Le CrocoDeal du moment : -56%
PANDA Lit enfant cabane brut – ...
Voir le deal
99 €

 
» Fan de camping... ou pas

Mao Aying

Mao Aying
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 08/07/2018
Messages : 4299

Région : Johto
Lun 13 Jan - 2:50
Je m’habitue à ma vie à la Ligue, à cette vie de champion, bien que certaines choses me manquent. Et ce n’est pas le plus facile à vivre. Par exemple, je n’ai pas fait de plongée depuis ma nomination il y a quelque temps déjà. J’avais l’habitude d’en faire toutes les semaines dans la haute saison et une à deux fois par mois dans la basse saison. J’adore être sous l’eau, entouré de la nature sous-marine. J’ai été à un seul festival de musique, autant dire que ça me manque. Même mes instants libres pour que je puisse jouer du piano se raréfient. Pourtant, je reste un artiste avant tout, je ne veux pas laisser cela de côté. Néanmoins, je n’ai pas le choix d’apprendre à laisser un peu moins cours à mes impulsions artistiques. Les jours défilent, devenant des mois sans que je m’en rende vraiment compte. Le poids des responsabilités est parfois lourd à porter et j’aimerais passer plus de temps en la compagnie des autres champions. Au moins, je parviens tout de même à les croiser. C’est juste que je ne les connais pas autant que je le voudrais. Surtout en ce qui concerne Aram, puisqu’il est arrivé assez récemment. Il faudrait peut-être que je fasse le premier pas. De ce que je sais, il habite lui aussi dans les quartiers fournis par la Ligue, alors il y aurait moyen de s’y croiser. Il m’a plutôt fait bonne impression lors de la cérémonie d’accueil donc ça en vaudrait la peine. S’il le veut bien. Après tout, c’est une sorte de lien imposé, si on peut dire.

Tu as à cœur la bonne entente avec tes collègues, mais pour certains, le lien pourrait s’arrêter là.


En plus de ne pas avoir beaucoup de temps pour mes loisirs, il me faut prendre du temps pour l’entraînement de mes Pokémon. C’est important qu’ils gardent la forme et qu’ils soient au niveau pour les challengers de la Ligue. J’adore être en leur compagnie, faut pas croire le contraire. Par contre, les entraînements ne sont pas ce que je préfère, bien que je reconnaisse leur importance. Il en faut au moins un par semaine. J’ignore comment les autres champions gèrent cette portion. Ça serait sans doute intéressant de leur poser directement la question, si l’occasion se présente. Leur expérience est bonne à prendre. J’y penserai. Pour le moment, je me suis posé devant mon piano, mes doigts glissant sur les touches pour une improvisation qui laisse libre cours à mon imagination, qui laisse parler toute cette fibre artistique en moi. Je m’isole dans une sorte de bulle, seule la mélodie compte. Je peux m’exprimer à travers les diverses notes. Je n’ai pas mis d’alarme pour m’arrêter, sinon cela me bloque inconsciemment dans ma créativité. Je suis quelque peu déconcentré quand Magearna vient s’installer à côté de moi, ses petits bras pas très loin des touches. Elle aimerait jouer, elle aussi. Malheureusement, j’ai énormément de mal à laisser qui que ce soit poser un doigt sur mon instrument. Je crains qu’elle le brise, sans le vouloir évidemment. Néanmoins, cela ne la gêne pas trop et elle écoute, dansant parfois autour du piano. Certains de mes Pokémon restent dans le salon aussi le temps que je joue. Ils ont appris à apprécier la musique et quelques formes d’art.

Il faut dire que tu les laisses profiter des divers festivals auxquels tu assistes. Cela a développé leur goût par la même occasion.

Quand les dernières notes retentissent, un silence s’installe. Je prends le temps de fermer les yeux et de me détendre davantage. Puis, je me lève et regarde l’heure. La soirée est désormais bien entamée. J’aurais pu en profiter au calme, en profiter pour regarder un film, mais une autre idée germe dans mon esprit. « Vous auriez envie d’un entraînement? » L’ordre inverse aurait sans doute été plus logique, sauf que c’est maintenant que j’ai envie de mettre au point un entraînement pour mes compagnons. Combattre dans la pénombre peut favoriser leur autre sens que la vue, ça me semble bénéfique. Ces derniers répondent avec enthousiasme, me faisant sourire. Pour ne pas parcourir les couloirs du quartier général avec une foule de Pokémon, je rappelle la plupart dans leur Pokéball. Il n’y a que Qiao et Magearna qui y font exception, la seconde n’ayant pas de balle. « Tu as une idée spécifique en tête? » Question de ma Roigada qui décide de parler. Elle ne le fait pas souvent, surtout si nous ne sommes pas seuls. Elle s’adresse à moi plus souvent par télépathie. « Tu me connais, j’aime improviser », lui répondis-je avec un sourire. « Par contre, j’avoue que j’ai plutôt un bon sentiment pour cette fois. Un entraînement dans la pénombre du stade. » À cet endroit, ils n’auront pas à se retenir et n’auront pas à craindre de détruire quoi que ce soit. Il y a toute la place nécessaire pour. « Il est vrai que de nouvelles compétences pourraient en sortir. » J’appuie ses dires d’un hochement de la tête. Ensuite, je file me changer, optant pour un débardeur bleu foncé et un pantalon sport gris foncé, puis nous nous dirigeons vers notre destination. Le trajet se fait en silence jusqu’à ce que nous arrivions. « Il y a quelqu’un. » Cette fois, c’est par télépathie. « Quoi? »

La surprise te fait échapper ce mot de vive voix. Il n’en faut pas plus pour que la créature mécanique prenne sa forme Pokéball, étant toujours un peu craintive lors de nouveaux contacts qui ne sont pas dans le cadre d’un combat.

Forcément, le bruit que vient de faire Magearna a dû attirer l’attention sur nous. Je m’avance donc de quelques pas, voyant une tente dans le stade. Le propriétaire de ladite tente ne tarde pas à apparaître dans mon champ de vision. « Aram? » Je m’exprime alors, surpris de le voir, mais encore plus surpris qu’il semble être prêt pour camper cette nuit. Pour quelle raison voudrait-il faire du camping dans le stade? Je ne vois qu’une seule explication, donc je lui pose la question. « Ton appartement n’est pas prêt pour t’accueillir? » Pour quelle autre raison s’installerait-il dans le stade avec une tente sinon? Si c’est bien ça, je peux lui proposer de venir dans mon appart jusqu’à ce que ça soit bon. Mon grand divan sera toujours plus confortable que le sol ici...


Fan de camping... ou pas Signa_10
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas

Aram Faathi

Aram Faathi
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/10/2019
Messages : 390

Dim 19 Jan - 19:48
Depuis combien de temps je n’ai pas eu de « chez moi » ?

Trop longtemps, je pense. Depuis que j’ai commencé ma quête en tant que dresseur, je dirais, donc à dix-huit ans. Quand on bougeait dans les différentes villes, les différentes régions, avec les frangins, on ne s’est jamais vraiment arrêté à un point précis. On s’est peut-être un peu éternisé à Alola puisque c’est là-bas que vis Derek et parce que le soleil nous y plaisait mais… On ne peut pas dire qu’on s’est vraiment installé. Difficile d’estimer qu’un endroit différent du Refuge puisse être notre nouvelle maison. Ce n’est pas vraiment dans notre nature, puisque la vie de nomade qui est la nôtre nécessite de bouger régulièrement. Pour certain, c’est un rythme compliqué à vivre, à cause notamment, de l’absence de confort qu’on peut y affilier. Pour nous, c’est la base, et on ne se voit pas vraiment vivre autrement. Alors je ne sais pas trop pourquoi, quand on m’a demandé si j’avais l’intention de vivre à la Ligue, j’ai quand même dit oui.

J’ai bien pensé à rentrer vivre au Refuge tout en respectant mes obligations de Maître. Mais niveau praticité, on repassera. Déjà, même s’il est devenu plus aisé désormais de se déplacer entre les régions, ce n’est pas pour autant qu’on ne passe pas de temps dans les transports. Hoenn et Johto, ce n’est pas réellement la porte d’à côté. Du coup… Ce serait une perte de temps inutile, à mon sens. Je ne sais pas trop encore si j’ai réellement besoin d’être disponible vingt-quatre heures sur vingt-quatre mais au moins, en vivant ici, on ne pourra pas me reprocher de ne pas être dispo quand on a besoin de moi ! Je suis motivé à bloc, pour ce nouveau job. C’est l’accomplissement de plusieurs années de galères et d’entrainements, ce n’est pas pour le laisser passer parce que je recherche un environnement de vie particulier. Ils pourraient me faire dormir dans la rue que je me démerderais très bien. J’ai bien réussi à le faire jusqu’à arriver ici alors… Voilà. Et puis de toute façon, y a pas de réseau, au Refuge.

Par contre, je ne pensais pas que dormir régulièrement dans un lit confortable me saoulerait aussi vite. Je pensais être capable de faire l’effort de m’adapter. Ok, ma première nuit a été une catastrophe, mais peut-être qu’avec le temps, je finirais par y arriver, que je me suis dis. Que nenni. Ça fait une semaine et je suis incapable de fermer l’œil plus de deux heures, bordel. J’ai fini par dormir par terre et c’est bien meilleur pour mon sommeil. Aram le clochard quoi. Merde, ça fait mal à l’égo. Du coup, comme je flippe un peu à l’idée que quelqu’un entre dans ma chambre alors que je dors sur le tapis à côté de mon lit -ce qui est une scène particulièrement ridicule, on est d’accord-, j’ai demandé si je n’avais pas la possibilité de dormir dehors. Parce que bon, monter une yourte dans une chambre, c’est chaud, même si j’ai de l’espace. Et je ne sais pas, ce n’est pas la même chose.

Ça fait un peu naze le bâtiment stylé de la Ligue avec un squatteur devant, puis même pour ma sécurité, ce n’est pas le top du top. On m’a donc autorisé -je vous jure que j’ai demandé avant de m’installer-, lorsqu’il n’y a pas de défis à la Ligue, à me poser dans le stade. Il est hyper grand donc je suis juste dans un coin, pas trop loin de l’entrée parce que pour pisser la nuit, je n’ai pas envie de faire cinq kilomètres non plus. En plus, même si c’est ouvert ça reste assez bien protégé des intempéries, ce qui fait que ma tente n’est pas sujette aux fortes rafales et quand il pleut, je ne me fais pas réveiller parce que je déteste la sensation de fraicheur que ça donne. Se faire inonder, ce n’est pas génial quand on pionce… Parce que sinon faut tout déménager et… je vous ais dis que c’était chiant ?

Breeeef. Je suis le squatteur du stade. Ça fait un peu bohémien pour pas dire gitan mais c’est toujours mieux que de péter un câble dans ma chambre. Je ne pense pas être claustro’, mais j’étouffe quand même à force de rester trop longtemps dans une même pièce, sans air frais aux alentours -attends c’est pas un la définition de la claustrophobie, ce que je dis ?-. ‘Fin, je ne panique pas quoi, je trouve juste que ce n’est pas confortable, c’est tout. Je crois que les gens qui bossent ici me prennent un peu pour un taré, genre j’ai fais un caprice de diva, mais dans le sens inverse. Je dois kiffer vivre dans la pauvreté, faut croire. En tout cas, je me sens quand même vachement mieux maintenant que je suis posé là. Déjà, je peux facilement laisser mes pokemon dehors et il profite de l’espace pour se dégourdir les pattes. Sans surprise Sam reste souvent auprès de moi, mais c’est parce qu’il n’a pas envie de se faire emmerder par Xaphan. Elle le colle un peu trop quand elle s’y met. Ça me fait marrer. Mon Démolosse un peu moins.

Il est en train de mâchouiller un os que je lui ai filer, couché docilement devant la tente. Il a toujours aimé monter la garde, même si ça ne sert strictement à rien ici. Quant à moi, je viens de revenir d’une douche et comme je suis un flemmard, je reste torse nu. J’ai fait l’effort d’enfiler un sarouel, quand même. Je crois qu’à un moment, on va me demander d’arrêter de m’afficher comme ça. Question pudeur, tout ça tout ça… Parce que ce n’est pas la première fois que je le fais et certainement pas la dernière. J’ai récupéré mon portable et je sors de la yourte, venant à gratouiller le sommet du crâne de mon pokemon. Il grogne un peu parce qu’il n’aime pas que je l’emmerde quand il mange, comme tous les canidés. Mais il ne cherchera jamais à me mordre, ça, c’est certain. Si je veux récupérer l’os qu’il dévore, je le fais et il n’a rien à dire. Il connait les règles. Un petit regarde derrière moi me fait arborer un sourire absurde, à la vue de la toile tendue. Je n’ai pas l’habitude de monter un campement seul, mais Malik et Izy étaient pas dispo alors… Je me suis démerdé. Je suis assez fier de moi, pour le coup.

Samaël s’arrête soudainement de manger, ses oreilles se redressant soudainement. Il m’a semblé entendre un bruit aussi. Un échange de regard et on sort de l’encadrement de la tente, nous permettant ainsi de constater qu’on est plus seul, effectivement. Mao est le premier à me reconnaitre et je lui adresse un signe de la main en guise de salutations. On ne s’est pas réellement parlé depuis que je suis arrivé ici, j’imagine que c’est l’occasion… Mais si ça avait pu se faire autrement qu’en me voyant sortir de la tente comme un clochard, ça aurait été mieux. Je m’approche d’eux vu qu’il est avec son Roigada, Samaël sur mes talons. Je sais que Xaphan doit se trouver pas loin, mais la Feunarde n’a pas l’air de vouloir se montrer pour le moment. Sam bat sa queue, regardant le pokemon eau d’un air défiant. Il n’aime pas les créatures d’eau. Mais pour le calmer, il me suffit de lui donner une petite caresse sur le museau et il me comprend.

« ‘Soir. » J’ai la flemme de prononcer le mot complet. Puis même, c’est pompeux je trouve de dire bonsoir. Alors même si j’ai du respect pour lui et que je pourrais me montrer admiratif parce que la Ligue quoi, j’ai quand même cette petite voix dans ma tête qui me rappelle que j’en suis au même stade. Avec moins d’expérience certes, mais au même stade quand même. « Euh… » Par contre, il me prend de court avec sa question, là. Ça y est, je passe pour le naze à dormir dans une tente ! Faut que je trouve un truc à dire ! J’entend Bélial rugir dans le ciel, me faisant reprendre un peu contenance. Mon regard s’échappe sur sa silhouette au loin, en plein dans les airs, me dévoilant de cette façon le ciel étoilé. La vue. Je peux dire que je suis là pour la vue non ? …. Ou sinon je peux simplement lui dire la vérité. Pourquoi je me prends la tête, en fait ? Ça ne m’empêche pas de passer ma main dans mes cheveux, quelque peu gêné. Il va me prendre pour un taré. On me prend toujours pour un taré quand je dis que je n’aime pas le confort d’un matelas. Bon allez zut, au pire je me fais griller auprès d’un de mes nouveaux collègues, y aura sans doute d’autres occasions où je vais me sentir con alors autant commencer !

« Si si, j’ai tout ce qui faut. C’est juste que… J’aime pas mon pieu. »

C’est… Un bon début ? Ok ce n’est pas exactement ça, enfin si, mais pas totalement, mais quand même. Merde à la fin. « Qu’est-ce tu fous là ? » … Est-ce que je suis seulement obligé de me montrer aussi agressif ? Je ne le suis pas d’ailleurs, en tout cas pas physiquement, mais ma formulation est foireuse et un poil trop direct -si peu, si peu-. Je ne sais toujours pas réfléchir avant de parler. J’entend Malik me hurler que je suis trop familier, même avec les gens que je connais à peine. Disons que je ne vois pas de raison de me faire passer pour ce que je ne suis pas. Ou peut-être faudrait-il quand même un peu que j’essaye, parce que s’il découvre que je suis qu’un petit con avec une grande gueule, ça ne va pas super bien se passer, en fait.

« Enfin, je veux dire… Il est tard. Et euh… Je ne savais qu’il y avait des gens qui venaient ici à cette heure-là. »

Je n’arrive même pas à évaluer si je me rattrape vraiment ou si je m’enfonce encore plus.



Fan de camping... ou pas 3MLhT5h Fan de camping... ou pas PUpP1Ej Fan de camping... ou pas RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Mao Aying

Mao Aying
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 08/07/2018
Messages : 4299

Région : Johto
Jeu 23 Jan - 18:35
Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait une tente dans le stade, c’est une grande surprise lorsque j’arrive et que je la voie. Néanmoins, je ne pourrais pas dire s’il s’agit d’une première que quelqu’un s’installe ainsi, je ne suis pas passé souvent par ici à cette heure. Je préfère entraîner mon équipe à l’extérieur et en plein jour, profitant autant que possible de soirée tranquille. L’idée d’un entraînement pour aiguiser les autres sens que la vue de mes Pokémon ne m’était pas venue avant aujourd’hui. J’ai l’impression que ça ne se fera pas, finalement. Je reviendrai un autre jour, ce n’est pas grave. Je n’avais pas pu croiser Aram depuis la cérémonie pour son arrivée, donc pouvoir lui parler un peu ce soir ne fera pas de tort. Entre collègues, c’est mieux d’avoir un bon lien. J’admets que j’aurais pu le saluer mieux que ce que j’ai fait, mais j’étais sous l’étonnement. Lui m’adresse un signe de la main en retour. À ce moment, je lui adresse également un signe de la main, me disant que cela est mieux que rien. Je me demande s’il s’apprêtait à se coucher, vu ce qu’il porte. Possible que je le dérange à un mauvais moment. Je présume que si c’est le cas, il finira par me le dire et je retournerai à mon appartement. Dans tous les cas, l’entraînement attendra un autre soir, je ne vais pas le déranger outre mesure. Même si la tente est plutôt dans un coin proche de l’entrée. ...Je songerai à ça plus tard. Pour le moment, je remarque le Démolosse qui s’approche et qui lance un regard à Qiao. Une chance, elle n’a pas particulièrement le sang chaud alors elle n’y réagit pas. Puis, le nouveau champion s’occupe de calmer son Pokémon. Tout devrait bien aller.

Tu ne comprends pas pourquoi tu te sens si dérouté par la rencontre. Certes, du camping dans le stade de la Ligue n’est sans doute pas habituel, ça te force à revoir tes plans.

Aram m’adresse un bonsoir mâché, je hoche doucement la tête en retour. Il me fait réaliser peu à peu que nous ne sommes probablement pas issu d’un milieu similaire. Puis, avant de poursuivre la conversation, il faut vraiment que je sache s’il est là parce que son appartement n’est pas prêt à l’accueillir. Je ne vois rien d’autre comme raison, qui voudrait volontairement faire du camping? C’est tellement inconfortable... De toute évidence, je le prends de court avec ma question. Elle était peut-être trop directe, j’ai parfois du mal à l’évaluer. J’aurais sans doute dû lui demander pourquoi il était là, bien que ça ne me semble guère mieux. J’essaie de penser à comment rattraper le coup, mais finalement mon interlocuteur me répond. Je n’ai pas l’habitude de ce mot pour désigner un lit, mais je comprends tout de même ce qu’il me dit. Ça n’est pas pour cela que je me montre surpris, c’est surtout que je peine toujours à comprendre. Mon lit est la crème de la crème au niveau du confort. Ça doit être la même chose pour lui, non? « Si tu ne l’aimes pas, tu peux demander à changer pour en avoir un qui te convient. » Ça me semble évident, mais il est possible qu’il ne le sache pas encore. Ça sera mieux, à mon sens, que de camper. Je ne comprendrai jamais les gens qui font ça pour le plaisir. C’est plutôt une torture pour moi. « Ils ne le prendront pas comme un caprice. J’ai fait déménager mon piano ici, c’est très délicat à transporter. » Si ça peut le rassurer. Il ne sera pas le seul à s’être fait remarquer à peine arrivé. Je ne pouvais pas abandonner mon instrument, celui avec lequel je joue depuis des années, celui qui est ajusté pour moi et qui a toute ma personnalité en lui. C’est un truc de musiciens. J’avoue que j’ai craint un refus quand j’en ai fait la demande, mais ça n’a pas été le cas.

Tu n’es pas sûr d’en avoir acheté un autre, le cas échéant. Peut-être après que la musique t’ait vraiment manqué.

Après ce que je viens de dire, je ne m’attendais pas à ce qu’il s’adresse à moi de la sorte. Pas qu’il ait l’air agressif, mais ça me donne l’impression que je ne suis vraiment pas le bienvenu ici. Pourtant, il nous faut apprendre à partager notre espace les uns avec les autres. Il ne pourra pas vivre seul dans son coin sans jamais croiser un employé ou un autre champion. Je contrôle un minimum mon visage pour ne pas sembler contrarié ou offusqué. Puis j’allais répondre, mais il me prend de vitesse pour approfondir sa pensée, et à sa façon de parler je comprends qu’il sait avoir peut-être été brusque. Un léger sourire étire mes lèvres. « Après avoir joué du piano, j’ai eu l’idée d’un entraînement dans la pénombre pour aiguiser les autres sens que la vue chez mes Pokémon », avouai-je sans détour. Ensuite, je précise un peu plus ma réflexion. « J’aime bien me lancer dans une improvisation, avoir une idée et la suivre. Je ne savais pas non plus qu’il se faisait du camping dans le stade », mentionnai-je en riant brièvement. Pas pour me moquer, juste que cette situation est assez hors du commun. « En tout cas, ça ne doit pas être habituel des champions qui viennent entraîner leur équipe à cette heure. C’est même une première pour moi. » Je ne sais pas si ces mots suffiront à désamorcer cette espèce de tension qui règne. Néanmoins, je ne peux pas retenir la question suivante. Si je ne suis pas le bienvenu, autant le savoir et m’ajuster... « Tu t’apprêtais à dormir? Je ne voudrais pas t’importuner. » C’est plutôt rare que je n’aie pas ce que je veux et que je cède du terrain aux autres, sauf que pour avoir une bonne relation entre collègues, ça me semble plutôt important. Je ne suis plus dans mon condo à Irisia, il y a des gens qui m’entourent, désormais. Il faut me faire à l’idée.

Puis, étant une personne très sociable, ça ne te dérange pas vraiment de partager ton espèce de vie avec d’autres. Cela est seulement un peu plus problématique quand ça t’empêche de mettre en place tes idées.

J’adresse ensuite un regard à Qiao qui est étrangement docile et silencieuse. Si elle pouvait aller rassurer Magearna pour qu’elle sorte de son mode Pokéball, ça serait apprécié.


Fan de camping... ou pas Signa_10
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas

Aram Faathi

Aram Faathi
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/10/2019
Messages : 390

Jeu 30 Jan - 15:50
Si j’avais su que des champions s’entrainent aussi tard dans le stade, j’aurais peut-être être revu l’endroit de mon installation. Je ne sais pas vraiment où, mais… Peut-être plus loin de la porte d’entrée, déjà. Vu la taille de la pièce, je me doute que j’aurais pu me poser quelque part sans embêter qui que ce soit. De toute façon, une fois que je dors, je suis une vraie tombe. Il faut venir me secouer pour me faire sortir de mes songes et c’est une assez mauvaise idée en fait, quand on ne s’appelle pas Malik ou Isaac. Et même, quand c’est les frangins qui me réveillent, ça me fout tout de même en rogne. Un peu moins, certes, mais je suis du genre à râler et à garder une sale humeur pour toute la journée, quand ce n’est pas moi qui aie décidé de me réveiller.

Si je suis casse-couille ? Faites genre vous n’étiez pas au courant.

Je m’approche de Mao, parce que ça ne se fait pas trop si je l’ignore alors qu’il me parle. Je n’ai vraiment pas envie de passer pour le petit con impoli, même si au fond, c’est sans doute ce que je suis. Cependant, j’aimerai essayer de nouer des liens avec les collègues, histoire de rendre mon expérience ici encore meilleure. J’ai toutes les cartes en mains, à moi de réfléchir à comment les jouer pour que ce soit à mon avantage. Il va sans doute falloir que je calme un peu mon caractère de merde, mais ça va, je crois en moi. Je suis assez confiant pour y parvenir au moins pendant le restant de la soirée. Je ne compte pas mon arrivée à la Ligue ; durant cette intégration, le monde qui était présent m’ont poussé dans mes retranchements, avec cette timidité qui ne me ressemble pas trop. Et pourtant… Pourtant. Je ne suis pas surpris d’avoir réagit de cette façon. C’est un défaut qu’il faudrait que je corrige. Pour l’heure, on est juste tous les deux alors ce comportement débile n’a pas lieu d’être.

Bref. Je bogue quand il me demande si mon appartement n’est pas disponible. Comme c’est pas du tout ça le problème, j’essaye de trouver le meilleur moyen de répondre. Et d’ailleurs… Faudrait vraiment que je réfléchisse plus, bordel. J’ai l’impression d’avoir trop pris mes aises, pour le coup. On va faire comme si de rien n’était, hein. Je ne suis pas non plus de ceux qui passent leur vie à s’excuser pour un oui ou un non -je crois ?-. Seulement quand j’estime que c’est nécessaire. Si je pouvais parler correctement, ce ne serait pas de refus cela dit. Je fais contraste de fou et ça pourrait me faire rire, en réalité. J’ai toujours du mal à croire que j’ai réussi mon entretien d’embauche alors que clairement, niveau vocabulaire, je ne suis pas le type le plus soigné. Peut-être que je vais avoir le droit à des cours de rattrapage… Oh putain la loose intersidérale quoi. Si ça arrive, mes frères vont TROP se foutre de ma gueule. Avec raison.

« Ce n’est pas le matelas le problème en vrai. » Il n’a pas compris ce que je voulais dire. En même temps, si je m’exprime mal aussi… Mais c’est surtout que mon comportement est lui-même étrange, donc pas étonnant qu’il ne pige pas. « Je n’aime pas dormir dans un lit. » Essai numéro 1 : fail. Je m’auto-saoule, je commence fort. « Ou plutôt, je dors mal. Je préfère… Je préfère dormir à même le sol dans ce cas-là. Nomade un jour, nomade toujours. » Je passe une main sur ma nuque, esquissant un sourire. Je ne sais pas comment expliquer vraiment la chose. C’est juste que je n’ai pas souvenir d’avoir bien dormi une seule fois dans un pieu. C’est… Comme ça ? Je ne pense pas être capable de changer mes habitudes, de ce côté-là. Je conçois néanmoins que ça fait de moi un type un peu plus chelou parce que je ne connais personne – à part les gens du Désert- qui pensent de cette façon. A vrai dire, même Malik et Izy se sont habitués à dormir dans une vraie chambre, quand on squattait parfois les hôtels. Mais ce n’est pas mon cas, simplement.

« T’as un piano ?! »

AH MAIS MERDE ARAM. Arrête de dire à voix haute ce que tu penses !

C’est un musicien, donc c’est hyper logique qu’il ait amené son instrument avec lui. Je le sais en plus, mais j’ai quand même une réaction impulsive et cette expression de surprise sur le visage. Il va vraiment me prendre pour un timbré, si je continue sur cette voie. Faut que je me calme. Je crois qu’en prime Sam se fout de ma gueule, histoire de rendre le truc encore plus stupide. Ré-flé-chir avant de parler. Est-ce qu’à un moment, ça va finir par rentrer dans ma ‘tite tête ? J’ai peur que non et je me sens vraiment con, pour le coup. Alors je détourne le regard, comme si je cherchais l’un de mes pokemon. Pas du tout en vrai, mais si on pouvait esquiver ce moment gênant et passer au suivant, ce serait cool. Enfin, j’aimerai qu’il n’y ait plus de moment gênant du tout en réalité. Mais parti comme je suis et me connaissant, forcément, mon naturel débilos va revenir au galop.

En plus il voulait juste se montrer sympa et me démontrer que je n’avais pas à me sentir mal à l’aise à l’idée de faire chier pour un matelas. J’ai au moins compris l’idée derrière. Et comme je continue sur la lancée de la débilité, j’enchaine en lui demandant ce qu’il fait là. D’une manière que j’aurais voulu plus gentille, faut juste croire que j’ai oublié comment on fait. J’enchaine les bourdes, j’aurais presque envie de me foutre des baffes. J’en viens aussi à regretter que mes frères ne soient pas là, ils m’auraient sorti de cette galère. En se foutant allégrement de ma tronche, mais ça aurait peut-être rendu l’instant moins gênant, moins… Pesant. C’est le zéro pointé en relation sociale. J’essaye tant bien que mal de me rattraper et je ne parviens pas à évaluer l’efficacité de mes mots. Au moins… Mao a un petit sourire sur les lèvres en me répondant. J’ai peut-être un peu sauvé les meubles, finalement.

Il me répond ouvertement et j’ai tendance à croiser les bras en l’écoutant. Pas que je sois réfractaire à ce qu’il me dit, mais étant donné que je n’ai aucune fibre artistique, j’essaye de comprendre ce qu’il me dit. J’ai aussi du mal avec son terme ; camping. Je… Je n’estime pas vraiment que c’est le sens de ce que je fais, puisque c’est comme ça que je vis depuis que je suis gosse. Mais quand j’y réfléchis plus posément, je n’ai pas non plus de mots qui pourraient convenir alors… Ça me tracasse un peu. Je devrais avoir plus d’humour sur la question, à croire que je suis un peu mal luné. Surtout que s’il voyait la tonne de coussins et de couvertures que j’ai à l’intérieur, il reverrait peut-être son jugement. Je ne sais même pas si c’est un jugement d’ailleurs, j’ai été souvent confronté à ce genre de réflexion. Mais… Je crois que l’entendre parler de piano et de mon campement ensuite me fait réaliser que je viens pas du tout du même monde et, qu’à son contraire, c’est son mode de vie qui me perturbe.

« Je… » Je ne sais pas quoi répondre, en fait. A part un « ok » qui serait sans doute perçu comme d’une froideur sans nom alors que c’est pas du tout mon intention. Alors je réponds simplement sur l’heure tardive. « Je ne sais pas, c’est le premier soir que je m’installe ici. Le staff m’a dit que ça ne posait pas de problème tant que je dégage pour les week-ends, s’il y a des challengers. Mais sinon te dérange pas pour moi si tu veux t’entrainer hein ! » Je ne voudrais pas lui couper l’herbe sous le pied, s’il est motivé après son improvisation. Je ne suis même pas sûr de comprendre ce que je veux dire et je m’agace tout seul. Comme venu de nulle part, Xaphan, ma Feunarde s’amène d’un pas trottinant pour se frotter à mes doigts. Je suis un peu tendu je dois l’avouer, mais je sais que c’est nul. Je ne vais quand même pas me vexer pour si peu ?! Et forcément, mon comportement d’agressif puéril est capté, puisque Mao me demande s’il me dérange. Ah ! Abruti !

« Non ! » J’en peux plus de moi et de mes réactions beaucoup trop intenses, pour rien en plus. « Non euh, je n’allais pas me coucher et euh… Tu ne me déranges pas t’inquiètes. C’est juste que… » Je me gratte la joue, finissant par pousser un long soupir. « Je n’ai pas spécialement aimé ton idée de camping. ‘Fin je m’emporte pour rien sans doute mais euh… Je vis comme ça depuis que je suis né alors… bref. Je suis con. » La meilleure des conclusions qui soit. Et sinon, où je veux en venir ? « Peut-être… Peut-être tu veux un peu de tisane ? Pour m’excuser de mon comportement de petit crétin agressif. » J’ai un sourire désolé, passant ma main dans mes cheveux. J’avais dit quoi avant ? Faire des efforts pour être sociable. Je ne sais pas trop si c’est vraiment réussi. En tous les cas, la tisane, c’est un truc que ma mère -puis mon père- faisait souvent, quand on se frittait avec les frangins. Ça arrivait assez souvent, quand on était petits. Prendre un truc à boire pour se poser et se calmer, tout en s’expliquant. On a toujours détesté ça cela dit, alors c’est bizarre que ce soit moi qui propose le truc mais… Voilà. BREF. Sam grogne doucement, me signalant juste qu’il a vu quelque chose. C’est vrai que je n’avais pas remarqué, mais y a quelque chose derrière Mao et je n’arrive pas à savoir quoi. Je me penche un peu pour voir, découvrant une… Pokeball géante ?

« C’est… Magearna ? » Je ne suis pas totalement teubé. Si au moins je m’y connais en quelque chose, c’est bien les pokemon. Et elle, elle est particulièrement intrigante pour un gars comme moi.

Et si ça peut permettre de détendre un peu l’atmosphère que j’ai rendu tendu malgré moi, ce serait cool.


Fan de camping... ou pas 3MLhT5h Fan de camping... ou pas PUpP1Ej Fan de camping... ou pas RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Mao Aying

Mao Aying
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 08/07/2018
Messages : 4299

Région : Johto
Lun 17 Fév - 5:15
Je ne suis pas certain de bien comprendre Aram. Il a une façon de parler que je n’ai pas l’habitude d’entendre. Cependant, je me dis que si je me plante, il rectifiera le tir. Tant que cela ne l’offusque pas, sinon ça deviendrait problématique. C’est donc avec cette pensée que je lui réponds quant à son matelas, espérant l’aider. Bien que le Comité nous accueille en précisant qu’ils sont présents pour nous, ils restent nos supérieurs et les solliciter dès le départ peut susciter de l’inquiétude. J’admets m’être posé la question à savoir si j’en faisais trop quand j’ai exigé d’avoir mon piano à mon appartement. Imposé comme une condition d’acceptation au poste de champion. Voilà quelque chose d’osé de ma part, mais que je ne regrette pas. Donc, mon interlocuteur m’apprend que le matelas ne pose pas de soucis. Il y a certainement une expression plus interrogative qui se manifeste sur mon visage suite à ces mots. Je ne vois pas du tout où il veut en venir. Puis, la précision me rend vraiment surpris. J’ai failli parler par-dessus lui, parce que comment ne peut-on pas aimer dormir dans un lit? Une grande incompréhension pour moi, qui adore faire la grasse matinée et même lire couché dans mon lit. Il m’achève en me dévoilant qu’il préfère dormir par terre... Il me faut un petit moment pour assimiler l’information. C’est une première qui me laisse un instant bouche bée. Mais après tout, il est libre de mener sa vie comme il l’entend. En juger serait inutile puis se le permettre serait ridicule. Ça ne nous apporterait rien de bon, en plus de nuire à notre relation de travail.

Tu réalises à quel point vous êtes différents tous les deux, issus probablement de mondes à l’opposé un de l’autre.

« Je dois admettre qu’il s’agit d’une première pour moi. Je n’ai jamais rencontré une personne qui préfère le sol à un lit. » Après coup, il y a un certain amusement, d’où le sourire que j’arbore. « Dans un sens, je peux comprendre le mode de vie nomade, ma mère nous a imposé des dizaines de déménagements... Tu t’adaptes bien à un style plus sédentaire? » Parce que le style de vie à la Ligue est très sédentaire. Il faut être disponible pour les entraînements, pour les entrevues, pour les shows télé, pour les journalistes, pour les combats... Pour une foule de choses qui nous tiennent occupés. Il y a certes des champions qui parviennent à habiter en dehors des murs de l’institution, sauf qu’il faut passer beaucoup de temps en déplacement pour cela. Ça n’est clairement pas pour moi. En tout cas, Aram m’intrigue sincèrement. Je me montre curieux à son égard, sans savoir si je le dérange... Vu sa façon de parler, je présume qu’il m’en avisera. Je ne m’en préoccupe pas plus pour le moment, d’autant plus que mon interlocuteur me pose une question qui m’amène naturellement à être bavard. Il a une drôle de tête en le disant, ça ne fait de nouveau sourire. « Oui, je suis pianiste professionnel. Du moins, je l’étais jusqu’à ce que j’accepte ce poste de champion », mentionnai-je en riant. Je poursuis plus sérieusement. « J’ai la fibre artistique, je sais chanter, aussi, et... dessiner, bien que je n’aime pas particulièrement cette activité », précisai-je rapidement, me demandant vaguement pourquoi le dessin est venu sur le tapis. Je n’ai pas l’habitude d’en parler aussi ouvertement, n’aimant pas les souvenirs qui y sont rattachés. J’aurais pu adorer, si ma mère ne m’avait pas tant poussé durant mon enfance pour que j’excelle dans le domaine... Elle voulait juste que je développe un talent pour être digne d’elle. Ça me répugne.

Alors que c’est dommage d’en venir à détester une activité dans laquelle tu as un talent indéniable. Tu n’es pas encore prêt à te la réapproprier.


La suite me fait me sentir quelque peu de trop, bien que j’ai aussi l’impression qu’Aram tente d’adoucir après coup. Je lui réponds donc le plus honnêtement, me disant que c’est pour le mieux et n’ayant rien à cacher de toute façon. Je le vois croiser les bras contre son torse, la pensée fugace à savoir si j’ai dit un mot de trop me vient en tête. Ou peut-être qu’il réalise à son tour que nous sommes bien différents. À sa réponse, j’avoue que je suis mitigé quant à l’attitude à adopter. Il est vrai que le stade est immense, je présume que nous pouvons en effet nous entraîner plus loin de sa tente. Sauf que... je trouve que ça serait asocial de partir dans mon coin alors qu’il est là. À moins de lui proposer de se joindre à moi si son équipe est partante, mais ce n’est pas ainsi que je le sens. Donc, je préfère demander directement s’il s’apprêtait à dormir et si je dérange, en quelque sorte. Ça m’embête puisqu’il s’agit d’un espace commun... S’il veut l’utiliser pour dormir, je suppose que je n’ai rien à redire, d’autant plus qu’il a eu l’accord. C’est une situation qui me rend de plus en plus inconfortable, alors je crois que c’était une bonne idée de valider, ou non, cette impression. Ce non spontané me surprend, mais il reprend plus posément. Ses mots continuent de m’étonner, bien que je fronce un peu les sourcils en l’entendant, surtout quant au fait qu’il n’a pas apprécié que je parle de camping. Je le laisse finir avant de parler à mon tour, souriant après la proposition de boire une tisane. Je le trouve vraiment particulier, ne sachant pas vraiment quoi lui répondre sur le coup. Toutefois, je constate qu’il n’a pas un mauvais fond. Du moins, je crois. C’est aussi inhabituel pour moi qu’une personne se désigne avec des mots insultants.

En tout cas, on peut dire qu’il t’intrigue beaucoup. Ta curiosité est piquée à vif, tu n’as pas l’intention de partir si vite, surtout après cette invitation.

« Je ne voulais pas t’offenser en parlant de camping. » Ça me paraît important de le préciser, donc je commence par le mentionner avant de poursuivre. « À ton contraire, j’ai dormi qu’une seule fois dans une tente et je dois admettre avoir détesté », dis-je ensuite en souriant face à la grande différence d’expérience. « Il y a un autre mot que camping? Je ne referai pas la bêtise. » Je lui demande sérieusement, désireux de ne pas le contrarier une fois de plus en m’exprimant plus tard dans la conversation ou lors d’une autre occasion. « J’accepte la tisane avec plaisir. Tu me feras découvrir des saveurs de chez toi? » Je ne peux m’empêcher de demander, curieux. Je ne sais pas pourquoi, je l’imagine mal avoir des saveurs très commerciales. Pourtant, il n’est pas impossible qu’il se soit servi dans la cuisine commune. À découvrir. Maintenant que nous allons bouger, j’adresse un regard à Qiao, elle met un temps avant de retrouver sa mobilité. Je crois que sa curiosité est aussi piquée. Néanmoins, sa méfiance revient quand nous entendons le grognement du Démolosse. Il a vu Magearna, ce comportement ne l’aidera pas à se sortir de sa Pokéball... Son dresseur m’interroge à son propos. « Oui. Elle est timide lors d’un premier contact, voilà pourquoi elle se trouve sous sa forme Pokéball pour le moment. » J’évite d’affirmer que les grognements ne l’aident en rien, peut-être ne recommencera-t-il pas. « Il n’y a rien à craindre de sa part. Bien qu’elle soit un Pokémon mécanique, elle a le cœur le plus pur que je connaisse. » Si elle se montre, elle ne tardera pas à démontrer la véracité de mes mots, cherchant toujours à s’assurer que tous les Pokémon autour d’elle vont bien, même ceux qu’elle connaît à peine. « Qiao, tu la rassures s’il te plaît? » La Roigada me répond d’un hochement de la tête avant de se détourner sans porter plus d’attention aux compagnons d’Aram. Pour ma part, je souris, attendant que nous bougions pour cette tisane.

Tu te demandes s’il a tout ce qu’il faut dans sa tente ou si vous devrez vous rendre à la cuisine.


Fan de camping... ou pas Signa_10
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: QG Ligue 4-