-25%
Le deal à ne pas rater :
25% sur l’Ecran Gamer Hp 25MX
149.99 € 199.99 €
Voir le deal

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 
» [EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella

Miss E

Miss E
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 3281

Jeu 6 Juin 2019 - 0:28
[EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella Xx1l
SBIRES.


Le plan, longuement révisé et retravaillé par les esprits les plus ingénieux des sept organisations, était finalement prêt à être lancé. 

Le jour-J, alors que le soleil se levait paresseusement à l'horizon, un navire de marchandises quitta le port de Joliberges. Cachés dans sa cale, parmi des caissons d'équipement et d'armement, une dizaine d'individus attendaient avec impatience l'heure du débarquement. Il était prévu que l'embarcation se dirige vers le nord avant d'obliquer vers l'ouest, sitôt que la fameuse Île de Fer pointrait le bout de son nez. La surveillance des eaux entourant la prison-forteresse avait triplé depuis l'ébruitement des rumeurs concernant l'attaque surprise ; les patrouilles de la garde côtière se multipliaient, tout comme celles, par voie aérienne, de la gendarmerie sinnohienne. 

Un membre des Skull, revêtu d'un uniforme de matelot, s'isola sur le pont. Il garda une main sur la garde de son poignard, camouflé à sa ceinture par le pli de ses vêtements mal ajustés, et se servit de l'autre pour pianoter un message texte rapide. Le bourdonnement familier d'un hélicoptère s'éleva dans le lointain, signalant l'approche d'une énième ronde ; il leva les yeux vers le ciel et repéra l'appareil, à l'est. Un sourire rusé se dessina sur ses lèvres tandis qu'il se rapprochait de la rambarde. Il décrocha une pokéball et la laissa discrètement tomber à la mer. La phase numéro deux pouvait débuter. 

Vous vous en doutiez peut-être, mais vous ne vous vous trouvez pas à bord du bateau, puisqu'il s'agit en réalité que d'une diversion. Dans un hangar, situé en bordure du canal qui traverse la ville portuaire, se trouve un sous-marin ; un modèle dernier cri et subventionné par les hautes sphères de la Team Aqua. Votre briefing ne dure que quelques minutes avant que l'on ne vous escorte à bord avec les membres de l'équipage. En longeant les fonds-marins, votre approche passera inaperçu - en surface, un groupe mené par des Skulls sera chargé de détourner l'attention de vos ennemis. Vous n'émergerez que lorsque vous serez parvenus aux abords de la façade sud des falaises qui bordent l'île - un angle mort, que les gardes de la prison délaissent, puisqu'ils s'attendent à voir les malfrats arriver d'une manière plus classique. Une fois sortis, grâce au soutien de pokémons capables d'escalader les escarpements rocheux, vous vous retrouverez aux côtés des fondations de la forteresse. 

C'est maintenant à vous de jouer pour pénétrer à l'intérieur de l'enceinte !

AGENTS.


Grâce à une fuite d'information, les gardes apprirent que l'attaque aurait lieu sous le couvert de la nuit. 

Lorsque les ténèbres envahirent les cieux, des sentinelles furent postées sur les tours de guet ; elles scrutèrent l'horizon, à la recherche d'ombres mouvantes, celles de navires ennemis, ou d'un éclat lumineux qui trahiraient leur présence sur les flots étrangement calmes. Les heures s'écoulèrent, les patrouilles s'enchainèrent, se relayant pour tenter de grapiller un peu de sommeil ou pour manger un morceau. Le directeur de la prison comprit, en voyant que rien ne se produisait, que la fuite d'information était fausse. Un leurre. Pour les épuiser physiquement et moralement, pour faire grimper la tension et semer le doute dans leurs esprits. À bout de souffle et de nerfs, un plan de secours fut mis en place. 

Pour combler le manque de ressources humaines, des agents en provenance de tous les commissariats de la région furent appelés en renfort. Voyant cependant que les effectifs demeuraient insuffisant, pour couvrir l'entièreté des étages de la Mirabella, l'appel s'étendit jusqu'aux terres voisines. S'il fallait que les prisonniers recouvrent leur liberté, ce ne serait pas seulement Sinnoh qui en pâtirait. 

Votre arrivée à la prison-forteresse se déroule sans encombre et vous êtes techniquement en avance sur nos sbires. Vous êtes accueillis comme des héros, sous un tonnerre de cris et d'applaudissements. Les gens sont heureux de vous voir, car vous représentez l'espoir et le courage des nations, et votre soutien est des plus apprécié. On vous emmène ensuite dans une salle isolée, pour faire le briefing de la situation et vous attribuer des tâches. Le plan détaillé de la Mirabella vous est dévoilé ; vous remarquez que, contrairement à certains modèles de chateaux, les geôles se situent dans les étages supérieurs. On vous explique que cela les rend plus faciles à surveiller, en plus de diminuer les chances pour qu'un prisonnier puisse s'échapper. Après s'être assuré que vous étiez toujours prêts à mettre la main à la pâte, deux officiers vous guident jusqu'à l'armurerie ; des uniformes aux couleurs de la Mirabella et des gilets pare-balles vous sont fournis. Les deux hommes vous conseillent de ne prendre aucun risque en cas d'affrontement avant de regagner leurs positions respectives.

La tension est toujours palpable, mais la bonne humeur est contagieuse et le moral est haut. Une agitation soudaine vient toutefois la perturber - vous percevez des bribes de conversations affolées. Un navire vient d'apparaître à l'est et un énorme et terrifiant léviator vient de fendre les eaux froides, un peu plus au nord - et il serait en train de canalyser son énergie pour déclencher une tempête. Faut-il couler le bateau, en usant des canons ? Et qu'en est-il du pokémon ? Tout semble porter vers une possible embuscade. 

C'est maintenant à vous de jouer pour gérer les défenses de la Mirabella ! 

_____________


Phase Jeu:
 

- chaque membre doit maintenant sélectionner 2 cases, composées d'un chiffre ( 1 à 10 ) et d'une lettre ( A à J ). Exemple : A1, B2.
- un agent peut prendre les mêmes cases qu'un sbire, mais vous ne pouvez pas copier le choix d'un membre de votre faction.


*** RAPPEL - sbire 1 a jusqu'au lundi 11 juin pour répondre. ***


avatar ©️ Elune Crowley.
Revenir en haut Aller en bas

Maxence Evans

Maxence Evans
Sbire Rocket

C-GEAR
Inscrit le : 30/03/2018
Messages : 397

Région : Alola
Ven 7 Juin 2019 - 16:58
Les sbires sont prêts à frapper fort cette fois-ci. C’est la première fois que je me fais convoquer pour une aussi grosse mission en collaboration avec d’autres groupes, comme la team Aqua ou les Skull par exemple, et je ne sais pas trop à quoi m’attendre. Je ne sais pas non plus quoi penser de tout cela et je suis encore surprise d’avoir été choisi parmi mes collègues pour me greffer à cette mission qui consiste à infiltrer La Mirabella afin de libérer les plus dangereux criminels du monde qui y sont enfermés. Même en ayant entendu les dernières instructions, cela me semble impossible de pouvoir entrer dans cette prison fortifiée sans se faire repérer et c’est sur cet état d’esprit que j’entre finalement dans le sous-marin qui doit nous mener dans une zone apparemment moins surveillée de l’ile. Je ne peux pas reculer, plus maintenant du moins, alors il vaut mieux que je chasse ses pensées négatives pour me concentrer uniquement sur ce qui s’en vient. Il en va de ma survie et de celle de mes partenaires, car ça ne rigolera pas quand on sera face aux agents.

Équipé de mes pokéballs et de mon pistolet, j’attends en silence que l’engin sous-marin fasse son chemin jusqu’à la destination prévue et le trajet me paraît être une éternité. L’atmosphère est tendue et bien lourde autour de moi, mais je continue de prendre mon mal en patience. À mon plus grand soulagement, le véhicule aquatique ne tarde pas à s’immobiliser et le groupe de sbire se coordonne alors pour la sortie comme prévu. Une fois dehors, j'utilise l'un des pokémons mis à notre disposition pour gravir l’escarpement rocheux qui nous sépare du bâtiment dans lequel nous devons entrer sans nous faire repérer. Ça ne sera pas facile, mais j’ai cru comprendre que les autres avaient élaboré un plan, alors je me contenterai d’obéir si l’un d’eux se décide à me donner des ordres. En quelques minutes, le type roche qui me transporte parvient au sommet et me fait descendre de sur son dos au même moment où quelques sbires semblent avoir repérer une fenêtre facile d’accès. Bon, il y a quelques barreaux devant la vitre qui nous empêchent de passer, mais cela ne semble pas les décourager pour autant.

Tout le monde ou presque s’entend pour dire qu’il vaut mieux passer par là que par une porte où on risquerait plus d’attirer l’attention et comme je n’ai pas de lime avec moi, je ne risque pas d’être d’une grande aide pour eux, pas pour cette tâche en tout cas. Je décide donc de monter la garde en attendant au cas où un agent nous repérait du haut du mur d’enceinte de la forteresse. Si certains sbires commencent à discuter à voix basse autour de moi, je préfère rester silencieux pour l’instant. Je ne connais personne et je ne suis pas venu pour me faire des amis, alors il vaut mieux que je passe inaperçu le plus possible pour éviter de m'attirer des problèmes. Alors que mes doigts frôlent le manche de mon arme que je porte à la ceinture, je sens mon cœur s’emporter un peu plus dans ma poitrine, preuve que je suis à la fois impatient et nerveux d’entrer et de me mettre au travail. Nous ne pouvons pas nous permettre d’échouer cette mission.



Aller, je me permet d'ouvrir le bal o/
S'il y a quoique ce soit qui ne convient pas, n'hésitez pas à me le dire.
Et pour les cases, heum... je choisis A9 et I4 D:


[EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella Tr14
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas

Asuna Maruoka

Asuna Maruoka
Agent Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/04/2014
Messages : 1897

Région : Sinnoh
Mar 11 Juin 2019 - 17:23
Dans l’obscurité, la luminosité de ton appareil te dérange, la sonnerie encore plus. Tu grognes et te retourne dans ton lit. Un appel à cette heure là ne peux signifier qu'une chose et tu le sais parfaitement : une urgence, une urgence très importante pour qu'on essaye de t’appeler dans tes heures de sommeil. Tu hésites, répondre signifiait que tu ne pourrais sûrement pas refuser la demande. Et ca apportait en général son lot de problème. Pourtant, ta main fini par prendre le portable et tu décroches les yeux fermés avant de le mettre a ton oreille. Tu n'as pas regarder qui essayait de te joindre, mais tu en étais quasi certaine.

- Oui Alice, qu'es-ce qui se passe.

- Excuse moi de te déranger a cette heure là, je sais que tu n'aimes pas, mais on a potentiellement un risque d’évasion à la Mirabella. Le Glaive aimerait que tu sois sur place pour aider les gardes a calmer le jeu au niveau des prisonniers et si jamais la rumeur est vrai... Et bien... Éviter que les plus dangereux sbires de la planète ne soit dans la nature ?

Tu pousses un gémissement plaintif pour montrer à quel point tout cela te mettait en joie. Mais tu lui annonças que tu y allais avant de raccrocher. Tu envois un sms à Shoko pour lui expliquer la situation. Même si tu n'appréciais pas qu'on t'avait mit une bleue dans les pattes, tu ne voulais pas qu'elle pense que tu l'as mettait sur la touche. Mais c'était clairement pas une mission pour elle. Surtout que c'était quand même ta cousine et tu voulais pas qu'il lui arrive quelque chose. Tu soupires en te préparant en vitesse. Le voyage serait court, mais la journée risquait d'être longue si la rumeur était vraie.

~

Tu avais déjà entendu parler de la Mirabella, une fois ou deux, au Commissariat d'Unionpolis. Une forteresse, gardant en son sein des membres dangereux de chaque team connue. C'était quelque chose d'en t'entendre parler, mais être devant les portes en était une autre. Tu étais impressionnée, un peu. Encore plus quand tu entres et que tu remarques que l'intérieur était beaucoup plus moderne que tu le pensais. Peut être justement une feinte de garder une structure aussi ancienne vu de l'extérieur. Certains gardes te serrent la main, ils semblent soulagés de voir du renfort. Tu peux les comprendre, travailler ici ne devait pas être de tout repos et ici c'était ton cas, tu aurais l'impression d'être prisonnière même sans être dans une cellule. On te demande d'aller en salle de réunion pour le briefing des agents qui viennent de l'extérieur. Tu t'en doutais que tu n'étais pas la seule venue, heureusement d'ailleurs. Tu es curieuse qui seront tes collègues pour cette mission a risques. Tu montes les escaliers, toujours a moitié endormie vu l'heure. Dans la salle, on t'annonce qu'il y a un uniforme pour toi, tu grimaces. Tu aimes ta tenue, bien que peu conventionnelle. Elle te permettait d'être libre de mouvements et ca serait une autre histoire avec un gilet par balle. Tant pis. Tu allais éviter de faire ta forte tête pour le moment, ils semblaient déjà tous à cran. Tu la prends et finalement tes collègues arrivent également peu de temps après toi. Tu leur tend la main pour faire les salutations.

- Bonjour, Lieutenant Asuna Maruoka, originaire de Sinnoh. Mais Asuna suffit ne vous embêter pas, je suis pas quelqu'un qui est très regardante au niveau hiérarchique. Au niveau de mes pokémon de fonction, j'ai un Arcanin, un Lougaroc, un Amphinobi et un Chevroum. Essayons de faire en sorte de réussir cette mission ensemble !

Alice t'avait plus ou moins fait un topo via sms pendant que tu faisais le voyage. Tu serais la plus haute gradée et c'était le genre de chose qui te mettait mal à l'aise. La logique voudrait que tu sois la meneuse vis à vis de ton expérience, mais tu ne fonctionnais pas du tout ainsi. Tu avais confiance en chacun pour être assez grand pour prendre des décisions, tout le monde gagnait du temps, c'était moins chiant. Tu te retrouvais donc a faire équipe avec Stelkin et Zoé. Ils avaient l'air d'avoir des personnalités très différentes de la tienne et c'était une bonne chose. Vous pourriez avoir ainsi des visions différentes sur certains sujets ce qui pourraient permettre une meilleure tactique. Vous en profitez pour faire un peu le point tout les trois quand brusquement une alerte retenti. Tu grimaces et tu demandes ce qui se passe. Un garde te répond qu'un bateau est entrer dans le périmètre de sécurité et qu'un Léviator prépare du grabuge. Tu fronces les sourcils et tu prend un talkie.

- C'est trop visible comme façon de faire. Ils devraient savoir qu'on serait préparer a leurs arrivés, alors je les imagine mal venir a découvert, ca doit être une feinte. On doit se tenir prêt pour quelque chose qu'on ne voit pas encore. Je vais dans la salle de contrôle, on reste en contact et au moindre truc bizarre, on se prévient. Vous, vous venez avec moi.

Tu attrapes un garde par le bras qui ne semblait clairement pas prêt a ce que tu sois aussi brute. Tu montes les escaliers quatre à quatre et tu le suit vers la salle de contrôle avant de t'enfermer a l'intérieur. De ce que tu as compris, pour ouvrir les cellules, il fallait absolument passer par ici. Un sourire inquiétant se dessine sur tes lèvres, presque comme si tu étais impatiente.

Qu'ils viennent. Tu étais prête à faire subir ta vision de la Justice.




Cavalier en E5 et Tour en C3 ! ( ♥ sur celui qui a les réfs 8D )


[EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella 891038BanSD2 [EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella 974789SAE1 [EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella 13990610
[EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella DCnTOxh [EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella Sans_t11
[EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella Blason13 [EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella Treepo10 [EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella 587224chocolataddict [EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella Kitti210[EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella Stamp_20
Revenir en haut Aller en bas

Milo Jô

Milo Jô
Sbire Aqua

C-GEAR
Inscrit le : 20/09/2013
Messages : 910

Région : Sinnoh.
Jeu 13 Juin 2019 - 23:49
Dans le sous-marin qui quitte le hangar de Joliberges tout comme les jours précédents, Milo est sur ses gardes. Il a un peu du mal à se faire à l’idée qu’il se retrouve embarqué sur une mission d’une telle importance. Il sait que cela comporte des risques énormes et son goût de l’adrénaline en est complètement ravi. Ce qui l’étonne, surtout, c’est qu’il ait réussi, au fil du temps, à installer une confiance nécessaire pour faire parti du groupe représentant la Team Aqua sur cette expédition. Il a fallu du temps, mais cela lui paraît plus rapide qu’il aurait pu le croire. Peut-être un peu trop. Il ne sait pas si c’est un test, un de plus, ou un piège. Hum. Non. L’organisation, ainsi que les autres avec lesquelles elle va œuvrer, cette fois-ci, a investi bien trop de temps, d’argent et de moyen pour ne pas espérer une pleine réussite.

De son côté, il n’a pas été informé des enjeux de pouvoir qui se jouent là. Il sait simplement les grandes lignes de ce qu’il va avoir à faire, tout du moins jusqu’à arriver sur la Mirabella. Bien avant qu’il soit un sbire Aqua, quand il était côté Magma, cette île-prison a toujours fait parler d’elle. Un lieu que l’on craint autant qu’il fascine. Un lieu dont on entend souvent tout et n’importe quoi. Désormais, elle lui paraît nettement plus concrète, cette île. C’est d’ailleurs tout un paradoxe. N’importe quel malfrat ou membre d’une organisation au sombre dessein passe sa vie à craindre de se retrouver dans cette prison et fait tout pour l’éviter, et le voilà – lui et bien d’autres – à chercher un moyen d’y entrer. C’est l’endroit le plus sécurisé au monde et ils espèrent réussir à faire un coup d’éclat monumental et libérer les prisonniers qui s’y trouvent. Même lui, qui a nettement tendance à rêver de grandeur, n’aurait pu envisager un projet d’une telle ampleur. Il faut dire que c’est une mission qu’aucune organisation n’aurait pu mettre en place seule. D’où cette coalition.

Intérieurement, il a une crainte lancinante : celle de se retrouver face à un membre de la Team Magma qui le reconnaîtrait. D’avant. Il fait donc profil bas et s’en tient aux directives qui lui ont été données. Il est vêtu d’un pantalon en toile noir, une chemise pare-balles noire et son éternelle casquette qui dissimule une grande partie son visage – et sera tout aussi utile en cas de caméras toujours actives. En signe distinctif, un foulard bleu clair autour de son cou arbore les insignes Aqua. Depuis qu’il s’est retrouvé affilié au QG de Rivamar on l’a familiarisé avec l’armada des sous-marins. Pourtant, être dans une cage en fer qui navigue à toute vitesse sous les eaux, ça ne le laisse pas spécialement confiant. Il reste dans son coin, faisant glisser son couteau à cran d’arrêt entre ses doigts. Il n’en montre rien mais il ne perd pas une miette des conversations ou des mouvements autour de lui. Il y a des sbires de toutes les organisations et il a l’impression que cette alliance précaire pourrait imploser à tout moment. En espérant que l’avenir lui donne tort.

Une fois l’île de Fer atteinte le sous-marin réapparaît furtivement à la surface, dissimulé par les falaises, dans un timing et un angle d’approche qui ont été soigneusement calculés. Tout va se jouer à la minute près. Rapidement, les différents sbires retournent sur la terre ferme. A sa ceinture, Milo a la pokéball de son Magnéti, son couteau, un flingue et une potion pour son pokémon, on sait jamais. Dans la poche arrière de son pantalon, le téléphone qui lui a été confié. En cas d’alerte, de repli général ou autre changement de plan, ceux qui chapeautent l’opération le tiendront informé, lui comme tous les autres. D’ailleurs, il suit la trace d’un Galaxie qui a pour rôle d'ouvrir la voie. A flanc de la falaise, la question de savoir comment escalader cet impressionnant mur d’enceinte naturel n’en est pas une. La manœuvre a été établie dans le sous-marin et différents petits groupes sont dispatchés avec des pokémons à même d’aider en cela.

Quand c’est à son tour de passer, la technique semble rodée : il démarre l’escalade à mains nues, l’Excavarenne de l’un des sbires présents le soutient à l’aide de ses énormes oreilles et le propulse de quelques mètres par une forte impulsion puis un Vortente positionné plus haut en relais profite de sa capacité à grimper aux arbres pour se maintenir en hauteur et projette à mi-chemin dans la progression d’immenses lianes qui aident à finaliser la montée, jusqu’à arriver quasiment au sommet où les autres sbires déjà en place rattrapent ceux qui arrivent. Une espèce de petite chaîne humaine qui donnerait presque la larme à l’œil. Milo n’est pas forcément ravi de se voir ainsi trimballé mais il fait avec.

De l’autre côté de l’enceinte, le petit groupe se dispatche et observe en tout sens. Rapidement, un point d’entrée est repéré : une fenêtre bloquée par des barreaux. Sans doute que la sécurité derrière ne se résumera pas qu’à ça mais pénétrer dans le bâtiment est une première étape.

- Quelqu’un a c’qui faut ?
- Ouep.

Un sbire Skull, visiblement bien équipé, grimpe légèrement et s’affaire à limer les barreaux. Milo reste tout contre le mur et l’observe faire, quand le Skull lui tend un à un les barreaux disloqué, il s’applique à les poser à terre en faisant le moins de bruit possible.

- C’est OK.

Tout autour certains sont restés en surveillance et d’autres sont allés chercher un autre point d’entrée. Le Skull qui a scié les barreaux entre et, dans un souffle, Milo interpelle un brun discret apparemment plus âgé et appartenant aux Rocket, s’il se trompe pas.

- Hé, tu peux y aller.

Il lui emboîte ensuite le pas pour se glisser à l’intérieur du bâtiment.


    Je choisis F7 et H9.

    REMARQUES.:
     


#cc6600 — ava ©️jill

[EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella 4xJWM2m
Revenir en haut Aller en bas

Stelkin Lindovano

Stelkin Lindovano
Agent Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 19/09/2013
Messages : 1674

Région : Johto, Hoenn
Ven 14 Juin 2019 - 2:08
Les choses allaient mieux dans sa vie depuis quelques temps. Déjà, la routine de l’entraînement pour une préparation à la ligue 2 avançait bien. Trouver un peu de temps libre pour parfaire une capacité tant dans sa réalisation que d'envisager de nombreuses stratégies et rendre toujours plus polyvalents ses pokémons. Avoir un tel objectif ne le faisait pas faire du surplace, au contraire : il se projetait en avant et se sortait de son marasme du à ses anciens cauchemars ultra réalistes. Du côté du travail, les missions punitions commençaient petit à petit à disparaître même si la commissaire Jackson était d'une imagination redoutable quand il s'agissait de lui dégoter un travail des plus inutiles. La dernière en date ? Devoir faire descendre un Chaffreux teigneux d'un arbre. Oui, oui, cette mission était de loin la pire surtout que la vieille dame avait la fâcheuse manie de commenter absolument tout ce qu'il faisait.

Mais il sentait quand même que les collègues, petit à petit, commençaient à le considérer un peu plus. Par exemple, Jack avait fait en sorte de nettoyer sa merde une fois qu'il avait fini l'ordinateur – avant il avait tendance à laisser tous ses déchets de bouffe devant et, normalement respectueux, enlevait tout une fois qu'il partait sauf quand c'était Stelkin et cela dura plus de trois mois comme ça. Paola l'invitait à venir prendre un café avec eux lorsque l'équipe faisait une pause. Kayla ne cherchait plus d'excuses pour ne pas l'accompagner lorsqu'il faisait de la circulation entre deux missions. Des petites choses comme ça. Il ne peut pas dire qu'il se sent vraiment intégré à l'équipe, c'était bien trop tôt. Mais les rancœurs commençaient à s'épuiser et vis à vis de la mission réussie avec le projet B.I.O.A.C.T.I.V.E. et le démantèlement d'une branche parallèle de recherche Plasma et Aether, les gens ont bien pu se rendre compte que oui, il n'était pas un parvenu même s'ils n'arrivaient pas à s'expliquer encore pourquoi il avait fait cette fuite en avant auparavant. Et de ce point de vue là, Stelkin n'avait aucune envie d'épiloguer là-dessus tant c'était compliqué. A ce titre Stanislas ne lui avait plus communiqué quoi que ce soit depuis un moment, mais comme la communication était à sens unique et donc dans le mauvais sens pour lui, il préféra ne pas se manifester et continuer son petit bout de vie.

Et puis, il y avait Alexander, bien évidemment. A plusieurs reprises, Stelkin s'était rendu compte, tant pour lui que pour son ami qu'il y avait autre chose qu'une solide amitié. Si pour l'agent c'était assez clair et net sur ce qu'il ressentait, c'était bien plus difficile à accepter pour l'infirmier qui lui n'avait connu que les femmes – et les échecs en amour qui plus est. Il fallait du temps pour que les choses se fassent. Alexander reconnaissait toutefois que cela lui faisait du bien de sortir de temps en temps avec lui et rien qu'avec lui : ses collègues de travail l'ennuyaient à mourir et les stagiaires qui se trémoussaient juste pour collectionner les hommes, il en avait sa claque. L'hoennien lui montrait autre chose, une vie assez différente pour l'évader et relativiser quand à sa situation au travail. Il avait parfois des envies violentes d'envoyer tout balader. L'agent aimait beaucoup le voir s'enflammer ainsi, c'était un trait de sa personnalité qu'il appréciait beaucoup.

Et ce fut notamment ce soir-là, lors d'une discussion mouvementée que le téléphone de Stelkin se mit à sonner. Quand il vit qu'il s'agissait du commissaire Jackson, ses yeux se rétractèrent. Jamais elle ne l'avait appelée à cette heure-ci. Arkh se matérialisa instantanément, sentant la peur de son maître monter en lui – et faisant hurler Alexander qui ne supportait pas que le spectre apparaître de nulle part aussi brutalement. La conversation avait duré pendant presque cinq minutes et sa si bonne soirée allait vite tourner court au fur et à mesure que son visage s'assombrit. Lorsqu'il raccrocha, il y eut un mouvement de flottement avant que Stelkin ne prit la parole.

« Ça y est, je crois qu'ils me font enfin confiance. » Il regarda profondément Alexander qui se demandait bien ce qui était en train de se passer. Ses émotions le mettaient à fleur de peau et c'était lors de ces rares occasions que l'agent se mettait à parler à cœur ouvert. « Je vais devoir partir maintenant mais si jamais je ne reviens pas en un seul morceau... » En tout et pour tout, il l'embrassa ses ses lèvres. Estomaqué, l'infirmier voulut lui lancer une vindicative sur son acte de tout à l'heure mais il était déjà parti dans la chambre d'ami chercher ses affaires : la pokéball de Shadows, son arme de service, un gilet par balles et enfin l'uniforme des agents d'Hoenn. Défendre la Mirabella. C'était à peine croyable qu'on le teste réellement sur une mission d'une telle envergure. Comme il le pensait, on commençait vraiment à lui faire confiance. Ou bien était-ce un stratagème ? Comme il avait cette manie de tout ranger une fois qu'il n'était plus en service, il ne mis pas beaucoup de temps avant de rassembler ses affaires. Il voyagera léger. Entre temps, il reçut de sa supérieur le billet qui lui permettait d'aller jusqu'à Sinnoh et la prison ultra surveillée. Là encore, c'était un signe que cette fois-ci, le bizutage était fini et que les missions sérieuses commençaient.

***

Durant le voyage, Alexander ne lui avait pas envoyé le message. Il devait être en colère, certainement, mais en parallèle, il n'était même pas sûr de rentrer vivant de cette mission. Il faut dire que la situation était assez exceptionnelle : regroupement d'agents de toutes les régions vis-à-vis d'une sorte de coalition de toutes les pires teams dans le but de libérer les criminels qui y croupissaient.Lorsque finalement Stelkin arriva devant l'édifice, il eut du mal à comprendre pourquoi on l'avait choisi pour, je cite, « Gérer les défenses de la Mirabella ». En d'autres termes, il allait être, avec l'aide d'autres collègues de travail, devoir faire en sorte de repousser les assauts vicieux de la coalition. Et certainement qu'il allait rencontrer des gens de la pire espèce dans le lot. Ce fut un sentiment étrange mais une certaine excitation le démangeait. Combattre intellectuellement un esprit criminel était quelque chose qu'il avait toujours plus ou moins rêvé de faire. Alors qu'il rentrait dans l'édifice principal, Stelkin essaya de photographier un maximum de détails en essayant déjà de s'imaginer comment les malfrats pourraient faire pour s'infiltrer ici.

Visiblement, il était arrivé le deuxième et fut de peu précédé par Asuna qui semblait être une lieutenant. Rien que ça. Lui, à côté avec son petit grade de recrue, il ressemblait bien à un touriste, au détail près que le lieu de vacance n'était pas aussi charmant. On lui donna alors un nouvel uniforme, celui de la Mirabella, avant de commencer à le briefer sur la situation actuelle. Visiblement, ils avaient déjà tenté de les menacer en provoquant des fausses alertes. Le coup restait classique : plus ils continuaient à l'usure, plus, à un moment ou un autre, ils arriveraient à leur faire baisser la garde et frapper fort. Sa surprise fut grande lorsqu'il sut que les geoles étaient en hauteur. Dès lors, un peu comme lors des combats pokémons, il arrivait à se représenter la situation et commençait sa partie d'échecs dans sa tête. Le premier mouvement était toujours le mouvement décisif. Il lui fallait réfléchir.

La demoiselle aux cheveux noirs se présenta alors. Elle venait directement de Sinnoh, elle n'a donc pas eu besoin de faire long voyage. « Agent Lindovano. Votre équipe est impressionnante. Je n'ai malheureusement qu'un seul et unique partenaire, un Ténéfix » Mais évidemment, contrairement à toutes ces brutes épaisses, son pokémon avait la faculté, entre autres, de traverser les murs. Il remarqua également que les deux autres agentes ne semblaient pas spécialement faire jouer de leur grade pour avoir un quelconque ascendant sur lui, et c'était tant mieux. Alors que l'heure avançait, ils discutèrent beaucoup sur les défenses qu'ils pouvaient apporter grâce à leur concours. Ils finirent par se mettre d'accord sur un plan d'action et ensuite prirent quelques mesures suplémentaires au cas où le plan initial ne fonctionnerait pas.

Il s'était rendu compte après coup que c'était lui qui avait le plus parlé. Ce n'était pas la première fois que la stratégie, au départ issu des combats pokémons, s'était peu à peu muée en stratégie militaire d'attaque (même si cette fois-ci, c'était surtout de la défense). Si ça se trouve, c'était typiquement pour cela qu'on l'avait sélectionné, pour son sens de la tactique. Ou alors... Pas le temps de tergiverser, une puissante alarme se mit en route. On leur indiqua alors qu'un navire affrété d'un Léviator venait de faire leur apparition au large et que le pokémon semblait tenter de charger une attaque. Tout le monde se mit d'accord pour comprendre que c'était un piège éhonté. Leur but était de sauver les prisonniers, pas les tuer en détruisant la prison et en espérant qu'ils soient capable de s'en sortir par la suite à la nage – c'était ridicule. Et pour avoir un tel pokémon avec lui, ce genre de pokémon était mille fois plus dangereux en offensive directe qu'en soutien. Non, vraiment, impossible qu'ils mordent à l'hameçon. Au contraire, chacun avait une tâche spécifique à faire et il lui incomba d'aller effectuer une protection rapprochée du Directeur. Ce dernier, qui avait assisté à la réunion, était très certainement une cible des sbires compte tenu qu'il pouvait aller partout où il le voulait dans la prison.

« Ok ça marche » A vrai dire, si Asuna voulut prendre d'autres personnes avec lui, son job n'était pas non plus de voyager en un groupe trop visible. Qui sait ce qui pouvait arriver ? Par contre, il donna des consignes assez claires à plusieurs gardes qui attendaient ses directives : détruire leur carte d'accès et se poster à toutes les ouvertes des trois premiers étages et qu'en aucun cas, ils ne devaient chercher l'affrontement direct pour le bien du plan, simplement mettre de la distance. Il espérait que les consignes seraient suivies... « Monsieur le directeur, si vous voulez bien me suivre ? » Il leur fallait bouger rapidement jusqu'à l'étage de l'armurerie. Rien de tel qu'un endroit comme celui-ci pour mettre une telle personnalité à l'abri.

La partie d'échecs commençait pour de bon.



Je vais tenter un A9 et un E1 o/


[EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella FUhS4
Revenir en haut Aller en bas

Cori Cometti

Cori Cometti
Sbire Rocket

C-GEAR
Inscrit le : 19/11/2017
Messages : 730

Région : sinnoh
Lun 17 Juin 2019 - 22:14
L’opération commando lui avait été dévoilée peu de temps après la nuit chaotique. Théo avait été contraint de la sortir de la fosse, son nom et ses aptitudes ayant déjà été communiqués. Puella Gometta devait vivre pour essayer de prendre d’assaut l’un des lieux les plus protégés de la région. Un rire nerveux s’était échappé de sa bouche lorsqu'il lui exposa ce plan. « Sérieusement ? » ricanait la folie tandis que le serpent ondulait, muet, anxieux. Théo avait confirmé. « Et lui ? ». Impossible de prendre le risque de son arrestation, pire de sa mort. Cori se tut. Elle avait été sauvée de la mort pour être condamnée ailleurs, dans une autre fosse. Et pour quelle raison? La liberté de quelques sbires. Politique fumeuse. La mission n'avait-elle pas davantage pour objet d'écrémer les rangs?

Assise dans le sous-marin, ses grands yeux bleus balayant les individus présents, Cori confirme. Elle est de la chair à canon. Dans l'espace clos, où chacun s'expose aux autres du fait de l'absence de cachette possible, le constat est saisissant. Deux types de sbires sont présents. Le critère n'a rien à avoir avec le sexe ou les appartenances. Il est ancré sur les visages, sur les mains tâchées de sang. Deux profils de malfrats avaient été convoqués : les expérimentés et les pioupious du mal. Les plus vieux sont les plus soucieux. Ils répètent le plan dans leur tête, tentent de se souvenir des escaliers, des pièces présentes à tel étage. L'un d'entre eux ne cesse de marmonner le nom des sbires devant être libérés. A chaque énumération, son ton se durcit lorsque le nom du troisième est cité. Du reste, peu tape la causette. Ils observent, mais en souriant contrairement aux novices. Eux, soit l’adrénaline les fait bondir, revendiquant que quiconque croiserait leur chemin en repartirait avec une tête en moins (juste ça), soit la peur les rend muets. Aucun sourire sur leur figure toutefois, juste l’angoisse de ne pas revenir. Chaque gang a donc mis sur cette opération de bons éléments et de stupides pions. La TR aussi, Cori en est persuadée. Elle ne formule pas la question dans sa tête. Elle sait très bien à quel groupe elle appartient. Elle ferme les yeux, se focalisant sur sa respiration.

Elle a subi des entraînements spécifiques pour cette mission. Seule ou en binôme avec Polarhume, Théo a au moins eu le mérite de leur donner quelques cordes à leur arc. Le problème étant qu’elle n’a jamais pu se lancer avant : pas de missions, pas de travail en groupe. Sa seule expérience est celle du Chaos. Peu rassurante, pas vrai ? Elle a eu beau supplier Médéric, le charmer pour retourner sur le terrain, aller en mission avec lui. Rien, rien ne lui avait été accordé. Elle était punie, mais ignorait le pourquoi. Dans ce sous-marin, aucune réponse ne lui vient. Elle rouvre les yeux et constate qu’un autre sbire la fixe. Aucun mot n’est échangé, seul le brouhaha des premiers tués comble le silence.

L’air marin lui décroche un sourire qu’elle efface bien assez vite. « Reste concentrée » lui siffle le serpent. Il le faut. Si aucun agent ne les attendait à cet endroit, la chance peut rapidement les abandonner. Elle constate que l’équipe est réactive, déjà les deux types de pokémons devant les faire grimper en haut de la falaise ont été mis en place, déjà les premiers sbires sont propulsés. Sans elle, toutefois. Cori est rattachée à un autre groupe, le sort en était jeté avant même qu'ils quittent la base. Un escalier mènerait apparemment à l’intérieur du bâtiment, au deuxième étage et ils sont les heureux élus de cette possible découverte. A cette fin, les ectoplasma sont libérés et s’enfoncent aussitôt dans la roche. Si l’accès n’est pas trouvé, ils devront reconstituer une chaîne. Si le temps leur est laissé, bien sûr. Les secondes s’éternisent tandis qu’un sbire portant un foulard bleu prend son « envol ». Est-elle dans le bon groupe ? Ne ferait-elle pas mieux de bousculer les plans ? Après tout, aucune alliance n’existe entre eux. Ils veulent juste vivre et tant pis si cela revient à en ôter plusieurs. Alors qu’elle fait un pas en direction des énormes lapins aux oreilles dégueulasses, une main se pose sur son épaule. Le sbire l’ayant fixé dans le sous-marin lui fait face. L’accès a été trouvé et les kravarech s’attaquent à ouvrir le passage.

« Alors soit, entrons » murmure la folie.


CASES = B6 et C8
NOM = Puella
TENUE = combinaison noire moulante, baskets, cheveux attachés.
OBJETS = veste pare-balles (c'est mieux), seringues et fioles, couteau, téléphone.
POKEMON = ourson polaire.



    [EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella MuctjKc sign par milo jo ;
    call me puella gommetta bouletta.
    absence à durée indéterminée.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Zoé Wells

Zoé Wells
Agent Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 03/01/2014
Messages : 935

Région : Kalos
Mer 19 Juin 2019 - 7:25
Une semaine de repos. Après mon séjour prolongé à Jotho ce n'était pas de refus. On ne peut pas dire que j'en avais réellement profité. J'avais toujours cette impression de poids sur les épaules. Tant que je n'aurais pas récupéré ma vie d'avant, je serais toujours un poids mort. Au final, cette semaine n'a eu rien de reposant. Entre les collègues qui veulent tous boire un coup avec toi pour te ''vider la tête'' et surtout pour que tu racontes une centième fois ton périple et le garage qui commence à s'impatienter. Ça va bien faire six mois que le Kangoo est là-bas et je n'ai toujours pas assez d'argent pour le faire réparer. Les flics sont vraiment mal payé. Cerise me paye des coups deux fois sur trois et j'arrive quand même à finir à sec à la fin du mois. J'imagine que ces délicieux petits gâteaux délirium en sont grandement pour quelque chose mais, je ne peux pas encore regarder la vérité en face. Il faut être fort pour ça, ce qui n'est clairement pas mon cas...
Retour au boulot. Retour à la routine. Retour aux missions dangereuses où je risque ma pauvre petite vie minable.

- Zoé ! Viens dans mon bureau ! J'ai une affaire pour toi.

Le poste de police de Yantreizh s'est métamorphosé pendant mon séjour mais, je n'ai pas le loisir d'aller inspecter les nouvelles installations, mon chef m'appelle. Son nouveau bureau est plus spacieux que l'ancien mais, il a gardé sa mauvaise manie de fumer dedans. Bientôt les murs seront jaunis par la cigarette et les visiteurs attraperont un cancer juste en venant le saluer. Le chef Wells, mon père, sans qu'il ne le sache. Il est étrangement souriant, c'est perturbant de le voir comme ça. Moi qui n'ai que des souvenirs douloureux de sa ceinture et de son affreux clébard.

- Je te fais un rapide topo. Il y a une rumeur qui circulait comme quoi la Mirabella, la prison de haute sécurité, serait prise d’assaut. Et la rumeur vient d'être confirmée. Tous les gangs de malfrats connus à ce jour vont s'associer dans un énorme commando extrémiste pour aller libérer les pires enflures de la planète.

Tu m'en diras tant, je saute au plafond. Fin', là je la sens mal pour moi. Surtout qu'il continue de sourire ce con. Il doit prendre un malin plaisir à m'envoyer sur les missions les plus dangereuses. Peut-être qu'il fait des paris. La moitié des points si elle revient blessée, jackpot si elle ne revient pas. Il peut dire tout ce qu'il veut, je sais qu'au fond c'est juste un connard qui tabassait sa femme et son fils. Si je n'étais pas devenue Zoé, il aurait sûrement continué à me taper sur la gueule mais, comme je suis une 'fille', il préfère m'envoyer crever sur une mission suicide.

- Ils ont besoin de renfort de toute urgence, de personnes compétentes avec de l’expérience. Tu es la fierté de notre ville Zoé... Fais attention à toi...


~ ~ ~ ~

Bienvenue dans ta dernière demeure. C'est ce qui devrait être écrit sur la pancarte. En tout cas, c'est l'expression qui me vient juste en regardant cette énorme forteresse s'élever au milieu de l'océan. Les humains sont quand même sacrément cons. Si on avait juste décidé de les tuer, on en serait pas là aujourd'hui. Je sais pas, moi ça me paraît logique de trucider les mecs qui trucident d'autres gens. C'est pas parce qu'un connard meurt que je vais me sentir mal. C'est même plutôt le contraire. Si la situation dégénère, ce n'est pas sur moi qu'il faudra compter pour aller les sauver.
La forteresse accuse son âge, pierre érodée, murs en ruine et une horrible odeur de poisson pas frais. J'imagine qu'héberger la pire pourriture du monde n'aide pas à améliorer l'odeur. Les prisonniers sont aux derniers étages. S'il y a tentative d'invasion, les valeureux sauveurs vont devoir grimper tous les étages pour aller délivrer leur princesse. « Hin hin... la surprise quand ils vont se retrouver devant Schrek »
On m'offre un uniforme de la Mirabella et on me conduit auprès de mes collègues de mésaventure. Une jeune fille plus jeune mais plus gradé et un mec plus vieux mais, moins gradé que moi. Je me retrouve un sandwich. J'ose espérer que je ne vais pas devoir servir de tampon entre eux. Pour le moment il n'y a pas de problème hiérarchique. Ça ne pose de problèmes à personne que ça soit la gamine qui décide. Je réalise rapidement que son apparence cache une grande maturité et étrangement elle impose le respect. Qui suis-je pour me baser sur les apparences ? Moi aussi j'ai des choses à cacher. Lieutenant Maruoka et la recrue Lindovano et n'oublions pas le boulot de service :

- Zoé Wells brigadier en poste à Kalos. Je suis accompagnée d'une Mygavolt et d'un Staross.

Je suis contente de pouvoir faire à nouveau équipe avec mon araignée fétiche. Elle est un peu déstabilisée par l'évolution de l'autre pokémon. Si elle savait comment ça s'est passé...
Malgré la rumeur d'une imminente attaque, l'ambiance est plutôt joyeuse. Les gardiens de prison sont ravis d'avoir de l'aide envoyée de différentes régions. Ils ont moins l'impression de faire un travail ingrat et pas reconnu. Nous discutons d'éventuel plan d'action, de toutes les possibilités pour contrecarré ce commando. Malgré notre faible effectif nous trouvons pas mal d'option pour empêcher les pires raclures du monde d'être libérés dans la nature.
Une alarme retentit et rapidement un garde vient nous expliquer la situation. Ils viennent de repérer un Léviator en route, suivit d'un bateau non identifié. Les autres arrivent vite à la conclusion que ce n'est qu'une diversion. « Il n'y a que moi qui suis inquiète par le Léviator ? Un Ultralaser de cette bête là et il pourrait y avoir un trou dans la Mirabella. » Je ne vais pas contester, la majorité a déjà tranché. L'agent Maruoka prend un garde avec elle et décide d'aller en salle de contrôle alors que le gars se charge de planquer le directeur. À mon tour de bouger. Comme les autres je demande à être accompagnée d'un ou deux gardes. J'ai les plans mais, une personne connaissant bien les lieux sera plus utile pour ma mission. Ça ne me rassure pas mais je vais devoir m'approcher des étages les plus dangereux. Un talkie coincé dans une poche, me voilà à grimper les escaliers rocheux de cette prison. Direction le quatrième étage, Mygavolt et Staross sur les talons, un travail de précision nous attend.



Je prends E2 et H8
Stari a évolué dans mon dernier topic qui n'est pas encore terminé /siffle


[EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella Stamp_14
Autres:
 
Niveau du mois
Thème
Revenir en haut Aller en bas

Miss E

Miss E
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 3281

Ven 21 Juin 2019 - 18:13
PHASE RP 
Au nord de la Mirabella, le ciel s'assombrit brusquement ; la formation nuageuse prit naissance au-dessus du léviator avant de se déployer dans toutes les directions, recouvrant chaque parcelle de ciel bleu visible sur des kilomètres. Des bourrasques de vent violentes s'élevèrent et la mer commença à s'agiter. Le navire des sbires se mit à tanguer dangereusement. Mais le capitaine, un homme d'expérience, tint la barre et maintint son cap vers l'île de la prison-forteresse. La créature aquatique, pour sa part, rejeta sa tête vers l'arrière et poussa un rugissement tonitruant, appelant les éléments à se déchaîner davantage. La pluie se mit à tomber, drue et froide ; un véritable rideau de goutelettes serrées qui, mêlé à la brise furieuse, rendait la visibilité presque nulle. 

Pour les gardes s'étant positionné sur les rembardes du cinquième étage, cette douche impromptue ne faisait pas leur bonheur. Non seulement les chances d'atteindre les assaillants venaient de diminuer drastiquement, mais de se faire tremper jusqu'aux os démoralisait l'ensemble des troupes. Ils parvinrent néanmoins à faire chauffer les canons et un premier tir détonna ; les vieilles fondations de la prison en tremblèrent. À part lors des visites officielles de politiciens ou de très hauts gradés de la gendarmerie et de l'armée, les canons demeuraient muets. Une attaque à l'encontre de ces murs imprenables méritait qu'on les réveille. Puisque le tir manqua sa cible, et de loin, deux autres canons donnèrent la réplique. 

Au coeur de la tempête, le leviator ouvrit la gueule et nagea à pleine vitesse en direction de l'embarcation. Une sphère lumineuse y apparut, grossissant au fil des secondes, avant de se transformer en un impressionnant rayon d'énergie. Suivant le mouvement de tête de gauche à droite du serpent de mer, l'ultralaser scinda les airs, détruisant les boulets en plein vol dans un concert d'explosions. 

SBIRES.
Milo & Maxence

Vous glisser par l'une des fenêtres de la façade sud de la forteresse n'était pas peut-être pas la meilleure des idées. Suivant l'ordre de l'agent Lindovano, des gardes se sont postés près de l'entrée principale - deux silhouettes sont visibles - ainsi que près de toutes les cages d'escaliers - impossible de distinguer le nombre de garde, un muret vous bloquant la vue. Toutefois, leur attention n'est pas dirigée vers les fenêtres et, puisque vous semblez vous mouvoir en prenant des précautions, votre arrivée passe inaperçue. Non loin de votre position, des fauteuils et de larges fougères en pot font office de décoration. Aucun pokémon de patrouille en vue - sans doute ont-ils été assignés à des étages supérieurs ou près des geôles. Des bribes de conversation vous parviennent. L'un des hommes près des portes mentionnent que la plupart des cartes d'accès sont finalement détruites, mais qu'il en reste quelques unes. Il se vante d'ailleurs d'en détenir une, à l'insu des officiers, au cas où les choses tourneraient mal...

À vous de voir si vous souhaitez utiliser l'élément de surprise pour vous emparer de cet étage.

Cori 
Courageuse ou naïve ? 
Le sous-sol est inondé, les eaux stagnantes et fétides arrivent jusqu'aux genoux des plus grands ou à mi-cuisses pour les plus petits. Impossible de voir ce qui se cache tout au fond et la sensation désagréable que quelque chose vient se frotter à tes jambes est omniprésente. Peut-être l'une des algues d'un kravarech ? Ils sont dans leur élément, ils ne craignent pas d'ouvrir la voie jusqu'aux escaliers de pierres. Les premières marches sont trouvées à tâtons, du bout du pied. Elles s'annoncent glissantes, dangereuses. Il n'est pas trop tard pour faire demi-tour et emprunter un chemin moins périlleux. Car à mi-chemin, une partie des marches se sont effondrées. Le trou béant s'étire sur près de deux mètres et il est impossible d'en distinguer le fond. Sur la gauche du trou subsiste toutefois un vestige des marches détruites ; une mince bande rocheuse, qu'un humain pourrait traverser en demeurant plaquer contre le mur. 

Si tu peux parvenir jusqu'aux plus hautes marches, la suite de ta progression se fera sans encombre. Les escaliers te mèneront au deuxième étage, sous le plancher de la salle de réunion - la trape se trouve dans le coin haut-gauche et elle est camouflée sous un vieux tapis brodé des armoiries de la Mirabella. Des éclats de voix et des bruits de pas sont toutefois audibles juste au-dessus.

A toi de juger si le moment est importun pour déclencher une attaque surprise ou non. 

AGENTS.
Asuna

La salle de contrôles, joyau technologique au coeur de murs centenaires. 
Il n'y a qu'un bureau, qui fait la longueur de la pièce, ainsi qu'une dizaine de chaises. Une douzaine d'écrans au total, dont deux larges et dix petits ; ceux-là sont divisés en quatre parties et les images filmées par les caméras de sécurité y défilent. Sur les écrans principaux, l'image d'un étrange amas de pixels apparaît, avec la mention « bienvenue lieutenant ». Le garde t'informe alors qu'il s'agit d'un bug information et qu'il date de la dernière mise à jour des systèmes. Inoffensif, mais un peu effrayant, selon les dires de ton interlocuteur. L'image disparait, remplacé par la demande d'un mot de passe. Le bleu que tu as amené avec toi ne le connaît malheureusement pas, mais il tend un talkie-walkie pour que tu puisses demander à son supérieur. 

Te voilà maître des systèmes de sécurité de la prison. Les caméras, l'ouverture et la fermeture des cellules, les horaires et même, le contrôle à distance de grilles et de panneaux de métaux, capables de bloquer certaines parties des couloirs. Un icône coloré ( un triangle avec un point d'exclamation ) se trouve dans le coin gauche, tout en bas du second écran, avec la mention lock down. Même en cliquant dessus, tu ne peux l'activer - des accès supérieurs sont nécessaires. 

Que comptes-tu faire désormais, maintenant que tu as le pouvoir entre les mains ?

Stelkin

Le directeur te suit jusqu'à l'armurerie - il aurait certes préféré demeurer auprès de ses hommes, à mener les défenses, mais il se doute que tu le considères peut-être comme le roi de l'échiquier. Trop important pour tomber au combat. Il approuve la destruction des cartes, il ne faudrait pas que les malfrats s'en emparent, et il te confie un double de la sienne. Tu auras accès à son bureau et aux archives, si besoin est, et tu auras la possibilité de verrouiller/déverrouiller manuellement les portes et les cellules. Une fois dans la principale armurerie, celle du second étage, des gardes viennent se poster devant l'entrée. Le directeur te fait visiter les installations, te montre les armes qu'elles renferment. La plupart sont non-léthales et servent à neutraliser humains et pokémons sans qu'ils n'en gardent de graves séquelles. Il te présente sa favorite, un fusil au canon de la grosseur d'un poing mais qui tire des filets neutralisant les capacités spéciales des pokémons plutôt que des balles. Il te suggère de t'équiper et d'aviser les deux jeunes femmes, qu'elles puissent bénéficier de protection supplémentaires. 

Quelles sont tes intentions, maintenant que tu as accès à ce coffre à jouets et que tu possèdes des accès que même la Lieutenant Asuna ne détient pas ? 

Zoé 

Ta demande est acceptée ; un garde se porte immédiatement volontaire pour t'accompagner tandis qu'un second t'ait attribué par un officier. Il préfère que tu sois escortée par deux membres de sa division plutôt qu'un seul, par mesure de précautions. Ils te guident tous deux jusqu'au quatrième étage, avant de t'ouvrir l'accès à la passerelle extérieure. Vous vous retrouvez aussitôt face à la tempête, mais est-ce bien prudent que de s'y risquer ? En soi, l'un des gardes juge que la passerelle constitue un excellent endroit pour piéger les sbires, puisqu'ils seraient alors exposés aux éléments, vulnérables. Si cette option n'est pas satisfaisante, il reste les autres pièces de l'étage. Sachant que les adveraires pourraient peut-être viser la salle de contrôle, le mieux serait de sécuriser les deux entrées tout en évitant que la lieutenant Maruoka ne se fasse prendre au piège. L'armurerie se trouve sur votre gauche, avec un accès libre. Elle renferme moins d'équipement que celle du second étage, mais elle présente néanmoins une diversité satisfaisante. 

Que comptes-tu faire, maintenant que tu connais davantage les lieux et que tu as la possibilité de piocher parmi tous ces trésors ?

PHASE JEU -
grille sbire:
 
grille agents:
 


avatar ©️ Elune Crowley.
Revenir en haut Aller en bas

Maxence Evans

Maxence Evans
Sbire Rocket

C-GEAR
Inscrit le : 30/03/2018
Messages : 397

Région : Alola
Mar 25 Juin 2019 - 19:43
Après m’être fait interpellé par un sbire portant un foulard bleu à l’effigie des Aqua, je me glisse à l’intérieur du bâtiment alors que les éléments commencent à se déchainer dehors. Je ne suis pas malheureux de pouvoir éviter la pluie pour cette fois même s’il y a de fortes chances que je ne ressorte pas de La Mirabella vivant. Je me demande combien d’entre nous seront les heureux vainqueurs de cet assaut et lesquels pourront retourner chez eux la tête haute avec leurs compagnons de cellule de nouveau libre. Quand je regarde les hommes et les femmes qui m’accompagne, je peux presque sentir mon cœur se serré en appréhendant ce qui nous attend. Quand l’alerte sera donnée, le sang se mettra à couler et j’ignore si je vais être en mesure de tenir le coup. J’ai déjà effectuée plusieurs types de mission, des vols allant jusqu’au piratage d’un système informatique et bien que je n’en sois pas fier, j’ai même enlevé des vies par le passé. Ça n’a jamais été un geste facile à commettre même en cas de légitime défense et je suis encore confronté à cette facette de mon métier imposé par mon père. C’est toujours les recrues qui font le sale boulot.

Néanmoins, malgré le danger qui rôde aux alentours, je ne peux m’empêcher de ressentir une pointe de curiosité envers ce jeune sbire au foulard bleu qui se tient non loin de moi. Sa loyauté envers sa team me rappelle mon ami Maximilian qui œuvre pour ses rivaux direct, soit la team Magma et je me demande s’ils ne se sont pas déjà croisé quelque part sur le terrain tout les deux, en tant qu’ennemi. Il y a de fortes chances que cela se soit déjà produit ou que cela va se produire dans un avenir rapproché, dans tous les cas je n’ai pas le temps de m’attarder davantage sur ce sujet, les sbires sont sur le point de passer à l’action. Le mouvement de l’un d’eux parvient à me faire sortir de mes pensées et les plus âgés déterminent alors un plan pour pouvoir prendre d’assaut le rez-de-chaussée à l’aide de signe de la main pour rester le plus silencieux possible. C’est à ce moment qu’on m’ordonne d’attaquer l’un des gardes qui se trouve devant la porte avec un autre sbire qui s’occupera du second agent au même moment et si nous sommes synchro, nous devrions êtres capables de nous en sortir en un seul morceau. L’autre partie du groupe s’occupera des gardes près de la cage d’escalier.

Retenant un soupir à l’idée que je ne puisse pas utiliser mon pistolet ni ma Arbok car elle risquerait de nous faire repérer, je me contente de hocher la tête en signe d’acquiescement avant de me diriger le plus discrètement possible vers une fougère. À peine caché derrière celle-ci, je me rends compte qu’elle me prive presque de toute ma vision et elle sent horriblement mauvais en plus de ça. Comment suis-je censé attaquer quelqu’un dans ces conditions ? Entre ça et mon partenaire du moment qui choisi de se caler derrière un fauteuil... j’ai vraiment l’air d’un bel imbécile. Dans tous les cas, je retrouve rapidement ma concentration et alors que je pose finalement mon regard sur ma cible, je me demande ce qui serait le mieux à faire pour pouvoir le neutraliser. Tandis que j’y réfléchis, je l’entends discuter avec son collègue sur le fait que ce dernier posséderait encore une carte magnétique sur lui malgré l’ordre qui exigeait leur destruction. Il faut absolument qu’on puisse mettre la main dessus, surtout qu’avec ça on pourra se glisser n’importe où dans la forteresse.

D’un commun accord avec l’autre sbire, nous fonçons en même temps sur nos cibles qui ont le dos tournés et je saisis le premier au niveau du cou dans le but de l’étrangler. Je ne tiens pas à le tuer, pas maintenant du moins, je veux simplement lui faire perdre connaissance suffisamment longtemps pour qu’on puisse s’éloigner d’ici tout en le désarmant au passage. Quand il reviendra à lui, il ne devrait plus représenter de menace pour notre groupe mais comme l’homme s’agite de plus en plus sous mon emprise et menace de hurler pour révéler notre présence aux autres agents, je ne peux m’empêcher de raffermir ma prise sur sa gorge. Plusieurs longues secondes sont nécessaires à ce qu’il arrête finalement de bouger et c’est en déposant le corps au sol que je me rends compte d’avoir été trop loin. Ma cible ne respire plus maintenant, j’ai visiblement dépassé le stade critique du simple évanouissement. Bien que la marge de manœuvre soit minime entre les deux, je suis normalement capable de jauger ma propre force pour agir comme je le souhaite... sauf cette fois-ci. J’ai sans doute paniqué un peu trop rapidement.

- Pardon, murmurai-je à l’agent désormais sans vie, tout en m’agenouillant près de lui pour pouvoir le fouiller. Je ne voulais pas...

Il pourra me hanter jusqu’à la fin de mes jours s’il le souhaite, je crois que je l’aurais mérité. Puis, je constate avec une certaine déception que la carte magnétique ne se trouve pas sur lui et je tourne ensuite un regard inquiet en direction de mon partenaire et du second policier. J’espère qu’il aura plus de chance que moi... et si cette carte était fausse ? Et si les gardes parlaient justement d’un truc inexistant pour mieux nous attirer jusqu’à eux ? Si c’est le cas, je ne supporterai pas l’idée que l’un d’entre eux soit mort pour rien.



Cette fois je dis A1 et J1 o/


[EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella Tr14
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas

Asuna Maruoka

Asuna Maruoka
Agent Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/04/2014
Messages : 1897

Région : Sinnoh
Ven 28 Juin 2019 - 23:44
Les présentations sont faites, mais vous n'avez pas spécialement le temps de faire plus ample connaissances actuellement, malheureusement. Tu notes quand même dans un coin de ton esprit les pokémon de tes coéquipiers, a savoir un Ténéfix, un Mygavolt et un Staross. La bonne nouvelle, c'est qu'au moins vous avez l'avantage d'avoir tous des compagnons différents, ce qui peut être fort utile pour établir des stratégies. Si jamais vous en avez le temps. Zoé d'ailleurs semble plutôt inquiète de la présence du Léviator et tu ne peux pas lui en vouloir, tu essayes d'être rassurante par le talkie alors que tu observes la salle de contrôle.

- Honnêtement, je ne pense pas qu'ils prendront le risque de faire un trou dans la Mirabella avec le Léviator. Ils risqueraient de toucher les hommes qu'ils souhaitent libérer, ça ne serait vraiment pas judicieux de leur part.

Du moins, tu l'espères. Mais tant que tu as encore toute ta raison, tu t'y accroche dur comme fer. Actuellement, tu as un autre problème, alors que tu fixes écran principal avec une certaine inquiétude. Le message te souhaitait la bienvenue, comme si on savait que tu serais là. Immédiatement tu pensais à ta sœur chez les Plasma avant de chasser cette idée très rapidement. Si tu commençais a penser a elle, tu allais faire une nouvelle crise de démence et ce n'était vraiment, mais alors, vraiment pas le moment. La logique aurait voulu que tu refuses cette mission vis à vis de tes problèmes de santé, mais c'était un risque que tu ne voulais pas courir si tu voulais continuer à être agente pour récolter des informations sur les Plasma.

Tu te concentre a nouveau sur l'écran quand celui ci te demande un mot de passe. Merde. L'homme que tu as pris un peu de force avec toi ne le connait pas parce qu'il est plutôt nouveau dans la prison. Décidément, tu as toujours autant de chance. Tu lui prend le talkie et tu met le canal pour parler directement avec son supérieur.

- Agent Maruoka. J'aurais besoin du mot de passe de la salle de contrôle si je vous voulez que j'ai la visibilité sur la Mirabella.

L'homme n'hésite pas et te le donne, tu le tape rapidement sur le clavier et tu vas enfin pouvoir t'amuser. Tu prend une pokéball pour en faire sortir Amphinobi, qui t'observe en silence.

- Mission plutôt reloue aujourd'hui. Tu te camoufles et tu montes la garde devant la salle s'il te plait ?

Il hoche simplement la tête et disparaît hors de la salle. Tu espères que si jamais quelqu'un arrive jusqu'à toi, il arrivera a le surprendre avec ses attaques aquatique le temps que les autres rappliquent pour l'aider. Maintenant que tout est en place, tu t'installe dans le fauteuil et tu commences a cliquer rapidement sur les différentes caméra pour essayer de remarquer le moindre truc suspect. Puis tu remarques la mention Lock Down en bas de l'écran. Tu reprend le talkie du bleu pour poser la question directement a son chef.

- Ca me bloque quoi le Lock Down la ? Histoire d'être au courant de tout.


Parce que si tu avais bien fini par retenir quelque chose de tes missions, c'est que plus tu avais d'informations en avance, mieux tu fonçais dans le tas ensuite. Mais tu n'avais pas le temps d'écouter sa réponse que tu vis quelque chose au premier étage de la prison, a l'entrée même. Tu pris ton propre talkie en jurant, te mettant sur le canal général pour que tout le monde soit au courant.

- Ils sont là, ils ont neutraliser les gardes du premier étage. Rester sur vos gardes !

Cette fois, le stress commence à monter. Surtout que rien ne prouvent qu'ils sont tous la dans le même groupe. Tant que tu n'en est pas certaine, tu restes ici et tu continue de switcher entre les caméras. Si quelque chose bouge, tu ne le louperas pas.




Aller, on tente en D8 et H3 !


[EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella 891038BanSD2 [EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella 974789SAE1 [EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella 13990610
[EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella DCnTOxh [EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella Sans_t11
[EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella Blason13 [EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella Treepo10 [EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella 587224chocolataddict [EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella Kitti210[EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella Stamp_20
Revenir en haut Aller en bas

Milo Jô

Milo Jô
Sbire Aqua

C-GEAR
Inscrit le : 20/09/2013
Messages : 910

Région : Sinnoh.
Mar 2 Juil 2019 - 0:07
A peine ses pieds touchent le sol qu’une bourrasque s’élève derrière lui, accompagnée d’une forte pluie. Cela lui provoque un frisson qu’il ne peut contrôler. Il ne sait pas si c’est le hasard ou quelque chose de volontaire mais… lui qui ne croit pas aux signes, il a tout de même la sensation d’un mauvais présage. Enfin, il n’est pas homme à s’attarder là-dessus et le contexte ne se prête pas aux fabulations absurdes. Il doit rester concentré. Rapidement, Milo observe le décor qui s’offre à lui, courbé, il constate que certains (le Skull et deux Plasma) se sont positionnés derrière le muret non loin. Le brun de la Team Rocket est derrière l’un des gros pots de fougères.

Lui, il ne doit pas réfléchir trop longtemps, ils ont la chance que les deux gardes visibles d’ici, aient le dos tourné, ils doivent tous en profiter pour se dissimuler dans le décor de façon à n’éveiller aucun soupçon. Comme tout ce qui va se passer entre ses murs, l’Aqua est convaincu qu’ils vont devoir avoir les bons réflexes, du bon sens, de l’efficacité et… une grande partie de chance. Certes, avant de se lancer le Skull a bien dû s’assurer que les gardes n’observaient pas la fenêtre mais pouvoir s’engouffrer tous ainsi… c’est déjà prodigieux. Aussi, accroupi, il progresse jusqu’à se cacher derrière l’un des fauteuils, non loin de là où se trouve le Rocket.

Depuis qu’ils sont entrés, les sbires communiquent essentiellement par gestes et l’un des Plasma – plus gradé, si Milo ne se trompe pas – leur intime l’ordre de s’occuper des deux gardes dont ils sont les plus proches, le Rocket et lui. Voilà les tâches ingrates qui commencent ! Mais ça fait parti du jeu… s’il ne voulait pas se salir les mains, autant rester à la maison (ou plutôt au QG de Rivamar). Enfin, ce n’est pas comme s’il avait eu le choix, de toute manière. Désormais qu’ils sont dans l’enceinte de la prison, ce n’est plus qu’une question de survie. L’objectif principal de la mission ne pourra être réussi que s’ils sont en vie – et suffisamment – pour l’accomplir. Le temps n’est pas aux remords, d’autant que les deux gardes sont clairement ignorants des intrus qui ont réussi à pénétrer dans les lieux. Ils discutent, l’air de rien, des directives de sécurité mises en place ces derniers jours et l’obligation de détruire les cartes d’accès. Difficile de saisir lequel des deux parle mais en voilà un qui se vante haut et fort d’avoir contrecarré les ordres et d’avoir toujours l’une des fameuses cartes sur lui. En entendant cela, il tourne son regard vers l’autre brun qui a lui aussi tout entendu.

Il faut qu’ils récupèrent cette carte.

Ça paraît facile, peut-être trop… mais la chance est nécessaire dans ce genre de mission. En un décompte rapide de la main, Milo et son binôme improvisé sortent de leur cachette et se ruent chacun sur l’un des gardes. Le temps de trois enjambées pour atteindre sa cible, Milo attrape son couteau glissé dans une poche de son pantalon et l’ouvre d’une main experte. Il profite de l’effet de surprise pour asséner un coup de poing au niveau du dos de l’homme, ce qui le pousse en avant, suffisamment pour que de l’autre main il sectionne avec application l’une puis l’autre jambes. Au niveau de l’arrière des genoux. Milo sait ce qu’il fait, il a des années d’entraînement avec son couteau. Ce couteau. Son arme de prédilection. Là, ce sont les artères poplitées qu’il vise, celles qui permettent d’oxygéner les pieds et le reste des jambes. L’homme porte un simple pantalon d’uniforme qui n’empêche en rien la lame soigneusement aiguisée (et bichonnée) du couteau du Jô de s’enfoncer dans sa chair. Sur le coup de la surprise le garde a comme un léger hoquet effrayé. Ça n’a pas le temps d’être un cri car Milo se positionne contre lui. Le garde en vient à tomber sur ses genoux et, d’une poigne ferme, l’Aqua fait en sorte que la manche sa chemise soit au niveau de sa bouche et étouffe les cris qui suivent.

Ensuite, à l’aide de son couteau et d’une seule main, il déchire une partie du haut de l’uniforme du garde et improvise un bâillon qu’il attache autour de la bouche de sa victime, puis un second pour lui attacher les mains, tout en essayant d’esquiver le sang qui commence à se répandre là où la victime est maintenant recroquevillée sur elle-même.

- Bouge pas trop et prie pour que quelqu’un passe par là. Il lui souffle ça à l’oreille. Mais pas trop vite, hein.

Après tout, cet homme est toujours en vie… il le sera encore une demi-heure à cinquante minutes environ, avant de mourir d’un choc hémorragique. Par chance, il tombera certainement inconscient avant. En soi, il n’est pas mort, pour le moment. Milo ne l’a donc pas tué, il aime se dire cela. Le sort de ce type ne relève donc plus de lui, il a fait sa part. Le second garde ne peut pas en dire autant, c’est ce qu'il constate avec un regard envers le Rocket. Chacun sa méthode. L’autre sbire a opté pour l’étranglement, ce qui en dit beaucoup sur sa poigne et sa détermination ? … peut-être. Milo croit l’entendre murmurer quelque chose mais sans distinguer vraiment ce qu’il dit. Ça y’est, ils sont bel et bien dans le vif du sujet.

De la même façon que le Rocket il se met à fouiller les poches de l’uniforme du garde. C’est dans la poche intérieure de sa veste qu’il trouve une carte magnétique.

- … Bingo.

Immédiatement il la glisse dans la poche de son pantalon. Puis, il se redresse et fait un salut de la tête en direction du Rocket.

- Moi, c’est Cosmo.

Tant qu'à tuer ou vider de son sang quelqu'un ensemble, c'est pas mal de savoir à qui on a à faire. Ils n’ont toutefois pas le temps de s’attarder car, quelques mètres plus loin les trois autres sbires se sont focalisés sur les agents postés au niveau d’une cage d’escalier. L’un des sbires se tient l’épaule, Milo ne sait pas bien se qui s’est passé.

- On a une carte, faut qu’on bouge. Tentons l’escalier.


    Je choisis G2 et D4.

    REMARQUES.:
     


#cc6600 — ava ©️jill

[EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella 4xJWM2m
Revenir en haut Aller en bas

Stelkin Lindovano

Stelkin Lindovano
Agent Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 19/09/2013
Messages : 1674

Région : Johto, Hoenn
Dim 7 Juil 2019 - 17:37
Souvent, le premier mouvement d’un combat pouvait se révéler décifis pour le cours de la partie. Ils avaient fait de leur mieux pour arriver à gérer la défense de la Mirabella avec leurs connaissances du moment. Dehors, le temps virait vraiment mauvais et il se demandait si cela n’était pas un mauvais présage. En tout cas, ce fut une situation étrange que de se retrouver à gérer les allées et venues du directeur. Ce dernier n’était pas spécialement stressé, peut-être pensait-il qu’il était entre de bonnes mains. Stelkin était mort de peur. Rapidement, il comprit que la mission allait s’avérer plus que délicate, d’autant plus que des agents, à l’extérieur du fort, semblaient indiquer qu’il y avait déjà des tentatives d’intrusion dans le bâtiment. Il devait rentrer coûte que coûte sain et sauf. Stelkin écouta la conversation entre les deux agentes et leur indiqua qu’il venait d’arriver au point de départ.

« Voici l’Armurerie principale. Je pense que vous pourrez trouver tout ce dont vous pourriez avoir besoin si jamais... » Le directeur prit une pause. Peut-être comprenait-il déjà un peu les enjeux de tout ce dispositif ? « Bref, si j’ai bien compris, je suis ici pour qu’on ne m’atteigne pas ? » Stelkin acquiesça et lui et ses autres autres agentes entrèrent dans la réserve d’armes. Il fallait dire que cela avait quelque chose d’assez irréel que de voir autant d’armes pensées pour anéantir l’ennemi. Si cela l’angoissa un petit peu sur le coup, le directeur finit par lui faire comprendre qu’en définitive, elles n’existaient pas pour tuer mais pour dérouter les humains comme els pokémons. Comme s’il avait senti son intrêt quand à cette dernière, le chef de la Mirabella lui montra un étrange dispositif qui ressemblait à un petit fusil, pouvant être tenu de la même manière qu’un pistolet et qui rendrait inefficace les pokémons adversaires pour utiliser leurs attaques. S’il se doutait que cela ne suffirait pas en soi à neutraliser un Sbire, il ne fallait pas non plus négliger un tel atout. Il ne voyait comme une sorte d’attaque Hypnose. Sa vision stratégique comparée à celle d’un combat de pokémons lui permettait d’y voir plus clair quant à ses options et également tout ce qu’il pouvait faire ou non en cas de contact direct avec l’ennemi. Le pire était de faire savoir que ce que les gens necessitaient de savoir, pour user de leur réaction naturelle dans le sens du plan qu’ils avaient tissé. Seules Asuna et Zoé savaient quel était le véritable plan et à quel point il avait été tordu pour imaginer ce qu’il avait planifié.

Il restait néanmoins plusieurs choses à régler, notamment la question des cartes magnétiques. Certes, il était plutôt content de savoir que la carte « passe-partout » était en sa possession, mais ce n’était, à ses yeux, pas suffisant « Vous ne comprenez pas ce que vous représentez. Votre simple vie fait que si vous êtes pris en otage, nous serons dans l’obligation d’accéder à toutes les demandes des sbires » Il se garda bien de dire que cette éventualité avait été évoquée lors de la réunion, ne cherchant pas à démotiver cette envie de rester reclus dans un endroit hyper protégé. Il avait d’ailleurs invité les deux jeunes femmes à rester avec le directeur : d’une part, le sentiment de solitude serait moins important mais également, au cas où malgré les précautions qu’il prend ils arrivent d’une manière ou d’une autre à arriver ici et forcer la porte, il y ait des ultimes défenses. « Je compte sur vous ! » Son regard bleuté rencontra ceux de Jessica et Leslie. Elles comprirent instantanément que même si sur le papier il n’était encore qu’une recrue, il avait de l’expérience et avait une bonne idée de ce qu’il cherchait à faire. Mais pouvait-il y avoir une traîtresse parmi elles deux ? Il espérait que non mais si cela devait arriver, le Directeur avait l'ordre de la mettre hors d'état de nuire directement.

Il prit quelques grenades aveuglantes, des fumigènes ainsi que cette étrange arme anti-pokémon qui allait se révéler bien pratique. On aurait dit que Stelkin partait en guerre et il était certain qu’Alexander se serait foutu magistralement de lui tant cela ne lui allait pas. Pourtant, les trois dans l’armurerie ne pipaient mot. « Shadows fera le lien avec vous pour vous donner des nouvelles de l’évolution des choses. Si vous n’en avez plus au bout d’une heure, c’est certainement que je me serais fait attraper par l’ennemi » Le directeur le regarda, cherchant à comprendre si l’agent voulait faire de l’humour ou non. En guise de réponse, le pokémon spectre sourit de toutes ses dents, le rendant encore plus terrifiant. « Je vous enferme de l’extérieur » Cela sous-entendait que seul le directeur pouvait sortir de son cocon protecteur. Une fois la porte refermée machinalement, le silence de l’étage 2 l’emplit dans ses oreilles.

« Bien, maintenant, c’est à toi, va cacher ça et retrouve moi dès que tu as fini »

Il confia le pass à son Ténéfix qui alla décider d’un endroit dont lui seul avait le secret pour cacher cette carte. Ainsi, il n’y avait aucun moyen véritable de pouvoir prendre à revers son plan. La seule possibilité était que l’une des deux agentes qu’il avait amené dans l’armurerie passe partie des sbires mais cela semblait peu probable et si c’était réellement le cas, le Directeur avait eu en aparté des instructions précises à suivre. Il eut d'ailleurs la confirmation qu'en changeant le code, Asuna ne pouvait pas ouvrir la porte vu que le code était changé et donc que la seule voie d'accès transitait par lui.

Stelkin espérait avoir fait le maximum pour sa situation initiale. L’agent prit alor son talkie-walkie et annonça sa situation à Asuna et Zoé. « Directeur mis en sécurité. RAS par ici, je vais voir en dessous» Mais en réalité, il y avait encore une chose à faire, une ultime chose.

La moins évidente de tous.



Petite remarque : Stel a 2 grenades aveuglantes, 1 bombe fumigène et porte un fusil à canon avec des filets anti-capacités pokémons (3 munitions).

Pour le jeu, ce sera B7 et C10, merci !


[EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella FUhS4
Revenir en haut Aller en bas

Cori Cometti

Cori Cometti
Sbire Rocket

C-GEAR
Inscrit le : 19/11/2017
Messages : 730

Région : sinnoh
Jeu 11 Juil 2019 - 0:00
Ils avancent en silence, guidés par les pkmns et les frontales distribuées quelques minutes plus tôt, conformément au plan. Le passage indiqué n’était erroné que de quelques pas, ne perturbant en rien la suite des événements. Les ectoplasma ont rapidement corrigé le tir, les ont assurés qu’un passage demeuré. Cependant, rien n’a été précisé sur l’état de ce dernier. En effet, leur progression est lente et hasardeuse par instant. Tout d’abord, les pkmns de type eau durent les amener jusqu’aux premières marches englouties. À celles-ci, ces derniers sont rappelés dans leur ball et les pkmns spectre reprennent le relais. Et pour cause, les marches sont glissantes, abîmées et rongées. Elles sont parfois même absentes. Sur de simples restes, ils doivent longer un mur, un à un. Les pkmns spectre supervisent même si, de par leur corps brumeux, Cori ignore ce qu’ils pourraient bien retenir, récupérer. Elle ne dit mot, ne consens pas pour autant. Elle a encore l’impression de ressentir les algues des kravarech contre ses jambes. Elle est quelque peu déconcentrée, suffisamment pour ne pas parvenir à correctement positionner ses pieds. Elle laisse passer tous les autres sbires jusqu’à ne plus pouvoir repousser. Elle respire un temps, ferme les yeux et les rouvre. Elle tombe alors nez à nez avec ceux d’un pokémon spectre. De ses iris rouges, la créature l’observe. La blonde ressent le froid, le dégoût et par conséquent, l’envie de s’éloigner le plus possible de cette chose, de ce « warren » bis. Elle déteste ces bêtes et est navrée de constater à quel point ils ont la côte auprès des sbires. Pas après pas, elle s’éloigne de lui pour rejoindre les autres. Il n’y a pas de félicitations ou d’encouragements. Les mines sont graves, même pour les fifous du sous-marin. Chacun prend conscience de la réalité de la mission, du danger de ne pas revenir. Ils s’observent en silence avant que le leader désigné, un sbire de la team plasma, ravise sa frontale et fasse signe de le suivre.

La progression n’est plus très longue et bientôt, ils se retrouvent au bout de l’escalier. Le leader s’approche, colle tout d’abord son oreille contre la paroi face à lui puis, sur la pointe des pieds, essaie davantage d’entendre ce qui se passe au-dessus. Son hochement de tête et son doigt levé laissent à penser qu’ils sont sous une des pièces de la Mirabella. Les plans avaient mentionné cette possibilité, sans pour autant garantir leur destination. Cori essaie de se remémorer. Ils sont soit sous l’armurerie, soit sous une salle de réunion ou l’espace commun. Elle se souvient que l’une des trois pièces ne peut être ouverte qu’avec les fameuses cartes. Il serait sacrément con d’être enfermés de l’intérieur, surtout avec ces pkmns de l’enfer. Elle jette un bref regard derrière elle et constate que l’ectoplasma est toujours là, en train de la fixer. Elle ne parvient à y faire abstraction, est soulagée de savoir que le pkmn répond aux ordres du leader. Celui-ci lui demande de faire un tour des lieux, bref et rapide, au-dessus de leur tête. Il ne doit surtout pas être vu. La créature acquiesce. Elle traverse le plancher et chacun constate qu’elle se dématérialise au fur et à mesure. Bien que la bête revienne rapidement, Cori a l’impression d’avoir passé des heures dans ce trou à rat. L’humidité lui colle à la peau. Elle commence à étouffer.

LEADER, dans un murmure – Salle de réunion. Accès libre. Agents à côté, salle arm.

Ils se taisent. Des voix leur parviennent justement. Ils ne peuvent distinguer les propos, semblent seulement reconnaître la voix de deux hommes.

LEADER, dans un murmure – plan B.

Tous se relaient l’information, ou du moins la simple lettre. Lorsque celle-ci parvient à ses oreilles, Cori se rapproche du centre du groupe, tout en levant le bras. Ils sont probablement une quinzaine agglutinée dans ce passage, à attendre impatiemment de pouvoir bouger et simplement respirer de l’air frais. Un autre sbire s’est détaché et se rapproche davantage du leader. Cori le suit.

LEADER, dans un murmure – attendez le signal.

Les deux sbires hochent la tête. Le stress monte tandis que Cori se saisit de la sphère bicolore renfermant Pacco. Le pokémon apparait et est rejoint, quelques secondes après, par un second ourson polaire finissant ainsi de former le binôme. À voir les gueules de leurs pokémons et surtout du second polarhume au rhume plus qu’à un stade avancé, Cori ne donne pas cher de leur peau et le leader paraît partager son avis. Ils doivent toutefois y croire. Cette action peut déjà être décisive.

D’un coup d’épaule, le sbire soulève légèrement la trappe. Celle-ci, cachée sous un linge, ne lui donne qu’un champ de vision assez limité. Les voix et bruits sont cependant nettement plus audibles. « Je vous enferme de l’extérieur », puis un bip. Le leader se retourne vers son équipe, pointe du doigt l’une des femmes semblant également haut gradé. Elle invoque son Mimiqui et rejoint rapidement le chef du groupe. « Bien, maintenant, c’est à toi, va cacher ça et retrouve-moi dès que tu as fini ». L’ordre, dans un murmure, est aussitôt donné « suis-le ». Cori ne le perçoit seulement, car elle est à côté de la femme. Elle voit ainsi le Mimiqui disparaitre devant ses yeux et probablement, poursuivre un des agents ou l’un de ses pkmns.

Les deux hauts gradés échangent un sourire avant que l’homme ne reprenne son poste d’observateur. À peine l’agent a-t-il tourné le dos, leur trou à rat n’étant alors à la vue de personne que le décompte est lancé. À l’aide de ses doigts, le leader orchestre les actions des deux jeunes sbires. Prenant une profonde inspiration, se rapprochant davantage après que le leader se soit reculé, Cori positionne polarhume le plus près possible de l'ouverture. L’autre sbire en fait de même.

Un vent glace et un souffle glacé sont lancés simultanément. Le gel se répand alors au niveau du sol, à quelques endroits et notamment en direction de l'agent et de l'angle où sa progression doit se poursuivre. Pour que celui-ci prenne davantage, l’ectoplasma du leader traverse le plancher. Caché, fondu dans l’horloge de la salle, ce dernier rafraîchit l’air de la pièce par sa présence. Il est prêt à bondir.
Que la patinoire soit.



CASES = A2 et D6
NOM = Puella
TENUE = combinaison noire moulante, baskets, cheveux attachés.
OBJETS = veste pare-balles (c'est mieux), seringues et fioles, couteau, téléphone.
POKEMON = ourson polaire.



    [EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella MuctjKc sign par milo jo ;
    call me puella gommetta bouletta.
    absence à durée indéterminée.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Zoé Wells

Zoé Wells
Agent Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 03/01/2014
Messages : 935

Région : Kalos
Dim 14 Juil 2019 - 9:06
J'avais cette horrible impression d'étouffer, comme si les murs épais de cette prison empêchaient l'air d'entrer. L'idée de pouvoir passer un peu de temps à l'extérieur ne m'était pas désagréable. Je fus rapidement déçue en me prenant le vent et la pluie en pleine gueule. C'est sûr que les sbires n'allaient pas apprécier non plus mais il ne faut pas oublier que ce sont eux les instigateurs de cette fameuse tempête. Je jette un coup d’œil à l'océan. Les nuages sont d'un gris foncé avec une légère pointe de bleu et parfois on voit le jaune d'un éclair grésiller. Le gros de la tempête n'est pas encore sur nous mais, j'ai vraiment l'impression que cette ombre menaçante au loin ne fait que se rapprocher. « Pourrons-nous combattre ce monstre ? Me demandais-je en regardant mes deux acolytes pokémons. » Accompagnée j'étais parfaitement capable de m'en sortir face aux dangers. Je me dis que nous aurions une chance et je n'hésiterais pas à la saisir. Après mon retour de Johto je me sens invincible.
Il est temps de préparer l'accueil de nos visiteurs. Une petite fête surprise ? Avec des ballons, des confettis et pourquoi pas une piste de danse. Habituellement ce n'est pas ma spécialité mais j'ai tout plein d'idées. Certaines d'entre elles me sont venues au poste de Yantreizh quand mes collègues m'agaçaient.
L'eau commençait à s'infiltrer dans mes vêtements mais mon casque m'assurait une tête bien au sec. Je m'agenouillais et faisais signe à Staross de s'approcher.

- Je veux que tu restes là. Soit le plus discret possible. Si un intrus arrive, une personne qui ne porte pas d'uniforme, je veux que tu lui balances ta plus puissante attaque. OK ? Je te fais confiance pour juger au moment venu.

Il n'y avait rien à craindre, Staross savait parfaitement faire la différence entre une personne malintentionnée et les autres. Elle avait eu le temps de les analyser en détail pendant mon séjour à Johto. Elle savait qu'on ne pouvait pas faire confiance à l'apparence. Une petite demoiselle toute frêle pouvait se montrer machiavélique et pousser son sauveur dans les escaliers avant de s'enfuir.
Maintenant que Staross était posté, je devais m'occuper des pièges avec Mygavolt. Ma première idée serait d'empêcher quiconque d'entrer dans cette armurerie. Je demandais à un des gardes de m'emmener à la première porte, celle qui serait le plus probable d'être forcée. Alors qu'il l'ouvrait grâce à son pass, je ne fis absolument pas attention aux trésors que regorgeait la pièce, tant j'étais concentrée sur le fonctionnement de la porte. Il suffirait d'un seul fil de Mygavolt pour électrocuter le mécanisme, créer une surtension et mettre la porte en mode sécurité. Personne ne pourrait alors l'ouvrir. J'avais même une petite idée pour un effet supplémentaire.

- Donne moi un fil de sécrétion. Sans électricité, précisais-je.

La tâche fut compliquée et je dû m'y reprendre à deux fois avant de réussir à placer le fil de connexion. Une petite attaque électrique bien ciblée de la part de mon araignée et le prochain qui tentera de passer par là sera électrisé. Ça nous permettra de bien protéger l'armurerie et de mettre un intrus hors d'état de nuire. Une pierre, deux coups.

- Waouh ! Sifflais-je alors en réalisant où je me trouvais. Il y a moyen de récupérer un jouet avant de partir ? Demandais-je à un garde en refermant le piège.

Le temps qu'il demande l'autorisation, je ressortais de l'armurerie pour étudier le deuxième passage. Un étroit couloir qui menait jusqu'aux escaliers du cinquième étage. J'aurais pu utiliser le même stratagème mais, nous risquerions nous aussi d'être privé d'une armurerie. Ça serait quand même dommage. À la place, j'allais plutôt les dissuader de passer par-là. Je marmonnais dans ma barbe, réfléchissant à toutes les possibilités.

- Ok, je pense que c'est bon. Mygavolt, je veux que tu me recouvres ce couloir de soie !

L'araignée se mit au travail, fabriquant d'immenses toiles assez résistantes pour supporter son poids et extrêmement collantes. Je constatais qu'elle prenait son travail très au sérieux, alternant toile gluante et toile électrique. Si des gens décidaient de passer par là, ils seraient soit empêtrés dans un piège soit grillés. Personne ne pourrait déjouer ce piège. Mais mon job n'était pas terminé, il était temps de grimper au cinquième étage pour la suite de la fête surprise.
La voix de l'agent Maruoka m'arrêta dans mon ascension, annonçant l'arrivée de nos intrus tant attendus. Premier étage, deux gardes neutralisés. Ceux avec moi se regardèrent, mal à l'aise. Moi aussi ça me stresserait de savoir qu'un de mes équipiers a été attaqué sans pouvoir aller l'aider. Mais nous devions nous en tenir au plan, c'était le meilleur moyen de réussir à contrecarrer leur assaut.

- Mygavolt va faire un truc dégueux. Je suis désolée de devoir vous infliger ça mais, vous devez regarder pour savoir comment prendre ces escaliers sans vous faire avoir par le piège.

Mon pokémon se mit à dégueuler un liquide épais et visqueux qu'il alla badigeonner à certains endroits pour rendre les marches glissantes. Ce n'était pas juste de la bave mais un suc digestif, en plus de se vautrer dans les escaliers, ceux qui allaient marcher dedans allaient y laisser leurs chaussures. Mieux vaut éviter de tomber dans mes pièges. Il ne me restait plus que le cinquième étage à piéger et je pourrais aller donner un coup de main aux gardiens de la prison.

Je tire en I10 et J4


[EVENT (-16)] À l'assaut de la Mirabella Stamp_14
Autres:
 
Niveau du mois
Thème
Revenir en haut Aller en bas

Miss E

Miss E
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 3281

Mer 17 Juil 2019 - 7:12
PHASE JEU -
grille sbire:
 
grille agents:
 

Un premier navire est touché du côté agent ! Un effet est déclenché !

« Une nouvelle salve de boulets de canon furent tirés. Le serpent de mer riposta dans la seconde qui suivit, crachant sa colère. Mais malgré son contrôle des éléments et sa dévotion sans faille, il manqua l'un des projectils de peu. Celui-ci siffla sur sa droite et alla s'écraser contre le navire, explosant la coque. La panique gagna l'équipage. L'on dénombra deux morts et un disparu, en plus du trou béant qui décorait leur fière embarcation. L'eau commença à s'infiltrer. Sur les rembardes de la prison, les cris de joie et les applaudissement retentirent, faisant écho à un impressionnant coup de tonnerre. Les gardes venaient de remporter une petite victoire. L'un d'entre eux communiqua d'ailleurs cette excellente nouvelle " une cible a été mise en déroute. Je répète, une cible mise en déroute ! " Les renforts de leurs assaillants tarderaient à arriver jusqu'aux rives de l'île - s'ils arrivaient jamais. »

PHASE RP -

SBIRES.
Milo & Maxence

Il n'existe qu'une seule façon de vérifier si la carte magnétique fonctionne : la tester. En accédant au seconde étage, vous aurez tout le loisir de le faire, à condition bien sûr qu'aucun garde ne vous mette de bâtons dans les roues. D'ailleurs, tandis que le reste de votre groupe se rapproche, certains lorgnant les cadavres avec un sourire railleur ou en murmurant des « bien faits pour ces pourritures » sans se soucier des familles endeuillées par leur mort en service. L'un de vos partenaires, issu d'une organisation qui n'est pas la vôtre, s'avance en direction des escaliers. Il longe le muret tout en tirant un glock 19 de l'étui rattaché à sa ceinture. Enfin, il disparaît, assumant son rôle d'éclaireur au péril de sa propre vie. Pourtant, aucun coup de feu ne retentit. L'instant suivant, il revient vers vous, la mine soucieuse, et annonce qu'étrangement, la voie est libre. Où sont passés les gardes assignés à la surveillance de ces escaliers ? Un membre de votre groupe soulève l'hypothèse de la couardise, un autre imagine un rassemblement des forces défensives. Une voix, plus douce et posée, celle d'une femme, s'élève à son tour et mentionne la présence de caméras. Et si les meurtres avaient été filmés ?

À vous de voir si vous souhaitez vous débarrasser des caméras du rez-de-chaussée avant d'accéder au 2ème étage ! Attention toutefois, le temps continue de s'écouler.


ENTRE-DEUX.
Cori & Stelkin 

Le directeur, bien qu'appréciatif de tes efforts, n'est pas le plus confortable à l'idée de se retrouver enfermé seul. En verrouillant la porte de l'extérieur et en lui fournissant un code à entrée manuel, tu lui as assuré un sursis et la meilleure protection possible. Il s'installe donc, dos au mur, à côté d'une armoire pleine à craquer, et se laisse glisser jusqu'au sol où il s'assoit. Ses yeux demeurent rivés sur la porte. Il compte les secondes, à l'affût de la moindre nouvelle de ta part. 

Le déplacement des gardes aux étages supérieurs t'expose désormais au danger. L'élément de surprise joue en faveur de Cori et des malfrats qui l'accompagnent. La température baisse drastiquement, suivant les souffles glacés que crachent les oursons. Le plancher se recouvre de givre, tout comme la base de certains meubles. La surface devient extrêmement glissante et un pas imprudent peu mener à une chute douloureuse. Ton tenefix est d'ailleurs de retour, mais il n'est pas seul. Il semble mortifié par son accompagnateur, comme s'il avait pu voir, au travers des diamants qui lui servent d'yeux, une horreur indéfinissable. Il grelotte autant à cause du froid que de la peur et il est maintenu par les bras ombrageux de l'adorable mimiqui. À ton grand soulagement, tu constates que la carte magnétique n'est plus en sa possession et que l'autre spectre est lui-même revenu bredouille. 

Cori, c'est à ton tour de prendre les devants. Comme tes confrères du rez-de-chaussée, tu as désormais la possibilité de faire une victime - ou un otage. Toi et les autres sbires pouvez déferler hors de votre cachette, car la voie est libre et la menace peu élevée. Que pourrait faire un homme contre une douzaine, voire davantage ? Et même s'il était armé, le nombre finirait par l'emporter. L'ectoplasma s'amuse avec les aiguilles de l'horloge. Douze coups retentissent. Un minuit devancé, l'heure du crime. Puis, le grésillement d'un talkie-walkie lui fait écho, accompagné d'une voix féminine. Ses paroles tressautent, la fréquence parasite, mais les mots restent parfaitement audibles.

« - Ils sont là, ils ont neutraliser les gardes du premier étage. Rester sur vos gardes ! »

Tous les regards se posent sur toi, Stelkin. 

Dans ce premier face-à-face, quelles mesures seront prises ? Établissement de dialogue, manière forte, tentative de fuite ? Simple rappel que toute action a ses conséquences et que le plaisir vient dans le bon goût et la modération.

AGENTS.
Asuna

Ta dernière communication semble avoir été interceptée à ton insu. Mais comment aurais-tu pu le savoir ? La dernière fois que les écrans avaient affiché le deuxième étage sous tous ses angles, tu n'avais vu que la recrue Lindovano enfermer le directeur dans l'armurerie. Pour l'instant, d'ailleurs, tes préoccupations sont sans doute ailleurs. La communication s'établie et la voix du lieutenant se fait cracher par le talkie-walkie. « C'est un protocol d'urgence. Personne ne peut entrer dans la Mirabella s'il est activé, mais personne ne peut en sortir non plus. » Une manoeuvre risquée, surtout en présence de criminels en liberté dans les étages inférieurs de la prison. Cela mènerait à une confrontation directe et certainement à de lourdes pertes, que ce soit de leur côté ou du vôtre. 

En continuant de zieuter les écrans, tu tombes sur la scène de la salle de réunion. Cette fois-ci, tu les vois. Les intrus, le parquet transformé en patinoire et un Stelkin aux prises avec eux. Les images changent à nouveau, il y a un zoom malaisant sur le garde qui baigne dans son propre sang. Il agonise, les traits de son visage sont déformés par la douleur. L'espace de quelques secondes, tu es confrontée à l'image d'un homme qui comprend qu'il n'en a plus pour longtemps.

Selon la réaction de Milo et Maxence vis-à-vis des caméras, il se peut que tu perdes ta vision du rez-de-chaussée. À toi de voir si tu souhaites laisser Stelkin se débrouiller ou si tu aimerais lui apporter du soutien. 

Zoé 

Le garde communique avec son supérieur et obtient rapidement l'autorisation tant désirée ; il te sera possible de piocher parmi l'inventaire de l'armurerie. En revenant vers toi, celui qui a assuré la communication semble nerveux. Il te fait part de la réponse, puis observe le travail de l'araignée électrique. Lorsque la mauvaise nouvelle tombe, celle concernant la perte de deux hommes aux mains de l'ennemi, le malaise est palpable. Et pourtant, pour l'un de tes accompagnateurs, il ne s'agit que d'une façade. Car son insertion parmi les rangs des gardiens n'est qu'une habile mise en scène, orchestrée pour éliminer les éléments les plus problématiques. Toi, par exemple. L'ombre d'un rictus apparaît sur ses lèvres. Ses doigts glissent vers sa ceinture et il décroche son arme de service. Puis, repoussant ses cheveux humides hors de son champ de vision, il retire le cran de sûreté et pointe le canon vers son collègue. Pourquoi penses-tu qu'un seul des gardiens se soit porté volontaire pour te guider tandis que l'autre t'a été assigné par un haut gradé ? 

Alors que ton mygavolt vomit ses sucs digestifs, il presse la gâchette. La détonation explose entre les murs de pierres. Le corps s'effondre et une flaque de sang commence lentement à se répandre autour de sa tête, telle une auréole carmin. Une balle en plein front, ça pardonne rarement. S'il éprouve le moindre remors, l'homme le cache bien. Il n'a pas l'air inquiet par la présence de tes pokémons, comme s'il avait déjà accepté qu'il n'y aurait aucune échappatoire pour lui. Les esprits les plus fous et les plus loyaux sont prêts à tout, même à mourir pour leur cause. « T'aurais pas dû te mêler de nos affaires. » Il te prend en joue et se prépare à tirer de nouveau. 

Tes plans sont retardés et tu te retrouves aux prises avec un traître. À toi de voir comment tu reprendras le contrôle de cette délicate situation.


avatar ©️ Elune Crowley.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 1 sur 3) Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Joliberges-