-43%
Le deal à ne pas rater :
Braun Tondeuse À Barbe BT3041
28.59 € 50.01 €
Voir le deal

 
» Animal I Have Become #2

Irina Sokolov

Irina Sokolov
Sbire Aqua

C-GEAR
Inscrit le : 10/01/2016
Messages : 1290

Région : Alola
Dim 3 Fév - 4:32

Animal I Have Become #2
Suite de ce topic ft. Ruven et Maëve


L’évolution, c’est dingue. Ça me semble être tellement fou. Moi aussi, j’aimerais évoluer. Pour le moment, je suis la seule n’ayant pas eu la chance de découvrir ce phénomène. Je l’ai vu arriver chez les autres, mais ce n’est pas pareil. Maintenant, je me sens un peu isolée. Délaissée. Je suis encore une toute petite créature. Et les deux autres, ils sont devenus des machins impressionnants. Même l’autre frigide qui se retrouve dans la peau d’un Luxray. Sérieux, je la sens mal cette histoire. Elle doit facilement être deux fois plus lourde que moi. Elle risque de m’écrabouiller sans même s’en rendre compte si elle ne fait pas attention aux endroits où elle pose ses pattes. Quoi qu’elle puisse sans doute chercher à le faire exprès également. Elle ne me semble pas être particulièrement équilibrée celle-là. Et pour le dénommé Ruven, ce n’est pas mieux. Ses pattes sont juste gigantesques. C’est tout simplement incroyable. Et le pire, c’est que même en évoluant, je ne suis pas certaine de parvenir à faire le poids face à ce mastodonte. Je ne sais pas si c’est parce que je suis présentement de petite taille, mais il me semble être particulièrement énorme. C’est un peu violent à voir. Et puis. Il suffit de sentir le sol trembler à chacun de ses pas pour se rendre compte que ce n’est pas que du vent. Ça craint un peu cette histoire. Et je ne me réveille toujours pas. Pourtant je suis forcément en plein milieu d’un rêve. Ce n’est pas possible autrement. Mais comment j’en suis arrivé là, je n’en ai pas la moindre idée. Et c’est tout autant l’inconnu concernant la possibilité de sortir de là. Je ne sais pas comment faire. C’est bien la première fois que je ne parviens pas à sortir d’un de mes rêves ou cauchemars. Et puis normalement, je ne me retrouve pas à interagir avec des gens que je ne connais pas. Il doit se passer un truc pas net. Je ne sais pas de quoi il s’agit, mais ce serait cool que l’on trouve rapidement, tout de même. Je n’ai pas franchement envie de rester coincée ici pour le restant de mes jours. Ce serait un peu triste tout de même. Surtout que j’ai bien d’autres projets à réaliser encore. J’ai l’impression que ma vie ne fait que commencer. Je refuse qu’elle se termine maintenant.

— Ne t’en fais pas, tu es plus costaud que tu ne le penses ! Mais je vais faire attention, même s’il va me falloir un petit temps d’adaptation…

Tout en s’adressant à moi, il avait baissé la tête. Je crois que ce fut encore plus impressionnant que sa taille. J’ai eu la sensation d’être totalement écrasée alors qu’il ne me touchait même pas. Un peu comme si j’étais soudainement devenue une gamine de huit ans qui ferait face à un géant haut de plusieurs mètres. C’est dingue. Je n’aime vraiment pas cette impression, ce n’est pas agréable. J’ai l’impression de devenir totalement insignifiante. Encore plus petite qu’un Statitik. Il a beau me dire que je suis costaud, que je pourrais sans doute résister, j’ai bien des difficultés à y croire. Lorsque l’on est dans l’obligation d’orienter la tête à quatre-vingt-dix degrés pour voir son interlocuteur, c’est plus compliqué d’avoir l’air sérieux. Et pour le coup, c’est mon cas. Je me sens fragile et ridicule. La loose. Complètement. Et je ne vois pas ce que je peux faire pour contrer cette impression. C’est vraiment nul. Et frustrant. Vraiment frustrant. C’est mon rêve, non ? Alors pourquoi c’est moi qui me retrouve dans la peau d’une créature aussi ridicule ? Ce n’est pas normal. Je demande réparation pour cet outrage. Normalement, si c’est mon rêve, je devrais en être la reine. Il y a vraiment un problème dans cette histoire.

— Merci Ruven… Ça ne me rassure pas vraiment, mais je crois que je n’ai pas d’autres choix que de faire avec.

Derrière moi, un feulement. Et merde. Ma situation ne s’arrange pas. Voilà que l’autre est encore devenue encore plus imposante. La loose est encore pour moi. Mais c’est ridicule. Une petite peur et voilà qu’elle évolue. Sérieusement ? Et donc, cette chose-là est censée être la garde du corps d’un champion ? Un peu étrange. Il faudrait vraiment qu’il songe à faire un meilleur choix pour sa protection à l’avenir. Parce que si elle se retrouve impressionnée pour si peu, ça promet pour les moments où elle se retrouvera dans des situations encore plus difficiles. Personnellement je n’aurais pas confiance, je crois. Mais en même temps, je ne suis pas le genre de personne ayant besoin d’avoir un garde du corps. Je suis assez grande pour le protéger par moi-même. Enfin sauf peut-être dans ce rêve. Parce que là, je ne fais réellement plus le poids face à ces monstres. Je ne peux pas avoir un changement de corps ? Je ne pourrais pas avoir une évolution ? Ou un changement pour quelque chose de plus imposant ? Non ? Vraiment ? Je n’ai même pas le droit à un joker qui me permettrait de ramener un peu d’équilibre là-dedans ? C’est vraiment nul.

Ensuite, j’ai demandé par les pierres. Parce que ça me fait un peu bizarre de laisser tout cela ici. Même dans mes rêves, je reste une pirate. Et franchement, ça me fait bizarre de devoir abandonner tout un trésor. Je n’aime pas cela. Ce n’est pas dans mes habitudes d’agir de la sorte. Même si cela doit m’encombrer, je serais du genre à tout embarquer. Mais ce n’est sans doute pas le moment de me faire remarquer. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai posé la question. Eux, cela ne semble pas les déranger. Ils ont même l’air de trouver cela relativement normal de tout laisser en arrière. Alors que moi, ça me brise un peu le coeur. La seule chose que l’on garde, c’est la bourse. Qui contient ce qui ressemblerait à des graines d’après l’odeur qui s’en échappe. Génial. La seule chose que l’on conserve, c’est un truc sans la moindre valeur. Même dans un rêve, cela me surpasse. Surtout que si cela se trouve, les pierres ne sont pas ici sans raison. Il faut peut-être en faire quelque chose à l’extérieur ? Je n’en sais rien. Je tente de penser à tout. De trouver une explication à ce qui nous arrive. Mais non. Je n’y parviens pas. Rien n’a de logique dans cette histoire. C’est juste incompréhensible.

— Je vois… Tout le monde dehors dans ce cas-là. On se retrouve là bas, je suppose...

Je n’avais même pas terminé de répondre que Ruven s’était déjà élancé, à coup de grandes enjambées, quoique désormais on parle sans doute de bonds dans son cas, en direction de la sortie. C’est fou. Je ne pensais pas que les Arcanin pouvaient être aussi rapides. Bon ben je ne risque pas de gagner la course de vitesse. C’est mort pour moi. En même temps, face à tant de puissance, je ne vois pas vraiment ce que je pourrais gagner. Mais ce n’est pas cool. Il aurait pu faire le trajet avec nous plutôt que de s’élancer de la sorte. Je ne me sens pas très à l’aise à l’idée de rester toute seule en compagnie de sa garde du corps. Qui sait ce qu’elle pourrait faire ? Je me demande si l’idée d’en profiter pour se débarrasser de moi est en train de traverser son esprit. J’espère que non. Je risque de ne pas pouvoir faire grand-chose face à elle. Alors que dans la réalité, je suis certaine que j’aurais toutes mes chances. C’est vraiment mal foutu cette connerie. Mais non. C’est étrange. Elle me parle. Ce n’est pas ce que l’on peut trouver de plus engageant pour une conversation. Ce n’est pas non plus la folie. On n’est pas potes, donc logique. Mais c’est un début. Je ne sais pas si j’aurais fait le premier pas de mon côté. J’ai déjà tellement de choses à penser, notamment le fait de rester sur mes gardes lorsque je suis à proximité d’elle, que je n’aurais sans doute pas songé à lancer la discussion. Mais là-dessus, je suis bien d’accord avec elle. J’ai réellement hâte de me débarrasser de tout cela.

— Je ne suis pas mécontente de sortir de là. Et puis de pouvoir me rincer aussi.

— Moi aussi… Je n’aime vraiment pas l’ambiance confinée des grottes. Ce n’est pas mon truc. Je préfère vraiment le grand air, cela ressemble bien plus à ma façon de vivre. Et toute cette saleté qui me recouvre. Cette poussière. Je n’en peux plus. J’ai vraiment hâte de pouvoir me plonger dans l’eau pour rincer tout ça.

Bon. La sortie fut rapide. Je suis étonnée qu’elle ne m’ait pas planté pour rejoindre Ruven. Mais non. Lorsque l’on sort enfin de la grotte, l’Arcanin est en train de s’extirper de l’eau. Il n’y est pas resté bien longtemps. En même temps, pour un pokémon feu, cela ne doit pas être bien agréable comme environnement. Je trouve déjà beau le fait qu’il soit parvenu à y entrer. Je crois qu’à sa place, je n’aurais pas osé. Quand je pense à Jeanne, ou même à Rhum, je sais qu’il est tout bonnement hors de question pour eux de mettre une patte dans l’eau. Pourtant, mes compagnons adorent se balader d’un bout à l’autre du bateau. Mais lorsque le moment est venu de faire escale, c’est la galère de les faire descendre. À la simple idée de risquer de tomber de la passerelle, ils sont en panique. Donc en général, je les rappelle dans leur pokéball histoire de gagner du temps. Mais du coup, je me demande ce qu’un pokémon de leur type peut ressentir lorsqu’il entre en contact avec de l’eau. Que ce soit en marchant dedans ou lorsqu’il pleut. Je me demande si cela peut leur causer des dommages irrémédiables. Je n’en sais rien. Je ne suis pas une spécialiste. Il faudrait sans doute demander à Ruven pour avoir des réponses sur le sujet.

Bon. Entrer dans l’eau. Je désire me laver de toute cette crasse depuis si longtemps, que désormais je commence à douter. Serait-ce un piège ? Je ne sais même pas si j’ai pied. Ni même si mon nouveau corps est capable de nager. Ce serait bien ridicule si je commence directement à me noyer. Surtout pour une pirate. Un comble. Et j’ai un peu peur de vérifier mes doutes. Je ne sais pas quoi faire. Je suis tiraillée. Mais finalement, je finis par me décider. Il faut que je me lave. Pour le reste, je verrais en temps voulu. Surtout que je n’ai pas trop de temps à perdre. Ruven est en train de préparer le repas pour nous. Et si ne veux pas me retrouver avec un truc totalement cramé, j’ai plutôt intérêt à ne pas traîner. Lorsque je finis par retrouver la terre ferme, Mev est assise à proximité de Ruven. Elle le regarde cuire les Nosférapti qui vont composer notre repas. J’ai vraiment la sensation de ne pas servir à grand-chose dans cette histoire. Je ne peux pas me battre. Je ne peux pas achever les composants de notre repas. Je ne peux pas les préparer. Je ne peux pas les cuire. Et en réalité, je ne sais même pas si je vais être capable d’y manger. La galère. Mais Ruven en dépose un devant moi. Alors maintenant, je n’ai pas trop d’autres choix que de tenter. Au moins.

— Merci.

Et juste après, il précise qu’il n’a pas salivé sur notre repas. Le bordel. Maintenant je m’imagine toute autre chose. Ce n’est pas bon. Il ne faut pas de cela dans mon esprit. Ce n’est pas parce que sa voix, grave, provenant du fin fond de la gorge d’Arcanin, est incroyablement impressionnante qu’il faut que je commence à m’imaginer des choses. Ce n’est pas le moment. Je secoue vivement la tête pour tenter de remettre mes idées à leur place, puis je prends la viande entre mes pattes. Outch. C’est chaud. J’approche doucement ma gueule. Je ne tiens pas particulièrement à me brûler. Je renifle un peu. Le fumet est plutôt agréable, mais j’ai un peu de mal à envisager l’idée que je vais manger du Nosferapti. Ça ne me semble pas être une très bonne idée.

— Dîtes-le moi si vous ne trouvez pas ça assez cuit, j’en remets une couche.

— Je pense également que c’est bon au niveau de la cuisson. Bon appétit tout le monde.

Et je croque. Une petite bouchée. Pas bien grande. Urk. Le goût n’est vraiment pas terrible. Je ne peux pas m’empêcher de faire la grimace. C’est vraiment une horreur. J’ai bien peur qu’il n’y ait pas que dans la tête qu’ils ont du poison. J’ai bien peur qu’à force, cela se diffuse un peu dans le reste de leur corps. Je ne saurais pas vraiment décrire la sensation que je ressens, mais ce n’est pas terrible. C’est encore moins agréable que le Tentacool. Et pourtant, ce n’est déjà pas terrible. J’espère que l’on va trouver autre chose à se mettre dans l’estomac. Parce que franchement, je doute d’être capable d’en prendre une autre bouchée. Même cuit, j’ai des difficultés à supporter ce goût immonde.


Et j’utilise mon ticket de transport obtenu lors du calendrier 2019 (J29)
j’prend les niveaux *meurs*:
 


Animal I Have Become #2 DK8c7Zx Animal I Have Become #2 0ZlvUun
Autres comptes:
 
Stamps:
 
Revenir en haut Aller en bas

Ruven Baldwin

Ruven Baldwin
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 14/12/2013
Messages : 5470

Région : Kalos / QG Ligue 4
Jeu 7 Mar - 21:33
Animal I Have Become #2 Sans_t20

Même si elles m'indiquaient que la cuisson leur paraissait correct, il était évident que les filles étaient loin d'être enchantées à l'idée de manger ces nosféraptis. Chacune regardait le sien avec un air dubitatif, encore plus après que j'eus précisé qu'il fallait éviter de croquer dans les glandes de poison. Personnellement, mes instincts de prédateur avaient pris le dessus sur mes préjugés d'humain : je trouvais que la viande grillée sentait divinement bon et me retenais à grand peine de n'en faire qu'une bouchée. J'attendis toutefois que les filles goûtent en premier, afin d'ajuster la cuisson si nécessaire.

« Bon appétit, oui. » répondis-je alors que chacune entamait son repas.

Cela ne devait pas être très bon car un air de dégoût passa sur leurs deux visages. Moins sur celui de Mev, qui avec le pragmatisme qui la caractérisait prenait sur elle pour se nourrir tant qu'elle le pouvait. Irina au contraire parut tellement écœurée qu'elle semblait se poser la question de continuer à manger ou non.

« C'est si mauvais que ça ? » demandai-je avec une grimace.

Je n'avais soudain plus si hâte de goûter... mais il le fallait. L'évolution m'avait donné une faim de loup et mon odorat ne percevait rien qui puisse se manger aux alentours. Au pire, vu la taille de cette pauvre créature et la taille de ma gueule, je pouvais peut-être l'avaler en une seule fois pour m'en débarrasser ?
Je m'allongeai sur le ventre et pris le nosferapti entre mes crocs. Ajustant le corps avec ma patte, je me débrouillai pour exposer le cou sous mes canines et mordis sèchement. Je sentis à peine le craquement. C'était un peu comme mordre dans une cacahuète : une légère résistance, un petit crac et plus rien. La tête tomba hors de ma gueule et le sang se mit à couler sur ma langue. Dans l'idée c'était un peu gore, et pourtant je me rendis compte que cela me remplissait de satisfaction. Je découvrais vraiment ce que c'était que d'être un chasseur naturel.
Dévorer le reste de la carcasse ne me prit que quelques secondes, le goût du sang ayant exacerbé mon appétit. Mes dents broyèrent tout sans la moindre difficulté et je finis le premier alors même que j'avais commencé après les autres. Malheureusement j'étais loin d'être repu ; un morceau de viande aussi petit ne suffisait pas au géant que j'étais devenu, c'était à peine un amuse-bouche. Je regardais autour de moi, très embêté par cette situation. Cela me répugnait mais je n'avais pas le choix.


« ... Je reviens. »

Je me levai et retournai dans la grotte, là où se trouvaient encore les corps assommés d'une dizaine de nosferaptis. Impossible d'ignorer l'odeur de viande fraiche qui émanait d'eux. Intellectuellement l'idée de tuer me donnait des sueurs froides mais une pulsion supérieure me commandait de le faire, et de le faire maintenant. Manger, manger tant qu'on peut, ou bien mourir plus tard.

« Je suis désolé. » murmurai-je tristement.

***

Même si je n'étais vraiment pas fier de moi, la sensation de faim était enfin calmée. Huit nosferaptis supplémentaires avaient été nécessaires pour parvenir à ce résultat. J'aurais pu me féliciter d'avoir réussi à me retenir de tuer les trois derniers alors que ce n'était pas l'envie qui manquait, mais j'étais surtout écœuré d'avoir eu à prendre tant de vies. Ce fut la mine sombre que je rejoignis les filles, bien trop conscient qu'il devait y avoir du sang piégé dans les poils autour de ma gueule. Combien de temps avant que cette faim dévorante ne me reprenne ? Allais-je être obligé de tuer à nouveau ? Et s'il n'y avait rien dans les environs, avais-je la certitude que mes instincts ne me pousseraient pas à attaquer Irina ?


« Bougeons. » proposai-je sans oser regarder mes camarades dans les yeux. « Il faut qu'on trouve une solution pour se sortir de cette situation. Et rapidement. »

J'observai un peu les alentours. Nous étions en assez haute altitude, il n'y avait pas beaucoup d'êtres vivants dans le coin. Peu de chances de rencontrer quelqu'un ou quelque chose qui puisse nous renseigner.

« Je pense que nous devrions descendre dans la vallée. Je ne sais pas si nous y trouverons quelque chose, mais c'est plus probable là-bas qu'ici. » Je me tournai vers Irina. « Tu peux monter sur mon dos si tu veux. Je le fais souvent avec mon propre arcanin, on y est bien installé et les poils sont assez solides pour s'accrocher. Je t'aurais bien proposé la même chose Mev, mais sans main tu glisserais. »

Situation:
 


Animal I Have Become #2 Sans_t24Animal I Have Become #2 Sans_t12Animal I Have Become #2 Sans_t10

Animal I Have Become #2 1sHFtz4
Revenir en haut Aller en bas

Maëve Kent

Maëve Kent
Agent Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 28/03/2016
Messages : 1350

Région : Kanto
Sam 6 Avr - 1:16
Animal I Have Become #2 Mev_lu10

Tu prends sur toi. Ce repas, tu en as besoin, c’est une question de survie. Si tout ceci n’est qu’un rêve, alors il n’y a aucune incidence de vos actions, et ce repas ne devrait pas impliquer de remords. Si tout ceci s’avère être la réalité – aussi fantasque que cela soit – vous avez fait ce que vous aviez à faire pour survivre. La réflexion s’arrête là. Tu ne te sens pas mal d’être un prédateur en tant que Pokémon, tout comme Ruven qui est également une des espèces en haut de la chaîne alimentaire. Après, peut-être que ce n’est pas dans l’alimentation de l’espèce d’Irina, tu n’en sais rien. Et pour être honnête, la Kungfouine n’est pas ta préoccupation première. Elle ne s’est pas vraiment avérée utile jusque-là, et tu doutes que cela s’améliore par la suite. Mais bon, Ruven semble tenir au fait qu’elle continue avec vous, alors tu t’en accommoderas. Ou au moins feras-tu semblant. De toute façon, manger du Nosferapti n’est pas un repas de luxe, même si cela reste un apport énergétique nécessaire. Ce n’est pas bon, certes, mais tu as déjà dû manger pire par nécessité. Alors tu ne rechignes pas trop et manges ta portion de viande.

C’est pas terrible, mais c’est pire avant le rinçage.

Lorsque Ruven se lève, tu le suis du regard et le vois se diriger vers la grotte. Tu comprends sans mal qu’un simple Pokémon de cette taille ne pouvait suffire à contenter la faim d’un Arcanin. Tu es moins sensible à la faim, de par ton vécu, mais tu dois reconnaître qu’un seul de ces volatiles reste léger, même pour toi. Tu t’en contenteras cependant. Tu auras au moins nettoyé la carcasse de ton repas bien comme il faut, ta mâchoire et tes dents s’y prêtant. Après, il faudra s’économiser, c’est le principe même de la survie, et il n’est jamais trop tôt pour cela. Il fallut donc attendre que Ruven revienne et tu en profites pour te coucher au sol et fermer les yeux quelques instants. Tu n’as pas la moindre envie d’échanger avec la Kungfouine, alors autant te reposer. L’autre devrait comprendre que tu n’es pas disposer à converser avec elle puisque tu lui tournes le dos. Tu ne lui fais toujours pas confiance, tu n’arrives toujours pas à saisir si elle est manipulatrice, impulsive ou tout simplement idiote, et si cela ne tenait qu’à toi, tu te serais débarrassé d’elle depuis longtemps. Elle vous ralentit plus qu’autre chose, et puis surtout, puisqu’elle sait si bien ce qu’elle fait, elle devrait se débrouiller seule sans problème.



Ruven finit par revenir, et tu remarques bien vite que son attitude a changé. Tu ne saurais dire en quoi, mais tu sens que quelque chose ne va pas. Pour autant, tu n’interviens pas, tu sais que si le champion tient à te parler, il le fera. Mais il semble éviter ton regard. Soit. Tu continues d’agir comme si de rien n’était. Tu repères alors quelques gouttes de sang dans les poils de sa gueule. Forcément. Et tu te demandes si cela ne viendrait pas de là. Ruven est typiquement le genre de personne qui s’implique émotionnellement dans ce qu’il fait, et là, avec ce que vous devez faire pour survivre, avec votre position de prédateur, ça doit l’atteindre. Tu ne sais pas s’il se sent coupable, s’il a honte, ou s’il y a des deux, et tu ne peux rien y faire. S’il a décidé de ne pas s’épancher là-dessus, c’est qu’il ne tient pas à le faire. Tu espères simplement que cela ne le ronge pas trop.

Bougeons. Il faut qu'on trouve une solution pour se sortir de cette situation. Et rapidement.

A sa manière de s’exprimer, tu sens bien que cela ne lui convient pas, cette histoire d’être un Arcanin, toute la réalité de la vie sauvage. Ça n’est ni beau, ni joyeux. C’est la survie. Et encore, tu préfères être prédatrice dans ce milieu. Le danger est moindre. Après, tu restes d’accord sur le fait que revenir à vos vies, c’est l’objectif principal. Mais tu ne sais comment faire. Vous n’avez rien qui vous explique comment vous êtes arrivez ici, rien qui n’explique s’il s’agit véritablement d’un rêve, rien. Et tu n’aimes pas ça. Toi, tu te contenterais de t’adapter, de survivre dans ce nouveau milieu, avec ce nouveau corps. Et tu ne chercherais pas plus loin. Ce n’est pas le cas de Ruven, et il n’a pas tort. Sauf que tu n’as aucune idée d’où aller, et de quoi chercher pour obtenir des réponses.

Je pense que nous devrions descendre dans la vallée. Je ne sais pas si nous y trouverons quelque chose, mais c'est plus probable là-bas qu'ici.

Alors faisons ça, je te suis.

Tu peux monter sur mon dos si tu veux. Je le fais souvent avec mon propre arcanin, on y est bien installé et les poils sont assez solides pour s'accrocher. Je t'aurais bien proposé la même chose Mev, mais sans main tu glisserais.

Ça tombe bien, je préfère marcher par moi-même.

Par contre, tu ne vas pas à la même vitesse qu’un Arcanin, ça, c’est certain. Ruven n’aura pas d’autre choix que de baisser la cadence. Tu veux bien courir, mais tu ne peux pas non plus aller au-delà de tes capacités. Dans tous les cas, vous voilà partis. Vous vous éloignez de la grotte. Qu’allez-vous y trouver ? Aurez-vous de quoi subsister, et de quoi vous abriter ? Tu serais d’avis à longer le cours d’eau, histoire de conserver un point d’eau, ainsi qu’un point de repère fixe. Ici, pas de GPS, pas de carte, rien que votre mémoire, vos capacités et votre instinct. Vous ferez avec. Tu regardes Irina grimper sur le dos de Ruven, et même si cela te déplaît, tu prends sur toi et ne dis rien. Au moins, vous avez une solution pour ne pas être ralentis. C’est déjà ça.




Prise de 5 niveaux. Bientôt à mi-chemin ! /o/




Espèce : Luxray
Niveau : 45
Talent : Cran
Attaques : Hurlement / Mâchouille / Chargeur / Crocs Éclair
Inventaire GTs : Dracochoc


Animal I Have Become #2 UrI6uPx

Animal I Have Become #2 Gs4c714 Animal I Have Become #2 2KU43ri Animal I Have Become #2 KqgOM0b
Stamps:
 
~ Avatar by myself ~
Revenir en haut Aller en bas

Irina Sokolov

Irina Sokolov
Sbire Aqua

C-GEAR
Inscrit le : 10/01/2016
Messages : 1290

Région : Alola
Lun 13 Mai - 15:48
Je ne pus réprimer une grimace de dégoût en croquant dans ma portion, tout en veillant à ne pas approcher mes crocs à proximité des glandes de poison, comme recommandé par l’Arcanin. Je n’apprécie vraiment pas ce goût. C’est juste horrible pour moi. Je ne sais pas exactement d’où me vient ce dégoût. J’ai l’impression que c’est un mélange de sensations et de goûts qui me déplaît. Je ne sais pas. C’est comme si je sentais du poison sur ma langue alors que j’ai bien fait attention de ne pas mordre dans la zone censée contenir du poison. Ces créatures pourraient-elles être emplies de poison ? Dans toutes les zones ? Je n’en sais rien. J’en doute un peu. Ces deux-là, ils ont l’air de savoir ce qu’ils font, tout de même. Non. C’est sans doute une fausse impression cumulée au fait qu’après tout ce temps sans en inclure dans mon régime alimentaire, je dois avoir un peu de mal à supporter le goût de la viande. Au fond de moi, je crois que je rage un peu. Je me demande pourquoi nous ne sommes pas parvenus à trouver des baies ou du poisson. Je crois que j’aurais bien davantage apprécié. Ou même des oeufs de Lakmécygne. Je ne suis pas aussi compliqué que les apparences le laissent deviner. Mais bon. Le Nosférapti, j’ai vraiment du mal. Je n’ai pris qu’une simple bouchée, et pour autant je ne supporte pas l’idée d’en arracher une nouvelle. Et je crois que mon estomac ne tient pas vraiment à devoir en digérer un second morceau. Alors j’hésite. Je fixe le morceau de viande que je tiens entre mes pattes et je me demande si je vais continuer de le manger. Je me demande ce qui est le pire à mes yeux, devoir le finir ou devoir supporter la fin pendant une période indéterminée ? Je n’en sais rien. J’ai quelques difficultés à faire un choix.

— Hm… Je ne dirais pas que c’est réellement mauvais. Je crois que c’est juste moi qui ne peux pas avaler ça. Je ne mange plus de viande depuis de nombreuses années, alors le combo avec celle d’un Nosferapti, je crois que c’est un peu trop pour moi.

Je regarde encore quelques instants cette créature, me demandant ce que je vais en faire. C’est alors que je remarque que Ruven s’attaque à sa propre portion. Okay. C’est décidé. Je n’ai plus la moindre envie de manger maintenant. Le voir faire, c’est un peu trop gore à mon goût. Rien que de le voir croquer dans cette pauvre bête et son apparente satisfaction à l’écoute des craquements produit par les os brisés par la puissance de sa mâchoire, je crois que je n’ai plus faim du tout. Ce spectacle, je crois qu’il me dégoûte un peu. Serait-ce parce que je m’imagine à la place de cette créature ailée ? C’est probable. Après tout, je suis plus ou moins de la même envergure que ces bestioles empoisonnées. La principale différence réside dans mon poids et donc ma carrure plus élargie. Possiblement dans ma puissance aussi, après tout, je suis conçue pour être douée en combat. Toutefois, devant ce spectacle, je ne peux m’empêcher de penser que je ferais un parfait festin. Surtout que je dois sans doute avoir un peu plus de zones comestibles que ces Nosferapti. La simple idée de finir en rôti avant que mes os ne soient broyés par une impressionnante mâchoire a fini par me pousser à faire un choix. Je n’ai plus faim. Ruven s’étant levé pour retourner dans la grotte, je m’adresse à l’autre. Celle qui semble me détester depuis le départ.

— Tu veux ma part ? Je n’ai plus tellement faim...

Elle a terminé son repas depuis un moment. En observant la carcasse qu’elle a laissée, je peux sans difficulté remarquer qu’elle n’en a pas laissé la moindre miette. Si je ne me trompe pas, Ruven est parti avec l’objectif de récupérer de nouvelles proies à consommer afin de tenter de contenter le reste de sa faim. Au regard de sa taille, cela me semble totalement normal. Surtout après une évolution aussi impressionnante. Il doit être réellement affamé. Et je suppose que celle-là doit se trouver plus ou moins dans la même situation, peu importe les apparences qu’elle tente de se donner. Elle semble bien décidée à couper court à toutes les tentatives de conversations ou de quelconques échanges entre sa personne et moi-même. Peu importe à mes yeux. Elle peut bien faire ce qu’elle veut. Ce n’est pas ça qui va changer ma vie. Elle peut bien continuer de me tourner le dos, tout en faisant semblant de dormir. Ce n’est pas un souci pour moi. J’ai fait ma proposition, si elle ne l’intéresse pas, grand bien lui fasse. Je n’aurais rien à me reprocher sur ce coup-là.


Finalement, l’Arcanin finit par revenir auprès de nous. Toutefois, il ne semblait plus avoir la même humeur que précédemment. Je ne sais pas ce qui a bien pu se passer là-dedans, mais j’ai l’impression qu’il a perdu l’insouciance qui l’habitait depuis son évolution. Il me semble un peu morose. Je ne sais pas trop quoi en penser. Serait-ce mieux de conserver le silence ? C’est possible. Il semble avoir un problème de conscience. Comme s’il avait honte d’un truc. Je ne sais pas. Lorsqu’il s’est adressé à nous, ce fut sans que nos regards n’aient la moindre chance de se croiser. Oui. J’ai l’impression que c’est cela. J’ai l’impression de me voir dans les débuts de ma carrière de mercenaire, lorsqu’il m’arrivait encore d’accepter des missions dont les objectifs pouvaient aller à l’encontre de mes principes. J’avais alors une expression plus ou moins semblable. Je ne supportais plus l’idée de croiser le regard des gens de mon entourage.

— Bougeons. Il faut qu'on trouve une solution pour se sortir de cette situation. Et rapidement.

Je suis d’accord avec lui. Je me contente d’un acquiescement de tête. C’est bien la seule chose que je peux apporter à cette conversation. Je n’ai rien d’autre à proposer pour le moment. J’ai l’impression que mon génie rencontre bien des difficultés à s’exprimer lorsque mon second ne se trouve pas à mes côtés. Après tout, nous ne savons toujours pas ce qui nous est arrivé. Et nous avons encore moins d’informations concernant les moyens possibles pour reprendre le cours de notre existence. J’avais espéré trouver quelque chose dans le coffre que nous avons ouvert dans la grotte, mais rien. Que dalle. Nada. Le vide intersidéral. Enfin… Nous avons bien trouvé des pierres, et un petit sac de graines un peu bizarres. Mais ça s’arrête là. Je ne vois pas trop ce que tout cela peut nous apporter.

— Je pense que nous devrions descendre dans la vallée. Je ne sais pas si nous y trouverons quelque chose, mais c'est plus probable là-bas qu'ici.

— Je suis d’accord. Je n’ai pas l’impression que l’on peut trouver quoi que ce soit d’autre dans les environs. Peut-être que nous aurons l’occasion de trouver des réponses sur place, ou en chemin.

— Tu peux monter sur mon dos si tu veux. Je le fais souvent avec mon propre arcanin, on y est bien installé et les poils sont assez solides pour s'accrocher.

Cette proposition, elle tombe à pic. Je suis certaine que l’autre va détester ça. Et moi, ça m’arrange bien. D’un côté, cela me fatiguera bien moins en déplacement. Et puis cela risque de me donner l’occasion d’expérimenter des choses que je ne pourrais pas forcément vivre dans ma réalité. Après tout, ce n’est pas tous les jours que l’on rencontre un Arcanin. Et d’un autre côté, cela va me permettre de discuter plus facilement avec Ruven, sans être forcément dérangé par l’autre frigide. Je ne sais pas pourquoi elle tente à ce point de me mettre des bâtons dans les roues, alors cela m’arrange bien d’avoir l’occasion d’en être débarrassé un petit peu. Même si ce n’est l’histoire que de quelques instants.

— Avec plaisir ! Merci pour la proposition !

Sans perdre un instant, d’un simple bond, je me suis installé sur le dos de l’Arcanin. C’est dingue. Ce nouveau corps possède un don pour les sauts. Il a une agilité exceptionnelle. Déjà que je ne suis pas en reste dans ce domaine-là, en même temps c’est relativement utilisé lorsque l’on passe la plupart de ses journées à bord d’un énorme navire, mais là ça me dépasse totalement. Le pokémon que je suis devenu est réellement fait pour le combat au corps à corps. Je le sens au fond de moi. Il semble parfait pour les coups rapprochés et les esquives rapides.

— Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je pense qu’il serait préférable de rester à proximité de ce cours d’eau ? Au moins, nous garderons un repère dans cet environnement étranger. De plus, si nos corps sont capables de résister à la faim, il est préférable d’avoir de l’eau pour éviter une déshydratation mortelle.

Nous sommes alors partis en direction de la vallée. Je me demande sérieusement ce que l’on va trouver là-bas. Cela m’intrigue. Je ne sais pas trop quoi en penser. Je m’interroge sur les possibilités qui s’étendent devant nous. Elles sont bien trop nombreuses pour que je puisse me servir de mes capacités de déduction. Je n’ai donc qu’à attendre. L’avantage, c’est qu’avec les foulées de Ruven, je n’en ai pas pour bien longtemps. Nous serons bientôt à proximité de notre destination.


Je prend les 5 niveaux !:
 


Animal I Have Become #2 DK8c7Zx Animal I Have Become #2 0ZlvUun
Autres comptes:
 
Stamps:
 
Revenir en haut Aller en bas

Ruven Baldwin

Ruven Baldwin
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 14/12/2013
Messages : 5470

Région : Kalos / QG Ligue 4
Lun 16 Sep - 20:59
Les deux filles acceptèrent ma proposition sans commenter ce qui venait de se passer. Cela m'arrangeait : je n'avais pas envie de parler du dégoût que je ressentais envers moi-même. D'aucun pourrait me rétorquer que la situation était exceptionnelle et que mon nouveau corps était celui d'un prédateur, que tuer pour ma survie était inscrit dans mes gênes, et il aurait raison. C'est juste que... Cette satisfaction malsaine, au moment où la nuque avait cédé sous ma dent... J'en avais des frissons d'horreur.
Pour mieux oublier, j'embrassai pleinement la position de leader que les filles me laissaient et pris l'initiative du départ. Irina voulut bien monter sur mon dos (signe que je ne la répugnais pas trop, donc) et d'un bond agile elle s'y jucha. Honnêtement, je la sentais à peine. C'était une sensation bizarre : les kungfouines n'étaient certes pas très lourds mais ils faisaient tout de même le poids de ma fille cadette. Cela représentait une vingtaine de kilos sur mon dos, et pourtant j'avais l'impression de porter un sac en toile. Vide, qui plus est.

Nous étions prêts à partir. Alors que je cherchais des yeux la direction à prendre, Irina proposa que nous suivions le cours d'eau.


« Tu as raison. En plus, si communauté humaine il y a, elle sera forcément établie à proximité de l'eau. Allons-y. »

Joignant le geste à la parole, je me mis à courir. Il ne me fallut qu'une poignée de secondes pour avaler les cinq cents premiers mètres, et ce sans avoir à produire le moindre effort. Cela m'était si naturel qu'il fallut que je repère Mev à la traine pour prendre conscience de mon incroyable vitesse. J'étais vraiment devenu une créature extraordinaire ! C'en était frustrant de devoir me contenir pour que les autres puissent suivre le rythme. Je me demandais même si ce ne serait pas plus rapide que je fasse l'aller-retour tout seul...


« Désolé si je t'ai secouée, Irina. Je vais ralentir. »

Dès que Mev m'eut rattrapé, je m'ajustai à sa course et pris un rythme qui serait l'équivalent humain d'un jogging paresseux. En fait cela me rappelait quand Zoé était toute petite et qu'on faisait la course elle et moi : marcher vite suffisait à dépasser ses petites jambes pourtant au sommet de leur effort. Nul doute que Mev détesterait savoir qu'elle m'évoquait cette image. Cela me fit sourire discrètement.
Nous courûmes jusqu'au bout de la plaine et entamâmes la descente à flanc de montagne. Malgré le dénivelé important, je trouvais plutôt simple de maintenir un rythme soutenu sans perdre l'équilibre. Je me méfiais plutôt des cailloux et des branches fines et pointues, que je craignais de sentir se ficher dans mes pattes. Autrement, le plaisir que je prenais à évoluer en pleine nature était incomparable. Des milliers d'odeurs m'assaillaient les narines : des parfums sucrés de fleurs, des effluves poisseuses de sève provenant de la forêt de sapins à quelques centaines de mètres de là, des fragrances de petits pokémons poilus que je trouvais honteusement appétissantes. J'étais émerveillé de découvrir cette nouvelle face du monde qui jusqu'ici avait été cachée à mes sens d'humain. Saurais-je me rappeler, une fois redevenu homme, la senteur rêche de la terre séchée par le soleil ? Ou celle, fraîche et minérale, du ruisseau quittant tout juste sa source ? Tous ces éléments dont j'avais décrété sottement qu'ils n'avaient pas d'odeur me démontraient l'étroitesse de ma compréhension du monde. C'était à la fois merveilleux et bouleversant.

Toutefois, aussi enrichissante qu'elle fût, cette balade se révéla rapidement inutile. Dès que nous eûmes dépassé une autre plaine la vallée se dévoila sous nos yeux et enterra nos espoirs : il n'y avait rien. Pas une maison, pas même une cahute où un berger pourrait s'abriter tandis que ses lainergies profitaient des pâturages. Etions-nous particulièrement malchanceux ? Ou cela signifiait-il quelque chose de plus grave quant au sort de l'humanité elle-même ?
Nous nous arrêtâmes sur un petit promontoire depuis lequel nous avions une vue totalement dégagée sur les environs. Aucun intérêt à descendre plus bas, maintenant.


« Vous voyez quelque chose ? » demandai-je sans grande conviction. « Moi non, mais j'ai peut-être une moins bonne vue que v.. Attendez. » Je plissai les yeux. « Je rêve ou il y a une espèce d'arche en pierre, là dans le fond ? »

HRP:
 


Animal I Have Become #2 Sans_t24Animal I Have Become #2 Sans_t12Animal I Have Become #2 Sans_t10

Animal I Have Become #2 1sHFtz4
Revenir en haut Aller en bas

Maëve Kent

Maëve Kent
Agent Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 28/03/2016
Messages : 1350

Région : Kanto
Jeu 31 Oct - 23:59
Tu vois bien qu’ils ne sont pas ravis de se nourrir d’un Nosferapti, la Kungfouine fait même la difficile, refusant son repas. On voit bien qu’elle n’a jamais eu à se contenter de ce qu’elle pouvait trouver dans les poubelles de restaurants ou de grandes surfaces, qu’elle n’a jamais eu à se battre pour un pauvre bout de pain sec ou des restes de lasagne à moitié moisis. Qu’elle continue à faire la difficile, elle ne survivra pas bien longtemps, et ce sera bon débarras. On pourrait même récupérer un bon repas sur elle s’il le faut. Pour toi, le choix est clair : il vaut mieux avoir des scrupules que d’être mort. Tu n’hésiteras donc pas. Le rationalisme est poussé à l’extrême, mais c’est le meilleur moyen de survie qui existe. Dans tous les cas, le repas se termine et vous décidez – sous l’impulsion de Ruven – de partir explorer les lieux et d’aller voir si vous ne trouveriez pas quelque chose ou quelqu’un qui pourrait vous aider, ou ne serait-ce que vous apporter une bribe d’information en contrebas dans la vallée. Vous n’avez rien à perdre en faisant cela, et tout à y gagner. De toute façon, quelle qu’aurait été la décision de Ruven, aussi stupide ou périlleuse soit-elle, tu l’aurais suivi. Il est de ton devoir de garder un œil sur lui, de veiller à ce qu’il ne lui arrive rien de mal. Malgré la situation actuelle, cela ne change pas.

Sous l’invitation du champion, la Kungfouine prend place sur le dos de Ruven. Même si cela te déplaît au plus haut point, tu fais l’effort de ne rien dire. Il faut être pragmatique et trouver le meilleur moyen d’économiser vos forces en étant le plus efficace possible. En tant qu’Arcanin, cela ne changera rien à Ruven s’il court seul ou avec cette squatteuse sur le dos. Autant éviter de perdre du temps en l’attendant, cela t’agacerait mille fois plus. Cette dernière commente le fait de longer le cours d’eau. Elle n’a pas totalement tort, tu dois le reconnaître. C’est la meilleure chose à faire, et Ruven abonde dans ce sens. Ils ont cependant une vision un peu étroite de ce que peut apporter l’eau en termes de survie. « Je suis d’accord, suivre le cours d’eau est notre meilleure option. L’eau, c’est la vie. On pourra toujours boire et cela nous permettra de trouver de quoi manger en toutes circonstances, que ce soit végétal ou animal. » Tu restes perplexe quant à la volonté de Ruven de trouver des humains. Si vous êtes Pokémon, ne risquent-ils pas d’essayer de vous capturer, de vous exploiter ? Ce serait un véritable danger, et tu te retrouverais sans doute séparée du champion, ce que tu ne permettras pas. Déjà en tant qu’humaine, tu ne faisais pas confiance à ceux de ton espèce, mais maintenant que tu es Pokémon, ce n’est qu’accru. L’Homme est une menace pour vous.

Dans tous les cas, Ruven se met à courir, et ce à une vitesse déconcertante. Il sera compliqué pour toi de suivre son rythme s’il ne ralentit pas ou bien s’il ne t’attend pas. Tu as beau posséder un physique athlétique pour un Pokémon, tu mises plus sur l’agilité et la précision que sur la vitesse et la puissance brute comme peut le faire Ruven. Vous avez chacun vos qualités et la course n’est pas une des tiennes. Tu t’élances pourtant à une allure pour toi soutenue, mais tu vois tout de même les deux autres Pokémon s’éloigner. La distance ne fait que s’agrandir entre vous même si ton excellente vue te permet d’éviter de les perdre. Heureusement que le champion finit par se rendre compte de votre différence de capacités d’accélération et qu’il finit par t’attendre. Tu le rejoins donc – enfin lui plus l’autre pimbêche sur son dos – et vous reprenez la route, longeant la rivière. Tu vois bien que cela demande à Ruven un sacré effort pour se contenir et ne pas aller plus vite. Tu le connais suffisamment pour savoir qu’il ne demanderait qu’une chose, pouvoir courir à pleine vitesse, se lâcher. Et pourtant, il reste à ta hauteur. Tu apprécies cela.

Vous vous retrouvés alors face à une côte un peu plus escarpée. Forcément, Ruven va devoir faire plus attention. Il est plus massif, mais également plus pataud que toi, sans compter qu’il a quelqu’un sur son dos. En comparaison, ta dextérité et ton sens de l’équilibre te permettent d’évoluer sans la moindre difficulté. Tu bondis de rocher en rocher de manière étonnamment gracieuse. Cela ne fait pas partie de tes qualités habituelles, après, tu n’iras pas cracher là-dessus. Les déplacements félins ont leur attrait, tu trouves Ugo magnifique pour cela. Alors savoir que tu peux te mouvoir avec une telle flexibilité te ravit. D’ailleurs, constater que tu es arrivée en bas bien avant Ruven et avec moins de difficulté te remplit de fierté. « Bah alors, on ne me bat pas à la course sur tous les terrains, monsieur l’Arcanin ? » Tu l’embêtes, chose que tu te permets maintenant. Enfin, seulement par moments, tu es loin d’être une boute-en-train. Vu la plaine qui vous attend, il aura tout le loisir d’avoir une grande avance sur toi. Tu n’es pas taillée pour l’endurance mais plutôt pour les sprints. Te demander de courir sur une longue distance n’est pas aussi facile que tu le souhaiterais et tu dois t’arrêter par moment pour reprendre ton souffle tranquillement avant de repartir de plus belle. Tu n’aimes pas être l’élément à la traîne, tu ne supportes pas. Tu es la première à râler quand quelqu’un ralentit le groupe, c’est aujourd’hui ton cas. Tu prends sur toi et continues d’avancer.

Vous vous retrouvez alors sur une sorte de petit monticule naturel, un à-pic rocheux qui vous donne une visibilité sur toute la vallée en contrebas. Tu regardes vers le sol en-dessous, pour estimer votre hauteur et la pente à descendre pour arriver en bas, histoire de voir si cela peut être praticable pour Ruven. La Kungfouine comme toi disposez d’une agilité naturelle. Alors que les Arcanins ne sont pas vraiment réputés pour cela, ni pour leur délicatesse. Tu voudrais éviter qu’il se blesse si jamais vous veniez à descendre et regardes les différentes options pour modérer le dénivelé le plus possible. Tu es interrompue par le champion qui vous demande si vous parvenez à voir quelque chose. Tu ne tournes pas la tête, observant toujours la pente, tentant d’évaluer les chemins qui semblent se dessiner. Jusqu’à ce que Ruven s’interrompe et annonce possiblement voir quelque chose, ce qui te fait finalement lever la tête et scruter l’horizon. « Je confirme, une arche en pierre, il y a des choses gravées dessus, mais ma vue a beau être perçante, je ne parviens pas à en voir le détail d’ici. » C’est étrange, car un tel arceau signifie construction, et donc très probablement intervention humaine. Donc que votre espèce – avant transformation – existe encore. Après, pas certain que cela soit une bonne chose, pour les raisons évoquées plus tôt. Mais qu’importe, pour toi, il faut prendre ce risque et aller voir. Rester dans votre condition ne vous apportera jamais rien, vous ne pouvez pas rester indéfiniment comme ça. « Je pense qu’on devrait aller voir. On n’a pas grand-chose à perdre… » Tu te redresses et t’approches du bord de l’à-pic. « Par contre, pour la descente, il faudra me suivre, j’ai isolé les endroits qui peuvent supporter ton poids. » Forcément, tu t’adresses à Ruven. C’est vraiment une chose que tu peux te permettre du fait que vous êtes des Pokémon. En même temps, il s’agit là de la stricte vérité.




Prise de 5 niveaux.




Espèce : Luxray
Niveau : 50
Talent : Cran
Attaques : Hurlement / Mâchouille / Chargeur / Crocs Éclair
Inventaire GTs : Dracochoc


Animal I Have Become #2 UrI6uPx

Animal I Have Become #2 Gs4c714 Animal I Have Become #2 2KU43ri Animal I Have Become #2 KqgOM0b
Stamps:
 
~ Avatar by myself ~
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» mes amies les bêtes [Yaoï ~ Hentaï]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kantô - 1E G E N :: Route Victoire-