AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» CONCOURS DE COORDINATION n°43 - Catégorie 3


avatar
Elite 3

C-GEAR
Inscrit le : 15/02/2015
Messages : 451

Région : Unys / Elite 3
Dim 21 Oct - 19:19
« Madame Grandt ! Accordez-nous un instant s'il vous plait !

- Madame Grandt, juste une ou deux questions !
»

Béatrice évite leurs regards et continue d'avancer. Elle est encadrée par son agent Danielle, qui lui ouvre le chemin devant, et par Sköll, qui dissuade les journalistes de la suivre. Le galeking est une vraie crème mais peu de gens le savent, il en profite donc pour intimider tout le monde avec sa grosse carrure et sa gueule de fer. Ça marche plutôt bien car la plupart des reporters abandonnent, mais certains forcenés s'obstinent et tentent d'interpeller la maitre coordinatrice sur le trajet du dôme.

« Madame Grandt, que savez-vous du départ de votre sœur de la Ligue Pokémon ?

- Nous connaissons la raison officielle mais y a-t-il autre chose ?
»

Béa serre les dents. Depuis le temps qu'elle est célèbre, elle s'est habituée à ce que la presse se montre intrusive. Elle en a elle-même fait les frais à plusieurs reprises, notamment au sujet de son célibat ou de sa préférence pour le genre féminin. Rien de nouveau donc... mais malgré tout, ça la met toujours en rogne. D'autant plus que là il ne s'agit pas d'elle, mais de Lizzy. Qu'on vienne tenter de lui soutirer des infos croustillantes sur la vie de sa petite soeur l'énerve particulièrement. Pour qui la prend-elle ? Pensent-ils qu'elle est une balance qui va trahir les secrets d'un membre de sa famille pour leurs beaux yeux ? C'est tellement mal la connaitre.

« Madame Grandt !

- Est-ce que cela a un rapport avec Ruven Baldwin ?

- Madame Grandt ne répondra à aucune question, merci de nous laisser accéder au dôme.
»

La sécurité du dôme de Mauville vient prêter main forte et écarte le groupe de journalistes, permettant à Danielle, Béa et Sköll de s'infiltrer dans le bâtiment. Tous trois vont directement se réfugier dans la zone réservée au personnel, là où on ne pourra plus les suivre. L'agent pousse un soupir de soulagement discret en fermant la porte derrière eux.

« Enfin... Qu'est-ce qu'ils peuvent être harcelants.

- Des charognes. Tous des saletés de charognes.
»

Le ton de Béa est assassin. Elle exècre les journalistes people. En partie parce qu'ils la font chier depuis qu'elle est connue, mais surtout parce qu'elle trouve leur métier honteux. Comment peut-on choisir de dédier sa vie à informer les autres, vocation noble et ô combien nécessaire pour ouvrir les yeux du peuple, et finalement se retrouver à traquer des potins aussi futiles qu'inintéressants ? Ces gens ne méritent pas le titre de journaliste.
Danielle connait son avis sur la question et hoche la tête à sa remarque. Elle n'est pas aussi vindicative sur la question (notamment parce qu'elle aime lire ces magazines de commères, Béa le sait) mais comme elle vit ça aussi de l'intérieur elle comprend très bien son point de vue.

« Allez n'y pensons plus. On va te préparer pour tout à l'heure. »

Tous trois se dirigent vers la loge du maitre de cérémonie en saluant les employés du Dôme qui sont en plein préparatifs. Quelques candidats sont déjà arrivés et vérifient avec l'équipe technique que leurs demandes en terme de lumière et de musique ont été bien prises en compte ; la plupart sont trop concentrés pour s'apercevoir qu'une représentante de l'Elite 3 passe à côté d'eux. Tant mieux, Béa ne veut pas les perturber.

« Dis-moi, tu as des nouvelles de ta sœur ? » Ah, les questions des journalistes ont dû travailler Danielle. Elle ne connait pas Lizbeth personnellement mais depuis le temps qu'elle cotoie Béatrice c'est tout comme. « Comment va-t-elle ?

- Je ne sais pas. Nous n'avons pas discuté depuis la dernière fois. Elle est distante en ce moment.
»

Danielle fait une petite moue compatissante. Béa lui a expliqué que Lizzy allait mal et que son départ de la Ligue n'était pas de gaieté de cœur, mais rien de plus. Bien sûr Béatrice a une pleine confiance en son amie et agent, elle n'imagine pas une seconde que Danielle irait raconter les problèmes de Lizzy à quiconque ; c'est juste que cela ne la regarde pas.

De toute façon, la rouquine n'aurait pas grand chose à lui dire. Elle n'a eu sa soeur au téléphone qu'une seule fois depuis son départ de la Ligue et Lizzy ne semblait pas avoir très envie de s'épancher. Elle lui en a tout de même suffisamment dit pour que la maitre coordinatrice ait les moyens d'affoler la presse people : elle lui a révélé que Baldwin était à l'origine de son profond mal être, même si d'autres choses se sont ajoutées depuis.
Est-ce que Béa a été surprise ? Pas du tout. Elle l'a vu venir à des kilomètres, sûrement bien avant que Lizzy elle-même n'en prenne conscience. Il suffisait d'entendre la manière dont elle parlait de cet homme au téléphone : rarement Béa avait entendu sa soeur aussi enthousiaste à propos de quelqu'un. En plus elle et Baldwin semblaient toujours trainer ensemble, que ce soit au quotidien ou en dehors du contexte professionnel. Lizbeth est restée muette à ce sujet, sans doute parce qu'elle craignait que Béatrice ne le lui reproche, mais Danielle s'est chargé de relayer les infos lues dans un de ces chiffons people. Grandt et Baldwin très proches et peu vêtus à Amaillide, Grandt et Baldwin en vacances à Alola... et Baldwin en couple avec une femme plus jeune que lui à la plastique de rêve. Typique de ce genre de prédateurs machistes. Béa ne sait rien de toute cette histoire (est-ce que Baldwin a fait miroiter une relation sérieuse à Lizzy ? Est-ce qu'ils étaient amants ? Est-ce que Lizzy savait pour cette autre femme ? Qui était la trompée des deux ?) mais quoi qu'il en soit ça lui donne envie de vomir. Quel homme abject. Est-ce que ça le fait se sentir important de capturer l'attention de deux femmes à la fois ? Ou est-ce qu'il fait ça par pur challenge ? Est-ce qu'il choisit ses cibles exprès pour leur naïveté ou est-ce qu'il leur raconte des salades jusqu'à endormir leur méfiance ? Dans tous les cas c'est absolument répugnant. Depuis le début Béa s'est méfiée de ce baratineur, et d'ailleurs elle a mis Lizzy en garde quelques semaines à peine après son arrivée à la Ligue. Elle ne le sentait vraiment pas ce mec. Trop soucieux de son apparence, trop amical d'emblée : le genre de gars qui mise tout sur la première impression pour que tu ne viennes pas creuser la personnalité pourrie qu'il y a derrière. Béatrice est sans doute assez méfiante avec les autres pour ne pas laisser berner par ce genre de charlatans, mais Lizzy... Elle fait trop confiance aux gens. Et voilà ce que ça lui rapporte. Si ce connard de Baldwin vient à croiser son chemin un jour, Béa se jure de prendre l'élan nécessaire au moment de latter la partie de son anatomie qu'il semble choyer le plus. Ça lui apprendra à jouer avec les sentiments de sa petite sœur.

***

Deux heures plus tard, Béa a oublié les déboires de sa soeur et s'est reconcentrée sur le concours de ce soir. Elle monte sur la scène sous les applaudissements du public ; comme tous en ont pris l'habitude désormais, elle ne porte pas de robe de soirée mais un pantalon et une tunique longue. N'est pas encore né celui qui lui fera enfiler une tenue de potiche.
Elle se dirige vers le centre de l'estrade, attend une seconde que le projecteur se soit bien focalisé sur elle, puis salue l'assistance d'un bref signe de tête. Son autorité naturelle suffit à ce que simple geste ramène le silence.

« Mesdames et Messieurs, bonsoir. Bienvenue au dôme de Mauville pour un nouveau concours de coordination qui, je l'espère, sera de haute volée. Le thème que les candidats ont à traiter ce soir est LE MIROIR. Un thème riche qui ouvre un grand champ des possibles... » Elle s'interrompt un instant, le temps que chacun s'imprègne de l'idée et voit ce que ça lui évoque. C'est ainsi que l'on met le mieux le public en condition. « Souhaitons une bonne prestation à nos coordinateurs, et place au spectacle. »




LES RÈGLES.
  • Catégorie accessible uniquement aux coordinateurs possédant 5 rubans ou plus. Eux seuls peuvent poster ici !

  • Vous avez le droit à 2 pokémons (ou moins si vous le souhaitez), pas plus. Vous pouvez utiliser un maximum de 3 attaques (attaques différentes ou trois fois la même, le compte est identique) par prestation.

  • Le thème de ce concours est LE MIROIR.

    La difficulté et la subtilité résident dans la manière d’être original tout en nous faisant comprendre de quoi il est question, à travers votre prestation. Il faut que la compréhension du thème se retrouve à la lecture et qu'un spectateur dans la salle, inRP, puisse TOUT SAISIR de ce que vous voulez faire passer..
Vous pourrez apporter des précisions, si vous le désirez, entre balises spoilers, en fin de prestation. Pour autant, ce ne sont là que des compléments d’informations, mais rien de déterminant dans la compréhension du texte, qui doit parler de lui-même aux membres du jury.

Vous avez jusqu’au dimanche 25 novembre aux environs de 20h (heure française) pour poster votre prestation. Bon concours et bonne chance à tous !


Avatar par Sakae Kurami
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 5450

Région : Kantô
Dim 25 Nov - 15:07
Début de la prestation

~

Les lumières se mirent à éclairer la grande pièce, doucement. Le dôme fut peu à peu plongé dans une atmosphère terne, une teinte bleutée se glissant subrepticement sur la scène. Sur cette dernière, un décor se dessina au yeux des spectateurs, petit à petit. Un long drap blanc était tenu, tendu, reliant les coulisses. Dessus étaient dessinés les traits d’un château, grand et luxueux. Devant la toile était déposé un long tapis purpurin qui bordait les pierres du château, semblant de haute qualité et parsemé de fioritures et de fins dessins en tout genre. Des chandeliers éteints étaient disposés, ça et là, sur les côtés de la broderie de sol, symétriques, touches finales du décor, confirmant l’aspect royal de celui-ci.

Un personnage apparut alors au milieu de l’estrade, arrivant depuis les coulisses droites. Il s’agissait d’Elisa qui progressait le pas lent, prenant son temps pour arriver jusqu’à destination ; le passage à gauche. Elle portait sur sa tête une couronne, signe de royauté. Son corps était recouvert de broderies et d’ornements dorés. Elle s’avançait, vers l’autre côté de la pièce, marchant sur le tapis rouge, d’une posture droite et fière. Dans ses bras, une forme enveloppée dans un drap. Une oreille dépassa lorsqu’une partie du textile retomba. La petite Givrali était enrubannée dans une sorte de linge blanc et rouge et poussait de petits cris stridents.

La jeune femme s’arrêta alors, d’un seul coup, n’ayant pas encore atteint sa destination avant de se mettre à genoux. Elle leva la tête vers un ciel inconnu et demanda, haut et fort : « Cet enfant vivra-t-il longtemps ? » La question résonna à travers tout le dôme. Et elle eut une réponse, quelques secondes plus tard, lorsque l’écho de la demande de la reine fut dispersé dans l’air. « Il vivra longtemps. » Une voix d’homme, comme divine, parvint aux oreilles de la jeune femme. Le visage de la coordinatrice s’éclaira alors, rayonnant. Mais ce fut jusqu’à la fin de la phrase de cette présence. « Il vivra à condition qu’il ne voit jamais son reflet. » La réponse sembla choquante. Sur le visage d’Elisa, on pouvait lire confusion et questionnement. Mais elle baissa la tête rapidement, comme acquiesçant.

Elle se redressa quelques secondes plus tard, le regard plein de détermination. « Détruisez tous les miroirs du royaume ! » fit-elle, ordonnant aux gardes invisibles d’exécuter ce qui venait d’être énoncé. À cet instant, des bruits de verre se brisant résonnèrent en écho dans tout le dôme tandis que les projecteurs se coupèrent d’un seul coup.


« Les années s’écoulèrent et l’enfant grandit... » La voix d’Elisa résonna dans les hauts-parleurs, accompagnée d’une ambiance sonore qui rappelait le tic-tac du temps qui passait. « En âge de se marier, les prétendantes se succédèrent, sans succès. Le prince les rejeta toutes. »

Les lumières se rallumèrent doucement, découvrant un nouveau décor aux yeux des spectateurs. La toile de fond avait disparu pour laisser place à une sorte de forêt. Des arbustes et de la végétation étaient disposés ça et là un peu partout sur la scène. Même sur le sol, on retrouvait des petits morceaux de terre. Les spots projetaient une lumière verte, s’alliant à l’ambiance. En fond, de grands panneaux verticaux aux couleurs de la nature complétait le tableau de verdure. « Un jour, lors d’une espace à l’extérieur du château, le prince découvrit une chose qui lui était inconnue. » Elle marqua une pause, laissant le visuel prendre le pas sur le son pendant quelques secondes.


Sur le sol, une ombre bleue et blanche, toute composée de glace, se forma depuis les coulisses, créant une longue et épaisse ligne sur le sol. Le long de cette apparition, on put observer la Givrali, qui venait d’arriver, gambadant élégamment, les yeux vers le ciel fictif et les arbres du décor. « Il vit quelque chose qu’il n’avait encore jamais vue auparavant. » La bête de glace s’arrêta alors et se tourna vers le sol, là où la trace venait de se dessiner. « Dans un ruisseau, il se pencha. » Comme pour répondre aux paroles de la voix des hauts-parleurs, Siegline se pencha en avant, curieuse.

« Ce fut à ce moment qu’il découvrit son reflet. »

Une lueur dans les yeux de la petite bête sur scène naquit. Elle regarda le jury, les spectateurs et tout autour d’elle comme pour comprendre ce qui venait de se passer, surprise et terriblement étonnée de ce qu’elle venait de voir. Rapidement, elle s’allongea près de ce qui représentait le reflet de l’eau et commença à se contempler. « Il se trouva beau. Éperdument beau. Et rapidement, il tomba amoureux de son propre reflet. » Elle se stoppa, laissant la Givrali mimer des sourires et des mimiques au ruisseau, se faisant belle en remettant ses poils derrière ses oreilles d’un coup de pattes.

« Il était tellement amoureux de son reflet qu’il ne pouvait plus bouger, préférant dépérir en se contemplant plutôt que de se nourrir. » On vit le Pokémon s’affaisser le long de son reflet. « Le temps passa et le prince ne se souciait ni de la faim ni des tempêtes. » Le décor s’assombrit soudainement et le bruit de l’orage retentit. La tempête éclata. La pluie et le vent se déchaînèrent sur la scène qui se décomposa en quelques secondes. L’ouragan arracha les feuilles des arbres du fond tandis que la pluie rendit la terre boueuse. La boue, elle se répandit sur l’estrade, salissant à peu près tout, venant même ronger la glace qui servait de miroir au Pokémon.

« Et ce qui devait arriver arriva. »

À ces mots, la Givrali posa sa tête sur le sol, à bout de forces, elle essaya de lutter, relevant ses oreilles une ou deux fois avant de définitivement s’effondrer tandis que la tempête se calmait en fond. Les lumières faiblirent doucement, jusqu’à petit à petit laisser entièrement place au noir, laissant la voix de la jeune femme résonner en écho, un peu comme une morale sous-jacente.

« Et ainsi, à force de s’aimer trop, il en perdit la vie... »

~

Fin de la prestation



L'histoire:
 



music
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Elite 3

C-GEAR
Inscrit le : 15/02/2015
Messages : 451

Région : Unys / Elite 3
Dim 23 Déc - 11:29
Comme le veut la tradition, c'est la catégorie 1 qui ouvre le bal. Béatrice jette un coup d'oeil à sa liste d'inscrits et pousse un long, très long soupir. Il n'y a qu'un candidat. Un seul.
Pourquoi la discipline est-elle autant boudée ? Elle ne se l'explique pas. Peut-être que les gens n'osent plus monter sur scène, que la pression est trop grande. C'est vrai que les soirs où c'est elle qui est maitresse de cérémonie, le jury se montre un peu plus exigeant. Mais ce n'est pas parce qu'elle aime saquer les débutants, pas du tout, c'est juste parce qu'elle veut recadrer ceux qui prennent la coordination pour un jeu. Les novices sérieux, elle préfère au contraire les encourager à continuer. Est-ce donc une autre raison qui rend la catégorie 1 si déserte ? Le thème, éventuellement ? Béatrice le trouve pourtant inspirant. Non content d'ouvrir la porte à plusieurs interprétations, le miroir peut également être retenu comme un simple élément scénique permettant de transmettre un message plus intéressant encore. Si c'est à elle qu'on l'avait soumis, elle aurait trouvé au moins trois façons différentes de le mettre en scène. Mais peut-être est-ce parce que son cerveau a l'habitude de décortiquer un thème pour en faire rapidement émerger des idées ; les débutants ne sont pas encore rodés à l'exercice, voire même ne l'ont jamais pratiqué. Savent-ils seulement comment faire ?

Le noir se fait dans la salle et Béatrice abandonne là ses réflexions. Quitte à ce qu'il n'y ait qu'un seul candidat en catégorie 1 ce soir, autant qu'elle analyse sa prestation le plus attentivement possible. Elle se munit donc de son stylo, prête à noter toute remarque qui lui viendrait en tête, et se concentre.
Au lever de rideaux, la scène est remplie de miroirs. Quelqu'un avait peur de faire un hors-sujet, se dit Béa avec un sourire amusé. Comme les vitres forment un mur opaque et infranchissable, la maitre coordinatrice comprend vite que toute la prestation devra se regarder sur l'écran géant. Les images diffusées permettent de suivre le pokémon coincé dans ce labyrinthe de verre, un évoli selon son reflet. Pendant un temps Béatrice cherche à comprendre le sens de cette mise en scène et où le coordinateur veut en venir, et elle en conclut que le miroir a dû ici être utilisé comme un moyen d'introspection. Cela fait partie d'une des idées qu'elle-même a eu à la lecture du sujet ; elle note un bon point. Globalement la prestation est bonne et encourageante pour une catégorie 1, et avant même la fin Béatrice songe déjà à donner un vote favorable. Malheureusement, alors que la scène amorce son dernier acte, elle note soudain que l'évoli utilise à plusieurs reprises sa capacité charge contre les miroirs. La rouquine ne peut s'empêcher de lâcher un petit claquement de langue agacé. Quel gâchis. Réussir sa prestation de bout en bout et commettre une faute éliminatoire sur la dernière ligne droite... C'est tellement dommage. Béa inscrit un petit symbole à côté du nom du candidat pour signifier qu'elle a un motif de disqualification, même si au fond ça la met en rogne. Casser l'élan artistique de quelqu'un à cause de ces règles arbitraires, quelle bêtise. Est-ce que ça ne va pas décourager cette coordinatrice de retenter sa chance ? Et tous ceux qui déjà hésitent à participer à la catégorie 1, ne vont-ils pas encore plus se dire que cela ne sert à rien d'essayer ? Tss.

Béa range sa feuille sous le tas de brouillons, comme si la cacher lui permettrait d'oublier sa déconvenue plus vite. Bon, il faut qu'elle se remette dans le bon état d'esprit pour la catégorie 2. Au programme ce soir, trois candidats, ce qui est déjà un peu plus convenable. Elle suppose qu'une fois le premier saut réussi, les coordinateurs craignent moins de tenter leur chance à nouveau. Elle pousse un soupir, boit un peu d'eau et se détend pour chasser le reste de frustration. Ça y est, elle est prête.
Les trois prestations sont de plutôt bon niveau. Béatrice a une préférence pour la troisième, notamment parce que la coordinatrice a pris la peine d'écrire un texte en vers et que cela démontre une vraie implication. C'est avec plus de calme que la rouquine écrit ses commentaires et sa première décision, qui sera affinée avec les avis des autres membres du jury. Dans l'ensemble elle aura des bonnes nouvelles à annoncer.

Puis la catégorie 3 vient conclure la soirée. Une seule candidate et toujours la même : Elisa Kanes. Cela fait maintenant un moment que Béa connait cette jeune coordinatrice, elle participe à la quasi intégralité des concours et arbore depuis longtemps ses cinq rubans. Compte-t-elle un jour participer au défi de l'Elite ? Plus le temps passe et plus Béa en doute. Peut-être que Kanes n'est pas intéressée par la compétition et que seul lui importe de monter sur scène. Béa trouverait ça assez louable, même si une participation de cette envergure donnerait un peu de visibilité médiatique à la discipline. Et Dieu sait qu'elle en a bien besoin en ce moment.

Après le spectacle, Béa et le reste du jury se retirent pour délibérer. Heureusement le processus est plutôt court car globalement les avis sont unanimes ; ça arrange bien Béa qui trouve toujours pénible de devoir argumenter cent-sept ans sur des décisions évidentes. Elle retourne sur scène une demie heure à peine plus tard.

« Mesdames et Messieurs, ne faisons pas durer le suspense plus longtemps pour nos candidats de ce soir. Voici les résultats. »

Dans la catégorie 3...:
 


Avatar par Sakae Kurami
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Catégorie Junior MX1.......LA catégorie !
» Fairy no Shippuden
» Attaque et catégorie
» [Suggestion] Catégorie Suggestion !
» LES ARAIGNEES

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: Mauville-