AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» Une Dernière Danse


avatar
Ex-Champion

C-GEAR
Inscrit le : 13/01/2015
Messages : 2523

Région : Johto, Alola & Unys
Dim 4 Nov - 20:54
Les semaines sont passées depuis notre arrivée sur l'île et, par chance, personne ne nous a encore découvert en dehors des habitants du village flottant, qui étaient déjà au courant que j'habitais ici par le passé. Je n'ai pas cherché à m'y rendre de nouveau ; mon ventre qui avait pris des formes en peu de temps aurait attiré de nombreuses curiosités et je ne voulais pas que des rumeurs quittent l'île et atteignent les journaux : plus tard ils seraient au courant mieux ce serait. J'avais même le petit espoir qu'ils ne l'apprennent pas, qu'ils abandonnent ma cause avant, mais je me savais naïve de pouvoir penser une telle chose : je restais une mine d'or pour les magazines people, Matt me l'avait confirmé lorsqu'il était retourné s’approvisionner à Mele Mele pour les fêtes de fin d'année et qu'il avait regardé les journaux pour s'informer un peu... Même l'arrivée de ma sulfureuse amie ne risquait pas de détourner complètement leur attention. Heureusement, les journalistes n'étaient pas au courant que je vivais ici, ils pensaient que j'étais retourné à Unys... Mais ma région natale ne m'attirait plus. J'avais besoin de calme, de pouvoir me ressourcer au plus près de la nature et loin des miens, au moins pour le moment. Je savais que je devrais parler de ma situation à ma famille, je l'avais déjà vaguement évoqué avec Béa mais je n'avais pas osé tout lui dévoiler, tout cela était encore bien trop récent et j'avais peur qu'ils ne comprennent pas... C'est vrai, j'aurais pu faire le choix de ne pas le garder, et j'aurais même pu décider de rester à la ligue en gardant mes distances... Mais mes dernières bêtises m'ont fait réalisée à quel point je souffrais de la situation et j'ai choisi la solution la plus simple, celle de la lâcheté : la fuite.

Est-ce que je regrette ? Lorsque je morfond dans mon canapé à fixer la télévision sans vraiment la voir oui, je regrette. Le pire étant encore lorsqu'ils diffusent des matchs de la ligue, comme celui de Ruven après mon départ... Il portait la cravate que je lui avais offert et je n'avais pas pu m'empêcher de pleurer en voyant son air aussi fermé, froid ; je l'avais fait souffrir, et je continuais de le faire. Alors je passais une partie de mon temps à l'extérieur, à nager dans cet océan qui me permettait d'oublier, à explorer les canyons en compagnie de Klein et de Haiser. Celui-ci était réellement ravi d'être de retour chez lui, il avait repris sa place de chef parmi les Ekaiser du canyon et il s'y était même trouvé une compagne, qui passait parfois près de la maison pour venir le voir, peu farouche. Cela me faisait du bien de voir cela, de pouvoir rendre l'un de mes compagnons heureux... Les autres étaient restés plus ou moins proche de moi - à l'exception de Noah, qui flânait désormais sur la plage toute la journée - mais le dragon était arrivé plus récemment dans l'équipe et je trouvais cela bien qu'il puisse de nouveau profiter d'une vie plus sauvage. Au fond il était plus heureux à vivre parmi les siens, à répondre aux défis qu'à devoir affronter des challengers qu'il ne connaissait pas...

Finalement, je commençais à m'y faire. Il y avait des sujets difficiles mais l'environnement m'aidait à me sortir la tête du sable et il m'arrivait de nouveau à m'amuser, que ce soit avec mes pokémons ou avec Matt, qui avait sorti la console de mes cartons. Mais Noël arriva bien vite sans que je n'ai pris de décisions, alors que mes parents m'invitèrent, évidemment... Mais finalement l'excuse fut toute trouvée : une tempête puissante était prévue et nous risquions de l'essuyer de pleine face. A vrai dire j'aurais pu trouver un autre moyen, partir bien plus tôt et revenir plus tard... Mais cette île était devenue mon cocon et je ne me sentais pas encore prête à faire face au reste du monde, j'avais besoin de temps. Cependant, quelques jours après les fêtes de fin d'année, je profitai du beau temps enfin revenu pour pouvoir appeler ma sœur et je réussis alors à tout lui dévoiler, et sans pleurer. A vrai dire ce n'était que lorsque Ruven entrait en compte que les larmes coulaient encore mais j'esquivais le sujet le plus possible et lui expliqua que j'avais besoin de temps pour me remettre les idées en place...

Noël passé, je réalisais que j'avais désormais une boule au ventre : Ruven m'avait promis de passer après les fêtes, sans me donner davantage de détails. La connexion était instable ici, j'avais beau avoir du réseau en m'étant connecté au centre pokémon cela restait fragile et il m'arrivait de manquer des appels et des messages... Qui sait, peut-être avait-il essayé de m'appeler sans y parvenir ? Peut-être allait-il arriver à l'improviste d'ici quelques minutes ? Ces pensées m'obnubilait désormais et parvenaient même à m'en rendre malade ; je recommençais à rejeter certains repas alors que je pensais ce stade révolu, et je me sentais nerveuse, même la natation ne m'aidant pas. Je repris donc plus au sérieux mon ancien entraînement et recommençai à faire un long jogging chaque jour, la course m'aidant à oublier...

Je revenais de l'un de ces joggings, affublée d'un short, d'un haut léger et d'une casquette, ayant parcourue plusieurs kilomètres de plage, lorsque je vis une silhouette au loin, près de la villa... Était-ce possible ? Je sentais déjà mon cœur crever le plafond alors que j'essayais de me résonner ; cela pouvait être n'importe qui... L'infirmière par exemple ! Mais au fur et à mesure que je me rapprochais, je sentais que c'était bien lui... Il avait tenu sa promesse, il était venu.


LUNA is watching you.
doubles comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 14/12/2013
Messages : 5214

Région : Kalos / QG Ligue 4
Mer 7 Nov - 21:01
Le matin du 25 décembre, j'envoyai un SMS à Lizbeth. Dedans, en plus de lui souhaiter un joyeux Noël, je lui demandais si elle était toujours d'accord pour que je vienne lui rendre visite dans la semaine qui venait.
Nous n'avions pas eu le moindre contact depuis cette dernière conversation émue au téléphone. Mon amie m'avait prévenu, elle avait besoin de temps seule : fidèle à sa déclaration elle n'avait pas tenté de me contacter et je l'avais laissée tranquille. J'essayais de ne pas m'inquiéter de ce silence qui s'éternisait mais ce n'était pas évident. Décrocherait-elle la prochaine fois que j'appelerai ? Répondrait-elle à mes SMS ? Ces questions me tracassaient et je passai la matinée du 25 dans l'appréhension que mon message n'ait jamais de réponse.

Heureusement, Lizbeth n'avait pas décidé de couper les ponts. Il y eut une vibration dans ma poche alors que Zoé, Haby et moi attendions sur les quais de Port-Tempères qu'arrive le bateau d'Alyssa. Mon amie acceptait toujours de m'accueillir chez elle mais me prévenait qu'elle avait de gros problèmes de réseau et qu'il ne fallait pas que je m'inquiète si je n'arrivais pas à la joindre par la suite - ce qui s'avéra être le cas.

Je pris des billets pour Alola le soir même, après une discussion avec Habygaelle. Elle n'avait évidemment pas l'air enchantée que j'aille tout seul chez mon ex-collègue, aussi je fis passer la pilule en proposant qu'elle et les filles viennent avec moi à Alola. Nous passerions une petite semaine chez Alira, qui mourrait d'envie de rencontrer sa "nouvelle belle-sœur", et je m'éclipserais juste deux jours pour aller à Poni voir Lizbeth. Présenté comme ça, ma compagne accepta sans trop de réticence.
Nous débarquâmes à Ekaeka deux jours plus tard. Je profitai pleinement d'être avec ma petite famille au complet pendant trois jours : nous essayâmes les plages, fîmes l'une des plus belles balades de Mele-Mele, et savourâmes d'être au chaud et au soleil alors qu'on se les caillait à Kantô. Je ne m'inquiétai pas de laisser mes filles seules avec Alira le temps que je rende visite à Lizbeth : ma cousine semblait sous le charme d'Haby (elle la trouvait bien plus cool qu'Amélie, me dit-elle) et se plaisait à jouer à la super tante sympa avec Lyssa et Zoé – même si je savais qu'elle se lasserait de ce rôle, les enfants ce n'était pas son truc. Ce fut donc en toute confiance que je partis très tôt, à l'aube du quatrième jour, et me fis conduire sur Poni par bateau.

Arrivé au Village Flottant, je fis le chemin jusqu'à la villa sur le dos de Corvo. Je me souvenais à peu près du trajet, et heureusement car je ne pouvais pas joindre Lizbeth pour le lui demander : son portable était hors réseau. Impossible aussi de savoir si elle était au courant que j'arrivais aujourd'hui car elle n'avait pas répondu au SMS que je lui avais envoyé hier. Tant pis, ce serait donc une surprise.
Après un certain temps à avancer dans un environnement dépourvu de civilisation, je finis par apercevoir la maison et sa plage privée. Je n'y étais pas revenu depuis que Liz et moi l'avions visitée il y a de ça presque quatre mois – la dernière fois que nous avions vraiment partagé quelque chose avant qu'elle ne commence à s'éloigner de moi. Y penser me fit monter une bouffée de stress. Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre. La dernière fois que nous avions vraiment parlé Liz et moi, c'était le soir de son départ : elle avait pleuré et la conversation avait été très difficile. En plus, jamais encore je n'avais été confronté à elle en ayant à l'esprit qu'elle était amoureuse de moi, j'ignorais comment j'allais gérer ça. Trois semaines s'étaient déroulées depuis, dans quel état était-elle ? Allait-elle mieux ? Avait-elle commencé à passer à autre chose ? Je n'avais aucun moyen de le savoir. Peut-être que l'on se dirigeait tout droit vers la catastrophe. Je ferais tout pour que ce ne soit pas le cas mais...


« Arrête-toi là mon grand. » dis-je à Corvo alors que nous longions la plage. « Je vais finir à pied, merci pour ton aide. »

L'arcanin se stoppa et je me laissai glisser de son large dos. A peine fus-je à terre qu'il passa sa grosse tête sous mon bras gauche ; je pris quelques secondes pour le grattouiller dans le cou et derrière les oreilles. Il haleta avec un bonheur infini, comme chaque fois que quelqu'un lui donnait un peu d'affection.

« Allez, file grand nigaud. » dis-je après lui avoir donné sa dose de câlins. « Tu as beaucoup d'espace pour t'amuser, profite-en. »

Alors que Corvo me prenait au mot et commençait à explorer de la truffe ce que ce nouvel environnement avait à lui offrir, je libérai le reste de mes pokémons. Je leur fis la même consigne que lorsque nous nous trouvions au manoir Rainbow : quartier libre tant qu'ils restaient à portée de l'aura de Lear. Je devais être sûr de pouvoir les rappeler auprès de moi en cas de problème ou si je désirais partir.

« Ta demande tient toujours Ruven ? » me demanda le loup blanc.

Je lui confirmai que oui. D'habitude je laissais Lear me suivre partout si ça lui chantait, mais aujourd'hui je préférais d'abord vérifier que la situation était à peu près apaisée avec Lizbeth. Je n'avais pas envie qu'il soit témoin d'une scène trop personnelle.

« Très bien, je vais explorer les alentours. Tiens-moi au courant quand j'aurai le droit d'entrer dans la maison.

- Merci champion.
»

Et me voilà seul. Mes pokémons s'étaient tous dispersés ; certains étaient partis faire leur vie dans la nature, d'autres avaient retrouvé les pokémons de Lizbeth et sociabilisaient avec eux. Je suis sûr que si elle avait été là Molly serait restée près de moi mais j'avais préféré la laisser avec Zoé. Même si je ne doutais pas un instant de la capacité de ma compagne à protéger tout le monde avec son équipe en cas de problème, j'étais plus rassuré de savoir qu'une partie de moi était avec elles.

Je m'éloignai un peu de la plage pour me rapprocher de la villa. Il n'y avait aucune agitation de ce côté-là, a priori personne n'avait encore remarqué ma présence... Aucun pokémon de Liz ne l'avait avertie ? Ou mince, peut-être n'était-elle pas chez elle en ce moment ? Je n'avais aucune certitude qu'elle avait bien lu mon SMS, peut-être qu'elle avait prévu des choses aujourd'hui et qu'elle ne serait pas là de la journée... Est-ce que Matthew était là tiens ? Liz et lui étaient partis ensemble de la Ligue et le jeune homme s'était énormément occupé d'elle ces derniers mois, cela ne m'étonnerait pas qu'il vive avec elle pour l'instant. Je n'avais pas du tout posé la question à mon amie, au final. Si c'était bien le cas, il ne me paraissait pas impossible qu'ils finissent par se remettre ensemble à un moment... ce qui me ferait très plaisir pour Liz, honnêtement.

J'étais en train de marcher vers la demeure, ces questions plein la tête, quand un mouvement provenant d'une assez grande silhouette attira mon attention à la périphérie de ma vision. Je tournai la tête et vis qu'il s'agissait d'un être humain qui joggait dans ma direction. Même s'il se trouvait encore trop loin pour que je puisse voir son visage, il était évident vu l'endroit où nous étions que cela ne pouvait être que Lizbeth. Elle avait donc repris le sport, pensai-je aussitôt ; c'était un très bon signe. Je m'arrêtai où j'étais et l'observai arriver jusqu'à moi, un sourire affectueux aux lèvres. Comment la saluer ? Quels premiers mots employer ? J'avais attendu de longs mois de pouvoir enfin lui parler en face à face : je n'avais pas envie de faire comme si cet instant n'était pas précieux.
Finalement, alors qu'elle s'arrêtait à deux mètres de moi, je sus parfaitement ce que je voulais faire. Sans dire un mot, je lâchai mon sac qui tomba mollement dans le sable. Puis, alors que mon sourire devenait plus tendre, je tendis les bras vers elle.


« Viens. » lui intimai-je avec douceur. « Il est temps que je te le fasse, ce câlin. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ex-Champion

C-GEAR
Inscrit le : 13/01/2015
Messages : 2523

Région : Johto, Alola & Unys
Mer 7 Nov - 21:32
Je veux juste une dernière danse avant l'ombre et l'indifférence ♪

Je n'avais plus autant d'endurance qu'autrefois, lorsque je courrais tous les matins autour de la ligue avec Ruven, j'avais arrêté pendant trop longtemps les véritables activités physiques pour cela. L'annonce de mon état, mes sentiments et toute la dépression qui s'en est suivie m'a peu à peu éloigné de ce qui était pourtant ma plus grande passion : le sport. Lorsque je courrais j'étais capable de tout oublier, je pouvais éloigner les pensées parasites de mon esprit et j'en ressentais même un certain plaisir au bout d'un certain temps, lorsque l'adrénaline m'envahissait... J'avais sincèrement hésité à reprendre étant donné mon état, mais je m'étais repris : après tout je n'étais pas malade. Certes il y avait certaines choses que je devais éviter tel que l'alcool (et cela s'avérait plutôt compliqué, il fallait bien l'avouer, j'y avais pris goût...) mais je n'étais pas en sucre et je pouvais continuer de vivre comme bon me plaisait... Je me forçais donc à faire des parcours similaires à ceux que je faisais à l'époque, à l'exception près que j'étais seule cette fois, et je m'y tenais rigoureusement. Cela m'aidait aussi à appréhender un peu mieux la journée à venir, même si je n'étais jamais à l'abri d'une crise ou d'une rechute rapide, parfois pour une simple pensée. J'avais du mal à me détacher de ma vie précédente, tout était encore trop vif et récent et les sentiments que je ressentais trop forts. Pourquoi suis-je devenue aussi faible ? Comment est-ce que j'ai pu tout faire capoter aussi facilement ? Est-ce que c'était mon destin que de devoir sans cesse affronter la tempête, de devoir me battre envers et contre tout ?

Et pourtant, cette fois, j'avais baissé les bras plutôt que de me battre. Est-ce que cela aurait réellement changé quelque chose ? Aurais-je pu changer le futur en avouant tout et en me battant pour nous ? Je n'en avais aucunes certitudes et je n'avais pas envie de le savoir ; une personne qui souffre, c'était déjà suffisant. Je ne voulais pas faire plonger mon entourage et je ne voulais pas lire la déception sur son visage, ou pire la pitié, je ne l'aurais pas supporté. Alors j'ai cessé de me battre, j'ai baissé les bras. C'était peut-être bien la première fois que j'agissais aussi lâchement de toute ma vie, mais je m'étais retrouvée désemparé, sans solution. Je ne pourrais plus jamais me moquer des chansons évoquant les peines d'amour comme étant la pire souffrance qu'il soit ; j'étais en plein dedans.

Alors, lorsque la silhouette de Ruven m'apparut au loin, près de la villa, mon cœur me fit comprendre en des battements frénétiques à quel point il souffrait. Je ralentis l'allure progressivement, essayant de me souvenir comment respirer correctement, le souffle bloqué par cette vue. Je n'étais pas prête à lui faire face, quoique j'ai pu me dire ces derniers jours, et le moment était pourtant arrivé. Me mettant à marcher, je rétrécis peu à peu la distance qui nous séparait, baissant la casquette qui recouvrait le sommet de mon crâne ; au moins il ne se rendrait pas compte à quel compte je me négligeais comparativement à mon temps passé à la ligue... Pas tout de suite en tout cas.

Je m'arrêtais face à lui, mon cœur tambourinant douloureusement contre ma poitrine, comme s'il voulait le rejoindre. Il n'était pas le seul, mais j'étais incapable de faire le moindre pas, trop occupée à refouler les larmes qui voulaient de nouveau se frayer un chemin.

Un bruit sourd me surprit, je relevais la tête en voyant son sac par terre, ses bras tendus. Sa voix si douce me procura des frissons que je ne cherchais même pas à cacher ; c'était bien lui. Je restais stupidement immobile face à lui, le corps tremblant, avant de briser les quelques mètres nous séparant pour me jeter finalement dans ses bras, blottissant ma tête contre son cou alors que les larmes se mirent aussitôt à couler librement, maintenant que je ne sentais plus son regard. Je tremblais toujours, prise par une myriade de sentiments qui ne voulaient plus me quitter, mais glissais mes bras dans son dos pour le serrer contre moi, n'ayant plus envie de le quitter.

- Ruven... Ma voix était cassée par l'émotion et les larmes, mais j'avais besoin de le dire à haute voix, de me rassurer.

Est-ce que le temps pouvait s'arrêter désormais ?


LUNA is watching you.
doubles comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Une dernière danse à Pinar del Rio
» [1750] Dernière Danse [Entrainement Sköll-Leene]
» Les cries aveugles et les larmes sourdes d'une enfant [Cassie]
» Je souffre de bordelisme chronique et de flemingite aigue. [JAKE]
» Dernière Danse ● |Just take me in your arms and let me waltz over our eternal Universe||

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Alola - 7E G E N :: Grand Canyon de Poni-