AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» Étendre le territoire terrestre


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 30/03/2018
Messages : 175

Région : Alola
Lun 6 Aoû - 20:26
Encore une autre mission à Alola.
À peine ai-je le temps de poser le pied au quartier général situé à Kalos dans l’espoir de m’y reposer un peu que déjà on me renvoie sur le terrain. Je ne sais pas trop ce que mon supérieur attend de moi et j’ai la forte impression que je suis davantage réquisitionner que les autres sbires. La récompense doit être élevée pour qu’ils décident de m’y envoyer seul avec mes pokémons, car oui, comme ma précédente mission dans cette région éloignée, je vais encore devoir travailler avec un inconnu et cette idée ne m’enchante pas vraiment. Ça c’était bien passé la dernière fois alors que je devais cambrioler une boutique d’Alola dans le but de nuire aux skulls, soit les principaux malfaiteurs des îles en compagnie d’un autre rocket que je connaissais pas. Pourtant, je ne peux oublier l’éventualité que cette nouvelle mission se déroule mal malgré tous nos efforts. Je vais encore devoir faire confiance à quelqu’un en plus d’être envoyé dans un endroit chaud et humide que je ne connais que très peu et que je déteste.

Néanmoins, tu ne peux en faire autrement.
N’ayant aucun contrôle sur les missions qu’on me donne, je m’empresse donc de préparer mes bagages avant de quitter les lieux sans perdre davantage de temps. Cette fois-ci, je n’aurai pas à coopérer avec l’un de mes semblables mais bien avec un membre d’une autre organisation. La Team Magma... j’ai vaguement entendu parler d’eux, mais je n’ai encore jamais eu la chance de les côtoyer. Étant donné que leurs rivaux semblent s’êtres installés à Alola, la Team Aqua plus précisément, ils ont rapidement besoin d’aide pour freiner leur expansion à travers les îles et je ne comprends toujours pas pourquoi le chef m’a choisi pour accomplir cette mission. Il sait bien que je ne suis pas aussi efficace sur le terrain lorsque je suis obligé de travailler en équipe, contrairement à plusieurs de mes collègues. J’espère que cet autre criminel aura une tête sur les épaules, sinon nous sommes aussi bien d’accepter la défaite tout de suite. Je n’ai pas trop compris ce qu’ils veulent faire exactement pour mettre des bâtons dans les roues des autres, mais j’aurai probablement plus d’explication au moment venu.

Tu arrives à Alola à l’heure convenue.
Contrairement à la dernière fois où j’étais sur l’île de Mele-Mele, je me dirige cette fois-ci vers l’île de Poni sur le dos de mon Archeduc qui vole au-dessus des flots tandis que le soleil commence tranquillement à descendre à l’horizon. Je n’ai encore jamais visité cet endroit, mais j’ai cru comprendre que c’était l’île la plus sauvage de tout l’archipel. Il n’y a pas beaucoup d’installation humaine et les pokémons sont plus nombreux ici que partout ailleurs. J’aurai probablement la chance de tomber sur des spécimens rares que je pourrais capturer, en espérant que le chef soit fier de moi lorsque je lui donnerai toutes ces créatures plus bizarres les unes que les autres à mon retour. Tandis que l’obscurité commence à tomber, mon compagnon survole la cime des arbres avant de trouver l’endroit parfait où se poser et qui se trouve non loin de notre lieu de rendez-vous. La végétation dense qui nous entoure m’intrigue grandement lorsque je pose finalement le pied au sol et je ne peux m’empêcher d’observer les alentours avec attention en attendant d’être rejoint par mon partenaire.

Archeduc toujours à mes côtés, nous prenons alors notre mal en patience ensemble. Pitié, faites que cette mission se déroule bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 13/07/2018
Messages : 44

Région : Sinnoh
Mar 7 Aoû - 5:09
Tandis qu'il s'apprêtait à s'éclipser pour la journée, Maximilian sentit son portable vibrer dans sa poche. Il le sortit et décrocha aussitôt la ligne. La voix nasillarde de sa supérieure explosa dans son oreille. Il sentit son duvet se dresser sur sa nuque. La dernière fois qu'il lui avait suggéré de baisser le ton, elle l'avait suspendu pendant trois jours sans salaire, chose qui lui avait fait comprendre où il se situait réellement au sein de la hiérarchie. Cela ne l'empêchait toutefois pas de se moquer d'elle derrière son dos, lors de soirées bien arrosées ; encouragés par ses amis, il prenait un malin plaisir à se pincer le nez pour imiter ses intonations tout en adoptant des poses grossières et exagérée. Le rouquin réprima son agacement et l'écouta sans broncher. 

Ce qu'elle lui offrit ne l'étonna guère ; une mission de dernière minute, à effectif réduit et danger minimal. Max accepta de changer ses plans et promit de se présenter dans la prochaine demie-heure sur le toit du bâtiment principal, là où un hélicoptère l'attendrait. Il se rendrait jusqu'à l'aéroport d'Unionpolis, où il embarquerait à bord d'un avion commercial de type boeing 737-800 qui le mènerait jusqu'à l'archipel d'Alola et plus précisément, sur l'île de Mele-Mele. Il ne posa aucune question. Il détestait les préparatifs et les briefings ; en savoir le moins possible rendait le jeu plus excitant, moins ennuyeux, et il ne doutait pas que ses partenaires lui prodigueraient les informations nécessaires durant leur trajet aérien. Tandis qu'il raccrochait, ses prunelles dorées se posèrent sur son tiboudet, qui dormait profondément sur son lit. Traitement de faveur, l'un des rares qu'il autoriserait jamais. La créature était encore jeune, et faible, et elle serait plus encombrante qu'aidante en cas d'évacuation. Attrapant sa veste à col de fourrure, Beaulieu se dirigea vers l'une des réserves. Il y prit une ceinture à laquelle trois pokéballs avaient été accrochées, lut brièvement le descriptif de leurs habitants, et satisfait, il prit la direction de la cage d'escaliers. Direction le sommet de l'édifice.

___________

- C'est une blague ?

La jeune adjointe le toisa d'un air sérieux par dessus ses lunettes et elle renifla presque avec dédain. Personne n'était sensé remettre en doute ce qu'elle disait. Personne. Elle referma brusquement le livret de notes qu'elle tenait et pointa Maximilian de son index. Elle haussa le ton pour couvrir le bruit des hélices tandis que son interlocuteur se calait dans son siège.

- C'est une alliance temporaire, Beaulieu. Il était sur le cul. Depuis quand est-ce que le patron incluait la concurrence, ses ennemis, dans ses manigances ? Un in and out profitable à chacun des partis. Qui plus est... La donzelle rouvrit légèrement son document et consulta les premières lignes. En cas de trahison, tu as l'autorisation officielle d'éliminer ce... charmant partenaire d'affaires. 

- Ça irait pas plus vite si je le faisais dès le début ? 
- Non. À moins que tu ne veuilles le suivre à ton tour, pour insubordination. Max a signé un contrat avec Giovanni. Le sang coulera à la moindre faute. Et il est dans l'intérêt de tous que cette mission soit une réussite plutôt qu'un échec. Les enjeux sont grands. 
- Et y avait vraiment que moi pour celle-là ?

L'adjointe sourit et esquissa une moue malicieuse.

- Il n'y avait pas meilleur candidat. 

___________

Le trajet fut extrêmement long. Et barbant. Lorsque le jeune homme parvint enfin à destination, il fut frappé de plein fouet par la chaleur et l'humidité. Il délaissa ses vêtements habituels et les troqua contre des shorts noirs lui arrivant aux genoux, un débardeur blanc et des sandales. Il n'oublia pas ses lunettes fumées et sa casquette, faute de quoi le soleil aurait tôt fait de lui brûler le fond de la tête. Dans la poche de son short se trouvait son poing américain et un couteau à lame rétractable. Il s'assura que son émetteur-récepteur était bien installé dans son oreille gauche, puis il prit la direction du lieu de rendez-vous. Il se servit de l'un des pokémons qu'il avait emprunté, un roucarnage docile à qui il manquait quelques plumes ; ils atterrirent en silence dans une zone où la végétation se faisait moins dense. L'île de Poni lui était étrangère et déjà, avec ses arbres et ses herbes folles, elle lui déplaisait. 

Il rappela l'oiseau géant dans sa pokéball, puis marcha pendant quelques minutes avant de découvrir le lieu de rendez-vous. Il y trouva un jeune homme aux cheveux sombres, accompagnés par un duc au plumage coloré. Un espèce inconnue. Maximilian leva la main, en signe de paix, et s'avança. 

- Le soleil est brûlant... 

Il entama la phrase codée, que son interlocuteur était sensé compléter. Une façon simple et efficace de se reconnaître et de savoir s'il s'agissait de la bonne personne. Après quoi, il daigna se présenter. 

- Moi c'est Beaulieu. Mon rang n'a pas d'importance et je me fous du tien. Est-ce qu'on t'a expliqué ce qu'on devait faire ou il va falloir que je t'en informe ? 

( utilisation du transport, la navette bleue - 500 p$ )
Edit Mao : 2700 - 500 = 2200p$ retirés depuis le PA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 30/03/2018
Messages : 175

Région : Alola
Dim 12 Aoû - 2:47
Tu entends bientôt des bruissements qui viennent dans ta direction.
Archéduc tourne la tête le premier vers ce qui s’avère être mon compagnon de fortune. Il s’agit d’un homme aux cheveux rouges et peut-être un peu plus jeune que moi, c’est difficile à dire en fait. Bien que je ne comprenne toujours pas ce qui motive les sbires magma, ce gars-là semble avoir une tête sur les épaules, ce qui fait plaisir à voir en comparaison à mes derniers partenaires de mission. Toutefois, je peux aussi me tromper sur son cas, seul l’avenir me le dira. Dans tous les cas, je ne lui ferais confiance que lorsqu’il aura fait ses preuves et il se peut bien que je reste méfiant à son égard tout au long de cette mission. Peu importe. De toute façon, comme j’ignore ce que je suis venu faire ici, je n’aurai d’autres choix que de le suivre. Sans surprise, le nouveau venu commence par la fameuse phrase codée qu’on m’a citée avant de quitter le quartier général. En espérant que je me souvienne de la suite.

- ... et donne le cancer.

Une fin bien tragique comme phrase, mais pourtant réelle.
Maintenant que nous sommes assuré de l’identité de l’autre, nous allons pouvoir nous mettre en route. J’imagine que notre destination se trouve à être le grand lac qui n’est pas loin d’ici, mais seul Beaulieu sera en mesure de me le confirmer. J’ignore ce que les magma veulent faire exactement ainsi que ce que font les aqua dans ce coin reculé de l’île.

- Evans, dis-je à mon tour pour me présenter. On m’a seulement dit que j’allais devoir travailler avec un magma pour nuire aux aqua de la région. C’est tout.

Il est maintenant temps de vous mettre en route.
J’ai déjà obtenu beaucoup plus d’informations pour accomplir une mission et je me demande bien pourquoi ce n’est pas le cas cette fois-ci. Peut-être parce que je venais à peine de revenir quand on m’a renvoyé sur le terrain ? Peut-être que mon supérieur n’en voyait pas l’intérêt ? Ça me paraît étrange, mais bon... ce qui me semble être le plus probable dans cette situation serait qu’une entente ait eu lieu entre le chef de mon organisation et le sien pour que Beaulieu me mette au courant de l’objectif à atteindre seulement quand nous seront sur les lieux. Comme je suis complètement ignorant par rapport à ça, je suis persuadé que mon partenaire m’expliquera tout en chemin et c’est sans rien ajouter que je me mets finalement en route sous le regard attentif de mon starter qui ne bronche pas. J’ai déjà songé à le rappeler dans sa pokéball, mais je préfère l’avoir près de moi au cas où nous aurions des problèmes.

Comme ce fut le cas la dernière fois.
J’avais ouvert sa sphère un peu trop près d’une caméra et la lumière vive produite par son apparition avait dévoilé ma présence aux yeux de mes ennemis. J’ai été bête de ne pas y penser plus tôt et je n’ai pas l’intention de reproduire cette erreur cette fois-ci. Néanmoins, je ne pense pas qu’il y ait de caméra par ici, pas au beau milieu de cette forêt dense, mais sait-on jamais. Les mains dans les poches et sans cesser de marcher, j’attends que Beaulieu m’explique son plan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 13/07/2018
Messages : 44

Région : Sinnoh
Lun 13 Aoû - 4:56
Phrase codée de mauvais goût, il en convenait, mais qui demeurait efficace. À part un esprit fataliste, personne n'aurait pu la délivrer aussi naturellement et avec si peu d'émotions. Maximilian hocha la tête lorsque son interlocuteur se présenta. Une lueur d'exaspération traversa ses yeux lorsqu'il réalisa à quel point Evans avait été mal informé. Un point à soulever dans son rapport lorsqu'il rentrerait au quartier général. 

- Ce sont les grandes lignes, effectivement. 

Visiblement, il faisait un effort pour contrôler le ton de sa voix et ne pas paraître trop sec. Mais il n'était pas venu ici pour se faire des amis, seulement pour remplir son rôle. Ils se mirent en marche et Beaulieu tira de son poche un petit appareil semblable à une console de jeux portative. Il appuya sur l'écran central et pianota rapidement sur les touches de contrôle, activant le prototype cartographique que Kalista avait intégré pour l'occasion. L'adjointe de son lieutenant le lui avait remis à bord de l'hélicoptère, en précisant que tout dégât causé au matériel serait déduit de sa prochaine paie, aussi le sbire le manipula-t-il avec précaution. 

- Voici l'île de Poni. L'écran s'éclaira et un hologramme de l'île apparut, tournoyant lentement pour montrer toutes ses facettes. Si mes calculs sont bons, nous sommes ici. Il pointa du doigt une zone boisée située à proximité des canyons. Il leva les yeux et s'assura qu'il ne fonçait pas dans un arbre avant de toiser son comparse. Les Aqua ont établis une sorte de base en utilisant des bâtiments abandonnés. La plupart sont en piteux état, mais il y en a deux qui tiennent encore solidement sur leurs fondations. Comme tu le sais sûrement, Poni est l'île la moins peuplée d'Alola, alors ils peuvent agir à l'insu de tous.

Réalisant qu'ils s'enfonçaient dans la jungle, il éteignit la console et la rangea dans la poche de son short. Il tenait à recevoir l'entièreté de sa prime à la fin de la semaine. Il essuya ensuite la sueur de sur son front et rajusta ses lunettes de soleil sur son nez. 

- Pour ma part, je sais que mon organisation s'intéresse aux canyons. À leur terre sèche et quasi-imperméable. Et nous établir ici, à la place de nos rivaux, nous permettrait de mieux l'analyser et de l'utiliser à nos propres fins. Il marqua une courte pause pour s'humecter les lèvres. La chaleur et l'humidité l'incommodaient plus qu'il ne l'aurait pensé. Les Aqua se servent de pokémons aquatiques pour leurs expérimentations. Des espèces communes, mais aussi certains spécimens plus rares, ce qui pourrait t'intéresser. On pense qu'ils veulent trouver le moyen d’inonder les canyons.

Il se racla la gorge et cracha au sol. 

- Idée stupide, puisque c'est techniquement impossible. Mais à quoi bon de relâcher des trombes d'eau massives, au risque de tuer la flore, la faune et les quelques humains vivants aux alentours me diras-tu ? 

Maximilian esquissa un sourire sournois et se tapota la tempe de l'index. 

- Pour attirer l'attention du Gardien. Ce serait un atout majeur pour eux. 

Leur route improvisée déboucha sur une plaine minuscule, où des herbes hautes leur arrivant à la taille poussaient en abondance. Une première bâtisse se trouvait à quelques centaines de mètres de là. Le Magma s'accroupit et invita son interlocuteur à en faire autant. Pareil pour la créature ailée, si elle pouvait fléchir ses genoux avec autant d'aisance. Le site était encerclée par une haute clôture, surmontée par des barbelés. Une tour de guet avait été érigée par les bleus et ils purent voir qu'un homme s'y trouvait. Difficile de dire s'il était armé ou non, mais Beaulieu savait qu'il n'était pas là simplement pour crier à la moindre intrusion. 

- Tu préfères attendre la tombée de la nuit ? 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 30/03/2018
Messages : 175

Région : Alola
Ven 17 Aoû - 19:21
Perplexe, tu fronces les sourcils en observant.
Cet appareil qui dévoile un hologramme de l’île dans son entièreté est franchement étonnant. Je n’ai jamais rien vu de pareil et pendant un court instant, j’ose me demander si les magmas ne sont pas plus avancés que nous en terme de technologie. Le chef a peut-être une machine semblable à celle-ci qu’il ne laisse qu’aux membres les plus élevés dans la hiérarchie quand ils partent en mission, ce qui expliquerait pourquoi je n’en ai jamais vu. Beaulieu m’indique rapidement notre position ainsi que celle de nos ennemis et poursuit sur le but de notre présence ici tout en continuant d’avancer dans la végétation. La chaleur est accablante à cette heure-ci de la journée et je dois fournir plus d’effort pour tenter de rester concentré. Je n’ai jamais aimé le climat de cette région et encore une fois, je regrette que le chef n’est pas désigné un autre membre pour accomplir cette mission. Déjà que travailler avec un inconnu ne m’enchante pas, la chaleur, la jungle, l’humidité et les insectes d’Alola ne m’aide pas à être de meilleure humeur.

Néanmoins, tu fais de ton mieux pour écouter les explications de ton partenaire.
Apparemment, les aqua seraient en train de créer un lac artificiel dans le but d’inonder les canyons de cette île. À mes yeux, ce plan est complètement insensé... à quoi cela peut-il bien leur servir ? À part détruire l’environnement je n’y vois aucun intérêt... jusqu’à ce que le magma mentionne la présence du gardien. Il est vrai qu’attirer un pokémon légendaire pourrait être bénéfique pour eux, surtout un légendaire de type eau. J’ai déjà vaguement entendu des histoires sur les gardiens d’Alola, mais je n’ai encore jamais eu la chance d’en voir un de mes propres yeux. En même temps, quand je viens jusqu’ici, c’est toujours pour exécuter une mission et je ne suis là que de façon temporaire. Dans tous les cas, nous devons faire de notre mieux pour les arrêter, bien que cela me semble compliqué aux premiers abords en avançant vers leur position en plein jour.

- Je crois qu’il vaudrait mieux attendre, dis-je à voix basse une fois accroupit dans les hautes herbes. Il y aura forcément plus de surveillance à la tombée de la nuit, mais nous devrions pouvoir nous faufiler plus aisément jusqu’au bâtiment sans attirer l’attention.

Puis, sans un mot de plus, tu te tournes vers ton hibou.
D’un simple geste de la main, je lui demande de partir en éclaireur en attendant de pouvoir faire quelque chose. L’oiseau se contente de hocher la tête avant de prendre son envol pour être en mesure de contourner la zone qui nous intéresse. Je sais que c’est risqué de l’envoyer comme ça, mais il est très discret et réfléchi, il ne se laissera pas repérer facilement. Il se contentera de rester à distance dans les zones boisées le temps qu’il faudra avant de revenir faire son rapport. D’ailleurs, il est largement possible de rencontrer des Archeduc sauvage dans cette région tropicale, surtout sur cette île en particulier qui est plus sauvage que les autres. Avec un peu de chance, les aqua ne s’attarderont pas sur sa présence et croiront qu’il est simplement du coin, comme tous les autres pokémons qui les entourent. Du moins, c’est ce que j’espère. Il ne faudrait pas que je fasse échouer la mission aussi rapidement.

- J’envoie souvent Archeduc en reconnaissance. Il sait se fondre dans l’environnement et il est à son aise à Alola. Il reviendra nous dire ce qu’il en est à la tombée de la nuit.

Je ne sais pas pourquoi je sens le besoin de m’expliquer à mon partenaire. Je ne fais qu’agir dans notre intérêt à tous, bien que mes méthodes ne soient pas toujours approuvées par les autres. Lors de ma dernière mission en équipe, je prenais souvent des décisions sans en parler à personne et cela ne semblait pas leur poser problème puisqu’ils ne m’ont pas glisser un seul mot à ce sujet. Cela sera peut-être différent avec Beaulieu... à voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 13/07/2018
Messages : 44

Région : Sinnoh
Lun 27 Aoû - 21:38
Maximilian apprécia l'écoute attentive de son partenaire. Celui-ci ne posa aucune question, se contentant d'enregistrer silencieusement les informations et de le suivre jusqu'à leur cachette improvisée. Pour une fois qu'il avait hérité d'un coéquipier intelligent et peu bavard, il ne s'en plaindrait pas. Les herbes n'offrant qu'un couvert partiel, il leur faudrait trouver un autre endroit pour planifier leur assaut.

- Je n'aime pas vraiment attendre, mais tu marques un point. 

Il avait secrètement espéré qu'Evans lui dise qu'il était prêt à foncer maintenant, pour prendre les Aqua par surprise. Mais son raisonnement faisait du sens, aussi Max accepta-t-il de se prêter au jeu de la patience. Le couvert de la nuit leur servirait de camouflage. Son regard se posa à son tour sur l'archéduc et ses traits se durcirent. Son mépris était évident et il ne chercha pas à le cacher. Hors de question qu'il fasse aveuglément confiance à cette boule de plumes ou qu'il la considère autrement qu'un outil pour parvenir à leurs fins. 

- Dans le pire des cas, il sera repéré et abattu. Son ton était froid et indifférent. Même s'il n'était pas là pour se faire des amis, il ravala une partie de sa hargne et tenta de se montrer plus agréable. Il força un sourire. Mais c'est une bonne initiative. Il pourra évaluer le nombre de gardes et trouver un point d'entrée. Toute base, aussi bien gardée soit-elle, a un maillon faible. Il suffit de mettre le doigt dessus et de l'exploiter.

Maximilian, toujours accroupit, se déplaça silencieusement vers la gauche. Il souhaitait se rapprocher du premier bâtiment, sans pour autant s'exposer. Il jeta un coup d'oeil par-dessus son épaule pour s'assurer que le Rocket le suivait, puis se dirigea vers un arbre isolé. L'ombre projetée par son feuillage était la bienvenue. Le coordinateur s'adossa contre le tronc noueux, laissant suffisamment de place pour qu'Evans puisse également s'y installer, à l'abri des regards indiscrets. Là, il porta la main à son oreille gauche et activa son émetteur-récepteur. Un bip sonore lui confirma que la connexion avait été établie. 

- Beaulieu au rapport. On a atteint le point de rendez-vous. Infiltration prévue dans... Il sortit son portable et consulta brièvement l'heure. Son découragement se fit aussitôt entendre dans sa voix. Quatre heures. Terminé.

Il coupa la communication et se tourna vers Evans. Avec un sourire narquois, il ajouta :

- Ça nous laisse un peu de temps pour faire connaissance, pas vrai ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 30/03/2018
Messages : 175

Région : Alola
Mar 4 Sep - 4:32
Vous partagez peut-être plus de point commun que vous le pensez.
Je pensais avoir bien agit en envoyant mon partenaire en éclaireur, mais suite aux paroles de Beaulieu, j’ai des doutes maintenant. Tant pis, il est trop tard pour reculer. Après lui avoir jeté un bref coup d’œil, je crois comprendre qu’il n’apprécie pas tellement les pokémons, ou bien il n’aime pas les Archeduc. C’est difficile à dire, mais son expression et le ton froid qu’il prend ensuite me rappelle ce que j’étais il y a quelques années, à l’époque où moi-même je détestais ces créatures aussi étrange les unes que les autres. J’avais vraiment du mal à les approcher et juste de respirer le même air qu’eux me rendaient fou. En intégrant la Team Rocket, je n’ai alors pas eu le choix de prendre un starter avec moi et si je considérais Brindibou comme un moins que rien au départ, je considère désormais Archéduc comme un allié.

- Mouais... on verra bien, répondis-je à sa remarque, peu convaincu que les Aqua parviennent à abattre le grand hibou.

Tu ne préfères pas en dire davantage.
En soit, ce dernier n’est pas mon ami, je ne le considère pas comme tel, mais plutôt comme un partenaire qui me permet d’amener à bien mes missions. Il est vrai que j’ai peut-être une meilleure relation avec lui qu’avec tous mes autres pokémons, mais globalement je m’en sers presque comme d’un objet. Nous partageons un lien de confiance mutuel et ça s’arrête là. Sans rien dire de plus, je suis mon coéquipier qui se glisse dans les hautes herbes jusqu’à un arbre où trouve une ombre salvatrice et assez grande pour qu’on puisse y prendre place tout les deux. Alors là, avec cette chaleur et face à l’attente qui s’en vient, je dois avouer que je suis bien content de voir ce petit refuge. Cette zone ombragée est la bienvenue et je prends donc place sous l’arbre à une certaine distance de mon coéquipier pour éviter de nous marcher sur les pieds. Et maintenant... que sommes-nous censé faire pendant ce long moment d’attente ?

Néanmoins, tu n'es pas au bout de tes surprises.
Tandis que je jette un œil sur les alentours, Beaulieu communique avec sa base pour leur donner un premier rapport. En le voyant aussi bien équipé, je me rends compte que mon groupe de rocket n’est peut-être pas aussi bien organisé que ce que je croyais... Je n’ai jamais eu de tel équipement lors de mes missions et je n’en ai jamais vu dans les mains des membres les plus élevés dans la hiérarchie. Comment se fait-il que les Magma soient aussi avancer en terme de technologie et pas nous ? Un manque de moyen financier, j’imagine ? Je suis brusquement couper dans mes pensées par mon partenaire qui m’invite alors à faire connaissance en attendant de passer à l’action. Alors là... je ne m’attendais pas à ça.

- Ouais, si tu veux... dis-je de façon hésitante avant de laisser un long silence s’installer entre nous. Dis-moi, votre groupe est actif dans quelle région exactement ? Je viens de Kalos et je n’ai jamais eu mention de la présence de Magma dans le coin.

Les rockets sont présents dans presque toutes les régions du globe, mais ce n’est visiblement pas le cas des autres organisations. J’ai déjà croisé des Skull à Alola ou encore des Plasma à Unys, alors je suis vraiment curieux de connaître sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 13/07/2018
Messages : 44

Région : Sinnoh
Mer 5 Sep - 23:05
Il nota le manque de conviction d'Evans, mais préféra ne pas le relancer là-dessus. En territoire ennemi, tout pouvait arriver. Du positif comme du négatif. Et même s'il n'y avait qu'un risque minime de subir des pertes, Maximilian sacrifierait volontiers le volatile au profit de sa propre survie. Il se passa une main sur l'arrière de la nuque, ébouriffant les cheveux lui collaient à la peau, trempés par la sueur. Ses yeux s'étrécirent d'amusement devant l'hésitation de son interlocuteur. Certes, lorsqu'il l'avait abordé à leur point de rendez-vous, il s'était montré détaché et peu enclin à le connaître en temps qu'être humain. Mais c'était davantage par empressement d'entamer leur mission, et par soucis de se mettre au point sur les ordres reçus, qu'il avait agi de la sorte. Comme Maximilian l'avait dit, il se foutait de son rang. Qu'Evans soit un simple larbin ou qu'il soit en réalité un membre influent de son organisation, au même titre qu'un lieutenant ou qu'un chef de division, cela n'avait aucune importance. Ils se trouvaient côte-à-côte, à supporter le climat rude et étouffant d'une région étrangère, d'égal à égal.

- Nous sommes basés principalement à Hoenn, mais depuis les dernières années, notre champ d'opération et nos effectifs ce sont élargis. Comme la Team Rocket, j'imagine ? Il marqua une courte pause, réfléchissant à ce qu'il allait dire. Il ne pouvait pas divulguer ouvertement l'emplacement de leurs quartiers généraux ou des compagnies travaillant à leur compte. Je suis originaire de Sinnoh et nous sommes très peu nombreux là-bas. Pour Kalos, je ne saurais te dire, c'est une région que je connais mal. Mais je sais que nous avons une présence réduite à Kantô et à Johto, et qu'Alola est définitivement dans nos plans. L'activité volcanique de certaines îles y est pour beaucoup.

Il haussa les épaules avant de se saisir de son débardeur pour le secouer. Une piètre tentative pour aérer son torse. Faute de résultat, il retira sa casquette et s'en servit comme un éventail. Ses prunelles dorées se portèrent droit devant lui, vers l'orée de la jungle. Passer quatre heures a discuter de tout et de rien finirait par poser problème. D'autant plus qu'ils n'avaient aucune provision. Rien à manger et rien à boire. Tenir aussi longtemps sans s'hydrater ou se nourrir les affaiblirait. 

- Je me donne une heure et j'irais voir s'il n'y a pas une rivière dans le coin.

Il n'avait prêté que peu d'attention au paysage lorsqu'il était arrivé. Mais si les Aqua étaient parvenus à mettre la main sur des pokémons aquatiques, il y avait des chances que ceux-ci ne proviennent pas uniquement de la mer. Sans doute les avaient-ils pêché dans l'un des rares affluents de l'île la plus aride de l'archipel. 

- Qu'est-ce qui t'a poussé à accepter cette mission ? Une promesse de récompense et de montée en grade ? Ou bien tu t'es porté volontaire sans nécessairement recevoir quoi que ce soit en retour ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 30/03/2018
Messages : 175

Région : Alola
Mar 11 Sep - 2:59
Ils sont bizarre ces gens.
J’écoute sa réponse sans me rendre compte que ma question aurait pu être considérée comme douteuse sur mes intentions par n’importe quel membre d’une autre organisation que la mienne. Je ne cherche pas à savoir où ils sont installés, ça ne m’intéresse pas pour être honnête, mais je n’entends pas souvent parler de son groupe. Pourtant, j’ai voyagé un peu partout dans le monde pour effectuer des missions diverses, tout comme celle que l’on fait actuellement, et j’ai très peu entendu parler d’eux, pour ne pas dire jamais. Ils doivent êtres beaucoup plus discrets que nous, surtout face à une autre organisation ennemie qui guette leur moindre mouvement, ce qui n’est pas notre cas. En y réfléchissant bien, je dois avouer que je suis heureux de ne pas avoir de rivaux directement en lien avec mon travail.

- Tout à fait. Nous avons vu le jour à Kantô et nous exerçons désormais dans toutes les régions du globe, même si je ne sais pas trop comment les rockets sont parvenus à s’étendre aussi rapidement.

Après tout, tu es trop bas dans la hiérarchie pour connaître la réponse.
C’est un fait, nous nous répandons comme une trainée de poudre depuis plusieurs années déjà, au plus grand désespoir de la population. Suite à un nouveau coup d’œil en direction du bâtiment, je suis forcé de m’essuyer le front d’un revers de la main pour en retirer l’excédent de sueur qui s’y est accumulé. Bon sang, comment les gens font pour vivre dans un tel endroit à longueur d’année ? La chaleur me tue à petit feu et je m’ennuie de la fraicheur des montagnes d’où je suis originaire. J’ai peut-être prise une mauvaise décision en préférant attendre la tombée de la nuit pour passer à l’action et Beaulieu accentue cette impression en déclarant qu’il partira à la recherche d’une rivière dans les minutes à venir, la soif étant un besoin de plus en plus imminent à combler avec cette température. Sa remarque me fait hésiter au point de remettre en doute ma décision, mais je décide finalement de laisser le temps filer. Si cela devient vraiment trop insupportable, alors on pourrait peut-être tenter une approche malgré la luminosité.

Alors que le silence menace de se réinstaller parmi nous, je me demande si mon Akwakwak ne pourrait pas nous venir en aide. Je n’ai jamais bu de son eau – après tout il l’a produit avec sa bouche donc c’est un peu dégueu -, j’ignore même si elle est potable, mais il pourrait tout de même nous rafraichir un peu pour nous permettre de patienter plus longtemps jusqu’au coucher du soleil. À peine cette idée me traverse-t-elle l’esprit que je l’écarte d’un revers de la main. Pas certain que mon partenaire accepte, pas après le regard qu’il a lancé à Archeduc.

- Je n’ai pas eu le choix, répondis-je au sujet de la mission, les yeux rivés sur le sol. Je revenais tout juste d’une mission à l’étranger quand mon supérieur m’a ordonné de repartir, sous prétexte que cela rapporterait pas mal d’argent pour l’organisation. Une entente entre nos deux groupes, je suppose.

Je marque une pause pour jeter un coup d’œil à la jungle, comme si j’avais peur d’être entendu par quelqu’un d’autre que Beaulieu.

- D’habitude il m’informe un minimum sur ce que j’ai à faire, mais pas cette fois. Il m’a donné le lieu de rendez-vous, dit que j’allais devoir coopérer avec un Magma et il m’a ordonner de partir. J’y ai repensé pendant tout le voyage et je ne comprends toujours pas pourquoi il a agit de la sorte... mais bon, il a sans doute ses raisons. En soit, cette mission ne me rapportera rien d’intéressant, pas de nouveau grade et pas d’argent. Enfin si, mais je vais devoir le léguer aux autres pour le bien de tous.

La Team Rocket n’a vraiment rien de glorieux.
Ça serait bien que l’argent de nos missions effectuées soi-même nous revienne entièrement, mais mon groupe ne fonctionne pas comme ça. La majorité de l’argent que nous récupérons, que ce soit par récompense ou par la vente de pokémon, est ensuite utilisé entre les mains de notre chef pour le bien de tous. Nous travaillons donc tous ensemble dans un simple et unique but ; enrichir l’organisation pour ensuite nous permettre d’avoir accès a de meilleurs équipements, de meilleurs appareils ainsi que d’accroitre notre réputation au sein de la population. Le peu d’argent qu’il me reste après ça me permet d’acheter un peu de nourriture, mais sans plus. D’ailleurs, tout comme la majorité des membres de notre groupe, je n’ai pas eu mon mot à dire lorsque mon père m’a obligé à rejoindre de force son ordre de criminel et c’est d’autant plus frustrant de ne pas pouvoir utiliser mon argent durement gagné pour subvenir à mes propres besoins.

- Est-ce que les Magma fonctionne de la même façon ? Je veux dire... est-ce que vous êtes tous au service d’un même chef ou tous les membres sont à peu près égaux entre eux ?

J’espère que ce ne sont pas toutes les organisations criminelles qui fonctionnent comme la notre sinon... je suis dégouté par ce monde dans lequel nous vivons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 13/07/2018
Messages : 44

Région : Sinnoh
Jeu 13 Sep - 3:54
Un fin sourire se dessina sur ses lèvres. Pour Beaulieu, le calcul était simple. Pour une organisation oeuvrant principalement dans le trafic de pokémons, contrôler un large territoire était crucial. Cela permettait de garder un oeil sur les contrebandiers indépendants, et d'écraser le peu de compétition que ceux-ci représentaient sur le marché noir. Et puis, suivant une fluctuation positive du jeu de l'offre et de la demande, il fallait constamment revoir à la hausse la main d'oeuvre impliquée. Maximilian agita mollement sa casquette de sa figure rougie, satisfait de la légère brise qui en résultait. Il dirigea la discussion vers un tout autre sujet. Il avait envie de savoir si Evans était comme lui, dévoué à sa cause, ou s'il faisait parti de ceux et celles qui n'acceptaient les missions que parce qu'elles le leurs étaient imposées. 

- Hm. Il avait sa réponse, son partenaire se classait dans la seconde catégorie. C'est effectivement une mission à faible risque mais à grands bénéfices.

Il rajusta sa position contre le tronc rugueux de l'arbre. Même s'il ne rouspétait jamais face aux ordres, il se demandait comment il aurait réagi à la place d'Evans, à se faire trimbaler d'une région à l'autre sans pouvoir prendre une journée de repos. Lawrence, son lieutenant, avait toujours fait preuve de clémence à l'égard de sa troupe, jugeant le facteur humain et favorisant des conditions optimales. Un sbire heureux et reposé offrait un bien meilleur rendement qu'un sbire épuisé et énervé par les aléas de ses missions. Voilà pourquoi il s'était détourné de l'approche habituelle et qu'il veillait à ce qu'une rotation soit faite parmi les membres de sa division. Max se demanda soudainement si sa technique avait reçu l'approbation des plus hauts gradés de l'organisation ou s'il n'avait choisi que d'en faire à sa tête.

- C'est dommage. Tout travail mérite son salaire. Il posa un regard compatissant sur son interlocuteur et renfonça sa casquette sur son crâne. Le Sinnohien étira ensuite ses jambes, qui commençaient à s'engourdir. Il se pencha vers l'avant et massa ses mollets, essayant d'en chasser les fourmillements désagréables. Contrairement à toi, je me suis porté volontaire. Ou enfin, on m'a demandé et j'ai tout de suite accepté.

Une certaine banalité se dégageait de ses paroles. 

- La gestion de mon organisation est hiérarchisée. En soi, nous avons un fondateur, qui a la fonction la plus haute. Il a ses bras droits et ses conseillers, des lieutenants pour superviser le reste des... employés ? Il se tut un instant. Le terme employés se rapprochait le plus de la réalité, même s'il n'avait pas l'impression de travailler pour une compagnie. Somme toute, ce n'était pas le genre d'occupations ou de références à mettre sur son curriculum vitae. Évidemment, certains ont davantage de privilèges que d'autres. 

Cette fois-ci, la colère fit frémir sa voix. Il pensait à une personne en particulier, à Ayame Fujiwara, la tortionnaire qui siégeait dans son quartier général. Il inspira profondément pour se calmer. Rien ne lui servait de s'emporter maintenant.

- L'égalité n'existe pas vraiment. J'ai parfois l'impression d'être égal à mon supérieur, mais ça ne prend qu'une petite incartade pour qu'il me rappelle que ce ne sera jamais le cas. 

Son regard s'assombrit et il porta son pouce droit à sa bouche pour en mordiller l'ongle. La cause des Magma lui tenait suffisamment à coeur pour qu'il passe outre ces détails. Et comparé à d'autres membres, il était traité dans le respect et la dignité. Il n'avait jamais eu à subir de sévices corporelles pour une erreur ou le déclenchement d'une bagarre. Beaulieu consulta son appareil et nota l'heure. Le temps passait lentement mais sûrement. 

- Bon, je vais y aller. Tu veux rester ici et faire le guet ou tu m'accompagnes ? Au mieux, faudrait être revenus en moins d'une heure si on veut pouvoir établir un plan et se préparer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 30/03/2018
Messages : 175

Région : Alola
Ven 21 Sep - 18:26
Je suis soulagé d’entendre que nos deux organisations se ressemblent globalement. Nous travaillons pour un patron, nous avons un rang spécifique dans notre groupe et il vaut mieux éviter de faire un pas de travers à ce sujet sous peine d’être remis à sa place. Je me demande s’il a rejoint les Magma volontairement ou bien s’il n’a pas eu le choix... tout comme moi. Repenser à tout cela me donne envie de grimacer, mais je parviens à maitriser mes émotions face à l’autre sbire pour éviter qu’il ne se pose des questions à mon sujet. Parfois je me demande ce qu’aurait pu être ma vie en ayant un père différent de celui que j’ai réellement... Je n’aurais pas été obligé de devenir un criminel et j’aurais pu réaliser tous mes rêves. Même si j’exerce dans l’organisation depuis des années maintenant, je ne lui ai encore jamais pardonné d’avoir volé ma vie ainsi que celle de mon frère. J’ose même me demander s’il n’a pas obligé ma mère à le suivre, mais je n’aurais sans doute jamais la réponse à cette question.

Le mouvement de Beaulieu qui se redresse parvient à me faire perdre le fil de mes pensées. De nouveau dans la réalité, je tourne la tête vers lui en me souvenant qu’il voulait partir à la recherche d’une rivière, la chaleur étant apparemment plus difficile à supporter pour lui que pour moi en ce moment.

- Vas-y, je vais continuer de surveiller.

Désormais seul, je dirige mon attention sur le bâtiment qui n’affiche toujours aucune menace pour nous. Pour l’instant, du moins. Je reste ainsi quelques minutes à l’observer, toujours à l’ombre de l’arbre qui s’avère être mon sauveur en cette journée ensoleillé. Bientôt, je crois apercevoir de l’agitation dans les airs et un bref coup d’œil dans cette direction me fait constater qu’Archeduc est déjà sur le chemin du retour. Je lui adresse un geste du bras pour lui indiquer mon emplacement et avec ses yeux perçants, le hibou ne tarde pas à repérer ma nouvelle position. Visiblement, il n’a pas attiré l’attention des Aqua et c’est avec élégance qu’il se pose à mes côtés pour me faire son rapport. De ce que j’en comprends, il y aurait qu’une demi-douzaine de sbire à l’extérieur et il aurait même repéré un endroit plus discret qui pourrait nous permettre d’entrer dans le bâtiment sans attirer l’attention. C’est parfait. Cependant, ce qui inquiète le plus l’oiseau dans tout cela est la présence d’un lac de l’autre côté, prêt à être déversé dans le canyon en contrebas.

Beaulieu connaissait bien les intentions de ses ennemis et il ne me reste plus qu’à attendre son retour pour lui faire part de tout cela. Le soleil commence enfin à descendre dans le ciel et nous devrons bientôt élaborer un plan avant de pouvoir passer à l’action. Toutefois, je ne peux m’empêcher de douter maintenant que je suis seul. La team Magma veut éviter cette inondation, mais qu’est-ce qui me dit que leurs propres intentions sont bonnes à l’égard du canyon ? S’ils repoussent la team Aqua, que vont-ils faire de ce lieu ? Mon partenaire a été plutôt vague a ce sujet et je commence à croire que les idéologies de ces deux organisations se ressemblent beaucoup. Elles se mettent mutuellement des bâtons dans les roues, mais au final, ils ne sont pas mieux l’une que l’autre. M’enfin... je peux aussi bien me tromper sur leur compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 13/07/2018
Messages : 44

Région : Sinnoh
Mer 3 Oct - 4:44
Il haussa les épaules, presque content qu'Evans choisisse de rester sur place. En se divisant les tâches, soit la surveillance du site et leur réapprovisionnement en eau potable, ils maximisaient leurs chances de réussite. Maximilian se releva et jeta un coup d'oeil de l'autre côté du tronc. Le garde qui siégeait au sommet de la tour de guet leur tournait le dos. C'était le moment idéal pour regagner rapidement la lisière de la jungle. Adressant un dernier signe à l'intention de son partenaire, le sbire s'élança. Il sprinta à travers les herbes hautes. Celles-ci lui fouettèrent leur corps et se courbèrent à peine sur son passage, plus rigides qu'elles ne le paraissaient. Intérieurement, il maudit la végétation, rêvant soudainement de pouvoir la raser à coup de machette. S'il parvenait réellement à prendre le contrôle de ce territoire, il ajouterait une suggestion de réaménagement dans son rapport.

Beaulieu n'arrêta sa course que quelques minutes plus tard, lorsqu'il se jugea à l'abri des regards. Autour de lui, il n'y avait que des fougères et des arbres tropicaux. Des entrelacs de lianes alourdissaient leurs branches et enserraient leurs troncs rugueux. Un insecte bourdonna près de son oreille droite et il le chassa d'un geste agacé avant de reprendre sa route. Il reprit en mains son appareil et fit ré-apparaître la carte holographique de l'île. Son émetteur-récepteur étant également un mouchard, il pouvait traquer sa progression. Au quartier général de Bonaugure, son parcours s'affichait également sur l'un des écrans de la salle de conférence. On le surveillait de près. Lorsqu'il identifia l'affluent le plus proche, Max obliqua dans sa direction et accéléra l'allure. Il fonça face la première dans une toile d'araignée gluante, et il eut toutes les peines du monde pour s'en débarrasser. Il maudit l'arachnide responsable et poursuivit sa route, évitant les espaces trop larges entre les arbres. 

Enfin, il déboucha aux abords de la rivière. Ou du moins, ce qu'il en restait. En temps normaux, il se serait réjouie de voir la couleur de son fond terreux, avec ses algues rabougries et desséchées. Mais en pleine canicule, avec sa bouche terriblement sèche et son corps trempé de sueur, cette découverte l'horripila. Il s'avança avec prudence, les sourcils froncés, le regard brillant d'incompréhension. Il descendit dans le fossé et s'accroupit pour se saisir d'une poignée de terre. Friable, sans la moindre trace d'humidité. Cela faisait donc plusieurs jours qu'elle se trouvait dans cet état. N'y avait-il donc jamais de pluie dans ce foutu pays ? Il leva les yeux vers le ciel azuré et nota l'absence de nuages. Ce n'était pas anormal, mais ça restait inquiétant. Il pouvait enterrer son envie d’étancher sa soif. Maximilian laissa retomber sa poignée de poussière avant de se redresser, alerte. Devait-il prévenir immédiatement Evans ? Ou explorer davantage dans l'espoir de trouver une autre source d'eau potable ? Revenir bredouille était inconcevable et passerait comme un premier échec. Il devait continuer.

Il suivit le parcours sinueux de la rivière, remontant tranquillement mais sûrement jusqu'à sa source - en espérant qu'il ne s'agisse pas de l'océan. Des oiseaux s'égosillaient au-dessus de sa tête, animant sa marche de leur curieux chant, qui n'avait rien à voir avec le pépiement des étourmis ou le croassement des cornèbres. Après quelques minutes, il fut forcé de s'arrêter. Des piquets de bois, dont la pointe avait été taillée, avaient été plantés dans le sol. Derrière, un mur de béton de plusieurs mètres de hauteur avait été érigé, et il s'étendait comme un véritable rempart de pars et d'autres de la rivière. Un barrage ? Il n'y avait pourtant aucune écluse, aucune trappe pour laisser s'écouler la moindre goutte. Maximilian se gratta la nuque, embêté. Son intuition lui disait que cette installation n'était pas l'oeuvre des habitants de l'île de Poni. Et s'il s'agissait des Aqua, pourquoi diable couperaient-ils ainsi l'affluent ? N'étaient-ils pas sensés s'en servir ? Ou de le protéger à titre de ressource essentielle ?

Une idée absurde frappa soudainement le jeune homme. Un sentiment d'urgence et de danger lui empoigna les tripes tandis qu'il faisait volte-face et se remettait à courir. Il devait rejoindre Evans au plus vite. Ils devaient frapper maintenant, avant que l'inévitable ne se produise. 
___________

Les poumons brûlant et la respiration sifflante, il se laissa choir près de son complice. La fatigue, accentuée par la chaleur étouffante et la soif, faisait trembler son corps. Maximilian avait conscience qu'il devait avoir l'air d'un fou, avec son expression ahuri, mais c'était le dernier de ses soucis. Il ne passa aucun commentaire sur la présence de l'archeduc, qu'il jugeait presque rassurante - ça leur faisait une arme de plus pour attaquer la base. Enfin, lorsqu'il parvint à retrouver un semblant de calme, il prit la parole. 

- Je pense que je sais comment ils vont s'y prendre. Il marqua une courte pause, pour inspirer et expirer profondément. Pour inonder les canyons. Il secoua sa tête, pour se ressaisir. Oublie l'eau, la rivière est à sec. Ils l'ont bloqué. Je crois qu'ils la détournent ou qu'ils la laissent s'accumuler quelque part. 

Son visage se crispa, marqué par une gravité que peu de gens lui connaissait. 

- Est-ce que ton piaf a vu quelque chose d'anormal ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 30/03/2018
Messages : 175

Région : Alola
Mer 10 Oct - 17:58
Je ne sais pas combien de temps exactement je reste là attendre, mais la lente descente du soleil dans le ciel est la bienvenue avec cette lourde chaleur. Je m’essuie une nouvelle fois le front humide d’un revers de la main jusqu’à ce que j’entende de l’agitation, comme une course effrénée à travers la végétation dense. Intrigué, je fronce les sourcils en voyant les hautes herbes s’écarter de plus en plus dans ma direction et bien vite, Beaulieu refait son apparition en ayant l’air complètement dépassé par les évènements. Que se passe-t-il ? À le voir autant essoufflé, il semble avoir couru pendant un moment et j’attends patiemment qu’il ait repris son souffle, puisque c’est inutile que je le pousse à parler en le voyant dans cet état. Sous le regard calme du Archeduc et du mien, nous écoutons alors le rapport du Magma et je sens mon corps se crisper un peu plus à chacune de ses phrases.

- Quoi ? Ils détournent la rivière !?

Désormais inquiet, je tourne la tête vers mon partenaire qui se tient toujours à mes côtés.

- Archeduc a vu un lac de l’autre côté du bâtiment... un lac en apparence artificiel, ajoutai-je en retournant mon attention vers l’autre homme. Alors ils se serviraient de la rivière pour remplir cette réserve dans l’intention d’inonder le canyon ensuite ?

C’est un peu difficile à croire, mais si la rivière est réellement à sec... Dans un sens, Beaulieu n’a aucun intérêt à me mentir vu que l’on se dresse face à ses principaux ennemis et j’ai l’impression que nous devrions rapidement nous mettre au travail au risque de voir leur plan mis en exécution. S’ils font céder le lac, ce qui n’est qu’une question de temps, alors nous ne pourrons plus rien faire pour le canyon et pour tout ce qui y vit. Je suis tiraillé entre ma précédente décision et les rapports que je viens de recevoir, d’un côté comme de l’autre. J’ai d’abord préféré attendre la nuit tombée pour agir, mais quelque chose me dit que nous devrions y aller maintenant, tant qu’il en est encore temps. Après un dernier regard en direction du bâtiment des Aqua, je décide finalement d’y aller avec la deuxième option, si seulement mon collègue est d’accord pour agir en ce sens aussi. Je lui explique alors que mon pokémon a repéré l’endroit idéal pour tenter une infiltration, un coin du bâtiment entouré d’herbe haute et qui semble peu surveiller par les sbires à l’extérieur.

- Je crois qu’il vaudrait mieux y aller tout de suite. Qu’est-ce que tu en dis ?

Je joins le geste à la parole en me redressant de l’arbre sur lequel je suis appuyé depuis un bon moment pour me tourner en direction de nos ennemis, toujours agenouillé pour éviter de me faire repérer par ces derniers. Je sens qu’il est grand temps pour nous de nous mettre en action.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 13/07/2018
Messages : 44

Région : Sinnoh
Dim 14 Oct - 4:14
Un lac ? Ses yeux s'étrécirent alors qu'il réfléchissait. Selon le plan de l'île qu'il avait consulté, il n'existait pas. Seules de rares rivières et des ruisseaux insignifiant, qui se déployaient à travers la jungle luxuriante et les étendues désertiques à la manière d'un réseau artériel, y apparaissaient. Qu'il soit en réalité artificiel ajoutait du poids à l'hypothèse de l'inondation des canyons. 

- Je crois. 

Il passa sa langue sur ses lèvres sèches avant de darder son regard doré sur Evans. Impossible de confirmer si cela faisait parti du plan des Aqua ou si le détournement de la rivière avait été réalisée par les habitants, en vue d’irriguer leurs terres. Tout en se passant une main dans les cheveux, il écouta avec intérêt le jeune homme. Il dut reconnaître que l'archeduc avait su se montrer utile, en découvrant un point d'entrée qui n'était pas gardé. 

- Ça me va parfaitement. 

Il esquissa un sourire en coin tout en se redressant. Sa respiration étant revenue à la normale, il était prêt à foncer et à s'infiltrer chez l'ennemi. Portant les doigts à son oreille gauche, il retira son émetteur-récepteur et le glissa entre deux bouts d'écorce fendue. Ainsi, personne ne saurait qu'ils avaient pris les devants avant même que la nuit ne les enveloppe de son manteau ténébreux. Enfin, il sortit son poing américain de sa poche et inséra ses doigts dans chacune des interstices. Il ne sentait pas la nécessité de s'armer tout de suite de son couteau. Beaulieu consulta son partenaire du regard avant de s'engager à travers les longues tiges et de longer la clôture. La première bâtisse qu'il atteignit était en ruine. La porte pendait tristement sur ses gonds rouillés et de nombreuses planches de bois avaient été arrachées. Certaines jonchaient encore le sol, la pointe de leurs clous pointant dangereusement vers le ciel. Le rouquin jeta un coup d'oeil à l'intérieur du mur éventré, mais n'y trouva rien qui ne soit digne d'intérêt. Les Aqua ne semblaient pas avoir jugé bon de démolir les vieilles fondations pour se servir des matériaux ni d'instaurer un tour de garde qui couvrait cette section de la base.

Max poursuivit sa route tout en demeurant accroupit. Il fit signe à son complice de le suivre tandis qu'il se rapprochait de leur point d'entrée. La clôture semblait avoir été coupée à l'aide de pinces ou de cisailles, offrant un passage étroit mais accessible. Ils n'étaient donc pas les premiers à se faufiler ici en catimini. Il s'arrêta et se tourna vers Evans. 

- À partir de maintenant, va falloir être vigilant. Il chuchotait, par crainte d'être entendu. Tu es armé ?

Il n'incluait pas le hibou parmi son arsenal, sachant que celui-ci défendrait sûrement son dresseur en cas de danger. Mais si le sbire rocket n'avait emporté ni poignard ni revolver avec lui, Maximilian envisageait de s'introduire le premier pour sécuriser le périmètre et se débarrasser des importuns qui croiseraient son chemin.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 30/03/2018
Messages : 175

Région : Alola
Ven 19 Oct - 22:25
Il est maintenant temps d’agir. Avec l’accord de mon partenaire, nous nous mettons finalement en route vers le coin du bâtiment moins surveillé qu’à repérer l’hibou au cours de sa reconnaissance du terrain. D’ailleurs, je rappelle ce dernier dans sa pokéball avant de quitter les hautes herbes autant pour éviter de nous faire repérer que pour l’avoir auprès de moi s’il arrive quelque chose une fois à l’intérieur. S’il reste ici, il mettra probablement trop de temps à me rejoindre si jamais j’ai besoin de son aide. Sans quitter des yeux le seul garde que je suis en mesure de voir, je suis le sbire Magma en silence et avec le plus grand calme possible. Bien que la situation ne tardera pas à s’envenimer, j’essaie de garder mon sang-froid pour pouvoir prendre les meilleures décisions possibles, car si je panique nos chances de réussites diminueront.

Par la suite, la question de Beaulieu ne me surprend pas tant que ça. Bien des gens auraient pu s’en montrer choquer, mais en tant que sbire c’est une nécessité d’être armé sur le terrain en plus d’avoir nos pokémons pour nous épauler en cas de besoin. Sans lui répondre oralement pour éviter de nous faire repérer étant donné que nous sommes maintenant tout près de nos cibles, je hoche la tête pour lui signifier que j’ai bien une arme en ma possession avant de sortir mon pistolet pour le lui montrer. À chaque fois que je le tiens en main, je repense à l’instant où j’ai acquise cette arme... même si cela n’a rien de glorieux. Elle appartenait à un agent de la région de Johto et je lui ai prise de force pour tenter de sauver la vie de mon frère qui était alors menacé par ce dernier, il y a environ sept ans de cela. Grâce à ce pistolet j’ai réussi à lui sauver la vie et nous avons pu prendre la fuite. Cela ne lui plait sûrement pas, mais chaque fois que je l’utilise, je pense à lui. Je pense à Thomas.

Jugeant le poing américain de mon partenaire pas assez intimidant pour nos adversaires, je décide alors d’entrer en premier sans lui laisser l’occasion de répliquer. Je pointe ensuite mon arme devant moi, prêt à tirer si cela s’avère nécessaire, mais les lieux sont déserts par ici. Malgré le manque de lumière qui me force à plisser les yeux, je ne vois personne et même en tendant l’oreille, je n’entends strictement rien. J’ai la forte impression que ce coin-ci du bâtiment est abandonné, mais que les sbires Aqua doivent tout de même êtres tout près. J’ai l’impression qu’un seul mur nous sépare, voir peut-être deux tout au plus.

- Il n’y a personne, lui lançai-je à voix basse. Qu’est-ce qu’on fait ?

Comment est-on censé mettre un terme à tout ça ? Comment deux sbires peuvent-ils empêcher une organisation entière de faire céder un lac artificiel afin d’inonder une vaste zone aride et de répandre son pouvoir ? Je ne prenais pas réellement conscience de ce qui nous avait été demandé... jusqu’à maintenant. Il me semble qu’une bonne demi-douzaine de sbire aurait été nécessaire pour accomplir une telle mission, si ce n’est davantage, et pendant un instant, je doute sérieusement de notre réussite. Et si cela avait été songé par nos chefs respectifs ? Et s’ils avaient volontairement décider de nous envoyer à l’abattoir ? Je n’arrive pas à admettre une telle éventualité. Est-ce que cela pourrait quand même être possible ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Bataille terrestre d' ABOUKIR
» Haiti, bientot un territoire des Etats-unis d'Amerique!
» Les Gardiens du territoire Centaure
» tendre histoire
» La Bataille du Territoire.

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Alola - 7E G E N :: Village Flottant-