AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 
» Avalanche /-16 Yaoi\


Azamir Mergar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 11925

Région : Kanto | Hoenn
Mer 19 Déc - 5:45
Ferir
Il semblerait que le thème des cheveux revient souvent avez vous. Vous en discutez de nouveau et tu apprécies le compliment que ta coiffure te va bien. La conversation se poursuit quelques instants, mais vous profitez aussi de l’instant présent dans cette douche. Tu te plais à aider Shin à se laver, bien que tu doives aussi faire attention à tes mouvements. Au final, l’expérience est assez agréable, bien que des pensées un peu moins positives ont tendance à remonter dans ton esprit ici et là pendant le tout. Tu es encore épuisé physiquement et psychologiquement par cette dernière semaine. Tu voudrais que ça ne paraisse pas, sauf que tu restes plus vulnérable. Au moins, tu as conscience de tout cela, ou presque. Ça va mieux une fois sorti de la douche, quand tu n’as plus à trop surveiller ton avant-bras. Quand il sera de nouveau enseveli sous ton bandage, ton attention pourra aller ailleurs. Même si la promesse de non-jugement est présente, tu ne peux empêcher cette forte honte, empêcher tes propres jugements de venir te parasiter. Donc, te sécher rapidement est essentiel, même si tu veux aussi profiter d’une proximité avec ton amoureux. Tu ne t’attendais vraiment pas à finir ici, chez lui, après votre conversation. Tu redoutais même de ne pas le trouver, d’avoir fait le chemin pour rien. C’est bien que tes appréhensions ne se soient pas concrétisées et que tu puisses rester avec lui. Tu espères surtout que ça ne dérange pas Shinara que tu te trouves dans un état d’esprit qui n’est pas propice à avoir plus que des câlineries. De ce que tu sais de lui, ça ne devrait pas être le cas, mais il y a toujours plus de risques que des pensées négatives t’envahissent. C’est le cas d’ailleurs avec le souvenir de cette mauvaise expérience avec un de tes ex qui surgit...

Mais Shin n’est pas comme lui. Il est différent des autres, il est plus gentil. Une vraie bonne personne.

Te rassurer sur ce point te fait du bien. C’est ainsi que tu peux avoir l’esprit un peu plus tranquille, ayant hâte de t’écraser sur le divan en te collant contre ton petit ami. Une fois vêtu et après des attentions plaisantes, tes pas te guident vers la cuisine, ne remarquant pas que Shin ne te suit pas. C’est normal, il fallait bien s’occuper de déposer les serviettes. Ça te permet de zieuter rapidement ton portable, t’assurant de ne pas avoir eu de messages pour le refuge. Tu doutes qu’Azamir te contacte pour autre chose, mais s’il le fait, il faudrait que tu sois réactif, autant que possible. Les Pokémon ont une routine à laquelle il vaut mieux ne pas déroger. En tout cas, ton portable est réglé sur la sonnerie donc si jamais, tu ne devrais pas manquer une notification ou un appel. Donc, tu avances de quelques pas, curieux quant aux photos qui sont présentes un peu partout, qui n’étaient pas là lors de ta précédente visite. En regardant le tout, ça fait une ambiance assez différente. L’appart du célibataire prend une tout autre dimension, mais elle te plaît aussi. Entendant les pas de ton amoureux qui s’approchent de toi, tu ne peux empêcher un commentaire de franchir tes lèvres face à la photo. L’enfant est adorable. Une part de toi a hâte de le rencontrer, mais tu ne veux rien presser. Chaque chose en son temps. Il ne s’agit pas d’une banale rencontre. C’est bien plus important que ça. Bref, un sourire anime ton visage à la réponse que tu obtiens, face aussi au sourire que Shinara arbore. C’est plaisant de le voir ainsi. Tu découvres une nouvelle parcelle de sa personnalité, tu le découvres dans une nouvelle situation. Il est vraiment jeune pour avoir à sa charge un enfant de cet âge, mais il semble bien s’en tirer. En tout cas, lorsqu’il te tend la photo afin que tu puisses la regarder de plus près, tu constates sans mal que le petit semble heureux. C’est tout ce qui compte.

Et ça me rend heureux pour eux. Après l’abandon qu’ils ont tous les deux vécu, c’est bien d’avoir pu rester soudés.

Un petit rire s’échappe d’entre tes lèvres suite aux mots de ton amoureux. Je le constate, il est vraiment trop chou. Tu allais ajouter que tu as hâte de voir en vrai, mais tu ne veux pas sembler insistant. Tu te contentes donc de déposer le cadre à l’endroit ou il se trouvait tout juste avant. Ton regard s’attarde un peu sur les autres photos, en particulier celle qui montre un autre homme. Forcément cet ex qui est soudainement parti... Le père de l’enfant. C’est forcément pour cette raison que cette photo est toujours là. Tu trouves un peu bizarre qu’elle soit à la vue comme ça, au lieu d’être dans la chambre de Kane, par exemple. Néanmoins, ton attention est captée par Shin qui te demande si tu veux quelque chose à boire, donc ça te fait penser à autre chose. J’aimerais bien de l’eau s’il te plaît. Dans tous les cas, il vaut mieux que tu évites l’alcool et tu n’as pas d’envie particulière de quoi boire, donc de l’eau ça ira très bien. Tes pas se dirigent ensuite lentement vers le divan, tandis que tu réfléchis. Tu ne sais pas si le changement de sujet est survenu pour éviter que tu poses des questions ou si c’était vraiment qu’une forme de politesse puisque tu es son invité. C’est difficile à dire... Au cas où, commences-tu doucement, j’ai mis le volume sur mon portable. Il y a deux Pokémon dont Azy n’a pas fait seul la routine en entier du soir et du matin, pour l’instant. Donc si jamais il a besoin d’aide, je préfère ne pas manquer son appel. Tu crois qu’il vaut mieux préciser tout cela, afin qu’il ne soit pas surpris que tu n’ignores pas un appel. Tu le feras si c’est n’importe qui d’autre que ton meilleur ami qui te contacte. Ça serait étonnant qu’il te demande, sachant que tu notes absolument tout, il devrait pouvoir se débrouiller. Mais si jamais ça arrive, tu espères que ça ne dérangera pas ton petit ami...

Je ne pourrai pas faire autrement même si c’est le cas... Les Pokémon du refuge sont sous ma responsabilité.

Tes fesses se posent ensuite sur le divan. Ça fait du bien d’être assis, de pouvoir relaxer aussi. Par contre, avant d’entamer quoi que ce soit avec Shinara, tu oses essayer de satisfaire un peu plus ta curiosité. Dis... tu me parlerais un peu plus de Kane? Tu as alors un sourire un peu plus timide, espérant ne pas te prendre un refus ou une réaction négative. Ça serait dommage, quand même...



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Shinara Shikei
Modo Jeux & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1724

Région : Johto
Mer 19 Déc - 20:09
Au moins, si son idée d’une douche à deux avec les blessures de Ferir n’était pas des plus fameuses, il n’y avait pas eu d’incident notable. En ce qui concernait le sbire, il avait passé un agréable moment à se faire laver par des mains qu’il apprécie, ce qui le rendait quelque peu guillerets. Aucun d’eux n’aurait pensé qu’ils en seraient là, à profiter de cette journée ensemble. Le sbire tâchait d’ignorer la culpabilité qui stagnait dans un coin de sa tête, pour avoir fui, pour avoir, d’une certaine façon, contraint son chéri à s’automutiler. Même si le Kantonien confirmait qu’il n’y était pour rien, le schizophrène ne pouvait s’empêcher de croire que s’il avait joué franc jeu, que s’il avait été honnête dès le départ, ces marques ne seraient pas présentes sur ses poignées. Mais ce n’était pas le genre de pensée à avoir ; ce qui était arrivé était arrivé et il ne pouvait rien y faire. L’idée était plutôt de se concentrer sur le présent et l’avenir, désormais. Il accueillit ainsi volontiers son amoureux dans ses bras lorsqu’il vint lui réclamer un câlin, caressant avec douceur sa peau, profitant de ses lèvres. Il préférait ne pas tenir compte des plaies, au risque de le faire culpabiliser davantage. Cela ne leur apporterait rien de bon.

Ils quittèrent la salle de bain, Shin en dernier, histoire de s’assurer que les serviettes sécheraient bien et que ses cheveux ne le dérangeraient. Il rejoignit son invité dans la cuisine en premier lieu, le voyant regarder son portable. Sans doute pour s’assurer qu’Azamir n’avait pas envoyé de message. Ça lui rappelait qu’il ne savait pas trop ce qu’il avait fait de son propre téléphone… Se rappelant qu’il avait quand même laissé le linge sale trainer au sol, ayant eu la flemme de les mettre au panier. Sans doute l’appareil était-il dans son pantalon, mais il était pris d’une flemme monstre, subissant un coup de fatigue assez puissant. Il revint rapidement à la réalité toutefois en voyant son amoureux regarder autour de lui, découvrant ainsi l’appartement sous un nouveau jour. Avec les jouets de Kane qui squattait un peu partout… Ça changeait le décor, c’était certain. Et encore, Ferir n’avait pas vu la chambre du bambin qui était entrouverte, en face de la sienne. La fameuse pièce « débarras »… Hum. Il avait vraiment merdé, quand il y repensait.

Il fut tout d’abord surpris, lorsque son chéri lui affirma que son fils était adorable. Il comprit néanmoins bien vite de quoi il parlait, s’emparant de la photo avec un doux sourire, ne manquant pas d’assurer la mignonitude de son garçon. De toute évidence, l’avis était partagé et le sbire ne put que sourire davantage.
« Merci. » … Pourquoi dire merci, au juste ? Après tout, il n’y était absolument pour rien, pour le fait que son fils était chou… Étant donné qu’ils n’avaient pas les mêmes gênes. Et puis quand bien même, les traits physiques ne résultaient pas d’une éducation ou autre. En soi, c’était idiot comme réponse, mais il passa outre. En tous les cas, il gardait un large sourire, demandant si Ferir souhaitait boire quelque chose. Il acquiesça quant à l’idée de l’eau, se disant qu’il serait préférable pour lui aussi d’en prendre. Il avait eu un sale réflexe d’ouvrir le frigo pour prendre une bière mais… Mais le whisky tapait encore un peu trop pour qu’il continue de tourner à l’alcool. Et puis, avec son traitement, c’était plutôt déconseillé. De l’eau, c’était très bien.

Pendant qu’il préparait les deux verres, son homme se dirigea vers le salon, l’informant qu’il risquait d’avoir un appel de son meilleur ami.
« Pas de souci, c'est normal. T’as beaucoup de pensionnaires, en ce moment ? » Il savait que Ferir aimait à parler de son travail, il avouait aimer l’entendre en parler. Il était plutôt rare de voir des personnes enthousiastes par rapport à leur boulot et cela faisait du bien de constater que ça existait encore. Et puis, il était curieux, aussi, il fallait l’avouer. Il ignorait quel était la capacité d’accueil du refuge de son chéri, se disant qu’il devrait peut-être aussi poser la question. Et puis… Et puis s’ils pouvaient éviter de parler d’Azamir trop longtemps, ça l’arrangerait aussi. Il aurait besoin de temps pour ne plus ressentir cette pointe de jalousie qui comprimait bêtement sa poitrine. D’autant plus qu’actuellement, il n’avait pas grande estime chez le ranger… Et il préférait ne pas y penser.

Il ne tarda pas à rejoindre son invité dans le salon, déposant son verre sur la table basse. Au passage, il vint à coucher le portrait de mariage afin de plus pouvoir la voir, plus par habitude qu’à cause de la présence de Ferir. Le cadre était là pour son fils, pour pas qu’il pense que le sujet de son père biologique était tabou. Bon, le sbire devait avouer qu’il n’aimait pas quand Kane lui posait des questions sur Jasper mais… Mais il ne pouvait pas le forcer à refouler ses sentiments en lui. Pour un enfant de huit ans, c’était trop. Alors le jeune père faisait des efforts, en sa présence. Dès lors que le garçon n’était pas dans les parages, Shin’ ne tardait pas à dissimuler la photo pour ne pas l’avoir constamment sous le nez et risquer de l’envoyer valdinguer par la fenêtre. Bref. Il revint rapidement vers son chéri, se laissant tomber à ses côtés, laissant échapper un soupir d’aise. C’était agréable de s’asseoir sur quelque chose de moelleux qui ne lui défonçait pas le dos ou les fesses. Clairement, le sofa était bien plus confortable que le sol. Ensuite, à la question qui suivit, il acquiesça doucement en gardant le silence un court instant, pensif.
« Je sais pas ce que Sha t’a dit à son sujet, mais on va commencer par le commencement, ça me parait pas mal. » Ça risquait d’être long, mais il pensait que c’était important de définir comment et pourquoi il se retrouvait, à vingt-trois ans, à élever un enfant de huit ans qui n’était même pas de son sang.

« Kane a grandi jusqu’à ses cinq-six ans avec sa maman, Chika. Il a grandi entre Kantô et Johto, je crois qu’elle était assez nomade, de ce que j’ai entendu dire. » Était-ce vraiment important ? Pour son fils, sans aucun doute. « Chika est malheureusement décédée, suite à d’un accident… » Il lui semblait que c’était ça. Il avait posé une fois la question à son ex, jamais osé aborder le sujet avec l’enfant. Il préférait éviter de lui rappeler cet évènement dramatique. « Bref, il était donc logique que la garde de Kane incombe à son père biologique… Mon ex, quoi. Qui savait pas qu’il était père d’ailleurs puisque Chika lui avait caché sa grossesse. » Le principe lui échappait un peu, mais passons. Ça faisait un peu série télé, mais il s’abstient de faire le commentaire. Il espérait juste qu’il n’aurait pas lui-même ce genre de surprises un jour… Même s’il n’y avait pas vraiment de raison, en fait. « A l’époque on était plus ou moins en couple et… Et j’ai adopté légalement Kane après le mariage parce que c’était plus simple. Puis quand mon ex s’est barré, j'ai demandé le divorce et on a déménagé de la maison où tu m’as retrouvé, tout à l’heure, à ici. Parce que Kane va à l’école à Ecorcia donc c’est plus simple et que sinon, j’aurais fini par mettre le feu à la baraque à un moment ou un autre. » Peut-être que l’élan de d’amertume de la fin n’était pas nécessaire, mais il n’avait pu faire autrement. Il se rendait bien compte que même s’il cherchait à rester logique et à réciter les faits chronologiquement, il donnait si peu de détails que c’était peut-être compliqué pour Ferir de comprendre le tout, il était toutefois libre de poser les questions qu’il voulait.

« Et sinon je ne réponds pas vraiment à ta question, en fait. »
Il eut un léger rire, passant une main dans ses cheveux. « Kane est un garçon adorable, mais ça je l’ai déjà dit. Il est… Calme, posé, doux, j’oublie parfois que c’est un gamin… Mais il me le rappelle assez vite avec ses questions qui viennent de je ne sais où. Je ne saisis pas toujours sa logique d’ailleurs. Il est très curieux aussi et il essaye de comprendre le monde qui l’entoure. J’essaie de l’aider au mieux que je peux, même s’il me pose des colles parfois. Et euh… Il est tête en l’air. Beaucoup. Dans la lune, souvent. Ce qui explique un peu le bordel de l’appart’…. Désolé. » Il avait beaucoup trop parlé, si bien qu’il vient à boire une gorgée de son eau. A parler ainsi, il espérait juste ne pas avoir effrayé son petit ami.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Azamir Mergar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 11925

Région : Kanto | Hoenn
Mer 26 Déc - 6:23
Ferir
C’est un peu surprenant de te faire remercier pour tes commentaires sur Kanes, face aux photos. Mais tu trouves ça aussi très adorable de la part de Shinara et t’en viens à arborer un sourire attendri. Découvrir cette nouvelle facette de lui a tendance à accentuer ce que tu ressens déjà. Il faut être honnête et admettre que tu ne t’attendais pas du tout à ce qu’il aime les enfants ni même qu’il en ait un à sa charge. Moins encore de le voir un peu gaga comme ça. C’est une agréable surprise, à tes yeux. Bref, à la demande pour avoir quelque chose à boire, la réponse qui te vient est de l’eau. Ça sera parfait, pas besoin de plus. Pas vraiment envie de plus non plus. Pendant que les verres sont remplis, tu apportes une précision que tu estimes importante. Il vaut mieux prévenir que ton portable pourrait sonner et que tu ne l’ignores pas. Au final, la nouvelle est bien prise, ce qui te soulage. Ton état d’esprit te fait vraiment voir que les mauvais côtés, que les pires scénarios. C’est de moins en moins le cas, et au fil des prochains jours ça ira mieux sur ce point. Une inquiétude de plus pour aucune raison, c’est une chance qu’elle soit chassée si rapidement. Face à la question, un sourire se manifeste sur tes lèvres. Que ton amoureux se montre curieux quant à ton travail te fait plaisir. Ton enthousiasme est toujours présent, dans ce genre de cas. J’en ai dix, réponds-tu directement après la question. C’est ma capacité maximale, je ne peux pas en prendre plus. J’en ai toujours dix. Il te semble avoir précisé que ton refuge marche toujours au maximum de sa capacité lors de votre rencontre, mais ce n’est pas un problème pour toi de te répéter. Tu t’arrêtes là, désireux de ne pas expliquer pourquoi Azamir n’a pas effectué la routine de deux d’entre eux. Tu ne saurais comment le dire sans devoir révéler que tu t’occupais très bien d’eux avant... avant de sombrer comme tu l’as fait. Il a dû prendre soin de tous les autres pendant cette dernière semaine. Prendre soin de toi, aussi. Donc ton silence se prolonge un peu en constatant que Shin couche la photo qui t’a intrigué pendant quelques instants tout à l’heure.

C’est à cause de ma présence? Je ne sais pas comment je dois l’interpréter...

Il vaut mieux que tu n’y songes pas plus longuement. Quand il vient s’asseoir à côté de toi, te remettant ton verre d’eau, tu le remercies avec le sourire, buvant une gorgée avant de le poser sur la table. Par la suite, ton regard revient vers l’homme que tu aimes. Tu avais voulu plus tôt poser des questions sur son fils, alors tu te lances, lui demandant de te parler de lui. Tu ouvres la bouche quand il mentionne qu’il ne sait pas ce que sa sœur a pu te dire à son sujet. Pas grand-chose, avais-tu envie de répondre. Juste qu’il est le fils biologique de son ex et qu’il en a la garde. En plus de son prénom et de ce qu’elle a affirmé après avoir administré le traitement. Donc au final, c’est très peu d’informations. Sinon, tu n’aurais pas pris le temps de poser la question. Mais tu te tais, le laissant t’expliquer toute l’histoire. C’est mieux ainsi. Au moins, tu pourras avoir une meilleure compréhension puis ça t’intéresse réellement. C’est tout de même un peu difficile de le suivre et de bien figurer ce qu’il raconte. Une moue prend place sur ton visage, suite aux mots comme quoi ton petit ami aurait pu mettre le feu à la maison où il se trouvait, plus tôt. Sans le contrôler, ta main vient se poser sur une des siennes, la plus près de toi. Pourquoi est-il allé là-bas si pour lui, ça évoque de mauvais souvenirs? Il faut admettre que l’interrogation te brûle les lèvres, sauf qu’il vaut sans doute mieux que tu la ranges dans un coin de ton esprit et que tu l’oublies là. Du moins, pour cette fois. Tu contrôles donc autant que tu le peux ton visage. Je... je vois. Bon pas tant que ça en fait, mais passons. T’as quand même une idée chronologique de ce qui s’est passé, difficile de demander plus. Je n’étais pas au courant qu’on peut adopter l’enfant de notre conjoint. Ça te laisse pensif quelques instants. De toute façon, tu ne te vois pas être avec quelqu’un d’autre que Shinara donc ce n’est certainement pas toi qui auras à effectuer un jour de telles démarches. C’est surtout qu’avec la tentative de tes parents d’adopter Azamir t’a rendu curieux quant à l’adoption.

Mais même si ça n’a pas fonctionné, il est de ma famille. À mes yeux, c’est le cas.

Shin poursuit ensuite, répondant réellement à ta question. Tu as un léger sourire en l’entendant rire, en le voyant avoir ce petit geste de se passer la main dans les cheveux. On dirait un tic, tu te demandes alors si t’en as un, toi aussi. Peut-être avec ton visage si expressif. En tout cas, ton attention revient rapidement vers ton amoureux qui poursuit sur son idée. Et plus il parle, plus tu te sens attendri, plus ton sourire l’est aussi. Tout ton visage le démontre. C’est vraiment beau de le voir ainsi. Loin d’être effrayé. Doucement, tu te penches pour lui donner un simple baiser, après sa gorgée d’eau. Tu espères qu’il prendra bien ce que tu lui diras ensuite. Je découvre une nouvelle facette de toi, c’est plaisant. Un nouveau sourire attendri avant de poursuivre. Je dois admettre qu’elle me plaît beaucoup, cette facette. Tu es adorable quand tu parles de ton fils. Tu le penses sincèrement. Tu n’as pas vraiment l’habitude de mentir, et de toute façon ça se voit tout de suite sur ton visage et dans ton langage non verbal. Je suis content d’en savoir plus sur Kane. Ça renforce mon impression eue après avoir vu les photos. Merci d’avoir répondu. Tu es vraiment curieux quant à une potentielle rencontre, bien que tu saches que ça ne sera pas pour tout de suite. Vous devez prendre votre temps. Mais... c’est toujours difficile pour toi de freiner l’enthousiasme. Et je suis sûr que tu t’en sors très bien avec lui, même s’il te pose des colles. Ton sourire devient un peu plus amusé pour le coup. Il s’efface quelque peu face à ce que tu t’apprêtes à dire, à cause de l’insécurité que cela génère. En tout cas, je... C’est difficile de savoir comment formuler exactement. Tes iris noisette vont vers les verres d’eau posés sur la table. Je dois admettre que j’ai hâte de le rencontrer, mais je sais qu’il faut y aller doucement et bien préparer. Tu as un petit sourire timide, mais tu ne lèves pas les yeux. J’espère que... que mon enthousiasme ne te dérange pas trop...

C’est plus fort que moi, mais je sais être patient et je sais ne pas insister.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Shinara Shikei
Modo Jeux & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1724

Région : Johto
Dim 6 Jan - 13:41
De base, Shin n’aimait pas les enfants. Il ne pensait pas avoir la patience pour en gérer un et, clairement, à vingt-et-un an, lorsque Kane était entré dans sa vie, il était persuadé qu’il ne tiendrait pas le rythme. Toutefois, avec son fils, il se trouvait chanceux ; c’était un enfant calme dans son ensemble, curieux certes, mais calme. Il ne faisait pas les crises des autres gamins, celles que le sbire voyait parfois lorsqu’il allait faire les courses. Jamais Kane ne s’était mis à hurler ou pleurer parce que son père avait refusé de lui acheter quelque chose, par exemple. Il ne manquait pas d’expliquer son choix et s’il entendait parfois des parents lui dire que ça ne servait à rien, que ce n’était qu’un enfant qui n’avait pas la capacité de comprendre, il pensait que c’était leur façon de penser qui était idiote. D’autant plus qu’il détestait recevoir des leçons d’éducation de la part de parents qui savaient à peine gérer leurs mouflets. L’idée n’était pas de traiter son fils comme un adulte, mais pas comme un bébé non plus. Il avait huit ans dorénavant et il était très capable de comprendre beaucoup plus de choses qu’il ne l’aurait cru. Et c’était sans doute pour cela, en partie, que cela fonctionnait si bien entre eux.

Le schizophrène ne cherchait pas spécialement à changer de sujet, seulement, il serait plus agréable de se poser sans avoir à se lever toutes les deux minutes. Après avoir su ce que son invité désirait boire, il opta pour la même boisson avant d’acquiescer à la remarque. Il comprenait parfaitement qu’il ne pouvait pas complétement oublier son travail pour se prélasser chez lui. Surtout que ce n’était pas prévu, à la base, qu’il squatte ici alors si Azamir rencontrait des problèmes, il était normal que Ferir l’aiguille comme il pouvait. Il mettait sa jalousie de côté pour le coup, et il ne manqua de relancer la conversation, se concentrant davantage sur la pension. Il demandait sans doute quelque chose qu’il savait déjà, mais en avisant le sourire de son partenaire, il se rendait bien compte que cela ne le dérangeait pas outre mesure, au contraire. Il apprit ainsi qu’il avait une capacité maximale de dix pokemon… Et qu’il tournait toujours à dix. Une moue étrange se dessina sur le visage du sbire, ne sachant pas trop s’il devait se réjouir de savoir que son boulot se portait bien, même si cela traduisait la détresse des créatures. Même s’il faisait partie des Rockets, Shin’ avait toujours éprouvé bien plus de compassion pour les pokemon que pour les humains.
« J’espère que ça ira pour eux. » Il ne savait pas vraiment comment rebondir, après ça. Il n’avait pas envie de le questionner sur les raisons de la présence des pensionnaires, craignant de se zapper encore plus le moral. Déjà qu’il se remettait doucement en marche, ce n’était pas pour se tirer vers le bas avec des pensées malsaines.

Par automatisme, il coucha la photo de mariage avant de s’installer sur le canapé. Il ne prit même pas conscience de son acte et l’absence de réaction de son petit ami ne le motiva pas à expliquer son geste. Après s’être laissé tomber sur le canapé, Ferir lui demanda de parler de son fils. L’idée ne le dérangeait pas, mais il pensait qu’un petit typo serait nécessaire, ne serait-ce que pour expliquer convenablement la situation. Enfin, convenablement… Etant donné que son discours était particulièrement décousu, il n’était pas sûr que son interlocuteur ait réellement tout compris, mais il ne l’empêchait pas de continuer ses questions s’il en éprouvait l’envie. Il se saisit par automatisme de la main qui se posa sur la sienne, lui faisant réaliser qu’il était peut-être allé trop loin dans ses réflexions, en affirmant qu’il désirait au plus profond de lui-même voir son ancienne maison brûler. Peut-être que ce serait libérateur… Mais il ne pouvait pas, puisque la demeure faisait partie de l’héritage de son fils. Bref. Il avait avisé la moue de son partenaire, lui répondant par un sourire désolé. C’était comme ça après tout, il n’en pouvait rien. Il avait toujours des réactions plus ou virulentes, quand il s’agissait de cette histoire.


« A la base je ne savais même pas qu’on pouvait se marier avec une personne du même sexe, c’est dire. Mais à Johto en tout cas oui, tu peux adopter l’enfant de ton conjoint. J’sais pas par contre si c’est pareil dans les autres régions… » Il resta pensif un instant à son tour, essayant de faire le point dans son esprit. Il en était néanmoins incapable, étant donné qu’il n’avait pas vraiment gérer la chose. Il devait avouer qu’il avait délaissé l’administratif à Jasper à l’époque et qu’il s’était contenté de signer le document d’adoption. Après, avec le décès de son ex, il avait bien été forcé de se concentrer sur les documents mais il avait eu alors l’aide de sa sœur… L’administratif et lui, vraiment, ça faisait deux. Sans elle, il ne savait pas comment il aurait réussi à ses fins. En galérant davantage, bien qu’il avait déjà eu cette sensation de s’écrouler face à toute la paperasse. Il n’avait pas spécialement envie de s’y replonger, pour le moment.

Il se rendit compte, tout à coup, qu’il n’avait pas vraiment répondu à la question première. Il tâcha de se rattraper donc, évoquant les traits principaux de son garçon. Il était évident, à l’entendre parler, qu’il était très fier de Kane. Le simple fait de parler de lui faisait naitre au coin de ses lèvres un doux sourire. Il but une gorgée d’eau, un peu surpris par le baiser qui lui fut donné ensuite. Il s’arma d’un nouveau sourire, caressant la main qu’il avait toujours dans la sienne. Il devait toutefois admettre qu’il se sentait un peu nerveux quant à la réaction de Ferir, mais ses craintes furent rapidement balayées. Ses joues s’empourprèrent plutôt suite aux compliments et aux paroles de son amoureux, constatant la sincérité de ses propos. Il était vrai qu’il avait un comportement totalement différent à l’habituel, lorsqu’il parlait de son fils.
« Merci. » Il ne savait pas vraiment si c’était à ce qu’il avait à dire, mais il devait avouer qu’il se concentrait surtout à chasser le rouge qui maculait dorénavant ses joues. « Ça me touche. » Il était sincère, lui aussi. Il vint à déposer à son tour un baiser sur ses lèvres, souriant. « J’essaie de faire au mieux, même si j’ai pas vraiment de modèle sur lequel m’appuyer… » Il aurait préféré garder ça pour lui, bien que ça reflétait la réalité. Il ne savait pas ce qu’était un bon père alors il allait à tatillon, parfois. Il vint à s’enfoncer un peu dans le sofa, venant à poser sa tête sur l’épaule de Ferir, se calant contre lui. Ça lui faisait du bien.

Il rit à la remarque, celle qui lui disait que son partenaire était persuadé qu’il s’en sortait bien. Ça aussi, ça le touchait. Il eut tendance à se détendre, posant ses pieds sur la table basse –il était chez lui, il pouvait faire ce qu’il voulait, d’abord-, se nichant encore plus contre son petit ami. Il se redressa un peu pour entendre ce qui suivait, des mots qui semblaient poser quelques problèmes à son chéri. Il déposa un baiser dans son cou, histoire de le rassurer un peu.
« Il faudra qu’on organise une rencontre, oui. Je suis sûr que Kane va t’adorer. Y a pas de raison. » Il ne savait pas encore comment il s’y prendrait, il fallait déjà expliquer sa relation à son fils. Il trouverait bien un moyen de le faire. Mais pour l’heure, il voulait se concentrer sur son amoureux. « Pas de tout, au contraire. » L’enthousiasme de son chéri ne l’importunait pas le moins du monde. Il se redressa, caressant sa joue de sa main libre, un sourire réconfortant sur les lèvres. « Je suis content de te voir réagir comme ça. Ça me fait plaisir. Tu… Tu serais en droit de réagir autrement, sachant que c’est le fils de mon ex… Mais ce n’est pas ton genre, pas vrai ? Ça ne me fait que t’aimer encore plus. » Il n’était pas certain que la syntaxe de sa phrase était correct, mais il espérait que le message derrière était clair. Il déposa un baiser sur ses lèvres, caressant doucement ses cheveux. Il était complètement en mode « love-love », pour le coup.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Azamir Mergar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 11925

Région : Kanto | Hoenn
Ven 11 Jan - 4:24
Ferir
C’est rassurant de constater que Shinara comprend que tu puisses avoir un appel concernant ton refuge. Le cas contraire aurait été très gênant pour toi. Il te pose ensuite une question quant au nombre de pensionnaires que tu as actuellement. Autant dire que tu tournes toujours à plein régime et qu’il faut souvent que tu envoies des Pokémon ailleurs, qu’on t’appelle pour savoir si tu as des places quasiment chaque semaine, en plus de ceux que tu trouves par toi-même, blessés par d’autres Pokémon sauvages ou par des humains malveillants... Mais ça, tu préfères ne pas y songer. Par contre, en parlant, tu ne t’attendais pas à voir une moue se dessiner sur le visage de ton amoureux. C’est vrai que c’est triste le grand besoin de ces créatures. Il faudrait plus de ressources, mais ça augmente peu à peu. Le monde est plus sensibilisé à la cause qu’il l’était. Il faut que ça continue en ce sens. On prend soin d’eux, on donne notre maximum pour leur rétablissement. Voilà ta réponse, alors qu’un léger sourire apparaît sur tes lèvres. Oui, il est évident que tu feras tout pour tes pensionnaires, puis tu as de l’aide pour cela. Quand ton meilleur ami déménagera, ça sera tout de suite plus difficile, surtout si Kad part avec lui... Ça serait normal, mais tu te reposes trop sur elle, sur ses capacités hors norme. Il t’en faudrait un Alakazam, un qui choisirait lui aussi de te venir en aide. Bref, il est temps de relaxer. Quand ton petit ami te rejoint après t’avoir donné le verre d’eau demandé (et que tu le remercies), ce n’est pas long avant que tu laisses ta curiosité prendre le dessus. Tu veux en savoir un peu plus sur son fils, c’est normal. Tu comprends que tu ne pourras pas le rencontrer avant quelques semaines, minimalement, mais te préparer à le voir n’est jamais trop tôt. Puis, tu te dis qu’il s’agit sûrement d’un sujet plus positif que d’autres. Découvrir cette part de la vie de ton amoureux t’intéresse et ça ne devrait pas trop l’ébranler de t’en parler. Du moins, tu crois.

J’espère ne pas me tromper... Au moins, avec la réaction qu’il a, c’est bon. J’aime l’écouter parler.

Bon, il y a un petit passage qui te plaît moins, il faut l’admettre. D’ailleurs, tu ne peux empêcher une moue de prendre place sur ton visage, au moment qu’il évoque l’envie de brûler la maison. Par contre, tu peux comprendre que ça soit difficile pour lui de s’y rendre ou même d’y penser. En tout cas, cette réaction ne passe pas inaperçue puisqu’un sourire désolé se niche sur ses lèvres, mais au moins, vos mains se serrent ensemble. Ce n’est pas bien grave qu’il ait dit ça, c’est surtout que tu n’aimes pas l’entendre aller vers du négatif. Mais ça, c’est typique de toi. Donc, tu ne peux t’empêcher d’être surpris, après la tirade, que l’adoption d’un enfant du conjoint soit possible. À la réponse que tu obtiens, tu redresses doucement la tête pour bien le fixer dans les yeux, même si vous êtes collés un contre l’autre et que c’est plutôt difficile. À Kanto aussi, nous pouvons nous marier entre personnes du même sexe. Je pense que c’est de plus en plus généralisé à travers le monde. Tu as un léger sourire en disant cela, mais tu n’as pas l’intention de te marier. Ce n’est pas tellement dans tes valeurs, il faut admettre. Être un couple et engagé envers la personne que tu aimes, c’est tout ce qu’il te faut. Pour l’adoption, je ne sais pas non plus si c’est partout pareil. Je présume qu’il y a des différences. Tu y réfléchis quelques secondes, mais vraiment, tes connaissances sont limitées. Je n’y connais pas grand-chose, admets-tu ensuite. Juste que mes parents ont tenté de faire en sorte que le père d’Azy soit déchu de son autorité parentale pour qu’ils puissent l’adopter, mais ça n’a pas fonctionné. J’étais jeune à l’époque, je n’avais pas posé plus de questions. Maintenant, tu te dis que ça pourrait être bien de te renseigner. Ne sait-on jamais, si tu croises la route d’un enfant dans cette même situation... L’idée d’être inactif face à de la détresse te rend malade. Il va falloir que tu regardes ça.

Mais ce n’est pas urgent, je veux profiter de la présence de Shin à mes côtés avant de devoir rentrer. Ça arrivera trop vite...

Par la suite, la réponse à la question que tu as véritablement posée survient. Ce n’était pas un souci de contextualiser le pourquoi du comment il a pu obtenir la garde, ça te permet d’un peu mieux comprendre. Cette fois, ses mots t’en apprennent davantage sur Kane lui-même, ce que tu voulais savoir, au fond. Il y a un léger sourire qui reste sur tes lèvres tout au long que tu écoutes ce qui t’est dit. Franchement, voir Shinara ainsi, le découvrir sous cette facette de père te rend sous le charme. À la fin de sa tirade, tu ne peux t’empêcher de le dire en premier, de préciser que ça te plaît beaucoup, aussi. Il y a même eu cet élan à lui donner un baiser pour démontrer un peu plus cet amour que tu lui voues. Tu peux ensuite voir le rougissement sur ses joues après tes mots, ça te donne un sourire encore plus attendri. C’est aussi le cas en l’entendant te remercier et affirmer que ça le touche. Tu te sens fondre comme neige au soleil. Vraiment, l’amour que tu ressentais déjà en sort renforci. Tu accueilles volontiers le baiser qui t’est donné, écoutant ensuite ses paroles. Ton visage prend alors une expression moins positive. Même, c’est une moue qui se manifeste. Tu en sais un peu sur son père, juste qu’il était le genre à lui faire du mal. C’est normal qu’il y ait des mots semblables qui soient dits. Avant de réagir verbalement, tu le laisses se coller un peu plus contre toi, le laisses déposer sa tête sur ton épaule. Ta main, celle libre, migre doucement sur sa joue et à la racine de ses cheveux. Tu ne vois pas bien ce que tu fais alors tes gestes sont doux. Même sans avoir eu de modèle, je suis convaincu que tu es doué, commences-tu avec une voix tendre. Tu es une bonne personne, avec des qualités et des forces qui t’aident dans ton rôle. Juste avec ton discours précédent, j’ai la certitude que Kane est entre de bonnes mains. Tu as alors un sourire, alors que tu te colles un peu plus contre ton amoureux. Tu précises ensuite être persuadé qu’il s’en sort bien malgré les colles auxquelles il doit faire face. Facile de constater que Shinara est plus détendu, après avoir posé ses pieds sur la table. C’est tentant de l’imiter, sauf que tu ignores si tu peux te permettre.

Je ne tiens pas à le fâcher, donc je m’en abstiens...

Par la suite, c’est moins simple pour toi de t’exprimer, bien que tu aies envie de dire ces paroles. Tu redoutais surtout la réaction en retour, mais le baiser dans le cou te rassure quelque peu. Les mots aussi. Avec les premiers comme quoi il est sûr que Kane va t’adorer, tu acquiesces d’un geste lent. C’est difficile pour toi de voir le positif en ce moment, et l’anxiété fait en sorte que tu redoutes beaucoup de ne pas être à la hauteur, de ne pas être apprécié, ce qui compliquerait tout avec Shin. À la réponse après ta crainte que ton enthousiasme soit mal pris, tu le laisses se redresser, profitant de ses attentions, fermant les yeux avec la caresse sur ta joue. Il y a un léger rougissement qui se manifeste ensuite, quant au fait que ta réaction contribue au fait qu’il t’aime davantage. Il te faut quelques secondes avant de savoir quoi répondre. Je ne vois pas pourquoi je réagirais autrement. Tu as adopté Kane, il est ton fil. Qu’importe les liens de sang, il est ton fil. Un doux sourire prend place sur tes lèvres. Et moi je t’aime encore plus de te découvrir comme père aimant, comme père présent. J’ai hâte de te voir avec lui. Tu lui réponds au baiser, appréciant aussi la caresse dans tes cheveux. Ça te fait du bien. Je suis si bien avec toi. Des mots susurrés, assumés. Tu reviens lui donner un nouveau baiser, ayant l’envie de le serrer contre toi. Sur le divan, c’est un peu plus compliqué. Merci Shin de nous avoir donné une chance. Cette chance. Tes doigts retournent lui caresser à la racine des cheveux. Tu es vraiment content.

Je ne changerais tout cela pour rien au monde.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Shinara Shikei
Modo Jeux & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1724

Région : Johto
Lun 21 Jan - 19:48
« J’en doute pas une seconde. »

Il répondit au sourire de son partenaire par un autre sourire. Il était plus plaisant de penser aux personnes qui faisaient le nécessaire pour soigner les créatures plutôt que de se zapper le moral en pensant à ceux qui les avaient mis dans cet état. Il préféra évité soigneusement de penser qu’il bossait pour l’une des organisations responsable d’une bonne partie de cette maltraitance ; malgré son appartenance à la Team Rocket, il n’avait jamais tyrannisé ses alliés. Il était d’ailleurs bien plus tendre envers ses compagnons qu’envers ses congénères humains, c’était dire. En tous les cas, il n’appréciait pas ceux qui se défoulaient sur les pokemon, n’ayant aucune difficulté à faire disparaitre définitivement ce genre de personne de la face du monde. Il en éprouvait même parfois une certaine satisfaction. Toutefois, il préférait garder ce genre de pensées pour lui, craignant qu’elles ne viennent à effrayer son petit ami. Il y avait des noirceurs de son esprit qu’il préférait cacher, au risque de perdre ce qu’il venait de trouver.

Il ne tarda pas à rejoindre son invité sur le canapé, profitant de sa présence pour se coller un peu à lui. La question sur Kane se fit et il se lança dans une explication décousue de sa situation, se rendant bien compte, après coup, qu’il avait oublié pas mal d’informations, dans sa tirade. Il avait cherché à se débarrasser le plus rapidement possible de ce qu’il avait en tête pour passer à la suite. Il trouvait un peu bizarre de parler de son ex à son nouveau chéri, même s’il réalisait bien que poser les évènements étaient nécessaires. Il évoqua l’adoption de son fils, le mariage aidant. Le mariage aussi, tout simplement, racontant sa surprise d’apprendre qu’il était possible pour deux personnes du même sexe de passer devant l’hôtel. En soi, ce n’était pas vraiment surprenant de sa part, lorsqu’on connaissait l’éducation religieuse qu’il avait reçu. Toutefois, il ne l’avait pas évoqué une seule fois en présence de son amoureux, se disant évasivement que cela faisait partie des informations à savoir sur lui… Bien que cela ne l’enchantait guère. Il plongea son regard dans celui de Ferir, constatant qu’il cherchait à l’atteindre de cette façon. Il apprit que le mariage était aussi possible à Kantô et sans doute dans la majorité des régions, désormais. Il acquiesça doucement, retenant les mots qui lui brulèrent les lèvres ; de toute manière, il n’avait plus la moindre envie de se lancer dans cette entreprise. Il avait eu sa dose et cela n’avait fait que confirmer son avis sur le mariage ; c’était de la connerie qui n’attirait que des ennuis.


« Tant mieux d’un côté, y a pas de raison que les gays et les lesbiennes ne puissent pas faire les mêmes conneries que les hétéros. » … Bon ok, il avait quand même laissé passer ce qu’il pensait, au fond. Il espérait juste que ce n’était pas dans les envies du Kantonien. De toute manière, il était bien trop tôt dans leur relation pour venir à parler de ce sujet. La suite le surprit un peu plus, néanmoins. Il se souvenait que Ferir lui avait déjà parlé, lors de la soirée chez lui, de la tentative d’adoption d’Azamir par ses parents. Il se souvenait aussi que c’était cette discussion qui avait générée un malaise assez important et qu’il avait fait comprendre à demi-mot qu’il avait aussi un père détestable. Il espérait ne pas glisser sur ce terrain, n’ayant pas envie de ternir la conversation qui, il avait l’impression, suivait un cours plutôt léger. Il serra la main de son chéri dans la sienne, se rapprochant un peu plus encore. « C’est compliqué après, les histoires d’adoption. Je ne suis pas sûr d’avoir tout pigé encore, même maintenant. Puis ça dépend de tellement de facteurs que ce n’est pas évident de tout comprendre. » Clairement, sa situation avait été simplifié par le fait que Jasper était le père biologique de Kane. Et même ainsi, ça n’avait pas été simple à faire. Il n’imaginait pas les démarches qui devaient être prises pour un enfant avec lequel il n’y avait aucun lien de sang. Il devait dire qu’il ne s’était pas plus posé la question non plus, se satisfaisant parfaitement d’un seul enfant. L’idée, jusqu’à aujourd’hui, d’adopter à nouveau ne lui avait absolument pas effleuré l’esprit.

Enfin, il enchaina sur une note plus positive, décrivant son fils, répondant ainsi à la première question de son partenaire. Son enthousiasme et la fierté qu’il ressentait lorsqu’il parlait de Kane étaient de toute évidence visible, au point que Ferir en fit le commentaire. Il ne manqua pas de rougir, toucher par les mots. Il était aussi totalement enivré par l’expression douce qui se dégageait de son invité, sentant le rouge continué de maculer son visage. En général, il se sentait plutôt embarrassé de s’empourprer de la sorte, mais il se rendait bien compte qu’il n’y aurait pas de moqueries de la part du jeune homme, bien au contraire. Il se retrouva rapidement empli d’un sentiment de bien-être et vint à quérir un baiser qui lui fut rendu, pour son plus grand bonheur. Il ne put cependant empêcher son cerveau de cogiter, exprimant sa volonté de faire de son mieux, mais évoquant aussi le pitoyable exemple qu’il avait lui-même eu. Il cacha plus ou moins son visage dans le cou de son chéri, ne remarqua qu’à moitié la moue qui se dessinait sur ses traits. Il constata que ses paroles avaient fait naitre une réflexion plus longue, mais il n’en dit rien, profitant pleinement des caresses qui lui étaient adressées. Les mots le firent réfléchir à son tour, alors que l’écarlate faisait son grand retour.
« C'est gentil. Ça fait du bien de l’entendre… » Parce que s’en convaincre seul, ce n’était pas vraiment efficace, surtout quand on avait un esprit aussi complexe que le sien. Son sourire était revenu et il esquiva le sujet de son propre père, n’ayant pas envie de développer pour le moment. Il préférait se concentrer sur les paroles de son amoureux qui lui faisaient vraiment plaisir.

Il s’installa à son aise, ignorant pour le moment que son invité ne se permettait pas d’en faire de même. La discussion dévia sur la rencontre à venir entre son homme et son fils, le sbire cherchant à le rassurer. Il se doutait que la situation n’était pas simple et il pouvait parfaitement comprendre l’anxiété à rencontrer l’enfant. Les questions « est-ce qu’il va m’apprécier ? » « est-ce que je réagis bien ? », il se les était posé de nombreuses fois. Même aujourd’hui d’ailleurs, il continuait de se questionner, bien que la majorité avait dorénavant une réponse. Il déposa ainsi un baiser dans son cou, se redressant pour lui exposer son point de vue, étant persuadé que Kane l’apprécierait et qu’il ne voyait pas une raison contraire. Il pensa avoir fait mouche avec ses dires, en avisant le léger rougissement, le faisant sourire doucement. En même temps, il évoqua l’une de ses craintes discrètes, celle, entre autres, qui justifiait son silence quant à sa paternité à leurs premiers rendez-vous. Il fut content d’apprendre que Ferir ne voyait pas de raison de lui porter à défaut la situation, ravi de voir qu’il ne faisait pas parti de ses personnes qui accordaient tant d’importance au lien du sang. Il sourit davantage quant à l’affirmation, appréciant toujours d’entendre dire que Kane était son fils, et il rougit encore une fois face à la déclaration. Il venait d’en faire de même, mais c’était plus fort que lui. Cela faisait si longtemps qu’il n’avait pas ressenti de sentiments aussi forts pour quelqu’un qu’il était sans doute un peu trop émotif. Il vint à offrir un baiser, heureux de le sentir partagé, de le voir apprécier ses attentions.


« T’es trop adorable. J’ai hâte de te le présenter aussi, tu verras, c’est un chou, lui aussi. »

Il continua de sourire, aimant la définition que son amoureux donnait à son rôle de père. Il continua ses attentions alors que Ferir lui affirmait qu’il se sentait bien, le faisant sourire d’autant plus. C’était parfait, puisque c’était l’effet escompté. Il échangea volontiers un nouveau baiser, ayant tendance à se redresser un peu plus. « J’en suis heureux aussi… » Même s’il éprouvait toujours de la honte pour ce qu’il avait fait, il était tout de même fier d’avoir vaincu sa peur de l’engagement, d’avoir réussi à vaincre sa couardise naturelle pour découvrir ses sentiments pour son invité. Il se permit de se redresser totalement cette fois-ci, allant à s’installer sur les jambes de son amoureux, face à lui –sans la moindre arrière-pensée-. Il trouvait juste que c’était plus simple ainsi pour profiter de sa présence, l’embrassant une nouvelle fois, se sentant grisé par la sensation douce et enivrante de ses lèvres. Il vint à se coller un peu plus à lui, faisant courir ses lèvres le long de son cou. Il resta ainsi quelques temps, avant de réaliser qu’ils ne suivaient pas vraiment le plan. « Hum… Ce n’est pas la meilleure position pour regarder un film. » Ça, c’était sûr, étant donné qu’il tournait le dos au téléviseur. Pour autant, il ne bougeait pas, pour l’instant. « On peut peut-être ouvrir le canapé pour avoir plus de place ? Ce serait peut-être plus confortable. » Il lançait l’idée, au cas où.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 5 sur 5) Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: Doublonville-