-17%
Le deal à ne pas rater :
Vente Flash : Ecran PC Samsung C27R500FHU
149.99 € 179.99 €
Voir le deal

 
» Welcome to the jungle

Justin Thyme

Justin Thyme
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 08/04/2018
Messages : 409

Région : Alola
Mar 5 Nov - 14:22
L'action se déroule au Glaive de Thémis...

Éprouvant, c’est le mot qui venait à l’esprit de Justin. Ces dernières semaines s’étaient montrées très intenses, il n’avait pas le temps de respirer. Entraînements physiques, combats Pokémons, cours d’école... Cela n’arrêtait plus. Avec cette formation, le garçon n’avait plus de répit. Le Capitaine Holt l’avait prévenu, c’était intense. Les plus faibles abandonnent dans les premiers jours. Dans la promotion du blondinet, c’était déjà arrivé. Déçus par ce qu’ils apprenaient, pas à la hauteur des attentes, les raisons d’abandons étaient diverses et variées. L’apprenti officier était encore de la partie, et il ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin. Certes, la théorie était ennuyante au possible, mais les parties plus physique le captivaient. Il n’était pas revenu à Doublonville pour repartir bredouille, non. Il ne retournerait pas à Alola tant qu’il n’avait pas son diplôme d’agent. D’ailleurs, il n’avait pas vu ses Pokémons depuis le début de la formation. Il se faisait du souci pour eux, surtout Hawk. Heureusement, ils étaient entre de bonnes mains : celles de Kaktus, et sa pension Kokonut’s. Celui-ci lui donnait des nouvelles chaque semaine, ce qui rassurait énormément Justin. Au moins, il pouvait se concentrer pleinement sur son apprentissage.

Ce n’était qu’une question de temps avant que les examens finaux arrivent. L’originaire de Doublonville ne stressait pas le moins du monde, il avait confiance en ses compétences. Après tout, il avait déjà aidé à mettre des criminels derrière les barreaux, et des membres des forces de l’ordre lui avaient conseillés à plusieurs reprises de devenir agent. Lui-même, il s’était mis à y croire dur comme fer, d’où sa présence ici. Il avait ouvert les yeux sur sa voie, ce qui était fait pour lui. Au Glaive de Thémis, le blondinet se sentait dans son élément. Il y avait certes des accrochages, notamment avec l’autorité, mais au final, il se plaisait ici. Il avait enfin l’impression d’apporter quelque chose au monde, de prendre de l’importance. En tant qu’officier, il pourra faire le bien à une plus grande échelle, rendre justice en toute légalité. Il y avait tellement de criminels à arrêter, ne serait-ce que son père. Il se fera un plaisir de l’emprisonner lui-même, de le traquer sans répit. Après tout ce que ce monstre avait fait, à lui, mais aussi aux Pokémons qu’il avait volé, maltraité, et certainement d’autres atrocités, il méritait de finir sa vie au fond d’un trou.

À sa plus grande surprise, Justin avait été appelé dans le bureau du Capitaine Holt avant l’entraînement du matin. Pour qu’il le fasse venir, il devait y avoir quelque chose d’important. Peut-être que la police avait enfin retrouvé la trace de son père ? Le seul moyen d’en avoir le cœur net était de s’y rendre. Le vieil homme l’attendait, assis dans son fauteuil, avec des papiers dans les mains. « Ah, Justin ! Bonjour, jeune recrue. À partir de maintenant, ta formation va prendre un nouveau tournant. Tu seras sous la tutelle de l’agente Maëve Kent. C’est elle qui décidera de si oui, ou non, tu deviendras un officier. Elle t’attend dans la zone d’entraînement. » Le garçon ne s’attendait pas particulièrement à ça. Il ne savait pas où Holt voulait en venir en le plaçant sous l’aile d’un agent, mais il devait suivre les ordres. Le capitaine devait avoir ses raisons, et Justin lui faisait confiance. « Ok, ça me va. Je me fais pas de souci, moi aussi, je porterais l’uniforme dans quelques semaines ! » Prétention, vous dîtes ? Plutôt confiance en soi. L’apprenti dresseur savait parfaitement ce qu’il voulait, et il comptait bien se donner les moyens pour y parvenir. Il n’était pas question d’échouer, qu’importe ce que sa nouvelle professeure lui fera subir.

Après avoir remercié le capitaine, Justin se dirigea directement vers les terrains d’entraînement, en tenue. Il n’avait pas pensé à demander la description de la femme qui allait le superviser, ce qui n’était pas pratique pour la trouver. De toute façon, ils finiraient bien par se rejoindre. Le jeune homme ne prit pas la peine de faire le tour de toute la zone, et se posa dans son coin pour commencer à s’échauffer. Autant ne pas perdre de temps, cette Maeve devait avoir toutes les informations nécessaires pour le reconnaître.

HRP:
 




ULTRAAAA:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Maëve Kent

Maëve Kent
Agent Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 28/03/2016
Messages : 1367

Région : Kanto
Lun 11 Nov - 2:51
Cela n’était pas vraiment prévu. Ou tout du moins, cela ne faisait pas partie de tes plans. Le fait est que tu n’as pas d’autre choix que de te plier à cette nouvelle affectation, et puis il a été mis en avant par tes supérieurs plusieurs arguments en ta faveur qui t’ont fait accepter sans rechigner. Cela te surprend juste qu’ils aient pensé à toi pour former les nouvelles recrues. Tu n’es pas vraiment conventionnelle, ou du genre à suivre le règlement à la lettre. Alors pourquoi cette responsabilité ? Probablement parce qu’ils se doutent qu’avec toi, leurs recrues auront eu l’occasion de se préparer à tout. Car cela peut se voir dans tes entraînements avec tes Pokémon, tu en demandes beaucoup, tu es parfois dure – souvent même – mais toujours dans l’intérêt de chacun. Si un bleu souhaite réellement devenir prêt à endosser le rôle d’agent, il va devoir se rendre compte que c’est rarement confortable, qu’il risque d’en pâtir à de nombreuses reprises, tant sur son intégrité physique que morale. C’est ce à quoi tu comptes préparer les petits nouveaux qui te seront confiés. Les pauvres n’ont aucune idée de ce qui les attend. Ils ne verront peut-être pas sur l’instant que tu les malmèneras pour leur bien, mais ils te remercieront probablement plus tard, en réalisant que tu auras été la seule à les préparer à la réalité du terrain, sans chercher à les babysitter, sans chercher à rendre ce travail plus sexy qu’il ne l’est en réalité. Ils vont être confrontés aux pires bassesses que peut offrir le genre humain, autant qu’ils sachent à quoi s’attendre.

C’est d’ailleurs aujourd’hui que tu feras la rencontre de ce premier poulain qui va t’être confié. Il semblerait que quelqu’un ait tenu à mettre ce jeune homme entre tes mains, ce qui s’avère assez surprenant. Tu ne penses pas être vraiment connue ici, en tant qu’agent. Certes tu as fait de nombreux remplacements au cours de l’année passée, dans de nombreux postes de police un peu partout dans le monde, mais il est assez étonnant que ton nom ait pu revenir aux oreilles de quelqu’un. Encore que, tu as fait certains coups d’éclat, pas tous forcément positifs, alors pourquoi pas. De toute façon, cela ne te fera pas changer le sort que tu réserves à ce gars-là d’un iota. On ne peut pas t’influencer, tu ne feras pas de favoritisme, cela n’a aucun intérêt. Tu ne veux former que des gens prêts à effecteur ce métier et ce sera la seule chose qui déterminera ta décision finale, à savoir si la recrue est apte à devenir agent ou non. Tu n’auras aucun remord à refuser la validation de la formation d’une personne qui ne le mérite pas, qui n’a pas ce qu’il faut pour. C’est pourquoi tu as demandé le dossier du jeune homme qui sera sous ta coupe. Justin Thyme, une recrue au dossier plus qu’intéressant. Il a tout l’attirail de la tête brûlée, impulsif et borné. Probablement irréfléchi. Tu ne tires cependant pas de conclusions trop hâtives, même si ses faiblesses et limites se dessinent d’elles-mêmes. Ton rôle ici est de le former à la réalité du terrain mais il est évident que tu ne pourras pas l’entraîner sur le terrain avec toi d’entrée de jeu. Tu tiens à le sonder avant cela. Le fait est qu’à la simple lecture de ce dossier, tu n’es pas certaine du fait que cette recrue ait tout ce qu’il faut, tu crains qu’il ne puisse être un danger pour lui-même, pour toi, mais surtout pour les civils autour de lui. Avoir du potentiel ne suffira pas plus qu’avoir de bonnes intentions.

Tu te retrouves donc dans la zone d’entraînement à la première heure. Cela ne change pas grand-chose à ton quotidien, mais tu attends une tête blonde qui est censée t’être envoyée ce matin. Tu as déjà eu le temps d’avaler ton petit déjeuner et de le compléter avec un café. C’est une habitude que tu as prise quand tu es sur Doublonville – ce qui sera le cas tant que tu n’auras pas d’autre affectation – et tu y retrouves certains collègues. Enfin collègues, c’est vite dit, car tu ne les connais pas en dehors d’ici, pour les deux ou trois personnes avec lesquels tu as eu l’occasion de trainer, il n’y a que ce Dean dont tu connais le prénom. Et ça s’arrête là. Alors tu patientes en t’échauffant. Réveil articulaire, corde à sauter, sac de frappe, tu gères ton effort. Ce serait dommage d’être fatiguée au point de ne pas pouvoir accueillir cette recrue comme il se doit. D’ailleurs, le voilà qui pointe le bout de son nez. Parfait. Tu le vois ne pas vraiment chercher et commencer à s’échauffer. Bien, autant qu’il s’échauffe de son côté, cela t’évitera de perdre du temps. Refaisant ton chignon, tu l’observes faire. Après avoir bu et t’être essuyé le front puis les mains sur ta serviette, tu t’avances directement vers lui car il est temps de commencer. Tu ne sais pas ce qu’il sait de toi, et tu t’en fiches. De toute façon, les seules informations auxquelles il devrait avoir accès sont ton nom, le fait que tu es rousse et que tu portes actuellement une brassière de sport noire et un short assorti. « Voici donc ma recrue. Parfait. Je suis Maëve Kent, mais appelle-moi Mev. Ordre direct. Les gens ici ont tendance à se faire mousser en se faisant appeler par leur grade, pas mon genre. » Tu tiens à ce que les choses soient claires, et ce d’entrée de jeu, c’est pour ça que tu es directe. Tu n’as d’ailleurs pas terminé avec ce petit laïus introductif. « Cela ne fait pas de moi ta pote ou une instructrice cool, tu restes une recrue s’adressant à un supérieur. » Tu n’es pas souriante, tu ne l’as pour ainsi dire jamais été en même temps. Et puis tu n’as pas à l’être. Vous êtes ici pour une tâche des plus sérieuses, valider la formation de cette recrue. Tu es en quelque sorte son ultime épreuve, il doit s’attendre à être mis en difficulté.

Cela commence d’ailleurs dès maintenant. Tu fais demi-tour et te diriges vers les tapis mis en place, ils vont vous servir. « Tu as passé les examens sur la théorie, bien pour toi. Sauf que tu vas vite te rendre compte sur le terrain que le plus compliqué n’est pas de retenir le manuel, mais de savoir l’appliquer. » Une fois en place sur ce tatami, tu te retournes pour faire face au blondinet. Tu vas devoir parler bien plus que ce dont tu as l’habitude, chose que tu ne réalises que maintenant. « En tant que gardien de la paix, tu dois savoir que nous devons utiliser une force proportionnelle à celle qui nous est opposée. Je vais voir si tu sais placer cette jauge. Et un conseil, n’hésite pas à porter un coup s’il le faut, car je n’hésiterai pas de mon côté. Mais seulement si c’est nécessaire, sinon tu le regretteras. » Tu fais quelques mouvements de tête afin de réveiller ta nuque en vue de la reprise d’une activité qui devrait nécessiter toute ta mobilité. « Première mise en situation : tu effectues une ronde, et je m’approche de toi et te jette de l’eau au visage. Outrage à agent. Comment tu m’appréhendes ? » Pour des besoins de crédibilité, tu as bien arrosé le blondinet avec ta gourde, histoire de provoquer une réelle réaction, pas seulement imaginée. Il est évident que tu le testes, tu es payée pour cela. Il faut bien voir comment il réagit pour voir s’il est sortable et s’il est envisageable de lui confier une arme !



HRP:
 


Welcome to the jungle UrI6uPx

Welcome to the jungle Gs4c714 Welcome to the jungle 2KU43ri Welcome to the jungle KqgOM0b
Stamps:
 
~ Avatar by myself ~
Revenir en haut Aller en bas

Justin Thyme

Justin Thyme
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 08/04/2018
Messages : 409

Région : Alola
Mer 13 Nov - 21:14
Comme à son habitude, Justin s’échauffait sérieusement. Il ne fallait pas négliger un seul muscle, pour réduire les risques de blessures. Il n’avait pas la moindre idée du type d’entraînement qui l’attendait auprès de Maëve Kent, alors il préférait se préparer au pire. De toute façon, cela ne changeait rien à sa routine. Cordes à sauter, pompes, abdominaux, sac de frappe. Il n’y allait pas de mains mortes, et était déjà en train de suer. Normal, avec un tel rythme. Le blondinet allait toujours à dix milles à l’heure, il prenait rarement le temps de se poser, ce qui pouvait lui jouer plus d’un tour. Il allait s’épuiser avant de rencontrer sa tutrice s'il continuait comme ça. Il ne savait d’ailleurs rien à son sujet. Le garçon craignait de tomber sur une personne détestable. Après tout, sa réussite à cette formation dépendait d’elle. Si elle le prenait en grippe, il pouvait dire adieu à son insigne. Néanmoins, ce n’était pas son genre de faire de la lèche pour se faire bien voir. L’agente allait très vite s’en rendre compte, pour le meilleur, comme pour le pire.

Alors qu’il était dans sa lancée, la recrue se fit déranger par une femme rousse. Elle était là depuis le départ, il l’avait remarqué du coin de l’œil en scrutant la salle. Elle se présenta comme Maëve Kent, la fameuse tutrice. Pendant tout ce temps, elle l’avait observé ? Justin n’y avait pas vraiment prêté attention, mais il était sûr de sa présence dès son arrivée. Elle l’avait peut-être regardé s’entraîner pour juger de ses compétences. Grand bien lui fasse, le garçon, lui, faisait comme il en avait l’habitude. En tout cas, la jeune femme paraissait plutôt stricte. Elle était ferme dans ses propos, avec une autorité sans conteste. « Ok Mev. Pas besoin de me présenter, je suppose. » Évidemment que Justin était la recrue, et Maëve sa supérieure. Même s’il avait l’habitude d’être désinvolte, il respectait tout de même les rapports hiérarchique depuis quelque temps. Holt l’avait préparé à cela, puisqu’il savait pertinemment que le garçon était du genre à tenir tête. « J’ai pas dit le contraire, hein. Je suis sous vos ordres après tout. » Cela lui écorchait la gorge de le dire, mais il fallait voir la vérité en face. Le blondinet devait écouter les directives de Mev, et les appliquer au mieux. Néanmoins, cela ne l’empêchait pas d’exprimer un potentiel désaccord, mais pour le moment, la rencontre se passait bien.

L’agente se déplaça jusqu’à des tapis, et invita Justin à la suivre. Celui-ci s'exécuta, pressentant ce qui allait arriver. La seule raison qui lui venait à l’esprit était celle d’un entraînement physique, sûrement en lien avec le corps-à-corps. Ces tapis étaient en général utilisés lorsqu’il s’agissait de simuler des combats, ce fut donc la première chose qui lui vint à l’esprit. Et en effet, avec les paroles de la femme, il n’y avait plus de doute. « J’ai toujours préféré la pratique à la théorie, de toute façon. » Non, ce n’était pas de l’humour, Justin était sérieux. Il avait réussi ses examens écrits sur le fil, à peine au-dessus de la moyenne. L’école, il avait toujours détesté ça. Il préférait se salir les mains, faire le boulot directement plutôt qu’être dans la théorisation.
L’enseignante n’aurait pas pu viser plus juste que ça. Force proportionnelle à celle qui nous est envoyée ? Le blondinet est du genre à envoyer un Dracaufeu face à un Chenipan. Justement, il joue un peu trop de sa force et cela lui a fait parfois défaut, à croire qu’il était en capacité de tout réussir. S’il avait réfléchi, et ne s’était pas surestimé, face aux braconniers, il n’aurait peut-être pas été blessé, par exemple. Mev avait raison de l’amener sur ce terrain-là, mais est-ce qu’il allait se débrouiller ? Au vu de son caractère, notamment son sang chaud, le garçon a souvent tendance à partir au quart de tour. « J’vois pas pourquoi j’hésiterais à porter un coup, vous êtes agent non ? Femme ou pas, j’m’en fous. » Justin avait assumé que cette réflexion avait été faite vis-à-vis du sexe de Mev. Il se fichait de ces choses-là, et si elle était sa supérieure, c’est qu’elle le méritait. Pour lui, il s’agissait de respecter une personne pour son talent, et rien d’autre.

Drôle de première mise en situation. L’apprenti officier devait prétendre se faire agresser par une personne lui envoyant de l’eau au visage. Une altercation pas vraiment agressive, en elle-même. Néanmoins, il fut surpris par le geste de Mev qui accompagna son discours. Elle joua le jeu jusqu’au bout, et envoya valser sa gourde sur le garçon. Là, il ne s’agissait plus de jouer la scène, elle était en train de se produire. Il avait le visage trempé, ainsi que les cheveux. « Mais putain ça va pas bien ?! D’où tu m’arroses ! » Si Maëve cherchait à l’énerver, elle avait réussi. Il ne s’agissait, certes, que de l’eau, mais le geste en lui-même était dérangeant. Un profond manque de respect. De là à parler d’outrage à agent... Peut-être. Justin n’était pas si au point sur la théorie que ça. Outrage à son ego, là, par contre, il y avait de quoi creuser. Il s’avança vers la jeune femme avec un air enragé et déterminé.
Arrivé devant Mev, le blondinet s’arrêta net. Elle lui avait bien dit de ne pas hésiter à la frapper, mais, est-ce qu’il le fallait ? On ne pouvait pas compter le nombre de fois où Justin avait réagi dans le feu de l’action, sans vraiment penser à ses actes. Au-delà de frapper une supérieure, il s’agissait de punir quelqu’un qui avait “simplement” envoyer de l’eau. Si la première option ne le dérangeait pas, c’était la seconde qui lui posait problème. Le Justin d’avant Alola aurait très clairement frappé Mev, mais celui d’aujourd’hui, probablement pas. Même si au fond, il en avait envie. Il se faisait violence pour ne pas agir, combien de fois Holt l’avait repris dans ses agissements plus que limite. « C’est la première et dernière fois ! J’vais pas t’amener au poste juste pour un jet d’eau, y a plus important à faire. Mais la prochaine fois, ça passera pas, l’insigne, c’est la loi et l’autorité. » L’originaire de Doublonville s’impressionnait lui-même à garder son sang-froid. Cela se voyait sur son visage qu’il était toujours énervé, mais aussi au ton de sa voix, et ses gestes. Néanmoins, il avait envie de devenir policier, plus que tout. Alors s’il devait faire des efforts, il les ferait.



HRP:
 




ULTRAAAA:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Maëve Kent

Maëve Kent
Agent Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 28/03/2016
Messages : 1367

Région : Kanto
Lun 25 Nov - 10:42
Il est évident que ce jeune homme a besoin d’être mis à l’épreuve, d’être mis en difficulté. Tu te demandes même s’il n’aurait pas besoin d’échouer un peu. A sa manière de répondre, tu sens sa détermination, mais tu sens surtout qu’il a besoin de comprendre où sont les limites et à quel moment il peut être en droit de les franchir. Car tu n’es pas non plus un exemple là-dessus. Tu serais la première à faire comprendre ton désaccord dans une situation où tu serais en conflit avec un supérieur. Tu ne passes pas non plus par quatre chemins, et une décision stupide reste une décision stupide, quelle que soit la personne qui la prend. Tu as cependant appris – parfois à tes dépends – qu’on n’obtient que rarement ce que l’on souhaite en s’opposant de manière frontale à une personne qui est au-dessus de soi dans la hiérarchie. Après, il faut savoir pour quelle raison on est en désaccord, s’il y a une réelle importance, une réelle incidence et si cela ne nuit à l’intégrité de personne. Il faut pouvoir se justifier. Le bleu face à toi te donne l’impression qu’il peut facilement prendre la mouche et agir pour une question d’ego plus que pour les bonnes raisons. Cela se traduit de manière très claire dans sa manière de s’adresser à toi. Tu ne relèves pas forcément pour l’instant, car même si cela n’aurait pas convenu à une grande partie des agents formateurs, tu préfères une personne directe qui te dira les choses franchement qu’une autre qui s’écrase, ou est faussement mielleuse. Au moins, tu sais où tu vas avec lui.

Cependant, certaines choses sont à éclaircir. Tu la joues carrée et ne lui rentres pas dedans, tout du moins pour l’instant. « Après, si tu ne connais pas les règles, tu vas vite te faire sortir. » C’est certain, le règlement est certes contraignant et vous met parfois en difficulté dans votre posture d’agent, mais c’est aussi la seule défense que vous avez sur le plan légal. Si tu lui dis cela, c’est pour lui faire comprendre que le Glaive ne fait pas de cadeau aux agents un peu trop borderline vis-à-vis du règlement. Autant ils peuvent passer outre – selon les supérieurs hiérarchiques – un caractère fort et une certaine indépendance face à la chaîne de commandement, si ce n’est pas inconsidéré, autant le respect de la loi est chose sacrée. Tu ne tiens pas vraiment à ce que la première recrue dont tu permettes l’obtention du badge se fasse sortir car c’est un élément trop instable pour être dans vos rangs. Tu lui expliques alors l’exercice auquel tu souhaites le confronter. Sa réaction face à tes propos te surprend quelque peu. Il a peut-être un peu trop envie d’en découdre à ton goût, comme s’il était ici pour se battre, comme si c’était la motivation qu’il avait pour devenir agent. Tu as lu son dossier, tu doutes que ce soit réellement le cas, mais il faudra lui faire comprendre qu’il va devoir se calmer, qu’il ne doit pas être aussi rentre-dedans en permanence. « Tu vois, c’est typiquement le genre de réponse qui ne passerait pas avec n’importe quel agent auquel tu auras affaire. Nous ne sommes pas tes potes, nous sommes tes collègues, et pour la plupart des agents ici, tes supérieurs. » En soi, ce qu’il dit ne pose aucun problème, tu trouves même qu’il a raison. Seule sa manière de le dire risque de lui attirer des ennuis. « Le fond, ça va. Mais la forme… Tu te rendras contre qu’aussi agaçant et stupide que cela puisse être, un supérieur pourra te donner tort simplement pour le ton que tu emploies. Même si tu es dans ton bon droit, même si tu as raison. Je suis la première à avoir du mal avec ça, c’est pour ça que je te le dis. Avec moi, ça peut passer, mais je dois bien être la seule ici. Donc autant que tu commences dès maintenant à bosser là-dessus, aussi. » Les forces de l’ordre accordent une très grande importance au respect de la hiérarchie, comme s’il s’agissait d’une sorte de soumission obligatoire, chose que tu ne supportes pas. Certains se croient petits chefs, alors qu’ils ne sont supposés diriger que pour aboutir au meilleur résultat, tant pour les agents que pour les civils. Rien de plus. Mais bon…

L’exercice commence, et tu n’as qu’une envie, le provoquer, agir de sorte à ce qu’il s’emporte. Parce que tout indique qu’il répondra facilement face à une quelconque attaque à son encontre. C’est pourquoi tu commences de la sorte, en l’arrosant et en te contentant de rester droite devant lui, un sourire narquois ancré sur le visage. La réaction est immédiate, exactement celle à laquelle tu t’attendais d’ailleurs : explosive. Il rentre un peu trop dans le jeu, se permettant alors la familiarité de te tutoyer. Il y a même une certaine agressivité qui se dégage de lui, tu ne bouges pas lorsqu’il s’approche de toi, mais tu te prépares. Tu es prête à parer et à contrer le coup qui devrait arriver et qui serait alors injustifié. Sauf qu’un léger changement dans son allure qui te fait tiquer, tu le remarques sans savoir à quoi cela correspond. Il se retient et se contente d’un sermon, là où il aurait pu faire le choix de t’arrêter. Ce n’est qu’un jeu de rôle, mais tu aurais pu attendre à ce qu’il se permette cela. Tu vois bien qu’il se retient, qu’il se contient, même s’il a beaucoup de mal à le cacher. Et c’est une excellente chose. Cela te montre que malgré son tempérament plutôt véhément, il reste modelable dans une certaine mesure. « Ok, pas mal. Un peu pompeux, mais ça fait l’affaire. » Tu casses directement le jeu, tu aurais pu insister, tu aurais pu pousser le bouchon un peu plus loin et chercher à le pousser à la faute, mais tu n’y vois pas l’intérêt. Cela ne serait pas logique, en fait. Et puis il te reste des scénarii en réserve.

« Nouvelle situation. A toi de t’adapter. » Cette fois-ci, aucune information. On ne sait pas forcément à quoi s’attendre, et voici sa première occasion de le constater. De ton côté, tu sais parfaitement ou tu vas : tu comptes tester ta recrue sur le plan physique, tester sa réactivité mais également sa condition. Il semble sportif et tu as pu constater qu’il sait s’échauffer correctement. Cela n’indique cependant rien sur son niveau réel. Il ne pourrait s’agir que de gonflette, après tout. Le combat rapproché est ta spécialité, la raison pour laquelle tu as été recrutée au premier abord au sein du programme Rédemption, aujourd’hui dissolu. Il ne parviendra à prendre le dessus que si tu le lui permets. En même temps, pas de chance pour lui, il tombe sur une rompue à différents arts martiaux, avec une maîtrise poussée des armes blanches. Il s’en rendra bien vite compte. Tu plantes ton regard dans le sien et t’approches de lui, sans un mot, en gardant une expression faciale totalement neutre. Tu passes alors ta main dans ton dos et d’un geste vif, sors une de ces couteaux d’entraînement. Il devra subir plusieurs assauts, et tu ne plaisantes pas. Tu ne le pièges pas et restes plutôt claire dans les quelques attaques que tu lui assènes. Ton but n’est pas – pour l’instant – de le mettre en situation d’échec mais simplement de le tester dans ses capacités et sa manière d’appréhender un individu clairement dangereux, tu ne cherches pas davantage. A lui de savoir quoi faire.



HRP:
 


Welcome to the jungle UrI6uPx

Welcome to the jungle Gs4c714 Welcome to the jungle 2KU43ri Welcome to the jungle KqgOM0b
Stamps:
 
~ Avatar by myself ~
Revenir en haut Aller en bas

Justin Thyme

Justin Thyme
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 08/04/2018
Messages : 409

Région : Alola
Lun 2 Déc - 14:41
Les paroles de Maeve résonnaient dans la tête de Justin comme un écho de celles du capitaine Holt. Elle était en train de tenir un discours assez similaire au vieil homme, et visiblement, le comportement du garçon posait toujours problème. Pourtant, il n’avait pas fait grand chose, mis à part lui répondre, mais c’était suffisant pour se faire juger. Et encore, le blondinet s’était adouci depuis quelque temps, il aurait pu être bien plus cru dans ses propos. Il faisait preuve de retenue, mais apparemment, ses efforts n’étaient pas suffisants. D’après Maeve, tenir un tel discours face à la mauvaise personne pouvait s’assurer des problèmes. Justin en était conscient, après tout cela lui était déjà arrivé à plusieurs reprises de subir les conséquences de ses paroles virulentes. Sauf que là, sa carrière d’agent était en jeu, comme l’agente l’avait si bien dit. Heureusement pour lui, elle le comprenait et elle avait un tempérament plutôt similaire. La jeune femme avait dû se forcer à rentrer dans les cases prédéfinies des forces de l’ordre, et elle incitait le garçon à faire de même. Cela allait être long, dur, et potentiellement un échec, mais cela valait le coup d’essayer. Justin voulait vraiment devenir un policier, quitte à devoir changer, sans pour autant effacer sa propre personnalité. De toute façon, il ne pouvait pas totalement la mettre de côté, il n’allait pas non plus devenir une autre personne. L’apprenti agent commençait à comprendre pourquoi Holt l’avait placé sous la tutelle de Maeve. Il n’y avait pas meilleur professeur qu’elle pour lui, de part leurs ressemblances. « Ouais, je sais, on me le dit tout le temps. J’fais des efforts parce qu’être policier est important pour moi, mais ça me saoule, comme vous le dîtes. Les règles sont chiantes, parfois. » Peut-être qu’une nouvelle fois, il en disait un peu trop. Avec les paroles de Maeve, il se sentait plus en confiance de lui dire ces choses, cependant, cela n’était possiblement pas à son goût.

La mise en situation arrive bien plus vite que Justin le pensait. L’instant d’après le discours de l’agente, il se retrouvait aspergé d’eau, trempé du haut du corps. Pourtant enragé, il parvint à se canaliser à la dernière minute, malgré une interjection violente. Le garçon s’était retenu à s’en faire grincer les dents pour ne pas agresser une supérieure, qui ne faisait que le préparer à la réalité. Beaucoup de gens n’apprécient pas les policiers, et pas que les criminels, cela leur arrivait fréquemment de se faire huer par des citoyens lambdas. De là à recevoir de l’eau en pleine figure, il y avait un écart, mais Maeve faisait bien de tester les pires scénarios possibles avec un élément comme Justin. « Si j’avais su j’aurais prévu des habits de rechange. » Gêné d’avoir fait preuve d’agressivité, même s’il avait su se calmer, le garçon noyait le poisson avec une touche d’humour ce qui ne lui ressemblait pas vraiment.

Tandis que le blondinet avait attrapé une serviette dans son sac de sport pour s’essuyer le visage, l’agente ne lui laissa pas de répit. L’entraînement allait reprendre de plus belle, sauf que cette fois, elle ne s’exprima pas sur le scénario qu’elle avait choisi. « Quelle situation ? Pas d’indices cette fois ? » Il envoya valser sa serviette sur le côté des tapis, avant de se remettre en position face à la rousse. Celle-ci avança vers lui, sans rien laisser paraître. Impossible de déterminer où elle voulait à venir, jusqu’à ce qu’elle attrape une arme blanche. Elle pointait en direction du garçon un couteau, et même si sa nature de faux était claire, cela n’enlevait en rien les intentions de Maeve. « Ça sort le grand jeu, vous n'allez pas être déçue. » Instinctivement, il avait repris le vouvoiement en s’exprimant envers elle. Tout à l’heure, il avait dérapé sous le coup de la colère.
L’arme utilisée par Mev était, certes, un couteau d’entraînement, Justin ne sous-estima pas les assauts de sa tutrice. Le blondinet avait de très bons résultats dans les matières physique, notamment le corps-à-corps. La jeune femme voulait sûrement le tester sur ce point-là. Elle n’avait pas l’air en reste puisque ses mouvements étaient plutôt fluides, et précis. Cependant, le blondinet étant un adepte de la boxe thaï, il se débrouilla avec aisance pour parer les coups. S’il arrivait à en esquiver quelques-uns, il se contentait de dévier les restants, sans pour autant contre-attaquer. Il prit bien le temps d’analyser son adversaire, pour ne pas louper sa capture. Il avait déjà pris part à une situation similaire dans la vraie vie, et cela lui avait valu de se faire capturer puis blesser. Il ne referait plus la même erreur de sous-estimer ses adversaires et de trop se précipiter. Néanmoins, Justin devait prendre une initiative, car il ne pouvait pas parer éternellement. Lorsqu’un coup plutôt haut arrivera à sa portée, il captera le bras de son agresseuse pour après se déplacer dans son dos, et lui faire une clé de bras pour la désarmer. Ça, c’était le plan de base, et dans le meilleur des cas, le blondinet porterait un léger coup derrière les genoux de son opposant pour le mettre au sol. Maintenant, il fallait mettre tout ça en pratique, car Mev pouvait tout aussi bien se défendre. Il ne savait rien sur elle, alors elle pouvait très bien être experte en la matière, et dans ce cas, Justin allait se jeter dans la gueule du loup.



HRP:
 




ULTRAAAA:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Maëve Kent

Maëve Kent
Agent Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 28/03/2016
Messages : 1367

Région : Kanto
Jeu 19 Déc - 10:30
Ce jeune est un caractériel, un sanguin. C’est la différence entre lui et toi. Il a aussi quelques problèmes de langage. Sa manière de parler n’est pas formelle, du tout. Tu n’insisteras pas davantage sur l’importance de la forme, tu as dit ce que tu avais à dire. Il y a cependant un dernier point que tu voudrais mettre au clair. Tu trouves que c’est une chose importante à faire comprendre à cette jeune recrue. « Jusqu’au jour où ces mêmes règles te sauvent le cul. Parce qu’elles sont aussi là pour te protéger. Ça te prendra du temps, mais tu t’y feras. » Au moins, tu ne doutes pas de sa franchise, mais cette qualité peut facilement se transformer en défaut lorsqu’elle est exacerbée comme c’est le cas avec lui. Tout dépend de sa motivation à devenir agent et à le rester. Tu en as rapidement un aperçu après la première mise en situation que tu lui imposes. La première réaction a été l’emportement, mais il a su se calmer et agir de la manière attendue pour un agent de police. Cela signifie qu’il est prêt à faire des efforts et qu’il entend et intègre les critiques que tu peux lui faire, et ce bien qu’il ne te connaisse pas. A sa place, tu aurais – sans doute – été plus réticente, et à tort. Tu ne lui laisses d’ailleurs que le temps de s’essuyer le visage avant de poursuivre. Tu ne lui laisses volontairement pas de répit.

Tu sais très bien où tu emmènes le jeune blond et, en guise de réponse à ses questions, tu te contentes d’arquer un sourcil. D’une certaine manière tu le mets au défi, tu ne doutes pas une seule seconde qu’il sera réceptif à ce genre de petites provocations. Tu fais quelques pas avant de dégainer le couteau d’entraînement que tu avais jusque-là dissimulé dans ton dos. La menace est désormais claire pour ta recrue qui va pouvoir agir en conséquence. Tes attaques sont directes, classiques, si tu peux dire. Et tu peux constater que la plupart de tes assauts sont bloqués ou déviés, les autres – plus rares – sont esquivés. Il possède une certaine aisance, des bons réflexes et surtout une bonne lecture de tes mouvements. Il a la bonne énergie, concentré et appliqué. Il est étonnamment moins bavard. Suite à un coup de haut en bas, assez typique des attaques à arme blanche par un civil lambda, ton bras est attrapé et la recrue Thyme passe dans ton dos pour te faire une clé de bras. Il est rapide et efficace. Ce sont d’excellentes qualités, c’est ce que tu recherches chez un agent en tout cas. Tu comprends mieux pourquoi – malgré son caractère un peu trop véhément, sans doute kamikaze – certains sont parvenus à discerner le potentiel en lui. Un agresseur banal, quelle que soit la raison de son agitation et de l’agression, aurait désormais lâché l’arme. C’est pour cela que tu considères qu’il a été à la hauteur. Sauf que tu ne peux pas de permettre de lui laisser cette victoire. Pour deux raisons, la première est une question toute bête d’autorité : tu préfères tuer toute suffisance éventuelle dans l’œuf. Si tu le laisses te maîtriser, il pourrait naïvement croire être meilleur que toi. La seconde, c’est lui montrer qu’il a encore à apprendre, même s’il est très probablement bien meilleur au corps à corps que de nombreux autres agents. C’est pourquoi tu vas vers la douleur, renforçant de toi-même la clé de bras qu’il effectue. Cela te permet d’avancer juste de ce qu’il faut pour lâcher le couteau et le récupérer de l’autre main. C’est le genre de geste qui fait très cinématographique, mais il demande une véritable expertise pour en arriver là. Une fois dans l’autre main, tu plaques la lame de l’arme factice sur la cuisse du blondinet. Un geste vif, une fraction de seconde déterminante. « Section de l’artère fémorale, tu meurs en quelques secondes. » Cinglant, tu en as conscience. Mais c’est également pour lui faire comprendre qu’il peut lâcher ton bras. Tu as beau être en mesure d’encaisser la douleur jusqu’à un certain seuil, cela reste désagréable.

Tu attends de pouvoir te remettre face à lui pour poursuivre. Il doit comprendre qu’il ne s’agit pas d’un échec réel et qu’il a répondu à tes attentes. « Rassure-toi, tu as peu de chances de tomber sur quelqu’un formé aux combats à l’arme blanche et avec plusieurs années d’expérience. Et si c’est le cas, n’oublie pas que tu auras une arme à feu. Une balle va toujours plus vite. » Ce n’est pas aussi encourageant que ce que tu avais en tête, tu n’as au final exprimé qu’une partie de ce que tu voulais dire. « Après, tu as déjà un très bon niveau, ce qui n’est pas si courant. Tu donnes dans quel art martial ? » Il s’agit là de curiosité, mais pas seulement. Tout ce qui touche aux arts martiaux se base sur la maîtrise de soi, ce qui n’est pas le point fort de cette recrue, c’est certain. « Avec un peu de perfectionnement sur tes bases et de l’entraînement aux situations de combat, tu pourrais même intéresser les forces spéciales. Enfin, si c’est quelque chose qui t’intéresse. » Tout le monde n’y tient pas. On peut vouloir être agent de police, faire respecter l’ordre et la loi, et en parallèle avoir une vie normale, sans prétention. Chacun ses motivations, et il est possible que le jeune blond ne soit pas ici pour le simple dépassement de soi. A voir. « Allez, trêve de bavardage. On va s’attaquer à la dernière mise en situation. » Celle-là n’était pas prévue. A l’origine, tu étais partie sur tout autre chose, mais l’idée t’es venue à l’instant et cela t’intéresse de voir comment il réagit face à un sujet épineux. Cela sera moins sportif, normalement. « Tu es appelé pour un accrochage sur un parking. Une fois sur place, rien de grave en soi, en dehors d’une mère de famille – moi – particulièrement agitée. Elle a deux gosses dans sa voiture et refuse d’obtempérer. » Il va falloir te mettre dans la peau du personnage, ce qui n’est pas un de tes points forts. Pour cela, tu regrettes un peu de ne pas t’en être tenue au scénario de base que tu avais. Mais bon, trop tard. C’est à lui de jouer, tu aviseras.



HRP:
 


Welcome to the jungle UrI6uPx

Welcome to the jungle Gs4c714 Welcome to the jungle 2KU43ri Welcome to the jungle KqgOM0b
Stamps:
 
~ Avatar by myself ~
Revenir en haut Aller en bas

Justin Thyme

Justin Thyme
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 08/04/2018
Messages : 409

Région : Alola
Lun 6 Jan - 14:21
Mise en situation dangereuse. L’agression à l’arme blanche est une des plus communes, Maëve n’hésita pas à se munir d’un couteau - certes d’entraînement - pour tester Justin. Ce dernier fut à peine surpris lorsqu’il vit l’objet censé être tranchant, et réagit en conséquence. Il savait comment agir avec efficacité dans ce contexte, grâce à la formation, mais aussi à ses connaissances personnelles. Malgré la provocation faciale de la rousse suite au discours du jeune homme, celui-ci ne se laissa pas avoir. Plusieurs fois par le passé, il s’était retrouvé exposé de la sorte, alors il n’avait pas de raison de stresser plus que nécessaire, ou même de s’emporter face à son opposante. Il ne connaissait peut-être pas son niveau au corps à corps, mais il avait suffisamment de maîtrise pour s’en sortir. Et à première vue, soit sa tutrice n’avait pas d’expérience, soit elle en avait justement bien assez pour adapter son niveau. Les coups étaient basiques, dignes d’une personne sans connaissance, et très lisibles. Justin n’eut pas de mal à se défendre des offensives, et décida même de prendre l’ascendant en réalisant une clé de bras sur sa tutrice. Cela avait tout l’air d’être une victoire pour lui, et il avait déjà le sourire aux lèvres, fier d’avoir maîtrisé l’agente. Elle lui avait peut-être donné cette opportunité, et si c’était le cas, il devait avoir répondu à ses attentes. Malgré ses réactions sanguines, le blondinet restait quelqu’un de très doué pour le combat à mains nues et tant qu’il ne s’emportait pas, il pouvait être sûr d’avoir l’avantage dans la majorité des cas. Toutes ses années à s’entraîner sur les ordres de son père, il pouvait en tirer des choses bénéfiques. Il était même content que son géniteur l’ait forcé à suivre les cours, au début, puisque le jeune homme a vite pris goût aux arts martiaux, ne serait-ce que pour exprimer extérieurement sa haine et sa rancœur. Plutôt ironique qu’il se serve d’un sport imposé par son paternel pour extérioriser ses sentiments face à ce dernier.

Rapide. Justin n’eut pas le temps de réagir à la manœuvre de Mev. Son enchaînement était fluide, efficace et vif, presque instinctif. Le blondinet ne pouvait pas le parer, il n’avait aucune chance. Il avait bel et bien raison d’avoir pensé que l’agente pouvait faire exprès de faire des mouvements basiques. Elle était experte dans ce domaine, encore plus que lui. Il se rendait compte du fossé qui les séparait, car il n’aurait jamais pu réussir un mouvement comme celui-ci. Le pire, c’est que Maëve avait resserré d’elle-même la prise pour être dans une position plus avantageuse. Elle avait supporté la douleur et s’en était servie. Heureusement que ce n’était pas une vraie arme, ni une situation réelle. L’officier en formation relâcha sa prise, conscient de sa défaite. Un peu abattu, mais au fond, il savait que le test avait été réussi. Un supérieur ne pouvait pas se laisser battre par un élève. « Wow, la classe ! Il faut que vous m’appreniez ce tour. » Cela pouvait être utile dans une situation similaire. Justin était à l’aise avec ses mains, mais pas encore avec une arme blanche.
Même si la rousse marquait un point, ce n’était pas une raison. « Même, ça reste possible. J’ai du chemin à faire. Et puis c’est vrai qu’il y a le flingue, mais bon, c’est radical. Je l’ai appris à mes dépens qu’une balle va très vite. » En disant cela, il touchait sa cicatrice à l’épaule gauche. Elle était cachée par la manche courte de son t-shirt, mais il la sentait. Une des conséquences de ses actes de bravoure, à vouloir affronter des braconniers armés. Il avait cru pouvoir les maîtriser à mains nues, mais il en avait payé le prix. Une balle qui aurait pu le tuer. Voilà pourquoi il devait s'entraîner, encore et encore. Au début, il n’aurait pas voulu avoir un tuteur, mais depuis qu’il avait rencontré Mev - ce qui était récent, tout de même - il était heureux d’être sous sa tutelle. Cette femme avait une expérience incroyable, qui sera très certainement bénéfique au garçon pour sa formation et sa future carrière. « Muay-thaï, de base. Mais je prends tout ce qui peut me servir. Et pour le moment, on va se contenter d’agent, c’est déjà pas mal ! Force spéciale ça me paraît bien chiant, quand même. J’aimerais finir le Tour des Îles et battre la ligue, j’aurais pas le temps de tout faire. » Plutôt ambitieux. Devenir policier ET battre la ligue. Le premier objectif allait être bientôt atteint, mais le second paraissait lointain. Il n’avait que deux badges en sa possession, et une équipe loin d’être parfaite. Surtout qu’en exerçant son métier de policier, il n’allait pas avoir le temps qu’il souhaitait pour battre les champions. Alors rejoindre les Forces Spéciales, sans façon. Néanmoins, cela restait un bon compliment de la part de l’agente. Elle reconnaissait les compétences de Justin.

Jamais deux sans trois, comme le dit le dicton. Maëve imposa une nouvelle mise en situation au blondinet. Après l’agression à la bouteille d’eau, puis celle au couteau, voilà que le garçon se retrouvait à devoir gérer un accident impliquant une femme et ses deux enfants. Pour Justin, arrêter des criminels était l’activité principale des policiers, cependant, il se trompait. Il y avait une flopée d’autres délits, plus ou moins graves, à devoir gérer et les accidents en font partie. Maintenant, comment s’en sortir dans une telle situation ? L’originaire de Doublonville aurait bien mis une claque à cette dame, mais de un, il s’agissait de sa supérieure, et de deux, la réaction serait plus que disproportionné. Actuellement, le blondinet n’avait pas de raison de s’emporter. Il devait garder son calme, coûte que coûte. « Bonjour Madame, je suis l’agent Thyme. » Peut-être pas la meilleure des entrées en scène, mais le jeune homme estimait devoir poser un cadre étant donné que son interlocutrice était agitée. Il leva d’ailleurs légèrement les mains en l’air pour ne pas montrer un quelconque signe d'agressivité envers la femme, ni même la toucher. « Écoutez, ce n’est qu’un petit accrochage, les assurances sont là pour ça, il n’y a pas besoin de s’énerver. Est-ce que vous êtes blessée ? Vos enfants sont dans la voiture, je suis sûr que ça ne les rassurent pas de voir leur mère dans cet état. Vous permettez que je m’assure qu’ils n’aient rien eux aussi ? » Dur d’imaginer la scène pour Justin. Il n’y avait pas de voiture, encore moins d’enfants, alors il fit mine de s’avancer vers l’extrémité du terrain et de revenir - tout en gardant un œil sur la mère -. « Vos enfants n’ont rien, et votre voiture est légèrement cabossée. Vous vous en tirez plutôt bien, regardez le bon côté des choses. » Maintenant que le blondinet avait bien caressé la femme dans le sens du poil, il fallait passer aux choses sérieuses. « Bon, par contre, on a pas le choix, le constat est obligatoire. Mais venez près de votre voiture, près de vos enfants, je vais vous aider avec la paperasse. Ça ira plus vite, et vous pourrez retourner à vos occupations. » Le sujet épineux. En même temps, on ne pouvait pas déroger à la loi, elle avait abîmé sa voiture, mais aussi celle d’une autre personne, garée sur le parking. Justin n’était pas vraiment à l’aise avec les enfants, alors il préféra se concentrer sur la mère, même si ce n’était pas son fort non plus. Est-ce que cela allait être suffisant pour convaincre Maëve ? À tout moment, elle pouvait se rebeller, devenir hystérique pour bien entrer dans le rôle. Et là, le blondinet ne saurait plus comment réagir, à part avec de la violence. Il espérait ne pas devoir en arriver là, car faire une prise de bras à une mère, devant ses enfants, cela restait désagréable, même pour Justin. Comment calmer quelqu'un d'agiter ? Une problématique bien réelle pour un policier, avec la prise en charge des victimes et des témoins.



HRP:
 




ULTRAAAA:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Maëve Kent

Maëve Kent
Agent Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 28/03/2016
Messages : 1367

Région : Kanto
Mer 12 Fév - 12:51
Face au retournement de situation que vient de subir le blondinet, tu t’attendais à une réaction plus marquée, et surtout plus négative. La manière dont ce Justin appréhende ce rapide tour de passe-passe est une agréable surprise. Cela te permet de constater sa volonté d’apprendre et de s’améliorer tout autant que sa détermination. Malgré les réserves que tu pouvais faire vis-à-vis de son dossier mais également de tes premières impressions, tu dois reconnaître que c’est vraiment le côté prometteur de cette recrue qui ressort, ce qui te satisfait. Au moins, le premier bleu que l’on te confie n’est pas un boulet qui ne sait ni agir, ni réagir. Il a bien évidemment encore besoin d’être formé, il y a beaucoup de choses qui restent à améliorer mais il possède ce que tu estimes être la base. « La maîtrise des armes blanches nécessite une discipline encore plus poussée que les arts martiaux, et je ne pense pas que tu sois encore prêt pour ça. Mais te donner au moins les rudiments, c’est envisageable. » Le travail du couteau nécessite un sang-froid que le jeune homme ne possède pas, c’est une arme pour la discrétion, assez peu utilisée quand on est simple agent de police – ce que tu dis sans le moindre mépris pour la fonction – même si c’est un incontournable à avoir sur soi en patrouille, parce qu’on sait rarement à quoi s’attendre et que cela peut servir à bien plus que se défendre. Quoi qu’il en soit, le blondinet n’a pas ce contrôle parfait de soi pour quelque chose d’approfondi sur le sujet, et qui plus est ce n’est pas le moment. Il devra d’abord terminer sa formation d’agent avant cela. De toute façon, il semble bien comprendre qu’il a encore à apprendre et semble vraiment être motivé à apprendre. La mention de la balle était dans son dossier, et il n’a pas tort sur le côté extrême de tirer sur un individu. Et puis vu le côté réglementé et le rapport à fournir à chaque utilisation de son arme de service, cela vous refroidit quelque peu, même si cela s’avère parfois nécessaire.

Tu as ensuite la réponse à ta question sur l’art martial qu’il pratique : le muay-thaï. C’est intéressant et, comme la plupart des personnes qui savent réellement se battre, il implémente d’autre techniques et mouvements à sa pratique pour la rendre plus polyvalente. Tu es également passée par là et tu n’arrêtes pas d’apprendre et de peaufiner ta technique. Tes débuts se sont fait à partir du krav maga, qui a l’avantage de s’appuyer sur de multiples arts martiaux et qui comporte une nette composante de muay-thaï, ça plus des manières de faire bien moins puritaines à base de combats de rue, bien loin de techniques propres et surtout bien loin du simple combat à mains nues. Sinon, les forces spéciales n’ont vraiment pas l’air de l’intéresser, vu son caractère, cela ne te surprend pas tellement. Cela nécessite peut-être un peu trop de discipline pour lui. Enfin, à l’heure actuelle, cela ne lui correspond pas, mais cela pourrait d’ici quelques temps. Donc il souhaite faire partie de cette grande population de flics du quotidien, et c’est agréable à constater que cela fait encore rêver. « C’est peut-être un peu trop carré pour toi mais, avec tes aptitudes, ça aurait pu être une possibilité. » Dans la suite des choses, il t’a expliqué qu’il comptait finir son Tour des Îles – l’équivalent alolien de la quête des badges, de ce que tu sais – pour ensuite affronter la Ligue. Cela te fait sourire. En sachant qu’il ne pourra pas mener une carrière intense et exclusive de flic en parallèle d’une vraie progression en tant que dresseur, il te prouve qu’il a déjà bien la tête sur les épaules. « Tu as totalement raison, chaque chose en son temps. Pour l’avoir vécu, j’ai dû mettre de côté l’entraînement de mes Pokémon en vue de la Ligue – parce que ça fait quelques temps que j’ai mes huit badges – parce que j’étais constamment en mission un peu partout. Ce n’est que maintenant qu’on m’a proposé ce poste de formatrice que j’ai le temps de recommencer. » En tant qu’agent de police, il aura suffisamment de jours de repos pour mener son projet de Ligue à bien. Et puis dans il a la tête dure, il ne renoncera pas. En tout cas, c’est l’impression qu’il te donne.

Il est temps de reprendre ces mises en situation, et si tu avais prévu à l’origine quelque chose de plus stressant, comme la présence d’une arme à feu, tu as finalement changé tes plans au dernier moment pour essayer de mettre ta recrue en porte-à-faux, en difficulté. Sauf que ce scénario, une fois donné, ne te convainc pas suffisamment. Il demande de faire abstraction de votre environnement actuel et de vous projeter dans cette situation, un parking, toi en mère de famille. C’est dans ce genre de moment que tu sens que tu débutes en tant que formatrice, que tu fais quelques petites erreurs. Celle-ci n’a rien de dramatique, mais cela contrarie quelque peu. Pourtant, Justin joue le jeu. Première chose, il s’identifie, comme le veut le protocole, tout en se plaçant dans une posture où il ne représente pas une menace pour la personne face à lui. La remédiation et le dialogue ne sont pas tes points forts, mais tu as également appris auprès d’autres agents, il commence bien, c’est améliorable, mais c’est bien. Il poursuit sur sa lancée, mentionnant les enfants dans le but de raisonner cette mère de famille que tu campes. C’est exactement le levier à utiliser pour tenter de désamorcer la situation. Puis il fait son rappel à la loi et propose son aide. Il est peut-être un peu trop rigide dans la forme, trop distant. Et tu le lui feras remarquer. « Honnêtement, je ne vais pas pousser plus loin. Je pourrais chercher à te mettre encore plus en difficulté, mais je n’en vois pas l’intérêt pour l’instant. Tes réactions ont été les bonnes, mais ça sonne bleusaille. Tu dois vraiment essayer de créer un lien avec la personne, en lui disant qu’elle peut t’appeler Justin si elle préfère. Tu aurais aussi pu un peu plus appuyer sur le fait que ses enfants sont là, et qu’ils ne voudraient pas voir leur mère se faire arrêter. » C’est toi qui expliques à quelqu’un l’importance de s’appuyer sur les sentiments des autres personnes et de faire preuve de sensibilité et d’empathie. Si le blondinet a un caractère proche du tien – hormis le côté explosif – il devra travailler là-dessus. « Il faut essayer de créer un sentiment de confiance chez l’autre et bien lui faire comprendre que tu es là pour l’aider. Il arrivera que des gens ne voient rien d’autre que le côté flic qui vient les arrêter et soient sourd au reste. Mais cela viendra avec le temps. » Tu n’as pas grand-chose de plus à dire, pour le coup. Autant mettre fin à l’exercice. Si tu veux vraiment le mettre à l’épreuve, rien ne vaut le terrain. C’est là que tu pourras le mieux l’évaluer et lui permettre de progresser. « Je te laisse aller te doucher et te changer, une tenue de civil fera l’affaire. Je t’attendrai à l’armurerie dans trente minutes, on part en patrouille. » Sans plus de cérémonie, tu quittes le tapis de sol et même la salle en direction des vestiaires. Pour toi aussi, une douche rapide, et puis tu iras te renseigner sur ce que tu peux permettre au gosse d’avoir sur lui, qu’il ne se retrouve pas non plus sans défense s’il le faut, ce que tu peux faire ou non.

¤¤¤¤¤¤¤

Comme dit, une douche rapide et tu te changes aussitôt. Pour faire simple, jean, baskets, sweat à capuche gris. Une tenue de civil on-ne-peut-plus basique. Avec ta plaque autour du cou, tu quittes l’étage et monte – oui, car étrangement, les supérieurs hiérarchiques se trouvent dans les étages élevés – pour tenter de toucher deux mots au responsable général des formations des recrues. Tu frappes à sa porte mais il n’est pas seul, tu insistes cependant pour le déranger une minute à peine et lui exposes ce que tu souhaites faire. Au début, il te regarde avec de gros yeux, t’expliquant que c’est ce qui se fait une fois la formation validée, lors de la période d’apprentissage où les bleus sont sous la supervision d’agent. Ce n’est qu’après une évaluation sur la durée – à savoir plusieurs mois de patrouille supervisée – qu’ils finissent bel et bien agent. Tu es en avance, mais en même temps, tu n’iras pas confier une arme à une personne que tu n’auras pas vu agir sans. C’est ce que tu expliques à ton supérieur et il l’entend. Tu lui demandes donc ce que tu as à disposition. Il t’invite à prendre une voiture et à vous ajouter à la patrouille en cours, en vous indiquant au central. Pas de problème pour toi, il te donne alors quelques consignes supplémentaires vue que ce n’est pas vraiment une situation prise en compte dans la réglementation. Une sorte de vide juridique. Dans tous les cas, tu as toutes les informations qu’il te faut pour prendre une voiture de patrouille et circuler.

Tu descends alors à l’armurerie et informe de ton cas de figure. On prépare le bagage d’armes que tu dois avoir à disposition dans ton coffre de voiture. Il est vrai qu’il est assez inquiétant de devoir être à ce point équipé lorsque des agents partent en patrouille, mais c’est la procédure, c’est le règlement et ce n’est pas sans raison. Lorsque tu vois le blondinet débarquer, tu lèves le bras pour attirer son attention. Tu étais partie pour le siffler mais il ne semble pas que ce soit nécessaire. Une fois arrivé devant l’armurerie, c’est parti. « Je te laisse prendre les armes, et tu me suis jusqu’à notre voiture de patrouille. » Tu as les clés et te diriges vers la voiture sans même te soucier de lui, tu sais que ça pèse son poids, mais il se débrouillera, c’est un bleu après tout, il faut le traiter comme tel. Une fois arrivée à la voiture, un joli SUV plutôt confortable, tu la déverrouilles et ouvres le coffre. Tu aurais pu jouer les sadiques à le laisser galérer à tenter d’ouvrir le coffre, chargé comme il est, en l’observant de manière très critique. Les formateurs sont nombreux à agir de la sorte avec amusement, comparant leurs bleus pour savoir lequel en bave le plus. Tu apprécies cela, au moins pour l’ambiance, et Justin passera irrémédiablement par-là, mais pas pour l’instant. Tu le regardes placer tout ça dans le coffre et le refermer. Vous pouvez désormais prendre place à bord et, bien évidemment, tu prends le volant.



HRP:
 


Welcome to the jungle UrI6uPx

Welcome to the jungle Gs4c714 Welcome to the jungle 2KU43ri Welcome to the jungle KqgOM0b
Stamps:
 
~ Avatar by myself ~
Revenir en haut Aller en bas

Justin Thyme

Justin Thyme
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 08/04/2018
Messages : 409

Région : Alola
Jeu 5 Mar - 14:32
La proposition au sujet des armes blanches avait été faite à la légère, des paroles en l’air sur la surprise du moment. Maëve avait retourné la situation à son avantage en quelques instants avec son mouvement de couteau, et Justin ne cacha pas son étonnement. Il aurait aimé savoir faire la même chose, lui qui était limité pour le moment qu’au corps-à-corps et donc, seulement l’utilisation de sa propre personne. Néanmoins, l’instructrice n’était pas du même avis, d’après elle il n’était juste pas prêt. Elle n’approfondit pas sa réflexion, ce qui vexa légèrement le garçon. Est-ce qu’il n’avait pas encore la maîtrise nécessaire en arts martiaux, ou est-ce qu’il y avait autre chose derrière ce refus ? Elle était tout de même encline à lui fournir les bases, ce qui n’était pas négligeable. Cela ne pouvait être que bénéfique pour la recrue qui se devait d’avoir un éventail de compétence plutôt large. Il était déjà stable en combat rapproché, avec les poings et les pieds, mais aussi avec les armes à feu. Avoir une maîtrise des armes blanches pouvait être un plus. Il savait à peu près désarmer un ennemi avec un couteau, mais de là à savoir l’utiliser après coup.
La rouquine marqua un point : les forces spéciales étaient bien trop carrées pour Justin. Déjà qu’il avait dû mal avec l’autorité ici, alors dans une telle structure, il se ferait sûrement virer dès le premier jour. Cependant, il ne manqua pas de remarquer le compliment fait par Maëve sur ses aptitudes qui, elles, rentraient dans les clous. Elle avait l’air d’en savoir beaucoup sur les forces spéciales, ce qui intrigua le blondinet. Il n’osa pas lui poser directement la question si elle avait oui, ou non, suivi ce parcours. Il nota autre chose : elle avait ses huit badges en poche. Est-ce qu’elle comptait un jour défier la ligue ? Justin aimerait en arriver là, comme il le lui déclara. Après cette formation, il retournera à Alola pour obtenir quelques badges et faire des petites missions là-bas. Les badges seraient la priorité après avoir obtenu le rang d’Agent, étant donné qu’il était actuellement en train de se concentrer sur sa formation. S’il voulait concilier les deux, il devait faire la part des choses, et chaque chose en son temps.

Dur de s’imaginer un accrochage en plein milieu d’une salle d’entraînements. Autant, sa tutrice jouait le rôle de la mère de famille, mais Justin devait imaginer le reste : la voiture, les enfants, des éléments non-négligeables. Les mises en situation comme celle-ci le gênait un peu car cela n’était pas, souvent en tout cas, représentatif de la réalité. Dans les locaux du Glaive, entouré d’autres policiers, sur des tatamis au lieu d’être sur la route : cela paraissait absurde de paniquer et devoir agir dans le vif de l’action. Alors qu’en situation réelle, face à un véritable accident, cela n’a rien à voir. Le blondinet tentait néanmoins de faire de son mieux pour répondre aux attentes de Maëve en suivant les procédures qu’on lui avait apprises en cours. S’assurer du bien-être des accidentés, les calmer si nécessaire. Dans sa tête, le garçon imagine des cases à cocher : prendre des nouvelles de la mère, des enfants, rassurer la mère, faire un rappel de la loi. C’est presque mécanique, ce qui ne serait pas le cas en situation réelle. Il aurait oublié pour sûr les informations légales, mais il n’aurait pas oublié de vérifier la sécurité des enfants avant celle de la mère. Avec l’enfance qu’il a eue, il n’oubliera jamais de s’assurer de leur bien-être.
L’agente met très vite un terme à cette simulation. Visiblement, l’intervention de Justin était à son goût. Il avait bien réagi, mais trop dans les règles. Plus faire appel à l’humain, et non pas au policier, ne pas hésiter à donner son prénom par exemple. Voilà les conseils qu’elle lui donna. En soi, elle avait raison. Justin avait voulu trop coller à ce qu’il avait entendu en cours, et ne pas dévier pour marquer des points. La théorie ne fait pas la pratique. « Ouais, j’comprends. J’suis pas qu’un agent en uniforme qui fait respecter la loi. Mettre plus “d’humain” dans les agissements, c’est ça ? Même si dit comme ça, ça sonne bizarre, mais vous m’avez compris, je pense. » On en revenait aux problèmes relationnels de Justin. Il n’avait pas eu beaucoup d’amis jusqu’à présent, et donc de relations. Savoir parler aux autres n’était pas encore dans ses cordes, lui qui pouvait paraître si brusque et acerbe. Il faisait des efforts, il s’était amélioré sur ce point depuis son arrivée à Alola - et surtout, de la séparation avec son père - mais il avait apparemment une longue route encore à parcourir. « Patrouiller, ah ouais ?! J’me grouille ! » Il n’avait jamais participé à une vraie patrouille jusqu’à présent. Ce n’était d’ailleurs pas dans la suite logique des choses de la formation, une recrue n’était pas censée en faire. Il ne parvenait pas à cacher son excitement, l’adrénaline l’avait envahi, enfin de l’action. Il s’empressa de partir de la zone d’entraînement pour se doucher, et se changer.

Le jeune homme avait pris la douche la plus rapide de sa vie, sans rien oublier, bien évidemment. Il attrapa les quelques affaires propres qui traînait dans son côté de la chambre : un t-shirt à manches longues noir, une veste à capuche blanche, un chino vert foncé, des baskets, et pour se couvrir du froid : un manteau à manches courtes - ce qui n’est pas logique, pour un manteau -. (même vêtements que sur l’avatar) En sortant, Justin tomba nez à nez avec Josh, son partenaire de chambre. « Yosh, j’pars en patrouille mon gars ! C’est ouf ! » Les yeux ébahis, le garçon à la crinière rouge regarda le blondinet s’éloigner à toute vitesse sans avoir pu lui souhaiter bonne chance.

Justin mit plus de temps que prévu pour se rendre à l’armurerie, endroit où il n’était encore jamais allé, d’où sa confusion. Il dut s’y prendre à deux fois avant de trouver le point de rendez-vous. Dans sa précipitation, il avait mal lu les plans de l’étage. Il n’en revenait toujours pas qu’il allait partir en patrouille. Cette fois, c’était du sérieux, une véritable mise en situation, avec certainement de vraies armes. Maëve ne rigolait pas dans ses méthodes d’enseignement. Qu’est-ce qu’elle réservait à Justin ? Une simple balade en voiture ? Dans quel quartier de Doublonville ? Autant, cela pouvait être ennuyant, mais au moins, Justin allait sortir du Glaive de Thémis en tant qu’agent - ou tout du moins, d’agent en formation -. Trouver sa tutrice ne fut pas bien compliqué, aussitôt entré dans l’armurerie, elle attira son attention. Elle n’avait pas perdu de temps, elle non plus. En même temps, elle devait mieux connaître le bâtiment que le garçon. « Ok mais...on a vraiment besoin de tout ça ? Vous nous amenez où ? » Le sac des armes pesait son poids, cela faisait peut-être un peu trop pour seulement deux personnes. À part si Maëve prévoyait de prendre d’assaut le repaire de l’une des teams criminelles.
Après avoir déposé les affaires dans le coffre de la voiture, la recrue prit place sur le siège passager, tandis que son instructrice s’était installée derrière le volant. Justin n’avait pas le trac, au contraire, il était excité. C’était la première fois qu’il allait faire une patrouille en tant qu’agent. Après tout, cela lui était déjà arrivé de devoir recadrer des criminels, sans en avoir l'autorité. Mais là, c’était complètement différent.

Tandis que Maeve conduit ce SUV aux couleurs de la police, Justin se sent obligé de devoir faire la conversation après avoir repensé à leur discussion de tout à l’heure. C’était peut-être déplacé, mais il avait envie d’en savoir plus sur sa tutrice qui avait l’air d’avoir une vie plus qu’intéressante, et certainement enrichissante. « Dites, je repense à tout à l’heure. Vous avez été dans les forces spéciales, du coup ? Et vous avez parlé de vos huit badges, donc vous prévoyez d’affronter la ligue, tôt ou tard ? » Pour avoir réussi à battre les huit champions d’une région, elle devait être douée pour le dressage et les combats de Pokémons. Justin espérait arriver à ce niveau, un jour. Plus il y pensait, et plus Maeve était la tutrice parfaite, surtout qu’elle en était là où il voudrait en arriver un jour.

HRP:
 




ULTRAAAA:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Livre de la jungle [DVDRiP]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Alola - 7E G E N :: Village Toko-