Le Deal du moment : -48%
Promo sur les baskets Nike React Element 55 SE pour ...
Voir le deal
68 €

 
» Une séance de dédicace

Clément Lucen

Clément Lucen
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 27/12/2019
Messages : 170

Région : Hoenn
Mar 21 Jan - 23:23
Trop de monde. Beaucoup trop de monde.
La librairie Florges était pleine à craquer aujourd’hui. C’était une grande librairie sur plusieurs étages, une des plus vastes de la ville.
Dans le hall d’entrée, entre les premières étagères où s’entassaient romans d’amour fades, policiers tout tracés et autres best-sellers, de grands étendards avaient été tirés, scandant :

« Gédéon Vermeil, Première approche des Pokémon sauvages : un guide du parfait petit dresseur, séance de dédicace unique à la libraire Florges »

Au troisième étage, derrière un panonceau indiquant « début de la file », Clément attendait. Son visage crispé exprimait un mélange de dégoût et de profond malaise. Pris au piège au milieu d’une ribambelle de fans, il suait à grosses gouttes.

« Je n’aurais jamais dû accepter, pensait-il. J’aurais dû lui tenir tête. »

Jamais de la vie le garçon ne se serait aventuré dans un tel fratras de son propre chef. Mais depuis le début de leur séjour à Illumis, sa mère le tannait. Vermeil par ci, Vermeil par là... « Ce serait complètement idiot de passer à côté de cette occasion », rabâchait-elle. « Tu aimes tellement ce livre. Je suis sûre que ce sera une belle rencontre. Allez, c’est décidé. »
Comme à l’accoutumée, elle avait choisi pour lui. Et le voilà maintenant coincé entre une fillette ronchonne, accompagnée d’un Sépiatop tout aussi avenant, et un geek boutonneux visiblement un peu gêné d’être là.

Alors, oui, c’est vrai, il avait adoré le « Guide du parfait petit dresseur ». Les passages consacrés au développement d’une approche et d’une capture axées sur l’observation et l’étude du milieu étaient tout à fait fascinants. Pendant une paire de mois, ce bouquin n’avait pas quitté son chevet.
Mais se jeter dans une marée humaine pour rencontrer son auteur ? Clément avait quand même un minimum d’instinct de survie.
L’adolescent grimaça en jetant un regard à la file qui s’étendait devant lui. D’une, il détestait la foule. Se retrouver en compagnie de ses pairs, qui plus est en grand nombre, lui filait tout bonnement la nausée. De deux, il avait beau avoir trouvé ce livre très intéressant, ça ne voulait pas pour autant dire que lui et ce Gédéon allaient avoir quoi que ce soit à se raconter. Rien n’était même moins sûr. Et il n’avait juste pas envie de tenter le coup. L’ouvrage avait beau l’avoir saisi, son auteur l’indifférait.

Mais bon... quelques mètres plus loin, entre les rayons Cuisine et Livres d’art, installée dans un petit fauteuil, sa mère lui faisait signe de la main, un sourire radieux plaqué sur le visage. Si ça pouvait lui faire plaisir à ce point...

Le souffle du garçon commençait à se faire court. Petit a petit, la file avançait. Il n’en avait plus pour très longtemps. D’un côté, ce constat le rassurait : il serait bientôt tiré de ce calvaire. De l’autre, le face à face redouté se rapprochait inexorablement, et à la seule pensée de devoir adresser la parole à quelqu’un, le jeune garçon fut pris de sueurs froides.
Il déglutit difficilement. Plus qu’une personne. Un échange de banalités, et elle s’apprêtait déjà à laisser sa place. Clément fixait ses pieds. Il commença à réciter dans sa tête les noms de tous les Pokémon Insecte actuellement connus en ordre alphabétique. Aéromite, Anorith, Apireine, Apitrini...
La personne devant lui fit un pas de côté et déguerpit. En proie à la panique, Clément gardait le regard rivé au sol, ses doigts crispés autour du « Guide » qu’il serrait contre son ventre. Un petit pas, et les pieds du bureau de dédicace entrèrent dans son champ de vision. Sans relever le nez, l’adolescent desserra douloureusement les bras et brandit d’un geste sec l’ouvrage vers son auteur.

« Bon... Bonjour ! »

Il tremblait de tous ses membres.
Revenir en haut Aller en bas

Gédéon Vermeil

Gédéon Vermeil
Ethologue Johto

C-GEAR
Inscrit le : 10/01/2020
Messages : 169

Région : Johto
Mer 22 Jan - 20:47
Tu ne faisais pas appel régulièrement à ton agent littéraire, qui existait pourtant bel et bien depuis le début de ta carrière ! Même si tu avais du en changer trois fois à cause de certains contrats d'éditions. Ca ne te dérange pas, cela est toujours restée une personne avec qui tu as principalement échangé par mail, ce qui t'a toujours convenu. Aussi, il est très rare que tu fasses toi-même un tour de promotion en passant notamment par la case "dédicace en librairie". Ce n'est pas arrivé souvent et jusque là tu t'es plus amusée à te faire passer pour quelqu'un d'autre que le véritable auteur des livres que tu publies.

Illumis ne fera probablement pas exception ! Même si tu t'autorises un certain bénéfice du doute jusqu'au début de l'installation. Le libraire a été surpris en te voyant arriver, avec ta jupe, tes bandages et ton long manteau marron.

Vous... vous êtes l'agente littéraire de monsieur Vermeil ?

Un grand sourire est né sur tes lèvres alors que la réponse était franchement trouvée ;

Non ! Désolée, je suis sa femme, il n'a pas pu venir à cause d'une vilaine grippe... il m'a confié la responsabilité de venir devant vous !

Tu lis la déception sur le visage du quadragénaire, mais ce dernier a la politesse de ne pas commenter. De ton côté tu t'appliques à t'installer confortablement, alors que la petite rumeur comme quoi l'auteur n'a pas osé se présenter s'enflamme comme une traînée de poudre. Mais très vite, c'est une ligne de plusieurs dizaines de personnes qui s'étale devant toi et qui t'arrache un petit sifflement admiratif.

Fiou, tout ça pour moi ? ~

Tout le monde n'a pas mordu à l'hameçon concernant ta vraie fausse identité. D'ailleurs, tu as très vite pu différencier deux catégories de fans ; ceux qui croquaient dans ton piètre mensonge à pleine dents, ne se cachant même pas de leur dégoût ou de leur fascination pour certains, et ceux qui voyaient la révélation de ta véritable identité comme un secret que vous ne partageriez qu'en petit comité.
Tu a signé, papoté depuis déjà un bon moment, demandant de temps à autres à ta véritable agente littéraire —Amanda si tes souvenirs sont bons, ou alors Amandine, elle est si discrète que tu as un doute— une boisson pour te rafraîchir la gorge.

Tu viens de signer le livre d'une personne relativement peu locasse avec un demi-sourire amusé, que déjà te vient un autre très jeune garçon. Tu es tentée de te penchée en avant pour capter le regard du blondinet mais ce dernier te tend brusquement ton ouvrage. Tu lèves les mains devant toi comme s'il s'agissait d'une arme, les yeux grands écarquillés.

Olà camarade ! Baisse cette arme veux-tu ? Qui sait ce qui peut se passer avec un livre !...

Et tu éclates de rire sans laisser à personne le temps de souffler. Pas même toi d'ailleurs, belle écrivaine à qui la fatigue a quand même commencé à te tirailler les muscles des épaules. Tu prends le livre entre tes doigts et le feuillette, impressionnée.

Woah, tu as tellement tourné les pages du livre qu'elles sont légèrement abîmées ! Ca fait longtemps que tu t'intéresses aux pokémons ?
Revenir en haut Aller en bas

Clément Lucen

Clément Lucen
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 27/12/2019
Messages : 170

Région : Hoenn
Sam 1 Fév - 12:40
 « Olà camarade ! Baisse cette arme veux-tu ? Qui sait ce qui peut se passer avec un livre !... »

Clément sentit qu’on lui enlevait le bouquin des mains. La plaisanterie ne le fit pas sourire, et il se replongea dans l’observation de ses pieds. Le brouhaha ambiant l’assourdissait.
Il pouvait entendre le son des pages de son livre feuilletées par son auteur. Pourquoi mettait-il tant de temps à parcourir ce foutu pavé ? Il voulait relire son passage préféré ou quoi ?
Clément grimaça. Allez, abrège, qu’on puisse s’enfuir de ce poulailler...

 « Woah, tu as tellement tourné les pages du livre qu'elles sont légèrement abîmées ! Ca fait longtemps que tu t'intéresses aux Pokémon ? »

Clément décela dans cette nouvelle plaisanterie une volonté d’engager la conversation, et il se surprit à relever le menton. La découverte du visage de son interlocuteur le sortit quelques secondes de sa torpeur.

Devant lui se trouvait une personne à la peau pâle et au visage pointu encadré de longues mèches de cheveux sombres. Ses mains aux doigts fins étaient recouvertes de nombreux bandages, comme si elles avaient été victimes d’accident de cuisine répétés. Un long manteau noir dissimulait une silhouette arquée, définitivement féminine.
Gédéon Vermeil était donc une femme. Étonnant. Non pas que ça changeait quoi que ce soit pour l’adolescent, mais il ne s’y attendait tout simplement pas du tout. Il n’aimait pas trop quand les choses ne se paissaient pas comme prévu.
Aussi loin qu’il se souvenait, dans toutes les préfaces, notes d’auteur et interviews qu’il avait pu lire à propos de Gédéon Vermeil, les pronoms masculins étaient employés. Le jeune garçon se sentait un peu désorienté. Il n’aimait pas trop se sentir désorienté.

Le regard de l’écrivain (enfin, écrivaine - il allait falloir s’y faire) était toujours planté dans le sien, clairement dans l’expectative. Clément perçut qu’une réponse était attendue de lui. Il se contenta donc d’un hochement de tête accompagné d’un « Hmm » équivoque.
Cela sembla satisfaire l’autrice.

Un temps passa. Clément sentit sa mâchoire se desserrer. La curiosité l’emporta sur l’angoisse :

« Pourquoi vous faites semblant d’être un homme ? »
Revenir en haut Aller en bas

Gédéon Vermeil

Gédéon Vermeil
Ethologue Johto

C-GEAR
Inscrit le : 10/01/2020
Messages : 169

Région : Johto
Dim 2 Fév - 19:33
Tu continues de feuilleter le livre, presque surprise de ne pas trouver les notes d’un génie incompris. Mais le jeune garçon a plus l’air d’un aventurier en herbe qui a potassé toutes les informations qu’il pouvait récupérer comme un affamé. Chose que tu considères d’un œil amusé, surtout qu’il ne semble pas tout à fait décrocher le nez de ses chaussures. Ce n’est pas grave, tu attends, dardant sur le reste de la file un silence équivoque quand à la mise à garde envers quiconque tenterait de presser le gamin face à toi. Tu es tout à fait d’accord pour faire des dédicaces, tout comme tu n’hésiterais pas à jeter à la figure d’un malendrin un de tes précieux bouquins. Enfin, précieux ; au moins aux yeux de tes fans et de ton agent littéraire. De ton côté, ce n’est pas l’objet qui prime sur l’œuvre intellectuelle mais bien le contraire. Et puis, toute cette librairie pourrait partir en fumée que tu possèdes des copies numériques coincées sur quelques clefs USB ou encore des clouds ; là-dessus, tu ne risques pas grand-chose.
Le petit blond relève enfin les yeux vers toi. Tu ne sais pas si c’est du renfrognement ou une immense timidité, mais le pauvre garçon semble à la fois curieux et terrifié face à cette rencontre. Ou alors, tu extrapoles un comportement peut-être normal chez les jeunes de nos jours ? Tu n’en sais foutrement rien et l’apprendre maintenant ne t’apporterait pas grand-chose. Il émet un son qui se veut affirmatif, et tu t’en contentes ; tu ne vas pas non plus lui arracher les vers du nez s’il ne veut pas te parler ! Et d’un côté c’est assez reposant. De ne pas avoir quelqu’un qui te raconte tes propres mots avec des lumières dans les yeux qui pourraient éblouir un ponyta. Même si tu as sentis que quelque chose s’était déclenché dans son regard sans que tu ne devines tout à fait pourquoi.

Quel est ton nom ? C’est toujours plus sympathique pour les dédicaces quand je personnifie un tant soit peu mes petits messages ~

Tu chantonnes avec une certaine insouciance, même si en vérité tu commences à te lasser de ce petit jeu auquel tu te prêtes de moins en moins souvent. Dans quelques jours, ton contact à Illumis va te rappeler pour te donner rendez-vous et tu pourras sérieusement réfléchir à tout laisser tomber… ou presque. En tout cas, tu comptes bien emmerder ton agent littéraire et les librairies, les plateaux télés et toutes ses conneries pour juste te concentrer sur ce qui te fascine en ce monde ; la faune, la flore, les autres. Tu en écriras peut-être des livres, beaucoup de livres car de l’encre coule dans tes veines à défaut d’assez de sang. Alors que tu réfléchis à tout ça, la question du jeune garçon —ainsi que la découverte de sa voix— te fait revenir à ton présent. Ah ! Il ne semble pas être spécialement déçu contrairement à certains de son espèce, juste un peu troublé. Tu te penches légèrement sur la table d’exposition comme si tu allais partager un secret ; élément plutôt faussé puisque tu répondrais à n’importe qui te poserait la question, sauf que cette question, personne ne te la pose jamais.

Car j’ai décidé que j’étais qui je voulais. Et de temps en temps, je suis un homme. Demain, je serais danseuse et l’an prochain, je serais éthologue. Pourquoi est-ce que cela t’étonne tant ? Tu n’as jamais pensé à être autre chose que ce que les autres percevaient de toi ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kalos - 6E G E N :: Illumis-