Le Deal du moment :
Clé licence Windows 10 professionnel 32/64 bits ...
Voir le deal
12.90 €

 
» [DUO] Tout le monde tombe, il faut juste apprendre comment le faire sans se blesser

Célestia Orlov

Célestia Orlov
Coordinateur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 04/03/2019
Messages : 147

Mer 4 Déc - 17:35
Cher Journal,

Aujourd’hui, j’ai été à Vestigion. Ris m’avait presque supplié pour que je repousse mon voyage de quelques jours. Il vient de commencer les cours et il était dans l’impossibilité de s’absenter. Dans son argumentation, il m’avait demandé d’attendre Anya. Elle était en route vers Sinnoh, peut-être arriverait-elle demain ou après-demain ! Sauf, que cela fait presque quinze jours, que sa cadette est sur le point de nous rejoindre. J’ignorai si elle était prise avec l’un ou l’autre de ses concerts de piano ou elle redoutait simplement de rentrer au manoir. Je savais que ce n’était pas par manque d’affection, elle idolâtrait son frère, mais le climat était difficile au sein de la demeure. Depuis notre retour, il n’y avait pas un soir, sans dispute. Chaque fois que ma mère se retrouvait dans la même pièce que Ris, elle se sentait obligé de lui faire la morale ou de lui tenir des propos mesquins, comme si cela avait une chance de le faire changer d’avis. La seule chose qu’elle allait réussir à faire, c’était de le faire fuir. J’attendais impatiemment ce jour pour ma part. Depuis, que nous sommes revenu, Ris avait fait de nombreux aller-retour chaque jours entre son université, à Joliberg et le domaine, mais j’ai passé 24h/24h ici. Or, cela fait plus de 15 ans que j’avais quitté cette maison et il était de plus en plus difficile d’y rester.

Ainsi, quand j’ai surpris une conversation entre mon oncle et mon père, il avait laissé la porte de son bureau entrouverte, où il était de question de papier urgent, j’ai sauté sur l’occasion. Manque de chance pour moi, il fallait précisément que Ris soit également dans les parages. Ses cours commençait plus tard dans la journée, il n’était pas encore parti pour sa faculté, mais il avait déjà revêtit son manteau.

« C’est une mauvaise idée. Je vais y aller après mes cours. » Avait-il dit immédiatement.

Mon père avait toujours été soucieux de me faire plaisir, je sais qu’il a beaucoup d’affection à mon encontre, mais il gardait une touche de culpabilité, car il a été peu présent selon ses termes. Pourtant, nos interactions ont toujours été suffisante, surtout, en sachant, que j’ai passé les 3/4 de ma vie à l’extérieur du domaine. Ainsi, je n’ai rien à lui reprocher. Cependant, dans ce genre de circonstance, je sais qu’il me donnait toujours raison et je ne voyais rien de mal d’en profiter. De plus, mon oncle avait besoin des papiers, de la réserve personnel de mon père, avant ce soir. Ris m’avait fait la promesse d’attendre mon consentement, afin de faire part de mon état, au reste de la famille, ainsi, il se trouvait la bouche close, à mon grand contentement.

Alors que j’enfilais mon plus chaud manteau, j’avais demandé à l’un des domestiques de me faire préparer un des Rhinocorne, qui appartenait à la famille. Une demoiselle digne de ce nom, selon ma mère, devait savoir monter, faire l’art de la conversation, avoir de bonne manière, se tenir à table et autres cent règles de la bienséance, que je garderai certainement en mémoire jusqu’à la tombe. Cependant, cela faisait quand même plus de vingt ans, que j’avais renoncé à ce genre de loisirs. En tant que futur danseuse étoile, mon professeur avait vivement désapprouver. L’équitation n’était pas particulièrement recommandé pour les jambes et assez célèbre pour ses membres cassés. Maintenant, j’avais raccroché mes chaussons, il y avait beaucoup moins de risque. Même si Ris était d’un autre avis, selon lui mon état n’était pas des plus adaptés.

Mon époux sur les talons, je me dirigeais vers l’extérieur du domaine, pour rejoindre les écuries. Je lui avais signalé qu’il allait être en retard pour ses cours, mais il fit la sourde oreille. Il essayait toujours de me convaincre de renoncer à cette petite promenade. Nous étions aussi têtu l’un que l’autre, il savait qu’il avait peu de chance d’obtenir gain de cause, mais il se devait d’essayer quand même. Pour lui, tant que je n’étais pas encore en selle et sur le départ, il avait encore une aubaine.

Avec l’aide du responsable des lieux, je grimpais sur le dos du pokémon sur la selle en amazone. Je percevais la légère grimace de Ris, alors que le domestique retirait ses mains de mes hanches. J’ai toujours porté des longues jupes ou des robes, si ce genre d’exercice se reproduit souvent, il serait peut-être temps d’investir dans un pantalon. Je m’assurais d’être bien installer, j’enroulais une des rennes autour de mes poignait, pour avoir une meilleure prise, puis je me penchais légèrement en avant. Ris bondit immédiatement, tout son corps se jeta dans ma direction, ses deux bras s’étaient enrouler rapidement autour de ma taille. C’était l’homme le plus prévenant que j’ai connu. Parfois, je crains qu’il me perçoit seulement comme une poupée en porcelaine, mais je glissais un sourire sur mes lèvres. Je profitais de notre proximité, pour lui montrer que j’avais calculé mon geste, et lui faire un rapide baiser. Avec un public, notre embrassade resta très chaste et je le laissai me repousser sur la selle. Bien qu’il avait compris mes intentions un plis d’inquiétude lui barrait toujours le front. J’ordonnai au Rhinocorne d’avancer, je fis un rapide signe de la main à mon conjoint.

Je pouvais sentir son regard sur mon dos, il allait certainement attendre que je quitte la propriété. Le soleil était encore bas dans le ciel, il était tout juste 9h, mais avec de la chance, j’allais atteindre Vestigion avant midi. Mon entrée dans le village allait être loin d’être discrète, mais il était hors de question de faire le voyage à pied ni même entre les serres d’un Etouraptor.

Revenir en haut Aller en bas

Anabella Scratcher

Anabella Scratcher
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 04/11/2019
Messages : 91

Région : Sinnoh
Ven 6 Déc - 16:42
Le voyage vient de commencer, et avec ça, bien sûr, une avalanche de maladresses dont je suis désormais habituée, et dont la seule différence c'est que je vais les subir partout dans le monde. Quand je dis partout, et Ticui le sait, c'est plus ou moins littéral : à chaque chemin que je prends, près des volcans, dans la mer, dans les plaines, dans les forêts, dans les grottes, dans les airs, et même entre deux jambes, ce sera très, très, très, très difficile d'être dresseuse, mais je sais que je vais y arriver.

Ticui est sur mon épaule, tout joyeux. Ça lui fait toujours du bien de prendre l'air, d'ailleurs. Pas autant que s'il était dans son lieu de prédilection, les eaux, mais je pense que passer son temps à la maison pour s'occuper de moi et de ma maladresse, ce n'est pas toujours la meilleure des situations. Ça ne le rend pas mécontent, bien sûr, il m'a toujours apprécié depuis que son œuf a éclos, mais le fait est que c'est pas un Pokémon fait pour rester à la maison tout le temps.

Ma marche, bien que maladroite, se déroule plutôt bien. Bien sûr, j'ai déjà commencé à tomber, que ce soit par des lèvres, le pied sur la cheville, la racine, la surprise... vous comprenez vite, mais à chaque fois, je me dis que je vais bien, c'est juste que je sais pas marcher sans tomber. A force de tomber, mon corps est devenu solide, après tout. Je ne me plains pas entièrement de ma maladresse, donc.

D'un coup, je commence à voir Ticui avec une mine légèrement inquiète. Qu'est-ce qui se passe ? Ticui est bien capable de communiquer, mais je ne peux pas forcément tout comprendre. D'ailleurs, petit à petit, je commence à entendre de lourds bruits de pas dans une direction... enfin, c'est la direction où je me dirige. Ça doit être un Pokémon particulièrement lourd pour que j'entende des bruits de pas sans que je ne voie clairement ce que c'est, je ne vois qu'une silhouette... une silhouette qui s'approche tellement que j'en ressens les secousses !

"Oh bon sang !!"

Déjà que pour quelqu'un de normal, quand on ressent des secousses, il y a des chances que ça le déséquilibre un peu, mais alors quand on parle de moi, avec ma maladresse qui en est presque maladive, une petite secousse peut suffire à me faire tomber ! Ticui ressentant une chute imminente, saute de mon épaule pour éviter de se faire blesser, et je retombe assez violemment sur mes fesses.

"Ouille !"

Ticui regarde d'abord en direction de ces secousses et il voit un Rhinocorne qui s'avance vers nous, d'un peu loin, mais assez proche pour que j'en ressente de légers secousses... enfin en soi, les légers secousses sont énormes pour moi. Il est au pas, heureusement, mais quand même, il est assez lourd pour m'écraser, alors Ticui se met juste devant moi en regardant Rhinocorne, avec un air plutôt implorant, et commence à crier, pour que le Rhinocorne entende.

C'est à mon tour de voir Rhinocorne, et comme je ne veux pas me faire écraser, je commence à vouloir me mettre de côté, mais comme les secousses continuent, c'est d'une galère de vouloir se mettre sur le côté. Limite, à chaque fois que je me relève pour me mettre ne serait-ce qu'à quattre pattes, je tombe tellement les secousses sont trop violentes pour moi.

"Bon sang ! Aïe ! Mais nom de... Ouille ! Par Arce... uille !"

Heureusement que Ticui est en train de crier pour que le Rhinocorne veuille s'arrêter avant qu'il ne nous écrase tous les deux ! Je ne vois pas encore qu'il est dompté, Ticui non plus, donc je ne peux qu'espérer que tout se passera bien.
Revenir en haut Aller en bas

Célestia Orlov

Célestia Orlov
Coordinateur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 04/03/2019
Messages : 147

Mer 11 Déc - 17:16
En voyant les abords de la ville, j’étais tellement soulagée d’enfin quitter le Mont Couronné, que je fis s’accélérer mon Rhinocorne. J’estimais qu’il devait rester un bon kilomètre avant de pouvoir pénétrer dans la cité de Vestigion. Avec le bruit de course, il était difficile de percevoir les piaillements, mais j’avais les yeux sur la route. Ainsi, j’avais perçu clairement une petite forme bleue, mais contrairement aux montagnards et autres pokémons sauvages rencontrés, elle restait solidement encré sur le sol. Quelques mètres plus loin, gisait une personne, ce qui expliquait la raison de cet immobilisme. Mon Rhinocorne était lancé à pleine vitesse, il était pratiquement impossible d’arrêter cet espèce de pokémon, une fois qu’il chargeait.

Je pris une bonne inspiration, je me hissais sur mes étriers, je relâchais au maximum mes rennes et m’accrocha au pommeau de la selle. J’ai pu entendre les cris, du Tiplouf et de sa dresseuse, mais je fis la sourde oreille. Je voulais rester concentrée sur ma tâche, ce qui était préférable pour tous le monde.

« Zvida, saute ! » Ordonnais-je alors que je gardais ma position, afin d’être la plus légère possible, alors que le pokémon décollait du sol. Par chance, l’être aquatique devait être très jeune, car malgré sa crainte, il n’exécuta aucune attaque à base d’eau.

J’attendis encore quelques secondes, alors que mon compagnon reprenait sa course, puis je me laissais tomber sur ma selle. La secousse avait été assez violente et malgré mes efforts, je me rendis compte que j’avais retenu ma respiration. Ce genre de performance était facile avec un ponyta, même si je ne raffolais pas de la course d’obstacle, mais c’était la première fois que j’essayais avec son confrère en roche. Je n’étais pas prête de renouveler l’expérience, surtout que la selle en amazone était de très loin idéal à ce genre d’exercice. En faites, c’était même une très mauvaise idée, surtout avec un pokémon eau en face, c’était une bénédiction qu’il n’y avait pas eu de mort.
A cause de l’exercice particulièrement éprouvant, Zvida avait perdit de la vitesse presque immédiatement ainsi il avait repris une allure de marche. Je constatai qu’il se dirigeait déjà vers la silhouette qui était toujours en travers de la route. Inconsciemment, j’ai du faire un rapide mouvement de renne, pour que nous revenions sur nos pas. Le Rhinocorne s’arrêta dans l’herbe, un peu en bordure du chemin, je passais ma main droite le long de son cou en une longue caresse. Je le félicita à voix basse et l’encouragea à reprendre des forces, grâce à la verdure.

Je focalisais ensuite mon attention vers la jeune femme, puisque cela en était une, si j’avais eu un instant l’idée de lui faire des remontrances, elle disparût aussitôt. Elle était vraiment dans un piteux état, ses vêtements et son visage toujours baissé vers le sol étaient presque noirs de poussière. Je pouvais apercevoir des écorchures sur ses joues, je n’osais imaginé les blessures sur son menton et ses lèvres. Ses mains étaient également abîmées, peut-être même avait-elle plusieurs ongles cassés et il m’était impossible de voir ses paumes. Ses habits camouflait ses jambes, cependant ses genoux étaient certainement également blessé, ce qui expliquait son immobilisme. C’était soit ça ou elle était suicidaire, mais j’en doutais au vue de la réaction de son pokémon. J’ignorai ce qui avait pu l’attaquer et ce qui l’avait mis dans cet état, mais Zvida n’en était pas responsable.

Je sais que j’avais l’air particulièrement condescendante, quand j’ai commencé à lui adresser la parole alors que j’étais toujours en selle, j’ai du lui faire une impression affreuse. Cependant, c’est à ce moment là, que j’ai compris les inquiétudes de Ris. J’étais resté sur le dos de mon pokémon depuis presque 1h30, la plupart de mes membres étaient endoloris, je pouvais sentir chaque mouvement et chaque vibration renforçait la douleur. J’étais certaine que si j’étais descendue de ma selle et avait posé le pied à terre, j’étais bonne pour m’allonger à côté de ma comparse. Or, ce n’était pas dans son intérêt ni le mien.

« Ca va ? Vous avez mal quelques part ? Vous voulez que j’appelle une ambulance ?»
Demandais-je alors que je plongeais ma main dans une des sacoches qui pendait le long du flan du pokémon.

J’empêcha un soupir de soulagement de franchir mes lèvres, tandis que mes doigts entraient en contact avec la pokémontre coincé dans une poche du sac. Il y en avait toujours une, en cas d’urgence. Je détestais ce genre d’objet et vu que j’étais partie dans la hâte, mon pokénav était resté dans la chambre.

Revenir en haut Aller en bas

Anabella Scratcher

Anabella Scratcher
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 04/11/2019
Messages : 91

Région : Sinnoh
Ven 13 Déc - 11:30
Pendant que le Rhinocorne court droit vers nous, Ticui le voit subitement sauter, peut-être pour pouvoir ralentir. Pendant un moment, il ouvre grand ses yeux avant de sauter vite en arrière avant que Rhinocorne atterrisse violemment au sol, provoquant une grande onde de choc, si violente qu'une partie de la terre en est soulevé, et même Ticui n'a pas vraiment pu y échapper. Heureusement que le type Eau est efficace contre le type Sol, car sinon il aurait eu plus de mal à encaisser le saut violent. Cette onde lui a fait tomber, mais ce n'est pas trop grave.

Et moi dans tout ça, disons que j'ai ressenti cette onde et ça m'a fait faire quelques tonneaux sur le sol. Heureusement que mon corps est solide à force de maladresse, car sinon ça aurait été la catastrophe pour moi. Cependant, avec la terre qui est soulevée, j'en ai forcément reçu dans ma bouche, donc au final, non seulement je peine à me relever à cause de ma maladresse, mais en plus je tousse pour évacuer la terre qui voulait entrer dans ma gorge.

Heureusement, depuis un petit moment, il n'y a plus aucune onde. Je continue de tousser, mon corps s'occupe plus de tousser que de se relever, d'ailleurs. Bon sang, je me demande vraiment pourquoi je suis née avec une si grande maladresse. Pendant que je tousse, je vois une femme, sûrement celle qui a dompté le Rhinocorne, me parler et me demander si j'ai mal et si je veux qu'elle appelle une ambulance. Sauf que non, j'en ai pas besoin, je suis juste extrêmement maladroite de nature. Alors, après avoir toussé un peu, je lui réponds, en commençant tant bien que mal de me relever, alors que Ticui court vite vers moi.

"Non... * touss touss * Ce n'est rien. J'ai mal, mais c'est une douleur dont j'ai l'habitude d'avoir... * touss touss * Je suis tombée par les tremblements dus aux pas de Rhinocorne et ça m'a empêché de me relever. Je suis extrêmement maladroite de nature, c'est difficile de trouver plus maladroit que moi."

Petit à petit, mon besoin de tousser diminue, alors que Ticui commence à se poser sur mon épaule, d'un air inquiet pour moi. Je lui souris.

"Ne t'inquiète pas, Ticui, ce n'est rien."

Je ne compte pas m'énerver contre qui que ce soit, à part contre mon propre corps. Mes vêtements sont complètement salis, mais peu importe. S'il faut les laver à chaque fois que je tombe, je n'arriverai même pas à avoir mon premier badge, alors je préfère laisser mes vêtements couverts de terre. Enfin, je peux me débarrasser de ce que je peux, et c'est ce que je fais après m'être relevé, mais s'ils sont sales au final, tant pis.
Revenir en haut Aller en bas

Célestia Orlov

Célestia Orlov
Coordinateur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 04/03/2019
Messages : 147

Mer 18 Déc - 20:25

J’avais été soulagée d’entendre que la jeune femme se sentait suffisamment en forme, pour décliner la venue d’une ambulance. Son état physiquement au premier abord semblait pourtant préoccupant, même si la crise de nerf pouvait toujours être une possibilité. Par prudence, j’enroulais la pokémontre autour de mon poignet et plongeait ensuite ma main, pour le seconde fois, dans une des sacoches. J’empoignais la gourde d’eau et je portais le récipient au niveau de mon oreille, je secouais légèrement celle-ci et fut satisfaite. Elle était à moitié pleine et la demoiselle en avait vraiment besoin d’un peu d’aide pour se débarrasser de cette quinte de toux.

« Tenez ! » Lui disais-je en laissant tomber l’objet vers le sol, j’avais préféré le faire glisser par la hanse. Je doutais que la demoiselle soit germanophobe, même s’il était toujours délicat de boire après un étranger. Cependant, le voyage avait été long et j’avais déjà complètement vidé la première de mes gourdes. Le plus urgent était de dégager ces voies respiratoires de toutes poussières et je pensais que la blonde était assez intelligente pour le comprendre. Ce n’était pas parce qu’on n’était pas très dégourdi, qu’il fallait confondre avec les ahuris ! Peut-être même qu’elle avait comprit la raison qui me poussait à rester sur mon perchoir.

J’avais remplit mon devoir de citoyenne, a priori je n’avais aucune raison de m’attarder plus longtemps sur cette route, mais je restais un peu inquiète. Pourtant, j’avais la sensation que si je laissais la jeune femme seule au milieu du chemin, les pokémons sauvages et les montagnards des environs n’allait pas lui faire de quartier et lui sauter dessus. C’était un beau brin de fille, elle semblait fragile, pour ne pas dire frêle, voire même délicate et avec les rustres des environs, c’était un risque. Elle semblait tellement vulnérable et était même l’archétype de la demoiselle en détresse. Combien de prédateur pouvait-il y avoir dans les environs, pour n’en faire qu’une bouchée ? Vraiment que faire ?

C’était la première fois, que je regrettais l’emploi de Rhinocorne comme moyen de transport, dans ma famille. Comme toutes les filles de bonne famille, j’ai appris à monter avec un Ponyta, mais également avec le pokémon sol car, il était plus rependu dans les abords de Célestia. C’était plus pratique de circuler à travers la montagne, même s’il était beaucoup moins rapide, il y avait peu de chose qui résistait sur son passage. Avec un Ponyta, j’aurai pu l’inviter à me rejoindre sur ma monture et nous aurions pu filer, tel les nombreux films, avec un soleil en arrière plan (même si c’était la lueur de midi et non du couchant), mais avec une selle en amazone c’était un exercice particulièrement difficile. Pour ce qui était d’un Rhinocorne, cela relevait de l’impossible, même avec une selle d’unys, la peau du pokémon était beaucoup trop rude. Or, je souhaitais venir en aide à l'adolescente et non lui infliger des plaies supplémentaires. Je revenais au début de ma pensée. Que faire ? J’empêchais un véritable soupir de frustration de s’échapper de mes lèvres. Que faire ?

« A défaut d’une ambulance, avez-vous besoin de soin ? J’ai une trousse de secours ! »

Je pouvais sentir une certaine chaleur me monter le long des joues. Je savais que j’essayais d’en faire de trop, mais c’était la première fois que je me retrouvais dans ce genre de situation. J’avais également l’habitude de tomber, hier comme aujourd’hui. Une danseuse qui n’a jamais chuter, n’essaie pas de s’améliorer. J’ignorai si j’avais voulu réconforter ou si c’était juste pour me débarrasser de ma gêne, mais je lui avais dit.

« Tous le monde peut être maladroit, vous savez. »

J’avais détourné la tête, mes yeux fuyaient les iris bleus de ma cadette et ma voix avait été tel un murmure, au lieu du discours claire. J'avais tenu ses propos autant pour elle que pour moi. Je sentais une chaleur se rependre dans mon ventre, alors que je me rappelais le baiser échanger avec Ris, au moment de mon départ. La cause notre échange, qui avait été très chaste, mais un instant, mais parce que j'avais commis un impair. Ma famille ignorait tous de ma relation avec mon époux et encore moins qu'il l'était devenu. Alors qu'est ce qui m'avait pris de l'embrasser devant les domestiques ? C'était une maladresse de ma part et pas une petite en plus.


Couleur de parole-=#ff9999
Revenir en haut Aller en bas

Anabella Scratcher

Anabella Scratcher
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 04/11/2019
Messages : 91

Région : Sinnoh
Sam 21 Déc - 22:22
Pendant que je continue de tousser pour évacuer toute cette poussière qui a commencé à gêner un peu la respiration, je commence à voir cette femme sortir la gourde pour le secouer avant de me le mettre près de moi. Je prends donc la gourde... enfin j'essaie car une action aussi simple que prendre une gourde est un véritable calvaire pour une fille aussi maladroite que moi. C'est d'ailleurs pour ça que Ticui m'aide à le prendre en le tenant.

"Merci." disais-je à la fois à Ticui et à la dompteuse.

J'ouvre donc la gourde et je commence à boire pour éviter que ma gorge ne soit asséchée par la poussière. C'est important pour moi. Après une bonne gorgée d'eau, je vais mieux. La poussière ne gène plus ma gorge, elle est sûrement dans mon estomac, en train de se faire digérer.

Dans la vie, je n'ai pas eu autant de chances que certains : d'abord je n'ai pas de père, je connais son visage, mais je ne pourrai jamais le voir en vrai car ma mère était enceinte quand il est mort. Ensuite, je suis née avec une maladresse particulièrement difficile à vivre. C'est au point que je me demandais de temps en temps si ma maladresse était trop profonde pour que je puisse m'améliorer là-dessus, mais le fait que je parviens à lancer une Pokéball correctement me fait convaincre que je peux m'améliorer là-dessus, et que la difficulté n'a pas atteint le stade de l'impossibilité. En plus, la maladresse n'est pas que physique, mais ça se déroule aussi quand je parle. Je suis particulièrement naïve, tellement que j'ai besoin de Ticui pour éviter de tomber bêtement dans des pièges.

D'un peu de soin ? Je sais que je suis plutôt frêle, on me l'a souvent fait remarquer, mais personnellement, je suis tellement habituée à tomber que mon corps y est habitué et donc je n'ai pas autant besoin de premiers soins.

"Je suis pas sûre d'en avoir besoin, mais après tu... heu, enfin, vous pouvez toujours regarder. Excusez-moi d'avoir voulu vous tutoyer."

Pourquoi je me mets à tutoyer la dame alors que je ne la connais pas du tout, moi ? Enfin bref, d'un coup j'entends de la part de la dame que tout le monde peut être maladroit. Je peux être d'accord, mais je suis d'un niveau au-dessus. S'il y avait un Tier List de l'adresse, je serais dans les méandres de cette liste tellement je suis incapable de marcher sans tomber.

"Jamais autant que moi. Confiez-moi un verre en porcelaine et soyez certaine que je le casserais sans faire exprès. N'émettez même pas de doute, ayez-en la certitude."
Revenir en haut Aller en bas

Célestia Orlov

Célestia Orlov
Coordinateur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 04/03/2019
Messages : 147

Mer 8 Jan - 10:31
Je me contentais de sourire, quand la jeune femme me remercia, je ne voulais que nous nous lancions dans un dédale de politesse. Je le lui offris pas de me rendre ma gourde, elle pouvait encore en avoir besoin et l'irritation était parfois un peu traître. Alors que j'allais porter la main à la sacoche pour ressortir la trousse de soin, les propos de la blonde me plongeait dans la perplexité. Comment cela, elle voulait que je regarde moi-même ? Je n'allais quand même pas lui demander d'enlever sa robe, en plein milieu du chemin, pour m'assurer qu'elle n'était pas blessée. Est-ce qu'elle manquait de pudeur ? Peut-être qu'elle était trop blessée pour le faire elle-même ? A première vue, je ne voyais pas de sang, mais je ne pouvais pas en être totalement certaine non plus. Peut-être qu'elle avait une commotion cérébrale ? C'était la seule explication qui me venait à l'esprit, pour qu'une adolescente, demanda à une parfaite inconnue de la déshabillée. Je doutais que ce fut une remarque de défi, mais peut-être ne sentait elle pas la douleur ? Ris m'avait expliqué que certaine personne n'avait pas les mêmes terminaisons nerveuses et que le signal était arrêté. A cause de ce manque, les personnes étaient très souvent maladroite et n'était pas capable de remarquer les blessures à moins de les voir. Est-ce que c'était son cas ? Je me voyais mal insister pour une ambulance et je n'avais pas assez de connaissance pour gérer ce genre de cas. Quand on effectuait un sport de haut niveau, on finissait par apprendre les premiers secours, mais cela dépassait largement mes compétences. J'étais tentée de joindre Ris, mais il venait de commencer les cours et je doutais que son diplôme d'infirmier soit suffisant dans ce genre de situation. D'un autre côté, cela me renforçait dans l'idée, qu'il était mieux ne pas la laisser seule.

J'hésitais toujours sur la marche à suivre, ainsi la remarque qui avait suivi, me prit au dépourvu et un rire m'échappa. Je ne voulais pas me moquer de la demoiselle, mais cela me permettait d'un peu de relâcher la pression. Je me calais de façon plus confortable dans ma selle, je préférais éviter de tomber, car il était évident que ma comparse ne pourrait pas m'aider à remonter par la suite.


« Désolée. Essayez de boire dans un récipient en cristal ou dans un verre blanc, au moins cela vous portera chance. »


Je reprenais mon sérieux et me penchais un peu plus sur son problème, elle manquait peut-être simplement de coordination et si son cas était un peu plus sérieux, elle avait certainement déjà consulté un médecin. Un nouveau sourire se glissa sur mes lèvres, alors que je me rendais compte qu'elle était très intéressante. Une chance que mon rhinocorne ne l'avait pas blessée, la discussion serait toutes autres sinon.


« Avez-vous pensez à faire une discipline sportive ? Comme la natation, la gymnastique ou la danse ? Dans un des cas, je peux vous recommander un excellent professeur. »


Elle me semblait également avoir une bonne personnalité, bien qu'un peu timide. C'était un peu tard, pour une carrière dans l'un ou l'autre domaine, elle venait certainement de rentrer au lycée, je lui donnais l'âge d'Anya, au maximum. Cependant, si c'était pour l'aider à parfaire ses muscles et augmenter ses réflexes, il n'y avait pas d'âge.



Couleur de parole-=#ff9999
605
Revenir en haut Aller en bas

Anabella Scratcher

Anabella Scratcher
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 04/11/2019
Messages : 91

Région : Sinnoh
Lun 13 Jan - 9:18
Heu... attends, pourquoi est-ce que cette dame se trouve surprise quand je dis qu'elle pourrait toujours reg... oh mince ! Je viens de me rendre compte de ma gaffe ! Pour pas changer, je suis limite professionnelle dans le domaine de la gaffe ! Je ne voulais pas parler d'enlever ma robe pour regarder si je n'étais pas blessée, mais je voulais seulement parler de tâter aux endroits où je serais potentiellement blessée pour vérifier s'il n'y a rien de cassé !

"Mince ! Ce n'était pas ce que je voulais dire !" criais-je en mettant une main sur la bouche.

Elle ne fait que rire de ma remarque au final. Elle pourrait très bien s'énerver comme j'ai l'habitude de subir, mais non. Enfin bref, elle me dit de boire dans un récipient en cristal ou dans un verre blanc pour rigoler, cela me permet de porter chance ? Je ne suis pas certaine, en fait. Je risque plus de les briser que de porter chance. Je veux bien y croire, sinon.

"Mais enfin, ça se casse vite, ces récipients ! Ha ha ha !"

Je ris avec elle, sans me dire que c'est absurde, mais je me suis permis de faire une remarque parce qu'à cause de ma maladresse, c'est particulièrement facile de briser ces récipients, et si Ticui n'est pas là pour prendre avant qu'il ne se brise... bah voilà.

Bref, on a fini de rigoler. D'ailleurs, Ticui ne crie pas. Il a l'air de penser qu'il n'y a aucun mensonge là-dedans. Il sait très bien que je suis capable de gober des débilités, après tout. Faire une discipline sportive ? Ben... si c'est pour tomber tous les dix mètres, je ne crois pas que ce soit utile. J'ai plus appris la couture, mais je parviens toujours à planter l'aiguille sur ma main, plusieurs fois.

"En fait, je suis incapable d'y penser, je risque de tomber tous les dix mètres. J'espère que le professeur est capable de supporter une gaffeuse extrêmement maladroite comme moi, d'ailleurs."

Après, s'il me faut attendre avant d'aller en direction du premier badge, ça me va. Peu importe dans combien de temps j'arriverai à Charbourg, de façon que j'y arriverai, ça me va. J'aurai mes trois premiers badges pour que je puisse devenir Ranger.
Revenir en haut Aller en bas

Célestia Orlov

Célestia Orlov
Coordinateur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 04/03/2019
Messages : 147

Sam 18 Jan - 18:23
Un nouveau sourire se glissa sur mes lèvres, je secouais rapidement la tête, un peu amusée malgré moi. Je pouvais lui recommander mon premier professeur de danse, mais madame C. était un peu sévère. De plus, elle poussait toujours ses élèves vers une carrière dans le domaine, elle n’avait aucune patience pour ceux sans ambition. Madame E peut-être ? Elle avait déjà beaucoup de travail et je doutais qu’elle allait me rendre ce service, surtout que je venais d’arrêter ma carrière, la prochaine étape était coach, selon elle. Cependant, je ne me sentais pas suffisamment en confiance pour enseigner. Je fouillais rapidement dans ma mémoire, la personne qui pouvait être le plus adapté pour la jeune fille et aucune n’avait guère de patience, du moins pas autant. Chacune d’elles formaient des danseurs dans un but professionnel et non, comme loisirs. Pour la danse, je savais que cela devais bien exister, il me suffisait de chercher un peu dans mes contacts. Par contre, je pouvais toujours recommander mademoiselle J. pour la natation.

J’avais également pris la résolution que si je ne trouvais personne, je me proposais pour lui enseigner au moins quelques bases pour la danse. Peut-être que cela allait me faire des exercices efficace, surtout que mon père avait remis à neuf mon studio. Forte de cette idée, je cherchais mon étui à carte dans mon manteau. Une fois, l’objet métallique dans ma main, je m’empressais de l’ouvrir et saisit un des petits rectangle. J’avais compris que la demoiselle avait peu confiance dans sa coordination et je n’avais pas non plus envie de me pencher, au risque de tomber.

« Tiens, petit. » Dis-je en tendant le petit carton au pokémon qui était sur l’épaule de la blonde. Un sourire encourageant sur les lèvres.

Sur la carte, on pouvait lire :

Celestia Orlov.
Manoir des étourmis
180 Allée des pins
XXXX Célestia


Ce fut à cet instant, que je me rendis compte, que nous nous étions même pas présenter. Je trouvais que c’était un peu tard et dans l’urgence, je n’y avais plus songer.

« Si vous me donnez vos coordonnées, je pourrais vous fournir les informations pour les différents professeur ultérieurement. J’avoue que je serais également rassurée de savoir que vous êtes bien arrivée à votre destination. »


J’hésitais, est-ce que je devais également lui fournir le nom d’un médecin ? D’un autre côté, en dehors de ma ville natale et Joliberg, je ne connaissais pas grand-chose à la région. Il y avait beaucoup trop peu de temps que j’étais revenue à Sinnoh. Cependant, j’avais espéré que la jeune fille avait tout de même compris mon sous-entendu. Je me sentais responsable d’elle, pas seulement parce que mon Rhinocorne avait failli l’écraser ou avait causé sa chute. Bien que j’avais toujours un peu du mal à le croire pour le second point, je ne mettais pas sa parole en doute, mais c’était tellement incongru comme situation. Peut-être étais-ce aussi parce qu’elle avait le même âge qu’Anya ? Je pouvais également croire, que je me reconnaissais un peu, dans cette adolescente maladroite, surtout au vue de ma situation actuel. Quoi qu’il en était ou les sentiments qui me motivaient vraiment, je voulais maintenir un contact.

« Allez-vous vers Vestigion ? Si, c’est le cas, je vais demander à ce qu’on fasse venir une voiture. Je ne peux pas vous raccompagnez là-bas avec Zvida, mais faire venir un moyen de transport est dans mes compétences. »


Couleur de parole-=#ff9999

582
Revenir en haut Aller en bas

Anabella Scratcher

Anabella Scratcher
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 04/11/2019
Messages : 91

Région : Sinnoh
Jeu 23 Jan - 20:22
Après un court moment, je la vois prendre un étui à cartes en métal, puis prendre une de ces cartes pour le donner à Ticui. Il comprit vite et se met à prendre la carte en le remerciant avec le sourire pour me montrer ce qui est écrit. Célestia Orlov ? Est-ce que c'est la dame devant moi ou la professeure en question ? Je verrai, de toute façon. Donc, après m'avoir fait lire la carte, il le range de lui-même dans une de mes poches.

D'accord. Si je leur donne mes coordonnées ? Ah mince ! J'ai rien pour ça ! J'ai rien pour noter ! Bon, à la limite, c'est pas grave. J'ai appris à utiliser ma mémoire car prendre en note, c'est difficile pour moi. Si je le fais en cours de Ranger, je risquerais plus de faire tomber le stylo en permanence. Au pire, je lui donne mon numéro de téléphone. Ticui s'occupera de me le donner et de décrocher. Pour ce qui est d'arriver à destination, je sais que ce sera au bout de plusieurs dizaines de chutes, voire quelques centaines, mais j'arriverai à destination.

"Désolée, j'ai pas grand-chose pour noter, mais je peux vous donner mon numéro de téléphone. Comme ça, je vous donnerai de mes nouvelles. Une chose est sûre, c'est que je chuterai des dizaines de fois, mais j'arriverai à destination."

Alors je lui donne mon numéro de téléphone. Pour apprendre par cœur des choses, je suis plutôt douée. C'est juste pour écrire qu'il me faut quelqu'un d'autre. D'ailleurs, j'en profite pour me présenter. Enfin, présenter moi et Ticui, quand même, car c'est mon compagnon d'aventure, et le Pokémon dont j'ai vu son œuf éclos.

Si je veux aller à Vestigion ? Je me suis peut-être trompé de direction car ça m'arrive de me perdre, mais je viens de cette ville. C'est d'ici que j'ai commencé mon aventure. Je commence à peine ma carrière de dresseuse à Vestigion, et j'ai l'intention d'aller à Charbourg. Alors je secoue ma tête tout en restant sur place pour éviter de tomber.

"Non, je viens de Vestigion, en fait. J'ai l'intention d'aller à Charbourg, car c'est pour tenter d'avoir mon premier badge. En fait, trois badges me suffisent car j'ai l'intention d'être Ranger."

Je sais, ça semble incroyable, surtout qu'on se moque de moi pour ça, parce qu'on pense que je vais plus être un poids qu'une aide précieuse, mais peu m'importe, je veux être Ranger, et je veux prouver qu'une maladroite peut être Ranger.
Revenir en haut Aller en bas

Célestia Orlov

Célestia Orlov
Coordinateur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 04/03/2019
Messages : 147

Dim 1 Mar - 13:11
La jeune femme se présenta comme étant Anabella, Anabella Scratcher plus précisément. Cela lui faisait une autre similitude avec Anya. Outre, leurs yeux si semblable, le surnom de ma belle-sœur était parfois Ana. Par contre, si elle avait l'apparence d'une sihonien avec ses cheveux blonds et ses yeux bleus, le nom ne l'était définitivement pas. Peut-être qu'elle avait des origines Gallaroise ? La demoiselle avait pris la peine également de me faire connaître le pokémon qui était perché sur son épaule. Cela m'avait fit sourire, malgré moi, il était tellement simple et peut-être un peu maladroit, mais le peu que je connaissais de la blonde, celui lui ressemblait bien. Combien de pokémon de type vol pouvait se nommer ticui ? Ce genre de référence et de collection de statistique c'était plutôt le hobbys de mon grand-père, mais j'appréciais ce goût de cette nostalgie. Peut-être pour la première fois depuis mon retour au sein de Sinnoh, j'avais la sensation que j'étais peut-être belle et bien revenue et que ce n'était pas si mal. En réalité, quand j'avais quitté la région, quinze ans plus tôt, la probabilité que je remettais les pieds ici, était très faible. Sans pour autant dire mes adieux à ma région natale, cela en était proche et je pensais qu'il allait s'écouler encore un demi-siècle au moins.

Je chassais ses pensées un peu sombre, pour me concentrer une nouvelle fois sur mon interlocutrice, surtout qu'elle avait réussi à me susciter un sentiment assez doux. Or, je n'étais pas prête à laisser s'échapper cette sensation. Je reprenais mes esprits exactement au moment où, l'adolescente m'informait qu'elle n'avait rien pour noter ses coordonnées et qu'elle préférait me donner son numéro de téléphone. J'avais prise mes cartes par habitude, mais je n'avais pas emporté un calepin ni même de quoi écrire. Je lui demandais de patienter quelques instants, le temps de prendre la montre, que j'avais replacé juste avant, dans la sacoche et de basculer en mode note. Ce n'était pas mon moyen de communication habituelle, mais je pouvais envoyer le mail vers mon propre téléphone pour l'encoder plus tard. Prête, j'invitai Anabella à me fournir ses coordonnées et encodait rapidement celle-ci. Par mesure de sécurité, je les ajoutais quand même dans la montre, si j'oubliais encore de prendre mon mobile ou qu'elle me contactait pendant que j'étais encore à l'extérieur aujourd'hui, c'était plus prudent.

J'avais été un peu amusée par sa remarque, elle prenait plutôt bien sa maladresse. D'ailleurs, c'était parce qu'elle avait une vision presque positive, que j'évitais justement de faire une remarque ou lui donner un encouragement dénué de sens. J'étais même un peu moins inquiète à son sujet, elle en avait vu d'autre et c'était loin d'être sa dernière chute. Bien que l'idée de la mettre à la danse me semblait un peu plus pressante. Si, elle avait tendance à tomber autant, il fallait vraiment qu'elle apprenne de quelle manière elle pouvait le faire, afin de minimiser au maximum les dégâts. Les arts martiaux étaient également parfaits pour ce genre d'exercices, mais je craignais que cela soit un peu trop violent comme début. Peut-être sera-t-il nécessaire de lui fournir des coordonnées supplémentaires à ce sujet, si elle prenait goûts aux sports. Je le notais dans un coin de ma tête, surtout quand elle me confia son rêve de devenir ranger. J'allais faire la discussion à ce sujet, quand les mots ce figèrent dans ma bouche et je fronçais les sourcils. Il y avait quelques choses dans ses propos qui m'avaient interpellé, plus urgent que de parler de ses projets de carrière.

« Vous avez dit Charbourg ? »
Ma voix avait sonné un peu sec et l'étonnement était clairement inscrite dans mon intonation. Alors que je réfléchissais à toute vitesse de la manière et au comment de présenter les choses à la jeune dresseuse. J'avais pris une bonne inspiration mentale, puis d'un mouvement de la main, je traçais une ligne pour désigner la route sur laquelle se tenait la blonde.

« Nous sommes sur la route 211, si vous continuez tout droit vers l'Est vous allez rejoindre la montagne. Avec un peu de chance, vous allez vite tomber sur le passage à travers les montagnes, qui mène vers Célestia. Peut-être qu'à partir d'ici, vous pouvez peut-être rejoindre la route 206, au Sud, mais j'ignore si cela est possible. Avez-vous une carte ? Sinon, je pense en avoir une dans ma sacoche. Cependant, je me demande s'il n'est pas plus rapide de regagner Vestigion et de prendre la porte de contrôle au Sud de la ville. »

Je sentais une chaleur me tordre l'estomac, alors que j'étais gênée par mes propres propos. Mon intonation m'avait semblé un peu trop stricte ou de celui du professeur, peut-être un peu comme celui du guide touriste. Pourtant, je pensais que c'était peut-être mieux que de lui dire d'emblée qu'elle s'était trompée de route. Je n'avais pas eu envie de la faire non plus paniquée, si c'était son genre, face à ce changement soudain. Pour ma part, j'étais parfaitement préparé avant de sortir de chez moi, Ris me reprochait parfois de prendre trop de choses, mais j'aimais pouvoir faire face à toutes les éventualités. Tant mieux, si je n'avais pas à les utiliser et que cela encombrait un peu mon casier ou mon sac. Il estimait que c'était trop lourd et que cela me demandait trop d'effort, mais il était déjà bien plus léger qu'avant. D'ailleurs, maintenant que j'observais plus attentivement la demoiselle, elle avait bien une sorte de sac qui pendait. Cependant, c'était loin du sac à dos que je m'imaginais pour la plupart des aventuriers. Pour ma part, j'avais deux grosses sacoches sur le dos de mon rhinocorne, mais il était vrai que je ne portais rien. Dans mon état actuel, il était certainement difficile que je puisse porter un sac à dos et au vu de la maladresse de l'adolescente, elle pensait peut-être pareil. C'était nettement moins facile de se relever avec une telle charge sur le dos, sans parler de l'impact régulier le long de sa colonne vertébral. Si, elle prenait en compte de sa propre difficulté physique, cette façon de voyager était certainement la bonne, mais je ne pouvais m'empêcher de me demander si elle était assez préparée.

J'avais évité d'insister qu'il était possible, que je puisse la raccompagner vers Vestigion, si elle le voulait. Je préférais qu'elle le proposa d'elle-même, même si ce n'était pas l'envie qui me manquait à cet instant. Pour moi, il s'agissait simplement de venir en aide à une cadette. En tant que femme, je savais qu'il y avait une différence entre parler sur le bord d'une route et accepter de suivre une inconnue dans une voiture. Je comprenais très bien qu'elle pouvait être réticente et même qu'elle veuille faire ses propres expériences. C'était un peu, un des luxes de la jeunesse, puis il y avait moins d'un kilomètre à faire avant d'arriver à Vestigion. Par contre, si elle avait gardé cette option en tête, que je pouvais lui épargner un peu de route, cela était un plaisir pour moi. J'avais seulement à donner un coup de fil et je savais que mon oncle ou un autre membre de sa famille allait dépêcher une voiture pour nous. Il fallait, par contre que je précise qu'il devait prendre une remorque avec lui, afin d'y mettre Zvida.




Couleur de parole-=#ff9999

1337
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» Hentaï
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Village Hentaï

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Vestigion-