AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» Ken Natsu ; décédé le 13 Septembre 2009


avatar
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 8741

Lun 19 Aoû - 18:26
Premier Personnage du Forum Master-Poke à rendre l'âme.
" Ken Natsu
17 Avril 2009 - 13 Septembre 2009
21 ans
Laisse dans le deuil Salamèche, connaissances & amis.
Paix à son âme. "
_________________________
Il est quinze heures trente sur l’horloge posé sur ce mur abimé. Elle se fait parfaitement entendre. Tic-tac, tic-tac. Le bruit est incessant et donne un petit côté frustrant dans cette pièce vide et sombre. L’humidité doit atteindre environ les soixante pourcent, il y fait un froid de canard. A l’odorat, la première impression donne que cette pièce-ci n’a jamais vu la lumière du jour. Tout est glauque, tout est moisi, tout est sale. Et pourtant, quelqu’un est à l’intérieur, ligoté et enfermé. La porte s’ouvre soudainement, la personne qui venait de l’ouvrir, l’avait fait dans surement dans un élan de colère vu qu’elle venait de taper contre le mur lâchant ainsi un bruit sec et sourd lorsqu’elle le toucha. On pouvait parfaitement distinguer au vu du bruit que celle-ci était en un vieux métal rouillé. L’homme descendit les escaliers laissant trainer quelque chose derrière lui. Un pas puis un autre et cet objet tombait marche par marche. A l’oreille, on ne pouvait pas vraiment savoir ce que c’était. La personne enfermé sentait que l’intrus approchait rapidement vers lui et sentait l’odeur épouvantable de l’alcool et de la cigarette encore chaude.

- Alors vermine ? Tu as une petite idée de qui on est ?

Ce même individu retira soudainement le masque au prisonnier qu’il avait sur la tête. Lorsqu’il ouvrit les yeux, un flash lumineux le rendu aveugle le temps de quelques minutes. Puis il senti arriver un coup dans la mâchoire, qui le fit tomber. S’en suivit aussi d’un coup de pied dans l’estomac. Il ne pouvait pas riposter car le pauvre était attaché à sa chaise, pieds et poings liés. La peur se ressentait maintenant sur son visage. Il savait qu’il ne pourrait rien faire face à ces brutes. L’heure était t’elle fini pour lui ?

Mais après quelques minutes de séquestration, une autre personne arriva. Au son de sa voix, il devait s’agir sans doute du chef. Celui qui avait commandité cet enlèvement.


- Content de vous voir ici, Mister Natsu !

________________

Le soleil était vraiment magnifique en ce mois de juillet. Tout le monde était en vacances et avait l’air de vraiment bien s’amuser. Ken était lui aussi très content de pouvoir voyager avec son Salamèche. Il essayait de faire plus ample connaissance en discutant énormément tout les deux. Le jeune dresseur arrivait à comprendre parfaitement ce que son petit lézard lui disait. Ils s’échangeaient quelques petites craintes ainsi que quelques rêves. Et ce qu’ils se rendirent compte, c’est qu’ils avaient justement les mêmes gouts et les mêmes rêves. Ken rêvait que son petit lézard devienne un magnifique Dracaufeu et qu’il puisse enfin voler sur son dos. Un peu comme celui de la jeune fille qu’il avait rencontré, répondant au doux nom de Tsuki. Il s’agissait également du même rêve que la petite torche sur pattes.

Alors qu’il était en direction d’Argenta, Ken décida de se reposer un peu dans le parc qui jonchait une petite ville proche. Il était vraiment très fleuri et possédait beaucoup d’arbres qui donnaient un peu d’ombres. Il y avait également un petit point d’eau très utile pour se rafraichir. Le dresseur aux cheveux rouges se posa sur une grande serviette et s’allongea. Tout le monde qui était présent ici avait laissé sortir leurs pokemon afin qu’ils puissent sortir pour se dégourdir les jambes. Rien de plus normal que de voir les monstres jouer ensemble sans vraiment se connaitre. Ainsi les adversaires d’un jour, se retrouvaient ensemble afin de devenir les amis de toute une vie.

- Salamèche tu peux aller te promener un peu si tu en a envie hein. Ne te sens pas obliger de rester avec moi. Tu es en sécurité ici. Allez, va faire un tour.

Le petit lézard quitta son dresseur en allant jouer avec d’autre pour toute la journée. Il n’allait le revoir qu’en fin de journée. Ça, il pouvait s’en douter. Surtout qu’il était très joueur.
Le temps passait et Ken venait tout juste de s’endormir. Le voyage l’avait épuisé. Il se sentait à l’aise sur sa couverture et sentait le soleil lui chauffer tout le corps. La chaleur était si forte, qu’il se mit assis afin de pouvoir rapidement enlever son t-shirt à manches courtes. Et il fallait bien qu’il puisse bronzer un peu en compagnie de ce magnifique soleil. Il se rallongea puis se mit à s’endormir sans se soucier de son Salamèche.


Plus loin, plusieurs types montèrent dans un fourgon noir sans aucunes plaques d’immatriculations. Tous des hors-la-loi, des renégats. Le chauffeur leur donna à chacun d’entre-deux, une batte de base-ball. Sans doute allaient-ils tabasser quelqu’un ou bien délivrer l’un des leurs. Une fois les préparatifs complètement établis, le conducteur monta dans la camionnette.

- N’oubliez pas, aucune pitié pour ce type ! On le trouve, on le torture ! dit-il d’un ton encourageant.Ensuite, on en fait de la chair pour Fox ! dit-il sur un rire diabolique.

Il démarra le fourgon avec un simple mouvement de main puis accéléra en trombe en appuyant sur le champignon. Il fit crisser les pneus et laissa derrière lui une épaisse fumée de poussières. Premier virage à gauche, il fallait être correctement accroché à l’arrière s’ils ne voulaient pas se manger la paroi de l’engin. Un autre virage en approche, le conducteur repassa soudainement en quatrième pour le prendre en prenant soin de le faire correctement. D’ailleurs, il failli de renverser une petite grand-mère qui tentait de traverser dans les passages piétons.

- Hé vieille peau, tu ne vois pas qu’on veut passer ?!

La dame hurlait en levant sa canne et tenta de se casser la figure sans elle. C’est ce qui fit marrer le passager du conducteur qui venait de voir la scène dans son rétroviseur. Elle n’avait qu’a se casser pensait-il.

La grosse brute arriva dans un parc et se gara comme une merde en renversant les quelques poubelles en métal qui jonchaient le trottoir. Il ouvrit sa porte et descendit du fourgon, suivit de très près par les autres. Ils avaient tous une batte à la main. Leur objectif était tous le même et il allait s’y donner à cœur joie.

- Les mecs, il est temps pour nous de partir à sa recherche. D’après nos informations, il se situe dans ce parc. Alors on le prend et on se casse vite fait !

Il ne fallait pas qu’ils perdent une minute maintenant. La police allait vite rappliquer. Ils avancèrent rapidement vers leur proie en le cherchant. Quand enfin ils le trouvèrent, ils se ruèrent sur lui pour le kidnapper. Le jeune homme se réveilla en entendant tout le vacarme. Il remarqua également que le petit groupe avait l’air particulièrement violent au vue de leurs battes de base-ball.

- Que me voulez …
- Pas un mot de plus connard ! Tu va venir avec nous, on va s’amuser avec toi … Ken. Dit-il en frappant le crâne avec sa batte.

Maintenant qu’il était au doux pays des rêves, les loubards en profitèrent pour kidnapper Ken et le faire monter dans le fourgon. Ils démarrent en trombe en entendant des sirènes de police. Le conducteur démarra encore une fois en exprimant sa joie en foutant la tête en dehors de la voiture. Il fit également un doigt aux malheureux dresseurs qui les suivaient. Le chemin se fit sans encombre et les loubards arrivèrent jusqu'à leur cachette sans vraiment aucun souci. Ils déchargèrent le corps pratiquement inerte de Ken sur le haut des marches. L’un d’eux ne voulant pas le porter dans les marches, le poussa dans le vide et il tomba comme une masse.

- Attachez le à une chaise, bayonnez le et laissez le un peu tout seul le temps qu’il se réveille !

L’un des loubards s’exécuta et quitta la pièce. Il prit soin tout de même a donner un petit coup de pied dans le ventre du jeune dresseur, ce qui le fit se mettre sur ses deux pieds de chaise s’appuyant en même temps contre le mur.

- Ne bouges pas sous-merde ! On va vite revenir … dit- il en claquant la porte.

Le temps passait et le froid s’installait dans cette pièce. Ken se réveilla et s’aperçut qu’il avait une cagoule sur la tête. Il ne voyait plus rien du tout. Il n’entendait juste que le tic-tac de l’horloge murale. Il senti aussi les nombreux coups qu’il eut reçu juste avant. Ce qui lui fit mal, c’est de ne pas savoir où il était et où était ses pokemons. Il tenta de se sortir d’ici mais n’y arriva pas. Il tenta d’appeler Salamèche mais aucun son familier ne fut reconnu.

La porte s’ouvra dans un grand bruit. Celle-ci avait l’air besoin d’être graissé. Un homme se fit entendre avec un objet qu’il trainait derrière lui. Ce dernier fit du bruit à chaque descente de marche. Le loubard s’approcha de Ken, ce dernier avait peur.

- Alors vermine ? Tu as une petite idée de qui on est ?

Un souvenir parcourut l’esprit du jeune dresseur. Il se souvenu qu’il y a quelques mois, il venait de faire arrêter un des célèbres membres des « Blacks Angels ». Sans doute faisaient-ils partis de ce genre de gang.

- Les Blacks ? Vous êtes venus pour vous venger c’est ça ?
- Tu va pouvoir vérifier ça par toi-même sale con …

Il retira soudainement sa cagoule afin qu’il puisse s’apercevoir de qui il avait en face de lui. En effet, il s’agissait bien d’un membre du gang. Le premier réflexe de Ken fut de fermer les yeux face à la lumière qu’il avait en face de lui, elle l’aveuglait. Il ne pouvait plus ouvrir ses yeux et donc ne vit pas le coup venir de la part de son kidnappeur. Il se mangea un bon coup de poing dans la mâchoire ce qui le fit tomber au sol, tête en avant. Le choc lui fit extrêmement mal et au moment du crochet du droit, il cria sous la douleur. Il savait que s’il parlait, il pourrait le tuer. Il ne voulait pas, il voulait vivre. Il souhaitait respirer une dernière fois, voir ses amis, ses pokemons, sa famille.
Une nouvelle personne arriva dans la pièce. Il avait l’air d’être plus costaud que l’autre car ses pas avaient l’air plus sûr et plus franc que l’autre. Il n’avait pas l’air d’être là pour plaisanter dans tout les cas. Il le releva comme un morceau de viande et lui adressa ses quelques mots.


- Content de vous voir ici, Mister Natsu ! Je vois que vous prenez plaisir à être parmi nous, c’est agréable de voir une personne tel que vous dans nos locaux.

Il le lâcha et il tomba au sol comme une merde. Avec lui, il se montra sous un ton calme et serein, pas comme l’autre tache de gros lard qui lui servait de larbin. Il lui releva la tête en lei tirant par les cheveux. Il prit cette fois, un ton plus sec et plus imposant



- Alors maintenant, tu va ouvrir ta gueule. J’aimerais que tu parles avant qu’on puisse t’anéantir pour toujours. Je veux t’entendre nous supplier, dire que nous sommes les meilleurs, que tu as peur de nous. Je veux voir la peur dans tes yeux. Je veux te voir crever toutes tes tripes. Je veux que tu crèves ! Tu apprendras qu’il ne faut pas faire chier les Blacks Angels !

- Plutôt crever que de vous faire l’éloge … Vous n’êtes tous que des vrais connards, des couilles de loups, des tas de punaises, des bandes de sac à foutre. Vous êtes du vomis, vous êtes le niveau zéro de la vie sur terre, vous n’êtes même pas humain bande d’enfoirés ! Vous n’êtes que du branloman végétatif, des paquets de merde d’amphibien, de la chiasse …

- Assez !

Le chef en eut surement assez d’entendre ce genre de phrase de la part de sa victime. Il attrapa alors dans sa poche un poignard et le planta dans le ventre de Ken. Sous le choc, ce dernier cracha ses tripes sur son kidnappeur. Il tenta de se rattraper sur la veste de son tueur afin de ne pas tomber rapidement. Mais il s’écarta afin qu’il puisse tomber lourdement. Il s’écrasa au sol, tête en avant, au sol. Le sang coulait à flot tout autour de lui, jusqu'à aller dans ses cheveux d’un rouge naturel. Le boss s’approcha de lui et le fixa en riant.

- Adieux Mister Ken Natsu. Que le vent t’emmène loin d’ici et de nos affaires !

Les commis placèrent le cadavre dans la camionnette afin de le replacer là ou il était. C’est au parc qu’ils allongèrent le corps et s’enfuirent rapidement. Le ciel était encore ensoleillait.
Salamèche s’approcha de son dresseur comme si de rien n’était. Il n’avait encore rien vu, ni du kidnappage, ni de sa mort. En s’approchant, il voulait juste s’assurer que tout allait bien. Petit à petit en le fixant, il put voir qu’il était blessé. C’est donc en panique qu’il couru vers son dresseur. Il arriva à son niveau et remarqua le sang qui coulait encore. La pluie fit son apparition soudainement en même temps que les larmes du petit lézard. Ce dernier tenta de remuer dans tout les sens son dresseur, pour lui, il n’était pas mort, ce n’était pas possible. Il tenta de le bruler gentiment avec la flamme de sa queue pour le faire réagir, mais aucune réaction. Il eut le réflexe de lui donner un coup de gifle dans le visage pour le réveiller. Mais celle-ci lui tournât la tête vers lui d’un seul coup. Il ne bougeait vraiment plus. Il savait qu’il était mort maintenant. Il se mit à genoux à ses côtés et pleura de toutes ses forces. C’est ainsi que Salamèche perdit soudainement son dresseur.


Message de Ken Natsu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» Faut-il fêter le 30 septembre ?
» 11 SEPTEMBRE AUGUSTO PINOCHET OU RAROUL CEDRAS ?
» a propos du 11 septembre 2001

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kantô - 1E G E N :: Lavanville :: Tour Pokémon-