AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» Pour être pirate, il faut savoir se mouiller


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 10/01/2016
Messages : 996

Région : Alola
Dim 15 Juil - 15:28

Pour être pirate, il faut savoir se mouiller

Ft. Saizo Masuda ♡


Lorsque j’avais accepté cette mission, j’avais songé qu’elle serait particulièrement facile à réaliser et que ce serait le jackpot pour nous. Maintenant, je commençais à me dire que j’avais un peu rêvé. Obtenir des informations sur ce mec-là, ce n’était pas si simple que cela en avait l’air. Presque deux semaines, que nous avions jeté l’ancre au large de la région et je ne l’avais toujours pas rencontré. Même pas aperçu en réalité. J’avais l’impression qu’il ne sortait jamais de chez lui et qu’il évitait au maximum de se mêler avec la population de la ville. Ce qui était plutôt une mauvaise chose pour nous. Parfois, il descendait dans les commerces afin de se ravitailler en vivres. C’était donc grâce aux commerçants que j’étais parvenue à grappiller quelques informations. Rien de bien utile pour notre mission, mais je savais désormais qu’il tenait une pension, installée sur les hauteurs d’une montagne. Moi qui appréciais de naviguer sur les mers et de regarder les étendues infinies d’eau qui s’ouvraient devant moi, j’avais quelques difficultés à imaginer que quelqu’un puisse s’enterrer dans un lieu aussi inaccessible. Surtout en possédant une sorte de commerce. Il ne devait sans doute pas accueillir des clients très régulièrement. Mais ce n’était peut-être qu’une excuse pour masquer d’autres activités ? Après tout, pourquoi pas. Cela ressemblait quelque peu au fonctionnement des mafias et autres groupes dans le même genre. Mais cela ne collait pas vraiment avec ce que les gens des environs avaient pu me raconter à son sujet. Il semblait plutôt être du genre bourru et solitaire. Autant dire que c’était une grosse galère qui m’attendait. Moi, seulement moi. Maintenant que je savais où il vivait, j’avais la certitude que je devais poursuivre seule. En groupe, on se ferait repérer en seulement quelques minutes. J’en avais la certitude. Et on ne pouvait pas se permettre de tout faire échouer maintenant pour un détail dans ce genre-là. Je devais donc aller trouver ce fameux Saizo par moi-même. Je savais qu’il vivait dans les hauteurs d’une montagne. Celle qui semblait être la plus imposante lorsqu’on les observait depuis le centre de la ville. Je savais également, de par mes informations obtenues un soir dans le bar de la ville, qu’il était éleveur de Stalgamin. Pour le moment, je ne savais pas vraiment en quoi ce détail pourrait me servir. Mais ce n’était pas grave. J’avais tout le trajet jusqu’à ces lieux pour trouver une idée. Vu la distance, j’allais avoir du temps pour réfléchir.

La veille, j’avais pris ma décision. Nous ne pourrions pas obtenir davantage d’informations en restant ici. Et l’on ne pouvait tout simplement pas rester ici à attendre qu’il daigne pointer son nez. Il était descendu en ville peu avant notre arrivée, alors il pourrait très bien rester dans son coin durant encore plusieurs semaines. Et il était tout simplement hors de question que je perde mon temps ici à attendre un jour qui ne viendra peut-être jamais. Je n’étais pas suffisamment patiente pour cela. Alors j’avais préparé un sac à dos. Je l’avais rempli avec des vivres, de l’eau et de l’argent. Normalement, j’avais de quoi tenir une bonne semaine. Je me disais que cela devrait être suffisant pour rejoindre la fameuse pension, même si je me perdais en chemin. Et avec un peu de chance, j’aurais même de quoi me sustenter sur le trajet du retour. Je l’espérais en tout cas. Parce que si ce Saizo devait faire le trajet pour se ravitailler, je doutais un peu qu’il accepte de me fournir de quoi manger et se retrouver alors dans l’obligation de changer ses petites habitudes. Pour une étrangère, j’étais quasiment persuadé que c’était totalement impossible. Une fois prête, j’avais donné mes instructions à Claes avant de me mettre en route.

« - Je vais y aller. Pendant mon absence, je compte sur toi. Je ne veux pas entendre parler du moindre grabuge à mon retour. Maintiens l’ordre et occupe-les pour qu’il n’y ait pas de débordements. Je tenterais de faire vite. Jeanne, Rhum, on y va. »

La marche, ce n’était pas vraiment mon truc. Je préférais nettement être sur mon navire et voltiger au milieu des cordages que de me servir de mes jambes pour progresser sur terre. Alors, devoir en plus me fatiguer dans les montagnes, autant dire que c’était loin d’être dans la liste de mes passions. Mais aujourd’hui, je n’avais pas d’autre choix que de faire fonctionner mes muscles, même si c’était loin de m’emmener au nirvana. Il était nécessaire, pour le bien de notre mission, que je serre les dents et que je me bouge afin d’obtenir ce pour quoi nous avions fait tout ce trajet. Et dire que je me tapais cette excursion sans même avoir la certitude que celui que l’on m’avait indiqué était bien l’objet de ma recherche. Tout ce que j’avais lorsque j’étais arrivé dans cette contrée, c’était une vague description physique. Même pas un nom. Alors pour retrouver une personne dans ces conditions, ce n’était pas l’idéal. Lorsque j’avais effectué mes investigations, en demandant aux personnes des environs, la seule réponse que j’avais pu obtenir, c’était que la seule personne pouvant éventuellement répondre à mes critères était ce fameux Saizo. Mais ce n’était pas une certitude. Seulement une possibilité. Ce qui me faisait douter, c’était que les descriptions que la population avait pu me faire ne correspondaient pas vraiment aux données que j’avais. En me confiant cette mission, on m’avait parlé d’un mercenaire indépendant. Et tout ce que mes pistes m’avaient apporté, c’était l’adresse d’un éleveur de Stalgamin. Je devais avouer que je ne voyais pas vraiment le rapport. Mais c’était la seule chose que j’avais à ma disposition. Alors j’allais tenter de voir si je pouvais relier les deux. De toute façon, je n’avais pas vraiment d’autres choix. Soit je restais sans rien faire dans la ville, soit je me bougeais pour aller vérifier les informations.

Je savais que j’allais marcher en montagne, que ça allait grimper sec. Mais purée, jamais je n’aurais imaginé que ce serait à ce point là. Il fallait vraiment en vouloir pour souhaiter se rendre dans cette fichue pension. Mes vêtements étaient pleins de poussières. Et j’avais froid. Le paysage qui m’entourait, recouvert de son joli manteau blanc était tout simplement magnifique. Pourtant, je ressentais quelques difficultés à l’idée de m’en réjouir. Je souhaitais seulement atteindre ma destination au plus vite avant de mourir gelée sur place. J’aurais peut-être dû penser un peu plus tôt à m’habiller plus chaudement. Mais non. J’avais seulement conservé ma tenue habituelle. Mais avec tous les espaces de peau à découvert, ce n’était réellement pas une bonne idée. Alors j'accélère le pas, malgré la difficulté, en espérant que cela me permettrait de rejoindre plus vite ma destination, en me réchauffant au moins un minimum. J’y étais. Après de longues heures de marche rapide, particulièrement éprouvantes, je me retrouvais devant les portes de la fameuse pension que je cherchais à atteindre. Maintenant que j’étais enfin sur place, il ne me restait plus qu’à mettre mon plan à exécution afin d’obtenir les informations que j’étais venue chercher. En espérant qu’il les possède. J'apercevais un homme au loin. Peut-être lui ? Je n’en savais rien. Je ne savais même pas si le dénommé Saizo vivait seul ou non. Mais je devais tenter ma chance.

« - Hey ! Au village on m’a indiqué que je devais venir par ici si je désirais acquérir un Stalgamin. Je suis bien au bon endroit ? »



Utilisation de mon Ticket de transport inter-région (calendrier de l’après)



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Elite 3

C-GEAR
Inscrit le : 24/09/2016
Messages : 860

Région : Sinnoh
Dim 22 Juil - 16:44
Alors que la nuit étendait encore ses ailes sur la montagne je quittais le pension, un sac dans le dos, vêtu d'une veste, le froid étant bien plus mordant sans les rayons du soleil. Je partais pour un long pèlerinage à travers les sentiers enneigés des monts de Frimapic, accompagné de Yukie, et je ne m'arrêtais que pour boire ou grignoter un peu, mon objectif étant clair... Nous marchions sans parler, le silence nous accompagnant, alors que je surveillais à chaque instants les environs pour éviter de tomber par surprise sur l'un des Ursaring ou Polagriffe qui vivent ici et y chassent tout au long de l'année. Yukie saurait se charger d'eux, bien sur, mais ces pokémons peuvent surgir dans votre dos d'un seul coup et je garde de mauvais souvenirs de lutte face à ces ours... Mais au final le trajet se finira sans encombres et, après avoir scruté les alentours, je pénètre dans une caverne creusée près du sommet de la montagne, cachée à la vue de tous. Aucune lumière ne nous éclaire mais j'avance sans hésitations, connaissant parfaitement chaque recoins de la grotte, pour y avoir passé tellement de temps...

Nous avançons donc lentement, Yukie flottant à mes côtés, jusqu'à nous retrouver face à une silhouette scintillante au fond de la grotte, une créature imposante allongée et entourée de glace. Je m'avance sur celle-ci jusqu'à pouvoir poser une main sur la tête froide de la créature, un sourire aux lèvres. Je le sens bouger légèrement, m'observer, avant de reposer sa tête sur le sol. Je m'assois à ses côtés, en tailleur, avant de prendre la parole pour lui parler, lui demandant des nouvelles. Seul le silence me répond mais le simple fait de pouvoir rester à ses côtés me suffit. Kyurem a bien assez souffert par le passé, le dragon des glaces a besoin de repos et de calme, loin des humains et des autres créatures... Nous restons ainsi pendant plusieurs heures, un sourire glissant sur mes lèvres lorsqu'il bouge sa tête pour la glisser contre moi, un simple geste qui veut en réalité dire beaucoup de la part d'une créature que l'on dit dépossédée de son âme...

Le jour s'est levé depuis plusieurs heures lorsque je me lève, lui murmure quelques mots et quitte la caverne, la spectre toujours à mes côtés. Il est temps de retourner à la pension et de m'occuper comme je le fais chaque jours... Le trajet de retour est plus court, la température plus agréable et je rejoins rapidement la maison perdue au milieu de la montagne, un léger sourire au coin des lèvres ; j'aime mon havre de paix et la solitude qu'il m'offre. Je ne prend pas la peine de me reposer et m'occupe tout d'abord de mes pensionnaires, des jeunes Stalgamin qui sont en train de grandir et attendent de trouver leur propriétaire. Une fois nourris je donne à manger à mes autres pokémons qui ne peuvent pas chasser et je vais dans ma serre pour m'occuper de mon potager, que je surveille avec une grande attention : le froid pourrait s'en prendre aux plants à tout moment même si la serre a un système de chauffe artisanale, il faut que je surveille tout cela.

J'en ressors quelques temps plus tard et m'apprête à rentrer dans la maison lorsque Fumseck chante doucement depuis le toit de la maison, pour m'avertir qu'il se passe quelque chose... En effet une silhouette est en train de me rejoindre, depuis le chemin menant à frimapic. Les visiteurs sont rares, j'attend donc qu'il vienne jusqu'à moi et réalise qu'il s'agit plutôt d'une visiteuse : et pas n'importe qui en plus. Une belle femme, avec une chevelure flamboyante et un sacré regard. Mais ce qui est le plus étonnant est sa tenue, plutôt affriolante ; comment a t-elle tenue jusqu'ici ? Ils sont nombreux à avoir rebroussé chemin avec plus que ça sur le dos.

Je dois bien avouer que j'ai rarement vu un tel canon ici, dans cette pension paumée. Que vient-elle faire ici ? Serait-ce encore une groupie venant tenter sa chance, comme la blonde de la dernière fois avec qui je suis sorti quelques semaines ? Mes traits se détendent lorsque la rousse prend la parole et je m'approche d'elle en décroisant les bras.

- Vous êtes au bon endroit, les habitants vous ont bien renseignée.

Je n'ai pas souvent des visiteurs pour l'élevage, je produis de la qualité plutôt que de la quantité, ce qui correspond bien à mon tempérament. J'observe encore un peu l'inconnue avant de lui montrer la porte et d'aller ouvrir celle-ci, la laissant passer la première tout en prenant la parole.

- Je suis étonné que vous ayez réussi à venir jusqu'ici dans une telle tenue... Entrez, il fait meilleur à l'intérieur.

Je referme rapidement la porte derrière elle et me dirige aussitôt vers la cheminée, remettant du bois dans le feu pour le raviver tandis que Casse-Noisette saute depuis une étagère pour aller renifler les pieds de la jeune femme. Je fais claquer ma langue contre mon palais, faisant aussitôt reculer la créature.



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Parfois il faut savoir sacrifier son présent pour améliorer son futur
» [Manoir Dragonstone] “Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir.” [Ryujia/Iseul]
» Parfois, il faut savoir faire le premier pas. ♥ Ethan
» Il faut savoir faire table rase du passé.
» « Nous recherchons tous la lumière mais parfois pour trouver la lumière il faut se confronter à l'obscurité. » † Camille

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Frimapic-