-39%
Le deal à ne pas rater :
Huawei P30 Smartphone
395 € 649 €
Voir le deal

 
» The Glowing Sea

Yagyu Kokiji

Yagyu Kokiji
Ethologue Johto

C-GEAR
Inscrit le : 10/01/2020
Messages : 358

Région : Johto
Ven 17 Jan - 12:25

THE GLOWING SEA

C’était un jour, presque comme les autres. Le ciel enflammé du crépuscule projetait sur Oliville son plus bel éclat rougeoyant. De véritables étincelles illuminaient la mer et se reflétaient sur les coques des multiples bateaux amarrés au port. Quelques nuages orangées voguaient silencieusement et presque immobiles au-dessus de la mer, cachant derrière eux la lune à peine visible et ses contours parfaits. Une brise à pein marquée faisait voler quelques mèches de mes cheveux roux et emportait avec elle la fumée de ma cigarette. Un jour, presque comme les autres.

Assis sur un banc des quais, le phare à ma gauche et l’eau salée face à moi je me souvenais avoir déjà vécu une journée similaire par le passé. Une journée durant laquelle ma vie n’avait pa basculée, ne s’était pas arrêtée non plus sinon je ne serais plus là, et n’avait simplement fait que suivre son cours logique.

Je parle souvent de ma mamie à Bourg Geon, Tsunada. Femme charmante et agréable qui m’a toujours apporté son soutien. Et bien qu’elle entretienne un rapport compliqué avec les autres mamies de son quartier son aide avait toujours été apprécié à sa juste valeur. Et, mamie avait toujours été en opposition avec mes parents.
Ceux là, j’en parle encore moins et il y a de multiples raisons à cela. Déjà parce que je ne souhaite pas m’étaler sur un sujet qui ne m’apporte que du négatif aujourd’hui, mais également parce qu’à leur demande, je me vis enjoint à les oublier définitivement, ce que je m’exerçais à faire ces derniers temps pour être certain de ne plus penser à eux. Bien sûr une journée comme celle-ci, piégeuse par nature, me faisait penser à eux mais c’était une exception après plusieurs semaines d’abstinence. Un souvenir en particulier me revenait à leur sujet et en même temps, il était encore frais dans ma mémoire : celui de cette conversation téléphonique qui m'amena à devoir les oublier.

Je m’y voyais comme si c’était hier…
Cela s’était déroulé le lendemain de mon arrivée à Bourg Geon. Après une nuit pluvieuse qui m’avait vu arriver par bus puis à pied j’étais détrempé et ma première nuit ne s’était pas avérée être très reposante. Mamie m’avait interrogé bien sûr mais pas autant qu’une autre personne ne l’aurait fait. Elle avait juste attendu que ça vienne de moi et c’est ce que j’avais fais le matin même pour lui expliquer autour d’un chocolat froid pourquoi j’étais là, et quels objectifs potentiels je cherchais à atteindre en venant la voir loin de tout. Elle m’avait demandé si j’avais parlé avec le reste de ma famille : non. Plus depuis des mois en fait. Cette question au demeurant innocente m’avait amené à pendre mon Poképhone pour les appeler dans la journée. Et après quelques explications usuelles comme “Qu’est-ce qu’un burnout ?” ou “Pourquoi je ne suis pas à mon travail ?” ou encore “Est-ce que le médecin m’a bien donné des aspirines ?” nous en étions arrivé à un blanc, mes parents et moi. Oui parce que dès la conversation commencée comme à leur habitude, le téléphone avait été mit en haut-parleur pour que personne de leur côté n’en perde une miette. Mes parents donc, silencieux au bout d’une demi-heure d’explications, avaient fini par me demander ceci :

— Kokiji, est-ce que c’est bien sérieux ?

Ma mère avait un ton si proche du reproche que je n’avais pas pu m’empêcher de grogner à l’autre bout du fil. Mon père s’était légèrement emporté sur l’instant et finalement, était venue cette magnifique phrase qui tournait en ce moment même dans ma tête :

— Si c’est pour partir jouer avec des Pokémon sur les routes comme un clochard, perdre ton boulot et finir crevé au fond d’une grotte, nous préférons t’oublier dès maintenant et nous t’invitons, ta mère et moi, à en faire de même ! Si tu dois nous rappeler, que ce soit pour nous annoncer que tu as retrouvé la raison !

La communication coupée, seul le silence était venu me réconforter, poser une main invisible sur mon épaule et me susurrer quelques mots à l’oreille… Débarrassé. J’en étais débarrassé ! Plus besoin de me prendre la tête avec ma famille matérialiste et carriériste au possible ! Je n’avais qu’à aller de l’avant et avancer comme je le souhaitais maintenant. Enfin, une soirée passée avec la célèbre auteure Gédéon Vermeil l’avait bien aidé à se décider en vrai. Et puis cette incroyable aventure dans le château abandonné de la route 29 à la sortie de Bourg Geon ! Cette pensée me fît tourner le regard vers ma grande mallette, un sourire satisfait aux lèvres.
Oscar était présentement dans sa Pokéball, pour ceux qui se demandaient où était bien passé mon compagnon. C’était donc seul que j’observais l’horizon du vieux port, tandis que le soleil se couchait à l’ouest. Mais je n’allais pas rester si seul que ça.


The Glowing Sea YPtRstI
The Glowing Sea Dceb6810
Revenir en haut Aller en bas

Adrix Yumigami

Adrix Yumigami
Eleveur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 20/09/2013
Messages : 364

Région : Johto
Mer 29 Jan - 0:54
Tandis que certains contemplaient les beautés de l'océan depuis la berge, d'autres cherchaient à le fuir en se languissant de la terre ferme. L'air marin caressait doucement le visage songeur du coordinateur, appuyé sur la rembarre du bateau qui le ramenait à bon port. Jamais la vue d'Oliville approchant à l'horizon ne lui avait apporté autant de réconfort qu'en cet instant. Après ses récentes mésaventures rien ne lui ferait plus plaisir que de sentir un sol froid et bétonné sous ses pieds. Il faut dire que ce n'était pas passé loin cette fois. Sa propre bêtise avait manqué de peu de l'envoyer nourrir les magikarpes lors d'une traversée ô combien hasardeuse dans ses préparatifs. Avec le recul, comment avait-il pu penser raisonnable de se reposer sur un unique Tentacool pour assumer un voyage que même ce solide navire mettait plus de deux heures à effectuer ? Tout ça pour économiser le prix d'un misérable billet de férie... Si le destin n'avait pas mis un Pingoléon blessé sur sa route, Arceus seul savait ce qui serait advenu du magicien. Heureusement sa bonne étoile continuait de veiller sur les jours de l'artiste et c'est en seul morceau et fort d'un nouveau et solide compagnon, qu'il pourrait retourner se blottir au coin de sa cheminée. Il espérait maintenant que le Terrier devienne pour ce pingouin à l'âme meurtrie une nouvelle maison digne de ce nom.

Bien décidé à ne pas tenter la Faucheuse une seconde fois, le rouquin avait choisi la sécurité pour le retour. Au diable les paiements en retard pour les travaux de la pension. Un soupire de contentement franchi les lèvres d'Adrix, le cœur léger. C'était bien le ferry. Avoir plusieurs centimètres d'acier entre lui et les abysses froides était incroyablement rassurant. Même le ronronnement rauque et métallique du moteur sonnait à ses oreilles comme une douce berceuse. Il parvenait presque à lui faire oublier les inévitables sermons qu'il recevrait de Sôshi et Tika une fois arrivé. Encore que cette dernière avait autant de chance de l'engueuler que de le féliciter pour sa nouvelle "capture". Il aurait tout intérêt à mettre cet aspect de l'histoire en valeur lorsqu'il raconterait les événements de la journée. Ou il pourrait juste mentir, bien sûr. Le magicien était un maître en la matière, il ne doutait pas de sa capacité à tisser une toile convaincante. Façonner des illusions était le coeur de son travail après tout. Mais il s'était promis de ne plus mentir à son compagnon.

    *Enfin, sauf si c'est amusant, cela va sans dire~*


En parlant de compagnons, Oliville était une jolie petite ville portuaire, connue pour ses promenades romantiques. Adrix se demandait s'il parviendrait à piéger Sôshi sur l'une de ces balades. Une photo d'un baiser arraché au bord de l'eau, à la lueur d'un lampadaire, ferait un parfait fond d'écran.
Le coordinateur en était à ces considérations frivoles lorsque quelque chose attira son attention du coin de l'oeil. Non loin de l'endroit où son navire allait accosté, un homme profitait d'une petite clope sur un banc, observant le soleil couchant à l'horizon d'un air songeur. Il n'était accompagné que d'une grande malette et son visage était à mi chemin entre la mélancolie et la sérénité. A quoi pouvait-il bien être en train de penser ? La curiosité du Lapin était piquée. Le gentleman n'était pas désagréable à l'oeil et le rouquin n'avait jamais eut besoin de davantage de raisons pour aborder de parfaits inconnus. Après ces aventures dantesques, un brin de causette avec un congénère ne lui ferait que du bien. Et si cela retardait un peu le moment des sermons, c'était un appétissant bonus.

Récupérant deux cafés dans un bar non loin, le coordinateur se faufila dans le dos du bel étranger. Avec une voix enjouée, il lui mit le gobelet fumant sous le nez, ne lui laissant guère d'autre choix que de l'accepter.

    - Un homme seul devant un tel paysage est un bien triste spectacle~


Les jolies vues étaient des trésors qui se partageaient entre amis. Les garder pour soi était un gâchis. Sans vraiment attendre de réponse, Adrix se glissa d'un pas dansant de l'autre côté du banc.

    - Je pense qu'un peu de compagnie vous irait bien au teint.


Saluant son nouvel interlocuteur d'une révérence d'une théatralité surjouée qui mettait en valeur ses oreilles de lapins, Adrix continua sur le même ton un brin facétieux.

    - Adrix Yumigami, magicien de passion, éleveur de coeur et vétéran en matière de compagnie à mes heures perdues. Ravi de m'imposer dans vos connaissances~


The Glowing Sea Unknown
The Glowing Sea 2-47df894
The Glowing Sea 3-47df899
The Glowing Sea 4-47df8a6
The Glowing Sea Logo-47a2964


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Yagyu Kokiji

Yagyu Kokiji
Ethologue Johto

C-GEAR
Inscrit le : 10/01/2020
Messages : 358

Région : Johto
Mer 29 Jan - 11:28

THE GLOWING SEA

Je fumais maintenant sans m’en rendre compte on dirait ! Du moins était-ce le cas lorsque la fumée brûlante d’un café vint se mêler à celle de ma cigarette quasiment achevée à mes lèvres sur laquelle je ne tirais plus depuis plusieurs secondes. M’ébrouant dans un sursaut à l’arrivée d’un inconnu je ne manquais pas de justesse d’éviter une toute autre catastrophe dans un geste trop brusque. Ce geste maîtrisé de peu laissa cependant la cendre accumulée au bout de ma cigarette sur le carreau et en l’attrapant alors entre mes doigts je remarquais qu’elle était éteinte, comme si elle n’avait jamais été allumée. Je m’en serais rendu compte moi-même au bout d’un moment mais ce choix ne m’avait pas été laissé : un original venait de le faire pour moi en me sortant de mes pensées.

Il était, spécial, c’était le cas de le dire. Qui vient offrir un café à un inconnu sur un port ? Peut-être me prenait-il pour ce que je n’étais pas mais son geste comme son regard me firent comprendre que ce liquide chaud et tâchant allait finir sur mon costume si je ne le prenais pas entre mes doigts maintenant. Par réflexe je lâchais un simple mot.

— Merci…

Sans assurance et sans prestance, en tout cas moins que celles qu’il fallait pour entreprendre un tel dialogue. J’étais d’ailleurs trop surpris, comme un rêveur attrapé durant une phase de sommeil profond, pour réagir à quoique ce soit, sinon à une seule chose qui surpassa toutes mes autres pensées sur l’instant, franchissant la barrière de l’éthique et de mes lèvres pour se retrouvée à nos oreilles.

— Tu as des oreilles de lapin.

Aucune question nous pouvions passer à la suite. Je voulais juste expliciter à l’oral se fait étonnant pour voir sa réaction et être bien certain que je ne rêvais pas cette conversation, vu que mon psy à Doublonville pensait que je rêvais mes aventures dans la Nature.
L’homme aux oreilles de lapin avait une couleur de cheveux plus esthétique que la mienne, remarquais-je en le détaillant sans chercher à m’en cacher. Il portait des vêtements à la fois proche de moi, par le costume et la démarche, mais également très différemment portés. Comme quoi c’était l’homme qui faisait le costume, et pas l’inverse. Lui aussi par ailleurs avait un café en main et comme il avait prit l’initiative de m’aborder pour ne pas dire déranger dans un premier temps, il s’était présenté le premier. Un bon point pour une atteinte aussi directe et sauvage à la tranquillité d’un autre être vivant, que dis-je, à MA tranquillité. Les yeux plissés, mon regard braqué sur le sien et sans quasiment sourciller je décidais de lui répondre sur un ton moins loufoque mais néanmoins franc.

— Yagyu Kokiji. Je suis en arrêt maladie dans la région, et depuis peu, dresseur officiel de Johto. Mon arrêt à Oliville fait suite à une enquête que je mène sur mon temps libre, pour me divertir.

Adrix donc, n’avait précisé la raison de sa présence ici, sur le banc du port, que vis-à-vis de moi et je m’étais rendu immédiatement compte que j’étais allé plus loin en explicitant à l’oral pourquoi j’étais de passage à Oliville là où rien ni personne ne me l’avait demandé. Je n’avais de compte à rendre à qui que ce soit mais j’avais tout de même dit cela de moi-même, me surprenant au passage de ma propre définition de la franchise. Je décidais de continuer sur ma lancé tout en faisant tourner mon gobelet de café sous le crépuscule tombant entre mes mains.

— Mon teint se porte mal ? Le votre n’est pas reluisant. On dirait que vous sortez d’une dure journée et aucun maquillage ne le cachera.

Je m’étais un peu reprit, revenant à un vouvoiement plus classique et respectueux d’une personne dont je ne savais que le nom et la profession. J’avais déjà rencontré des éleveurs invités de la revue écologique à la Tour Radio mais aucun n’était aussi excentrique que celui-ci ! Peut être pour ça que je n’en avais pas entendu parler. Cela me fit me poser une question que j’exprimais alors à voix haute.

— Vous avez un ranch ou une ferme ? Et quand vous dite “magicien” c’est au sens théâtral ou réellement surnaturel ?

Parce que la question m'intéressait surtout avec les enquêtes récentes sur lesquels je me basais pour mes recherches. Des termes comme roi-démon ou royaume souterrain étaient entré depuis peu dans mon vocabulaire et de ce fait, pourquoi pas y incorporer la magie, la vraie, à l’occasion ? Ceci dit il avait plus la bouille du comique troupier que d'un Houdini - le célèbre magicien étranger - avec son accessoir dans les cheveux et je ne m’attendais pas foncièrement à une réponse sérieuse malgré le sérieux de ma question qui pouvait se lire dans mon regard intrigué.


The Glowing Sea YPtRstI
The Glowing Sea Dceb6810
Revenir en haut Aller en bas

Adrix Yumigami

Adrix Yumigami
Eleveur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 20/09/2013
Messages : 364

Région : Johto
Mer 29 Jan - 23:50
La première phase de la prise de contact s'était déroulée sans accroc notable. Bien qu'un peu amorphe dans ses réactions, le jeune homme semblait réceptif au dialogue. Ou tout du moins il était assez poli pour ne pas l'envoyer bouler après pareille introduction. Paaaarfait~ Ils allaient pouvoir s'amuser à partir de là. Les premières interactions étaient pareilles à une danse maladroite et Adrix se complaisait dans ses pirouettes. Les oreilles noires perchées sur sa tête avaient toujours été un moyen efficace de briser la glace. Elles n'avaient pas failli à la tâche encore une fois. Mais la manière dont ce Yagyu avait réagi sortait de l'ordinaire. En général les gens se confondaient en question, parfois avec entrain, parfois avec appréhension envers un drôle de personnage. Mais lui l'avait exprimé un genre d'évidence, comme s'il s'agissait d'un morceau d'épinard coincé entre les dents qui avait échappé à son attention.
Amusé par son attitude, Adrix laissa échapper un petit rire facétieux.

    -Je vois que vous avez l'oeil~


Le Lapin avait toujours vu les gens comme un genre de puzzle qu'il se plaisait à déchiffrer. Chaque être est une énigme à part entière et, sans fausse modestie, il avait toujours été plutôt doué pour les résoudre. Avoir travaillé dans les métiers de la chair n'avait fait qu'accentuer son goût naturel pour de telles analyses. On peut en apprendre beaucoup d'un individu avec une poignée d'informations. L'homme en face de lui était un brin affable, mais suffisamment ouvert pour lui adresser la parole. Il portait un costume mais ne semblait pas se soucier outre mesure de son apparence. Il disait être venu pour une enquête, était-il un genre détective privé ? Il en avait l'allure et certainement l'attitude. Mais il n'était pas tout à fait convaincant dans le rôle. Mais il avait le regard droit et semblait parler avec franchise, deux qualités qu'Adrix ne pouvait guère se vanter de posséder... Enfin, disons plutôt qu'il essayait de graduellement perdre cette vilaine habitude de considérer la vie comme une pièce de théâtre.
Si Adrix affichait son éternel sourire, l'expression du Lapin se raidit un peu lorsque son interlocuteur évoqua sa mauvaise journée. Un tremblement à peine perceptible lui remonta le long de l'échine. Quelques flashbacks de la vague s'abattant sur sa barque dansèrent brièvement devant ses yeux plissés. Après un silence plus long qu'il ne l'aurait voulu, le coordinateur laissa échapper un long soupire pour exorciser ses restes d'angoisses.

    - Je dois vous avouer Mr Kokiji que la journée a en effet été plus mouvementée que de raison.


Portant le gobelet à ses lèvres, le Lapin but une longue et brûlante gorgée de café. Le liquide chaud roula le long de sa langue, réveillant ses papilles tandis que la douce chaleur de la caféine lui rendait une énergie dont il avait bien besoin. Il avait beau être sorti de l'eau depuis plusieurs heures, le coordinateur continuait d'être agité de frissons réguliers. Au delà de l'aspect traumatisant, peu de gens imaginent combien se noyer est juste froid. Les abysses forment un cercueil gelé et silencieux.

    - J'ai presque honte de me montrer avec une si mauvaise mine je dois dire. En toute franchise, je me languissais d'un brin de causette et vous sembliez bien seul.


Brrr, Adrix n'avait jamais été très doué pour parler de ses propres problèmes. Il préférait les enfouir, par pudeur et par sécurité, et s'intéresser à ceux des autres. Mais il se sentait en confiance aujourd'hui, peut-être parce que frôler la mort avait rendu ses angoisses quotidiennes bien futiles en comparaison.
Quoi qu'il en fût, le sujet de la pension lui convenait bien mieux. L'observateur attentif pouvait deviner le halo qui émanait soudain du coordinateur à l'évocation de son grand rêve. Voilà bien une conversation où il pourrait se montrer intarissable. Il faut dire qu'après des années entières passées sur le projet, il avait beaucoup d'anecdotes à raconter.

    - Un genre de ranch. Même s'il a plus des allures de SPA ou d'auberge que de basse-cour. Nous accueillons aussi des humains d'ailleurs. Si d'aventure vous veniez à passer quelques nuits à Rosalia, n'hésitez pas à venir y faire un tour~ Notre cuisinier est doué et les sources chaudes des plus relaxantes. Quant à ma magie...


D'un claquement de doigts, Adrix fit apparaître une carte de visite entre l'index et le majeur. Un petit tour de passe passe des plus élémentaires. Ce qui l'était moins, c'était que la carte était apparue dans la main de Yagyu plutôt que la sienne, à l'endroit précis où se trouvait la cigarette un peu plus tôt. Y était affiché l'adresse du Terrier à Rosalia. Le design élégant tranchait avec les illustrations de Pokémons rongeurs qui entouraient l'ensemble.

    - Je la dévoue à distraire les foules et à attirer les sourires. Mais pour ce qui est de sa nature exacte, je vous laisse spéculer par vous-même, si une autre enquête vous tente ♥


Ne pas révéler ses secrets était une règle de base pour tout magicien digne de ce nom. Dans le cas d'Adrix, il aimait se considérer comme autre chose qu'un simple artiste des tours de passe passe. Le soutien de ses Pokémons, et en particuliers des spectres logés dans son ombre, transformait ses pirouettes en des choses moins ordinaires. Et le Lapin n'était pas étranger au surnaturel lui-même.

    - Vous avez parlé d'une enquête... ?



The Glowing Sea Unknown
The Glowing Sea 2-47df894
The Glowing Sea 3-47df899
The Glowing Sea 4-47df8a6
The Glowing Sea Logo-47a2964


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Yagyu Kokiji

Yagyu Kokiji
Ethologue Johto

C-GEAR
Inscrit le : 10/01/2020
Messages : 358

Région : Johto
Jeu 30 Jan - 7:52

THE GLOWING SEA

Je commençais tout juste à penser que la vie n’était pas un hasard. Ces derniers temps ma position face au destin, au hasard et à la chance avait prit un tournant particulier. Je m’interrogeais donc sur le caractère cavalier de la démarche de monsieur Yumigami dont la carte trônait maintenant entre mes doigts là où ma cigarette quasiment terminée avait disparu.
Je n’avais rien vu de l’échange mais j’étais malgré tout plutôt en train de pencher vers le prestidigitateur amuseur que vers le magicien aux pouvoirs surnaturels. En même temps la magie, ça n’existait pas.

— La magie existe. Au sens d’une puissance surnaturelle à laquelle les Hommes peuvent avoir accès. Une enquête sur le sujet seul ne m’en apporterait pas la preuve et je ne suis de toute façon pas un scientifique cherchant à placer ma religion au-dessus des autres.

Pas aujourd’hui en tout cas même si mon conflit intérieur me faisait passer à mes propres yeux pour un illuminé. Penser une chose et dire son contraire sans savoir si le propos reflétait une réelle position ou un simple hasard du langage, c’était mon style. Ce débat interne aurait pu s’arrêter là mais la présence d’Adrix le rendait beaucoup plus important. Et comme ce dernier, de son propre aveu, avait manqué de peu de ne plus jamais avoir l’occasion de parler à un autre humain, nous étions loin d’en avoir fini l’un et l’autre.

— Inutile de vous fustiger pour votre teint. Ce que vous avez vécu est une expérience, pas exceptionnelle, mais utile. J’ai votre carte : si je passe à Rosalia je penserais à votre ranch dans ce cas. Vous en faites la publicité volontairement avec vos oreilles ou on vous paie pour arborer cet accessoire comme on colle des sticker sur les voitures pour afficher des publicités ?

La question n’était pas prononcé avec agressivité malgré le ton journalistique que je me prenais à laisser parler pour moi. Neutre et sans détour c’était pour ma propre curiosité que je désirais savoir si le sponsor du Terrier de Rosalia était là pour affaire ou si les évènements qui avaient secoué sa journée avait une autre signification.
Buvant une gorgée de café de temps en temps je laissais sa caféine agir sur moi et exciter lentement mon rythme cardiaque. Mon corps s’emballait petit à petit mais mon esprit lui cherchait le calme dans la tempête et comme une idée y était en train de germer, je me penchais sur sa signification. L’idée que tout avait un sens, même au milieu de la folie.

— En fait, votre présence monsieur Yumigami est peut être ce qui manque à cette fameuse enquête sur laquelle je travail. Tout à l’heure je vous ai dit en préambule qu’il s’agissait d’un divertissement pour moi et je dois vous avouer avoir édulcoré la réalité. Cette enquête est importante pour moi et peut être pour vous.

Je venais de poser le gobelet de café à moitié vide sur le côté vide du banc et d’un geste ample, installait ma précieuse mallette sur mes genoux. Celle-ci, sobre et simple, allait avec mon costume de salaryman comme un sabre va à la ceinture d’un Samouraï. Lorsque je l’ouvrais et si Adrix y jetait métaphoriquement un oeil, il pourrait y voir plusieurs dossiers bien rangés, de la papeterie de bureau classique et attendue, un bloc-note, la garde d’un sabre dont la lame était brisée, un appareil photo, un chargeur de Poképhone et un album photo. C’était ce dernier élément ma cible et je l’extrayais sans sommation mais avec le plus grand respect pour le rangement que j’avais mit en place à l’intérieur. La mallette se referma sans retourner au sol, servant de plateau à l’ouverture de l’album. Rapidement j’en fis défiler les pages mais une fois encore si le magicien y prêtait une attention particulière il y verrait pêle-mêle des photos du reste d’un incendie, d’une route de campagne boisée, d’un sabre à la lame brisée - sans aucun doute le même qui se trouvait dans la mallette -, plusieurs clichés du ciel par différentes météos, et en dernier le phare d’Oliville et une photo de la mer vue du sommet de celui-ci.
Lorsque je m’arrêtais, ce fût sans surprise sur ce dernier cliché en date. On y voyait pas grand chose car le cliché avait été prit de nuit mais il montrait l’ombre menaçante d’un orage lors d’un éclair, une mer agitée, et une forme projetée sur le plafond nuageux grâce à la foudre. Une forme serpentine qui n’était pas sans évoquer celle d’un Pokémon, sans pour autant en attester.

— J’ai pris cette photo hier soir du sommet du phare. Le timing est peut être une coïncidence mais j’ai une question à vous poser monsieur Yumigami : que s’est-il passé ce matin ?

Pourquoi préciser le matin là où Adrix avait simplement parlé d’une journée difficile ? Une intuition ou simplement une tentative de raccorder son histoire à la mienne. Mais peut être que tout ceci n’était qu’un hasard après tout et qu’il s’agissait vraiment d’un magicien qui avait besoin de compagnie et qui avait vu en moi le partenaire de dernier recours pour partager une conversation. Ce qui pouvait être flatteur en soi, surtout qu’il m’avait offert un café et un sourire. C’était donc avec sérieux, empathie et indulgence que je restais ainsi, mon album photo sur ma mallette sur mes genoux, prêt à entendre le destin s’exprimer, en bien comme en mal.


The Glowing Sea YPtRstI
The Glowing Sea Dceb6810
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: Oliville-