-25%
Le deal à ne pas rater :
APPLE Écouteurs sans fil AirPods 2
135 € 179 €
Voir le deal

Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
» And he'll race for miles through the night

Erik Hésotte

Erik Hésotte
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 26/10/2018
Messages : 249

Région : Hoenn
Mer 3 Juil - 15:32



Erik soupira longuement. Décidément cette journée c'était vraiment de la merde en boîte.

Il y avait d'abord eu ce vol à la tir en centre-ville où l'agent avait été appelé mais une fois sur place Erik n'avait trouvé ni voleur ni victime. Il s'agissait vraisemblablement d'un canular mais cela l'irritait que des petits malins puissent croire qu'il a le temps de niaiser et de s'occuper de leurs conneries d'ados boutonneux plutôt que d’affaires plus graves.

Ensuite il avait placé en cellule de dégrisement deux hommes impliqués dans un rixe, un règlement de comptes ente personnes ivres donc rien d'inhabituel. Mais la quantité d'alcool avalée par l'un des deux quinquas devait être trop forte pour ce dernier. Résultat : l'homme avait été malade alors que le grand blond s'occupait de son cas.
Heureusement qu’Erik gardait toujours un change dans son casier au poste. Il n’aurait pas supporté de devoir garder sur lui son uniforme souillé de vomi. Autant le sang ça ne le dérange pas mais les autres fluides corporels c’est une autre histoire. En plus de ça il avait voulu se douche aux vestiaires mais il y avait un souci avec l’arrivée d’eau. Prendre une douche sans eau c’était compliqué. Si encore il avait eu un partenaire pokémon de type eau doté d’une attaque Bulle d’O ou Pistolet à Eau, ça aurait fait l’affaire. Mais non… Braségali n’était hélas d’aucun secours dans cette situation.
Il avait donc été contraint de faire un aller-retour par chez lui avant de retourner au poste de police. Il était hors de question qu’il reste dans cette odeur pestilentielle toute la journée.

Le reste de l’après-midi s’était déroulé sans encombre. Comme une journée banale. Mais c’était sans compter sur le karma. Quand ça ne veut pas, bah ça ne veut pas. En effet, pour finir en beauté, sa moto avait tout simplement refusée de démarrer une fois sa journée terminée. Après avoir tendu l’oreille, vérifier le carburant, fait les vérifications primaires : embrayage, point mort, béquille… rien à faire. Il avait donc dû la poussée jusqu’à chez lui pour investiguer plus en profondeur et la sentence était tombée : la compression ne fait plus son travail correctement.

Le lendemain …
    - Comment ça vous en avez pas ?
    - Non, ces modèles c’est plutôt réservé à des motos circuits. Moi je peux pas en avoir.
    - OK, je comprends, merci quand même.
La matinée passa rapidement mais sans qu’Erik ne trouve de solution. Les pièces dont il avait besoin pour réparer sa bécane étaient soit indisponibles et non-commandables, soit à des prix abusivement élevés. Il ne pouvait se permettre de mettre l’équivalent de deux mois de salaires dans quatre pièces métalliques tout de même... enfin, il verrait s’il arriverait à faire autrement car non il ne séparait pas de cette moto aussi vite. Elle correspondait à tous ces besoins, il avait passé du temps (et de l’argent) à la bichonner, à l’améliorer (lire modifier) qu’elle était bien plus rapide que ces cousines du commissariat. L’idéal quand on chasse du méchant ou quand on souhaite juste s’évader.
Assis au parc, il songeait à ce qu’il pourrait faire ou qui pourrait lui trouver ce genre de pièces. Il avait bien pensé à lui, mais ce ne serait pas gratuit non plus et il avait déjà bien assez de services à lui devoir. Erik pris son portefeuille et tomba sur un morceau de papier. Il se rappelait bien la jeune punk qu’il avait croisé à Kantô alors que Hyde lui avait fait un énième faux plan. C’est à cet instant qu’il se remémora la scène. N’avait-elle pas dit qu’elle travaillait dans un garage ?
L’agent pianota sur son téléphone les numéros griffonnés. La sonnerie d’attente démontrait que le numéro était bien attribué. Quelqu’un décrocha de l’autre côté :
    - Allô, est-ce que Mad est là ?
Dans tous les cas il expliquerait son petit souci mécanique. Qui sait, peut-être qu’ils auront les pièces en question si la chance se décidait à se lever aujourd’hui.



And he'll race for miles through the night Signat11

Stamps:
 
Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas

Maddison Kadd

Maddison Kadd
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 08/04/2019
Messages : 60

Région : Unys
Mer 10 Juil - 19:16
Lorsque le téléphone se met à brailler au fond du garage, Maddison n’a pas même un sursaut. Voilà des années que la sonnerie criarde de ce vieux combiné a cessé de faire effet sur elle et, par extension, de la faire sursauter au point de se cogner contre les véhicules sur lesquels elle est affairée. Présentement occupée à vérifier la transmission d’une vieille voiture qu’on lui a amené en urgence le matin-même, la jeune femme au visage taché d’huile agite la main.

« Falco, va décrocher ! »

Le pokémon est déjà en route, sautillant sur ses quatre pattes pour atteindre le combiné au plus vite. Il s’agrippe au comptoir en bois, manque de glisser, se rattrape de justesse. À une sonnerie près, la personne qui cherche à les joindre serait restée sans réponse.

« Oluuu ? »

Un hasard que la terminaison du mot Riolu ressemble à « allô » ? Assurément. Maddison pose une main à plat sur le sol et se propulse en arrière : la planche à roulettes sur laquelle elle est allongée l’amène suffisamment loin pour qu’elle puisse se relever sans se cogner, mais cela ne lui suffit pas : d’une nouvelle impulsion, elle s’élance en direction du comptoir. Quoi que raconte l’individu en communication avec Falco, il reçoit la même réponse de sa part – des « Olu » aux tons variés – jusqu’à ce que Maddison ne reprenne le téléphone.

« Garage auto-moto Sylvestre, j’écoute ? »

L’individu à l’autre bout du fil semble la connaître : ce n’est pas n’importe qui qui l’appelle « Mad », même avec sa réputation. Contrariée de ne pas arriver à reconnaître la voix, elle finit par demander à qui elle a affaire. Ses traits se relâchent alors tout à coup lorsque l’homme se présente : Erik ! Elle ne pensait pas qu’il appellerait un jour.

« … Un souci de compression, tu dis ? Qu’est-ce que t’as bien pu foutre pour ça ? Bon, en tout cas j’ai peut-être de quoi faire ici. Tu vas pouvoir venir jusqu’ici avec ta bécane ? »

Sans avoir la bête sous les yeux, il sera difficile pour elle de cerner ce qui a pu foutre le bordel et surtout, de travailler dessus !
Revenir en haut Aller en bas

Erik Hésotte

Erik Hésotte
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 26/10/2018
Messages : 249

Région : Hoenn
Jeu 18 Juil - 10:56
Erik fut un peu décontenancé lorsque son interlocuteur décrocha. Pensant d’abord que la ligne était mauvaise Erik répéta avant de comprendre que les « âllo » de la personne au bout du fil n’en était pas. Il ne tarda pas à faire le lien avec le petit Riolu qui accompagnait Maddison lors de leur rencontre à Kantô. L’évocation de ces souvenirs qui dataient déjà de quelques semaines lui tira un sourire.

Finalement la voix de Maddison vint interrompre les « olu » du pokémon. Ayant affaire à un interlocuteur sans doute plus qualifié pour l’aider dans son problème Erik reprend sa tirade pour expliquer son problème de moto avant d’être coupé par la jeune punk qui ne semble pas l’avoir remis.
    - C’est Erik. On s’est croisé à Kantô lors d’un évènement pour UJUP
La réaction téléphonique est à l’image de la jeune femme. Un « aahhh » assez long et audible à souhait vient donc agrémenter la conversation. Enfin elle semblait le remettre et visiblement audiblement elle semblait ne pas avoir gardé un mauvais souvenir du sportif.

Erik lui expliqua son souci mécanique en croisant les doigts. Elle était un peu son dernier recours avant d’envoyer sa bécane à la casse. N’étant pourtant pas du genre à accorder de l’importance aux biens matériels Erik entretien une relation particulière avec son bolide. C’est un peu son pêché mignon, le souvenir d’un changement naissant... En bref, c’est un objet roulant à grande vitesse qui en plus lui évoque une certaine nostalgie. De plus cela reste un engin solide comme on en fait plus de nos jours et avec les modifications qu’il a pu lui apporter elle concurrence sans soucis les deux roues les plus rapides. Pratique donc pour rattraper les vilains ou pour avoir juste un peu d’amusement sur les grandes lignes droites ou les routes un peu plus escarpées.

Maddison lui demande s’il lui est possible de se déplacer avec l’engin. Le garage se trouve à Unys, à Maillard qui se situe à l’Est de Volucité. Erik pianote sur son smartphone quelques instants afin de vérifier la faisabilité de la chose avant de répondre.
    - Techniquement c’est faisable.
En comptant sur Braségali il sera possible de descendre l’engin jusqu’à Poivressel pour prendre le bateau. Ce dernier fait une escale à Rivamar mais le billet aller/retour est proposé à tarif abordable pour descendre à Volucité. De là Erik et son Braségali pourront rejoindre Maillard par le pont sagiciel sans trop de soucis.
    - Me faudra un jour de trajet par bateau, dis-moi quand je peux venir que je réserve le billet.
Une fois les modalités réglées il ne restait plus qu’à attendre le jour-j. Le trajet se déroula sans encombre majeures. Seulement des regards interrogateurs. Il n’était surement pas courant de voir un Braségali tracter une moto mais avec la force que ce dernier pouvait avoir dans les jambes cela ne lui posait pas de problème apparent. En plus Erik avait pris l’habitude de voyager léger. Il n’avait donc pour unique bagage un petit sac à dos dans lequel il avait mis des affaires de rechange.
Une fois arrivés à Maillard, Erik chercha le garage en question grâce à l’adresse que Maddison lui avait filer par téléphone.

Ils tombèrent sur un garage plus grand qu’Erik ne l’avait imaginé. L’enseigne vieillit était à l’image de l’endroit : datée sans être rouillée. Il y avait un peu de tout un peu partout sans que cela ne soit une porcherie pour autant. Les vieux pneux étaient stockés à l’extérieur près de quelques carcasses de voitures accidentées rangées en rang.

Erik laissa Brésagali avec la moto à l’extérieur alors qu’il s’approcha du comptoir d’accueil.
    - Y’a quelqu’un ? dit-il tout en tintant la clochette posée sur le comptoir.



And he'll race for miles through the night Signat11

Stamps:
 
Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas

Maddison Kadd

Maddison Kadd
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 08/04/2019
Messages : 60

Région : Unys
Lun 29 Juil - 19:12
Le garage auto-moto Sylvestre, le seul de Maillard et l’un des rares de la région d’Unys, est bâti sur un terrain qui se tient un peu plus à l’écart de la ville, au sud. Signalé par un discret panneau, il faut emprunter un petit chemin de terre meuble pour apercevoir les deux bâtiments qui le composent. Car oui, la propriété du garage, entourée d’un mur grillagé, s’étend sur plusieurs hectares de terre, de verdure et de sol sableux. La première bâtisse, la plus à l’arrière, est en réalité un hangar dans lequel sont stockés de vieux véhicules en attente de destruction. Certaines carcasses sont cependant récupérées par des convois en provenance de Rotombourg, la ville utilisant leur ferraille pour leur activité ferroviaire. L’autre bâtiment est le garage en lui-même, signalé par une enseigne décolorée mais toujours lisible. En face, un grand parking permet d’accueillir les visiteurs ou de stocker les véhicules en attente de réparation lorsque le garage est déjà rempli. Dans l’angle de la maçonnerie en L, des pneus usés attendent eux-aussi d’avoir une seconde vie.

L’espace intérieur est vaste mais bien occupé. Une dizaine de véhicules – automobiles et motos – attendent là comme des patients prêts à passer sur la table. Certains ont le capot ouvert sur leurs entrailles tandis qu’il manque à d’autres une, deux roues ; parfois toutes. Les plus rares d’entre eux sont maintenus en l’air par des mécanismes vieillissants mais toujours aussi solides, à l’image de ces téléphones de l’époque dont on ne citera pas la marque ! La partie droite du bâtiment est quant à elle occupée par un comptoir derrière lequel a été construit un bureau fermé par une porte en bois. Là-dedans, Erik peut voir une silhouette s’agiter.

« Je suis là ! »

La coutume veut que Maddison ait toujours au moins une marque de suie sur le visage et aujourd’hui encore, elle ne déroge pas à cette règle. Mais ce n’est rien comparé à mains noircies jusqu’aux poignets. De toute évidence, l’un des véhicules du garage lui a donné – ou lui donne encore – du fil à retordre.

« Ah, Erik ! T’as fait bonne route ? »

Elle contourne immédiatement le comptoir pour venir le saluer. Elle s’apprête d’ailleurs à lui tendre la main lorsqu’elle se rappelle que celle-ci est trop sale pour être serrée.

« Tu m’excuseras, on répondra aux formalités plus tard. Alors, la bécane ? »

Maddison ne passe jamais par quatre chemins lorsqu’elle a quelque chose derrière la tête. Peut-être qu’Erik n’est pas seulement venu pour la moto, peut-être qu’il compte en profiter pour la voir un peu, pour lui demander comment ça va depuis l’événement Un jour un pokémon. Pour elle, seule la raison apparente compte. Et puisqu’il doit avoir besoin de son véhicule au plus vite, autant ne pas traîner.
Revenir en haut Aller en bas

Erik Hésotte

Erik Hésotte
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 26/10/2018
Messages : 249

Région : Hoenn
Mer 21 Aoû - 14:42
Le garage ne semblait pas manquer de clients. Ce point pouvait déjà être un premier gage de la qualité des services proposés ici. Erik n’avait pas vraiment pris la peine de se renseigner sur l’établissement avant de faire le trajet, il n’accorde que peu d’importance à ce genre de chose et sait faire confiance aux personnes qu’il rencontre.
    - Je suis là !
Il ne fallut que quelques secondes à Erik pour apercevoir une silhouette connue se mouvoir par l’entrebâillure de la porte ouverte du bureau de l’autre côté du comptoir. Malgré des traces de cambouis sur son visage il aurait été difficile de ne pas reconnaître Mad avec ses cheveux colorés de bleu. Le visage de la jeune femme n’était pas le seul endroit noircit, ses mains sont noires jusqu’aux poignets. Elle ressemble presque à un chirurgien qui sort d’intervention.

La jeune punk ne perd pas de temps en formalités et demande tout de suite à voir l’engin d’Erik. Ceci n’est pas pour déplaire au grand blond. Plus vite sa moto sera vue par Madd plus vite elle sera réparée. Et qui sait, si Madd n’a rien de prévu il n’aura peut-être pas terminé une bouteille de Whiskey à lui tout seul cette fois.
    - Elle est dehors, je te montre.
Erik rejoignit Braségali qui ne bougea pas à l’approche de son dresseur et de son accompagnatrice.
    - Comme dit le problème vient de la compression apparemment.
    Il faudrait changer cette pièce au moins.
    dit-il en désignant un petit morceau métallique abîmé qui dépassait de l’ossature de la moto.
    - Tu constateras aussi que j’ai apporté quelques...heu... améliorations.
La principale modification concernait le moteur. Ce dernier avait été renforcé pour optimiser la consommation et pousser la vitesse maximale du cycle. L’engin avait donc l’apparence et la robustesse d’une routière mais avait l’accélération d’une sportive.

La lampe du phare avant avait été remplacée par une bien plus puissante que l'originale, il y avait largement de quoi aveugler quiconque en mode plein feux, tant mieux c’était le but inavoué de cette amélioration en plus d’avoir une plus grande visibilité sur les routes en dehors des sentiers battus.

Et puis il y avait une dernière petite touche. Un petit bouton ajouté à côtés des réglages feux avec un symbole ‘point d’exclamation’ sur le dessus. Enfoncer ce bouton revenait à enclencher les gyrophares en LED incorporés à l’avant.

Cette modification comme toutes les autres étaient à la limite de la légalité mais Erik avait anticipé le coup. Ainsi la moto était aux maximums des limitations pour sa catégorie et n’entrait par conséquent pas en infraction.

Le sportif laissa la mécanicienne observer l’engin. Même s’il touchait au domaine par loisir c’était elle la pro. Il attendrait donc que le verdict tombe sans broncher.



And he'll race for miles through the night Signat11

Stamps:
 
Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas

Maddison Kadd

Maddison Kadd
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 08/04/2019
Messages : 60

Région : Unys
Mer 9 Oct - 23:49
Il ne faut qu’une poignée de secondes pour que Maddison sorte de l’atelier et se penche sur la moto d’Erik. La punk se fait l’effet d’un prédateur qui a encerclé sa proie et qui s’apprête à lui bondir dessus. Elle prend parfois un peu de recul – recul qui lui permet davantage d’admirer la bécane qu’autre chose – puis se rapproche pour s’attarder sur des détails. Tout cela en gardant une oreille tendue vers Erik. Elle ne quitte la moto de ses yeux bleus que lorsque le jeune homme lui évoque à demi-mots les améliorations illégales apportées à la bêbête. Un sourire amusé fend son visage.

« Je t’aurais traité de malade si ça n’avait pas été le cas. »

Quel motard qui se respecte conserve une moto dans son état d’origine ? La question est rhétorique : aucun. Si ce n’est qu’une toute petite modification de rien du tout – un rétroviseur différent, un phare avant plus gros –, un bon motard offre toujours un petit quelque chose à lui à sa moto. Même s’il doit en suer. C’est une sorte de tradition, dans le milieu. Tu ne peux pas être un vrai motard si tu n’as pas fourré au moins une fois tes mains dans le cambouis… Oooh que cette phrase était tendancieuse !

Tapotant franchement l’assise de la moto, Maddison se relève dans un soupir après avoir terminé son inspection. Et le verdict n’est pas rassurant :

« Ouais, c’est le piston qu’est en mauvais état. J’vais vérifier, mais c’est possible que le jeu de la pièce ait p’t’être un peu abîmé la culasse et la bougie d’allumage. »

Rien de bien grave elle l’espère, mais ça expliquerait pourquoi la bécane refuse catégoriquement de démarrer.

« Puisque t’es là, tu me files un coup d’main ? »

Une moto de cette envergure et de ce poids, à déplacer à l’arrêt, ça reste quand même sacrément pénible. L’effort ne l’empêche pas pour autant de continuer à papoter :

« Tiens, pourquoi avoir fait autant de route ? Y’avait pas de garage apte à réparer ta bécane par chez toi ? »
Revenir en haut Aller en bas

Erik Hésotte

Erik Hésotte
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 26/10/2018
Messages : 249

Région : Hoenn
Mar 15 Oct - 23:42
Erik, légèrement en retrait et les bras croisés, regarda la professionnelle faire son œuvre. Au fond de lui il sentait l’anxiété monter petit à petit, il avait beau faire le beau ou jouer au mec détaché ça le ferait grave chier de devoir se séparer d’une bécane comme celle-là. Au moins il était rassuré que Madd ne soit pas de ces garagistes trop pointilleux sur les améliorations apportées. Le contraire l’aurait étonné d‘ailleurs ! Il avait eu affaire à l’un d’eux une fois, un mec beaucoup trop zélé pour le trou dans lequel il bossait. Mais bon, on ne va pas se mentir, avoir une certaine plaque métallique sur soi ça peut toujours aider à en convaincre certains…

C’est d’un œil inquisiteur et sérieux que le flic observa la punk se relever dans un soupir. Ce soupir, il le savait, n’annonçait rien de bon à venir. Et effectivement le diagnostic de Maddison n’était pas très engageant. Fallait voir maintenant si gangrène s’arrêtait à ces pièces ou bien si ça avait détraqué d’autres choses encore et si c’était réparable.

C’est alors que la jeune femme demanda au grand blond de l’aider un peu à pousser l’engin, surement pour l’emmener vers une plateforme élévatrice. Ce dernier s’exécuta sans broncher. Il empoigna alors la partie laissée libre du guidon d’une main et posa l’autre sur le côté du réservoir avant de pousser avec ses jambes pour forcer la machine à rouler. C’est que la bête pesait son poids : un peu plus que deux cent kilos à sec tout de même.
    - Tiens, pourquoi avoir fait autant de route ? Y’avait pas de garage apte à réparer ta bécane par chez toi ?
La première réponse d’Erik à la question de Maddison fut un soupir qui tenait en fait plus du râle. Cela en disait déjà long sur ce qui allait suivre.
    - J’avais ni le temps ni l’envie de me battre avec des trous duc’. Genre un cylindre à l’équivalent de deux mois de salaires j’appelle pas ça un pro mais un escroc. Et sur Lavandia ou alentours j’avais pas vraiment mieux comme solution à moins de me mettre des dettes supplémentaires à dos.
Sentant que la conversation risquait de prendre un tournant plus personnel et délicat le grand blond préféra détourner le sujet de conversation.
    - Alors quitte à bouger quelque part autant aller voir quelqu’un avec qui je pourrais peut-être éponger ma peine si jamais.
    J’ai ramené de quoi se rafraichir, un petit souvenir de Kantô si tu te rappelles…
Les yeux bleus d’Erik pétillaient de malice et de vices à cet instant. Il n’était pas tout à fait certain que la jeune fille se rappellerai de sa promesse mais qui sait, au pire il lui rafraichirait la mémoire. Mais pour l’heure il fallait la laisser travailler maintenant que le véhicule était sur la plateforme de levage.
    - Et maintenant cheffe ? demanda-t-il avec entrain.
Décidément il était d’humeur taquine aujourd’hui.



And he'll race for miles through the night Signat11

Stamps:
 
Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas

Maddison Kadd

Maddison Kadd
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 08/04/2019
Messages : 60

Région : Unys
Lun 28 Oct - 23:56
D’un sourire, Maddison passe à un rire à demi nerveux. Aaaaah, les garagistes trouduc… Elle ne compte même plus le nombre de ces abrutis qu’elle a croisés au cours de sa (pourtant) jeune vie. Des mecs pas réglos qui vous bassinent d’informations bidons pour vous faire croire que le prix que vous payez est justifié ; des types flemmards, qui préfèrent vous annoncer que votre voiture est bonne pour la casse plutôt qu’y passer quelques heures… Au fond, même si son job de garagiste relève un peu de l’opportunité, c’est peut-être ça qui l’a poussée à se diriger vers ce corps de métier – ou en tout cas, à apprendre la mécanique de façon autodidacte. Et on ne peut pas dire que ça ne porte pas ses fruits aujourd’hui. Au moins une chose de bien de faite dans sa vie.

Bien que l’envie de l’interroger sur lesdites « dettes » la chatouille, Maddison attarde son attention sur la question du rafraîchissement qu’Erik semble avoir amené avec lui. Et ce rafraîchissement, elle s’en souvient : c’est celui qu’il a commandé au bar à Céladopole et qu’ils n’ont pas pu entamer, faute de temps. Un sourire enjoué aux lèvres, elle se demande comment il a pu résister jusque-là. Non : comment il a pu se douter qu’il aurait l’occasion de la boire avec elle, quelques mois plus tard. Ou alors tout était prévu !…

« Et maintenant ? Je dois bosser pour mériter un rafraîchissement digne de c’nom ! »

La voilà déjà s’emparer des outils nécessaires pour opérer la bécane. Mais avant, il va falloir l’ouvrir et elle n’est pas certaine qu’Erik soit prêt à voir ça !

« Tu veux rester ? Sinon Maillard c’est joli, tu peux visiter et je t’appelle lorsque j’ai fini. »

Contrairement à beaucoup de garagistes qui préfèrent garder pour eux leur méthode de travail – entendre par là « vices » -, Mad Kadd est indifférente aux spectateurs. Certes, elle préfère travailler seule – cela lui permet de monter le volume et de chanter sans que jugement ne soit porté – mais tant qu’on ne l’ennuie pas avec une ribambelle de questions et des « à ta place, je ferais ça… », tout va bien.
Revenir en haut Aller en bas

Erik Hésotte

Erik Hésotte
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 26/10/2018
Messages : 249

Région : Hoenn
Lun 11 Nov - 23:57
Erik ne manqua pas de remarquer le sourire naturel qui se dessinait ses les lèvres de la mécanicienne après avoir évoqué la fameuse boisson. Ca ne le rendait que plus content de l’avoir emmené cette bouteille.

Pour la petite histoire il aurait pu l’entamer seul dans sa chambre d’hôtel à Kantô le jour où lui et Maddison ont joué de leurs poings. Mais en fin de compte il était déjà trop ivre après avoir fait la fermeture de la boite de nuit dans laquelle il avait fini sa soirée. Ce n’est pas non plus lors du voyage retour qu’il aurait pu puisqu’il avait une sacrée gueule de bois et que son estomac refusait alors tout liquide.
Le rafraichissement en question avait donc terminé dans l’appartement d’Erik, rangé sur une étagère de l’espace cuisine. Et en fin de compte l’occasion d’ouvrir cette bouteille ne s’était tout simplement jamais présentée. Bien que grand buveur, Erik ne bois finalement jamais seul chez lui et dernièrement il n’y a en fait pas ramené grand monde.

Le flic regarda alors la punk se mettre au travail. En parfaite professionnelle elle saisit ses prochaines armes avant de lui demander s’il souhaite rester regarder.
    - Franchement le tourisme ce n’est pas mon truc. commença-t-il avant d’enchaîner.
    Donc si cela ne te dérange pas je préférais rester dans le coin. Mais t’inquiètes je te laisse faire ajouta-t-il en levant les mains en l’air.
Le grand blond se dirigea alors vers la sortie avant de se retourner vers Madd.
    - Jsuis juste dehors si jamais …
Il n’allait pas la déranger plus longtemps. Il n’est ni le genre à épier nerveusement le travail des autres ni le genre de monsieur je-sais-tout-mieux-que-toi. Et puis il avait déjà une idée de comment occupé son temps.

Dehors Braségali attendait sagement le retour de son dresseur. Lorsque ce dernier passa la porte le pokémon se redressa instinctivement. Le grand blond lui adressa alors un regard malicieux que le pokémon connaissait bien. D’ailleurs le comportement de son dresseur vint conforter ses attentes. Entre eux il n’y avait pas besoin de grands discours.

Erik fit tomber veste et T-shirt au sol, à côté de son sac à dos. Les muscles saillants il s’éloigna de quelques mètres avant de se mettre en position de garde. Le blond avança son pied dominant, serra les poings et fit signe à son partenaire que l’entraînement pouvait débuter. Le Braségali bondit alors sur son dresseur qui se déporta de côté pour l’esquiver avant de contre-attaquer.
Evidemment il n’était nullement question de faire mal à l’autre. Cela restait un entrainement après tout. L’exercice forçait Braségali à retenir sa force tout en restant rapide d’une part, et il obligeait Erik à être très réactif.

En fin de compte c’était assez récréatif aux yeux d’Erik bien que de temps à temps ce genre de récréation lui cause quelques hématomes.
Mais un peu plus ou un peu moins… quelle importance ?



And he'll race for miles through the night Signat11

Stamps:
 
Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas

Maddison Kadd

Maddison Kadd
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 08/04/2019
Messages : 60

Région : Unys
Dim 15 Déc - 19:34
Mad Kadd s’est un peu attendue à ce qu’Erik lui dise qu’il préférait rester. Après tout, il n’a pas la tête du touriste et ne semble pas être du genre à perdre du temps à flâner. Un point commun qu’il partage avec la mécano : elle n’aime pas gâcher son temps. Si elle doit traîner quelque part, c’est pour une raison bien spécifique.

« Ca marche ! » se contente-t-elle de lui dire lorsqu’il disparaît à l’extérieur du garage.

Maddison a tôt fait de se focaliser sur son travail. Elle oublie ce qui l’entoure et s’enferme dans sa petite bulle. C’est peut-être un défaut mais c’est comme ça qu’elle travaille le mieux. Les écouteurs dans les oreilles, elle commence soigneusement à désosser la moto pour récupérer la pièce abîmée. Désireuse de savoir si elle peut la récupérer, elle passe plusieurs dizaines de minutes à la démonter puis à observer ses composants sous toutes ses coutures. Pour le coup, les garagistes qu’Erik a vus ne lui ont pas menti : difficilement récupérable. À changer. La jeune femme n’est pas assez calée pour tenter quoi que ce soit.

Installer la pièce ne lui prend pas toute la journée. Elle est facilement accessible mais il faut néanmoins y aller prudemment. Plus que sur une automobile, il est important que les pièces soient correctement posées sur une moto. Elles ont plus facilement tendance à bouger, à s’abîmer… Ce n’est donc qu’une fois certaine de son travail que la jeune femme se redresse. Elle a le dos en miettes, comme chaque journée passée dans cet atelier, mais elle est fière du travail accompli. Elle jette un bref coup d’œil à l’extérieur, vers la cime des arbres. Elle espère que depuis là où il se trouve, Sylvestre est aussi fier d’elle.

Le grondement de la moto ne tarde pas à résonner à l’intérieur du garage. Un grondement suivi d’un petit cri de victoire provenant de Maddison. Elle démarre, c’est déjà une bonne chose ! Mais maintenant, va-t-elle résister aux batteries de tests ? Plusieurs fois, la jeune femme éteint et redémarre la bécane. Une fois qu’elle est certaine que le composant tient, elle sort du bâtiment pour faire quelques tours de parking, ne se privant pas d’adresser un signe de main à Erik et à son pokémon, qu’elle découvre en train de s’entraîner. Un petit sourire se dessine sur son visage. Elle a l’impression de se voir, elle et son Riolu…
Revenir en haut Aller en bas

Erik Hésotte

Erik Hésotte
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 26/10/2018
Messages : 249

Région : Hoenn
Dim 22 Déc - 12:58
Braségali et Erik étaient particulièrement en forme aujourd’hui. Etait-ce dû au fait d’avoir fait un long voyage ? Ca personne ne le saura sans doute jamais, des fois certaines choses restent sans explications.

L’entraînement allait bon train, Erik esquivait les coups de son pokémon avec fluidité et finesse tandis que ce dernier retenait au mieux sa force brute pour ne pas blesser son dresseur. Pour autant Braségali n’y allait pas non plus avec le dos de la cuillère. Même pour lui il devait y avoir un certain challenge. Il réussit à surprendre Erik en feintant une attaque avec ses poings alors qu’il utilisa un jeu de jambe des plus magnifiques pour propulser l’agent à quelques mètres de là.

Erik ne l’avait pas vu venir celle-là, mais il peut se vanter d’avoir de sacrés réflexes. A la seconde où il avait compris - bien trop tard - ce qu’il allait se passer il avait croisé ses bras sur sa poitrine et contracté ses abdominaux. Cela avait eu pour effet d’un peu amortir le choc, mais pas de l’empêcher de valser. Lorsqu’il toucha de nouveau le sol de son flanc c’est dans la hâte qu’il roula sur le côté afin d’esquiver un nouveau coup de son pokémon. Braségali n’en avait pas fini. Il avait bondi à la suite d’Erik et son pied frappa le sol à l’endroit même où son dresseur avait atterrit.
    - C’était bien joué ça ! Félicita Erik tout en se relevant. C’était maintenant certain qu’il aurait quelques bleus demain.
    Le Braségali regarda silencieusement son humain alors que des vrombissements se faisaient entendre dans le garage.
    - Allez ! On reprend !
Cette fois c’est Erik qui tente une approche musclée mais Braségali est décidément un pokémon rapide et fort de jambes puissantes. Le pokémon feu esquive sans trop de difficulté les assauts de son dresseur. Mais au moment de riposter le coq de combat se laissa avoir par une vielle technique : celle du sable dans les yeux. Dans la vraie vie il n’y a pas de fair-play, Erik n’avait donc aucune raison d’en montrer lors des entrainements et Braségali était parfaitement d’accord avec la chose.
Momentanément aveuglé le starter eu le réflexe de s’élancer vers l’arrière pour éviter un coup hypothétique, à raison.
    - Arg, décidément trop rapide… ralla le flic.

C’est alors que Maddison sortit du garage en chevauchant l’engin d’Erik. La bête émettait un ronronnement des plus agréables pour les oreilles de son propriétaire. Ce dernier fit signe à son pokémon qu’ils reprendraient sans doute l’entraînement un peu plus tard. Erik retourne le signe de main à la mécanicienne qui a visiblement fait du bon travail. Il la regarde, amusé, sans prêter attention aux gouttes de sueur qui perlent le long de ses muscles dessinés alors qu’il s’avançait vers la jeune femme.
    - Elle en fait un joli son dit donc ! se réjoui le motard.
    - Y’a un endroit dans le coin où on pourrait…la pousser un peu ?

Son expression malicieuse valait mieux que de longs discours. Là il désirait de la vitesse et de l’adrénaline. Sa moto, elle est d’ailleurs taillée pour ça. Des amortisseurs assez robustes pour encaisser les chocs, des pistons assez rapides pour délivrer la puissance nécessaire à la puissante accélération… Rien que d’y songer ça lui faisait envie.

Il retourna chercher ses affaires qu’il enfila en quelques secondes et demanda à Braségali de rentrer dans sa pokéball.
    - Tu ou je roule ?



And he'll race for miles through the night Signat11

Stamps:
 
Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas

Maddison Kadd

Maddison Kadd
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 08/04/2019
Messages : 60

Région : Unys
Dim 22 Déc - 13:40
Maddison n’a jamais eu sa propre moto et pourtant, elle ne semble pas avoir de mal à maîtriser le monstre grognant, même en parcours lent. Elle fait preuve d’un réel équilibre qu’elle doit à son maître Sylvestre, l’ancien propriétaire du garage. C’est lui qui lui a tout appris, ou presque.

Lorsqu’elle a débarqué ici, Maddison ne connaissait que les bases de la mécanique, le BABA du survivant de la route. Et encore, elle n’avait jusque-là manipulé que des voitures : la mécanique moto lui était inconnue. Sylvestre, en plus d’être une belle personne, s’est révélé être un excellent professeur. Il a fait de Maddison une mécanicienne accomplie mais lui a également appris à conduire toutes sortes de véhicules au bord desquels elle ne pensait jamais monter un jour : tracteurs, camions et bien évidemment, motos. Faute de permis, elle n’a jamais pu prendre la route avec tous ces joujous plus ou moins massifs et puissants mais au moins, elle sait les déplacer et les essayer pour vérifier son travail.

C’est pourquoi lorsqu’Erik lui demande qui prend le volant – en l’occurrence ici le guidon –, la jeune femme tire la béquille de la moto pour la poser et se lever.

« Na, c’est ta bécane. Et de toute façon, j’ai pas le droit de conduire en dehors du parc. »

Elle ne sait pas trop si elle fait bien de lui dire – après tout n’importe qui serait en droit de ne pas être rassuré à l’entente de cette phrase – mais elle a toujours été comme ça, Mad’ : directe et honnête. Et encore, Sylvestre lui a appris à être un peu plus professionnelle. À l’époque, ce n’était pas gagné… Toujours est-il que cela ne retire rien au fait qu’elle sache faire son travail. En tout cas, la moto a l’air d’être de nouveau fonctionnelle.

« Eh, j’peux quand même profiter de la balade ? »

Un sourire étire ses lèvres. Il faut vraiment qu’elle pense à passer son permis moto un jour…
Revenir en haut Aller en bas

Erik Hésotte

Erik Hésotte
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 26/10/2018
Messages : 249

Région : Hoenn
Sam 4 Jan - 23:14
C’est avec la même expression pleine de malice que le grand blond répondit à la jeune mécanicienne.
    - Allez ! Je vais te montrer ce qu’elle a dans le ventre !

Il ne se fit pas prier pour s’asseoir et faire vrombir le moteur de sa bécane. Quel son mélodieux à ses oreilles. Et que dire de cette petite odeur pétrolée qui sortait tout droit du pot d’échappement... S’il aurait fallu rajouter une saveur cela aurait sans doute un goût de liberté.

Erik tourna de nouveau la manette avant d’adresser un ultime regard à Maddisson.
    - Accroche-toi bien, je vais pas y aller mollo!

Et c’est sur ces belles paroles qu’il lâcha les freins.
La moto s’en alla à moyenne vitesse, laissant tout de même derrière elle un nuage de poussière.

Erik ne sait pas où il va, mais il roule. Il prend les virages serrés, est à la limite de griller les feux rouges de la petite route de ville pour finalement sortir de Maillard. Son chemin le mène sur la route passante dans la forêt d’empoigne.
Il reconnait les lieux puisqu’il y ait passé seulement quelques heures auparavant. Il sait donc que la route n’est pas de première fraicheur et que des bosses se sont formées à certains endroits. Tant mieux, ce sera l’occasion de tester les amortisseurs.

Erik roule relativement vite, plus que les limitations en tout cas. Il ne décélère pas, ou très peu, juste ce qu’il faut. Il ne tient pas à avoir d’accident avec un passagère alors il se modère un peu.
En sortant de la semi pénombre de la forêt il y a le grand pont vers Volucité.
    - Madd, ça va ?! Il avait ralenti le rythme et la moto avait retrouvé une vitesse ‘normale’ à l’approche du pont.
    - Tiens-toi bien cette fois ça va décoller.

Et cette fois il poussa la machine. La puissante accélération propulsa l’engin sur son unique roue arrière pendant quelques mètres. Et pourtant malgré ce wheeling la moto ne cessait de gagner en vitesse. Avant que la roue avant de retouche le bitume Erik inspira un grand coup et profita de la fraicheur de l’air lui frappant le visage. Dès que la roue eut repris contact avec le sol Erik était plus concentré qu’avant. L’aiguille n’avait de cesse de monter dans les tours. Plus rapide, encore et toujours.

Le grand blond restait attentif à la circulation mais il avait l’habitude à Lavandia. Il slalomait avec aisance entre les autres véhicules, le sourire aux lèvres.
La balade continua ainsi jusqu’à leur retour près de la forêt d’empoigne où Erik ralenti pour pouvoir discuter convenablement avec sa passagère.
    -Alors, tu as aimé la ballade ?



And he'll race for miles through the night Signat11

Stamps:
 
Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas

Maddison Kadd

Maddison Kadd
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 08/04/2019
Messages : 60

Région : Unys
Dim 12 Jan - 18:46
C’est confirmé : il FAUT VRAIMENT qu’elle passe son permis moto. En plus, ce n’est pas comme si elle manquait de temps ou d’argent avec ce qu’elle a pu mettre de côté à force de travailler au garage.

Pour l’heure, elle se contente de profiter de la balade. Et quelle balade ! Erik ne lésine pas sur la vitesse, à son grand bonheur. À quoi bon posséder une moto si ce n’est pas pour la pousser au maximum ? Certes, il y a le code de la route, les limitations et toutes ces choses censées être plus ou moins liées à la sécurité, mais… Merde quoi ! Il faut savoir vivre dans le danger aussi, un peu !

Dans un premier temps, Maddison reconnaît les paysages qui défilent à une vitesse affolante sous ses yeux. Maillard, ses alentours… Et puis à mesure qu’ils roulent, elle se contente de découvrir. Elle aime cette sensation d’inconnu, de liberté. Sous son casque, elle se met à sourire. Mine de rien, elle n’a pas à se plaindre de sa vie. Elle fait relativement ce qu’elle veut, même si cela lui coûte parfois quelques mésaventures…

Erik lui évite de justesse de penser à des faits autrement moins sympathiques de son passé en lui demandant si ça va. Et comment que ça va ! Pour toute réponse, Maddison lève le pouce et hurle un « youhouuuu !! » qui ressort à peine étouffé de son casque. Casse-cou mais pas imprudente pour autant, elle passe ses bras autour de la taille d’Erik lorsqu’il lui annonce qu’ils passent à la vitesse supérieure. Elle n’attend que ça !

Le vrombissement de la moto ; la sensation de vitesse ; le vent sifflant sur le casque ; l’adrénaline ; son cœur bat la chamade et ça lui plaît. C’est dans ce genre de moments qu’elle se sent le plus vivante. Enfin généralement, cette sensation lui vient lorsqu’elle est en train de se bastonner avec quelqu’un. Ce n’est peut-être pas si mal pour elle de vite passer son permis moto, du coup… Il est plus facile d’expliquer le bleu d’une chute que le bleu récolté d’une bagarre !

Toutes les bonnes choses ont une fin ; la balade s’arrête donc alors qu’ils reviennent sur leurs pas dans une allure un peu plus mesurée. Ce n’est pas pour autant que le chemin n’est pas agréable, bien au contraire.

« Alors, tu as aimé la ballade ?
- Un peu courte à mon goût… Un peu lente aussi ! »

Elle se met à rire avant de tapoter l’épaule du conducteur.

« C’était génial, merci. Et puis au moins, on sait que la bécane marche à nouveau maintenant ! »

Maintenant qu’elle y pense… Qu’auraient-ils fait s’ils étaient tombés en panne sur le chemin ? Maddison n’a même pas pensé à prendre ses outils et encore moins son téléphone. Bah ! Ils auraient bien trouvé quelques marcheurs ou dresseurs pokémons en chasse pour les aider…

Le vaste parc du garage automobile s’offre à leur vue. Lorsqu’ils sont assez proches, Maddison descend de la moto pour aller ouvrir la grille qu’elle a pris soin de fermer derrière eux avant leur départ. Il y a de nombreuses pièces là-dedans, de quoi se faire un tas de fric… C’est même étonnant qu’elle n’ait encore jamais eu de problème de cambriolage. Enfin, il vaut mieux ça non ?

« T’as prévu de repartir quand ? » demande-t-elle alors qu’elle rassemble quelques outils à l’intérieur du garage pour les ranger, sa journée de travail touchant à sa fin.
Revenir en haut Aller en bas

Erik Hésotte

Erik Hésotte
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 26/10/2018
Messages : 249

Région : Hoenn
Lun 13 Jan - 22:19
Erik ne se lasserait jamais de ce sentiment de liberté qui l’envahissait à chaque fois qu’il roulait à pleine vitesse. Il faisait fit du danger et l’adrénaline qui en découlait le faisait se sentir vivant. Seules les situations « à risques » avaient cet effet sur lui : la vitesse, les bagarres, les missions.

La question qu’il venait de poser se voulait rhétorique puisque la jeune femme avait eu l’air enjouée tout au long du trajet. Madd n’était pas une midinette, elle n’était pas du genre à être impressionnée par une petite pointe de vitesse. Aussi taquina-t-elle le motard.
    - Un peu courte à mon goût… Un peu lente aussi ! avant d’ajouter en rigolant
    - C’était génial, merci. Et puis au moins, on sait que la bécane marche à nouveau maintenant !
Pas susceptible mais taquin, Erik aurait voulu écraser sa main sur le bonnet de la punk. Mais il lui fallait les garder sur le guidon à ce moment-là. Elle ne payait rien pour attendre.
    - La prochaine fois on roulera plus loin et plus vite aussi alors, ajouta-t-il en rigolant.
    - Je dois dire que t’as fait un sacré boulot. Je sens aussi que les passages de vitesses sont un peu plus fluides qu’avant. J’suppose qu’il devait y avoir de la crasse quelque part entre l’injection et le moteur.
Comme pour illustrer ses dires Erik fit vrombir le moteur en arrivant devant les grilles fermées du garage. Maddison descend donc de l’engin à moteur pour les ouvrir, laissant Erik avancer jusque dans la cour intérieur.

La moto est garée. Il n’y avait pas vraiment fait attention lors de son arrivée mais il y a vraiment de tout : de la boite de conserve avec quatre roues à la voiture qui coute un an de salaire. Le garage semble être un tant soit peu réputé. Il est vrai qu’Erik est venu ici en parfait touriste, sans prendre le temps de se renseigner davantage sur l’endroit.

Il aurait très bien pu avoir fait le déplacement pour rien. Mais à ce moment-là il n’avait pas grand-chose à perdre, comme à Hoenn il avait fait choux blanc. Au pire il aurait peut-être fait un achat compulsif… une autre moto ? Ou peut-être pas.
Actuellement il était en réalité plutôt soulagé de la voir enfin réparée. N’importe quelle moto ne pourrait pas remplacée celle-ci.
    - T’as prévu de repartir quand ? Lui demande alors la jeune mécanicienne.
    - Boarf, je repars dans deux jours. Toute’façon y’avais pas de retour possible à Poivressel avant.
Si déjà il était venu pour faire réparer sa bécane c’était pas pour que l’intégralité de son portefeuille s’évanouisse en tickets de transport. Erik avait donc opté pour les billets les plus abordables, quitte à y laisser un jour de congé. Ça aussi c’est fait pour être pris un jour de toute façon.
    - Sinon il faut bien que je te paie. Tu préfères un paiement en nature ou en liquide ?
D’un air facétieux il souleva et secoua légèrement son sac à dos. Un tintement de verre s’en échappa.



And he'll race for miles through the night Signat11

Stamps:
 
Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 1 sur 2) Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Retreat [DVDRiP]
» [RS] Fright Night [DVDRiP]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Unys - 5E G E N :: Maillard-