AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» Aubade of Dawn


Mary Nephilim
Sbire Galaxie

C-GEAR
Inscrit le : 05/09/2014
Messages : 1045

Région : Kalos
Ven 4 Jan - 10:28

Tu empruntes l’ascenseur du quartier général de la Team Galaxy pour se rendre à l’étage dans lequel se trouve Belzebuth. Cela fait quelques temps que tu n’as pas pu lui parler, entre ton séjour au Château Nephilim, ton expédition à Oblivia et les missions qui se sont enchaînées par la suite. Il était temps que tu puisses t’accorder une petite pause bien méritée. Il faut dire que ces conversations que vous avez sont loin d’être désagréables. Se faire un véritable ami au sein d’une organisation criminelle. C’est étrange de se dire ça, mais c’est bel et bien la tournure que c’est en train de prendre. Bien sûr, c’est encore un bien grand mot. Vous ne faîtes que discuter, pour le moment, et ce n’est pas non plus une activité à laquelle vous vous adonnez depuis longtemps. Mais ce n’est pas si mal. Cela évite de ressasser ce que tu pourrais regretter et cela te permet de te reposer un peu dans ces journées où tu cours partout, quand tu n’es pas en train de prendre la vie de quelqu’un ou de veiller à ce qu’on ne t’enlève pas la tienne.

Mais au moment où tu entres le code pour activer la porte coulissante et qu’elle s’ouvre devant toi, tu remarques que le cyborg n’est visiblement pas tout seul. A côté de lui se trouve une femme d’à peu près ton âge portant une blouse blanche et une paire de lunettes ovale. A en juger par tout son attirail, c’est une scientifique, et sa présence ici est sans doute due au fait qu’elle travaille sur ce projet. Une femme aussi jeune – peut-être même plus que toi, cela dit, à en juger par les traits de son visage ou sa plus petite taille par rapport à la tienne – autorisée dans cette partie du quartier général ? Elle doit être très bien placée au sein de la hiérarchie. Elle ne prête pas vraiment attention à toi, trop concentrée à étudier Belzebuth de près. Elle semble porter une tablette dans sa main qui doit lui indiquer en temps réel l’état actuel du cyborg, ainsi que ce qui peut être fait pour l’améliorer. Un véritable bijou de la science, donc.

« Veuillez m’excuser, je reviendrai plus tard. » signales-tu à la jeune femme.

« Ce n’est pas la peine, je viens de terminer. » répond-elle. « Heureusement que vous n’êtes pas venue cinq minutes avant. Là, vous auriez de gros problèmes. »

Ton regard cherche celui de Belzebuth. Que pense-t-il de tout ça, exactement ? Devrais-tu intervenir pour qu’elle le laisse tranquille ?

« Elle n’aime pas qu’on la dérange pendant qu’elle travaille, Initiée Lilith. » explique le cyborg d’un ton monotone. « Mademoiselle Hakase porte son travail très au sérieux. »

La scientifique relève ses lunettes et te regarde avec un sourire narquois. C’est fou, on ne dirait pas qu’elle vient de te lancer une menace il y a à peine quelques secondes. On dirait une tout autre personne. C’est à se demander ce qu’elle fait au sein de la Team Galaxy. En fait, cela se reflète même dans son apparence. Sans être un canon de beauté à cause de ses cheveux tressés comme une fillette ainsi que son teint d’une pâleur un peu inquiétante, son visage en est presque radieux. Sans compter sa tenue sous sa blouse blanche qui rappelle davantage les adolescentes qui trainent dans la rue plutôt que le froid habituel des Sbires de la Team. C’est plutôt le genre de tempérament et de physique que tu croiserais à la G Corporation, à dire vrai.

« Quand sera-t-il opérationnel ? » t’enquis-tu, histoire de faire la conversation et ne pas avoir l’air un peu trop hostile à son égard.

« C’est presque fini, maintenant. » confirme-t-elle sans même se demander si tu es autorisée à avoir ce genre d’information. « Tout ce qu’il reste à faire, c’est des simulations pour voir ses performances sur le terrain, mais autrement, tout fonctionne à merveille ! »

« Tant mieux, je connais plusieurs personnes qui commençaient à s’impatienter. La dernière fois que j’ai vu un Lieutenant passer ici, il a tiré sur Belzebuth pour impressionner les investisseurs. »

« Oui, j’en ai entendu parler. C’est vraiment un… »

Elle se retient de finir sa phrase, de peur que tu ne sois de mèche avec Adrammelech. Heureusement pour elle, ce ne sera jamais le cas. Vos intérêts convergent, et il t’a enseigné quelques tours pour convaincre les investisseurs les plus facilement impressionnables, mais tu ne le verras jamais comme autre chose qu’un allié de circonstance. Et il n’est pas difficile de comprendre qu’il pense la même chose de toi.

« Je pensais me chercher un café, vous en voulez un ? » demande poliment mademoiselle Hakase.

« Non merci, je suis plutôt thé. » refuses-tu sans esquisser un sourire. « Et puis, j’ai du travail. Je suis ici pour m’entretenir avec Belzebuth. Si vous êtes concernée par le projet, vous savez probablement que je suis celle qui doit jauger ses capacités sociales. »

Elle hausse un sourcil, avant d’ouvrir légèrement la bouche sans qu’aucun son n’en sorte. Visiblement, elle a l’air d’avoir oublié, mais tu viens de lui rafraichir la mémoire. Ce genre de tests ne doit pas vraiment être sa tasse de thé.

« Oh, pas de problème. Je vais vous laisser, dans ce cas. »

Elle s’apprête à partir avant de remarquer ta prothèse. Son sourire se fait plus large, mais aussi un peu effrayant.

« Dîtes, si jamais vous avez envie que je vous améliore cette camelote, passez me voir. » te recommande-t-elle.

« C’est pourtant assez récent, non ? »

« Vous avez pas idée à quel point ça avance vite dans notre secteur. Une partie de mon travail consiste à mettre à jour les capacités de Belzebuth, sans quoi il serait déjà obsolète avant même d’être opérationnel. Alors c’est sûr que vous devez être plutôt contente de ça à l’heure actuelle et que ça doit faire son petit effet chez les gens, mais franchement, si vous voyiez ce qu’on est capable de faire au Secteur VII, vous seriez aux anges. »

Elle semble tellement bavarde qu’elle en sort des maladresses assez impressionnantes, pour quelqu’un de son rang. On t’a vendu ce bras comme une merveille de la technologie, bien qu’au stade de prototype, et il n’est jusque-là surpassé que par Belzebuth et les armures de combat d’Astaroth et d’Asmodée. Ce n’est pas vraiment le genre de choses que l’on sort comme ça. Ou alors, elle le fait exprès.

« Je vais y réfléchir, merci pour la proposition. »

Hakase te répond par un sourire avant de quitter la salle. Tu pousses un soupir de soulagement. Elle a l’air gentille, mais il faut toujours se méfier, par ici. Cela pourrait très bien être de la comédie pour chercher à t’atteindre personnellement.







Sprite by Yakuru Hoot.
Double-Compte: Tony Schwärtzwind et Soren Kenshin
Theme
Battle Theme 1 - Battle Theme 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Mary Nephilim
Sbire Galaxie

C-GEAR
Inscrit le : 05/09/2014
Messages : 1045

Région : Kalos
Ven 4 Jan - 17:20

« Tout va bien ? » demandes-tu immédiatement à Belzebuth. « Elle ne t’a rien fait de mal ? »

« Mademoiselle Hakase ne s’occupe que de mes aptitudes physiques et motrices. »
t’explique le cyborg. « Elle ne ferait rien de dangereux à qui que ce soit. Pas à moi, en tout cas. »

Tu restes vigilante malgré tout, attendant d’être certaine qu’il ne dise pas ça pour que tu ne t’inquiète pas sur son cas.

« Elle est un peu intimidante quand elle travaille. » avoue-t-il. « Mais c’est juste parce qu’elle a envie de bien faire. Elle parle toujours de me « bichonner », après tout. Ce n’est rien, vraiment. »

C’est vrai que dit de cette façon, la scientifique est tout sauf crédible. Il ne doit s’agir que d’une jeune femme passionnée par ce qu’elle fait. Une sorte de Legion, mais en plus gentille, si on peut dire les choses ainsi.

« Je m’excuse de ne pas avoir pu te voir avant. » regrettes-tu. « Mon contretemps a duré plus longtemps que prévu. J’ai dû… partir en voyage. »

« Je comprends, la vie de Sbire n’est pas facile. »
répond-il. « Mais ça a dû être fructueux, non ? »

« Ça m’a apporté plus de questions que de réponses, pour être honnête. Mais au moins, la vue était belle et le cadre fort sympathique. Je suis allée à Oblivia, peut-être que tu en as entendu parler. »


Il plisse les yeux avant de répondre.

« Pas dans mes souvenirs. Mais le nom ne m’est pas inconnu. En fait… »

Il étend ses mains et fait mine de taper sur un ordinateur et de taper sur un écran tactile que tu ne vois même pas. Impressionnant. Il n’y a pas de doute à ce sujet, ils ont dû implanter dans la partie de son cerveau contrôlant ses capacités rétiniennes une sorte de système de réalité augmentée avec laquelle il peut interagir comme il le souhaite. De l’extérieur, cela peut sembler absurde, mais pour quelqu’un qui est au courant de ce genre de pratiques et qui ignorait à quel point elles pouvaient être exploitées, c’est tout bonnement fascinant.

« C’est étrange, je pensais que la plupart des sites d’Oblivia étaient interdits d’accès. » te fait-il remarquer.

« Je me suis débrouillée. » réponds-tu, toujours captivée par le cyborg et ses facultés. « En fait, ils sont surtout interdits parce que c’est dangereux pour les touristes et pour les Pokémon qui résident sur l’archipel. Mais si tu t’y rends sans intention mauvaise et faisant attention à ce qui pourrait te tuer ou te dévorer là-bas, il est possible de voir plus de choses qu’il n’y parait. »

« Et votre mission a été accomplie ? »

« Ce n’était pas pour une mission. C’était personnel. Mais dans les grandes lignes, je crois que j’avance à petits pas. »


Difficile de parler de choses qu’il ne comprendrait pas sans contexte. D’autant plus qu’il y a cette espèce de vision que tu as eue. Cette espèce d’hallucination d’un passé lointain, à une époque où, ironiquement, l’Homme n’avait jamais été aussi proche d’Arceus. Mais ce n’est pas le sujet de votre conversation. Tu n’es pas juste là pour parler de toi. Tu es là pour lui.

« Et toi ? » t’enquis-tu. « Depuis combien de temps es-tu capable de faire ça ? »

« Je ne sais pas exactement, je ne m’en sers pas souvent. »
admet-il. « Et puis, ils le mettent à jour constamment. Je n’étais pas capable de faire tous ces gestes que vous voyez jusqu’à il y a un an et demi, environ. Je m’en sers pour faire de la recherche sur Internet, mais en théorie, je peux aussi géolocaliser des lieux et prendre l’itinéraire le plus court. Peut-être même des gens, mais je n’ai jamais essayé. Je ne sais pas si j’apprécierais faire ça en dehors des missions, à vrai dire. »

Tu hoches la tête avec compréhension. Il est clair que d’un point de vue éthique, c’est assez difficile de vivre avec ça. Il peut être tenté à tout moment de vérifier tes dires grâce à ce genre de fonctionnalités, mais il ne le fait pas, simplement parce qu’il éprouve du respect à ton égard. Et puis, ce doit même être assez stressant d’espionner une personne que l’on apprécie sans être capable de savoir ce qu’elle fait précisément.

« Et est-ce que tu peux appeler les gens que tu souhaites contacter de cette façon ? Comme avec un téléphone ? »

« Encore une fois, je n’ai jamais essayé. »
répond Belzebuth. « Je n’ai jamais trouvé quelqu’un avec qui le faire. Mais je devrais pouvoir en être capable. Peut-être même les voir en visio-conférence grâce à la réalité augmentée, qui sait ? »

« Peut-être que nous pourrions essayer ? »
suggères-tu. « De cette façon, nous pourrions nous parler ou nous voir malgré la distance ? »

Malgré ses membres cybernétiques, tu as l’impression qu’il se crispe un peu. Est-ce une forme de timidité que tu vois là ? Pourtant, à l’entendre, dans sa vie d’Enchadrean, il n’avait pas spécialement l’air d’en être un. Mais il est vrai que la guerre et les événements traumatisants qu’il a dû subir peuvent changer une personnalité du tout au tout.

« Je ne veux pas déranger. »

« Si tu me dérangeais vraiment, j’aurais demandé à ce que quelqu’un de plus compétent que moi me remplace et nous n’aurions pas cette discussion. Tu n’es même pas obligé de me donner ton numéro de téléphone. Je te donnerai le mien et tu m’appelleras quand tu le voudras. Est-ce que cela te parait mieux ainsi ? »


Il hésite un instant, mais finit par accepter. Sa décision te satisfait. De cette manière, tu vas pouvoir suivre ses progrès plus facilement, et lui parler t’aidera à te détendre un peu entre les missions. C’est gagnant-gagnant, finalement.







Sprite by Yakuru Hoot.
Double-Compte: Tony Schwärtzwind et Soren Kenshin
Theme
Battle Theme 1 - Battle Theme 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Mary Nephilim
Sbire Galaxie

C-GEAR
Inscrit le : 05/09/2014
Messages : 1045

Région : Kalos
Dim 6 Jan - 10:20

« MAIS QU’EST-CE QUE VOUS AVEZ FAIT, BANDE D’IMBÉCILES ?! »

C’est ce que tu aimerais hurler au visage des scientifiques qui t’entourent, mais tu te retiens de le faire. Leur tentative est dangereuse, mais logique. En effet, remarquant que jusqu’à maintenant, aucun moyen de passer à travers les défenses mentales d’Azokan n’a fonctionné, ils ont administré dans la cuve une substance qui affaiblit son système immunitaire sans t’en informer – ce qui est logique, vu que ce n’est pas toi qui diriges les opérations. En soi, c’est comme si l’Hypnomade était séropositif, qu’il était atteint du virus du sida. A partir de là, il suffit de faire monter sa température corporelle avec un simple rhume, et il sera moins sur ses gardes. Il devrait être réceptif à toute tentative de dialogue, mais ce n’est pas l’avis de tes « collègues ». Ils veulent aller plus loin, attendre que les symptômes de la maladie s’accentuent pour qu’il soit complètement brisé et qu’il vous obéisse au doigt et à l’œil.

« Maintenant que c’est fait, il ne faudra pas oublier de lui administrer le G-823 une fois par jour, pendant les repas. » t’explique le scientifique en charge des opérations. « Ses capacités psychiques seront limitées, mais il faut appliquer ça le temps qu’il se fasse à sa condition. Toutes nos tentatives précédentes ont échoué avec lui, alors nous ne pouvons pas nous permettre d’essayer autre chose pour le moment. Une fois qu’on aura réussi à l’habituer à notre contact et à le faire se battre pour nous, on lui donnera le G-2099 pour lui enlever sa séropositivité. Le reste devrait suivre naturellement. »

Heureusement pour toi, ils ne se seraient jamais amusés à faire tout ça s’ils n’avaient pas l’antidote qui allait avec, mais rien que les premiers stades ont quand même l’air d’être douloureux pour l’Hypnomade coincé dans sa cuve, dans un état léthargique. Bien qu’à la limite de l’inconscience, ses traits sont tirés par la douleur, et cela ne te plait guère. Certes, contrairement aux humains, le sida se soigne chez certains Pokémon humanoïdes tels que les Hypnomades ou les Gardevoirs, mais ce n'est pas une raison pour le mettre dans cet état. Aucun être vivant ne mérite ce traitement, humain ou Pokémon. Pas s'il est innocent ou s'il a été manipulé en tout cas.

« C’est beaucoup de moyens pour peu de résultats. » commentes-tu, davantage pour exprimer ton mécontentement que pour l’avertir de ce véritable constat. « Je doute que le Lieutenant Adrammelech sera satisfait du gouffre financier que représente ce projet. »

« Peut-être, mais c’est lui ou nous. C’est un Pokémon aux pouvoirs psychiques très puissants, ce n’est pas étonnant qu’il ait servi d’arme pour son ancien Dresseur. Si on n’y prend pas garde, on sera tous sous sa coupe et il pourrait nous éliminer sur un simple caprice. Ou alors, il faudrait le tuer, mais comme vous l’avez dit en rentrant de Cramois’Île, on perdrait un énorme avantage, si on le faisait. »

Tu répliquerais bien que ce qu’ils font reste quand même relativement peu éthique et qu’ils feraient mieux d’être certains de ce qu’ils font s’ils ne veulent pas subir ton courroux, mais ce n’est pas vraiment ta place de dire cela. Tout ce que tu peux faire pour l’instant, c’est suivre le mouvement, et quand il y aura moins de gens à l’intérieur de cette pièce, essayer de rentrer en communication télépathique avec ce Pokémon, comme Christopher Fahrenheit te l’avait enseigné autrefois, pour Abigail. Cela ne t’étonnerait pas qu’il reste dangereux malgré le fait qu’il soit aussi affaibli physiquement, mais c’est ce qui te parait le mieux pour le moment. Avec un peu de chances, cela le fera moins souffrir aussi, s’il se rallie à ta cause plus rapidement. Il s’en rendra sûrement compte. Reste à espérer que tu n’en ressortiras pas avec des séquelles. Abigail a failli te faire plusieurs lésions cérébrales sans le faire exprès, parce qu’elle était en colère, alors un Pokémon avec des intentions véritablement mauvaises pourrait très bien réussir sans problème.

« J’espère pour vous que vous savez ce que vous faîtes. » leur dis-tu malgré tout, ne pouvant t’empêcher de leur adresser une petite pique cinglante. « Vous savez à quel point il est important pour nos futurs projets. »

Tu as besoin de sortir d’ici. Plus le temps passe, et plus ces gens t’insupportent. Tu reviendras demain pour t’assurer qu’ils gardent la situation sous contrôle.







Sprite by Yakuru Hoot.
Double-Compte: Tony Schwärtzwind et Soren Kenshin
Theme
Battle Theme 1 - Battle Theme 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Mary Nephilim
Sbire Galaxie

C-GEAR
Inscrit le : 05/09/2014
Messages : 1045

Région : Kalos
Dim 13 Jan - 10:57

Le soir venu, tu retournes dans tes quartiers et profites de ce bref moment de repos pour prendre une douche et te préparer de quoi manger. Tu observes ton téléphone, en te demandant si Belzebuth finira par t’appeler, finalement. Et si c’était Ruven qui le faisait, finalement ? Même si c’est dangereux, ce ne serait pas déplaisant non plus, surtout après ton rendez-vous avec les scientifiques, aujourd’hui. Cela te permettrait de penser à autre chose, comme ta quête des Badges d’Arène. Ce n’est peut-être pas mieux, cela dit, car la prochaine Championne que tu dois affronter n’est autre que Valériane, qui se trouve à Romant-sous-Bois, la ville où tu as grandi et où ton monde s’est écroulé. Non seulement le combat sera sans doute difficile, mais ce sera une véritable épreuve psychologique. Tu ne le sais que trop bien, et pourtant il faudra bien que tu la surmontes un jour. Et que dire d’Abigail ? Sera-t-elle prête à retourner là-bas, elle aussi ?

Tu t’observes dans le miroir fixé sur ton armoire, tandis que ton cœur s’alourdit à cause de la nostalgie. Cela te rappelle ces moments où tu essayais les vêtements de la boutique dans laquelle Flora travaillait. En comparaison, ton choix d’habits est bien plus limité, ici. Mais il reste malgré tout un cadeau que tu t’es offert avec ton argent après les premières leçons d’étiquette de la baronne Reynolds. Cadeau que tu décides d’enfiler, histoire de te souvenir de ce que l’on t’a appris. Tant pis pour les exercices physiques de la journée, tu feras ça avant de dormir.

A ce que l’on dit, les Nephilim, au sommet de leur réputation, avaient l’habitude de porter des vêtements sombres mais élégants, en étalant une bonne partie de leurs parures. Si tu n’as pas encore de bijoux et autres diamants – que tu n’apprécies pas spécialement, en vérité – tu as essayé d’être en accord avec cette affirmation en ce qui concerne la longue robe noire aux inspirations victoriennes dont tu as fait l’acquisition. Bien qu’elle ne soit pas facile à mettre seule et qu’elle révèle entièrement ta prothèse, la dentelle la rend agréable à porter, et les broderies blanches et rouges enroulant le vêtement à la manière d’un serpent lui donnent un charme qui t’a tout de suite plu. Elle n’est ni trop large, ni trop fine au niveau des jambes, ce qui ne t’entrave pas trop pour te déplacer, mais qui t’assure tout de même un peu plus de prestance par rapport aux robes que portent la plupart des gens. C’est le sens que tu aimerais donner à la famille Nephilim, maintenant que tu as décidé de redorer son blason. Tu souhaites que l’on se souvienne des Marquis Nephilim non pas comme des êtres vaniteux qui dilapidaient leur argent pour étaler leur richesse et qui pratiquaient l’inceste pour perpétuer leur prétendu sans pur, mais comme des nobles au sens strict du terme : des nobles par leur lignée, mais aussi par les vertus de leurs cœurs. Que par leur influence, le monde s’en porte meilleur, d’un point de vue culturel, comme ils ont pu le montrer par le mécénat ou par l’immensité de leur bibliothèque à l’intérieur du Château Nephilim, tout autant qu’idéologique. Tu veux que ton nom soit symbole de paix et de justice et que tous ceux qui s’opposeront à cet idéal le craigne.

Tu enfiles tes habits sombres et jette un nouveau coup d’œil dans le miroir une fois affublée de ce qui indique ta véritable position sociale. Il n’en faut pas plus pour t’imaginer à l’intérieur du Château de Combat, ou encore le Palais Chaydeuvre, pendant une de ces réceptions où le champagne coule à flot et où les nouveaux riches et les anciens nobles vont de pair, se séduisent et se repoussent grâce à leurs langues de serpent et leurs pas de danse. Pour sûr, la plupart des regards se tourneront vers ta prothèse, et d’autres encore médiront sur tes origines quand certains n’hésiteront pas à en faire part à Déborah Nephilim, ta tante et seule membre de ta famille encore vivante. Par ailleurs, il faudra sans doute que tu t’entretiennes avec elle à un moment ou à un autre, ou que tu connaisses d’une façon ou d’une autre ses intentions. Pour l’instant, elle ne semble toujours pas au courant de ton existence, ou si c’est le cas, elle ne le montre pas. Mais si jamais elle compte se mettre en travers de ta route, tu ne l’épargneras pas sous prétexte qu’elle partage le même sang que toi. Même si tu n’as plus aussi honte de tes origines, et que tu comptes transformer ce nom en quelque chose dont tu pourras être fière, ce n’est pas pour autant que tu vas oublier ton passé et que tu vas considérer cette femme comme quelqu’un qui compte à tes yeux. Il faudra s’y prendre avec ingéniosité, cela dit. Dans ce milieu, il te faut des alliés, de puissants alliés. Tu auras déjà la baronne Reynolds avec toi, mais c’est loin d’être suffisant, d’autant plus que les barons ne sont pas la catégorie de nobles la plus crédible, dans le monde de l’aristocratie.

Mais avant cela, il te faut plus de puissance. La Kabbale, les projets de la Team Galaxy, les Badges d’Arène… Ce sont tes principaux objectifs, pour le moment, et il vaut mieux éviter de trop t’éparpiller.







Sprite by Yakuru Hoot.
Double-Compte: Tony Schwärtzwind et Soren Kenshin
Theme
Battle Theme 1 - Battle Theme 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Mary Nephilim
Sbire Galaxie

C-GEAR
Inscrit le : 05/09/2014
Messages : 1045

Région : Kalos
Hier à 11:11

Ton téléphone se met à sonner, ce qui te fait sursauter. Il faut dire que tu ne t’attendais pas à recevoir un appel aussi tard, et encore moins dans une telle tenue. Belzebuth ? Il a donc réfléchi à ton offre ? La pensée te fait sourire. Ou alors il te teste pour savoir s’il peut vraiment être en mesure de se confier à toi ? Peut-être. Rien que pour cette possibilité, tu décides de prendre l’appel.

« Belzebuth ? » réponds-tu en décrochant.

« Je ne vous dérange pas ? » s’enquit le cyborg.

« Je ne t’aurais pas donné ce numéro de téléphone si ce n’était pas le cas. Dis-moi en quoi je peux t’aider. »

Silence à l’autre bout de la ligne. Est-ce qu’il a vraiment appelé simplement pour te tester ? Non, il a plutôt l’air de chercher ses mots.

« Ça a recommencé. » avoue-t-il. « Il y avait la guerre, le son des Roucarnages qui explosaient au loin… Et cet homme qui nous a tous massacré. C’est de plus en plus fréquent. J’ai l’impression de revivre ce moment alors qu’à chaque jour qui passe, j’oublie un peu plus les détails du visage de ma sœur ou de ma grand-mère. Je ne sais même pas si elles sont toujours en vie, bon sang ! »

Tu entends sa respiration se faire plus saccadée. Si tu le voyais, il serait sans doute en train de sangloter et les larmes commenceraient à perler le long de son visage. Mais c’est suffisant pour que tu ressentes sa peine et qu’elle entre en résonance avec la tienne. Tu comprends parfaitement où il veut en venir. Tu n’as même plus de photos du père Francesco ou de Flora depuis que tu as quitté Romant-sous-Bois. Tu ne te fies qu’à tes souvenirs, et s’ils sont encore assez détaillés, tu sais que tout le monde n’a pas une mémoire aussi précise. Et de toute façon, les images que tu as gardées d’eux dans ton esprit finiront par s’étioler, au bout du compte. C’est une fatalité que tu ne parviendras sans doute jamais à accepter, mais c’est ainsi.

« Est-ce que tu aimerais que je vienne te voir ? » proposes-tu. « Ou que l’on active la conversation vidéo, au moins ? »

Il ne répond pas, mais tu remarques que l’écran de ton téléphone matérialise une image en haute définition du cyborg. Il a donc accepté que vous vous voyiez par écrans interposés. Tu es contente qu’il le fasse, qu’il ne soit pas autant sur ses gardes qu’avant.

« Je préfère rester seul physiquement. » répond-il enfin. « Mais je crois que j’ai besoin d’une présence rassurante. »

C’est si dangereux de montrer qui l’on est vraiment au sein d’une organisation telle que la vôtre. Et pourtant, vous avez décidé de révéler vos véritables natures. D’un côté, une créature servile, presque entièrement privée de corps humain, sans volonté propre, et de l’autre, une soldate assoiffée de pouvoir, qui ne reculera devant rien pour parvenir à ses fins. Tu appuies à ton tour sur le bouton affichant ton visage face à la caméra de ton téléphone. Belzebuth est d’abord surpris de te voir dans un tel accoutrement, mais le sérieux de la discussion revient très vite.

« Je n’ai jamais connu la guerre, mais je comprends ce que tu ressens pour ta famille. » te confies-tu. « J’ai perdu mon père adoptif il y a un peu plus d’un an, et je commence déjà à perdre quelques souvenirs que j’avais de lui. Quant à ma mère, je n’ai vu son visage qu’à travers une peinture que j’ai découvert il y a peu. »

Tu ne mentionnes pas tes origines sociales, que tu considères comme hors de propos, pour l’instant. C’est lui qui a besoin d’aide, pas toi.

« Je veux revivre certains moments que j’ai eu avec elles, mais c’est comme si on m’en empêchait. » explique-t-il. « Comme si ma mémoire avait mal rangé mes souvenirs. Quand je veux penser à ma famille, à la place, j’ai les hurlements des soldats, les corps sans vie des gens que j’ai pu tuer… Ou peut-être que c’était mes camarades. Je ne sais même plus. »

Tu ne peux pas t’empêcher de serrer ton poing robotique en l’écoutant. Tu sais très bien ce qui est à l’origine de cela, et cela te révolte. La Team Galaxy veut une machine de guerre, mais tout ce qu’elle parvient à faire pour le moment, c’est briser un homme qui perd peu à peu goût à la vie, harcelé par ces visions cauchemardesques. Si tu avais besoin de preuves comme quoi la manipulation de la mémoire de Belzebuth est plus néfaste qu’autre chose, cette conversation serait la pièce à conviction idéale. Et pourtant, les têtes pensantes de la Team n’en auraient sans doute pas grand-chose à faire. Quels êtres abjects et méprisables !

« Je mènerai mon enquête à ce sujet, si tu le veux bien. » proposes-tu. « Je ne peux pas rester là sans rien faire alors que tu es en train de vivre cela. Tout ceci ne me semble pas normal. »

Le cyborg t’observe sans dire un mot. Ton regard semble à la fois perdu et décidé, et c’est probablement ce qui le perturbe et qui fait que ses larmes sèchent et que ses sanglots s’estompent, petit à petit. Peut-être que personne n’a quelque chose pour lui depuis qu’il est arrivé ici.

« En attendant, n’y a-t-il pas autre chose à laquelle tu peux te raccrocher ? » t’enquis-tu. « Une personne que tu admires, peut-être ? »

« Je n’en ai pas spécialement. »
affirme Belzebuth. « Je ne crois pas qu’il y ait quelqu’un dans ce monde qui mérite qu’on l’admire. »

Sa réponse n’est pas surprenante, étant donné le milieu dans lequel il a grandi, et le contexte politique d’Enchadrea. Les figures qui émanent de cet endroit ne doivent pas tous être des enfants de chœur. Et pour ceux qui prétendent l’être, un scandale finit toujours par éclater et par décevoir le peuple. Ce n’est pas si différent des autres régions du Pokémonde, mais au moins, les gens peuvent penser à autre chose, comme le Dressage, par exemple.

« Je comprends. Je ne partage pas le même point de vue, cela dit. Il y a des gens qui méritent les éloges qu’ils reçoivent. Ruven Baldwin, entre autres. »

« Le Champion de la Ligue ? Celui que l’on dit être un coureur de jupons ? »

« Il n’est pas comme ça. C’est mal le connaître que de le croire ainsi. »


Dans d’autres circonstances, tu te serais davantage indigné, ce qui aurait surpris Belzebuth encore plus. Ta voix est plus douce, mais pas dénuée de certitude.

« Je l’ai déjà rencontré à deux reprises et j’ai assisté à l’un de ses duels contre un challenger de la Ligue Pokémon. » poursuis-tu. « Il est loin d’être un simple dragueur, plus proche du chevalier que du Dom Juan. S’il était vraiment celui que les médias croient qu’il est, il ne serait pas en couple avec un enfant, et il ne serait pas aussi heureux et épanoui. C’est un homme bien plus simple et doux que ce que tout le monde croit, simplement passionné par ce qu’il fait et qui aime faire plaisir et passer du temps avec les gens qu’il aime, que ce soit ses Pokémon ou ses connaissances. Et pour couronner le tout, il possède une force que je n’ai vue que chez quelques rares personnes. Ce n’est pas simplement ses convictions ou l’entraînement intensif qu’il fait subir à ses Pokémon qui le rendent ainsi, c’est plus profond que cela. Je crois que c’est ce bonheur, cette joie de vivre qu’il célèbre et cherche à protéger, en un sens. »

Tu revois encore le combat entre Ruven et son challenger, lorsque tu es allée à la Ligue Pokémon incognito. Les flammes du Pyrax chromatique brillaient tel un Phénix, embrasant tout sur son passage. Le visage du Champion était marqué par la Passion, par la Détermination, par l’Espoir, tout simplement. C’est pour cette raison qu’à tes yeux, il est l’incarnation même d’un héros mythologique, l’un de ceux qui marquent l’Histoire de son empreinte. Le monde manque de gens comme lui, et c’est la raison pour laquelle tu as décidé de le prendre en exemple.

« Et puis, il m’a aidé à devenir la femme que je suis, d’une certaine façon. » achèves-tu. « Il m’a aidé à ne pas abandonner quand je ne voulais plus être Dresseuse. Il m’a écouté cet autre jour, où je lui ai parlé de certains de mes problèmes qui me hantaient, la nuit. A part mon père adoptif et mon ancienne meilleure amie, jamais quelqu’un n’a été aussi bon envers moi. Il serait sans doute déçu de me voir travailler pour la Team Galaxy, mais je crois qu’il serait capable de comprendre mes motivations, même s’il ne les partagerait pas. Pour toutes ces raisons, je lui suis infiniment reconnaissante. Et c’est la raison pour laquelle j’espère que tu admireras quelqu’un comme lui, un jour. »







Sprite by Yakuru Hoot.
Double-Compte: Tony Schwärtzwind et Soren Kenshin
Theme
Battle Theme 1 - Battle Theme 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Dawn of war 2 Retribution
» SAGA TWILIGHT- Twilight, New Moon, Eclipse, Breaking Dawn
» [Achat] -U- Je cherche équipement Narrow et Dawn
» Cherche pack : Dawn of the Empire
» Dawn of Justice | RPG Dc Comics

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kalos - 6E G E N :: Cromlac'h-