AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

Aller à la page : Précédent  1, 2
 
» En reconnaissance.


avatar
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 20/09/2013
Messages : 1530

Lun 1 Fév - 19:53
Je ne pense pas que ce que j'étais en train de vivre était réellement agréable, ni même supportable. J'avais l'impression d'être vu comme un cobaye de laboratoire devant ces gens, j'avais l'impression d'être traité exactement de la même manière que ce contre quoi je me battais, à la seule différence, que je me battais pour que ce traitement ne soit pas appliqué aux pkmns. J'étais bien loin, à l'époque, d'imaginer que ce traitement, qui me répugnait tant, pouvait être appliqué à des humains, déjà que j'avais du mal à le concevoir pour des pkmns... Pourtant, même si la forme était un peu différente, le fond était le même, je n'étais guère plus qu'un morceau de steak devant ces gens qui me trituraient dans tous les sens, m'appliquaient des patchs "indolores" dans le but de voir si je ne mentais pas. Seule, ma parole ne comptait pas, ils refusaient de me croire, de me faire confiance, ils ne désiraient qu'une seule chose, que des faits, plus ou moins élaborés, prouvent que je peux possiblement dire la vérité. Cette constatation me faisait me poser une question primordiale, qu'est-ce qu'ils pouvaient bien être pour refuser alors à la dignité humaine le crédit de la confiance ? Ils étaient bien plus que tout ce que Natural n'aurait jamais pu être, je me faisais déjà, dans ma tête, les plans de toutes les atrocités qu'ils pouvaient faire, à quel point ils étaient profondément enfouis dans la société pour pouvoir se permettre de tels traitements. Cette idée était renforcée par la simple proposition qu'ils m'avaient faite, supprimer mon casier judiciaire, me faire disparaître des registres civiques purement et simplement. Je n'étais pas même sur d'avoir ne serait qu'un papier à mon "nom", alors un casier judiciaire. Pourtant, cela prouvait une chose, ils étaient puissants, bien plus que tout ce que je n'avais pu imaginer en entrant ici. Bien plus que je ne pourrais jamais l'être. Ils refusaient de me faire confiance, ils refusaient de m'accorder du crédit si ils ne me jugeaient pas digne, à cela je me mis à penser à une seule et unique chose, si je ne leur convenais pas, qui me dit qu'ils supprimeraient bien les avis de recherche qui étaient foutus sur ma gueule ? Qui me dit que, si je ne leur plaisait pas, je pourrais sortir d'ici indemne, sans aucun accroc ? A vrai dire, rien, et je savais même très bien que je n'avais aucune chance de simplement penser à sortir d'ici si je ne leur plaisait pas. Ainsi, ils avaient décidé de ne pas me faire confiance, de me questionner contre mon grès, de soutirer des informations que je n'étais pas même pas sur de posséder, et bien soit, alors je suppose qu'ils ne m'en tiendront pas rigueur si, de même, je refuse de leur faire confiance, de croire à toutes leurs belles paroles et leurs encore plus belles promesses.
Cela n'était pas fait pour être agréable ? Tant mieux pour eux, car ce ne l'était absolument pas; physiquement cela était une purge sans nom, et alors mentalement cela était pire que tout, c'était une humiliation comme je n'en avais que peu connue, pourtant je venais de me montrer en étant le plus misérable possible, incapable même de me rattacher à la vie, de croire au lendemain. Je n'avais cependant pas d'autre choix que d'obéir, comme un chien docile, de répondre aux questions, parce que cela me permettrait, peut être, de vivre un jour de plus. Je n'en savais rien, je n'avais aucune certitude quant à ce qu'on attendait de moi, quant aux réponses que je devais donner pour m'en sortir et cela m'énervait, au plus haut point, plus que jamais, parce que je n'avais pas le contrôle sur ce qui se passait avec ma vie. Je n'étais, subitement, plus acteur de ma vie, mais simple spectateur. Et cela était frustrant, ô putain, qu'est ce que cela pouvait être frustrant au plus haut point. Je répondais le plus succinctement possible aux questions qu'on me posait, après tout, c'était ce qu'on attendait de moi, non ? Et quand, ô grand dieu, j'avais essayé d'obtenir quelques réponses en retour, je n'avais eu le droit qu'à des soupçons, des soupçons et ce que je pourrais qualifier de mépris de la part de mon interrogateur. Fausser les réponses, fausser les réponses, il était donc bien conscient que tout cela n'était qu’approximatif, qu'ils ne pouvaient pas être plus sur maintenant de mes réponses que quand je leur disais, pourtant, ils s'obstinaient à vouloir croire une machine, croire une machine plutôt qu'un être humain.

" Oui, c'est exact, il y a six mois. Pas d'autre organisme que Natural. Oui, je sais utiliser des pkmns, plus ou moins. Je sais me servir d'une arme, hypothétiquement, dans les faits, je n'ai jamais fait feu, je refuse à vrai dire. Me défendre physiquement ? Pas réellement, non. Correct. " Et cela durait pendant longtemps longtemps, trop longtemps, j'avais l'impression de répondre les mêmes choses à des mêmes questions. Je commençais à être à court de motivation, à vrai dire j'en avais particulièrement marre de toutes ces questions, de toutes les réponses que je devais fournir sans réellement le savoir. Peut-être avais-je été dans un autre organisme plus tôt, oui, peut-être avais-je déjà tiré sur quelqu'un, peut-être savais-je me battre, même si ce dernier restait relativement peu probable, ne nous voilons pas la face. Ma patience était mise à mal, vraiment à mal, pourtant, je pense, que j'étais quelqu'un de relativement patient, pourtant, je n'en pouvais plus. Ils ne savaient pas se placer, tantôt on me traitait comme un invité, tantôt on me traitait à peine comme un être humain, aussi je ne savais pas comment me placer vis à vis mes hôtes, à moins que ce ne fussent mes ravisseurs ? Je ne savais pas comment réagir, devais-je rester gentil et aimable avec eux, comme je me l'étais montré jusqu'alors, ou devais-je m'énerver et faire entendre ma voix ? Je n'en savais rien, et dans le même temps, je n'avais pas réellement envie de m'énerver et d'insulter ou de me battre contre Elliot. Pourtant, malgré le fait que je le connaissais depuis quelques temps déjà, malgré le fait qu'on ne pouvait dire que je lui avais réellement parlé, je me rendais bien compte que je ne connaissais rien de lui, que tout ce que je découvrais aujourd'hui à son propos semblait presque fantaisiste tellement cela me semblait irréaliste.
" Nous n'avons trouvé aucune trace de votre nom. Est-ce que Nooa Neziel Carthen a toujours été votre nom ? " Mais je n'en savais rien, qu'est ce que je pouvais lui dire "Bah non, je l'ai trouvé sur le bord de l'eau, c'était poétique, connard ?" Ils décidaient de m'emmerder avec leurs questions ? Soit, j'allais faire comme ils attendaient, répondre les faits. Juste cela. Si ils voulaient les réponses, si ils voulaient en savoir d'avantage, il allait falloir qu'ils apprennent à me faire confiance, à me croire autrement qu'avec une machine. " D'aussi loin que je me souvienne, oui, ça a toujours été mon nom. " Je ne mentais pas, pas réellement, je disais, d'aussi loin que je me souvenais, la vérité. Peut être avais-je eu un autre nom auparavant, je n'en savais strictement rien, pourtant, j'avais toujours eu ce nom, d'aussi loin que ma mémoire désirait bien aller. Enervé, je me redressais, arrachant au passage les divers éléments qu'ils m'avaient accrochés, pour me faire dire la vérité. J'en avais plus qu'assez de ce petit jeu. " Bon, je pense qu'on a pu voir que je n'ai fais que dire la vérité, non ? Avant même que vous me foutiez ces électrodes. Les questions que vous m'aviez déjà posé avant ont trouvé une réponse positive ici, non ? Quel bénéfice j'aurais à vous mentir, sérieusement ? Alors que vous me menacez et que vous me faîtes comprendre que j'ai tout à gagner à vous dire la vérité ? Alors, si vous refusez de me croire sans votre machine, là, je refuse de parler, tout simplement ! Et puis, merde ! Je veux voir la personne qui dirige tout ça, celle qui était bien d'accord pour être là quand je n'avais aucun moyen de voir et de me défendre. "


Stuff.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 31/08/2013
Messages : 5611

Lun 8 Fév - 0:31
Leon n'appréciait pas ce moment. Il voyait bien qu'il n'obtiendrait pas les réponses souhaitées en interrogeant de cette manière le jeune homme. Et pourtant, il ne comprenait pas où celui-ci voulait en venir. N'était-il pas choqué parce qu'il avait vécu ? Ne devrait-il pas rester calme et simplement répondre aux questions sans arborer ce regard prétentieux. L'agent voulait des réponses claires et il les avait, seulement quelque chose ne tournait pas rond. Ce nom n'allait pas, cela ne pouvait pas être le sien s'il n'y avait rien pour le vérifier. Et pour le moment, c'était bien le cas. Il n'y avait que la parole du blond en face de lui, mais tout branché par des électrodes qu'il était, cela ne suffisait pas à Leon pour entendre raison. Il s'agaçait, encore et encore. Il posait les questions et entendait les réponses, sans vraiment vouloir les prendre en compte. Ce serait trop simple et il ne le sentait pas, il n'avait pas envie de sympathiser avec lui, de tailler la bavette. Les choses étaient plus complexes que cela, ce serait jurer le contraire que de le laisser faire partie de leur groupe si facilement.
Puis vint une nouvelle fois cette même question et cette même réponse. Il ne mentait pas. Alors où l'agent avait-il pu échouer ? Il avait utilisé les réseaux habituels, il avait fait appel à ses vastes connaissances qui étaient plus que suffisantes pour retrouver ce genre de données. Alors comment Nooa avait-il pu échapper à tout cela ? C'était improbable, impossible.

Le brun allait laisser tomber, il valait toujours mieux le garder avec eux que le laisser dans la nature, mais visiblement Nooa ne supportait pas plus que lui cette session. En même temps, il pouvait déjà les remercier de l'avoir laissé en vie non ? Mais il ne semblait pouvoir faire qu'une chose : se plaindre encore et encore de sa condition. Ne se rendait-il pas compte de la chance qu'il avait ? Ils auraient pu le laisser se débrouiller seul, mais ce n'était pas dans leur politique. Si Leon n'était pas si énervé par le fait qu'il ne parvenait pas à trouver de traces du blond, il aurait certainement fait plus preuve d'empathie lui-même. Il prit sur lui cependant, du mieux qu'il pouvait, avant de voir le jeune homme se lever, perdant ses électrodes dans le mouvement, tirant sur un appareil que le collègue de Leon s'empressa de retenir.
L'agent quant à lui s'était levé face à ce jeune Caninos fou ne respectant apparemment aucune autorité. Que leur apprenait-on à Natural ? À défier ce genre de protocoles ? S'il avait en face de lui le chef de cette organisation désuète, Leon aurait sûrement quelques mots à échanger avec lui. Pour le moment, il n'avait hélas qu'à faire à un sous-fifre de son genre. Oui, Leon était assez aigri sur cette histoire. Ce n'était probablement pas la bonne façon de se présenter à un nouveau de son équipe, mais soit, il en paierait les conséquences et dans le pire des cas, il savait déjà qu'Eliott et Arthur feraient contrebalance.
    « JE suis le chef de cet équipe, vous ne rencontrerez jamais autre supérieur que moi et vous me devez donc respect. »
Il avait tapé du poing sur la table, avant de se calmer et de se rasseoir. Depuis quand perdait-il autant sa tempérance ? Cela ne sonnait pas bon pour ses futures notations... Tant pis, il n'allait pas s'excuser face à un gamin pourri gâté dans son genre. Très peu pour lui.
    « Quant à celui que vous avez rencontré hier, il se chargera de votre préparation physique, puisque vous semblez en avoir besoin. »
Petite vengeance personnelle que de lui faire remarquer cela, mais peu importe. De toute façon, depuis qu'il avait décidé de ne plus répondre, le test ne servait absolument à rien. Il fallait prendre des mesures et puisque Nooa allait probablement être intégré à SHARP, Leon avait mieux à faire.
    « Bien, je vais vous ramener vers vos quartiers. »
Leon prit ses notes et se releva pour sortir, ouvrant la porte qui menait vers le couloir, avant de voir qu'Eliott se tenait juste là, à attendre. L'agent lui jeta un regard noir avant de passer à côté de lui.
    « Tiens, occupe-toi de ton protégé, j'ai à faire. Tu peux lui présenter la base. Nooa, bienvenue dans l'équipe. À plus tard. »
Il fit un salut à son collègue avant de quitter la pièce, sortant machinalement son téléphone.

Eliott resta interloqué un court instant avant de faire un sourire gêné au jeune homme. Ce n'était pas tant qu'il s'inquiétait mais il voulait tout de même savoir où ils en étaient. Le test de vérité n'était pas vraiment quelque chose d'amusant, même pour lui qui n'avait rien eu à cacher à l'organisation, y étant mêlé assez tôt, cela n'avait pas été une partie de plaisir, alors il imaginait pour quelqu'un venant d'un autre endroit.
    « Salut, Nooa. »
Oui, il fallait bien commencer quelque part. Pour Eliott, revenir à la base, c'était comme rentrer à la maison, mais on ne pouvait pas dire de même pour lui, c'était d'ailleurs plutôt l'inverse.
    « Je... Te fais visiter alors ? »
La base n'était pas très grande, à vrai dire, elle n'était surtout pas la plus grande. Ici se mêlaient les équipes selon les missions. Pour le moment, seule SHARP était présente, avec quelques autres éléments de Shadow's Path, toujours présents pour garder l'édifice et aider aux préparatifs. Il fallait peut-être présenter le lieu de vie à Nooa, puisqu'il n'y avait pas vraiment eu accès avant l'interrogatoire. Eliott hésitait cependant sur la manière d'aborder tout cela, il était visiblement intégré à l'organisation, au vu de la demande de Leon, mais il serait peut-être mieux pour lui d'en savoir un peu plus.
    « Ça s'est bien passé ? »
Probablement pas la question la plus évidente à poser, mais c'était peut-être le seul moyen d'en savoir plus.

De son côté, Leon faisait son rapport à l'administration. Donnant son accord, pour l'intégration de Nooa, c'était visiblement tout ce qu'il fallait pour qu'il fut intégré. Est-ce qu'ils avaient réussi à en savoir plus ? Cela ne l'aidait pas à décolérer. Cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas senti aussi impuissant. L'agent rangea son téléphone dans sa poche, il fallait encore prévoir le changement d'identité, la chambre et les autres dispositions. Blade avait dit vouloir le prendre en charge, mais était-ce vraiment la meilleure chose à faire ? La double identité du Maître de la Ligue serait une nouvelle fois mise à mal de cette façon... Et dire qu'il se cassait la tête pour quelqu'un qui le traitait avec si peu de respect.

    « Ah, Leon t'a dit pour les papiers ? Il va probablement falloir que tu passes par le bureau. Histoire de récupérer tes Pokémon aussi... Tu veux que je t'y amène en premier ? »
C'était sûrement la meilleure chose à faire et Eliott avait repris son assurance en lui présentant les choses de cette manière. Il préférait être utile plutôt que d'être un poids mort et surtout, s'il voulait regagner la confiance de Nooa, il valait mieux l'aider du mieux possible.



Such accounts, so RP, wow.:
 

MiniArthur par Etsuko Michiyo. King Arthur à poney à corne par Hypolitte Nills. ♥️
Stuff.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 20/09/2013
Messages : 1530

Lun 8 Fév - 18:32
Les esprits s'échauffaient, je le sentais très bien, et j'étais en parti coupable de tout ce qui se passait maintenant, j'avais, le premier, décidé de me dresser contre ce qui se présentait à moi, mais cela n'était pas au goût de la personne que j'avais en face de moi, Léon je crois. Il était, à vrai dire, plutôt impulsif et énervé alors que ma colère grandissait, nous étions en train de mutuellement nous agacer et nous arrivions à un point où nous ne pouvions d'avantage supporter la scène qui se dressait devant nous. Je n'étais pas coopératif, certes, mais à dire vrai, il n'aidait pas du tout à me mettre en condition, j'avais simplement l'impression d'être un objet d'étude, de servir aux petits plans et desseins de la personne en face de moi. Je le regardais, fixement, du haut de ma taille, alors que lui était assis, en face de moi, à me regarder comme si il me méprisait, comme si j'énervais toutes les fibres de son corps. " JE suis le chef de cet équipe, vous ne rencontrerez jamais autre supérieur que moi et vous me devez donc respect. " L'impact de son poing résonnait encore contre la table, il venait de taper sur la table, comme pour asseoir une supériorité sur moi, un geste que des parents pourraient faire devant l'attitude plus que reprochable de leur gamin, pourtant je n'étais ni un gamin et il était encore moins mon père. Il n'avait aucune autorité sur moi, pour l'instant, pourtant il semblait tout disposé à en penser le contraire. Je devais bien avouer, cependant, que j'avais eu peur lors de son éclat de rage, j'avais presque eu envie de trembler, pourtant, je restais là, sans sourciller, sans lui montrer ce qu'il avait provoqué chez moi. Je me devais de rester digne, le plus possible, j'avais été bien trop de fois risible ces derniers jours pour l'être encore d'avantage, surtout devant lui. Il m'affirmait être le chef de l'équipe, d'être celui à qui je devais rendre des comptes, pourtant, j'avais bien du mal à le croire, non pas qu'il n'était pas convainquant en ce rôle, mais il cherchait, réellement, à couvrir la personne qui m'avait fait vivre un calvaire, alors je ne voulais croire que cette personne était sous ses ordres. " Quant à celui que vous avez rencontré hier, il se chargera de votre préparation physique, puisque vous semblez en avoir besoin. " Il devait jubiler de tout son être devant cette remarque qu'il venait de me faire, j'en étais conscient, et même si la pique se voulait blessante, qu'est-ce qu'il voulait que je lui réponde ? Si quelqu'un était bien conscient de mon état, c'était bien moi, je n'avais jamais eu la prétention d'avoir une quelconque préparation physique, je n'avais jamais eu la prétention de dire que j'étais fais pour des activités physiques. Aussi, la seule réaction que j'eus à son égard alors qu'il proférait cette phrase était de hausser les épaules, comme pour lui dire "Oui, et alors ?". Rien de plus, je ne voulais lui concéder rien de plus.
Nous étions sortis, sans réellement nous adresser un mot de plus, nous venions visiblement de dépasser notre stade de patience mutuelle. Je n'avais plus rien à dire, pas à lui en tout cas, et il semblait qu'il me le rendait bien. Notre échange c'était terminé alors qu'il quittait la pièce, lançant, certainement à l'attention d'Elliott, seule personne qui avait l'air d'avoir un tant soi peu de bonnes intentions pour moi : " Tiens, occupe-toi de ton protégé, j'ai à faire. Tu peux lui présenter la base. Nooa, bienvenue dans l'équipe. À plus tard. " Et alors qu'il m'adressait cette dernière phrase je ne pouvais dire si il était sérieux ou non, une chose était sure, cependant, il était loin d'en être ravi, tout me poussait à penser qu'il aurait préféré qu'on me laisse tranquillement dans ma merde plutôt que d'avoir encore à traiter avec moi. Je venais de sortir, également, lui emboîtant le pas afin de quitter, le plus rapidement possible, cette pièce qui me donnait presque envie de vomir, maintenant. Elliott m'attendait effectivement, devant la porte, il me regardait puis regardait Léon, son regard ne savait pas très bien où se fixer, il semblait quelque peu surpris de la tournure qu'avait prise notre "rencontre", même si j'étais plus tenté d'appeler cela confrontation. Je soupirais, je me doutais que j'allais encore entendre parler de ça pendant un moment, ne serait-ce que quand je devrais refaire face à Léon... Tout mais pas ça..

" Salut.. Bah écoute, ce sont les ordres et puis, je suppose que je n'aurais pas le loisir de retourner chez moi avant un moment, alors autant que je connaisse l'endroit, non ? " Je soupirais derechef, je n'avais pas envie d'être aigris ni méchant avec Elliott, il se montrait, du moins essayait, gentil, cependant je n'avais pas réellement la tête à être gentil en retour. J'étais agacé et, sans mes pkmns, je me sentais étrangement nu. Je n'avais envie que d'une chose, à cet instant précis, savoir qu'ils allaient bien et retrouver le poids de mon Miaouss dans mes bras, comme il avait l'habitude de s'installer. C'était une chose bien ridicule que de ne penser qu'à la présence de ses animaux en cet instant précis, mais quitte à rester dans cette "base" autant que je sois avec des présences familières. Je ne savais pas réellement quoi dire devant Elliott, il me regardait, silencieux, lui non plus ne devait pas réellement savoir quels sujets abordés, sa position était délicate. Finalement, il décida de crever l'abcès, de poser la question qui pouvait fâcher. " Ça s'est bien passé ? " Je le regardais, sans savoir comment aborder la réponse, sans savoir sur quel pieds danser. Devais-je être franc ? Je n'allais pas lui mentir, cependant, je n'étais pas certain que me voir dans l'état émotionnel dans lequel j'étais à cet instant était la meilleure chose à faire, je n'avais ni envie de me mettre à hurler, ni envie de me mettre à pleurer. Je n'avais donc qu'une seule possibilité, rester le plus neutre et le plus objectif possible. " Pas réellement. Je ne suis pas réellement sûr que Léon vienne, un jour, à m'apprécier. Ce n'était pas très engageant comme conversation, encore moins quand on est branchés à une machine qui décortique chacune de nos paroles. Mais bon, j'ai pas réellement menti à ses questions. En même temps, je ne sais pas si tu y as eu le droit, mais c'est sacrément froid cette saloperie. " Tenter une blague, je pense que ça pouvait détendre l'atmosphère, ou du moins montrer à Elliott que je ne lui en voulais pas tant que ça. Quitte à rester dans l'organisation comme semblait le sous-entendre Léon, autant que je me fasse des alliés pour les coups durs. J'enfonçais mes mains au plus profond de mes poches, je n'étais pas à l'aise et je crois que tous les pores de ma peau le hurlaient au monde.
" Ah, Leon t'a dit pour les papiers ? Il va probablement falloir que tu passes par le bureau. Histoire de récupérer tes Pokémon aussi... Tu veux que je t'y amène en premier ? " Je le regardais comme si il se trouvait être mon sauveur en ce bas monde, je pense même qu'un sourire venait de poindre sur le bord de mes lèvres, il avait abordé le seul sujet que je voulais réellement entendre aujourd'hui, mes pkmns. Même la possibilité de devoir remplir des papiers en présence ou pour Léon me semblait être une mince affaire, maintenant. " On ne m'a pas parlé des papiers, non, à vrai dire je ne pense pas que Leon ai voulu parler de quoi que ce soit avec moi ! " Je marquais une pause, comme pour observer si ma remarque avait pu faire rire mon interlocuteur, j'essayais du mieux que je pouvais de ne pas lui faire peur, de ne pas apparaître comme un gamin acariâtre écouté. " Enfin bref, dans tous les cas, je veux bien voir mes pkmns, si ça ne t'embête pas, je te remercie.. " Nous commencions doucement à avancer, je lui laissais prendre la charge du chemin, surtout parce que je ne savais pas du tout où nous pouvions bien aller. Pourtant, au bout d'un moment, je me stoppais. " Elliott ? Merci.. Désolé d'avoir pu être énervé ou de mauvaise foi tout à l'heure... " Si j'avais été certain de pouvoir le faire sans être mal vu, j'aurai certainement pris le jeune homme dans mes bras, pour lui faire comprendre toute l'ampleur du mal duquel il m'avait tiré. Je lui en était éternellement reconnaissant.
Finalement nous arrivions devant l'endroit où se trouvaient mes pkblls, elles étaient toutes là. Sans réellement faire attention au monde qui m'entourait, j'appuyais sur le bouton de l'une d'entre elle et je voyais mon Miaouss s'en extirpé pour venir se lover dans mes bras sous un concert de ronronnements alors que je lui prodiguais des caresses sur le haut du crâne. Je me retournais vers mon sauveur, le sourire un peu hésitant. " Désolé, je n'aurais peut-être pas du et attendre la confirmation avant de faire ça... " De toute sa couleur étrange, le félin scrutait mon nouvel "ami", attendant de voir si il devait feuler ou bien se laisser aller à quelques paresseux ronronnements devant sa personne.


Stuff.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 31/08/2013
Messages : 5611

Mar 23 Fév - 20:45
Perdre son sang froid devant un gamin était une sorte de nouveauté pour l'agent. Heureusement qu'il ne faisait pas habituellement dans le langage fleuri car le blondinet en face de lui en aurait entendu de belles. Il avait préféré taper du poing sur la table pour asseoir son autorité, comme s'il était le mâle dominant d'une tribu de Monaflémit. Ridicule. Il s'en voudrait pendant un moment de s'être emporté, mais il ne pouvait vraiment s'en prendre qu'à lui-même. Non, ce n'était pas qu'il avait mal dormi, pas la faute non plus de cette énième tasse de café ou des clopes qu'il ne comptait plus, à presque se surprendre chaque fois qu'un paquet arrivait à sa fin. Il n'y avait a priori rien de tout cela pour lui trouver une excuse. Il perdait juste le contrôle pour une histoire de nom qu'il ne parvenait pas à trouver, il y avait sûrement des explications pour que cela ne passe pas aujourd'hui, mais il avait beau chercher, il ne les trouvait pas et ça l'agaçait d'autant plus.
Il avait alors préféré décamper. Ce n'était pas fuir mais déléguer une tâche. En fait, refourguer le nouveau à quelqu'un qui serait plus à même de l'accueillir dans de bonnes conditions. En dehors du langage, ça allait que Leon ne ressentait que peu de plaisir à déboîter quelqu'un, sinon il aurait probablement ouvert la porte en se servant du corps de son interlocuteur comme projectile.
Il n'en fit rien et sortit de la pièce en lançant des regards noirs à qui voulaient bien les recevoir. Elliot allait reprendre le relais et c'était probablement au mieux pour le petit nouveau. Il n'avait plus qu'à en informer les plus hautes instances, il était responsable de son équipe et avait l'impression de se mettre volontairement une épine sous le pied. Arthur pouvait bien lui rendre le service de botter les fesses de cet inconscient. Après tout, n'importe qui ne pouvait pas devenir un SHARP.

Et à l'inverse de Leon, il y avait Elliot. Si le premier ne parvenait pas à se calmer, le second aurait aimé présenter son plus beau sourire à Nooa. Il avait été un peu gêné par la sortie de son chef, ayant l'impression que sa présence seule était une défiance de l'autorité instaurée depuis toujours dans l'équipe. Il préféra tout de même chasser ses états d'âme – si remontrance il devrait y avoir, il serait bien assez tôt mis au courant – pour essayer d'être le plus avenant envers son ami un peu forcé.
    « C'est un peu l'idée, il va falloir te faire à la base le temps que l'histoire avec Natural se tasse. J'espère que les autres vont bien. »
Bien, cela l'étonnerait réellement. Par contre, ils avaient dû tous trouver un moyen de s'abriter car d'après les nouvelles, personne n'avait été appréhendé ni même assassiné, ce qui était plutôt une bonne nouvelle. Elliot restait néanmoins dans l'idée que l'on pouvait très bien lui cacher des informations, ce ne serait pas la première fois, et les hautes instances de Shadow's Path voyaient probablement une organisation comme Natural comme un pion qui pouvait être aisément remplacé s'il se trouvait pris par l'adversaire. Le problème étant bien sûr que dans leur partie d'échecs, leurs adversaires étaient multiples. Il fallait compter sur toute une forme de concurrence qui pouvait s'avérer être assez immense. Alors c'est vrai que dans tout cela le « problème Nooa » pouvait paraître ridicule.
Heureusement, Elliot était un peu plus humain que ses collègues et avait gardé un minimum de considération pour ces êtres. Ce n'était pas plus mal d'avoir quelqu'un comme lui dans l'équipe, d'autant plus si l'on pensait que l'actuel Maître de la Ligue n'avait pas été supprimé parce que certains d'entre eux avaient plaidé en sa faveur, lui octroyant la chance de ne pas recevoir une balle entre les deux yeux, de la part de son meilleur ami.
    « Ah, je crois qu'il était un peu agacé oui. Je ne l'ai jamais vu comme ça d'ailleurs, mais ne t'en fais. Ce n'est pas du tout son genre d'en vouloir personnellement à quelqu'un, il ne pourrait pas être chef d'équipe sinon après tout. »
Car il fallait quand même un sacré cran pour être responsable de SHARP. Il n'avait pas seulement le respect des hommes mais aussi celui des Pokémon, et vu leur puissance, cela valait mieux pour sa peau. Et de ce fait, si Nooa lui avait tenu tête, il n'avait pas dû beaucoup apprécier la façon de faire du jeune homme, ça, Elliot pouvait le concevoir.
    « Qu'est-ce que tu veux dire par "pas réellement menti" ? J'espère que tu n'as rien dit qui pourrait se retourner contre toi quand même ! »
Il s'inquiétait quand même pour lui, déjà, on ne pouvait pas dire qu'il entrait dans l'organisation par la grande porte, mais si, en plus, il donnait des fausses informations, tout le monde allait lui tomber dessus et ce n'était pas sûr qu'il résiste bien longtemps...
Enfin, a priori, s'il était sorti de là avec la possibilité de visiter la base, c'était bien qu'il avait intégré l'équipe et c'était là une grande nouvelle pour Elliot. Cela faisait bien longtemps que SHARP n'avait pas eu de remaniement, mise à part le retour attendu de Blade au sein de celle-ci. Et dire que d'après les rumeurs, ce serait lui qui prendrait Nooa sous son aile... Quelle chance il avait ! Elliot suivrait bien aussi les entraînements physiques mais ce n'était pas son affectation...
    « Il a peut-être souhaité conserver encore un peu de mystère... Mais pas de problème, je t'amènerai voir Mike. »
Les papiers dont il parlait étaient assez importants, car il s'agissait là de la nouvelle identité de Nooa qui devrait se préparer. Bon, il n'allait peut-être pas lui dire tout de suite qu'il allait devoir leur donner ses papiers et en reprendre d'autres avec un nom différent. Récupérer ses Pokémon le mettrait sûrement dans de bonnes dispositions.
    « Pas de souci, on va faire ça. »
Sans être spécialement guilleret, Elliot voulait montrer qu'il n'y avait pas particulièrement de souci à se faire, même si en fait il s'en faisait pour sa part. Il n'allait pas transmettre le stress qu'il avait vis à vis de quelques informations alors que le jeune homme ne savait pas exactement à quoi s'attendre. Autant le laisser dans le flou le temps que tout se concrétise...
Nooa le suivit dans la base alors qu'Elliot donnait quelques informations sur ce qu'il souhaitait lui présenter, quand son interlocuteur s'arrêta pour lui parler sur un ton bien plus calme que ce qu'il avait entendu de sa part auparavant. Cela faisait du bien, mais ce qui lui faisait le plus plaisir étaient les mots employés.
    « Tu ne me dois rien, ne t'en fais pas. J'allais quand même pas laisser un de mes coéquipiers tout seul. »
Un sourire éclaira son visage alors qu'il se montrait comme le ranger qu'il avait toujours voulu être. Droit, intègre, honnête. Si seulement il pouvait un peu plus ressembler à Blade...
    « Et puis, je comprends que tu te sois énervé, ta position n'était pas facile, mais dis-toi bien que nous sommes tous passés par ce genre de rituel... »
Oui, un rituel c'était bien ça, comme s'il fallait qu'ils passent des épreuves avant de devenir de bons rangers et de fidèles alliés. Le seul fait de se remémorer le test qu'avait dû subir Blade – et qui lui avait été raconté – lui avait fait froid dans le dos, il était donc plutôt heureux que l'intégration soit bien plus simple maintenant. Il tairait probablement cette anecdote avant un moment pour ne pas effrayer Nooa et qu'il fut soupçonné de désertion.
    « Les voilà. »
Ils étaient finalement arrivés devant le bureau où les Pokéball avaient été gardées, le nouvel agent ayant pu récupérer ses Pokémon, il faisait donc partie du groupe et certains regards s'étaient dirigés vers lui. Elliot le regarda activer la Pokéball sans rien dire, il ne serait probablement pas assez inconscient pour faire apparaître un Wailord et il avait eu raison de le croire : c'était un Miaouss au pelage bien particulier que le dresseur avait fait apparaître. Le docile Pokémon avait immédiatement pris contact avec son maître avant de toiser le jeune homme du regard.
    « Eh bien, je vois que tu possèdes un beau spécimen en plus de tes Pokémon puissants. »
La remarque était tout à fait anodine, mais après tout, il préférait adopter ce genre de ton avec Nooa plutôt que le brusquer.
    « Pas de problème, avec nos activités il serait malvenu de ne pas aimer les Pokémon. »
Enfin, ce n'était pas non plus le cas de tous les agents de Shadow's Path, loin s'en faut, mais au moins l'équipe SHARP était probablement celle qui avait le plus grand sens éthique, autant dire que Nooa n'était pas si mal tombé.

La suite de la visite se passa sans grandes histoires, il fallait avant tout qu'il eût connaissance des différents endroits importants de la base : la pièce à vivre, la cuisine, les appartements, les salles de bain... Et il lui présenta aussi le côté plus professionnel de la chose, descendant au sous-sol pour lui montrer les différents véhicules et l'armurerie « en cas de besoin ». Il n'était pas entré dans les détails, mais avec cette visite, il pouvait se faire une idée de l'organisation à laquelle il appartenait à présent.
    « Bon, voilà. Et... Là tu as ta chambre. »
Pas forcément le meilleur pour la fin, mais au moins sa place à lui. Il fallait espérer que cela lui conviendrait... Parce qu'il n'avait pas vraiment le choix. Pour tout ce que ça pouvait apporter de soutien moral et en restant dans la camaraderie, Elliot se sentit obligé d'ajouter :
    « Et ma chambre est juste en face au besoin. »
Bon, il y avait probablement mieux comme nouvelle, Elliot se sentait un peu impuissant de n'avoir que ça à donner pour positiver. Maintenant, il fallait peut-être penser au plus important.
    « Ils ont dû mettre tes affaires dedans, propres et pliées et... rangées, probablement. Pour le reste, il faudrait tout de même passer pour tes papiers, sauf si tu préfères te reposer un peu ? Je ne voudrais pas te presser non plus si tu ne le sens pas tout de suite. »
Il avait l'impression que c'était un peu son travail par rapport à l'intégration du jeune homme, essayer de lui donner une vision positive de l'organisation qui l'avait plus ou moins enlevé à sa vie.



Such accounts, so RP, wow.:
 

MiniArthur par Etsuko Michiyo. King Arthur à poney à corne par Hypolitte Nills. ♥️
Stuff.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 20/09/2013
Messages : 1530

Sam 12 Mar - 2:00
J'essayais de cacher un maximum ma déception auprès de Elliot, je n'avais pas envie qu'il pense que je lui en voulais ou même que la simple idée d'être ici me donnait envie de vomir... Mais je devais avouer une chose, la perspective de rester ici quelques semaines, puisque nous étions tous plus ou moins d'accord qu'il faudrait au moins ça pour que l'affaire se tasse, me donnait des nausées. J'étais loin de tout ce que je connaissais, loin de tous mes repères et surtout, je n'avais pas tous mes pkmns avec moi. Certains étaient restés chez moi. J'avais décidé de ne pas prendre le risque d'emporter trop de mes amis avec moi. J'avais toujours en tête cette idée de pouvoir être pris, captif, et préférait donc minimiser les pertes. Et en dehors de cette perte de repère, il y avait également le fait que je n'avais pas l'air d'être apprécié, qui jouait, ici. Du moins, pas par tous. J'étais encore terrifié de tout ce qui venait de se passer, trop vite. Avant-hier encore j'étais quelqu'un de totalement inconnu aux yeux de tous, maintenant, je me retrouvais à être pourchassé par une organisation et être surveillé de près par une autre. Je refusais de le voir ainsi, mais je ne pouvais exclure, au fin fond de mon crâne, qu'Elliot pouvait n'être qu'un espion, qu'une personne essayant d'obtenir des informations sur moi avant de me faire passer le monorpale à gauche. Mais bon, j'essayais de croire le contraire, de me convaincre du contraire. Je n'avais pas envie de devenir, enfin de redevenir, aussi paranoïaque que ces derniers jours. " J'espère aussi qu'ils s'en sont sortis... " Je n'avais jamais réellement pris connaissance avec les autres membres de l'organisation, pourtant, je me disais que j'avais vécu quelques jours avec eux, que j'avais mangé à leurs côtés. Et puis... J'avais été confronté à la mort. Je ne voulais pas que quelqu'un d'autre puisse subir le même sort. C'était ridicule, je me mettais à penser comme un gamin, pourtant, je ne pouvais pas faire autrement. Je ne savais pas si je pouvais réellement être fait pour ce genre de choses. Je n'avais pas envie de revoir quelqu'un mourir. Et puis, de façon très égoïste, je me disais que je n'avais pas le droit de foutre en l'air sa vie, je n'avais pas le droit de le faire disparaître, il y avait peut être des gens qui l'attendaient. Je soupirais à cette pensée. Dans quoi est-ce que j'avais bien pu me foutre ?
" Ah, je crois qu'il était un peu agacé oui. Je ne l'ai jamais vu comme ça d'ailleurs, mais ne t'en fais. Ce n'est pas du tout son genre d'en vouloir personnellement à quelqu'un, il ne pourrait pas être chef d'équipe sinon après tout. " Il n'avait donc pas menti, il était réellement le chef de l'équipe ? Comment se faisait-il, alors, qu'il m'avait paru, ainsi, dévoué à cette personne qui m'avait confronté ? Si ce n'était pas son supérieur, que représentait donc cette personne à ses yeux ? Et surtout, pourquoi est-ce que j'avais cette impression qu'on voulait faire de l'identité de cette personne un secret défense ? Ils avaient l'air très à l'aise avec l'idée de me percer à jour, pourtant la réciprocité n'était pas encore là. " J'espère. En tout cas, ce serait une bonne nouvelle qu'il ne puisse pas en vouloir personnellement aux gens. " Il n'y avait pas une once d'ironie dans ce que je formulais. Pas le moins du monde. Cependant, la phrase me donnait le tournis, je me rendais compte que je pouvais la terminer par "dans l'organisation", "dans l'équipe". Je commençais à prendre conscience que je faisais parti de quelque chose qui me dépassait, que je ne connaissais même pas. J'étais terrifié à cette idée. On venait de m'affecter à un organisme que je ne connaissais pas, et surtout, donc je ne connaissais pas du tout les idées. Quant à savoir si j'avais "réellement menti" ou non, j'haussais les épaules, je lui avais dit toute la vérité, du moins celle que j'avais sous les yeux. Je savais que je jouais à la forte tête et au "petit con arrogant", cependant, il fallait dire qu'il m'avait plus ou moins poussé à être aussi désagréable que lui.
" Tu ne me dois rien, ne t'en fais pas. J'allais quand même pas laisser un de mes coéquipiers tout seul. " Coéquipiers... Le mot me laissait quelque peu dans mes réflexions. Etais-je déjà un coéquipier à ses yeux ? Pourrais-je l'être aux yeux de tous ? Je n'en avais aucune idée. Je n'avais pas encore rencontré vraiment les membres de "mon" organisation. J'allais certainement être mal vu. J'étais celui qui avait merdé, qui avait fait foirer une mission de Natural. Et en plus de ça, j'étais mal vu par le chef d'équipe. Je pouvais dire, sans peine, que je commençais mal mon intégration. " Merci quand même. Je ne sais pas ce que j'aurai pu faire sans toi. " Et, à vrai dire, je ne savais pas ce que je pourrais faire si il n'était pas là dans les prochains jours. Il était la seule figure amicale que j'avais ici.

Je venais de récupérer mes pkmns. Sans réellement réfléchir à ce que j'avais ou non le droit de faire, j'avais fait apparaître Cheshire dans mes bras. C'était une mauvaise habitude que j'avais pris, il était devenu un repère pour moi. Je me sentais... apaisé quand la créature se trouvait à mes côtés. Elle était la seule chose constante depuis mon amnésie. Il s'était réveillé avec moi à Pacifiville et il était encore là aujourd'hui. " Eh bien, je vois que tu possèdes un beau spécimen en plus de tes Pokémon puissants. " Je ne savais pas réellement comment je devais réagir à cela, que pouvais-je lui répondre ? Cheshire était beau, certes, à mes yeux, pourtant je ne voyais pas réellement en quoi lui pouvait dire cela, les Miaouss n'étaient-ils pas tous comme cela ? Il fallait dire que je n'avais pas eu l'occasion de croiser beaucoup de pkmns d'autres régions. Et plus bêtement d'autres pkmns. Je n'étais pas réellement habitué aux combats pkmns. J'avais été précipité sur les routes par Kenneth, pourtant, je ne pouvais réellement dire que j'étais un habitué des combats, j'avais tendance à fuir ces derniers et à recueillir les pkmns qui avaient besoin d'aide. " Euh... Merci ? Je suppose. Je ne sais pas trop quoi dire. Je ne savais même pas qu'ils étaient assez fort pour qu'on puisse le notifier. " Je laissais échapper un sourire maladroit face à Elliot. Pour une raison que j'ignorais, j'avais décidé de jouer plus ou moins franc jeu avec lui. Peut-être était-ce parce que je me sentais à l'aise avec lui ? " Pas de problème, avec nos activités il serait malvenu de ne pas aimer les Pokémon. " Ils aimaient les pkmns ? C'était un bon point, j'avais cru le deviner, pourtant, rien ni personne n'avait été capable de me donner confirmation sur ce point... A vrai dire, rien ni personne n'avait été capable de me donner confirmation sur quoi que ce soit. En tout cas, j'espérais ne pas avoir provoqué un raté chez le brun alors que je lui annonçais que je n'avais aucune idée de la force de mes pkmns. Mais avant tout chose, je profitais de la perche qui m'était tendue pour poser une question qui me brûlait les lèvres depuis que j'étais arrivé dans la base et dont personne n'avait été capable de me donner réponse. " Mais euh... Du coup, qu'est-ce que vous faîtes ici, dans l'organisation je veux dire. J'ai pas réussi à obtenir de réponse sur ce point... " Et je devais avouer quelque chose, je commençait à l'avoir quelque peu mauvaise. J'aimerais bien savoir dans quelle genre d'affaire je me suis embarqué.
Nous faisions le tour de la base, il me montrait tous les endroits que je devais connaître, et surtout retenir, pour vivre ici. J'espérais pouvoir retenir tout cela. Je croisais les doigts. Je connaissais très bien mon sens de l'orientation et cela ne faisait que confirmer une peur que j'avais, j'étais capable de me perdre. Elliot venait de me conduire à ma chambre, parfait, j'avais une chambre, je pourrais m'y reposer et potentiellement me couper du monde dans cette dernière. C'était un peu le dernier rempart que je possédais. " Les gens font chambre à part ? " Je croisais les doigts pour qu'il ne m'annonce pas que les chambres étaient en fait des dortoirs. Je désirais du plus profond de mon coeur pouvoir être seul. " Autant terminé tout ce que je peux faire tout de suite. Le repos attendra, non ? " Enfin, je l'espérais.


Stuff.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 31/08/2013
Messages : 5611

Jeu 17 Mar - 0:33
S'il y avait bien une chose qu'Elliot pouvait comprendre, c'était le mal-être du jeune homme à ses côtés. Arriver ainsi à Shadow's Path ne ressemblait en rien à un cadeau mais plus à une menace. Et s'il avait accepter de rejoindre les rangs de Natural, on ne pouvait pas dire qu'il en était de même pour ceux de SP. C'était plutôt « suis-nous ou crève » et il était probable que la seconde assertion n'eut que trop peu convenu au jeune homme.
    « Je te dirai dès que j'aurais plus d'informations... »
Même si cela voulait peut-être dire jamais. Elliot n'avait pas le courage d'expliquer à Nooa qu'il devait vraiment oublier ce qu'il s'était passé, car il ne devrait peut-être jamais reparler de tout cela, peut-être qu'il n'entendrait plus jamais parler de ceux qu'il considérait comme des amis, simplement parce qu'ils étaient morts ou alors parce qu'ils avaient eux aussi décider de disparaître aux yeux de tous, dans l'espoir de revivre sous une nouvelle identité.
Elliot était lui-même bien trop tendre, ce qui lui valait souvent quelques problèmes, que ce fut pour asseoir une autorité toute relative qu'il tentait de gagner peu à peu auprès de ses coéquipiers ou pour résister à l'envie de fuir lors de missions trop périlleuses. Quelques années auparavant, Elliot rêvait de devenir comme Blade. Lui au moins savait ce qu'il faisait et ne semblait même pas trop y penser. Il avait un petit côté nonchalant et pourtant, une fois en mission, il était d'une rigueur impressionnante, frôlant la perfection. Pourtant, il lui avait confié que plus jeune, il avait lui aussi eu des appréhensions, qu'il avait mal vécu des missions dangereuses pour ses coéquipiers – qu'ils furent humains ou Pokémon – et pour lui-même. Alors, même s'il avait encore du chemin à parcourir, Elliot aurait pu devenir comme lui. Il s'accrochait même à cet espoir.
Mais il y avait finalement eu l'accident et dans le même temps que s'effondrait le corps inconscient de l'agent étoilé de SP, c'était le monde parfait d'Elliot qui prenait un coup. Bien sûr, Blade avait fini par revenir, mais il avait changé. Tout le monde avait dû changer suite à cet accident, et le jeune homme lui-même avait dû évoluer en conséquence. Il devait maintenant montrer que cette métamorphose était suffisante pour continuer son travail.

Elliot tapota gentiment l'épaule de son ami. Ce n'était certes pas la franche rigolade, mais au moins arrivaient-il à communiquer sans problème. De toute façon, le jeune homme avait du mal à garder ses émotions pour lui – encore une chose sur laquelle il se devait de travailler – et il avait envie d'avoir confiance en Nooa. Celui-ci semblait bien lui rendre, alors autant qu'ils furent amis. Dans ce monde où tout le monde n'était pas aussi chaleureux, cela pourrait même s'avérer être assez salvateur pour les deux jeunes hommes.

Et visiblement, ils avaient encore beaucoup à découvrir l'un sur l'autre. Elliot n'avait pas rêvé, il avait assisté la veille à un match Pokémon entre Blade – qui était de surcroît devenu Maître de la Ligue, une promotion assez incroyable – et Nooa, et ce dernier avait réussi à lui tenir un peu tête... Et voilà que maintenant il ne se rendait pas compte de la rareté de son Pokémon alors que son pelage n'avait rien à voir avec celui d'un Miaouss ordinaire ? Décidément, le jeune homme était un brin particulier...
    « Entre son pelage et... Et puis, tes Pokémon hier, enfin... Ils tiennent quand même bien, ça se voit que tu les entraînes beaucoup ! »
S'agissait-il d'un sujet tabou ? Cela expliquerait pourquoi le jeune homme semblait si évasif à ce niveau-là, mais pourtant, il n'y avait pas de quoi se cacher, au contraire ! Ah, Elliot était facilement impressionnable, mais si en plus Nooa jouait de fausse modestie, il tomberait dans le panneau à coup sûr. Et il ne valait mieux pas qu'il se retrouvât dans sa période fanboy, car Arceus seul savait de quoi il était réellement capable dans ces moments-là.
    « Ce que l'on fait ? … Hm... »
Elliot essaye de penser à son père. Ce n'était jamais évident pour lui, car son père était de loin la personne qu'il admirait et craignait le plus. Pour autant, il avait un vrai bon fond, mais ce n'était pas quelque chose qui se voyait sur son visage, un peu comme pour Leon finalement.
    « Shadow's Path, c'est comme une organisation qui lutte contre le crime, tout en commettant certains de temps en temps. »
Expliqué comme ça, cela faisait très mafia corrompue et... C'était un peu le cas. Après tout, Elliot connaissait particulièrement différentes équipes, mais de là à penser avoir une connaissance globale du réseau, ce serait se méprendre et sous-estimer l'ampleur de l'organisation.
    « Dans notre équipe, SHARP, on s'occupe de démanteler des organisations de malfaiteurs anti-Pokémon, on lutte pour leurs droits et parfois on fait des opérations pour les libérer et les protéger. Notamment lorsque l'on rend visite à des laboratoires... Alors... Oui, on fait des choses un peu hors-la-loi, mais parce que sinon, personne ne le ferait pour sauver les Pokémon. Tu comprends ? »
Et il n'était clairement pas fait pour la communication, mais il avait essayé d'être le plus clair possible tout en parlant avec son cœur. Au moins, il essayait de parler vraiment, pour lui, pour ce qu'il pensait. Tout en espérant tout de même qu'il réussirait par le même biais de convaincre Nooa que sa position était la bonne.
La visite s'était terminée sur les chambres et la question de Nooa lui fit arquer un sourcil avant qu'il ne prît la peine de répondre.
    « Oui ? Quand on a la place, on préfère avoir notre petit coin à nous. Tu as peur de dormir seul ? »
La question pouvait paraître étrange, voire moqueuse, posée de cette façon à un adulte, mais Elliot ne pouvait pas vraiment juger du traumatisme de son ami, alors une réponse positive ne lui semblait pas si farfelue.
    « Suis-moi. »
Les papiers, c'était la formalité préférée d'Elliot, un peu l'instant magique. À sa surprise, il découvrit Mike installé derrière le bureau, ah, oui, cela devait être son tour comme Blade était plus ou moins en vacances à ce moment-là. Le jeune homme offrit un sourire aux deux arrivants, saluant Elliot avant de darder son regard sur Nooa.
    « Ah, bienvenue dans l'équipe, mec ! »
Mike, le naturel à l'état pur. Il prépara la session pour lancer la fabrication de faux papiers avant de proposer aux deux interlocuteurs de s'asseoir. Après tout, ça allait pouvoir prendre un peu de temps.
    « Alors, comment tu voudras qu'on t'appelle ? »
Il affichait un sourire malin, lui aussi était friand de ce genre de manipulation, c'était leur manière à eux de dompter ce système pourri duquel ils faisaient partie, bon gré, mal gré.

Quelques jours plus tard, si Nooa avait eu le temps de se faire à la base, Arthur avait pu moins facilement appréhender le fait d'avoir un élève. Cela faisait des années qu'il n'avait pas entraîné quelqu'un et l'idée de s'y remettre, en voyant ses plages de temps libre disparaître à vue de nez ne l'enchantait guère.
    « Et si je te dis que je plaisantais en disant que je voulais bien le prendre sous mon aile ?
    - Alors je te répondrai que je n'ai jamais apprécié ton humour. »
Le maître de la Ligue resta un instant silencieux face à Leon, puis soupira, avant de tourner la tête vers la vitre teintée qui le séparait de son potentiel nouvel élève.
    « Et sinon, vous comptez le garder là longtemps ? Il ne doit pas bien comprendre ce qu'il lui arrive là.
    - Mesure de précaution, va lui parler et tu décideras toi-même. Si tu le prends avec toi, il pourra connaître ton visage, sinon, on le mettra dans une autre équipe. »
Un nouveau soupir. Ce n'était pas tant pour lui que pour le nouveau que le maître de la Ligue redoutait cet échange. À leurs côtés, Elliot était plus que gêné. Certes Nooa avait dû comprendre la méfiance de l'organisation sur les débuts, mais maintenant, cela allait finir par l'agacer, peut-être même l'angoisser. C'était une tension supplémentaire pour l'aveugle, s'il ne le prenait pas avec lui, il n'était pas sûr que le jeune homme serait bien accueilli.
    « Bon, qu'on en finisse. »
Franchissant les portes le séparant de la pièce, le maître de la Ligue s'approcha pour s'asseoir à la petite table où se trouvait Nooa, yeux bandés.
    « Désolé que l'on se rencontre toujours dans ce genre de situations. Je suis Blade. »



Such accounts, so RP, wow.:
 

MiniArthur par Etsuko Michiyo. King Arthur à poney à corne par Hypolitte Nills. ♥️
Stuff.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 20/09/2013
Messages : 1530

Sam 7 Jan - 20:25
" Je te dirai dès que j'aurais plus d'informations... " Je n'avais pas besoin d'être magicien pour comprendre ce que cette phrase voulait dire. Certes, mon implication dans les groupuscules était relativement neuve, mais je savais très bien ce que pouvait sous-entendre ce genre de phrase; il y avait peu de chances que je revois ou ré-entende parler, un jour, des personnes avec qui j'ai effectué ma mission ce soir là. C'était encore un nouveau couteau dans le ventre que je me prenais. J'avais envie de tout laisser tomber, après tout, cette vie me donnait l'impression d'être entouré par la déception, les difficultés et le doute. Je ne pouvais pas dire que j'étais rentré chez Natural sous un bête coup de tête, mais je ne pouvais pas dire non plus qu'alors j'avais conscience de toutes les choses qui risquaient de m'arriver. J'étais perdu et cela devait se voir sur tous les pores de ma peau, je n'avais jamais été doué pour cacher mes émotions. Encore moins quand j'étais aussi paumé que maintenant, je ne connaissais rien ni personne de ce qui était en train de m'entourer. Je me contentais donc de regarder Elliot, je canalisais tout mon stress dans le jeune homme. Il était la personnification de mes terreurs et pourtant, il était aussi le seul à pouvoir les chasser en cet instant. J'aurai aimé pouvoir appeler quelqu'un à l'aide, n'importe qui. Mais je n'avais personne ici, et je n'avais aucun espoir quant à pouvoir passer un coup de fil. Toute la fatigue était en train de me tomber dessus, plus je pensais à ce qui venait de se passer, plus je sentais mon esprit papillonner et me demander grâce. Je ne pouvais pas lui offrir ce qu'il désirait, pourtant, je ne pouvais pas m'offrir ce que je voulais. L'heure n'était clairement pas au repos, je comptais profiter du plus de temps possible pour obtenir des informations sur l'organisation, sur tout ce qui m'entourait. Certaines personnes jusque là ont bien essayé de me faire comprendre que les informations étaient à sens unique ici, je devais me livrer sans que jamais personne ne m'explique quoi que ce soit. J'avais donc décidé de mener ma petite enquête, apprendre le plus de trucs possibles sans éveiller les soupçons.
Bientôt, j'appelais Cheshire à mes côtés, j'avais besoin de lui pour me calmer, pour faire le point. Je commençais à être beaucoup trop stressé. Des hauts le coeur était en train de serrer mon ventre et ma gorge. J'avais du mal à respirer. Les ronronnements de Cheshire étaient en train de m'apaiser, j'essayais un maximum de caler mon attention et ma respiration sur les ronronnements du félin. Il était le seul repère que j'avais dans ces couloirs trop sombres à mon goût. " Entre son pelage et... Et puis, tes Pokémon hier, enfin... Ils tiennent quand même bien, ça se voit que tu les entraînes beaucoup ! " J'arquais un sourcil intrigué vers Elliot, peut être allait-il croire que je le faisais exprès, mais je ne voyais vraiment pas ce qu'il sous-entendait. Je ne savais pas comment je pouvais lui faire comprendre tout cela. Je n'avais jamais réellement fait attention à l'entraînement de mes pkmns, je préférais de loin leur faire vivre une vie tranquille, avec moi, sans trop de débordement. Jusqu'à hier soir, bien sûr. Je cherchais mes mots alors que mon homologue aux cheveux de jais se penchait au dessus de la petite silhouette de mon félin. " Je... euh. C'est à dire que la plupart des pkmns que je possède n'ont pas réellement été entraînés par moi. Je ne suis juste qu'un libraire, à la base, j'ai jamais vraiment fait de combats pkmns. J'ai juste quelques réflexes qui ne m'appartiennent pas réellement. " J'essayais de lui donner toutes les clés pour me croire sans pour autant dévoiler trop de choses sur moi. Je préférais garder mon amnésie secrète, tant que je ne pouvais pas leur faire réellement confiance. Je le regardais droit dans les yeux, en espérant qu'il allait accepter de me croire.

Nous avons continué à parler, avec Elliot, pendant plusieurs longues minutes. Il s'ouvrait petit à petit à moi, essayant de me rassurer et de me réconforter. Il faisait en sorte que je ne sois pas trop perdu dans cette organisation, que je ne sois pas à me poser des millions de questions sur les activités du groupe. Je suppose qu'il gagnait autant à m'expliquer tout cela que moi à l'entendre. Je n'aurais clairement pas pu servir à grand chose si je n'avais pas été au courant de l'activité première de tout cela. Je sentais que mon interlocuteur essayait d'être le plus clair possible, pour que je puisse comprendre les choses qu'il essayait de m'expliquer. Pourtant, je ne pouvais nier la vérité, Elliot n'avait pas l'air particulièrement à l'aise et doué avec toutes ces explications. Malgré tout, j'arrivais à comprendre et à esquisser les choses pour lesquelles l'organisation avait été créé. En de nombreux points, tout cela avait l'air de ressembler à Natural, du moins c'était la réflexion que j'étais en train de me faire. Je devais sans doute avoir tord, les fonds déployés par ce groupe là avaient l'air bien plus importants que ceux que j'avais pu voir à l'oeuvre chez Natural. " Mais... Comment vous faîtes pour que tout cela soit... pas légal, mais au moins pas totalement illégal. Quels types de protection vous pouvez avoir ? " La question donnait peut-être l'impression que j'étais le dernier des pleutres, et c'était peut-être en partie vraie, mais je venais d'échapper à une mort certaine, cette nuit. Je n'avais pas particulière envie de revivre ça, de devoir faire en sorte de fuir la faucheuse tous les jours de ma putain d'existence. Et puis, si je devais faire partie du groupe, il me fallait bien quelques informations sur comment allait se dérouler mon futur. " Et du coup, SHARP, c'est ça le nom de "notre" équipe ? Finalement, c'est assez proche de Natural. J'ai le droit de demander combien de membres nous sommes ? " J'avançais doucement dans la discussion, je ne savais pas jusqu'où j'avais le droit d'en savoir.
La sensation de prononcer les mots "notre équipe" m'était resté en travers de la gorge. J'essayais de faire un maximum d'efforts, de ne pas m'écrouler. Je ne savais même pas si j'avais le droit de dire cela, de dire "notre équipe" alors que de nombreux membres ne devaient pas me considérer comme un allié, d'une quelconque manière. " Je euh... ne sais pas... Il y a des chances... " Je me trouvais honteux d'être en train de dire à Elliot que j'allais potentiellement avoir du mal à dormir seul. J'avais l'impression d'être un gamin de cinq ans devant ses parents. Il avait dû sentir toute la gêne qui m'avait enveloppée, puisqu'il venait de changer de sujet et de m'amener vers le bureau où j'allais devoir signer toute une série de papiers. Le changement d'atmosphère était presque étrange, une personne que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam m'attendait avec toute une série de papiers. Il était souriant, avait l'air de vouloir m'intégrer avec une facilité déconcertante. Je perdais tous mes moyens devant lui. Je ne savais pas comment réagir, alors je souriais doucement, presque tremblotant. Je devais ressembler à une sorte d'agneau perdu. " Je euh... Bonjour. " Nous nous occupions à remplir le plus vite possible les papiers, je ne faisais pas réellement attention à toutes les petites conditions. Je me disais que cela ne servait à rien, finalement, ce n'est pas comme si j'avais réellement le choix, de toute manière. " Le nom ? euh... Ca va si je vous donne le droit de m'en choisir un ? J'ai pas réellement d'idées. " Et je n'avais pas non plus réellement la tête à ça. Alors, je leur donnais le droit de me trouver un nom. Et puis, de toute manière, ils avaient les comparatifs avec les autres membres, eux. Je ne savais pas si je devais choisir un véritable prénom, un pseudonyme ou quoi que ce soit...

Cela faisait plusieurs jours que j'étais devenu un membre de la base, je vivais et évoluais comme tous les autres. J'avais fini par faire parti de leur système, être un morceau de ce corps humain qui me dépassait. Je n'avais pas réellement grand chose à faire, on m'avait surtout donné pour ordre de m'accoutumé à la base, de m'y faire. J'avais surtout l'impression que l'ordre derrière tout ça était de me faire à ma nouvelle condition de membre captif de l'organisation. Je ne pouvais pas dire que j'étais de nouveau sur pieds. La plupart de mes nuits étaient chaotiques, j'avais beaucoup de mal à fermer l'oeil, chaque fois je voyais les événements horribles desquelles j'avais été témoin plusieurs jours auparavant. Mon corps était lourd, fatigué. Pourtant, j'avais l'impression que je commençais à développer certains liens avec d'autres membres. Elliot était aux petits soins avec moi, à toujours essayé de m'aider. Parfois, je commençais même à me sentir à ma place dans cette petite fourmilière. Mais tout cela n'expliquait pas pourquoi j'étais de retour au point de départ. J'étais énervé, j'avais envie d'hurler, de m'époumoner. Je n'aurais pas dû leur faire confiance, je leur ai peut être donné trop vite ma confiance. J'étais de nouveau sur une chaise, les yeux bandés. Je retrouvais cette sensation de cécité désagréable. Ils avaient besoin de me tester à nouveau ? Tous ces beaux discours qu'ils m'avaient fait le premier jour, celui de mon arrivée, tout cela était faux ? C'était des conneries ?
La porte s'ouvrait, je l'entendais clairement, distinctement. Je ne savais pourtant pas qui se trouvait en face de moi, était-ce quelqu'un que j'avais déjà rencontré ? Léon peut être, avait-il aussi mal pris mes réponses qu'il s'amusait à me torturer ? J'en venais à croire qu'ils étaient revenus sur leur décision et que je ne pouvais continuer à vivre. " Désolé que l'on se rencontre toujours dans ce genre de situations. Je suis Blade. " Cette voix, je savais qui il était. J'aurai pu la reconnaître entre mille. Il était la silhouette qui m'avait défié dans la forêt. Toujours les mêmes conditions, la cécité. Qu'est-ce que je devais comprendre de tout cela ? Pourquoi est-ce que cette personne refusait catégoriquement que je la vois ? " Enchanté. Si je peux dire cela comme ça. Je... Vous allez me faire disparaître, c'est ça ? " Tous mes muscles étaient tendus, prêt à bondir. J'avais décidé de ne pas me laisser faire.


Stuff.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 31/08/2013
Messages : 5611

Lun 13 Fév - 23:21
Elliot essayait de paraître le plus serein possible face à un Nooa qui semblait toujours anxieux. Il fallait le rassurer, mais même le jeune homme ne savait pas vraiment ce qui l'attendait. Il n'osait pas non plus trop s'avancer de peur de sortir des vérités qui n'en seraient pas. C'était compliqué à gérer pour lui, très compliqué. Ce n'était pas tant qu'il était mauvais sous la pression mais simplement qu'il n'était probablement pas fait pour ça. Il avait déjà du mal à rester concentré de manière optimale quand des missions périlleuses se présentaient à lui, mais là c'était une autre difficulté : il devait gérer quelqu'un qu'il considérait comme un ami, ou tout de moins un allié dans lequel il se reconnaissait beaucoup. Le jeune homme avait donc à cœur de l'accompagner jusqu'au bout, sans pour autant lui donner de fausses joies.
En fait, Elliot avait d'ailleurs plutôt l'impression de n'être qu'un annonciateur de mauvaises nouvelles et l'état d'esprit d'Nooa réagissait visiblement mal à tout cela. Malheureusement, Elliot n'avait aucune visibilité pour dire ce qui allait advenir de son acolyte du moment, Leon était très secret par rapport à cela et Blade n'était pas plus prolixe. Dans le même temps, il ne le croisait pas autant qu'avant. Avant, Shadow's Path semblait une grande fourmilière où tout le monde se parlait sans problème, mais les temps avaient changé.

Enfin, pour tenter de faire passer le temps de la manière la plus agréable possible, Elliot essayait de faire plus connaissance, lui parlant de ses Pokémon de manière naturelle, ne s'attendant pas vraiment à ce que cela fut un problème pour Nooa. Le jeune agent de SP se rendait alors de plus en plus compte que le blond était très complexe et que cela ne s'arrêtait pas à cette mission échouée de Natural. Son mal-être, qu'Elliot pensait être seulement vécu à présent du fait d'être enfermé dans la base suite à sa capture était donc bien plus profond qu'il ne l'aurait cru. C'était d'autant plus délicat car il ne savait pas exactement comment il devait le gérer.
    « Oh, euh, je vois. »
Il ne voyait pas du tout en fait, mais c'était la pirouette qu'il avait trouvé pour se dépêtrer de cette conversation qui n'allaient pas les mener à grand chose. C'était déjà assez dur comme ça alors il n'allait pas en plus le mettre dans une mauvaise posture à cause de questions qui se voulaient parfaitement anodines. Alors il était passé à autre chose. Il n'avait pas laissé la conversation s'interrompre, mais avait préféré reprendre ses explications sur la base pour que Nooa pusse prendre un peu plus connaissance du monde qui était maintenant le sien. C'était toujours difficile de tenter de lui faire comprendre ce qui se passait sans pouvoir trop lui raconter. La question un peu piège arriva.
    « C'est... Compliqué. En fait, une partie du groupe est financée par des mécènes ici et là et l'action menée est toujours discrète et étouffée alors... Nous n'avons jamais réellement eu de problème... Mais SHARP fait vraiment bien les choses ! Enfin... Je ne dis pas que c'est toujours très légal, mais c'est vraiment pour le mieux. »
Il bredouillait un peu, mais il voulait vraiment lui faire entendre ce qu'il ressentait pour cette équipe.
    « Oui c'est ça ! C'est notre équipe, la meilleure ! »
Le jeune homme était réellement enthousiaste à cette idée, Nooa dans l'équipe, ce serait vraiment super, et a priori, c'était ce qui allait se passer, enfin, peut-être. Il en avait trop dit ? Il ne le savait pas et c'était de toute façon trop tard pour faire marche arrière.
    « En tout cas, ne dis pas à Leon que c'est comme Natural, il prendrait ça mal, haha ! »
C'était un trait d'humour que le blond n'allait peut-être pas comprendre, en fait, le jeune homme fit alors un petit sourire gêné pendant que l'installation continuait et Elliot prenait note de tout ce qu'il se passait pour Nooa. L'angoisse de ce dernier ne semblait pas diminuer et cela inquiétait grandement le brun.
    « Je comprends, t'inquiètes. »
La suite de la visite amenait à Mike, qui était là pour faire les faux papiers de Nooa. Pour le brun, c'était vraiment un moment de détente et d'amusement, qui intégrait aussi l'idée que Nooa faisait maintenant partie de SP, mais malheureusement, cela n'eût pas du tout l'effet attendu sur le blond qui resta toujours aussi renfermé, interloquant Mike.
    « Euh, bah nan. C'est nul ça mec. »
Mike restait toujours aussi simple face aux inconnus. Pour lui, Nooa avait l'air tout simplement cool et ça lui suffisait pour l'intégrer d'emblée dans l'équipe. D'autant qu'il n'était pas sans savoir que Blade allait probablement le prendre sous son aile, donc il allait probablement devenir un collègue très présent, il fallait briser la glace rapidement.
    « Hm... Sinon t'y réfléchis puis tu reviens me voir plus tard ? Ça va pas non plus me prendre un max de temps, mais j'préfère que ce soit toi qui choisisses, ok ? »
Elliot était reconnaissant envers Mike, cela se voyait que Nooa n'était pas dans de bonnes dispositions pour prendre ce genre de décisions, alors il valait mieux ne pas le brusquer plutôt qu'il choisît un nom qui finalement ne lui plairait pas.
    « C'est pas grave Nooa. Tu lui diras quand tu seras prêt, mais au moins... »
Le brun sortit son porte-feuille de sa poche et l'ouvrit pour montrer ses propres papiers à son ami.
    « On dirait des vrais, t'as vu ?! »
Il avait un petit sourire, essayant de vouloir détendre l'atmosphère.
    « Bah évidemment, je fais un travail exceptionnel ! »
Mike fit un clin d’œil à Nooa, il voulait lui faire comprendre l'ambiance qui régnait ici, ce n'était pas sûr que le blond pusse tout de suite l'intégrer, mais il y avait un début à tout.


Et maintenant, c'était Arthur qui était mis face au jeune homme. Enfin, face, ils se retrouvaient de nouveau dans cette situation où l'un comme l'autre ne pouvaient pas se voir. Cela avait un côté ridicule, mais heureusement, la vision que Mike lui avait fabriqué lui permettait de percevoir la table avec la chaise qu'il put tirer pour s'asseoir en face de lui. Il essaya d'être le plus simple possible en se présentant, même si cela ne devait pas dire grand chose à Nooa, à part le transformer à nouveau en menace. La réponse de Nooa ne se fit pas attendre, déstabilisant un instant le Maître de la Ligue qui se tourna vers la vitre teintée, grimaçant à l'adresse de Leon. Son ami était autant un ange gardien pour lui qu'il pouvait se montrer comme un démon pour les autres.
    « Non, je n'ai aucune intention de vous faire disparaître. »
Comment lui faire comprendre qu'il était un allié à présent ? Il prit soin de choisir ses mots, réfléchissant avant de poser sa question.
    « Je sais qu'on vous l'a déjà posée, mais est-ce que vous pouvez me dire très franchement quelles étaient vos motivations pour rejoindre Natural ? »
Il n'avait qu'une envie, lui dire de retirer ces bandes qui l'empêchaient de voir, il avait l'impression d'être un imposteur dans le rôle de celui qui interroge, qui met la pression. Seulement, il savait que c'était hors des règles de SP, règles qu'il avait déjà plusieurs fois outrepassées.
    « Je sais également qu'Elliot vous a fait un peu visiter la base et vous a vaguement expliqué comment fonctionne l'organisation à laquelle nous appartenons... Cela vous conviendrait de faire partie de notre groupe ? »
Le Maître de la Ligue n'avait plus qu'à attendre ses réponses, il ne pouvait pas le diriger sans avoir de remontrances de la part de Leon mais dans le même temps il espérait que son interlocuteur donnerait les bonnes réponses pour pouvoir intégrer son équipe sans plus de problèmes ni de questionnements.
Finalement, mettre son identité et donc sa vie en danger ne faisait pas peur à Arthur, il voyait bien qu'entre eux deux, celui qui craignait le plus pour sa vie était bel et bien celui qu'il interrogeait. La cécité ne devait d'ailleurs pas aider.



Such accounts, so RP, wow.:
 

MiniArthur par Etsuko Michiyo. King Arthur à poney à corne par Hypolitte Nills. ♥️
Stuff.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 20/09/2013
Messages : 1530

Ven 3 Mar - 1:50
J'entendais ce souffle emplir la pièce de toute sa puissance, j'étais incapable de voir quoi que ce soit, pourtant je savais qu'il était là. Le même souffle que celui que j'avais entendu dans la forêt, le même souffle qui m'a terrifié. Nous étions tous les deux, certainement l'un face à l'autre. J'étais incapable de voir. La seule sensation que je pouvais ressentir était ce sentiment de peur qui vrombissait en moi. Je n'arrivais pas à composer avec le fait d'avoir perdu un sens, surtout un aussi essentiel que celui de la vue. Comment diantre les gens pouvaient-ils vivre sans cela ? La peur qui s'éclatait contre les parois de mon estomac me donnaient des envies de vomir. J'avais l'impression d'être dépossédé de tous mes moyens, de n'être qu'une ombre. L'ombre de moi même. Cette peur alimentait une flamme, la flamme de la haine. J'étais énervé. Je n'avais envie que d'une chose, quitter cette pièce, quitter ces gens dont je ne pouvais avoir confiance. J'avais envie de sauter à la gorge de cette personne dont le souffle me terrifiait. Je sentais le sang pulser dans toutes les veines de mon corps, je sentais mon coeur se contracter au rythme de mes pensées, je sentais mon corps trembler à chaque respiration. Jamais je n'avais été aussi vivant, du moins, jamais je n'avais eu autant conscience de l'être, autant conscience de mon être. J'étais dépossédé de tous mes moyens, de tous mes amis, aucune pkball n'était présente à portée de main. Cette fois-ci, je n'avais pas même le droit de riposter aux attaques qui me seraient faites. Je devais juste attendre, dans le noir, en face de rien d'autre qu'une respiration. Je n'avais aucune information sur qui était en face de moi. Je savais que c'était un homme. Il faisait sans aucun doute parti de l'organisation, mais pourquoi avait-il droit à un traitement différent de tous les autres ? Je n'en avais aucune idée. Peut-être était-il un chef de l'organisation ? J'en doutais fortement, pourquoi est-ce qu'un haut rang de l'organisation, si même il y en avait, serait là, en face de moi ? Et en dehors de ça, je voyais très mal l'organisation envoyer les têtes pensantes du groupuscule directement sur le terrain. Je déversais mon venin dans mes paroles, même si ces dernières trahissaient ma crainte, le ton sur lequel elles étaient données démontrait de façon flagrante la haine qui pulsait dernière chacune de mes intonations.
" Non, je n'ai aucune intention de vous faire disparaître. " Comme pouvais-je croire ces mots ? Chaque fois que j'avais désiré croire en l'organisation, donner un semblant de confiance dans leurs mots, je me retrouvais le dos au mur. Souvent cela était de la même manière d'ailleurs, les yeux bandés, privé de ma vue. Finalement, j'étais en train de me demander si ce n'était pas cette personne, en face de moi, en qui je ne devais pas avoir la moindre confiance. J'étais emprisonné en cette pièce, sur cette chaise. " Le fait que je sois attaché à cette chaise n'est pas très raccord avec vos dires. " J'essayais de montrer que je n'avais pas réellement la liberté de mes actions, que pour commencer à les croire et à vraiment écouter leurs paroles, me ligoter à une chaise n'était pas la meilleure chose à faire. Je soupirais, essayant de faire partir toutes forme de peur et d'angoisse avec cette expiration.

" Je sais qu'on vous l'a déjà posée, mais est-ce que vous pouvez me dire très franchement quelles étaient vos motivations pour rejoindre Natural ? " Je respirais doucement, écoutant les paroles de la personne qui me parlait. Etrangement, je ne sentais aucune animosité. Pire que cela, même, j'avais l'impression d'entendre certaines intonations d'Elliot dans sa voix. Je savais que ce n'était pas lui, il n'avait clairement pas la même voix, ni même la même présence. Mais ils devaient se connaître, se côtoyer souvent, leurs intonations étaient trop similaires. C'était étonnant tout ce que je pouvais engranger comme informations avec mes yeux bandés. Je me concentrais bien plus sur les sons que je ne l'avais jamais fait. Quelque part, j'avais l'impression d'apprendre de nouvelles choses sur moi, sur qui j'avais pu être avant. Si j'étais en colère, si j'avais peur, il y avait une part de moi qui restait étrangement sereine et qui écoutait chacune des paroles que l'on me donnait. Comme si une part de moi pensait que tout cela pourrait se résoudre par une simple discussion. Je souriais avant de répondre, peut-être était-ce tout simplement pour le provoquer. " Aider les pkmns, je suppose. Après tout, je les comprends bien mieux que les humains. Je voulais défendre ceux qui ne peuvent le faire d'eux-même. Même si, visiblement, je fais parti de cette catégorie de personnes. " Après tout, c'était eux qui étaient le plus présent à mon réveil. Et puis, je suppose que j'avais aussi envie de me sentir vivant, de faire quelque chose de ma vie, de ne pas juste être cette personne qui ne sait rien de lui et qui ne sait rien du monde. Il ne fallait pas croire que je n'aimais pas les humains, au contraire. Seulement, je savais que pour la plupart, eux, avaient des moyens de se défendre de façon très convaincante.
" Je sais également qu'Elliot vous a fait un peu visiter la base et vous a vaguement expliqué comment fonctionne l'organisation à laquelle nous appartenons... Cela vous conviendrait de faire partie de notre groupe ? " Je n'avais pas été mis au courant que j'avais le choix du contraire. Il me semblait même qu'on avait été plutôt clair avec moi, j'étais maintenant un membre de Shadow's Path, point. Alors, je haussais les épaules, après tout, qu'est ce que j'avais à perdre ? J'avais appris à apprécier certains membres de l'organisation durant mon séjour chez eux. Et puis, si ils m'avaient dit vrai, je partageais leurs idéaux. Une seule chose me chiffonnait encore, c'était cette absence de confiance qu'ils me portaient, qu'ils me forçaient, même. Je n'étais qu'un pantin dans leurs mains. Et c'était, à mes yeux, un véritable problème. Soudain, mon corps se tord dans un soubresaut, dans le groupe ? Ils parlaient de cette section de Shadow's path. J'avais l'existence de quelques personnes du groupe, celles avec qui j'avais pu former des liens plus étroits, pourtant, il semblait également que c'était dans ce groupe que j'avais à faire aux personnes qui croyaient le moins en moi. " Je... Si être dans votre groupe signifie devoir porter constamment un bandeau et être entouré de secrets, je ne puis dire... " Je soupirais un instant, essayant de remettre en ordre les émotions qui se claquaient contre le squelette de mon crâne. " ...mais je suppose que je vais faire confiance à la seule personne qui m'a accordé toute la sienne. Je vais croire en Elliot. Et si faire parti de son groupe signifie cela, ce n'est pas grave. "


Stuff.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 31/08/2013
Messages : 5611

Dim 23 Avr - 3:55
Arthur avait essayé de le mettre à l'aise, de le rassurer... Comme si l'on pouvait réellement rassurer quelqu'un attaché à une chaise, yeux bandés devant soi. La seule façon qui pouvait vraiment lui permettre de lui faire entendre qu'il était bien avec lui était probablement de lui donner des pistes vis-à-vis de sa fonction au sein du groupe. Ainsi avait-il décidé de réellement prendre en compte sa position de recruteur, il devait poser des questions assez pertinentes pour obtenir les réponses dont il avait besoin. Il fallait être assez concis pour éviter de le garder trop longtemps dans cette situation. Arthur ne connaissait pas l'homme en face de lui, en temps normal, il aurait absolument évité d'être mêlé à un tel inconnu. Il savait bien que c'était une manigance de Leon pour lui faire un nouvel allié, lui faire penser à autre chose et surtout pas aux derniers événements qu'il avait vécu. Il n'était pas sûr que le jeune homme en face de lui serait pour tout cela, mais il savait aussi que c'était un des seuls moyens pour le protéger. Après le fiasco de Natural, il risquait d'être remarqué par d'autres et de se faire attaquer à tout moment pour des informations qu'il pourrait garder.
Pour le moment, Arthur n'en était pas là. Lui n'avait simplement pas envie d'accueillir dans son équipe un disciple qui ne suivrait pas ses idées, si Nooa devait être inclus dans l'équipe SHARP, ce devrait être avant tout parce qu'il correspondrait à la vision qu'ils avaient. Les différentes équipes de Shadow's Path ne fonctionnaient pas de la même façon, avec les mêmes objectif. La vision globale restait la même, mais les personnalités différaient un peu trop pour toutes fonctionner ensemble.
La première réponse sonnait juste, comment pouvait-il le croire ? Ce n'était pas quelque chose sur quoi le Maître de la Ligue pouvait s'attarder. Il devait le croire, tout simplement.
    « Je vous demande de me faire confiance pour le moment. »
Il enchaîna sans laisser à son captif du moment le loisir de répondre. Il voulait se faire un avis sur le jeune homme de lui-même, entendre, malgré l'angoisse qu'il devait vivre à l'instant, quelles étaient ses motivations réelles. Il était à Natural, de base, il devait être une personne relativement bonne, mais cela n'empêchait pas que son caractère pourrait ne pas correspondre. Il pourrait être un des ces simples naturalistes qui vivaient pour leur cause sans réfléchir aux conséquences de leurs actes. Si la dernière mission les avaient amenés à la ruine, ce n'était pas sans raison.
    « Vous n'êtes pas entièrement responsable de ce qui vous arrive. »
Il ne disait pas spécialement ça pour le rassurer ou le mettre à l'aise, plus simplement parce que c'était vrai, de sa petite personne, il n'avait pas pu gérer ce qui s'était passé. Il n'était pas parmi ceux qui prenaient les décisions, il n'était pas responsable et encore moins coupable. Arthur se disait que cette tragi-comédie avait assez duré, cela ne servait à rien de l'attacher, de lui bander ainsi les yeux. Il avait déjà réfléchi, il s'était longuement entretenu avec Elliot, le seul à connaître – même si c'était plus de nom (ce qui restait plutôt ironique, quand Mike se trouvait incapable de le retrouver grâce à cela) –, Nooa. Et il fallait avouer que jusqu'ici le jeune homme n'avait que du bien à dire sur la possible nouvelle recrue.
Cela avait aidé Arthur dans son choix, il avait confiance en Elliot pour discerner le bon du mauvais. Il avait d'ailleurs décidé de préciser qu'il était en lien avec lui. Après tout, cela ne pourrait que rassurer le jeune homme de savoir que d'une certaine façon, Arthur était aussi de son côté. Même si c'était toujours quand il était face à lui qu'il se retrouvait dans une situation aussi désagréable. Il devait donc légitimement commencer à se méfier de lui.
    « Merci pour votre confiance et... non, je suis désolé d'avoir dû vous faire subir cela jusqu'ici. »
Arthur tourna la tête vers la vitre teintée qui ne servait clairement à rien dans cette situation et fit signe à Leon, espérant fortement ne pas avoir l'air idiot si ce n'était pas son ami qui se trouvait derrière.
    « Nous allons pouvoir vous retirer tout cela, vous m'excuserez de ne pas le faire moi-même. »
Et au moment où ces paroles étaient prononcées, Leon avait fait irruption dans la pièce. Arthur reconnaissait le bruit de chacun de ses pas, même quand ils étaient plus lents. Il entreprit de détacher Nooa, avant de lancer, laconique :
    « Bienvenue chez les SHARP. »
Leon retira également son bandeau, avant de retourner derrière Arthur, laissant le jeune homme reprendre possession de ses mouvements et de sa vue. Le Maître de la Ligue savait pertinemment que son ami était resté derrière lui pour se délecter du visage du jeune homme lorsque celui-ci reconnaîtrait la personne face à lui.
Arthur, au contraire, n'était jamais sûr d'être parfaitement reconnaissable, ni même connu. Après tout, il se fichait bien de ce que l'on pouvait penser de lui et de cette célébrité qui l'entourait, d'une part par son héritage, d'autre part par son métier actuel.
    « Nous vous avons bandé les yeux jusqu'ici pour que vous n’ayez pas de moyen de me reconnaître. Ma présence ici doit rester secrète. En tout cas... À partir d'aujourd'hui je me chargerai de votre formation dans l'équipe SHARP de Shadow's Path. Je veillerai sur vous et votre sécurité et nous ferons vos premières missions ensemble. »
Arthur avait beau essayer de se concentrer, il ne parvenait pas à distinguer les émotions sur le visage de son nouveau disciple.
    « Enfin... Si vous avez des questions, c'est le moment, sinon... Je suppose que vous allez avoir besoin d'un peu de temps pour vous faire à tout cela. Mais, à partir de maintenant, considérez-vous comme étant libre et.. sous ma protection. »
Il ne pouvait pas se permettre de le laisser dans le doute, alors autant lui dire tout de suite. Leon se rapprocha à nouveau, posant la main sur l'épaule de son ami.
    « Bien sûr, comme tout membre de l'organisation, il vous faudra suivre certaines règles assez strictes mais simples, la première étant de ne jamais parler de tout cela. »
Arthur connaissait bien les autres règles, notamment celle de devoir recevoir une puce GPS. La liberté était ainsi toute relative, mais c'était aussi un moyen de ne pas perdre d'agent... La plupart du temps.
Il y aurait encore bien des choses à expliquer à Nooa, mais pour le moment, Arthur ne tenait pas à le garder des heures dans cette pièce étroite. Et puis, il préférait de loin écouter ses questions en premier lieu.



Such accounts, so RP, wow.:
 

MiniArthur par Etsuko Michiyo. King Arthur à poney à corne par Hypolitte Nills. ♥️
Stuff.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 20/09/2013
Messages : 1530

Dim 6 Mai - 23:31
Faire partie d’un groupe, était-ce vraiment là ce que je voulais ? Je n’en savais rien, le dernier en date n’avait visiblement eu de cesse de me montrer que je n’avais pas ma place dans ce monde. J’étais loin du calme de Pacifiville, loin de tout ce que j’avais toujours connu. Je me retrouvais là, dans une pièce inconnue, face à une personne encore plus inconnue que ce lieu. Je n’avais eu aucun véritable droit de savoir ce que voulait cette organisation, ni ce qu’elle faisait. Tout ce que j’avais pu comprendre c’est que les membres étaient secrets, que les activités étaient secrètes, que les moyens de faire ces activités secrètes étaient eux aussi secrets. Et je me retrouvais là, dans cette pièce, face à une voix, puisqu’il n’était que cela en cet instant, qui me demandait si j’étais prêt à lui faire confiance, à rejoindre son groupe. Pour une raison encore plus obscure, je m’étais laissé entendre dire que j’allais faire confiance à Elliot, aux idéaux qu’il défendait. Certes, il était la figure en qui je faisais le plus confiance ici-bas, mais il n’empêche que je n’avais aucune idée de qui il était réellement. Pourquoi faisais-je confiance ainsi en des gens qui n’avaient rien fait d’autre que m’enlever ? Peut-être avais-je envie de croire en eux, de croire qu’ils avaient avant tout essayés de me sauver de tout ce qui m’attendait si je restais là-bas, à fuir. Faire confiance à la voix, c’était ce qui m’était demandé, et si la peur grondait dans mes entrailles, si mon corps tremblait comme face aux plus grands froids, une part de moi acceptait, fermait les yeux sur sa situation, et était en train de donner une part de sa confiance à cette personne qui n’était pas même une silhouette à ce moment. Etait-ce les intonations proches de celle d’Elliot qui me faisaient faire confiance en cette voix, ou bien était-ce mon manque flagrant de confiance en moi que je cherchais à combler ? Qu’étais-je en train de faire ? Je n’en avais aucune idée, je ne savais pas dans quoi je m’embarquais, je n’avais pas la moindre idée d’avec quel type de personnes j’allais travailler, ni même encore ce que j’allais faire pour répondre à ces demandes de travaux. Ils m’avaient questionné sur mes idéaux, sur ce que je voulais défendre, pourtant jamais je n’avais eu de retour qui n’était pas celui de l’écho d’une neutralité absolue. Il me semblait que j’aurai pu répondre la pire des atrocités, à mes yeux, qu’ils auraient réagis de la même manière. Trouverais-je un moyen de m’enfuir, de m’échapper de tout ça le cas échéant, si ce en quoi ils croyaient était le contraire de mes pensées ? Je ne savais pas même totalement pourquoi j’avais rejoint Natural à ce moment-là, cela avait été une pulsion, comme ancrée au plus profond de mes tripes, comme si tout mon être voulait faire cela alors que je n’étais, finalement, que le libraire d’une petite ville perdue dans les mers. Qui étais-je avant tout cela ? Fus-je ce genre de personne à donner de sa personne pour défendre ses idéaux, pour défendre autrui ? Je n’en savais rien, pourtant, il fallait croire que tout ce qui était en train de m’arriver était comme de l’impulsion d’un autre moi, peut-être de cet ancien moi.
Ces pas, n’étaient pas ceux de la voix qui se dressait face à moi depuis plusieurs longues minutes. Ces pas accompagnaient les derniers dires de la voix, ils allaient donc enfin me faire retrouver ma vue, j’allais enfin pouvoir découvrir cette personne qui se dressait devant moi. J’entendais les pas s’approcher de plus en plus de moi, je dois avouer que cela était une expérience stressante. Je ne savais pas ce que j’allais découvrir, je ne savais pas exactement qui s’approchait de moi, cela faisait maintenant quelques temps que la seule chose que mes yeux percevaient était l’immensité ténébreuse. " Bienvenue chez les SHARP. " m’avait alors dit Léon, alors que mes yeux se fermaient naturellement face à toute cette lumière qui brûlait ma rétine. Une main tremblante se soulevait par-dessus de mes yeux, comme pour leur offrir une protection supplémentaire face à cette agression lumineuse. Bientôt la silhouette que l'on m'avait caché toutes ces heures durant devenait visible à mes yeux, la personne semblait assez grande, ses cheveux noirs jumelés avec ces lunettes lui donnait un côté presque sévère. Je ne pouvais nier qu'il en imposait, d'une certaine façon je me sentais bien plus petit que lui, alors même que si il me dépassait par la taille, ce n'était pas de beaucoup. La véritable question qui germait en ma tête à ce moment là était : Pourquoi ? Pourquoi diantre avais-je dû subir cet interrogatoire les yeux bandés, pourquoi avais-je dû me battre contre lui sans pouvoir voir la moindre chose ? Etait-ce un test pour que j'apprenne à vivre ce que lui même devait combattre au quotidien ? Pourtant, je me demandais réellement si, parce qu'un de leur membre, peut-être le chef de groupe, était aveugle, cela valait le coup de faire une telle mise en scène. Une partie de moi en venait à espérer qu'aucun des membres n'avait de membres en moins, je ne me sentais absolument pas d'expérimenter une perte de jambes ou de bras.

" Je... Je sais bien que Elliot m'a en parti expliqué les tenants et aboutissants de ce que vous faites ici, à Shadow's Path, mais clairement il n'a pas pu expliquer grand chose. Ce que je suppose être en lien avec le fait d'être secrets. " Je regardais la personne, jetant de temps en temps des coups d'oeils à Leon, même si je voyais clairement que ce dernier scrutait quelque chose sur mon visage. Je ne comprenais pas nécessairement ce qui était en train de se passer, mais je ne pouvais pas dire que j'avais compris beaucoup de choses depuis que j'étais arrivé ici. " Vous ne toucherez pas à mes pkmns, et j'aurai le droit de les garder, n'est-ce-pas ? " Je savais que je n'étais pas spécialement en place de négocier quoi que ce soit, pourtant, il était clair que mes pkmns ne bougeraient pas de l'endroit où ils étaient actuellement. Je refusais de me départir de ces créatures, même si cela signifiait me placer dans une situation qui allait m'être préjudiciable.


Stuff.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 31/08/2013
Messages : 5611

Dim 13 Mai - 13:56
Arthur était mal à l'aise. Il n'avait pas franchement l'habitude de ce genre de situation. Capturer quelqu'un pour le faire intégrer l'équipe, c'était quand même particulier, même pour Shadow's Path. L'aveugle espérait qu'il n'y aurait donc pas d'autres surprises, car c'était quand même déjà beaucoup d'engagements pour lui. Le jeune homme en face de lui avait l'air plutôt réceptif, Arthur lui-même ne savait pas comment il aurait réagi à sa place. Probablement aurait-il essayé de se débattre, mais c'était une situation inédite et à la base, s'il n'y avait pas eu le problème de Natural, tout ceci ne serait jamais arrivé. Une chose en avait entraîné une autre et maintenant ils n'avaient plus le choix : Nooa devait intégrer l'équipe.
Devant ses réponses, Arthur avait décidé de le prendre sous son aile. Il ne savait pas exactement dans quoi il s'embarquait avec lui à ses côtés, mais c'était maintenant ainsi que les choses allaient se dérouler. Leon détacha les bandes qui recouvraient les yeux de Nooa en lui souhaitant la bienvenue dans l'équipe. C'était assez solennel pour l'aveugle, puisque cela voulait dire qu'à partir de ce moment, il allait faire partie intégrante de leur vie.
Et au moment où Arthur comme Leon s'attendaient à une exclamation de la part du jeune homme, il n'en fut rien. Il semblait juste tout aussi perdu, la voix et les mouvements hésitants. C'était un peu désarçonnant, mais au moins, Arthur avait l'impression de pouvoir souffler et se comporter un peu plus normalement avec lui. À vrai dire, il avait presque envie de rire lorsque Nooa parla du fait d'être secrets. Il se sentait un peu idiot en fait. Leon, de son côté, n'en pouvait plus. Il avait envie d'aller sortir une brochure de la Ligue, mais finalement, c'était aussi plus facile pour lui de gérer les choses de cette façon.
    « Si nous avons dû vous bander les yeux, c'était notamment pour que vous ne découvriez pas mon identité sans que l'on sache si vous vous alliez intégrer notre équipe ou non. »
C'était un peu bizarre à expliquer de cette manière en sachant qu'il n'avait visiblement aucune idée de qui Arthur était réellement. Cela brûlait les lèvres de Leon de lui annoncer qui il avait en face de lui. Il garda cependant le silence en se disant qu'il valait tout de même mieux le laisser dans l'ignorance pour le moment.
    « Bien sûr, ils sont à vous, ne vous en faites pas pour ça, vous faites justement partie de l'équipe maintenant. Notre but est la sauvegarde des Pokémon et de l'environnement, nous n'aurions aucun intérêt à leur faire du mal. »
Arthur ne savait pas si Nooa allait pouvoir le croire maintenant et dans un sens, cela l'ennuyait à présent que le jeune homme ne l'eut pas reconnu, car cela aurait pu aider à leur donner un peu plus de crédibilité.
    « Nous devions garder le secret parce que comme pour Natural, nous avons des opérations qui sont interdites par la loi, mais cela ne veut pas dire que nous faisons des mauvais choses, à notre sens, nous faisons le bien. Et ces opérations peuvent aller de s'attaquer à une multinationale ou à des équipes de sbires. C'est très changeant selon le moment. Nous réalisons certaines missions de nous-mêmes, en consultant les informations de Mike ou Leon, mais il y a aussi des opérations que l'on reçoit de plus haut et qui sont souvent les plus dangereuses. »
C'était terrible de devoir se justifier de cette manière, mais l'aveugle ne voulait pas que Nooa fusse encore mal à l'aise pendant si longtemps. Le but était qu'il fut satisfait d'intégrer leur organisation et que cela fut simplement un mauvais souvenir lié au démantèlement de Natural.
    « Tu peux dire à Elliot de venir ? »
Leon s'esquiva un instant, le jeune homme n'était pas loin, il attendait de savoir ce qu'il allait devenir de Nooa et ne parvenait pas à masquer son enthousiasme.
    « Bienvenue parmi nous ! Maintenant tu es officiellement dans l'équipe, je vais vraiment pouvoir tout te montrer. »
Arthur eut un sourire et Elliot essaya d'un coup de se mesurer un peu plus, évidemment, lui-même ne savait pas tout sur Shadow's Path, alors « tout » lui montrer, c'était un peu exagéré, mais tout de même, savoir qu'il avait pu le sauver et qu'il allait même être amené à travailler avec lui.
    « En plus, avec Blade comme tuteur, c'est sûr que ça va bien se passer. »
Elliot était en effet admiratif du parcours d'Arthur, même si sa cécité et l'accident en général l'avait rendu plus distant, il appréciait toujours passer du temps avec lui, considérant qu'il apprenait toujours à ses côtés. Arthur se dirigea vers la sortie, faisant signe aux autres de l'accompagner.
    « On peut sortir d'ici maintenant, la pièce est bien trop exiguë. »
Arthur devait retrouver sa fille, mais il ne se voyait pas le dire à Nooa et encore moins l'inviter à la Ligue de but en blanc. C'était sûrement aussi bien pour lui qu'il fut tranquille avec Elliot pour la suite de la journée.
    « Vous avez quartier libre, je vous retrouverai ce soir ou demain, désolé de vous abandonner comme ça.
    - Pas de souci ! »
Leon hocha la tête, leur planning était précis. Elliot de son côté semblait plutôt enthousiaste, se disant qu'il allait pouvoir continuer à discuter avec le nouveau membre de l'équipe. Le mieux serait sûrement pour eux de retrouver Mike pour parler de tout cela, notamment en lui racontant des anciennes missions pour qu'il eut le moyen de se faire à l'idée de leurs différentes activités.
    « Tu tiens le coup ou tu veux aller te reposer un peu ? »
Elliot couvait de nouveau Nooa, il ne le sentait pas très serein et souhaitait qu'il gardât la confiance qu'il avait en lui pour le moment.
Leon et Arthur quittèrent le bâtiment rapidement, c'était important pour lui de s'occuper d'Emma qui était restée chez ses parents pour l'occasion. Devant la réaction du jeune homme, il avait presque envie de la ramener au quartier, mais il ne pouvait pas encore faire confiance au nouveau venu, alors lui présenter une de ses faiblesses était absolument hors de question.
    « Hey, maintenant qu'on est seuls ? Tu as vu qui est Blade ? C'est pas trop génial de l'avoir parmi nous ? »
Elliot avait des étoiles dans les yeux, que l'une des personnes qu'il considérait comme un de ses proches pusse arriver à un tel niveau le subjuguait, il avait alors naturellement envie d'en parler à son nouvel ami, attendant sa réaction en sautillant sur place.



Such accounts, so RP, wow.:
 

MiniArthur par Etsuko Michiyo. King Arthur à poney à corne par Hypolitte Nills. ♥️
Stuff.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 2 sur 2) Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Hoenn - 3E G E N :: Vermilava-