Le Deal du moment :
Clé licence Windows 10 professionnel 32/64 bits ...
Voir le deal
12.90 €

Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
» vingt neuf centimètres

Thomas Bauer

Thomas Bauer
Scientifique Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 1085

Région : Sinnoh
Mer 10 Oct - 21:08
vingt neuf centimètres M_a_i_19 vingt neuf centimètres Thomas16 vingt neuf centimètres Tyrrel10



- Franchement je ne comprends vraiment pas pourquoi elle s'intéresse à toi. Tu n'as vraiment rien pour toi. Tu es trop grand, trop présomptueux et franchement tu n'as aucune conversation ! Tes inventions n'ont aucun intérêt ! Franchement ! Qui voudrait d'une combinaison pour courir plus vite ? Où sont tes priorités ? Tu ne crois pas qu'avec un cerveau comme le tien tu pourrais faire avancer le monde dans la bonne direction ? Personnellement je suis pour l'éradication de masse. Moins le troupeau est gros et plus il est facile à manipuler. Plus il est bête aussi... C'est pour ça que le gouvernement donne moins d'argent à l'éducation national ! Il veut abrutir son peuple pour mieux le contrôler ! BLA BLA BLA BLA

Tyrrell est insupportable. Toujours à parler de tout et n'importe quoi et en plus il ne mâche pas ses mots. Il me déteste. Ça j'ai bien compris. Et c'est à cause de Marguerite pour qui il voue une profonde admiration. Depuis mon arrivée elle s'occupe plus de moi que de lui alors le jeune scientifique a fait une crise de jalousie. Pour le calmer elle lui a conseillé de prendre exemple sur moi... Non vraiment Magui... Qu'est-ce qui t'est passé par la tête ?
Nous sommes dans un hélicoptère en direction de Kalos pour aller rencontrer un éleveur avec qui j'ai pris rendez-vous. Mon projet de pokédex est lancé et mes recherches sont déjà bien avancées mais je me retrouve coincé à attendre que Marguerite me fournisse de nouvelles machines pour mettre en œuvre toutes mes idées. Pas question d'attendre sans rien faire. J'ai décidé de profiter de ce moment d'accalmie pour rencontrer des pros du dressage qui pourront m'aider pour mon projet. M.A.I.A pourra aussi profiter de cet enseignement pour peaufiner ses techniques. J'ai aussi quelques idées en ce qui la concerne. Elle va continuer à m'aider à capturer des pokémons pour le pokédex mais, j'ai bien l'intention d'en faire la meilleure androïde dresseuse pokémon de son temps. J'ai déjà entendu parler de quelques robots qui sont capables de remplacer des champions mais, M.A.I.A va faire encore mieux en allant défier le conseil des 4. Ainsi, elle prouvera au monde entier mon génie. Cette idée est de loin la meilleure que j'ai eu. Jusqu'à demain ! Mais pour ça il faut qu'elle s'entraîne, elle n'est que au début.
Cobb, notre pilote, se tourna vers moi pour m'annoncer que nous allions bientôt atterrir à Illumis, sur le toit du centre commercial. Je me penchais pour admirer la capitale de Kalos. Nous étions en fin de matinée, le soleil brillait doucement sur cette énorme infrastructure qui servait d'arène. Un petit génie avait inventé un système de générateur d'électricité perpétuelle, permettant de fournir de l'énergie propre à toute la ville. En son honneur, la ville avait fait de lui un champion. « Et lui il a inventé un robot pour prendre sa place... » C'est dur d'être un génie incompris mais, j'imagine que c'est tout aussi difficile pour lui. J'aurais bien aimé le rencontrer mais, ce jeune garçon a l'air de préférer fuir le genre humain.

- Bla bla donc j'ai décidé de te laisser une chance. Je vais analyser tout ce que tu fais, je vais tout décortiquer pour pouvoir tout refaire moi-même. Comme ça Marguerite n'aura plus d'yeux que pour moi ! On est arrivé ? Chouette ! J'en ai marre de parler tout seul.

Le jeune homme de vingt sauta hors de l'appareil alors que Cobb lui hurlait de regagner son siège. J'entendis mon garde du corps marmonner qu'il aurait bien aimé décapiter ce petit merdeux. La violence n'est pas une solution mais, ça nous aurait fait du silence. J'attendis bien sagement qu'il ait terminé sa manœuvre avant d'aller à l'arrière pour décrocher M.A.I.A, en vieille depuis le début du voyage. Une fois sortie de l'hélicoptère la petite fille robotique se réinitialisa et fit le point sur la situation. Je la regardai scanner Illumis et le ronronnement de son casque indiqua qu'elle avait réussi à se connecter à une source d'information proche.

- Votre rendez-vous vous attendra en bas de l'immeuble, maître. Où est monsieur Tyrrell ?

- Il est partie devant... J'espère qu'il ne nous retrouvera pas...

J'ordonnais à Cobb de rester ici. Maintenant que M.A.I.A était réveillée, je n'avais pas besoin de lui pour me protéger. Il ne fit aucun commentaire et je parie qu'il était soulagé de pouvoir éviter les bavardages intempestifs du garçon aux cheveux roses. Nous descendîmes jusqu'au rez-de-chaussée et retrouvâmes cet imbécile en train de pisser dans un pot de fleur juste à côté des toilettes.

- Pourquoi gaspiller de l'eau alors que cette plante sera ravie d'avoir un peu d'eau !


Utilisation de la CS Vol (dernière utilisation le 17.05.18)




Thomas Bauer
Genius
Autres comptes:
Elimona Torri
Zoé Wells

©️️ Edgar Io

Revenir en haut Aller en bas

Kaktus Vateuhpicker

Kaktus Vateuhpicker
Eleveur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 16/04/2016
Messages : 4398

Région : Kalos - Alola - Sinnoh
Jeu 29 Nov - 15:28

Vingt neuf centimètres

Ft. Thomas Bauer


J’avais râlé. Forcément. Ce n’est pas mon job, ces conneries-là. J’ai bien d’autres choses à faire que d’attendre un scientifique totalement inconnu pour des raisons un peu obscur. Quitte à ne pas me laisser le choix concernant cette histoire, elle aurait pu me fournir un peu plus d’informations. Au minimum, ma mère aurait pu me fournir la demande originale afin que je puisse comprendre de quoi il retourne. Mais non. Encore une fois, elle me balance en mission sans la moindre donnée pour me faciliter la tâche. Non, mais sérieusement. Comme si je n’ai que ça à faire. Alors que je devrais être en pleine préparation pour me confronter sereinement aux grands coordinateurs de ce monde, ceux qui constituent l’Élite, je me retrouve ici. J’ai dû faire le trajet jusqu’à Illumis sans même savoir avec précision ce qui m’attend sur place. Sérieusement. Comme si je n’ai que cela à faire dans la vie. J’avais prévu bien d’autres choses moi. J’avais des entraînements de programmés sur l’ensemble de la journée. Mais forcément, je n’ai pas eu d’autres possibilités que de tout annuler. C’est horrible. J’ai tellement hâte de pouvoir ouvrir ma propre pension. Loin d’ici. De manière à ce qu’elle ne puisse plus m’imposer ses conneries. Je suis réellement pressé de pouvoir mener ma propre vie, sans avoir ce genre d’interruption.

Le seul avantage de ce rendez-vous, c’est que je dois retrouver la personne au rez-de-chaussée du centre commercial. Avec un peu de chance, je vais avoir l’occasion d’y faire un petit tour avant que le soleil ne se couche et que les boutiques ferment leurs portes. Cela fait bien longtemps que je n’ai pas eu un moment pour faire le tour de mes boutiques préférées. Je suis presque certain d’avoir loupé un grand nombre de nouveautés. Bon. Peut-être pas autant que cela. Après tout, je reçois tout cela sur mon téléphone, généralement par mail. Parfois par les biens de la communication textuelle et média. Mais ce n’est pas pareil. Le ressenti n’est pas le même lorsque l’on bénéficie d’une simple photographie ou lorsque nos doigts sont en contact direct avec le tissu et que l’on peut l’étudier sous toutes les coutures. Alors j’espère que ce scientifique ne va pas avoir besoin de moi toute la journée. Parce que là, je crois que je pourrais classer cette journée dans la liste des pires de mon existence. Sérieusement. Être à deux pas de mes boutiques préférés sans pouvoir y mettre les pieds, ce serait comme agiter un os devant un Ponchiot pour finalement le jeter dans une poubelle. Ce serait totalement inhumain. Vraiment horrible. On n’oserait tout de même pas me faire ça ? Je n’espère pas. Mais dans le cas contraire, c’est certain que je me vengerais. Il ne faut pas déconner. Déjà que je n’ai pas spécialement envie d’être là, il est hors de question que cela gâche ma vie en supplément. Ma mère se débrouille suffisamment bien toute seule dans ce domaine. Elle n’a pas besoin d’aide. Je me demande bien ce que ce scientifique peut bien nous vouloir.

Je suis devant le centre commercial. Il ne me reste plus qu’à entrer. Je ne sais pas quel est le miracle qui entoure cette journée, mais je ne suis même pas en retard. Il faut que je pense à faire une énorme croix rouge sur le calendrier qui est affiché dans le salon de mon appartement. Même si je n’y passe pas beaucoup de temps en ce moment, cela reste un truc important que je peux prendre en note. Et bon. Dans tous les cas, j’ai prévu de passer la soirée là-bas avant de retrouver Priam. Normalement, il est actuellement en chemin pour Aufrac-les-Congères. C’est un grand moment pour nous. Après tout ce temps à traîner sur les routes de la région de Kalos nous parvenons enfin à la dernière arène. Cela marque la fin de ma préparation pour l'Élite. Plus que quelques entraînements de perfectionnement et je me sentirais prêt à me rendre dans la région de Sinnoh pour relever le défi qu’ils représentent. Et après tout cela, je pourrais enfin commencer la suite de ma vie. Dire que j’ai encore tellement de choses à faire pour préparer l’ouverture de ma pension. Je me demande si je vais m’en sortir. Mais au moins, j’ai mes cinq rubans. J’ai également mes huit badges. Normalement, je devrais réussir. En tout cas, je l’espère. Même si je ne dois pas vendre la peau de l’Ursaring avant de l’avoir tué. Mais avant tout cela, pause pour trouver ce scientifique. Il ne me reste plus qu’à le trouver. En espérant qu’il n’est pas en retard.

▬ Bonjour. Vous être monsieur Bauer ?

J’avais tenté. Soit on me répond par l’affirmative. Soit on me répond par la négative. Mais dans tous les cas, j’aurais progressé. Soit c’est lui, et dans ce cas-là nous pourrons en venir directement à ce qui l’a poussé à faire le déplacement jusqu’ici. Soit ce n’est pas lui et je devrais continuer mes recherches afin de trouver un autre mec au look un peu bizarre. Celui-ci, il a attiré mon regard directement. De plus, il n’était pas seul. Un gars aux cheveux rouge. Un autre aux cheveux roses. Et à leur côté, quelque chose qui ne semble pas vraiment humain. Un robot ? Je n’en sais rien. Peut-être. Je le découvrirais sans doute s’il s’agit des personnes que je recherche.


vingt neuf centimètres YPtRstI vingt neuf centimètres Kl0fDRI vingt neuf centimètres F82pwTw vingt neuf centimètres Test_610


Autres comptes:
 
Autres stamps et infos:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Thomas Bauer

Thomas Bauer
Scientifique Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 1085

Région : Sinnoh
Jeu 13 Déc - 16:53
vingt neuf centimètres M_a_i_19 vingt neuf centimètres Thomas16 vingt neuf centimètres Tyrrel10




Je comprenais la logique mais, le maître semblait très mal à l'aise face au comportement de monsieur Tyrrell. Maintenant que j'y pense, depuis les quelques semaines de ma vie, je n'ai encore jamais vu un être humain uriner. Contrairement aux pokémons, ils doivent se cacher. Aussi le fait que monsieur Tyrrell ose se soulager en public met tout le monde très mal à l'aise. Mon maître fait quelques pas vers l'entrée, hésitant à sortir pour de bon. Mais un homme s'approcha de lui et lui posa une question. Inquiète, je le rejoignais, laissant monsieur Tyrrell finir sa petite affaire. L'homme en question devait être l'éleveur que Thomas avait demandé à voir, il était soulagé qu'il arrive juste à temps.

- Oui ! Merveilleux ! Nous allons pouvoir y aller ! Nous pourrions aller dans un parc aux alentours ? Ou près de l'arène, j'aimerais bien voir ce moteur d'un peu plus près.

Très vite je lançais une recherche pour trouver le meilleur endroit pour mon maître. Je référençais une vingtaine de parc aux alentours et enregistrais le trajet jusqu'à l'arène.

- Il y a plein de parcs non loin de nous et près de l'arène. Il nous faudra une heure et vingt huit minutes pour rejoindre la destination.

- Quoi !? On va pas marcher ? Je croyais que tu étais un scientifique ! Pas un tordeur de cul de mes deux ! Pourquoi tu veux sortir ? Ici on est bien, il y a des salles et de la bouffe à proximité. Quoi de mieux ?

Tyrrell avait terminé et revenait vers nous en refermant sa braguette. Thomas roula des yeux avant de l'ignorer royalement pour se reconcentrer sur le jeune homme qu'il venait voir. Qu'importe ses préférences et surtout celle du mec aux cheveux roses, c'est l'éleveur qui allait trancher car c'est lui qui devait nous montrer un pokémon en particulier. Un Stari. Un pokémon aquatique qui ne possède pas de tête et qui ressemble à une étoile. J'aurais pu aller sur internet pour faire quelques recherches mais j'ai décidé d'obéir scrupuleusement à mon créateur. Tous ce que j'apprendrais sur ce pokémon sera en même temps que mon maître et sinon, toutes mes connaissances viendront de lui. C'est bien normal, c'est lui qui m'a donna la vie. Il m'apprendra tout.
Alors qu'ils bavardent, je note que ce Kaktus a ses bijoux directement implantés sur sa peau. « C'est pratique... Pas besoin de les enlever. » Sa peau blanche ressort énormément sous ses vêtements noirs. Tout est très sombre chez lui, de ses cheveux qu'un coiffeur a oublié de raser, à ses yeux qu'il a maquillés comme le font les femelles humaines, jusqu'à ses chaussures. Quelques secondes plus tard à surfer sur le net, j'apprends que ce jeune homme effémine a un style gothique et qu'il est sûrement dans une étape de la vie où il cherchait à savoir qui il est en appartenant à un groupe. « Un mouton noir mais un mouton quand même. Seul mon maître est capable de vivre hors du troupeau. »
Soudain, Tyrrell pousse un profond soupir de lassitude. Il ne comprend pas pourquoi Thomas se prend la tête à aller questionner cet éleveur alors qu'il pourrait tout simplement me demander de faire quelques recherches et même m'envoyer à la pêche pour que je ramène quelques spécimens. Mon maître est vraiment d'une grande patience, il ne s'énerve pas et répète pour la troisième fois que ce ne sont pas ses méthodes.

- Baaaaah ! S'écrie le scientifique aux cheveux roses. Vous me faites chier ! Je ne vais pas perdre mon temps, je vais faire un tour dans le centre. M.A.I.A m'enverra vos coordonnés et je vous rejoindrais plus tard.

Sans attendre la confirmation de mon maître, il s'en alla les mains dans les poches.
Thomas haussa les épaules et annonça qu'on serait plus tranquille sans lui. Il fut décidé de notre destination que j'envoyais rapidement par message à Tyrrell. « Je devrais peut-être lui rappeler que c'est lui qui voulait venir pour faire plaisir à Marguerite. Ce n'est pas avec son comportement qu'elle va à nouveau s'intéresser à lui. Pas étonnant qu'elle préfère Thomas. Même si je préférerais qu'elle garde ses distances... » Je constatais avec amusement que Kaktus attirait beaucoup l'attention des nombreux humains qui se pressaient dans le grand magasin. Son look n'était pas passe-partout et je soupçonnais son choix d'être en partie basé là-dessus. « Juste un garçon qui a besoin d'attention. »




Thomas Bauer
Genius
Autres comptes:
Elimona Torri
Zoé Wells

©️️ Edgar Io

Revenir en haut Aller en bas

Kaktus Vateuhpicker

Kaktus Vateuhpicker
Eleveur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 16/04/2016
Messages : 4398

Région : Kalos - Alola - Sinnoh
Mer 26 Déc - 19:17

Vingt neuf centimètres
Ft. Thomas Bauer


Magnifique. Un miracle. Je suis parvenu à trouver le scientifique sans y passer la journée et sans importuner tous les individus se trouvant dans ce bâtiment. Pour une fois que j’ai de la chance. Il semble relativement pressé de s’éloigner. Je ne sais pas pourquoi. Puis je remarque un individu aux cheveux roses, un peu plus loin derrière eux. Il semble être en train de se soulager en arrosant les plantes. OK. Maintenant je me dis que j’ai moi aussi envie de partir. Et rapidement. Pour le moment, aucune odeur nauséabonde ne vient à moi, mais je préfère ne pas prendre de risque. On ne sait jamais ce que ça peut donner par la suite. Ce mec, je ne le connais pas. Il est possible qu’il ait une maladie ou un problème quelconque qui ne pourrait pas se voir à l’oeil nu. Je ne sais pas moi, une banale infection urinaire ou un truc plus grave. Peut-être même que lui-même n’en sait rien. Toujours est-il qu’il existe différentes raisons pouvant expliquer une forte odeur de soufre ou d’ammoniac. Et j’ai l’odorat sensible. Alors clairement, je préfère éviter ça. Je n’ai pas la moindre envie de finir malade en raison d’une odeur peu ragoûtante. Mais sérieusement, c’est quoi ce type ? Il se prend pour qui ? Les toilettes, on en trouve partout de nos jours. Même les Grotichon ne sont pas aussi répugnants que cela. Je tente d’ignorer le comportement débectant de cet inconnu pour me tourner vers le scientifique pour lequel j’ai fait le trajet jusqu’ici au lieu de rester tranquillement au fond de mon lit. Et vers son robot. Ou je ne sais pas comment on peut appeler ça. Le mec aimerait aller dans un parc. Ou près de l'arène de la ville. Un parc près de l'arène, ce serait idéal. Je ne sais même pas si ça existe. Je vis pourtant dans cette ville depuis quelque temps maintenant, mais je n’ai pas vraiment l’habitude des parcs urbains. Je préfère généralement les plus grands espaces.

▬ Je ne sais pas vraiment ce que l’on peut trouver du côté de l'arène, mais allons-y. Il doit sans doute y avoir quelque chose pouvant convenir.

Et merde. Visiblement, le mec aux cheveux rose est avec le scientifique. J’ai dit quoi tout à l’heure, à propos de la chance ? J’ai l’impression que je me suis planté en beauté. J’ai fait ma conclusion sur la situation bien trop rapidement. Finalement, il suffit de seulement quelques secondes pour passer du rêve au cauchemar. Bon. J’espère que je n’aurais pas à le supporter bien longtemps. Finalement, après un rapide échange entre eux, auquel je ne suis pas parvenu à comprendre quoi que ce soit, celui aux manières préhistoriques s’est éloigné. Visiblement, il n’est pas content. Je ne sais vraiment pas ce qu’il s’est passé entre eux, mais il semblerait qu’un profond désaccord est né entre eux. À moins qu’il soit du genre sanguin et qu’il s’emporte rapidement ? Je n’en sais rien. Je ne le connais pas. Et je ne tiens pas vraiment à partager mon petit déjeuner avec lui non plus. C’est seulement que je suis curieux. Et que c’est grave chiant d’observer une embrouille sans même pouvoir en comprendre le sujet. Je trouve que c’est encore pire qu’un film sans les sous-titres. Parce qu’en général, je peux au moins en comprendre certains détails. Mais là, hormis le fait que l’un des deux est énervé, je n’ai rien du tout. Et c’est relativement gênant. Parce que je n’ai pas la moindre idée de ce que je peux raconter pour poursuivre.

▬ Euh. On se dirige vers l’arène du coup ? On s’y rend à pied, ou l’on commande un taxi afin d’y être plus rapidement ? Je ne sais pas ce que vous avez prévu après, mais vous êtes sans doute occupé.

Et moi aussi je le suis. J’ai un entraînement à reprendre. Des affaires à préparer. Mais au moins, j’ai fait la proposition. Après, à eux de voir ce qu’ils préfèrent. Je ne suis pas vraiment motivé à l’idée de marcher pendant une, voir même deux heures pour rejoindre l’arène. Je ne sais pas avec précision, mais d’expérience je suppose que c’est plus ou moins le temps nécessaire pour arriver à destination. Après, un taxi c’est un peu plus cher, mais pour une course dans le genre, cela ne doit pas dépasser la dizaine de pokédollars. Pas si exorbitant. Et ça évite de perdre la journée uniquement pour traverser la ville.


vingt neuf centimètres YPtRstI vingt neuf centimètres Kl0fDRI vingt neuf centimètres F82pwTw vingt neuf centimètres Test_610


Autres comptes:
 
Autres stamps et infos:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Thomas Bauer

Thomas Bauer
Scientifique Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 1085

Région : Sinnoh
Sam 5 Jan - 11:43
vingt neuf centimètres M_a_i_19 vingt neuf centimètres Thomas16





J'accepte la proposition de l'éleveur de nous payer le taxi. M.A.I.A nous suit et je constate qu'elle n'est pas contente de ne pas avoir pensé elle-même à la solution taxi. C'est bizarre, logiquement son programme aurait dû lui suggérer tout seul qu'un trajet en voiture serait bien plus rapide. Je me demande si je ne devrais pas vérifier que ce fameux virus qui l'a contamine n'endommage pas ses applications.
Tyrrell n'étant plus là, je me sens plus serein et je vois que ce jeune homme a l'air soulagé aussi. Ce débile est antipathique pour tout le monde, même pas besoin de le connaître pour préférer son absence.
Illumis est une ville très animé et je regrette rapidement le calme de Voilaroc. Je n'aime pas être entouré d'autant de personne que je ne connais pas. Il pourrait y avoir des psychopathes, des veuves noires, des adorateurs de dieu ou même de simple enfant baveux qui laisse leurs mains pleines de miasmes se promener partout. M.A.I.A nous trouve rapidement un chauffeur et je plonge à l'arrière du véhicule protecteur. Je laisse l'éleveur se charger d'indiquer notre destination. M.A.I.A s'installe à côté de moi, la tête tournée vers le centre commercial. Le trajet se passe dans le calme après j'ai interdit au propriétaire de la voiture de nous raconter sa vie. Même si son travail ne requière pas un niveau élevé d’intellect, il se montre assez intelligent en évitant de nous faire la conversation. Il nous dépose devant une aire de verdure perdue au milieu de cette écrin de civilisation. Je suis presque attristé de constater que l'humain est toujours rattacher à la nature. Par obligation. Parce qu'on a pas encore trouvé un moyen de produire de l'air sans dépenser d'énergie nucléaire. Et malheureusement, l'être humain est toujours demandeur de nouveauté mais, ils restent extrêmement chatouilleux dès qu'on touche à mère nature. « Comme ces débiles d'écolos qui empêchent les grandes firmes de s'étendre en s'attachant aux arbres. » Je me dis qu'on ferait mieux de les scier avec, ça nous fera plus de matière première.
Je sors soudain de mes pensées en voyant une immense fontaine au milieu du parc. La grosse statue d'un pokémon aquatique aux allures de méduse me rappelle pourquoi je me retrouve là.

- J'ai fait appel à votre famille car je suis un scientifique qui étudie les pokémons. En ce moment je suis intéressé par une espèce en particulier, les Stari. Normalement je vais directement dans leur habitat naturel, sauf qu'il y a eu un accident pétrolier, la zone est fermée pour être nettoyée. Du coup, je me suis tourné vers une autre solution, les éleveurs. J'aimerais que vous me parliez de ce pokémon en détail. Je veux savoir quel comportement il a quand il est seul, quand il est avec des pokémons de sa propre espèce, d'autres espèces et avec des humains. Je veux son tempérament, son régime alimentaire, ses habitudes. Je veux aussi savoir comment ils se comportent en combat, mon robot, ici présent, se chargera de mener un duel avec vous. Elle a ordre de tester les limites de ce pokémon.


M.A.I.A se redressa dès qu'elle comprit que je parlais d'elle. À sa ceinture, deux pokéballs pendaient, attendant impatiemment d'être utilisées. Il y avait bien sûr P.A.M, sa Prinplouf et aussi Airmure. Durant ce fameux combat j'avais aussi prévu de prêter Amanite à l'androïde pour voir comment un Stari s'en sortait face à un pokémon avec un type avantagé.
Je sortie un bloc-note que je feuilletais un moment pour trouver une page blanche. Il y avait déjà beaucoup de page noircies par mes études, mes recherches et mes expériences. Je n'avais pas choisi stari pour rien. En parlant avec mon collègue spécialisé en microbiologie, j'avais découvert certaine capacité exceptionnelle des pokémons eau, la régénération. Selon Linnaeus, ce pokémon étoile de mer serait capable de faire repousser ses membres en moins d'une heure. Cette capacité devait absolument être étudiée et vite. Si j'arrivais à comprendre comment il s'y prenait, alors que peut-être j'arriverais à reproduire cette régénération et même à l'adapter aux humains. « Je pourrais guérir le cancer et même sida ! » Soudain, M.A.I.A s'approcha de moi et me prévint qu'elle venait de recevoir un message de Tyrrell.

- Il dit qu'on perd notre temps à venir voir un éleveur, que toutes les infos sur ce pokémon sont déjà en ligne. Il dit qu'il a trouvé un site qui répertorie toutes les attaques des Stari et que ça lui a donné une idée. Monsieur Tyrrell souhaite fabriquer sa propre invention, comme vous maître. Il veut impressionné Marguerite.

Je soupire, lasse de cet imbécile. S'il veut vraiment attirer l'attention de la patronne il ferait mieux de chercher un remède contre les plus grands maux du genre humain. Les maladies incurables. Mais c'est moi qui ai eu l'idée. Tyrrell va sûrement nous fabriquer une arme, après tout c'est son domaine d'expertise.

- Quelles sont les attaques de Stari ? Demandais-je à l'éleveur.

Moi aussi je peux avoir les infos que je veux, juste en me servant de cet homme. En plus, mes informations sont plus fiables que les siennes.




Thomas Bauer
Genius
Autres comptes:
Elimona Torri
Zoé Wells

©️️ Edgar Io

Revenir en haut Aller en bas

Kaktus Vateuhpicker

Kaktus Vateuhpicker
Eleveur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 16/04/2016
Messages : 4398

Région : Kalos - Alola - Sinnoh
Sam 2 Fév - 23:01

Vingt neuf centimètres
Ft. Thomas Bauer


OK. Je n’avais vraiment pas prévu cela. Je pensais que le taxi, on pourrait se le partager. Déjà qu’ils me font perdre mon temps alors que je pourrais être ailleurs en ce moment même, je dois en plus payer pour tout le monde. Ça craint. Et ça me saoule déjà quoi. Je ne suis pas crésus quoi. S’il est venu jusqu’ici pour avoir des renseignements et des réponses à ses questions, c’est qu’il n’est pas pauvre. Il aurait au moins pu proposer de payer la course. Ou au moins une partie. Je n’en sais rien. Mais je ne trouve pas ça très cool que ça retombe sur moi. J’ai déjà envie de rentrer chez moi. Et de retrouver ma couette. Ou d’aller chez mon meilleur ami. Je n’en sais rien. Mais j’ai envie de partir de là. Je n’aime pas vraiment dépenser mon argent pour des conneries, et j’apprécie encore moins que ce soit pour un inconnu et une chose qui ressemble à un robot. Sérieux. C’est vraiment un robot ce machin ? Je n’en sais rien. Mais je n’en peux plus d’avoir des doutes, il faut que je pose la question. Je m’adresse donc au scientifique. Normalement, il devrait pouvoir m’expliquer ce que c’est que ce machin.

▬ Dites, c’est un robot ce machin qui vous accompagne partout ? Il peut faire le café ?

Je n’ai pas pu résister à l’idée de poser la seconde question. C’est totalement débile. Et il va possiblement mal le prendre. Mais ce n’est pas grave. J’ai envie d’un café, et dans ma tête je rage encore d’avoir dû payé le café tout ça parce que je me suis retrouvé à être le dernier dans le taxi une fois arrivé à destination. Je le savais que j’aurais dû en sortir plus rapidement. Mais bon. Je ne vais pas passer ma journée là dessus. Il aurait fallu que je réagisse plus rapidement. Maintenant c’est un peu tard. Il est temps que je me reprenne en main et que je passe à autre chose. Je ne suis pas un gamin de cinq ans à qui l'on vient de voler un bonbon, tout de même. Et bon. Je dois reconnaître que ce mec, il ne semble pas être très net. J’ai la sensation qu’il vit dans un autre monde. Donc il est possible qu’il ne connaisse pas les règles de base de la vie en société et des échanges sociaux. Il suffit de voir la manière dont il s’est adressé au chauffeur de taxi. Je n’ai pas la moindre idée de ce qu’il a pu lui raconter, mais au regard de l’expression sur le visage du conducteur, cela ne devait pas être bien plaisant.

Alors que l’on traverse un parc, et que l’on passe devant une grande fontaine, le scientifique se met à me parler. Je ne sais pas pourquoi il le fait si subitement, mais il m’explique les raisons pour lesquelles il a fait le déplacement jusque dans la région de Kalos. Il me dit qu’il est scientifique. OK. Pas une grande nouvelle ça. Je suis déjà au courant. Il me dit qu’il s’intéresse à une espèce en particulier : les Stari. OK. La lumière s’éclaire dans mon esprit. Je suis le seul qui en possède un. Et encore, pas depuis bien longtemps. Je n’ai récupéré Patrick que depuis quelques semaines. Un sauvetage. Il était dans un sale état lorsque je l’ai récupéré aux douanes. Un mec qui tentait de faire du braconnage et des expéditions illégales. La pauvre créature était dans un carton. Sans eau. Sans nourriture. Sans rien. Il était à deux doigts de la mort lorsque je l’ai récupéré. Maintenant, il commence à aller mieux. Mais ce n’est pas encore facile tous les jours. Et donc, il n’est pas en mesure de les étudier dans leur habitat naturel à cause d’un accident de pétrolier. OK. C’est triste. Et ça craint pour toutes les espèces vivant dans ce coin. Si seulement les politiques se mettaient à faire quelque chose pour empêcher les entreprises de détruire notre belle planète… Donc bref. Il veut tout savoir à leur sujet. Et il veut que son robot me combatte et teste les limites de mon Patrick ? Alors non. Là, c’est juste mort. Tout simplement hors de question. Déjà qu’il a encore du mal à se remettre de ses blessures, je ne vais pas l’envoyer au combat. Encore moins face à une fichue machine qui a pour ordre de le pousser à bout. C’est mort. Ce truc-là, il n’avait pas été prévu. Je le sais. Je m’en serais souvenu. Et j’aurais directement décliné l’entrevue. Mes pokémons, je les apprécie. Je tiens à eux. Alors c’est hors de question que je cautionne le fait de les faire souffrir. Même pour les besoins de la science. Je ne comprends même pas comment on peut laisser des pokémons entre les mains de quelques morceaux de métal.

▬ Euh. Alors non. Je crois qu’il y a eu un malentendu quelque part. Mais c’est tout simplement hors de question que mon Stari prenne part à un combat. Encore moins contre un tas de ferraille doué de parole. Il se remet tout juste d’importantes blessures, il est tout simplement hors de question que je lui fasse atteindre ses limites. Je veux bien vous expliquer tout ce que vous désirez. Et vous faire une démonstration de ses capacités, mais pour le reste il ne faut pas rêver.

En terminant ma réponse, je jette rapidement un regard au robot. Je remarque alors les pokéballs à sa ceinture. Pauvres créatures… Et ce mec qui se prépare déjà à prendre des notes sur un carnet. C’est bizarre. Avec un robot à ses côtés, j’aurais plutôt imaginé un enregistrement vidéo, ou même audio. Ou je ne sais pas. Mais un truc dans ce genre-là plutôt qu’un banal crayon et un carnet composé de feuilles de papier. Le robot s’approche de son propriétaire. Et visiblement, il lui parle. De quoi ? Je n’en sais rien. Encore une raison pour laquelle je regrette que l’opération soit aussi onéreuse. J’aurais tellement souhaité la faire le plus rapidement possible. Mais non. Pour le moment ce n’est pas possible. C’est bien trop coûteux. Je n’ai pas les moyens pour cela. C’est pour cette raison que je dois absolument me rendre à l'Élite et relever brillamment leur défi. C’est sans doute ma meilleure chance pour réunir les fonds financiers nécessaires. C’est alors que l’homme s’adresse à moi. Il désire connaître les attaques de Stari. Il demande par rapport au mien ou de manière générale ? Parce que bon, ça peut être différent. En plus, la réponse peut dépendre de différents critères. C’est assez compliqué.

▬ Alors en vérité, tout dépend du niveau du Stari. De son expérience. Du temps qui est accordé à son entraînement également. Mais si l’on parle d’un cas spécifique, en prenant l’exemple de mon Patrick, je peux détailler. Tout d’abord, je suis parvenu à lui faire maîtriser les attaques Surf et Cascade. Et lors de ma rencontre avec lui, il maîtrisait déjà les attaques Charge, Armure, Pistolet à O, Tour Rapide, Soin, Vague Psy, Météores, Bulles d’O. Et désormais il maîtrise également Lilliput. Ces derniers temps, on travaille sur Gyroballe. Ce n’est pas de tout repos, mais on espère bien réussir prochainement.


vingt neuf centimètres YPtRstI vingt neuf centimètres Kl0fDRI vingt neuf centimètres F82pwTw vingt neuf centimètres Test_610


Autres comptes:
 
Autres stamps et infos:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Thomas Bauer

Thomas Bauer
Scientifique Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 1085

Région : Sinnoh
Mar 19 Fév - 7:10
vingt neuf centimètres M_a_i_19 vingt neuf centimètres Thomas16 vingt neuf centimètres Tyrrel10





Le drôle d'éleveur se révèle assez perspicace puisqu'il se rend compte qu'il n'a pas affaire à deux humains. Par contre, sa question sur le café fait oser un sourcil à mon maître.

- Oui, je peux vous préparer toutes sortes de café. Café noir, serré, allongé, crème, moka, cappuccino...

- Oui 'fin... Ce n'est pas son attribution première... C'est un robot de combat. J'ai codé son intelligence pour qu'elle soit aussi proche que celle d'un humain, avec libre arbitre et initiative. Et ça marche car les pokémons lui obéissent comme s'ils avaient un dresseur humain.

Je reste inexpressive mais, je suis surprise par cette présentation. D'habitude le maître ne cache pas ma fonction première, aurait-il des soupçons. Cet éleveur ne serait-il pas digne de confiance ? Je décidais de suivre les indications de mon créateur et de rentrer dans le rôle du robot de combat. Justement, le maître expliqua à ce Kaktus qu'il allait avoir besoin d'un duel pour pouvoir étudier les Stari. J'attrapais une pokéball, celle de P.A.M, pour la prestation. Mon maître allait étudier le combat, il fallait absolument que je suis irréprochable. Sauf que l'éleveur n'est pas trop chaud. « Je dois l'intimider. » Quand il explique que son pokémon sort tout juste d'un accident et qu'il en garde encore quelques séquelles, je baisse ma pokéball. Un combat serait dangereux pour lui, il vaut mieux l'étudier autrement. Thomas s'approche alors de l'éleveur, le surplombant de toute sa hauteur.

- Ce n'est pas un tas de ferraille ! C'est un androïde intelligent. Sûrement plus que vous ! Quand j'ai appelé la pension, on m'a assuré que vous répondriez à toutes mes demandes ! Dois-je en conclure qu'on m'a menti ? Je vais devoir rédiger un rapport et envoyer un enquêteur du travail. De toute évidence vous ne faites pas bien votre travail.

Thomas sort son téléphone et se met à pianoter dessus pour trouver le numéro de Marguerite. On dirait que la rencontre va mal tourner. Je ne sais plus quoi faire, je préfère attendre une réaction d'un côté comme de l'autre. Je souhaite obéir à mon inventeur, lui offrir tous ce dont il désir mais, pas au dépens d'un pauvre pokémon blessé. Le géant roux émet un petit crie de victoire quant il a trouvé le numéro cherché. On dirait qu'il essaye de faire peur à Kaktus avec ses menaces d'enquêteur. Soudain, je reçois un mail en provenance de Tyrrel. J'interromps mon maître pour lui transmettre le message. Monsieur Tyrrel a le chique pour agacer mon maître. Du coup, Thomas décide de faire avec les contrainte de l'éleveur et lui pose des questions. Je suis déçue de ne pas pouvoir combattre mais, c'est mieux pour ce petit Stari. Kaktus nous donne pas mal de noms d'attaques et j'entends mon créateur murmurer, pris dans le maelstrom de son esprit.

- Des attaques eau, normal, de soin et même psy. Stari est juste de type eau ? Il évolue et gagne un nouveau type à son évolution ? C'est quoi Lilliput ? J'imagine que ça a un rapport avec les lilliputiens, une histoire de taille par déduction. Quels sont ces effets ? Et Gyroball ? C'est quel type ? Le nom est moins intuitif que les autres. Je vois juste une attaque semblable à roulade. … Attendez... Vous avez appelé votre pokémon Patrick ? Vous avez donné un nom d'humain à votre pokémon ?

Je reste moi-même dubitative. C'est bizarre comme choix. Est-ce que cet homme humaniserait les pokémons ? J'espère qu'il ne s'attend pas à ce que son Stari lui parle comme une personne normale. Sinon, je crois que ce Kaktus est déficient.
La tonne de questions semble déstabiliser le gothique et je crains que la situation ne s'envenime encore. Tyrrell ne sera pas toujours là pour occuper l'esprit de Thomas. Je devrais peut-être intervenir.

- Est-ce qu'on peut voir … Patrick... Utiliser l'attaque Soin ?

- Bonne initiative M.A.I.A ! Me gratifiât Thomas avant de reprendre son carnet pour noter la suite des événements.

J'encourage le dresseur du regard à sortir son Stari, lui promettant au passage que je garderais mes pokémons dans leur pokéball. Mon maître veut surtout en savoir plus sur les capacités régénératrices de ce pokémon, son mode de vie et ses talents au combat seront vu plus tard, quand la baie sera nettoyer des ravages causés par le pétrole. Thomas s'est remis à noter des infos et à faire un croquis du pokémon étoile alors que j'ai décidé de me rendre utile en filmant la rencontre sous toutes les coutures. Soudain un message s'affiche sous mes yeux. C'est encore Tyrrell qui demande où nous sommes. Je lui tape virtuellement une réponse avant de prévenir Thomas que son collègue est en route pour nous rejoindre. Mon créateur se renfrogne et se met à grogner dans sa barbe avant de concentrer toute son attention sur Kaktus et son pokémon, en prévision de l'arrivée du rose qui va obligatoirement perturber la discussion. Ça ne loupe pas. Quelques minutes après, monsieur Tyrrell nous retrouve et apporte avec lui un drôle d'appareil qui ressemble à un petit pistolet. Comme Thomas l'avait prédit, son invention est une arme.

- Et voilà ! Dit-il triomphant en nous passant sa création sous les yeux. Voici le pistoput !

J'imagine qu'il a fait une blague parce qu'il rigole alors que mon maître roule des yeux. Thomas tente de l'ignorer en posant une nouvelle question à l'éleveur sur la manière de nourrir son Stari et s'il son alimentation aurait une incidence sur ses capacités, régénératrices ou offensives. Sauf que le jeune scientifique n'aime pas du tout le comportement de son aîné.

- Eh ! J'ai inventé un truc ! Tu pourrais regarder ! Non ça t'intéresse pas ? Et si je le braque sur toi ? Tu vas te demander quels sont ces effets maintenant ?

Le visage de Tyrrell s'est fermé. Il n'y a plus d’innocence et de naïveté mais, une colère froide et contrôlée. Son arme est pointée sur le torse de mon créateur. Je dois intervenir maintenant et protéger l'être qui m'a donné la vie. Je n'ai même pas le temps de bouger et Thomas ne peut même pas se défendre que Tyrrell presse la détente. Un flash vert et blanc ébranle mon système et je sens mes articulations se gripper. Je me retrouve paralysée, juste bonne à regarder la scène sans pouvoir intervenir. Ma caméra filme toute l'action. Le laser touche mon maître en pleine poitrine et je peux voir image par image, son corps rétrécir, rétrécir jusqu'à atteindre une taille d'environs trente centimètres.

- Hé hé... Voilà de quoi est capable est vrai génie. Bon... Et maintenant ?

Tyrrell s'est métamorphosé. La colère a laissé place à une expression de sadisme alors qu'il tourne son pistolet vers Kaktus.




Thomas Bauer
Genius
Autres comptes:
Elimona Torri
Zoé Wells

©️️ Edgar Io

Revenir en haut Aller en bas

Kaktus Vateuhpicker

Kaktus Vateuhpicker
Eleveur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 16/04/2016
Messages : 4398

Région : Kalos - Alola - Sinnoh
Mar 2 Avr - 16:01

Vingt neuf centimètres
Ft. Thomas Bauer

Je n’en reviens pas. Ce mec, il a vraiment construit ce robot ? Et en plus c’est lui qui a programmé son intelligence afin qu’elle soit la plus proche possible d’un être humain ? C’est tout simplement dingue. Je ne savais même pas que c’était possible. Par contre, ce gars, il ne doit pas être très équilibré. Pour avoir une idée dans ce genre-là, il faut commencer par en tenir une sacrée couche, je pense. Et puis… Il n’a pas vraiment d’humour j’ai l’impression. J’ai également la sensation que sa culture, parce qu’il est certain qu’il est cultivé pour parvenir à réaliser ce genre de projet, elle ne touche pas tous les domaines. Ma question, c’était vraiment une blague. Le genre de truc que l’on va lancer quand on nous présente un truc bourré de technologies qui se retrouve avec des tonnes de possibilités, mais qui n’est pas en mesure de faire un bon café. Alors que ce breuvage, c’est un peu la base pour un grand nombre de personnes. Et je suis bien entendu dans cette partie-là. Si je n’ai pas mon café lorsque j’ouvre les yeux le matin, derrière je suis incapable d’être opérationnel. C’est bien la seule chose qui parvient à me réveiller. Mais non. Le mec il répond sérieusement en me disant que son robot fait le café. Mais qu’elle est surtout conçue pour les combats entre pokémon.

Lorsque je lui annonce clairement que c’est mort, il commence à s’énerver. Peu importe. Il peut bien être plus grand que moi et chercher à m’impressionner par ce biais-là, ça ne fonctionne pas avec moi. Il commence même à se lancer dans les menaces. Il est drôle lui. Je ne sais pas pour qui il se prend, mais je vais rapidement le faire redescendre de son piédestal. Ce n’est pas parce qu’il est scientifique qu’il peut se permettre de me parler de la sorte. Il ferait mieux de rapidement changer sa façon de faire. Je ne suis pas là pour supporter un mec mal élevé. Ce n’est pas mon problème si ses parents l’ont bercé trop près du mur, et que désormais il en a des séquelles. Il peut bien rédiger un rapport, prévenir qui il veut et même envoyer un enquêteur du travail s’il le désire. Je n’en ai strictement rien à faire de ses menaces. Il a fait appel à la pension de mes parents adoptifs, certes. Mais moi, je ne suis pas éleveur. Un jour c’est certain, mais pour le moment ce n’est pas encore le cas. Je me suis fixé des objectifs personnels avant de m’autoriser ce sésame. Quant à répondre à ses questions, je veux bien. Mais je ne suis pas son Ponchien. On n’a pas non plus gardé les Gruikui ensemble. Il n’a qu’à poser les questions bien calmement et avec respect. Je ne suis pas à ses ordres. J’ai accepté de faire ça bénévolement. Je n’ai aucun compte à rendre à personne. À être si proche de moi, il prend seulement le risque de se faire cracher dessus.

▬ Peu m’importe, le nom que vous préférez lui donner. Nous répondons aux questions, pas aux ordres d’un pseudo-scientifique mal élevé. Et c’est sans doute ce que l’on vous a répondu lors de votre prise de contact avec le Ranch des Dragons de Poséidon. Sinon, vous pouvez toujours faire un rapport. Nous n’avons pas la moindre obligation de vous répondre. Alors si c’est pour me faire perdre mon temps que vous êtes ici, dites-le. On ira plus vite. Et justement, je fais bien mon travail. Je protège mes pokémons des crises existentielles et des délires d’un inconnu qui se croit tout permis.

Je me demande vraiment si je ne dois pas me barrer. Ce mec, je ne sais pas pour qui il se prend, mais il m’exaspère déjà. Cette rencontre, je m’en occupe pour rendre service. Mais moi, ça ne me rapporte rien. Et à la pension non plus. On a décidé d’être sympa et de prendre de notre temps pour répondre aux interrogations d’un scientifique. Ce n’est pas tous les jours que l’on accepte ce genre de demande. Pourtant, on en reçoit un paquet. Je trouvais l’initiative de mes parents plutôt intéressante et je me suis dit que je pourrais l’envisager également, lorsque j’aurais ouvert ma propre pension. Mais maintenant que je vois ce que ça donne de mes propres yeux, je n’en ai plus vraiment l’envie. Je ne veux avoir à revivre ce genre d’expérience. Une fois, pas deux.

Finalement, il décide de poser des questions. Tant qu’il reste calme, ça me va. Faire une liste des attaques qu’il connaît ça va. C’est dans mes cordes. En plus, j’ai étudié ça avec lui il n’y a pas bien longtemps. C’est l’un des exercices préconisés par l’infirmière qui suit le rétablissement de Patrick. Il est nécessaire que l’on s’entraîne tous les jours au lancement et à la maîtrise des attaques. Avec ce qu’il a subi, si je souhaite qu’il retrouve la forme, je n’ai pas vraiment le choix. Je fais donc la liste. Elle est tout de même longue pour une créature aussi jeune. Je n’ai même pas terminé qu’il poursuit ses interrogations. Et il en balance beaucoup à la suite. Un peu trop. Je tente de tout retenir, mais ce n’est pas vraiment mon truc. Surtout que ce n’est pas simple de lire sur ses lèvres avec son débit de parole. Il ne m’aide vraiment pas celui-là. Bon. Au moins, cela se passe un peu mieux. Et j’ai des réponses à toutes les questions qu’il me pose. Si je n’en ai pas oublié au passage. Mais j’aime un peu moins la dernière. Enfin non. C’est plutôt que je sais déjà qu’il ne va pas aimer ma réponse.

▬ Effectivement, il est uniquement de type eau. Lorsqu’il évolue il gagne le type psy et possède donc alors un double-type. Lilliput, c’est une capacité non offensive. Elle a pour objet de comprimer le corps du lanceur afin d’en réduire la taille et ainsi d’améliorer fortement son esquive. C’est donc probable que le nom soit en lien avec les lilliputiens. Gyroballe, c’est une attaque offensive de type acier. Le principe est que le pokémon va effectuer une rotation avant de frapper l’ennemi. Plus le lanceur est lent par rapport à son adversaire, plus la rotation va renforcer sa puissance et lui permettre de frapper fort. Euh oui ? Il s’appelle Patrick. Vous savez, comme l’étoile dans le film d’animation. J’ai trouvé que ça lui allait bien. C’est des enfants qui ont choisi ce nom peu après son sauvetage. Et c’est resté.

Et merde. J’ai raté un truc là. Visiblement, le robot a pris la parole. Si elle a une apparence humaine, elle n’en possède pour autant pas toutes les caractéristiques. Pour les mouvements des lèvres, ce n’est pas encore ça. Il est impossible pour moi de lire ses propos dans de telles conditions. C’est un peu rageant. Parce que du coup, je n’ai rien compris de sa demande alors que le scientifique l’appuie. Il ne me reste plus qu’à demander des explications...

▬ Une initiative ? C’est quoi son interrogation ?

Okay. Lancer une attaque soin. Ça, c’est dans ses cordes. Et au moins, cela l’aide toujours un peu plus à se remettre de ses émotions. Après un simple hochement de tête en tant que réponse, j’ai attrapé la pokéball de Patrick. Il est temps pour lui de faire un petit tour à l’extérieur. Je l’ai donc libéré juste entre mes deux interlocuteurs et moi-même. Je regarde alors le scientifique prendre des notes et faire des croquis de mon pokémons. Je me demande bien à quoi tout cela va bien pouvoir lui servir. Et soudainement, c’est son collègue qui se ramène. Le même que celui que j’ai précédemment rencontré. Je me demande bien comment il a pu nous retrouver. Bref. Je ne m’en préoccupe pas. Ce n’est pas moi qu’il est venu voir. Et puis le scientifique me pose une nouvelle question. À laquelle je n’ai même pas le temps de répondre. Le nouveau venu vient de braquer une sorte d’arme sur le scientifique. Mais bordel. Ils ont quoi en ce moment à braquer les gens ? Ils ne sont pas bien dans leurs têtes ? Là, ça ne semble pas être une arme à feu. Pour autant, je n’ai pas l’impression que c’est beaucoup mieux.

Lorsque l’agresseur appuie sur la détente, c’est une sorte de rayon laser qui en sort. À bout portant, impossible pour le scientifique d’esquiver. Il se le prend donc en pleine poitrine. Et soudain, il n’est plus là. J’ai l’impression qu’il a rétrécie, mais je n’en suis pas certain. J’ai quelques doutes concernant ce que mes yeux ont bien pu enregistrer. Il est vraiment devenu petit ? Je ne parviens même pas à le voir. En même temps, je ne suis par certain de vraiment vouloir passer du temps à le chercher. Sur le coup ma priorité a surtout été de lever mes deux mains en l’air. Paume vers l’agresseur.

▬ On peut p’t’être prendre un café et en parler ?


vingt neuf centimètres YPtRstI vingt neuf centimètres Kl0fDRI vingt neuf centimètres F82pwTw vingt neuf centimètres Test_610


Autres comptes:
 
Autres stamps et infos:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Thomas Bauer

Thomas Bauer
Scientifique Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 1085

Région : Sinnoh
Lun 15 Avr - 16:48
vingt neuf centimètres M_a_i_19 vingt neuf centimètres Thomas16 vingt neuf centimètres Tyrrel10





Ma vision est flou, mes sens sont perturbés et j'ai du mal à rester debout. Je pose un genoux à terre, sentant venir une nausée. J'ai la tête dans du coton, il faut que je me calme, que je respire et que j'analyse la situation. Mon environnement a changé, je le sens autour de moi. Mes mains se posent sur une surface dure, puante et très granuleuse. Du goudron, à n'en pas douter. Mais mon sens du touché est altéré ou son contact est différent. La rugosité est plus importante, tout comme l'odeur et les grains sont trop grossier. Ça tourne à toute allure dans ma tête. J'essaie de me remémorer les paroles de ce freluquet. Il voulait impressionner Marguerite avec une nouvelle invention, une arme, dans le même domaine que moi. Donc une arme basée sur les Stari. Il aurait pu faire un simple pistolet à eau mais, Tyrrel a l'esprit plus tordu que ça. Quel était le nom de son arme déjà ? Le Pistoput ? Un nom grossier, comme son intellect ! J'en déduis qu'il a réussi à reproduire les effets de Lilliput. Le goudron sous mes doigts est donc toujours le même que j'avais sous mes pieds il y a quelques secondes. J'ai seulement changé de perception en changeant de taille... Mes sens s'adaptent enfin à ce nouvel environnement, l’ouïe revient en premier :

- Ahahaha ! Comme c'est commode ! Je pourrais accepter ! Ce n'est pas tous les jours qu'un beau brun ténébreux m'invite à un rencard. Aller ! Je me laisse tenter !

« Que se passe-t-il ? Tyrrel va partir ? Me laisser là ? Dans cet état ? »
Mon sens de la vue revient doucement et j'arrive à percevoir la forme du scientifique avec plus de netteté. Il braque son horrible invention sur le jeune garçon qui n'en mène pas large. « Où est M.A.I.A ? » Elle n'a pas bougé, je dirais même qu'elle ne bouge plus du tout. La diode violette dans son regard est éteinte. « Merde ! Son pistolet a dû émettre une impulsion électro-magnétique qui a fait court-circuiter sa carte mère. Il va lui falloir un certain temps pour se réinitialiser... Il faut que j'arrive à occuper Tyrrell pendant ce laps de temps. » Malheureusement, mon changement de taille me donne l'impression que tout va plus vite pour eux et sans que j'ai le temps de réfléchir à un plan, le rose joue encore de la gâchette. J'ai le temps de voir le faisceau frapper et faire réduire Kaktus à la taille d'une poupée. Cette nouvelle impulsion va encore retarder le redémarrage de mon androïde. « Vite ! Il faut le retenir ici ! » Je m'élance vers le jeune avant de ralentir en sentant venir les vertiges. Il faut que je prenne le temps de m'adapter à ce nouvel environnement.

- Kaktus ! Tentais-je d’appeler.

Mais il venait de se faire rétrécir, il aurait besoin d'un peu de temps pour reprendre ses marques. Du temps, on en manquait cruellement alors qu'il semblait accélérer pour Tyrrell. Le rose avait finalement rangé son arme et s'esclaffait en nous regardant.

- Tu es content ?! C'est une grande réussite bravo ! Et ça va servir à quoi ?

- À réduire l'humanité en poussière.

Il rigole n'est-ce pas? Sa réponse me fait froid dans le dos, particulièrement parce qu'il continue de sourire, dévoilant des canines bien blanches, assoiffées de sang. Il est complètement malade. Doucement mais, sûrement je décide de me rapprocher de Kaktus pour lui exposer la situation, histoire d'éviter qu'il ne panique.

- Du calme. Mon cinglé de collègue nous a fait subir une réduction de 59,4 pourcent. Il faut que tes sens s'habituent à ta nouvelle taille. Ça va prendre un peu de temps. Le touché revient en premier, ensuite l’ouïe et la vue. Tu comprends ce que je te dis ? Tu arrives à voir des formes ? Des contours ?

Je lance un rapide coup d’œil à M.A.I.A, elle est toujours éteinte. Tyrrell s'est accroupit et nous regarde avec attention. Il prend un réel plaisir à nous contempler de haut. Ça me fait tout drôle à moi aussi. Je fais quand même un mètre quatre-vingt-dix. J'ai rare l'occasion de devoir lever les yeux pour regarder quelqu'un. C'est humiliant. Il va me le payer.

- J'ose espérer que tu avais tester ton arme sur autre chose avant de nous réduire comme ça ! Des objets, des pokémons ?

- On s'en fout ! Faut qu'on aille au café. J'ai un rencard avec le beau gosse.

Tyrrell m'attrape par la taille et me propulse jusqu'à lui. La vitesse est telle que ma nausée me reprend. Kaktus me rejoins rapidement, plus pâle que jamais. Le jeune scientifique quitte alors la fontaine et se dirige d'un pas joyeux vers une rue commerçante. Il va beaucoup trop vite pour nous qui venons juste d'être réduit. Pourtant, je dois absolument essayer d’appeler à l'aide, de réveiller M.A.I.A. Mes cris décousus attirent la curiosité de quelques patients qui ne s'inquiètent pas plus que ça et poursuivent leur chemin comme si de rien n'était.

- Vous êtes complètement cons vous les Kalosiens ! Balançais-je à Kaktus, au comble de l'énervement.

- Du calme Thomy ! Oh j'ai trouvé un salon de thé ! C'est parfait pour un premier rendez-vous ! Aller ! On entre !




Thomas Bauer
Genius
Autres comptes:
Elimona Torri
Zoé Wells

©️️ Edgar Io

Revenir en haut Aller en bas

Kaktus Vateuhpicker

Kaktus Vateuhpicker
Eleveur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 16/04/2016
Messages : 4398

Région : Kalos - Alola - Sinnoh
Lun 1 Juil - 15:14

Vingt neuf centimètres
Ft. Thomas Bauer


Je ne comprends rien de leur délire. Tout ça va trop vite pour moi. C’est bien trop complexe. Et puis, il semblerait que je ne possède pas tous les éléments permettant une compréhension, même basique, de la situation. La seule chose que je retiens, c’est que ces deux-là ne s’entendent visiblement pas très bien. Ou alors, nous sommes particulièrement loin d'être sur la longueur d’onde en ce qui concerne les relations sociales. J’ai beau ne pas être un spécialiste dans ce domaine-là, ça ne m’empêche pas de remarquer ce qui n’est pas très recommandé de faire au sein d’une relation. Et ce qui est certain, c’est que l’on n’est pas censé proliférer des menaces à un ami. Ou même en recevoir si l’on se place de l’autre côté. Ça revient au même. C’est le genre de truc que l’on ne devrait pas voir ou vivre entre amis. Ce qui doit donc vouloir dire qu’ils ne le sont pas. Je ne sais pas. Pourtant, ils étaient ensemble tout à l’heure, lorsque je suis arrivé au point de rendez-vous. C’est tout de même bizarre de ne pas s'apprécier et de voyager ensemble tout de même, non ? Il semble rigoler à ma proposition, pour autant je n’ai pas l’impression qu’il la rejette. Au contraire, j’ai même la sensation qu’il est sur le point de l’accepter. Je ne sais pas si c’est une bonne chose ou non. Je n’en sais rien. Je ne suis pas certain de ce que tout cela peut signifier pour moi. Est-ce que je suis réellement prêt à boire un verre en compagnie d’un type qui est capable de tirer sur ses connaissances avec un pistotruc afin de les réduire à la taille d’une poupée ? Je n’en sais rien. J’en doute. J’ai fait cette proposition sous le coup du désespoir, comme une sorte de tentative désespérée pour qu’il cesse de me pointer avec son machin et qu’il renonce à l’idée de me réduire à une taille aussi ridicule. Déjà que je ne me trouve pas particulièrement grand de base, là ce serait pire.

Il accepte. Je me contente de ce que je pense être un sourire. Mais au fond de moi, je n’en mène vraiment pas large. Surtout, qu’il braque toujours son horrible appareil dans ma direction. Je ne sais pas quoi faire. Je me sens totalement démuni. Ai-je réellement un moyen de bien me sortir de cette histoire ? J’en doute de plus en plus. Je ne saurais pas expliquer pourquoi, mais j’ai un mauvais pressentiment. J’ai bien peur de me faire avoir dans cette histoire. Je ne sais pas encore comment, mais une petite sonnette d’alarme résonne dans mon esprit. Et ça, ce n’est jamais un bon signe en ce qui me concerne. À chaque fois que j’ai ressentis ce genre de chose, je me suis pris une connerie peu plaisante sur le coin du nez. Et je ne vois pas pourquoi aujourd’hui serait une exception alors que dans cette journée, rien ne semble aller comme il le faudrait ou comme je l’aurais souhaité. C’est la galère. Et je me demande encore comment et pourquoi j’ai atterri au milieu de toute cette affaire. S’ils ont des différends à régler, ils ne peuvent pas le faire entre eux, dans leur coin ? Je ne comprends pas pourquoi ils ressentent le besoin de me mêler à leurs histoires. Je savais bien que je n’aurais pas dû venir ici et qu’il aurait été préférable que je reste au fond de mon lit. Entre ce taré et le robot un peu avant, je fais dans l’étrange et la bizarrerie aujourd’hui. D’ailleurs, elle est où celle-là ? Elle qui semble être obligée de se mêler de tout, je la trouve bien calme alors que son fameux maître vient d’être attaqué. Du coin de l’oeil, je remarque qu’elle est immobile. Je ne prends toutefois pas le temps de regarder davantage. Je préfère focaliser mon attention sur ce taré. Et sur son arme qu’il ne semble pas vouloir détourner de moi. Et soudain, l’attaque-surprise...

▬ M...Mais...Q...Que...Q...Quoi… ?

Je n’ai pas le temps de réagir. Seulement de voir. Le faisceau lumineux sort de l’arme et se dirige directement dans ma direction. Je ne le vois pas me percuter, mais il est certain qu’il m’a percuté de plein fouet. C’est bizarre. Tout devient étrange autour de ma personne. À moins que ce ne soit moi ? Je n’en sais rien. Je ne me sens pas bien. J’ai la tête qui tourne. J’ai des vertiges. J’ai envie de vomir. Et pire que tout, je n’ai plus le moindre contrôle sur mes sens. Je ne vois plus rien. Je ne sens plus rien. J’ai beau tâtonner autour de moi, je n’ai pas la moindre sensation. Je ne sais pas ce que je touche. C’est affreux. Je tente de me calmer. Je cherche à respirer calmement. Mais c’est impossible. J’ai l’impression que quelqu’un ou quelque chose est présentement en train de jouer d’un instrument à percussion, directement dans mon esprit. Je ne sais pas exactement quel son c’est sensé produire, bien que Priam ait plus ou moins tente de me l’expliquer à différentes reprises. Mais ça fait boom booom boooom dans mon crâne. Et ça résonne en plus de ça. Je me demande si c’est normal. C’est comme si c’était creux là-dedans. Ça ne devrait pas faire ça, je crois. Enfin je n’en sais rien. La seule chose dont je suis persuadé, c’est que cette résonance est en train de me faire mal au cœur. Je ne sais pas ce qu’est cette connerie, mais c’est horrible. Je veux sortir de là. Je veux retrouver ma taille normale et aller me rouler en boule au fond de mon lit.

Je suis à genoux. Je ne me souviens pas d’être tombé. Et merde. J’espère que je n’ai pas endommagé mon jean. Il est presque neuf. Il sort tout juste de la boutique et il m’a coûté une fortune… Je regarde autour de moi. Tout semble différent. J’ai l’impression que l’on est toujours dans le même parc, mais ce n’est plus pareil. Et puis, pour ne rien arranger, tout est flou autour de moi. Parfait. Comme si j’avais besoin d’avoir des problèmes de vue en plus de tout le reste. Comme si ce n'est déjà pas assez le bordel dans mon esprit. C’est la panique. Pire galère. C’est dingue comme un changement d’angle modifie totalement le regard que l’on peut porter sur les choses. Le scientifique, celui au robot, celui qui semble être le plus saint d’esprit des deux, celui qui est désormais plus ou moins de la même taille que moi, se rapproche. Je ne sais pas trop pourquoi. Je ne sais pas trop ce qu’il veut, mais j’espère qu’il a un plan. Je tente de le regarder en face, histoire de ne pas rater une partie de l’histoire. Il me raconte que son barjot de collègue a imposé une réduction à notre corps. Avec un pourcentage précis. Je me demande d’où il le tire. À moins que je n’aie pas bien compris ce qu’il me raconte ? Il poursuit ensuite en me disant que mes sens vont me revenir progressivement.

▬ Tu as bien parlé d’un pourcentage ? Je n’ai pas rêvé ? Il vient d’où ? Pour l’ouïe, c’est mort. Je suis sourd depuis gamin. Mais je commence à retrouver la vue. Un peu. Ce n’est pas parfait, mais ce n’est pas si mal pour comprendre que je n’aime pas du tout cette situation. Une solution en vue ?

Un rencard ? Avec le beau gosse ? C’est moi ça ? Il espère encore avoir un rencard alors qu’il vient de me tirer dessus avec son arme bizarre ? Il est bien plus dingue que je ne le pensais, celui-là. C’est flatteur de savoir qu’il me trouve beau, mais je ne suis pas du genre à sortir avec des tarés. Ma vie est déjà bien suffisamment compliquée sans que je ne cherche à en rajouter.

▬ Certainement pas. La proposition, c’était avant de me faire tirer dessus et réduire à la taille d’un jouet.

Autant parler à un mur. Je ne sais pas s’il m’a entendu, mais j’ai bien l’impression qu’il n’en a rien eu à faire de mes protestations. Pire encore, il nous embarque de force. Je vois la fontaine s’éloigner alors qu’il se dirige joyeusement vers la sortie du parc. Alors que je commençais à me sentir mieux. Je suis de nouveau pris de nausées. Ça ne va pas bien du tout. Je vais être malade. Je parviens toutefois à articuler quelques mots entre deux remontées d’air particulièrement désagréables.

▬ Et maintenant ? C’est quoi le plan ? Je ne suis vraiment pas payé assez cher vu ce que je dois subir…


vingt neuf centimètres YPtRstI vingt neuf centimètres Kl0fDRI vingt neuf centimètres F82pwTw vingt neuf centimètres Test_610


Autres comptes:
 
Autres stamps et infos:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Thomas Bauer

Thomas Bauer
Scientifique Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 1085

Région : Sinnoh
Jeu 18 Juil - 6:50
vingt neuf centimètres Thomas16 vingt neuf centimètres Tyrrel10



Il est sourd depuis la naissance. Il cache bien son jeu, je n'avais rien vu. Pourtant il avait réussi à me comprendre quand je parlais. Avait-il un appareil pour l'aider ou lisait-il sur les lèvres ? Sa coiffure courte me fit comprendre que la deuxième théorie était la bonne. J'allais devoir articuler et me positionner bien en face de lui pour qu'il comprenne bien chacune de mes paroles. Avais-je envie de lui expliquer mon calcul de pourcentage. Je pourrais mais son cerveau arriéré ne comprendrais rien et je perdrais un temps précieux.
Tyrrell voulait se rendre dans un café pour avoir un rencard avec Kaktus. Encore une idée sortie tout droit d'un esprit malade. Le brun avait changé d'avis, il n'avait clairement aucune envie de passer plus de temps que nécessaire avec un cinglé comme Tyrrell. Soudain, le rose s'immobilisa devant la porte vitrée d'un salon de thé.

- Arg ! Il va s'énerver. Demande lui pardon ! Dit-lui que tu vas prendre un thé avec lui ! Il n'était pas énervé quand il nous a tiré dessus, tu imagines s'il se met en colère ?

Je commence à imaginer l’apocalypse avec Tyrrell dans le rôle du méchant qui tire sur les passants et réduit l'humanité à la taille d'une poupée. Et l'autre qui veut que je lui ponde un plan en pleine crise. Il me faut du temps pour réfléchir, pour mettre les choses à plat. Là, je crains pour ma vie, je ne peux concevoir une idée dans de telle condition.

- Un jouet... Oh mon dieu ! J'ai toujours eu envie d'avoir des jouets ! Rien qu'à moi !

Le rose changea précipitamment de direction et j’eus un haut le cœur assez violent. Mes sens étaient tous revenus mais, la vitesse de course du rose m'empêchait de bien discerner mon environnement. Je tentais de comprendre ces dernières paroles. Au moins, il ne semblait pas en colère du refus de Kaktus, nous évitions la fin du monde. Quand Tyrrell ralentit, nous étions devant le centre commercial de notre arrivée à Illumis. « Cobb ! Il est sur le toit ! Nous avons un moyen de nous échapper mais il faut d’abord qu'on arrive à se soustraire à l'emprise du jeune scientifique fou. » Je ne pouvais pas en parler à Kaktus pour le moment, il ne faudrait pas que notre kidnappeur m'entende.
Le rose pénétra dans le bâtiment et fila droit vers l’ascenseur. Il y avait quelques personnes qui attendaient, encore une occasion d'être sauvé. En nous voyant gesticuler, tous les gens préférèrent prendre les escaliers, attirant le rire de Tyrrell :

- Qu'est-ce que tu vas faire de nous ?

- L'idée, c'est d'aller aux rayons jouets et de vous trouver des trucs à votre taille. Il me faut des vêtements ! Plein et plein de chaussures aussi. Tu crois qu'ils font des perruques ? J'ai toujours eu envie d'avoir des Barbies ! Ma voisine en avait et s'amusait beaucoup avec. Une fois j'ai voulu jouer avec elle mais, elle n'a pas aimé ma guillotine. Pourtant ça collait parfaitement avec l'époque de Louis XVI.

Il repartait à parler tout seul, rien ne pourrait l'arrêter. Le rose nous raconta que son enfance avait été difficile, c'était dur d'être un petit génie dans une famille qui prônait la force brute avant tout. Son frère était un petit caïd qui prenait un malin plaisir à faire de Tyrrell sa petite poupée punching-ball. Tous ses jouets terminaient dans la chambre de son grand frère alors il n'avait pas vraiment eu de quoi s'amuser durant son enfance. Nous voilà donc reconverti en jouet pour adulte névrosé.
Les portes de l'ascenseur s'ouvrirent sur un monde coloré où les femmes aux jambes de deux kilomètres portent du rose et où les hommes sont bodybuildeur par nature. Les images présentent pour les enfants sont importantes, c'est grâce à tous ces exemples qu'il pourra se forger sa première idée du monde. Si tu es une fille, n’oublie pas que ton corps est ton seul atout et que devenir maman c'est ton but dans la vie. Si tu es un garçon, tu auras compris que ta virilité sera toujours remise en question et qu'il faudra toujours la mettre en avant et rappeler au monde que tu as la chance d'être né avec un appareil génital externe. Bienvenu dans le monde merveilleux des enfants. Tyrrell hésite deux secondes entre le rayon des Playmobiles et celui des Barbies avant de se dire que de toute manière il pourra tous les faire.




Thomas Bauer
Genius
Autres comptes:
Elimona Torri
Zoé Wells

©️️ Edgar Io

Revenir en haut Aller en bas

Kaktus Vateuhpicker

Kaktus Vateuhpicker
Eleveur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 16/04/2016
Messages : 4398

Région : Kalos - Alola - Sinnoh
Mar 24 Sep - 12:18

Vingt neuf centimètres
Ft. Thomas Bauer


Je n’aime vraiment pas en parler. Je n’ai pas la moindre envie d’informer les gens de mon handicap lorsqu’ils ne l’ont pas remarqué et que la situation ne le nécessite pas. Et j’apprécie encore moins de le faire lorsque ces gens ne sont pour moi que de parfaits inconnus et que les chances pour qu’ils se fassent une place dans ma vie sont plus que risibles. Mais sur ce coup-là, dans une situation aussi dramatique et étrange, je n’ai pas eu d’autres choix. Même si je n’apprécie pas vraiment le scientifique et que son comportement me tape sur le système, je ne peux pas prendre le risque de nous faire sombrer encore plus dans la galère. Surtout pour un simple problème de communication. Là, je n’ai donc pas eu d’autres possibilités que d’en informer mon partenaire d’infortune. J’espère qu’il a une solution pour nous sortir de là, je n’ai pas la moindre envie de rester à la taille d’un jouet jusqu’à la fin de mon existence. En espérant que cette dernière ne se termine pas plus rapidement que prévu. J’avais tenté la proposition d’aller boire un café avec notre agresseur, mais ça, c’était avant qu’il me tire dessus avec son arme étrange. Maintenant que je suis de la même taille qu’une poupée, je n’ai plus la moindre envie de partager ce genre de moment avec lui. Et voilà que le scientifique veut me pousser à boire un thé avec lui. Il est complètement dingue lui.

▬ Non mais ça ne va pas ?! T’es pas sérieux, j’espère ? C’est un malade, que je boive un thé ou non avec lui, ça ne changera rien. Je préfère encore ne rien faire.

Il n’était pas en colère lorsqu’il nous a transformés. Il l’a seulement fait pour s’amuser. Maintenant que Thomas le dit, je me demande bien ce que ça peut donner s’il s’énerve réellement. Je ne le connais absolument pas, de ce fait, je n’ai pas la moindre idée de la profondeur de sa folie. Ça m’inquiète un peu, finalement. Je me demande jusqu’où il est capable d’aller. Serait-ce possible qu’il s’en prenne à des inconnus dans la rue ou dans ce salon de thé ? Je ne sais pas. Le scientifique en modèle réduit semble visiblement être de cet avis. Il donne l’impression d’être persuadé que son collègue n’a pas la moindre limite. Devrais-je accepter le thé ? Je n’en sais rien. C’est sans doute déjà trop tard. Et je n’en ai pas davantage envie que quelques instants plus tôt.

Je ne sais pas ce qu’il se passe, mais je ne me sens vraiment pas bien. Notre porteur nous secoue dans tous les sens. Je crois qu’il change de direction, de manière particulièrement brusque. Quoiqu’en réalité, je n’en sais trop rien. Je ne me sens pas bien. J’ai l’impression que l’on est en train de me tordre l’estomac. Heureusement qu’il n’y a pas grand-chose dedans. Quand le mouvement ralentit et que je peux de nouveau regarder autour de moi, je reconnais le centre commercial d’Illumis. Ça fait bizarre de le voir sous cet angle là, il semble bien plus grand. Je me demande pourquoi le scientifique fou nous a ramenés au point de départ. J’ai toutefois l’impression que j’ai échappé au thé. Je me demande si c’est une bonne chose ou si je vais devoir affronter une situation encore plus compliquée. Je ne le sens pas. Je me demande si je peux revenir en arrière pour accepter un thé, finalement. Mais ça ne semble pas être dans les projets de ce cinglé. Il se dirige directement vers les ascenseurs, pendant que nos tentatives de nous faire remarquer ne parviennent qu’à faire fuir les gens. Les visiteurs du centre commercial préfèrent prendre leurs jambes à leur cou et optent pour les escaliers pour monter dans les étages. Échec complet pour nous. Ce n’est pas de cette manière que l’on va pouvoir être sauvés de cette situation ubuesque.

Je vois que mon comparse miniature s’adresse à notre agresseur et que ce dernier lui répond. Toutefois, je ne parviens pas à comprendre de quoi ça parle. Je suis dans le flou complet. C’est dans ce genre de situations, lorsque je suis incapable de comprendre par moi même les enjeux d’un échange que je maudis le plus ma surdité. Je tente alors de demander des explications au scientifique.

▬ Il raconte quoi ?

Lorsque les portes de l’ascenseur s’ouvrent, je mets un certain temps à comprendre où l’on se trouve. Ce n’est pas un étage que j’ai l’habitude de fréquenter. J’ai un peu passé l’âge des jouets pour enfants. Je me demande pourquoi on est ici. Je m'interroge fortement sur ce qui le pousse à venir ici. Est-ce qu’il cherche quelque chose de particulier ? Je n’en sais rien. Mais tout cela, ça m’intrigue fortement. Je le vois hésiter devant le rayon des playmobiles. Puis devant celui des poupées bien connues des petites filles. C’est finalement dans celui-ci qu’il se dirige. Je le sens mal ce coup-là. Avec un peu de chance, il nous posera le temps de regarder les différents produits de ce rayon. Je me dis que ce serait une bonne occasion de lui échapper. Si l’on parvient à passer sous les gondoles, cela deviendra très rapidement plus compliqué pour lui de nous récupérer. Et si l’on parvient à le semer, peut-être que l’on pourrait trouver du secours quelque part. Je n’en sais rien. Je me dis que ça se tente. Je ne sais pas où le scientifique miniature en est de sa recherche d’un plan, mais j’espère qu’il ne va plus tarder.

▬ Toujours pas d’idées pour nous sortir de là ?


vingt neuf centimètres YPtRstI vingt neuf centimètres Kl0fDRI vingt neuf centimètres F82pwTw vingt neuf centimètres Test_610


Autres comptes:
 
Autres stamps et infos:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Thomas Bauer

Thomas Bauer
Scientifique Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 1085

Région : Sinnoh
Ven 4 Oct - 7:25
vingt neuf centimètres Thomas16 vingt neuf centimètres Tyrrel10




- De son enfance difficile, répondis-je à mon partenaire de taille, sans entrer dans les détails.

Je ne comprenais pas. Les gens utilisaient souvent leur enfance pour expliquer leurs gestes d'aujourd'hui. Est-ce que si papa ne m'avait pas élevé lui-même je ne serais pas devenu un génie ? Bien sûr que si. Qui tu-es est façonné par tes actes au jour le jour. Utiliser le passé pour te justifier ne fait de toi qu'un arriéré, bloqué dans un autre temps. Tyrrell est définitivement un arriéré, mais le pire de tous car il est aussi pourvu d'un cerveau particulièrement brillant. Devrais-je informer ce pauvre éleveur que le malade qui nous a miniaturisé a un quotient intellectuel très proche du mien ? Non, il risquerait de penser que je ne suis pas à la hauteur...
Nous arrivons dans un monde de rose pastel au rose agressif. Nous passons les poupées disproportionnées et les princesses pour arriver aux centaines de boites enfermant la dictature de la femme filiforme. Bienvenu dans le monde merveilleux des barbies. Je commence à en avoir sérieusement marre. Tyrrell est complètement dingue et je ne supporte pas cette taille.

- Attendez une petite minutes, j'ai besoin d'aide.

Il va aller chercher une conseillère ? L’espoir revient. Si elle est professionnelle elle restera avec ce fou et nous pourrons peut-être nous faire remarquer discrètement pour qu'elle prévienne la police. Mais Tyrrell ne change pas de rayon, à la place il m'écrase contre Kaktus d'une seule main pour pouvoir utiliser sa deuxième. Étouffé contre l'éleveur, je proteste fermement mais, le jeune scientifique n'en a strictement rien à faire. Il sort alors une pokéball et fait apparaître un Magnézone. Le monstre prend presque toute la largeur du rayon et à son arrivée on sent une force magnétique. La fermeture éclair de ma blouse se tend sensiblement vers lui. Son champ magnétique pourrait se montrer utile, encore faut-il savoir comme s'y prendre. Tyrell pousse une série de boïte, n'hésitant pas à en faire tomber quelques unes. Enfin nous sommes lâché.

- Magnézone, attaque Magné-contrôle.

Une légère vibration à changé dans l'air. Je ne connais pas cette attaque mais je devine que ça ne sert à rien de courir, son pokémon va nous ramener ici à la force de ses gros aimants.

- Bien, dit-il avec satisfaction. Comme mon frère me piquait tous mes jouets, je ne pouvais avoir que les vieilles poupées de la gentille voisine. Aujourd'hui j'ai mes propres poupées, toutes neuves ! Et je vais pouvoir leur mettre exactement les vêtements que je veux ! Thomas j'ai déjà une petite idée de ta nouvelle tenue !

Le voilà qui retourne vers le début du rayon, nous laissant sous bonne garde. Je m'approche de Kaktus pour lui expliquer la situation. Je passe rapidement sur le fait que nous allons devoir enfiler des robes à paillettes juste pour le plaisir de ce cinglé. Le plus important, c'est que nous testions les pouvoirs de son pokémon.

- Ce Magnézone peut contrôler tout ce qui est en métal. Tu n'as pas de prothèse ? Un truc artificiel ? Parce que l'idée c'est de se laisser faire par Tyrrell et dès qu'on aura enfilé ces costumes en plastique, sans aucun métal. Je soulignais bien ce point pour qu'il comprenne où je voulais en venir. On va tenter une fuite. Il faut qu'on aille jusqu'au dernier étage. J'ai un homme à moi là-haut qui saura maîtriser ce dingue.

Tyrrell revient alors avec une boîte dans les tons bleu très clair d'où il fait sortir une femme en plastique avec un bouton en forme de flocon sur la poitrine. Évidemment il appuie, il n'a pas pu s'en empêcher. L'abominable chanson de la reine des neiges emplit tout le rayon. Je parierais que sa robe est pour moi. Sans pudeur, le rose la déshabille, abandonnant cette fausse femme dénudé sur le sol, ne prenant d'elle que ce qu'il voulait. Voilà comment se comportait Tyrrell, comme un enfant capricieux.

- C'est bon c'est bon j'ai compris ! L'arrêtais-je en le voyant venir avec sa robe. Je vais le faire tout seul...

Pas question de se laisser déshabiller, il pourrait me casser un membre par inadvertance. Je préfère coopérer. J'attrape d'autres boite de barbie pour me faire une petite cabine d'essayage. Le temps de me changer, je laisse Kaktus en tête à tête avec le fou. Ce dernier est ravie de posséder des jouets qui se chante tout seul. Il reluque l'éleveur de la tête au pied, se demandant ce qu'il pourrait lui faire enfiler. Mille et une idée lui traverse l'esprit.




Thomas Bauer
Genius
Autres comptes:
Elimona Torri
Zoé Wells

©️️ Edgar Io

Revenir en haut Aller en bas

Kaktus Vateuhpicker

Kaktus Vateuhpicker
Eleveur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 16/04/2016
Messages : 4398

Région : Kalos - Alola - Sinnoh
Mar 31 Déc - 9:26

vingt neuf centimètres
Ft. Thomas Bauer

Sur le moment, il me faut quelques instants pour comprendre les mots que j’ai eu l’occasion de lire sur les lèvres de mon partenaire d’infortune. Heureusement qu’il n’en a prononcé que quatre, sinon je ne suis pas certain que j’aurais pu les retourner dans tous les sens à l’intérieur de mon esprit afin de tenter d’y trouver du sens. Quand il m’a répondu, j’étais déjà passé à autre chose. Si bien qu’il m’a fallu un temps dingue pour comprendre que le scientifique m’apporte des réponses concernant le sujet des propos de son collègue. Il ne m’a pas raconté grand-chose. Il n’est pas entré dans les détails. Il s’est contenté du strict minimum. En même temps, je ne pense pas que j’en ai réellement besoin. Je m’en fous un peu de ce qu’il raconte. Je me posais seulement la question de savoir dans quel nouveau délire il était en train de partir. J’ai eu ma réponse, cela s’arrête là. Je n’ai pas besoin de plus. Quoi que si. À la réflexion, j’aurais possiblement souhaité avoir quelques détails supplémentaires. C’est un peu nul d’avoir le sujet général de la conversation, mais de ne pas pouvoir bénéficier des précisions. Parce que du coup, je n’ai pas la moindre idée de ce qu’il a bien pu dire au sujet de son enfance difficile. Je ne sais même pas a quel point cela a pu être compliqué pour lui. Je me demande si c’était plus ou moins agréable que la mienne. Dans un cas, il nous prend la tête pour rien. Dans le second, je le plains le plus sincèrement du monde. Le souci, c’est que je penche plutôt pour la première hypothèse. Ce pauvre gars me semble juste être complètement atteint par la folie. Et moi, je me retrouve pris au milieu de tout cela alors que je n’ai rien demandé à personne. J’espère que l’autre va trouver un plan pour nous sortir de là. 

Le scientifique fou nous entraîne dans un nouvel environnement. Il ne faut que quelques instants à mes yeux pour être immédiatement agressé par le rose vif qui nous entoure désormais. Je ne sais vraiment pas où l’on se trouve, mais cela ne me plaît pas. Je tente de comprendre. Je cherche à deviner notre position. J’ai bien du mal. Je n’ai jamais fréquenté un tel endroit. Je remarque des poupées aux formes disproportionnées et des princesses installées sur des rayonnages lisses et brillants. Ce dernier point serait par ailleurs sans doute bien plus visible si les planches n’étaient pas recouvertes d’une petite couche de poussière. Rapidement, nous avons poursuivi notre chemin. Tyrell ne nous immobilise pas auprès des poupées. Je ne sais pas trop pourquoi, mais il continue d’avancer. C’est un peu étrange. Je commence à craindre le pire. Je me demande ce que l’on peut trouver de pire à cet étage. Lorsqu’il s’arrête, nous sommes au milieu de plusieurs centaines de boîtes en tout genre. Elles enferment tous différents modèles de Barbie. Ces poupées filiformes qui se permettent de dicter les normes et autres critères de beauté. Si je les reconnais, c’est essentiellement parce que les filles de l’orphelinat me reprochaient, bien souvent, de ne pas être aussi bien et aussi charmant que le sublime Ken. Alors forcément, avec de tels souvenirs, c’est compliqué d’oublier à quoi ressemble un modèle de poupée que j’ai longuement détesté de tout mon être. Je me demande pourquoi il nous a emmenés ici. 

▬ Aie ! Tu m’écrases là !

Je ne comprends pas ce qu’il se passe. Je sens seulement le corps du scientifique miniature contre le mien. Il est désormais prisonnier de la même main que moi. Je ne comprends pas pourquoi, mais visiblement notre séquestreur a besoin de son autre main. Je ne sais pas pourquoi, toutefois je doute fortement d’apprécier le changement. Je commence a manquer d’air à force d’être écrasé ainsi. Je me demande ce que la suite va bien pouvoir donner. Avec sa main libre, le fou libère un pokémon. Je le devine à la lumière rouge du laser que je parviens à apercevoir. Quelques instants après, un énorme Magnézone emplit toute la largeur de l’année dans laquelle nous nous trouvons. Après quelques instants, il finit par nous libérer. Aussitôt, il ordonne au pokémon acier de lancer une attaque. Une importante pression se fait immédiatement ressentir. C’est un peu étrange. Je ne sais pas ce qu’il se passe, mais ça ne me plaît pas. Pour autant, je garde le silence et je me concentre sur Tyrell dans l’espoir de comprendre un peu mieux la situation. 

Il parle d’une drôle d’histoire. Je ne comprends que des bribes, mais je suppose que c’est amplement suffisant pour me permettre d’assembler le tout et d’avoir une vision d’ensemble. Apparemment, lorsqu’il était plus jeune, il se faisait voler ses jouets par son frère. Du coup, il avait pris l’habitude de jouer avec les poupées de la voisine. Et maintenant, il possède des poupées rien qu’à lui qu’il va pouvoir vêtir selon ses souhaits. Il a même déjà une idée pour la tenue de Thomas. C’est à ce moment-là que mon esprit connaît un raté. Une tenue pour Thomas. Des poupées toutes neuves qu’il peut habiller. Il est en train de parler de nous là ? C’est nous les poupées ? Ah non, ça ne va pas le faire ça. Je ne suis pas un jouet moi. C’est l’une des choses que je me suis promises en grandissant, que plus jamais je ne serais qu’un vulgaire jouet pour un autre être humain. J’ai été bien assez manipulé et maltraité lorsque j’étais plus jeune. À ce moment-là, le dénommé Thomas se rapproche de moi et commence à m’expliquer plus en détail son plan. Il est parvenu à en trouver un. Je ne sais pas si ça va fonctionner, mais pourquoi pas. 

▬ Euh… J’ai tous mes piercings en fait. Certains sont en plastiques, mais d’autres sont en acier ou en argent. Je suppose que je dois les retirer si je ne veux pas tout faire échouer ?

Quelques instants après la fin des explications, le scientifique fou revient. Il tient dans les mains une boîte dans les tons bleu, relativement pâle. Il en fait alors sortir une poupée en plastique vêtue d’une longue robe bleue. Sans se préoccuper du jouet, il lui retire le vêtement qu’il garde en main avant de laisser tomber le reste sur le sol. Il est pire qu’un gamin capricieux celui-là. C’est vraiment dangereux de laisser ce genre de cinglé en liberté. J’espère sincèrement que le plan de mon partenaire d’infortune va fonctionner. Je ne veux pas rester entre les mains de ce fou. Pendant que Thomas se construit une cabine d’essayage de fortune, histoire de pouvoir enfiler la robe, je me demande avec quel genre de vêtements je vais me retrouver. J’ai un peu peur de ce qu’il va bien pouvoir imaginer. 

▬ Et ce sera quoi pour moi ? J’espère que ce sera un peu plus classe que ce machin bleu. Je ne suis pas trop porté sur le port des robes par des hommes. Il n’y aurait pas un beau costume ou une autre tenue masculine que je pourrais enfiler ?

Je tente de donner des idées. On ne sait jamais, si j’ai de la chance il pourrait être plus sympa avec moi. Je donne donc l’impression de coopérer. Tant que ça ne dure pas trop longtemps, je devrais pouvoir tenir dans ce délire-là. 



vingt neuf centimètres YPtRstI vingt neuf centimètres Kl0fDRI vingt neuf centimètres F82pwTw vingt neuf centimètres Test_610


Autres comptes:
 
Autres stamps et infos:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Thomas Bauer

Thomas Bauer
Scientifique Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 1085

Région : Sinnoh
Ven 10 Jan - 6:51
vingt neuf centimètres Thomas16 vingt neuf centimètres Tyrrel10



Quel étrange sensation. Mes perceptions sont revenus à la normale, aussi ais-je l'impression d'être dans un monde disproportionné. La robe est trop serré, c'est déjà beau que j'ai réussi à passer les hanches. Même un homme lambda ne peut pas enfiler ces satanés vêtements, quand je pense que les petites filles sont persuadées qu'elles doivent ressembler à ça. Comment voulez-vous qu'elles soient saine d'esprit avec un modèle pareil. Pour les petits garçons c'est pareil. Les figurines masculines sont affreusement bodybuildé, comme si les muscles étaient l'atout principal. Je devrais penser à proposer à Marguerite de faire une poupée de moi. Une poupée qui parle et qui résout des équations. Ça donnerait un bon modèle aux enfants. Je garde ça dans un coin de ma tête.
Les rares femmes qui s'approchent du rayon font immédiatement demi-tour en voyant le Magnezone. Donc on ne peut compter sur personne. Encore l'ironie de la vie. On est sept milliards sur terre et tout le monde ferme les yeux et se bouche les oreilles. Il faut vraiment que je fasse quelque chose pour l'humanité. Elle a grandement besoin d'être sauvée.

- C'est bon ! Je suis prêt !

Je fais tomber ma cabine d'essayage improvisée et me met sous les feux des projecteurs. Il n'y a pas de honte à avoir. Même en tutu je reste Thomas Bauer, le plus grand génie de son temps. Bon, c'est quand même gênant de porter une robe bleue pastel qui gratte et dont la fermeture éclair n'est pas fermé sous peine de mort pas asphyxie. Dois-je aussi signifier que le bleu n'est pas ma couleur favorite ? Il ne se marris pas avec le roux de mes cheveux.

- Au tour de monsieur l'éleveur, grinçais-je des dents en voyant le rose pouffer de rire.

Sans prévenir, le scientifique nous attrapa et sortit du rayon pour se diriger vers les garçons. Apparemment il avait eu une conversation avec Kaktus sur son costume et Tyrrell avait accepté de lui faire porter quelque chose propre à son sexe. Je ne savais pas ce qu'il avait ce sourd mais Tyrrell lui passait assez facilement ses caprices. Peut-être que ça pourrait se révéler utile pour plus tard, si mon génialissime plan échouait. Ce qui n'arrivera pas.
Le monde passa du rose au kaki. Bienvenue chez les garçons où la guerre est une passion. Le rose nous pose sur une table légèrement bancale qui sert à présenter le catalogue de jouet. La hauteur est vertigineuse, je ne sais pas si on va pouvoir se sortir de là. Nous nous retrouvons tous les deux sous la surveillance du Magnezone, le temps que le scientifique ramène le modèle qu'il veut faire enfiler à Kaktus. Je prends alors quelques instants pour étudier les lieux. Nous sommes trop loin des étagères pour sauter et tout ce que nous avons c'est des feuilles en plastique. Néanmoins, je sens un courant d'air assez fort. Il y a une porte quelque part qui mène vers l'extérieur et qui fait un appel d'air.

- On pourrait utiliser les feuilles en guise de parachute ! On ne va pas voler, soulignais-je à l'éleveur. Mais ça nous permettrait d'atteindre le sol sans chute. Tu pèses combien? lui demandais-je histoire d'être sûr.

Je fis rapidement quelques estimations avec nos poids la force théorique du vent et le passage des clients. Normalement, on devrait se poser pas trop loin de la porte d’ascenseur. Le tout étant de réussir à faire coïncider notre atterrissage avec l'ouverture des portes. À notre taille, impossible de le faire nous même. Si j'avais le temps je serais en capacité de produire un stratagème qui atteindrait le bouton et effectuerait une pression assez forte pour l'actionner. Mais Tyrrell est déjà de retour, deux boites dans les mains. Il en place une près de Kaktus pour se faire une idée avant de tester l'autre. L'éleveur va avoir droit soit au joueur de foot, soit au marin.

- Allez ! Le marin ! Comme ça il viendra sauver sa princesse sur son gros bateau.

Il nous fit un petit clin d'oeil débile avant d'arracher les vêtements du personnage asexué qui finit sur le sol, comme un mouchoir qu'on vient de souiller. Je me tourne laissant l'éleveur enfiler son propre costume.

- Merveilleux, fis-je. Et maintenant tu es content ? Tu nous rends notre taille ?

- Hein ? Ah non ! Je n'ai pas terminé de jouer ! Il me faut un château et un bateau ! On va aller au rayon Paymobil. Il y a tout ce qu'il faut là-bas.

Merde, on va encore bouger. Je paris qu'il le fait exprès pour nous empêcher de trouver un moyen de fuir. La porte d'ascenseur est juste à côté, il faut qu'on profite de cette opportunité. Je dois réfléchir et vite. Kaktus sort alors dans sa tenue de marin, le béret à pompon légèrement de travers. Je lui lance un regard désespéré, espérant qu'il comprenne qu'il nous fallait une diversion et vite.




Thomas Bauer
Genius
Autres comptes:
Elimona Torri
Zoé Wells

©️️ Edgar Io

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 1 sur 2) Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Un bain chaud, très chaud [ PV: Yuki Caheshi - Hentaï ]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kalos - 6E G E N :: Illumis-