-34%
Le deal à ne pas rater :
Tondeuse homme Panasonic ER-SC40-K PRO
99 € 149 €
Voir le deal

 
» [OS-Jour 22] Prendre la deuxième étoile à droite puis tout droit jusqu'à l'aube !

Célestia Orlov

Célestia Orlov
Coordinateur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 04/03/2019
Messages : 147

Mer 22 Jan - 20:05
Cher journal,

La journée avait été un enchaînement de catastrophe, l’une après l’autre, si bien que je logeais dans un petit buis-buis nommé « la vague haute ». Les murs de la chambre était si fin, que je pouvais entendre les clients pester sur les informations qui passait sur le journal du soir. Le volume du poste de télévision qui était d’ailleurs au volume le plus haut. Il y avait certaine conversation bien alcoolisés aussi, des cris, des rires ou bien des pleurs. Or, tous cela se passait à l’étage inférieur. Je n’osais imaginer les sons incongrues que j’avais toutes les chances d’entendre dès qu’un ou l’autre en provenance de la chambre à côté. Il y avait seulement cinq chambres, avec un peu de chance, elles allaient rester vide, mais je parierai pas dessus. Je n’osais pas te décrire l’aspect du matelas ni encore moins de la literie et je n’avais même pas oser Stella s’y installer pour la nuit. Cependant, au moins, nous avions plus ou moins au chaud, bien que l’isolation laissait à désirer, mais déjà meilleure qu’a l’extérieur. Nous étions encore en hiver, à cause de la mer, le vent était particulièrement violent et Stella avait manqué de s’envoler, sans pour autant utiliser aucune capacité psychique.

Comment, j’avais pu me retrouver dans une tel situation ? Comme tu le savais, j’étais venue à Kalos, pour le concours de coordination. J’avais pris un billet aller-retour Joliberg-Port Tempères, ensuite j’avais prit un chevroum taxi pour rentrer dans notre appartement à Iluminatis. Mon ticket pour le bateau « Le Viskuse doré » en partance pour Relifac-le-Haut en poche. Ce matin, tout allait bien, nous avions emprunter le service de transport pokémon, pour retourner dans la ville portuaire et le bateau était même arrivé un peu en avance au récif et commander un pousse-pousse. Je n’avais pas assez de force dans les jambes, pour pratiquer du vélo et c’était le moyen de transport un peu obligatoire dans la ville, pour rejoindre l’hôtel quatre étoile que j’avais réservé d’avance. Naturellement, nous avions utiliser le même moyen, pour nous rendre au stade de coordination.

Dès que j’avais été dans les coulisses, j’avais eu des fourmillements familiers dans les pieds, un nœud à l'estomac et je pouvais sentir un frisson le long de ma nuque. J’ avais le trac, comme chaque fois que je devais faire une prestation sur scène. J’étais impatiente, cela faisait plusieurs mois, trois exactement, que j’avais renoncer définitivement aux planches. Mon rôle était à présent de rester derrière le rideau, mais les sensations étaient les mêmes. Je m'interrogea brièvement sur mes divers professeurs de danse. Est-ce qu'ils ressentaient la même chose, avant chaque spectacle ?

J’étais heureuse de la prestation de Stella, parfois, elle n’était pas toujours en accord avec la musique et ses mouvements manquaient encore de fluidité. Cependant, elle n’était pas tomber et il n’y avait aucune faute dans les figures. Je n’étais pas certaine que le message avait réussi à atteindre les spectateurs, son niveau en danse était encore trop faible. J’étais toute de même fière d’elle, elle avait réussi à aller au bout et il était difficile d’avoir un standing ovation, dès son premier passage. Nous avions commencer l’entraînement depuis peu, elle avait même été immobiliser pendant une semaine, à cause de la maladie. Je trouvais que dans les faits, nous nous étions bien débrouiller. Un échec, certes, mais contrairement au thème du concours, nous n’allions pas abandonner ! Par contre, cela signait bien la fin définitive de ma carrière en tant que danseuse étoile. Le jury donc, ne nous avait pas trouver assez bien, puisque malheureusement, nous revenions sans ruban, à peine avec un lot de consolation.

Enfin, revenir, était un bien grand mot actuellement. Nous étions sortie en dehors du stadium, dans l’idée de rejoindre mon hôtel, j’étais impatiente d’y être afin d’avoir une conversation avec Ris, pour lui raconter notre concours. Cependant, il n’y avait aucun transporteur dans les environs, je fronçais les sourcils et observa ma montre. A illuminatis, il y avait un service de déplacement 24/24h, mais je savais que ce n’étais pas le cas ici. Le dernier pousse-pousse était à 23h, en horaire week-end. Or, il était seulement 20h, la cérémonie de récompense étant toujours un peu longue et bien que j’avais commandé un service, pour 20h30, j’étais surprise de l’absence total de véhicule dans la rue. Pourtant, avec un soir de concours, les différentes agences de pousse-pousse devaient rivaliser pour combler leurs différents clients. Qui était le plus rapide ? Qui était le plus flamboyant afin de bien rester dans les mémoires ? Qui était le plus ponctuel ? Cependant, rien. Pas une seule roue en vue, à part peut-être les vélos des habitants du coins et autres accro aux cyclismes.

Je décidais de rentrer de nouveau dans le stade, la soirée était fraîche, bien que nous étions à l’intérieur des terres, le vent commençait à se voler. Je partis à la recherche d’une hôtesse d’accueil, peut-être que les horaires étaient différents en hiver et j’avais pris le mauvais catalogue à la jetée. Dans ce cas, il y avait certainement un système de pokémon transport, comme dans toutes les grandes villes.

« Excusez-moi, mademoiselle, je ne vois aucun taxi pousse-pousse devant l’entrée »

« Non, il n’y aura plus de service, jusqu’à nouvel ordre. »

« Oh. Voulez-vous bien m’indiquer la direction d’une une agence de poké-transport, s’il vous plaît ? »


« Il n’y a plus de service, jusqu’à nouvel ordre. » Répondit une nouvel fois, la jeune femme, un sourire un peu plus crispé sur le coin de la bouche.

« Pouvez-vous m’indiquer alors une agence ouverte ? »

« Il n’y a plus de service de transport, d’aucune sorte, jusqu’à nouvel ordre ! » Répliqua l’hôtesse d’un ton exaspéré, comme si elle avait déjà répondu pour la centième fois. Je ne m’offusquais pas de son manque de politesse, le fin de journée était difficile pour tous le monde.

« Aucun ? » Demandais-je avec perplexité, la prochaine fois que je venais dans cette ville, je téléphonais au service de renseignement avant de me déplacer. La dernière fois, que nous étions venu avec Ris et le reste de la troupe, c’était en plein été. Je ne m’attendais pas à autant de différence, hors de la pleine saison. « Comment cela aucun ? » Insistais-je en voyant que la demoiselle restait muette.

« Il n’y a plus aucun transport à partir de 14h. Si vous vouliez vous déplacez, il fallait prévoir en amont, car plus rien ne bouge et ne bougeras jusqu’à nouvel ordre. »

« Aucun ? » Redemandais-je d’une voix un peu plus tremblante, en me rendant compte de ce que disais réellement la standardiste du bâtiment. «  Vous voulez-dire, qu’il n’y a plus de bateau, ni de train, ni d’avion, ni aucune sorte de transport ? »

« Exactement, c’est la définition de aucun, je ne vois pas ce qui est difficile à comprendre là dedans ! Aucun, c’est aucun, enfin ! » S’emporta la jeune femme en frappant ses deux mains du bureau, elle me lança un regard noire. Peut-être pensait-elle que je la prenais pour une imbécile ou encore de haut, mais ce n’était pas du tout le cas. J’avais plutôt l’impression que c’était moi qui avait perdu des neurones dans le tas.

Je commençais tous juste à comprendre la situation, j’étais totalement coincée sur ce petit bout de terrain. Pire, il n’y avait aucune possibilité de quitter la région ! Si encore, j’avais été à Iluminatis, je connaissais bien la ville et je pouvais me déplacer dans celle-ci sans soucis, mais j’étais dans une ville pratiquement inconnue. La plupart de mes affaires, pour ne pas dire la totalité, se trouvait à mon hôtel et c’était beaucoup trop loin, pour que je tente le chemin à pied, surtout qu’il faisait déjà nuit.

« Encore, une question et je vous laisse tranquille mademoiselle. »

« Quoi ? » Cracha-t-elle sans même détourner le regard de son PC

« Pourquoi n’y a-t-il plus aucun transport ? »

« Vous vous moquez vraiment de moi, en faites ! »

« Pas du tout, j’arrive tout droit de Sinnoh ou presque ! La totalité de mes transports ont été pré-commandé et le réceptionniste de l’hôtel ne m’a pas prévenu en sortant  »

« Oh. Désolée. Cela fait des semaines qu’on en parles aux informations et des jours que tout le monde se prépare à cette éventualité. Il y a eu un communiquer dans la gazette du matin, comme quoi, c’est enfin tomber. La totalité des transports de la région est en grève. »

« Pouvez-vous m’indiquez une auberge ou un hôtel dans le coin ? »


« A cause du concours, la totalité des hôtels et auberges dans les alentours sont complets, madame. Pour m’excusez de mon comportement, je peux toujours demander au père de mon copain de vous héberger dans son restaurant, il fait maison d’hôte en haute saison. »

« Merci, je vais accepter votre proposition. »

La jeune femme se dépêcha de m’écrire une adresse, elle ajouta qu’elle allait téléphoner à son compagnon, pour qu’il me montra le chemin. C’était un petit restaurant à l’intérieur des terres, les touristes avait peu l’habitude de le fréquenter et il était très facile de se perdre, même pour certains riverains. Je n’étais pas en position de faire la difficile, j’étais également épuisée et je n’avais aucune envie d’argumenter. Au moins, c’était gratuit et avec l’impair pourtant dans l’hôtel quatre étoiles, je n’avais aucune envie d’y retourner ce soir. Par contre, la première chose que je fis en arrivant, c’était de prendre mon GSM et de prévenir mon époux. Il y avait de grande chose que celui-ci essaya de me joindre au visio-phone de l’hôtel et mon absence de réponse allait lui créer un ulcère. Depuis qu’il avait commencé ses cours, il avait tendance à angoisser plus facilement et c’était également parce que j’avais un peu besoin de souffler, que j’étais ravie qu’il ne pouvait pas être du voyage. Par contre, il n’avait jamais été mon intention de le laisser à Sinnoh et de poursuivre ma vie à Kalos, sans aucun retour possible. Quand bien même j’aimais cette région, encore plus que celle dont j’étais originaire.
mots:
 
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] 48 heures par jour [DVDRiP]
» [UploadHero] Le jour de gloire [DVDRiP]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» [UPTOBOX] Elle voit des nains partout ! [DVDRiP]
» Hentaï

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Célestia-