-38%
Le deal à ne pas rater :
PLANTRONICS BACKBEAT PRO 2 – Casque bluetooth
156 € 250 €
Voir le deal

 
» Pour être pirate, il faut savoir se mouiller

Irina Sokolov

Irina Sokolov
Sbire Aqua

C-GEAR
Inscrit le : 10/01/2016
Messages : 1314

Région : Alola
Dim 15 Juil 2018 - 15:28

Pour être pirate, il faut savoir se mouiller

Ft. Saizo Masuda ♡


Lorsque j’avais accepté cette mission, j’avais songé qu’elle serait particulièrement facile à réaliser et que ce serait le jackpot pour nous. Maintenant, je commençais à me dire que j’avais un peu rêvé. Obtenir des informations sur ce mec-là, ce n’était pas si simple que cela en avait l’air. Presque deux semaines, que nous avions jeté l’ancre au large de la région et je ne l’avais toujours pas rencontré. Même pas aperçu en réalité. J’avais l’impression qu’il ne sortait jamais de chez lui et qu’il évitait au maximum de se mêler avec la population de la ville. Ce qui était plutôt une mauvaise chose pour nous. Parfois, il descendait dans les commerces afin de se ravitailler en vivres. C’était donc grâce aux commerçants que j’étais parvenue à grappiller quelques informations. Rien de bien utile pour notre mission, mais je savais désormais qu’il tenait une pension, installée sur les hauteurs d’une montagne. Moi qui appréciais de naviguer sur les mers et de regarder les étendues infinies d’eau qui s’ouvraient devant moi, j’avais quelques difficultés à imaginer que quelqu’un puisse s’enterrer dans un lieu aussi inaccessible. Surtout en possédant une sorte de commerce. Il ne devait sans doute pas accueillir des clients très régulièrement. Mais ce n’était peut-être qu’une excuse pour masquer d’autres activités ? Après tout, pourquoi pas. Cela ressemblait quelque peu au fonctionnement des mafias et autres groupes dans le même genre. Mais cela ne collait pas vraiment avec ce que les gens des environs avaient pu me raconter à son sujet. Il semblait plutôt être du genre bourru et solitaire. Autant dire que c’était une grosse galère qui m’attendait. Moi, seulement moi. Maintenant que je savais où il vivait, j’avais la certitude que je devais poursuivre seule. En groupe, on se ferait repérer en seulement quelques minutes. J’en avais la certitude. Et on ne pouvait pas se permettre de tout faire échouer maintenant pour un détail dans ce genre-là. Je devais donc aller trouver ce fameux Saizo par moi-même. Je savais qu’il vivait dans les hauteurs d’une montagne. Celle qui semblait être la plus imposante lorsqu’on les observait depuis le centre de la ville. Je savais également, de par mes informations obtenues un soir dans le bar de la ville, qu’il était éleveur de Stalgamin. Pour le moment, je ne savais pas vraiment en quoi ce détail pourrait me servir. Mais ce n’était pas grave. J’avais tout le trajet jusqu’à ces lieux pour trouver une idée. Vu la distance, j’allais avoir du temps pour réfléchir.

La veille, j’avais pris ma décision. Nous ne pourrions pas obtenir davantage d’informations en restant ici. Et l’on ne pouvait tout simplement pas rester ici à attendre qu’il daigne pointer son nez. Il était descendu en ville peu avant notre arrivée, alors il pourrait très bien rester dans son coin durant encore plusieurs semaines. Et il était tout simplement hors de question que je perde mon temps ici à attendre un jour qui ne viendra peut-être jamais. Je n’étais pas suffisamment patiente pour cela. Alors j’avais préparé un sac à dos. Je l’avais rempli avec des vivres, de l’eau et de l’argent. Normalement, j’avais de quoi tenir une bonne semaine. Je me disais que cela devrait être suffisant pour rejoindre la fameuse pension, même si je me perdais en chemin. Et avec un peu de chance, j’aurais même de quoi me sustenter sur le trajet du retour. Je l’espérais en tout cas. Parce que si ce Saizo devait faire le trajet pour se ravitailler, je doutais un peu qu’il accepte de me fournir de quoi manger et se retrouver alors dans l’obligation de changer ses petites habitudes. Pour une étrangère, j’étais quasiment persuadé que c’était totalement impossible. Une fois prête, j’avais donné mes instructions à Claes avant de me mettre en route.

« - Je vais y aller. Pendant mon absence, je compte sur toi. Je ne veux pas entendre parler du moindre grabuge à mon retour. Maintiens l’ordre et occupe-les pour qu’il n’y ait pas de débordements. Je tenterais de faire vite. Jeanne, Rhum, on y va. »

La marche, ce n’était pas vraiment mon truc. Je préférais nettement être sur mon navire et voltiger au milieu des cordages que de me servir de mes jambes pour progresser sur terre. Alors, devoir en plus me fatiguer dans les montagnes, autant dire que c’était loin d’être dans la liste de mes passions. Mais aujourd’hui, je n’avais pas d’autre choix que de faire fonctionner mes muscles, même si c’était loin de m’emmener au nirvana. Il était nécessaire, pour le bien de notre mission, que je serre les dents et que je me bouge afin d’obtenir ce pour quoi nous avions fait tout ce trajet. Et dire que je me tapais cette excursion sans même avoir la certitude que celui que l’on m’avait indiqué était bien l’objet de ma recherche. Tout ce que j’avais lorsque j’étais arrivé dans cette contrée, c’était une vague description physique. Même pas un nom. Alors pour retrouver une personne dans ces conditions, ce n’était pas l’idéal. Lorsque j’avais effectué mes investigations, en demandant aux personnes des environs, la seule réponse que j’avais pu obtenir, c’était que la seule personne pouvant éventuellement répondre à mes critères était ce fameux Saizo. Mais ce n’était pas une certitude. Seulement une possibilité. Ce qui me faisait douter, c’était que les descriptions que la population avait pu me faire ne correspondaient pas vraiment aux données que j’avais. En me confiant cette mission, on m’avait parlé d’un mercenaire indépendant. Et tout ce que mes pistes m’avaient apporté, c’était l’adresse d’un éleveur de Stalgamin. Je devais avouer que je ne voyais pas vraiment le rapport. Mais c’était la seule chose que j’avais à ma disposition. Alors j’allais tenter de voir si je pouvais relier les deux. De toute façon, je n’avais pas vraiment d’autres choix. Soit je restais sans rien faire dans la ville, soit je me bougeais pour aller vérifier les informations.

Je savais que j’allais marcher en montagne, que ça allait grimper sec. Mais purée, jamais je n’aurais imaginé que ce serait à ce point là. Il fallait vraiment en vouloir pour souhaiter se rendre dans cette fichue pension. Mes vêtements étaient pleins de poussières. Et j’avais froid. Le paysage qui m’entourait, recouvert de son joli manteau blanc était tout simplement magnifique. Pourtant, je ressentais quelques difficultés à l’idée de m’en réjouir. Je souhaitais seulement atteindre ma destination au plus vite avant de mourir gelée sur place. J’aurais peut-être dû penser un peu plus tôt à m’habiller plus chaudement. Mais non. J’avais seulement conservé ma tenue habituelle. Mais avec tous les espaces de peau à découvert, ce n’était réellement pas une bonne idée. Alors j'accélère le pas, malgré la difficulté, en espérant que cela me permettrait de rejoindre plus vite ma destination, en me réchauffant au moins un minimum. J’y étais. Après de longues heures de marche rapide, particulièrement éprouvantes, je me retrouvais devant les portes de la fameuse pension que je cherchais à atteindre. Maintenant que j’étais enfin sur place, il ne me restait plus qu’à mettre mon plan à exécution afin d’obtenir les informations que j’étais venue chercher. En espérant qu’il les possède. J'apercevais un homme au loin. Peut-être lui ? Je n’en savais rien. Je ne savais même pas si le dénommé Saizo vivait seul ou non. Mais je devais tenter ma chance.

« - Hey ! Au village on m’a indiqué que je devais venir par ici si je désirais acquérir un Stalgamin. Je suis bien au bon endroit ? »



Utilisation de mon Ticket de transport inter-région (calendrier de l’après)


Pour être pirate, il faut savoir se mouiller DK8c7Zx Pour être pirate, il faut savoir se mouiller 0ZlvUun
Autres comptes:
 
Stamps:
 
Revenir en haut Aller en bas

Saizo Masuda

Saizo Masuda
Ex-Champion

C-GEAR
Inscrit le : 24/09/2016
Messages : 890

Région : Sinnoh
Dim 22 Juil 2018 - 16:44
Alors que la nuit étendait encore ses ailes sur la montagne je quittais le pension, un sac dans le dos, vêtu d'une veste, le froid étant bien plus mordant sans les rayons du soleil. Je partais pour un long pèlerinage à travers les sentiers enneigés des monts de Frimapic, accompagné de Yukie, et je ne m'arrêtais que pour boire ou grignoter un peu, mon objectif étant clair... Nous marchions sans parler, le silence nous accompagnant, alors que je surveillais à chaque instants les environs pour éviter de tomber par surprise sur l'un des Ursaring ou Polagriffe qui vivent ici et y chassent tout au long de l'année. Yukie saurait se charger d'eux, bien sur, mais ces pokémons peuvent surgir dans votre dos d'un seul coup et je garde de mauvais souvenirs de lutte face à ces ours... Mais au final le trajet se finira sans encombres et, après avoir scruté les alentours, je pénètre dans une caverne creusée près du sommet de la montagne, cachée à la vue de tous. Aucune lumière ne nous éclaire mais j'avance sans hésitations, connaissant parfaitement chaque recoins de la grotte, pour y avoir passé tellement de temps...

Nous avançons donc lentement, Yukie flottant à mes côtés, jusqu'à nous retrouver face à une silhouette scintillante au fond de la grotte, une créature imposante allongée et entourée de glace. Je m'avance sur celle-ci jusqu'à pouvoir poser une main sur la tête froide de la créature, un sourire aux lèvres. Je le sens bouger légèrement, m'observer, avant de reposer sa tête sur le sol. Je m'assois à ses côtés, en tailleur, avant de prendre la parole pour lui parler, lui demandant des nouvelles. Seul le silence me répond mais le simple fait de pouvoir rester à ses côtés me suffit. Kyurem a bien assez souffert par le passé, le dragon des glaces a besoin de repos et de calme, loin des humains et des autres créatures... Nous restons ainsi pendant plusieurs heures, un sourire glissant sur mes lèvres lorsqu'il bouge sa tête pour la glisser contre moi, un simple geste qui veut en réalité dire beaucoup de la part d'une créature que l'on dit dépossédée de son âme...

Le jour s'est levé depuis plusieurs heures lorsque je me lève, lui murmure quelques mots et quitte la caverne, la spectre toujours à mes côtés. Il est temps de retourner à la pension et de m'occuper comme je le fais chaque jours... Le trajet de retour est plus court, la température plus agréable et je rejoins rapidement la maison perdue au milieu de la montagne, un léger sourire au coin des lèvres ; j'aime mon havre de paix et la solitude qu'il m'offre. Je ne prend pas la peine de me reposer et m'occupe tout d'abord de mes pensionnaires, des jeunes Stalgamin qui sont en train de grandir et attendent de trouver leur propriétaire. Une fois nourris je donne à manger à mes autres pokémons qui ne peuvent pas chasser et je vais dans ma serre pour m'occuper de mon potager, que je surveille avec une grande attention : le froid pourrait s'en prendre aux plants à tout moment même si la serre a un système de chauffe artisanale, il faut que je surveille tout cela.

J'en ressors quelques temps plus tard et m'apprête à rentrer dans la maison lorsque Fumseck chante doucement depuis le toit de la maison, pour m'avertir qu'il se passe quelque chose... En effet une silhouette est en train de me rejoindre, depuis le chemin menant à frimapic. Les visiteurs sont rares, j'attend donc qu'il vienne jusqu'à moi et réalise qu'il s'agit plutôt d'une visiteuse : et pas n'importe qui en plus. Une belle femme, avec une chevelure flamboyante et un sacré regard. Mais ce qui est le plus étonnant est sa tenue, plutôt affriolante ; comment a t-elle tenue jusqu'ici ? Ils sont nombreux à avoir rebroussé chemin avec plus que ça sur le dos.

Je dois bien avouer que j'ai rarement vu un tel canon ici, dans cette pension paumée. Que vient-elle faire ici ? Serait-ce encore une groupie venant tenter sa chance, comme la blonde de la dernière fois avec qui je suis sorti quelques semaines ? Mes traits se détendent lorsque la rousse prend la parole et je m'approche d'elle en décroisant les bras.

- Vous êtes au bon endroit, les habitants vous ont bien renseignée.

Je n'ai pas souvent des visiteurs pour l'élevage, je produis de la qualité plutôt que de la quantité, ce qui correspond bien à mon tempérament. J'observe encore un peu l'inconnue avant de lui montrer la porte et d'aller ouvrir celle-ci, la laissant passer la première tout en prenant la parole.

- Je suis étonné que vous ayez réussi à venir jusqu'ici dans une telle tenue... Entrez, il fait meilleur à l'intérieur.

Je referme rapidement la porte derrière elle et me dirige aussitôt vers la cheminée, remettant du bois dans le feu pour le raviver tandis que Casse-Noisette saute depuis une étagère pour aller renifler les pieds de la jeune femme. Je fais claquer ma langue contre mon palais, faisant aussitôt reculer la créature.


Pour être pirate, il faut savoir se mouiller Signa210
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas

Irina Sokolov

Irina Sokolov
Sbire Aqua

C-GEAR
Inscrit le : 10/01/2016
Messages : 1314

Région : Alola
Dim 9 Sep 2018 - 16:19

Pour être pirate, il faut savoir se mouiller

Ft. Saizo Masuda ♡


Avec le froid intense qui régnait sur cette montagne, je regrettais réellement ma tenue. J’aurais au moins pu penser à prendre une veste, ou quelque chose en mesure de me couvrir un minimum. Parce que là, je me gelais réellement les miches. Je me demandais ce qui avait bien pu me passer par la tête lorsque je m’étais dit que la chaleur provoquée par l’exercice serait suffisante pour me permettre de supporter la chute de température. Non, mais sérieusement. Comment avais-je pu, ne serait-ce qu’une seule seconde, croire que mon pantalon taille basse et mon haut, qui ne couvrait qu’en partie ma poitrine seraient suffisants ? C’était complètement stupide. J’aurais dû faire demi-tour dès les premiers signes de froid. La chair de Roucool sur ma peau en était d’ailleurs une bonne preuve. Mais non. Encore une fois j’avais montré à quel point je pouvais me montrer obstinée lorsque j’avais une idée dans la tête. Ce serait tout de même totalement idiot si je devais finir par me faire amputer à cause du froid. J’aurais l’air de quoi, moi, si je me retrouvais à avoir un crochet à la place d’une main ou un machin en bois à la place de l’une de mes jambes. J’étais bien trop sexy et mon corps était un atout bien trop important en affaires pour que je puisse prendre ce genre de risques inconsidéré avec mes membres. Ils étaient bien trop importants à mes yeux. Je devrais en prendre soin au lieu de risquer d’attraper la mort pour un accès d’impatience. Mais non. J’étais trop pressée. J’étais enfin parvenu à obtenir une information et je n’avais rien voulu entendre de plus. Je n’avais même pas pris le temps d’attendre que les boutiques ouvrent et me permettent d’acquérir une tenue plus adéquate avant de me lancer à l’ascension de la montagne. Allant à l’encontre du bon sens et des conseils de Claes, mon second, j’avais foncé tête baissée en direction de ma destination. Si je ne me plantais pas, le mec que je devais retrouver pour la team Plasma se trouvait par là. D’après les données que nous avions pu récolter et assembler, il tenait une pension spécialisée dans les Stalgamin un peu à l’écart de la civilisation. Sur le trajet, j’avais commencé à préparer mon plan. Puisque je n’avais rien d’autre à faire pendant que je mettais un pied devant l’autre, autant que ce temps me soit utile. J’avais donc opté pour une approche portant sur ce point d’intérêt. Annoncer que je désirais faire l’acquisition d’une de ces petites créatures de type glace me semblait être la voie la plus directe pour m’approcher. Ensuite, j’allais sans aucun doute devoir improviser selon l’évolution de la situation. Il était compliqué de planifier davantage alors que je n’avais aucune idée de l’agencement des lieux. J’aurais bien voulu avoir le temps de faire un repérage plus poussé, mais j’étais presque certaine que la pension devait être protégée d’une manière ou d’une autre contre les intrusions indésirables. Je n’avais donc même pas tenté de briser ma couverture pour si peu. J’allais seulement faire attention et jouer le tout pour le tout.

Lorsque j’avais commencé à voir la pension à l’horizon, j’avais entendu une sorte de cri. Une alerte poussée par un pokémon sentinelle ? C’était fort possible. Une confirmation supplémentaire que j’avais effectué le bon choix en abandonnant l’idée de faire un repérage poussé de la situation. Je n’aurais pas eu l’occasion d’approcher que j’aurais déjà été remarquée. Et dans ce cas-là, tous mes plans auraient été voués à l’échec. Je n’aurais jamais pu approcher le propriétaire des lieux. Je me demandais si c’était justement lui qui s’était approché avant de s’arrêter pour me laisser approcher. Vu sa réponse à ma première question, j’avais ma confirmation. C’était bien lui. Et j’étais soulagé que les habitants de la petite ville m’aient fourni de bons renseignements. Sinon, mon plan aurait une nouvelle fois été mis à mal. Je pouvais donc me considérer chanceuse malgré ce froid qui me faisait trembler et claquer des dents. Maintenant que je l’avais devant moi, je devais avouer que j’étais plutôt surprise. Je ne m’étais pas vraiment attendu à ce qu’il soit ainsi, physiquement parlant. Je commençais à apprécier davantage cette mission. Au moins, ma cible était agréable à regarder. Même si j’aurais préféré le faire sans le désagrément de la température beaucoup trop basse à mon goût. Je n’avais pas tellement envie de finir ma vie en tant qu’iceberg ou statue de glace. Ce n’était pas vraiment pour moi, ces conneries-là. J’avais besoin de liberté et de mouvements. J’avais besoin de mon navire. De la mer. Mais surtout d’un climat un peu plus exotique. Pour moi, la glace, c’était seulement dans un verre avec du rhum.

▬ Vous me voyez rassurée, je craignais un peu de parcourir tout ce chemin pour des clopinettes. Alors je suis bien heureuse d’être arrivée au bon endroit en un seul morceau et que les habitants ne se soient pas trompés.

Tout en parlant, j’avais tenté de ne pas passer trop de temps à reluquer l’homme qui me faisait face. Mais c’était plus facile à dire qu’à faire. Ce n’était pas tous les jours que je me retrouvais devant une telle montagne de muscles. Et puis son tatouage était particulièrement impressionnant. Mais surtout, il correspondait plus ou moins à la description que j’avais pu en avoir. C’était donc bien mon homme. Et il était étonné que je sois parvenu à venir jusqu’ici dans une telle tenue. Pour être honnête, je l’étais tout autant que lui. Si l’on me l’avait dit avant, je n’aurais sans aucun doute pas parié sur ma tête. J’aurais été persuadé d’abandonner avant d’être arrivé. Ou alors j’aurais imaginé que je me serais écroulée bien avant. Mais non. À ma plus grande surprise, j’étais parvenue à tenir le coup. Une véritable chance. Et désormais, il me proposait d’entrer à l’intérieur. Parfait. Mon plan se déroulait à merveille. J’allais pouvoir me réchauffer tout en cherchant à obtenir des réponses afin de remplir ma mission. Je ne devais rien faire d’autre. Seulement décrocher quelques petites bribes permettant à mes clients d’être satisfaits. Cela ne devait pas être bien sorcier. Et puis, vu le regard que je l’avais vu poser sur moi, j’étais presque certaine qu’il n’était pas insensible à mes charmes. C’était une véritable chance. Cela s’annonçait bien plus facile que prévu. Toutefois, je devais rester sur mes gardes. Une bourde peut arriver bien trop rapidement. Je l’avais donc suivie à l’intérieur. Ce n’était pas bien grand, mais bien suffisant pour y vivre. Pendant qu’il ravivait le feu en ajoutant du bois dans la cheminée, un pokémon s’était approché de moi. Je ne connaissais pas cette espèce. Je ne l’avais jamais vu. Et pour tout dire, cette créature ne me rassurait pas vraiment. Surtout lorsqu’elle reniflait mes bottes. Mais d’un simple claquement de langue de son propriétaire, elle avait reculé. Particulièrement bien dressée. J’étais impressionnée.

▬ Merci pour l’accueil. Il est vrai qu’il fait bien meilleur à l’intérieur. J’espère que je ne vous dérange pas ? J’aurais bien appelé avant, mais je ne suis pas parvenue à trouver de numéro ou quelque chose dans ce genre-là. Les habitants du village n’avaient pas grand-chose à me dire au sujet de cette pension, mis à part que c’était le meilleur endroit pour trouver un Stalgamin. Et ce pokémon, il est à vous ? De quoi s’agit-il ?

J’avais tenté de faire dans la conversation banale tout en m’approchant doucement du feu. Je désirais me réchauffer, mais je ne voulais pas non plus subir un choc thermique en passant beaucoup trop rapidement du froid au chaud. Et puis je ne voulais pas éveiller les soupçons concernant les vrais motifs de ma venue. Je préférais laisser le temps à la conversation de se faire. Si je commençais à lancer sur des sujets n’ayant pas le moindre rapport avec mon excuse pour venir, je risquais de me retrouver dehors bien plus rapidement que prévu. Et ça, ce ne serait vraiment pas bon pour moi. J’avais besoin d’informations, alors je devais faire attention. Je préférais donc commencer doucement.

▬ Cela fait longtemps que vous possédez cette pension ? Elle me semble drôlement éloignée de tout. Ce n’est pas simple de la rejoindre… Cet isolement est pour une raison particulière ?




Pour être pirate, il faut savoir se mouiller DK8c7Zx Pour être pirate, il faut savoir se mouiller 0ZlvUun
Autres comptes:
 
Stamps:
 
Revenir en haut Aller en bas

Saizo Masuda

Saizo Masuda
Ex-Champion

C-GEAR
Inscrit le : 24/09/2016
Messages : 890

Région : Sinnoh
Jeu 27 Déc 2018 - 17:47
Malgré la chair de poule qui parcourait sa peau si fort que je pouvais le voir d'ici, la rousse semblait plutôt bavarde et arrivait encore à parler, faisant savoir qu'elle était heureuse d'avoir trouvé la pension. En effet, elle pouvait s'estimer chanceuse d'être arrivée jusqu'ici et de ne pas être encore totalement congelée, elle semblait tenir encore sur ses jambes, mais je n'étais pas certain que cela dure longtemps. Je n'étais pas un sadique, et j'admirais même les personnes capable de rejoindre la pension de leurs propres moyens : je ne sais pas comment cette jeune femme avait fait au juste, mais elle méritait bien de venir se réchauffer à l'intérieur, bien que l'écart de température risque de lui faire bizarre... Mais elle s'en remettrait. Je lui ouvris donc la porte du cottage et la laissais entrer la première, refermant derrière elle avant d'avoir comme premier réflexe de raviver le feu, afin de garder une bonne chaleur à l'intérieur. Ce serait dommage que cette charmante femme prenne encore froid maintenant qu'elle était à l'intérieur, surtout qu'il s'agissait d'une potentielle cliente de la pension et non une simple fan prête à affronter le froid pour avoir un autographe, voire plus.

En entendant Casse-Noisette tomber lourdement au sol je me retourne rapidement et la trouve en train de renifler les pieds de ma cliente, une mauvaise habitude qu'elle a. Je me méfie toujours d'elle et de ses réactions aussi préférais-je lui signaler immédiatement de reculer, ce qu'elle fait à la seconde près, avant de s'éloigner pour se rapprocher du feu. Malgré sa grande faiblesse face à cet élément l'insecte a toujours aimé se poser devant les flammes afin de les fixer pendant des heures. Rassuré de la voir s'éloigner sans faire d'histoire, je retourne près de mon invitée

- Vous ne me dérangez pas, la pension est toujours ouverte aux courageux prêts à venir jusqu'ici. Courageuse, dans votre cas. Et en effet, je n'élève que des Stalgamins, et la qualité prime avant tout. Je tourne un instant la tête vers la fermite, avant de regarder de nouveau la jeune inconnue. Il s'agit d'une Fermite, une espèce originaire de Unys. Elle vit avec moi depuis très longtemps et elle a du caractère, il vaut mieux la surveiller.

J'avais beau le dire ainsi, le sale caractère de l'insecte n'était pas un problème pour moi ; au contraire, je trouvais cela vivifiant d'avoir une telle créature à mes côtés, j'y étais très attaché depuis le temps, et malgré tous les problèmes qu'elle avait pu me causer par le passé... Et qu'elle continuait parfois à me poser. Je sortais de mes pensées pour me tourner vers la jolie rousse, qui s'était légèrement rapprochée du feu sans s'y coller ; sage décision, elle devait savoir les risques.

- Ça fait environ sept ou huit ans.. J'aime la tranquillité, rien de plus. La ville ne me convient pas.

Cette femme était étonnamment bavarde pour quelqu'un qui venait de marcher dans le froid pendant si longtemps, ça devait être dans sa nature. J'attrapais le tisonnier pour raviver les flammes, qui réchauffèrent un peu plus l'atmosphère, avant de me tourner de nouveau vers elle.

- Réchauffez-vous correctement avant toute chose, vous pourriez facilement perdre un membre par une telle température.

Le Stalgamin pouvait bien attendre le temps qu'elle soit en état, surtout que je ne laissais pas partir mes petits protégés facilement, je voulais en apprendre plus sur la personne qui voulait en adopter un pour éviter les déconvenues au maximum.


Pour être pirate, il faut savoir se mouiller Signa210
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas

Irina Sokolov

Irina Sokolov
Sbire Aqua

C-GEAR
Inscrit le : 10/01/2016
Messages : 1314

Région : Alola
Mer 30 Jan 2019 - 11:30

Pour être pirate, il faut savoir se mouiller

Ft. Saizo Masuda ♡


Je fais un peu la maligne devant lui, mais en vrai, je n’en mène pas large. Je me demande bien ce qui a pu me passer par la tête lorsque j’ai décidé de quitter le bateau, dans cette tenue plus que légère, afin de partir en exploration de la montagne. Sérieux. C’est débile. J’aurais eu l’air fine si je n’avais pas trouvé ma destination. Ou si j’avais perdu l’un de mes membres au détour d’un chemin. Je ne peux pas me permettre de devenir infirme. Ce n’est pas pour moi. Je dois faire attention à mon corps de rêve. Ce serait tout de même dommage de le perdre. C’est plus compliqué d’intéresser un homme lorsque l’emballage n’est pas particulièrement beau à regarder. Cela donne forcément une relation plus durable, parce qu’elle n’est pas basée sur l’apparence physique, mais sur la personnalité. Toutefois, ma méthode aussi permet de parvenir à un tel résultat. C’est juste que j’attire plus rapidement le regard et la sympathie des hommes lorsque je mets mes atouts en avant. Et puis, je sais ce que je vaux. Je suis capitaine de mon propre navire. Je suis à la tête d’un équipage complet qui exécute mes ordres. Alors je sais bien que je n’ai pas besoin d’en venir à cette utilisation de mon corps pour parvenir à mes fins. Mais c’est tout de même plus rapide pour attirer l’attention. Je n’ai pas spécialement envie de rester dans un environnement aussi glacial pendant des lustres. Surtout alors que j’ai seulement besoin de quelques informations. Et normalement, cet homme devrait pouvoir m’en fournir. Il faut seulement que je joue bien mon jeu. Et bon. Pour une fois, je trouve le challenge intéressant. Ce n’est pas un vieux déplaisant que je tente de charmer, mais un bel homme musclé. Alors bon. Je ne vais pas me plaindre. J’aurais pu trouver pire. Et je suis même payée pour ça.

Et en plus de cela, il est bien élevé. Il m’invite à l’intérieur de son cottage afin de me permettre de me réchauffer. Aurais-je marqué des points ? Peut-être. Si j’avais été davantage habillée, il ne m’aurait peut-être pas proposé d’entrer. Il aurait pu se contenter de discuter avec moi tout en restant à l’extérieur. Et cela, ça n’aurait pas été terrible pour enchaîner sur une tentative de rapprochement. Je suis tout de même ici pour obtenir des informations. Et ça risque de ne pas être très facile. Je crois que je commence à mieux comprendre pourquoi on me rémunère une fortune. Déjà, ce n’est pas simple de trouver l’homme. Ensuite, ce n’est pas plus aisé de le faire parler. Je tente d’alimenter la conversation comme je le peux. Me forçant à parler alors que j’ai seulement envie de me jeter devant les flammes pour me réchauffer. Mais le moins que je puisse constater pour le moment, c’est qu’il n’est pas très causant. En même temps, je ne sais pas trop ce que je m’imaginais d’un mec qui vit isolé sur une montagne. Bon au moins, je ne le dérange pas. Il me trouve courageuse. Et sa pension, elle reste toujours ouverte pour les personnes comme moi, prêtes à faire le déplacement jusqu’ici en bravant les éléments. Parfait. J’ai donc réussi à marquer quelques points. Ce ne fut pas facile de me hisser jusqu’ici. Je ne suis pas une femme des montagnes. Mon élément de prédilection, mon terrain de jeu par excellence, c’est la mer. Alors l’altitude, la neige, les terrains escarpés et toutes ces choses là, ce n’est pas franchement mon truc. Mais parfois, les sacrifices, ça vaut le coup. J’en ai la preuve aujourd’hui. Et donc, il ne fait que dans l’élevage des Stalgamins. Intéressant. Je me demande pourquoi en vérité. Ce n’est pourtant pas une espèce particulièrement populaire.

▬ Juste par curiosité, vous avez choisi de vous consacrer à l’élevage des Stalgamins pour une raison particulière ?

Une Fermite donc. Avec du caractère en plus. Je ne sais pas trop pourquoi, mais j’ai l’impression qu’il faut que je me méfie de cette créature. Elle pourrait bien tenter de se mettre en travers de mes plans. Je ne sais pas. C’est une impression qu’elle me transmet lorsque je la regarde. J’ai cette étrange sensation qui me souffle ce sentiment. Je ne dois pas lui faire confiance. Je dois toujours garder un oeil sur elle. Je ne dois pas oublier sa présence. Je ne sais pas de quoi elle est capable, et je ne vais pas me faire avoir. Tout en me rapprochant légèrement du feu, sans toutefois m’y coller de trop près, je continue de parler. Je tente d’en savoir un peu plus. Il est installé ici depuis environ sept ou huit ans. Intéressant. Cela correspond plus ou moins à ce que l’on m’a dit. C’est depuis ce moment-là que les membres de la team m’ayant engagé n’ont plus signe de vie du précédent mercenaire. Et encore moins de la créature qu’il aurait dû leur ramener. Lui, il est encore là. Mais pour le pokémon, je n’en sais rien. Je n’ai rien vu en venant, mais je suppose que ce n’est pas une bestiole qu’il va mettre en avant. Au contraire. Vu la difficulté d’accès, elle est sans doute planquée quelque part dans la montagne. Sans doute encore plus en altitude que cette pension. Je ne sais pas. C’est sans doute pour ce choix que j’opterais. C’est tout de même une barrière efficace contre les visiteurs non désirés. Il dit qu’il aime la tranquillité. Que la ville, ce n’est pas pour lui. Je n’ai pourtant pas trouvé que Frimapic est un lieu très animé. Une fausse excuse donc. Logique.

▬ Niveau tranquillisé, vous devez être servi ici ! Il fait toujours aussi froid ici ? C’est réellement enneigé toute l’année ?

Les flammes me réchauffent. Doucement. J’aimerais bien me mettre plus près, histoire d’accélérer les choses. Mais cela ne fonctionne pas ainsi. Ce n’est pas aussi simple. Je risquerais d’endommager mon si beau corps. Et bon. Pour être honnête, cela me convient bien. Je dois me forcer pour parler sans claquer des dents, mais cela me permet d’aller à la pêche aux informations tout en restant un minimum dans la discrétion. Mais quand même. Tout ça pour une mission. Je me demande encore pourquoi j’ai accepté de m’en charger.

▬ Merci pour votre accueil en tout cas. Ce feu est une véritable bénédiction. Je ne me doutais pas que la chute de la température serait aussi brutale à mesure que je m’approcherais de votre pension.

Bon. C’est bien beau tout cela, mais j’ai besoin que la discussion s’accélère un peu. À ce rythme, dans deux ans on y est encore. Et je n’ai pas le temps pour cela. Je n’ai pas prévu de me construire une couverture solide me permettant de rester longuement. Je suis seulement une jeune femme ayant bravé les éléments dans le seul but d’acquérir un Stalgamin. C’est bien beau cette histoire, mais ce n’est pas l’essentiel de ma venue. Et en réalité, je me demande si je vais vraiment me donner du mal pour cette histoire. Je ne suis pas certaine que le jeu en vaille réellement la chandelle. Ce mec, il me semble bien. Je ne vois pas pourquoi il aurait trahi des gens. J’ai l’impression qu’il y a un truc louche sous toute cette histoire. Je ne sais pas encore quoi. Je ne sais pas si je vais le découvrir. Mais je ne compte pas prendre de risques insensés. Je ne vais pas mettre mon existence en péril uniquement pour obtenir des réponses n’ayant pas la moindre valeur à mes yeux.

▬ Je me demandais. Vous savez si le dicton concernant les Stalgamin et la richesse est vrai ? Je ne viens pas pour cela, bien entendu. Mais je me suis toujours demandé d’où cette histoire pouvait provenir.




Pour être pirate, il faut savoir se mouiller DK8c7Zx Pour être pirate, il faut savoir se mouiller 0ZlvUun
Autres comptes:
 
Stamps:
 
Revenir en haut Aller en bas

Saizo Masuda

Saizo Masuda
Ex-Champion

C-GEAR
Inscrit le : 24/09/2016
Messages : 890

Région : Sinnoh
Mar 24 Sep 2019 - 15:56
Je hausse les épaules à l'interrogation de la rousse, prenant tout de même le temps - quelques longues secondes - pour réfléchir à une réponse convenable. En vérité, c'est une excellente question, et c'est peut-être la première fois qu'on me l'a pose , en tout cas venant d'un client. Généralement les personnes qui viennent juste ici savent qu'ils veulent un Stalgamin de qualité et ils ne vont pas chercher plus loin, mes résultats en concours et les coupes qui trônent au dessus de ma cheminée suffisent.

- Mf, une raison particulièrement, certainement... Un mélange de hasard et de caractère. Je ne suis pas du genre à m'éparpiller entre de nombreuses espèces, je préfère effectuer un travail de qualité. Et ma reproductrice principale Yukie, une Momartik chromatique avec qui je vit depuis très longtemps, m'a ouvert la voie. Nous avons participé à quelques concours de beauté, par curiosité, et il s'est avéré qu'elle avait de nombreuses qualités... Vous la verrez certainement, quand elle reviendra de sa balade en montagne.

J'allumais la gazinière avant de mettre ma bouilloire sur celle-ci, pour que l'eau commence à chauffer ; une boisson chaude ne lui ferait pas de mal, quelle quelle soit. Et je n'allais pas m'en priver non plus, il était encore trop tôt pour boire un verre d'alcool au coin du feu. J'observe la rousse tout en m'activant dans le coin de la cuisine, notant qu'elle semblait particulièrement pensive ; elle n'avait pour autant pas l'air d'être proche de l'évanouissement, ce qui aurait pu être une possibilité vu ce qu'elle venait de traverser. J'avais encore du mal à me faire à l'idée qu'elle avait réussie à le faire avec une telle tenue... Etait-elle complètement cinglée ou avait-elle une raison particulière ? En tout cas si elle était venue ainsi pour jouer de ses charmes et essayer d'avoir une faveur elle aurait fait tout cela pour rien, ce n'était absolument pas dans mes habitudes, même si j'aimais la compagnie d'une femme... Lorsqu'elle était sincère.

Cela me rappelait ma dernière conquête, et il s'agissait d'un bien mauvais souvenir. Heureusement que j'avais rapidement réalisé qu'elle ne s'intéressait qu'à la gloire, cela m'a permis d'y mettre fin suffisamment vite pour ne pas être attaché.

- Thé, café ? Je vous conseille de boire quelque chose de bien chaud.

Je prépare ma propre tasse de café en attendant sa réponse, tranquillement, sans cesser de l'observer du coin de l'oeil ; cela me permet aussi de vérifier que Casse-Noisette ne s'est pas approchée de nouveau... Mais non, la Fermite est plutôt sage pour le moment, couchée devant le feu, immobile. Je reviens vers la femme alors que celle-ci pose de nouvelles questions ; décidément elle ne s'arrête pas. Peut-être a t-elle du mal avec le silence, qui m'est pourtant si agréable... Heureusement que je n'ai pas des clients tous les jours.

- L'été la température est plus clémente, mais la neige peut tout de même tomber, et il y a un grand glacier vers le sommet de la montagne. Les tempêtes de neige peuvent survenir à n'importe quel moment de l'année, beaucoup de touristes se font surprendre.

Et bizarrement (sauf pour moi) les dites tempêtes de neige étaient plus fréquentes depuis quelques années ; heureusement, les changements climatiques qui survenaient un peu partout dans le monde faisaient que personne ne se posait plus de questions sur le climat acéré de la montagne, c'était devenu habituel. La discussion continue finalement alors que je m'installe sur une chaise non loin du feu et de la jeune femme, ma tasse de café à la main, après lui avoir tendu sa propre boisson. Celle-ci fait quelques remarques sans trop d'intérêt à mes yeux, avant d'évoquer quelque chose d'autre. Je bois une gorgée de café, laissant la boisson amère me réchauffer de l'intérieur.

- Ce n'est qu'un simple dicton d'un autre temps, comme pour de nombreuses autres espèces. Les Stalgamins sont des pokemons curieux qui s'intéressent beaucoup aux humains et qui aiment entrer dans les maisons pour y fouiner ; j'imagine que cela vient de là. Les habitants de cette époque étaient très superstitieux, ils cherchaient des moyens de se rassurer. Je termine ma tasse d'une gorgée avant de la reposer à côté de moi, réveillant Noisette, qui semblait somnoler. En parlant de ça... Pourquoi vous intéressez-vous à l'espèce, et dans quel but ? Vous êtes dresseuse, coordinatrice... ?

Ou autre chose, mais une grande majorité de ma clientèle faisait partie de ces deux catégories et j'avais donc de fortes chances de viser juste.


Pour être pirate, il faut savoir se mouiller Signa210
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas

Irina Sokolov

Irina Sokolov
Sbire Aqua

C-GEAR
Inscrit le : 10/01/2016
Messages : 1314

Région : Alola
Lun 4 Nov 2019 - 21:15

Pour être pirate, il faut savoir se mouiller
Ft. Saizo Masuda ♡

En réponse à ma question sur les raisons l’ayant poussé à choisir d’élever des Stalgamin et à se spécialiser là-dedans, il a commencé par hausser ses épaules musclées. C’est dingue le nombre de muscles qui peuvent rouler sous sa peau lors d’un mouvement aussi simple et banal qu’un haussement d’épaules. L’espace d’un instant, je suis totalement absorbée par ce mouvement. Je ne remarque même pas les quelques secondes que l’homme, charmant en tous points, qui me fait face a utilisées pour me répondre. Lorsqu’il ouvre la bouche pour parler, le son de sa voix me sort immédiatement de mon moment de rêverie avec un léger sursaut. Immédiatement, mes yeux cessent leur exploration de son corps pour revenir à son visage. J’espère que ma réaction ne s’est pas remarquée, ce n’est pourtant pas dans mes habitudes de me laisser distraire à ce point-là. Il me répond alors que cette décision est venue d’une sorte de mélange entre le hasard et le caractère. Sur le coup, je ne comprends pas vraiment ce qu’il veut dire par là, mais il poursuit directement en disant qu’il n’aime pas s’éparpiller et qu’il préfère restreindre son activité afin de proposer de la qualité. Je le conçois. Je préfère également le travail bien fait. Donc je ne peux qu’approuver son choix de la qualité au détriment de la quantité. Il a ensuite mentionné que sa reproductrice principale est une Momartik chromatique et qu’elle lui a ouvert la voie vers son présent. Je ne sais pas du tout de quoi il s’agit. Il a ajouté que je devrais prochainement la voir, lorsqu’elle sera revenue de sa promenade en montagne. Chromatique. Ce mot m’interpelle. Ce n’est pas la première fois que je l’entends, mais je n’ai pas la moindre idée de ce qu’il signifie. 

▬ Une Momartik chromatique ? Qu’est-ce que c’est ? Et je suis bien d’accord, la qualité est primordiale dans le travail. Elle se promène toute seule dans la montagne ?

Pendant que je tente difficilement de me réchauffer devant le feu, alors que mon corps tremble comme une feuille, tout en discutant avec mon sauveur du jour, ce dernier s’est éloigné de quelques pas afin de rejoindre la cuisine. D’un air distrait, je l’ai regardé faire chauffer de l’eau. Je ne sais pas trop ce qu’il va préparer avec ça, mais je suppose qu’il sait ce qu’il fait. Maintenant que je le regarde et que j’apprécie ce que je vois, je me demande si j’ai toujours aussi envie d’accomplir ma mission. Je crois que je me sens mal à l’idée de tenter de le tromper alors qu’il me semble être particulièrement charmant. Peut-être un peu bourru, mais je suppose que c’est un peu lié au fait qu’il vit tout seul au sommet de sa montagne. Et puis quand je regarde toutes les coupes qui sont exposées dans cette pièce, je me dis qu’il doit avoir un certain talent. Et puis, ce Fermite que j’ai vu tout à l’heure me semble plutôt puissant. Je sens que je risque de mal le vivre si je me fais prendre. Je vais plutôt tenter la franchise, je suppose qu’avec un homme comme lui, cela fonctionne davantage. Et bon, au pire, je n’aurais qu’à dire que je n’ai rien trouvé. 

De toute façon, j’ai déjà été grassement payée rien que pour accepter de tenter d’obtenir des réponses. Si je n’ai pas de résultats, cela ne va rien changer à mon existence. On aura un peu moins d’or, mais ce n’est pas une grosse perte avec tout ce que l’on possède déjà. Je suis presque certaine que l’on pourrait faire trois ou quatre fois le tour du monde et que l’on aurait encore suffisamment de ressources pour recommencer l’opération. Nous gagnons suffisamment bien notre vie sans que j’aie besoin de prendre des risques insensés. Je ne sais pas trop ce que je pense de cet homme, encore, mais pour le moment je suis davantage disposée à le prévenir que des gens le recherchent plutôt qu’à tenter de lui soutirer des informations. Lorsque Saizo s’adresse à moi, je ne peux m’empêcher de sursauter. Je me suis tellement perdue dans mes pensées que je ne m’attendisse pas à entendre sa voix grave me proposer un thé ou un café. Je ne sais pas ce que je veux. Je ne suis pas très habituée à boire ce genre de liquides. Mais il me conseille de prendre une boisson bien chaude afin d’aider mon corps à se remettre du froid extrême qui règne à l’extérieur. 

▬ Je veux bien un thé, merci beaucoup. 

Pendant qu’il termine ses préparatifs avec les boissons, puisque je remarque qu’il a sorti deux tasses, je tente de poursuivre la conversation. Ce n’est pas forcément fameux comme sujet, c’est même plutôt banal pour lui, je suppose. Mais je cherche à me changer les idées en tentant d’oublier la raison initiale de ma visite. Maintenant que je suis ici, je n’ai plus aussi enthousiaste à l’idée d’accomplir ma mission. Je crois qu’elle ne me plaît plus autant qu’au moment où elle m’a été proposée. Si à une certaine époque je n’étais pas très regardante vis-à-vis des desseins de mes clients, j’ai l’impression qu’il n’en est plus forcément de même aujourd’hui. Je ne sais pas à quoi je dois ce revirement, et je ne suis pas certaine de la manière dont je dois le prendre. Pour autant, je suis presque persuadée que cette modification de ma façon de voir les choses a une importance capitale en ce moment. Est-ce que ma conscience cherche à m’empêcher de faire une connerie alors que je viens de rencontrer un homme qui parvient à me faire tourner la tête alors que je ne le connais même pas ? C’est fort possible. Dans tous les cas, si cela peut me permettre de passer un peu plus de temps ici, ou au moins d’y revenir un peu plus tard, je me dis que je souhaite réellement faire l’acquisition d’un Stalgamin. Je ne sais pas, je me dis que ce pokémon peut être intéressant pour moi. Même si ce n’est pas pour le combat, il peut toujours être un rappel constant de ma prise de conscience. Dans tous les cas, il peut être plaisant pour moi de repartir d’ici avec un nouveau compagnon. 

Alors que Saizo revient avec les tasses fumantes et qu’il m’en tend une que je prends avec reconnaissance, il commence à me répondre. Ainsi, en période estivale, la température est bien plus clémente bien que des chutes de neige puissent survenir. C’est bon à savoir. N’étant pas familière du coin ou même des zones enneigées en général, je n’y connais pas grand-chose. Il ajoute que beaucoup de touristes se font surprendre lorsque des tempêtes de neige se déclarent. Je crois que j’en suis la preuve vivante, bien que pour ce dernier point je crois que cela ne tient qu’à la chance qu’il m’ait accueilli à l’intérieur de sa demeure. Au regard de mes tremblements et de ma difficulté que je rencontre pour me réchauffer, je me dis que je n’aurais pas survécu beaucoup plus longtemps au milieu de cette température polaire. Je pense que je suis passée pas loin de l’hypothermie. Bien qu’avec tous les tremblements, je ne suis pas encore certaine d’être sortie de cette possibilité. Toutefois, je n’ai pas vraiment les autres symptômes, donc je suppose que j’ai échappé à cela. Je l’espère en tout cas. J’aurais sans doute été envoyée à l’hôpital plutôt que de me réchauffer tranquillement au coin du feu. 

▬ Il est vrai que lorsque l’on ne connaît pas le coin, c’est plus compliqué. Il faisait si bon au pied de la montagne, je n’aurais imaginé qu’avec l’altitude le mercure tomberait à ce point.

De la neige, j’en avais déjà vu par le passé, mais je suis loin de pouvoir dire que cela fait partie de mon quotidien. Dans la région d’Alola, c’est particulièrement rare. Je sais bien qu’il existe des zones enneigées, mais en dehors de mon enfance cela fait bien longtemps que je ne m’en suis pas approché. De ce fait, je n’y connais pas grand-chose en tempêtes de neige et autres désagréments des zones enneigées. Je reste contre les flammes pendant que mon hôte s’installe sur une chaise en me faisant face. Il m’informe alors que ce fameux dicton dont j’avais entendu parler ne vient que d’un autre temps. Il en a alors profité pour me parler un peu plus des Stalgamins en me disant que ces créatures ont tendance à beaucoup s’intéresser aux humains. Il suppose alors que cette histoire viendrait de là. Alors qu’il termine sa tasse et qu’il la pose directement au sol, il commence alors à me poser quelques questions concernant mes motivations à l’acquisition d’un Stalgamin. C’est une bonne interrogation. Je prends une nouvelle gorgée de ma tasse de thé, histoire de gagner quelques instants de réflexion avant de répondre à sa question. Je ne sais pas quoi lui dire. Je ne sais pas trop ce que je peux me permettre. Je veux un pokémon de cette espèce, mais je ne vois pas trop comment lui expliquer. Je ne peux pas vraiment tabler sur la vérité sans devoir déballer le reste. Et ça, je ne suis pas certaine d’y être réellement prête. 

▬ Je suppose que je peux me considérer comme une dresseuse. En tout cas, c’est ainsi que je suis inscrite auprès de ma région. Donc officiellement, j’en ai le statut. Officieusement, je n’ai pas encore pris part à un combat officiel, donc je ne sais pas trop. Mais je suppose qu’à terme, je serais dresseuse, il faut seulement que je me lance. Et sinon, pourquoi cette espèce, je ne sais pas trop. Je crois que je l’aime bien. J’ai connu un Stalgamin lorsque je n’étais encore qu’une enfant. Il me manque un peu, et pour lui rendre honneur, je crois que j’aimerais en avoir un à mes côtés, au quotidien. Et puis je ne serais pas contre un peu de richesse, sait-on jamais.

En terminant ma réponse, je lui ai adressé un petit clin d’oeil ainsi qu’un léger sourire, en espérant qu’il ne me jette pas directement à la porte. Je ne savais pas trop quoi dire. J’ai toujours eu un peu de mal à parler de moi en étant franche dans mes propos. Je n’ai jamais apprécié de me mettre en avant en tentant plus ou moins de me vendre. J’espère toutefois qu’il ne m’en tiendra pas trop rigueur alors que j’ai cherché à présenter au maximum la carte de la franchise. 


Pour être pirate, il faut savoir se mouiller DK8c7Zx Pour être pirate, il faut savoir se mouiller 0ZlvUun
Autres comptes:
 
Stamps:
 
Revenir en haut Aller en bas

Saizo Masuda

Saizo Masuda
Ex-Champion

C-GEAR
Inscrit le : 24/09/2016
Messages : 890

Région : Sinnoh
Ven 21 Fév 2020 - 10:56
- Vous ne connaissez pas le phénomène de chromatisme ? C'était plutôt étonnant, et je commençais à me demander si elle était dans le dressage. Voulait-elle un Stalgamin pour la compagnie ? Je mis cette pensée de côté, le temps de lui répondre. Le chromatisme peut toucher n'importe quelle espèce de pokémon : ils ont une couleur différente de leurs autres congénères, et sont souvent plus puissants. Ils sont rares, puisqu'il s'agit d'une anomalie génétique, mais très prisés.

D'habitude mes potentiels clients réagissaient très différemment lorsque j'évoquais la particularité de Yukie, et cela me permettait d'ailleurs de faire un premier tri en les observant de près ; j'avais d'ailleurs déjà eu des voleurs qui étaient venus se faire passer pour des clients et qui avaient tenter de la récupérer... Grand mal leur fasse, ils n'avaient pas apprécié leur petite visite, je leur avais fait goûter à mon sens de l'hospitalité. En tout cas pour le moment je n'ai pas de raisons de me méfier de cette femme, si ce n'est que je ne comprend toujours pas comment elle a réussi l'ascension dans cette tenue si légère, et je dois bien avouer que sa compagnie est agréable, elle ne manque pas de... D'arguments. Etait-elle une fan qui le cachait ? C'était encore un cas de figure que j'avais croisé mais, pour le moment, j'avais toujours réussi à m'en rendre compte à un moment ou à un autre : les groupies n'étaient pas du genre discrètes, elles finissaient toujours par se trahir, d'une manière ou d'une autre.

Je lui servis un thé aux épices bien chaud avant de m'installer près du feu, ma tasse de café en main, que je vidais en quelques gorgées. La discussion reprend, sur des sujets plus légers : la météo, notamment, que la jeune femme semble ne pas connaître. Vu sa tenue ce n'est pas étonnant, et elle n'a pas l'air d'être une habitante de Sinnoh. Je continue de l'observer du coin de l’œil, craignant encore qu'elle fasse une hypothermie tardive, vérifiant qu'elle reprenne des couleurs, grâce au feu qui crépite bruyamment dans le chalet. Les flammes se reflétaient dans ses cheveux flamboyants, qui étaient de toute beauté, et je restais ainsi pendant quelques longues secondes avant de me reprendre, tournant la tête pour surveiller Casse Noisette, au lieu de l'observer trop lourdement.

Je n'avais pas envie de parler de météo trop longtemps, ainsi je décidais de changer de sujet en profitant de notre conversation sur les Stalgamin, allant vers quelque chose de plus personnel à son sujet, ayant envie d'en apprendre davantage. Ainsi elle était donc tournée vers le dressage, pas la coordination, mais ne semblait pas être très intéressée par les arènes, du moins pour le moment. Je l'écoutais sans parler, la jeune femme me racontant qu'elle avait vécu avec un Stalgamin dans son enfance. C'était en effet une espèce qui vivait très bien avec les enfants, ils avaient tendance à faire les 36 coups ensemble... Je haussais un sourcil à son clin d’œil, l'observant un instant, sans trop réagir à sa remarque : elle pouvait toujours espérer, mais il suffisait de voir où je vivais pour se rendre compte que la richesse n'était pas venue à moi.

- Vous avez une préférence entre un mâle ou une femelle ? J'espérais qu'elle soit au moins au courant de cette particularité.

La conversation allait bon train lorsque je sentis un souffle d'air frais dans le chalet et je me levais : quelques instants plus tard Yukie entra dans le chalet, par l'un des murs, se rapprochant de moi. J'allais la présenter à la jeune femme lorsque je vis son regard, que je connaissais bien. J'allais jusqu'à la fenêtre, l'ouvrant pendant quelques secondes tout en jetant un regard à l'extérieur.

- Mh. Votre départ va devoir être retardé, une tempête se prépare, et elle semble importante. Vous allez devoir me supporter un peu plus.

Et cette tempête était clairement son oeuvre, je n'avais aucuns doutes à ce sujet. Yukie se glissa dans mon dos en observant la jeune femme de loin, toujours aussi réservée à l'égard des inconnus. Je la présentais à Irina, de manière succincte, avant de soupirer en entendant la montagne commencer à rugir. Elle n'allait pas être petite cette tempête.


Pour être pirate, il faut savoir se mouiller Signa210
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Un peu de hentaï pour un ado de 15
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Frimapic-