AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
» [PG-16] Us of Lesser Gods


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 22/06/2016
Messages : 191

Région : Kantô
Lun 8 Oct - 18:57
Le présage de cette nouvelle rencontre avec Madelaine lui avait donné le courage nécessaire pour affronter la première arène. Edwin n’aurait jamais cru obtenir quoi que ce soit de cet échange, le passé lui ayant en quelque sorte confirmé que son succès auprès des femmes dépendait de plusieurs facteurs mutuellement inclusifs, notamment l’alcool et son culot légendaire. Il en profiterait sûrement pour se vanter auprès des autres, ceux-ci s’étant faits plutôt silencieux ces derniers jours. Ce n’était pas inhabituel, mais en vue des derniers événements, une partie de lui ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter. Néanmoins, la légèreté suivant la promesse d’un rencart arrivait à atténuer ce sentiment lancinant. D’ailleurs le pauvre n’avait toujours pas dormi et voilà qu’en fin d’après-midi, il cognait des clous assis à la table d’un fast-food, l’odeur du voyage toujours présente sur lui et attirant de ce fait les regards les plus désapprobateurs. Même Buddy et Curling ne savaient trop comment réagir à cette situation. Ils se contentaient d’observer, curieux, leur dresseur luttant entre l’éveil et le sommeil. La sonnerie de son téléphone le fit sursauter et il répondit, reconnaissant immédiatement le numéro.

« Yo.» La voix d’Edwin semblait un peu fatiguée.

«Hey, ça va? T’es arrivé à Argenta?» C’était Lukas, le seul qui semblait encore à voir quelque chose à faire du pauvre Edwin.

«Depuis hier soir, ouais. J’suis resté deux jours de plus à Jadielle, des trucs à régler. »

Il eut un silence de l’autre côté de la ligne. Edwin savait que ce silence se voulait désapprobateur, surtout que Lukas devait s’imaginer qu’il avait tenté de se venger sur le fameux type du bar.

« Écoute, viens nous rejoindre ce soir. J’vais te texter l’endroit. Repose-toi un peu, t’as pas l’air super en forme. On a prévu d’aller s’entraîner demain, pour l’arène, tu viendras avec nous. »

« Euh, ouais, pourquoi pas. À ce soir, mon beau. »

« À plus tard ma biche. »

Et il raccrocha avec un sourire au visage. La première étape serait sans doute de trouver du repos. Après avoir demandé quelques directions et recommandations, il trouva une auberge jeunesse pas trop chère et qui ferait sans doute l’affaire pour les quelques jours qu’il resterait à Argenta. La responsable semblait au-dessus de ses affaires et lui assigna une chambre sans même le regarder une fois. Il allait menacer d’écrire un mauvais review sur Internet, mais constata qu’au fond, il s’en foutait autant qu’elle et voulait juste trois à quatre heures de sommeil. À son arrivée dans la chambre, il tomba nez à nez avec un couple et leur manque apparent de vêtements trahissait leurs intentions. Edwin étouffa un rire.

« Bad timing, huh? Écoutez, vous dérangez pas pour moi, j’veux juste me reposer un peu. Euh, faites pas attention à l’œil au beurre noir, j’suis un pacifiste.»

Par contre, il ne mentionna rien à propos de la veste en denim avec les patchs de bands assez obscurs et le véritable air de tueur. Un malaise subsista dans la pièce pendant quelques instants, le temps qu’il aille rejoindre son lit superposé et qu’il se couche, dos à eux. Les deux se cachèrent sous leur couverture et après un silence qui dura près d’un quart d’heure, des petits rires commençaient à émaner de leur endroit. Juste assez faible pour qu’ils soient assez confiants à l’idée de poursuivre leur activité sans penser que leur nouveau co-chambreur puisse entendre, mais juste assez fort aussi pour ajouter ce petit côté risqué qui semblait leur plaire, à priori. Malheureusement, Edwin n’avait pas trouvé le sommeil à cet instant et si la scène était drôle au départ, voilà que maintenant, ça commençait à l’agacer petit à petit. Jusqu’à ce qu’un rire de trop ne l’enrage. Il se retourna avant de s’exclamer :

«DUDE. Tu vas la baiser ou t’attends que je vienne te montrer comment faire??»

Un nouveau rire, puis plus rien encore. Il se calma un peu et tenta de se rendormir. Cette fois, il réussit. Fuck les auberges de jeunesse.


Je vais creuser en B3!

Récapitulatif:
B3: ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 08/07/2018
Messages : 317

Région : Johto - Alola
Lun 8 Oct - 19:02
Bienvenue aux souterrains d'Almia Edwin, puissiez vous avoir de la chance lors de vos recherches !

Pour creuser en B3, il faudra faire 41 lignes !



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 22/06/2016
Messages : 191

Région : Kantô
Lun 8 Oct - 23:59
Il se réveilla dans un grognement, parvenant avec difficulté à se tirer de son sommeil. Il semblait plus fatigué qu’avant de s’être endormi et en passant sa main sur son visage, un pincement vint le tirer pour de bon hors de son sommeil. Encore ce fichu œil violacé depuis bientôt une semaine. Il était beaucoup moins sensible qu’au départ, mais toujours aussi agaçant. La pièce était plongée dans la pénombre, il avait la bouche pâteuse, cette situation lui était désagréable. Tout baignait dans le gris et puisque la journée avait été plutôt ensoleillée, il ne pouvait que stipuler sur l’heure. Un coup d’œil rapide vers son téléphone lui confirma qu’il était passé vingt heures et il envisagea presque de se rendormir. En fait, il resta à contempler l’idée une quinzaine de minutes avant de s’extirper lentement de son lit pour filer vers la douche. Les deux tourtereaux étaient partis et il espérait qu’ils n’avaient pas pris de douche après peu importe ce qu’ils ont fait, encore moins si c’était pour continuer de forniquer à l’endroit où Edwin comptait se laver les fesses. Ce n’était qu’une pensée, cela dit et il ne s’en fit pas davantage, mais considéra vite fait l’idée de retirer ou non ses chaussettes avant d’aller se laver. On sait jamais.

Une fois préparé, il apporta ses deux compagnons avec lui –habitude qu’il commençait à adopter de plus en plus- et fila vers la sortie de l’auberge, accusant au passage un regard de la fille à la réception. Il haussa un sourcil, mais ne s’en fit pas outre mesure. Au moins, il n’avait pas été un fantôme ce coup-ci. Il lui fallait donc un peu d’énergie s’il voulait passer toute la soirée sans s’écraser au sol. Si, en temps normal, il avait eu tendance à demander un extra farine sur la croûte de sa pizza à la première pizzeria louche du coin, il se sentait coupable d’abuser de drogue lorsqu’en possession de ses Pokémon. Ce n’était pas le geste en tant que tel, mais l’éventualité où il pourrait faire des conneries en leur présence et les impliquer dedans. Il opta donc pour un choix aussi nocif, mais plus acceptable en achetant deux boissons énergisantes –deux pour le prix d’un, l’aubaine- et les avala une après l’autre tandis qu’il cherchait son chemin. Le centre-ville était toujours animé à cette heure et la présence de touristes aidait certainement à ce que certaines enseignes repoussent leurs heures de fermeture. Par conséquent, malgré la noirceur, la ville était toujours aussi animée et les gens évitaient d’autant plus Edwin. On l’évitait autant que possible, ne souhaitant pas répondre à ses questions, quitte à changer de trottoir si la chance se présentait. C’était pas le mieux pour demander des directions.

Au final, il demanda son chemin à quelqu’un qui n’aurait pas le choix d’obtempérer, soit le caissier d’une petite épicerie de quartier. Edwin s’était égaré et le pauvre adolescent, bien que sur ses gardes, lui indiqua le chemin à suivre. Selon les explications fournies, Edwin comprit qu’il s’agissait finalement d’un bar, réputé pour être assez tranquille. Un lieu où les amis venaient pour relaxer sur la terrasse avant ou après être allé en boîte de nuit ou encore pour justement s’éloigner du brouhaha causé par les âmes en chaleur. Déjà là, Edwin y voyait un problème. C’était son genre d’endroit à lui. Pas à eux. Eux, ils aimaient danser et ne pas s’entendre parler. Ils aimaient bien s’habiller et profiter du fait qu’Edwin ne le ferait pas pour qu’il agisse comme leur monstre de foire. Attirer le regard pour finalement attirer les gens, provoquer des rencontres et tout ça. En tant que tel, ce n’était pas un rôle qu’il détestait, même que ça le poussait à faire encore plus de conneries. Puis, c’est surtout vers lui que les gens venaient, au final.

Et donc cette question de scepticisme comprenait les deux éléments suivants : premièrement, c’était son genre d’endroit à lui et deuxièmement, c’était pas le genre d’endroit à eux. Il y voyait deux choses. Soit c’était une intervention, soit ils avaient quelque chose d’important à lui annoncer. Dans les deux cas, il était déjà sur ses gardes.

Peut-être qu’il se trompait tout simplement aussi. C’est sur cet espoir qu’il allait se rattacher, continuant toujours de marcher dans la direction qu’il espérait être la bonne. Plus il avançait, plus il se sentait observé. Peut-être un geste inconscient dû au fait qu’il commençait à douter de son envie de participer à cette soirée. Il arriva enfin à l’endroit, uniquement pour s’arrêter net dans son élan. En retrait de la terrasse, suffisamment loin de la foule pour qu’on le perde de vue, il était là. Le type qui l’avait défiguré. Il fumait sa clope, peinard, regardant son téléphone, dos à Edwin. Sauf qu’ils l’attendaient à l’intérieur…Et là, lui… Il hésita un instant. Et s’il y avait un lien entre lui et eux? Si, par hasard toute cette fucking merde qui était arrivé était bien à cause de lui et que là on lui demanderait de faire ami ami avec cette enflure? Si, depuis tout ce temps, il avait raison et qu’on avait refusé de l’écouter sous prétexte que c’était normal pour Edwin de chercher les problèmes?

Il recommença à avancer. Le pas ferme, cette fois.


Récapitulatif:
B3: ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 08/07/2018
Messages : 863

Région : Johto
Mar 9 Oct - 0:12
En B3, tu découvres...:
 



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 22/06/2016
Messages : 191

Région : Kantô
Mer 10 Oct - 5:59
Il avançait dans sa direction, le dos droit et le poing serré. Sa cible lui faisait dos, mais aucune éthique ne l’invitait à attendre qu’il lui fasse face. Parce que le respect, même dans l’affrontement, c’était quelque chose qui devait se réciproquer. La dernière fois, il lui avait prouvé qu’il n’entendait pas à la jouer fair-play et puisque c’était le cas, everything is game, boy. Plus que tout au monde, il devait protéger sa propre dignité. Cette leçon, il l’avait acquise très tôt dans sa vie, forcé de défendre son honneur et celle de sa famille par lui-même. Parce qu’il avait toujours compté sur lui-même et parce qu’il ne pouvait compter sur les autres pour se tenir debout à ses côtés.

Il n’avait pas d’arrière-pensées, pas de moment de lucidité. Tout son esprit était concentré sur ce qu’il allait faire et sur ce qu’on lui avait fait. Il sentait la colère monter en lui, sa respiration se faisait plus rapide, plus intense aussi. Les sourcils froncés, les narines légèrement retroussées, il accéléra sa marche et une fois derrière lui, il le poussa violemment au sol. Surprise, la victime perdit l’équilibre avant de s’écraser au sol, lâchant un juron au passage. Il n’eut pas le temps de remarquer qui s’en était pris à sa personne qu’un pied filait désormais vers son visage, frottant contre sa joue et la partie droite de sa bouche. Sous l’impact, il en perdit ses lunettes, mais reconnut sans peine la silhouette trônant au-dessus de lui. Edwin se pencha au-dessus de lui avant de prendre la parole.

« Hey bitch boy, tu te souviens de moi? Tu pensais que t’allais t’en sortir comme ça? Que t’allais me faire peur? Ils sont où tes copains? Me dit pas que t’es tout seul? Comment tu vas t’en sortir? Pourquoi tu me réponds pas? »

La bouche ensanglantée, il regarda Edwin, le regard mauvais bien qu’ayant une étincelle craintive au fond de son regard.

« Fils de… »

Cette fois, le pied d’Edwin se posa fermement sur son visage, l’empêchant de parler sans lui faire trop mal. Il appuyait de plus en plus, le forçant à s’agiter un peu. Prenant appui sur sa jambe, Edwin lui montrait qu’il n’entendait pas à rire cette fois, encore moins à être doux.

« Fils de quoi, hein? C’est quoi déjà ton fucking nom? » Il avait réellement oublié. Retirant son pied, Edwin l’attrapa par le col de sa veste, notant la marque sur le côté gauche de sa poitrine. C’était le genre de marque qu’Edwin n’aurait jamais osé penser porter tant c’était hors de prix. Encore un sale gosse de riche. Un peu plus et il se croirait lui-même comme étant un bully. Il le redressa sur ses pieds, temporairement, puisque l’instant d’après c’était le genou d’Ed qui s’enfonçait dans son ventre avant de le lâcher. Puis, instant de lucidité.

« C’est Connor, hein? T’as cru que tu pourrais me faire et smooth talk mes potes pour qu’ils croient que t’es un bon? C’est ça? RÉPONDS!»

Il s’énervait, de plus en plus. Sa voix s’était fait plus forte qu’il ne l’aurait espéré, mais ça ne changerait rien à la situation présente. Il le redressa à nouveau, Connor tenta de le pousser, mais sa force avait déjà été drainée par les coups précédents. Il ne donnerait pas la satisfaction à Edwin de lui avouer qu’il avait mal, mais c’était le cas. Il n’avait pas cru qu’il reviendrait, vu la dernière soirée. Évidemment, il était assez confiant pour ne pas craindre ce genre de représailles après que l’exemple ait été fait. Il avait toujours procédé ainsi. On lui avait dit de se méfier et à cet instant, il ne savait trop quoi penser de son agresseur. Soit il était extrêmement débile, soit il n’avait vraiment rien à perdre. La deuxième hypothèse était la pire selon lui. C’est pourquoi il voulait se dérober de cet affrontement, mais il n’était pas assez fort. Pour toute réponse, il lâcha un cri, le plus fort possible. Un appel à l’aide qui se vit rapidement terminé alors qu’Edwin posa sa main sur sa bouche, le poussant contre une benne à ordure. Il aurait voulu le mordre, mais cette main recula avant de se changer en poing. Ce coup-là, il le vit au ralenti. Percutant, lourd et profond. La douleur, il n’aurait su dire d’où elle trouvait son origine tant elle était partout. De sa main libre, il le retenait. Ce n’était pas la première fois qu’il faisait ça. Il n’avait pas son taser sur lui non plus. Parce que logiquement, il n’en avait pas besoin.

Le deuxième coup vint et il sentit sa tête vivement secouée sous l’impact. Non, en toute logique, il n’avait rien à craindre d’Edwin Corsica en cette soirée. Normalement, il devait y avoir des médiateurs, des gens pour le tenir en laisse.

« T’es sérieux? Tu vas me faire ça? Même pas un coup? T’es même pas capable de te défendre un peu? Fuck, man.»

Il leva son poing une troisième fois, les jointures en sang et un mix de dégoût et de rage déformant son faciès. Il s’était fait humilier une fois par quelqu’un qui n’avait même pas la volonté de se défendre. Pitoyable. Un dernier coup, juste pour imprégner cette leçon comme il faut.

« EDWIN. »

Ses épaules baissèrent instantanément et il lâcha Connor. Des sueurs froides lui coula le long du dos, mais il n’osa pas se retourner. Il ne savait comment réagir, mais il savait qu’il ne s’en sortirait pas facilement. Il avait choisi d’ignorer cette tournure plutôt que de la considérer. Il ne pouvait pas leur mentir, pas avec ce salaud qui avait sûrement essayé de les manipuler. Il tourna la tête avant de lire la déception sur leur visage.


Je vais creuser en A3!

Récapitulatif:
B3: 5000 p$
A3: ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 14/12/2013
Messages : 5170

Région : Kalos / QG Ligue 4
Mer 10 Oct - 7:10
Pour découvrir ton lot, il faudra creuser 28 lignes !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 22/06/2016
Messages : 191

Région : Kantô
Mer 10 Oct - 17:53
À cet instant, le regard d’Edwin était presque suppliant. Il voulait qu’ils comprennent pourquoi il avait agi ainsi, qu’ils voient que ce n’était pas gratuit. Ça lui revenait, en courts flashbacks, la fois qu’il avait tenté de l’expliquer suite à la soirée à Jadielle. Il s’y était peut-être mal pris, certainement même, mais déjà à cet instant ils n’avaient pas cru bon de l’écouter.

Le silence planait, entrecoupé de quelques hoquets de la part du vaincu. Ironie du sort, c’est Edwin qui se sentait réellement perdant, à cet instant. Les trois le regardaient, mais ne disaient pas un mot. Comme si chacun cherchait à trouver les bons mots et que même si les trois étaient déçus, ils ne voulaient pas s’en prendre inutilement à leur ami. Au final, c’est Jenna qui brisa le silence. De cette même inquiétude maternelle qu’il lui connaissait, son rôle de grande sœur lui allant à la perfection.

« Ça va rien de cassé??»

Sauf qu’elle ne s’adressait pas à lui, cette fois. Elle alla voir le type au sol, prenant conscience de son état. Il allait survivre, mais il aurait mal pendant quelques jours. Pour l’instant, il fallait beaucoup de glace et de quoi nettoyer son visage plein de sang et de saleté. Edwin n’était pas le plus fort, cette réalité ne lui échappait même pas à lui. Sauf que pour ce coup, il avait été particulièrement violent. Ce fait lui était d’autant plus troublant. C’est finalement Lukas et Alyssa qui vinrent à sa rencontre. La dernière se montrait mauvaise à son égard, ne lui adressant toujours pas la parole. Lukas, quant à lui, enfila ses gants blancs.

« Hey…pourquoi t’as fait ça? »

Edwin le regarda dans les yeux. Son attention alla sur sa main qui commençait sérieusement à lui faire mal avant de retourner vers son ami. Il baissa les épaules dans un soupir.

« Tu le sais pourquoi… C’est lui la raison pourquoi j’ai cette gueule, pourquoi tout le monde est à deux doigts d’appeler les flics quand je sors une fois passé 21h. C’est lui… qui a dit de la merde à propos de Jenna. Mais non, vous vous en foutez, pas vrai? C’est ça? Vous avez fait quoi quand vous avez dit que vous alliez la chercher dans Jadielle, le lendemain matin? Vous m’avez même pas donné de nouvelle, fuck. Vous allez pas me dire que c’est votre pote, quand même

Lukas se frotta l’arête du nez, tête penchée. Alyssa, elle, bouillait de l’intérieur, mais Edwin s’en foutait. Son meilleur ami, en revanche. Lukas semblait réellement partagé dans sa réaction. Entre eux, ça n’avait jamais vraiment été difficile. Jusqu’à ce jour, le nombre de fois où ils s’étaient disputés se comptait sur les doigts d’une main. C’est ce qui rendait la situation d’autant plus compliquée.

« Ok. Situation hypothétique. Imagine si je t’avais dit ce midi quand je t’ai appelé qu’on voulait justement te présenter ce type, que tu t’étais trompé sur toute la ligne sur l’histoire avec Jenna et qu’on souhaitait régler ce qui s’est passé l’autre soir, comment t’aurais réagi? »

Edwin n’en revenait pas. Il pensait vraiment qu’il aurait accepté des excuses comme ça, aussi facilement.

« Tu te fous de ma gueule? T’as vu mon visage? J’ai l’air d’un foutu Queulorior avec cet œil. Tu penses que je l’aurais serré dans mes bras? »

Lukas répondit du tac au tac.

« Ok, mais t’as vu ce que tu lui as fait? Va falloir qu’il bouffe avec une paille. Regarde ta putain de main! Tu t’es déchiré les jointures sur sa gueule. Ça t’arrives d’y aller, je sais pas moi, doucement parfois? »

« Mais oui! J’aurais pu lui faire un bisou sur le front aussi! Parce qu’on est des potes maintenant! C’est pour ça que je suis ici, hein! » Edwin se tourna vers Connor. « Pas vrai mon pote? Sans rancune, hein! J’oublie tout ce que t’as dit, sur comment tu vas te taper « la chiennasse avec des lunettes ». Parce que c’était une blague, hein? Tout est cool, on peut se manquer de respect sans problème. » Il se retourna vers Lukas qui, cette fois, semblait surtout décontenancé par ce que son ami venait de dire. À son tour, il dévisagea Connor, n’ayant pas eu droit à cette partie de l’histoire. Même Alyssa semblait moins en colère contre Edwin, mais choquée par ce qu’il venait de dire. Par contre, c’est Jenna qui réagit la première, s’approchant d’Edwin et lui assénant une gifle tout droit sur la joue qui faisait mal. Il recula d’un pas, serrant les dents sous la douleur.

« Shit. What the fuck? »

Aucune réponse. Plutôt, elle cherchait à conduire Connor à l’intérieur pour panser ses blessures. Lorsqu’il arriva à la hauteur d’Edwin, il lui souffla tout bas, juste à lui.

« Who won what, bitch. »
Et il lui cracha au visage, un heureux mélange de sang et de morve. En l’espace d’un instant, les muscles d’Edwin se tendirent et durant ce même, infime laps de temps, il était ok à l’idée d’avoir mort d’homme sur la conscience. Au moment où il s’élança, c’est Lukas qui intervint, lui bloquant la route.

« Ok, t’en as assez fait pour l’instant. » Il se tourna vers Connor. « Toi t’es mieux de rentrer à l’intérieur parce que si tu continues, je le laisse faire ce qu’il veut. » Il n’entendait pas à rire et ça, c’était un spectacle plutôt rare à voir. Le genre qui devait arriver chaque année bissextile ou une merde dans le genre. Il se retourna vers Edwin. « On va mettre quelque chose sur ta main, vient. On en discutera quand le sang te sera redescendu de la tête. »


Je vais creuser en B3!

Récapitulatif:
B3: 5000p$
A3: ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 14/12/2013
Messages : 5170

Région : Kalos / QG Ligue 4
Mer 10 Oct - 21:06
Tu trouves...:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 22/06/2016
Messages : 191

Région : Kantô
Mer 10 Oct - 22:14
Lukas entraîna finalement Edwin à la salle de bain. Le barman s’y opposa un peu, ayant eu vent de ce qui s’était produit précédemment. Comme s’il en avait quelque chose à foutre, d’abord. S’il n’était pas foutu d’engager un videur pour le sortir de force, il n’avait pas à se plaindre. Plus diplomatique, Lukas lui affirma que c’était réglé et qu’il n’y aurait pas de problème. Il rouspéta encore un peu, puis céda finalement, retournant à ses habitués. Ce qui devait être une marche de la honte à travers le bar à accuser le regard des présents n’eut pas l’effet escompté. Au contraire, c’est le dos droit qu’il avançait, retournant le regard de certains sur son chemin, tenant sa main aux jointures ensanglantées dans son autre. Une fois dans la salle de bain, il nettoya sa main éraflée, sans se soucier de son ami. D’abord, un énième silence au bout duquel Lukas commenta, sans vraiment regarder son ami.

« Tu l’as vraiment pas manqué. »
« Hmm. »

Edwin ne savait trop s’il était fâché lui-même ou simplement déçu de savoir qu’on préférait croire un enfoiré plutôt que lui. Lui qui, plus que tout autre, s’était salit les mains autant que la réputation pour les protéger par le passé. Et encore aujourd’hui. L’atmosphère était certainement lourde et c’est non pas sans réticence que Lukas continua.

« C’est vrai c’que t’as dit? Enfin, qu’il a dit ça à propos de Jenna? »

Il haussa les épaules, sans le regarder.

«J’ai l’habitude de mentir, d’abord. Écoute, me crois pas si tu veux, mais je sais ce que j’ai entendu. Ça s’est passé lors de la soirée en boîte. À l’étage d’en haut, ils organisaient des combats Pokémon pour du fric. J’me suis battu contre lui et j’ai gagné. Quand j’suis allé fumer après, il m’attendait dans la ruelle avec trois de ses potes. Tu connais la suite.»

Lukas sembla analyser l’information, mais quelque chose clochait. Il se faisait suspicieux, mais ne semblait pas trop savoir de quoi.

« C’est ça que je comprends pas. Jenna nous l’a présenté, il y a quelques jours. Il a proposé de nous accompagner jusqu’à Argenta. La personne que tu décris, c’est pas celle que j’ai rencontrée. J’veux dire, peut-être que c’est un menteur, mais ça me choque d’entendre ça. J’te fais confiance, c’est pas ça le problème, mais il a même parlé en bien de toi et trouvait ça dommage que tu sois pas là quand on était tous réunis.»

Il essuya ses mains, enroulant ses jointures dans du papier brun imbibé d’eau, faute de mieux. Quelque chose clochait dans tout ça et sans qu’il ne sache exactement quoi, ses pensées revenaient à Damian, qu’il n’avait certainement pas oublié. Connor était clairement de mèche avec lui, mais à quel point? Il pouvait pas avoir simulé son amitié avec Jenna pendant près de quinze ans pour ensuite la laisser se faire sauter par le premier enfoiré qui passe.

«Pourquoi elle veut pas m’écouter. Je m’en fous qu’elle fréquente quelqu’un, mais pas lui.»

«C’est parce que c’est toi, justement. Elle a déjà assez d’un père qui l’étouffe, tu devrais le savoir mieux que quiconque. Elle a pas besoin en plus d’un petit frère qui démolit chacun de ses prétendants avant qu’elle ait eu le temps de leur dire bonjour. Laisse-la respirer un peu. Laisse-la se casser la gueule s’il le faut. Et toi, de ton côté, profites-en un peu. Concentre-toi sur ce que t’as besoin au lieu de vouloir trop préserver ce que t’as déjà. On voyage ensemble après tout, non? »

Un sourire de sa part aurait pu faire fondre n’importe quel cœur. C’était à demi-satisfaisant comme réponse. La réalité voulait qu’Edwin savait désormais à quel type il avait affaire et il ne pouvait tout simplement pas le laisser berner Jenna à ce point.

« Oui, mais je sais que c’est pas un type fiable, j’peux juste pas l’ignorer. Après ce que je lui ai fait, il va m’en vouloir encore plus et j’ai pas l’impression que c’est sur moi que ça va retomber. »

« Je vais le surveiller, moi. Je sais que c’est pas bien difficile, mais je suis beaucoup plus subtil que toi. Si je la vois faire des trucs dont elle n’a pas l’habitude, j’vais intervenir, ok? »

Edwin hocha de la tête. Il en avait déjà assez fait. Plus que ça et il mettrait en péril son amitié avec Jenna. Il repensa à leur discussion, leur dernière en date.

« Hey, pourquoi tu fais ce voyage, toi? »

Il haussa un sourcil.

« Pourquoi, tu crois? Parce que j’ai envie d’être avec vous. »

Cette fois, c’est Edwin qui sourit.


Je vais creuser en E1!

Récapitulatif:
B3: 5000 p$
A3: Fer
E1: ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 08/07/2018
Messages : 863

Région : Johto
Mer 10 Oct - 23:50
Pour trouver ce qui se cache en E1, il faudra 27 lignes !



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 22/06/2016
Messages : 191

Région : Kantô
Jeu 11 Oct - 1:22
«Parlant de ça, t’sais que j’ai rencontré une fille, ce matin. »

La révélation se faisait d’autant plus surprenante qu’elle était improbable. Edwin n’était pas du genre à rencontrer des filles. Enfin si, mais c’était généralement elles qui le fuyaient par la suite. Il n’était pas le genre à draguer et toutes les copines qu’il a pu avoir durant sa vie, tôt ou tard il a fini par les faire partir. La réalité était plus complexe qu’elle n’y paraissait, cependant. C’était autant pour se protéger lui que les protéger elles. Protéger de son milieu de vie, de sa famille et sans doute pour les protéger d’un futur qu’il n’était pas prêt à garantir, incapable de se couper de son propre passé. C’est pourquoi Edwin parlait peu des filles qu’il rencontrait. Parce que sa fatalité voulait que la relation soit morte avant qu’elle n’ait commencé. Donc oui, Lukas était surpris. Agréablement, même.

« Ah? Ça s’est bien passé? T’allais me le cacher longtemps, coquin?»

Edwin demeura pensif. Il avait eu un bon feeling, puis elle semblait gentille.

« Ouais, je lui ai demandé de m’inviter au restaurant. »

Pour toute réponse, il eut un sourire embarrassé. Oui, bon, faudrait peut-être qu’il lui explique comment ça fonctionne, la drague. Quoi qu’il ne fût pas vraiment en mesure de parler, il était avec la même personne depuis le milieu de l’adolescence. Il posa une main sur l’épaule d’Edwin et lui demande, avec le plus de sérieux du monde.

« Ah. Ça a fonctionné? »

« Elle a dit oui. »

La réponse était d’autant plus surprenante. Décidément, ce garçon ne manquait jamais de l’impressionner.

« Si seulement t’étais aussi doué pour te faire inviter au resto que pour éviter de buter tous ceux qui te froissent. Allez viens, j’te paie une bière. »

De cette situation finalement désamorcée entre eux, ils purent enfin commencer à profiter de leur soirée. Alors qu’ils sortaient tout juste de la salle de bain, un groupe se posta face à eux, leur bloquant la route. Il reconnaissait certains visages, mais ne pouvait pas mettre de noms dessus. Des gens du club à Jadielle, peut-être? Qu’importe, Edwin était de bonne humeur, pas question de laisser quelques types avec des gueules de singe lui barrer le chemin. Lukas tenta de le retenir, mais ce fut trop peu trop tard. Edwin tenta de se frayer un chemin, seulement pour voir ces derniers résister. Le contact visuel qui s’en suivit sembla durer une éternité, mais aucun ne cherchait à broncher. Finalement, le type en question rompit le contact pour lui dire :

« Écoute, t’es pas le bienvenu ici. On essaie d’être classe et de pas te faire ce que t’as fait à Connor devant tes potes, alors tu dégages. »

Edwin poussa avec sa langue sur l’arrière de sa lèvre inférieure, un vieux tic qu’il réservait pour ces moments où il tentait vraiment fort de rester calme. Lukas intervint immédiatement, tentant de calmer le jeu.

« Écoutez, il a été con, il le sait et il le fera plus. Tout est cool, d’accord? Puis c’est pas comme si Connor était innocent, vous avez vu son œil? »

Le type regarda Lukas, mais c’est une autre voix qui le rappela à l’ordre. Celle de sa copine, Alyssa.

« Arrête de défendre Edwin, Lukas. C’est lui qui s’est jeté sur Connor l’autre soir. On a vu la vidéo de surveillance. »

Quoi? Mais c’était quoi cette connerie? D’où elle sortait avec cette histoire de vidéo de surveillance? Il protesta vivement, voulant corriger la grave erreur.

« Non mais de quoi tu parles? C’est quoi ton fucking problème? C’est lui et ses mecs qui m’ont sauté dessus à quatre. J’me suis défendu. Y’est pas question de moi qui leur saute dessus. Fuck, ils m’ont même attaqué au taser. J’ai encore les marques!»

Il chercha à soulever son t-shirt, mais le type qui lui avait barré la route le poussa un peu, juste assez pour le déstabiliser. S’il cherchait à se battre, il allait le trouver et ça ne serait pas long avant que son poing finisse sur sa gueule. Une silhouette se faufila entre les types et il reconnu Jenna, les yeux encore rouges et sans aucune sourire, cette fois. Edwin sentit son coeur se serrer.

«Pas toi aussi...»



Récapitulatif:
B3: 5000 p$
A3: Fer
E1: ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 08/07/2018
Messages : 863

Région : Johto
Jeu 11 Oct - 1:32
En E1, tu découvres...:
 



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 22/06/2016
Messages : 191

Région : Kantô
Jeu 11 Oct - 9:50
Edwin n’était pas du genre à ne pas savoir quoi dire. Même dans les pires moments, il pouvait compter sur le fait qu’il était capable de dire au moins n’importe quoi, quitte à s’enfoncer encore plus profondément dans la merde, pourvu que la discussion ne cesse pas. La première fois qu’il avait eu l’ombre de la déception sur son visage, il en avait eu du mal à dormir tant la culpabilité se faisait forte. Cette fois-ci, les mots étaient bloqués au seuil de sa gorge et ne parviendraient sans doute pas à franchir sa bouche. Comment expliquer à quelqu’un qui ne veut pas entendre raison. Comment pouvait-il leur prouver, hors de tout doute, que tout ceci... tout « ça », c’était un vulgaire coup monté? De cette discussion qu’il avait eue avec Lukas, il en voyait les beaux mots qu’ils s’étaient échangés s’évaporer sous l’œil inquisiteur de la suspicion. S’il tenait toujours bon, le voilà maintenant qui tanguait entre son amitié pour Edwin et la prise de position de sa copine. Il n’allait pas l’abandonner, quoi qu’elle en pense, mais elle n’était pas non le plus le genre à le forcer dans un coin sans au moins avoir une raison de le faire.

«Pourquoi… t’as fait ça? »

Il y avait un trémolo dans sa voix et Edwin dû se faire violence pour que les larmes ne lui montent pas aux yeux. Comment? C’était quoi la putain de solution pour qu’elle en vienne à le croire? Que devait-il dire, qui devait-il taper? Pourquoi c’était lui dans cette situation? Tellement frustrant. Tellement…injuste. Il parlait en connaissance de cause. Sauf que malgré toute la merde qu’il avait affrontée au cours de sa vie, on lui avait laissé le droit de se prouver, innocent ou non, du crime dont on l’accusait. Il serra les poings et il sentit les jointures de sa main se rouvrir.

« Pourquoi quoi? C’est à moi de la poser cette question. Qu’est-ce que je t’ai fait? D’où t’as cru que je voulais tout contrôler. Tu peux faire ce que tu veux, je m’en fous. Mais quand je te dis que quelqu’un est une merde fumante, je sais de quoi je parle! Fuck! Tu devrais le savoir. Surtout toi. J’ai grandi là-dedans. La merde, l’immondice, les bas-fonds crasseux. J’ai vu mon père accepter de se faire pisser dessus en échange de fric pour qu’il aille s’acheter de la bière. Tu penses que je sais pas reconnaître un putain d’enculé quand j’en vois un? Non mais, arrête. J’fais pas ça pour t’empêcher de vivre ta vie, je fais ça pour que t’aies pas à vivre la mienne. Tu le comprends, ça?»

Elle ne bronchait pas.

« T’as menti à tout le monde, Edwin. Il nous l’a montré, la vidéo de surveillance de l’autre soir. Tu l’as attaqué et les videurs sont intervenus. T’étais encore défoncé sur je sais pas quoi. Comment tu veux que je te croie quand tu fais des efforts JUSTE quand ça t’arrange? Je te l’ai dit, d’arrêter de te mêler de nos vies quand ça te regarde pas. J’ai voulu être gentille, vraiment, parce que je tiens à toi. Mais…depuis le début du voyage, je sais pas ce qui te prend… Je suis fâchée. Et déçue. Et triste et je sais même pas quoi penser. Tu peux saboter tes trucs, ça te regarde. Je te conseille pas de le faire, mais si tu le fais, ne nous embarque pas là-dedans, par pitié. Même Damian a dit que tu t’en es pris à lui l’autre soir. Je pense qu’on devrait prendre des distances, pour réfléchir. »

Damian? Prendre ses distances. Pourquoi elle parlait comme s’ils étaient en couple? Et pourquoi l’autre conne d’Alyssa hochait de la tête comme une idiote? Il était sur le point de craquer. Il s’agitait, regardait partout autour de lui, complètement déboussolé. Il allait péter les plombs. Connor, Damian, l’autre vieil homme d’affaires dans la quarantaine. C’était quoi tout ça? C’était quoi, ce scénario de film à la con? Pourquoi tout le monde le regardait comme ça? Il n’avait rien fait.

« Damian…Il…Il est où? »

« Ici. Et Jenna a raison. T’en as assez fait déjà. Vaudrait mieux que tu partes.»

Il eut un rire nerveux. Si Edwin n’était pas le plus stable dans ce genre de situation, le voilà qui devenait particulièrement volatile lorsque tous se retournaient contre lui.

« Mais c’est quoi ton problème? Tu te barres et tu reviens déjà? Tes nouveaux potes t’ont monté la tête contre moi c’est pas possible. Tu dois déconner. Dis-le. Parce que là, je te jure que je suis pas d’humeur à me faire traiter de menteur par toi. Si t’as un problème avec moi, viens dehors et on va le régler, mon ami. Il me reste une main encore.»

«Edwin, regarde-toi. T’es en train de péter un câble. Écoute, je dis pas ça pour te faire chier, mais je pense sérieusement que tu devrais rentrer à Safrania. Tu vas pas bien. Je sais que t’aimes l’attention, mais de là à inventer des histoires et battre un type qui t’as rien fait… »

« Hahahaha, elle est bonne celle-là…» Il eut un petit rire sec, le temps de détourner le regard et de se frotter le coin de la lèvre avec son pouce. Un sourire qui se dissipa aussi rapidement qu’il était apparu avant de muter en une expression de colère. «Espèce de fils de chienne!»

En un bond, il tenta de décocher une droite à Damian, mais c’est exactement que Jenna s’interposa, recevant le coup elle-même. Pas comme s’il avait voulu la frapper intentionnellement, mais juste assez pour que son poing glisse le long de sa joue et qu’elle n’en tombe à la renverse. Complètement sidéré, Edwin chercha à bredouiller une excuse, les yeux écarquillés et soudainement mal à l’aise. Sans qu’il ne réagisse, Damian l’attrapa par la veste et le poussa vers la sortie, rouge de colère. Pendant ce temps, Alyssa s’était penchée vers Jenna pour l’aider, les larmes aux yeux et Lukas ne dit pas un mot, abasourdi. À cet instant, quelque chose s'était fracturé entre eux. Quelque chose dont personne ne savait si c'était réparable ou non.



Je vais creuser en D2!

Récapitulatif:
B3: 5000 p$
A3: Fer
E1: CM Onde de Choc qui va aller à Rattata S (on se reprend pour la dernière fois)
D2:???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 08/07/2018
Messages : 317

Région : Johto - Alola
Jeu 11 Oct - 10:55
Pour creuser en D2, il te faudra faire 39 lignes !



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 22/06/2016
Messages : 191

Région : Kantô
Ven 12 Oct - 6:15
Ça se passait tellement vite. Il peinait à réfléchir à ce qui se passait que de nouvelles informations le bombardaient sans cesse, l’empêchant presque de réagir. Là, tandis qu’on le transportait de force vers l’extérieur, il ne pouvait qu’observer son amie au sol, celle-ci se remettant du coup qu’il lui avait infligé. À sa connaissance, aucun mot ne pouvait excuser son geste et il n’allait certainement pas prétendre avoir un vocabulaire suffisamment développé pour tenter quelque chose. Il s’en voulait, mais en même temps ce n’était pas de sa faute. Son regard sautait de personne en personne, se trouvant jugé de toute part par des individus qu’il ne connaissait pas. Même sa bravade habituelle ne pouvait faire autrement que de céder face à ce lynchage silencieux. D’un Edwin vulnérable, ils ne retiendraient sûrement qu’un garçon ayant une peur maladive de se retrouver seul et cette crainte se concrétisait au fil des millisecondes. En réalité, on voulait le rejeter volontairement. L’exclure de son propre sentiment d’appartenance, sachant qu’il se battrait jusqu’au bout pour le garder. Il avait perdu le support de tous, subissait les conséquences de ses propres gestes. Au final, c’est un combat qu’il avait perdu depuis le début.

Une fois à l’extérieur, Damian le poussa d’un coup sec. Edwin recula avant de manquer une marche et de dévaler les deux autres qui séparaient la terrasse du sol. Dos premier contre l’asphalte, il en perdit momentanément le souffle. De son point de vue, il ne pouvait que voir Damian, les autres sortant peu à peu pour voir la suite, comme des curieux s’attroupant autour des lieux d’un accident. Avec un équilibre précaire, Edwin se redressa lamentablement, confrontant son ami. Il y avait quelque chose, il y avait une raison à tout ça. Il connaissait suffisamment le chaos pour voir qu’il y avait une certaine organisation. Sa présence n’était pas anodine, surtout après ce qui s’était dit lors de leur dernière discussion.

« Qu’est-ce que je t’ai fait? J’suis pas assez con pour croire que tout ça c’est juste l’œuvre d’un petit con et tu sais que je le sais. Tu leur as dit, ce que tu faisais? Hein? Tu vas leur mentir à eux aussi, juste pour leur laisser croire que je suis vraiment un cinglé? Bravo, parce qu’on dirait que ça fonctionne. »

Il cracha au sol suite à phrase, attendant qu’il réponde.

« Qu’est-ce que tu racontes? T’as un problème, mec. Vas te faire soigner. Tu te rends compte que tu viens de frapper ton amie? En pleine gueule? Et là t’es en plein délire. Tu te rends compte? Tu penses que t’es une victime d’une conspiration? T’es sérieux? Faut encore que tu sois le centre d’attention, hein? Casse-toi. »

S’il y avait quelque chose dont il était certain, c’était qu’il n’était pas en train de rêver. Depuis le début du voyage, il avait été sobre, excluant la bière. S’il pensait le faire flancher avec ces propos ridicules, il se foutait le doigt dans le cul. Et dans l’œil. Et partout, bien franchement.

« Ok, donc t’as vraiment un problème avec moi. Et là t’essaies de me foutre tout le monde à dos… Ok, puisqu’on s’en fout, j’ai peut-être des trucs à te dire, aussi. Je sais pas pourquoi t’as fait ça, j’ai aucune idée de c’que tu cherches à accomplir et bien franchement j’en ai rien à foutre, mais si jamais il leur arrive un truc par TA faute, je te jure, je. te. JURE que je m’en viens direct pour ta gueule et tu comprendras rien à ta vie. Je dis ça parce qu’on dirait que t’aimes ça foutre la vie des autres en… »

«Edwin. Tu t’arrêtes maintenant. » Jenna venait de sortir à son tour, intervenant à la dernière seconde. Le coup qu’il lui avait donné avait laissé une marque rouge sur sa joue, mais elle avait été plus choquée que blessée physiquement. Dans son regard, il pouvait voir une sorte de haine issue de la déception et il s’en serait mordu les doigts un peu plus tôt. Hell, il avait fait que ça jusqu’à ce moment, jusqu’à cette seconde précise. Damian, lui, s’était crispé en un instant, comprenant ce qu’Edwin avait tenté d’insinuer. De cette situation, le venin qui s’écoulait de chaque commentaire commençait à empoisonner l’atmosphère. Tout ça, à cause d’Edwin. C’était le consensus général, du moins. Elle poursuivit. «Je pense que Damian a raison. J’essaie d’être gentille, j’essaie d’être posée, mais là tu dépasses les bornes. Tu comprends pas quand on te le dit gentiment, alors voilà : on veut pas que tu fasses le reste du voyage avec nous. Tout le monde est d’accord avec moi. Je te le demande pour la dernière fois : s’il te plaît, ne rends pas ça plus difficile que ça l’est déjà. »

Les larmes montaient aux yeux de Jenna et Alyssa la rejoignit pour la consoler. Pour toute réponse, Edwin eut un hoquet à la fois blessé et surpris. Cette phrase, venant de sa bouche à elle, c’était son point de rupture. Il chercha l’appui du regard, mais n’essuyait que des regards lourds à son égard. Lukas n’osait pas le regarder dans les yeux, préférant fixer le sol.

« Lukas… »

Il se mordit l’intérieur de la joue, réprimant un sanglot par le fait même. C’était la fin du parcours. Il était triste, mais surtout fâché. Dans ce conflit d’émotions face à ceux qu’il avait toujours considérés comme sa famille, c’était pire qu’un coup de couteau. Il baissa les épaules, avant de fixer le sol à son tour. Il se sentait abandonné, perdu et seul. En même temps, il ne pouvait laisser tomber sur cette note. C’était viscéral, ce feu qui le consumait de l’intérieur. Il irait jusqu’au bout de cette émotion, même si ça devait tuer pour de bon ce qui s’était brisé entre eux. Il aurait le dernier mot.

« C’est comme ça que ça se termine, hein? » Il leva la tête. « C’est ça que vous voulez? Que je me barre? HEIN? Okay. Fine.» Il s’arrêta un moment, prenant une grande respiration. Le climat changea et intérieurement, même s’ils cherchaient à l’ignorer, chacun redoutait ce qui était sur le point de sortir. Son regard se posa sur Jenna. « J’aurais jamais cru ça de toi. Tu dis que t’es déçue, tu veux me sortir de ta vie, mais tu sais que tu peux pas nier tout ce qui s’est passé, depuis qu’on est des putains de gosses. Après toutes les fois où je t’ai défendu, toutes les fois où moi, j’ai dû mentir à tes parents qui m’ont traité comme leur fils, qui m’ont nourri pendant que mon vrai père gaspillait tout son fric pour se défoncer la gueule. Tes parents qui m’ont habillé et logé moi, mon frère et ma sœur. Ces fois où je me faisais violence pour sourire en leur disant que t’étais partie dormir chez une amie et je me sentais comme la pire des merdes face à deux des rares personnes qui ont vu du potentiel en moi, qui m’ont toujours traité comme un égal. Et pourquoi? » Son ton se fit plus venimeux, presque caustique à cet instant. « Pour que t’ailles te faire mettre par n’importe quel bad boy avec qui tu t’amourachais. Pour qu’ensuite il te fasse du mal et que j’aille ME faire battre pour préserver TON honneur? Parce qu’Edwin est con, parce que tu sais qu’il peut pas te dire non? Alors avec toutes ces fois où j’ai mis ma putain de dignité dans la balance, la SEULE chose que j’ai vraiment juste pour moi, pour défendre TES INTÉRÊTS? Et…haha…et tu oses, tu OSES DIRE QUE JE PENSE QU’À MA GUEULE?»

Il fit un pas vers l’arrière, laissant l’information s’installer en elle. Soutenant son regard, il avait un sourire presque moqueur sur son visage, tandis qu’elle était figée, complètement sous le choc. C’était la première fois qu’il s’emportait à ce point contre elle. En réalité, c’était une nouveauté pour tout le monde. Tandis que les larmes roulaient sur les joues de son amie, Alyssa crut bon intervenir. La rancœur déformait ses traits et l’artiste tenta de stopper Edwin dans sa lancée.

« Fous le camp, t’en as assez fait, déga-… »

Un rire, sec et mauvais, s’échappa de la bouche du concerné alors qu’il l’interrompit.

« Oh, non, TOI tu vas fermer ta gueule. T’es qui, en fait? T’es un ajout, t’es juste là pour pourrir ma vie et celle de Lukas. T’es rien qu’un fucking extra et tu devrais VRAIMENT te taire et te mêler de ce qui te regarde.»

À son tour, elle ne sut trop que répondre, n’ayant jamais eu droit à un tel barrage d’insultes de sa part. Si, à son tour, elle se frustrait à son égard, elle comprenait au fond d’elle-même qu’Edwin n’était pas dans son état normal et elle ne pouvait pas blâmer l’alcool ou la drogue.

« Quant à toi… » Il se tourna vers Lukas. « J’vais juste dire que je suis pas surpris. J’aurais aimé que ça se passe autrement, sûrement que toi aussi. We had good times, I guess. »

Un autre pas vers l’arrière, c’était la tombée de rideau.

« Vous avez eu ce que vous voulez. J’me casse. Bravo. J’pense qu’il y avait d’autres façons de procéder, mais vous vouliez que j’ai l’air d’un con face à vos nouveaux potes? VOILÀ. J’vous aurai diverti jusqu’à la fin!» Il leva les bras en l’air, attirant le plus d’attention possible. « J’espère que vous allez avoir du plaisir avec vos nouveaux potes. S’ils vous tapent sur la gueule, dites-vous que c’est par amitié! Comme moi et Connor! Et quand ça va vous retomber dessus, parce que ça VA vous retomber dessus, venez pas me voir. Parce que vous le savez que j’vais quand même vous aider et, honnêtement, non, j’ai pas trop envie. Pas en ce moment. J’ai pas besoin de vous, j’en ai d’autres, des potes qui eux me laisseront pas tomber parce que le premier beau-parleur qui sait utiliser un logiciel de video editing est venu vous vendre sa merde. En tant qu’ami ou ex-ami, j’en ai plus aucune fucking idée, je vous le dis cordialement : vous pouvez aller vous faire foutre.»

Et il leur tourna le dos. Il allait s’en aller, vraiment sans se retourner, mais Damian cru bon devoir ajouter sa touche personnelle.

«Allez, vas-y. Attends, laisse-moi deviner, tu vas t’acheter à boire? Go make daddy proud, boy.»

Sur le coup, il s’attira un regard désapprobateur des trois autres. Quant à Edwin, il tourna les talons. S’il était possible de quantifier sa haine basée sur des événements passés, à cet instant il venait d’atteindre un niveau jamais enregistré auparavant. Sans quitter Damian des yeux, il marchait rapidement vers lui, les dents serrées et le corps crispé par la colère. Sa démarche était saccadée et accélérait de plus en plus. Arrivé à sa hauteur, il l’attrapa par le col de son chandail.

« Redis-moi ça en pleine face, I dare you. I fucking dare you.Vas-y. VAS-Y. T’AS PEUR? MÊME AVEC TOUS CES ABRUTIS POUR TE DÉFENDRE? » Sa respiration était profonde et il était plus qu’hargneux. Son faciès relaxa un peu avant de continuer. «You know what? Ouais, il va être assez fier de son garçon, le vieux Ben. Par contre, j’vais te demander de pas faire honneur à ta réputation pendant mon absence, s’il te plaît.» Damian anticipa ce qui suivait. « T’sais, j’ai pas vraiment à recevoir ce genre de commentaires de la part de quelqu’un qui est tellement pathétique et fondamentalement mauvais qu’il pousse celles qui tiennent à lui à vouloir essayer de se tuer. T’es deux en deux j’crois, c’est ça? Essaie de pas faire monter les stats à trois, mon grand. » Le coup grâce, deux petites tapes sur la joue avec sa main, juste pour cultiver cette impression qu’il le traitait comme un vrai déchet. Damian chercha à s’en prendre à lui, mais Lukas le retint avant que ça ne dégénère davantage. Satisfait, Edwin recula jusqu’à ce qu’il se retrouve à sa position initiale.

« Même en vous débarrassant de moi, I come on top! Ah oui, vous vouliez le spectacle, hein? »

Il se tourna et dans un mouvement exagéré, baissa son pantalon pour montrer ses fesses à toute la galerie. La cerise sur le gâteau. Sur ce, il tira sa révérence et partit…

…en direction de l’épicerie.


Je continue de creuser en D2!

Récapitulatif:
B3: 5000 p$
A3: Fer
E1: CM Onde de Choc qui va aller à Rattata S (on se reprend pour la dernière fois)
D2:???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 1 sur 2) Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Why choose for the lesser evil?
» The marvelous gods of Olympus
» ✛ (M/LIBRE) Simon Lebon feat Dillon Casey
» Sol Min Yu { Dysphoria - Fall of Gods.
» Of Gods and Mortals DE Opsrey publishing

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Hors-régions :: Souterrains d'Almia-