AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» La mélodie de la Mer [PV Marlen Melikov]


avatar
Coordinateur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 24/09/2013
Messages : 1303

Région : Johto
Jeu 6 Sep - 13:15

Le voile de la nuit a recouvert l'île depuis plusieurs heures à présent, ne laissant que la lune pratiquement pleine éclairer le sable fin et l'océan qui lui fait face. Le vent vient doucement jouer avec ces mèches de cheveux d'encre, entremêlant entre ses doigts évanescent les pans de sa robe pâle, presque blanche. Une robe qu'elle n'utilisait en fin de compte que pour dormir, quand bien même était elle à la base une simple robe estivale. D'un geste, elle retire ses chaussure dès lors que ses pieds ont atteint le sable encore tiède. L'air est doux aussi n'est elle pas troublée par ce vent caressant, au contraire, elle le trouve même plutôt apaisant. Un instant, la belle se fige dans son mouvement, contemplant le paysage lui faisant face. Dans l'océan noire d'encre, le reflet d'argent de la lune offre un contraste saisissant qui lui rappelle ces moments là bas. Son cœur se serre un instant. La pension lui manque, elle doit bien se l'avouer. S'occuper des Pokémon, les dresser, les soigner, les entraîner même... tout cela lui manque. Néanmoins, elle sourit en savourant la caresse du vent sur sa peau. Libre. Elle se sent libre face à ce paysage enchanteur, même si l'angoisse ne disparaît jamais vraiment. Son regard améthyste se porte aussi loin que possible, peut être dans l'espoir d'apercevoir Oliville. Elle sait bien que c'est la peine perdue, mais au fond de son cœur, elle prie un instant pour Lysette et Erain en joignant ses mains sur son cœur.

Maître Lugia, faites en sorte qu'ils aillent bien.

Une prière silencieuse, juste pour son maître, uniquement pour lui. Il saura l'entendre, elle le sait. Une fois cela fait, elle s'avance de nouveau, laissant les grains de sable chatouiller la plante de ses pieds. Contempler l'eau miroitante l'a toujours apaisé. Avant, lorsqu'elle était là bas, elle passait des heures devant l'étendue d'eau dans la demeure des Shirakiin, s'y sentant reposée. Lorsqu'elle avait enfin vu l'océan faisant face à la pension Horizon, elle s'était senti si bien ! L'odeur des embruns, la voix des vagues, leur déferlement... Elle aimait chaque parcelle de l'océan et se rendit compte à cette instant qu'il lui avait réellement manqué. Son appel est entêtant, songe t-elle alors que ses pieds nus viennent s'enfoncer dans le sable humide. Calme, l'eau vient doucement lécher sa peau, comme un familier retrouvant son maître. La belle ferme juste les yeux et profite de cette sérénité qui lui manque.

Elle ne pouvait pas s'empêcher d'éprouver de l'angoisse. Une peur tapie, celle que sa famille ne la retrouve et ne l'enferme de nouveau. Elle sait aujourd'hui qu'elle ne le supporterait plus. Elle aimait trop ce vent, elle aimait trop l'océan, elle aimait trop... cet homme pour supporter une vie sans. Une légère rougeur vient troubler la peau pâle de ses joues à cette dernière pensée. Si on les lui arrachait... que deviendrait elle ? Cette question la tourmentait jusque dans ses rêves. Hakan dormait, tout du moins avait fait elle son possible pour s'échapper sans un bruit de la petite chambre dans laquelle ils s'étaient installés. Pour une fois qu'ils ne dormaient pas à la belle étoile mais dans un lit confortable, elle ne parvenait pas à trouver le sommeil. Quelle ironie ! Enfin, au moins pouvait elle profiter à loisir de se paysage enchanteur. Ce n'était pas si mal.

La demoiselle s'avance un peu, longeant la mer alors que de ses lèvres vient s'élever une mélopée délicate. Il l'accompagne. Elle sait à présent que son maître ne lui en veut pas et qu'il l'accompagne. Alors son devoir demeure, celui de lui rendre hommage en chantonnant cet air venu du fond des âges et qui se fait son Appel. Sa chanson. Son hymne. Le regard de la belle se pose sur une silhouette élancée reposant sur un rocher surplombant la mer. Elle le reconnait. Lootah. Elle sent son regard posé sur elle, et elle se dit que ce dernier doit la surveiller à la place de son ami. Hakan. La belle ferme les yeux, fredonnant toujours sa mélopée en se rapprochant du flambusard à chaque pas. Une part de lui. Ils ont la même essence. Elle le sait. Elle le sent.

L'oiseau de feu.



Avatar©️Me
Autres comptes:
 

Clique:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 06/07/2018
Messages : 40

Région : Johto
Ven 7 Sep - 8:50

La mélodie de la Mer


Allongé sur sa couche, les mains derrière la tête, Marlen observait la toile de sa tente qui formait son ciel. Le silence c’était installé sur le petit campement, plongeant la plupart dans un sommeil plus ou moins réparateur. Mais si la nuit semblait douce pour la majorité, le violacé lui n’arrivait pas à fermer l’œil. Trop de chose se bousculaient encore et toujours dans son esprit, accaparant son temps de sommeil sans même lui laisser le choix. Hmph… Foutu conscience.
Au bout d’un moment, l’ancien braconnier finit par se lever et son regard se posa sur un coin de sa tente qui était autrefois occupé par sa givrali. Etoile… C’était étrange. Etrange de l’avoir éloigné de lui pendant tout ce temps, avant de réaliser, en la voyant tomber sous ses yeux, que les liens que l’ont tissait avec un pokemon étaient inébranlable. Cette nuit là, il avait quasiment finit de tout perdre. Et ce n’était pas de la faute d’une quelconque personne, non. Il en était lui-même le responsable. Simplement parce qu’il avait perdu la tête, qu’il ne voyait plus qu’une seule chose. La Vengeance.

L’homme laissa échapper un lourd soupire avant de se lever. Par habitude il attrapa sa lame pour la glisser à sa ceinture, puis il sorti de sa tente. Surement que Jason lui en voudrait pour cette énième fuite… Bien que pour le coup, il avait simplement envie de marcher. Son regard croisa celui du garde. Le malheureux faisait parti d’un groupe de rescapé qu’ils avaient croisé en cours de route. Et malgré les recommandations du violacé, ils avaient préféré rester avec eux. Le temps de se faire oublier. Ah si seulement… Enfin, il pourrait bien tenter de négocier quelque chose, lorsque le moment arrivera… Pour eux.
Marlen salua donc le garde d’un hochement de tête puis se mit en route à travers la végétation. La forêt était bien silencieuse, ou presque. Seul un Hoothoot brisait le chant du silence, de façon plus ou moins régulière. Et à côté, rien. Pas de bruissement de végétation ou autre petites choses qui pourraient trahir la présence d’un quelconque animal de passage. Non. Au lieu de ça, son esprit encore un peu embrumé par la Morphine lui jouait des tours. C’était déstabilisant cette impression de voir un pokemon le suivre. Un pokemon au pelage très claire…

Puis le silence se briser, l’atmosphère semblant se recouvrir d’un voile de velours. Un chant doux mais encore lointain s’élève dans l’obscurité, venant trahir en même temps la symphonie des vagues venant mourir sur le sable. Encore une fois… Il n’avait même pas remarqué que ces pas l’avait mené si près du rivage. Et si ça l’avait surprit, il passa rapidement à autre chose. Ce chant. Il le connaissait plutôt bien, pour avoir été bercé dans son hymne pendant bien des années. Même s’il ne l’avait jamais entendu de façon si pure…
Touché par la curiosité, il se remit en route afin de quitter le couvert de la végétation, venant finalement poser les pieds sur cette plage qui s’étendait à présent devant lui. Et il l’aperçu, cette jeune femme qui était à l’origine de ce chant. Elle était d’ailleurs accompagné d’un pokemon qu’il ne reconnu pas directement, et préféra rester en retrait, étant dans l’incapacité de se défendre contre un pokemon… Et surtout, ne voulant pas briser cette mélodie qui lui était si importante. Mélodie qu’il n’avait jamais chanté. Il ne s’en trouvait pas digne, et encore moins, à l’heure actuelle. Alors il resta là, sans un bruit à l’écouter, jusqu’à ce qu’elle termine. S’il l’avait reconnu ? Pas pour le moment. Même si la lumière de la lune pouvait aider, la nuit n’était pas son allié. Et puis, il ne possédait pas encore tout son potentiel habituel, ses blessures et le traitement l’ayant pas mal affaiblit.

- L’hymne du cœur des Océans… Aucune note ne semble vous échapper…

Ses mots, il les avait lâché une fois qu’elle eut terminé, de sa voix si calme dont il avait le secret. Il avait aussi prit soin de se racler la gorge juste avant, histoire de ne pas l’effrayer. Ce n’était pas vraiment son but. Par contre, ce qui l’étonnait, c’était qu’une jeune femme de sa trempe connaisse si bien ce chant. Fille de marin ? Passionné par les légendes de la mer… Ou alors… ?… Non… Non. Pourquoi un gardien serait-il par ici, comme ça, en pleine nuit ? Enfin. En tout cas il leva les mains histoire de moins paraitre comme psychopathe nocturne…

- Ne vous inquiétez pas, vous ne craignez rien de moi.

Elle était bien plus armé que lui. Sa lame n’aurait que peu d’impacte face aux attaques de l’oiseau.

D’ailleurs. Pourquoi rester ? Vue qu’elle connaissait cet air, Marlen se demandait si elle pourrait le renseigner au sujet de cette pièce qui c’était retrouvé enveloppé dans la bannière de son ancien équipage.


Marlen Converse en ROYALBLUE

www - www - www
Infos à savoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 24/09/2013
Messages : 1303

Région : Johto
Sam 8 Sep - 15:31
Doucement, elle se rapproche du compagnon du sauvageon. L'oiseau de feu observe chacun de ses pas alors que les vagues viennent tendrement lécher ses pieds. Ses lèvres s'ourlent d'un sourire alors qu'elle continue sa mélopée, appréciant simplement l'instant, la caresse du vent qui fait s'envoler son chant. Est-ce que vous m'entendez, maître ? La belle ferme les yeux un instant alors qu'une vague plus forte vient éclabousser les pans de sa robe et de nouveau, son regard se porte sur l'océan, son sourire demeurant, s'affirmant même. Sans cesser de fredonner, au contraire, sa voix se fait d'autant plus assurée que ses prunelles contemple l'océan miroitant. Pour lui. Cette chanson était pour lui après tout, elle l'avait toujours été, et la remplissait de sérénité. Oui. Ce chant était comme l'océan. Comme lui aussi. Maître Lugia. Plein de beauté et de mystère. Du mystère, il n'en manquait assurément pas.

Les dernières notes s'élèvent dans les cieux et la belle laisse le bruit des vagues achever son hymne. Elle se sent... mieux. Plus apaisée. Plus sereine. Ce chant à ce pouvoir et elle en avait presque oubliée la force. Sa main vient se poser sur son cœur, profitant de cet instant de paix. Ces derniers temps, il lui semblait qu'ils étaient nombreux, ces moments. Même si elle ne parvenait à se débarrasser de l'angoisse tapie, elle voyait enfin le monde sous un nouveau jour. L'oiseau s'agita à ses côtés et un raclement de gorge finit par la faire totalement sortir de sa rêverie. La demoiselle se détourne du paysage enchanteur pour se retourner vers la provenance de ce bruit. Son cœur s'accélère un instant, craignant un conflit même si la présence de Lootah la rassure. Finalement, c'est une voix douce qui s'élève et qui a tôt fait de calmer ses élans. La surprise glisse sur son faciès de porcelaine alors qu'elle prend un instant pour contempler son vis à vis. Un homme grand à la chevelure violine il lui semble, elle peine à percevoir la couleur de ses prunelles, claires elle a l'impression. Il se dégage de lui une certaine force mais aussi une certaine... distance. Il ne s'approche pas plus d'elle et... elle doit avouer apprécier qu'il garde cette distance. La belle n'en reste pas moins surprise par ses dires.

« Je la connais par cœur. Elle m'a toujours apportée une certaine sérénité.» Glisse t-elle pour seule réponse. Un fait. Elle l'avait appris enfant, et l'avait chanté, encore et encore, tant par obligation que par besoin. Lorsqu'elle se sentait seule, chanter cet hymne apaisait cette morsure cuisante dans son cœur. Elle avait le sentiment dans ces moments là, que son maître était là, à ses côtés et il rendait cette blessure moins sordide, moins douloureuse aussi. « Elles sont rares, les personnes à connaître ce chant. » Elle n'oubliait pas le terme qu'il avait utilisé pour la nommer. L’hymne du cœur des Océans. C'était l'un des nombreux nom qu'on donnait à ce chant. Beaucoup de marin employait ce terme si elle avait bonne mémoire aussi se demanda t-elle un instant si elle avait à faire à un marin. Ce ne serait pas étonnant, ils étaient nombreux sur cette île à vivre de la mer. A vrai dire, elle était persuadée qu'ici plus qu'ailleurs, ce chant était connu. Les Tourb'îles n'étaient pas si loin.

Pour paraître moins menaçant à leur yeux, aux siens mais également à ceux du Pokémon, l'homme relève ses mains, apparaissant dès lors dans une posture bien plus vulnérable. Ses mots vont de concert avec son attitude et la belle ne peut s'empêcher de s'en amuser un peu. « Je me méfie toujours des apparences. C'est un peu comme l'océan...» commence t-elle en contemplant un instant l'eau qui continue de lécher ses pieds. « On le croit calme et pourtant, il dort dans ses eaux des créatures forts dangereuses. » Les humains n'étaient pas bien différents, même si la beauté de l'océan était d'une autre sorte. La belle ferme un instant les yeux avant de se rapprocher de Lootah, touchant le plumage de l'oiseau de feu qui se laisse faire, son regard acéré toujours tourné vers l'inconnu. Elle imaginait très bien Hakan ayant une expression semblable au flambusard et cette pensée l'amuse un peu.

« Lootah se méfie des hommes, des humains de manière générale. Il n'appartient à personne et se fait sa propre opinion de ceux qu'il rencontre. Mais il est mon ami et surtout le sien alors il a tendance à me protéger à sa place. » Ces propos sont probablement un peu obscur mais elle n'y prend pas garde.



Avatar©️Me
Autres comptes:
 

Clique:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 06/07/2018
Messages : 40

Région : Johto
Dim 9 Sep - 22:00
Alors comme ça… Cette air l’apaisait ?… C’était étrange de se retrouver face à quelqu’un à qui cette musique lui faisait le même effet… Jason restait de marbre face à ça. Les marins avec qui il partageait ses aventures aquatiques ne faisaient que la chanter entre quelques chansons Pirates. Jamais il n’avait croisé qui que ce soit étant capable de lui dire ça. Silencieux, Marlen ne put retenir un sourire léger lorsque la jeune femme lui fit savoir que rare était les gens à connaitre cette chanson. Si elle savait… Mais ça faisait longtemps que sa vie de pirate avait été pardonné, aux yeux de la justice.

- Ce chant à un effet apaisant sur moi aussi. Mais cela faisant longtemps que je ne l’avais pas entendu. J’ai été… Marin par le passé. Et l’équipage dans lequel j’étais le chantais souvent.

D’ailleurs, maintenant qu’il y pensait, il ne savait même pas pourquoi ils le chantaient. Il avait toujours été distant par rapport à eux, dans son coin à graver du bois flotté.

Enfin. Sans bouger de sa place donc, il avait levé les mains, tout en précisant qu’il n’était pas dangereux, et il ne put s’empêcher de laisser échapper un rire léger à sa réponse. Les apparences et l’Océan… C’était une bonne réponse. Une réponse qu’il ne pouvait décemment pas contrer. Par contre, sa dernière phrase piqua sa curiosité. C’était l’ami de qui ? Il y avait quelqu’un d’autre par ici ?… Il jeta un coup d’œil rapide autour de lui avant de se reporter sur la jeune femme.

- Hm. Vous marquez un point. - Il se passa une main dans sa chevelure puis repris - Et Lootah à raison de se méfier des Hommes. La plupart ne sont pas digne de confiance… Mais de ce fait, à vous entendre, vous avez la chance d‘avoir un protecteur.

Techniquement, Jason était actuellement son protecteur. Mais c’était une situation qui ne plaisait guère au violacé. Oh non… Lui préférait être à la place du protecteur en général. Une place forte qui ne laissait pas penser que vous ayez de faiblesse. Mais bon. Il ne pouvait pas nier que sans le balafré… Bref…
Et puis d’ailleurs, était-il une personne de confiance ? Non… Bien sûr que non. Il ne l’était plus. Du moins pour les autres. Il avait beaucoup donné lorsqu’il était ranger, et au final… Il avait beaucoup perdu. Alors… Seul Jason et Anastasiya pouvaient -et peuvent toujours- réellement lui faire confiance. Les autres… Et bien… Peut-être seraient-ils un jour ses victimes, lorsqu’il décidera qu’ils avaient un rôle pour lui permettre de parvenir à ses fins … Du moins, c’était ce qu’il pensait, c’était ce qu’il croyait. Maintenant qu’il savait de quoi il était capable, ne serais-ce que pour venger la mort de deux personne chère à son cœur…
Il alla chercher la pièce dans sa poche et l’observa un instant, laissant la lune éclairer les reliefs de l’argent… Puis il releva les yeux pour regarder cette inconnue… Inconnue qu’il avait l’impression de connaitre en faites. Sa voix… Sa silhouette ?… L’aurait-il déjà vue ?

- Par contre… Si je puisse me permettre. D’où est-ce que vous connaissez cette air ? Jusqu’ou va votre connaissance de… hm… Lugia ?

Oh moins, ainsi, il aurait la réponse quand à la façon dont elle connaissait ça. Et si… Il y avait un lien sur le fait que lui et elle ressentait cette même sensation, à son écoute… Si ça connaissance allait au-delà de ce que lui connaissait… Alors il lui montrerait sa pièce. Dans le cas contraire… Peut-être devait-il la garder pour lui ? Faire en sorte que moins de personne n’en connaisse l’existence.


Marlen Converse en ROYALBLUE

www - www - www
Infos à savoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 24/09/2013
Messages : 1303

Région : Johto
Lun 10 Sep - 13:56
La belle contemple son vis à vis avec une distance polie mais néanmoins une certaine curiosité qu'elle ne parvient pas à taire. Comme elle l'avait signifié, les personnes connaissant aujourd'hui cet air étaient rares et, à dire vrai, mise à part les membres de sa propre famille, il devait être le seul qu'elle ait rencontré. Oh, elle l'avait déjà chanté face à Hakan... Enfin, il l'avait déjà entendu plutôt, mais il ne lui avait pas dit en vérité si il la connaissait ou non. Elle avait été un peu trop gênée par son sourire et son compliment pour le lui demander après coup et elle se promit d'en parler avec lui lorsqu'elle en aurait l'occasion. Marin donc. Cela ne l'étonne pas vraiment qu'un autre ressente ce même apaisement à l'écoute de ce chant, après tout, c'était ce qu'elle avait elle même toujours ressenti. « C'est ce qu'est ce chant. Ce a quoi il sert. Il est chanté pour apaisé le maître des abysses après tout. » Il ne fallait pas l'oublier. Même si ce n'était pas sa seule utilité et qu'aujourd'hui, il rendait surtout hommage à maître Lugia.

Son rire sonne avec légèreté dans l'air, vraisemblablement, il était plutôt amusé de sa comparaison, mais ne rajouta rien immédiatement, préférant observer les alentours dans l'espoir de trouver la personne en question. Malgré elle, la belle contemple également la plage, mais ne voit nulle part la silhouette de son protecteur. Il n'y avait que Lootah avec elle, même ses autres Pokémon étaient restés avec Hakan. Elle ne pensait pas qu'elle allait croiser quelqu'un si tard, et elle se sent un instant stupide de ne pas avoir pensé à prendre au moins une de ces Pokéball avec elle. La présence de Hachi lui aurait été salutaire, quand bien même cet inconnu ne faisait pour l'heure rien contre elle. La prudence cependant lui intimait de prendre garde.

Il reprit alors et la demoiselle laisse ses pensées se déliter. Lootah est là. Cela lui convient. Le visage de la belle vient s'emplir de douceur à la fin de sa phrase. Elle sourit, de ce sourire qui vient ourler les lèvres des êtres ayant trouvé un trésor unique. « Oui. J'ai cette chance. » Elle qui était née prisonnière, avait la chance de connaître aujourd'hui ce que l'Homme avait de plus précieux. La Shirakiin ferme un instant les yeux avant de reprendre, son regard améthyste se redressant jusqu'à lui. Ambré, comme le soleil mais il y avait dans ces prunelles étrangères, quelque chose de plus trouble, comme si des nuages voilaient son ciel. Malgré elle, cet éclat dans ses yeux la rassure un peu d'une certaine manière. « Mais je n'en ai pas qu'un en vérité. Ils sont plusieurs à s'être désigné mes protecteurs. » Dont la plupart de ses Pokémon, si ce n'était tous en réalité. Hachi, Kagami, Hotaru, même le timide Abel avait finalement évolué lorsque sa dresseuse s'était retrouvé en danger et depuis, le timide kraknoix avait laissé place à un vibraninf plus assuré. Plus qu'il ne l'était avant en tout cas. En tout cas, avec un peu de chance, avec ces paroles, le jeune inconnu s'y prendrait à deux fois avant de l'attaquer. Si il en avait l'intention.

L'homme finit par récupérer quelque chose dans sa main. Si elle s'était tendu en voyant son geste, elle se rassure davantage en apercevant l'éclat d'argent d'une pièce. La belle s'interroge un instant sur cette dernière sous le regard acéré de son protecteur de feu alors que sa main demeure sur son plumage. Sa chaleur la rassure autant que l'odeur des embruns. D'où connaissait-elle cet air... et que savait-elle de Lugia... La Shirakiin n'a aucunement l'intention de dire à cet inconnu qui elle était, ce qu'elle était. Il n'avait pas les traits caractéristiques des membres de sa famille, cependant... elle ne prendrait pas le risque de se dévoiler davantage. La pensée se cristallisa dans son esprit dès lors qu'elle se présenta à elle et elle ne put l'ôter. Peut-être qu'il était là pour elle... Peut être... « On me l'a apprise lorsque j'étais enfant. C'est un chant que l'on partage dans ma famille.» Elle se demande si parler de sa famille, même de manière aussi générique n'est pas dangereux. La belle l'observe et ne voyant pas de quoi justifier sa paranoïa sur son visage, elle finit par s'asseoir sur le rocher à côté du flambusard, laissant ses pieds plonger dans l'eau. Elle laisse les embruns taire le silence, se laissant le temps de la réflexion. Que pouvait-elle dire vis à vis de cette question ? La demoiselle ferme ses paupières, laissant l'océan distraire ses pensées.

Maître...

Ses prunelles viennent finalement capter l'éclat opalin de la lune.

Et l'on dit que lorsque la lune brille de tout son éclat dans les cieux obscurs et que celle-ci se reflète dans l'onde, elle ouvre la porte d'un autre monde. Et c'est à travers cette porte que l'on peut contempler le regard sans âge du gardien des abîmes.

Elle sourit. Un sourire qu'elle adresse avant tout à cet être avant qu'elle ne se détourne de l'onde pour s'adresser à son interlocuteur. « Et bien, je connais certaines des légendes qui sont liées à lui par exemple. Je peux vous en conter certaines si vous êtes intéressés.» Elle aime son maître et en cela, elle aime également partager ce qu'elle sait de lui. Oh, bien sûr, elle n'ira pas dire ce qu'elle était, mais elle n'avait nul besoin de le signifier pour simplement parler.



Avatar©️Me
Autres comptes:
 

Clique:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 06/07/2018
Messages : 40

Région : Johto
Dim 23 Sep - 10:00
Personne n’était là, en plus d’eux deux. Et de l’oiseau. Ils étaient donc juste eux, et l’océan à perte de vue, éclairé par cet astre blafard lié aux maitres de cet étendu. Enfin. La jeune femme finit par reprendre la parole, annonçant donc qu’elle avait en effet de la chance. Le sourire du violacé restait figé sur ses lèvres alors qu’il l’écoutait. Elle lui annonça ensuite qu’elle n’avait pas qu’un seul protecteur, qu’il y en avait plusieurs qui s’y était désigné. Elle devait-être précieuse pour son entourage dans ce cas. Lui n’en avait qu’un. Du moins, c’est ce qu’il pensait. Si auparavant il pouvait parler de son groupe, aujourd’hui ce n’était plus le cas. Même Olivier. Même la Fouine. Et surtout, Même Arthur n’en faisait plus partie. Seul Jason restait là. Fidèle au poste. Du moins, c’est ce qu’il s’imaginait. Même si dans le fond, sa dernière rencontre avec Arthur l’avait pas mal troublé. Pourquoi ne l’avait-il pas tué ? Pourquoi lui avait-il même, proposé son aide ?… Tant de chose qui continuait de troubler l’esprit de l’ancien pirate…. Hm…

- Vous avez beaucoup de chance, oui.

Il avait acquiescé doucement en laissant échapper ses mots, observant un instant la surface de l’eau et ses vagues venant mourir doucement sur le sable.

Puis il avait donc sortie cette pièce qui hantait ses pensés depuis plusieurs semaines maintenant. Il observa l’objet à l’aide de la faible lueur de la lune, avant de regarder de nouveau la jeune femme, alors qu’il avait posé sa question, concernant ce chant, concernant Lugia. Il resta silencieux lorsqu’elle vint finalement s’assoir sur le rocher, et la laissa contempler la lune après qu’elle lui ait fait savoir qu’elle la connaissait par le biais de sa famille. Sans doute des marins. Marlen ne connaissait pas vraiment l’univers qui se découlait autour de tout ça. Il ne s’y était jamais intéressé. Jusqu’à maintenant. Jusqu’à ce que cette objet qu’il pensait disparut à jamais n’apparaisse dans sa main.
La réponse que la jeune femme donna ensuite, lui donna l’espoir d’en connaitre un peu plus. Elle connaissait certaines légendes n’est-ce pas ? Alors peut-être que l’une d’elle parlait d’une pièce en argent ?

- Vous êtes fille de marin ?

Il avait finit par décoller les yeux de l’objet avant de s’approcher d’un pas calme, afin de se retrouver au même niveau qu’elle, bien que toujours à distance respectable, histoire de ne pas faire réagir le volatile à ses côtés. Il ne souhaitait pas vraiment se faire bruler. Ou griffer. Pas après toutes les blessures qu’il devait à ce très cher Alan. Enfin…

- Et je cherche à connaitre une histoire en particulier. Enfin. Si elle existe. Une légende qui parlerait d’une pièce en argent, à l’effigie du protecteur des marins, qui aurait tendance à disparaitre, autant qu’à apparaitre sans raison apparente. Vous avez ça en stock ?

Enfin. La disparition avait sa raison. La mort de son ancien capitaine, emporté par les flots en même temps que son navire. Par contre, l’apparition n’avait pas d’explication pour le moment. Lui penchait plutôt sur un cinglé qui serait passé par là pour on ne sait quel raison. Même si bon… La présence de l’étendard de l’Horizon était quelque peu… Perturbante.
Quand à sa pièce ? S’il continuait de jouer avec, la faisant voltiger de temps à autre, il ne prit pas la peine de la lui montrer directement. Il ne restait plus qu’à voir sa réaction. Peut-être ferait-elle le lien, peut-être que non… ça n’avait pas d’importance pour lui. De toute façon, si elle voulait le lui prendre… Elle n’aurait pas grande difficulté avec le volatile à ses côtés. Et il ne comptait pas vraiment se défendre pour le moment… Si la pièce l’intrigué, il avait cette sensation que quoi qu’il arrivait, elle lui reviendrait toujours. Alors tant qu’à faire, autant éviter les blessures inutiles, n’est-ce pas ?…


Marlen Converse en ROYALBLUE

www - www - www
Infos à savoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 24/09/2013
Messages : 1303

Région : Johto
Dim 30 Sep - 20:11
Assise sur son promontoire rocheux, la belle laissait les vagues paresseuses venir lécher ses pieds. La nuit était douce et le ciel clair offrait un reflet enchanteur sur la surface de l'onde. Et alors que l'homme lui répondait, elle se laissait bercer par ce doux chant de l'océan. Ses iris améthystes vinrent glisser sur l'homme qui la questionnait sur son affiliation. Fille de marin. Lui dire la vérité était proscrit aussi, acquiesça t-elle seulement dans un sourire, nullement gênée par le mensonge. Elle avait toujours été bonne comédienne, cela était un prérequis indispensable à une personne de son rang. Son rang... Le jeune homme se rapprocha d'elle et l'oiseau à ses côtés darda son regard d'encre sur cette silhouette étrangère. Une part d'elle n'appréciait que peu qu'il soit si proche mais une autre, plus profonde, lui signifiait qu'elle n'avait pas à craindre cet homme. Qu'il était... un peu comme elle aussi. « Oui, nous avons toujours été liés à la mer et à Lui dans ma famille. » reprend t-elle avec une simplicité désarmante. Elle ne connaissait ni son père, ni même sa mère, elle n'avait guère plus que quelques clichés de cette dernière et des bribes d'information. Son regard vint de nouveau se poser sur la lune pleine à cette pensée, profitant de ces rayons caressants pour oublier cette vieille peine. L'astre avait ce pouvoir sur elle, celui d'apaiser la morsure de ses chaines.

Le regard de la belle vint de nouveau détailler l'homme à sa demande, ses prunelles venant un instant fixer cette pièce d'argent qu'il tenait entre ses mains depuis plusieurs minutes à présent. La demoiselle inclina sa tête sur le côté, ses fins sourcils se fronçant en réponse à cette demande pour le moins précise. Elle s'attendait à quelque chose de plus vague néanmoins, elle ne devrait probablement pas s'étonner. Elle y réfléchit un instant, ses jambes se balançant légèrement en frôlant la surface de l'eau. Elle connaissait une histoire qui parlait d'un tel objet.

« Il y a longtemps, lorsque notre monde était régi par d'autres règles, les Pokémon et les humains vivaient dans la peur de l'autre. Rares étaient ceux se liant à un Pokémon. L'époque était autre, la crainte couvant dans le cœur des hommes qui craignaient la force de ces êtres de feu ou d'eau. Ceux parvenant à se lier à ces créatures étaient soit des parias jugés comme des êtres mauvais et dangereux, soit au contraire des élus, chargés de guider et d'apaiser les créatures de légende de ce monde. Les dieux.» Les prunelles de la belle s'étaient perdu dans le reflet de la lune, un demi-sourire venant glisser sur ses lèvres à ses mots. Certain oubliait trop souvent que fut une époque, les humains et les Pokémon se détruisaient. Aujourd'hui, les choses avaient changés, néanmoins, la crainte couvait souvent dans le cœur des hommes malgré tout.

« Parmi ces hommes, il y avait un marin. Ou plutôt un pirate. Tout du moins est ce ainsi que les hommes l'ont nommé. On disait qu'il était aimé des flots. Qu'une voix le guidait sur l'océan. Il préférait l'eau à la terre et les créatures de l'océan se sentaient en confiance avec lui. Cela lui valut le surnom de Mizuko, l'enfant de l'eau. Ses camarades respectaient son instinct, néanmoins, ils commençaient à le craindre de plus en plus si bien qu'un jour, alors que Mizuko leur conseillait de s'abriter d'une tempête approchant, le capitaine donna l'ordre de lever l'ancre. La brise était légère et à ses yeux nul tempête ne se préparait. Elle se leva pourtant un jour plus tard au large des tourb'iles. »
La belle à ces mots, vint pointer d'un geste de la main la direction des Tourb'iles en question avant de reprendre de sa voix de conteuse. « Le navire se fit emporté par les flots et Mizuko se retrouva happé par l'océan, comme ces autres camarades. Mais contrairement à eux, il se fit sauver par le maître des lieux. Par cette voix qu'il entendait et le guidait sur les flots. Reconnaissant envers le dieu qui dormait au plus profond des Tourb'iles, Mizuko dédia sa vie à ce dernier et à l'océan sur lequel il régnait, lui qui l'avait toujours guidé et protégé depuis sa plus tendre enfance, se faisant son champion. En échange de son allégeance, le maître des abysses lui offrit un charme, symbole de son rang et de sa dévotion à son égard et qui le protégerait tel un porte bonheur. Une pièce en argent à son effigie. »

La belle termina là son conte, redressant la tête vers le ciel nocturne en réfléchissant aux dires du jeune homme. « Je n'ai pas spécialement souvenir dans une de ces histoires que le charme disparaissait cela dit, je sais juste qu'il était considéré comme un porte bonheur pour son porteur légitime mais cela dit, il apportait malheur à celui qui le volait et n'avait pas de légitimité aux yeux de Maître Lugia.» La demoiselle se détourna sur l'homme sur ces paroles, son regard venant glisser sur la pièce en argent que ce dernier continuait de manipuler. Une pièce en argent. Elle se doutait que la demande de l'inconnu n'était pas anodine aussi se permit t-elle de reprendre, un rien plus... curieuse après un silence de circonstance. « Votre pièce a t-elle cette... particularité ? » La question était légitime après tout même si elle ne l'obligeait en rien à lui répondre franchement. Elle même n'avait pas été des plus franches dans son cas.



Avatar©️Me
Autres comptes:
 

Clique:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 06/07/2018
Messages : 40

Région : Johto
Dim 30 Sep - 22:44
Le regard posé sur cette pièce qu’il faisait danser entre ses doigts, le violacé écoutait avec intérêt le récit de la jeune femme. Visiblement il avait eut bon de penser qu’il y avait quelque chose derrière l’histoire de cette pièce. Elle parla donc d’un temps ancien où pokemons et humains ne vivaient guère en harmonie, les Hommes restant méfiant et effrayé par le pouvoir de ses créatures. Puis, elle parla d’un homme. Un marin, ou plutôt un pirate qui semblait être bénit des océans. Elle expliqua qu’il parvenait à mettre en confiance les créatures des océans, mais que cette particularité avait finit par lui octroyé la méfiance de ses paires. Elle lui raconta ainsi la fin d’un équipage emporté par la tempête, et le pirate sauvé du plus profond des Océans par le maitre des abysses lui-même. Elle lui parla ensuite de reconnaissance et d’allégeance, en échange d’une sorte de charme, une pièce en argent à l’effigie du gardien, qui agirait tel un porte bonheur…
Un pirate hein… Sauvé des eaux, contrairement à ses camarades, au navire qu’il servait… C’était étrange comme il avait cet impression d’être le héro. Enfin. A quelques détails près. Il n’avait jamais prévenu son capitaine de quoi que ce soit. Son navire avait sombré à cause de Léviathor. Et… heu… Et bien il ne savait pas vraiment comment il avait survécu au dernier naufrage. Et puis c’était son capitaine qui avait la pièce. Pas lui. Il en était mort d’ailleurs… Sacré porte bonheur hein…

Seulement voila, ses réflexions, ses divagations firent stoppé alors que la jeune femme reprenait la parole. Elle lui fit savoir qu’elle n’avait pas l’impression que le charme eut disparut. Qu’il portait bonheur à son porteur légitime, mais portait malheur pour les autres. Malheur hein… C’était vrai que le capitane l’avait récupéré après avoir volé quelqu’un. Peut-être même tué. Maintenant qu’il y pensait.
Quoi qu’il en soit, il laissa glisser un sourire léger sur ses lèvres alors qu’elle finissait par lui demander si sa pièce avait cette particularité.

- Il y a bien longtemps, un jeune homme se retrouva embarqué sur un navire pirate nommé l’Horizon, au côté de son meilleur ami. Ils traversèrent les mers aux côtés d’un capitaine ce vantant d’être bénit par le gardien des Abysses, par la simple présence d’une pièce en argent dans sa bourse. Mais le jeune homme n’y croyait pas. Il ne croyait pas en ce genre de chose, oh non… Il n’était là que pour l’aventure, rien de plus. Un jour des Leviathor se sont retourné contre le navire, sans qu’ils n’en comprennent la raison. Et l’Horizon sombra. Heureusement, il n’y eut aucune perte du côté des marins. Et tous furent motivé pour acheter un nouveau navire. Ils le nommèrent l’Horizon II, et reprirent la mer avec. Mais le navire ne vécu guère longtemps… - Toujours souriant, il ferma la main sur sa pièce avant de glisser ses deux mains dans ses poches tout en posant les yeux sur l’océan - Des Leviathors, une fois de plus, coulèrent le navire nouvellement acquis. Mais cette fois… Seul deux personnes survécurent à la catastrophe. Le jeune homme et son ami, sans qu’ils sachent comment. S’en suivit ensuite de nouvelle aventure, où ils vécurent joie et tristesse, oubliant cet étrange passé. Jusqu’à ce que le jeune homme ne manque de mourir pour de bon… Il fut sauvé par la chance. Une fois de plus. Mais à son réveil, il trouva une pièce en argent, soigneusement emballé dans l’étendard sous lequel il avait voyagé sur les flots durant quelques années…

Il garda le silence, de longues secondes après ça, appréciant la vison de cet océan qui s’étalait sous ses yeux avant de finir par tourner le regard, de nouveau, vers la jeune femme. Il sorti de nouveau la main de sa poche, faisant sautiller un instant la pièce, avant de l’envoyer en direction de la jeune femme pour qu’elle puisse la regarder de plus près.

- A vous de voir, du coup, pour la réponse à votre question. Ce n’est pas un domaine que je maitrise.

Le regard posé sur elle, il fut prit de nouveau dans un doute, quand au fait de l’avoir déjà vue. Mais où ? Et quand ?…

- D’ailleurs… Je ne sais pas vous, mais j’ai cette étrange impression de vous avoir déjà croisé. D’habitude je n’oublie pas les visages mais disons que ma situation actuelle fausse ma mémoire.

En un mot ? Morphine. Pour la douleur de ces blessures qui se cicatrisaient lentement. Trop lentement à son gout. Une Morphine qu’il ingérait encore un peu, réduisant les doses petit à petit pour ne pas risquer le manque ou quelconque effet secondaire. Il savait du coup, que cela altérer un peu trop à son gout, sa mémoire qui était habituellement sans faille…


Marlen Converse en ROYALBLUE

www - www - www
Infos à savoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 24/09/2013
Messages : 1303

Région : Johto
Sam 6 Oct - 13:06
Une fois son récit conté, la belle refait silence, détaillant un instant l'homme face à elle. Sur son visage, elle ne parvient à lire que peu d'émotion. Seul ce sourire en coin vient orner son visage d'une expression plus trouble. Elle ne sait qu'en penser mais se laisser apaiser par la mélodie de l'océan et cette douce nostalgie. Conter ce genre d'histoire lui rappelle avant. Ces histoires lui permettaient de s'échapper du carcan de sa famille et elle rêvait d'être à la place de ces hommes et de ses femmes qui s'animaient devant ses paupières éteintes en vivant leurs aventures. Elle les enviait tellement, même si, et elle l'avait appris avec le temps, les légendes étaient bien plus souvent teintées de tragédies. Le visage de la belle se baissa, se concentrant un instant sur l'onde avant que l'inconnu ne reprenne après elle, contant une autre histoire. Bien vite, elle comprit qu'il lui contait la sienne et la belle en vint de nouveau à l'observer, écoutant ses dires, son histoire vraisemblablement. Une impression. Il parlait d'un autre mais elle sentait dans le ton de sa voix, dans l'éclat de son regard que c'était bien de lui qu'il parlait. Alors il conta une histoire qui lui parut semblable à celle qu'elle avait elle même conté. S'en était presque amusant de faire un parallèle quand bien même ne se serait elle point permis de rire. Qui plus est, cette histoire n'était pas bien plus drôle que celle qu'elle avait raconté. Néanmoins, elle ne put empêcher un rien de surprise glisser sur son faciès lorsqu'il parla du nom de son bateau. L'Horizon. A croire que le lien entre eux ne concernait pas que la mer. Un sourire doux vint ourler ses lèvres lorsqu'il parla du nom du second navire et ce dernier disparu lorsqu'il termina son récit. La belle ferma les yeux un instant, comme pour imaginer les différentes scènes, les émotions, les intentions. Son regard vint finalement s'arrêter sur la lune pleine et elle laissa quelques mots s'échapper d'entre ses lèvres. « Votre récit ressemble beaucoup à celui de Mizuko.» Aucun ne pouvait le nier.

Lorsqu'il reprit la parole, la belle se détourna sur lui et eut juste le temps de récupérer d'un geste maladroit la pièce qu'il lui envoie. Elle prit ainsi quelques minutes à la détailler sous les rayons d'argent de l'astre nocturne, laissant un sourire doux couvrir ses lippes. Ses doigts vinrent glisser sur la surface plane, contournant la silhouette de l'oiseau de légende gravé à sa surface. Maître. De nouveau, ses iris améthystes détaillèrent l'homme. Sur son visage s'attarda une expression un rien énigmatique. Un sourire doux. Un regard franc mais dans lequel dansait un éclat... d'amusement peut être ? De compréhension. Sautant au bas de son promontoire de roche, la demoiselle se rapprocha de son vis à vis, attrapant sa main et la relevant vers elle pour venir y glisser la pièce d'argent. « Est-ce que vous croyez au destin ? » glissa t-elle doucement en redressant la tête vers lui. Jusqu'alors, elle n'avait jamais été aussi proche de cet homme. Il était un inconnu mais à présent, il ne l'était plus. « Disons que je pense que nous étions destiner à nous rencontrer. Le fait que ce soit moi et pas quelqu'un d'autre est assez parlant.» Elle souriait. Sa main vint refermer les doigts de l'homme sur la pièce, l'obligeant à la conserver précieusement dans sa paume. « Prenez soin de cette pièce. Elle vous protégera, d'autant plus si vous continuez de naviguer sur l'océan. Vous êtes un enfant de la mer, un de ses gardiens, alors il fera en sorte qu'il ne vous arrive rien sur son domaine.» Elle s'écarta d'un pas de lui, juste pour qu'elle puisse plus facilement lire dans son regard. Elle était bien trop petite pour y parvenir si elle était trop proche.

« Il y a peu de chance que nous nous soyons déjà vu dans cette vie mais peut être l'avez vous rêvé. La nuit tout comme l'océan fait parti de son domaine. Parfois, nos rêves veulent nous dire plus que ce que nous sommes prêt à entendre. » Elle ferma les yeux. Finalement, elle comprenait un peu mieux la raison de son éveil prématuré. Elle était là parce qu'il en avait cette volonté. Elle en était persuadée. Ses prunelles se détournèrent vers l'océan, le lointain invisible. Oui, ils étaient là tous les deux en cette nuit parce qu'il en était de sa volonté. Ses mains vinrent se joindre derrière son dos, la brise venant jouer avec sa chevelure d'encre. La belle ainsi apprêtée de sa robe blanche, ressemblait à un fragment de lune. Douce et pâle comme l'astre qu'elle aurait pu personnifier. Même sa chevelure était aussi sombre que le ciel nocturne. « Je pense qu'Il voulait que nous nous rencontrions ici. Nous sommes liés après tout. » murmura t-elle avec douceur.

Elle en était persuadée, même si son vis à vis ne comprendrait peut être pas toute la portée de ses mots.



Avatar©️Me
Autres comptes:
 

Clique:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 06/07/2018
Messages : 40

Région : Johto
Mer 10 Oct - 14:35
A la fin de son récit, les premiers mots furent par la jeune femme. Des mots qui dirent ce que les deux personnes pensaient tout bas. Marlen avait acquiescé, l’ayant lui-même constaté. Une chose qui le trouvait énormément d’ailleurs. Il en avait lu des histoires de pirate, et aucune ne c’était autant approché de la sienne. Ça en était… Perturbant. Réellement perturbant. Enfin… Il lui avait ensuite donné la pièce, qu’elle puisse la détailler de plus près. Il l’observa ainsi la manier, gardant cet étrange sourire sur son fasciés… Puis elle finit par se lever, descendant de sa roche, pour venir au plus près de lui. D’un geste doux, elle attrapa sa main pour y glisser la pièce, la lui rendant. S’il avait regardé un instant sa main, il avait relevé le regard pour la regarder elle, lorsqu’elle avait reprit la parole, lui demandant s’il croyait au destin, avant de continuer sur sa lancé, lui disant que leur rencontre ne serait pas du fruit du hasard, finalement. Vraiment ?

La jeune femme referma sa main sur la pièce, avant de lui dire de garder précieusement cet objet, qu’il lui était gage de chance, surtout s’il continuait de naviguer. Chose qu’il n’avait plus fait depuis des années, par ailleurs. Puis elle finit par lâcher sa main, se reculant de quelques pas, sans doute pour mieux le regarder alors que lui-même posait le regard sur la dites pièce. Elle en profita de son côté pour répondre à sa question, parlant de rêve. Hm. S’il l’avait vue dans un rêve c’est qu’il l’avait déjà vue quelque part non ? Il lui semblait avoir lu que les rêves ne pouvaient pas inventer un visage qu’il n’avait jamais croisé dans sa vie. Enfin.
Marlen reposa le regard sur cette femme, alors qu’elle se retournait pour contempler de nouveau cette immense étendu d’eau, qui reflétait la lueur blafarde de la lune. Il y avait comme une atmosphère apaisante en ces lieux. Il crue d’ailleurs un instant déceler une promesse de nouveau départ. Posant à son tour les yeux sur la mer, il se laissa bercer par le chant des vagues, laissant la pièce courir entre ses doigts. Il laissa le silence planer, de longue seconde, avant de laisser sa voix le briser de nouveau, cette voix douces qui avaient tendance à endormir la méfiance des gens. Cette voix qui fut jadis la plus grande de ces armes.

- Non. Je ne crois pas au destin. - Gardant le regard rivé vers cet horizon invisible, il reprit - Je n’ai jamais crue à toute ces choses. À dire vrai.

C’était une chose que lui reprochait énormément Jason d’ailleurs. Lui qui était très croyant vis-à-vis d’Arceus, et qui restait persuadé que les esprits et autre existaient. Sans doute serait-il stupéfait par les paroles de cette inconnue, s’il avait été là. Sans doute aurait-il été bien plus attentif à toutes ces histoires que lui. Mais…
Marlen avait beau ne pas croire en ce genre de chose, il n’était pas stupide au point de ce fermer à toute éventualité. Oh non. Et puis, dernièrement, ces croyances semblaient être mise à mal. La pièce avec le drapeau en était les premiers responsables des craquelures dans son esprit, vis-à-vis de tout cela. Mais il fallait bien avouer… Que sa survie face à l’océan, par deux fois, puis la mort qui ne l’avait pas prit alors qu’il c’était écroulé à bout de force en plein milieu d’une forêt non habité… S’il avait toujours dis qu’il avait eut de la chance, beaucoup de chance… A présent, ces servitudes s’en retrouvait ébranlé. Comment pouvait-on échapper à la mort, par trois fois ? Comment pouvait-on défier les pronostiques, par trois fois ?

- Mais j’avoue n’avoir aucune explication quand à ma survie, et… Et bien… A l’apparition de cette pièce. - Son regard tomba de nouveau sur l’objet avant qu’il ne la remette bien au chaud dans sa poche - Vous êtes la première personne à qui je le dis, mais… Je ne suis plus sûr de rien maintenant. Ça en est… Troublant.

Un peu trop troublant. Est-ce que l’espèce de Kitsune qu’ils avaient croisé lorsqu’ils étaient partie à la recherche de son vieil ami Onyx était en réalité un véritable esprit ? Jason avait-il eut raison de s’en méfier ?… Est-ce que toute les précautions que prenait le chauve, concernant tout ce folklore était au final une nécessité ?…

- Après… Cela fais des années que j’ai pas remis les pieds sur un navire… Et je ne crois pas que j‘en aurais de nouveau la possibilité.

Mais l’appel de la mer ce faisait de plus en plus douloureuse dans le fin fond de son cœur. Cela agissait comme un manque au fond de lui qu’il ne pouvait pas expliquer de façon scientifique. Il savait que Jason ressentais la même chose. Mais pas avec autant de force. Non. Le balafré parvenait à contenir tout cela sans aucun mal.

Marlen doutait. Oui. Il doutait de beaucoup de chose à cet instant. Il ne comprenait pas pourquoi ce… Gardien des abysses l’avait choisi lui, alors qu’il avait une épée de Damoclès au dessus de sa tête. Il ne comprenait pas comme un être que l’on disait supérieur à tout, pouvait prendre le risque de le choisir lui… C’est impensable ! Et c’était ce qui continuait de lui faire dire que ce n’était que des sornettes mais… Cette pièce… Ce drapeau… Qui d’autre que Jason ou les anciens membres de son équipage en avait connaissance ?… Même Kenya ne connaissait pas l’existence de cette pièce. Même Arthur d’ailleurs. Et elle avait sombré avec l’Horizon II. Navire qui c’était éparpillé sur des kilomètres à la ronde… Trouver le moindre trésor relevé du miracle. Marlen restait persuadé qu’il y avait une explication plus scientifique. Mais il avait beau y réfléchir, rien ne collaient…

- Je ne suis même pas sûr d’être encore en vie demain… D’ailleurs…

Il avait murmuré ces mots plus pour lui-même qu’autre chose…


Marlen Converse en ROYALBLUE

www - www - www
Infos à savoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 24/09/2013
Messages : 1303

Région : Johto
Sam 10 Nov - 12:54
La belle observe son interlocuteur en silence alors que ce dernier révèle qu’il ne croit pas au destin. Son sourire demeure sur ses lèvres à ses mots. Elle, elle y avait toujours cru, probablement parce que sa vie avait toujours été conditionnée par une certaine inéluctabilité, néanmoins, même aujourd’hui, elle était persuadée que ce dernier existait. Après tout, n’était-ce pas lui qui avait poussé Hakan jusqu’aux rivages de Oliville ? Vous devriez peut-être revoir votre croyance au vu de ce que vous semblez avoir vécu. Lui glisse t-elle simplement en réponse. Elle ne rajoutera rien de plus, n’étant pas le genre de personne à forcer les autres à croire, non. Ça ne fonctionnait pas ainsi, de toute façon. Et puis, peut être prendrait il plus de recul sur sa vie après ça et comprendrait il quelque chose. Quelque chose d’important. Et il semblait déjà y réfléchir au vu des paroles suivantes. Son sourire s’accentue un instant. La première personne. Et il ne croyait pas au destin ? Peut être était ce moins clair pour lui que pour elle, après tout… elle avait plus d’information sur lui, qu’il n’en avait sur la jeune femme qui demeurait particulièrement énigmatique dans ses propos.

Peut être pourrait elle lever le voile sur quelque pan de son histoire. En échange.

Peut être ne me croyez vous pas, mais je vous l’ai dis, vous êtes un enfant de la mer, comme Mizuko avant vous et bien d’autre encore. Le gardien des abysses vous a choisi, vous, et a fait en sorte de vous protéger. Cette pièce… Elle n’en est qu’une preuve parmi d’autre. C’était là pour elle, de véritable affirmation. Elle y croyait réellement, comme elle croyait en la force de son maître et en son pouvoir. La belle se détourna vers le marin, vint poser sa main sur cette de ce dernier. Cela vous manque ? De naviguer ? Elle lui offrit un sourire doux, presque mélancolique, comme si elle pouvait comprendre la douleur que cela était de ne plus pouvoir naviguer, comme si elle savait ce que ressentait son vis-à-vis. Cet appel languissant. Avant, lorsque je fermais les yeux, j’avais l’impression de l’entendre. Ce son. C’était la seule musique qui parvenait à me réconforter lorsque je me sentais mal, lorsque j’étais seule… J’avais le sentiment qu’il était là, tout près et ça m’apaisait. J’avais l’impression d’entendre les vagues, de pouvoir sentir la brise et cette odeur…

De nouveau elle contemple l’océan baigné par la lumière de la lune. Combien de temps avait elle passé à le contempler depuis ? Des heures et des jours, des nuits parfois. Elle n’avait qu’à faire quelque pas pour le voir et ce, tous les jours. Jamais on ne peut oublier. L’océan est toujours là et on le recherche toujours. Pouvoir le voir et le contempler a été mon plus grand bonheur pendant des années et je retournerai toujours à lui. Toujours.

Le silence reprend ses droits alors qu’elle laisse les souvenirs refluer. Il y avait… toujours un peu d’angoisse quand elle parlait de ces derniers, de l’angoisse et de la tristesse, un sentiment de plus jamais. Plus jamais elle ne voulait revivre ce qu’elle avait vécu, comme si le simple fait d’être de nouveau enfermée finirait par la tuer. Ce qui, elle en avait l’impression, serait vrai. C’est à cet instant de ses pensées que le murmure du marin la frappe. Elle l’observe, se demandant un instant si elle avait elle-même laissé échapper quelques pensées intimes mais non. C’était bien ses mots à lui. Son impression à lui aussi. Si proche… Personne ne l’est. Personne, pas même elle. Elle sent un instant l’angoisse tordre son cœur avant qu’elle ne reprenne, ses pensées accrochant les paroles de cet homme qu’elle aimait. Mon… Quel terme devait elle utiliser pour le désigner à un autre ? Mon compagnon est quelqu’un de très… très naturel je dirais. Il fait ce qu’il lui plait, sans s’attarder sur les conventions ou sur d’autre genre d’obligation du même genre. Ce n’est pas trop son truc, les conventions, s’amuse t-elle malgré elle. Cela leur avait pourtant valu de nombreux moment de gêne mais… mais elle n’échangerait cet homme pour rien au monde. Il était ce qu’elle n’était pas. Si flamboyant. Il m’a toujours dis que c’était à nous de faire nos choix et de saisir notre vie. Il ne regrette aucun de ses choix car il les a fait, il a appris de ses échecs et de ses réussites, et… il m’apprend à faire de même. A ne pas regretter, à accepter les risques même si ils peuvent être… dangereux. Elle se tait un instant, la gorge un peu plus sèche. C’était jusqu’alors des choses qu’elle gardait pour elle néanmoins… elle voulait faire comprendre quelque chose et sa propre expérience lui paraissait… nécessaire. J’ai peur. Je sais ce qu’on risque et j’ai peur de ce risque mais… je n’ai jamais été aussi heureuse de toute ma vie aujourd’hui. Malgré cette angoisse, je n’ai jamais autant profité de ma vie que depuis que j’ai choisi d’aller avec lui. Ce n’est pas toujours facile mais… je ne regrette pas ce choix. Elle reprend d’une voix plus sur en observant son vis-à-vis. Je ne sais pas pourquoi vous dites ça, pourquoi vous pensez ne pas être en vie demain, mais ce que je peux vous dire c’est de faire en sorte de ne pas regretter. Tant que vous êtes en vie, vous en avez la possibilité.



Avatar©️Me
Autres comptes:
 

Clique:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» mélodie éternelle [libre]
» Vent calme et mélodie douce
» Le Rêve de la Mélodie Divine
» Médolie, la mélodie ratée [finit]
» This is burn ~ Mélodie du Destin

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: Irisia-