AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» Losing ground


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 28/02/2017
Messages : 386

Région : Alola
Lun 2 Juil - 14:31
Après avoir souhaité la bonne nuit aux frères Helaku, Marie-Anne se dirigea vers sa chambre. Elle referma discrètement la porte, désireuse de ne pas réveiller son démolosse, et se déshabilla. À cette période-ci de l'année, la chaleur se faisait moins accablante et une certaine fraîcheur s'installait à l'intérieur des maisons ; c'était un répit grandement apprécié, car la jeune femme était normalement incapable de trouver le sommeil lorsque le mercure grimpait au-dessus de la trentaine de degrés celsius. Elle s'assit sur le rebord de son lit et détacha sa longue chevelure noire. 

Par habitude, elle tourna son visage vers la droite, là où Samaël se serait normalement installé pour discuter. Son regard ne rencontra que le vide et son coeur se serra. À chaque soir, le même scénario se répétait et à chaque soir, la solitude la frappait un peu plus. Mara savait que cette routine la blessait, mais elle persistait dans l'idée de devoir faire face à cette triste réalité. Samaël était mort et il ne reviendrait jamais. Nith geignit doucement dans l'obscurité et s'agita dans son panier, interrompant le fil de ses pensées. L'ex-sbire se massa les paupières, chassant les larmes qui lui piquaient les yeux, puis elle se coucha. Elle remonta son unique couverture jusqu'à ses seins puis posa ses mains sur son ventre, le regard rivé sur le plafond. Au bout d'une demie-heure, la fatigue l'emporta finalement.

Plutôt que de se retrouver assise sur un banc face à la mer, une situation récurrente dans ses rêves, Mara se surprit à sombrer dans les abysses sombres et froides. Effrayée, elle tenta de battre des bras et des jambes pour regagner la surface, mais ses efforts demeurèrent vains. Elle ferma les yeux et attendit la fin de chute.

Son corps percuta d'abord ce qu'elle croyait être le bas fond, mais elle réalisa qu'il s'agissait d'une pointe rocheuse partiellement recouverte d'algues et de corail. Mais plutôt que de se faire embrocher ou de s'arrêter, elle se sentit basculer vers l'arrière. À travers ses rêves, elle devenait invincible. Immortelle. Et pourtant par réflexe, elle se recroquevilla sur elle-même, s'abritant à l'intérieur de ce qui ressemblait a une coquille. Mara roula longuement, dévalant le roc à une vitesse croissante. Jusqu'à ce qu'elle atteigne le sol sablonneux et se heurte a un second rocher. Elle attendit quelques instants, chassant sa sensation d'étourdissement, puis elle sortit sa tête. Et ses tentacules. Ils flottaient doucement devant ses yeux, bleus et longilignes. Quel rêve sordibe et déboussolant. Jamais auparavant son subconscient ne l'avait projeté sous une forme autre que celle d'un être humain. 

Sans savoir ce qu'elle était réellement, l'amonita entama sa lente progression vers ce qu'elle croyait être le sud.


( hop, +5 niveaux ^^ )

Espèce : Amonita
Niveau : 10
Talent : Coque Armure
Attaques : Constriction / Repli / Morsure / Pistolet à O
Inventaire GTs : N/A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 05/06/2018
Messages : 38

Région : Kantô
Lun 2 Juil - 18:22
Chaleur accablante? Ce n’était pas un réel problème pour Alexander. Ça faisait toujours un bon contraste avec la fraîcheur de l’eau. Ça permettait aussi de mieux profiter de ce liquide que le jeune homme idolâtre tellement. Bon, malgré sa peau blanche presque comme du lait, il arrivait à très bien supporter la chaleur. C’est justement avec cette température chaude du mois de juillet qu’il se laissa bercer un peu par les vagues de Carmin-Sur-Mer avait à lui offrir. C’était une ville si bien pour lui, il ne pouvait pas s’en empêcher de trouver un endroit calme pour se rafraîchir, gardant uniquement ses pantalons. Il n’avait pas de costume de bain, mais ça n’allait certainement pas l’empêcher de se tremper. L’eau montait légèrement sur toutes les parties de son corps, mais sans le submerger complètement. Les yeux fermés, il arrivait à rester à la surface de l’eau sans même couler, ce qui était plus difficile pour les garçons. Mais il le devait à ses années de pratique et c’était devenu comme une seconde nature pour lui. Parfois, il se laissa envahir par l’eau salé pour casser la chaleur des rayons du soleil sur sa peau. Cela ne le protège pas des coups de soleil, mais il arrive à simplement à ne pas succomber à la chaleur. Perdre connaissance dans l’eau pourra s’avérer bien mortel.

La journée passa calmement et Alexander quitta malheureusement l’eau si calme et paisible. Il rêvait souvent à vouloir être un pokémon aquatique lui-même et passer vingt-quatre heures sur vingt-quatre dans l’eau.

Le soleil s’était déjà couché et il était temps pour l’adolescent d’aller sombrer dans le sommeil. Il ne pouvait pas se permettre d’avoir réellement un toit sur la tête encore. Il continuait toujours à errer ici et là sans domicile fixe. Mais il avait fini par s’y habituer, donc ce n’était plus un problème en soi. Il avait seulement besoin d’une place qui, à l’arrivé du soleil, pourra le protéger un peu. Il avait encore sa tignasse légèrement humide, ça prenait plusieurs heures avant qu’il ne puisse complètement sécher. Ce n’était pas un détail qui allait l’en empêcher de fermer les yeux dès qu’il aura repéré un endroit où s’installer. Il finit même par simplement s’adosser contre une des murs que compose une maison proche de l’eau. Les lumières étaient complètement éteints, donc tout le monde dormait déjà. Il aura la paix jusqu’à demain matin.

Dans son rêve, Alexander se réveilla et il se retrouva perdu dans un énorme océan vaste à perte de vue. Étrangement, il en resta tout à fait calme, même si déjà son cerveau avait traité complètement l’information. Il était réellement en train de flotter avec la tête sortie en plein milieu de nulle part. Est-ce que son rêve s’était déjà réalisé? C’est ce qu’il croyait, du moins, il ne pouvait pas être plus heureux. Il tenta de plonger pour découvrir les profondeurs marines qui se situaient en dessous de lui. Malgré toute la force qu’il utilisa, il n’arriva pas. Il n’arrivait pas à comprendre ce phénomène malgré les nombreuses tentatives qui avaient toutes échouées. Tout ce qui lui restait à faire était donc de profiter du moment présent sans s’entêter davantage. Il se laissa donc porter par le courant dans une direction aléatoire sans même connaître sur quoi il finira par tomber.



5 niv de plus :)

Espèce : Nunépiot
Niveau : 10
Talent : Cuvette
Attaques : Étonnement / Rugissement / Vol-Vie / Écume
Inventaire GTs : ~~~


Autres comptes:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 11/06/2017
Messages : 378

Région : Hoenn
Mar 3 Juil - 0:16


Losing Ground


Pour toi, le sommeil c’est véritablement quelque chose d’inestimable. À tes yeux, c’est un peu comme l’air que tu respires, tu ne peux pas vivre sans. Tu en as besoin pour survivre. Pour les sportifs comme toi, le repos est essentiel pour permettre aux muscles de se remettre des longues sessions d’entraînements particulièrement éprouvantes. Et s’il y a bien quelque chose à laquelle tu fais particulièrement attention, presque autant qu’à tes pokémons, c’est bien ton corps. Alors tu t’imposes un certain rythme de vie afin de conserver un nombre régulier d’heures de sommeil. Tu as besoin d’avoir ta dose, un peu comme les drogués en manque de leur marchandise, pour toi il est vital d’avoir ton compte de repos. Sans cela, tu finis par être grognon et ce n’est pas très beau à voir. Par chance, tu as ce que l’on appelle le sommeil lourd. Il est relativement difficile de te sortir de ton sommeil une fois que tu es parti dans ce que l’on appelle le monde des songes. Ce qui signifie qu’il pourrait bien y avoir un tremblement de terre ou bien une guerre devant ta maison que tu ne le remarquerais même pas. Parfois, cela peut être bien regrettable, parce que du coup tu te retrouves totalement incapable d’entendre ton réveil si tu n’as pas eu ton compte d’heure de sommeil. Mais dans l’ensemble, tu le vis plutôt bien. Il faut seulement que tu fasses particulièrement attention aux horaires lorsque tu as des impératifs au niveau des horaires, sinon tu peux être certain de rater tout ou partie de tes rendez-vous.

Comme d’habitude, après avoir effectué toutes tes tâches, tu avais pris une bonne douche bien fraîche pour te débarrasser de toute la saleté que tu avais accumulée au cours de la journée. Une sorte de petite routine bien huilée en quelque sorte. Un programme que tu suis scrupuleusement parce que tu as besoin de tes petites habitudes pour rythmer ton quotidien et ne rien rater. Tu as tendance à avoir quelque peu la tête en l’air, alors forcément, tu avais besoin de te mettre quelques règles afin de ne pas avoir trop de problèmes. Tu as toujours eu tendance à foncer tête la première avant même de réfléchir. Alors pour ton quotidien, il est parfois nécessaire que tu puisses agir sans te retrouver dans l’obligation de devoir réfléchir à un moment ou un autre de ta journée. Après tout, tu restes un sportif pour lequel l’action prime sur tout. Tu sais bien que tu devrais changer tes habitudes, mais pour le moment tu en es totalement incapable, alors tu te débrouilles comme tu le peux. Une fois ta douche prise, tu t’étais donc changé avant de t’étaler en étoile au travers de ton lit. Il faisait bien trop chaud pour que tu envisages une autre position. Et il était tout simplement inenvisageable de te recouvrir. Tu n’avais pas envie de mourir étouffé ou que l’on te retrouve totalement fondu le lendemain. Après un dernier regard pour tes compagnons, qui s’étaient eux aussi installés pour la nuit, tu avais tout simplement fermé les yeux pour les prochaines heures.

Un regard autour de toi. Plus personne. Ce n’est pas normal. Un rêve ? Un cauchemar ? Pour le moment, cela ressemble plutôt à la deuxième éventualité. Tout d’abord, tu n’étais plus dans ton lit. Tu n’étais même plus dans ta chambre. En réalité, tu ne te trouvais même plus dans ta maison. Tu ne reconnaissais même pas ton environnement. C’était bizarre de rêver d’un lieu inconnu. Cela ne t’était jamais arrivé par le passé. En général, il s’agit toujours d’endroits que tu connais particulièrement bien ou auxquels tu as pu penser peu de temps avant de te coucher. Mais celui que tu étais en train de faire ne correspondait à aucune de ces deux possibilités. Tu ne comprenais pas comment il était possible d’imaginer un lieu qui t’était totalement inconnu. Surtout que ce dernier ne te disait absolument rien. Tu avais déjà vu la mer lorsque tu te trouvais à Lavandia, à Poivreselle ou encore à Nénucrique. Mais celle que tu avais devant les yeux n’y ressemblait en rien. Ce n’était pas la même. Tu ne reconnaissais pas les lieux. Alors que tu tentais de chercher une explication, ton esprit s’arrêta soudainement sur une donnée que tu n’avais pas encore prise en compte. Tu ne regardais pas les choses avec ta hauteur habituelle. Comme si tu étais bien plus petit qu’en temps normal. Et tu ne voyais plus tes pieds. Il y avait un souci. Tu n’étais plus toi. Tu te demandais s’il y avait une signification à ce sujet. Tu n’y connaissais rien dans les domaines des rêves et cauchemars, alors forcément, tu te demandais si te retrouver dans la peau d’un autre voulait dire quelque chose. Mais dans le fond, tu n’en avais rien à faire. Tu voulais seulement savoir ce que tu étais devenu. Toutefois, plutôt difficile à découvrir lorsque l’on n’est en pleine nature, au milieu de pas grand-chose, et qu’il n’y a pas la moindre âme qui vive dans les environs.



Je vais prendre les 5 niveaux !

Espèce :Griknot
Niveau : 10
Talent : Peau Dure
Attaques : Charge / Jet de Sable / Draco Rage / ?
Inventaire GTs :



Ce qu'il ne faut pas voir:
 

Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 30/08/2014
Messages : 1045

Région : Johto
Ven 6 Juil - 8:18
La journée avait été éreintante. Peut être que cela explique en partie les choses qui vont suivre. En milieu de soirée je sortis de l’eau revigorante de la rivière dans laquelle je venais de me délasser. J’avançais nue pour attraper la serviette qui était suspendue à une branche d’arbre avant de sécher mon corps ruisselant. Nous étions à Sinnoh mais cela faisait quelques jours que je ne m’étais pas penchée avec exactitude sur les astres pour savoir avec précision notre localisation géographique. Mes yeux regardèrent un instant aux alentours mais rien ne vint perturber le doux coulis de l’eau sur la roche. Une fois rhabillée et chaussée d’une tenue presque exclusivement en cuir et bien que le soleil soit couché la nuit restait claire en cette saison estivale. Mes pieds prirent appuis conjointement sur le sol et ma main s’accrochant au pommeau je me retrouvais sur le dos de ma blême monture. La créature me regarda un instant puis ouvrit les ailes et décolla. Haut au dessus des nuages, enroulée dans ma cape bien chaude pour me protéger de la morsure du froid et bercée par la douceur du vol je finis par me laisser emporter par mes songes pour un monde plus doux.

D’ordinaire.

Mes yeux se rouvrirent. Je reconnus les ondulations des faisceaux lumineux et en déduisis que je me trouvais sous l’eau. Par réflexe je retins ma respiration. Quelques instants immobiles à simplement observer autour de moi. Des coraux, du sable quelques mètres plus bas, un soleil ardent luminescent au dessus. Il n’était pas rare que je rêve des profondeurs abyssales ou d’une baignade en lagon et pourtant cette fois-ci avait un je ne sais quoi d’étrange, une sensation de réalité. Mon coeur se mit à tambouriner dans mes oreilles par manque d’oxygène au bout de plusieurs secondes. Je voulus battre des jambes et écarter mes bras pour me propulser à la surface mais cela ne fut qu’une agitation vaine. Mes mouvements étaient décoordonnés et cela ne me fit qu’au contraire lentement dériver vers le fond. Frénétiquement je me débattis et réussit à remonter péniblement vers la surface, mais je ne pus l’atteindre à temps.

De l’air. Les dernières bulles d’air que contenaient mes poumons sortirent de ma bouche alors que mon corps étais pris d’un soubresaut. Ma bouche s’ouvrit pour respirer, aucun autre choix ne s’offrait à moi et cette réaction neurovégétative n’était pas contrôlable par ma conscience. Survie. L’eau s’engouffra dans mes poumons et alors que je pensais ressentir une douleur atroce. Un soulagement. Je recommençais et me rendis que je pouvais respirer sous l’eau. C’était la première que cela m’était possible dans un rêve. Pendant un cours instant je jubilais. Puis me tortillant pour arriver à la surface je sentis l’air sur mon corps avant même que ma tête ne soit sortie de l’eau. Etrange. L’embrun marin me fit plisser les yeux et par réflexe je voulus replacer mes cheveux. Un contact fin et froid sur ma tête. OU ETAIENT MES CHEVEUX. je tapotais mon crâne lisse comme des fesses d’enfant et me mis à sérieusement paniquer. Mes yeux regardèrent mes mains et ne virent que deux ridicules petites nageoires bleutées. Mon cerveau était littéralement en train de fondre. Je me mis à crier

▬ Mais c’est quoi ce bordel !

Ma voix était ridiculement aigue et cela me fit stopper mes braillements car c’était assez insupportable comme ça. Explorant ce nouveau corps absolument et ridiculement petit je ne compris pas vraiment mon anatomie. Replongeant dans l’eau je vis qu’au dessus de moi deux lumières clignotaient frénétiquement comme les warning d’une voiture. Alertée je voulus les attraper. Ma main, nageoire, CETTE CHOSE MERDE LÀ, reussit difficilement à l’attraper sans pouce opposable et lorsque je le tirais à moi cela me fit mal sur le haut du crâne. Mes yeux s’écarquillèrent alors encore plus si cela leur était encore possible. J’avais des antennes lumineuses. Des nageoires minuscules. Une boule en guise de corps et je n’arrivais pas à voir mes pieds. DES PUTAINS D’ANTENNES QUOI. JE SUIS UNE BOULE.

Pour une ancienne nageuse de compétition au niveau mondial c’était le comble. Moi qui avais si durement sculpté mon corps pendant toutes ces années était réduite à une simple boule. Un rire incontrôlable secoua mon petit corps, un rire nerveux alors que je dérivais au gré du courant avec mes antennes clignotant en témoignage de ma détresse.



▬ Je prends 5 niveaux !

Espèce : Loupio
Niveau : 10
Talent : Absorb Eau
Attaques : Ultrason - Pistolet à O - Cage éclair - Fléau
Inventaire GTs : N/A

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 28/02/2017
Messages : 386

Région : Alola
Dim 8 Juil - 23:07
Tandis qu'elle progressait à travers une forêt d'algues, un banc de poissons roses passa au-dessus de sa tête. Leur corps était plat et en forme de coeur. Bien que le nom de cette espèce lui échappait, elle se souvenait parfaitement de les avoir vu dans un documentaires sur la faune aquatique hoennienne. Ce pouvait-il que son subconscient l'ait expédié dans les profondeurs de la mer qui cerclaient cette lointaine région ? Ses tentacules frémirent. Avec de la chance, elle ne rencontrerait aucun de ses célèbres prédateurs des bas-fonds ; seulement des bestioles amicales et inoffensives. Les lovdisc disparurent parmi la végétation et Mara se rétracta légèrement dans sa coquille. Tu n'as rien à craindre, c'est ton rêve. Ses tentacules s'agitèrent nerveusement dans le sable, soulevant un nuage de particules qui brouilla momentanément l'eau qui l'entourait. 

Respire... 

L'amonita ferma les yeux et expira. De petites bulles s'échappèrent des interstices de sa carapace et elle sentit aussitôt son être se détendre. S'alléger. Et à sa grande surprise, elle se retrouva propulsée dans les airs, à flotter au-dessus du sol. Lorsqu'elle retomba, elle se concentra à nouveau, cherchant à comprendre comment les mécanismes de son nouveau corps fonctionnaient, et elle parvint sans effort à réitérer son exploit. L'organisme qu'elle incarnait pouvait donc modifier sa flottabilité et s'en servir pour se déplacer. Pratique pour s'éviter de longues et épuisantes heures de marche. Ou pour fuir. Génial ! Marie-Anne jubilait. Une fois qu'elle fut certaine de pouvoir maîtriser sa trajectoire, elle reprit sa route. Le seul inconvénient demeurait son positionnement - pour aller de l'avant, elle se devait de faire dos à la direction qu'elle désirait prendre. Cela lui permettait au moins de surveiller ses arrières et les parties fragiles de son anatomie. 

Au bout d'une vingtaine de minutes passées à monter et à descendre de reculons, l'ex-sbire s'arrêta. Le décor autour d'elle avait changé. Les algues se faisaient moins nombreuses, remplacées par des récifs de coraux aux couleurs flamboyantes qui atteignaient presque la surface. Ces montagnes vivantes abritaient un nombre incroyables de poissons et elle reconnut parmi eux des remoraid et des magicarpes. Elle vit deux krabby jouer de leurs pinces dans une joute territoriale ; le duel connut une fin prématurée lorsqu'un immense serpang jaillit d'une cavité coralienne pour se saisir du plus petit. Il regagna son entre ténébreuse, sa proie prisonnière de ses puissantes mâchoires. Mara sentit une vague de panique la gagner et elle espéra que le monstre marin ne la choisirait pas pour son prochain repas. 

Elle s'éloigna rapidement de la zone dangereuse et ne s'immobilisa que lorsqu'elle se sentit en sécurité. Elle capta alors un curieux signal lumineux sur sa gauche ; un clignotement irrégulier qui lui rappelait vaguement des feux de circulations disfonctionnels. Qu'est-ce que tu as à perdre d'aller voir ce que c'est ? Touché. Dans le pire des cas, si c'était quelque chose d'effrayant, elle se réveillerait en sursaut dans son lit, le dos en sueur et le coeur battant à tout rompre. Relâchant la pression des chambres à gaz qui composaient sa coquille, le mollusque se tourna vers la source de la lumière et se propulsa. Selon ses calculs, elle ne prévoyait aucun impact. Comme de fait, elle passa à côté du loupio et réalisa que le signal provenait de ses antennes. Son instinct lui souffla de l'interpeller avant qu'il n'aille trop loin, car quelque chose dans son comportement clochait.

« Hey, petit loupio ! Est-ce que ça va ? »


(+5 niveaux !)
Espèce : Amonita
Niveau : 15
Talent : Coque Armure
Attaques : Constriction / Repli / Morsure / Pistolet à O
Inventaire GTs : N/A


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 05/06/2018
Messages : 38

Région : Kantô
Jeu 12 Juil - 19:17
Alexander s’était déjà complètement abandonné à son rêve. En fait, il n’était pas encore tout à fait conscient qu’il s’agissait de son imagination pure et simple. Il ne faisait que vivre le moment présent, même si cela signifiait dans un doux rêve.

Plusieurs minutes s’écoulèrent depuis son réveil sur l’eau. Même si ce n’était pas la réalité dans lequel il se trouve, il réussissait à sentir les petites ondulations de l’eau sur sa peau lisse bleue. C’est comme s’il flottait et que presque tout son corps était submergé. Son dos était face au soleil et il ressentait la chaleur que ses rayons projetaient sur lui. Heureusement qu’il y avait l’eau pour le garder au frais. Il brûlerait et deviendrait une torche humaine autrement. Mais être dans l’eau était pour lui une zone qu’il pourrait appeler maison. Il avait également les yeux clos. Il ne voyait pas du tout les profondeurs de l’océan. En même temps, il voulait juste se concentrer des légères vagues qui venaient bercer son petit corps. Il n’avait plus aucune notion du temps. Bien que presque quarante minutes s’étaient volatilisés dans le temps sans même qu’il ne s’en rende compte. Il réalisa à ce moment qu’il n’avait jamais pris une seule bouffée d’air frais, ce qui en temps normal l’aurait tué. C’est à peine si un corps humain arrive à retenir sa respiration au-delà de cinq minutes en général. Alors plus d’une quarantaine de minute, il était devenu un vrai mutant! Il ne s’en plaindrait pourtant pas pour autant.

Il décida de sortir de son comma afin de profiter de renfloué ses poumons d’air frais. Il sortit donc la tête de l’eau et ouvrit sa bouche jaune. Ce fut une bonne sensation à l’intérieur de lui. Bien qu’il puisse passer longtemps sans respirer, ce n’était pas non plus désagréable de le faire. Il entrouva ses yeux, mais n’osait pas les ouvrir complètement puisque le soleil plombait droit sur lui. Il voyait encore l’océan à perte de vue, sans même un indice où se trouverait la terre ferme. Malgré qu’il suivait le courant ici et là, toujours rien à l’horizon.

Il replongea alors sa tête dans l’eau. Cette fois par contre, il laissa ses yeux grands ouverts. Il voyait très bien dans l’eau à sa grande surprise. Sa vision s’était-elle améliorée? Ça serait bien surprenant. Même qu’il arrivait encore à voir plus loin. En fait, il pensa qu’il arrivait à voir jusqu’au fond. Une armée de Magikarp nagea juste en-dessous de lui. Il réussit à entre voir quelques Remoraid au passage. Il tenta d’aller les rejoindre, mais en faisait bouger ses… six membres… il sentit une sensation qui lui était bien nouvelle. Les deux avant, il osa croire que c’était comme ses bras en quelque sorte, et les deux qui étaient au plus bas de son corps, ses « jambes ». Par contre, il y en avait deux autres entre. Il projeta son regard vers ça et il aperçût juste des petites pattes bleues. Il resta plus que surpris face à cette découverte qu’il ne comprenait pas tout à fait. Mais cela n’allait pas l’empêcher d’atteindre son objectif, mais même s’il y allait avec ses six pattes, il n’arrivait pas à plonger dans l’eau complètement.

Il vit donc l’armée passé puis se perdre au loin. Il soupira, ce qui laissa échapper quelque bulle d’air dans l’eau. Par contre il vit deux petites lumières au fond de l’eau. Intrigué, il décida de suivre ces lumières en restant à la surface de l’eau.



5 niv de plus :)

Espèce : Nunépiot
Niveau : 15
Talent : Cuvette
Attaques : Étonnement / Brume / Vol-Vie / Écume
Inventaire GTs : ~~~

J'ouvre la porte: Un pokémon Eau dont le double type est exclusif à sa série évolutive (hors légendaires)


Autres comptes:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 11/06/2017
Messages : 378

Région : Hoenn
Ven 13 Juil - 11:04

Losing Ground

Tu voulais découvrir qui tu étais devenu. En général, lorsque tu rêves ou que tu fais un cauchemar, tu te trouves dans ta propre peau. Tu n’avais jamais été dans celle d’un autre. C’était une première pour toi. Tu ne savais pas ce que cela signifiait, mais il y avait forcément une raison. La clé de toute cette histoire était peut-être de la découvrir ? Tu n’en savais rien, mais c’était une possibilité. Dans tous les cas, tu ne voulais pas laisser de côté cette probabilité. Même si tu ne savais pas encore comment tu pourrais t’en servir, ce n’était pas une raison pour abandonner les informations sur ton passage. Il fallait que tu restes logique et concentré sur ta tâche. Tu étais dans un endroit que tu ne connaissais pas, possiblement dans l’un de tes rêves puisque l’un de tes derniers souvenirs remontait au moment où tu étais confortablement installé en travers de ton lit, sur le point de t’endormir. Et tu ne rêvais pas de toi dans ton propre corps, ce qui était plutôt étrange. Pourtant, tu avais bel et bien conscience d’être un sportif spécialisé dans les Pokéathlons et s'appelant Andrew. Cela signifiait donc que ce n’était pas qui tu étais qui était questionné, mais seulement ce que tu étais. C’était particulier comme truc. Tu n’étais même pas certain de pouvoir expliquer ce truc qui venait de circuler rapidement dans ton esprit. Tu avais eu cette idée fugace. Tu n’étais même pas certain de bien comprendre le concept. Tu n’étais pas dans ton corps, mais pourtant tu étais bien toi. C’était compliqué. Tu n’y comprenais rien à cette histoire. Tu ne savais même pas comment cela pouvait être possible. Ce n’était pas possible, cela ne pouvait pas être la réalité. C’était la première fois que tu faisais un rêve aussi imaginaire. Habituellement, tu restes tel que tu es, les pieds bien ancrés dans le sol pour un bon équilibre. Niveau idées quelque peu fantastiques, tu n’avais jamais réellement été au niveau. Ton quotidien était bien trop ancré dans la réalité, il demandait bien trop d’énergie et de concentration pour que tu puisses avoir le loisir de t’enfuir dans un tel univers.

À ton réveil, tu avais aperçu la mer. Ou l’océan. Tu n’en savais absolument rien. Après tout, tu ne connaissais même pas la différence. Pour toi, c’était la même chose. Une grande étendue d’eau, salée et sauvage. Tu ne savais même pas comment la distinction pouvait se faire entre les deux. Mais en réalité, cela ne t’intéressait pas vraiment. Tout ce que tu voyais, c’était une grande étendue d’eau. Et éventuellement une chance de te désaltérer. Avec ta nouvelle forme, il était possible que tu apprécies davantage le goût salé de ce genre d’eau. Tu l’espérais en tout cas. Parce que la soif commençait réellement à se faire ressentir en toi, et tu ne voyais pas le moindre point d’eau n’étant pas empli de sel dans les environs. Il fallait donc que tu espères que cela soit suffisant. Et puis, il y avait autre chose. Tu savais qu’il était possible de voir son reflet dans l’eau. Tu savais que cela fonctionnait pour les flaques d’eau, les mares, les lacs et parfois les rivières. Alors tu te disais que cela devait sans doute pouvoir fonctionner avec la mer ou l’océan. Après tout, c’était de l’eau également, donc tu ne voyais pas pourquoi ce serait impossible. Tu te disais que cela pourrait être utile. Au moins, tu pourrais découvrir qui tu étais devenu. Pour le moment, tu n’en avais pas la moindre idée. La seule chose que tu savais, c’était que tu étais beaucoup plus petit et que ta morphologie était grandement différente. Mais en dehors de cela, tant que tu n’aurais pas pu observer de tes propres yeux ta nouvelle enveloppe corporelle, tu ne pourrais faire que des suppositions.

La mer n’était pas si loin de toi que cela. Tu avais seulement une petite pente de sable à descendre et ensuite tu te retrouvais directement au mieux de l’eau. Rien de compliqué. Rien d’impossible. Il te suffisait de marcher un tout petit peu, tu étais donc en mesure de le faire. Ce serait juste un peu plus long que si tu avais ta longueur de jambes habituelle, mais cela ne changeait pas grand-chose. Au regard de la distance à parcourir, ce serait seulement une histoire de quelques minutes, ce qui ne représentait absolument rien sur une journée ou une vie. Après un dernier regard en direction de ta destination afin d’avoir ton objectif en tête, tu avais fait un premier pas. Ce n’était pas comme d’habitude. Ce n'était pas comme dans tes souvenirs. Tu sentais la chaleur sous tes pieds. Tu sentais également le moindre grain de sable. Serais-tu pieds nus ? C’était une possibilité. Si tu possédais des chaussures, tu ne pourrais pas ressentir toutes ces choses-là. Tu te demandais où étaient passées tes chaussures. Mais ce n’était pas bien important. Un second pas. Un troisième. Tu progressais à ton rythme. Alors que tu allais avancer ton pied, une rafale de vent t’avait poussé en avant en te faisant perdre l’équilibre. Ce n’était pas commun ça. Il ne t’avait pourtant pas semblé que le vent était si puissant. Mais tu avais tout de même perdu l’équilibre. Et rien pour te rattraper. Tu avais alors commencé à dévaler la pente. Entraîné par le mouvement, il te semblait que tu prenais de la vitesse. Ce n’était pas bon. Tu te demandais comment tu allais bien pouvoir t’arrêter. Mais surtout, alors que tu étais en train de tourner sur toi-même, tu prenais conscience que ta morphologie avait radicalement changé. Désormais, tu formais une sorte de boule compacte, ce qui n’aurait pas été le cas avec ton véritable corps. Ce n’était donc pas une impression, tu avais réellement changé.

Ça tournait. Vite. Beaucoup trop vite à ton goût. Tu étais en train d’attraper le tournis. Ce n'était pas bon. Tu n’avais pas la moindre idée de comment tu pourrais mettre fin à cette cavalcade infernale. Tu avais tenté d’écarter tes bras, mais ils ne parvenaient pas à toucher le sol. Tu n’avais donc plus qu’une seule solution, attendre. La pente n’était pas infinie, il y aurait bien un moment où ta course finirait par se ralentir d’elle-même. Juste au moment où tu y pensais, tu te retrouvais plongé de force dans un liquide glacial. La mer. Tu étais tombé dedans. Elle avait arrêté ta course. Maintenant il ne te restait plus qu’à rejoindre le bord. Mais. Problème. Tu ne touchais pas le fond. Soit il y avait beaucoup de hauteur, soit tu étais réellement devenu minuscule. Et tu avais beau agiter frénétiquement tes membres, tu ne parvenais pas à te déplacer. Tu coulais, tout simplement. Tu sentais ton corps s’enfoncer dans l’eau. Doucement.

— À l’aid… blblblbl… Sortez… blblblbl…. moi…. blblblbl…. d’là… blblblbl….



Je vais prendre les 5 niveaux !

Espèce : Griknot
Niveau : 15
Talent : Peau Dure
Attaques : Bélier / Jet de Sable / Draco Rage / Tempête Sable
Inventaire GTs :



Ce qu'il ne faut pas voir:
 

Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 30/08/2014
Messages : 1045

Région : Johto
Dim 15 Juil - 10:42
Au bout de quelques minutes à dériver au gré du courant marin mon rictus se calma et l’agitation en moi commença à se calmer. Après tout, ceci n’était qu’un rêve non ? J’essayais de me rassurer, de me dire que mon monde onirique s’était surpassé pour cette nuit mais l’angoisse de cette enveloppe corporelle inconnue et si étrange m’étais pour l’instant difficilement surmontable. Néanmoins le rythme de clignotement de mes antennes s’atténuait peu à peu, ce qui était un bon témoin de l’évolution positive des évènements. Pour me calmer je décidais d’observer autour de moi. L’immensité du vide me submergeait. Et pourtant. Je fermais les yeux un instant et pris une profonde inspiration. La mer était mon refuge, elle l’avait toujours été. En ce moment si particulier je la découvrais d’une manière nouvelle. Immergée en son sein je faisais partie d’elle sans en dénoter. Me laissant envahir par cette sensation quasi viscérale que j’étais faite pour être ici. Ce corps me le permettait contrairement à mon enveloppe charnelle d’humaine. Ce fut donc à ce moment ci que j’acceptais ma condition de boule.

Alors que je commençais à être paisible une voix héla au loin. Je n’en tins pas rigueur, trop absorbée par mes pensées et la mer m’entourant. La voix se fit plus forte. L’idée me traversa que peut être était-ce moi que l’on chercher là à interpeller. Battant des mes petits bras nageoires pour bifurquer en direction du son je plissais les yeux pour observer mon interlocuteur. Alors que j’essayais de définir la personne en face de moi mes antennes se mirent à briller plus vivement comme pour m’aider à en définir les détails. Une coquille couleur sable polie par le glissement de l’eau. Deux grands yeux. Mais surtout. Surtout. Une multitude de petits tentacules à la couleur de bonbons acidulés gesticulant pour garder une position fixe, ou me saluer. Que sais-je il y en avait là tellement que je ne savais où regarder. C’était donc un Amonita qui me faisait face, un pokémon antique qu’il était assez rare de voir habituellement. Ce pokémons des grands fonds ne remontaient que rarement vers les lagon coralliens

▬ Loupio ? Aaaah mais oui d’accord. Je suis un Loupio c’est vrai il faut que j’arrive à m’y faire.
Ah euh bonjour ! Amonita c’est ça ? Euh oui oui ça va ! Ahah Ahah j’eus un petit rire très nerveux ne cachant que très maladroitement le fait que je n’étais absolument pas à l’aise. Que fais-tu par ici toi ? A vrai dire je suis un peu perdue moi … Enfin je pense …

Alors que je venais de lui répondre le plus naturellement du monde cela me heurta. Je freezai une seconde. L’amonita venait de me parler et j’avais compris. En plus je lui avais répondu le plus naturellement du monde. Ce rêve prenait des allures surprenantes. Mais le plus surprenant dans tout cela c’est que d’ordinaire dans mes rêves si j’étais censée être une chevalière d’un autre âge, une princesse ou que sais-je cela ne me choquait pas le moins du monde car je n’en avais pas connaissance et vivais simplement le personnage sans avoir conscience de mon moi présent. Or ici j’étais pleinement consciente. Endormie et transformée en minuscule petite chose bleue mais j’avais conscience d’être Effy Bradford ancienne championne de natation, de mes pokémons, de mon ambition à retrouver Sobek, faire taire mon père, battre la ligue, faire tomber cette organisation, et dire à Jean que …

Une sorte de gros plouf.
Des glougloutements dans le lointain vinrent perturber le silence qui nous entourait moi et le amonita. Je n’étais pas habituée à ce monde aqueux mais suffisamment consciente pour que mon intuition de pokémon aquatique me signifie que ces bruits étranges n’étaient d’ordinaires pas présents ici. Je regardais l’Amonita qui me faisait face. Ce genre des pokémon était généralement assez placide, il fallait plutôt craindre son évolution l’Amonistar qui par contre était un prédateur des fonds obscurs un peu plus terrifiant. Je tâcherais tout de même de rester loin des ces tentacules. Par sécurité.

▬ Qu’est ce que c’était que ça ? Demandais-je à moi même et au Amonita en fronçant les antennes.

Je tournais la tête en direction du son et commençais à naturellement me mettre à nager vers la source sonore. Visiblement je n’avais pas encore conscience qu’ici bas la proie faisant office d’appetizer à la plupart des pokémons marins pouvaient être moi. Mes antennes brillaient avec vigueur faisant office de boussole et pointaient en direction du son. J’avais mis les pleins phares sans m’en rendre compte. Encore assez loin je ne distinguais qu'une masse sombre, des bulles remontant à la surface ainsi qu'une agitation certaine. De la détresse. Je me mis à accélérer et sollicitais l'aide de mon acolyte crustacé

▬ Ce pokémon est en train de se noyer il faut l'aider !!



▬ Je prends 5 niveaux !

Espèce : Loupio
Niveau : 15
Talent : Absorb Eau
Attaques : Ultrason - Pistolet à O - Cage éclair - Ecume
Inventaire GTs : N/A

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» 03. "Losing my religion" # Ash
» 01. Losing your mind
» Underneath the ground ∞ 05/02 - 16:43
» Test de Haunting Ground ! Par Jane Aden
» Jamaica's losing battle with corruption. Petèt nou ka jwen solisyon an laa

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Les Îles Légendaires :: Île Pleine Lune :: Rêverie - Évent d'été-