AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» CONCOURS DE COORDINATION n°43 - Catégorie 1


avatar
Elite 3

C-GEAR
Inscrit le : 15/02/2015
Messages : 474

Région : Unys / Elite 3
Dim 21 Oct - 19:17
« Madame Grandt ! Accordez-nous un instant s'il vous plait !

- Madame Grandt, juste une ou deux questions !
»

Béatrice évite leurs regards et continue d'avancer. Elle est encadrée par son agent Danielle, qui lui ouvre le chemin devant, et par Sköll, qui dissuade les journalistes de la suivre. Le galeking est une vraie crème mais peu de gens le savent, il en profite donc pour intimider tout le monde avec sa grosse carrure et sa gueule de fer. Ça marche plutôt bien car la plupart des reporters abandonnent, mais certains forcenés s'obstinent et tentent d'interpeller la maitre coordinatrice sur le trajet du dôme.

« Madame Grandt, que savez-vous du départ de votre sœur de la Ligue Pokémon ?

- Nous connaissons la raison officielle mais y a-t-il autre chose ?
»

Béa serre les dents. Depuis le temps qu'elle est célèbre, elle s'est habituée à ce que la presse se montre intrusive. Elle en a elle-même fait les frais à plusieurs reprises, notamment au sujet de son célibat ou de sa préférence pour le genre féminin. Rien de nouveau donc... mais malgré tout, ça la met toujours en rogne. D'autant plus que là il ne s'agit pas d'elle, mais de Lizzy. Qu'on vienne tenter de lui soutirer des infos croustillantes sur la vie de sa petite soeur l'énerve particulièrement. Pour qui la prend-elle ? Pensent-ils qu'elle est une balance qui va trahir les secrets d'un membre de sa famille pour leurs beaux yeux ? C'est tellement mal la connaitre.

« Madame Grandt !

- Est-ce que cela a un rapport avec Ruven Baldwin ?

- Madame Grandt ne répondra à aucune question, merci de nous laisser accéder au dôme.
»

La sécurité du dôme de Mauville vient prêter main forte et écarte le groupe de journalistes, permettant à Danielle, Béa et Sköll de s'infiltrer dans le bâtiment. Tous trois vont directement se réfugier dans la zone réservée au personnel, là où on ne pourra plus les suivre. L'agent pousse un soupir de soulagement discret en fermant la porte derrière eux.

« Enfin... Qu'est-ce qu'ils peuvent être harcelants.

- Des charognes. Tous des saletés de charognes.
»

Le ton de Béa est assassin. Elle exècre les journalistes people. En partie parce qu'ils la font chier depuis qu'elle est connue, mais surtout parce qu'elle trouve leur métier honteux. Comment peut-on choisir de dédier sa vie à informer les autres, vocation noble et ô combien nécessaire pour ouvrir les yeux du peuple, et finalement se retrouver à traquer des potins aussi futiles qu'inintéressants ? Ces gens ne méritent pas le titre de journaliste.
Danielle connait son avis sur la question et hoche la tête à sa remarque. Elle n'est pas aussi vindicative sur la question (notamment parce qu'elle aime lire ces magazines de commères, Béa le sait) mais comme elle vit ça aussi de l'intérieur elle comprend très bien son point de vue.

« Allez n'y pensons plus. On va te préparer pour tout à l'heure. »

Tous trois se dirigent vers la loge du maitre de cérémonie en saluant les employés du Dôme qui sont en plein préparatifs. Quelques candidats sont déjà arrivés et vérifient avec l'équipe technique que leurs demandes en terme de lumière et de musique ont été bien prises en compte ; la plupart sont trop concentrés pour s'apercevoir qu'une représentante de l'Elite 3 passe à côté d'eux. Tant mieux, Béa ne veut pas les perturber.

« Dis-moi, tu as des nouvelles de ta sœur ? » Ah, les questions des journalistes ont dû travailler Danielle. Elle ne connait pas Lizbeth personnellement mais depuis le temps qu'elle cotoie Béatrice c'est tout comme. « Comment va-t-elle ?

- Je ne sais pas. Nous n'avons pas discuté depuis la dernière fois. Elle est distante en ce moment.
»

Danielle fait une petite moue compatissante. Béa lui a expliqué que Lizzy allait mal et que son départ de la Ligue n'était pas de gaieté de cœur, mais rien de plus. Bien sûr Béatrice a une pleine confiance en son amie et agent, elle n'imagine pas une seconde que Danielle irait raconter les problèmes de Lizzy à quiconque ; c'est juste que cela ne la regarde pas.

De toute façon, la rouquine n'aurait pas grand chose à lui dire. Elle n'a eu sa soeur au téléphone qu'une seule fois depuis son départ de la Ligue et Lizzy ne semblait pas avoir très envie de s'épancher. Elle lui en a tout de même suffisamment dit pour que la maitre coordinatrice ait les moyens d'affoler la presse people : elle lui a révélé que Baldwin était à l'origine de son profond mal être, même si d'autres choses se sont ajoutées depuis.
Est-ce que Béa a été surprise ? Pas du tout. Elle l'a vu venir à des kilomètres, sûrement bien avant que Lizzy elle-même n'en prenne conscience. Il suffisait d'entendre la manière dont elle parlait de cet homme au téléphone : rarement Béa avait entendu sa soeur aussi enthousiaste à propos de quelqu'un. En plus elle et Baldwin semblaient toujours trainer ensemble, que ce soit au quotidien ou en dehors du contexte professionnel. Lizbeth est restée muette à ce sujet, sans doute parce qu'elle craignait que Béatrice ne le lui reproche, mais Danielle s'est chargé de relayer les infos lues dans un de ces chiffons people. Grandt et Baldwin très proches et peu vêtus à Amaillide, Grandt et Baldwin en vacances à Alola... et Baldwin en couple avec une femme plus jeune que lui à la plastique de rêve. Typique de ce genre de prédateurs machistes. Béa ne sait rien de toute cette histoire (est-ce que Baldwin a fait miroiter une relation sérieuse à Lizzy ? Est-ce qu'ils étaient amants ? Est-ce que Lizzy savait pour cette autre femme ? Qui était la trompée des deux ?) mais quoi qu'il en soit ça lui donne envie de vomir. Quel homme abject. Est-ce que ça le fait se sentir important de capturer l'attention de deux femmes à la fois ? Ou est-ce qu'il fait ça par pur challenge ? Est-ce qu'il choisit ses cibles exprès pour leur naïveté ou est-ce qu'il leur raconte des salades jusqu'à endormir leur méfiance ? Dans tous les cas c'est absolument répugnant. Depuis le début Béa s'est méfiée de ce baratineur, et d'ailleurs elle a mis Lizzy en garde quelques semaines à peine après son arrivée à la Ligue. Elle ne le sentait vraiment pas ce mec. Trop soucieux de son apparence, trop amical d'emblée : le genre de gars qui mise tout sur la première impression pour que tu ne viennes pas creuser la personnalité pourrie qu'il y a derrière. Béatrice est sans doute assez méfiante avec les autres pour ne pas laisser berner par ce genre de charlatans, mais Lizzy... Elle fait trop confiance aux gens. Et voilà ce que ça lui rapporte. Si ce connard de Baldwin vient à croiser son chemin un jour, Béa se jure de prendre l'élan nécessaire au moment de latter la partie de son anatomie qu'il semble choyer le plus. Ça lui apprendra à jouer avec les sentiments de sa petite sœur.

***

Deux heures plus tard, Béa a oublié les déboires de sa soeur et s'est reconcentrée sur le concours de ce soir. Elle monte sur la scène sous les applaudissements du public ; comme tous en ont pris l'habitude désormais, elle ne porte pas de robe de soirée mais un pantalon et une tunique longue. N'est pas encore né celui qui lui fera enfiler une tenue de potiche.
Elle se dirige vers le centre de l'estrade, attend une seconde que le projecteur se soit bien focalisé sur elle, puis salue l'assistance d'un bref signe de tête. Son autorité naturelle suffit à ce que simple geste ramène le silence.

« Mesdames et Messieurs, bonsoir. Bienvenue au dôme de Mauville pour un nouveau concours de coordination qui, je l'espère, sera de haute volée. Le thème que les candidats ont à traiter ce soir est LE MIROIR. Un thème riche qui ouvre un grand champ des possibles... » Elle s'interrompt un instant, le temps que chacun s'imprègne de l'idée et voit ce que ça lui évoque. C'est ainsi que l'on met le mieux le public en condition. « Souhaitons une bonne prestation à nos coordinateurs, et place au spectacle. »




LES RÈGLES.
  • Catégorie accessible uniquement aux coordinateurs ne possédant aucun ruban. Eux seuls peuvent poster ici !

  • Vous avez le droit à 2 pokémons (ou moins si vous le souhaitez), pas plus. Vous pouvez utiliser un maximum de 3 attaques (attaques différentes ou trois fois la même, le compte est identique) par prestation.

  • Le thème de ce concours est LE MIROIR.

    La difficulté et la subtilité résident dans la manière d’être original tout en nous faisant comprendre de quoi il est question, à travers votre prestation. Il faut que la compréhension du thème se retrouve à la lecture et qu'un spectateur dans la salle, inRP, puisse TOUT SAISIR de ce que vous voulez faire passer..
Vous pourrez apporter des précisions, si vous le désirez, entre balises spoilers, en fin de prestation. Pour autant, ce ne sont là que des compléments d’informations, mais rien de déterminant dans la compréhension du texte, qui doit parler de lui-même aux membres du jury.

Vous avez jusqu’au dimanche 25 novembre aux environs de 20h (heure française) pour poster votre prestation. Bon concours et bonne chance à tous !


Avatar par Sakae Kurami
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 10/08/2018
Messages : 16

Région : Sinnoh
Mar 30 Oct - 2:22
Intro:
 


Sur la scène, d’immenses miroirs sont positionnés de sorte à former des murs imposants, impénétrables. Bien qu’ils semblent impossibles à déplacer, ils sont montés sur des espèces de rails et donc, peuvent être bougés grâce à un système contrôlé à distance. Puisqu’il est impossible pour le public de voir au travers de ces derniers, une caméra a été installé sur la tête de l’Evoli, les images étant projetés sur deux grands écrans placés de chaque côté de la scène.

Les lumières dans la salle se tamisent; la prestation est sur le point de débuter.

Avec la retransmission en direct, il est possible de voir l’Evoli pénétrer le labyrinthe de miroir. La réverbération renvoie son reflet de multiples fois et donne l’impression qu’au moins cinq petits pokemons se trouvent sur scène. Les yeux du Evoli pétille et sa bouche est tirée dans une espèce de sourire; il semble trouver amusant de se trouver face à autant de lui. Il tire la langue, tourne sur lui-même, secoue la queue et bouge les oreilles avant de reprendre une posture plus sérieuse. Dans la salle, un battement de cœur, fort mais légèrement rapide, est retransmis par l’entremise de haut-parleur. Bien que son rythme semble plus élevé que la normale, ce n’est rien de bien inquiétant; son essoufflement n’est dû qu’à ses bouffonneries. Filibert se décide enfin à avancer dans ce décor si différent, si surréel.

Pendant un moment, il arrive à entrevoir lorsqu’il est le temps de tourner afin de ne pas foncer la tête la première dans un des miroirs. Cependant, quelque chose semble le rendre malaisé. Son rythme cardiaque augmente quelque peu alors qu’il continue sa progression. Il a beau tourner dans un sens, tourner dans un autre et ne pas retourner sur ses pas, il semble tourner en rond. Tout ce qu’il voit, ce sont ses reflets. Des reflets qui affichent une mine quelque peu soucieuse. Mines affichant maintenant un air de soulagement alors que les écrans montrent une vision de bonheur; la sortie. Aucun reflet, aucun miroir pour lui bloquer le chemin, mais bien l’autre côté de la scène. Il s’élance dans son impatience de quitter cet interminable labyrinthe. Au dernier moment, un bruit métallique se fait entendre et tout se met en mouvement. Les miroirs changent de position. Incapable de freiner son élan, l’Evoli fonce la tête la première dans un des panneaux de verre. Il secoue la tête, tentant vraisemblablement de chasser l’étourdissement qui l’a pris. Son cœur bat plus vite alors qu’il fixe avec agacement son reflet.

C’est vraiment pas drôle. S’il vous plait, laissez-moi sortir.

La voix qui sort des hauts parleurs est geignarde, un tantinet boudeuse, mais il est surtout facile d’y entrevoir une certaine angoisse. Il est clair que l’Evoli ne se sent pas à l’aise avec ce développement. Voyant que sa demande reste sans réponse, le pokemon normal baisse la tête un moment, semblant plonger dans ses pensées. Après quelques secondes, il se redresse, un air déterminé sur son visage. Ses sourcils sont froncés et sa mine légèrement renfrognée; il ne semble pas baisser les bras. Il fait demi-tour et entreprend de faire le chemin inverse; si avancer ne fonctionne pas, retourner sur ses pas semble être la meilleure option.

Les battements de son cœur se sont calmés et sont maintenant forts, réguliers. Tout va bien. Les miroirs ne se sont pas remis à bouger et ils ne semblent pas avoir changés outrement de position. Il arrive sans problème à retourner au cœur du labyrinthe. Jusqu’au moment où tout ne va plus. Il perd son repère un instant, distrait probablement par un de ses reflets et hésite un moment avant de prendre une direction. Il touche du bout du museau un surface lisse et froide; impasse. Il fait volte-face et fait quelques pas dans une autre direction. Impasse. Les battements de son cœur s’affolent tandis que sa respiration devient haletante. Quatre Evoli regarde nerveusement autour de lui. Impasse. Il n’y a que des impasses. Mais ce n’est pas le pire. Les miroirs se sont remis à bouger et ils semblent se rapprocher de lui. Rectification, ils se rapprochent.

Laissez-moi sortir. Laissez-moi sortir. Laissez. Moi. Sortir.

Sa voix se fait suppliante. Rien n’y fait. Les parois se rapprochent toujours. Sa queue frémit par moment, prise d’un spasme nerveux. Ses yeux roulent dans leur orbite tandis que la panique tord ses traits. Sa bouche est entrouverte et tordue dans un rictus angoissé.

LAISSEZ-MOI SORTIR.

Il s’élance contre une des parois. Celle-ci remue faiblement, mais sans plus.

LAISSEZ-MOI SORTIR.

Nouvel élan, nouvel échec. Il répète le même schéma jusqu’à ce qu’il n’ait plus d’espace pour prendre son élan. Il se replie sur lui-même, les oreilles abattues contre son crâne. Dans la salle, les battements frénétiques de son cœur sont la seule chose audible.

Sur l’écran, les spectateurs peuvent le voir fermer les yeux et s’affaisser sur lui-même. Il replie ses membres sous lui et rentre la tête dans ses épaules. A-t-il perdu tous espoirs? Les secondes s’écoulent et il ne semble toujours pas sur le point de faire le moindre geste. Les miroirs ont arrêté leur progression, ne laissant que quelques maigres centimètres d’espace pour le petit pokemon. Nul ne sait ce qui se passe à travers la tête de Filibert, mais il semble avoir trouvé de quoi s’ancrer, s’agripper afin de trouver une certaine tranquillité d’esprit. Les haut-parleurs laissent entendre des battements de cœur ralentissant progressivement. Les premiers temps, il y a quelques pics de panique, mais il semble réellement retrouver son calme. En harmonie avec la régulation de son rythme cardiaque, les miroirs reprennent lentement leur position originelle. Finalement, il rouvre les yeux, une expression déterminée sur son visage. Animé d’un second souffle, il se remet sur ses pattes d’un bond avant de s’élancer par la nouvelle ouverture qui vient de se dégager. Il trébuche, se rattrape de justesse et poursuit sa folle course dans le dédale de miroir. Il ne jette aucun regard sur ses doublons; son regard ne cherche et ne s’attarde que sur le chemin.

Une fois de plus, il arrive à la sortie. Cette fois-ci, il ne s’arrête pas : il fonce. Après l’expérience éprouvante qu’il a vécue, il ne semble pas vouloir s’attarder et avec raison. Dès qu’il franchit les limites du labyrinthe de miroir, le passage se referme. Mais il ne s’en fait pas; il bondit de joie, laissant son soulagement prendre le dessus. Il a franchi cet obstacle et c’est tout ce qui compte.

Parfois il faut reculer pour avancer. Parfois il faut prendre un moment, s’isoler, ignorer le monde pour pouvoir l’affronter. Mais il y a toujours moyen de s’en sortir, de retrouver le chemin. Il ne faut seulement pas baisser les bras. Et, surtout, il ne faut pas se laisser distraire par ce qui se trouve autour de soi-même. Il faut prendre le temps de se composer, de faire la paix avec soi-même et ne pas réagir à ce qui nous entoure. Un esprit calme est un esprit fort.


Coulisse:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Golden Demon: Games Day
» Catégorie Junior MX1.......LA catégorie !
» Funambule : Catégorie Junior
» Les Classes sociales
» Formule1 : catégorie Junior

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: Mauville-