» Coming back soon

Li W. Chi

Li W. Chi
Elite 3

C-GEAR
Inscrit le : 24/08/2013
Messages : 717

Ven 7 Juin - 7:33
Deux ans. Deux années complètes s’étaient tranquillement écoulées, depuis que Li avait pris la décision d’arrêter l’Elite. La transition avait été difficile ; quitter le job de ses rêves pour retourner vivre chez ses parents, c’était une étape compliquée à traverser, mentalement et physiquement parlant. Il n’avait jamais pensé pourtant que ses géniteurs étaient des personnes difficiles à vivre. Mais… Mais c’était sans compter sur le fait qu’inconsciemment, il avait pris goût à l’autonomie et la liberté qu’il avait naturellement développé au QG. A l’époque, il avait aussi un emploi du temps très chargé avec peu de temps, au final, pour des loisirs. Aujourd’hui, il ne s’ennuyait pas forcément au dojo mais clairement, il était bien plus libre de faire ce qu’il voulait que lorsqu’il se trouvait sous les feux de la célébrité. Ajoutons à cela que ce choix n’était pas motivé par sa propre envie, plus par contrainte pour respecter ses traditions, et on obtenait un début de dépression.

Pour autant, il avait tenu le choc. Avoir Kessy à ses côtés, lors des moments qu’ils avaient rien qu’à eux, avait beaucoup aidé. Il n’était pas du genre à se morfondre sur son sort. Il avait rebondi, cherchant à trouver son propre épanouissement dans sa carrière actuelle. Il y avait eu quelques complications à reprendre le dojo, certes. S’il n’avait pas été le fils de Gao, cela aurait été impossible, c’était un fait. Il avait été obligé de faire ses preuves, ne serait-ce qu’aux yeux de son père. Il avait dû gérer aussi, les petits curieux qui n’étaient absolument pas intéressé par l’art qu’il enseignait, plus par son ancienne notoriété qui faisait naitre en lui un sentiment d’agacement. Au fil de l’eau, ces personnes c’était fait de plus en plus rare et il avait pu développer des liens avec des élèves motivés et intéressés. Il n’aurait jamais pensé qu’il était si agréable et enrichissant de transmettre un savoir. Et c’était dans cette pensée qu’il s’épanouissait désormais. Il n’en était pas mécontent, bien au contraire.

Il poussa un long soupir de satisfaction, jetant un dernier regard à la pièce. Il remercia les deux élèves qui étaient restés avec lui pour l’aider à laver la pièce, les saluant d’un signe de la main. Naturellement, il se dirigea vers le jardin, prêt à le traverser pour rejoindre la maison familiale. Il ne fut pas surpris de constater que son père se trouvait dans le salon, tourné vers le dojo. Il était devenu son habitude de regarder les cours de Li. Si, au début, cela avait généré beaucoup de stress dans le cœur du rouquin, il avait fini par s’en accommoder. De plus, les critiques s’étaient faites de plus en plus rares, signe que même Gao ne trouvait rien à redire. Et ça, c’était bien la preuve qu’il avait réussi à trouver un équilibre dans sa vie actuelle. Alors qu’il s’installait avec son père pour profiter d’une tasse de thé bien mérité, il se permit de sortir son téléphone de sa poche, écrivant un rapide message à sa bien-aimée. La journée s’était bien déroulée et il se retrouvait naturellement emplis de fatigue, mais une bonne fatigue. Celle qui rimait avec la satisfaction d’une journée productive et accomplie.


Un tintement mélodieux résonna dans la demeure, signe de l’arrivée d’un visiteur. Mei-Lin se dirigea vers la porte, souriante en voyant le père et le fils côte à côte. Avoir Li à la maison était un bienfait non négligeable ; son ainé était toujours disponible pour l’aider dans ses activités, lorsqu’il en avait le temps. Il ne rechignait jamais à accomplir des tâches ménagères, ayant une opinion ouverte. Et elle était bien heureuse lorsqu’il cuisinait, lui permettant de faire une pause lorsqu’elle rentrait du salon de thé. Soit. Elle alla ouvrir la porte, découvrant derrière elle un homme d’une trentaine d’années, à l’allure détendue. Son regard se stoppa l’espace d’une seconde sur son piercing à l’arcade et sur son tatouage qu’elle devinait sous son col, remarquant la marque sombre dépassant de son cou. Il portait des lunettes de soleil qu’elle imaginait à la mode, pensant qu’il entrait dans cette catégorie que les gens appelaient « cools » -sans doute, elle n’avait jamais vraiment compris l’expression-. Elle put observer ses yeux d’un vert émeraude plutôt charmant, tout comme son visage marqué d’un début de barbe et d’un sourire honnête.

« Oh bonjour ! Tu es… Mina ? »

Il y avait une pointe de scepticisme dans sa voix, comme s’il avait conscience de dire une bêtise et cela semblait l’amuser. Mei-Lin fronça brièvement les sourcils, ne sachant pas s’il s’agissait d’une blague. Elle eut un peu de mal, aussi, avec cette familiarité, mais elle finit par se convaincre qu’il s’agissait peut-être d’un ami de sa fille « rencontré sur le net ».

« Je suis navrée mais vous vous trompez, Mina est ma fille. Je suis Mei-Lin Chi. Vous souhaitez voir ma fille ? » Même si elle le lui proposait, elle n’était pas sûre de le laisser entrer pour autant. Il paraissait un peu vieux tout de même, pour discuter avec une enfant de dix-huit ans… Même si sa fille était bien plus grande qu’elle ne l’avait en mémoire.
« Ah ! Pardon, je suis désolé. Vous êtes la mère de Li alors ? Eh bien, il m’avait caché qu’il avait une mère aussi splendide que vous. » Il accentua ses mots par un sourire charmeur, toujours amusé par la situation. Quant à Mei-Lin, elle fronça davantage les sourcils. Difficile de dire si elle avait apprécié ce compliment.
« … Nathan ? Qu’est-ce que tu fais là ? … J’espère que t’es pas en train de draguer ma mère, quand même. »

En constatant que sa mère n’était pas revenue, Li s’était senti curieux de voir qui se trouvait devant la porte. Il avait eu un bref espoir qu’il s’agisse de Kestrel, mais il pensait bien qu’elle le préviendrait si elle venait, ne souhaitant pas débarquer à l’improviste chez ses parents. En revanche, c’était totalement du genre de Nathan, étant donné que du temps de son Elite, il se permettait de rentrer dans la chambre du rouquin sans demander la permission. Il s’approcha doucement de la porte, le visage fermé mais intrigué. Il était heureux de le revoir, il ne fallait pas croire, mais bien moins de l’entendre flatter sa mère sur son physique.

« Liiiiii ! Oh putain ça fait longtemps mec ! »

Il ne semblait absolument pas gêné par la situation, bien au contraire. Il l’attrapa même pour un étreinte rapide, surprenant le jeune Chi. Il n’avait plus l’habitude des familiarités physiques et il sentit son corps se raidir quelque peu. Nathan finit par le lâcher rapidement, lui donnant une tape affectueuse sur l’épaule, souriant comme un damné. « Mais dis-moi, t’auras pas grandi toi ? Tu fais presque ma taille ! » Il était vrai qu’il avait pris quelques centimètres, depuis qu’il avait intégré l’Elite –puis quitté-. Après tout, il n’avait que dix-huit ans quand il avait accepté le poste et il semblerait que sa croissance n’était pas encore terminée. La dernière fois qu’il s’était mesuré, il avait atteint le un mètre soixante-dix-neuf… Peut-être était-il au mètre quatre-vingt, dorénavant. Il était toutefois un peu surpris que Nathan l’ait remarqué aussi vite et ne sut réellement quoi répondre. Face à son sourire toujours affiché, il finit par s’apercevoir qu’il n’avait pas fait les présentations.

« Désolé. Mā, je te présente Nathan McMillan, il travaillait avec moi à l’Elite. Il était mon… Assistant ? »

Une pointe d’incertitude était née dans sa voix. Il était vrai qu’ils n’avaient jamais vraiment déterminé leur relation professionnelle. A la base, Nathan était un simple technicien. Mais au final, ils s’étaient parfaitement entendus et c’était naturellement que son ami avait agi comme l’aurait fait un agent. C’était un peu bizarre il devait l’avouer, surtout que le jeune homme n’était sans doute pas payé davantage pour l’excédent de travail effectué. Son regard se porta sur ce dernier d’ailleurs, ne manquant pas d’afficher son incertitude, ce qui fit rire davantage l’invité.

« On peut dire ça comme ça, ouep. Enchanté de vous rencontrer, Madame. » Il s’inclina poliment, un peu plus et il se laissait aller au baisemain.
« Arrête ton char tu veux, vous vous êtes déjà rencontré. Tu sais, quand la challengeuse Praline m’a vaincu à son deuxième tour. »

Il s’en souvenait maintenant. Lorsque le match avait été terminé, il avait pris une petite collation avec la nouvelle championne, alors que ses parents étaient venus assistés au combat. Il savait que c’était Nathan qui s’était occupé d’eux jusqu’à ce qu’il les rejoigne. Pour autant, le concerné détourna son regard, faisant mine de ne pas comprendre et enchaina rapidement, histoire de changer de sujet.

« Alors ! Quoi de neuf ? »


Coming back soon KHCOSyW
Coming back soon 1MF6HKSComing back soon LxDBtTR Coming back soon RA5CIcD Coming back soon PUpP1Ej Coming back soon RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Li W. Chi

Li W. Chi
Elite 3

C-GEAR
Inscrit le : 24/08/2013
Messages : 717

Lun 29 Juil - 18:39
Il n’y avait rien de bien neuf, dans la vie de l’ancien champion. Enfin, simplement sa nouvelle routine, et il ne pensait pas que cela pourrait intéresser son invité. Il haussa les épaules brièvement, alors que l’attention de Nathan se reportait -déjà- sur Mei-Lin.

« En tous les cas, je suis désolé d’apprendre que j’ai pu oublier une beauté aussi sublime que vous. »

Et voilà qu’il recommençait. Il accentua ses paroles d’un clin d’œil et Li crut percevoir un petit rire cristallin venant de Mei-Lin, alors qu’elle s’inclinait légèrement. Alors non. Trop c’était trop. Agacé, le rouquin grommela avant de sortir de la demeure, attrapant au passage le jeune homme par le bras pour l’emmener loin de l’entrée. L’homme se débattit inutilement, ne pouvant se défaire de la poigne du jeune Chi. Il consentit finalement à se laisser traîner à l’écart des regards, près des fleurs dont il ignorait le nom.

« T’es pas drôle Li ! J’aurai pu conclure ! »
« Conclure quoi, au juste ? Elle est mariée, je te signale. T’approche pas de ma mère. »

L’agacement était à son paroxysme. Si le rouquin était habituellement d’une quiétude sans pareille, il était évident que parler ainsi de sa génitrice était son talon d’achille. De plus, il n’arrivait pas à déterminer si Nathan était réellement sérieux ou s’il cherchait juste à la charrier. En vue du rire taquin et de son sourire qui se dessina rapidement sur son faciès, la deuxième option semblait la plus proche de la réalité.

« Wouah. T’as changé, mec. Un vrai Démolosse enragé. » Le regard noir qu’il récolta le fit rire davantage. « J’décoonne Li, je suis pas intéressé par ta mère ! Mais je trouve ça mignon cette façon que t’as de la protéger. Mais je veux pas mentir, à mon avis, doit y avoir pas mal de monde qui lui fait déjà la cour. »

Cette journée n’avait pas si mal commencée, à la base. Pour autant, le sang lui battait quelque peu à sa tempe. Le comportement décontracté du technicien avait mis à mal sa patience…Il s’était rapidement, trop rapidement, enflammé, il devait l’admettre. A croire que son interlocuteur savait exactement où frapper pour le faire sortir de ses gongs. Le roux poussa un long soupir, passant une main dans ses cheveux. D’un côté, il avait raison. Depuis qu’il avait quitté l'Élite, il avait changé. A ses yeux toutefois, ce n’était pas un mal. Il était moins naïf, ce qui ne pouvait être qu’un avantage. Il s’affirmait plus, aussi, résultat de l’expérience d’avoir des adolescents en tant qu’élèves. Ce n’était pas évident, de capter leurs attentions, tout comme de se faire respecter lorsqu’on n’avait que quelques années de plus. Néanmoins, il avait réussi à trouver un juste milieu, sans aller jusqu’à devenir un gars aigri et colérique. Ça lui faisait mal de se dire ça, mais ce changement le faisait plus ressembler à son père… Ce n’était pas vraiment une bonne nouvelle, pour lui.

Quant à sa mère… Il ne doutait pas un instant qu’elle devait faire souvent face à des dragues plus ou moins lourdes, au salon de thé. Il préférait néanmoins ne pas y assister, au risque de l’énerver davantage. Bref.

« Pourquoi t’es là, au juste ? »

Droit au but. Il le toisait du regard, les bras croisés contre sa poitrine. La petite taquinerie de Nathan lui restait en travers de la gorge et il avait du mal à passer outre. Un peu buté sur les bords, le rouquin. Face à lui, l’homme poussa à son tour un soupir, apparemment surpris de la froideur qu’il récoltait de la part de son ami.

« Déstresse, sérieux. T’as perdu ton sens de l’humour ou quoi ? On dirait que ça te réussi pas de rester ici. » La remarque le fit serrer des dents. Il n’avait pas tort, cela dit. Il se montrait bien trop agressif pour pas grand chose. Changer d’air ne lui ferait sans doute pas de mal, hum. « La raison de ma présence donc ! Si je dis que je voulais juste te voir, ça passe ? » Il essayait de détendre l’atmosphère, de toute évidence. Li, ne s’attendant pas à ce genre de réponse, laissa paraître un léger sourire, amusé et flatté. Ok, il était temps qu’il se détende un peu. Tant que Nathan laissait sa mère de côté, il voulait bien faire l’effort. « Plus sérieusement… il a de nouveau du mouvement à l'Élite. Je te la fais en avant-première : Béatrice démissionne. » Dit-il avec un grand sourire.

Le jeune Chi, quant à lui, arqua un sourcil. Il avait travaillé avec la demoiselle, bien qu’il ne l’avait que peu croisé, au final. Avec ses aller-retours à l’hôpital, on ne pouvait pas dire qu’il avait été des plus actifs au sein de l'Élite durant ses derniers mois en tant que maître. Il se demandait, aussi, quelle devait être sa réaction face à cette information, tout comme il se questionnait sur les intentions de Nathan. Il pensait être capable de les anticiper.

« J’ai démissionné, si jamais ton idée et de me faire revenir là-bas… »
« Et alors ? On s’en fout. T’es parti pour des raisons privées, t’as fais ça dans les règles. Je vois pas pourquoi tu pourrais pas repostuler. Puis t’as déjà fais tes preuves, en plus. »
« Qu’est-ce qui te fais croire que ça m’intéresse ? »
« Tu fais ce que tu veux. Je t’informe simplement qu’une place est libre. Après, t’as un peu de temps pour y réfléchir. Mais j’aimerai vraiment que tu te poses la question. J’ai bien remarqué que c’était à contre cœur que tu as quitté l'Élite. Tu l’as fais pour ta famille, ce qui est tout à ton honneur, mais il s’rait peut-être temps de penser un peu à toi. Ce serait l’occasion de reprendre un boulot que t’aimes vraiment. »

Son discours était étonnement criant de vérité. Le rouquin s’en retrouva troublé. C’était si soudain qu’il resta coi un instant. Il était vrai, qu’au cours de ses deux années passées, il avait gardé un œil sur l'Élite, avec ce même pincement au cœur qu’il avait eu, lors de son départ. Il était vrai que la coordination lui manquait, même s’il avait accepté dorénavant sa vie au dojo. De toute évidence, il n’était pas capable de prendre sa décision maintenant. Il y avait beaucoup d’éléments à prendre en compte. Il devait se soucier de sa famille, de son héritage. Il devait se soucier de son père, de sa mère et des valeurs qu’ils lui avaient apprises. Pouvait-il seulement envoyer tout ça balader, simplement pour faire le job de ses rêves ? Il avait déjà prouvé par le passé qu’il n’en était pas capable. La confusion battait son plein et il resta plusieurs minutes silencieux.

« Et sinon… Tu es toujours avec Kestrel ? Vous avez… ? »

La question l’avait pris de court, mais avant que Nathan puisse finir sa phrase, Li lui balança un coup de poing sur l’épaule. Réflexe, alors que son visage s’armait d’un écarlate sans égal. Au moins, il y avait un élément qui n’avait pas changé ; sa pudeur. L’homme étouffa un cri de surprise, mêlant douleur et amusement. Il n’était pas sûr de l'interprétation de ce geste, mais il avait bien compris qu’il était inutile qu’il cherche à en savoir davantage.

« Tu devrais peut-être lui demander conseils. »

Il n’avait pas tort. Une fois encore, le rouquin se perdit dans ses pensées. Lors de son précédent départ, il n’avait pas pris soin de consulter sa petite amie, quant à sa décision. Il l’avait regretté, après réflexion. Maintenant, leur relation avait évoluée et il n’imaginait pas, effectivement, faire un tel choix sans lui demander au préalable son avis.


Coming back soon KHCOSyW
Coming back soon 1MF6HKSComing back soon LxDBtTR Coming back soon RA5CIcD Coming back soon PUpP1Ej Coming back soon RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Li W. Chi

Li W. Chi
Elite 3

C-GEAR
Inscrit le : 24/08/2013
Messages : 717

Jeu 5 Sep - 19:15
La suite de la journée n’avait rien de bien intéressant, les deux hommes se contentant de se remémorer l’époque où ils travaillaient ensuite. Au final, reparler de son passage à l'Élite rendant le jeune Chi quelque peu nostalgique, rallumant doucement la flamme en lui. Il s’en voulait presque de le faire ; il avait été pourtant clair dans son choix. Il savait qu’il s’agissait d’un rêve devenu réalité et qu’y renoncer avait été un véritable crève-coeur. Mais, il y était arrivé. Pour sa famille, puisqu’à ses yeux, elle avait plus de valeur qu’une passion… Bien qu’il s’agissait bien plus que ça pour lui.

Pour autant, et cela malgré le départ de Nathan, il continuait d’y penser. Le soir même, il s’était rapidement éclipsé après le repas, afin de s’isoler un peu dans sa chambre. Depuis deux ans, il avait dû refaire sa vie ici, à Arabelle. Il n’avait jamais été un grand fan des médias et autres, aussi, cette partie du travail ne lui manquait absolument pas. Mais tout le reste, c’était une autre histoire. Il maudit son ami pour lui avoir insufflé cette idée d’un éventuel retour sous les feux de la rampe… Plus il y pensait, plus l’envie d’y retourner l’envahissait. Essayant de chasser ses idées qu’il pensait farfelues, il tapota un message à l’intention de sa petite amie. Et, au final, il lui proposa de se voir. Elle lui manquait, simplement. Il essayait de se convaincre qu’il s’agissait de la seule raison, et il était indéniable que le désir de la voir était présent. Mais, au fond de sa tête, la question le taraudait.

Il était heureux de la revoir. Sans aucun doute. Ne pas l’avoir au quotidien auprès de lui lui pesait, mais il comprenait parfaitement qu’elle suivait ses rêves. Jamais, au grand jamais, il ne souhaitait la bloquer dans son parcours. Il devait peut-être avouer qu’il y avait une petite part de jalousie, enfouie au plus profond de lui qu’il n’oserait jamais dire à voix haute. Pouvoir voyager, se déplacer, rencontrer de nouvelles personnes… Ca lui manquait horriblement. Il avait beau essayer de se convaincre qu’il était heureux dorénavant, il avait l’impression qu’il ne s’agissait que d’une façade. De la poudre aux yeux, des pensées qu’il parvenaient difficilement à maintenir. Evidemment, Kestrel ne se laissa pas duper par le comportement du jeune Chi - depuis le temps, elle savait lorsqu’il était pris de doutes, d'inquiétudes. Alors il lui avait tout raconté, puisque l’idée de lui mentir lui était insupportable. La possibilité de retourner à l'Élite, si le Comité voulait bien de son retour. Le dilemme qui le dévorait de l’intérieur, sa peur de décevoir sa famille, en faisant ce choix.

Elle avait su trouver les mots justes, comme toujours. Et à chacune de ses paroles, il ne cessait de s’étonner, se rendant compte qu’il était capable de l’aimer plus encore à chaque secondes. Il se sentait rassuré, épaulé. Aimé. Il était évident qu’il avait déjà pris sa décision. Alors il avait tenté le coup. Il aurait dû se douter, à l’instant où il avait envoyé sa candidature, qu’il attendait cette occasion avec impatience. Attendre un éventuel retour était insoutenable, au point qu’il ne tenait pas en place. Il s’échappa pour se rendre au dojo, histoire de se défouler un peu. Sa concentration lui faisait horriblement défaut et il ne parvenait pas à se concentrer sur ses mouvements. Il ignorait si continuer était une bonne idée. Mais alors qu’il se posait la question, son téléphone sonna.

[...]

Une petite semaine s’était déroulée, semaine éprouvante d’un point de vue émotionnel. Il avait été contacté par un membre du Comité qui lui accordait une entrevue, pour mettre les choses au clair, définir sans doute sa motivation. C’était parfait ; il pourrait aussi partagé ses exigence. Car même s’il désirait réellement décrocher ce poste, il n’avait pas l’intention de le faire à n’importe quel prix. Il fut surpris de l'accueil qui lui avait été réservé, surpris de l’entretien. Agréable surpris. Et maintenant, il tournait bêtement en rond dans sa chambre, le cerveau bouillonnant. Le plus dur, dans l’histoire, était d’annoncer la nouvelle à ses parents. Après plusieurs réflexions, avoir beaucoup tergiversé et stressé, il avait pris son courage à deux mains. Il caressa du bout des doigts le crâne de Maho, avant que ce dernier vienne à s’enrouler autour de son torse, se posant sur son épaule. Son starter partageait son envie sa motivation, de toute évidence.

Lorsqu’il se retrouva dans le salon, il fut étonné de voir ses parents assis, face à lui. Li déglutit ; il risquait fort de passer un sale quart d’heure. Le visage fermé de son père, ses bras fermement croisés contre sa poitrine, lui laissait penser qu’il était en colère. Mei Lin gardait son regard sur son thé, laissant sans doute son mari gérer la situation. L’ex champion échangea un regard avec son starter, avant de se lancer. Il était déterminé, il était nécessaire que cela soit visible s’il voulait les convaincre. Pourtant, il fut rapidement pris de court, Gao s’exprimant en premier.

« Tu commences quand ? »

Le rouquin resta abasourdi, pendant quelques secondes. Il cligna des yeux, croisant le regard de son paternel. Il comprit qu’il était inutile de chercher ses mots ; ils étaient tous deux parfaitement au courant. Il étouffa un soupir avant d’aller s’asseoir à la table, leur faisant face. Les mains posées sur ses genoux, il ferma les yeux un instant. Quand il les rouvrit, toute sa détermination brûlait dans ses yeux.

« La semaine prochaine. J’aurais un emploi du temps allégé, pour me permettre de revenir ici pour m’occuper du dojo. Certes, il n’y aura plus autant de cours qu’auparavant, mais mon nouveau salaire devrait pallier le manque à gagner. » Plutôt deux fois qu’une d’ailleurs. Pourtant, il savait que l’aspect financier, bien qu’important pour le bien être de ses parents, n’était pas un argument valable à leurs yeux. « Je travaillerais dur pour que tout se passe au mieux. Je suis désolé de ne pas vous en avoir parlé avant, je… Je ne pensais pas réellement que ça pourrait arriver… » Comme Nathan lui avait signalé, il était parti dans les règles, pour des raisons nobles. C’était sans doute pour cela que le Comité n’avait pas cherché à l’évincer malgré son départ… A moins qu’il y avait une pénurie de coordinateurs pour devenir Maître, mais il en doutait sincèrement. Il serra les poings, se mordant la lèvre inférieure. Il s’attendait au retour de bâton dans les secondes à venir.

« Je suis désolé. »

Il s’inclina aussi bassement qu’il le pouvait. S’il savait que la réprimande allait arrivé, il pouvait toutefois essayer de la minimiser en s’excusant. Il savait qu’il avait mal agi, en ne les tenant pas informé de sa démarche. Il resta quelques instants ainsi, relevant un peu la tête alors que la punition tardait. Ce n’était pas le genre de Gao de prendre plaisir à voir son fils dans une position de faiblesse. Le jeune Chi arqua brièvement un sourcil lorsqu’il vit son père se lever -malgré son attaque et après ses deux ans de rééducation, il avait toujours des difficultés à se déplacer, bien qu’il marchait de plus en plus vite, aidé de sa canne- et s’approcher doucement de lui. Est-ce… Est-ce qu’il allait recevoir la raclée de sa vie ? L’idée lui traversa l’esprit. Instinctivement, il se redressa, prêt à s’incliner une nouvelle fois pour obtenir son pardon. Il se stoppa néanmoins, sentant la main de son paternel se poser sur son épaule. Abasourdi, il cligna des yeux bêtement, relevant le regard. Gao paraissait… Détendu ?

« Je peux m’occuper du dojo en ton absence. Toi, mon fils, vis ton rêve. »

Le rouquin écarquilla ses yeux. Il rêvait, n’est-ce pas ? Sa surprise était évidente. Il jeta un regard à sa mère, restée assise et le fixant avec un petit sourire. Elle opina de la tête, lui faisant ainsi comprendre qu’il n’était pas dans un songe. C’était la réalité. Il en était tellement abasourdi qu’il en oubliait ses manières. Tellement heureux, il sauta dans les bras de son père pour une étreinte. L’euphorie du moment l’avait pris de court, l’instant ne dura qu’un court instant. Rapidement, il se rendit compte de l’embarras que cela générait, réalisant qu’il s’agissait d’une première, en tant qu’adulte. Gao était tout aussi étonné que lui. Li afficha rapidement cependant un sourire désolé, même s’il ne regrettait pas son geste. C’était un peu plus normal, comme réaction… Il avait l’impression qu’il s’était réellement rapproché de ses parents, durant ses deux ans. Et il en était heureux.

« Merci, Bà. » Il était rayonnant. « Merci, Mā. » Il s’inclina une fois encore, pour les remercier une nouvelle fois. Il put observer le sourire que sa mère lui rendait, s'apercevant que son père affichait un léger sourire, lui aussi. Et ça, c’était le plus beau geste qu’il pouvait attendre de sa part. Il était prêt à s’éclipser dorénavant, les remerciant une dernière fois. Lorsqu’il quitta la pièce pour retourner dans sa chambre, il entendit la voix de Mei-Lin : « Tu salueras Kestrel de notre part. » Il sentit un brin d’écarlate marqué ses joues, rapidement balayé par un nouveau sourire. Il avait déjà son téléphone portable dans la main, de toute façon, prêt à l’appeler pour lui annoncer la nouvelle.

[...]

Ils avaient passés la soirée à discuter joyeusement de cette nouvelle. Ensuite… Le temps était passé à une vitesse phénoménale. Une semaine, c’était vraiment court. Préparer ses affaires, aménager les horaires du dojo -un vrai casse-tête, surtout quand il essayait de faire ça sur son ordinateur qu’il ne savait pas utiliser… Au final un planning à l’ancienne aurait peut-être pris moins de temps- et pouf, il était prêt à quitter la demeure familiale. Il y avait une pointe de nostalgie, rassuré par l’idée qu’il reviendrait régulièrement. Après avoir saluer ses parents, il avait quitté la maison, aidé de Nathan pour ses affaires.

Face au bâtiment qui se dressait devant lui, il resta un instant coi. Il était bon de se dire qu’il était de retour pour le métier de ses rêves, de ses passions. Un sourire béat marquait toujours ses traits lorsqu’il se décida enfin à passer les portes.


Coming back soon KHCOSyW
Coming back soon 1MF6HKSComing back soon LxDBtTR Coming back soon RA5CIcD Coming back soon PUpP1Ej Coming back soon RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» coming back soon (13/06)
» I knew the pathway like the back of my hand . Le 24/12 à 14h
» 07. Back in the reality - this is not just ocean [CLOS]
» I fell apart but got back up again and then ▬ Nemesis & Ever
» ~ Back to Liverpool [Anabanana]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Unys - 5E G E N :: Arabelle-