AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
» Bienvenue Lizbeth.


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 31/08/2013
Messages : 4937

Lun 2 Fév - 23:32
Chers collègues, chers amis,

Vous êtes cordialement invités à partager le verre de l'amitié pour fêter l'arrivée de notre nouvelle championne :

LIZBETH GRANDT.

Un buffet sera dressé pour l'occasion, la soirée se poursuivra dans le salon pour une entrevue cordiale entre membres de la Ligue et leurs agents.
__________________________________________

    « M. Stockton ? Excusez-moi ? Je... Où dois-je installer le buffet ? »
Le Maître de la Ligue se retourna vers Cassandre en soupirant, avant d'appeler Leon, qui n'était qu'un peu plus loin, lui-même en train de donner ses indications.
    « Je ne comprends pas pourquoi vous vous obstinez à me demander ce que vous devez faire. Je suis aveugle, pour l'organisation spatiale, merci de demander à mon agent.
    - Ah... Oh, oui bien sûr ! Veuillez m'excuser ! »
Arthur ne comprenait pas l'agent d'entretien, cela faisait pourtant un moment qu'ils se connaissaient, mais elle avait toujours tendance à le tester, comme s'il allait tout à coup se comporter comme un voyant, comme par magie. Il devait vraiment la décevoir à chaque fois, la pauvre. Arthur repensa alors à ce qu'il allait dire, pendant que Leon reprenait la direction des opérations.
Ce soir était le grand soir, ou presque. Même si Arthur avait prévu cette intervention depuis un moment, il n'avait jamais eu le courage de le faire vraiment, directement, et trouver une bonne excuse pour le faire était un élément encore plus difficile à obtenir. Et finalement, Leon avait réussi à le convaincre, c'était maintenant le bon moment.

Maceo avait décidé de quitter la Ligue. C'était toujours un événement que de voir un collègue partir, même si Arthur savait bien que leurs sièges étaient éjectables, il était toujours touché par ces départs, comme s'il était directement concerné et c'était en quelque sorte le cas. Le Maître de la Ligue avait fini par s'attacher à ces gens, sans pour autant être très prolixe ou avoir vraiment cherché à en apprendre plus sur eux. Forcément, vivre avec quelqu'un renforçait forcément les liens malgré tout, sans même qu'on le veuille particulièrement et Arthur savait bien que cette relation ne pouvait durer que pendant un temps réduit. Maceo était parti, et au vu de ses occupations, Arthur ne pensait pas avoir la chance de le recroiser très souvent. C'était effarant à quel point il en avait plus appris sur lui à son départ qu'à son arrivée. Et maintenant, il se demandait vraiment comment Ruven et surtout Chrystal avaient pu prendre la nouvelle. Certes, cela ne faisait pas de lui un inconnu, cela ne voulait pas dire qu'ils n'allaient plus jamais le voir, mais Arthur avait l'impression qu'il perdait quelqu'un qui était heureux d'être à la Ligue, bien qu'étant assez effacé en général et que ce départ se faisait donc dans la douleur.
Le Maître de la Ligue ne pouvait pas se mentir plus longtemps, s'il était touché par le départ de Maceo, c'était aussi à cause des choix de celui-ci, car ses choix étaient plus que nobles. À vrai dire, cela avait eu un impact sur lui, car cela lui avait imposé une certaine remise en question. N'était-ce pas la meilleure chose à faire que de tout sacrifier pour sa famille ? Et si c'était le cas, n'aurait-il déjà pas déjà dû abandonner tout ceci plus tôt ? Justement, il avait pensé plusieurs fois à faire cela... Pour Angèle, pour Emma, maintenant pour Cendre, et pourtant, à chaque fois il s'ajoutait plus de travail, comme s'il préférait voir un petit peu de tout plutôt que de se concentrer uniquement sur une seule chose. Le bourreau de travail qu'il était ne voulait pas se sentir inutile en partant d'un côté et en oubliant les autres. Il se sentait parfois bien égoïste.
    « Ça va aller ? Je pense que tu peux aller te changer, le temps qu'on finisse les préparatifs.
    - D'accord... En effet, je ne vois pas ce que je peux faire d'autre par ici. Tu as raison. »
Arthur rongeait son frein, il aurait eu envie de discuter avec Leon, ou avec Mike ou Cendre, de pouvoir vérifier avec eux si c'était vraiment la bonne chose à faire, mais ils en avaient déjà parlé et c'était décidé, c'était la meilleure chose à faire, tout simplement. Il n'avait plus le choix, les suspicions étaient trop grandes.
Une nouvelle personne avait été désignée pour remplacer Maceo, une femme du nom de Lizbeth Grandt. Leon avait bien sûr été immédiatement à la pêche aux informations et avait appris quelques informations à son ami, notamment qu'elle avait choisi de représenter le double type Eau/Dragon et que c'était une ancienne sportive de haut niveau, dans la discipline olympique du plongeon synchronisé. Excellente dresseuse reconnue pour son travail et son esprit combatif, Lizbeth était un choix pertinent du Comité, surtout au point de vue de sa vie publique exemplaire qui pourrait contre-balancer celle plus houleuse d'Arthur ou Iago ainsi que les déclarations de Chrystal, sans parler des rumeurs qui circulaient sur les fréquentations de Ruven.

Leon avait fait raccompagner le Maître de la Ligue jusqu'à ses appartements par Edouard, qui avait pris un soin tout particulier de lui préparer sa tenue pour la grande soirée. C'était amusant de constater que toute la Ligue s'était pliée en quatre pour cette soirée qui s'annonçait très festive. Cela mettait presque Arthur de mauvaise humeur, car il imaginait que son intervention allait plomber la soirée et que cela mettrait Lizbeth dans l'embarras. En même temps, recevoir ce genre d'informations pour sa première soirée officielle à la Ligue, il y avait de quoi s'alarmer. Arthur remercia le majordome et se changea, essayant d'imaginer de quoi il pouvait avoir l'air dans ce costume trois pièces sombre, avec une chemise blanche et une cravate assortie au gris du costume... Encore des habits très coûteux qui auraient pu nourrir une famille pendant un mois ; l'apparence à la Ligue, c'était quelque chose dont il fallait parfois s'embarrasser, pour faire le mieux par la suite.
Mike était entré pour aider son ami et ne se gêna pas pour le siffler au moment où il se trouvait face à lui.
    « Ah, on voit que le sur mesure, ça a du bon, c'est parfait.
    - Tu vois Papa, je m'habille tout seul aujourd'hui.
    - Il est mignon ! Bon, allez, Leon nous attend, les autres devraient arriver d'ici trente minutes et apparemment Edouard est à la limite de l'arrêt cardiaque parce qu'il pensait que quand tu avais dit que tout le personnel de la Ligue pouvait venir, c'était une blague.
    - Et il s'attendait à quoi avec un buffet de cette taille, au juste ?
    - Ils doivent avoir l'habitude des gens qui voient un peu trop en grand, je sais pas. »
Mike avait remarqué quelque chose chez son ami, alors qu'il lui mettait un mouchoir en tissu en décoration dans sa poche. Arthur avait passé une partie de la journée à se faire beau, entre le barbier et le choix des habits, mais il était revenu avec la même teinture dans ses cheveux : un brun foncé bien naturel, loin du bleu, voire du vert qu'il arborait parfois à peine un an auparavant... Peut-être qu'il s'était assagi, peut-être aussi que le fait de ne pas pouvoir en profiter l'avait décidé à arrêter. Mike avait du mal à voir son ami comme Maître de la Ligue... Ah, certes, il l'admirait vraiment en tant que dresseur et aussi en tant que ranger mais déjà devenir Champion de la Ligue c'était quelque chose, mais alors en être le Maître, il n'avait pas l'impression que c'était lui qui avait accompli tout cela, ce qui le rendait toujours plus fier de son ami.
    « Allons-y, j'aimerais arriver assez en avance pour accueillir tout le monde.
    - Hm... Arthur ? Leon voudrait que tu prennes ça avant, la prévention avant tout, tu le connais. »
Mike mit deux gélules dans la main de son ami, des calmants, normalement censées lui retirer un peu de la douleur qui lui vrillait sans cesse le cerveau. Tous les trois savaient que ce soir, particulièrement ce soir, il risquait de vraiment souffrir, sur bien des plans.
    « D'accord, je compte sur toi pour me trouver un verre d'eau, ces trucs sont impossibles à avaler.
    - Monsieur est servi. »
Et un verre d'eau plus tard, les deux comparses se dirigèrent vers les coulisses de la grande réunion. Tout était prêt dans la grande salle de réception. Les buffets étaient dressés, les membres du service étaient présents, une grande bannière affichait un énorme « Bienvenue Lizbeth » qui laissait penser que les décorateurs avaient aussi une âme d'enfant et enfin se trouvait un microphone pour permettre à Arthur de faire son discours. Parmi les invités ce soir, se trouvaient Leon, vêtu de son irrémédiable costume noir et Mike, qui n'avait pas fait d'autre effort pour l'occasion que de troquer son T-shirt de geek habituel contre une chemise.
Doucement, sûrement, tout le monde était arrivé, pointant le bout de son nez comme l'on arrive à un repas de Noël organisé chez soi, d'abord timidement, puis en arrosant les visages connus des plus beaux sourires qu'ils soient. Évidemment, Lizbeth était l'attraction principale ce soir-là et si chacun avait pu échanger quelques mots avec elle, tous savaient qu'il n'y avait pas meilleur endroit pour apprendre à se connaître que devant un buffet recouvert de petits fours.
Arthur, accompagné par Leon avait donc décidé que c'était le moment, son ami lui avait allumé le microphone et avait même tenu à le tester pour lui. Arthur observa silencieusement les personnes devant lui, ils étaient nombreux et il ne pouvait en distinguer que la silhouette. Il se demanda un instant si tout se passerait bien, il y avait de quoi douter, surtout sur la seconde partie de soirée qui serait sûrement plus mouvementée... Il préférait ne pas y penser.
    « Bonsoir à toutes et tous et soyez les bienvenus... chez vous ! »
Leon soupira un instant, ils s'étaient accordés pour ne pas faire cette vanne, mais apparemment le Maître de la Ligue n'avait pas su résister.
    « Avant toute chose, j'aimerais remercier les personnes qui ont permis que cette soirée soit possible. C'était un juste retour des choses pour moi que de vous convier à rester avec nous le temps de la fête. Merci beaucoup pour le travail accompli. »
Quelques applaudissements çà et là et un Arthur qui déglutit un instant, sachant ce qu'il s'apprête à dire.
    « Aujourd'hui, nous fêtons l'arrivée de Lizbeth parmi nous, mais cela veut aussi dire que nous acceptons le départ de Maceo. Rattrapé par les besoins de sa vie privée, il a préféré nous laisser, décision que je trouve adaptée aux besoins de la Ligue. Evidemment, Maceo était invité ce soir, mais il a préféré décliner l'invitation. »
En faire trop n'était pas une bonne idée, après tout, Maceo n'était pas non plus disparut dans la nature. Simplement plus discret, il avait préféré retourner dans sa vie paisible, s'occuper des siens. C'était un but louable, qu'Arthur aurait pu suivre aussi, s'il n'avait pas été autant attiré par ses autres démons. Il poursuivit.
    « Et dans chaque événement négatif, il faut y voir du positif. J'ai l'honneur ce soir d'accueillir Lizbeth Grandt, qui va désormais faire partie de la maison. J'en profite d'ailleurs pour excuser le président du Comité de la Ligue qui n'a pas pu venir ce soir. Nous saurons évidemment boire à sa santé. »
Le rôle de maître de cérémonie ne lui allait pas si mal, après tout, le jeune ranger avait l'élocution et l'aisance nécessaire pour ce genre de discours publics.
Lizbeth avait maintenant à s'approcher. Elle avait été assez briefée comme ça pour savoir ce qu'elle devait faire. Arthur lui sourit et lui tendit le microphone. Ses lunettes avaient déjà été mises à jour et pour la silhouette de la jeune femme se présentait déjà son nom.
    « Je vous laisse vous présenter. » dit-il, hors micro, avec un sourire de circonstance.



Such accounts, so RP, wow.:
 

Avatar par Elune Crowley, MiniArthur par Etsuko Michiyo.
Stuff.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/01/2015
Messages : 1799

Mer 4 Fév - 16:10
Silencieuse, je contemple le Mont couronné qui s'étend au loin, donnant une vue sans pareil aux habitants des lieux. Je pourrais passer des heures ici, à regarder ce paysage nouveau et sauvage, à profiter de la beauté de la nature. Assise sur le rebord de l'une des fenêtres de mon nouveau chez-moi, je laisse le temps passer, adossée, plongée dans mes pensées, repensant à mon arrivée dans le prestigieux QG de la ligue, ayant encore l'impression d'être plongée dans un rêve et de ne pas réussir à me réveiller. Moi en tant que nouvelle championne de la ligue ? La nouvelle avait de quoi me retourner, je ne pensais pas recevoir une telle invitation un jour ; par contre je n'ai pas hésité un instant quant à ma réponse, je ne peux pas passer à côté d'une telle chance de faire de nouveau quelque chose de constructif de ma vie et de m'épanouir professionnellement dans un autre domaine que celui de la natation qui bien qu'il m'ait apporté beaucoup, est derrière moi depuis plusieurs années désormais. Enfin, presque derrière moi puisqu'il m'arrive souvent d'être invitée ça et là pour des ouvertures de championnats, des interviews sur des plateau télévisé et j'ai même été faire la chroniqueuse lors des derniers jeux olympiques... Une expérience étrange mais finalement très agréable, pouvoir observer les nouvelles étoiles montantes et commenter leurs talents et leurs défauts fut des plus intéressant. Peut-être en aurais-je de nouveau l'occasion, mon nouvel emploi du temps n'ayant plus rien à voir avec celui que j'avais autrefois ; vis à vis du travail de champion en lui-même, il se peut très bien que je n'ai rien à faire face au public pendant plusieurs mois, tout comme je pourrais enchaîner les matchs en quelques jours. Néanmoins, les matchs officiels ne constituent pas la charge de travail la plus importante pour un champion, à mes yeux il s'agit bien évidemment des entraînements. Nous nous devons d'être au top pour les futurs challengers, pour leur offrir le match de leur vie.

Deux coups frappés à la porte me sort de mes pensées. Je tourne la tête tandis que Klein quitte aussitôt le lit, curieux.

- Lizzy ? Tu te prépares ? Je reconnais aussitôt cette voix et cours jusqu'à la porte pour la lui ouvrir, souriant en croisant son regard, en oubliant sa question.
- Coucou Matt ! Il me sourit en réponse et je brise le dernier mètre qui nous séparait pour l'étreindre, ravie de le voir. Il y répond et je profite un peu de l'instant avant de reculer de quelques pas. Ne reste pas à la porte, entre !

Il entre dans la pièce, un grand sac dans la main que je regarde avec curiosité, avant de refermer la porte et de le rejoindre. Il est en train de saluer Klein, qui semble ravi de le revoir, et pose son intriguant plastique sur le lit avant de se tourner vers moi. Je prends aussitôt l'initiative en m'adressant de nouveau à lui.

- Tu n'as pas eu trop d'mal à trouver ? C'est immense ici ! Matt commence à faire le tour de l'appartement et je le suis, les mains dans le dos, attendant sa réponse. Il se tourne finalement vers moi, un sourire moqueur aux lèvres.
- Bien sur, c'est très simple quand on sait écouter des indications. Je lui tire la langue mais il réagit à peine. Je hausse un sourcil et il reprend la parole, l'air plus sérieux. Enfin, tu sais pourquoi je suis ici non... ? Je suis de nouveau ton agent Lizbeth, je dois m'assurer que tu seras prête pour la soirée qui arrive... Tu ne l'as pas oubliée rassure moi ?

Woups, la soirée... Matthew comprend en voyant ma tête que si, je l'avais totalement zappée. Ou plutôt, je pensais qu'il me restait largement le temps.

- Elle commence dans dix minutes c'est ça... ? Il explose alors de rire et pose une main sur le haut de mon crâne. Je recule d'un pas tout en commençant à rassembler mes affaires. Il ne manquerait plus que je sois en retard dès le premier jour !
- Relax Lizzy, je commence à te connaître. Il te reste une heure pour te préparer, je t'ai amené quelque chose de décent sur ton lit. Je reviens dans quarante-cinq minutes, sois prête !

Il quitte la chambre en continuant de rire et je lâche sur le sol les affaires que j'avais attrapé, soupirant. Bon eh bien, je n'ai plus qu'à me préparer...

###

- Tu es ravissante, c'est parfait ! Comme prévu, il est revenu quarante-cinq minutes plus tard, pas une de plus, habillé d'un élégant et sobre costume.
- Tu es sûr que ça ne fait pas un peu trop ?

Son mystérieux sac contenait en réalité une robe de soirée ainsi qu'une paire d'escarpins assortis. Je ne sais pas où il a eu ces vêtements et quand il a pris le temps d'aller les chercher, mais j'ai suivit son conseil et me suis habillée et maquillée, cet exercice étant désormais des plus facile. Néanmoins, une fois devant le miroir de la salle de bain, j'ai eu cet désagréable impression de trop en faire. La robe est très jolie, je ne dis pas, mais comment seront habillés les autres convives ? Matthew a choisit une robe de soirée rouge, au tissu léger et agréable à porter, et échancré du côté de ma jambe droite. Le tissu retombe jusqu'au dessous de mes rotules, laissant une partie de mes jambes visible. Le haut est assez simple, un décolleté très léger pour ne pas accentuer plus que nécessaire mes formes - et je l'en remercie très très fort pour ce choix - ainsi qu'une large ceinture noire en tissu qui cintre mes hanches. Le design en soit est assez simple et élégant, mais la couleur ne me permettra pas de passer inaperçu. Les escarpins eux sont assez classiques, d'une rouge sombre, mais je souffre d'avance à l'idée de devoir marcher toute la soirée avec des talons... J'aurais préféré prendre une longue robe cachant mes pieds afin de ne pas porter de chaussures, mais Matthew me reprend toujours quand je ne porte rien aux pieds. Pourtant c'est si agréable mmf...

- Bien sûr que non, c'est ta fête de bienvenue après tout ! C'est vrai, vu ainsi, je ne peux pas me permettre de me fondre dans le décor, on ne m'en laissera pas l'occasion... Va pour la robe rouge alors, ce n'est que pour une soirée.
- D'accord, je te suis sur ce coup là. Comme d'habitude, manquais-je de rajouter, mais il en serait bien trop ravi. De toute façon, Matt sait que j'ai une totale confiance en lui, il n'a pas été mon agent pendant sept ans pour rien...
- Il ne manque plus que la touche finale. Je rosis lorsqu'il s'approche de moi avant de me montrer une fleur de lys encore fraîche. En quelques gestes habiles il la glisse près de mon oreille, s'assure qu'elle tiendra et recule de quelques pas. Parfait, allons-y !

###

Nous ne sommes pas les premiers arrivés sur les lieux et je salue avec un sourire encore un peu timide les premiers champions que je croise, mes nouveaux collègues. Cela me fait vraiment étrange d'entrer dans un tel milieu de travail, de pouvoir côtoyer chaque jour, d'égal à égal, ces véritables vedettes des combats pokémon. Même Klein semble presque impressionné par ceux qui l'entoure, le palmipède ayant bien évidemment insisté pour pouvoir venir lui aussi, sachant très bien que j'ai du mal à lui refuser quoique ce soit. Matthew est présent à mes côtés lui aussi mais il reste quelques pas derrière nous, en retrait, comme à son habitude. J'échange quelques mots avec les personnes qui m'entoure lorsqu'une voix accapare notre attention. Je me rapproche de quelques pas, tout en faisant attention à ne pas vaciller sur mes talons, et écoute le maître de la ligue avec attention, l'observant au passage avec une certaine curiosité. J'ai toujours été assez admirative de son parcours, vis à vis de son handicap. Il parle et agit avec une telle aisance, je trouve cela remarquable. Mon nom est de nouveau évoqué et je sors de mes pensées, écoutant les derniers mots du brun. Matt me pousse légèrement dans le dos pour me faire signe d'avancer et je rejoins le maître de la ligue, qui me tend le micro. Je le remercie à ses mots avant de me tourner vers le reste de l'assistance. Ça en fait du monde d'un coup.

- Eh bien, bonsoir à vous tous... Comme Monsieur Stockton l'a dit avant moi, je m'appelle Lizbeth Grandt et je suis votre nouvelle collègue. Moi qui suis d'habitude à l'aise face à un public me sens quelque peu angoissée ce soir. Sûrement le changement d'environnement, mon public est fort différent de celui auquel j'ai eu l'habitude, et cela faisait longtemps que je ne m'étais pas essayé à un tel exercice en public. Heureusement, Klein est à mes côtés. Je suis une ancienne sportive en natation reconvertie à temps complet dans le dressage. Je ne possède que des pokémons aquatiques ainsi que des dragons et il s'agira donc de ma spécialisation en tant que championne, évidemment... Je fais une légère pause, le temps de remettre mes idées au clair. Je n'ai jamais été douée pour les discours, j'ai tendance à être très vite à court de mots et à oublier tout ce à quoi j'avais pensé avant de me lancer... Alors il vaut mieux faire simple. Je voulais encore une fois remercier le comité de la ligue pour m'avoir choisie. C'est un immense honneur de pouvoir travailler à vos côtés, bien au delà de mes espérances. J'espère que la réciproque sera vrai...

Je me sens rosir de nouveau, gênée par mon propre discours, et le termine en m'inclinant légèrement devant mon public, un sourire aux lèvres. Je me tourne ensuite vers le maître de la ligue et lui tend le micro, faisant quelques pas de côtés pour lui laisser de nouveau la place. Ouf, une bonne chose de faite...

Matthew, agent de Lizbeth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ex-Champion

C-GEAR
Inscrit le : 21/08/2013
Messages : 2575

Ven 6 Fév - 7:02
Tch.

Dorénavant, il n’y avait plus à espérer. Maceo ne ferait pas marche arrière, il ne reviendrait pas. Il avait même été remplacé et, ce soir, ils étaient censés célébrer l’arrivée de la nouvelle. La remplaçante. Si Chrystal n’arrivait à mettre de mots sur ce qu’elle ressentait, ça l’agaçait. Grandement, même. Elle n’avait même pas envie d’apprendre à connaitre cette « Lizbeth ». Elle n’avait pas envie que son frère soit remplacé. Pour elle, il méritait de garder sa place. Mais la situation délicate d’Erin et son besoin d’être auprès de son fils était plus important que les paillettes de la Ligue. Elle pouvait comprendre. Enfin, elle pensait pouvoir comprendre. Pourtant, elle n’arrivait pas à se débarrasser de ce sentiment acerbe d’avoir été trahie, abandonnée, laissée derrière. Elle avait appris la maladie d’Erin et elle s’en était senti affectée, aussi étrange que cela puisse paraitre, pour les gens qui la connaissaient. Plus qu’à l’accoutumé. Elle ne l’acceptait pas. Mais, apparemment, tenir compte de ses sentiments à elle n’avait pas d’importance. La nouvelle avait claqué dans les airs, comme s’il s’agissait d’une information anodine. Fuck it, c’était loin de l’être.

Chrystal s’était installée devant la fenêtre de sa chambre, fixant l’horizon. Thor se trouvait non loin d’elle, commençant de plus en plus à s’inquiéter. Il n’avait pas l’habitude de voir sa maitresse dans cet état et surtout, aussi silencieuse. Elle ne pleurait pas, il ne l’avait jamais vu faire d’ailleurs mais… Elle semblait triste. Mélancolique. Elle posa son front sur la vitre, profitant de sa froideur, fermant les yeux. Trop de pensées qui défilaient, trop d’informations à traiter. Tout allait pourtant si bien ! Maintenant, elle se retrouvait seule. Du moins, elle avait ce ressenti. Si elle s’entendait parfaitement bien avec Iago, elle avait commencé à tisser quelques liens avec Ruven et Arthur. Mais ce n’était pas pareil. Avec son frère, c’était différent. Elle n’avait pas besoin de mettre de mots sur ce qu’elle ressentait, il comprenait toujours. Elle était, de toute manière, bien trop maladroite, bien trop fière aussi, pour dire et avouer qu’elle allait mal. Même si ça se voyait. Ce soir, l’évènement était festif et elle ferait sans doute tâche au milieu de tout ce monde.

« Chrystou ? … » Elle avait entendu toquer, mais elle n’avait pas réagi. Elle se doutait de toute manière, qu’il s’agissait de son petit frère et agent. Le blondinet osa s’approcher doucement d’elle, tandis qu’elle ne bougeait pas d’un centimètre. « Hum… Il faudrait que tu te prépares. C’est bientôt l’heure… »
« Fous-moi la paix, Hacken. »

Il ne s’était pas réellement attendu à une autre réaction, mais cela ne l’empêchait pas de se sentir blesser. Depuis le départ de Maceo, elle s’était montrée particulièrement exécrable, et il n’échappait pas à sa fureur. Il ne pouvait s’empêcher, à chaque fois, de comparer la situation avec la sienne. Sa sœur ne se montrerait surement pas aussi marquée si c’était lui qui partait… Ce qui faisait revenir sa certaine jalousie envers l’ex-membre de la Ligue. Il ne savait pas ce qu’il avait bien pu faire pour que la donzelle lui accorde autant de crédit, suffisant pour le faire passer pour un fantôme. Parfois, Hacken avait simplement envie de partir. Sa joie d’avoir retrouvée son ainée s’estampait, petit à petit, pour faire ressortir que les mauvaises choses… Et il souffrait du manque de sentiments de la jeune femme envers lui.

« Il y a… Il y a une robe de soirée sur ton lit, si tu… ‘Fin voilà. Sois à l’heure, s’il te plait. »
C’est ça. »

Il s’était attendu à s’attirer les foudres de la championne en prononçant le mot « robe », mais elle ne bougea pas. Il n’avait pu observer aucune réaction sur son visage, aucun mouvement de son corps qui trahissait un sentiment. A part peut-être celui d’une extrême lassitude. Il acquiesça doucement, plus pour lui-même qu’autre chose alors que Thor allait chercher quelques caresses. Il était vrai que le petit Pichu qu’il avait offert avait bien grandi depuis… Et il semblait chercher à répondre à sa détresse. Etait-il possible qu’un pokemon ait un comportement plus humain qu’une humaine, justement ? Il se disait parfois, en observant Chrystal, que c’était totalement le cas. Thor paraissait plus humain qu’elle. Malgré les années, il n’arrivait toujours pas à cerner tous les aspects de sa personnalité. Peut-être… Sans doute qu’elle-même n’y parvenait pas.

Lorsque Hacken quitta la pièce, Chrys consentit enfin à bouger un muscle. Elle se leva, ne manquant pas de s’étirer au passage. Elle étouffa un grognement de frustration, alors que ses yeux allaient instinctivement se poser sur le vêtement que lui avait amené son frère. Une autre femme l’aurait sans doute trouvé jolie ; un violet pâle agréable au regard, ni trop courte, ni trop longue, pas trop échancré et pas trop décolleté –de toute façon, avec sa poitrine, cela rendrait risible-. Mais la championne la trouva au contraire extrêmement laide. Elle n’était pas faite pour les robes, et elle ne le serait sans doute jamais. Peu lui importait que ce soir était une soirée « unique », elle n’allait surement pas changer ses habitudes. Pour faire plaisir à qui, d’abord ? Ce n’était pas comme si elle se fichait éperdument de plaire à qui que ce soit. Déjà qu’elle faisait l’effort de s’y rendre… Elle poussa un énième soupir, passant une main dans ses cheveux. Son regard fut capté par son armoire, logeant son violon auquel elle n’avait pas touché depuis le départ de Maceo. Habituellement, elle ne jouait pas dans sa chambre, bien que les pièces fussent bien insonorisées. Mais aujourd’hui, elle se permettait un petit écart, ayant un grand besoin de s’évader un moment.



Hacken l’avait attendu devant la salle. Il ne s’était pas réellement attendu à la voir vêtue de la robe, aussi lorsqu’elle débarqua avec son habituel sweatshirt, il ne fit aucune remarque. C’était comme lors de la soirée mondaine, il était apparemment trop lui demander de se mettre sur son trente-et-un. Les mains dans les poches, elle haussa les épaules lorsqu’il lui lança sans le vouloir un regard accusateur. Comme si elle en avait quelque chose à foutre de cette soirée débile. Elle n’arrivait d’ailleurs pas à comprendre pourquoi elle avait décidé, finalement, de s’y rendre. Sans doute pour le buffet gratuit. Lorsqu’ils pénétrèrent dans la salle, quelques regards se tournèrent vers eux, nulle surprise se dessinant sur leurs visages. Ce n’était pas, après tout, comme s’ils avaient l’habitude de la voir fringuée comme ça. Il lui sembla que Cassandre parut soudainement plus nerveuse, en souvenir peut-être de la remontrance de la championne ? Possible. Chrys’ eut un petit sourire en coin. Peut-être qu’elle se faisait des idées mais, en tout cas, l’agent d’entretien ne pouvait certainement pas oublier son interaction avec la membre de la Ligue. Tiens, d’ailleurs. Dorénavant, elle n’était plus la seule femme de la Ligue. Enfin, ce n’était pas comme si elle jouait sur son côté féminin. Jamais même. Ca apportait un peu de changement hein ? Pour les chiens en rut, tout ça… Moui. Bon. Bref.

Elle alla s’installer contre un mur, loin des gens, mais pas trop loin du buffet. Hacken l’avait suivi comme son ombre, l’envie de se joindre à la masse se lisant sur son visage. Cependant, il ne souhaitait pas non plus laisser son ainée seule. Elle l’ignora, laissant ses yeux parcourir la salle. La « star » de la soirée n’était pas encore arrivée, mais elle ne tarda pas à faire son entrée. Cette dernière ne tarda pas, d’ailleurs, à lui sourire et à la saluer d’un signe, timidement. Pff. Chrystal croisa les bras, faisant comme si elle n’avait rien vu. Elle ne ferait même pas l’effort d’essayer d’apprendre à la connaitre. Pour elle, Lizbeth n’avait pas sa place ici. Comme une gamine, elle s’obstinait à penser qu’il s’agissait de la place de Maceo et de personne d’autre. Le changement ne lui plaisait guère. Thor traversa la pièce pour s’installer sur son épaule, observant brièvement l’Akwakwak. Un pokemon eau… Si sa maitresse lui demandait, il pouvait le faire griller en deux deux ! Mais elle n’en fit rien, laissant Arthur prendre la parole.

« Cela veut aussi dire que nous acceptons le départ de Maceo. » Tch. Elle ne put s’empêcher de laisser échapper un rire amer. On tournait bien vite la page à son goût. Lorsqu’elle quitterait la Ligue, sans doute aurait-elle droit à la même remarque. Quoi que son entourage actuel serait sans doute ravi de la voir partir, notamment en vue de son comportement des derniers jours. Se renfrognant davantage, elle croisa les bras contre sa poitrine, laissant parler la petite nouvelle. Bon ok, sa voix l’agaçait déjà et Chrys’ se foutait pas mal, en fait, de ce qu’elle pouvait bien leur dire. Sa rancœur était sans aucun doute tournée vers la mauvaise personne, mais elle ne cherchait pas à revoir son ressenti pour le moment. Alors pendant que Lizbeth s’exprimait à l’assemblée, la championne alla se chercher quelque chose à boire, une petite bière, pour commencer. Puis son regard se posa sur les mets qui lui faisaient face et se moquant bien de l’impolitesse de son acte, elle se prit un canapé, ignorant totalement le discours qui avait lieu dans son dos.


Hacken, agent et petit frère de Chrystal




Dans un conte merveilleux, je suis ni la princesse, ni le prince charmant, je suis le DRAGON !
Ex-Championne de la Ligue
Autres comptes:
 
Signature & avatar made by Elisa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/08/2013
Messages : 5073

Région : Johto
Ven 6 Fév - 22:09
Dans moins de quarante minutes, les festivités vont commencer, et lui il est dans la réserve pokémon, dans la zone prévue pour ses pokémons plante, à l’herbe épaisse, aux fleurs et aux arbres nombreux. Il est à genou, auprès de son Rafflesia, Oxalis, qui ne se remet toujours pas de certains évènements récents. Iago n’est certainement pas le dresseur le plus affectueux qui soit, et de par son parcours, certainement pas le plus proche de ses pokémons non plus. Mis à part Rizzi, son Baggaid, et Mosk, son Noacier, tous ses autres pokémons il les a obtenus il y a un peu plus deux ans de cela, moins pour certains. Mais tout de même. Il arrive sans mal à reconnaitre quand un membre de son équipe ne va pas bien, comme c’est le cas du Rafflesia. La tête levé vers Andrew, le soigneur pokémon en charge des pokémons des champions et de la réserve, il interroge :

« Il a mangé aujourd’hui ?
- … très peu, il a refusé les poffins que je leur donne habituellement. Mais je l’ai vu grignoter légèrement une baie grena sur l’un des arbustes. Mais il reste encore très en retrait… je crois qu’il lui faudra un peu plus de temps. »

Andrew est un homme intrigant – la cicatrice qu’il a sur la joue droite ne cesse de questionner ceux qui le rencontrent -, à peine plus âgé que Iago, il n’est clairement pas un bavard de nature, mais il faut reconnaitre qu’il s’y connait et est très professionnel. Avec lui et son équipe d’assistants, les pokémons des champions sont entre de bonnes mains. Tous ceux qui ont eu à faire à lui le savent. Néanmoins, le savoir lui aussi dans l’impasse vis-à-vis d’Oxalis inquiète Iago… il n’est pas très doué en matière de psychologie, qu’elle soit humaine ou pokémon. Le champion tapote doucement la tête de son Rafflesia, constate sans mal les tremblements récurrents de sa main gauche que ses mitaines dissimulent légèrement, et se relève.

« Je vois. Je reviens te voir demain, p’tit gars. Mange, s’il te plait. »

La créature l’observe un instant puis s’en va, visiblement indifférente.

« Il ne s’est pas encore remis du choc… il va falloir que tu regagnes sa confiance.
- … Oui, je sais.
- Et tu devrais peut-être te bouger. » Fait remarquer le soigneur après un regard à sa montre. « Je crois que la fête commence à 30. »

Sans être spécialement proches, Iago a pris l’habitude de se rendre à la réserve pour voir les différents pokémons qui s’y trouvent. Aussi, il est familier de l’équipe qui y travaille et il compte Andrew comme l’une des personnes de confiance du personnel du stadium. Et comme à son habitude dans ce genre de cas, il a le tutoiement facile. Au moins, Andrew a été loin de s’en embarrasser.

« Tu as raison. Tu comptes y aller ? Je crois qu’Arthur tient à ce que l’ensemble du personnel participe au buffet.
- Oui, mais un peu plus tard, j’ai quelques trucs à finir ici. Je me suis arrangé avec mes assistants pour qu’ils me remplacent d’ici trois quarts d’heure.
- Ok, à plus tard alors. »

Dans un hochement de tête, Iago sort de la réserve et prend le chemin de sa chambre. Arrivé à l’étage des appartements privés, en passant devant la porte de chez Chrystal, il entend le son d’un violon qui l’intrigue. Ce n'était pas le genre de musique qu'il lui associait, généralement... il tend l'oreille un instant, pour s'imprégner de la musique qui filtre légèrement par la porte, et poursuit son chemin.

Comme un rappel, les tremblements de ses mains qu’il a glissées dans les poches de sa veste lui font presser le pas. Une fois devant la porte de son appartement, il s’y engouffre et referme la porte à clé.

Le manque. Il y a-t-il pire que le manque ? Il a beau essayer de résister, il se souvient des conseils de ses passages en cure, de l’importance de boire de l’eau, beaucoup d’eau pour ne pas se laisser déshydrater et d’essayer de s’occuper l’esprit, s’occuper les mains, faire des choses… mais il n’y arrive pas réellement. Au bout de trois jours, les suées, les tremblements, le cerveau qui bouillonne de mille et une réflexions, les sautes d’humeur, l’air hagard, et c’est son corps qui lui rappelle sa faiblesse, et la dépendance qui revient, sournoise et fidèle au poste. Parfois il essaie de repousser l’échéance, il s’enferme dans son appartement. Il va courir deux fois par jour, mais rien à faire… il finit par craquer. Aujourd’hui aussi, il craque, encore plus facilement, même.

Une réception est organisée à la Ligue afin d’accueillir officiellement la nouvelle championne arrivée la veille et penser avec nostalgie à Maceo, qui les a quitté dans la précipitation pour s’occuper de son amie, malade, et de son fils. Deux éléments de la vie du blond qu’Iago n’avait guère su jusque-là. S’afficher en pleine crise de manque, qu’il sent imminente, serait un trop grand risque. Et il ne peut pas non plus ne pas y aller… Rapidement, il se douche, de quoi le calmer un peu. Puis, une fois sorti, les cheveux encore humides, il entreprend de s’habiller. Après un regard à sa garde-robe, il opte avec une grimace pour l’un de ses rares costumes, que l’on a tenu à lui faire faire sur mesure après son arrivée à la Ligue. Car, « Voyons, Monsieur Fitzroy, un champion se doit de bien présenter dans n’importe quelle situation, et d’autant plus les réceptions officielles. »… et quand bien même il sait que cette réception-ci restera relativement « intime », il sait d’avance qu’Arthur et sa troupe (comprendre Mike et surtout, Leon) ont opté pour des costumes impeccables. De lui-même, ce n’est pas le genre de tenue qu’il choisirait, mais il ne doit pas oublier qu’il est champion, et que cela va avec la fonction… Cette fois-ci, il a choisi le costume bleu foncé, une chemise blanche, et toujours, comme touche d’originalité, la fameuse cravate jaune vif à poids noirs. Et ses mitaines, éternelles mitaines. Il ne sort jamais sans, uniquement avec sa famille ou éventuellement entre champions, car elles dissimulent ses tatouages aux phalanges. Il sait que là, il y aura quand même pas mal de personnes, il vaut mieux les garder.

Machinalement, il jette un coup d’œil à son radio réveil, il lui reste vingt minutes avant le début de la réception. Avec un soupir, il s’assoie sur son lit et entreprend son « rituel ». D’une main, attraper ledit radio réveil. Le retourner. Etant donné qu’il est branché sur la prise, l’emplacement à piles est vide et c’est là que se trouve le sachet. Une planque qu’il avait déjà adolescent et qu’il a conservée depuis. Personne ne se douterait de trouver quoique ce soit ici. Alors, méticuleusement, il récupère le sachet, repose le radio réveil et avec application, réalise deux rails sur la table basse. Un travail minutieux et chronométré. Quand il fait ça, il ne pense à rien, il sait que la culpabilité reviendrait trop facilement au galop, alors il fait le vide et fait ce qu’il a à faire, voilà tout. Il sniffe d’une narine. Il sniffe de l’autre et souffle les quelques grains de poudre blanche encore visibles. Puis, il remet le sachet à sa place, et repose le radio réveil par-dessus. Et il s’allonge, se souciant peu de ses cheveux humides qui risquent de prendre un mauvais pli. Déjà, la douce sensation d’euphorie grandit en lui, forte, apaisant son corps troublé, les tremblements cessent et un sourire idiot prend place sur son visage. Il reste allongé ainsi plusieurs minutes… trop.

BAM BAM.

« Monsieur Fitzroy ! C’est l’heure ! »

… Dakota, son agent.

« Je vous l’ai déjà dit, faut dire « Iago », pas Monsieur Fitzroy, sinon j’ouvre pas. » lance-t-il en se redressant. Effectivement, le temps a passé, c’est l’heure, et l’euphorie est là. Il se sent bien. Très bien. Il se relève et prend son chapeau blanc à poids noirs qu’il met sur sa tête tandis qu’un : « … Iago, dépêchez-vous. » se fait entendre.

Il déverrouille la porte et l’ouvre en grand, faisant face à une Dakota furax, les sourcils froncés. Ce qui contraste pourtant fortement avec sa robe noire élégante et ses cheveux coiffés avec soin en une tresse qui lui tombe sur le côté droit du visage.

« Bien, c’est mieux, allons-y ! » fait le champion en passant devant elle pour rejoindre la salle de réception, mais la blonde s’arrête alors, et d’une voix ferme :

« Non. » Elle fixe le haut du crâne de Iago et il n’est pas difficile de comprendre, lui-même fait le rapprochement et rétorque :

« Si.
- Non.
- Si.
- Vous n’y pensez pas ! Pourquoi tenez-vous systématiquement à mettre ce chapeau grotesque ! La réception est en intérieur !
- J'fais ce que je veux. C’est mon chapeau. »

Et d’une main il écrase encore plus le chapeau sur sa tête, avec une moue presque enfantine et continue sa route. C’est aussi ça, les effets de la drogue, et le contraste entre le Iago sérieux et professionnel avec ce grand dadais immature est parfois très difficile à saisir.

Désespérée, Dakota le suit et tous deux arrivent finalement dans la salle où pas mal de personnes sont déjà présentes. Ils ont à peine le temps de faire le tour de la pièce qu’Arthur prend la parole, avec cette mesure qui lui est propre. Iago l’écoute d’une oreille, repérant sans mal la dénommée Lizbeth, qu’il salue de la tête avec un large sourire bien idiot. Et, plus loin, il remarque Chrystal, qui s’est mise à l’écart et qui, comme d’habitude, ne s’est guère souciée du moindre protocole vestimentaire. Cette pensée provoque un sourire amusé en lui. Mais il comprend aussi, au petit rire cynique qui sort des lèvres de la championne, qu’elle est loin d’admettre le remplacement de son frère. Et, tandis qu’Arthur cède la parole à Lizbeth, Iago s’approche de l’autre femme de la Ligue, qui n’est désormais plus la seule. Il voit bien l’air sévère que lui lance Dakota, mais il hausse les épaules et s’avance vers Chrystal qui tourne le dos à Lizbeth. C’est dommage, elle a l’air plutôt gentille, et sa tenue a suscité des compliments remarqués, de ce qu’il a pu entendre… mais bon, il n’est pas dans la tête de Chrystal et se dit que pour elle aussi, ce doit être comme Oxalis, il va lui falloir du temps.

Il est maintenant à deux pas de Chrystal, celle-ci trop occupée à piocher dans le buffet ne l’a pas remarqué, et alors que Lizbeth explique son choix du double-type Eau/Dragon, que Iago trouve intéressant même s’il est incapable de dresser des dragons, il finit par atteindre la jeune femme et son éternel sweat. Sans s’annoncer, il la « poke », comme à son habitude, d’un coup d’index dans les côtes.

« Arrête ça, c’est pas parce que tu fais la gueule qu’il va revenir tu sais. Il a fait son choix. » Monsieur tact, bonjour. « Tu me fais penser à mon Rafflesia, là. Peut-être que c’est plutôt un poffin qui te rendra le sourire ? » Et ça, ça sort de nulle part. De toute manière, quand il est dans cet état, faut qu’il parle. Alors il parle.

« Et puis, elle a pas l’air méchante hein. »

Dakota, son agent.:
 


Dominic Hazel
Nathanael McKoy
Oluwadja Ilo
Milo Jo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hippocampelephantocamelos.wordpress.com/ En ligne


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 14/12/2013
Messages : 4281

Région : Kalos / QG Ligue 4
Dim 8 Fév - 21:55
« Bonjour, ici Fiona Davis ! Je suis occupée et je ne peux pas répondre maintenant, mais laissez-moi un message je vous rappelle dès que je peux ! Et si vous ne laissez pas de message... eh bien je ne vous rappellerai pas, donc laissez-en un s'il vous plait ! .. BIP. »

Ah, il me semblait bien qu'elle faisait le service du soir aujourd'hui. Exactement ce qu'il me fallait.

« Hey ma belle, c'est moi. Bon, j'ai une mauvaise nouvelle, j'ai essayé de négocier mais ils veulent vraiment que je sois à la Ligue demain, pour bien accueillir la nouvelle championne tout ça. Du coup je ne vais pas pouvoir venir chez tes parents, je suis vraiment désolé... Laisse-moi un sms si tu veux parler, j'aurai probablement la sonnerie coupée pendant la soirée. A plus tard, je t'embrasse. »

Je raccrochai rapidement et poussai un soupir. Bon, je m'en étais plutôt bien sorti, il ne me semblait pas avoir eu l'air d'hésiter ou d'être mal à l'aise. Ça devrait passer sans trop de problèmes...

« Tu devrais vraiment arrêter de mentir à cette fille Ruven. Ton aura est franchement laide quand tu le fais. »

Je l'avais oublié lui. Je me tournai vers Lear, qui se tenait dans un coin de la chambre et faisait tourner ma canne entre ses pattes. Il n'avait pas particulièrement l'air accusateur, mais il arborait son petit air de vieux sage qui m'était déplaisant quand je me savais en faute.

« C'est juste le temps de trouver comment présenter les choses, c'est tout. Je veux faire les choses bien pour ne pas la blesser.

- Hmm. Je ne m'y connais pas autant que toi en psychologie humaine, mais je pense que quoi que tu fasses ça n'ira pas. Mais tu fais ce que tu veux, c'est ta copine après tout, tu sais mieux que moi.
»

Qu'il était agaçant quand il était paternaliste comme ça. Je n'avais vraiment pas besoin que mon Lucario se mette à me faire des leçons de morale sur la manière dont je me comportais et je le lui fis savoir en répondant un sec « Oui, en effet. » à haute voix. Je n'aimais déjà pas ma situation actuelle, que Lear s'abstienne d'en rajouter une couche.

« Et puis, je n'ai pas tout à fait menti non ? On accueille bien Lizbeth Grandt ce soir. Elle aura peut-être envie qu'un de ses collègues soit là le lendemain pour lier connaissance ?

- Oui oui, sûrement.
» répondit le loup blanc, qui avait arrêté de me regarder et tapotait le bout de ma canne sur le sol. Je rêvais de la lui reprendre des mains : même si c'était puéril et injuste, je mourrais d'envie de lui être désagréable.

Je retins toutefois mes envies de vengeance ridicules quand on toqua à la porte. J'allai ouvrir, m'appliquant pour ne pas accorder un seul regard à Lear au passage, et tombai sur Alexei en costume distingué.

« Eh bien eh bien, déjà prêt ? Tu ne perds pas de temps, tu as quelqu'un à impressionner ce soir ?

- Non, je n'aurais juste pas le temps de m'habiller après. J'ai bien trop de choses à faire.
» répondit le jeune homme, qui effectivement avait le regard las de celui qui travaille beaucoup.

« Tu veux entrer boire une bière avec moi ? J'en ai dans le mini frigo. Ça te détendra.

- Non merci Monsieur Baldwin, un autre jour peut-être.
» Il esquissa un début de sourire. J'étais satisfait de voir cela ; depuis une semaine ou deux, il me semblait bien que mon caractère facile commençait à le détendre et j'avais bon espoir que, bientôt, il accepte enfin de boire ce verre que je lui réclamais depuis notre rencontre.

« OK, je te le rappellerai. Qu'est-ce que je peux faire pour toi ?

- Je venais vous rappeler que la cérémonie est dans une heure et vérifier que vous aviez commencé à vous préparer. Je sais que vous aimez vous faire désirer...
»

Je ne pus m'empêcher de lancer un éclat de rire. Il m'avait cerné rapidement ce jeune homme, mais heureusement pour lui j'aimais me préparer aux soirées et j'avais déjà commencé. Il parut d'ailleurs soulagé en remarquant le costume qui trainait sur mon lit.

« J'allais prendre une douche justement. Ça ira avec le ton de la soirée, ce que j'ai choisi ? » demandai-je en lui désignant la tenue.

« Oui, tout à fait. Je reviens vous chercher dans cinquante minutes du coup, soyez prêt s'il vous plait. »

Il ne parut pas très rassuré par le hochement de tête évasif que je lui adressai mais il partit tout de même, téléphone déjà en main. Je me fis la réflexion en le regardant s'éloigner que ce ne devait vraiment pas être un métier facile, agent de champion. Il fallait vraiment que j'arrive à le convaincre de se poser une heure avec moi, ne serait-ce que pour le connaître autrement que sous cette façade professionnelle...


***

« Monsieur Baldwin ! Vous m'aviez dit que vous seriez prêt à l'heure, vous n'êtes vraiment pas possible !

- J'arrive, j'arrive, deux minutes !
» chantonnai-je en boutonnant les poignets de ma chemise.

J'entendis clairement le soupir d'Alexei, même de l'autre côté de la porte. Voyons, qu'il se détende, personne n'allait mourir pour cinq minutes de retard ! Je tenais à accueillir ma nouvelle collègue dans les règles de l'art, et cela demandait du temps et de la préparation. J'aimais depuis toujours peaufiner chaque détail : déjà adolescent j'exaspérais mes parents à me changer deux ou trois fois avant de partir en cours. Avec les années j'étais devenu moins hésitant et plus sûr de mes goûts, mais je passais encore un temps infini à peser le pour et le contre de chaque décision. Bien sûr je savais depuis le début que je ne serais jamais prêt en cinquante minutes, mais je préférais qu'Alexei s'énerve seulement maintenant.

« Ruven, je peux emprunter ta canne ? Je me sentirais moins nu comme ça. »

Je jetai un regard désapprobateur à Lear tandis que je m'asseyais pour mettre mes bottes. Depuis que je lui avais donné l'autorisation de venir avec moi à la soirée, il avait repris sa sale manie de faire l'humain : après avoir investi la salle de bain et en être ressorti puant le parfum, il commençait à fouiller dans mes affaires pour m'emprunter quelque chose. Je savais que je n'allais pas avoir le dernier mot, il était têtu comme une mule, mais je n'étais pas non plus obligé de lui montrer que j'étais d'accord.

« Tu n'es pas nu Lear, tu as des poils.

- Toi aussi, et pourtant tu portes des vêtements.

- Non mais. Ce n'est pas pareil pour les humains.

- Ce n'est jamais pareil pour les humains... Mais de toute façon tu ne portes pas une canne pour ne pas être nu non ? C'est pour être plus beau. Pourquoi je n'aurais pas le droit de l'être moi ?


- Monsieur Baldwin !

- BIEN. Vas-y, prends-la si ça te chante, je n'ai pas le temps de débattre avec toi.
»

Sa queue battait l'air de satisfaction alors que je me relevai pour me poster une dernière fois devant le miroir. Si je n'avais pas eu Alexei derrière ma porte j'aurais sûrement fait encore quelques ajustements, mais cela irait bien comme ça. J'allai lui ouvrir en lui offrant le sourire le plus innocent possible.

« Je suis prêt, on peut y aller. »

Il me détailla rapidement de haut en bas et me regarda d'un air las.

« Ce n'est pas tout à fait la tenue que j'ai validé tout à l'heure.

- Non, j'ai changé d'avis en cours de route.

- J'imagine que si je vous le demandais vous ne voudriez pas faire plus classique ?

- Non.

- Bon, bah allons-y comme ça alors.
»

Je lui tapotai l'épaule avec un sourire aimable pour qu'il arrête de s'inquiéter. Le personnel de la Ligue était habitué à mes excentricités, cela ne choquerait personne que je porte une cape même en intérieur - et encore, celle-ci était noire, j'avais bien pire dans mes armoires. Et mon chapeau à plumes passerait quasiment inaperçu avec la capuche de Chrystal et le bonnet de Iago... Non vraiment, il n'avait pas à s'en faire, tout aurait l'air parfaitement normal. Et autant que Lizbeth découvre rapidement qui elle allait devoir côtoyer.
Nous nous dirigions rapidement vers la salle du banquet, semant Lear qui s'appliquait à faire claquer la canne sur le carrelage à chacun de ses pas. Il saurait trouver la salle, nous pouvions prendre de l'avance sur lui.


« On n'attend plus que vous, tout le monde est déjà sur place. » me glissa le jeune homme avec un petit air de reproche.

« Oh, même Chrystal ? »

Il acquiesça. Pour le coup, j'étais vraiment surpris : je savais qu'elle avait de grosses difficultés à admettre le départ de Maceo et je pensais vraiment qu'elle ne se montrerait pas ce soir. Je ne lui en aurais pas voulu d'ailleurs, je comprenais bien sa tristesse même si la mienne était moins violente. Bien sûr que j'avais mal pris la décision de mon ami, même si après qu'il m'eut expliqué ses raisons je l'avais tout à fait compris. Il m'avait semblé sur le coup que, alors que je venais tout juste de retrouver un ami cher, je le perdais à nouveau. Ce n'était évidemment pas le cas, je n'allais pas lâcher l'affaire et je comptais l'appeler régulièrement, mais c'était tout de même comme cela que je l'avais ressenti. Heureusement mon caractère m'avait permis de mettre rapidement le négatif de côté pour me concentrer sur le positif, à savoir l'arrivée de Lizbeth, mais ce n'était pas le cas de Chrystal. Si elle était présente ce soir, cela voulait dire deux choses : ou bien elle voulait faire des efforts, ou bien l'ambiance allait être particulièrement tendue. Si c'était la dernière option, il allait falloir que je tente de préserver Lizbeth de sa colère, au moins pour ce soir.
Une fois devant la porte de la salle, nous entendîmes les rumeurs d'un discours. Si mon oreille ne me faisait pas défaut, il me semblait bien reconnaître la voix d'Arthur.


« Je sais que vous aimez faire des entrées remarquées mais s'il vous plait soyons discrets, ils ont déjà commencé.

- Aucun souci, je vais me fondre dans la foule.
» répondis-je avec un clin d'oeil qui le fit pâlir.

Il n'avait pas à s'inquiéter, je ne voulais pas interrompre Arthur alors qu'il était si bien lancé. J'entrai alors qu'il remerciait le personnel de la Ligue et que des applaudissements s'élevaient, ce qui me permit de ne pas attirer l'attention. Je restai à l'arrière du groupe qui s'était approché du micro et profitai de la suite du discours pour regarder autour de moi. Je repérai en premier Chrystal, qui se fit remarquer en lâchant un rire acerbe à la mention de Maceo. Au vu de sa tenue et de son expression, je devinai qu'elle n'avait pas l'intention d'être aimable. Je trouvai également Iago qui paraissait de bien meilleure humeur que sa collègue et qui, comme je l'avais escompté, était affublé de telle manière que ma propre tenue n'avait plus rien de particulier. Je ne vis Lizbeth Grandt que lorsque Arthur l'invita à faire un discours et, en la remarquant, esquissai un sourire appréciateur. Aussi jolie qu'à la télévision, pas de doute. Voire même plus d'ailleurs, sa robe lui allait mieux que les maillots de bain une pièce dans lesquels on avait eu l'habitude de la voir.
J'écoutai son discours avec un sourire bienveillant, jusqu'à ce que je remarque que Iago rejoignait Chrystal. Un coup d'oeil vers elle me permit d'en comprendre la raison : elle tournait le dos à la nouvelle championne et se distrayait en attaquant le buffet. Elle devait trouver ce moment insupportable, c'était le point de non-retour pour Maceo... J'hésitai un instant à la rejoindre à mon tour, mais comme Lizbeth terminait son discours je me dis qu'il serait peut-être préférable que j'aille lui parler. Iago et Chrystal s'entendaient bien, lui saurait peut-être la calmer un peu. Moi, je devais faire en sorte que Lizbeth ne se sente pas seule et mal accueillie, surtout si elle avait remarqué cette réaction. Aussi, j'allai vers elle avec l'expression la plus chaleureuse possible.

« Bienvenue Lizbeth ! » dis-je en lui tendant une main. « Ravi que tu nous rejoignes - je peux te tutoyer ? Ça me ferait bizarre de vouvoyer une collègue. J'espère que tu te sentiras bien ici, tu as déjà eu le temps de visiter ? Je ne sais pas à quelle heure tu es arrivée. »

Encore plus jolie de près. J'étais navré de penser cela vis-à-vis de Chrystal, mais je n'étais pas mécontent qu'enfin une vraie femme arrive à la Ligue. Cela me donnait une bonne raison pour y dormir plus souvent !

Alexei Sokolov, l'agent de Ruven:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 31/08/2013
Messages : 4937

Lun 23 Fév - 23:44
Les dés étaient lancés. Observant son ami, Leon avait croisé les bras, par habitude, en l'écoutant. Il était vrai que se faire au départ de Maceo serait délicat pour tout le monde, après tout, déjà celui d'Eiko n'avait pas plu au jeune maître de la Ligue, alors perdre un nouveau camarade était aussi pour lui un échec personnel.
Après tout, quelle était vraiment son utilité en tant que maître de la Ligue s'il n'était pas capable de créer de la cohésion dans le groupe ? C'était peut-être aussi tout cela qu'il avait envie de changer en se dévoilant un peu plus, en présentant finalement ses blessures et ses cicatrices, ainsi que là où il voulait aller, peut-être que s'il s'attachait, peut-être que s'il arrivait à mettre des mots sur ces maux, il aurait plus de moyens pour comprendre les autres.
Si Lizbeth avait l'air prête à vous rejoindre, Arthur n'ignorait pas que ce serait si facile de l'accueillir. Chrystal avait beaucoup changé depuis le départ de son frère. D'abord en colère, elle était devenue distante et froide avec un peu tout le monde. Elle qui d'habitude avait une joie de vivre assez présente et surtout un je-m'en-foutisme digne d'une vraie adolescente se révélait maintenant une adulte renfermée. Alors, il aurait pu aller vers elle avant tout, mais non, sûrement trop occupé de ses propres affaires, il n'avait pas pris le temps de le faire. Et c'était d'ailleurs souvent ça le problème : il ne prenait pas le temps pour les autres, se montrant trop peu présent pour que de vrais liens soient créés entre lui et les autres membres de la Ligue.
Pourquoi agissait-il comme cela ? La défense. Sa meilleure défense était ici la fuite, il se dégageait des projecteurs pour protéger sa précieuse vie et son entourage, si jamais on le perçait à jour, qu’adviendrait-il de tout cela ? Il n'en savait rien et ne voulait pas imaginer la suite, espérant seulement que cela passerait. Laissant le micro à la nouvelle venue, il recula d'un pas pour la laisser parler.
Leon s'était mis de côté pour observer la pièce. D'un coup d’œil, il pouvait voir que tout le monde était là. Bien sûr, certains avaient précisé qu'ils ne pourraient se présenter, ou qu'ils arriveraient en retard, ou pendant peu de temps, chacun s'était un peu arrangé à sa sauce pour l'événement. Mais déjà avait-il vu les différents champions arriver. Chrystal ne semblaient vraiment pas à sa place, traînant les pieds, la mine boudeuse, il avait surpris ce rictus et avait hoché machinalement la tête. Elle ne semblait vraiment une bonne disposition mais qu'y pouvait-il ?

Lizbeth faisait son discours, se présentant d'une façon plutôt naturelle, son Akwakwak à ses côtés. Arthur nota la brièveté de ses propos, il était possible qu'elle n'ait pas su quoi dire de plus.Comprenant qu'elle avait terminé, le maître de la Ligue applaudit en arrière plan, joint par la plupart des personnes présentes dans la salle, avant de reprendre le micro un peu maladroitement, comme toujours.
    « Merci beaucoup. »
Il lui sourit tout de même, pour la rassurer sur ce geste qui ne serait probablement jamais très sûr. Reprenant le micro, le maître de la Ligue accorda un petit temps à ceux qui l'attendaient.
    « Bien, je vous propose donc maintenant de profiter du buffet, il y en a pour tout le monde. Merci de votre attention. »
Arthur ferma le micro alors que Leon revenait vers son ami pour le lui prendre, enroulant le câble pour aider un assistant de la Ligue à ranger le matériel. Voulant se montrer amical avec Lizbeth, Arthur se tourna instinctivement vers sa position, avant de sourire. Ruven venait d'apparaître dans son champ de vision et déjà s'était approché de la jeune femme pour lui souhaiter la bienvenue.
    « Eh bien, tu ne perds pas de temps toi ! Content de te voir, Ruven. »
Plaisanter était toujours un moyen de rendre l'atmosphère moins pesante, mais pour autant, Arthur ne tenait pas à s'amuser à tenir la chandelle, il avait compris que son collègue était plus du genre Don Juan que bon pote, alors son but n'était pas vraiment de casser l'ambiance qu'il cherchait à créer, quoique....
    « Mais c'est vrai que vous devez au moins avoir le sport comme passion commune. »
Carrément. Peut-être qu'il était temps d'aller manger quelques petits fours au lieu d'attendre que les problèmes arrivent.
    « En tout cas, ne m'oubliez pas s'il vous plaît, je vous attends tout à l'heure au salon. J'ai besoin que vous soyez tous là. »
Arthur leur fit un sourire avant de s'éloigner, souhaitant rejoindre Chrystal et Iago au buffet, le moment fut choisi par Mike pour lui attraper le bras.
    « Hey mec, mec, mec. Y'a des trucs TROP BONS. Genre, un pain surprise, là, qu'ils ont dû tout juste réchauffer avant de l'amener, avec de la chair de Flingouste rapée et de l'avocat et... je sais pas une épice ou un truc et c'est... MEGA TROP TROP BON.
    - Wow wow wow. T'as déjà eu ta coupe de champagne ?
    - Une touuuute petite coupe.
    - Mike. Tu sais que tu ne supportes pas l'alcool.
    - Maiiiis, c'était une touuuuute petite cou-couuupe. Oooh et j'ai une question... C'est quoi le délire des chapeaux ? Pourquoi toi t'as pas un joli chapeau quand même ? Non parce que les plumes de Ruven c'est génial, ça bondit quand il marche, boing boing boing...
    - C'est pas possible... Tu veux pas me lâcher le bras ?
    - Bah mais non, mon pote, t'imagines même pas le nombre de gens, tu vas te prendre quelqu'un si tu marches tout seul et après ça va te faire mal et tout.
    - … Tu marches pas droit c'est ça ?
    - Rhoo, t'es chiant. Moi je pense à ton bien-être et môôôôsieur le maître de la Ligue que je sais tout mieux que tout le monde la ramène. »
Le jeune aveugle poussa un soupir, il n'était vraiment pas sûr que dans son état, son ami pourrait lui être d'une quelconque aide pour le guider, mais il n'avait pas vraiment d'autres recours, il avait décidé de laisser ses Pokémon tranquille à la pension ce soir alors d'ici à se trouver un autre guide...
    « Vas-y y'a Leon qui arrive, faut qu'on aille de l'autre côté !
    - Mike, tu vas pas fuir Leon !
    - Maiiiis... S'il sait que j'ai bu je suis mal, mais tu peux pas comprendre, tu vois pas sa tête quand il est en colère toi.
    - Élégant... T'es vraiment pénible quand tu bois.
    - Ça va, je suis désolé, pardon... Tiens, viens vers le buffet, y'a tes amis, Chrystal elle fait la gueule.
    - Arrête de parler si fort... Je te suis, ça va... »

Leon aida à ranger le matériel, devenant en quelque sorte le sous-directeur des opérations, le directeur devant être Arthur mais avec son handicap... Arthur. Il le chercha des yeux un instant, presque paniqué, comme s'il avait oublié son enfant dans un hypermarché. Passant devant Lizbeth et Ruven, qu'il salua poliment mais rapidement, il finit par apercevoir Arthur et Mike, ce dernier se penchant littéralement sur son ami, accroché à son bras. Plus loin, Iago était toujours avec Chrystal. Iago. Leon avait été tout de même soulagé de le voir ici, il était le seul à pouvoir comprendre ce que la suite de la soirée allait donner et il serait sûrement un bon soutien pour le jeune maître de la Ligue qui devrait faire tant d'efforts ce soir là. C'est en cherchant à nouveau Arthur des yeux dans la foule qu'il aperçut une autre personne d'intérêt et qui serait un soutien des plus précieux pour l'aveugle. Il se mit à sourire, elle était là, elle avait eu le courage de venir.
    « Whaaa, bon je te laisse, il arrive... Je crois. Euuh. Goûte au pain surprise ! Je reviens, je vais me cacher aux toilettes ! »
Et Mike s'enfuit. Le laissant en plan au milieu de la salle. Arthur se passa une main sur le visage, au moins si Leon arrivait il ne serait pas tout seul. En tout cas, il y avait trop de personnes pour que son système puisse identifier qui que ce soit, alors il coupa l'identification et se débrouilla pour passer entre les corps, tentant de rejoindre le buffet, saluant les quelques personnes qui complimentaient son discours ou lui souhaitaient simplement une bonne soirée. Génial. Il avait mal aux oreilles à cause de Mike et maintenant il était seul et perdu. Non mais, gé-nial. Il pouvait bien se moquer de Ruven et sa manie de courtiser, il donnerait n'importe quoi pour ne pas être seul maintenant.

HS:
 



Such accounts, so RP, wow.:
 

Avatar par Elune Crowley, MiniArthur par Etsuko Michiyo.
Stuff.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/01/2015
Messages : 1799

Mar 3 Mar - 23:12
La présence du palmipède à mes côtés est rassurante et me permet de ne pas bafouiller. Je devrais pourtant avoir l'habitude des longs discours après des années à répondre aux journalistes venant des quatre coins du monde, dans de nombreuses situations, certaines assez inusité, et pourtant... Heureusement, les frasques des journalistes ne concerne qu'une part infime de ma carrière de sportive, qui a surtout été rythmée par les voyages, les rencontres et, surtout, les longs entraînements harassants qui me poussait à toujours en vouloir plus, à toujours repousser les limites de mon corps afin de dépasser tous mes concurrents uns à uns. Cela m'a pris du temps, j'en ai souffert et j'ai vécu plusieurs périodes de dépression où je pensais tout arrêter... Mais ma volonté ainsi que celle de Klein étaient trop fortes pour que je décroche aussi facilement et cela a finit par payer. Nous avons vécus de belles choses tous les deux, plus rien ne comptait lorsque nous nous retrouvions ensemble sur le plongeoir face à une foule attentive ou bruyante... Tout nous convenait tant que nous pouvions assouvir notre passion ensemble. Néanmoins, je dois bien avouer que je ne pensais pas avoir une telle chance après notre fin de carrière. Cela ne fait que trois ans que nous avons décroché de la compétition afin de pouvoir profiter d'autres facettes de la vie – car oui je ne me le cache pas, mes victoires en compétition olympique m'ont apporté un capital important qui me permet certaines fantaisies tel que cette retraite anticipée – et notamment le dressage pokémon, quelque peu mis de côté pendant toute ces années. Oh, cela ne veut pas dire pour autant que je ne me souciais que de Klein ou que nous ne vivions que tous les deux... La plupart de mes compagnons de route sont à mes côtés depuis de longues années et certains d'entre eux accusent même d'un certain âge. Roxy est la plus âgée de mon équipe, bien qu'elle ait encore de belles années devant elle au vu de l'espérance de vie moyenne de ceux de son espèce.

Enfin, ce n'est pas le bon moment pour repenser à tout ce que j'ai traversé au cours de ma vie. Il vaut mieux que je me concentre sur le présent, j'aurais l'occasion d'y songer de long et en large lorsque je me serais allongée dans mon lit et que je tenterais longuement de m'endormir. Je n'ai pas eu une journée éprouvante, loin de là, et je crains d'avoir quelques difficultés à m'endormir. D'habitude je fais au minimum une heure de sport dans la journée, au maximum 4 ou 5 heures – toujours depuis que je suis à la retraite – et je ne parle pas de mes explorations sous-marines. Comparé à ça, j'ai passé la journée à... Déménager. Et à tenter vainement de mémoriser un peu la disposition du QG pour faire plaisir à Matthew alors que je sais pertinemment que je ne vais rien retenir du tout. Ce n'est pas à mon âge que ma mémoire va commencer à s'améliorer. Enfin, le plus important, c'est que les personnes présentes n'en sachent rien, je n'ai pas envie d'être prise pour une débile à peine arrivée dans mon nouveau lieu de travail, surtout après avoir réussit ce discours sans la moindre gourde. Je ne pense pas avoir rougit non plus, un soulagement. Malgré tout, j'ai la désagréable impression que mes mots n'ont pas été entendus par tous... Et malheureusement, parler d'impression est un terme trop faible, je dois bien me l'avouer. Après tout, l'unique autre femme de la ligue m'a tout simplement tourné le dos à peine arrivée dans la salle. Pas un salut poli, ni un sourire ni une poignée de mains... Il semblerait que Chrystal Reid ne veuille pas de moi au sein de ce groupe fermé et puissant qu'est la ligue. Mais pour quelle raison exactement ? S'agit-il d'un manque de confiance en ma personne, en mes compétences ? Est-elle jalouse de moi ? Pense-t-elle que j'ai accepté de venir en ayant des arrières pensées ? Je pourrais retourner le problème dans tous les sens mais je ne vois rien de pertinent dans mes questionnements. Je suis simplement extrêmement émue et heureuse de pouvoir me tenir ici à leurs côtés, rien de plus...

Je reste immobile le temps des applaudissements, me contentant d'accorder un sourire aux personnes qui me souhaite par ce biais la bienvenue. Mon regard s'accroche à celui de Matthew qui s'est positionné dans un coin de la pièce et mon sourire s'agrandit. Il me fait un clin d’œil en retour et lève une coupe de champagne sans me quitter du regard. Nous nous regardons encore quelques secondes, jusqu'à ce que mon attention ne soit détournée par a voix du maître de la ligue me remerciant pour le discours. Je lui souris, bien qu'il ne puisse techniquement pas le voir – mais après tout, il est bien connu qu'un sourire peut s'entendre – et lui répond tout en lui tendant le micro.

- Mais de rien... Tenez !

Je fais quelques pas de côté, voulant m'éclipser quelque peu pour lui laisser la place. Après tout, je suis tellement voyante à cause de cette robe... Malgré tout, je ne regrette pas le choix de mon agent ; elle me va bien, c'est indéniable. J'espère simplement que ce simple bout de tissu soit l'une des raisons du comportement de Chrystal, bien que j'en doute. Elle ne m'a pas du tout semblé ainsi de tout ce que j'ai pu voir et lire sur elle... Mais après tout, ne dit-on pas que l'on ne peut pas connaître une personne sans l'avoir côtoyé ? Je vais peut-être aller de surprises en surprises, qui sait.

Finalement, Monsieur Stockton ne prononce que quelques mots afin de conclure mon discours, nous invitant à déguster le buffet – bien que certaines personnes ne l'ait pas attendu pour se faire – et il me fait bien envie. Bien que je ne sois pas une grosse mangeuse, je sens presque mon ventre gargouiller, ce qui me fait penser que je n'ai rien mangé de vraiment consistant depuis ce matin. Ces petits fours ont l'air des plus raffinés, sans parler de la boisson ; tout ce que j'aime. Après un sourire en la direction du maître pour répondre tout naturellement au sien, je m'apprête à descendre de l'estrade pour rejoindre les autres lorsque je me rend compte qu'une nouvelle personne est venue jusqu'à nous. Je souris, ravie, en reconnaissant l'un de mes collègue. Lui semble enthousiaste de me voir ce qui me fait vraiment plaisir !

- Merci monsieur Baldwin ! Je prends la main qu'il m'a tendue et la serre chaleureusement. C'est amusant d'ailleurs, je suis bien plus grande que lui de par ma position en hauteur et mes talons. J'oublie cette petite pensée lorsqu'il reprend la parole et constate rapidement qu'il est du genre bavard. Je m'applique à lui répondre, bien que je ne m'attendais pas à ce qu'on me tutoie aussi rapidement. Néanmoins j'aurais du m'en douter, venant de lui... Euh oui oui, vous pouvez me tutoyer. Mais l'inverse risque de prendre un peu plus de temps, l'habitude... J'ai déjà visité un peu mais seulement une partie, je suis arrivée dans la matinée ! Et je suis ravie de faire votre connaissance !

Je lui souris de nouveau pour accompagner ma dernière phrase des plus sincère. Après tout, j'espère avoir l'occasion ce soir de faire la connaissance de mes autres collègues, bien que cela semble compromis... Arthur vient me délivrer de mes doutes en s'adressant à Ruven et je hausse un sourcil à ses derniers mots, quelque peu étonnée mais surtout intéressée.

- C'est vrai, vous êtes sportif vous aussi ? Qui sait, peut-être que je viens de me trouver un partenaire pour ne plus exercer seule !

Le maître de la ligue s'éclipse alors tout en nous rappelant qu'il sollicitait notre présence pour la suite de la soirée – voilà de quoi me rendre curieuse – mais une odeur de petit four efface aussitôt les dernières paroles de l'aveugle de mon esprit. C'est que j'ai toujours aussi faim. Je m'éloigne alors de la petite table mise en place pour le discours afin de pouvoir descendre de l'estrade tout en me tournant vers monsieur Baldwin en reprenant la parole.

- Que diriez-vous de goûter à ce buffet ?

Et c'est à cet instant précis que ma maladresse reprend le dessus. L'un de mes talons, au lieu de se poser sur le rebord de l'estrade comme je l'avais calculé, se retrouve dans le vide. Ne m'y attendant pas tout en étant déséquilibré par le second, je perds l'équilibre et vois le sol venir à toute vitesse... Je m'agrippe aussitôt à la première chose à ma portée, soit la chemise du maître des flammes et me rattrape in extremis, juste avant de poser un genou au sol, en tirant sur le tissu. Je me sens rosir de honte. Quelle belle entrée en matière, ils savent maintenant à qui ils ont affaire !

- Pardon, c'est à cause de ces fichus talons, je n'en porte quasiment jamais... J'essaie malgré tout de me reprendre, tentant de sauver ce qui me reste de dignité.

J'espère juste que les autres étaient trop occupés avec leurs petits fours pour avoir vu ça.

- Kwak !


LUNA is watching you.
doubles comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ex-Champion

C-GEAR
Inscrit le : 21/08/2013
Messages : 2575

Dim 22 Mar - 13:40
Chrystal prenait grand soin de cacher sa maitrise du violon, qui était tout de même relativement bonne. Après huit ans de pratique, elle avait de quoi se parfaire, aidée par un professeur talentueux. Pourtant, elle ne l’avait jamais mise en avant. Elle se plaisait à jouer avec les journalistes, mais jamais elle n’avait évoqué son instrument. Pourquoi ? C’était une bonne question. Elle n’était même pas sûre qu’il y ait une réelle explication. C’était juste… Son jardin secret ? Quelque chose qu’elle pouvait garder pour elle, et rien qu’à elle. Pourtant, en cet instant où elle se sentait particulièrement désappointée, elle avait mis de côté son habituelle discrétion. Jouer lui permettait de se vider la tête et de ne pas penser constamment à la maladie d’Erin. Jouer lui permettait d’oublier tout ce qui se trouvait autour d’elle. Le dressage de pokemon, sa place dans la Ligue, les critiques des journalistes –bien qu’ils la faisaient toujours rire-. Tout était oublié, et il ne restait alors que la musique, le chant mélancolique de son instrument. Et c’était apaisant. Elle ne se doutait pas en revanche, qu’Iago eut pour la première fois l’occasion de l’entendre jouer.

Elle pensait bien que cette soirée serait pesante et elle sentait une pointe de colère demeurée dans sa poitrine. Accueillir une nouvelle membre, ce n’était clairement pas dans ses cordes. Surtout quand le champion remplacé était l’une des rares personnes pour qui elle démontrait du respect, voire de l’affection. Elle ne savait pas vraiment à vrai dire, n’ayant jamais pris le temps de faire le point sur ses sentiments. Ou peut-être avait-elle toujours pris soin d’esquiver la réflexion sur son ressenti… Aujourd’hui, elle se sentait face à un mur, bien obligée de l’analyser. Et ça l’agaçait puissance mille. La vie était tellement plus simple quand on ne se prenait pas la tête. Habituellement, elle glissait sur ce genre de pensées. Cependant, elle n’arrivait plus à tenir la distance et finalement, se sentait bien plus affectée qu’elle ne l’aurait imaginé. Vraiment, l’esprit humain, c’était une belle connerie.

Arrivée à la salle, elle ignora tous les présents en compagnie d’un Hacken nerveux et pas franchement à l’aise. Son frère n’appréciait pas son comportement, mais il la craignait trop pour lui faire la réflexion. Aussi il se contentait de la suivre lorsqu’elle alla se caler contre l’un des murs, loin des convives, saluant poliment les personnes qui croisaient leur chemin. Chrystal observa sans gêne la nouvelle, Lizbeth. Son agressivité envers elle était clairement visible, mais la jeune femme s’en fichait éperdument. Une autre personne se serait sans doute repentie, se rendant compte que ce n’était pas la personne qui était visée, simplement le fait du remplacement. Ce n’était pas la même chose. Pour Chrys’, Lizbeth était et serait toujours la remplaçante de Maceo. Peut-être serait-elle amenée à changer son jugement rapide et radical, mais pour le moment, elle avait la ferme attention de rester camper sur sa position.

Écouter le discours de la nouvelle lui paraissait futile, aussi préféra-t-elle se concentrer sur le buffet. Une bonne bière fraiche et des amuse-gueules, c’était bien plus plaisant. Hacken resta toutefois en retrait, ne souhaitant pas qu’on croit que, lui aussi, n’avait que faire des dires de la championne. Il observait toutefois du coin de l’œil sa sœur, guettant une réaction imprévue dont elle avait le secret. Heureusement, elle fut rapidement rejointe par l’un des membres de la Ligue. Iago. Hack’ ne savait pas grand-chose de lui, mais il lui avait semblé que les deux-là s’entendaient plutôt bien. Tant mieux. Tandis que la jeune femme engouffrait une bouchée d’un pain surprise –du saumon, sweet !-, elle sentit le poke de son collègue. Elle ne réagit que brièvement, étant habitué aux salutations particulières du maitre des pokemon plante et ténèbres. Son regard se fait cependant plus noir lorsqu’il amène directement le sujet de Maceo sur le tapis. Elle n’était pas surprise, mais elle ne put dissimuler une moue alors qu’elle avalait ce qu’elle avait en bouche.

« Merci, Captain Obvious. Sinon tu ne veux pas une bière plutôt ? » Ou comment esquiver le sujet. Elle ne souhaitait pas admettre qu’il avait raison, et que son comportement n’était pas approprié. Mais c’était le propre de sa nature, non ? Ne pas agir comme elle devait le faire. Elle arborait une réaction puérile certes, mais ne comptait pas la changer pour autant. « Ton Rafflesia fait la tronche ? Si t’as des poffins au saumon, je suis preneuse. » Elle but une nouvelle gorgée de sa bière, tandis qu’elle retentait son coup avec le pain surprise. Foie gras. Beurk. Son visage se déforma en une moue, tandis qu’elle se pressait de nettoyer sa langue avec une serviette. Ce n’était pas charmant, ni distingué. Et elle s’en moquait royalement. Ça se saurait, si on l’appréciait pour ses parfaites manières. Enfin, encore fallait-il qu’on l’apprécie. C’était une fois encore, quelque chose où elle ne s’attardait pas.

« M’en fous. »

Cela avait le mérite d’être clair. Que Lizbeth soit la femme la plus gentille au monde, une vraie connasse ou une sainte, cela ne changerait rien pour Chrystal. Elle n’avait pas envie de faire sa connaissance. Le discours prit fin, marqué par les applaudissements des convives, tandis qu’elle continuait sa découverte du buffet. Elle avait eu le temps d’arriver à la moitié de sa bière, qu’elle voulait finir au plus vite pour pouvoir taper dans le champagne. Ce n’était certainement une bonne idée. S’il lui arrivait de boire parfois quelques bières, cela ne voulait pas dire qu’elle supportait l’alcool. Mais là, ce dernier la tentait alors… Rien à foutre. Elle lança un regard derrière son épaule tandis que Ruven entrait en scène. Elle le toisa légèrement, avant de le voir faire la cour à la nouvelle. Elle sentit une pointe de colère monter dans sa poitrine. La championne avait pensé qu’il serait, lui aussi, affecté par le départ de Maceo, par la découverte de la maladie incurable et mortelle d’Erin. Mais non. Il sautait directement au cou de Lizbeth, mettant son charme à toc pour la séduire. Ça lui donnait envie de vomir. Chrystal aurait clairement pu vomir en le voyant faire. S’il en souffrait, il cachait étonnement bien son jeu.

« Au moins y en a un qui est content. Je me demanderais presque avec quelle tête il réfléchit vraiment. »

Gratuit, oui. Totalement gratuit. Mais à cet instant, elle se sentait à bout de nerf. Tout le monde agissait comme si de rien n’était. Comme si tout allait bien, comme s’il ne s’était rien passé. Maceo, c’était déjà de l’histoire ancienne. Le plus agaçant, c’était de savoir qu’elle aurait arboré la même réaction si c’était quelqu’un d’autres qui étaient parti. Peut-être pas pour Iago, à bien y réfléchir. ‘Fin, peut-être que si. Aller savoir. Serrant les dents, elle but le reste de sa bière avant d’attraper une coupe de champagne qui passait pas loin d’elle. Elle ne vit pas l’homme derrière elle la prendre dans ses bras, son haleine sentant fortement l’alcool. Elle n’avait pas la moindre idée de qui il s’agissait, mais ce fut assez inattendu pour qu’elle retrouve un semblant de calme.

« Ooooh ooooh Chrystoupougnouchoute ! Pourquoi tu fais la tête, attends ! »

Et il la serra plus fort encore. Qu… What ? Lorsqu’il finit par la lâcher, elle fronça les sourcils tandis qu’il lui offrait un sourire à pleine dent. Avant qu’elle ne puisse répondre, il s’était empressé de rejoindre Arthur… Laissant la jeune femme dans la totale confusion. Si elle s’était sentie bien ce soir, sans doute aurait-elle rit de cette rencontre étrange, affublée d’un surnom à rallonge. Mais non, au lieu de cela, elle jeta un coup d’œil vers Ruven et Lizbeth, remarquant la chute de la femme, se rattrapant au bras du champion. Oh putain, c’était quoi, ça ? D’un ridicule ! Feindre la maladresse pour se rapprocher davantage. Pff. Chrystal ne manqua pas de ricaner ouvertement, se moquant bien d’embarrasser la nouvelle si elle l’entendait.

« Et on dirait qu’elle est partante. Je crois que je vais passer la nuit ailleurs qu’ici, ce soir. »

Même si elle ne savait pas où aller. Elle vivait à la Ligue chaque jour. Elle n’avait pas d’endroit où passer la nuit. Mais au pire, elle squatterait un hôtel ou peut-être oserait-elle aller chez les parents de Maceo. Peut-être que là-bas, elle se sentirait moins irritée par son environnement. L’alcool n’aiderait sans doute en rien. Hacken continuait de l’observer au loin, se mordant la lèvre. Il savait que sa sœur ne tenait pas l’alcool et qu’en plus, ce dernier avait tendance à la rendre plus cru et agressive que jamais. L’alcool mauvais, qu’on disait. Heureusement, elle sembla se calmer lorsqu’elle vit Arthur, abandonné au milieu de la foule. Apparemment, son ami bourré s’était enfuit pour elle ne savait quelle raison.

« Hey, Arthur, reste pas tout seul comme un gland ! »

Elle n’avait rien contre le maitre de la Ligue. Elle ne le connaissait pas vraiment, ils avaient discutés quelque fois, mais jamais rien de folichons. Mais là, il avait l’air idiot à se tenir seul au milieu du monde, alors autant lui tenir compagnie plutôt que de le laisser bêtement là. Elle posa son verre de champagne sur la table, le temps de traverser la masse de gens. Elle s’empara du poignet de l’aveugle, le guidant jusqu’à l’endroit qu’ils squattaient depuis tout à l’heure avec Iago.




Dans un conte merveilleux, je suis ni la princesse, ni le prince charmant, je suis le DRAGON !
Ex-Championne de la Ligue
Autres comptes:
 
Signature & avatar made by Elisa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 243

Région : Kantô
Lun 23 Mar - 8:58
Cendre n'était pas particulièrement nerveuse. Enfin si, bien sûr qu'elle était nerveuse, mais sûrement pas pour des raisons que d'autres auraient trouvé évidentes. Ses yeux mordorés balayaient l'assistance, s'arrêtant parfois sur une tête connue, mais elle continuait toujours à chercher une personne en particulier. C'était Arthur qu'elle voulait voir en priorité. Aujourd'hui était un jour spécial. Certes se retrouver dans la même pièce que les champions de la Ligue était impressionnant, mais elle n'allait pas en faire toute une histoire non plus. Ils restaient avant tout des êtres humains avec des sentiments, des forces et des faiblesses. Elle n'allait pas les considérer avec un fanatisme hystérique car ils étaient ce qu'ils étaient. Son point de vue était déjà appuyé par les années, mais il n'avait fait que se renforcer au contact d'Arthur. C'était sa profonde humanité qui l'avait charmée et même si elle était impressionnée par les champions et que le brun restait l'un des hommes qu'elle respectait le plus au monde, ce n'était pas une histoire de statut. C'était ce qu'il était qui le rendait admirable, pas sa célébrité et cette position qu'il occupait. Donc non, elle n'était pas particulièrement nerveuse de faire la connaissance des champions, mais il y avait un résidu de gêne dans son ventre car elle allait côtoyer pour la première fois des personnes qui faisaient partie intégrantes de la vie d'Arthur. Elle avait fait la connaissance d'autres gens très importants dans son existence comme Mike et Leon, mais elle n'avait pas encore mis les pieds dans ce milieu-ci. C'était une première et les premières s'accompagnaient toujours d'un peu de stress.

Sa venue avait été coordonnée avec les deux plus grands alliés d'Arthur. Si lorsqu'il lui avait proposé de venir, elle avait dû refuser pour cause de travail au complexe d'Ignis, la blonde s'était vite rendue compte que c'était une grossière erreur. Arthur avait compris bien sûr - elle avait l'impression qu'il comprenait toujours -, mais plus elle y avait réfléchi, plus l'idée de l'accompagner était devenue tentante. Et puis, leur couple était assez récent et elle trouvait important de saisir toutes les opportunités qu'il lui offrait pour découvrir son univers. Alors elle avait naturellement pris contact avec Mike et s'était retrouvée prise dans une machination qui n'avait pas manqué d'amuser ce dernier. Leon était aussi dans le coup naturellement et c'était grâce à lui qu'elle avait pu arriver à bon port. En retard, mais au moins elle était là. Alors qu'elle avait fait une demande bien spécifique, son capitaine n'avait rien trouvé de mieux que de le retenir à la dernière minute pour de la paperasse. Parce que bien sûr si Lyle Drewberry passait une journée sans l'emmerder, c'était qu'une éminente guerre nucléaire était en approche et qu'il y pouvait quelque chose. Cendre haussa les sourcils devant la stupidité de sa pensée, mais elle passa vite à autre chose. Elle venait de voir Arthur au milieu de la foule et puis il avait disparu. Sans plus réfléchir, elle s'élança dans cette marée inconnue plus au moins hétéroclite. Elle était contente en les voyant d'avoir privilégier une robe assez simple car il y avait de tout. Le seul bémol était sûrement ses talons. Elle avait l'habitude d'en porter, était adroite dessus, mais elle n'aimait que moyennement ça. Sérieusement, il n'y avait pas plus confortable qu'une paire de baskets. Paire de baskets qu'elle retrouva à fixer durant quelques secondes lorsque Arthur s'arrêta, n'étant visiblement plus tracté par la porteuse des chaussures. Elle remonta ensuite les yeux et tomba sur un sweat-shirt à capuchon ce qui la poussa à se dire qu'elle aimait cette fille qui était fringuée comme elle aurait voulu l'être en cet instant. Mais heureusement l'idée ne passa pas sa bouche. Et elle se rendit compte qu'à force de suivre, elle s'était retrouvé à proximité de Chrystal et Iago. Heureusement pas assez pour se retrouver dans leur espace vital, mais il devait être évident qu'elle avait suivi le mouvement. Elle se sentit un instant un peu plus gêné que tout à l'heure et passa une main dans sa tignasse blonde avant d'être apaisée par la présence d'Arthur. Avec tout ça, elle avait oublié qu'il était tout près d'elle. Ou qu'elle était tout près de lui, la deuxième option restant la plus logique vu la situation. Se décalant légèrement vers lui, Cendre toucha brièvement son bras avant de glisser sa main dans la sienne pour entrelacer leurs doigts. Elle combla ensuite la faible distance entre eux pour lui murmurer quelques mots à l'oreille.

» Mike m'a envoyé une photo de toi dans ton costume, mais elle ne fait que pale figure à côté de l'original. Et dire que ton idiote de copine a faillit louper ça.

En passant, la blonde posa un léger baiser sur sa joue parce que c'était définitivement trop tentant même si elle n'était pas exactement du genre à se montrer trop câline en public. Disons qu'elle avait été un peu grisée par tout ça et qu'elle était contente de le voir. Lorsqu'elle retourna son attention sur la pièce - et donc sur les champions -, elle se sentit par contre un peu bête et son hésitation passa dans sa voix lorsqu'elle s'exprima.

» Hey salut.

Elle sourit simplement et son esprit continua à se prendre la tête. Est-ce qu'elle devait se présenter ? Laisser Arthur la présenter ? Elle savait ce que la bienséance voulait, mais elle venait après tout plus ou moins de se présenter en agissant comme elle l'avait fait. Ou du moins présenter qui elle était par rapport à Arthur.

» Cendre. Contente de vous rencontrer.

Il valait mieux être cash plutôt que de s'enfoncer dans des phrases bateaux. Surtout qu'elle était vraiment contente de faire leur connaissance. Dire "enchantée" aurait été trop...guindé ? Bref, elle s'efforçait d'être naturelle. Peut-être trop naturelle. Cendre chassa sa conscience qui décidément était un peu trop bavarde ces derniers temps et elle serra un peu plus les doigts d'Arthur. Ce qu'elle était contente qu'il soit là.



What doesn't kill you makes a fighter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/08/2013
Messages : 5073

Région : Johto
Jeu 16 Avr - 17:05
Alors qu’il achève de parler, il en profite pour se retourner, laissant son dos reposer sur la table du buffet et jetant un regard circulaire à la pièce. Il y a de nombreuses personnes, qu'il connait plus ou moins bien, voire pas du tout. Ici l’agent de Chrystal, son frère s’il se souvient bien, là-bas deux membres du personnel de sécurité de la Ligue… et un peu plus loin, Andrew, le soigneur pokémon, qu’il voit finalement se faufiler dans la pièce, vêtu d’un costume noir passe-partout. Il le salue d’un geste de la main alors que le commentaire de Chrystal fuse, comme il pouvait s’y attendre. Voilà qui fait naître un léger sourire sur ses lèvres et il tourne la tête vers elle, narquois.

« Nan, j'vais commencer directement au champagne. Après tout, ce soir, c’est fête. » En disant cela, il fait un signe à l’un des serveurs derrière le buffet, qui lui sert rapidement une petite coupe de champagne. Continuant son manège, Iago lève la coupe face à sa collègue. « Santé ! » et trempe ses lèvres. Il ne fait pas ça d’une manière anodine. Il sait que l’autre championne est loin d’être d’humeur plaisante et que si elle avait réellement eu le choix elle serait partout sauf là. Mais bon, cela fait aussi partie de leur fonction de champion de la Ligue, et il serait aberrant de fuir l’arrivée de la nouvelle championne. Quand bien même elle vient remplacer quelqu’un que l’on apprécie. Lizbeth n’y est pour rien, après tout. Alors oui, Iago a décidé d’être cash, et de toute manière, il sait que Chrystal le sera tout autant. Ça l’amuse. Il a envie de s’amuser un peu, ce soir. Même si, au même instant, il croise le regard de Leon, un peu en retrait, une fois de plus dans son rôle de chef d’orchestre dans l’ombre et se doute bien que la soirée prendra une tournure un peu particulière au fil des heures.

En attendant, il essaie de dérider Chrystal, ou du moins de faire en sorte qu’elle ne prenne pas inutilement pour cible la nouvelle venue. Derrière eux, le discours s'achève et Arthur indique aux convives le buffet. De son côté, il reste tourné vers Chrystal et lui répond donc, tout en attrapant du bout de ses mitaines l’un des pains surprise à l’avocat : « Ouais, Oxalis va pas très bien, il a pris un coup au moral et ne s’en remet pas trop… mais Andrew est sur le coup, il est entre de bonnes mains, je pense. » Ce qui est certain, avec Iago, c’est qu’il sait reconnaitre les compétences d’autrui lorsqu’il les voit à l’œuvre. Et dans ce cas, particulièrement, il sait que le soigneur pokémon de la Ligue est plus que qualifié pour aider son Rafflesia à aller mieux. Aussi, il essaie d’être confiant, autant que possible. « Des poffins au saumon ? J’pourrais toujours demander à Andrew de faire une nouvelle recette ! »

Il dit cela sur le ton de la plaisanterie et sourit en voyant le visage de Chrystal se crisper après qu’elle ait gouté l’un des petits pains. De son côté, il est plutôt content de sa pioche et l’achève en une bouchée. Mais parler de tout et de rien ne suffit pas à apaiser sa collègue et déjà, l’évocation de Lizbeth parvient à la refermer parfaitement sur elle-même. Elle ressemble à une adolescente en pleine crise, et bêtement, ne sachant pas quoi faire de mieux, Iago lui tapote sur la tête, enfin sur la capuche, machinalement. « On dirait qu’t’es jalouse de la nouvelle élève de la classe. »

Ce qui n'est pas forcément faux, d'une certaine manière, même s'il ne peut que comprendre ses raisons. S'il était un peu plus « sobre », il aurait sûrement fait une remarque sur le fait que ce n'est pas très professionnel ce qu'elle fait là. Faire la gueule au Comité Pokémon, ok. S'en prendre à celle qui ne fait rien d'autre que reprendre la relève, c'est vache. Mais bon, il s'abstient, il n'a pas les idées bien claires de toute manière. Toujours adossé au buffet, il pose son verre derrière lui, glisse ses mains dans les poches de son pantalon et reprend son observation. Il croise alors le regard de Dakota qui semble le surveiller, il lui sourit. De son côté, la blonde hausse les épaules et s'avance finalement vers un autre blond, l'agent de Ruven, si Iago ne se trompe pas. Alexei, quelque chose comme ça. Lui aussi, il ne le connait pas du tout.

En parlant de Ruven, Iago tourne son regard vers lui en entendant la remarque acerbe de Chrystal. Il voit le chapeau à plumes qui s'agite tandis que l'homme discute avec entrain avec la nouvelle championne. Ruven a décidément un charisme qui le rend à l'aise dans toutes ces situations mondaines, mais d'une manière qui lui est propre. Bien différente de l'aisance d'Arthur. Et surtout, le plus souvent, tournée vers la gente féminine, il faut l'admettre. Il ne rebondit pas sur la remarque mesquine qui fuse à ses côtés. A quoi bon ? Même si la remarque de Chrys est complètement réductrice, cet aspect du tempérament de Ruven n'est pas inconnu des champions pour autant. L'attention du brun est ensuite attiré par Arthur, qui se faufile jusqu'au niveau de Lizbeth et Ruven. Peut-être serait-ce le moment d'aller se présenter également ?

Mais le flot des convives s'approche du buffet et, tout en récupérant son verre, Iago s'écarte légèrement tout en restant à portée de voix de Chrystal. Il ne tient pas à être compressé entre les gens. Et là, sorti de nulle part, Mike fait son apparition. Iago le connait peu mais il l'a toujours trouvé sympathique pour le peu qu'il l'a croisé. Pour le coup, il paraît légèrement alcoolisé et prend la championne dans ses bras. Il l'apostrophe un instant et sans attendre sa réponse s'en repart déjà !

« Ah, en voilà un qui a bien compris que ce soir, on se prend pas la tête ! » Refait remarquer Iago dans un léger rire. Il suit ensuite Mike du regard et le voit qui s'approche d'Arthur. Il lui parle alors, vite et fort. De là où il se trouve le brun ne saisit pas grand chose de la conversation mais observe l'air de rien. Mais il serait naïf de croire que Mike a décrispé la tension qui demeure sur les épaules de Chrystal car derrière, un autre événement fait retourner quelques têtes, dont la sienne.

Lizbeth a visiblement manqué de tomber et Ruven, en vrai gentleman, n'a pas manqué de la rattraper. Chrystal continue ses remarques cinglantes et Iago en profite pour reprendre un pain surprise. Il faut admettre que ce genre de scène se voit le plus souvent dans les sitcoms. Une gorgée de champagne et il fait remarquer :

« Tu devrais lâcher du lest Chrys. Commence pas à la cataloguer alors que tu ne la connais pas. Et essaie de pas trop ruiner l'ambiance non plus. Fais un effort. » Elle le prendra sans doute mal, mais tant pis. Nombreux sont ceux qui se doutent que la jeune femme ne doit pas être au top de la forme ce soir, son attitude depuis le début de la soirée le démontre clairement, autant que l'aura énervée qui l'entoure et tient les gens à distance. Sauf les alcoolisés, peut-être. Mais Iago ne peut pas la laisser être aussi méchante tout au long de la soirée, alors qu'il sait en plus les enjeux qu'il y a derrière, pour Arthur, par exemple. A ce stade, elle va s'en prendre à tout le monde, et ça ne lui ressemble pas. Par réflexe, Iago se remet à chercher Leon du regard, et le repère en compagnie d'une jeune inconnue aux cheveux blonds. Il la détaille un instant lorsqu'il entend Chrystal appeler l'aveugle que Mike a visiblement quitté aussi vite qu'il est arrivé. Chrys le ramène vers eux. Peut-être n'a-t-elle même pas entendu ce qu'il lui a dit. Pas grave. L'arrivée d'Arthur tombe à pic.

« Alors, ça va ? Tout se passe bien visiblement. Et le buffet est pas mal, si t'as pas goûté, tu devrais le faire. »

Ils n'ont pas le temps de discuter beaucoup plus que la blonde qu'il a aperçue avec Leon s'approche d'Arthur et glisse sa main dans la sienne, avant de lui murmurer quelque chose à l'oreille. Surpris, Iago se tourne vers Chrystal en fronçant les sourcils, comme pour demander silencieusement : tu la connais ? C'est qui ? Elle lui pose un baiser sur la joue et la nature de leur relation n'a plus rien de mystérieux, a priori. S'il a été informé de certaines choses, Iago a là la confirmation qu'il y a encore bien des secrets entourant le maître de la Ligue, mais celui-ci finit par les dévoiler, les uns après les autres... Attendant d'en savoir plus, Iago reprend une gorgée de champagne et relève la tête tandis que la jeune femme se présente. Il lui sourit à son tour.

« Iago, enchanté. Le plaisir est partagé. »

Il se doute que débarquer ainsi au milieu d'une telle fête et attirer la curiosité des gens ne doit pas être évident, comme ce doit être le cas pour Lizbeth, d'ailleurs. Essayant d'alléger un peu tout ça, il questionne : « Cendre alors, une coupe de champagne ? Arthur, tu bois quelque chose ? »


Dominic Hazel
Nathanael McKoy
Oluwadja Ilo
Milo Jo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hippocampelephantocamelos.wordpress.com/ En ligne


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 14/12/2013
Messages : 4281

Région : Kalos / QG Ligue 4
Mar 21 Avr - 16:59
Elle réagit très bien à mon enthousiasme. C'était déjà un bon point, elle aurait pu être réticente à ce que je sois si familier de suite : rien que ça, ça me fit penser qu'on allait probablement bien s'entendre. Elle me serra la main avec entrain et répondit à mes salutations, tout en me servant du Monsieur Baldwin et du vouvoiement. Il allait falloir que je mette les choses au clair rapidement à ce propos, cela m'ennuyait de telles convenances entre collègues, mais au moins avait-elle l'air amicale. J'étais sur le point de lui proposer de lui faire faire le tour du propriétaire demain, quand elle serait plus disposée à prendre le temps de tout voir, quand Arthur s'approcha de nous.

« Eh bien, tu ne perds pas de temps toi ! Content de te voir, Ruven. »

Je souris avec légèreté, amusé de la plaisanterie, et répondis un « De même, Arthur ! » amical. J'exagérais subtilement mes réactions quand je m'adressai à lui, je craignais que son impossibilité à voir mes expressions faciales ne l'empêche de saisir tout à fait mes intentions. Ce soir en tout cas il avait cerné ma bonne humeur, car il se permit de lancer un énorme sous-entendu à mon attention. J'étais déjà sur le point de rire, mais la réaction totalement innocente de Lizbeth acheva de déclencher mon hilarité. Non vraiment, elle l'avait pris au premier degré ? Serait-ce qu'elle ignorait quelle image de moi je faisais passer dans la presse ? C'était adorable d'être naïve à ce point.
Je calmai mon éclat de rire et, avec un petit sourire moqueur, répondis :


« Oh oui oui, je suis aussi champion olympique d'ailleurs, en course d'endurance ! »

Cela ne se faisait probablement pas de faire des blagues aussi grivoises devant une nouvelle collègue, mais pour ma défense c'était Arthur qui avait commencé. Il m'abandonnait d'ailleurs à la situation, tout en nous rappelant que nous étions attendus dans le salon des champions tout à l'heure. Je lui assurai que je n'avais pas oublié et me retint de tenter d'en savoir plus ; je saurais en temps et en heure, après tout.
Lizbeth proposa que nous nous rapprochions du buffet et j'approuvai avec conviction. Il m'avait fait envie quand je lui avais jeté un œil à mon arrivée, cela changeait des plats rapides que nous prenions dans la cuisine des champions. C'était agréable quand Maceo était encore là et qu'il passait derrière les fourneaux, mais maintenant...

Ce fut à cet instant, alors que Lizbeth allait pour descendre de l'estrade sur laquelle elle était juchée, qu'elle perdit l'équilibre. Par réflexe je m'avançai pour la rattraper avant qu'elle ne tombe, mais ce fut elle qui se rééquilibra en s'agrippant à mes vêtements. Même si je fus moi-même déséquilibré par ce poids soudain, je réussis à me maintenir debout et à arrêter sa chute. Plus de peur que de mal.


« Pardon, c'est à cause de ces fichus talons, je n'en porte quasiment jamais... » bredouilla-t-elle honteusement. A cet instant, deux parties de mon être se disputèrent ma prochaine réplique : la première, le gentleman aimable, voulait simplement lui dire que ce n'était rien ; la seconde, plus espiègle, me chuchota de la taquiner un peu. Ce fut finalement à la deuxième que je cédai, car c'était vraiment trop irrésistible.

« Tu sais, tu n'avais pas besoin de toute cette mise en scène pour me tomber dans les bras hein. » dis-je avec un sourire malicieux, avant d'ajouter plus sérieusement : « Tu ne t'es pas fait mal au moins ? »

Elle m'assura que non, puis ajouta cette déconcertante réplique avec un sourire en coin :

« Ce n'était pas une mise en scène ! Et puis, bientôt, ce sera vous qui tomberez dans mes bras ! »

Eh bien eh bien ! Pas si naïve que cela hein ? Je ris franchement à cette réponse. Je ne m'y attendais pas du tout pour le coup, elle avait l'air un peu trop timide pour rentrer dans ce genre de jeu - d'ailleurs, elle rougissait encore d'avoir osé le faire. Mais tant mieux ! Je la trouvais amusante et j'étais content qu'elle ait une assez bonne première impression de moi pour se permettre ce genre de choses.

« Ha ! Je serais curieux de voir ça. » répondis-je avec un sourire plus amical qu'intéressé. Pas la peine de la taquiner davantage, je voyais bien qu'elle n'était pas si à l'aise que ça. Aussi, j'arrêtai là les plaisanteries et l'invitai à rejoindre le buffet et les autres champions.

Nous nous frayâmes un chemin parmi les convives, ce qui n'était pas forcément évident et me prévint d'entretenir la conversation. D'autant plus que je commençais à être un peu inquiet de l'accueil que Chrystal allait faire à Lizbeth quand nous serions près d'elle ; certes elles pourraient s'ignorer, mais il allait bien falloir qu'elles se parlent à un moment ou à un autre. Je ne savais pas si Lizbeth avait l'intention d'élire domicile ici, mais si oui elle allait forcément croiser Chrystal qui habitait la Ligue toute la semaine. Le plus vite elles briseraient la glace, le plus vite la tension se détendrait. Autant que cela se fasse maintenant, même si j'espérais que Chrystal allait.. Oh ? Oooh ?
Une jeune femme inconnue se tenait à côté d'Arthur, et si ma vue ne me trompait pas leurs mains étaient enlacées. Était-ce la grande nouvelle que le maître de la Ligue souhaitait nous annoncer dans le salon des champions ? Il était décidément très secret, il avait bien caché son jeu jusque-là et jamais je n'aurais pu dire qu'il était amoureux de quelqu'un. J'arrivai près d'eux et, avec mon aisance habituelle, abordai aussitôt l'inconnue.


« Bonsoir Mademoiselle ! Ruven, enchanté. Autant que l'on s'appelle directement par nos prénoms, il semblerait que l'on va se voir souvent désormais. » dis-je avec un sourire aimable, avant de me tourner vers Arthur et d'ajouter : « Quand je pense que tu te moquais de moi y a cinq minutes... ! »

Quelque part, c'était une bonne chose que cette jeune femme soit là. Elle aiderait peut-être à apaiser les tensions et à faire en sorte que la soirée se passe sans heurt, si Chrystal arrivait à décentrer sa colère pour s'intéresser à elle. Je n'y croyais pas vraiment, mais on ne sait jamais.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 31/08/2013
Messages : 4937

Sam 13 Juin - 17:40
Mike ne gérait vraiment pas l'alcool. Pour certaines raisons, il avait décidé il y a longtemps de suivre un mouvement marginal, dont les membres ne buvaient pas, ne fumaient pas et ne consumaient aucune drogue.Il s'était même refusé les relations, sexuelles et amoureuses et évitait de boire du café. En fait, Mike était un peu celui qui voulait rester « pur », ses idées allant plutôt à l'encontre de son aspect débraillé, des tatouages et des piercings qu'il arborait.
Toutes ces idées commençaient pourtant à évoluer au fur et à mesure que lui même prenait de l'âge. Il ne voulait pas être marginal, il reconnaissait ne pas être pur et voulait finalement faire le bien à sa mesure, tout simplement. Alors, il s'était dit qu'accompagner Arthur à la fête n'était pas si mal. Depuis quand n'en avaient-ils pas eu l'occasion ? Trop longtemps probablement et c'était tout à la fête qu'il avait englouti une coupe de champagne, faisant fi de ses principes. Ce n'était pas la première fois et cela inquiétait l'actuel maître de la Ligue. Mike était tout dans la retenue, mais ce soir il avait bu et était devenu très bavard, mauvaise chose donc.
Et il devenait de la même façon trop impulsif, ayant amené Arthur sur le chemin du buffet, mais pas assez proche pour que l'aveugle fut en capacité de se repérer au milieu de la foule. D'un côté, le ranger se disait que quelqu'un finirait par venir le chercher, de l'autre, il ignorait quand ce serait et qui viendrait.

Et ce fut Chrystal. Probablement pas la personne la plus chaleureuse ce soir-là, mais tout de même celle qui l'avait sauvée du ridicule.
    « Ah, merci. »
Bon, la délicatesse et elle, cela faisait deux, il se laissa donc guider tant bien que mal, essayant de garder une attitude et une posture de maître de la Ligue. Ses lunettes parvenaient à lui indiquer qu'ils s'étaient rapprochés du buffet de Iago. Enfin un cercle connu.
    « Salut Iago. J'ai cru que j'allais me faire manger par la foule sinon ça va. J'ai un peu goûté en off, c'est le privilège d'aider à installer. »
Le maître fait un clin d’œil derrière ses lunettes avant de se tourner vers le buffet. Impossible à vrai dire pour lui de prendre un élément de façon naturel. C'était toujours assez désespérant, mais la technologie ne ne faisait pas de miracles. Son attention ne fut plus sur le buffet dès qu'il sentit une présence à ses côtés, toujours sur ses gardes, il s'étonnait de ne pas avoir senti plutôt que quelqu'un s'approchait. Il tourna la tête vers la personne et ses battements s'accélérèrent un instant quand deux mots s'affichèrent sur ses lunettes. Il resta quelques instants interdit, avant de se laisser faire, serrant un peu ses doigts sur ceux de la jeune femme. Alors elle était là.
    « Tu es venue... »
Arthur avait perdu de son répondant naturel, incapable de bredouiller quoique ce fut d'autre. À vrai dire, à cet instant, il n'en menait pas large. Lui qui avait cette tendance à vouloir tout maîtriser malgré son handicap ne s'attendait pas vraiment à ce genre de surprise, reprochant intérieurement Leon de ne lui avoir rien dit, le remerciant de la même façon de l'avoir fait venir. Il ne dit rien de plus, laissant son regard se reposer sur la jeune femme, avant de se reprendre et de faire face à Chrystal et Iago. Arthur fut alors extrêmement reconnaissant envers le jeune homme d'avoir répondu et de jouer les serveurs. L'aveugle caressa doucement la main de Cendre avec son pouce avant de répondre, s'il voulait se faire discret, il ne manquait pas de tendresse.
    « Je veux bien une coupe aussi, et si tu peux me trouver du pain surprise, j'ai peur de me faire agresser par Mike si je n'y goûte pas. »
Essayant de se faire le plus détendu possible, Arthur tentait de faire descendre son rythme cardiaque et, même si cela pourrait paraître étrange, de ne pas trop sourire. Il savait que Chrystal n'était pas à la fête et qu'il y avait d'autres enjeux. Dans le même temps, la présence de Cendre le ravissait. Dans d'autres circonstances, une surprise aurait pu l'agacer, mais là, il était simplement content.
Et pour compléter le tableau, Ruven arriva accompagné de Lizbeth qui restait quelque peu en retrait. Il avait décidé d’apostropher directement Cendre, avant de piquer un peu Arthur. C'était là un juste retour qui fit sourire le maître de la Ligue de sourire, sans pouvoir empêcher ses joues de rosir un peu.
    « En général je me fais plus discret, je suis tout aussi surpris que vous, agréablement surpris. »
Il l'était en fait sûrement moins qu'eux, vu les circonstances, mais aussi plus heureux en cet instant. Il avait du mal à dissimuler son sourire, même s'il n'était pas sans ignorer que cette relation signifiait une nouvelle faiblesse. Allait-il pouvoir la protéger jusqu'au bout ? Cette question n'en finissait pas de tourner dans son esprit.

Leon n'avait finalement pas trouvé Mike, mais il était satisfait de voir que Cendre avait, quant à elle, trouvé Arthur. Il ne savait pas si cette relation durerait, mais il était au moins content de voir que son ami était bien plus apaisé maintenant qu'il avait trouvé un certain équilibre dans sa vie. L'agent les avait laissé à leurs retrouvailles, imaginant la tête de Iago, qui penserait sûrement en avoir appris beaucoup sur le maître de la Ligue, mais finalement jamais assez.
La cérémonie, de son propre avis, se passait plutôt bien, Lizbeth avait déjà fait la rencontre de Ruven et tous deux semblaient bien s'entendre. Le personnel semblait aussi être à la fête. Leon observa les autres agents, Madame Fjord et Monsieur Sokolov. S'il s'était renseigné sur eux, il n'avait jamais pris le temps de leur parler plus que nécessaire. Se sentant de trop dans le groupe des champions, c'est vers eux qu'il se dirigea, un sourire aux lèvres.
    « Bonsoir, vous ne profitez pas du buffet ? »
Inutile de les traiter avec plus de déférence, il souhaitait de la décontraction avant tout, il fallait bien profiter un peu car la deuxième partie de soirée serait forcément plus difficile.



Such accounts, so RP, wow.:
 

Avatar par Elune Crowley, MiniArthur par Etsuko Michiyo.
Stuff.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/01/2015
Messages : 1799

Dim 2 Aoû - 15:09
Bien que n'ayant pas encore eu l'occasion de faire connaissance avec la totalité de mes futurs collèges - et je commence tout doucement à appréhender le moment ou j'essaierais de saluer Mlle Reid vu son comportement à mon égard depuis que je peux la voir - pouvoir discuter un peu avec Ruven Baldwin est déjà un bon début, surtout qu'il me donne l'impression d'être le membre de la ligue le plus ouvert de tous. Quoique le maître de la ligue m'a parut des plus sympathique, mais pas au point que nous entamions spontanément une discussion... Mais il faut dire aussi qu'il doit avoir beaucoup à gérer aujourd'hui, je suppose qu'il est en charge des préparatifs et de l'organisation pour la soirée... De quoi s'en arracher les cheveux pour certains. En tout cas, le maître de la ligue, bien qu'aveugle, semble plutôt à l'aise dans son rôle. Enfin, l'homme prend tout de même le temps de saluer son collègue et nous laisse en prononçant quelques mots qui me font réagir. Curieuse, je demande aussitôt à Ruven ce qu'il en est, imaginant déjà les petites séances de footing matinales à plusieurs. Je ne sais pas si d'autres membres de la ligue pourraient être intéressés, mais ce serait un début !

C'est alors que Ruven se met spontanément à rire à ma question, comme si je venais de sortir la blague de l'année. Euh... Non ? J'essaie de comprendre la raison de sa réaction et tourne la tête vers Klein, qui hausse les épaules en toute réponse. Pas étonnant, le palmipède n'est pas le plus apte à comprendre toutes les subtilités de nos conversations... Enfin, peut-être qu'il les comprends mieux que moi en faite ! Il finit heureusement par se calmer et me répond, ses mots me faisant hausser un sourcil.

- Ahah, très drôle !

Il m'a bien eu, je dois bien l'avouer. Je lâche même un léger rire, mais me demande tout de même si il est un peu sportif ou pas du tout. Bon, tant pis, je le saurais bien à un moment ou à un autre... Après tout, je vais être amené à côtoyer régulièrement mes nouveaux collègues, des liens se formeront et je pourrais en apprendre plus sur eux au fil du temps. Je mets donc tout cela de côté et propose à mon nouveau collègue d'aller voir un peu ce buffet, mon estomac commençant à avoir le dessus. J'ai faim. Je cherche donc à quitter cette estrade, peut-être un peu trop précipitamment, et trébuche, me retrouvant obligée d'attraper la chemise de Ruven pour ne pas finir par terre...

Emportée dans mon élan - tout en maudissant intérieurement ces talons qui, à chaque fois que je les porte, me font la vie dure - je serais incapable de dire si mon premier exploit de la soirée à été vu par les autres ou si ma dignité est intacte. Néanmoins, au bout de quelques secondes, j'entends le rire moqueur de Klein qui était aux premières loges et je me redresse aussitôt en lâchant le morceau de tissu, rosissant en imaginant toute la salle se tourner vers moi pour se moquer allègrement. Il me semble entendre un autre rire mais je serais incapable de l'identifier et, tentant de ne pas rosir plus fortement de honte, je fais de mon mieux pour l'ignorer. Je m'excuse aussitôt, espérant n'avoir pas gêné le champion, mais constate rapidement que cela ne l'a pas dérangé, au contraire ; il trouve aussitôt de quoi répondre et je hausse un sourcil, me retenant de répondre au taquet. Je prends plutôt un instant de réflexion, ne voulant pas passer pour une frêle jeune femme qui perd ses moyens à la première occasion, oh non !

- Tout va bien, merci... Mais ce n'était pas une mise en scène ! Et puis, bientôt, ce sera vous qui tomberez dans mes bras !

Je ne sais même pas ce qu'il me prend de lui répondre ça, mais je me dois d'avoir un peu de répondant ! Bien que je ne sache pas que j'ai de nouveau rosit à mes mots, mon corps ne pouvant s'empêcher de me trahir. D'ailleurs, Klein me le fait bien comprendre d'un nouveau rire léger, mais un regard de ma part suffit à le calmer... Nous mettons enfin cela de côté et nous dirigeons vers le buffet, ou se trouve le reste du groupe, ainsi que (je suppose) les autres agents. Je me demande alors où est Matthew, ne le voyant pas, et c'est arrivé près de la nourriture qu'il me surprend en se faufilant à mes côtés.

- Rien d'cassé Lizzy ? Je lui jette un regard lourd de reproches, ne voulant pas entendre ce surnom familier alors que nous sommes en public. Il me lâche un sourire désolé et je soupire.
- Plus de peur que de mal, heureusement. Je me tourne ensuite vers Ruven, un sourire aux lèvres. Je vous présente mon agent, Matthew. Il l'était déjà lorsque j'étais dans la compétition.
- C'est un honneur monsieur Baldwin ! Il lui tend la main, ravi.

Nous restons aux côtés de Ruven ; Matt parce qu'il a décidé de rester à mes côtés et moi, parce que, eh bien... Il est la seule personne avec qui j'ai rompu la glace pour le moment, et je n'ai guère envie de me retrouver seule parmi ces personnes dont je ne sais pas grand chose. Par ailleurs, il semblerait que ce soit la bonne idée du jour puisque nous rejoignons les autres champions... Ainsi qu'une femme qui vient de se faufiler aux côtés du maître de la ligue. Je les observe silencieusement, comprenant rapidement qui est cette jeune femme pour l'aveugle et, lorsqu'elle se présente à nous, je suis le mouvement.

- Lizbeth, enchantée !

J'en profite, m'adressant tout autant à la dénommée Cendre qu'à Iago Fitzroy et à Chrystal Reid, leur souriant à tour de rôle tout en espérant que rien ne fâcheux n'en sortira. L'idée de ne pas être appréciée sans en connaître la raison n'est pas pour me conforter. Je reste aux côtés de Monsieur Baldwin, le palmipède ayant lui aussi sa place à côté de moi, Matthew se tenant en retrait pour ne pas être de trop.


LUNA is watching you.
doubles comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ex-Champion

C-GEAR
Inscrit le : 21/08/2013
Messages : 2575

Lun 3 Aoû - 18:20
Sans réelle surprise, Iago tentait de la dérider, à sa manière. En temps normal, elle se serait jointe à son petit jeu. Mais ce soir, elle ne réagissait pas comme d’habitude. Elle n’avait pas trouvé le moyen de canaliser sa rancœur, n’ayant personne à qui réellement se confier. De toute manière, elle n’était pas du genre à le faire. Les confidences, ce n’était pas pour elle. Il y aurait peut-être une personne sur la Terre entière auprès de laquelle elle aurait pu tout balancer. Dire tout ce qu’elle avait en tête. Mais cette personne, cela faisait des années qu’elle l’avait perdu et elle commençait petit à petit à perdre l’espoir qu’un jour, elle retombe sur elle. Ce n’était peut-être pas la soirée pour repenser à elle, d’ailleurs. Il était inutile de pourrir davantage son humeur, déjà fort orageux.

Elle savait bien que ses regards noirs ricochaient sur le champion, ce qui ne l’empêchait pas de lui en lancer de temps en temps. Car non, ce soir n’était pas à la fête. Elle ne voyait pas pourquoi elle devait se réjouir. Au final, cette soirée lui rappelait surtout ce qu’elle avait perdu. Comme à chaque fois, elle avait cru que la situation était acquise et que ça ne changerait pas. Aussi étrange que cela puisse paraitre, elle aimait la stabilité, le quotidien. Sans doute parce qu’elle avait souffert, étant môme, d’avoir été trimballée de famille en famille. Même si cela faisait, d’une certaine façon, sa force. Son passé avait façonné le caractère fier et tête brulé qu’elle affichait quotidiennement. Aussi, elle décida d’ignorer les remarques qui lui déplaisaient venant d’Iago, ne s’empêchant pas toutefois à lancer des remarques acerbes envers la nouvelle.

« Andrew est cool, il sait s’y prendre. J’espère pour toi qu’Oxalis sera rapidement remis sur pieds ! »

Elle était capable de montrer de l’intérêt pour un sujet de conversations. Les pokemon. Elle se demandait d’ailleurs où pouvait bien se cacher Thor. Son Raïchu préféré n’aimait guère les endroits bondés, là il y avait beaucoup de monde. Un peu comme sa maitresse, en somme. Il y avait fort à parier qu’il était docilement resté dans sa chambre, attendant son retour. Quelle chance il avait, de pouvoir esquiver cette soirée. Elle aurait bien aimé échanger sa place, avec n’importe qui. Elle ne voulait pas être là et elle détestait être contrainte de faire quelque chose. Mais elle n’avait pas eu le choix ; si elle désirait garder sa place, il fallait qu’elle reste le temps de la soirée. Arthur avait, d’après ce qu’elle avait compris, quelque chose à leur dire et elle se trouvait quelque peu intriguée. Un peu. En tout cas, cela permettrait de tourner l’attention de chacun ailleurs que sur la nouvelle venue, ce qui ne serait pas un mal.

Elle grimaça lorsqu’Iago lui tapota la tête, écartant sa main suite à un réflexe. Elle ne souhaitait pas réagir à ses pics, mais elle ne put que grommeler cette fois-ci. « Fais gaffe, sinon je te balances à la maitresse ! » Un brin d’humour, cela ne pouvait pas faire de mal. Elle savait, évidemment, que le point de vue de son collègue était le bon. Ce n’était pas comme si c’était Lizbeth qui avait refilé cette saloperie de maladie à Erin. Mais soit. La colère qui grondait dans sa poitrine avait besoin d’être canalisé et, pas de bol, c’était tombé sur elle. Son comportement avec Ruven –et le comportement de Ruven lui-même- ne l’aidait pas à l’apprécier. Un jugement facile, mais peu lui importait. Elle se fiait trop souvent à ses premières impressions, et celles qui ressortaient de son observation actuelle n’étaient pas flatteuses. Il n’y avait pas un début de quelque chose qui pourrait lui faire « lâcher du lest ».

L’arrivée impromptue de l’inconnu ne la laissa pas totalement indifférente. En temps normal, elle aurait cassé la tête à quiconque venait chercher un contact physique. Mais là… Ah non mais merde quoi, elle n’avait pas tout de même apprécié ça ?! Une belle connerie. Ce qui ne manqua pas de la perturber davantage, creusant un peu un sentiment qu’elle pensait enfuie au plus profond d’elle. Ce gout amer de solitude. Quoi qu’elle fasse, elle serait toujours seule. Elle resta un moment silencieuse, malgré la remarque qui était faite. Elle finit sa bière, voulant s’attaquer au champagne sous l’œil inquiet de Hacken. Plutôt que s’attarder sur son ressenti, elle choisit d’agir comme à son habitude ; allez emmerder le monde à sa manière. Et ça tombait bien, car Arthur n’était pas loin, complétement paumé au milieu d’une masse de personnes. Elle l’apostropha, entendant d’une oreille les paroles d’Iago.

« Pourquoi chercher à rencontrer et apprécier les gens, de toute manière ? Ils finissent toujours par nous abandonner. »

Elle ne savait pas ce qui l’avait forcé à répondre ça. La colère s’était tût un instant, laissant place à une vérité qui avait régit sa vie dès son plus jeune âge. Elle ignorait aussi ce qui l’avait forcé à dévoiler sa réelle pensée à Iago. Lorsqu’elle arriva face à Arthur toutefois, elle paraissait aussi positive qu’elle le pouvait. Rien ne laissait penser ce à quoi elle pensait vraiment. Elle amena le champion de la Ligue jusqu’à l’endroit, laissant Iago entamer la conversation. Ils furent rapidement rejoints par une blonde que Chrystal n’avait absolument pas calculée. Lorsqu’elle la vit glisser sa main dans celle de l’aveugle et déposer un baiser sur sa joue, elle parut tout aussi surprise que son collègue. Avec Iago, ils échangèrent un regard, cherchant à savoir si l’autre était au courant. De toute évidence, non, et elle finit par hausser les épaules.

« Salut, Chrystal, enchantée, tout ça tout ça. »

Elle fixait la jeune femme, avec l’insistance qui était la sienne lorsqu’elle rencontrait de nouvelles personnes. Elle savait que cela ne se faisait pas de dévisager quelqu’un, mais c’était plus fort qu’elle. Elle finit toutefois par esquisser un petit sourire qui se dissipa rapidement, dès lors que Ruven et Lizbeth les aient rejoints. Ils étaient obligés de venir ? Machinalement, elle claqua sa langue contre son palais, les ignorants royalement. Elle récupéra sa coupe de champagne, en buvant une gorgée. Un nouvel arrivant se joignit à eux, l’agent d’Arthur. Elle se souvenait de lui, pour avoir monopolisé son micro lors du combat Arthur – Stelkin, l’un des challengers.

« Si si, il est bon. Sauf le foie gras. »

Elle grimaça à nouveau, en repensant qu’elle en avait mangé un morceau. Tournant le dos aux deux nouveaux arrivants, elle se concentra sur le buffet, justement. Elle esquiva le pain surprise pour se concentrer sur des malicettes. Au moins, dans celles-là, elle arrivait à savoir ce qu’il y avait à l’intérieur.




Dans un conte merveilleux, je suis ni la princesse, ni le prince charmant, je suis le DRAGON !
Ex-Championne de la Ligue
Autres comptes:
 
Signature & avatar made by Elisa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/08/2013
Messages : 5073

Région : Johto
Mer 12 Aoû - 18:45
Même si Iago est toujours dans son état d'euphorie « forcé », il parvient à conserver sans mal l'illusion. Après tout, les regards sont attirés par bien d'autres éléments que lui, ses yeux un peu rougis et son sourire quasi-constant. Il est bien, et cela contraste fortement avec Chrystal à ses côtés, qui déborde de colère diffuse. Il comprend en parti ce qui peut se jouer dans l'esprit de sa collègue, mais il sait aussi qu'elle ne peut pas se le permettre, qu'un faux pas et une rage ciblant la nouvelle venue ne seraient pas du tout bienvenus. Alors il reste à ses côtés, essayant bon gré mal gré de la calmer. Et... sans surprise, il n'y arrive pas forcément. Mais elle reste là, essaie d'afficher une tête « neutre », même si ses yeux ne le trompent pas.

Il s'amuse de sa réaction vis-à-vis de la maîtresse, mais cela ne l'empêche pas de lui faire une remarque sérieuse par la suite. Faire un effort. Ils sont tous dans le même bateau et Lizbeth Grandt n'a rien fait qui puisse justifier un tel traitement. Il suit Chrystal du regard tandis qu'elle s'avance vers Arthur, et sa question silencieuse de savoir si elle l'a entendu ou non obtient une réponse dans le murmure qu'elle prononce, tout en s'avançant vers l'aveugle. Cela a le mérite de faire tiquer Iago, qui ne s'attendait peut être pas à une telle remarque. L'abandon est un vaste sujet, mais de ce qu'il a pu comprendre du passé de la jeune femme, c'est une notion qu'elle connaît d'expérience. Il ne peut rien lui répondre de concret et se doute en voyant s'approcher Arthur et une Chrystal au visage neutre, qui fait mine de rien, que le moment ne s'y prête pas. Alors il fait ce qu'il doit faire et salue son collègue comme il se doit. Il a conscience de l'enjeu qui se joue dans cette soirée et qu'Arthur doit être plutôt tendu, sous ce costume tiré à quatre épingles.

« T'inquiète, Chrystal est ta sauveuse d'un soir ! » Il trempe à nouveau ses lèvres dans le champagne et enchaîne. « Au moins tu as pu faire le testeur du buffet, c'est pas un mal ! J'approuve le choix en tout cas ! »

Il n'a pas spécialement le temps de poursuivre que l'inconnue fait son apparition. Cendre, donc. Un drôle de prénom pour une jeune femme qu'il n'a jamais rencontré jusque-là et dont il n'aurait jamais imaginé l'existence, pour être honnête. De ce qu'il a appris concernant Arthur, il n'a aucune idée de quand est-ce que ce dernier a pu trouver le temps de s'amouracher de quelqu'un. Les relations sentimentales sont des notions très brouillonnes dans l'esprit du brun, et il se contente de faire comme si de rien, proposant de faire le service. La dénommée Cendre acquiesce lorsqu'il lui propose du champagne, et Arthur fait de même.

Il se retourne vers les serveurs pour leur réclamer deux coupes, lorsqu'il entend la voix de Ruven s'approcher. Bien, tout le monde est là, le moment de vérité pour Chrystal, peut-être... car il se doute sans même avoir à se retourner que la pauvre Lizbeth ne doit pas être bien loin derrière. Il n'a pas tout suivi de l'échange entre le Baldwin et la nouvelle championne, mais ceux-ci semblent plutôt s'accorder, pour une première rencontre. Heureusement, songe-t-il intérieurement, sans quoi la nageuse pourrait croire ne pas être la bienvenue.

Le serveur lui tend les deux coupes, il en donne une à Cendre, et approche doucement la deuxième d'Arthur, pour lui permettre de la saisir.

« Deux coupes pour ces messieurs-dames ! » Il profite de voir Ruven et Lizbeth pour leur dire bonsoir d'un hochement de tête. « Ah bonsoir Ruven ! Lizbeth, je suis Iago, enchanté. Je n'ai pas eu le temps de vous saluer, je jouais les baby-sitter. » Il dit cela sans même tourner la tête vers Chrystal, mais c'est bien de cela qu'il s'agit. Il ne sait même pas si c'est une remarque appropriée ou non. Il s'en fout. Il est bien, il se sent bien, et dira ce qu'il veut. Voilà tout.

Il se tourne une nouvelle fois vers le buffet, attrape un pain surprise qu'il tend à nouveau à Arthur, du bout des doigts, histoire de ne pas salir ses mitaines. « Tiens, un pain surprise. Faut te nourrir un peu, avec toute l'énergie que tu dépenses pour organiser une telle soirée ! Ceux à l'avocat sont supers. »

C'est alors qu'il remarque l'Akwakwak auprès de la nouvelle venue à la Ligue, qui fixe un peu tout ce qui se trouve autour de lui. « Ah, et bonsoir à toi aussi. » Il relève la tête en direction de Lizbeth. « Comment s'appelle-t-il ? »

Il entend la réponse d'un Arthur un peu... gêné ? Suite à la remarque de Ruven. Pour le coup, ce dernier ne fait pas dans la demi-mesure avec sa réflexion, et Iago ne réprime pas son sourire qui s'accentue d'autant plus alors que l'aveugle répond. Au moins, tout le monde est surpris !

Et il enchaîne ensuite, tout naturellement, alors que les autres se présentent :

« Et tant que j'en suis à faire le service, Ruven, Lizbeth, vous prendrez quelque chose à boire ? »

L'experte aquatique acquiesce et il s'empresse de lui tendre une coupe. « Bien, on va enfin pouvoir trinquer à votre arrivée, alors ! »

De son côté, Dakota, l'agent de Iago, se tient très droite, très professionnelle avec sa longue robe noire et sa tresse parfaite qui lui tombe sur le côté du visage. Elle s'est approchée d'Alexei Sokolov dans un froissement silencieux de tissu et le salue de la tête, sa coupe toujours à la main, lorsque Leon Bayle, l'agent du maître de la Ligue, s'approche à son tour. Elle se recule un peu, de manière à pouvoir avoir les deux hommes dans son champ de vision et répond.

« Bonsoir monsieur Bayle, monsieur Sokolov. Pour le moment, je déguste le champagne, mais effectivement le buffet semble plaire. » Elle attend la réponse d'Alexei et ajoute : « Je pense qu'une telle soirée est bienvenue pour accueillir la nouvelle championne et faire la transition, c'est une excellente idée que vous avez eu là. »

Elle n'est pas entièrement au fait de tout même si elle a bien compris que cette réception n'est pas uniquement pour l'arrivée de mademoiselle Grandt, ayant comme tout le monde un regard sur les médias, mais elle sait très bien que l'agent du champion de la Ligue a beaucoup travaillé pour la bonne réalisation de cette soirée.


Dominic Hazel
Nathanael McKoy
Oluwadja Ilo
Milo Jo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hippocampelephantocamelos.wordpress.com/ En ligne

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 1 sur 2) Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Bienvenue Laurent
» [Présentation] Bienvenue à la Chorale Artésienne !
» Acqua & Sapone => Bienvenue en Italie !
» Bienvenue au FIER-Demande d'adhésion

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: QG Ligue 4-