Le Deal du moment : -48%
Promo sur les baskets Nike React Element 55 SE pour ...
Voir le deal
68 €

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 
» Avalanche /-16 Yaoi\

Shinara Shikei

Shinara Shikei
Sbire Rocket

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1917

Région : Johto
Mer 10 Juil - 18:55
Son esprit était confus. Dès qu'il avait ouvert les yeux, il lui avait fallu un petit temps pour réaliser où il était, bien qu'il appréciait la façon d'être réveillé. Shin n'avait pas l'habitude de dormir sur le canapé, du moins, pas en l'ouvrant totalement. Il lui arrivait parfois de s'endormir devant la télé, lorsqu'il n'arrivait pas à trouver le sommeil. Mais il évitait, généralement, pour ne pas donner le mauvais exemple à Kane. Et puis quand le petit se levait pour aller aux toilettes, il se réveillait à chaque fois donc... Pas la meilleure des places pour dormir. Toutefois, cette fois-ci, il aimait bien. S'il pouvait se passer du mal de crâne horrible qu'il ressentait, ce serait encore mieux. Il essaya de cacher la grimace qui déforma ses traits un court instant, alors qu'il cherchait son réconfort auprès de son petit ami. Il se demandait combien de temps ils avaient dormi et comme il n'y avait pas d'horloge ni de portables à porter de bras, c'était difficile à dire. De toute manière, il ne savait même pas à quelle heure ils s'étaient endormi donc... Ce n'était pas important. Ce qui importait, c'était qu'il avait bien dormi. Pas assez, le réveil était pas des plus fameux avec cette douleur, mais il avait bien dormi quand même. A croire que la présence de Ferir lui permettait de fermer l'oeil sans être envahit par ses cauchemars.

« Huum... On pourra faire du shopping un de ces quatre. »

Il était encore clairement dans le cirage et avait parlé à voix haute, nommant la première pensée qui lui venait en tête. Redécorer son appartement ne faisait pas parti de ses priorités et surtout, le shopping et lui, ça faisait deux. Il suffisait de voir comment il avait taquiné Chang tout à l'heure... Le problème des magasins, c'était qu'ils étaient souvent noir de monde. Shin' et la foule, ça faisait deux. Néanmoins, cela faisait parti d'un détail qu'il n'avait pas évoqué à son petit ami et il ne doutait pas un instant qu'il finirait par l'apprendre, tôt ou tard. Pour l'heure, il avait juste envie de calmer la douleur qui lui vrillait le cerveau. Il se colla à son invité, comme si cela allait l'aider à aller mieux. En tous les cas, il en appréciait grandement le contact et maintenant qu'il l'avait dans ses bras, il n'avait plus envie de le lâcher.

« Sans doute... » Il ne s'en souvenait plus trop. Mais il ne serait pas étonné qu'il se soit frappé le crâne contre le mur, volontairement. Lorsqu'il était en crise, il avait cette facheuse tendance à se faire du mal. Etant donné qu'il avait une bonne résistance à la douleur en général, il ne l'avait pas senti en rentrant. Là par contre... Il sentait tout le poids de ses actes. Il se rendit toutefois rapidement compte que ses mots pouvaient inquiéter -inutilement à ses yeux- Ferir aussi s'empressa-t-il d'ajouter qu'il n'y avait pas de raison de s'en faire. Il s'était remis de crises bien plus violentes que celles-ci, mais il préféra pas les évoquer. Le Kantonien venait seulement d'apprendre pour sa maladie, il était donc préférable de le ménager un peu... Et de balancer les informations au compte goutte. Sinon, même avec tout l'amour du monde, il allait flipper. N'importe qui flipperait, et ce n'était pas du tout l'intention du sbire.

Il demanda de l'aspirine, pour l'aider à comprendre le monde qui l'entourait. Il ne remarqua même pas qu'il fallut un petit temps pour son chéri de comprendre ce qu'il désirait, ni même qu'il aurait été sympa de sa part de bouger un peu pour l'aider à accéder à la salle de bain. Non, il était couché, étalé de tout son long et ne semblait pas réussir à sortir de sa torpeur. Beuh. Ça l'agaçait un peu, d'être aussi lent au réveil. Il voulait profiter du temps qu'ils avaient à passer ensemble, pas zoner tout du long. Au moins, il avait eu l'intelligence de relâcher son emprise, ce qui était déjà pas mal. Un sourire dansa sur ses lèvres, ravi par les paroles prononcées.
« Je suis content aussi, désolé de mon manque de... réactivité. Et pas de souci pour ton « intensité », tant que tu me secoues pas dans tous les sens. » Il eut un petit rire. C'était débile, comme phrase, quand il y réfléchissait. Bref. Le temps que son homme recherche l'aspirine, il en profita pour se mettre assis, la tête dans ses mains. Pfouu. Quelle idée d'avoir bu autant la veille... Idiot.

Il remercia Ferir lorsqu'il revint avec l'objet de sa délivrance. Il ne se fit pas prier pour gober le cachet, réussissant à se mettre debout pour se prendre un verre d'eau qu'il avala d'une traite. Un coup d’œil sur le portable lui permit de constater qu'il était dix-huit heures. Hum, bientôt l'heure de manger. Il n'avait pas particulièrement faim -pour pas changer-, mais c'était peut-être le cas de son amoureux. Il lui proposa donc de commander un truc, n'ayant pas envie de diner à l'extérieur. Flemme de s'habiller. Et puis, il voulait garder son chéri pour lui tout seul, ce soir. Il ne manqua pas d'ailleurs de l'attirer dans ses bras pour une douce étreinte, caressant son dos, parcourant son cou de ses lèvres. Il lui souffla des mots d'amour, heureux d'avoir leur cocon à eux pour ce soir. Ravi de pouvoir les dire sans crainte. Ravi de les entendre lui être retourné. Ravi d'être avec lui.

Le cachet faisait effet et même s'il ressemblait toujours un peu à un cadavre avec ses cernes de dix mètres de long, il était plus apte à discuter et à réfléchir. Rien de compliquer néanmoins, des banalités lui allaient très bien, tout comme de l'affection. Ils pouvaient squatter la petite terrasse aussi, permettant aussi au sbire de fumer. Il se fichait pas mal de sortir en caleçon. De toute manière, étant au troisième étage, il n'y avait pas grand monde qui pouvait le voir -fuck les voisins d'en face-. La soirée se déroula tranquillement, sans rebondissement particulier. De toute façon, il y en avait eu assez dans cette journée éprouvante. Pour l'heure, il n'y avait que de la douceur, de la passion, des mots doux et des caresses légères. Un petit nuage de bonheur pur. Il n'avait aucune idée de l'heure à laquelle ils décidèrent qu'il était tant de retourner dans les bras de Morphée, mais quelque chose lui disait qu'il n'était pas tard tard. Pour autant, il ne doutait pas être capable de trouver le sommeil.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Avalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 1MF6HKS Avalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 3MLhT5hAvalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Azamir Mergar

Azamir Mergar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 12375

Région : Kanto | Hoenn
Mar 24 Sep - 13:19
Ferir
Je n’aurais pas cru que Shin me parle de magasinage pour sa décoration d’intérieur. C’est sympa qu’il souhaite m’inclure comme ça, ça me fait chaud au cœur. À mes yeux, c’est plutôt personnel la déco. J’arbore donc un large sourire et j’acquiesce, précisant que j’aime flâner dans les magasins et que je ferai de mon mieux pour l’aider à bien décorer. C’est une activité qui me plaît, j’ai pris beaucoup de soin au décor chez moi. Bref, je me rends vite compte que mon petit ami a un mal de tête et ça m’inquiète quelque peu quand il me parle de bosse sur la tête. Il est vrai qu’il était près d’un mur quand nous nous sommes parlé dehors et il avait bu. Peut-être que Tsuku n’a pas été derrière lui tout au long, avant que nous arrivions. Difficile à dire et je n’ai pas très envie de ramener ce sujet en le questionnant. Je préfère m’occuper de lui, lui apporter ce dont il a besoin pour calmer son mal de tête. Une fois qu’il m’a relâché pour que je puisse me relever. Ce n’est pas que ça me dérange qu’il se colle contre moi, loin de là. C’est juste que je me dis que c’est bien plus agréable sans avoir un marteau qui frappe contre le crâne... Je veux qu’il soit bien, qu’on soit bien. Après toute cette semaine d’émotion, de doute, de remise en question et de douleur, nous en avons tous les deux grand besoin...

De la tendresse et de l’amour, ce que tu ne t’attendais pas du tout à recevoir de sa part en venant le retrouver.

« Ne t’excuse pas, ce n’est pas grave. Et je ne compte pas te secouer non », terminai-je sur un rire amusé. J’imagine la scène et la fatigue suffit à ce que je trouve cela drôle. Une scène comme dans les dessins animés. Image que je partage avec Shin, espérant qu’il ne me trouvera pas trop puéril. Bref, il est temps pour les cachets antidouleur. Je n’ai pas vraiment porté attention à l’heure, mais maintenant que mon petit ami m’en parle, c’est vrai que j’ai un peu faim. Pas pour tout de suite, mais d’ici deux heures je devrais être bon pour avaler un repas. Je mangeais très peu durant toute la semaine qu’on vient de passer... Sauf que je sens l’appétit qui me revient doucement. Je n’ai plus l’estomac noué sous les émotions... J’évite d’en parler, désireux qu’il ne se sente pas plus coupable. J’ai un problème avec la gestion de mes émotions négatives, je le sais. Ce n’est pas de sa faute. Ce n’est pas de sa faute, c’est moi. J’acquiesce quand il me propose de commander plutôt que cuisiner ou de sortir au restau. Je peux comprendre qu’il n’en ait pas du tout l’envie. Je ne l’ai pas non plus. Et puis vu ma tête, je n’ai pas spécialement envie de sortir ni de remettre un haut. Ce que je veux, c’est du temps avec Shin; je veux son amour, je veux son affection. Je le veux lui pour le temps que nous pouvons avoir ensemble avant de devoir reprendre nos vies respectives et d’essayer de faire de notre mieux pour nous voir.

Tu es prêt à faire tout ce qu’il faut pour cela, à ne pas en douter.

Profiter de sa proximité, de ses caresses, de ses étreintes, de ses baisers. Ça fait du bien, c’est agréable d’être aimé et de pouvoir aimer, aussi. Il me semble que je n’ai jamais ressenti un tel bonheur d’être entre les bras de mes précédents petits amis... Nous parlons de tout et de rien, nous prenons l’air à l’extérieur, permettant à Shin de fumer (bien que j’aimerais qu’il puisse quitter cette mauvaise habitude, mais je suis mal placé pour parler de mauvaises habitudes...). La soirée s’est bien déroulée, toujours pleine de tendresse et d’amour. J’ai encore peine à y croire, même quand nous allons au lit ensemble, que je me couche à côté de lui et que je lui caresse doucement le front pour l’aider à s’endormir. Le sommeil ne tarde pas non plus à venir me chercher, et j’espère que demain matin tout sera pareil, que l’amour ne disparaîtra pas.

Il n’y a aucune raison pour qu’il disparaisse, ne t’en inquiète pas. Au matin, quand tu commences doucement à émerger, ta main droite vient chercher Shinara inconsciemment, comme pour t’assurer qu’il est toujours là, qu’il n’est pas parti, qu’il t’aime toujours. Les yeux toujours fermés, l’esprit oscillant entre le rêve et la réalité, tu cherches le contact de la personne que tu aimes.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas

Shinara Shikei

Shinara Shikei
Sbire Rocket

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1917

Région : Johto
Dim 29 Sep - 18:15
L’idée de refaire la déco avait l’air de plaire à Ferir, en vue du sourire qu’il récolta. Il ne se sentit par la force de préciser qu’à ses yeux, c’était un détail. Il suffisait de voir l’état de son appartement pour lui comprendre. A part les quelques photos, le reste était assez… Quelconque. Il n’avait pas forcément le temps de s’y attarder, non plus. Et il n’avait aucune idée de quel pourrait être ses goûts. Ce qu’il retint, dans tout ça, c’était que ses paroles avaient fait plaisir à son petit ami, et c’était finalement, ce qui importait.

Son mal de crâne n’était néanmoins pas le bienvenue et il apprécia grandement que le Kantonien vienne à lui chercher un médicament, non sans l’avoir attraper auparavant pour un câlin. L’image que Ferir lui décrivit, après avoir fait mention de ne pas le secouer dans tous les sens, le fit rire franchement. Il voyait parfaitement la scène, puisqu’il avait l’habitude de regarder des dessins animés avec son fils. Il n’avait pas vraiment eu l’occasion d’en regarder quand il était lui-même gosse, alors sans doute rattrapait-il le temps perdu avec Kane. En tous les cas, pas une seconde il n’imagina que son invité était puéril. Il n’y avait pas d’âge, pour les dessins animés, que diable ! Il préférait qu’il ait gardé son âme d’enfant, plutôt qu’il soit trop sérieux.

Le cachet ne manqua pas d’agir, leur permettant de passer une soirée tranquille. Sans accroc, sans grande discussion. Juste une soirée douce entre deux amoureux à bout de force. Sans surprise, il n’avala pas grand chose du repas, prétextant un barbouillement. En vue de son état, de l’alcool ingurgité, il ne mentait pas vraiment. Il se disait qu’il devrait avouer la vérité, mais pas ce soir. Il ne désirait pas zapper l’humeur calme et reposante de cette soirée. Lorsqu’ils allèrent se coucher, il vint à réclamer quelques câlins, des baisers, laissant Ferir lui caresser le front. Le geste, si agréable, le borda à une vitesse étonnante et exténué, il tomba de sommeil.


Étant donné qu’ils s’étaient couchés tôt dans la soirée, il ne pouvait pas dire que la nuit fut courte. Cela ne l’empêcha pas, toutefois, de se réveiller avant son partenaire. Il resta toutefois quelques instants dans le lit à le regarder dormir, se pinçant légèrement pour constater qu’il ne rêvait pas. La journée de la veille s’était bel et bien déroulé et désormais, Ferir dormait paisiblement à ses côtés. Un sourire idiot dansa sur ses lèvres alors qu’il se redressait, résistant à l’envie de déposer un baiser sur sa joue. Il ne voulait pas le réveiller, même s’il avait pu constater qu’il avait le sommeil lourd. Après tout ce qu’ils avaient traversés, ce n’était peut-être plus le cas.

Il s’isola dans la cuisine, profitant d’un bon café. Son traitement fut pris, la cigarette qui accompagnait le liquide noir aussi. En soi, un rituel habituel, de chaque matinée. Toujours dans le même ordre. Son regard se perdit quelques temps sur la rue éteinte. Pas de passage, pas de bruit. Éventuellement quelques voitures sur la route d’à côté, assez fréquentée, mais assez loin de chez lui tout de même pour ne pas être totalement dérangeant. Il avait appris à vivre avec les bruits de la ville, mais il ne disait pas non à un peu de quiétude. il retourna se servir une nouvelle tasse de café, une autre cigarette. Il faudrait qu’il arrête, un jour.

Le soleil commençait à se lever, doucement. Maintenant que le sbire était pleinement éveillé, il retourna dans la chambre, afin de s’assurer que son invité dormait toujours. Il resta un temps dans l’encadrement de la porte, le regardant de loin. Il arqua un sourcil néanmoins lorsqu’il le vit son bras bouger… A sa recherche, de toute évidence. Mais Shin n’était plus dans le lit. Un petit sourire amusé prit place sur ses lèvres alors qu’il s’approcha du bel endormi. Plutôt que de s’asseoir sur le bord du lit, il préféra se coucher à ses côtés, se glissant délicatement dans son dos. Il noua sa main à celle de son invité, celle qui cherchait inconsciemment sa présence, déposant un baiser sur son épaule, profitant de sa chaleur. Il n’avait pas pris la peine de s’habiller, il n’en était pas mécontent. Il finit par se redresser un peu, continuant ses baisers pour finalement susurrer à son oreille.


« Bonjour, ma belle au bois dormant. »

Petit clin d’œil au surnom qu’il lui avait donné, la première fois qu’il était venu le réveiller. Il ignorait si Ferir ferait le lien, mais ça l’amusait. Il lui laisserait le temps qu’il lui faudrait pour s’éveiller, avant de lui demander ce qu’il désirait manger. Il continuait sur l’ambiance “chill” de la soirée, n’ayant pas envie de le brusquer.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Avalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 1MF6HKS Avalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 3MLhT5hAvalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Azamir Mergar

Azamir Mergar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 12375

Région : Kanto | Hoenn
Sam 5 Oct - 21:25
Ferir
En me couchant la veille, il a fallu que je discipline mon esprit. Il a fallu que je me dise que tout était réel, que je n’allais pas me réveiller chez moi avec Azy à côté pour me surveiller comme la dernière semaine. J’ai dû me convaincre que Shin n’allait pas fuir, il est chez lui après tout. Me convaincre aussi qu’il ne me jetterait pas à la rue en se réveillant, qu’il ne changerait pas d’avis quant à notre couple. Je sais que ces craintes étaient toutes plus irrationnelles les unes que les autres, mais ça m’a demandé un effort. Heureusement, j’ai quand même pu passer une bonne nuit, la meilleure depuis des jours. Ça m’a fait du bien, et je crois que mon petit ami a bien dormi, lui aussi. En tout cas, il ne m’a pas réveillé en bougeant trop. Je sais que j’ai ouvert les yeux alors qu’il faisant encore très nuit, et il était toujours là à mes côtés. Ça m’avait fait sourire et j’en avais ressenti tellement de joie. C’est fou. Je veux que ça dure encore longtemps. Je veux qu’on soit toujours content de retrouver l’autre au réveil. J’espère de tout cœur que notre couple fonctionnera malgré la distance et nos responsabilités respectives. Je l’aime tellement. Je ne croyais pas cela possible, je ne croyais pas parvenir à aimer plus une autre personne qu’Azy. Shin a pris une place importante en si peu de temps, c’est à peine croyable. J’en suis des plus heureux.

C’est une chance que le ranger se soit montré insistant, sinon tu aurais tout fait pour esquiver votre rencontre de la veille, pensant qu’elle se terminerait sur une mauvaise note.

Au matin, quand je commence à émerger, je me mets inconsciemment à chercher Shin dans le lit. Je veux l’avoir auprès de moi, j’ai besoin de ressentir sa chaleur contre moi. J’ai besoin de savoir qu’il est toujours là, que le rêve se poursuit et qu’il ne s’arrêtera pas. Après cette semaine éprouvante, j’ai envie d’avoir sa tendresse et son amour. J’ai besoin de lui. Peut-être qu’il n’était pas de ce côté du lit, je ne suis pas encore assez émergé pour en avoir conscience. Ça me semble vide, il serait parti... Mes paupières s’ouvrent quelque peu avant de se refermer aussitôt. Je n’arrive pas à me réveiller. Quelques secondes passent pendant que je cherche encore, jusqu’à ce que je sente un poids dans mon dos, puis ma main être prise. Un son de bien-être remonte ma gorge en sentant un baiser être déposé sur mon épaule. Toujours de façon inconsciente, je me blottis un peu plus contre le corps derrière moi. Je suis sur le point d’émerger quand j’entends Shin m’adresser quelques mots. « B’jour, mais je ne suis pas une princesse tu sais. » Un léger rire. Les paupières encore fermées, je ressers sa main dans la mienne. Pas trop réveillé encore, je ne fais pas le lien attendu. J’avais vraiment besoin de ce sommeil cette nuit, ça m’a fait le plus grand bien. « Bien dormi? » Cette fois, j’ouvre les yeux. Ah oui, il est contre mon dos alors je tourne un peu la tête pour le voir et lui adresser un doux sourire. Il n’est pas parti, il est bien là.

Il ne t’a pas abandonné et n’a pas non plus changé d’avis. Ne t’en inquiète pas.

« Tu es réveillé depuis longtemps? D’solé, j’avais besoin de cette bonne nuit, je crois. » C’est très rare que je sois plutôt lent au réveil, mais ça en dit long sur mon précédent état de fatigue. Je ne doute pas que d’ici quelques minutes, tout ira bien et que je serais pleinement réveillé. En attendant, j’essaie d’aller donner un bisou à Shin, mais c’est plutôt compliqué puisqu’il se trouve dans mon dos. « Je veux un bisou mon beau. Donne-moi un bisou. » C'est très puéril, mais j'ai totalement le droit. Il est là, et je suis bien. Très apaisé.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas

Shinara Shikei

Shinara Shikei
Sbire Rocket

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1917

Région : Johto
Dim 6 Oct - 18:11
Il aurait pu continuer de regarder Ferir le chercher dans le lit, un sourire amusé sur les lèvres. Il devait avouer qu’il le trouvait terriblement adorable, à ce moment-là. Il aurait presque pu en prendre une photo. Cependant, il préféra largement choisir de le rejoindre dans le lit. Il était assez éveillé pour ne pas sombrer une nouvelle fois dans les bras de Morphée, alors se coucher à ses côtés n’était pas un problème. Il n’avait pas pris la peine de s’habiller lorsqu’il avait quitté la chambre, aussi était-il seulement vêtu de son boxer. Ce n’était pas un problème ; ça lui permettait de mieux ressentir la chaleur de son partenaire, à même la peau.

Le soupir de bien-être qui suivit son baiser sur l’épaule du Kantônien le fit sourire, l’encourageant à continuer ses petits baisers. Il sourit davantage en le sentant se coller davantage à lui, laissant ses doigts parcourir sa peau. Il accueillit le réveil du dormeur avec une petite phrase, appellation qui ne manqua pas de faire réagir le concerné. le sbire joignit son rire au sien, amusé.
« Je sais, et c’est pas plus mal d’un côté, je ne serais pas là si c’était le cas. » Sous-entendu que s’il était une femme, le schizophrène n’aurait pas été présent… Si en théorie il était bisexuel, il s'apercevait qu’il n’était jamais sorti avec une femme. Des histoires d’un soir, il en avait bien eu, mais jamais de sorties ou soirées comme il le faisait avec Ferir, par exemple. Il laissa néanmoins ses pensées de côtés, préférant se concentrer sur l’homme qui partageait son lit.

Son invité lui demanda s’il avait bien dormi, Shin’ reculant légèrement le haut de son corps pour le laisser se tourner, afin de pouvoir admirer son doux sourire. Il était un peu surpris, de premier abord, de le voir dans le cirage. Apparemment, il avait eu grand besoin de cette nuit de sommeil.
« Ça faisait longtemps que j’avais pas aussi bien dormi. » Il était honnête. Le simple fait de ne pas avoir tourné dans le lit, de ne pas s’être débattu aussi en dormant -lors de ses nombreux cauchemars- était la preuve de la bonne nuit qu’il avait passé. « Je.. Sais pas trop depuis combien de temps je suis debout. Je dors très peu, tu pourras facilement t’en rendre compte. » Un sourire, il ne voulait pas l’inquiéter. C’était habituel pour lui de ne dormir que quatre heures par nuit. Parfois, il se faisait rattraper par la fatigue, mais en général, il gérait plutôt bien ses cycles. Enfin, si on oubliait la semaine catastrophique qu’il venait de passer… Mais c’était de sa faute aussi n’allait-il pas s’en plaindre.

« Je confirme que j’ai une bosse juste sur le sommet du crâne, alors si tu veux me caresser les cheveux fais juste gaffe. »

Il s’agissait surtout d’une demande à peine dissimulée. Il aimait bien quand Ferir venait à jouer avec sa chevelure… Même si la bosse allait être pénible à vivre, gâchant un peu son plaisir. La position ne leur permettait pas vraiment de s’embrasser, mais son invité tenta tout de même. Avant que Shin puisse bouger pour lui faciliter la tâche, il l’entendit réclamer un baiser comme s’il s’agissait d’un dû. Le sbire laissa échapper un rire franc, amusé par ce comportement puérile, mais à la fois mignon, de son point de vue.

« On dit s’il te plait. »

Petit tic d’un père, même s’il devait avouer qu’il devait rarement reprendre Kane sur sa politesse. Bref. L’hôte, toujours tout sourire, se dégagea de sa position pour faire rouler son partenaire sur le dos. Il ne se gêna pas ensuite pour s’installer sur lui, ses mains glissant doucement sur son torse, avec un brin de sensualité. Il se demanda, l’espace d’un instant, s’il n’allait pas le faire languir un peu… Mais il était lui-même bien incapable de résister. Il vint à lui offrir le baiser réclamé, fermant les yeux pour profiter de l’échange. Une fois qu’il y mit fin, il fit glisser ses lèvres le long de son cou, guettant la réaction de son petit ami… tout en cherchant à tâtons ce dont il avait besoin sur la table de chevet. Une envie en particulier avait germée dans son esprit. Tant qu’il n’était pas arrêté dans son geste, il continua à descendre doucement, avec la même délicatesse qu’auparavant...


Il ne connaissait pas de meilleur réveil que ce qu’il venait d’offrir à Ferir. Satisfait de lui-même, il déposa un baiser au coin de ses lèvres avant de quitter le lit, enfilant rapidement un pantalon mais restant toujours torse nu -la pudeur, ce n’était pas vraiment son truc-.

« Tu voudrais manger quoi au petit déj ? Je peux faire des crêpes ou des pancakes si tu veux, sinon j’ai de la brioche avec de la confiture. »


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Avalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 1MF6HKS Avalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 3MLhT5hAvalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Azamir Mergar

Azamir Mergar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 12375

Région : Kanto | Hoenn
Mer 27 Nov - 21:05
Ferir
Un réveil aux côtés de mon petit ami me semble encore irréel. Pourtant, il est bien là, dans mon dos, à me cajoler. Et à m’adresser quelques mots. Je suis un peu surpris de sa réponse, mais en même temps, pas tant que ça. « Oh? Toi aussi les femmes ce n’est pas trop ça? » J’imagine qu’il est tout de même moins fermé que moi... Du moins, je l’espère pour lui. Je me sens si mal chaque fois qu’une femme me touche, même pour une poignée de main. Ça remonte à loin... Je voudrais ne plus être comme ça. En tout cas, ces pensées ne me restent pas très longtemps en tête, Shin occupant toute mon attention. Surtout que je ne suis pas encore tout à fait bien réveillé. C’est une sensation étrange que je n’ai pas l’habitude de vivre, je dois l’admettre. Même si je n’ai pas beaucoup dormi cette semaine, je n’avais pas l’esprit dans le cirage, même après des siestes. Puis, je suis certes long et dur à réveiller, mais quand c’est fait, j’ai toute l’énergie dont j’ai besoin. Cette fois, il me faudra plus de temps. Ce n’est pas un mal, je suis bien avec la chaleur de Shin contre moi, bien que je cherche à me tourner quelque peu. Voir son joli visage me fait plaisir.

Un sourire rempli de tendresse étire tes lèvres. Les émotions que tu ressens sont si différentes de celles de cette dernière semaine, faisant le plus grand bien.

Je lui demande s’il a bien dormi, lui aussi. Puis, quand il me confirme que c’est le cas, je ferme les yeux momentanément, soulagé de l’entendre. « Tant mieux », lui soufflai-je, content. Néanmoins, j’aimerais bien qu’il puisse bien dormir tout le temps... J’ignore si sa notion de longtemps veut dire pour cette dernière semaine ou si elle s’étend sur plus long terme. Je n’ose pas lui demander, préférant savoir s’il est réveillé depuis longtemps et que je l’ai encore abandonné pendant ce temps... Sa réponse me surprend et elle m’inquiète un peu. Comment peut-on ne pas dormir longtemps et être fonctionnel dans la journée? Je le vois me sourire, se voulant rassurant. « Et c’est... vraiment suffisant pour toi? » La question m’a échappé. Je verrai selon sa réponse. J’espère juste qu’il sera honnête, comme nous avons dit que nous le serions un envers l’autre. Mais je lui fais confiance. Ensuite, quand il me parle de la bosse sur sa tête, mon visage forme instantanément une moue. « Que t’es-tu fait? » Doucement, une de mes mains vient tant bien que mal lui caresser la joue, remontant jusqu’à la racine de ses cheveux. Je souhaite qu’il ne se soit pas volontairement fait du mal, il y a assez de moi qui a ce comportement...

Comportement que tu voudrais plus que tout cesser. Tu as déjà essayé plusieurs choses pour tenter de vivre autrement tes émotions négatives.

Face à tout cela, je lui réclame un bisou, pour me changer les idées. Puis, ça rend l’atmosphère plus légère. Du moins, je crois en entendant Shin rire. Je ris à mon tour quand il me dit de dire s’il te plaît. J’allais le faire, mais il bouge, me faisant bouger aussi pour me trouver sur le dos, et il vient se positionner au-dessus de moi. Hmm. Ça a le don de me réveiller un peu plus. Ses mains sur moi me font soupirer d’aise. Mes doigts se posent aussi sur sa peau, caressant doucement. J’accueille avec grand plaisir ses lèvres sur les miennes, fermant aussi les yeux le temps de l’échange. Je ne m’attendais pas à la suite, à sentir ses lèvres descendre sur mon cou et sur mon torse. « Huuum. » Je lui ai laissé le champ libre, même si... même si ça me rendait un peu mal à l’aise de ne pas avoir pris de douche, avant. Il m’a fallu quelques minutes pour m’y faire, mais j’en ai profité.

Autant dire que tu es encore un peu dans les vapes, mais pas pour les mêmes raisons. Avec un sourire béat au visage.

« Maintenant, j’suis bien réveillé », déclarai-je en riant. Son petit baiser me fait sourire, puis j’essaie de bouger un peu moi aussi, venant au moins m’asseoir sur le bord du lit. « Des brioches, ça fait trop longtemps que je n’en ai pas mangé! », lui dis-je après un temps de réflexion parce que toutes ses propositions m’intéressaient. Je me lève ensuite, approchant de lui pour le cercler de mes bras. « Tu me permets que je me nettoie un peu avant de passer à table? » Je ne peux m’en empêcher de demander, je me sentirais bien mieux.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas

Shinara Shikei

Shinara Shikei
Sbire Rocket

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1917

Région : Johto
Sam 30 Nov - 11:50
« Disons plutôt… Que mon attrait pour les femmes s’arrête souvent à leur physique. »

Shin ne s’était pas attendu à dévoiler cette vérité sur lui, mais il se souvenait de la conversation de la veille. Il voulait être totalement transparent, aussi essayait-il de répondre à la question le plus honnêtement possible. Il n’était pas surpris d’apprendre que Ferir n’était pas intéressé par le genre féminin. D’un côté, ça l’arrangeait ; il aurait moins à être jaloux. Cependant, cette pensée idiote, il la conserva dans un petit coin de son crâne. Il se sentait mal placé, pour éprouver ce genre de sentiments. Il devait aussi apprendre à la gérer, sa jalousie, s’il voulait que leur histoire fonctionne. Après tout, ils ne vivaient pas dans la même région… La confiance était de mise. Il n’avait cependant pas de doute, pensant sincèrement qu’il serait tout à fait capable de la lui accorder. Son petit-ami lui inspirait tant de fidélité qu’il ne le voyait pas finir dans le lit d’un autre.

Sa phrase le faisait sans doute passer pour un connard. Il n’avait pas réellement eu un comportement exemplaire, avec ses histoires d’un soir. Loin de là. Toutefois, il espérait que le Kantônien ne lui en tiendrait pas rigueur, puisqu’il s’agissait du passé. Aujourd’hui, il tournait une nouvelle page et il comptait bien s’y tenir. Il continuait ses attentions douces, répondant toujours avec honnêteté aux questions de son chéri. Il avait bien dormi, bien mieux que ces derniers temps. Et ça lui faisait un bien fou. Cela sembla satisfaire son partenaire, alors que le schizophrène se rendait compte qu’il avait oublié de lui renvoyer la question. Oups. Cependant, en vue de ses réactions -et du cirage dans lequel il se retrouvait-, Shin ne pensait pas se tromper en pensant qu’il avait bien profiter de sa nuit.

Il avoua qu’il dormait peu, pas réellement surpris de constater que cela inquiétait son invité. Un petit sourire rassurant dansa sur ses lèvres, alors qu’il déposait un énième baiser sur sa peau.
« Pour le moment, en vieillissant ça va peut-être changer mais… Ça me va, pour l’instant. » L’idée de vieillir lui fait pas spécialement plaisir, mais il n’était pas mieux qu’un autre, après tout. Il remarquait qu’il était plus sensible d’ailleurs, avec le temps, au manque de sommeil. Sans doute ne pourrait-il pas tenir toujours ce rythme, mais il s’en sortait plutôt bien. Ça l’arrangeait d’ailleurs, d’avoir cette routine qui lui permettait de gérer le boulot et son fils. Il désirait toujours éviter de devoir s’occuper de Kane lorsque sa médication commençait seulement à agir, puisqu’il se retrouvait dans un état second pendant plus d’une heure.

Il évoqua la bosse qui trônait fièrement -ou non- sur son crâne, réclamant ainsi quelques intentions. Il frémit brièvement en sentant la main de son partenaire caresser sa joue, bien qu’il se retrouvait troublé par la question. Il ne voulait pas l’inquiéter. Mais, en même temps, il se devait d’être honnête. Il voulait surtout être rassurant, bien que cela était plutôt difficile, avec sa maladie. Hum.
« J’ai… De sales réactions quand je suis en crise. » Comme se cogner le crâne contre la brique, comme si ça changeait quelque chose et comme s’il était capable de se contrôler, dans ces cas-là. « Mais il n’y a pas de quoi s’inquiéter, je ne suis pas près de repartir en vrille avant longtemps. » Il voulait vraiment le rassurer. Il aurait pu mentir pour la raison de cette bosse douloureuse, mais il se rendait bien compte que ce n’était pas ainsi qu’il allait s’en sortir. L’idée même de mentir à Ferir lui était insupportable. Cependant, l’idée qu’il s’inquiète à cause de sa schizophrénie le dérangeait tout autant alors… Il pensait avoir trouvé un compromis. Il ne voulait pas, non plus, que le Kantônien se sente coupable de quoi que ce soit ; cette crise, le sbire se l’était lui-même infligée.

Il n’était pas spécialement à l’aise d’aborder ce sujet, aussi l’impératif pour le bisou le fit rire et lui permit de se détendre. Il laissa s’exprimer l’envie qui avait eu le temps de germer dans son esprit, tout en profitant de leur échange. Il comptait bien continuer sur sa lancée en laissant ses lèvres glisser sur sa peau, guettant les réactions de son partenaire. Son soupir d’aise, accompagné de ce léger râle lui donnait le feu vert.

Il n’était pas mécontent de lui, amusé par la phrase de Ferir. Un sourire idiot dansa sur ses lèvres face à celui béat de son partenaire. Il enchaina néanmoins en lui proposant de petit-déjeuner, lui demandant ce qu’il préférait. La brioche, donc. L’enthousiasme de son invité pour la nourriture avait le don de continuer de l’amuser. Il cercla à son tour son chéri de ses bras, déposant un baiser sur sa tempe, alors qu’il lui demandait s’il pouvait se nettoyer avant de manger. Ah oui, c’est vrai.
« Pas de problème, tu sais où se trouve la salle de bain. Si tu veux des fringues propres tu peux m’en piquer dans l’armoire. » Il le laissait prendre ce qu’il voulait. Étant donné qu’ils faisaient à peu près la même taille -Ferir était plus grand que lui certes, mais pas de beaucoup- il ne doutait pas que ses habits lui aillent. Il le laissa faire, non sans déposer une nouvelle attention douce sur sa joue alors qu’il rejoignait la cuisine.

En attendant, il sortit ce dont son chéri avait besoin pour manger, accompagnant la brioche avec les confitures qu’il avait, la pâte chocolatée et du jus de fruits, pendant qu’il se servait un café. Il se perdit quelque peu sur son téléphone, échangeant vite fait un message avec Sha’, regardant s’il n’avait pas été contacté pour le boulot. Ça aurait été fâcheux… Mais heureusement, ce n’était pas le cas. Il avait toute la journée pour lui, pour flemmarder avec son amoureux et cette optique le mettait dans une très bonne humeur, et cela même s’il semblait concentré sur ce qu’affichait son appareil.



So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Avalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 1MF6HKS Avalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 3MLhT5hAvalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Azamir Mergar

Azamir Mergar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 12375

Région : Kanto | Hoenn
Jeu 16 Jan - 21:02
Ferir
Je ne m’attendais pas à une telle réponse, je dois admettre. Pour ma part, les femmes ne bloquent complètement, ça en est ridicule... Et je ne me sens pas de l’avouer maintenant, donc je passe sous silence. Ça aurait été une bonne occasion, je présume. Tant pis. Je préfère rebondir sur ce que Shin me dit, essayant de clore cette conversation, lui disant plutôt que je souhaite que le corps féminin ne lui manque pas à cause de moi. Ça serait dommage, quand même... À voir selon la réponse, qui m’effraie un peu je dois admettre. Vaut mieux changer de sujet, allant sur la nuit que nous venons de passer. Une bien meilleure nuit que les précédentes, démontrant tout mon besoin de repos que je n’avais pas eu au courant de la semaine. N’empêche, je suis quelque peu inquiété d’apprendre que mon petit ami ne dort pas beaucoup. J’ignore si c’est à cause de sa maladie ou s’il y a d’autres raisons. Il a l’air de bien gérer pour l’instant, donc je me dis que je ferais mieux de ne pas insister et de ne pas trop m’en faire. Après une semaine d’émotions comme celle que je viens de passer, c’est plus facile de me laisser avoir par l’anxiété. Ça n’est agréable pour personne, moi le premier j’imagine. Je m’efforce donc d’arborer un léger sourire avant de prendre la parole. « Alors si ça va, tant mieux. C’est l’important. » Et c’est vrai. C’est ce qui importe. Il est vrai qu’il faudrait agir avant que ça n’aille plus, si jamais c’est le cas un jour. Je pense que je suis trop dans la prévention constamment, j’en oublie que sur le moment, ça peut être bien malgré tout.

Le réaliser est déjà un bon pas dans la bonne direction. Néanmoins, tu restes une personne qui s’inquiète beaucoup, surtout lorsqu’il est question d’autrui.

Et ça ne m’aide pas quand j’apprends que Shin a une bosse sur la tête. Décidément, qu’est-ce qu’on a fait au cours de cette dernière semaine...? Il entreprend tout de même de me rassurer après ma question, alors j’essaie de ne pas me laisser emporter davantage par l’inquiétude. Il va vraiment falloir que je me renseigne sur sa maladie, même s’il dit qu’il ne refera pas de crise de sitôt. Ça va être important pour la suite, important pour moi de savoir quoi faire en cas de besoin, pour me rassurer pleinement aussi. Puis, je serai mieux en mesure de comprendre ses besoins. C’est tout bénéfique. Parce que là tout de suite, ce n’est pas si simple de savoir quoi dire exactement. Il me faut quelques secondes pour assimiler et réagir. « Je te le souhaite, ça ne doit pas être facile quand ça arrive... On fera ce qu’il faut pour que ça n’arrive plus. » Je lui adresse un doux sourire, évitant d’en parler plus longuement. Dans un sens, ça me ressemble un peu, quand j’en viens à me faire du mal et que je ne le réalise pas sur le coup, juste une fois que la douleur me ramène à la réalité. Mais aucun psychologue n’est parvenu à savoir si j’ai une maladie... Il vaut mieux que je n’y songe plus, ça me désespère chaque fois. Il n’y a rien que je puisse y faire. C’est mieux de penser positivement et de profiter de l’instant présent. C’est ce que je tente d’appliquer autant que je le peux. Ça n’est pas toujours un succès, mais c’est toujours un début. Puis, je sens que l’avenir sera bien, aux côtés de mon petit ami. Un bel avenir qui promet plein d’amour et de surprises. De bonnes surprises.

Il y aura des bas, comme dans toute chose. L’essentiel est de savoir passer au travers et il n’y a pas de raison que vous n’y arriviez pas.

On peut dire que j’étais déjà quelque peu plus réveillé après de telles conversations, mais après l’initiative de Shin c’est pleinement le cas. Je l’ai laissé aller, ne le freinant pas. Ça m’étonne moi-même en fait. Par contre, ce n’est pas une mauvaise chose, je pense. Je crois que c’est la première fois que quelqu’un me fait ça le matin. Je ne parviens pas à me souvenir d’une autre fois... C’est plaisant et, une fois de plus, différent avec lui. Je ne m’en laisserai jamais, j’en ai déjà la certitude. On pourra entretenir la flamme entre nous, bien qu’il soit vrai que je suis quelqu’un de très passionné. Bref, je suis désormais pleinement réveillé, ce que je ne manque pas de signaler. Puis, il est temps de discuter déjeuner et je dois admettre après ça que j’ai faim. Je me montre donc naturellement enthousiaste par les brioches que ça fait longtemps que je n’ai pas mangées. Comme je suis une catastrophe en cuisine, je ne peux pas m’en faire... Et en acheter, je ne sors pas souvent du refuge, étant assez autosuffisant pour un régime végétarien. N’empêche, les sucreries me manquent parfois. Ça va faire du bien. Sans surprise, je demande en suite à passer sous la douche. « Merci, je vais sans doute te voler le même pantalon qu’hier. » J’étais confortable dedans et ce n’est pas en une journée tranquille comme hier qu’il est très sale. Je profite de son étreinte et de ce baiser avant de me diriger à la salle de bain. J’essaie de faire au plus vite sans pour autant mouiller mon bandage. Ça serait bête maintenant. En tout cas, je m’en sors en une dizaine de minutes tout au plus, revêts les vêtements apportés à la salle de bain et je retourne à la cuisine. J’espère que je n’ai pas manqué un appel d’Azy. Je m’en assure rapidement en constatant que Shin est aussi en train de regarder son écran. Fiou, rien.

Tu ne sais pas si ton petit ami se serait permis de répondre, et de toute façon il n’aurait pas pu répondre aux questions du ranger.

Je redépose mon portable plus loin sur la table, m’approchant de Shin. « Ça fait plaisir de te voir comme ça. » De bonne humeur. Ça change d’hier quand je l’ai retrouvé derrière cette maison. Je lui dépose un baiser sur la joue, venant ensuite m’asseoir sur la chaise la plus proche de lui. « On mange? » que je demande quand mon ventre gargouille. « Ça m’a bien ouvert l’appétit tout à l’heure », dis-je en riant. « Tu as une idée de quoi faire après? » Je parle peut-être trop, je vais essayer de me calmer un peu. Mais moi aussi, je suis vraiment de bonne humeur.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas

Shinara Shikei

Shinara Shikei
Sbire Rocket

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1917

Région : Johto
Lun 10 Fév - 18:59
Il aurait dû s’en douter que parler du peu de sommeil dont il faisait preuve pouvait poser problème. Cependant, il semblait que ses arguments avaient fait mouches et il offrit un sourire à son petit ami lorsqu’il se laissa convaincre. Il n’y avait, aux yeux du sbire, pas de raison de s’inquiéter. Cela faisait plusieurs années désormais qu’il évoluait de cette façon sans trop de souci. Le jour où le temps le rattraperait, il s’adaptera.

Il préférait prévenir, pour la bosse sur son crâne. Il se souvenait plus ou moins de son comportement autodestructeur, bien qu’il n’eût, à ce moment, aucune arme pour lutter contre. Il se sentait bien mieux maintenant que tout était arrangé et que ses médicaments agissaient. Une fois encore, il ne désirait pas inquiéter plus que nécessaire son petit ami -l’appellation lui arrachait un sourire sincère-, toutefois, il lui avait promis d’être honnête désormais. Cacher la vérité sur son état de la veille était absurde, puisque Ferir avait pu voir par lui-même toute sa détresse… Qui laissait des traces visibles sur son corps. Il aurait pu ajouter qu’il avait une résistance à la douleur supérieure à la moyenne. Pour autant, il n’avait pas envie d’expliquer pourquoi il avait cette résistance, aussi garda-t-il sa réflexion pour lui. Quant à l’enthousiasme, s’il pouvait dire ainsi, du Kantonien le fit sourire tendrement. Il avait dit « on ». C’était absurde de s’attarder autant sur le choix des mots mais… C’était agréable de savoir qu’il n’était pas seul, dans cette lutte incessante.

Il ne l’était pas totalement jusqu’ici, ce serait mentir d’affirmer le contraire. Il avait Shara, pour le soutenir. Cependant, il se voyait mal l’agacer à chaque fois qu’il avait un petit coup de blues le faisant pencher doucement vers la folie. Il l’embêtait déjà assez comme ça, avec les gardes de Kane. Il ne désirait pas l’effrayer plus que nécessaire… Et il ne voulait pas en faire de même avec son chéri. Il voulait être sincère, mais son défaitisme naturel lui laissait croire qu’il y aurait toujours d’autres crises. Toujours. Il ne se permit néanmoins pas d’affirmer que c’était une utopie, de dire qu’elles ne se produiraient plus. Toutefois… Un peu d’espoir ne pouvait pas faire de mal. Aussi, il se contenta d’un baiser chargé de transmettre son émotion, celle de le remercier pour son soutien.

Après avoir mis à exécution son envie qui fut accueillit avec succès, il fut temps de prendre le petit déjeuner, non sans profiter une dernière fois de la vision du corps de son chéri dans cette tenue. Il lui proposa de choisir une tenue dans son armoire, histoire qu’il n’ait pas besoin de se promener à moitié nu dans l’appartement -si ça ne tenait qu’à lui… ça ne le dérangerait pas du tout-. Il acquiesça lorsque Ferir lui signala qu’il allait sans doute remettre le même pantalon que la veille, quittant la chambre pour préparer la nourriture. Brioche, il avait dit. Il lui prépara le tout avant de squatter son téléphone, s’assurant qu’il n’avait pas d’obligation ailleurs, un léger sourire sur les lèvres. Il se sentait bien, bien mieux que cette dernière semaine -ce qui n’était pas très dur- mais même mieux que lorsqu’il hésitait sur leur relation et qu’il n’était pas capable de faire un choix. Maintenant que c’était chose faite, il ne regrettait rien. Il était même plutôt curieux de voir comment leur relation allait se construire et évoluer.

Perdu dans ses pensées et sa lecture, il dut prendre plusieurs secondes pour comprendre ce que Ferir venait de lui dire. Lorsqu’il comprit qu’il parlait de son humeur, il lui offrit un énième sourire, un brin amusé et touché. Il déchanta quelque peu suite à l’invitation à manger…
« Déso, je n’ai pas vraiment faim. » Une moue désolée, se rappelant toutefois que ce n’était pas la première fois qu’il refusait de déjeuner au réveil. « Je ne mange pas vraiment le matin par habitude. » En soi, ce n’était pas dramatique. Plusieurs personnes qui n’étaient pas atteint par son trouble le faisait aussi. Lui, il se contentait de boire trop de cafés et de fumer ses cigarettes avant de se lancer dans sa journée et ça ne lui posait pas de problème… Enfin, si on mettait de côté ses problèmes alimentaires. Toutefois, il ne se sentait pas d’attaque à exposer ainsi ce tracas qui n’était pas dans ses priorités, il devait l’avouer. Ne cherchant pas à ternir son humeur, préférant sourire à sa remarque. Il lui tira la langue avant de réfléchir plus sérieusement au programme de la matinée… Réalisant qu’elle était déjà entamée et que le Dracolosse débarquait pour midi. Ça ne leur laissait pas réellement beaucoup de temps pour organiser un truc à l’extérieur et, de toute façon, il n’avait toujours pas envie de sortir.

« Matinée chill ? Comme hier soir en somme mais… »
Il s’approcha de son petit ami, se glissant dans son dos, déposant un baiser dans son cou en toute douceur. « J’ai juste envie de profiter de ta proximité pour te câliner sans rien faire. » Ça lui convenait parfaitement, comme programme. C’était peut-être répétitif par rapport à la soirée qu’ils avaient passée, mais même s’il avait bien dormi cette nuit, il ne sentait pas capable de faire autre chose. Juste… Profiter de sa présence en le câlinant le plus possible, quitte à passer pour une sangsue. Il relâcha toutefois son petit ami en lui rendant son bisou sur la joue, le laissant manger tranquillement. En ce qui le concernait, il se contentait de s’asseoir avec lui à table -il pouvait faire au moins ça- tout en s’abreuvant de sa dose nécessaire de caféine.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Avalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 1MF6HKS Avalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 3MLhT5hAvalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Azamir Mergar

Azamir Mergar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 12375

Région : Kanto | Hoenn
Dim 23 Fév - 7:07
Ferir
Après une bonne douche, quelque peu essentielle suite à ce qui s’est passé plus tôt, je me sens en pleine forme et bien. J’ai toujours cette impression de flotter sur un nuage, de vivre un rêve beaucoup trop réaliste. Je repense à tout ce qui s’est passé, mais je suis convaincu que notre futur sera beau et plaisant. Je veux me sortir de toute cette inquiétude et de tout le négatif que j’ai vécu. Réaliser à quel point j’en ai été affecté m’a fait peur. J’espère ne plus jamais vivre quelque chose de ce genre. Par contre, je sais aussi que c’est à moi de fournir les efforts pour ne plus me laisser affecter autant par les événements de la vie. J’ai sombré autant que j’avais pu le faire quand mes deux parents sont décédés... Ou quand Azy a coupé le contact. Ce sont les événements les plus négatifs auxquels j’ai dû faire face jusqu’à présent. Et aussi la peur de perdre mon meilleur ami, sauf que face à l’urgence de la situation, je n’ai pas eu le choix de me maîtriser. De gros stress, de grosses peines... Aujourd’hui, ça me semble bien derrière moi. Aujourd’hui, je profite d’une proximité avec Shin que je n’aurais pas cru possible. Y penser me fait avoir un sourire idiot sur les lèvres alors que je m’approche de lui. Ce que je l’aime, je crois que je pourrais le lui dire vingt fois par jour. Ça serait sans doute trop intense, alors je vais éviter. Des gestes, ils peuvent parler aussi et faire comprendre les sentiments. En tout cas, je suis content de le voir aussi serein tandis qu’il tient son portable. J’aimerais que ça soit toujours ainsi.

Comme dans toutes relations, il faut t’attendre à des hauts et à des bas. Vous n’y échapperez pas. Ça sera à surmonter ensemble.

Je lui exprime de vive voix que ça fait plaisir de le voir de bonnes humeurs. Je remarque sans mal qu’il semble chercher un peu de quoi je parle, ce qui me fait sourire. Puis, il m’en offre un en retour. Oui, c’est bien mieux qu’hier... Mais je ne veux plus y penser. C’est derrière nous et j’ai la certitude qu’il ne me fuira plus. Il a toute ma confiance. Bref, désireux de me concentrer sur l’instant présent, je lui dépose un bisou et je lui propose de manger tout en m’asseyant. Il faut admettre que j’ai faim et que mon estomac risque de gronder à n’importe quel moment, ce qui arrive pile au moment que je formule la demande. Quand Shin s’excuse de ne pas avoir faim et qu’il arbore cette moue désolée, je ne peux m’empêcher de suivre le mouvement. Tous les matins que nous avons passé ensemble jusqu’à présent, à aucun il a mangé avec moi. Il y a chez lui qu’il a mangé avant que je me réveille, quand il m’a laissé seul à son appartement pour aller chercher des croissants. Donc me voici surpris d’apprendre qu’il ne mange pas le matin, et ce, régulièrement. « Ah... » Je ne sais pas comment réagir, moi qui mange tout le temps et qui ai toujours faim. « Ok alors, je ne t’embêterai plus avec ça à l’avenir. » Parce que je sens que chaque fois, ça a amené une ambiance un peu bizarre. Donc si je peux éviter ça, je le ferai. Je me saisis de mes ustensiles pour manger la brioche qui me semble beaucoup trop bonne. Comment peut-il résister à ça?

C’est quelque chose que tu ne peux pas comprendre sans plus d’explications, étant un grand mangeur et n’ayant jamais eu de proches atteints de troubles alimentaires.

Avant d’attaquer la sucrerie qui me fait grave envie, je demande pour la suite, ce que nous ferons dans la matinée. L’heure tourne et c’est un peu dommage. Je n’ai vraiment pas l’envie de partir, sauf qu’il le faudra. Je ne peux pas rencontrer Kane là tout de suite, ce n’est pas le meilleur moment. Puis, on vient tout juste de commencer à être ensemble. Même si je ne vois pas de raisons pour lesquelles on se séparerait, il vaut mieux prendre le temps. Je sais reconnaître ça. En tout cas, pendant que Shin réfléchit, j’entame une première bouchée et ça fait tellement de bien, trop bon. J’allais demander s’il était sûr de ne pas vouloir une bouchée parce qu’il manque quelque chose, mais je me retiens. Il ne faudrait pas qu’il me trouve trop insistant... Je mange aussi en l’écoutant répondre, souriant bêtement quand il s’approche pour me donner un baiser dans le cou. Je ne m’en lasserai jamais. « Parfait. » Réalisant que je parle la bouche pleine, je m’arrête aussitôt et avale rapidement ce que j’ai en bouche. « Désolé. » Je me sens toujours obligé de m’excuser après un comportement comme ça. Partager mon espace de vie avec Azy m’a fait prendre le pli puisqu’il déteste ça. « De toute façon, je crois que peu importe ce que tu me répondais, je disais oui », mentionnai-je en riant. « Juste être en ta présence me rend heureux. » J’affiche un sourire sincère, un sourire amoureux. Jamais je n’aurais cru pouvoir aimer une autre personne qu’Azy à ce point. J’ai trouvé l’homme qu’il me fallait, le bon comme on dit. Et c’est passé si près de ne pas arriver... Sans l’insistance de mon meilleur ami pour provoquer la rencontre d’hier, je ne sais pas ce qui serait survenu...

Ne t’attarde pas sur ce genre de pensées, elles ne t’apporteront rien de positif.

Je termine rapidement de manger, ayant hâte de me coller contre Shin, de pouvoir profiter de sa proximité jusqu’à ce que Knight vienne me chercher. Lorsque c’est fait, un petit lavage de mains et de bouche s’impose, le sucre du glaçage collant quelque peu mes lèvres. « Direction sofa? » demandai-je en m’approchant de lui, le serrant doucement contre moi. Je crois que je pourrais être comme ça toute la journée, avec toutes ces bonnes émotions. Une fois installé confortablement, que nous avons tout ce qu’il faut pour bouger le moins possible, on peut s’abandonner complètement à ce petit nid d’amour. Vu l’heure, je pense que je n’aurai pas d’appel d’Azy pour le refuge, il s’est bien débrouillé. Donc c’est l’esprit tranquille que je câline Shin.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas

Shinara Shikei

Shinara Shikei
Sbire Rocket

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1917

Région : Johto
Mer 4 Mar - 17:37
Il était préférable qu’il dise la vérité, quant à son alimentation du matin, s’il ne voulait pas créer de malaise à chaque fois. Quand il pensait bêtement qu’il ne s’agissait que d’une histoire sans lendemain, faire croire qu’il avait déjà mangé ou qu’il n’avait pas faim n’était pas un problème, en soi. Cependant, en vue de l’affection qu’il portait à Ferir, il était nécessaire qu’il s’exprime, quoi que cela lui en coûte. Ils se devaient d’être honnête l’un envers l’autre, n’est-ce pas ? Alors ça commençait par là. Il aurait été préférable qu’il avoue toute la vérité, concernant ses troubles alimentaires. Il n’était néanmoins pas dans cette optique… Ne voulant pas gâcher l’instant de bien-être. Annoncer ses problèmes, petit à petit, ne pas le noyer dedans. Une part de lui pensait qu’il s’agissait d’une bonne façon de procéder, pour éviter de le faire fuir. Il avait pourtant accepté d’être là malgré la vérité sur sa maladie, sans doute serait-il capable de comprendre que son chéri était au bord de l’anorexie. Surement, même.

Mais le sbire n’était pas prêt à l’avouer. Et en voyant la moue désolée se dessiner sur le visage de son amoureux, il ne put que s’en féliciter. Il ne voulait pas voir cette expression sur son si joli faciès… Il préférait le voir rire, sourire. Savoir que, de plus, cette expression était dû à ce qu’il disait ne l’aidait en rien. Diluer les informations lui paraissait plus judicieux et il pensait qu’ils avaient eu assez d’émotions la veille. De plus, avec ce que Ferir ajouta, il ne put qu’avoir un regain d’amour pour lui. Certes, il se sentait un peu coupable de l’abandonner comme ça, mais au moins il n’aurait plus à devoir se justifier chaque matin passer ensemble. Il eut un léger sourire, accompagné de remerciements. C’était… Sans doute trop, pour une simple histoire de petit déjeuner. Le Kantônien réaliserait peut-être ainsi que le problème soulevé était bien plus profond que le sbire ne voulait laisser croire. Cependant, Shin’ complètement à côté de cet aspect lié à son comportement.

Heureusement, ils pouvaient embrayés sur quoi faire ensuite, bien que le schizophrène n’avait pas réellement d’idées. A bien y réfléchir, il n’était pas motivé par autre chose que de simplement profiter de la présence de son petit ami. Alors après s’être approché de lui pour déposer un baiser dans son cou, il développa son maigre programme. La réponse ne tarda pas à venir et à l’amuser. Il n’avait aucun problème à ce qu’il s’exprime la bouche pleine, même si ses habitudes de père avaient été à deux doigts de lui faire la remarque. Mais, clairement, il n’allait pas traiter son chéri comme un enfant de huit ans. Il préféra au contraire en rire un peu, se joignant à lui lorsqu’il lui avoua que peu importe ce qu’ils faisaient, il aurait été d’accord.
« Ça valait le coup de demander. » Petite boutade gentillette, juste pour l’embêter. Il eut un autre sourire, déposant cette fois un baiser dans ses cheveux. « T’es trop mignon. » Il se redressa, lui susurrant au passage trois mots doux pour s’asseoir à table avec lui, mais aussi pour lui laisser son espace le temps de manger. Pas de pression, ils avaient le temps… Bien que le sbire avait l’impression qu’il défilait à une vitesse hallucinante depuis la veille au soir.

Il le laissa terminer de manger, évitant tout de même de le dévorer du regard au risque de le gêner. Il se leva lorsqu’il eut fini, programmant son téléphone pour sonner avant l’heure de départ. Ce serait bête s’ils étaient endormis sur le sofa lorsque Knight débarquera. Même s’il n’avait pas spécialement envie de dormir pour bien profiter des quelques heures qu’il lui restait à passer avec Ferir. Il le laissa se débarbouiller et il lui sourit lorsqu’il lui proposa d’aller sur le canapé. Il répondit volontiers à l’étreinte, le berçant dans ses bras avant de déposer un nouveau bisou dans son cou. Puis, finalement, il fit migrer ses lèvres jusqu’aux siennes pour un tendre baiser. Ce fut, ensuite, avec un petit sourire qu’il se dirigea vers la télé, allumant cette dernière et mettant une émission dont il se fichait totalement, préférant largement se concentrer sur son petit ami pour le couvrir de douces attentions.



Il n’avait pas vu le temps défilé, malgré le peu d’activité. Mais lorsque son téléphone sonna pour annoncer l’heure -onze cinquante-, il laissa échapper malgré lui un grognement de mécontentement. Il alla nicher sa tête dans son cou pour profiter de sa chaleur. « Dis… On se revoit quand ? » Parce qu’il n’avait pas envie qu’il parte de base, bien qu’il avait aussi ses obligations. Plutôt que de bouder comme un gamin parce que Ferir devait partir, il préférait se concentrer sur leur prochain rendez-vous. Malgré leur emploi du temps à cause du travail -et pour Shin ses obligations parentales-, il espérait que ce ne serait pas trop long de pouvoir câliner ce corps qu’il aimait tant et de sceller ses lèvres aux siennes. Il releva la tête, dégageant une mèche de cheveux de son visage, restant à le fixer, comme s’il était incapable de détourner son regard de ses yeux.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Avalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 1MF6HKS Avalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 3MLhT5hAvalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Azamir Mergar

Azamir Mergar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 12375

Région : Kanto | Hoenn
Jeu 5 Mar - 5:56
Ferir
Manger me fait le plus grand bien, surtout quelque chose de sucré comme une brioche. Ça faisait trop longtemps que je n’en avais pas mangé, c’est dans ce genre de moment qu’on se rend compte que ça nous a manqué, mine de rien. De toute façon, tout ce qui est sucré me fait plaisir. Je crois qu’il faudrait que je me calme sur ce genre de consommation, avant d’en perdre ma santé. Pour le moment, tout va bien, mais qui sait si ça sera toujours le cas et que je ne deviendrai pas gros, ou pas en forme, ou avec des soucis de santé... J’en soupirerais presque. Quand je ne sors pas en ville pour en acheter, je suis bon pour plusieurs jours sans en avoir et ça équilibre pour quand j’en ai. En tout cas, je suis un peu triste pour Shin qui ne mange jamais le matin. Pourtant, j’aurais pu m’en douter... Au moins, je n’insiste pas pour ne pas le mettre mal à l’aise, bien que j’estime qu’il rate réellement une brioche de bon goût. C’est bien dommage. J’imagine qu’il doit bien manger en journée, ça n’est pas un problème. Du moins, je crois. Il est quand même plus mince que moi. Mais bon, c’est inutile que je m’y attarde. Dans tous les cas, nous n’avons ni un ni l’autre l’énergie pour entamer une conversation plus sérieuse. Bien que je ne doute pas qu’il nous reste beaucoup de choses à se partager. Ça viendra, il ne faut pas que je me montre impatient. Et il faut aussi que je dose ce que je dis par rapport à moi. Je ne veux pas lui miner le moral. Ou lui ramener de mauvais souvenirs, ne sait-on jamais.

C’est encore tout nouveau votre relation, laisse-toi du temps. Rien ne presse, prends d’abord le temps de mieux le connaître avant tout.

J’aime que Shin soit tout près de moi, ça ne me gêne pas même si je tente de manger. Sa proximité me fait du bien, je voudrais que ça ne s’arrête pas. J’en profite pour lui demander la suite du programme, agrémenté par de petites attentions de sa part. Je ne m’en lasserai jamais. Ça va me manquer, une fois que je serai de retour chez moi. Il va me manquer. Je tâcherai de ne pas l’inonder de SMS et d’appel... Mais je passe tout de même des journées très occupées à cause du refuge alors je n’aurai sans doute pas le temps d’être aussi pénible. Et puis, pour le moment, Azy habite encore avec moi, je ne me retrouverai pas seul au retour. Après cette semaine, j’ai encore besoin de compagnie... Bref, nous sommes d’accord pour la suite, c’est parfait. Ce que je mentionne la bouche pleine, mais au moins, ça ne semble pas le déranger plus que ça. Par contre, il ne manque pas de me taquiner. « Bah ça me permet d’avoir ton avis sans devoir réfléchir au mien. » Le baiser dans mes cheveux me fait sourire. Ces petites attentions, je n’en ai jamais vécu avant et je dois dire que c’est des plus plaisant. Je ne peux m’empêcher de lui dire que sa seule présence me rend heureux. C’est réellement le cas. Je ne pouvais pas demander mieux, je ne pouvais pas rêver mieux. Et je ne veux pas que ça s’arrête, jamais. Je rougis à sa réponse, puis ce je t’aime est tellement agréable à entendre. Je me sens fondre. Évidemment, je lui rends ses mots, sincère. Je sens que la distance va être difficile, le temps de nous y faire. Mais je ferai tout pour le voir le plus souvent possible, sans pour autant négliger mon refuge. Il va me falloir des employés. C’était déjà dans mes projets, mais désormais, ça devient une priorité. Je n’en parle pas pour le moment, c’est peut-être un peu trop entreprenant. J’attendai que le projet soit sur le point de se concrétiser pour le lui partager.

Tu ne veux pas brûler d’étapes, que ça soit avec lui ou avec le projet. Dans tous les cas, il faudra plusieurs mois avant que tu puisses agrandir et embaucher.

Je me dépêche de finir de manger pour pouvoir me coller de nouveau contre mon petit ami. Il est allé s’asseoir, restant pas loin de moi. Sauf que je veux pouvoir sentir sa chaleur. Donc, j’engloutis la brioche à bonne vitesse, un peu plus en silence. Puis, quand je termine, je me lave les mains et la bouche (parce que le sucre sur les brioches ça colle) et on peut enfin se diriger vers le salon. Avec un bruit de fond, c’est pas mal, sauf que je ne m’en occupe pas du tout. Il y a une personne à mes côtés qui occupe absolument toutes mes pensées et mes attentions.


Je sursaute quand le portable de Shin se met à sonner. « Pas déjà... » Une moue se manifeste sur mon visage. Je sais qu’il reste plus ou moins dix minutes avant que Knight arrive, mais tout de même. Mon petit ami semble tout aussi déçu que moi, déduction que je me fais à cause de ce grognement. Je le laisse volontiers déposer sa tête sur mon épaule. Avec ma main de l’autre bras, je viens doucement lui caresser le front, à la racine des cheveux. Je veux profiter des derniers instants. De toute façon, je n’ai rien à ramasser, si ce n’est de changer de pantalon si je veux lui rendre le sien. « Le plus tôt possible », est la réponse instantanée que je lui fais. Il redresse ensuite la tête, puis je l’observe moi aussi dans les yeux. Ces yeux que j’adore. « Il faudrait qu’on prenne des photos ensemble la prochaine fois », mentionnai-je avec le sourire. Ça serait un moyen pour que l’autre nous manque moins, je pense. Je ne propose pas aujourd’hui parce que je ne suis pas au meilleur, et je pense que Shin ne doit lui non plus se trouver à son meilleur. À le regarder ainsi, il me vient l’envie de déposer mes lèvres sur les siennes donc je ne me prive pas, l’embrassant avec douceur. C’est toujours aussi bon. Je n’ai vraiment pas envie de partir... Ça va être difficile. Mais je préfère ne pas y songer pour l’instant. « Si tu veux que je passe pendant que Kane est à l’école, pour ne pas presser la rencontre, tu peux me le dire. Ça fera beaucoup de transport dans la journée, mais pour toi, ça ne me dérange pas du tout de le faire. » Mes lèvres s’étirent dans un sourire amoureux, un sourire tendre. Du bout des doigts, je lui caresse la joue. « Avec Azy encore chez moi, ça va être plus facile. Mais je ne doute pas qu’il va vite déménager. » Si ça peut le rassurer, puisque mes sentiments pour Azy lui ont fait plus de mal que de bien...

Tu redoutes tout de même le jour où tu seras de nouveau seul dans ta grande maison...



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas

Shinara Shikei

Shinara Shikei
Sbire Rocket

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1917

Région : Johto
Ven 13 Mar - 20:04
La légèreté qui régnait dans l’appartement lui faisait un bien fou, surtout après la semaine affreuse qu’ils venaient de passer. Les petits gestes d’affection lui plaisaient, puisqu’il aimait autant en donner qu’en recevoir. Voir les réactions de Ferir animait aussi son envie de continuer à le faire, de continuer à le bisouter. Sa réponse à sa petite pique le fit sourire davantage, ayant envie de rajouter un « flemmard » à la suite. Mais au lieu de ça, il préféra laisser aller ses lèvres pour un baiser dans ses cheveux. L’opportunité de profiter de sa présence, dans ses bras à venir lui faisait bien trop plaisir.


Quand son téléphone sonna, ils furent deux à éprouver de la déception. Le temps passait trop vite, quand on était avec des êtres aimés. Et maintenant qu’il pouvait ouvertement dire et penser que c’était le cas de son petit ami… Il était déçu par ce constat. Pour autant, il ne fallait pas qu’ils oublient qu’ils avaient tous deux des obligations. Ils se devaient d’agir en adulte et… Bleuh. Il n’avait pas envie d’agir en adulte, pourtant. Il aurait été dû genre à tout envoyer balader, en général. Mais bon, comme il devait quand même récupérer son fils et qu’il ne voulait en aucun cas échapper à sa condition de parent, il fallait bien qu’il se fasse à la raison qu’il ne pouvait pas raisonnablement se comporter comme un sale gosse qui voulait uniquement répondre à ses envies.

Il désirait, tout de même, savoir quand il pourrait à nouveau profiter des bras et des lèvres du Kantonien. Le plus tôt possible, ça l’arrangeait. Il eut un petit sourire amusé en constatant qu’il s’agissait précisément des premiers mots de Ferir, suite à sa question. Il ferma un peu les yeux, profitant des caresses sur son front. Il aimait beaucoup trop ses touchés pour s’en passer alors tant qu’il le pouvait encore, il comptait en profiter juste qu’au bout. Quant à lui, ses doigts venaient doucement à caresser son bras. Il fut un brin surpris à l’idée évoquée des photos, vu qu’il n’était en général pas un grand fan de l’objectif. Mais en soi, il comprenait l’idée derrière. Toutefois, ce n’était pas aujourd’hui le bon jour pour faire des selfies ; malgré leur bonne nuit de sommeil, ils avaient tous deux des têtes de déterrés, il ne fallait pas se mentir. Cependant, savoir que la prochaine fois qu’ils se verraient ils seraient plus en forme était une bonne motivation pour se revoir… Comme s’il avait besoin d’une raison supplémentaire pour désirer être avec lui.


« Ça me va, Je ne suis pas le plus grand fan des photos mais pour toi, je fais l’exception. »

Et il répondit avec joie au baiser. Il désirait presque être collé à lui ainsi jusqu’à l’arrivée du Dracolosse. Cependant, étant donné qu’il était nécessaire de définir leur prochaine retrouvaille, il était peut-être préférable de permettre à Ferir de parler. Il se releva un peu néanmoins, face à la proposition qui lui était faite. Il ne s’attendait pas réellement à cette opportunité, mais la surprise passée, il afficha un large sourire.

« Tu te sentirais vraiment capable de faire ça ? C’est trop adorable. »
Il déposa un baiser sur son épaule. « Je suis carrément partant oui. Et puis pour que ce soit plus équilibré, je pourrais le faire aussi. Quand je ne suis pas au boulot. »

C’était quand même important à préciser, puisque certes, il avait à s’occuper de son fils mais son job occupait aussi pas mal de son temps… Mais il n’avait pas spécialement envie d’en parler. Il s’était engagé à être honnête, mais il continuait de penser qu’annoncer qu’il était un membre actif d’une organisation mafieuse mondialement connue et recherchée se révélait être une très mauvaise idée. Il se perdit un peu dans l’observation du sourire de son chéri, essayant de dissimuler son léger agacement. Ah, oui. Il oubliait presque que le ranger vivait encore chez lui… Et il ne voulait pas faire de scène. Il trouvait ça naze de sa part de faire son jaloux de la sorte. Mais, cette fois-ci, ce n’était pas tant à cause des sentiments de Ferir pour Azamir. Il avait bien retenu que ces sentiments avaient évolués et qu’ils n’avaient plus rien à voir avec ceux existants, quand ils se sont rencontrés. Non, il était plutôt envieux parce qu’Azy pouvait profiter du Kantonien lorsqu’il le désirait. Néanmoins, il n’oubliait pas qu’il avait une alerte, dans la tête. Une voix qui lui répétait, inlassablement, qu’ils ne devaient pas aller trop vite. Ils avaient déjà grillé assez d’étapes comme ça.

« Tant qu’on peut se voir le plus souvent possible, moi ça me convient. »
Son attention vagabonda un peu, jouant avec une mèche de cheveux de son amoureux. « Et… Ça ne me dérange pas qu’Azamir vive chez toi, en réalité… ‘Fin… Je ne vais pas te mentir je suis un peu jaloux maiiiiis… C’est moi que t’aime désormais alors ça me va. » C’était un peu égoïste, quand même, comme façon de penser. Pour autant, il avait fait exprès de s’exprimer avec une voix un peu étrange, jouant sur le caractère supposé humoristique de sa réflexion. Comme un gamin ; t’es à moi. Pour autant, il était loin d’être de ceux qui considéraient qu’une personne était une possession, comme s’il s’agissait d’un objet. Bref. Il espérait que sa remarque ne serait pas mal prise.

Il réagit légèrement en entendant un bruit à l’extérieur. Knight était là, toquant à la fenêtre et se posant sur le balcon, non sans continuer de battre les ailes. Le sbire se demandait si l’armature était capable de supporter son poids. Il eut une nouvelle moue déçue, venant à voler un nouveau baiser.
« Le carrosse de monsieur est avancé. » Pour son plus grand malheur. Bon ok, c’était peut-être un brin exagéré.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Avalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 1MF6HKS Avalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 3MLhT5hAvalanche /-16 Yaoi\ - Page 6 RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Azamir Mergar

Azamir Mergar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 12375

Région : Kanto | Hoenn
Mer 18 Mar - 18:59
Ferir
C’est difficile de savoir qu’il reste si peu de temps avant que je doive partir, mais c’est ainsi. On ne peut pas envoyer balader nos responsabilités respectives, ça serait très immature de notre part. Malgré ça, devoir dire au revoir à Shin me déplaît fortement. L’habitude finira par arriver et ça sera de moins en moins pire. Puis, j’imagine qu’avec le temps nous parviendrons à trouver des solutions pour nous voir plus souvent, pour que ça soit moins douloureux de partir. On pourra toujours se parler par écrit ou au téléphone, comme nous l’avions fait avant que je passe ce week-end chez lui. Et peut-être en vidéo avec une appli qui le permet. Je crois que j’aimerais beaucoup, surtout dans les moments où il sera plus ardu de se voir. D’un autre côté, je ne veux pas non plus être envahissant. En ce sens, heureusement que j’ai des journées très occupées. En tout cas, je veux profiter de ces dernières minutes avec mon petit ami donc je laisse de côté toutes ces réflexions. J’aurai tout le loisir de m’attarder à trouver des solutions pendant mon retour dans le train. Si je ne m’endors pas... En tout cas, Shin a l’air de partager mon avis quant à l’idée de se revoir le plus rapidement possible. Ça fait vraiment plaisir de le constater. Je n’avais pas vraiment de raison d’en douter, vu comment il est réceptif à mes attentions et qu’il m’en donne aussi en retour. Son absence va m’affecter, c’est certain. Je me rassure en me disant que ce n’est que pour le temps de l’adaptation. Je suis peut-être un peu trop dépendant, ce que je n’avais jamais remarqué avant. Avec mes journées très occupées, ça me passera sûrement. Loin de moi l’idée de l’étouffer et qu’il me trouve trop envahissant... À situation contraire, j’aimerais aussi pouvoir faire mon boulot sans être constamment interrompu. Réfléchir de cette façon calme mes inquiétudes. Je sais que je ne serai pas pénible pour lui.

Maintenant que tu es rassuré, tu passes à la suite. Les minutes qui restent sont précieuses, il faut en profiter.

« Tu n’es pas obligé de te forcer si tu détestes. » Même si j’admets que j’en serais un peu déçu, parce que je veux bien avoir au moins une photo que je pourrai regarder en arborant sans doute un sourire idiot. Une photo qui fera en sorte qu’il me manque moins. Une qu’on est ensemble, me rappelant sa chaleur auprès de moi. Par contre, je ne veux pas insister. « Mais je suis touché si tu veux faire exception pour moi. » J’ai un franc sourire, avant de l’embrasser. Il fait en sorte que je me sente bien, que je ne me lasse absolument pas de l’avoir près de moi. Je ne me lasserai jamais, j’en ai la certitude. Chaque fois que j’ai pu le voir jusqu’à présent, cela a fait en sorte que mes sentiments pour lui s’intensifient. Il n’y a pas de raisons pour que ça change. Je lui propose donc de me rendre chez lui quand Kane est à l’école. Je souris à sa réponse, continuant mes attentions pendant que je reçois un baiser sur l’épaule. Par contre, à la suite, j’arbore une légère moue qui ne reste pas très longtemps. Il est vrai que j’en oubliais son travail. Il y a cette contrainte-là à prendre aussi en considération. « Désolé, je... j’avais un peu oublié pour ton travail. » Je me sens un peu embarrassé, sauf que je ne veux pas rester dans cet état trop longtemps, sachant que les minutes défilent. « Je suis content si tu es partant! On fera en fonction de nos responsabilités oui, pas de problème. » Tant qu’on peut se voir quand même souvent, même si ce n’est que pour quelques heures, ça me conviendrait. J’ai... un peu peur que la distance soit trop difficile à tenir au début. Je ne veux vraiment pas que ça devienne un motif pour nous séparer. Ou que je me fasse remplacer, ça m’est arrivé tellement de fois... Je devrais peut-être lui partager ces craintes, mais nous n’avons plus beaucoup de temps. Je vais les garder pour moi. Je suis capable de me rassurer que tout ira bien.

Sauf que tu sais que si tu te noies trop dans l’espoir au point de jouer à l’autruche, la chute sera extrêmement difficile si elle survient.

« Je suis d’accord. » Suite à ses paroles que me voir le plus souvent possible lui convient. J’aime bien qu’il joue comme ça dans mes cheveux, c’est apaisant. J’ai toujours adoré ça, mais mis à part ma mère quand j’étais enfant, je n’ai jamais eu personne pour le faire depuis... Il y a Drif, mais ce n’est pas pareil avec un Pokémon. Bref, je souris jusqu’à la suite, où je me montre surpris. Je ne m’attendais vraiment pas à ça, même si le ton employé me rend un peu confus sur ses réels sentiments derrière tout ça. Je sais que l’amour que j’ai éprouvé pour Azy n’a pas aidé, mais de là à ce qu’il soit jaloux... Je ne suis même pas sûr de comprendre ce que ça veut dire. Est-ce que Shin ne me fait pas encore confiance? Une nouvelle moue désolée se peint sur mon visage tandis que mes deux mains viennent se poser sur ses joues. « C’est vraiment toi que j’aime de tout mon cœur, oui. » Ça me semblait important de le répéter, de lui démontrer que je ne mens pas. Je n’aurais pas fait tous ces efforts pour le revoir sinon. Il n’est pas un simple remplaçant d’Azy, j’ignore si c’est ce qu’il pense... J’espère que non. Je ne sais pas non plus s’il faut que je le lui dise ou si ça sera juste pire. « Et je t’assure que maintenant que tu es mon petit ami, il va faire tout son possible pour partir vite, pour ne pas déranger. » Je le connais, il va sans doute m’en parler dès mon retour tout à l’heure. J’ai de nouveau un léger sourire aux lèvres, espérant que ça chassera un peu cette jalousie que je ne comprends pas bien. Que je prends sans doute un peu trop contre moi, aussi... Je dépose un rapide baiser sur ses lèvres, puis mes mains bougent pour naviguer quelque peu sur son torse. Je souhaite qu’il soit rassuré, maintenant. Je ne sais juste pas quoi dire pour m’en assurer, ou quoi dire tout court. De ce fait, le bruit que fait Knight me surprend. Déjà? Je dois avoir la même expression faciale que Shin en ce moment, bien que je réponde au baiser qui m’est donné. « Oui, il semblerait... »

Soupirant, tu te redresses lentement, allant vers la porte du balcon pour l’ouvrir et adresser quelques mots au dragon.


« Attends-moi en bas, à l’entrée. Je ne me sens pas du tout d’embarquer sur ton dos dans un espace restreint. » Il acquiesce et vole aussitôt vers l’entrée. Je me tourne ensuite vers mon homme. « Je me change, tu viens? Mais il ne faudrait pas le faire attendre trop longtemps. » J’ai un petit rire, attendant la réaction de mon petit ami.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 6 sur 6) Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: Doublonville-