Peut-être va t-elle changer d'avis ? Commencer ce nouveau travail avec des tensions avec une collègue - sans raisons qui plus est ! - n'est pas des plus agréable, et je préfère donc me concentrer sur les trois autres personnes qui m'entoure et qui me font bon accueil, me souhaitant la bienvenue, chacun à leur façon. Je leur souris gaiement, oubliant ces petits soucis tout en levant mon verre.

- Merci à vous tous ! Que notre collaboration dure longtemps !

Je prend ma première gorgée de champagne et ferme les yeux un instant pour en savourer le goût ; comme pour les petit fours, ils n'ont pas fait dans la demie mesure. Je souris en croisant le regard de Matthew, un peu plus loin, qui a lui aussi levé son verre, symboliquement. Nous échangeons un regard avant que je ne me tourne de nouveau vers les champions présents, quelques discussions légères s'entamant entre nous. L'ambiance est plutôt bon enfant et je m'y retrouve bien, jusqu’à ce que Arthur nous demande de le retrouver ailleurs, d'ici quelques minutes.

Je jette un regard curieux à Ruven, avec qui je m'entends le mieux pour le moment, et décide de suivre la marche le moment venu, faisant signe à Matthew de rester près du buffet. Klein, lui, s'invite tout seul pour ne pas changer, restant sagement à mes côtés.


LUNA is watching you.
doubles comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ex-Champion

C-GEAR
Inscrit le : 21/08/2013
Messages : 2575

Sam 20 Fév - 5:30
C’était clair dorénavant ; personne ne se souciait de ses états d’âme. Sans doute parce que ce n’était pas habituel qu’elle en ait, ou parce que les « adultes » savaient différencier le côté personnel du professionnel. Mais ça, Chrystal s’en foutait royalement, puisque par le passé, ce n’avait jamais été un problème. Elle avait tenté brièvement de dissimuler sa mauvaise humeur à Arthur, mais c’était peine perdue. Elle fut surprise de constater qu’au fond, la remarque d’Iago sur le baby sitting la blessa. D’autant plus que le maitre de la Ligue se fit un plaisir d’en rajouter une couche, rapidement suivi par les paroles de Lizbeth. La jeune femme serra son verre dans sa main, tournant toujours le dos aux autres. Elle ne dit rien, au risque de se montrer d’autant plus détestable. Ce soir, elle et ses pensées sombres n’étaient de toutes évidences pas les bienvenues. Elle se sentait s’enliser dans des réflexions noires, se demandant au passage ce que cela pouvait bien être. N’ayant jamais souffert de la moindre dépression, ou du moins, ne s’en rappelant pas, elle avait aucune idée de comment faire pour la combattre.

Elle laissait le loisir aux autres membres de la Ligue de discuter comme bon leur semblaient, alors qu’elle n’arrivait pas à effacer le visage d’Erin de son esprit. La famille était sans doute ce qu’il y avait de plus sacré pour elle. Les amis, les collègues, les relations étaient bien éphémères à coté de ses frères, de ses sœurs… Mais elle avait perdu contact avec eux depuis si longtemps maintenant qu’elle perdait jour après jour l’espoir de les retrouver. Peut-être que cet élément récurrent jouait lui aussi sur son moral, sans qu’elle s’en aperçoive vraiment. Chrys’ avait beau y réfléchir, elle ne trouvait plus les raisons qui la poussaient à avoir son comportement normal. S’il n’y avait pas eu toute cette histoire avec Erin, sans doute aurait-elle accueillit la nouvelle avec son humour particulier. Elle aurait été attristée par la décision de Maceo de quitter la Ligue, mais avec une petite discussion, elle aurait fini par comprendre. Mais même cela, elle ne l’avait pas eu. Elle n’avait pas adressé la parole à son frère depuis sa décision. Il tentait néanmoins de la joindre sur son portable, mais elle ne prenait pas la peine de lui répondre. Elle ne souhaitait pas en parler. Refouler les sentiments inhabituels qu’elle ressentait était devenu une seconde nature. Elle finirait par retomber sur ses pattes un jour, comme elle l’avait toujours fait. Du moins, elle l’espérait.

L’alcool ne devait pas l’aider à se sentir mieux. En général, elle ne tenait pas l’alcool d’ailleurs, allant parfois jusqu’à ce qu’il soit mauvais. Mais ce soir, cela la faisait seulement déprimer davantage. Elle finit sa coupe de champagne, la posant sur la table qui lui faisait face avec aucune délicatesse. Elle n’avait pas relevé la remarque d’Arthur sur le foie gras, ne la comprenant pas, de toute façon. La jeune femme avait la désagréable sensation de ne pas être désiré, ce soir. Comme souvent par le passé, d’ailleurs. Elle sera les dents, poussant un soupir silencieux. Elle ferma les yeux, résistant à la terrible envie d’envoyer tout balader. Elle mourait d’envie d’envoyer un violent coup de pied dans le buffet, d’extérioriser un peu plus son mal-être. Cependant, elle tint bon. De toute manière, personne ne se soucierait d’elle, comme lorsqu’elle avait sept ans. Alors, à quoi bon ?

« Bon. La sale jeune se tire et vous fout la paix. Je ne voudrais pas gâcher davantage votre petite sauterie, hein ? »

Un sourire forcé se dessina sur son visage, alors qu’elle rabattait sa capuche sur sa tête, masquant le haut de son visage. Elle ne s’éternisa pas plus longtemps, quittant la salle d’un pas rapide et assuré. Elle entendit Hacken crier son nom mais elle l’ignora, l’entendant se précipiter vers les membres de la Ligue pour balbutier des excuses pour le comportement de sa sœur. Lorsqu’elle ferma la porte derrière elle, elle s’arrêta un instant. Elle fixa longuement le mur qui lui faisait face, essayant d’identifier son problème. Elle n’avait jamais eu de problèmes à adopter un comportement détaché de ce qu’elle ressentait réellement. Enfant, elle s’était vite aperçue qu’exprimer son mal être était inutile ; les adultes n’aimaient pas les enfants mal dans leur peau. Faire semblant était devenu si facile… Alors pourquoi, ce soir, elle n’y parvenait pas ? Dans ses réflexions, elle se dit qu’un humain normal aurait fondu en larmes. Mais elle n’était pas normale et c’était sans doute ce qui dérangeait le plus chez elle. A chaque fois, elle en revenait à la même conclusion. Pourquoi avait-elle cru que, cette fois-ci, ce serait différent ?

Elle irait tout de même rejoindre les autres dans le salon, comme Arthur leur avait demandé. Elle obéirait, comme un gentil toutou pour écouter ce qu’il avait à leur révéler. Elle n’avait pas envie d’agir comme elle avait toujours fait. Poussant un nouveau soupir, elle se dirigea vers sa chambre. Elle installa un item spécial sur la pokeball de Mario, pour l’empêcher de sortir de sa sphère. Ce n’était sans doute pas la chose la plus intelligente à faire, mais elle savait que dans l’état actuel, son Hypnomade profiterait de l’instant pour la briser et il y arriverait sans mal. Elle ne le laisserait pas faire. Une fois chose faite, elle se tourna vers le reste de sa chambre. Thor se réveillait, couché sur le lit, surpris de la voir déjà revenir. Son regard se porta sur Clarisse, son violon. Un petit sourire se dessina sur ses lèvres, repensant au surnom de l’instrument. C’était Fa’ qui en était l’autrice et, si Chrystal se souvenait bien, il s’agissait du prénom de la mère biologique de sa sœur. Pourquoi elle l’avait donné au violon, ça, la championne l’ignorait. Elle savait juste que tous ses instruments avaient le même surnom. Elle avait été forcé, en suivant ses cours, d’en changer afin d’avoir un meilleur son… Et avec son salaire de la Ligue, c’était devenu un achat qu’elle pouvait se permettre.

Elle ne réfléchit pas plus, s’emparant du violon puis de son archet. Jouer lui permettait de s’évader, de ne penser à rien. Et putain, elle en avait besoin à cet instant précis. Il ne lui fallut pas longtemps pour caresser les cordes et s’enfermer dans un monde qui lui était propre. A cet instant, elle se moquait bien de savoir que n’importe qui pouvait l’entendre jouer. Elle ne guettait pas non plus l’heure, sachant à l’avance que Hacken viendrait la chercher le moment voulu.




Dans un conte merveilleux, je suis ni la princesse, ni le prince charmant, je suis le DRAGON !
Ex-Championne de la Ligue
Autres comptes:
 
Signature & avatar made by Elisa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/08/2013
Messages : 5080

Région : Johto
Dim 20 Mar - 17:01
La grande salle grouille de discussions par-ci par-là, et Iago apprécie le fait de se réunir ainsi, tous ensemble, pour accueillir la nouvelle championne. Surpris par la décision de Maceo, ils n'ont pas vraiment pu faire quoique ce soit pour le départ de ce dernier, autant que l'arrivée de Lizbeth brise un peu l'ambiance morose de ces dernières semaines. La réception a été parfaitement organisée par Arthur et Leon (venant de ce dernier il n'en attendait pas moins). Même s'il n'en sait qu'une partie, il a compris que c'est une invitation importante pour l'aveugle, qui va au-delà d'une simple présentation auprès de Miss Grandt.

« Et il a eu bien raison ! »

Sans être parfaitement proche de l'agent d'Arthur, Iago en vient sans cesse plus à l'apprécier, à chaque occasion qu'il a de discuter avec lui. De même, un lien assez particulier le lie à Arthur au regard de la discussion qu'ils ont pu avoir. Il sait que l'homme a tout un bagage assez difficile à porter, en plus de son handicap. Si d'une manière ou d'une autre, il peut l'alléger en ayant connaissance de tout cela, il fait de son mieux pour être disponible et à l'écoute... même si à bien y regarder, les deux bruns sont plutôt discrets quand il s'agit de leur vie personnelle.

Sentant que Chrystal n'y met guère du sien pour alléger l'ambiance, l'euphorie que Iago ressent dans ses veines le pousse à être joyeux pour deux et de bonne compagnie. Il a un sourire en entendant la remarque sur le foie gras. « Dommage, parce que ça vaut le détour. » Clairement, les autres ne peuvent guère comprendre, mais le fait qu'il de voir des toasts au foie gras indique que l'effort a été double, pour satisfaire les convives, malgré les préférences culinaires d'Arthur et Leon. Un sourire franc naît sur les lèvres de Iago tandis qu'il salue Cendre qui se présente poliment. La jeune femme prend progressivement en assurance, malgré le territoire inconnu dans lequel elle se retrouve. Pire encore que Lizbeth, les personnes présentes (hormis Arthur et son gang, apparemment), ne sont ni des amis ni des futurs collègues, et elle doit certainement sentir que personne ne s'est attendu à ce que l'aveugle leur présente une compagne. Mais finalement, cela prouve que l'homme n'est pas aussi solitaire qu'il semble l'être parfois. C'est une bonne chose.

Le sentiment de liberté qu'il s'est infligé libère tout autant sa langue que son attitude, et sa petite phrase sur le « baby-sitting » a fait mouche, auprès d'Arthur comme de Lizbeth et Ruven, qui se sont approchés. Iago fait le service et fait un clin d’œil à l'aveugle. « Je crois que ta baby-sitter attitrée n'aimerait pas la concurrence ! » En disant cela, il cherche du regard Leon, qu'il remarque auprès de Dakota, son agent, et Alexei, celui de Ruven. Ce n'est sans doute pas la meilleure manière de désamorcer l'esprit boudeur de Chrystal, bien au contraire, mais ça lui est venu comme ça... et apparemment, les autres champions s'en amusent, sauf la concernée. En effet, Chrys et son sweat à capuche se sont éloignés sans discrétion à peine Lizbeth arrivée au niveau du buffet. Iago l'observe avec un soupir puis se retourne vers la nageuse, qui fait preuve d'une belle prestance. Elle a certainement compris que quelque chose se trame vis-à-vis de l'autre championne, mais elle a la lucidité de ne pas trop réagir dessus, même si elle ne cache pas son désarroi. Il faut admettre qu'en matière d'accueil, on a vu bien meilleur. « Non ça va, question d'habitude ! »

Il en profite pour tendre un petit pain à Arthur et en enfourne un de son côté, voilà qui lui ouvre l'appétit. Avec des yeux brillants, il s'amuse de voir un aspect de la facette du maître de la Ligue qu'il n'avait jamais vu jusque-là, tout en douceur et en prévoyance vis-à-vis de la dénommée Cendre. Comme un adolescent transi au début de sa relation. Il n'en sait guère plus concernant ces deux-là, mais il faut admettre qu'ils sont attendrissants. Ses yeux sombres glissent ensuite sur le pokémon qui ne lâche pas Lizbeth et il n'hésite pas à questionner à son sujet. « Ton starter, j'imagine ? » Il a eu un léger temps d'hésitation et se dit que finalement, puisqu'ils vont maintenant cohabiter et être collègues, il peut la tutoyer, comme le fait Ruven. « Enchanté Klein, alors. »

Suite à sa proposition, il remplit les coupes de champagne puis un toast est ensuite rapidement porté en l'honneur de Lizbeth. Les verres s'entrechoquent et chacun y va de sa petite phrase. « Bienvenue à la Ligue ! » Dans le reste de la pièce, d'autres verres sont eux aussi levés, par les agents ou les membres du personnel. Il faut dire que c'est bien pour la nouvelle championne, à l'origine, qu'a lieu cette réception.

Sans trop de surprise, Chrystal ne participe pas au toast... et c'est à peine si elle semble s'intéresser aux paroles d'Arthur, lorsque celui-ci, d'un ton sérieux qui tranche un peu avec l'instant, indique qu'il les attendra dans le salon quelques minutes plus tard. L'invitation vaut uniquement pour les champions et ça, Iago le savait. Il fait un rapide signe de tête à Cendre, tandis que le couple s'éloigne.

Au niveau des champions, entre Ruven, Lizbeth et Iago, la discussion poursuit facilement son cours, même si Lizbeth paraît un peu décontenancée par tout ce qui se passe. Ruven, de son côté, a l'air d'avoir un très bon feeling avec l'athlète et lui parle toujours avec son aisance et son charme naturel.

A l'autre bout de la pièce, Dakota fait poliment la conversation auprès d'Alexei et Leon, elle reconnaît dans ce dernier une grande capacité de coordination et un collègue efficace. Alexei, lui, est plus en retrait et écoute sans rien dire. Elle récupère un toast du bout des doigts et croque dedans avec appréciation. Et lorsque Leon reprend la parole, pour annoncer que les champions se rejoindre un peu plus tard, elle plisse les yeux. Elle est du genre à vouloir tout savoir et tout gérer, elle aussi. Elle n'aime pas l'inconnu, pas dans son travail tout du moins.

« Hé bien, que de mystère. Mais d'accord merci de nous prévenir. »

Leon s'éloigne alors, suivant de près Arthur et l'autre jeune femme vers le salon en question.

C'est à ce moment-là que Chrystal arrête ses faux semblants. Comme si... comme si elle a accumulé sa rancœur jusqu'à cet instant et qu'une cassure se fait, comme si elle n'en peut plus de faire semblant. Son comportement n'était déjà pas celui qu'on aurait pu attendre d'elle, mais là... elle prend tout le monde de court et Iago ne peut s'empêcher de froncer les sourcils en la regardant faire. Elle rabat sa capuche sur sa tête et elle donne l'air d'une adolescente boudeuse, qui s'en va dans son coin. Iago pousse un soupir, il fait un pas dans sa direction tandis qu'elle leur tourne le dos et finalement s'arrête. Elle n'a sans doute besoin de personne. Le départ de Maceo, ce sentiment d'abandon qu'elle a évoqué, personne ne pourra y faire grand chose. Le temps, et lui seul, pourra atténuer tout ça.

Mais en attendant, cette attitude gamine et immature ne l'aide en rien, car partout dans la salle les autres présents la suivent du regard et certains murmurent déjà. Cela risque de remonter jusqu'au Comité, très certainement. Que l'absence de son demi-frère lui pèse, c'est normal, qu'elle ne parvienne pas à prendre sur elle, c'est autre chose. Iago la suit du regard et prend finalement le parti de revenir vers Ruven et Lizbeth, tandis qu'Hacken court rejoindre Chrystal.

« Rah, ces ados... » Il veut détendre les choses mais il faut reconnaître que Lizbeth mérite des explications en bonne et due forme. Elle les aura, peut-être pas tout de suite, mais elle les aura. Il lui souffle d'ailleurs. « Elle a du mal à se remettre du départ de Maceo, mais ça va aller. »

Pendant quelques minutes, rejoints par Matthew, le quatuor poursuit sa discussion, essayant d'oublier ce coup d'éclat... même si cela paraît difficile.

Vient ensuite le moment de rejoindre le salon, comme demandé par Arthur. Regardant derrière lui, Iago se demande si Chrystal compte venir.


Dominic Hazel
Nathanael McKoy
Oluwadja Ilo
Milo Jo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hippocampelephantocamelos.wordpress.com/


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 14/12/2013
Messages : 4281

Région : Kalos / QG Ligue 4
Mer 23 Mar - 21:47
Chrystal m'agaçait franchement. Malgré toute la bonne humeur dont je pouvais faire preuve et la sincérité de mon enthousiasme à l'idée d'accueillir Lizbeth, je ne pouvais m'empêcher d'éprouver de l'irritation à la voir là, prostrée près du buffet comme une adolescente boudeuse, enfermée dans son impolitesse qui la rendait ridicule. Est-ce que Maceo avait fait du forcing pour qu'elle soit prise en tant que championne ? Il m'avait assuré que non et je le croyais en effet trop intègre pour cela, mais je ne m'expliquais pas autrement la nomination de Chrystal en tant que Conseil 4 au vu de son attitude indigne d'une professionnelle. C'était une réception officielle, et même s'il n'y avait pas de journalistes dans la salle il était évident que le Comité attendait de nous que nous soyons exemplaires. Il y aurait des répercussions au comportement de Chrystal, même si elle avait ses raisons et que tous les connaissaient... Mais ce qui m'énervait d'autant plus, c'était que Lizbeth était loin d'être dupe et qu'elle avait bien remarqué cette hostilité à son égard. Elle m'en fit d'ailleurs part à voix basse, pour que je sois le seul à l'entendre, et je lui répondis par un haussement d'épaules blasé qui lui indiquait que cela ne m'étonnait pas. Je ne pouvais pas faire comme si ce n'était pas dirigé vers elle, mais clairement elle n'avait pas à se sentir coupable de quoi que ce soit.

Heureusement, tous mes autres collègues étaient d'accord avec moi et ignoraient Chrystal pour faire bon accueil à Lizbeth. Cela n'allait clairement pas arranger l'humeur de la première, mais au moins la deuxième ne souffrirait pas d'être mise de côté à peine arrivée. Je goûtai au pain surprise que me tendait Lizbeth tandis que Iago entamait poliment la conversation avec elle. Hum, saumon. Classique, mais indémodable. Après le toast et quelques minutes de discussion, Arthur et sa compagne prirent finalement congé pour nous attendre dans le salon des champions. La curiosité me piqua à nouveau ; Cendre n'était donc pas la grande nouvelle qu'il avait à nous annoncer ? Je vis que Léon, l'agent d'Arthur, partait à leur suite en laissant Alexei et Dakota, la charmante agent de Iago, seuls près du buffet. Ils n'étaient pas conviés, je suppose - il faudrait donc qu'Alexei tienne la conversation avec la jeune femme ? Eh ben, ça promettait !

Ce fut à ce moment-là, alors que je m'apprêtais à conjecturer avec Iago sur ce grand secret qu'allait nous révéler Arthur, que Chrystal n'y tint plus et cracha sa colère, avec ce sarcasme qui lui était habituel. Ha, là voilà qui se posait en victime ! Franchement, j'avais beau savoir ce qui la mettait dans cet état, le père que j'étais ne voyait dans son attitude qu'une gamine tournée vers elle-même. Oui elle souffrait, oui c'était terrible ce qui arrivait à Maceo et Erin, mais elle devait faire la part des choses. C'était aussi ça, être adulte.
Elle quitta la salle en grande pompe, se faisant ainsi remarquer par tous les convives qui affichaient un air effaré. Iago esquissa un geste pour la suivre, mais comme son frère Hacken s'était lancé à sa poursuite il n'y avait rien de plus à faire. De toute façon, à quoi bon tenter de la retenir ?


« C'est pas la peine Iago, je pense qu'elle a besoin de se calmer toute seule pour l'instant. » dis-je alors qu'il revenait vers nous.

Il tenta de justifier un peu l'attitude de la jeune femme auprès de Lizbeth, mais cela me paraissait difficile au vu de l'exagération de ces réactions. Bah, la nouvelle championne aurait bien tout le temps de découvrir que sa collègue avait un caractère quelque peu compliqué. Cela lui expliquerait bien des choses déjà.


« Oui, laisse-lui un peu de temps. » ajoutai-je. « Elle n'est pas encore prête à accepter le changement. Mais t'inquiète pas, on te fera sentir chez toi ici quand même. »

Enfin, moi en tout cas ; je ne savais pas à quel point Iago et Arthur étaient impliqués dans l'intégration des nouveaux venus. Vu ma propre expérience, je dirais qu'ils avaient d'autres choses en tête.
L'heure venue nous nous dirigeâmes tous les trois vers le salon des champions, laissant nos agents derrière nous. Je vérifiai que Lizbeth suivait bien et lui adressai des sourires pour la rassurer sur cette étrange mise à l'écart de la fête. C'était en effet un peu étrange de soustraire à la réception celle qui en était le cœur...


« Où vas-tu Ruven ? »

Je tournai vivement la tête pour chercher l'origine de cette intrusion, et vis Lear arriver en face de nous. Il me regardait avec un étrange ravissement et faisait des moulinets périlleux avec la canne qu'il m'avait empruntée - ou plutôt volée.

« Tu n'arrives que maintenant ? Où t'étais ?

- Oh, je me suis promené. La fête est finie ?

- Non, on s'isole un moment. Tu viens ?

- Non, je veux goûter le buffet. Et le.. comment tu dis ? Champagne, c'est ça ? Ce que vous buvez pendant les fêtes ?

- Lear, tu sais que je n'approuve pas. C'est vraiment mauvais pour toi.

- C'est la nouvelle championne ?
» Son regard venait de glisser sur ma collègue, toute proche de moi.

« Oui. Lizbeth.

- Ah, c'est pour elle que tu as menti à ta copine non ?

- Mais non, c'est pas pour ça. C'est juste un prétexte.

- Un prétexte très à ton goût, hum ?

- N'importe qu...

- Ton aura ne ment jamais Ruven, et si tu voyais comme elle est ch...

- BON, vas-y, fais-toi plaisir et bois ce que tu veux, ça m'est égal.
»

Il plissa les oreilles de plaisir, ce qui me fit frémir de frustration. Je détestais son expression de contentement, celle qui avait l'air de dire "aaah, tellement facile d'avoir ce que je veux avec toi". Ce qu'il pouvait me sortir par les yeux parfois.
Comme cet échange mental n'avait duré que quelques instants, Lear nous dépassa en levant sa - non, ma - canne à l'attention de Lizbeth et se dirigea d'un pas sautillant vers la réception. Je ne fis pas le moindre commentaire, trop renfrogné.

C'est donc dans le silence, et à l'heure, que nous arrivâmes tous les trois dans le salon des champions.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 31/08/2013
Messages : 4961

Dim 27 Mar - 14:37
Leon était inquiet de la tournure que pouvait prendre cette réunion improvisée. Arthur savait ce qu'il avait à dire, ce qu'il était préférable de ne pas préciser, mais pour la suite ? Allait-il savoir gérer la réaction de ses collègues ? L'éventualité de voir certains désapprouver sa manière d'agir ? Après tout, en se mettant en danger ainsi, il pouvait attirer des problèmes au sein de la Ligue. Il en était bien conscient, c'était pour cela que son identité devait rester secrète, mais pour autant... C'était bien trop complexe pour qu'une seule personne pusse assumer tout cela. Arthur aurait apprécié pouvoir passer plus de temps seul avec sa compagne, elle lui avait manqué et il se sentait étrangement mieux en sa compagnie. Elle lui apportait une certaine stabilité et rendait les cauchemars passés plus supportables, même si cela prenait du temps. Le jeune aveugle s'installa dans un fauteuil, rejoint par Cendre à sa droite. Leon, quant à lui, se tenait toujours derrière son protégé, restant pour superviser.
    « Ils ne devraient plus tarder... D'ailleurs je n'ai pas trouvé Mike en arrivant.
    - Je pense qu'il doit dé-saouler...
    - Comment ça ?
    - Il a dû tremper ses lèvres dans une coupe de champagne pour fêter ça, mauvaise idée. »
Leon soupira avant de changer de position pour se rapprocher de la porte. Mike était incorrigible, alors qu'il était censé ne pas toucher aux spiritueux - selon sa propre volonté -, voilà qu'il avait voulu participer à la fête... Il savait pourtant bien qu'il ne supportait pas l'alcool. Le chef d'équipe allait devoir reprendre ça avec lui à la fin de cette réunion. Il fallait toujours que le jeune homme se carapatât quand la situation devenait délicate comme celle-ci... Cendre se tourna alors vers son compagnon, on ne pouvait pas dire que Leon l'empêchait de montrer de l'affection à Arthur, mais sa présence le tendait parfois. Elle sentait bien que contrairement à Arthur, il n'avait pas ce côté simplement agréable. Il ne se détendait pas facilement, montrant plus de fermeté et n'ayant visiblement pas le sens de l'humour de son protégé. Elle posa la main sur la sienne et fit s'entrelacer leurs doigts. Elle aurait bien aimé pouvoir l'étreindre encore une fois avant que les autres arrivassent, mais elle préférait garder ses distances.
    « Ça va aller, ils te soutiendront.
    - Je l'espère, oui. »
Arthur n'était pas des plus prolixes, il avait cependant ses raisons, il essayait d'organiser ses pensées. Il avait préparé ce qu'il avait à leur apprendre et dans quel ordre, il savait quelles paroles il adresserait à Lizbeth pour la mettre à l'aise. La pauvre n'avait rien à voir avec tout cela, elle en apprendrait plus vite sur lui que tout autre, mais c'était important de toute façon. Il en avait assez de mentir, il avait assez joué sur les faux-semblants toute sa vie et s'il voulait du changement, c'était à lui de l'organiser.
    « Ils arrivent.
    - Ils sont là. »
L'information vint de ses deux gardes du moment, Arthur se retint de faire une remarque, sans dire que ses collègues n'étaient pas discrets, il les avait bien entendus. Enfin, il ne tenait pas à se perdre dans des explications qui pouvaient paraître fumeuses, mais depuis qu'il s'était remis de son accident, il percevait les choses différemment. C'était parfois bien utile, surtout quand on venait à le sous-estimer suite à sa cécité. Et puis, le maître de la Ligue devait avouer que depuis ce temps-là, il appréciait finalement se faire materner par Leon, c'était malgré tout d'un confort incroyable que de ne plus avoir à réfléchir sur certaines choses, simplement se laisser porter.
    « Merci d'être venus, je vous en prie, installez-vous. »
Leon les accueillit avec un sourire convenu, même s'il ne pouvait pas s'empêcher de stresser pour Arthur – notamment car il savait qu'il devrait payer les pots cassés d'une éventuelle angoisse de sa part – et les accompagna vers le fauteuils. L'ambiance était assez tendue et cela dérangeait profondément le maître de la Ligue qui aurait aimé que cela fût bien plus simple.
    « Merci à tous, installez-vous cela ne va pas durer longtemps... »
Il ne voulait pas faire transparaître la lassitude qui refusait de la lâcher à ce moment-là, il fallait espérer que cela se ferait rapidement, seulement, il manquait quelqu'un...
    « Chrystal n'est pas avec vous ? »
Leon avait posé la question à tout hasard, avant de voir la jeune femme arriver. L'agent interrogea du regard Iago, qui semblait bien découragé par cette situation, bon, il valait probablement mieux ne pas relever, quitte à pouvoir lui parler par la suite. Il décida donc de rejoindre son siège à la gauche d'Arthur, l'entourant donc avec Cendre ; celle-ci lui avait lâché la main, le laissant à ses pensées. Arthur ferma les yeux un instant, derrière ses lunettes, la différence n'était pas perceptible, mais pour lui, cela lui permettait de se reposer, ses lunettes se désactivant automatiquement. Il rouvrit les yeux pour découvrir les noms de chacun des champions devant lui, c'était le moment de se lancer.
    « Si je vous ai demandé de venir ici, c'est pour vous parler un peu plus franchement de ma situation. Je préfère que vous appreniez certaines choses par ma bouche plutôt que par la presse et je souhaite vous confier des informations qu'il faudra garder pour vous... Veuillez m'excuser d'avoir profiter de cette petite fête pour votre arrivée, Lizbeth, c'était le plus simple pour moi. »
Le maître de la Ligue marqua un temps de pause nécessaire. À ses côtés, Leon observait les champions, c'était le moment clef où il pourrait comprendre s'ils étaient un soutien pour lui. Cendre, quant à elle, couvait Arthur du regard, elle savait ô combien le moment était important pour lui. Ce dernier afficha un léger sourire avant de reprendre.
    « Je pensais m'être préparé suffisamment, mais je ne sais pas vraiment par où commencer... Bon. »
Il avait bien changé depuis son accident, auparavant il n'aurait jamais angoissé pour ce genre de choses et maintenant, la peur de ne pas être compris, de perdre son entourage. Il était pourtant plus sain de leur dire la vérité, il n'avait pas le choix s'il voulait mener ses projets à bien. S'il ne le faisait pas pour lui, il devait le faire pour Emma, pour Cendre.
    « Je suis devenu ranger assez tôt, vers l'âge de 16 ans, après avoir choisi de disparaître de la vie faste que je menais jusque là. J'ai été rapidement recruté par une organisation qui agit dans l'ombre pour protéger les Pokémon de diverses formes d'attaques. Leon, ici présent, n'est pas que mon agent pour la Ligue, il est aussi mon chef d'équipe dans cette organisation. Mike est aussi un ami de longue date, qui travaille aussi dans l'organisation. Il est celui qui a mis au point mes lunettes, dont je vous ai déjà parlé. Enfin... Lizbeth, pour résumer, je porte des lunettes qui me permettent de voir certaines informations, ce n'est qu'à l'état de prototype, mais cette disposition m'aide au quotidien. »
Allez, il ne fallait pas perdre le fil et en venir à l'essentiel, même si c'était douloureux. Arthur se tendit légèrement avant de reprendre, le passage plus compliqué arrivait...
    « Il y a quelques années, un accident m'a fait perdre la vue et ma compagne de l'époque est décédée de ses blessures. Nous avions eu une fille ensemble, seulement, pour des causes diverses, je l'ai appris il y a plusieurs mois seulement. J'ai obtenu sa garde, mais elle reste la plupart du temps chez ses grands-parents qui l'ont élevée jusqu'à présent. »
Nouvelle pause, moins pour attendre des remarques que pour se concentrer sur le fil de ses paroles, là où il voulait en venir.
    « Emma a 3 ans, c'est évidemment une merveille. Je me suis organisé auprès du Comité pour pouvoir la recevoir à la Ligue quand j'en ai la possibilité. Je ne veux pas la brusquer, puisqu'elle m'attend depuis trop longtemps et je veux le meilleur pour elle. J'espère que ce ne sera pas trop compliqué de l'accueillir ici... Avec mon handicap, il sera difficile de m'occuper correctement d'elle, je le sais, mais j'ai heureusement le soutien de Cendre, de Leon, mon équipe, mes parents et les grands-parents d'Emma pour m'aider sur tout ça...  »
C'était difficile d'imposer de cette façon sa fille à ses collègues, mais il ne pouvait décemment pas faire autrement. Son statut de maître l'obligeait, d'une certaine manière, à rester y vivre le plus souvent possible, c'était donc un souhait légitime de souhaiter la voir évoluer dans ce monde, le temps qu'il y resterait.
    « Vous comprendrez aussi que je n'ai pas arrêté ma carrière de ranger, malgré ce que je tente de faire croire. Je suis conscient que cela peut m'attirer de nombreux ennuis, mais je suis assez entouré pour ne pas perdre la face et je suis protégé afin que mon identité ne soit pas dévoilée. »
Une respiration s'imposait. Arthur avait envie de fuir pour ne pas subir le contrecoup de ces révélations, mais il n'avait pas cette possibilité. Il devait rester, assumer jusqu'au bout. Il se ressaisit, se laissant glisser au fond de son fauteuil pour faire le point, mais il avait finalement dit le plus important, peut-être valait-il mieux laisser la parole à ses collègues à présent.
    « Voilà, je pense que c'était l'essentiel, merci de m'avoir laissé terminer... Si vous avez des questions, je vous écoute. »
Arthur avait essayé d'être le plus clair possible et cela n'avait pas été simple. Il n'avait maintenant qu'une envie : partir avec Cendre et pouvoir profiter de sa présence. D'autant qu'elle ne pourrait probablement pas rester longtemps. Pour une fois, il était presque soulagé de ne pas pouvoir décrypter les émotions sur les visages de ses collègues.



Such accounts, so RP, wow.:
 

Avatar par Elune Crowley, MiniArthur par Etsuko Michiyo.
Stuff.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/01/2015
Messages : 1799

Mar 26 Juil - 14:54
- Tant mieux... Ravie de faire votre connaissance !

Cette petite discussion avec Iago me permet de me détendre un peu ; lui aussi ne semble pas dérangé par ma présence, Chrystal semble donc bel et bien être un cas à part lors de cette soirée. Tentant de mettre ce comportement de côté afin de profiter au mieux de la dite soirée, j'attrape un petit-four (après tout, ils sont si sagement posés juste à côté de moi) et le savoure tranquillement. En tout cas, la qualité est au rendez-vous : j'ai beau avoir l'habitude de ce genre de réception, la nourriture est particulièrement délicate, c'est un vrai plaisir de profiter de ce buffet. Je mange d'autres petits fours, à intervalle régulier, tout en profitant du verre de champagne que Iago m'a tendu. Nous trinquons finalement à mon arrivée, ce qui me fait particulièrement plaisir il faut bien l'avouer, et m'aurait presque fait rougir, et je les remercie, prononçant quelques mots correspondant à l'occasion. Puis nous discutons entre nous tranquillement, voguant entre des sujets sérieux et d'autres beaucoup moins, me permettant de me familiariser un peu avec mes trois collègues. Néanmoins, je ne me sens pas encore de les tutoyer, malgré la demande express de Ruven lorsqu'il est venu me souhaiter la bienvenue. J'use donc de ruse pour ne pas avoir ni à tutoyer, ni à vouvoyer mes collègues et profite de ces quelques minutes de calme... Qui ne vont pas durer.

En effet, le maître de la ligue interrompt la conversation pour nous demander de le rejoindre au salon d'ici quelques minutes. Nous acquiesçons, évidemment, tandis que je me demande le pourquoi du comment. Peut-être est-ce habituel de faire une réunion entre les champions dans ce genre de situation, peut-être pour évoquer un quelconque règlement ou pour une soirée plus privée. Va savoir, dans tous les cas je le saurais bientôt. Je jette un coup d’œil derrière moi, observant Matthew qui est proche de ceux que j'ai deviné comme étant les agents des autres champions. Il ne semble pas être très bavard, se contentant d'écouter avec attention, un verre à la main : rien d'étonnant, il n'est pas du genre à s'ouvrir à des inconnus aussi rapidement. Les choses évolueront certainement avec le temps, je ne me fais pas d'inquiétudes pour lui...

La conversation se rompt brusquement lorsqu'une voix se fait entendre, passant par dessus les autres : celle de Chrystal justement, que je n'avais pas eu beaucoup l'occasion d'entendre jusqu'à maintenant. Son intervention coupe court à toutes nos discussions et je l'observe, un sourcil haussé, ayant vraiment du mal à comprendre son comportement. Après avoir craché son venin elle part sans demander son reste, capuche rabattue sur la tête. Moi qui pensais que les champions de la ligue étaient matures et professionnels, qu'ils prenaient sur eux en toutes circonstances pour faire bonne impression... Loupé. Après un instant de silence assez lourd, Iago prend la parole et m'intrigue. Je me tourne vers lui, lui répondant aussitôt.

- Oh. Ils étaient proches... ?

Nous reprenons finalement la conversation, mais peu de temps : il est l'heure d'aller au salon. Je fais un signe à Matthew, qui a du être mis au courant vu qu'il ne semble pas étonné, et suis les autres champions, souriant à Ruven lorsque celui-ci se tourne vers moi. Nous arrivons dans une salle à part, plutôt coquette, où Arthur, sa compagne et son agent nous y attends. Ils nous demande de nous installer et je prends place dans un fauteuil, croisant les jambes tout en observant les autres personnes autour de moi ; drôle d'ambiance. Arthur prend finalement la parole, nous expliquant qu'il veut nous dire certaines choses de privées... Tout en s'excusant à mon égard. Je hoche la tête en réponse, avant de me rappeler de son handicap. Je rougis légèrement à cette pensée et prend la parole en espérant qu'on ne relève pas la bourde.

- Je comprends.

Débute alors le récit de l'aveugle maître de la ligue. Et là, je dois bien avouer que j'ai du mal à tout suivre. Je n'ai pas grandi dans le milieu des Rangers, de leur organisation et de tout ce qui en découle ; je suis issue du milieu sportif depuis le début de mon adolescence et je n'ai pas pris le temps de m'intéresser au reste. Du coup, je suis un peu perdue et je tente d'assimiler le plus important : Arthur est un Ranger dans l'ombre et il a une fille, dont la mère est décédée.

Un silence suit les derniers mots du maître de la ligue et je ne fais rien pour le rompre ; je ne me sens pas encore assez à l'aise dans cette communauté pour lui poser la moindre question et, surtout, je n'en ai pas en particulier en tête. J'observe mes collègues, me demandant s'ils seront plus bavard que moi...


LUNA is watching you.
doubles comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ex-Champion

C-GEAR
Inscrit le : 21/08/2013
Messages : 2575

Sam 10 Sep - 6:05
Une adolescente ? Ouais, peut-être qu’elle agissait comme si c’était qu’une ado. A vrai dire, elle n’avait pas réellement eu d’adolescence donc il était difficile pour elle de savoir. Tout ce qu’elle savait, c’était que la douleur qui lui étreignait le cœur était beaucoup trop vive. Chrys’ n’y était pas habituée ; elle savait que la vie était une ordure et elle avait déjà dû traverser des épreuves éprouvantes. Et, généralement, elle y parvenait sans le moindre problème. Son détachement affectif aidait bien, dans ce genre de cas. Alors… Pourquoi, cette fois-ci, c’était différent ? Ce n’était pas comme si elle avait régulièrement vu Erin. Depuis que son frère et elle étaient séparés, elle devait l’avoir vu quatre fois à tout casser. Pourtant, cette nouvelle la brisait et elle se sentait incapable d’identifier le souci, de savoir pourquoi cela faisait aussi mal. De toute évidence, elle serait seule à devoir trouver une réponse à ses questions.

Sa colère lui vrillait les tripes. Actuellement, elle se fichait bien des répercutions que pouvaient avoir ses actes, tout comme elle se moquait bien de savoir ce que les gens pensaient d’elle –ça, ça ne changeait pas beaucoup de son comportement habituel-. Elle savait cependant qu’elle aurait dû s’en soucier, mais son état actuel l’empêchait d’avoir des pensées censées. Elle voyait, quoi qu’elle fasse, le visage d’Erin se dessiner sous ses yeux. Et… Celui d’Alex aussi. Peut-être était-ce le combo de ces deux émotions qui la faisait réagir ainsi. Erin était la femme qu’elle aurait aimé devenir, celle qu’elle admirait. Elle savait pourtant que son caractère ne s’y prêtait pas. Si les autres voulaient penser que Chrystal était fière de son mental, ils se mettaient le doigt dans l’œil. Mais bon, ce n’était pas comme si cela avait une quelconque importance. Ce qu’elle arrivait à voir toutefois de tout ça, c’était que son adorable neveu allait se retrouver orphelin de mère. Et ça… Elle ne le voulait pas. Elle le refusait, elle n’arrivait pas à l’accepter, ni à le concevoir. Personne de son entourage ne devait subir ce qu’elle avait vécu. Certes, l’enfant aurait encore son père auprès de lui, mais elle ne parvenait pas à voir en quoi il y avait de la chance là-dedans. Il allait perdre sa mère et comme il était encore jeune, il ne garderait très peu voir aucun souvenir de sa propre maman.

Inconsciemment, elle cherchait des images, des souvenirs de ses propres parents. Ne pas y parvenir ne faisait qu’augmenter son mal-être. Sa vie aurait été tellement différente s’ils n’étaient pas allés à la banque, ce jour-là. Si elle pouvait, elle remonterait le temps pour changer ça. Avec la présence de ses parents, elle était persuadée qu’elle n’aurait pas eu un caractère aussi exécrable et ça n’aurait été pas plus mal pour tout le monde. Elle n’aurait pas pu rencontrer ses frères et sœurs mais… Etait-ce vraiment un mal ? Allez savoir… Une fois dans sa chambre, elle s’assura que Mario ne pourrait la faire sentir plus mal qu’à cet instant. Thor la regardait, un brin surpris, prêt à quitter la pièce. Il n’aimait guère voir sa maitresse se laisser aller ainsi face à ses émotions. Elle ne l’avait jamais fait auparavant et il ne comprenait pas pourquoi cette fois-ci, les choses étaient différentes. Elle s’empara de Clarisse, fermant les yeux un instant. Jouer lui permettrait de s’évader, de se vider l’esprit.


Les notes s’envoleraient, se mélangeant à sa mélancolie. Elle restait concentrée sur son jeu, afin de limiter les fausses notes. Elle sentit quelques larmes coulées le long de ses joues mais n’y porta pas attention. Peut-être qu’un jour, elle oserait demander à Hacken de l’accompagner au piano. Elle savait que ce dernier avait pris des cours, grâce à sa « mère ». En soi, l’idée n’était pas mauvaise. Son frère devait se douter que Chrystal jouait du violon, même s’il ne l’avait jamais dit face à elle. Il devait se dire que si elle n’en parlait pas, c’était parce qu’elle ne voulait pas que ça se sache. Ce qui n’était qu’à moitié faux. La musique continua, jusqu’à ce qu’elle arrive à la fin de la mélodie. Concentrée sur son jeu, elle n’avait même pas entendue Hacken entrer. Il était resté silencieux, en retrait. Il émit un léger bruit lorsque la musique se tut, histoire de se faire remarquer. La donzelle tourna doucement son regard vers lui, se fichant bien que son visage soit encore humide.

« C’est… C’est l’heure. »

Elle acquiesça. Elle déposa délicatement Clarisse sur son socle avant de sécher ses larmes d’un revers de manche. Le regard vide, elle se dirigea vers l’entrée de sa chambre. Elle n’adressa aucune attention envers son frère qui paraissait ne pas savoir quoi dire. C’était la première fois qu’il la voyait pleurer –en étant adulte, les pleurs lorsqu’ils étaient enfants ne comptant pas-, ce qui le troubla davantage. Son mal était plus profond qu’il ne l’aurait pensé. Elle se dirigea vers la salle de réunion, croisant du regard Leon qui s’occuper de l’arrivée des champions. Apparemment, elle était la dernière. Bah. Sans la moindre émotion affichée sur son visage, elle pénétra dans la salle en silence, s’installant autour de la table, sur la chaise la plus proche de la porte. Elle n’avait pas spécialement envie d’être là, mais ça faisait partie de son boulot hein ? Il aurait été mal vu qu’elle prenne la poudre d’escampette. Et, pour dire vrai, elle s’en moquait totalement. Elle ferait ce qu’on demanderait d’elle, sans extra. Après tout, on lui avait toujours demandé d’être moins extravagante. Parait que ça donnait une mauvaise image de la Ligue.

Elle fixait un point face à elle. Peut-être que ses yeux étaient un peu marqués de rouge, allez savoir. Le regard éteint, elle ne démontra aucune réaction aux premières paroles d’Arthur. On pouvait presque croire qu’elle n’écoutait pas, pourtant, elle ne manqua pas un mot de ce qui était dit. Elle était simplement plus docile. Elle sembla néanmoins réagir lorsque la petite Emma fut évoquée et le sort tragique qui avait frappé sa mère. Un brin de tristesse dansa dans les iris de la donzelle, tandis que son attention était dorénavant totalement captée par Arthur. Il avait perdu sa femme, retrouver sa fille orpheline de mère… Elle se sentit envahit d’un profond malaise, ne connaissant que trop bien ce sentiment. La petite n’avait que trois ans, elle n’aura donc aucun souvenir de sa mère. Tout ça, ça faisait beaucoup à assimiler. Il fallait beaucoup de courage pour avouer tout ceci d’un bloc et le maitre de la Ligue n’avait pas failli. Mais maintenant… Comment étaient-ils sensés réagir ?

« Je… Je suis désolée Arthur, pour ta compagne, pour tes yeux. Vraiment. » Cela ne faisait que la conforter dans l’idée que la vie était une chienne qui ne faisait aucun cadeau. A vrai dire, elle n’avait pas vu vraiment beaucoup d’élément positif durant ses vingt-cinq années d’errance dans ce monde, à croire que le malheur était le déterminant commun de chacun. « Je suis désolée aussi que ta fille ait dû grandir sans toi jusqu’ici, mais j’espère sincèrement que vous saurez rattraper le temps perdu. Elle a besoin de son père, ça, c’est certain. » Elle ne connaissait pas l’enfant, mais c’était un élément dont elle était sûre. Pour avoir une vie équilibrée, les enfants avaient besoin de leurs parents. Nul doute que cette petite Emma souhaitait avoir son papa à ses côtés. Chrys’ déglutit, concentrant à nouveau son regard ailleurs. Elle avait posé ses mains sur ses genoux et elle les fixait dorénavant, gardant le silence. Elle ignorait quelles seraient les réactions de ses confrères, face à tout ça, face à ce qu’elle venait de dire. En ce qui la concernait, l’information sur ses actions en tant que Ranger était passée à la trappe. Son attention s’était totalement focalisée sur l’enfant, sans grande surprise, sans doute.




Dans un conte merveilleux, je suis ni la princesse, ni le prince charmant, je suis le DRAGON !
Ex-Championne de la Ligue
Autres comptes:
 
Signature & avatar made by Elisa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/08/2013
Messages : 5080

Région : Johto
Dim 2 Oct - 18:42
Avant la réception, Iago s’est bien douté que la soirée allait être assez particulière, avec l’arrivée de la nouvelle championne et la volonté d’Arthur de se livrer un peu plus envers ses collègues. Il n’a cependant pas pu anticiper la tournure exacte de la soirée, avant même les révélations de l’aveugle. Non, il n’a pas vu venir l’amertume de Chrystal et son coup de sang, au point de quitter la salle avec fracas. Autant dire que l’ambiance en a pris un coup.

Heureusement, avec Ruven, ils ont su alléger un petit peu les choses pour Lizbeth lui expliquant rapidement les choses et déridant la conversation en l’orientant vers d’autres sujets. Iago sait de toute manière sans trop de mal s’intéresser aux gens qui l’entourent, même si ce n’est que par politesse. Par chance, la jeune femme est plutôt avenante et se plie sans mal au jeu de la discussion de circonstance. L’intérêt qu’il porte à son Akwakwak, tout proche, aide un peu. Aussi, lorsqu’il est temps de se rendre dans la salon, pour « la » discussion en comité réduit, l’atmosphère est un peu redescendue et il s’interroge plutôt sur ce qu’Arthur et Leon ont décidé de dévoiler.

Au passage, ils croisent Lear, le Lucario de Ruven dont la classe et les drôles d’attitudes très humaines ont toujours su retenir l’attention du brun. Il ne se gêne d’ailleurs pas pour faire un signe de la main au pokémon « Salut Lear ! » avant de se retourner vers l’autre champion « Toujours en forme, lui, hein ! ». S’il se doute que ces deux-là communiquent ensemble de bien des manières, il n’en dit rien et suit du regard le pokémon qui fait tourner une canne avec élégance jusqu’au buffet.

Finalement, ils se rendent au salon et chacun prend place. Assis sur l’un des fauteuils, au côté des Lizbeth il fait un signe de tête à Leon comme pour indiquer que quoiqu’il arrive, il les soutiendra. En quelque sorte, les révélations d’Arthur intégreront tout autant l’agent et leur compère Mike. L’aveugle semble remarquer, seulement quelques instants plus tard, l’absence de Chrystal… qui lui donne finalement tort puisqu’elle s’avance rapidement pour se mettre dans un coin, un peu à l’écart des autres, toute proche de la porte. Iago esquisse un sourire dans sa direction, soulagé de voir qu’elle est quand même venue. Il ne s’attend pas à ce qu’elle lui réponde et concentre son attention sur Arthur, qui s’est mis à parler. Dans ce qu’il explique dans un premier temps, il n’y a rien qu’il ne sache pas déjà, finalement, et il voit bien, comme prévu, que les deux hommes ont décidé d’arrondir les angles. L’omission n’est pas forcément un mensonge, après tout.

Il y a beaucoup d’informations dans ce que raconte Arthur et Iago détaille discrètement Cendre, qui semble être ici comme un roc, un point de repère pour le Maître de la Ligue. Il se demande également ce qui se cache sous ce faciès doux et avenant. Très certainement que l’histoire de la rencontre entre ces deux-là dissimule elle aussi bien des mystères, mais ce n’est pas cette histoire-là que s’applique à raconter Arthur. Non, il en vient à évoquer sa fille Emma, le décès de son amie, son handicap et sa volonté d’amener l’enfant ici, à la Ligue. C’est une décision lourde de conséquence, qui changera sûrement bien des choses dans le quotidien des champions, mais Iago voit mal qui pourrait s’y opposer. Il est normal qu’un père, que le temps a déjà bien trop séparé de son enfant, veuille profiter d’elle et apprendre à vivre comme une famille.

Lorsque le silence revient finalement dans la pièce, on a presque le sentiment que chacun prend le temps d’assimiler, de comprendre. Arthur, lui, se prépare presque comme dans un tribunal, à entendre la sentence de chacun. Cela paraît un peu absurde.

La première à briser le silence est finalement Chrystal, que ces révélations ont apparemment bouleversé. A bien y réfléchir, cela n’est pas surprenant, vu son passé, son enfance… c’est bien envers l’enfant que la jeune femme se focalise, sincèrement touchée par le récit et s’identifiant aussi, certainement.

Iago hoche la tête à ses dires, et ajoute : « Tu sais Arthur, je vois mal qui pourrait te reprocher quoique ce soit. Tu es passé par différentes épreuves et maintenant tu as la possibilité de profiter de ta fille, de remplir ton rôle de père… profites-en ! »

Il se tourne vers les autres présents et se permet de poursuivre : « Quant à ton activité de Ranger, j’imagine que toi et ton équipe savez pertinemment comment gérer ça, puisque ça fait déjà un moment que vous fonctionnez ainsi, non ? Au final, à part se dire qu’on aura une petite tête blonde pour animer les lieux, je ne vois pas de souci. »

Ce n’est pas entièrement vrai, mais si Arthur a préféré arrondir la réalité, Iago fera de même. Il espère simplement que par « ennuis », le trio ne cache pas des complications bien plus importantes. Jouer au tonton Iago pour une petite Emma, faute de voir sa nièce autant qu’il le voudrait ne le dérange pas, mais il n’aimerait pas que la gosse en plus de ne pas avoir de mère se retrouve privée d’un père pour x raisons obscures. Enfin… essayons de voir le positif avant tout, les pièces communes des appartements des champions n’en seront que plus joyeuses.


Dominic Hazel
Nathanael McKoy
Oluwadja Ilo
Milo Jo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hippocampelephantocamelos.wordpress.com/


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 14/12/2013
Messages : 4281

Région : Kalos / QG Ligue 4
Sam 15 Oct - 6:01
Leon nous attendait à l'entrée de la salle commune et nous invita à nous installer. Le dispositif me semblait assez solennel, avec Arthur assis dans un fauteuil en face des autres, sa compagne à ses côtés qui semblait le couver... je commençais à être assez intrigué, pour ne pas dire inquiet, de ce qu'il avait l'intention de nous dire. Peut-être était-ce plus grave que ce que je m'étais imaginé jusque-là. Comptait-il quitter la Ligue, lui aussi ? Vu son air concentré, ce n'était pas inenvisageable...
Désireux qu'on commence le plus vite possible je m'assis dans l'un des fauteuils à côté de Lizbeth, Iago terminant de l'encadrer de l'autre côté. Au moins Chrystal ne la mettrait pas mal à l'aise en lui envoyant ses mauvaises ondes. Enfin, si elle daignait venir, puisque comme le remarquait Leon elle n'était pas là pour l'instant.
J'échappai un claquement de langue agacé. Avait-elle l'intention de faire la gamine boudeuse encore longtemps ? Elle avait vingt-cinq ans bordel, pas quinze. Heureusement pour elle, avant que je ne suggère qu'on commence sans elle, elle fit son apparition. Elle ne s'excusa pas pour son retard et s'installa à l'écart, comme déjà prête à partir. Iago semblait rassuré qu'elle ait pris la peine de venir mais moi cela ne me rendit pas plus tolérant pour autant, aussi ne lui accordai-je pas l'attention qu'elle semblait s'évertuer à demander et continuai de regarder Arthur, attendant patiemment qu'il commence.

Quand il prit la parole, la sensation de gravité me parut plus importante encore. Il y avait une véritable tension autour de lui, que ce soit émanant d'Arthur lui-même ou de ses accompagnateurs. Après une introduction de rigueur mon collègue finit par entrer dans le vif du sujet et je l'écoutai en triturant nerveusement ma barbe. Personne ne l'interrompit tout le temps que dura son discours, bien qu'il fourmille d'informations nouvelles et plutôt surprenantes. L'idée qu'Arthur et Leon puissent faire partie d'une organisation de rangers n'était pas difficile à assimiler (cela se sentait qu'ils partageaient un lien plus fort qu'une simple relation champion / agent), mais j'étais curieux de savoir pourquoi ils devaient œuvrer dans l'ombre. Toutefois, la suite était ô combien plus difficile à entendre : les circonstances de sa cécité, la mort d'une femme qu'il aimait, un enfant qui refait surface des années plus tard... Je prenais soudain conscience qu'Arthur avait beau avoir une bonne dizaine d'années de moins que moi, il était déjà passé par plus d'épreuves que je n'en avais connues.
Quand Arthur parla plus précisément de sa fille, de son âge, du fait qu'il en avait la garde et qu'elle allait venir à la Ligue, je me sentis assailli de sentiments contraires. J'étais absolument ravi qu'un enfant arrive à la Ligue, mais c'était autant parce que j'appréciais leur présence que parce que ça me manquait de m'en occuper. L'absence de ma fille depuis que je m'étais séparé de sa mère était un poids particulièrement lourd à porter, et forcément j'allais la projeter dans celle d'Arthur. Voir la petite Emma se promener à la Ligue et interagir avec elle allait à la fois me soulager de mon manque et l'accentuer, quelque part. Je ne savais pas si ça allait me rendre plus joyeux ou plus sombre, mais dans tous les cas je ne pouvais qu'encourager Arthur à avoir sa fille auprès de lui.

Ayant fini de nous exposer ce qu'il avait à nous dire, Arthur nous indiqua qu'il était disposé à répondre aux questions. Il régna un silence de quelques instants pendant lequel je me demandai si j'avais des questions à poser, mais non. Je voulais juste lui signifier mon soutien.
Étonnamment, la première à ouvrir la bouche fut Chrystal. Elle paraissait plutôt bouleversée par ce qu'elle venait d'apprendre et fit preuve d'une compassion que je ne lui connaissais pas. Toutefois, comme Maceo m'avait un peu parlé de son passé, je compris que c'était surtout le sort de l'enfant qui la préoccupait.
Iago renchérit, avec une certaine désinvolture. Je crois qu'il essayait de diminuer la gravité de ces révélations, concluant que finalement la seule chose qui changerait pour nous serait la présence d'Emma. Il n'avait pas tort : même si j'étais toujours très intrigué par cette fameuse organisation qui devait agir en secret, concrètement ça n'allait pas changer ma vie puisque c'était déjà en vigueur avant que je ne sois au courant.


« Je n'en vois pas non plus. » confirmai-je en hochant la tête. « L'arrivée de ta fille à la Ligue ne me dérange pas du tout, au contraire. D'ailleurs, n'hésite surtout pas à me demander si tu as besoin de conseils à ce niveau-là, j'ai aussi du gérer Zoé tout seul quand elle avait le même âge. Étant je crois le seul ici à avoir vraiment de l'expérience avec les enfants, ce sera un plaisir de t'aider pour ça. »

Je mis un entrain certain dans mon ton, à défaut qu'Arthur puisse voir mon sourire sincère. Je ne voulais pas m’appesantir sur les évènements tragiques qu'il nous avait conté et ne fis aucun commentaire à ce propos ; il valait mieux s'intéresser au positif. Et permettre à mon collègue de relâcher la pression qu'il avait du accumuler à l'idée de nous révéler tout ça, aussi.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 31/08/2013
Messages : 4961

Dim 23 Oct - 16:28
Arthur était tout sauf serein, il avait dû revenir sur les années les plus difficiles de sa vie et les résumer en quelques phrases. C'était un moment important mais aussi extrêmement douloureux. Il devait prendre sur lui, c'était uniquement pour que les choses pussent mieux se passer par la suite qu'il avait fait ce choix. Le moment aurait pu être mieux choisi, mais c'était un des rares moments où il savait que l'agenda de chacun était libre et qu'il pouvait donc en faire part plus naturellement.
Pendant son discours, le jeune homme se raccrochait à la pensée que cela lui permettrait d'emmener Emma vivre avec lui ici. C'était ce qui lui donnait envie de faire tout cela, de dire la vérité à ses collègues pour qu'ils acceptassent la présence de la petite fille. Le reste était de savoir s'ils allaient de la même façon comprendre et accepter sa double-vie, dangereuse, de ranger. Il préférait rester évasif sur cela, imaginant que s'ils avaient des questions à ce sujet, ils lui poseraient, profitant de cette occasion pour obtenir toutes les réponses sur sa manière de gérer sa vie. Et justement, il venait de finir son monologue et il était temps d'écouter maintenant ses collègues. Il hésita un instant à chercher la main de Cendre, mais il était déjà suffisamment accompagné dans cette épreuve. Elle était venue exclusivement pour lui, pour partager ce moment qu'elle savait important. Le jeune homme se contenta donc de relever le regard vers ses collègues, sans pouvoir distinguer leurs visages, ni même leurs postures.
Le silence était lourd, jusqu'à ce que Chrystal ne prît la parole, plutôt hésitante au vu du timbre de sa voix. Arthur n'osa pas répondre directement, se contentant de hocher la tête avec un petit sourire. Il ne voulait pas se montrer misérable alors qu'il pensait encore que tout ceci était de sa faute. Enfin, il apprécia la remarque par rapport à Emma, soulagé qu'au moins un de ses collègues, de surcroît Chrystal, qui aurait très bien pu lui jeter la pierre, lui montrât ses encouragements.
    « Merci beaucoup Chrystal... J'espère aussi que tout se passera bien. »
Il évitait de trop développer, il ne voulait pas les assommer et il savait aussi que c'était là un seul et unique avis et que tous les autres ne seraient probablement pas aussi bienveillants qu'elle à son égard. C'était logique après tout vu tout ce qu'il avait exprimé, mais il espérait tout de même recevoir des remarques assez positives, au moins sur l'arrivée d'Emma. Le reste, il voulait le considérer comme du passé, et son activité en tant que ranger... Eh bien il n'en parlerait probablement plus. Le suivant à prendre la parole conforta Chrystal dans ses dires. Iago était le seul à en savoir plus sur sa situation à ce moment-là, si tout se passait bien, il devait un peu jouer un rôle de soutien intérieur et il le fit à merveille.
    « Merci oui, c'est le but... Nous allons faire en sorte que tout se passe bien avec Leon et... Pour Emma, j'espère qu'elle se fera à cette vie, mais pour le moment elle a déjà très envie de venir. »
C'était ce qui l'avait conforté à en parler à ses collègues. Maintenant que les choses étaient réglées, l'avis d'Emma était primordial là-dessus. Et heureusement pour Arthur, la petite était assez facile et avait immédiatement demandé à son père de la prendre avec lui. Il n'était pas sûr de faire un bon père mais essaierait de faire au mieux. Ruven pourrait en effet être un appui dans cette situation qui était nouvelle pour lui et Arthur accueillit la nouvelle avec un sourire.
    « C'est... vraiment gentil de ta part Ruven, je manque en effet d'expérience et de connaissances à ce sujet et je ne cache pas qu'un peu d'aide sera sûrement la bienvenue. »
Arthur ne put s'empêcher de laisser échapper un soupir. Il était soulagé, soulagé que le pire ne fut pas arrivé. Il se passa un instant la main sur le visage. Lizbeth n'était pas intervenue, mais la pauvre venait de tout prendre d'un coup et il était normal qu'elle ne sût pas quoi lui demander, pas comment répondre. Il ne lui en tint pas rigueur, au contraire, il appréciait sa discrétion et le fait qu'elle ne cherchât pas à en savoir plus alors qu'il était resté évasif.
    « Je vous remercie pour votre soutien. Veuillez m'excuser encore une fois d'avoir eu à vous réunir exclusivement pour cela, mais vous conviendrez que c'était la meilleure façon d'être là tous ensemble. »
En posant la main sur le genou, essayant de retrouver un peu de contenance, le jeune homme s'aperçut que cette dernière tremblait légèrement. Le Maître de la Ligue s'était mis seul sous pression, s'il avait su le résultat, il aurait peut-être pu se permettre d'arriver plus détendu, mais pour lui il n'y avait là qu'une moitié de travail qui était fait.

Maintenant, il lui faudrait s'assurer que tout se passerait bien avec Emma quand elle arriverait. Il n'avait pas de date fixe par rapport à ce déménagement version enfant. Il allait falloir travailler avec le Comité pour prévoir une chambre pour la petite dans l'appartement d'Arthur. Cela devait pouvoir se faire, il suffirait de changer quelques aménagements et tout fonctionnerait correctement. Alors qu'il se perdait dans ses pensées, attendant d'éventuelles autres déclarations, il sentit la main de Cendre sur son épaule. Oui, il pouvait aussi se raccrocher à cela. Sa vie présente était loin d'être un échec, alors il ne pouvait pas se concentrer sur le passé.
    « Bien, je ne vais pas vous retenir plus longtemps, nous aurons l'occasion de parler de tout cela si cela vous tente. Je vous remercie encore une fois pour votre bienveillance, je pense que nous allons pouvoir retourner au banquet... »
Il s'en voulait toujours de les avoir pris à part, mais au moins, c'était posé. Chacun pouvait maintenant vaquer à ses occupations comme ils le souhaitaient. Pour montrer l'exemple, Arthur se leva de son fauteuil en cherchant de visu Leon. Son ami lui donna une légère tape dans le dos pour lui signaler qu'il avait fait le bon choix. Il pourrait maintenant se reposer et profiter réellement de la fête. Ses doigts entrelacèrent ceux de Cendre, alors qu'elle avait doucement touché sa main. Il attendit quelques instants que ses collègues engagent leur sortie du salon pour leur emboîter le pas, bien plus détendu que lorsqu'il était entré.



Such accounts, so RP, wow.:
 

Avatar par Elune Crowley, MiniArthur par Etsuko Michiyo.
Stuff.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/01/2015
Messages : 1799

Dim 13 Nov - 10:03
Les paroles du maître de la ligue ne sont pas tombées dans l'oreille d'une sourde mais, pourtant, je ne montre pas de réaction particulière. A dire vrai, je ne sais pas quelle réaction je devrais avoir dans un environnement aussi particulier ; je ne connais pas encore les personnes qui m'entourent, je n'ai pu échanger que quelques paroles avec certains d'entre eux (voire pas du tout) et je ne les connaissaient pas avant cette soirée. Dans cette situation un peu particulière, il est donc difficile de compatir avec le passé difficile d'un inconnu, même si je reconnais que ses propos m'ont touché et que j'espère sincèrement que l'avenir lui sourira. A voir la jeune femme qui est à ses côtés et qui ne l'a pas quitté pendant tout son discours, les choses devraient aller mieux non ? Je ne peux que l'espérer pour lui, Arthur a l'air d'être quelqu'un de bien de ce que j'en ai vu jusqu'à maintenant et la venue de sa fille à la ligue lui mettra du baume au cœur, même s'il évoque sa cécité comme un frein. J'ai malgré moi un léger sourire en me disant que la petite fille sera bientôt dans les couloirs de la ligue. Même si je n'en parle pas souvent, j'ai toujours beaucoup aimé les enfants et, à mon âge, il m'arrive souvent de me demander si je vais en avoir moi aussi... J'aimerais beaucoup être mère, mais je ne veux pas non plus être une mère célibataire : ce serait donc en compagnie d'un compagnon, avec qui je serais prête à me marier, que j'envisagerais d'avoir des enfants... Deux ou trois, ce serait un bon nombre. D'ailleurs ma mère aime beaucoup me poser des questions à se sujet, elle doit avoir hâte d'être grand-mère...

En tout cas, la petite Emma ne risque pas de se sentir seule ou perdue lorsqu'elle sera à la ligue ; tous semblent enthousiastes vis à vis de sa venue et prêts à accueillir la petite fille. Même si je préfère rester silencieuse, ne me sentant pas assez à l'aise parmi mes nouveaux collègues, je dois bien avouer que je n'en pense pas moins : ce sera un plaisir de voir cette petite fille dans le QG de la ligue. Il faudra d'ailleurs veiller à ce qu'elle ne s'échappe pas de notre surveillance pour aller explorer l'inconnu... Les dangers sont nombreux dans un milieu aussi vaste que le QG, sans parler des paparazzis qui pourraient prendre des photos qui compromettraient la vie privée du maître de la ligue. Je me demande s'il compte utiliser un pokémon pour veiller sur la petite vie, je sais que c'est une chose courante dans les familles, nos compagnons ayant pour la plupart un sixième sens vis à vis de nos petites têtes blondes.

Je regarde autour de moi, restant silencieuse, croisant le regard de certains de mes collègues. Je ne sais pas comment ils prendront mon silence mais, hormis Chrystal que j'ai du mal à comprendre pour l'heure, je pense qu'ils comprendront sans problème que c'est encore la meilleure attitude à adopter pour quelqu'un qui se retrouve embarqué dans une histoire dont il ne connaît pas les protagonistes. Je trouverais déplacé mon comportement si je commentais moi aussi ce qui s'est passé dans la vie de Arthur, je préfère laisser cela à ceux qui côtoient l'aveugle depuis longtemps et avec qui il s'est lié d'amitié. D'ailleurs, pendant que je pense à tout cela, Arthur nous remercie pour l'écoute et annonce que nous pouvons maintenant retourner au banquet, auprès des autres invités. J'attends quelques secondes que les autres champions se lèvent et j'en fais de même, vacillant un bref instant sur ces foutus talons. Nous quittons ce petit salon et tous les regards se tournent aussitôt vers nous. Nous retrouvons tranquillement nos places et je rejoins le buffet, ayant besoin d'un petit remontant...

Une coupe de champagne apparaît dans mon champ de vision.

- Tout s'est bien passé ? Je souris et attrape la coupe, y trempant mes lèvres. Matthew en tient une entre ses doigts et m'observe, avec une certaine curiosité. Il n'est guère habitué à ce que nous soyons séparé de la sorte, il doit se demander ce qu'il s'est passé derrière ces portes.
- Parfaitement, c'était beaucoup de formalités entre champions. Merci pour la coupe !

Il hoche la tête en réponse, même si je lis dans son regard qu'il se doute que ce n'était pas que ça ; il a la discrétion de ne rien dire de plus et nous allons près du buffet pour goûter à un pain surprise, la bonne humeur revenant bien vite...


LUNA is watching you.
doubles comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ex-Champion

C-GEAR
Inscrit le : 21/08/2013
Messages : 2575

Mer 7 Déc - 7:47
Il était de plus en plus difficile de conserver sa rage au fond d’elle et, forcément, il avait fallu qu’elle explose au moment opportun. Sans doute aurait-elle dû faire des efforts pour garder tout ce flot de sentiments, mais cela s’était avéré bien trop difficile. Elle se sentait blessée, hargneuse. Pourquoi la vie continuait-elle de s’acharner sur elle ? Qu’avait-elle fait d’abord, pour mériter ça ? Elle n’avait jamais demandé à être ce qu’elle était, à vivre ce qu’elle avait vécu. Les choses auraient été tellement différentes si ces parents étaient toujours en vie. Ça, c’était certain. Sa mère ne l’aurait jamais laissé s’écarter autant du droit chemin, elle aurait pris le temps de lui expliquer les vérités de la vie, tout comme son père. Au lieu de ça, elle avait été forcé de les interpréter elle-même, ce qui ne donnait pas un bon résultat. Elle avait toujours eu une vision plus ou moins erronée du monde, des relations. Finalement, son idée de départ, celle de se montrer égoïste en toute circonstance, paraissait être la meilleure. Au moins, lorsqu’on ne se souciait que de soi, on ne ressentait pas cette douleur lancinante qui lui déchirait les tripes.

Les larmes qui coulaient sur ses joues en étaient la preuve. Elle ne se souvenait plus de la dernière fois qu’elle avait pleuré, ni même pourquoi. Evidemment, elle ne comptait pas les larmes de douleur dans son constat, sinon… cela remontait à son adolescence. Bref. Il était inutile qu’elle se fasse encore plus de mal en repensant à cette famille. Même si elle aurait été rassurée de savoir Farah ou Georges auprès d’elle. Son frère et sa sœur lui manquaient, mais elle n’avait aucun moyen de renouer avec eux. Lorsqu’elle était devenue célèbre, elle avait espéré qu’ils reviendraient naturellement vers elle. Quelle idiote. Si cela se trouvait, ils se fichaient bien de son existence. Ils leur étaient peut-être arrivé quelque chose, qui sait. Elle essayait de ne pas trop chercher à comprendre pourquoi. Elle pensait d’ailleurs plutôt qu’il l’esquivait afin de fuir les souvenirs de ce temps-là. Ce n’était clairement pas une bonne période, dans leur vie.

Soit. Une fois que Hacken vint à la chercher, elle se rendit au point de rendez-vous, se callant dans sa chaise, restant près de la porte. Elle n’accorda pas le moindre regard à Ruven ou Lizbeth, mais consentit à regarder en direction d’Iago. Elle aperçut son sourire, même si elle ne le comprenait pas vraiment. Peut-être était-il tout simplement content de la voir. Mouais. Elle essaya de répondre à son sourire, mais elle ne put qu’offrir un hochement de la tête. Elle avait l’impression que ses lèvres étaient dorénavant scellées et qu’elle n’était plus capable d’afficher le moindre sentiment sur son visage. Ce dernier était fermé, ses yeux comme éteints. Apparemment, personne ne semblait s’apercevoir que des larmes avaient coulées sur son visage, ce qui n’était pas plus mal. Au moins, on lui ficherait la paix.

Cependant, les aveux d’Arthur ne manquèrent pas de l’interpeler et de la faire réagir. L’histoire qu’il leur contait était abominable. Il lui fallut quelques secondes pour l’interpréter, la comprendre. Elle n’avait pas idée de toute la souffrance qui résidait derrière la cécité du maitre de la Ligue. Si elle avait su, peut-être ne l’aurait-elle pas tant taquiné sur cet aspect… Quoi que si. Lorsqu’elle était dans son état « normal », elle estimait qu’il était possible de plaisanter de tout et elle ne faisait pas forcément attention aux personnes avec qui elle plaisantait. De toute manière, Arthur n’avait jamais semblé lui en tenir rigueur. Nul doute que si entendre Chrystal chanter « Sous les Sunlight des tropiques » l’avait agacé, il l’aurait fait comprendre bien avant. Ou alors ne l’avait-elle jamais remarqué. Allez savoir. Elle ne cherchait pas à savoir sur ses actes dérangeaient, n’y accordant que peu de valeur. Mais tout de même. Une moue se dessina sur son visage, tandis que le maitre cherchait à savoir si la présence de la petite à la Ligue poserait problème. Elle ne voyait pas pourquoi ce serait le cas.

Elle acquiesça doucement face à la remarque de l’aveugle –bien qu’il ne pouvait pas la voir faire-. Elle trouvait que c’était normal, surtout pour soutenir cette petite fille qui n’avait rien à demander à personne. Le soutenir dans une situation comme celle-ci lui paraissait normal. Iago alla dans son sens, tout comme Ruven. Au moins, ils étaient bien d’accord sur un point. Arthur les remercia de leur écoute, de leur support. Il s’excusa pour la petite réunion improvisée, mais aux yeux de la donzelle, elle avait tout son sens. Ce genre d’annonce n’avait pas à être faite dans la salle de réception, au risque d’être entendu par les mauvaises personnes. Il y avait des choses qui se devaient d’être tenues secrètes. Dorénavant, ils leur étaient possible de retourner à la réception, ce qu’elle n’avait pas l’intention de faire. Elle se releva nonchalamment, quittant la pièce sans un mot. Elle resta plusieurs secondes immobile, près de la porte. Son regard était cette fois-ci encore perdue, fixant les étoiles à travers la fenêtre. Tout ceci, ça faisait beaucoup d’informations à interpréter. Entre le départ de Maceo, la maladie d’Erin, maintenant les nouvelles tragiques d’Arthur… Hum. Elle se demandait pourquoi cela l’affectait plus que d’habitude. Pourquoi n’arrivait-elle pas à se détacher de tout ça, comme elle l’avait toujours fait ? Pourquoi cette douleur dans la poitrine ?

Elle resta encore une bonne minute inactive, fixant un point inconnu, même pour elle. Elle réagit à peine lorsque Thor vint à la rejoindre, s’installant tranquillement sur son épaule. Il n’aimait pas la voir ainsi, mais peut-être qu’il pourrait lui apporter le soutien qu’il lui fallait. Et si cela ne fonctionnait pas eh bien, il la laisserait broyer du noir dans son coin. Sa maitresse était forte et garder la tête toujours levée, ce n’était certainement pas une dépressive. Bref. Elle porta sa main à sa poche, constatant qu’elle avait sur elle la pokeball de Survivor. Après une brève moue, elle se décida. « Je vais aller m’entrainer. » Peu importe si personne n’était là pour l’entendre. A vrai dire, elle s’adressait plus à son starter. Ce dernier acquiesça et la demoiselle se dirigea vers le stade. Un petit combat entre son Raichu et Elecsprint lui changerait peut-être les idées. Sinon, elle pouvait aussi se dépenser et courir sur la piste. En tous les cas, elle n’avait pas la moindre envie de retourner à la réception et se retrouver entourée de personnes, surtout pas après sa sortie fracassante. Il était préférable qu’elle s’occupe l’esprit, quitte à exténuer son corps pour réussir à trouver le sommeil cette nuit.




Dans un conte merveilleux, je suis ni la princesse, ni le prince charmant, je suis le DRAGON !
Ex-Championne de la Ligue
Autres comptes:
 
Signature & avatar made by Elisa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/08/2013
Messages : 5080

Région : Johto
Jeu 8 Déc - 14:17
Finalement, les informations données par Arthur semblent avoir bien été assimilées par tous les présents. C’est comme un poids en moins sur les épaules de l’aveugle, certainement. Lorsque ce dernier prend la parole pour les remercier tour à tour, apparemment soulagé, Iago est ravi que les choses se soient aussi bien passées. Il est normal que le Maître de la Ligue les prévienne mais là en réalité c’est simplement un père qui cherche à ressouder une petite famille déjà blessée par la vie. Qui peut s’y opposer ? Ces révélations ont le mérite de rapprocher un peu plus les champions, car en réalité ils restent jusqu’à présent tous assez secrets sur leur vie respective. Ils sont peut être plus collègues qu’amis, même si les circonstances peuvent l’expliquer et tous ont des phases d’ombre qu’ils n’ont pas voulu ou pas eu le temps d’aborder.

Iago le premier est un très mauvais exemple en la matière. Pour autant, le simple fait d’entendre Ruven rebondir sur sa propre expérience lui fait songer que oui, il sait que l’homme est père d’une jeune fille lui aussi et séparé, mais il n’en sait guère plus et n’a pas non plus eu l’occasion de croiser son enfant, qu’il sait s’appeler Zoé. Peut-être est-ce une volonté de l’éloigner de la médiatisation de la Ligue ? Car c’est là aussi un aspect qu’Arthur – et Leon – auront à gérer pour la petite Emma. Iago laisse glisser son regard sur les personnes dans la pièce, de l’agent du champion à Chrystal, visiblement concernée, en passant par Lizbeth qui opte pour un silence poli et Cendre, l’inébranlable soutien d’Arthur dans cette situation. Au moins, ils auront aussi découvert cette facette là de l’aveugle, ce lien fort qui le lie à cette femme qu’ils n’avaient jamais vu et dont ils ne savaient rien. Avec un fin sourire pour éviter le côté trop solennel, Iago ajoute un « C’est bien normal, tu as bien fait. » envers le concerné.

Finalement, tous sont invités à quitter la salle pour reprendre le fil de la soirée, qui s’est légèrement suspendu le temps de ces déclarations. Iago suit du regard Chrystal qui s’en va rapidement, sans un mot. Décidément, elle a l’air pas mal bousculée, ces derniers temps, comme si bien trop de choses se mélangent en elle… le brun se doute que c’est le cas mais il n’est pas très fortiche pour aborder ce genre de chose. Les sautes d’humeur, il les prend souvent à la rigolade, mais là elles ont quand même des conséquences sérieuses, ne serait-ce que pour l’image de la jeune femme envers Lizbeth, sa nouvelle collègue. Il ne retient pas un soupir en la voyant se faufiler à l’extérieur et se lève à son tour. La nouvelle venue à la Ligue et Ruven faisant de même, ils vont tous dans la salle de réception et s’avancent tranquillement vers le buffet, toujours bien rempli.

« Bien, on va pouvoir reprendre notre dégustation ! » Lance-t-il. Il ne serait pas question de plomber une soirée qui est, avant tout, une soirée de bienvenue. La pauvre Lizbeth qui se fait discrète et quand même censée être la cible de tous les regards, et Iago compte bien en profiter.

Pour les déclarations d’Arthur, il devine aussi qu’il va y avoir un peu de temps avant que la petite Emma les rejoigne, mais ça ne sera certainement qu’une source d’amusement. Enfin… lui n’étant pas père (et n’ayant pas le projet de l’être) il voit principalement l’aspect fun de la chose, sans les responsabilités qui vont avec. C’est Leon qui gérera ça, il s’en doute. D’ailleurs, récupérant un petit four au passage qu’il engloutit en deux grosses bouchées, il cherche l’autre brun des yeux avant de le voir sortir en dernier de la salle de réunion. Il récupère une coupe de champagne sur le buffet et fait quelques pas vers l’agent, le pouce levé. « Bon, maintenant que ça s’est réglé, j’imagine que tu vas pouvoir respirer un peu, monsieur le Mastermind de l’ombre ? » Et sans même demander, il lui tend le verre.

Par la suite, la soirée suivra un cours plus tranquille. Entre discussions de tout et de rien, particulièrement centrées sur la Ligue et la vie en son sein, entrecoupée de questions envers Lizbeth et son parcours. Une intégration en bonne et due forme, et quelques remarques amusées envers Arthur et Cendre, touchants dans leurs interactions. La jeune femme aura elle aussi droit à quelques interrogations, bien entendu. Au fur et à mesure des heures, Dakota constatera avec plaisir que Iago, quoiqu’on en dise, sait se tenir dans ce genre de réception et elle en profitera pour découvrir mieux ses différents autres collègues agents.

Une réception finalement adéquate pour accueillir une nouvelle membre au sein de la Ligue… si on met de côté la rapide disparition de Chrystal. Un point d’ombre qui malheureusement, n’ira pas en s’arrangeant...


Dominic Hazel
Nathanael McKoy
Oluwadja Ilo
Milo Jo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hippocampelephantocamelos.wordpress.com/

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 2 sur 2) Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Bienvenue Laurent
» [Présentation] Bienvenue à la Chorale Artésienne !
» Acqua & Sapone => Bienvenue en Italie !
» Bienvenue au FIER-Demande d'adhésion

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: QG Ligue 4-