AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
 
» La position du lotus


Edgar Io
Scientifique Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 01/10/2016
Messages : 1167

Région : Kanto
Mer 16 Jan - 23:47

La position du lotus
Dans le but de se préparer au plus grand défi de sa vie, Edgar va mettre toute sa vie entre parenthèse et se mettre à l'épreuve mentalement.

Cramois'île, encore une fois. Au vu du nombre de fois où Edgar a posé ses pieds sur cette île, on pourrait croire que le destin s’efforce de le faire venir ici. Encore faudrait-il croire au destin, cela dit. Non, Edgar est un rationnel, il n’est pas venu ici sans raison. Précisément, la raison de sa venue est très importante.
Fort de ses pérégrinations et des opportunités que notre monde peut offrir à une personne comme Edgar, il a effectivement pu trouver une voie qui combinait les deux passions que ce voyage avait réveillées en lui. Depuis lors, beaucoup de choses s’étaient passées : la plus importante d’entre elles fut certainement la naissance de l’encyclopédie Sophia. Sur le chemin, deux alliés formidables avaient été rencontrés, sans compter tous ces fabuleux pokémons avec qui il s’est lié et les différentes choses qu’il a apprises de toutes ces rencontres.

Depuis que Morgane l’a prise sous son aile, Edgar s’est concentré presque exclusivement sur l’encyclopédie. Grâce à (ou à cause de) toutes les péripéties qui ont eu lieu et qui l’ont mené à l’ouverture de ce dex, chez Edgar a été provoquée une sorte d’émulation qui l’a motivé à travailler d’arrache-pied dessus. Fort heureusement pour lui, il a trouvé deux collègues qui ont été touchés par cette passion et qui l’ont suivi dans cet élan d’énergie créative dévouée à la noble science. Ainsi, depuis plusieurs mois, un peu plus d’un an, il a passé son temps en laboratoire, sous l’égide de son mentor en poképsychologie, Morgane. Toutes ses notes, ses captures et ses expériences de terrain furent mises à contribution pour pouvoir se mettre à analyser le comportement de nombreux pokémons qu’il avait rencontré sur le chemin. À la lumière de cette connaissance nouvelle et des méthodes enseignées par la pensionnaire de l’arène de Safrania, Edgar a appris à découvrir les pokémons sous un autre angle, plus en profondeur, dans leur nature, à l’instar d’un être humain. Tout ce savoir, il l’a plongé dans ses publications pour l’encyclopédie. Jour après jour, il continuait ses descriptions, accompagnées des travaux de biologiste de Jiwa, qui alliait son intelligence naturelle, ses capacités de déduction et les enseignements du professeur Chen, et l’œil avisé de Diderot, dont l’expérience, l’esprit rationnel d’ingénieur et la rigueur militaire servaient de ligne de conduite à son travail. Ainsi, au fil du temps, la Sophia Encyclopedia a grandit, et à même commencer à se faire un nom. Edgar avait toujours pris pour exemples les autres scientifiques qui n’étaient que des amateurs comme lui au départ et qui désormais étaient des sommités de la science pokémon. Il était inspiré par ceux qui avaient obtenu le titre « ultime » avant lui : le grade de Pokémontre. Il y avait cette jeune fille venue d’Hoenn, véritable légende dans le milieu ainsi qu’une dame de Kalos qui semblait être bien installée dans le milieu, sans oublier le duo de scientifique le plus célèbre de la région. Le Palettien regardait vers ces « aînés » avec beaucoup d’ambition, mais également d’humilité.
Puis ce fut son tour, son moment d’atteindre ce palier qu’il ne voyait initialement que comme une feinte lumière dissimulée dans les travées brumeuses de l’avenir ; ce même avenir qui lui paraissait si lointain et sur lequel il surfe aujourd’hui. Oui, car désormais, l’encyclopédie était également au stade de pokémontre. Même Edgar avait du mal à le croire. Cela dit, il ne peut pas s’empêcher de penser à la quantité de travail fourni pour en arriver là et ne peut en conclure qu’une chose : il est fier de ce qu’il a accompli jusqu’à présent.
Et ce n’est pas encore fini. Il n’est même pas encore dans le top 3 et la science évoluant tous les jours, il voit d’autres pokédex naître, l’inspirer, le challenger.

Cependant, la nostalgie et l’autosuffisance de sont pas les raisons de sa venue sur l’île. Bien au contraire. Pour le moment, Edgar a complètement déposé sa veste de scientifique et a confié les rênes de l’encyclopédie à Diderot et Jiwa. Pour les mois à venir, Edgar Io est un dresseur. S’il est sur cette île, c’est pour méditer sur ce choix et sa position vis-à-vis du dressage, lui qui s’apprête à s’attaquer à la plus grande montagne qui puisse être pour une personne exerçant cette profession : la ligue pokémon. C’est le début d’une longue préparation physique et mentale qui va commencer.



Affiliations.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://master-poke.forumactif.fr/f54-sophia-encyclopedia


Edgar Io
Scientifique Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 01/10/2016
Messages : 1167

Région : Kanto
Dim 20 Jan - 4:15
La décision de séjourner seul dans ce lieu qu’il ne connait que partiellement ne ressemble pas beaucoup à Edgar. Se plonger dans le danger dans un environnement hostile, inhabituel et dangereux, par-dessus le marché, est loin de l’image du planificateur qu’Edgar avait développé depuis son départ du Bourg-Palette. Ainsi, par définition, nous aurions tendance à penser que le jeune homme se lancerait uniquement dans des aventures dans lesquelles ils auraient évaluer les chances de réussites à un niveau convenable, et à raison : c’est bien comme cela qu’il en est arrivé où il est aujourd’hui. Ceci étant dit, ce trait de caractère semble être la raison principale de cette escapade pérégrine.
Il n’avait en tête que la ligue pokémon, où il allait affronter des champions expérimentés. Il avait déjà pu remarquer chez les champions d’arène ces attributs qu’apporte l’art de la routine : le sang-froid, le calcul et la réactivité. Ce sont ces trois caractéristiques qu’Edgar avait identifiées comme essentielles pour faire d’une personne un dresseur versatile et sans faille : c’est vers cela qu’il tendait ; en cela, on retrouve très bien le personnage du Palettien. En identifiant les qualités à avoir, il cherchait à se mettre dans une situation où il réduirait ses chances de défaite. Vraisemblablement, il possédait déjà un sens de l’analyse assez fin. Il s’agit donc des deux autres caractéristiques qu’il avait en tête de travailler. Ses connaissances en psychologie font de lui une personne qui sait parfaitement comment améliorer se traits mentaux, alors peut-on comprendre pourquoi le dresseur intente de mettre les pieds sur Cramois'île, sa jungle et son volcan. Ce n’est que dans le challenge et l’adversité de l’inconnu qu’il pourra développer la maîtrise de soi mentale qu’il estime essentielle à son futur assaut de l’élite des dresseurs.

Sa préparation fut brève. Il n’avait annoncé sa décision qu’aux personnes relevantes — son duo d’acolyte favori. Avec eux, il entretiendra encore un contact, bien que restreint. Pour le reste, il décida de couper toute communication. Ce ne l’est qu’une étape supplémentaire de son apprentissage. Les termes de son entraînement étaient les suivants : il avait décidé de faire un tour complet de l’île avec le centre pokémon comme lieu de départ et d’arrivée et il disposait d’un quatre semaines pour cela, sa date dé défi étant fixée à cinq semaines du départ prévu ; il prendrait de quoi se nourrir pour une semaine et partirait seul, avec les six pokémons qu’il a sélectionnés pour combattre à son service au siège de la Ligue. Tout ceci s’étant décidé rapidement, il fut rapidement prêt et le jour du départ ne tarda pas.

Le voilà parti : c’est le début de quatre semaines dans la nature sauvage de Cramos'île. Ce que l’endroit avait de particulier, s’était, l’alternance entre la dense forêt au climat presque tropical, les terrains montagneux liés au volcan et le plateau aride au sommet de ce même volcan. Tout cela en ajoutant des pokémons particulièrement féroces et potentiellement dangereux. Autant dire que pour un continental, il allait très probablement devoir faire face à au moins une créature lui voulant du mal. Edgar allait donc devoir être sur ses gardes à tous moments.

La première étape de l’entraînement se passait dans la partie forestière, son entrée étant juste à côté du centre pokémon. Via les dire des Jiwa, une native de Cramois'île, la forêt cramois'ilienne était le berceau de nombreuses tribus, dont certaines qui refusaient avec virulence de rentrer en contact avec les non-autochtones, à tort ou à raison. La logique fit penser à Edgar qu’ils ne devraient aucunement se sentir en sécurité s’il advenait une rencontre entre lui et une telle tribu. Or, étant dans leur territoire, il n’aurait possiblement pas de raison de protester face à une éventuelle hostilité ; de se justifier, même, il n’en aura surement pas l’occasion. C’est pourquoi il se retrouve marchant avec le plus de précaution possible et d’attention.
La journée fut concentrée sur la marche. Mêlant l’utile au désagréable, Edgar en avait profité pour prendre son carnet de notes, afin que ce périple soit en plus bénéficiaire à l’encyclopédie. Comme la lumière du jour était forte et qu’il ne se trouvait pas dans la partie la plus profonde du bois, il avait pu profiter d’une première journée sans encombre et sans devoir trop surveiller ses arrières. Il pensait, à ce moment-là, que cela s’annonçait moins difficile que prévu. Il ne dut pas attendre plus tard que le soir même pour constater son erreur.



Affiliations.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://master-poke.forumactif.fr/f54-sophia-encyclopedia


Edgar Io
Scientifique Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 01/10/2016
Messages : 1167

Région : Kanto
Dim 20 Jan - 15:38
Il faut savoir que le climat et la position géographique de Cramois'île lui donne un climat assez ambivalent : la journée est très chaude et ensoleillée, tandis que le soir est assez frais et que l’obscurité arrive très tôt. Il put donc se rendre compte que le soleil, qui fut son principal allié jusqu’à présent, n’allait plus être de son côté pendant la nuit. Et s’il y a bien une partie de cette aventure qu’il redoute, c’est la nuit. Le scientifique qu’il est sait que les pokémons nocturnes sont en grande majorité des chasseurs. À leurs yeux, il pourrait n’être qu’un morceau de viande imprudente. Un autre scénario qu’il n’avait pas exclu était celui des chasseurs nocturnes, qui pourrait très bien le prendre pour une proie et s’en prendre à lui par inadvertance. Pour ces deux raisons, il avait pris la décision de marcher la nuit ; il ne s’arrêterait que s’il trouve un lieu peu exposé et assez confortable pour installer son camp. Et c’est précisément dans cette marche nocturne que le scientifique palettien va devoir faire appel à tout son sang-froid.
Entre les bruits de la nature, les déplacements des pokémons nocturnes et la pléiade des sons non identifiés, il y avait de quoi faire céder à la panique. Ce n’était que la première nuit, mais Edgar vous mentirait s’il vous disait qu’il ne se déplaçait pas la peur au ventre en ce moment. Pour cette raison, il avait fait appel à l’un de ses six pokémons pour l’épauler dans sa marche : Alméïsan. De par son patrimoine de pokémon psy, la détection d’êtres vivants en absence de lumière était une des qualités dont elle pouvait se vanter. Edgar pensait qu’en faisant appel à elle, il était certain de ne croiser aucun danger. Il semblait cependant négliger un détail : sa Gardevoir n’était qu’une enfant ; elle était complètement terrifiée. À peine sortie de sa pokéball qu’elle se mettaità trembler et à respirer de manière désordonnée.

Ça va aller, ma grande, je sais que tu en es capable, disait Edgar pour encourager et donner du courage à la jeune pokémon psy. Tout ce que tu as à faire, c’est d’être bien attentive et de constamment près de moi, expliquait-il. On compte l’un sur l’autre, n’est-ce pas ? murmura-t-il ensuite, en souriant. Garde toujours ta main sur mon dos et tout ira bien.

Si elle ne semblait pas totalement rassurée, Alméïsan avait au moins eu l’air de gagner la détermination de faire plaisir à son maître. Les deux se mirent donc en marche, restant très proches physiquement l’un de l’autre. Pour autant, la marche ne fut pas plus tranquille. Les bruits de fond perpétuels, l’état mental d’Alma et son manque de connaissance du terrain rendaient l’identification d’invités surprises très difficile. Impossible de dire si le duo était suivi ; encore moins possible de dire s’ils étaient ciblés. Tout ce qu’ils pouvaient faire, c’était de continuer à avancer en se fiant au mieux à leurs sens respectifs, en espérant trouver un refuge potable sans trop tarder.

[...]

La nuit avançait, la marche également. Ce n’était que le premier jour et Edgar était déjà en difficulté à trouver un lieu où dormir dans cette forêt tropicale inconnue et emplie de dangers inconnus. La situation plombait complètement son enthousiasme face aux ambitions d’il y a quelques jours. Il savait que ce serait dur, mais pas autant. Alors, tandis que le dresseur était en plein marasme, il sentit dans son dos la main posée par sa Gardevoir se raidir. Le changement lui fit se raidir également. Qu’elle était la cause de ceci ?

– Qu’est-ce que...


Alors qu’il se retournait, il eut droit à la vision d’une Alméïsan plongée dans les affres de la panique. Son regard semblait fuyant et apeuré. Elle bougeait la tête dans toutes les directions possible, comme si elle avait détecté quelque chose de menaçant. Edgar, qui tentait de garder son calme, scrutait également les alentours, essayant de détecter la source de ce malaise. Ne trouvant rien de concluant après inspection, il devait ensuite calmer son pokémon.

Alma, calme-toi. Respire, chuchotais Edgar pour rassurer son pokémon, alors que son propre cœur était en train de battre des records de vitesse. Regarde bien, dit-il en balayant fébrilement les alentours avec sa main, il n’y a rien autour de nous. Il lui caressait doucement la main pour essayer de la calmer. Tu vois bien, on est...

Edgar ne termina pas sa phrase. Il l’avait vu. Il avait vu quelque chose bouger. Il en était certain. Son sang se glaça et son cerveau entra immédiatement en état d’alerte. Par réflexe, il saisit la main d’Alméïsan. Sans savoir où ils étaient ni avec QUI ils étaient, le duo se devait de supposer qu’ils étaient en danger. Le regard d’Edgar n’arrivait pas à quitter ce buisson qu’il avait vu bouger. Toute son attention était concentrée dessus... jusqu’à ce qu’ils n’entendent bruit dans la direction opposée ! Alémaïsan tremblait, peut-être Edgar également. Ils n’étaient pas seuls, il en était sûr. Que faire ? Que faire ?

Alma. Écoute-moi bien, on n’a pas beaucoup de temps, chuchota-t-il pour être sur que seuls eux deux puissent entendre. A trois, tu vas lancer l’attaque Psyko, juste dernière nous, est-ce que tu m’as bien compris ?

Malgré la voix chevrotante de son dresseur, elle acquiesça. Était-ce la bonne décision ?

– Un...


Les nerfs étaient tendus. Quelle erreur de s’aventurer dans l’inconnu, pensait-il. S’efforçant de s’imaginer le pire, les regrets remplissaient son cerveau.

- Deux...

C’était le moment. Ils allaient savoir si leur vie était en danger ou pas. S’ils allaient devoir se battre ou pas. S’il fallait regretter ou pas.

- Trois !



Affiliations.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://master-poke.forumactif.fr/f54-sophia-encyclopedia

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Angélie du Doux Lotus
» Par le pouvoir absorbant de l'éléphant et la douceur du lotus !
» HAITI ELECTION QUELLE EST LA BONNE POSITION? TETE DROITE?ANNULATION ?OU EVAL..
» Haïti - i-Votes :Spectaculaire remontee de Mirlande Manigat
» Préval, un sale menteur

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kantô - 1E G E N :: Cramois'île-