-34%
Le deal à ne pas rater :
Samsung Gear VR – Casque de Réalité Virtuelle ...
17.24 € 26.00 €
Voir le deal

Aller à la page : Précédent  1, 2
 
» Le texto du Destin

Illia Aethelhelm

Illia Aethelhelm
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 01/07/2019
Messages : 179

Région : Unys
Lun 10 Fév - 21:47
Mais qu’est-ce que je suis en train de foutre ? Comment je me suis retrouvé là ? Cette question revient beaucoup trop souvent à mon goût, et elle doit bien être le signe que depuis que Phil n’est plus là je recommence à passer ma vie à faire des choix de merde qui me mènent dans des situations dont je me passerais bien. Si au moins j’avais insisté pour l’emmener avec moi ce soir, je suis persuadé qu’on en serait pas là. Il aurait pu me calmer avant que je dérape, avec son aura apaisante. Certes elle a perdu de l’effet depuis qu’il est devenu un tutafeh, mais tant que moi je sais que c’est lui, ça marche. J’aurais aussi dû le solliciter hier soir, mais il dormait à poings fermés. Il dort plus que quand il était humain, d’ailleurs… Je me demande pourquoi. Mais c’est pas le moment de se poser la question. Tout ce que je veux dire par là c’est que quand il est là je fais beaucoup moins de merde et ça m’arrange. Là, clairement, j’ai fait fort. Je crois que pour celle-ci de connerie même Rose m’aurait foutu une calotte à l’arrière de la tête comme elle avait l’habitude de le faire quand on était ados et que j’étais en voie de provoquer une catastrophe.
Elle me connaît trop bien. Et à, dès qu’elle aurait vu mon visage changer, bam ! Une claque. Au vu de mon humeur sur le moment elle en aurait sûrement pris pour son grade, mais au moins ça aurait été justifié aux yeux d’Aram : je me retourne contre une meuf qui m’a apparemment frappé sans raison. Mais Rose est pas là, alors il faut que j’arrête de spéculer sur des scénarios qui n’ont de toute façon pas eu lieu et que je regarde ce qu’il s’est réellement passé en face : je suis un connard. Point.
Et j’aurais presque pas eu besoin de me faire engueuler pour m’en rendre compte.

Le retour de flamme est très violent. Je m’y attendais pas. Avec le recul je me dis que je pensais me recevoir de la méchanceté pure, en réponse à ma connerie. Mais au final ce n’est pas tant ça. C’est pire. Pas pire dans le sens où ça va me foutre encore plus en rogne, mais dans celui que ça me met vraiment dans la gueule que je me comporte comme un énorme connard. Et que je suis débile, aussi. Pour quiconque a déjà vu un de mes bulletins de notes ou m’a cotoyé assez longtemps c’est pas franchement un scoop, mais ça fait déjà jamais plaisir de se le rappeler. Bref, une fois qu’il a fini de parler je suis plus ou moins décomposé sur place.
Le fait que ça fait presque cinq ans que j’ai jamais ne serait-ce que cherché à sympathiser avec qui que ce soit me revient en tête. Y a eu Phil, bien sûr, mais c’est pas pareil. C’était pas une relation sociale qu’on pouvait qualifier de normale. Ca aurait jamais pu commencer avec l’idée de “sympathiser”. Impossible. Parce que dans des circonstances classiques… Même pas je l’aurais regardé. Sûrement. Et avec ce passif je vois vraiment pas comment j’ai pu imaginer une seule seconde que je serais, subitement, capable de me faire un pote. D’ailleurs ça fait combien de fois que je me le dis ça, aussi ? Je préfère pas chercher à compter, je suis probablement pitoyable.
Logiquement, après mon coup d’éclat je me dis que le meilleur truc à faire c’est de partir une fois que je me serais excusé. Ca part mal, mais j’arrive à me rattraper. Enfin me rattraper… A me transformer bien malgré moi en une espèce de serpillère misérable que je sais même pas d’où ça sort et j’ai l’impression d’être ridicule. Faut vraiment que je me casse. Alors j’essaye de l’annoncer, après avoir sorti un vieux “pardon” qui vaut ce qu’il vaut.

Mais en fait je le fais pas. Je me donnerais des baffes, sérieusement ! Seulement je réalise que j’ai vraiment aucune envie de partir, que j’ai encore un minimum d’espoir de réussir à sauver les meubles. Vraiment, je suis ridicule, mais je suis déjà les deux pieds dedans enfoncés plus profond que la tête, alors j’ai quoi encore à perdre ? Même pas les quelques balles que j’ai déboursé pour l’autoroute. Si je pars là je vais tellement m’en vouloir que je serais même pas foutu de rentrer, j’aurais trop honte devant Phil. Je me connais je vais errer et probablement dormir dehors je ne sais où jusqu’à ce que Rose vienne m’engueuler au téléphone. Et je vais l’envoyer chier. Alors Phil prendra le relais même si je comprendrai pas ce qu’il dit, et je vais ramper jusqu’à l’appartement. Super perspective de soirée, on adore. Clairement, c’est beaucoup mieux de me dire que j’aurais tenté ce que je peux pour rattraper le coup avec Aram.
Alors c’est parti pour admettre que je suis un connard, un abruti, mon sentiment d’infériorité et sous entendre d’autres trucs tant qu’on y est. Quitte à s’écraser, autant s’étaler de tout son long, ça fait moins mal quand on nous marche dessus après.
Je finis tout de même par réussir à lui dire que s’il veut je me casse, parce que dans le fond je veux pas non plus imposer ma présence s’il a juste envie que je dégage. Ce serait légitime. Et tant que j’y suis, puisque je suis déjà une vieille serpillère de merde, je sors un truc qui me fait me détester un peu plus. Le genre de phrase du désespoir comme quoi je ferais n’importe quoi pour me faire pardonner. On dirait un putain de rocabot qu’est sur le point de se faire abandonner dans une forêt par son dresseur, qu’a réalisé le truc, mais trop tard parce qu’il est déjà fermement attaché à l’arbre qui l’empêchera de le suivre. Sauf que le pokémon il a le mérite d’être mignon. Moi je suis un déchet qu’aurait peut-être même pas pris de douche de la journée s’il avait pas dû sortir. Pire qu’un putain de miamiasme !

Et là j’attend une réponse, parce qu’il reste que ça à faire. Et enfin j’ose le regarder. Son visage pas du tout rassurant qui ne m’aide pas à ne pas encore plus m’enfoncer dans la culpabilité et l’idée que j’aurais beau faire quoi que ce soit c’est mort. Pourquoi je flippe comme ça putain ? Pourquoi je me mets dans un étant pareil ? Y en a des milliers des gens avec qui je pourrais sympathiser ! Je suis sûr que parmi les amis de Rose doit bien y en avoir quelques uns qui sont pas des blaireaux et avec qui je peux très bien m’entendre. Alors pourquoi ? Parce que je suis sensée être fan de lui ?... Nan. Rien à voir. Rien à putain de voir. Parce qu’actuellement je m’en fous totalement. Non, c’est cette aprem’ où on aurait pu se faire crever par des connards dans un immeuble abandonné. Mais où c’est pas arrivé. Et on s’est bien marrés. Et je me suis senti à nouveau comme un ado capable de s’amuser, même si mon âge dit que je suis sensé être un adulte. Et je sais que cette sensation était réelle, sinon…
Sinon j’aurais jamais demandé de loopings.

Il soupire. Je me tends encore plus. Et quand il ouvre la bouche j’ai encore plus envie de me barrer. Pas parce que j’ai encore l’impression de me faire engueuler, mais parce que je me rappelle à quel point je suis un putain de connard. J’ai encore envie de m’excuser, de lui dire que ça va, c’est pas si con que ça en vrai, que c’est pas comme si il s’était mis à me parler d’un truc dégueulasse, mais je me contredirais moi-même. De toute façon j’ose pas le couper. Mais je suis quand même vraiment débile de pas m’être excusé de suite et d’avoir dit ça avant. J’aurais préféré ne pas avoir raison sur le coup, parce que j’ai l’impression que je l’ai fait se sentir encore plus mal. Peu importe le sens de “mal” ici. Ou alors j’extrapole. Qui je suis pour prétendre que mes paroles ont une telle influence ? Faut que j’arrête de me prendre pour ce que je suis pas. Raison de plus de me taire pour le moment.
Il s'ébouriffe les cheveux. Et je me questionne beaucoup trop sur le pourquoi du comment. Je fixe sa main qui bouge là… Et j’ai l’impression que c’est trop chelou de faire ça. Comme si d’un coup elle allait me sauter à la gueule, genre La Chose. Ou alors que ça pouvait être annonciateur de mauvais. En vrai j’en sais rien, parce que je me suis jamais interrogé sur ce que le fait de s'ébouriffer les cheveux pouvait vouloir dire, j’ai jamais lu ou vu d’étude sur le sujet, et je serais même étonnée que ça existe parce que tout le monde s’en fout et que ça n’a jamais tant d’importance que ça. Faut que je me calme, c’est pas possible là !

Aram se remet à parler et… Bordel. Je suis sur le cul. Et pas parce que je suis assis et que j’essaye de faire une blague toute naze. Je cligne plusieurs fois des yeux, comme si ça allait régler le problème que je pense me déceler aux oreilles. Et au final je suis laissé avec la gueule d’un magicarpe surpris parce que j’arrive franchement pas à croire qu’il vient de dire qu’il m’apprécie. Encore avant mon coup d’éclat, pourquoi pas, ça parait logique sinon il m’aurait jamais invité, mais à cet instant c’est putain de surnaturel. A moins qu’il parle en général, et là ça a plus de sens. Même si j’ai toujours du mal à recevoir l’information. Encore plus quand il me parle de son ressenti sur l’après-midi qu’on a passé ensemble.
Je… J’ai du mal à suivre la suite. Parce qu’il parle vite, pis aussi parce que mon cerveau est en train de faire un truc de gros gamin qu’a compris qu’il allait probablement avoir ce qu’il veut alors il a plus envie de prendre la peine d’écouter le reste. Bien sûr je le fais quand même et j’essaye d’être attentif pour bien comprendre ce qu’il me dit, parce que je suis pas sensé être un gamin, mais c’est dur ! Dans un coin de ma tête j’ai peur de m’emballer trop vite, mais même pendant qu’il me rappelle que je suis aussi réveillé qu’un ramoloss en phase terminale, j’ai une sorte de petite voix en arrière plan qui me sort un grand “yeaaaaaaaaaaaaah” incontrôlable. Objectivement c’est pitoyable. Mais subjectivement je m’en fous de ce que l’objectivité peut bien dire.

Son démolosse aboie et ça me remet un minimum le cerveau en place parce que je me souviens des regards noirs qu’il m’a lancé. On sait jamais, qu’il lise mes pensées sur ma tronche d’abruti ou je ne sais comment, il pourrait trouver que je suis complètement culotté et viendrait me bouffer le mollet en représailles. Comme je suis déconcentré du discours d’Aram, je peux enfin prêter un peu attention à Rubis du coin de l’oeil et je vois qu’il me regarde d’un air perplexe. Un peu le même que quand, ado, j’ai eu mon premier gros bouton et qu’il a cru que je me transformais ou je ne sais quelle connerie qui a traversé son esprit de pokémon qui avait jamais vu un homme calculette de près. Heureusement pour lui que la vie a été clémente avec moi sur ce point, il aurait été paumé le pauvre. Mais bref, ce regard m’indique que je tire définitivement une drôle de tronche alors je fais au mieux pour me défaire de la gueule du magicarpe surpris qui sautille dans la cascade avec entrain. En plus Aram sort un gros “bref” alors faut que je redevienne un peu sérieux.
Il me fixe. Je le fixe. J’ai peur qu’il parte en duel de regard parce que c’est le genre de trucs qui peut me donner envie de taper des gens s’ils ont le malheur de me dévisager un peu, même que c’est comme ça que je me suis fait virer de mon ancien travail, mais non il parle. Ouf.

… Je sais pas du tout comment prendre ce qu’il me dit. Genre t’as cru que moi je te comprends ? Si c’est le cas il est à milles lieues de la vérité. Rien que sa gentillesse, c’est complètement sorti d’un autre monde pour moi. Et ce qu’il fait actuellement aussi, à continuer de me parler alors que je l’ai insulté comme je l’ai fait. Cependant je ne ressens pas d’hostilité dans ce qu’il vient de me dire, alors… Alors je vais continuer un peu de fermer ma gueule. C’est pas le moment de lui renvoyer ses arguments dans la tronche. Surtout que c’est même pas un débat, alors… J’ai pas à me sentir obligé de parler. De toute façon je suis bien trop occupé à bénir intérieurement mon égoïsme de m’avoir fait garder le cul sur cette chaise plutôt que de m’être cassé après ce qu’il me dit. Comme d’habitude, ce qui me paraît être la solution appropriée aurait été le pire truc à faire, pour pas changer. Je suis très content de ne pas l’avoir écouté pour une fois.

Bon, évidemment y me pardonne pas, ça aurait été trop facile, mais il veut pas que je parte alors c'est déjà ça. J'ai l'impression qu'il me donne une deuxième chance et immédiatement je me fixe sur l'idée de pas la foirer. Puis j'abandonne ça, au moins un peu. Je me connais, si je commence à me mettre un truc en tête aussi fort je vais juste stresser et ça va encore me faire dire ou faire n'importe quoi. Il faut que j'arrive à me détendre, sinon… Sinon il pourra jamais passer la soirée tranquille dont il dit avoir envie. En vrai, si je veux être parfaitement honnête avec moi-même, je ne sais pas si je serais capable de me détendre pour de vrai, parce que j'ai quand même une sorte d'épée de damocles au-dessus de la tête. Le mot est sûrement très fort, mais c'est histoire de dire que si je me laisse encore emporter par des émotions provoquées par des complexes à la con mon espoir de réussir à devenir son pote ce sera définitivement mort. Je sais pas trop si mon expression avait changé depuis tout à l'heure, mais quand je me fais traiter de limonde mes sourcils se froncent. Au vu du sourire qu'il m'adresse, je comprends qu'il essaye sûrement de me provoquer gentiment, mais genre… Limonde quoi ! Même un golgopathe c'était mieux. Limonde merde !! Ok j'ai pas forcément la meilleure face du monde, avec mes traits qui donnent l'impression que je fais la gueule tout le temps alors que c'est juste ma tête normale, mais quand même !... Putain limonde !!
Je hoche tout de même la tête pour lui signifier que cette fois je comprends et que j'accepte ce qu'il vient de dire. Passer une soirée tranquille à dire des conneries, ça me paraît parfait comme programme. Mais y a un truc que je peux pas laisser passer :

- C'est toi le vieux limonde là !, la répartie la plus pauvre du monde, mais pour reprendre la parole après l'avoir écouté aussi longtemps c'est déjà bien. En espérant qu'il le prendra pas comme une insulte parce que là c'est moi qui ragequit.

Après coup, je songe que c'est pas forcément le meilleur truc à dire après tout ça, du moins pas comme entrée en matière, mais je sais pas… Ca faisait un peu cri du cœur. Déjà parce que limonde c'est pas possible et je compte pas me laisser traiter de ce pokémon hideux, mais aussi parce qu'il a clairement lancé une invitation à ce que le ton redevienne plus léger. J'aurais beaucoup de choses à dire sur les mots qui ont été prononcés, comme par exemple à quel point je suis content en vrai qu'il m'ait jugé digne de confiance même si j'ai tout fait foirer alors c'est peut-être mieux que je la ramène pas en fait. Ca m'embête vraiment de pas vraiment pouvoir répondre avec sincérité moi aussi, mais je me connais je vais tellement alourdir la conversation et en faire des caisses sans le vouloir qu'on va couler comme des ancres. Et en plus après coup j'aurai probablement honte, mais pas une bonne honte. Celle qui me fera penser que je suis un gros naze et qui risque de faire ressortir des sentiments négatifs encore parce que je suis un boulet. Alors… Alors je vais rien dire et je verrai plus tard si j'ai l'occasion de caser des bribes de ce que je pense. Pour le moment, je vais me contenter d'aller dans son sens. C'est pas plus mal, en plus, de vouloir se détendre un peu après ce que j'ai provoqué.
Il se remet à manger et ça achève de me rassurer. Alors je me détend aussi et je reprends ma bouffe dans mes mains, même si pour le moment je mords pas dedans. Je sais pas trop pourquoi, je prends quelques secondes pour le regarder manger. J'espère qu'il ne me remarquera pas car c'est sûrement bizarre de bloquer comme ça, mais je sais pas… Je veux m'assurer de son expression. Que j'ai pas encore tout compris de travers et que je vais recevoir un retour de flamme si je reprends un comportement "normal". C'est pas le cas, apparemment, alors je m'apprête à prendre une bouchée quand il me pose une question qui me fait faire un gros :

- Hein ?

Ca y est. Trente secondes et je passe encore pour un abruti. Le pire, c'est que ça doit même pas être mon record en général. Mais en même temps… Ce que je veux faire après manger ? Genre c'est moi qui choisit ? Au vu de l'état de mon porte-monnaie à part proposer de se balader dans la nuit… Et clairement je peux pas proposer ça. C'est complètement naze comme idée, et même moi j'ai pas envie, surtout que les balades nocturnes au clair de lunes ou lampadaires, comment dire que c'est pas une activité que je vois immédiatement associée à une relation de potes ? Ou alors faut être vraiment amis, genre avec Rose, mais là euhm… Non. Clairement non.

Avant que je puisse mieux répondre il me rappelle qu'il a pas oublié ma phrase de désespéré que j'assume pas et j'ai clairement compris qu'il compte la réutiliser contre moi plus tard. J'aurais sûrement mieux fait de fermer ma gueule sur celle-là, ça m'aurait rendu moins pitoyable, mais bizarrement ça me fait sourire. Genre "vas-y, invente ce que tu veux t'arriveras pas à me mettre mal à l'aise". Ce qui est un putain de mensonge car en réalité ça va pas être dur, mais je veux au moins essayer de lui donner l'impression que ce sera une tâche impossible pour qu'il soit peut-être plus enclin à oublier. Après coup, je me dis que la provocation est sûrement pas la meilleure méthode pour ça avec lui, mais c'est déjà trop tard. Faut que je réponde à sa question d'avant.
Le problème c'est que j'en sais rien ! J'ai plus de potes depuis que j'ai quinze ans ! Je me suis coupé de toutes mes relations sociales, même Rose, et… Et la seule personne que j'ai eu avec moi depuis c'est Phil. Et je l'ai jamais considéré comme un pote, donc j'ai jamais fait de trucs de potes avec lui. Enfin peut-être que si, mais je m'en suis pas rendu compte. Difficile de se dire qu'on fait une activité dans le but de sympathiser quand tout ce que t'as en tête comme objectif pour la soirée et d'essayer de faire en sorte que tes sentiments amoureux deviennent réciproques. Mais je peux pas laisser un gros blanc, ça le fait pas, j'ai pas envie que ça lui donne l'impression que j'envisageais même pas de passer plus de temps avec lui que le repas.

- Et pour après euh…, très bonne entrée en matière considérant l'objectif que j'essaye d'atteindre. Alors je me torture un peu l'esprit, mais en piochant plus dans les films que j'ai vu plutôt que dans la vie réelle vu mon expérience inexistante. Et y a une idée qui me vient, un truc que j'ai jamais pu faire. Boire !, yes, paye ta manière d'annoncer ça comme si t'étais un gros soulard. Enfin je veux dire, y a un bar pas trop trop loin qui m'a toujours paru cool vu de l'extérieur alors si c'est ton truc… Ca pourrait être l'occas' ?

Dans les films c'est un truc que les potes font souvent pour discuter. Puis je trouve que c'est une bonne activité pour correspondre à son envie de passer une soirée tranquille à raconter des conneries. Phil aimait pas les bars, il avait de mauvaises expériences dans ces lieux avant de me connaître et il a jamais trop aimé qu'on y aille. Il l'a fait parce qu'une fois que j'ai eu dix-huit ans je voulais absolument en tester, mais c'était dans une autre région. Ce bar à Volucité, on l'a repéré y a longtemps avec Rose. Je suis passé devant en venant, donc je sais qu'il existe toujours. Quand on était ado, on se disait qu'on irait fêter mes dix-huit ans là-bas. Et elle m'avait promis de jamais se faire ce genre de sortie tant que j'étais pas majeur, pour que notre première fois à se souler ce soit ensemble. On l'a jamais fait. Mais je sais qu'elle m'a pas attendu finalement, pourquoi elle l'aurait fait ? Ca aurait été complètement con. Pis moi non plus, je l'ai pas fait. J'ai même pas attendu mes dix huit ans pour être torché, même si c'était pas dans un bar. Même la première fois qu'on en a parlé, j'avais déjà fini la tête au-dessus des chiottes. Sans qu'elle le sache bien sûr.
… Je suis sûr qu'elle savait.

- A moins que tu veuilles une valeur sûre plutôt qu'un test et là… Euh…, 'tin mais j'aurais pas pu m'arrêter avant ?! Maintenant soit je laisse ma phrase en suspens, ce qu'est pas une option soit j'admets. Je bois une grande gorgée de mon soda. Et bah j'en sais rien. Ca fait je sais pas combien de temps que j'ai pas traîné à Volucité et je suis jamais sorti dans un bar avec un pote ! C'est ça que je veux tester en fait, ça c'est dit. Après Volucité c'est la ville d'Unys où tu peux trouver tout et n'importe quoi n'importe où donc si t'es partant pour des trucs qui bougent plus genre… Un bowling ou un laser game y a des zones t'en as limite à tous les coins de rues !... Mais spoiler : je te bats !, je lui rend son sourire provocateur, moi aussi je peux le faire ! La serpillière elle est partie !

J'ai proposé le bar, et ça me plairait, mais dans l'absolu tout me va. Et nique mon porte-monnaie. J'ai pas envie que des restrictions financières me ruinent la chance qu'il a la gentillesse de me donner. Je me remets à bouffer, et le gras, associé à l'ambiance lourde qui est retombée et le fait d'avoir répondu un peu sincèrement, putain que ça fait du bien, me font sourire comme un gamin. Je suis trop content d'être là.


    Le texto du Destin - Page 2 Signa412
    "Par-delà le réel, nous serons."
    boite à trucs ::
     
Revenir en haut Aller en bas

Aram Faathi

Aram Faathi
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/10/2019
Messages : 390

Ven 14 Fév - 17:21
On dirait tellement un chien, quand je fais ça. Ce truc-là, avec mes cheveux. Je perds le fil de mes pensées et faut croire que m’ébouriffer les cheveux m’aide à reprendre un peu de contenance. Izy m’a déjà fait la remarque que je ressemblais à Sam quand j’agissais ainsi -tel pokemon tel maitre ?-… avant de me demander si j’avais des puces. Gniah gniah gniah. Cela dit, ce n’est pas le premier à me dire que, parfois, j’ai des comportements assez similaires à celui de mon starter. Comme ça fait… Treize ans qu’on est ensemble, on peut comprendre que nos attitudes sont assez similaires, parfois. Je ne sais pas trop s’il en est de même avec les autres dresseurs ou si c’est juste moi. Mais je pense quand même qu’on est plusieurs dans le même cas, ce qui me fait me demander si Illia ressemble à Rubis et vice-versa. Un peu, sans doute. Cependant, ce n’est pas le moment de m’attarder là-dessus.

Actuellement, je suis en train de chercher mes mots. Je partais, de base, sur mon humeur massacrante avec la ferme attention de le rembarrer. Ce qu’il m’a dit est toujours fermement coincé dans ma gorge et ça malgré ses excuses. Mais, en même temps… Est-ce que j’ai vraiment envie que tout s’arrête là ? Si j’adopte à nouveau mon comportement glacial, je sais que je ne vais pas tenir longtemps. Je sais que je vais repartir en vrille et, finalement, claquer la porte et me barrer. J’ai un peu baissé de ton et je suis descendu dans les tours, cependant, j’ai toujours cette frustration au fond qui me bloque. Accompagné, rapidement, par cette volonté de dégager ce quiproquo du mieux que je peux. Mais, étant donné qu’il s’est foutu de ma gueule parce que j’ai été trop honnête la première fois, est-ce que je ne vais pas me prendre une nouvelle soufflante dans la face ? Wait & see.

Je déballe la première partie des trucs qui me passent par la tête. J’essaie d’expliquer avec des mots simples, mais avec un débit sans doute un peu trop important. Il manquerait plus que j’en vienne à oublier bêtement de respirer et enchainer sur une crise d’asthme, comme ça j’aurais l’air encore plus con. Ça n’arrive pas, dieu merci et c’est Samaël qui me fait revenir à la réalité, bien que je m’agace un peu. J’ai l’impression que les gens nous regardent encore plus qu’avant. Je ne sais pas si c’est moi qui deviens parano depuis ma nomination, mais j’ai de plus en plus cette impression constante d’être observé en coin, partout où je vais. J’imagine que c’est le lot des gens célèbres et que je l’ai cherché, puisqu’en plus j’ai mes fringues que je porte durant les combats de Ligue… Mais j’ai vraiment beaucoup de mal à m’y faire. J’étais au courant en prenant la place, on m’avait prévenu, plus ou moins. Mais j’ignorais que ça me rajouterait stupidement du stress comme ça. Comme quoi, je suis toujours aussi débile.

En vrai, c’est quand même assez libérateur, pour moi, cette « dispute ». Je ne me suis pas réellement confié à mes frères, pour une raison qui m’est obscure. Peut-être que je ne veux pas leur donner l’impression que je regrette mon choix. Je ne le regrette pas d’ailleurs, c’est juste… J’ai du mal à m’adapter. Cette nouvelle vie change tout, pour moi. Je ne suis plus nomade, j’ai un chez moi que beaucoup me jalouse. Je devrais être fier mais… Je fais face à des difficultés à l’accepter. Sans compter que je n’ai jamais passé autant de temps loin des frangins. Evidemment, je ne le dis pas à Illia parce que clairement, c’est tendre le bâton pour me faire battre. Mais, du coup, je suis constamment entouré de gens qui me respectent un peu trop pour de mauvaises raisons -à mon sens- et avec qui j’ai du mal à tiser des liens. Des vrais liens, je veux dire. Quand ça commence par m’appeler « Monsieur Faathi », c’est comme si je mourais de l’intérieur. Laissez-moi vous dire que je meurs souvent, quand je suis avec Alice. J’ai pris l’habitude de l’appeler par son prénom, pour qu’elle comprenne qu’elle peut en faire de même pour moi. Ça ne marche pas. Je lui ai dis de le faire texto. Ça ne marche pas non plus. Pff.

Je m’éloigne vachement du sujet, c’est magistral.

J’ai réussi à dire les choses et tout ce que je constate, c’est la gueule d’abruti qu’il affiche face à tout ça. Illia ne s’attendait surement pas à ces révélations et pour tout dire, moi non plus. C’est sorti comme ça, sans le moindre filtre, sans la moindre réflexion. Pourquoi réfléchir à ce que l’on dit, hein ? Je le fais assez au boulot et ça ne fonctionne pas à tous les coups, voire jamais parce que je suis un sanguin de nature, alors fuck. Je ne vais pas me restreindre encore quand je suis en congés -que je me suis gracieusement offert certes, mais en congés quand même-. Je marque une pause, dans mon récit. Vu la longueur de ce que je dis, on pourrait presque croire que je suis en train de lui pondre un roman. Surtout que je n’ai pas fini. L’aboiement de Sam m’a au moins permis de marquer une petite pause, permettant aussi à mon interlocuteur de se reprendre suite à un regard lourd de sens de son reptile.

Je reprends là où je me suis arrêté, du coup, non sans l’avoir observé un moment. Au moins, il tient mon regard. Je crois que ça m’aurait agacé qu’il regarde à nouveau le sol, puisque je ne fais plus preuve d’agressivité comme tout à l’heure. J’essaie d’être le plus honnête avec lui, avec moi-même aussi par la même occasion. Ça ne pourra que m’être bénéfique, plutôt que de partir en vrille comme tout à l’heure. Même si c’était justifié. Je n’ai vraiment pas envie que la soirée se stoppe comme ça sur une engueulade à la con à cause d’un bête malentendu. Ce serait vraiment débile… Je crois que mes paroles peuvent être interprétées comme une deuxième chance. C’est sans doute parce que c’est le cas. En revanche, je sais aussi qu’il n’y en aura pas de troisième et je pense avoir été assez clair sur ce point. Je ne vais pas lui rabâcher encore et toujours cette rengaine et je ne suis pas du genre à me répéter. En revanche, je suis rancunier alors je serais peut-être un peu plus sensible que s’il ne s’était rien passé… On verra bien.

Je lui balance une petite insulte gentillette. Enfin, un Limonde, j’y vais quand même un peu fort, surtout que je ne le pense absolument pas. Mais sur le coup, ça m’a amusé et ça permet de rajouter un peu de légèreté à mon monologue. Il n’a rien dit depuis tout à l’heure, sans doute parce qu’il n’y a rien à dire. Je n’attends pas de réponse. Je n’ai pas envie de tergiverser pendant des lustres sur ce qui vient de se passer. Analyser la situation, la décortiquer, essayer de comprendre le point de vue de l’autre… Pouah, c’est super chiant en vrai ! Je n’ai pas du tout envie de ça, merci bien. Je préfère partir sur une base plus saine, pour nous deux. On a dit ce qu’il y avait à dire, je pense. Si j’en crois le hochement de tête qu’il m’accorde, il parait d’accord avec moi. Parfait. Je me sens mieux, maintenant. Je vais pouvoir reprendre ma bouffe là où je l’ai laissé, non sans demander silencieusement à Samaël de calmer ses ardeurs. Si je me suis calmé moi-même, il peut en faire de même.

Et le seul truc qu'il rajoute, après tout ça… C’est de me rebalancer ma vanne à la figure comme un gosse de cinq ans. Et encore, je suis méchant avec le gamin. Je le laisserais bien se demander comment je vais réagir, le faire flipper un peu mais c’est trop tard. Je suis déjà en train de me marrer. Il a compris que je voulais partir sur une ambiance plus posée, quitte à s’envoyer des vacheries à la gueule en non-stop. Quand ça n’est pas réel, ça ne me dérange pas. Quand c’est sur le ton de la taquinerie ou de la plaisanterie, j’adore. Comme quand on s’est retrouvé, tout à l’heure, en somme. Ça me semble plus sain, comme relation. Je suis content qu’il a compris où je voulais en venir. Je ne rajoute rien parce qu’on ne va non plus se traiter de Limonde à chaque fois, mais l’amusement est là. Ça me permet de croquer un bon coup dans mon doner et de sentir tout le gras couler dans ma bouche. J’ai l’impression qu’il a meilleur goût que tout à l’heure. J’en viens, naturellement pour moi, un peu moins pour Illia, à lui demander ce qu’il veut faire après la bouffe. A l’allure où j’engloutis tout ça, je pense qu’on ne va pas non plus trop s’éterniser ici. J’ai cette paranoïa qui continue à me trotter en tête et j’aimerai m’en débarrasser. Surtout que bon, se sentir observer quand on mange, ce n’est pas le truc le plus agréable.

On dirait que je viens de lui faire une révélation de fou, sa réaction première étant des plus instinctives. Ça a le mérite de me fait rire vu que toute la tension de tout à l’heure est retombée. Ça fait la deuxième fois que je le surprends, il me semble. Voir sa tête de choqué là, ça m’amuse beaucoup trop. Je me demande si je peux encore la faire s’afficher avec d’autres remarques… ça va être le défi du soir. L’idée reste quand même de ne pas le mettre mal à l’aise, ce serait contreproductif. J’aimerai éviter de lui donner des raisons de reprendre son comportement de connard, ça mettrait un terme à cette soirée. Et ce serait très con. J’ajoute aussi que je n’ai pas oublié sa phrase de désespéré là, celle où il me disait qu’il ferait n’importe quoi pour se racheter. J’interprète son sourire comme de la provocation ; ok mec, je prends le pari. Challenge accepted. Je ne vais pas l’appliquer maintenant parce que ce ne serait pas marrant, mais je garde l’information dans ma tête et ça débarquera quand il s’y attendra le moins… Ou pas. Il parait que je suis un peu trop prévisible dans mes conneries, j’espère que ce ne sera pas le cas ce soir. Ça me motive bien en tout cas de le surprendre avec une débilité de mon cru. On va se marrer.

Et finalement, il répond à ma question. Oh purée. Cette spontanéité… ça me fait trop rire. On dirait moi, mais je ne sais pas si c’est un compliment. Une nouvelle fois, j’ai laissé échapper un rire et je garde le sourire aux lèvres. Son idée me plait bien. Durant ce mois d’enfer, je n’ai pas pu me prendre une soirée tranquille dans un bar avec les frangins, une vraie honte ! J’ai des besoins, moi. Bon ok, se saouler la gueule ce n’est pas vraiment un besoin vital, mais partir sur une bonne grosse murge, je suis totalement emballé. Je vais sans doute passer pour un blaireau, il parait que je suis encore plus abruti quand je suis alcoolisé mais ça ne me dérange pas du tout. Ça me permettra de me détendre vraiment, que je me dis. Espérons juste… Espérons juste que je parvienne à calmer mon tempérament de dragueur nul. Je ne sais pas trop pourquoi mais lorsque je suis bourré, faut que je m’attaque aux mecs que je trouve mignons et/ou sexy. C’est con, surtout que niveau râteau, j’ai tendance à les enchainer quand je suis comme ça… Mais parfois ça marche quand même. Et c’est bien aussi, quand ça marche. C’est même mieux.

Mais bon, je n’ai pas trop envie non plus de laisser Illia en plan pour me jeter sur le premier type venu. A moins que…
Bon le cerveau, tu te calmes.


« Picoler me parait un programme parfait ! »

Au moins il ne se sentira pas seul dans son côté saoulard. Comme il a validé le restaurant et que je me régale pas mal, je compte aussi lui faire confiance pour le choix du bar. Surtout s’il s’agit en prime d’un endroit où il est curieux d’aller… ça fera d’une pierre deux coups, comme ça ! Au pire, si vraiment c’est naze, on changera d’endroit et puis c’est tout. Il saura qu’il ne faut pas y retourner et moi aussi, du coup. Je ne connais pas du tout la ville, même si ça fait plusieurs fois maintenant que j’y reviens et je crois qu’au fond, je l’aime bien. Va savoir si c’est parce qu’il y a, à proximité, un désert qui me rappelle mon chez moi. C’est peut-être un peu crétin comme raisonnement. En tous les cas, découvrir un peu plus cet endroit me parait assez cool pour que je me laisse tenter.

Il continue, pour me donner plus de choix j’imagine. Il parle d’une valeur sûre, je me dis que du coup si le bar qu’il veut tester est vraiment trop pourri on aura un autre endroit pour le repli stratégique. C’est chouette ! Mais en fait… Non. Il n’a pas de solution à apporter et ça me fait marrer. Merde, je suis vraiment trop bon public ou vraiment débile ? Je ressemble presque à l’une de ses cruches qui rigolent comme des gourdes face à leur crush. C’est ridicule, putain. Je mets ça sur le dos de la pression qui est retombée, suite à mon coup de sang, suite à ce mois hyper stressant qui est derrière moi. J’ai besoin de me détendre, ça devient urgent. En plus il avoue qu’il veut tester une sortie dans un bar avec un pote et j’avoue que ça m’intrigue aussi. Une soirée dans un bar sans les frères en étant célibataire… ça peut donner un truc fun, surtout si on reste sur cette ambiance décontractée. J’ai un sourire sur les lèvres alors que je suis toujours en train de manger, j’ai quasiment fini mon kebab et il me restera qu’un cheese et quelques frites. Ok c’est un détail, on s’en bat les couilles, mais c’est important de le notifier, tout de même.

Il me tease pour d’autres activités, au cas où. J’arbore à nouveau mon sourire provocateur quand il affirme de but en blanc qu’il me bat facile. Il me teste ce con. Je ne peux pas me laisser faire. Mais, en même temps… Faut pas que je joue la carte du petit crétin arrogant si c’est pour me foutre dans la merde. « Je suis plutôt bon au bowling. Je suis sûr que je t’écrase easy. » J’accentue plus mon sourire, j’en viens quand même finalement à me calmer un peu, pour la suite. « Les laser games par contre… Je suis un peu sceptique. » C’est facile de voir que ça me hype pas autant que le bar. « J’en ai fait qu’une seule fois et je dois dire que ce n’était pas une expérience très… Plaisante. Déjà les endroits clos où t’as juste la clim qui te procure de l’air j’évite un peu parce que… Ben tu sais, asthme tout ça. » J’ai un peu de mal à évoquer ma maladie, sur le coup. J’ai encore son « petit asthmatique de merde » qui résonne à mes oreilles et je n’ai pas envie de me gâcher le moral à cause de ça. En même temps, j’ai commencé ma phrase et faudrait que je termine. Je ne peux pas avoir peur de lui raconter des trucs toute la soirée, craignant qu’il vienne de nouveau à m’insulter comme tout à l’heure. J’ai envie de croire que je peux parler sans me restreindre, quitte à ce qu’il me dise si je suis idiot, mais sur le ton de la plaisanterie. Tout à l’heure, c’était un peu trop… Agressif. « Quand j’y suis allé avec mes frères, on était dans une salle beaucoup trop chauffée, ce qui faisait que l’air était hyper étouffant pour n’importe qui. » Un peu comme un désert t’sais… Mais je ne fais pas la comparaison parce que ce n’était pas la maison. Je suis habitué quand l’air est naturel, pas soufflé par des conneries de machines. Je me comprends. « Le plastron me défonçait le torse parce que mal foutu, et évidemment, il a fallu qu’un petit con me rentre dedans. Bim, en plein dans la poitrine. J’ai eu le souffle coupé à fond, j’ai fait une crise ettttttt… ‘Tain, je crois que si j’avais pu le butter ce sale gosse je l’aurais fait. J’avais envie de fracasser son père aussi. » Qui était, évidemment, de la même trempe, un crétin sans cerveau qui a trouvé ça marrant que je m’étouffe. Ahahaha, un joueur en moins on va gagner. Mongole. Gros mongole. Bon après, Malik lui en foutu plein la gueule et il en a pris pour son grade, assez pour que le morveux vienne me présenter des excuses quand j’ai fini par retrouver une respiration normale. Je l’ai tellement envoyé chier ce baltringue.

« Bref, on s’en fout au final. »

J’ai un petit rire, j’ai aucune idée de ce qui m’a poussé à lui raconter tout ça. L’idée c’était juste de lui dire que je n’étais pas chaud pour le laser, mais en même temps lui expliquer que ce n’est absolument pas parce que j’ai peur de perdre contre lui. Cependant, me défendre sur la base de cette histoire-là… Ce n’est pas très malin. Il va se foutre de ma tronche, avec raison j’imagine. Je vais essayer de le prendre bien, si ça arrive. Je m’y prépare, mentalement.

« Ok donc ce que je propose de faire, du coup. On finit de manger, tranquille, on va tester ton bar. On picole, on picole… Et on picole. Si jamais c’est trop nul on en trouvera bien un autre, ça ne doit pas manquer dans une ville aussi grande. Et ensuite… On avisera ? Dépendamment de nos états respectifs et des activités aux alentours. Tu tiens bien l’alcool ? »

Ça peut être intéressant de savoir. Moi j’ai plutôt une bonne descente mais je deviens rapidement relou, même si je tiens en endurance. C’est d’ailleurs sans doute le seul domaine où j’en ai, de l’endurance. Mais ça, il le découvrira par lui-même de toute façon. Je ne vais pas lui gâcher la surprise. Cependant, tout à coup, j’ai une révélation. Enfin, pas vraiment puisque mon regard s’est posé un peu autour de moi et que j’ai vu le panneau d’interdiction de fumer, mais faut quand même que je demande. « Juste… C’est quoi la règle ici vis-à-vis de la clope ? Je sais que dans certaines régions il est interdit de fumer dans les lieux publics, mais ça se fait dans d’autres. Et euh… J’aimerai éviter de me retrouver dans un aquarium. La cigarette et le parfum bon marché, c’est les deux trucs qui me font partir en crise à une vitesse hallucinante. » J’espère qu’il ne fume pas, d’ailleurs. Je n’ai pas senti non plus trop de parfum non plus… Après j’exagère quand je parle de fragrance cheap, mais souvent les gens qui en portent, t’as l’impression qu’ils se sont baignés dedans et… Irk.

J’espère sincèrement que j’ai raison de me détendre comme je suis en train de le faire. Le programme de la soirée me parait vraiment cool et j’aimerai le voir s’appliquer, avec plus ou moins d’écart. Il a l’air motivé, moi aussi. Par contre… J’ai l’impression d’être une vraie pipelette, pire qu’une gonzesse. Je reporte, donc, mon attention sur la fin de mon kebab, histoire de fermer un peu ma gueule.


Le texto du Destin - Page 2 3MLhT5h Le texto du Destin - Page 2 PUpP1Ej Le texto du Destin - Page 2 RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Illia Aethelhelm

Illia Aethelhelm
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 01/07/2019
Messages : 179

Région : Unys
Lun 17 Fév - 19:58
Ca aurait pu tellement mal se finir. C’est le genre de phrase que je me suis pas dit depuis un moment, et quand j’y pense c’était dans des contextes tellement différents que j’ai l’impression qu’elle est pas du tout adaptée à la situation présente. Alors que si. Avant c’était : ça aurait pu mal se finir si j’avais pas eu la gueule assez défoncée pour m’empêcher de parler et que j’avais provoqué ce mec qui avait le pied déjà tellement appuyé sur moi qu’il était à deux doigts de me briser les côtes. Maintenant c’est passé à : ça aurait pu mal se finir si Aram était moins sympa. C’est clairement pas la même mesure, mais je crois que le second cas a réussi à me faire bien plus flipper que le premier. Sûrement parce que c’est beaucoup plus inhabituel que moi qui fait le con et qui souffre physiquement en retour.
Il faudrait que j’arrête, ça, d’ailleurs. Avant d’avoir trop de traces, de me retrouver avec des blessures qui se soigneront jamais réellement ou la gueule définitivement de travers. Mais une fois que je suis par terre parce que je suis tombé sur plus fort ou plus nombreux que moi, il me reste quoi à part ouvrir ma grande gueule ? Rien. Alors je le fais même si je sais que les conséquences vont être désagréables. On a bien vu dans le désert, quand j’ai répondu à cette salope qu’aurait méritée que je lui mette mon poing dans la gueule à la place. Mais bon, maintenant faudrait que je me pose la question de ce qui est pire entre la douleur, les traces indélébiles, ou les engueulades de Rose maintenant que je vis avec elle.
Ce que je sais, c’est qu’à l’instant ça me paraît quand même moins pire que de me faire pourrir dans un kebab.

Alors forcément quand je constate que ça va mieux se passer, que j’ai pas juste balancé une bombe sans le vouloir qui a tout détruit, je me détends. Un peu trop même je crois, parce que c’est limite si j’ai pas l’impression que j’ai un petit ouisticram qui saute partout à la place du cerveau. Mon comportement de connard a pas tout fait foirer. Bordel, ça fait longtemps que j’ai pas eu l’occasion de dire ça. Même si encore un fois je suis sauvé plus par l’extérieur que par moi-même, je me sens un petit peu fier d’avoir réussi à pas juste repartir sur ma lancée après m’être fait engueuler. Je me connais, j’aurais pu. Avec le recul je me dis que ça aurait déçu Phil, alors j’ai bien fait.
De toute façon c’est pas comme si j’en aurais vraiment été capable vu comment je me suis décomposé là, comme un gros fragile… Mais j’aime croire que j’aurais pu parce que ça me fait me sentir un peu plus fort. Même si objectivement je sais que ce genre de réaction est en fait le témoignage d’une énorme faiblesse il y a des moments comme ça où j’aime bien accepter d’être con pour trouver des justifications à mes contradictions. C’est plus facile comme ça.

Le fait que je me sois détendu d’un coup me laisse avec des capacités de répartie totalement amoindries. Alors quand il achève son discours en me traitant de limonde, ce truc qui doit être une des pires créatures de la terre, je peux pas m’empêcher de répondre immédiatement en lui renvoyant son insulte. Et c’est tout. Pas de plus-value, pas d’ajout, rien. C’est comme un vieux “miroir miroir” que tu balancerais dans la cours de l’école primaire et auquel on te répondrait “blocage” ou une connerie du genre parce que je sais plus ce qu’on se disait après ça. Du coup je m’attends à ce qu’il se foute de ma gueule pour mon manque de répartie, mais à la place il se marre. J’imagine que c’est une forme de foutage de gueule. Je vais pas mal le prendre cependant, parce que ça fait du bien de l’entendre rire pour de vrai après la discussion tendue qu’on vient d’avoir.
J’ai jamais été doué pour comprendre les gens, sauf quand je faisais une fixette dessus pendant des années et des années. Par exemple mon père, j’ai l’impression de plutôt bien le comprendre même si je préférerais pas. Ma mère j’ai jamais cherché, parce que c’est pas comme si ça pouvait m’apporter quoi que ce soit. Si je fais l’effort de comprendre quelqu’un, vu comme c’est dur, c’est forcément dans l’espoir d’avoir un retour. On peut pas avoir de retour d’une personne qui oublie tout le temps. Rose… J’ai pas eu trop le choix en fait vu qu’elle me racontait absolument tout. Maintenant j’ai parfois plus de mal, mais ça reste facile comme j’ai tout son passif en tête. Et Phil… Je crois que pouvoir mettre son prénom et “comprendre” dans la même phrase a été un des plus grands accomplissements de mon existence. Malgré tout, là l’idée me vient que si Aram se marre au lieu de m’en remettre dans la gueule après ma réplique toute nulle c’est peut-être parce que lui aussi est un peu soulagé lui aussi. Je crois. Peut-être.
Oh puis merde j’en sais rien ! Je le prends pas mal, c’est tout. Au contraire ça me fait sourire, comme un gamin.

Sourire que je perds rapidement pour être remplacé par une tronche de ramoloss abruti quand il me demande ce que je veux faire après le repas. Qu’est-ce que j’en sais moi ? J’ai un tête de quelqu’un qu’a l’habitude de trouver des activités à faire avec ses potes ? Je crois pas non. Mais il pense pas à mal, alors je vais pas lui sortir cette réponse. Même moi je trouve ça agressif et ça se fait pas. Surtout pas après mon précédent coup d’éclat, difficile de faire passer ça pour de l’humour, surtout que si je laisse parler ma spontanéité pour ce genre de faits qui me laissent plutôt salés, j’ai un ton pas ouf. A la place je réfléchis à ce que je pourrais lui proposer pendant qu’Aram continue de se marrer comme si j’étais soudain devenu un putain de cirque. Mais ça m’agace toujours pas, parce que je suis encore dans l’état d’esprit où je préfère ça.
Je finis par reprendre le contrôle de mon cerveau d’abruti et je lui propose d’aller dans un bar qu’on avait repéré quand on était ados avec Rose. On y est jamais entrés parce qu’on avait pas l’âge et après j’ai jamais eu l’occasion, mais ça avait l’air très sympa. Je me souviens de lumières colorées mises dans des sortes de bulles qui rappellent les reflets du soleil à travers une caméra. Evidemment, ça m’a tout de suite attiré, presque aussi fort qu’une bonne salle noire parce que ça m’a rappelé le cinéma. Ca me fait penser que j’aurais pu lui proposer ça aussi, un ciné, mais à la réflexion je me dis que ça fait un peu trop centré sur mes intérêts et pas assez général. Quoique beaucoup de gens aiment les films… Mais on peut pas parler pendant un film. J’ai vite arrêté de compter le nombre de fois où j’ai jeté mon pop-corn à la gueule de Rose pour ça quand on était plus jeunes jusqu’à ce qu’on décide de toujours s’asseoir à au moins cinq sièges d’écart pour qu’elle arrête de me taper la discute alors que j’essaye de me mettre dans le film.
La proposition a le mérite de plaire à Aram. Du coup je retrouve le sourire après la tronche de ramoloss, parce que je suis content qu’il valide.

Je sais que je devrais m’arrêter à cette proposition, mais je poursuis, sûrement pour essayer de faire genre je m’y connais alors que pas du tout. Et je me retrouve bien vite à admettre que, en effet, j’y connais que dalle en bars de Volucité donc je pourrai rien lui proposer. Cependant ça me fait du bien d’admettre mes véritables raisons. C’est rare que je le fasse alors je ne sais pas trop ce qu’il me prend, sûrement encore l’enthousiasme après la retombée de la pressions. Même Rose, en général, est obligée d’essayer de deviner ce qu’il se passe réellement dans ma tête. Phil, il devinait tout de suite au bout d’un moment, mais je sais pas comment il fait. Je sais pas pourquoi mon cerveau lui parle de manière si fluide alors que ceux de tous les autres le poussent à un jeu de déductions et d’énigmes. Par contre comme je veux pas non plus passer encore plus pour l’idiot du village, je propose d’autres trucs. Des activités dans lesquelles j’ai jamais été foutu de battre Rose d’ailleurs, comme si les combats pokémons ça suffisait pas… Je jure que si on finit sur un bowling ou un autre truc un minimum compétitif je l’explose ! Et je lui fais savoir, tant qu’à faire ! Quitte à s’engager à l’aveugle, autant le faire jusqu’au bout !
Et le sourire provocateur d’Aram me fait penser que j’ai bien fait, mais en même temps non. Et s’il me battait vraiment au bowling ? Ouais non pas moyen. Au pire, après s’est malencontreusement pris une boule dans la cheville, je suis sûr il lancera moins bien… Ou pas. C’est pas le genre de personne que j’aurais envie de fracasser comme ça ou de battre avec des techniques de fourbe. Y aurait pas de mérite, et dans ce cas-là je préfère encore avoir la honte. En plus… Je jette un regard en coin à Rubis, il est toujours un peu en train de bouder, mais il a terminé son repas alors il est quand même un peu satisfait. Quand il remarque que je l’observe, il laisse échapper un minuscule filet de fumée par ses narines. Je crois que lui aussi ne le tolérerait pas. Je me ferais griller les cheveux et vu le temps que ça a pris pour les faire pousser, ça vaut pas le coup.

Comme j’ai pris mon temps pour manger avec cet accrochage qu’on a eu, j’essaye de me dépêcher pour pas que mon repas soit froid. Y a rien de plus triste qu’un fast-food froid, surtout les frites. En plus elles deviennent toutes molles, comme si elles avaient abandonné toute idée de vivre. Ce qui est idiot, car on parle pas vraiment de trucs vivants, mais bon. Considérant que ce qu'il reste de mon kebab mettra moins de temps à refroidir, je me concentre sur les patates. Ca commence déjà à devenir un peu tiède alors je suis plutôt content qu’Aram se mettre à me raconter sa vie à propos de son expérience de laser game. Pas besoin de parler pendant, et puis… C’est sympa de me raconter ça.
Cette réflexion est probablement débile, mais j’ai que Rose pour me raconter des trucs a priori sans intérêt comme ça. Et encore sans intérêt… On est loin du niveau de l’histoire palpitante de l’écaillage de vernis à ongle sur les roches du rhinocorne d’un de ses collègues et qu’ensuite ça lui a fait une trace violette parce que c’est resté dessus. Cette histoire de laser game et de crise d’asthme, c’est un putain de film d’action primé aux Oscars à côté ! Et puis bon… Je suis content qu’il me parle quoi ! J’ai pas besoin de plus de justifications.

- Fallait lui faire une manchette !, que je réponds entre deux frites. Enfin pas toi du coup, mais un de tes frères. Un coup avec Rose on était tombés sur un relou débile qui gueulait comme un groret, ça lui a appris la vie de se faire exploser. Comme il courait partout comme un con on a fait croire qu’il s’était mangé un mur bas et c’est passé crème !, parce que c'est trop bien de raconter comment j'ai éclaté un gosse, meilleure histoire, ta gueule Illia bordel ! Bon après j'avais douze ans donc forcément ça passait mieux…

Se justifier à cause de son âge, c'est petit, mais bon… Histoire de dire que brutaliser des gosses est pas un de mes passe-temps d'adultes. En plus il avait dit "bref", mais j'ai quand même voulu ajouter ça, je suis pas certain de pourquoi. Quoique si, je sais : moi aussi je veux raconter. C'est complètement bête comme raison, mais je me dis que ça peut montrer que maintenant que j'ai finis ma crise de débile complexé je peux.. Dialoguer ? J'imagine que c'est le bon terme. Même s'il est toujours vrai que j'aurais pu lui parler d'autre chose que cette merveilleuse fois où j'ai déboîté un plus petit que moi dans un laser game.

Son résumé de la soirée à venir me fait marrer. Je le trouve très clair, efficace et plutôt attirant. Boire, c'est une bonne activité je trouve, surtout maintenant que j'ai devant moi la possibilité de le faire avec un potentiel pote. Ce serait sûrement présomptueux de déjà l'appeler comme ça, mais c'est l'idée qui reste dans ma tête.

- Ca a l'air parfait !, même si honnêtement… Je sais pas si "aviser" est le mot adapté pour parler de ce qu'on sera capable de faire si on picole autant qu'il le prévoit. Et ça va je me défends niveau endurance, mais si on pouvait éviter la compet' là-dessus… Une autre fois si tu veux, mais je suis en moto. C'est presque une ligne droite jusqu'à Méanville et je me suis jamais crashé même bourré, mais si j'en suis au stade de ramper sous une table je suis pas sûr de pouvoir rentrer !

Ma dernière phrase me fait rire tout seul, parce que, je me connais, je serais foutu d'essayer de quand même la prendre, ma moto. Mais bon là je finirai clairement encastré dans la barrière de la résidence. Et encore, si j'arrive jusque-là. Le plus réaliste serait la portière de la voiture d'à côté.
Encore une fois, je suis pas sûr que ce que je raconte soit une bonne idée. Si Rose savait ce que je viens de dire elle serait déjà en train d'essayer de me confisquer mes clés pour être certaine que je remonte pas sur ma bécane avant d'être sobre. Phil il me fait confiance, et considérant la fois où on a fini en méga zigzag à frôler un camion, je sais pas s'il devrait ! Mais bon je vois pas pourquoi Aram me ferait une remarque. A ce que je sache, c'est pas lui qui va mettre le cul sur l'assise. Au pire, je m'aiderai d'un de mes pokémons psy pour garder ma concentration et ça ira bien.

Je vois la flamme de Rubis qu'est en train de me frôler le coude, donc je décale rapidement mon bras pour constater que ce dernier est en train de me pousser le bras avec sa tête pour venir se coller sur mes genoux. Pour le moment il y est affalé comme un salamèche qui sort de l'œuf et a pas encore eu l'idée de se tenir sur ses pattes arrières, mais c'est déjà louche. Je hausse un sourcil pour lui montrer que je l'ai grillé, mais il fait bien attention d'éviter mon regard. Par prudence, j'appuie mon coude sur son dos, histoire qu'il me fasse par un coup fourré.

C'est au moment où je finis mes frites et que je remets la main sur mon kebab qu'Aram reprend la parole. J'avais pas pensé à ce dont il me parle, mais c'est vrai que vu le problème de santé qu'il se trimballe c'est une question tout à fait légitime. La dernière fois j'ai bien flippé quand il a fait sa crise et j'aimerais bien que ça se reproduise pas. Après c'est pas sa faute, donc je le blâmerai pas si ça arrive pour une raison x ou y, mais si ça peut ne pas arriver tout court…

- A Volucité t'as pas trop de raisons de t'en faire pour la clope. Quand j'étais gosse ça dépendait encore des endroits, mais c'est vite devenu la norme d'interdire. A Unys maintenant c'est plus dans les endroits où c'est autorisé que c'est indiqué, je me souviens que ça avait bien fait chier mon père. Le bar où je veux qu'on aille a ouvert après, donc normalement t'as pas de soucis à te faire !... Par contre pour le parfum cheap je peux pas garantir ta survie ! Y a des cocotines partout en ville.

J'aime pas du tout ça non plus, même si ça pas pour les mêmes raisons j'imagine. Si c'est pour porter un truc pareil autant s'abstenir franchement ! Mais bon je suis biaisé, j'ai jamais été un grand fan de tous ces artifices. Le parfum, le maquillage… Au final une fois que t'es en train de suer ton plaisir contre le corps de l'autre ça sert plus à rien tout ça. Mais peut-être que je vais trop à l'essentiel pour la plupart des gens. Ou que je suis hypocrite, parce que les fringues s'en est aussi et que j'ai bien décidé d'arrêter de laisser Phil s'habiller n'importe comment. Pis y a aussi des gens qui portent ça pour eux, pas forcément pour séduire ou je ne sais quelle connerie du même genre… Faut que j'arrête de penser à ça, ça va me rendre triste.
Alors je décide de me concentrer sur ce qu'il me reste de ma bouffe, mais au moment où je veux approcher la main pour croquer dans le morceau qu'il me reste, je me rends compte que je peux pas la bouger. Et je baisse les yeux. Et je vois Rubis en train de mâchonner mon repas !

- Mais batard !, je tire et je lui ouvre la gueule de l'autre mains, mais il parvient à déchirer le kebab en deux et je manque de faire tomber tout ce qu'il reste du contenu sur mes genoux. Et lui il avale ce qu'il a pu me piquer. Et il est content. Fallait le dire si t'en voulais, merde ! Je t'aurais coupé un bout !

Putain je suis dégoûté… D'accord il m'en restait pas beaucoup à manger, mais tout de même ! Maintenant qu'il a croqué dedans comme ça je peux plus du tout le manger, je vais pas risquer d'ingérer de la bave de reptincel ! C'est dégueulasse ! Et Rubis se marre, genre c'est des représailles pour le fait de lui avoir fait fermer sa gueule tout à l'heure. C'est vraiment un gamin quand il s'y met… Je soupire et je lui file le reste de mon repas.

- J'en connais un qui va finir dans sa pokéball !, Rubis se tortille pour me montrer qu'il n'en a rien à foutre, il est content d'avoir fait sa connerie et ça lui suffit. J'attrape ma canette de soda dans laquelle il reste quelques gorgées. Je compte pas la finir d'un coup, mais c'est histoire de me remettre de cette contrariété. Prend ton temps toi t'inquiète, je dis ça histoire qu'Aram se presse pas même si je doute pas qu'avec son rythme il peut avoir fini en genre… Trente secondes chrono. Il fait toujours le relou pour se rendre intéressant ou me faire chier !

Mais bon… Je l'aime bien quand même ce reptincel à la con. Je lui passe un savon pas trop fort sur la tête et il grogne. Mais je souris alors il sait que c'est un signe d'affection en même temps. Heureusement pour lui que j'avais plus faim par contre, sinon pokéball direct et j'aurais menacé de l'échanger contre le premier pokémon venu histoire de le faire flipper un peu. Et j'aurais fait durer le suspens au moins trois jours !

Là, je sens mon portable vibrer dans ma poche. Pas assez longtemps pour que ce soit un appel, mais le fait que je reçoive un message est assez rare pour que ça me perturbe. Alors je profite du moment pour regarder ce que c'est et je vois que c'est une réponse de Rose. Immédiatement, je sais que je fais une drôle de tête, au moins l'espace d'un instant. Y a pas de prévisualisation au message, ce qui veut dire qu'elle a fait exprès de laisser plein de blanc pour que je puisse pas voir de qui il est question sans ouvrir. C'est une technique de fourbe, mais au moins ça m'indique que c'est pas quelque chose de grave. Je pianote pour aller voir et c'est pas long, mais en gros elle me demande à quelle heure je pense rentrer. Et euh… Je sais pas du tout. Selon comment ça se passe, je sais même pas si je serai en état de rentrer, mais je peux pas lui présenter les choses ainsi.
Alors je réponds juste que je sais pas, vite fait, et elle me répond dans les trente secondes qui suivent. La pire réponse du monde : "ok." Avec le point. Le point c'est le pire je pense. Avec Rose ça peut vouloir dire qu'une chose. Habituellement ça signifie de la colère, mais avec elle ça veut sûrement dire qu'elle s'inquiète. Elle sait pas avec qui je suis, elle sait pas ce que je fais, et je lui dis que je sais pas quand je vais rentrer. Je la vois déjà passer la nuit à s'inquiéter et même si on s'était pas engueulés la veille je m'en voudrais. Je veux pas régler ça par sms, ça va prendre du temps et puis ça se fait pas de rester trop longtemps sur son téléphone quand on est avec quelqu'un.

- Ca t'embête si je passe vite fait un coup de fil quand on sort ? J'ai un peuuu oublié de dire à Rose ce que je foutais ce soir et c'est le genre de meuf à assumer direct que je suis en train de faire une connerie.

Habituellement, elle aurait sûrement raison.


    Le texto du Destin - Page 2 Signa412
    "Par-delà le réel, nous serons."
    boite à trucs ::
     
Revenir en haut Aller en bas

Aram Faathi

Aram Faathi
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 13/10/2019
Messages : 390

Mar 18 Fév - 21:10
J’ai bien fait, finalement, de balancer ma vanne. La répartie pauvre d’Illia m’a un peu déridé et me permet de me détendre vraiment. Heureusement, il ne renchérit pas. Ça aurait pu mal se passer, s’il avait mal pris mon rire… Et je me serais sérieusement demandé pourquoi je me prends la tête à essayer de m’entendre avec lui. Bref, on n’en est pas là et c’est cool. Si j’en crois le sourire que je récolte en réponse, je pense que lui aussi, il se sent soulagé. C’est quand même bien mieux de repartir sur des bases saines. Pas que je compte oublier ce qui s’est passé mais… Rabâcher sans cesse, c’est pour les vieux.

J’en viens naturellement à demander ce qu’il veut faire ensuite et j’ai le droit à une réaction qui m’amuse beaucoup. A force, il va vraiment croire que je me moque de lui. Pourtant, avant qu’on entre dans le restau’, j’étais déjà bon public. Je suis dans cette optique où j’ai besoin de me détendre et que tout prétexte est bon pour me marrer. C’est quand même mieux que de tirer la tronche et de me morfondre en pensant au boulot que j’aurais à rattraper demain. Humf. Je préfère ne pas y penser. Ce soir, c’est la fiesta. Je ne voudrais juste pas imposer à Illia des activités qu’il ne souhaiterait pas faire, mais je constate qu’on est sur la même longueur d’ondes sur un point : l’alcool ! Je devrais peut-être me demander si ça ne risque pas de ternir mon image si on me remarque mais eh, j’ai envie de dire… On s’en fout. J’ai le droit aussi de m’amuser un peu ! Même si je sais d’avance que je vais faire des conneries, ça ne m’empêche pas de m’engager sur cette voie. Et si en plus on est deux à être bourré… C’est encore mieux.

Parce qu’être sobre avec un bourré, c’est chiant. Mais être bourré avec un gars sobre, ce n’est pas forcément mieux. Enfin si, un peu, mais c’est un coup à perdre la personne si elle en vient à s’agacer et péter un câble ensuite. J’en ai déjà fait les frais et je n’ai absolument pas envie de retenter l’expérience. Quand on est deux saoulards, au moins, c’est l’éclate pour les deux. Même si on ne comprend pas toujours l’autre et vice-versa. Et encore… J’ai l’impression qu’il existe un langage universel, pour les ivrognes. Genre peu importe la langue que tu parles, tu arriveras toujours à te faire comprendre par une personne dans le même état que toi. Ça m’amuse, un truc de fou. Ça me rappelle la fois où je me suis mis à parler en saharii sans m’en rendre compte parce que mon sang avait été remplacé par la gnôle, mais que le mec à qui je m’adressais semblait tout comprendre. Ou alors… Il a fait genre de comprendre pour avoir ce qu’il voulait. Bref. Je m’en fous au final, j’ai passé une bonne soirée, c’est tout ce qui compte.

Le programme de la soirée m’emballe, on l’aura compris. Ça permet à Illia de retrouver une tête plus joviale et c’est quand même mieux que son air ahuri de tout à l’heure. Comme il continue sur sa lancée, je me dis qu’il va apporter de nouveaux éléments. On dirait que je place la barre trop haute, mais ça me fait rire une nouvelle fois. Au moins, son ajout a le mérite de dire les choses ainsi son intérêt dans cette relation. Je n’ai pas loupé hein, le fait qu’il parle d’une soirée dans un bar « entre potes ». C’est juste que je ne vois pas quoi rajouter de plus, puisque c’est sans doute dans cette optique, au fond, que j’ai pensé à l’inviter ce soir. On parle que de pote de toute façon, pas d’ami. Ce n’est pas le même engagement, à mes yeux. Je ne suis pas fermé par contre sur l’évolution du truc ; mais ça va coincer un peu avec cette histoire de toute à l’heure. Sauf que je l’ai dit précédemment ; je ne suis pas un vieux alors je ne vais pas y revenir chaque fois.

Mais, quand même, ça reste dans un coin de la tête. Comme une putain de rengaine.


L’idée de le défoncer au bowling me fait sourire, bien que je ne devrais peut-être pas. Mais ça passe, si je fais le gars sûr de moi. Il ne va pas remettre en cause mes paroles, sauf s’il me voit jouer… Et à vrai dire, je ne mens pas vraiment. Je me demande simplement si Izy avait raison, quand il parlait de chance de débutant ou quand il me disait que la force brute n’était pas suffisante, pour jouer à ce jeu. MAIS. J’ai quand même fait plusieurs strikes alors si, ça compte, bordel. Je n’ai pas la moindre technique, ça par contre, je suis d’accord. Ça passe quand même cela dit. Je suis sûr… Il a balancé ça juste parce qu’il n’a pas aimé que je batte son score. En vrai, on n’est pas vraiment mauvais perdant, dans la famille. On n’aime juste pas qu’on nous enfonce dans nos échecs… Et comme on est vachement taquins entre nous, ça ne loupe jamais. Je ne compte plus le nombre de fois où on a été obligé de chercher Izy, Malik ou même moi après une défaite. On a cette sale manie de s’isoler bêtement quand les autres se moquent de trop... Assez souvent, de fait. On a beau savoir que c’est juste de la taquinerie -surtout entre nous-, ça ne nous empêche pas de prendre la mouche. Heureusement, ça ne dure pas bien longtemps. Je ne sais pas pourquoi, mais mon petit doigt me dit que si je perds contre Illia, je vais en prendre pour mon grade. Alors je me prémunie un peu, au cas où.

J’explique cette histoire de laser game. Histoire de mettre les choses au clair, histoire de… Je ne sais pas, faire la conversation ? C’est sans doute le plus proche de mon initiative. J’aime bien parler pour ne rien dire aussi, cela dit. Cependant, une petite voix dans ma tête me fait remarquer que ce n’est peut-être pas une bonne idée ; il y a toujours cette méfiance incontrôlée qu’il se foute grave de ma gueule et que je me vexe ensuite. J’aimerai éviter, au possible. Je rajoute qu’on s’en fout dans la précipitation, en prévision. Je ne suis pas doué pourtant, pour prévoir les évènements à venir et la réaction d’Illia me le fait bien comprendre. J’ai voulu couper court à ce que je racontais, mais ce qu’il me dit me fait rire. Une manchette ? A un gamin ? … Merde. C’était trop une bonne idée en fait. En scrèd, histoire qu’il n’y ait pas de témoin et que si le gosse dit que je l’ai frappé, je nie tout en bloc. On croira qui hein ? Un petit merdeux qui se croit plus malin que les adultes ou moi ? … Ne répondez pas à cette question.

Son histoire me fait un peu écarquiller les yeux, plus parce que je ne m’attendais pas du tout à ça que par jugement. Je n’ai rien contre les enfants, mais y en a certains sérieux… Ils mériteraient trois claques dans les dents, et encore, je suis gentil. Le respect, ça s’apprend, mais j’ai l’impression que certains sont passés à côté comme si ça ne leur servait à rien. Ça a le don de m’énerver. Et ce gosse du laser il était clairement dans ce cas. Bref, la solution aux petits emmerdeurs d’Illia m’amuse et ça se remarque au sourire que j’affiche. « J’essayerai la prochaine fois, cette technique… Tant qu’il n’y a pas de preuves, osef de l’âge. » Je deviens un peu trop pensif, sur le coup. Je ne devrais pas dire ça non plus, parce que mon image, tout ça tout ça. Rah putain, laissez-moi être un connard de temps en temps. J’ai le droit. « Je n’étais pas capable de lui foutre un aller-retour, mais ce n’était pas l’envie qui manquait, clairement, même plié en deux. Izy et Malik ne sont pas aussi… virulents que moi, je dirais. Alors bon, ils n’ont pas vraiment réagi comme ça. N’empêche que Malik lui en a foutu dans la gueule, verbalement parlant. Et à son crétin de père aussi. J’aimerai quand même un jour savoir ce qu’il a balancé pour que le gosse vienne me voir tout penaud pour me présenter ses excuses… Je l’ai envoyé chier, hein, évidemment. » Hors de question que je réagisse autrement, de toute façon.

Je sais. Je viens de valider de la violence contre des enfants. Si ça se savait, j’aurais toutes les associations de maltraitance enfantine sur le dos. Mais même si je dis que je vais penser à shooter un sale gosse, ça ne veut pas dire que je vais le faire non plus. Faut savoir modérer un peu le truc, quoi. Et puis même, j’ai grandi avec une éducation à la dure et les remontrances physiques j’en ai bouffé, je ne suis pas devenu un gros connard pour autant. Quoi que. Je m’égare un peu, je crois. C’est juste pour dire que c’est de la déconne. De toute façon, j’ai souvent une grande gueule sans pour autant penser ce que je bave -oui, je me suis un peu perdu en cours de route dans mes réflexions-. On enchaine, donc. J’annonce le programme de la soirée et il a l’air de me suivre alors ça me fait afficher un nouveau sourire alors que je bouffe une frite, avant de m’apprendre qu’il voudrait éviter qu’on fasse un concours de boissons, vu que je lui ai demandé au passage s’il tenait l’alcool. J’apprends qu’il devra repartir en moto après la soirée… Et je sais quelle réaction je suis sensé avoir, si je suis vraiment un gars bien.

« T’as une moto ? Trop cool ! »

… Vous ne vous attendiez pas à ça hein ?

Oui bon, je devrais plutôt lui dire que c’est une mauvaise idée, de prendre la route s’il a bu, que ça peut être dangereux pour lui et tout et tout mais… Je ne suis pas sa mère non plus. Ce n’est pas à moi de lui dire ce qu’il peut et ne peut pas faire ! Ça me ferait chier qu’il se crashe, clairement et si ça arriverait sans doute me sentirais-je terriblement coupable de ne pas l’en avoir empêché mais… Mon esprit est plus focalisé sur la moto qu’autre chose. On dirait que je suis un gamin, les étoiles dans les yeux avec ma vieille frite entre les doigts. J’ai toujours kiffé ces engins. Je les trouve super classe, mais je suis bien incapable d’en avoir une moi-même. Déjà, faudrait que je passe mon permis eeeet… Ce n’est pas gagné. Je sais que j’ai foutu une fois la tête dans un ouvrage du code de la route, ça m’a juste tellement saoulé que j’ai refermé aussi sec le bouquin avant de le balancer à la gueule d’Izy. Lui il l’a eu, son petit papier rose. Malik aussi. En fait, je suis le seul débile de la fratrie à ne pas l’avoir. Ça pourrait mettre un coup à mon égo, mais ça va, je gère. Il ne me servirait à rien de toute façon, encore moins maintenant. Mes déplacements sont au frais de la princesse et j’ai un chauffeur à chaque fois, eh eh. De quoi faire des jaloux.

Ça ne m’empêche pas d’être intéressé par cette nouvelle. Un peu comme Illia quand je lui ai dis qu’il pouvait faire un tour sur le dos de Bélial. Bon, je sais, je suis con. Il m’a déjà parlé de sa bécane justement quand on était sur le toit. Mais je n’ai pas plus réagi à ce moment-là, parce que déjà j’avais le bide troué putain, mais aussi parce que j’étais occupé à m’assurer qu’ils n’allaient pas -lui et son Reptincel- s’écraser vingt mètres plus bas comme deux pauvres crêpes. Du coup il va sans doute trouver mon comportement trop bizarre. Surtout que bon, quand on peut voler sur le dos d’un Dracaufeu… Mais, à mon sens, ce n’est pas la même chose. En réalité, j’ai du mal en général avec les machines. Mais pas les motos. Je dois avoir un blème quelque part, à bien y réfléchir. Il doit y avoir des neurones qui ne sont pas connectés, là-haut, alors j’essaye de faire genre j’ai une réaction normale maintenant. Sauf que c’est foiré et je pense que je suis déjà grillé. Tant pis. La faute à ma spontanéité.

« Après si tu pouvais éviter de te foutre dans le tas, c’est clair que ce serait mieux. C’est moi qui vais rouler sous la table à ta place ! »

Juste histoire de dire que je n’ai pas non plus envie qu’il se loupe et je me montre un peu plus « adulte », comme ça. Enfin non, pas trop en fait vu ce que j’ai rajouté pour déconner, mais soit. Je perds mon regard sur Rubis, dont le comportement m’intrigue un peu. Je ne comprends pas trop ce qu’il fait mais je trouve mignon, cette « entente » entre eux deux. Puis finalement, j’en viens avec la question qui me brûle les lèvres. Je suis assez surpris par mon propre comportement, d’ailleurs. Je m’en féliciterai presque, mais malgré son insulte de toute à l’heure, j’arrive plutôt bien à parler de ma maladie avec lui. Souvent je joue à celui qui n’a aucun problème, quitte à m’engager dans une pièce blindée de fumée qui va me faire cracher mes poumons, juste pour pas avouer que j’ai des problèmes respiratoires. Je n’ai pas ce comportement avec Illia et ça me fait du bien… Peut-être parce qu’il a assisté à l’une de mes crises et qu’il s’est « bien » comporté. ‘Fin je veux dire… Il ne s’est pas moqué, ne m’a pas traité de faible -je radote ma parole- et tout ce qui va avec, généralement. Je sais que les gens qui font ça sont rares mais j’ai dû y faire face trop souvent quand même pour faire comme s’ils n’existaient pas. Et c’est chouette de pouvoir exposer mes points faibles sans craindre que ce soit utiliser contre moi, ensuite.

J’acquiesce quand il me parle des règles applicables dans la région et ça me rassure un peu. J’imagine que c’est hyper chiant pour les fumeurs, mais ce n’est pas mon problème. Ils ne se soucient pas plus généralement du mien alors bon. Sa remarque sur les Cocotines -c’est tellement bien trouvé comme comparaison- me fait sourire et me laisse un brin pensif. « C’est un peu dans toutes les régions j’ai l’impression… Et faut croire que la daube se vend bien en plus. J’ai l’impression que c’est toujours la même odeur du « je ne me lave pas mais je mets du parfum donc je sens bon ». » Je roule des yeux parce que ça me gave tellement ce comportement. Même pour les gens normaux c’est relou, alors pourquoi ? La seule explication que j’ai trouvée, c’est qu’ils/elles ne sont pas capables de se laver et ils/elles pensent que masquer l’odeur de merde par une odeur artificielle plus forte ça sauve les apparences. Spoiler alert : pas du tout. C’est même pire.

J’ai quasiment fini mes frites, je donne la dernière à Sam. J’ai détourné le regard quand Illia lance son insulte et l’espace d’une seconde, je me sens concerné. Ça me plait pas du tout mais quand je le regarde à nouveau, je constate… Je constate que y a pire ventre-sur-pattes que moi, en fait. Depuis tout à l’heure, Rubis se met bien pour accomplir son méfait. Je sais que vu que son dresseur n’est pas super content, je ne devrais pas mais… Je ne peux pas m’empêcher de rire. J’essaye de me contrôler parce que ce n’est pas super sympa de ma part, mais c’est venu d’un coup. La scène est pourtant tellement hilarante vu de l’extérieur. Du coin de l’œil, je vois Samaël lancer un regard réprobateur au Reptincel, ça fait part des comportements que mon starter n’apprécie pas vraiment… Mais c’est parce qu’il manque d’humour. Je lui caresse énergiquement le sommet du crâne pour qu’il arrête de fixer le reptile comme ça, qui, à mon avis, est bien trop ravi de son vol pour se soucier de mon Démolosse. Mon canidé laisse échappé un bref grognement pour signifier qu’il n’aime pas mon comportement mais il me regarde maintenant alors… Il a compris le message.

La menace de la pokeball me fait pouffer, alors que j’ai fini mon propre kébab. Illia me signale que je peux prendre mon temps pour finir ma bouffe, mais il ne me reste qu’un cheese alors…

« Tu le veux ? Vu que Rubis s’est bien régalé… » Ok je ris encore un peu avant de me calmer vraiment. « Ou sinon on peut le couper en deux, ça ne me dérange pas. »

Alors oui, je suis un morfale. J’aurais sans doute dû m’arrêter à la première proposition, parce qu’avec le rajout je donne juste l’impression de pas vouloir lui filer au final, ou sinon à contre cœur. En fait, je suis plus en train de me dire que je ne veux pas qu’il culpabilise ou je ne sais pas quelle autre connerie… Et c’est aussi, faut l’avouer, un peu pour me faire pardonner de m’être légèrement moquer. Bref. Je me sens un peu débile pour le coup, mais j’ai vraiment aucun problème à lui partager le reste de ma nourriture. De toute façon, ce n’est clairement pas un hamburger qui va me caller l’estomac. J’ai bien bouffé je trouve quand même et je bois un peu parce que faut bien faire passer tout ça. Je remarque qu’il tire une drôle de tête et je me demande s’il est encore agacé par le comportement de Rubis, mais je constate qu’il est en train de regarder son téléphone. Je suis un peu vieux jeu et je n’aime pas trop ça, surtout à table, mais en vue de sa tronche, je vais fermer ma gueule. Il n’a pas l’air d’apprécier ce qu’il lit ou je ne sais pas, en tout cas y a un truc qui le chiffonne. Et il en vient à m’en parler, c’est que ça doit avoir son importance.

« Ça ne me dérange pas t’inquiètes. » J’ai un petit moment de flottement… Avant de me permettre de demander : « C’est ta nana ? » Ou simplement sa colloc, mais ça peut aussi être les deux, remarque. Ce serait bizarre cela dit qu’il parle de sa meuf en l’appelant sa colocataire comme tout à l’heure, mais je ne suis pas assez attentif pour me faire vraiment cette réflexion. Je ne me mêle pas habituellement des histoires des autres, mais je n’ai pas l’impression que je me montre trop intrusif ou quoi. Au pire du pire, il peut m’envoyer bouler en me disant que ce n’est pas mes affaires. C’est juste que ça fait plusieurs fois qu’il fait mention de cette Rose, je me montre juste un peu plus curieux que je devrais, j’imagine. Puis ça m’intéresse quand même d’en apprendre davantage sur lui.

Il ne nous faut pas longtemps pour finir ce qui nous reste -RIP petit cheeseburger- et il est temps de quitter le restau. En ce qui me concerne, je suis content, j’ai bien mangé. J’espère que c’est aussi le cas pour Illia, même si son kebab a été lâchement éventré et dévoré par le reptile vorace. Je ne manque pas de m’étirer une fois sorti de table, remarquant rapidement deux regards sur moi… Et ça m’agace. J’ai bien croisé l’un des deux, mais je crois que ça s’est vu à ma gueule que ça ne me plaisait pas vraiment vu que la nana a direct baisser les yeux. Mouais. Au moins ils n’ont pas sorti le phone pour me prendre en photo discrétos… Je trouve ça tellement irrespectueux. Ça ne nous fera pas de mal de changer de décor. J’adresse un signe de la main au patron pour signifier qu’on s’en va et je me dis qu’il faudrait que je retienne l’adresse, si jamais je me retrouve une nouvelle fois à Volucité. Une fois à l’extérieur, l’air frais me fait du bien et j’en viens à me demander si on ne puerait pas un peu la friture, maintenant… Bah, on s’en fout. Un regard autour de moi, je finis par me retourner vers Illia parce que j’ai aucune fichue idée de par où je dois aller.

« Je te suis. Enfin, à moins que tu veuilles appeler Rose avant ? Ça ne me dérange pas d’attendre. »

Ça fait redondance, mais ce n’est pas grave. Ça me permet de sortir mon propre téléphone et de constater que, ô joie, j’ai un message de ma chère agente… Non mais sérieusement ? Après tout ce que je lui aie balancé, elle n’a pas compris le message ? A mon tour de tirer une tête d’enterrement. A sa différence, y a sans doute pas mal d’agacement sur mon faciès. Je refuse qu’Alice me gâche le reste de la soirée.

« Ben tient, la dragonne essaye de me joindre… » Plus un murmure qu’une réelle volonté de communiquer. J’ai lu le message en diagonale et ça me saoule magistralement. Elle m’a fait un pavé, pour pas changer, au lieu d’aller à l’essentiel. Elle n’est pas capable de synthétiser quand elle s’adresse à moi et c’est juste super chiant… Et j’ai l’impression qu’elle me parle comme si j’avais six ans, ou si j’étais un demeuré. Je me demande ce qui est le pire. Je réponds vite fait qu’elle peut m’oublier pour la soirée, et demain matin aussi par la même occasion. Vu que j’ai prévu de me murger, je doute être très frais au réveil. Pas du tout même. Bim, message envoyé et fous-moi la paix maintenant. Je n’ai pas de message de mes frères alors le tel ne me sert plus à rien, je me permets de l’éteindre du coup. Je vais m’attirer les foudres de mon agente, mais bon, un peu plus, un peu moins, je suis plus à ça près. Au pire je peux toujours le rallumer tout à l’heure si je veux faire des selfies parce que je suis un gros lourd avec les photos.

Bref, j’attend le retour d’Illia de son appel. J’espère qu’il est au taquet pour boire. Moi c’est le cas.


Le texto du Destin - Page 2 3MLhT5h Le texto du Destin - Page 2 PUpP1Ej Le texto du Destin - Page 2 RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Illia Aethelhelm

Illia Aethelhelm
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 01/07/2019
Messages : 179

Région : Unys
Sam 22 Fév - 14:30
A la réflexion, je sais pas trop si c’était une bonne idée de raconter cette anecdote de laser game, parce que je suis quand même en train de m’amuser d’avoir brutalisé un enfant. En plus à plusieurs ! Peut-être que ce n’était pas clair dans l’histoire, mais Rose n’est pas restée en retrait, elle a activement participé à la mise hors d’état de nuire du gêneur. On a même passé beaucoup de temps à s’en vanter ensuite et nul doute que si un jour on retourne dans un de ces endroits on en reparlera. Et s’il y a un autre gamin chiant… Il faut qu’il y ait un autre gamin chiant, maintenant qu’on a des cerveaux d’adultes plus inventifs et conscients. Ca peut être trop bien ! Mais il faut que j’arrête de me réjouir sur de la maltraitance d’enfant, ça se fait pas et je ne sais toujours pas comment Aram va réagir à cette anecdote. Ca se trouve il va gravement désapprouver même s’il ne portait clairement pas le chiard dont il m’a parlé dans son coeur.
C'est avec un peu d'appréhension que j'observe sa réaction, mais je suis immédiatement rassuré quand je le vois sourire. Et je suis content qu'il adhère à la règle qui dit que tant qu'il n'y a pas de preuves, c'est permis. Du coup il revient un peu sur l'histoire, même si j'avais bien compris qu'il était pas en état de lui en coller une à ce moment-là. Je peux pas m'empêcher d'être un peu pensif quand il évoque ce qu'un de ses frères a bien pu dire au gosse pour qu'il se décompose après coup. Y a des gens qui sont doués pour ça, détruire les gens par la parole. J'ai jamais compris comment ils faisaient, je crois que c'est réservé aux intelligents. Y avait une nana comme ça dans mon lycée, pour le peu de temps où j'y suis allé, y en a un paquet qu'en avaient pris pour leur grade. Elle était cool. Mais bref, je souris en mâchant quand il précise qu'il a envoyé bouler le gosse qu'est venu s'excuser ; je comprends pas les gens qui diraient que c'est mal de réagir comme ça.

Après ça il me pose la question de savoir si je tiens bien, rapport à l'alcool. L'envie de me lancer dans une compétition à ce niveau est plus ou moins présente, mais je me rappelle quand même que je suis sensé rentrer en moto. Pas que j'ai peur d'avoir un accident, et je le précise, mais c'est toujours plus dur de monter sur une moto quand est plus capable de tenir sur nos jambes. A ce stade, je serais même pas certain de l'endroit où je l'ai laissé. Comme c'est le parking de la résidence où vivent mes parents depuis que je suis né, y a moyen que je retrouve par réflexe, mais retrouver la bécane dans le parking sera toujours un grand défi. Et trouver la sortie du parking. Peut-être que je devrais pas lui dire que je suis en moto, surtout si on va se bourrer la gueule. S'il est un peu chiant, il va me faire la leçon. Mais quoi alors ? T'as cru j'ai les moyens de me payer l'hôtel ? Pas du tout. Et dormir chez mes parents ? Pire idée du monde.
Alors évidemment sa réaction me surprend, quand il me sort une phrase digne de ce que je pouvais sortir gamin quand je rencontrais quelqu'un qui en avait une, de moto. Bon je demandais aussi à la voir, et je lâchais pas tant qu'on me faisait pas clairement comprendre que c'était impossible. Aussi je boudais quand je pouvais pas. Un coup mon père est venu me récupérer en panique parce que j'avais suivi des loubards, mais ils étaient vachement sympas alors j'ai trouvé qu'il abusait. Y en a même un qui m'avait laissé monter sur sa machine, moteur éteint bien sûr. Bref, je suis content qu'il me fasse pas de remarque à la con comme quoi c'est dangereux de conduire soul.
… Ce qu'il fait quand même, mais pas de manière relou donc c'est cool. Je sais que je vais pas me faire sermonner et c'est tout ce que je veux. Si quelqu'un cherchait à corriger mon attitude générale, c'est certainement pas par là qu'il devrait commencer, y aurait des chantiers plus importants. Ca me soule toujours quand des gens débarquent avec des grandes phrases en mode sauveur alors qu'il te dirait que quand tu marches sur un clou pointe en haut ça fait mal et ce serait tout aussi utile.

- Si tu roules sous la table selon mon état je serai peut-être obligé de te laisser là !, non parce que traîner un poids mort quand on est soi-même pas loin de l'état de tas de viande vaguement inerte, c'est compliqué. En plus, quand j'y pense, je saurais même pas quoi foutre de lui si j'arrivais à le transporter.

Au départ je m'attendais pas à recevoir une question sur les normes niveau autorisation de fumer dans les lieux publics de Volucité, mais c'est pas compliqué de connecter mes deux neurones pour comprendre pourquoi même avant qu'il m'explique. La clope m'a jamais dérangé personnellement, je me suis même mis à fumer au collège parce que… Je sais même plus pourquoi. Sûrement pour me donner l'impression que je faisais chier mon père et avoir l'air cool. Puis je me suis rendu compte que ça faisait pas bon ménage avec la brume des mushanas et à choisir j'ai gardé le plus destructeur pour l'esprit. Tant qu'à faire. Alors je le rassure sur les règles en vigueur et j'en profite pour tacler les cocotines, rapport au parfum. J'aime vraiment pas ces pokémons, ça me fait rouler des yeux à chaque fois que Rose sort le sien. Sa remarque sur les personnes qui utilisent les parfums low-cost me fait rire et ça me fait penser à un phénomène qu'on avait observé dans les cadeaux que les beaux-parents de son père lui faisaient tous les ans pour noël.

- Apparemment un grand truc quand t'as pas d'idée de cadeau pour quelqu'un tu lui offres cette vieille eau de toilette bas de gamme avec un nom classe pour faire genre, style "Rapion"… Après je vois pas ce qui les oblige à l'utiliser au lieu de la bazarder !

C'est à ce moment-là que Rubis décide de jouer au con. Il arrive comme un traitre et me bouffe ce qu'il me reste de mon kebab. Mais quel crevard ! Je suis dégoûté et lui il se marre comme un abruti. Et il est pas le seul, Aram aussi se met à rire et un instant je lui lance un regard blasé. Du coin de l'œil je vois Samaël qui a l'air de juger très fort mon reptincel et je suis bien d'accord avec lui pour ce coup. Franchement j'arrive pas à croire qu'il me fasse encore des coups comme ça comme s'il était encore un petit salamèche. D'accord l'évolution n'a absolument rien à voir avec la maturité, comme l'âge chez les humains, mais je viens de me faire voler ma bouffe alors je peux bien penser ce que je veux ! Alors pour m'en remettre je le menace un peu, mais il s'en fout, ce qui m'agace encore plus, mais pas un mauvais agacement. Le genre qui dit que je lui revaudrai plus tard. Pas que je compte lui bouloter ses croquettes pour le faire chier parce que j'ai déjà goûté quand j'étais gosse et c'est dégueu, mais je trouverai bien un truc.
Bref, je dis à Aram qu'il peut prendre son temps pour finir pendant que j'essaye subtilement de faire glisser Rubis sur mes genoux pour le faire tomber, mais il est trop gros pour passer sous la table alors tant pis. Là je suis surpris parce qu'Aram me propose de me filer son dernier burger ou de le partager. Considérant l'espèce de ventre qu'il a prouvé être jusque-là, je suis un peu sceptique quant à cette proposition. Est-ce que si j'accepte il va faire genre "en fait non" et le bouffer d'un coup sous mes yeux pour se marrer ? Ca a pas l'air d'être son style ces blagues bêtes et méchantes, mais de toute façon ça sert à rien que je me pose la question car j'ai assez mangé.

- Nan c'est bon t'inquiète !, je lui souris pour montrer que je dis pas ça par gêne.

A ce moment je reçois un sms de la part de Rose et même si c'est pas poli d'avoir son tel à table je lui réponds parce que j'ai pas envie de l'inquiéter et j'ai peur que l'ignorer empire la situation, rapport à notre dispute de la veille. Rapidement je comprends qu'il va falloir que je lui passe un coup de fil et ça m'embête un peu parce que je vais devoir imposer ça au cours de la soirée. Du coup je demande à Aram si ça l'embête pas que je l'appelle dès qu'on sort, comme ça c'est réglé. Je me doute bien qu'il va pas refuser, mais j'essaye de bien observer son visage pour essayer de voir si ça le fait vraiment chier ou non. Je compte pas passer dix ans au téléphone de toute façon, mais connaissant Rose y a moyen qu'elle fasse durer ça quelques minutes alors qu'il y a pas besoin. Mais j'arrive pas à vraiment me concentrer car il me pose une question qui me fait laisser échapper un "pfff" amusé.

- Ouhla non !, elle ? Ma meuf ? Plus jamais ! C'est plus l'idée de la grande sœur surprotectrice relou à qui tu peux pas dire non.

Même si c'est vrai qu'on est sortis ensemble à un moment. Quand j'ai décidé de lâcher le lycée. Mais on avait tous les deux conscience que c'était une tentative désespérée pour que je rompe pas les liens avec absolument tout ce qui m'entourait. J'étais pas amoureux d'elle, elle était pas amoureuse de moi, et c'est toujours pas le cas. Ca le sera sûrement jamais d'ailleurs. C'est vrai que déjà à l'époque on nous prenait souvent pour un couple, et c'est déjà ré-arrivé une fois depuis qu'on s'est retrouvés. On est hyper proches, mais je suis sûr que la plupart du temps c'est parce que les gens sont pas foutus de concevoir qu'un homme et une femme puissent être vraiment juste amis. Ca me soule, surtout maintenant que Phil est là. J'ai déjà compris que ça le dérangeait pas franchement, mais moi je trouve ça pas respectueux. Même si c'est pas de la faute des gens. C'est pas comme si qui que ce soit pouvait imaginer que ce tutafeh qui flotte à côté de moi est la réincarnation de mon mec après tout.

Le repas se termine rapidement et il est temps de partir. Je bourre Rubis hors de mes genoux parce qu'il a toujours pas bougé ce gros tas avant de pouvoir me lever. Il laisser échapper des grognements parce qu'il est pas content, mais il avait qu'à prendre l'initiative par lui-même. Je le pousse du pied une fois que je suis debout pour qu'il arrête de m'emmerder et il se dirige rapidement vers la sortie après avoir adressé une salutation joyeuse au patron qui la lui rend. Pour ma part, je me contente d'un signe de tête.
Une fois qu'on est dehors je prends une grande inspiration. Maintenant que je suis sorti je me rends compte qu'il faisait pas mal chaud là-dedans donc ça fait bizarre de se retrouver dehors. Ou alors c'est parce qu'il fait un peu plus frais que quand on est rentrés. De toute façon c'est pas comme si on allait rester longtemps dehors alors on s'en fout, là où on va c'est pas loin. Rubis reste à côté de moi. Je suis en train de me remémorer le chemin pour aller au bar où on veut se rendre quand Aram se remet à me parler. C'est vrai que c'est pas con de s'en occuper maintenant, de ce coup de fil. Plus je ferai attendre Rose, plus elle sera pénible. C'est mathématique.

- Ouais je vais faire ça vite fait.

Je m'éloigne pas trop non plus, je vais pas partir dans la rue d'à côté pour donner un coup de fil parce que je trouve ça ridicule. Je pense pas que j'aurai à dire des trucs chiants, et au pire en ayant que la moitié de la conversation c'est pas comme si Aram allait pouvoir comprendre quoi que ce soit. En plus… Il a l'air d'être sur son téléphone de son côté donc c'est pas comme s'il allait essayer d'écouter ce que je raconte.
Allez, je vais chercher Rose dans mes contacts et j'attends qu'elle décroche. C'est rapide, je suis sûr qu'elle était en train d'attendre à côté de son téléphone, elle me connaît trop bien elle aussi.
J'ai à peine le temps de lui dire bonjour, qu'elle me demande où je suis, avec qui et ce que je suis en train de faire. D'un côté j'ai envie de rouler des yeux, de l'autre ça me fait quand même un peu plaisir que quelqu'un se soucie de moi comme ça. Je lui réponds ce que je peux, du coup. Et ce que je peux, c'est l'endroit où je suis et le fait que je prévois de passer une soirée tranquille avec un pote. Y a pas moyen que je lui balance le nom d'Aram, faut pas déconner, elle deviendrait complètement folle. Genre lui il m'appelle fanboy, mais je m'intéresse qu'à ses combats. Elle il est certain qu'elle a lu chaque bout d'article qui est sorti et qu'elle est capable de lui faire toute la chronologie de sa vie selon ce qui est passé dans les médias. Le genre de nana qui doit être trop flippante pour quiconque de connu. Si je lui dis, elle se ramènerait à Volucité et nous traquerait jusqu'à ce qu'elle nous trouve pour débarquer "par hasard". Mais évidemment cette réponse ne lui convient pas alors je réfléchis pour essayer de trouver un bon argument.

- Ecoute… Tu sais que je vais rentrer de toute façon, même si peut-être demain si je fais une nuit blanche. J'ai laissé Phil à l'appartement, sous-entendu que si je comptais faire quoi que ce soit qui pourrait provoquer mon non-retour, je l'aurai forcément emmené avec moi.

Rose reste silencieuse quelques instants, et je pense que je l'ai un peu vexée en faisant de Phil mon seul argument, mais j'ai préféré dire la stricte vérité plutôt que de mentir. J'en profite pour m'excuser de pas être resté ce soir, alors qu'il faut qu'on se parle, que je m'excuse, etc. Je justifie en disant que mon pote est pas disponible souvent et que je voulais pas le rater, puis je lui dis quand même qu'il faudra que je compte bien sur le fait qu'on discute, pour que je puisse m'excuser. Elle pousse une onomatopée qui me fait songer à de la surprise, puis il y a un moment de flottement, et avant que je puisse lui demander ce qui ne va pas elle me dit de revenir tout de suite pour qu'on puisse se serrer le petit doigt histoire de sceller la promesse.
Je raccroche.
Puis je lui envoie quand même par sms un smiley de main qui fait le geste qu'elle veut, pour pas qu'elle fasse sa relou. Elle doit être réceptive car dans les secondes qui suivent elle m'envoie le même, suivi d'un autre message qui me souhaite de passer une bonne soirée. L'argument de Phil a bien marché, c'est cool. Je peux donc oublier mon téléphone et le ranger.

Ceci fait, je retourne vers Aram en espérant ne pas l'avoir fait attendre trop longtemps. La conversation a été assez courte, je trouve. Rose ne devait pas vouloir s'éterniser non plus car il devait y avoir un malaise, rapport à notre dispute de la veille, tout aussi gentille qu'elle soit. Je l'imagine toute tendue à l'idée de nous revoir après ça… Je suis vraiment pas un cadeau comme ami. Mais elle trouve toujours le moyen de me supporter et de rester avec moi. Qu'est-ce que je ferais sans elle ?

- C'est bon elle devrait me lâcher maintenant ! Le bar est pas super loin, en cinq minutes on y est. , et je pars devant parce que je me doute bien qu'il ne sait pas où c'est.

En chemin j'ai un petit peu peur de me planter d'une rue comme ça fait longtemps que je ne suis pas venu dans ce coin et que beaucoup des ruelles de Volucité se ressemblent, surtout la nuit, mais ma mémoire ne me fait pas défaut et on arrive bientôt devant le bar. Je me souvenais plus de son nom, l'enseigne indique "Le Sunset" et je sais que c'est un mot de l'ancienne langue unysienne dont on a repris des expressions, mais plus du tout ce qu'il veut dire. Alors que je suis sensé l'avoir appris à l'école. Bref, c'est clair qu'avec un nom pareil ça allait pas me marquer. Je constate déjà que ça n'a pas l'air complètement bondé à l'intérieur, ce qui n'est pas plus mal : j'aime pas trop être serré contre des inconnus. Pas mon genre d'ambiance. Puis mon regard se porte sur les lumières qu'on voit à travers la grande vitre et je vois qu'elles sont comme dans mes souvenirs, même si j'ai l'impression qu'il y a un peu plus de couleur. Peut-être que j'avais simplement oublié.

- On dirait que ça a pas changé depuis que j'étais ado… C'est trop cool !, je sais que je suis en train de sourire comme un gamin parce que j'ai l'excitation de mes souvenirs avec moi.

Je pousse la porte pour entrer, suivi de près par Rubis qui semble déjà avoir compris qu'il faut vraiment qu'il se tienne tranquille ici s'il ne veut pas être directement renvoyé dans sa pokéball. Surtout après sa fourberie de tout à l'heure, il est sur la sellette ! Je laisse mon regard se promener dans la salle après avoir rendu leur bonjour au personnel derrière le comptoir. C'est un mélange de couleurs claires et sombres qui reste assez sobre, simple, mais efficace. Ce qui donne vraiment du peps au lieu, c'est les lumières sur lesquelles j'ai flashé il y a des années, alors j'ai du mal à pas tourner la tête vers le plafond trop régulièrement. D'un côté c'est sûrement pas si bien pensé parce que la clientèle est pas forcément sensé regarder les lumières en priorité, y a d'autres décos sur les murs dans des cadres et tout, mais je dois aussi être le seul débile qui fait une fixette sur des lampes parce que ça lui rappelle un phénomène de caméra.
Je me tourne vers Aram, toujours souriant parce que je me rends vraiment compte que je suis content d'être enfin là :

- Tu veux t'installer où ?


    Le texto du Destin - Page 2 Signa412
    "Par-delà le réel, nous serons."
    boite à trucs ::
     
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 2 sur 2) Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Unys - 5E G E N :: Volucité-