AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» Animal I Have Become


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 14/12/2013
Messages : 5036

Région : Kalos / QG Ligue 4
Lun 2 Juil 2018 - 14:39
La dernière chose dont je me souvenais, c’était de chercher le sommeil dans le canapé de ma chambre à la Ligue. Pourtant, quand j’ouvris les yeux à nouveau, je n’étais absolument pas à l’endroit où je m’étais endormi. A vrai dire, je n’étais même pas dans un bâtiment : j’étais dehors, et sur une montagne apparemment. Ce ne fut pas vraiment grâce à ma vue que je le sus (même si la première vision de mon environnement fut une vallée en contrebas), mais étrangement grâce à mon odorat. Il y avait de puissantes odeurs d’herbe humide, de minéraux, de fleurs, d’un cours d’eau sûrement tout proche car je l’entendais aussi, ainsi que les odeurs des pokémons alentour. Où étais-je ? Qu’est-ce que je foutais là ? L’inquiétude me fouetta le sang et mon premier réflexe fut de vouloir me lever. Je remarquai d’abord que je voyais le monde à l’endroit, signe que j’avais dormi sur le ventre ; c’était un détail assez bizarre car je ne prenais jamais cette position pour dormir. Cependant très vite ce ne fut plus mon sujet de réflexion principal : en essayant de me mettre à genoux puis de pousser sur mes mains pour me mettre debout, je me rendis compte que je n’arrivais tout simplement pas à poser mes genoux sur le sol. En fait à vouloir le faire je me retrouvai à quatre pattes, littéralement. C’était une sensation très bizarre : normalement quand on se met à quatre pattes en tant qu’être humain, on a les genoux par terre ; si on essaie de faire comme les quadrupèdes et de décoller les genoux du sol, on se retrouve dans une position d’équilibre précaire avec les fesses très en hauteur par rapport au reste du corps. Alors que là… je n’avais pas les genoux par terre, et pourtant mon corps était parfaitement droit. Cela me paraissait impossible.
Ma priorité étant de découvrir où j’étais et si j’étais en danger, je laissai cette interrogation de côté pour essayer de me mettre debout. Je poussai sur mes mains et sur mes pieds pour revenir à la verticale… et perdis complètement l’équilibre à mi-chemin, ce qui m’obligea à retourner à quatre pattes. OK, qu’est-ce que c’était que ce bordel ? J’avais clairement senti une résistance dans le bas de mon dos. Comme si la position bipède n’était pas naturelle et me demandait un effort particulier. Qu’est-ce qui n’allait pas avec mon corps ?

Ce fut à ce moment-là que je me regardai pour la première fois. Je compris instantanément que je n’étais plus humain : en baissant les yeux je vis mon poitrail recouvert d’une fourrure crémeuse, tout comme mes bras qui étaient roux striés de bandes noires et qui se terminaient non pas par des mains mais par des grosses pattes aux griffes épaisses. Je connaissais évidemment très bien ces caractéristiques physiques mais je n’arrivais pas à croire que je les voyais sur moi ! Je tournai la tête pour vérifier le reste de mon corps et constatai qu'il était tout aussi poilu et que j’avais même une magnifique queue touffue (qui s’agita quand je pensai à elle, ce qui était vraiment bizarre). OK, il fallait que je me rende à l’évidence, j’étais clairement dans le corps d’un caninos ou d’un arcanin – et sûrement le premier vu ma taille. Est-ce que je rêvais ? C’était la seule explication plausible qui me venait et elle fut suffisante pour me permettre de garder mon calme, même si j’étais hébété par tant de réalisme. Bon, même si c’était sûrement un rêve et que je n’avais pas à m’en faire, il valait mieux que je cherche des réponses autour de moi au cas où. Et puis de toute façon je n’allais pas rester planté là.

Je tournai sur moi-même afin d’avoir une meilleure idée de mon environnement (je constatai au passage que marcher à quatre pattes me paraissait aussi naturel que sur deux jambes). Ma première idée se confirmait, j’étais bien sur une montagne. Par contre, contrairement à ce que mes sens semblaient me dire il n’y avait pas de cours d’eau en vue ; je le sentais et l’entendais dans la direction face à moi mais il était trop loin pour que je le perçoive avec mes yeux. Etait-ce là le résultat de mes nouvelles facultés sensorielles ? Si oui, c’était juste incroyable. Je me pris à humer l’air dans tous les sens pour décrypter les odeurs qui me parvenaient et qui pour certaines étaient totalement inconnues (sûrement parce que mon nez d’humain y était insensible). C’était vraiment un nouveau monde qui s’ouvrait à moi, j’étais à la fois fasciné et exalté par toutes ces informations. Par exemple, j’étais capable de dire qu’il y avait deux corps chauds vers la grotte que je distinguais dans le flanc de la montagne. Je ne les voyais pas mais je savais pourtant qu’ils étaient là ! C’était vraiment extraordinaire comme idée.
Je me mis à marcher dans cette direction, puis quand je fus un peu plus en confiance à courir. J’allais bien plus vite que dans mon corps normal et il ne me fallut que quelques secondes pour remonter ces odeurs d’êtres vivants et me retrouver tout proche, même si je ne les voyais pas encore. Je me dis qu’avant de me montrer il faudrait que je les rassure (un pokémon inconnu qui déboule comme ça ça devait effrayer les pokémons sauvages) mais ignorai totalement si je pouvais me faire comprendre d’eux. Je ne savais qu’aboyer et grogner… Est-ce que les pokémons pouvaient universellement se comprendre comme certains scientifiques l’avançaient ? C’était le moment d’en avoir le cœur net.


« Salut ! Je ne vous veux pas de mal, je suis un humain dans un corps de pokémon et je ne comprends pas comment ça a pu arriver. Est-ce que vous pouvez juste me renseigner ? »

Situation:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Agent Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 28/03/2016
Messages : 933

Mar 3 Juil 2018 - 0:03
Une journée de travail qui se termine, c’est toujours une bonne chose. Tu avais désormais laissé le relais à la sécurité de la Ligue. Tu étais allé te coucher tranquillement. Tu avais rejoint la pièce qui t’avais été allouée pour cela. C’est sommaire, car il est assez courant que la personne dormant ici change, mais cela te suffit amplement. Un toit avec un lit confortable, c’est déjà bien mieux que ce que tu as pu connaître. Alors oui, hier, tu t’étais rapidement changée, un t-shirt assez long sur le dos, et tu t’es couchée. D’habitude, il te faut du temps avant de trouver le sommeil. Pas hier soir. Tu t’es rapidement assoupie. Et maintenant, tu restes encore un peu au lit. Tu as le temps, tu sais qu’il est très tôt, tu as pu te rendre compte que tu avais du temps avant de rejoindre Ruven. Tu penses déjà à la journée qui t’attend. Tu sens alors du froid, dans ton dos. C’est étrange. C’est un froid saisissant. C’est mouillé ! Tu ouvres les yeux et te redresses d’un coup. La vue te fige alors dans l’incompréhension. Comment t’es-tu retrouvée dehors ? Et ce, sans même t’en rendre compte. Tu regardes autour de toi. Ok, tu es en pleine nature, et il y a l’air d’avoir du dénivelé un peu plus loin. La montagne ? Possiblement. Derrière la grotte argentée ? Il n’empêche que c’est suspect.

Une nouvelle pointe de froid te saisit. C’est tombé sur ta tête, que tu agites rapidement. De l’eau. Encore. Tu lèves la tête. Une plante verte, dont la feuille te goutte dessus. Tu la fixes. Elle semble gigantesque. Où peux-tu bien être alors ? Tu décides de sortir, d’explorer un peu. Si tu connais mieux ton environnement, tu pourras mieux t’y adapter. Tu avances. Et tu t’arrêtes immédiatement. Tu avances à la fois avec tes bras et avec tes jambes. Tu regardes vers tes mains, et tu y vois des pattes. Des pattes ! Tu n’y crois pas. Tu t’assois. Comme le ferait le Ponchien de Danny. C’est perturbant, car ça te vient naturellement. Qu’importe, si tu dois prendre cette posture, tu le feras, c’est au moins quelque chose qui se fait de lui-même. Il faut que tu en saches plus. Ta déduction te conduit à te dire que tu es un Pokémon. Tu t’observes alors du mieux que tu peux. Des pattes bleu clair. Une queue d’un bleu bien plus foncé avec une sorte d’étoile jaune. Tu ne sais pas de quel Pokémon il s’agit, tu ne connais pas de tel Pokémon. C’est bien dommage, car il sera bien plus compliqué pour toi de connaître tes capacités. Qu’importe. Tu dois découvrir où tu es pour essayer de comprendre ce qu’il se passe.

Donc tu traces ta route. Tu n’as aucune idée de vers où tu te diriges, mais tu y vas. Tu avances. Il va falloir que tu trouves un véritables abri, de quoi manger et un cours d’eau pour boire et te laver. C’est indéniable. Ce qui débute forcément par un repérage. L’endroit n’est pas forcément des plus pratiques, mais il doit pouvoir contenir les ressources nécessaires. Et puis niveau agilité, Arceus soit loué, tu es en mesure de te déplacer à ta guise, de sauter, de te faufiler, etc. Tu fais alors un tour d’inspection, en cherchant partout à la recherche d’un endroit où il y aurait de la nourriture ou de l’eau. Niveau odorat, oui, tu constates une différence, mais ce n’est pas tant ça. Pour l’ouïe, c’est bien plus important. Et pour la vue, c’est totalement bluffant. La vision des détails à une portée bien plus longue que ce que tu avais en tant qu’humaine. Mais ce sont tes oreilles qui t’indiquent qu’il y a quelque chose autour de toi, quelque chose qui s’approche. Tu bondis et fais volte-face. Ta queue se redresse pour devenir droite et ta posture est défensive. C’est un Caninos. Tu le scrutes et tu sens de l’électricité parcourir ton pelage. Alors sans doute que tu es un Pokémon électrique.

Salut ! Je ne vous veux pas de mal, je suis un humain dans un corps de pokémon et je ne comprends pas comment ça a pu arriver. Est-ce que vous pouvez juste me renseigner ?

Tu restes interloquée. Alors comme ça, tu ne serais pas la seule dans cette situation ? C’est bien plus étrange qu’avant. Et vous communiquez sans problème. Enfin, ce point n’est pas choquant, vous êtes des Pokémon. L’électricité diminue d’intensité. Il va falloir que tu lui expliques que tu en es au même point que lui. Sans doute qu’en ayant quelqu’un d’autre à tes côtés, ça sera plus simple de se débrouiller pour survivre dans ce milieu inconnu.

Salut. Ça va paraître étrange, mais je suis dans le même cas. Je ne sais pas où nous sommes, mais je cherche de l’eau et de quoi manger. On en aura besoin. Donc j’ai peur de ne pas pouvoir t’aider pour ça, en fait. Je ne sais même pas quel Pokémon je suis… Sinon, je m’appelle Mev.

Pour autant, tes sens restent en alerte. Il y a quelque chose d’autre. Quelqu’un d’autre.




Prise de 5 niveaux




Espèce : Lixy
Niveau : 10
Talent : Cran
Attaques : Charge / Groz'Yeux / Chargeur / ~
Inventaire GTs : ~





Stamps:
 
~ Avatar by myself ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 10/01/2016
Messages : 993

Région : Alola
Mar 3 Juil 2018 - 19:24
Animal I have become


À chaque fois, je sais que je vais le regretter le matin. À chaque fois que je me réveille avec un mal de crâne abominable et la bouche pâteuse, je me fais la promesse que c’était la dernière fois. Mais forcément, ce n’est jamais le cas. Quand une bouteille de rhum est sur la table, je n’ai plus la moindre volonté. C’est totalement ridicule. Surtout que finalement, ça ne me sert à rien. Abuser de cette manière m’apporte seulement un très mauvais moment à passer entre le sentiment d’être malade, les douleurs qui traversent l’ensemble de mon corps du sommet de mon crâne au bout de mes orteils et les pertes de mémoire qui semblent totalement inévitables. Je finis à chaque fois plus bas que terre, et pourtant je finis toujours par me replonger dans cette galère dès qu’une nouvelle occasion se présente. Je ne suis donc même pas capable de retenir la leçon, ce qui est un peu triste tout de même. J’ai beau me dire que cette fois je me limiterais à un ou deux verres, à chaque fois je finis par craquer. Je suis incapable d'être raisonnable. Pourtant, parfois, j'apprécierais vraiment de l’être. Mais ce n’est pas le cas. Si je n’ai personne pour me limiter, je fonce sans réfléchir. Et derrière je n’ai plus que mes yeux pour pleurer. Le pire, c’est que je suis toujours la fautive dans cette histoire. Je ne peux même pas tout faire retomber sur quelqu’un. Je n’ai besoin de personne pour apporter le verre rempli de rhum jusqu’à mes lèvres pulpeuses en faisant attention de ne pas en faire tomber sur ma poitrine généreuse. Ce joker je le réserve pour les négociations compliquées, lorsque j’ai besoin de faire perdre la totalité de leurs moyens aux hommes venant me voir pour nous proposer une mission. C’est fou comme la récompense peut rapidement être multipliée lorsque mes interlocuteurs commencent à perdre leur concentration et à laisser traîner leur regard sur les parties de mon corps que je mets en avant. J’ai bien remarqué, avec le temps, que la victoire m’appartenait dès que leur regard n’était plus plongé dans le mien. Je me disais qu’un jour je finirais par me lasser de ce genre de technique ou de leur comportement, mais non. À mes yeux, l’expérience est tellement jouissive lorsque l’on parvient à arnaquer une personne de cette manière que je m’amuse toujours autant lorsque j’ai la chance de parvenir à mes fins.

Forcément, avant de m’écrouler comme un Ronflex dans un hamac installé sur le pont, j’avais beaucoup trop bu. En même temps, si je n’étais pas parvenue à rejoindre ma cabine, cela ne pouvait signifier qu’une seule chose. J’avais abusé. J’avais été trop loin. J’allais forcément souffrir une fois que je me réveillerais. Entre le manque de sommeil et les conséquences apportées par l’alcool je savais par avance que ma journée allait ressembler à une véritable séance de torture. Surtout si ce fichu gamin hurlait à proximité de moi. Alors en ouvrant les yeux, a moitié aveuglée par la luminosité ambiante, je m’attendais déjà au pire. Mais il n’est pas arrivé. Je ne ressentais pas de douleur particulièrement. Ma bouche ne me semblait pas être particulièrement pâteuse. En tout cas, je ne ressentais pas la furieuse envie de vider une fontaine qui me frappe de plein fouet en temps normal. C’était donc comme si je n’avais rien bu. Non. Je n’y croyais pas. Mes souvenirs étaient relativement flous, mais je savais pertinemment que ma consommation avait été beaucoup trop importante pour que je m’en sorte si bien. Premier coup d’oeil autour de moi. La panique. Je ne reconnais rien. Lorsque je me suis endormie, je me trouvais sur le pont de mon navire, quelque part au milieu de l’eau. Et là ? Je n’en savais strictement rien, mais il n’y avait pas d’eau. Seulement les terres, partout. Je me trouvais en terrain montagneux, mais impossible d’être plus précise. Et je ne voyais pas grand-chose autour de moi qui pourrait être en mesure de me renseigner davantage. Geste machinal, j’avais levé le bras gauche pour passer ma main au milieu de ma chevelure rousse. C’était un geste instinctif. Dès que je me sentais troublée, il me venait automatiquement. En général, cela me permet de me calmer doucement.

Mais pas aujourd'hui. Ce simple petit geste anodin venait d’apporter en moi un nouveau souffle de panique. Mes cheveux. Ils avaient disparu également. À la place, j’avais un peu de mal à réellement identifier ce que je sentais, surtout que je ne recevais pas les signaux habituels. Mon toucher n’était pas tout à fait le même. Abandonnant provisoirement ce qu’il se passait sur le sommet de mon crâne, j’avais ramené mes bras, ou plutôt mes pattes maintenant que je les voyais, dans mon champ de vision. Le bout était d’un jaune pâle, recouvert d’une courte fourrure, tandis que le reste du membre était rouge. Je n’étais plus humaine. J’avais un museau. Et des oreilles rondes sur le crâne. Je ne savais pas ce que j’étais exactement, mais sans doute un pokémon. Une espèce que je ne connaissais pas.

— Ok. Je suis forcément en train de rêver. Je vais me réveiller et tout sera de nouveau comme avant.

De toute façon, ce n’était pas possible autrement. J’allais fermer les yeux, et quand je les ouvrirais de nouveau je serais de nouveau moi même et je serais de retour sur mon navire. Mettant l’idée à exécution, je fermais mes paupières. Déception. Rien n’avait changé à leur ouverture. J’étais toujours là, sous cette forme étrange. Je ne savais pas quoi faire. Du bruit un peu plus loin. Des voix. J’allais peut-être pouvoir en savoir un peu plus. Un Caninos et un autre quadrupède. Ils avaient commencé à se parler. J’étais parvenu à comprendre leur échange pendant que je m'approchais d’eux. Ainsi eux aussi ils étaient humains à l’origine. Je n’étais donc pas toute seule dans ma galère. Sauf s’ils n’étaient pas réels et que je les imaginais totalement. Sinon, je ne comprenais pas comment d’autres personnes pouvaient se trouver dans mon rêve. C’était beaucoup trop étrange pour moi. Je n’avais pourtant rien consommé d’étrange. Et le rhum n’avait jamais eu ce genre d’effets sur moi. J’étais totalement perdue.

— Salut ! Je suis une humaine également. Je m’appelle Irina. Vous êtes réels ? Enfin, je veux dire, vous existez vraiment ? Je ne suis pas en train de vous inventer ? C’est beaucoup trop bizarre. J’étais en train de dormir et pouf, me voilà ici. Comment on se réveille ? J’aimerais bien retrouver mon bateau et mon corps. Il est bien plus avantageux que ce que je suis actuellement...

J’avais posé la question, mais si j’imaginais toute cette histoire, la réponse n’aurait pas le moindre intérêt. Et surtout, cela ne m’apporterait pas la moindre information concernant le moyen de sortir d’ici.



Je vais prendre les 5 niveaux !

Espèce : Kungfouine
Niveau : 10
Talent : Régé-Force
Attaques : Ecras’Face / Yoga / Détection / ?
Inventaire GTs :



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 14/12/2013
Messages : 5036

Région : Kalos / QG Ligue 4
Mer 4 Juil 2018 - 10:43
Le premier être vivant que je trouvais fut un lixy. Comme je l’avais imaginé il se montra extrêmement méfiant à mon approche et son pelage se chargea d’électricité alors qu’il me fixait, aux aguets. Qu’est-ce que ça me ferait si je me prenais une décharge ? Etant dans un rêve je ne devrais pas ressentir la douleur, mais tout était tellement réaliste que cela ne m’étonnerait pas… Et dans ce cas, comment un pokémon ressentait-il une attaque comme étincelle ? J’étais un peu curieux, honnêtement. D’ailleurs je commençais à entrevoir toutes les expériences que je pouvais faire avec ce nouveau corps et ça m’excitait pas mal. Mais pour l’instant, je devais essayer d’échapper à mon premier combat pokémon.

J’adressai au lixy des paroles amicales et lui expliquai ma situation, ce qui parut le calmer. Clairement je ne représentais pas une grande menace pour lui, je ne savais même pas comment faire une flamme – OH, ça faisait partie des choses que je voulais absolument tester d’ailleurs.


« Salut. » Ah, je le comprenais aussi. Facilité scénaristique de mon cerveau pour les besoins du rêve ? Sûrement. « Ça va paraître étrange, mais je suis dans le même cas.

- Ah oui ?
» J’étais très étonné. Ça devenait plutôt complexe comme rêve.

« Je ne sais pas où nous sommes, mais je cherche de l’eau et de quoi manger. On en aura besoin. Donc j’ai peur de ne pas pouvoir t’aider pour ça, en fait. Je ne sais même pas quel Pokémon je suis… Sinon, je m’appelle Mev.

- Oh Mev !
»

Est-ce qu’il s’agissait de ma Mev ou d’une autre personne ? Non, c’était bien ma garde du corps, je le sentais au fond de moi. Nous passions trop de temps l’un à côté de l’autre pour que je ne la reconnaisse pas.

« Je suis vraiment content que tu sois là ! Regarde, c’est fou, j’ai même la queue qui remue ! » Je ne la voyais pas mais je la ressentais, c’était tellement bizarre ! Etant incapable de sourire dans ce corps, je suppose que c’était ma nouvelle façon de le faire. « Et c’est moi, Ruven. On est… oh, quelque chose vient. »

Mes oreilles pivotèrent et je tournai la tête vers les bruits de pas. Le nouveau venu correspondait à la deuxième odeur que j’avais repérée et était un kungfouine.


« Salut ! Je suis une humaine également. Je m’appelle Irina. » Woh, ça devenait vraiment trop bizarre. Je ne connaissais pas d’Irina (enfin si, mais ça remontait à ma jeunesse débridée) et ne comprenais donc pas pourquoi je rêvais d’une fille avec ce prénom. D’où je la sortais ? « Vous êtes réels ? Enfin, je veux dire, vous existez vraiment ? Je ne suis pas en train de vous inventer ? C’est beaucoup trop bizarre. J’étais en train de dormir et pouf, me voilà ici. Comment on se réveille ? J’aimerais bien retrouver mon bateau et mon corps. Il est bien plus avantageux que ce que je suis actuellement... »

Ce fut à ce moment-là que je doutai pour la première fois d’être endormi. Je n’avais encore jamais fait un rêve où quelqu’un remettrait la réalité du monde en question et me penserait fictif, et d’ailleurs je ne savais même pas si un truc pareil était déjà arrivé à quelqu’un. Je sentis monter une violente bouffée de panique, qui repartit heureusement très vite. Bon, il y avait encore de grandes chances que je sois en train de rêver, mais si ce n’était pas le cas… je n’étais pas tout seul et il y avait sûrement une explication très rationnelle.

« Salut Irina, moi c’est Ruven. Je ne sais pas si tu es réel mais quoi qu’il en soit je suis sûr de l’être. Et je dormais aussi quand je me suis réveillé comme ça… C’est ton cas aussi Mev ? Je me dis qu’on est peut-être sous l’effet d’un pokémon pendant qu’on dort, ou bien qu’il se passe quelque chose autour de la Ligue. Plus probablement la première option si t’étais sur un bateau en t’endormant Irina… »

Quel pokémon pourrait-être assez puissant pour nous faire faire un rêve collectif ? Peut-être qu’il s’agissait d’un troupeau, de soporifiks par exemple ? Ça me paraissait compliqué, mais pas impossible.

« En tout cas, je pense qu'on devrait bouger. On pourrait trouver d’autres personnes dans le même cas et qui sont peut-être plus informées… ou au pire, de quoi manger et boire. J’ai senti un cours d’eau dans cette direction. » Je levai la patte vers la pente. « Qu’est-ce que vous en pensez ? »

Situation:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Agent Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 28/03/2016
Messages : 933

Mer 4 Juil 2018 - 18:09
Tu agis de façon à assurer ta survie, et être en groupe dans cette nouvelle situation est la meilleure chose. Tu ne connais pas tes capacités et tu risques d’avoir besoin de temps et d’entraînement pour réellement maîtriser tes nouvelles aptitudes. C’est le choix que tu as fait en décidant de ne pas rester hostile à ce nouvel arrivant, à ce Caninos. Sa réaction, par contre, est inattendue. Tu le regardes fixement, tu essaies de comprendre pourquoi ton prénom le fait s’enthousiasmer de la sorte. Car oui, tu as vu sa queue qui commence à fouetter l’air comme s’il n’avait aucun contrôle dessus. Il était content de ta présence. D’autant plus étrange. Comment pourrait-il apprécier ta présente en particulier. Tu en as bien vite l’explication : il s’agit de Ruven. Tu restes interloquée quelques secondes, incapable même de répondre. De toute façon, tu n’en as pas le temps, car un élément est en approche, et la distance devient non négligeable. Même en Pokémon, tu n’oublies pas ta fonction, protéger Ruven. Alors en te retournant vers le nouveau venu, tu fais en sorte de barrer tout accès direct au champion. Tu lèves les yeux en direction du Pokémon qui vous fait face. Tout ce que tu peux dire, c’est que c’est un Pokémon combat. Tu n’en sais pas davantage.

Salut ! Je suis une humaine également. Je m’appelle Irina.

Irina ? Personne à ta connaissance ne porte ce nom, tu t’en serais souvenue. Pour Ruven et toi, il pouvait y avoir une explication étant donné que ton local est volontairement situé non loin de sa chambre. Donc vous retrouver dans cet endroit tous les deux pouvait faire sens. Mais elle… Peut-être une employée de la Ligue. Ce serait possible qu’il s’agisse tout simplement d’une femme de ménage qui se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment. Tu ne te rappelles plus. Pour autant, savoir ce qu’il s’est passé ne vous aidera en rien pour survivre en pleine montagne. Il faut se concentrer sur le principal, une personne de plus – ou plutôt un Pokémon de plus – c’est une aide considérable.

Vous êtes réels ? Enfin, je veux dire, vous existez vraiment ? Je ne suis pas en train de vous inventer ? C’est beaucoup trop bizarre. J’étais en train de dormir et pouf, me voilà ici. Comment on se réveille ?

Beaucoup de questions, beaucoup de paroles. Pour bien peu de choses. Si vous aviez les réponses à ses questions, vous seriez sortis de là depuis bien longtemps. Cependant, tu ne comprends pas cette question de réalité car pour toi tout est bien réel. Il y a une personne qui a dû vouloir s’en prendre à Ruven, tu as voulu intervenir, et la femme de ménage s’est juste retrouvée là, un témoin gênant. Pour l’instant, c’est le seul semblant d’explication que tu peux avoir. Sauf que cela ne vous avance en rien dans la situation actuelle. Tu le diras s’il le faut vraiment, même si cela te paraît évident, cela ne sert à rien de chercher à comprendre comment vous vous êtes retrouvés en Pokémon. L’important, c’est de ne pas mourir.

J’aimerais bien retrouver mon bateau et mon corps. Il est bien plus avantageux que ce que je suis actuellement...

Son bateau ? D’accord. Là, ça grimpe d’un cran dans le curieux. Cela signifie qu’elle ne se trouvait pas à la Ligue avec vous. Par contre, pour valoriser à ce point son corps d’humain par rapport à celui dans lequel elle est, il faut être drôlement superficiel. Comment peut-on trouver plus avantageux un corps d’humain ? Vous avez maintenant des capacités qui ne pourraient jamais être maîtrisées par un membre de votre espèce, vous êtes puissants, naturellement plus puissant. Vous avez dû tomber sur une de ses filles qui ne savent que se mettre en avant par leur physique et non par leur quelconque talent. Quel image pour les femmes ! Et dire que tu t’évertues à montrer que tu es forte et indépendante, que tu évolues dans un milieu masculin où tu dois lutter au quotidien parce que tu es une femme. Cela te dépasse. Pour autant, tu ne dis rien, son temps dans la peau d’un Pokémon ne devrait pas lui faire de mal. Autre point qui te soulage, Ruven. Elle ne cherchera pas à lui tourner autour, et il ne la regardera pas. Ou tout du moins pas pour son physique.

Salut Irina, moi c’est Ruven. Je ne sais pas si tu es réel mais quoi qu’il en soit je suis sûr de l’être. Et je dormais aussi quand je me suis réveillé comme ça… C’est ton cas aussi Mev ?

C’est ça.

Je me dis qu’on est peut-être sous l’effet d’un pokémon pendant qu’on dort, ou bien qu’il se passe quelque chose autour de la Ligue. Plus probablement la première option si t’étais sur un bateau en t’endormant Irina…

Une fois de plus, Ruven a une longueur d’avance sur toi en termes de réflexion. Cela ne t’agace pas tant du fait que tu as accepté tes lacunes en matière de Pokémon, et puis il ne s’agit pas là de n’importe qui, c’est un champion de la Ligue. Donc cela n’a rien d’étonnant que ses capacités d’analyses soient tout aussi développées. Sauf que cela ne nous avance toujours en rien dans cette situation. Comme tu te le disais. C’est la première chose que tu as dite à Ruven d’ailleurs, avant même que tu saches que c’était lui. Un arbi, à boire et à manger. Cela vous permettra de survivre, et possiblement d’explorer si vous parvenez à constituer des vivres.

En tout cas, je pense qu'on devrait bouger. On pourrait trouver d’autres personnes dans le même cas et qui sont peut-être plus informées… ou au pire, de quoi manger et boire. J’ai senti un cours d’eau dans cette direction. Qu’est-ce que vous en pensez ?

Voilà, il valait mieux que ce soit lui qui en parle que toi. Tu es moins amicale, moins douce, moins dans la suggestion. Moins bien pour résumer. Et puis, même dans ce contexte, il reste celui pour qui tu travailles. Ce n’est pas à toi de prendre les décisions. Tant qu’il est raisonnable, tu peux te contenter de le suivre. Et puis il semblerait que ses nouvelles habiletés vous soient d’une grande utilité. S’il est en mesure de vous conduire à une source d’eau, c’est l’élément le plus important, indispensable à la survie. C’est Ruven, tu lui fais pleinement confiance.

Si tu le sens, je te suis.

Tu ne tiens pas à parler pour Irina. D’une part, tu n’as aucune raison de prendre cette liberté, et d’autre part, si elle décidait de ne pas vous suivre, tu ne la retiendrais pas – contrairement au champion, tu en es sure – car tu te demandes si tu vas pouvoir veiller sur Ruven en permanence si tu dois considérer un élément supplémentaire que tu ne connais pas, et donc à qui tu ne fais pas confiance. Ce n’est pas contre Irina. Malgré sa manière de penser qui te déplait, tu ne t’arrêtes pas à ça, c’est juste que le Pokémon combat n’échappe pas à ta méfiance naturelle. Heureusement que tu t’es retrouvée avec Ruven, il faut avouer qu’il compense très bien ton manque d’humanité. Vous pouvez donc suivre le champion à l’odorat surdéveloppé pour vous mener jusqu’à une source d’eau. La marche commence et tu te places directement en arrière, pour pouvoir garder à l’œil tout le monde. Il faut que tu puisses repérer le danger au plus vite pour agir en conséquence, c'est ton rôle.




Prise de 5 niveaux - Evolution en Luxio




Espèce : Luxio
Niveau : 15
Talent : Cran
Attaques : Charge / Regard Touchant / Chargeur / Etincelle
Inventaire GTs : ~





Stamps:
 
~ Avatar by myself ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 10/01/2016
Messages : 993

Région : Alola
Sam 7 Juil 2018 - 15:29

J’avais marqué un temps d’hésitation avant de m’approcher des autres. Pour l’une des premières fois de ma vie, je n’étais pas vraiment certaine de ce que je devais faire. En règle générale, je n’hésite pas comme cela. Une fois que j’ai une idée dans la tête, je fonce sans même me poser de question. Ce qui a tendance à exaspérer Claes, mon Second, qui tente de me raisonner lorsque cela est nécessaire. Mais je ne lui rends pas le quotidien très facile avec mon entêtement et mon envie d’aller vers l’avant. Il est toujours dans l’obligation de jouer avec mes humeurs pour ne pas me froisser. Il sait pertinemment que je n’hésiterais pas à le jeter par-dessus bord. Il ne resterait pas bien longtemps dans l’eau grâce à nos compagnons, mais l’eau froide ce n’est pas forcément agréable, alors je le comprends. Je crois même que c’est devenu un jeu pour nous cette histoire de provocation. Mais ce n’était pas vraiment le sujet du moment. J’avais bien d’autres choses à faire que de penser à mon équipage et aux relations que j’entretenais avec eux. Surtout que visiblement, ils n’étaient pas là. Ils avaient disparu, tout comme mon navire et tout ce qui constituait mon quotidien. Il ne restait plus rien de ce que je connaissais. Je ne savais même pas où j’étais et visiblement les deux seules personnes qui se trouvaient à proximité de moi, c’était ces deux pokémons.

J’avais commencé à me rapprocher, parce que je cherchais à comprendre. Je voulais des réponses. Et j’espérais pouvoir en obtenir auprès d’eux. Mais vu ce que j’entendais de leur conversation, j’avais surtout l’impression d’être l’intrus qui se pointait au milieu de retrouvailles entre personnes qui se connaissaient. Mais c’était bizarre. Et surtout, avec cette histoire de queue qui remue parce que le Caninos était content de la voir, c’était vraiment étrange. Et cela me faisait vraiment penser à autre chose. En entendant cette phrase, j’avais eu une tout autre image dans la tête. Et je me demandais si je ne regrettais pas d’avoir entendu ça. C’était dérangeant d’avoir ce genre de pensées pour une première rencontre. Même si j’étais plutôt libérée vis-à-vis de tout ça, je n’étais pas certaine de réellement aimer que les choses débutent de cette manière. Je tentais d’effacer tout cela de mon esprit tout en me présentant à eux. Et je tentais d’intégrer les informations. Ils dormaient tous les deux avant de se retrouver ici, mais séparément, sinon ils n’auraient pas posé la question. C’était déjà ça. J’avais un peu moins l’impression de tenir la chandelle. Il parlait de la Ligue, et il disait qu’il s’appelait Ruven. Non ? Ce serait vraiment lui ? Je ne le connaissais pas vraiment, j’en avais seulement entendu parler par Claes quand il avait tenté de me faire un cours sur le sujet. Mais je n’arrivais pas à y croire. Ce n’était pas possible. Je ne pouvais pas me retrouver devant une célébrité de ce genre. Si j’étais en train de rêver, cela ne pouvait pas être de personnes que je ne connaissais pas. Et surtout, je ne pouvais pas inventer des propos de ce genre pour eux. Il y avait forcément un truc, même si je ne comprenais pas de quoi il s’agissait.

— Attends. Tu es Ruven ? Le Ruven de la ligue ? Celui que les dresseurs aspirent à battre pour attester de leur haut niveau ?

Sous l’effet d’un pokémon pendant que vous dormiez ? Je ne savais pas vraiment. Je me demandais quel genre de pokémon pouvait être capable de faire ça. La seule chose que je voyais, c’était un regroupement de types psy. Mais je n’étais pas vraiment une spécialiste de ce genre de créature. Ce n’était pas vraiment ceux qui me passionnaient, j’avais mes préférences, et je n’en avais pas encore rencontrés qui peuvent convenir à mes standards. Je devais avouer qu’en matière de pokémon, j’étais plutôt difficile. J’avais tendance à fonctionner aux coups de coeur et à ne choisir que des créatures me faisant rêver, d’une matière ou d’une autre. Toutefois, même si je n’y connaissais pas grand-chose, je doutais fortement qu’un simple groupe de pokémons sauvages puissent faire ça. Pour moi, l’envergure de cette histoire était bien trop importante. Surtout que si j’avais bien entendu, le dénommé Ruven disait qu’ils étaient dans les environs de la Ligue lorsqu’ils se sont endormis. Et d’après les maigres souvenirs que j’avais de ce que Claes me racontait, ce lieu se trouvait dans la région de Johto. Ce qui faisait relativement loin de l’endroit où je me trouvais puisque mon navire était au mouillage dans la région d’Alola la dernière fois que je l’avais vu.

— Tu penses qu’un seul pokémon pourrait à l’origine de tout cela ? Parce que si j’ai bien compris, vous étiez dans la région de Johto ? Moi je me trouvais sur mon navire, au large d’Alola. Pour couvrir une zone aussi large, il faudrait beaucoup de puissance, non ?

Trouver d’autres personnes se trouvant dans la même galère que vous ? Oui, ça me convenait comme plan. Si nous pouvions obtenir des informations sur ce qui nous arrivait, cela me plairait bien. De quoi manger et boire ? Je signais également. Je n’allais pas cracher dessus. Pour survivre, nous en aurions sans doute besoin. Et s’il sentait un cours d’eau dans la direction de la pente, je le croyais. Au regard du pokémon qu’il incarnait, c’était sans doute lui qui possédait le meilleur odorat. Ce dont j’étais certaine, c’était que je ne sentais absolument rien.

— Ca me va. Allons donc dans cette direction. Peu importe ce que l’on trouve, ça devrait nous être utile, d’une manière ou d’une autre.

Suivre Ruven, cela ne me posait pas de problème. Du moment que ce qu’il proposait n’allait pas à l’encontre de mes idéaux, cela me convenait. Par contre, pour l’autre pokémon, celle qui disait s’appeler Mev, tu n’avais pas la moindre envie de la suivre. Le regard qu’elle me jetait ne me plaisait absolument pas. Je ne savais pas qui elle était, mais elle ne me plaisait déjà pas. J’avais la sensation qu’elle faisait partie de ces bonnes femmes frigides avec lesquelles il est tout simplement impossible de plaisanter. Le genre d'individu n'étant même pas capable de comprendre mes envies de libertés ou ce qui pouvait bien me pousser à vivre comme je le faisais. Oui. J’en avais presque la certitude. Elle avait changé à partir du moment où j’avais commencé à dire que je voulais retrouver mon corps avantageux. Alors elle devait forcément être de ce genre-là. Elle ne connaissait rien, et elle me jugeait déjà. Bon. Pour être honnête, je le faisais également, mais comme elle avait commencé avant, cela ne comptait pas vraiment, si ? Je n’en savais rien. Je voulais seulement sortir de là au plus vite. Je disais m’inquiéter pour mon corps, mais en réalité c’était plutôt pour mon navire que j’angoissais. Je me demandais si la vie continuait pendant que je me retrouvais coincée ici. Et dans ce cas-là, ce ne serait vraiment pas drôle. Une catastrophe risquait de survenir si je n’étais plus là pour distribuer les ordres.

Je me mets donc en marche. Même si ce n’est pas franchement ce que je préfère. Au moins, mon nouveau corps semble bien plus habitué à cet exercice que mon enveloppe habituelle. D’ailleurs, je ne sais toujours pas vraiment ce que je suis. Ce qui n’est pas vraiment pratique. Parce que si le Caninos est capable d’utiliser des flammèches et que l’autre peut visiblement se servir de l’électricité, moi je ne sais toujours pas de quoi je peux me servir. Ce qui pourrait pourtant être une bonne chose. Parce que sinon, en cas de problèmes, je risquerais de galérer.

— Dites, vous savez ce que je suis devenue ? Avec cette vue, je ne parviens pas à reconnaître ma nouvelle forme.



Je vais prendre les 5 niveaux !

Espèce :Kungfouine
Niveau : 15
Talent : Régé-Force
Attaques : Ecras’Face / Yoga / Détection / Bluff
Inventaire GTs :



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 14/12/2013
Messages : 5036

Région : Kalos / QG Ligue 4
Lun 9 Juil 2018 - 11:51
« Attends. Tu es Ruven ? Le Ruven de la ligue ? Celui que les dresseurs aspirent à battre pour attester de leur haut niveau ? »

Même si je n’étais pas dans mon corps normal, c’est vrai que mon prénom n’était pas banal et permettait de m’identifier très vite. Je voulus sourire à Irina pour confirmer ses questions - ce qui revenait dans mon enveloppe actuelle à remuer la queue un peu plus.

« Oui, en personne. Même si je te l’accorde, ça ne se voit pas vraiment… Mais Mev me connait, elle peut sûrement attester que c’est bien moi. »

Quand Mev confirma qu’elle aussi était endormie avant de se réveiller dans son corps de lixy, j’hasardai les seules hypothèses qui me venaient actuellement en tête. Elles étaient bien maigres c’est vrai, mais en même temps la seule fois où j’avais entendu parler d’humains coincés dans des pokémons cela remontait à l’expérience ratée de ce fameux ingénieur kantoien qui était à l’origine du système de stockage des pokéballs. Alors, effets d’un pokémon ou véritables manipulations scientifiques qui avaient transformé notre corps ? La répartie d’Irina me permit de resserrer un peu plus le champ des possibilités.

« Tu penses qu’un seul pokémon pourrait à l’origine de tout cela ? Parce que si j’ai bien compris, vous étiez dans la région de Johto ? Moi je me trouvais sur mon navire, au large d’Alola. Pour couvrir une zone aussi large, il faudrait beaucoup de puissance, non ?

- Hum, c’est sûr. Mais en même temps il serait très étrange que des humains aient pu faire une chose pareille à une aussi grande échelle, à moins de céder à des théories complotistes. Cela me parait un peu compliqué qu’un seul pokémon puisse être à l’origine de tout cela, mais c’est pas impossible. Après tout nous avons la preuve désormais que certains pokémons que l’on pensait légendaires existent vraiment, comme Arceus ou Lugia. Pour les avoir déjà vus, ça ne m’étonnerait pas que des pokémons pareils puissent avoir un tel pouvoir.
»

Bon, essayer de comprendre ce qui nous était arrivé était une bonne chose mais sans information supplémentaire nous n’irions pas bien loin. Je proposai donc que l’on s’éloigne pour trouver d’autres personnes ou au moins de quoi combler les besoins de nos nouveaux corps et les filles acceptèrent de me suivre. C’est vrai que de nous trois je devais être celui qui avait les sens les plus affûtés et donc le mieux placé pour guider le groupe. Même si je pense que je l’aurais fait même sans ça, j’avais des tendances à me comporter en leader.
Je pris donc la tête de la marche, la truffe en l’air pour retrouver l’odeur d’humidité que j’avais perçue un peu plus tôt. Irina marchait derrière moi et Mev suivait à l’arrière, ce qui ne m’étonnait pas d’elle. Je suppose que même dans ces circonstances très étranges elle tenait toujours à son rôle de garde du corps, quand bien même nous étions loin d’être dans un cadre professionnel.


« Dites, vous savez ce que je suis devenue ? » demanda Irina alors que nous étions déjà en route. « Avec cette vue, je ne parviens pas à reconnaître ma nouvelle forme.

- Tu es une kungfouine.
» répondis-je en m’arrêtant une seconde pour vérifier la direction à prendre. « C’est un pokémon combat originaire de la région d’Unys. Ils sont spécialisés dans les attaques au corps à corps et sont très rapides, même s’ils ne sont pas très puissants. » Je tournai la tête vers elle avec un air d’excuse. « Pardon, tu le savais peut-être déjà. En tout cas c’est par là, je crois. »

Je trottinais devant, n’hésitant pas à prendre de l’avance sur les filles pour vérifier le chemin, et au bout de quelques minutes nous parvînmes en vue du ruisseau. C’était plutôt rassurant de trouver une source d’eau, si la situation viendrait à se prolonger nous pouvions au moins nous assurer de ne pas mourir de soif… Nous nous approchâmes de l’onde pour boire un peu et je voulus mettre mes mains en coupe, avant de prendre conscience que c’était un réflexe d’humain. Les caninos, ça lape. Je me penchai donc au-dessus de l’eau pour essayer de faire rentrer l’eau dans ma bouche avec la langue mais c’était vraiment pas pratique. A chaque mouvement je réussissais à faire entrer quelques gouttes mais j’avais l’impression que ça me prendrait une éternité pour boire ne serait-ce que deux vraies gorgées.

« Mais quelle galère. » commentai-je en relevant la tête, ce qui me permit au passage de constater que j’avais bu salement et que les poils de ma gueule dégoulinaient sur mon poitrail. J’eus l’étrange réflexe de m’ébrouer, ce qui envoya des gouttes voler sur mes camarades. « Oh pardon, j’ai pas pu m’en empêcher. »

Je n’insistai pas plus, l’eau m’étant de toute façon assez désagréable, et regardai un peu les alentours le temps que mes compagnes finissent. Je pensais avoir trouvé l’endroit où le ruisseau prenait sa source, il y avait en effet une sorte de grotte de laquelle l’eau sortait en amont. En dirigeant ma truffe dans cette direction je pris conscience d’une multitude d’odeurs de déjections, de petits cadavres ainsi que d’êtres vivants dégageant les mêmes effluves. Un troupeau ? D’autres humains transformés comme nous, ou bien de vrais pokémons ? … Est-ce qu’on pouvait les manger ?

« Il y a du monde par-là. » dis-je en levant la patte vers la grotte. « Plein de petites créatures. Je ne sais pas si elles pourront nous renseigner mais ça peut valoir le coup d’essayer, non ? Et si elles se montrent agressives… euh, on les chasse ? Je vous avoue que rien que de sentir leur odeur là je suis à deux doigts de baver. »

Situation:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Agent Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 28/03/2016
Messages : 933

Mer 11 Juil 2018 - 15:40
Cette Irina a directement fait le lien entre le prénom de Ruven et son statut. Et vu ce qu’elle a pu avancer sur son physique, tu crains qu’elle ne vienne s’approcher du champion, par simple appât du gain, à partir de sa réputation. D’accord, Ruven a le tutoiement facile, mais le fait qu’Irina embraye là-dessus en ayant connaissance de la personne qu’il est, tu tiques. Tu n’aimes pas ça. Ruven est sans doute un peu naïf, tu as l’impression de rester méfiante pour lui. Sans doute est-ce réellement le cas. En tout cas, tu es payée pour cela. Mais au-delà de ça, même dans ces conditions dans lesquelles tes fonctions ne comptent plus, tu feras barrage pour le protéger des dangers. Personne ne viendra lui faire du mal avec toi aux alentours, tu comptes bien y veiller. D’ailleurs, tu suis la discussion entre les deux autres Pokémon en présence sur l’origine possible de votre situation. Ce n’est pas tant le sujet qui t’intéresse, car tu te fiches de ce qui vous à conduit à cet état, mais la réflexion derrière. Cela pourrait au moins vous renseigner sur les éventuelles menaces qui peuvent peser sur vous. Tu restes toujours sur tes gardes, afin d’être prête à intervenir au besoin.

Vous avancez donc, dans les pas de Ruven qui semble être vraiment concentré sur ce qu’il sent. Ce doit être dingue d’avoir son olfaction décuplée de la sorte, et perturbant également, en comparaison de nos faibles capacités d’humains. En dehors de cette agilité plus fluide et de cette vision légèrement accrue, tu n’as pas eu l’occasion de vraiment expérimenter cela. Tu aimerais bien pouvoir te rendre utile de la sorte. Sans doute que ton tour viendra. En avant, tu vois Irina s’approcher de Ruven pour lui parler. Tu ne connais pas la teneur de leur échange, mais tu aurais apprécié posséder une ouïe suffisamment développée pour le savoir. Dans tous les cas, il était concentré sur l’odeur qu’il suivait au-devant de vous. Alors pourquoi venir le déranger ? Ne pouvait-elle pas tout simplement s’abstenir le temps d’arriver jusque là-bas ? Tu lâches un soupir. Tu espères qu’elle ne lui a pas mis le grappin dessus, sinon, tu n’hésiteras pas à t’imposer. Tu ne sais pas comment, mais tu lui feras comprendre qu’elle doit laisser Ruven tranquille. Tu n’aimes pas ça, qu’on tourne autour de Ruven par intérêt. La réputation montée par les tabloïds le desservent, tu as très vite pu t’en rendre compte, car ton idée était arrêtée sur le champion. Pourtant, il est bien loin de ça. Oui, c’est un bon vivant, tu as pu le comprendre. Mais il a toujours été d’une extrême courtoisie à ton égard. Il n’y a jamais rien eu de déplacé, en tout cas, tu ne t’en es jamais rendue compte. Donc de voir qu’on essaie de jouer là-dessus, et qu’on vienne altérer sa crédibilité, ça t’horripile. Tu as pu constater que c’est un homme des plus honnêtes et gentils qui soit. Tu ne tolères pas qu’on veuille en profiter. Tu sais que dans cette optique, tu dépasses tes prérogatives de garde du corps, sauf que tu t’en fiches. Tu es là pour le protéger. Point.

Vous avez repris peu à peu la route, et vous êtes finalement arrivés à un cours d’eau, comme l’avait flairé Ruven. C’est incroyable ce qu’il est capable de faire en temps que Caninos, et puis ça lui correspond très bien. C’est d’ailleurs une sacrée coïncidence, à moins qu’il y ait une sorte de logique derrière. Mais dans ce cas, pourquoi t’être retrouvé dans le corps de ce Pokémon électrique ? Tu n’as pas d’affinité particulière avec ce type, contrairement à Ruven et son type feu, tu ne possèdes d’ailleurs pas de Pokémon électrique. Tu ne comprends pas vraiment s’il y a un lien entre tout cela. Qu’importe, maintenant, tu es ce que tu es, et tu dois t’y adapter le mieux possible. Un félin, c’est sans doute déjà ça de pris. Tu vois le champion se diriger vers l’eau, et se pencher pour boire. Tu attends qu’il ait fini pour aller te désaltérer à ton tour. Lorsque Ruven se relève, tu t’avances vers l’onde qui coule et il s’ébroue devant toi, t’envoyant de l’eau au visage. Quelle horreur ! Tu t’assois immédiatement et commences à lécher ta patte pour la passer sur ton visage, tu frottes pour enlever cette eau. Puis tu viens à lécher le reste de ton pelage, là où tu as senti l’eau tomber. Tu sens que tu ne peux pas t’arrêter tant que tu ne te sens pas propre. Typiquement félin. Tu bois alors, en lapant quelques gouttes d’eau. Cela ne semble pas très efficace comme technique. Pourtant, tu n’as pas vraiment d’autre possibilité.

Il y a du monde par-là. Plein de petites créatures. Je ne sais pas si elles pourront nous renseigner mais ça peut valoir le coup d’essayer, non ? Et si elles se montrent agressives… euh, on les chasse ? Je vous avoue que rien que de sentir leur odeur là je suis à deux doigts de baver.

Tu suis du regard la patte du Caninos qui se lève et poses alors les yeux sur un renfoncement dans la paroi de la montagne, une grotte. Ruven a senti quelque chose par là-bas, de l’activité. Ton odorat n’est pas aussi développé que le sien, mais tu perçois quelque chose que tu ne parviens pas à identifier, un mélange d’odeurs qui ne te plaît pas vraiment. Pour autant, il a raison dans ce qu’il dit. Il faut qu’on aille voir à l’intérieur si jamais ceux qui sont à l’intérieur peuvent vous informer un peu plus sur ce qu’il se passe. Si jamais ça tourne mal, et bien il faudra sortir les crocs et les griffes. Ce n’est pas ce qui t’effraie. Par contre, à l’idée de voir Ruven saliver excessivement à cause de l’odeur, cela te dégoûte un peu. Pauvre de lui, s’il vient à se baver dessus, il tient tellement à être propre sur lui en toutes circonstances. Ça risque d’un peu taper dans son ego. Enfin, s’il faut y aller, autant se lancer.

Je suis d’accord. Il faut qu’on en sache un peu plus, au moins où on se trouve. Si on peut obtenir ces informations, il ne faut pas hésiter.

Tu bondis en tête de peloton. Cette fois-ci, tu es décidée à ouvrir la marche, à servir de sentinelle. Tu sais que tu possèdes de très bons réflexes et que tu sais te battre dans ton corps d’humaine, mais avec ce corps-ci, tu n’as pas eu l’occasion de vraiment te mettre au point. Pour autant, tu sais repérer très vite d’où vient le danger. Tu t’approches de l’entrée de la grotte et constates que ta vision s’adapte à l’obscurité, de sorte que tu y vois parfaitement clair. C’est très intéressant, et très pratique. Cette nyctalopie est un sacré avantage pour un milieu telle que cette grotte ou tout simplement lorsque la nuit tombera. Tu entres dans la grotte et te rends très vite compte de la saleté du sol. C’est vraiment peu ragoutant. Pour autant, il vous faut avancer, pour trouver les Pokémon à l’intérieur de cette cavité. Tu entends du bruit, ce qui confirme ce que disait Ruven. Vous devriez tomber sur quelque chose au bout d’un moment.




Prise de 5 niveaux




Espèce : Luxio
Niveau : 20
Talent : Cran
Attaques : Charge / Morsure / Chargeur / Étincelle
Inventaire GTs : ~





Stamps:
 
~ Avatar by myself ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 10/01/2016
Messages : 993

Région : Alola
Sam 14 Juil 2018 - 2:37

Je n’en revenais pas. En quelques mots, il avait confirmé qu’il était bien ce fameux champion de la ligue dont Claes m’avait parlé. Celui pour lequel il souhaite que je m’entraîne. Celui pour lequel on devait s'entraîner. Parce que je le lui avais annoncé directement, il était hors de question que je me lance toute seule dans cette entreprise. S’il souhaitait que je combatte dans les arènes de la région afin de décrocher le droit de me mesurer aux plus grands champions, il devrait le faire à mes côtés. Je ne voyais pas vraiment ce que cela pourrait nous apporter de nous mesurer à eux et de les vaincres, mais mon second semblait persuadé que les bénéfices que l’on pourrait en tirer me feraient très rapidement changer d’avis. Selon lui, cela nous permettrait de nous faire une meilleure réputation. Il avait commencé à m’en parler lorsque je lui avais rapporté ma conversation avec ce lieutenant de la team Aqua, celui que j’avais rencontré dans la région de Hoenn, lorsque j’avais emmené Pieter dans ce parc d’attractions aquatique. Après cela, nous avions passé de nombreuses soirées à discuter de la proposition qui m’avait été faite et qui s’étendait à l’ensemble de mon équipage, s’ils désiraient en profiter. Nous avions, ensemble, étudié cette idée. Pendant un long moment, nous avions quelque peu douté. Après tout, j’appréciais relativement bien la vie que nous avions jusqu’alors, et lui aussi. Même s’il y avait des choses que je souhaitais voir changer et que l’ennuie me tombait parfois dessus. Finalement, j’avais pris une décision, sur laquelle mon cher ami m’avait suivi. Et c’était à ce moment-là qu’il avait commencé à me parler de cette histoire de champions d’arènes, de badges et de champions de la Ligue. Il me disait que cela nous permettrait d’être meilleurs, plus efficaces, plus reconnus également. Selon lui, cela représenterait une véritable chance pour nous d’atteindre les sommets de cette team. Et si nous pouvions prouver à tous notre valeur au combat, nous obtiendrions des opportunités bien plus intéressantes que ce à quoi nous avons aujourd’hui le droit. Alors forcément, me retrouver face à ce fameux grand champion au sujet duquel Claes me cassait sans cesse les oreilles, c’était tout simplement incroyable. Bon. Par contre, je devais avouer que cela était plutôt gênant de le voir remuer de la queue ainsi après ce que je l’avais entendu dire un peu plus tôt. Sous mon apparence habituelle, j’aurais sans doute laissé un sourire s’installer. Mais avec ma nouvelle face, cela devait sans doute ressembler à une grimace ou quelque chose dans ce genre-là.

— Même sous une forme humaine, je ne l’aurais pas remarqué. Je ne te connais que de nom, parce que mon second passe ses soirées à me vanter ton talent en ce qui concerne les pokémons. Cela fait des semaines qu’il me pousse à entraîner ma jeune Hélionceau et mes autres compagnons en vue de gagner des badges.

La dénommé Mev avait effectivement répondu qu’elle était endormie avant de se réveiller sous cette forme particulière. Pour les hypothèses, cela ne m’aidait pas vraiment au final. Et Ruven avait raison. Je n’imaginais pas un seul instant que cela puisse être l’oeuvre d’êtres humains. L’échelle d’action était bien trop grande. Et même avec des théories complotistes, cela te semblait tout bonnement impossible. Un seul pokémon, tout du moins une créature habituelle, ne pourrait pas non plus réussir à faire quelque chose dans ce genre-là. Ruven avait ensuite commencé à parler de pokémons légendaires en disant qu’ils existaient vraiment. Tu n’avais jamais cru à ces histoires, mais il affirmait que nous avions des preuves de l’existence de créatures comme Arceus ou Lugia. Moi, personnellement, je n’en avais pas. J’avais entendu parler de rumeurs, mais elles m’avaient toujours semblées être particulièrement loufoques. Mais il disait qu’il les avait déjà vus. Serait-ce réellement possible ? Je n’en savais rien. Ce n’était pas facile de croire une personne que l’on vient tout juste de rencontrer, même le grand Ruven, sur un sujet aussi complexe.

— Tu veux dire qu’ils existent réellement et que tu les as vus de tes propres yeux ? Moi qui pensais que ce n’était que des balivernes destinées à faire rêver ou à effrayer les enfants. Et tu connaîtrais une créature qui pourrait avoir ce genre de pouvoir ? Je dois avouer que j’avais toujours classé ce genre d’histoires dans la case des balivernes sans le moindre intérêt.

Finalement, puisque nous n’avions pas de véritables réponses pour le moment, Ruven avait proposé que l’on s’éloigne afin de trouver de quoi sustenter nos nouveaux corps. Et il existait une chance que l’on puisse faire des rencontres. J’avais immédiatement accepté. De toute façon, nous ne gagnerions pas grand-chose à rester ici, alors autant tenter notre chance ailleurs. Ruven en tête, Mev à l’arrière et moi au milieu, notre cortège s’était donc mis en route. Il avait les sens les plus développés visiblement, alors je trouvais normal qu’il occupe cette place. Par contre, je pensais que son amie chercherait à être plus proche de lui. Alors forcément, je trouvais un peu étrange qu’elle ait attendu que je me mette en route afin de se placer à ma suite. Elle ne semblait pas spécialement amicale à mon égard, alors j’avais quelques difficultés à comprendre ce qu’elle souhaitait réellement dans cette histoire. Intriguée et encore curieuse au sujet de plusieurs points, j’avais légèrement accéléré l’allure afin de me rapprocher de Ruven. Puisqu’il semblait être le plus amical, c’était sans doute auprès de lui que j’avais le plus de chances d’obtenir des réponses. J’étais donc une Kungfouine. Je ne savais absolument rien de cette espèce. Mais par chance, il avait poursuivi ses explications, ajoutant qu’il s’agissait d’un pokémon de type combat originaire de la région d’Unys. J’étais donc devenue une spécialiste des attaques au corps à corps ainsi qu’une créature particulièrement rapide et pas forcément puissante de base. La description était plutôt intéressante. Bien que pour le moment, cela ne m’avançait pas vraiment.

— Merci pour les réponses ! Je ne connaissais absolument pas ce pokémon, alors toutes les informations sont bonnes à prendre. Même si pour le moment, cela ne me renseigne pas vraiment sur mes capacités. Mais me battre au corps à corps, je devrais en être capable normalement.

Au bout de quelques minutes de marche, durant lesquelles Ruven m’avait parfois largement distancé, sans doute dans le but de s’assurer de la bonne direction à suivre, nous étions parvenus à un ruisseau. Cela tombait bien. Je ne m’en étais pas rendu compte avant, mais j’avais rudement soif. Alors, trouver enfin quelque chose capable de résoudre ce problème avant même que je n’en aie eu conscience, je trouvais que c’était une bénédiction. J’avais également de la chance, car contrairement à la forme des deux personnes qui m'accompagnaient dans cette histoire si particulière et qui les empêchaient de boire comme ils auraient pu le faire sous leur forme humaine, moi j’en avais encore la capacité. Je m’étais alors laissée tomber à genoux afin de profiter de ce liquide particulièrement rafraîchissant et bienfaiteur. Il fallait que j’en profite, parce que j’étais presque certaine que notre chemin allait se poursuivre ensuite, et je ne savais pas quand j’aurais de nouveau la chance de m’hydrater. Par contre, je n’avais pas eu la chance d’éviter les gouttes d’eau lorsque Ruven s’était ébroué.

— Ma parole ! Ce n’est pas en Caninos que tu aurais dû te retrouver, mais en Groret !

Il avait ensuite indiqué la grotte en disant qu’il sentait la présence de créatures de petite taille. Il n’y avait pas la moindre certitude concernant la possibilité pour nous d’obtenir des renseignements, mais je me disais que cela pouvait valoir le coup de tenter l’expérience. Et puis en cas de problèmes, nous étions des pokémons désormais, donc en toute logique, nous pouvions nous débrouiller par nous même. Nous pourrions forcément passer à l’attaque, même si je n’avais pas la moindre idée de ce que je pourrais exactement faire. Mais je trouverais bien. Ruven avait dit que les Kungfouine étaient doués en combat rapproché, donc je pourrais toujours taper sur nos adversaires avec mes petites pattes en cas de besoin. Mais j’avais sans doute d’autres possibilités dans mon sac. Il me suffisait de les trouver et de découvrir comment je pouvais m’en servir.

— Je suis d’accord avec vous, autant y aller. Par contre, si tu pouvais éviter de baver à la simple évocation de leur odeur, ce serait sympa. C’est assez peu ragoûtant tout de même. Et sans doute pas très distingué pour un champion de la Ligue.

Mev était la première à être entrée dans la grotte. Je l’avais suivi ensuite. Je ne savais pas ce que l’on allait pouvoir trouver, mais désormais je sentais également les présences. Mes nouveaux sens m’indiquaient qu’il y en avait un peu partout sans pour autant que je ne parvienne à les distinguer ou à les localiser précisément. Alors je me contentais de suivre Mev. Soudain, mon instinct m’avait poussé à bondir en avant pour me placer devant le groupe. Dans le même élan, mes mains, ou ce qu’il en restait plutôt, s’étaient placés vers l’avant. Un peu comme si je tenais un bouclier vivant. Toujours était-il que je ne savais pas comment je l’avais fais, mais je venais de bloquer une attaque sans même en avoir conscience. C’était incroyable. Au sol se trouvait désormais un Nosferapti. Malheureusement pour nous, il était assommé. J’y avais sans doute été avec un peu trop de puissance.

— Désolée. Je crois que je ne maîtrise pas suffisamment encore. Celui-ci risque de ne pas nous servir à grand-chose. Mais au moins je sais me défendre. On va dire que ce n’est pas si mal, non ?



Je vais prendre les 5 niveaux !

Espèce :Kungfouine
Niveau : 20
Talent : Régé-Force
Attaques : Torgnoles / Yoga / Détection / Bluff
Inventaire GTs :



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ligue 4

C-GEAR
Inscrit le : 14/12/2013
Messages : 5036

Région : Kalos / QG Ligue 4
Lun 16 Juil 2018 - 15:26
« Même sous une forme humaine, je ne l’aurais pas remarqué. » Ah. J'avais donc un physique si oubliable ? Ça ne faisait pas du bien à l'ego ça. « Je ne te connais que de nom, parce que mon second passe ses soirées à me vanter ton talent en ce qui concerne les pokémons. » OK, c'était finalement plus acceptable. Et tiens, elle parlait de bateau, de second... serait-elle capitaine d'un navire ? Plutôt cool comme profession. Cela me rappela fugacement qu'étant gamin je voulais être pirate, mais je suppose que Irina exerçait un métier plus conventionnel. « Cela fait des semaines qu’il me pousse à entraîner ma jeune Hélionceau et mes autres compagnons en vue de gagner des badges.

- Ooooh, tu as une hélionceau ?
» Je pense que mes yeux pétillèrent de plaisir. Cette espèce était surtout utilisée en coordination et assez peu dans le monde du dressage, j’étais donc agréablement surpris de savoir qu’Irina entrainait la sienne dans la même optique que moi. « C’est un très bon pokémon, ton second a raison de te pousser à l’entrainer. Elle te fera gagner des tas de badges si tu en prends soin ! »

Quand nous discutâmes des raisons pour lesquelles nous nous retrouvions dans cette situation, j’abordai la question des pokémons légendaires. Cela parut surprendre Irina qui me demanda si j’étais sûr de ce que j’avançais car elle-même ne croyait pas en leur existence.

« Je ne peux pas attester que toutes les légendes sont vraies, mais en tout cas certaines le sont. C’est le cas de Lugia par exemple : ma collègue Lizbeth Grandt l’a déjà fait venir dans le stade de la Ligue pokémon contre Gaeriel Miya. Je ne sais pas si les pouvoirs de Lugia peuvent être à l’origine de cette espèce d’hypnose collective mais cela ne m’étonnerait pas. Sinon… si l’on devait s’en tenir aux légendes, il y aurait plusieurs candidats possibles. Notamment Darkrai et Cresselia qui sont censés être liés au sommeil. Mais nous n’avons aucune preuve de leur existence à ce jour, donc je préfère les écarter de la liste. »

***

M’ébrouer avait été un pur réflexe canin mais je n’en conçus pas moins de la honte en voyant les réactions de mes camarades. Irina me traita de groret (insulte que je trouvais un peu disproportionnée pour quelques gouttes d’eau) et Mev ne cacha même pas son dégoût en commençant une toilette minutieuse. OK je n’aurais pas apprécié non plus mais les filles exagéraient : ce n’était quand même que de l’eau, il n’y avait pas de quoi s’indigner autant.
Je laissai de côté cet incident et leur indiquai que je sentais de nombreuses formes de vie en direction de la grotte. Mev approuva vite ma proposition d’aller chercher des informations auprès d’elles, suivie par Irina – qui en profita pour me mettre un autre tacle au passage. Je la trouvais plutôt désagréable et vexante, ce qui me fit coucher les oreilles.


« Je n’y peux rien, c’est physiologique. » remarquai-je en grinçant des dents. « Les caninos ne sont pas réputés pour être des créatures très distinguées. Mais rassure-toi je n’ai pas l’intention de me baver dessus non plus, je compte me l’épargner et vous l’épargner à vous aussi. »

D’ailleurs, alors que Mev partait devant en éclaireur et qu’Irina la suivait, je me léchai les babines afin d’en retirer toute l’eau et la salive qui avaient pu s’y déposer. Evidemment dans mon corps d’humain j’aurais été mortifié de casser mon image de dandy avec des gestes aussi peu élégants, mais je connaissais suffisamment la famille arcanin pour savoir que je devais accepter calmement ces désagréments. Au final je restais toujours plus propre que Corvo quand il était petit.
Je clôturai le cortège alors que nous rentrions dans la grotte. Très vite il apparut que le sol était recouvert de fientes et de cadavres de rattatas et je tâchais de faire attention à ne pas poser les pattes dedans. Par contre, si la vue me dégoûtait un peu, je notai avec intérêt que l’odeur ne me dérangeait pas. En fait, c’était comme si la notion de bonne ou de mauvaise odeur avait disparu. Ma truffe sentait les déjections et traitait l’information comme une simple donnée, sans vraiment donner de jugement de valeur. Les cadavres ne me plaisaient pas car ils me donnaient l’impression de courir un danger, mais à part ça je n’étais pas écœuré outre mesure par l’odeur de mort. Et puis ces êtres vivants que je sentais… Je pense qu’objectivement ils puaient, mais mon cerveau ne voyait qu’une chose : ils se mangeaient sûrement. C’était vraiment particulier de sentir ces fragrances sans avoir de réaction de rejet alors que j’étais certain que mes sens d’humain auraient détesté tout ça.


« Hum, ils ne sont pas loin. » dis-je alors que des bruits de frottement me parvenaient. « Ou peut-être que si. Je ne sais plus trop évaluer les distances avec ma nouvelle ouïe. »

Une chance que je sois capable de les voir venir même dans l’obscurité de la grotte. C’était assez bizarre d’ailleurs de se rendre compte que je voyais presque mieux dans le noir qu’à l’extérieur, où les couleurs m’avaient paru fades. Je savais qu’il était impossible qu’il y ait une lumière naturelle dans la grotte et pourtant je distinguais très bien mes compagnes marchant devant moi. Tu m’étonnes que Corvo soit parmi mes pokémons les plus puissants, sa perception de l’environnement était tout bonnement incroyable.
Soudain, je vis Irina bondir vers l’avant et il y eut un enchainement de sons qui me parut être un combat. Mes oreilles pivotèrent dans tous les sens, cherchant à percevoir d’où venait la menace, mais le silence revint très rapidement.


« Qu’est-ce qui s’est passé ? » demandai-je en courant vers l’odeur de Mev. Je n’étais pas spécialement inquiet mais c’était devenu un automatisme de me rapprocher de ma garde du corps au moindre soupçon de danger, cela faisait partie de la procédure.

Mes yeux me permirent de répondre à ma propre question. Irina se tenait les deux paumes en avant et un nosférapti complètement assommé se trouvait à ses pieds. C’était elle qui avait fait ça ?


« Désolée. Je crois que je ne maîtrise pas suffisamment encore. » s’excusa-t-elle, confirmant mon hypothèse. « Celui-ci risque de ne pas nous servir à grand-chose. Mais au moins je sais me défendre. On va dire que ce n’est pas si mal, non ?

- C’est carrément génial même !
» m’enthousiasmai-je, remuant la queue à nouveau. « Comment tu as fait ça ? Ça t’est venu comme un instinct ? Tu l’as frappé ou ça a fait une sorte de champ de force ? »

J’étais beaucoup trop curieux, cela devait être vraiment étrange d’utiliser les capacités de son corps pokémon ! Cela me rappela d’ailleurs que je n’avais toujours pas essayé les miennes, et notamment la production de flammes. Alors que pourtant ! Quel enseignement cela pourrait être pour moi de ressentir précisément ce que mes compagnons de type feu vivaient à chaque fois qu’ils projetaient des flammes ! Mais pour l’instant, se concentrer sur le problème qui nous occupait.

« Bon, il semblerait donc que nous ayons à faire à un groupe de nosféraptis… Ce ne sont pas les pokémons les plus engageants qui soit, mais on ne sait jamais ça se tente. Peut-être que les circonstances de notre métamorphose sont telles qu’un groupe entier d’humains se sont transformés ensemble, qui sait. » Et puis au pire, cela nous permettrait d’apprendre que les vrais pokémons existaient aussi dans cette étrange réalité. C’était toujours une information bonne à prendre, notamment pour évaluer le degré de danger que nous courrions à rester sous cette forme.

Je reprenais la tête de la marche et passais à côté du nosférapti à terre quand soudain il s’agita. Je bondis sur le côté, les poils du dos hérissés, grognant de plus belle, et cette réaction fit paniquer la créature qui balança dans ma direction des ondes à ultrason – que mon ouïe très sensible jugea absolument insupportable.


« Arrête ça ! » gémis-je en tentant de plaquer mes oreilles contre mes conduits auditifs – en vain.

C’était un bruit insoutenable, tellement aigu qu’il me vrillait les tympans et me faisait crisser des dents. Deux secondes à subir cette agression et je perdis l’équilibre car le monde tournait devant mes yeux. Ma patte avant gauche me fit mal alors que je tombais à moitié dessus mais ce n’était pas le plus important. J’avais la nausée, une affreuse nausée. L’ultrason s’arrêta rapidement (l’une des filles devait être intervenue, et sûrement Mev) mais j’étais trop dans le gaz pour voir pourquoi. Puis la nausée se fit plus prononcée, il y eut comme un gargouillement brûlant dans ma gorge, l’impression de ne plus réussir à respirer et soudain un flux de chaleur qui remonta violemment ma trachée. La sensation me rappelait un peu un vomissement mais ce n’était pas ça, c’était moins désagréable et ça ne venait pas de mon estomac, plutôt de mes poumons… et quand ça sortit, je compris ce que c’était. L’environnement autour de moi s’illumina brièvement mais intensément alors que je projetai des flammes à quelques mètres de moi, par chance pas du côté des filles. Elles s’éteignirent presque aussitôt car il n’y avait rien au sol qui fut inflammable.


« Raaah… »

J’essayai péniblement de me remettre debout, pas encore remis de ma confusion. Je comprenais mieux pourquoi les pokémons semblaient devenir fous sous les ultrasons de nosféraptis, ça vous retournait complètement la tête ce truc… A tel point que je ne prenais même pas encore conscience que je venais vraiment de cracher du feu.
Par contre, ce dont je me rendis compte très vite, ce fut qu’il y avait maintenant des bruits d’ailes très nombreux qui venaient vers nous.


Situation:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Agent Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 28/03/2016
Messages : 933

Mar 17 Juil 2018 - 3:02
La discussion entre Ruven et Irina s’est poursuivie et tu en as intercepté quelques bribes au passage. Darkrai et Cresselia. Des mythes de Sinnoh. Ce qui te rappelle de lointains souvenirs, l’école, lorsque tes parents et toi aviez déménagé à Voilaroc et y avez vécu quelques années. C’est étrange de repenser à tout cela maintenant. Cela faisait longtemps que tu n’avais pas pensé à eux d’ailleurs. Pourtant, tu dois à nouveau les chasser de ton esprit pour te reconcentrer. Tu dois garder un œil sur tout ce qu’il se passe. C’est tout ce qui compte.



Dans cette grotte, tu n’as aucune difficulté pour distinguer ton environnement. C’est impressionnant. Tu ne fais quasiment aucune différence entre la lumière et l’obscurité. Et cela s’avérait être d’une grande aide pour te repérer dans cette grotte, surtout pour regarder où tu mettais les pattes. Car le sol est sale, extrêmement sale. Entre les excréments et les cadavres de rongeurs, il n’y avait décidément rien qui ne faisait envie de s’enfoncer davantage dans la grotte hormis la possibilité de trouver d’autres Pokémon en mesure de vous indiquer ce qu’il se passe. Et enfin tu vois quelque chose approcher. Un Nosferapti, avec son battement d’ailes frénétique. Forcément, à Kantô, ces petites bêtes sont répandues, alors ce n’est pas surprenant d’en retrouver dans l’obscurité d’une grotte. Ce qui te surprend par contre, c’est de voir Irina bondir sur le nouveau venu pour lui asséner un coup. Sérieusement ? C’est le premier Pokémon que vous parvenez à trouver depuis votre départ et elle l’assomme d’entrée de jeu ? Est-elle stupide ? Au lieu de tout simplement le laisser tranquillement venir pour entamer la discussion. D’accord, tu es le genre de personne qui sait apprécier une frappe chirurgicale. Mais pas une frappe stupide. Et celle-là l’est. A quel moment on tape avant de poser les questions ? A quel moment ça aide à obtenir des réponses ?

Qu’est-ce qui s’est passé ?

Rien de bon à mon avis.

Désolée. Je crois que je ne maîtrise pas suffisamment encore. Celui-ci risque de ne pas nous servir à grand-chose. Mais au moins je sais me défendre. On va dire que ce n’est pas si mal, non ?

C’est carrément génial même ! Comment tu as fait ça ? Ça t’est venu comme un instinct ? Tu l’as frappé ou ça a fait une sorte de champ de force ?

Tu t’étrangles en entendant cela. Et l’enthousiasme de Ruven te surprend. C’est un homme intelligent, qui sait analyser les situations, alors comment peut-il se réjouir d’un tel acte ? Même toi, tu ne serais pas intervenue avec violence sans connaitre les intentions de l’arrivant. Il faut que tu interviennes. Elle va vous mettre en danger.

Peut-être que réfléchir avant d’agir, c’est ce qui serait pas si mal, tu ne crois pas ? Toi tu cognes avant de poser les questions ? Et bien on voit l’efficacité ! Le pauvre n’a rien demandé à personne. On entre chez lui, il vient voir ce qu’il se passe et tu l’agresses. Il n’y a rien qui te choque ?

Et puis cette manière de parler. « Celui-ci risque de ne pas nous servir à grand-chose. » Vous servir ? Elle comptait donc l’utiliser comme simple moyen de répondre à ses questions ? Tu as du mal à intégrer cela. Tu as du mal avec les émotions, avec la considération, avec le contact humain, mais elle, elle te répugne. C’est une manipulatrice. Et ta méfiance s’accroît à son égard. Pourvu que Ruven comprenne ton point de vue. Tu ne veux pas qu’il se mette en danger pour elle, car tu ne doutes pas une seule seconde que ça ne serait pas réciproque. A la différence de vous. D’ailleurs, le champion reprend la parole pour rationaliser tout ça, avec son lot d’information. Il reprend également la tête de la file. Le problème, c’est qu’en passant à la hauteur du pauvre Nosferapti, celui-ci se met à lâcher un son strident assez peu agréable. Tu vois alors Ruven s’effondrer sous ce bruit. Cela ne doit pas avoir le même effet sur lui.

Arrête ça !

Oui, il faut arrêter ça au plus vite. Alors tu poses ta patte sur le Pokémon et essaies d’y canaliser de l’électricité. Après tout, tu es de type électrique, tu devrais être en mesure d’envoyer une décharge pour faire perdre connaissance au Nosferapti sans le blesser pour autant. Et c’est ce que tu fais, ce qui met immédiatement fin à ces ultrasons qui bourdonnent encore dans tes oreilles. Tu secoues la tête et décides de t’approcher de Ruven pour vérifier que tout aille bien pour lui. Cependant, des flammes d’arrêtent immédiatement dans ta progression. Cela a illuminé la grotte l’espace de quelques secondes. Tu as eu chaud. Littéralement. Tu ne sais vraiment ce qui a poussé le champion à faire ça mais sans doute que c’est quelque chose d’incontrôlé, comme l’électricité qui t’a parcourue lorsque vous vous êtes retrouvés.

Ça va ?

Tu n’as pas le temps d’attendre la réponse qu’autre chose vient attirer ton attention. Du bruit. Beaucoup de bruit. Tu tournes la tête en direction du fond de la grotte et là… Tu les vois. Les Nosferaptis. En masse. Un nuage. Une marée. Celui que cette idiote avait frappé a dû donner l’alerte avec ses ultrasons. Qu’importe, il faut réagir. Et d’un bon, tu fais barrage devant Ruven pour le protéger. Tu sens l’électricité te parcourir et s’accumuler dans ton pelage. Tu sens vraiment toute cette énergie qui s’amplifie et devient de plus en plus forte. Ce n’est pas que ton pelage, c’est en toi. Il y a une sorte d’énergie qui te dépasse. Tu fermes les yeux, l’espace d’une fraction de seconde, et les rouvres presque aussitôt. Tu as l’impression d’être plus haute sur patte, et tu te sens plus forte. Tu vois également bien mieux. Tu te mets en position d’attaque. Entre les morsures, les ultrasons et le nombre d’assaillants qui foncent sur vous, tu dois restée concentrer pour éliminer les réelles menaces qui pèseraient sur Ruven. C’est ton maître mot. Il faut protéger Ruven, coûte que coûte. Irina est capable de mettre tout le monde en danger toute seule, alors elle devrait pouvoir se débrouiller tout aussi seule après tout !

Bien joué ! Ils semblent pressés d’entendre nos questions là !

Tu ne dissimules plus ton agacement. Ce n’est plus ce qui compte. Juste de survivre à ça. Pour te préparer, tu laisses à nouveau l'électricité se charger dans ton pelage. Tu es prête à passer à l'action.




Prise de 5 niveaux




Espèce : Luxio
Niveau : 25
Talent : Cran
Attaques : Hurlement / Morsure / Chargeur / Étincelle
Inventaire GTs : ~





Stamps:
 
~ Avatar by myself ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 10/01/2016
Messages : 993

Région : Alola
Mer 18 Juil 2018 - 20:50


Sur le moment, j’avais eu du mal à comprendre la réaction de Ruven. Et en vérité, je ne comprenais toujours pas. Mais il me semblait que ce n’était pas vraiment le moment de me pencher sur cette histoire. J’aurais peut-être l’occasion d’en parler un peu plus tard avec lui. Peut être même dans la réalité, en face à face, lorsque l’on serait enfin parvenu à nous débarrasser de nos apparences de pokémons. Mais j’avais bien vu son regard lorsque j’avais commencé à évoquer l’existence de Jeanne dans ma vie. Il avait changé, il était devenu plus brillant. J’aurais presque eu envie de dire pétillant. Et puis, il avait directement donné l’impression d’être particulièrement intéressé par le fait que je possède une créature de cette espèce. Il avait commencé à me vanter ses mérites en me disant qu’il s’agissait d’une très bonne créature. Il avait même appuyé Claes en me disant qu’il avait raison lorsqu’il me poussait à entraîner ma partenaire. Ruven avait même ajouté qu’elle me permettrait de gagner un grand nombre de badges si j’en prenais grand soin. Pour cela, ce ne serait pas compliqué. Jeanne, je l’adorais. Depuis qu’elle était en ma possession, entre nous c’était un véritable coup de foudre. Alors qu’à l’origine, je ne comptais même pas la garder. C’était un lot. Un butin supplémentaire en paiement de la bonne réalisation d’une mission. Je comptais la revendre pour sa rareté et empocher encore plus d’argent que ce qui avait été convenu à la signature du contrat. Mais j’avais craqué dès que je l’avais rencontrée. Elle était si mignonne avec sa démarche un peu pataude que je n’étais pas parvenu à résister. Alors elle était devenue ma coéquipière. Elle avait rejoint mon équipe, aux côtés de Rhum. Je me demandais si Ruven possédait lui aussi un Hélionceau. Ou peut-être son évolution. Au regard de ce que Claes avait pu me dire de lui, il était un grand dresseur. Alors cela ne m’étonnerait pas vraiment.

— Tu en possèdes un, toi aussi ? Quoique ce n’est peut-être pas vraiment le moment pour ce genre de conversation. On pourrait peut-être en parler plus tard ? En dehors d’un rêve, éventuellement, si l’on se souvient encore de tout cela à notre réveil ?

Ainsi, il avait des preuves que ces créatures légendaires existaient. Je n’en revenais pas. L’une de ses collègues était même parvenue à en capturer un ? Ou du moins à s’en faire un ami ? Ou peut-être un allié. J’avais quelques difficultés à y croire. Mais pour autant, je ne pouvais pas non plus mettre en doute la parole de Ruven. Il me semblait être le genre de personne en qui on peut avoir confiance. Pour autant, c’était compliqué d’envisager un bouleversement complet de mes croyances. Mais il avait raison. Pour le moment, nous n’avions pas la moindre certitude concernant l'existence de ceux qui pourraient être capables de faire ça. Alors ce n’était pas la peine de rester sur le sujet. Autant avancer et chercher un autre moyen de découvrir ce qu’il se passe.

***


J’y avais peut-être été un peu fort en comparant Ruven à un Groret. Après tout, ce n’était que quelques gouttes d’eau. C’était mieux que de la bave. Quoi qu’à la réflexion, il était tout de même possible qu’il y en ait un peu de mélangé à tout cela. Toutefois, je n’aimais vraiment pas cela. Je trouvais vraiment que c’était dégoûtant. Et au regard de la tête que tirait Mev, je n’étais pas la seule à ne pas vraiment apprécier ce comportement peu distingué. Mais je n’aimais pas ça, et j’avais eu un peu de mal à contrôler ma réaction. Ce n’était tout de même pas de ma faute si c’était le genre de truc qui me rebutait. Je passais mes journées à côtoyer des hommes, mais ce n’était pas une raison. Je les faisais avancer au pas. Et aucun d’eux n’aurait l’idée de faire quelque chose pouvant me rebuter. Ils savaient pertinemment que je serais sans pitié par la suite. Mais Ruven n’y pouvait rien s’il ne contrôlait pas sa nouvelle forme. Cela ne devait pas être simple à gérer de se retrouver subitement à se déplacer sur quatre pattes et de voir un museau à la place de son visage habituel.

— Hahaha ! Ne le prend pas comme ça, je rigolais avec la comparaison. En plus, si ça se trouve, ils sont plus distingués que toi actuellement !

Alors que l’on progressait dans la grotte et que ma vision commençait doucement à s’adapter à l’obscurité des lieux, je ne pouvais m’empêcher de regretter le fait d’être entré. Le bord de la rivière était bien plus agréable, même si quelque peu désertique en termes de population. Ce qui n’allait pas vraiment avec l’objectif de rencontrer d’autres individus que l’on s’était fixé. Entre les déjections qui recouvraient le sol et les cadavres de rongeurs, sans doute des Rattata, entre l’obscurité et l’odeur pestilentielle, il était réellement compliqué pour moi de pouvoir faire la différence. J’avais pensé au petit rongeur noir parce que j’estimais que sa corpulence était ce qui se rapprochait le plus des ossements que je pouvais apercevoir un peu partout sur le sol. Mais dans le fond, je n’avais pas la moindre preuve. et il était tout simplement hors de question que je m’en approche davantage ou que j’en prenne un entre mes pattes. C’était bien trop répugnant à mon goût. Mais je ne devais pas me concentrer là dessus, sinon ce serait encore pire. Et puis, les créatures qui vivaient ici n’étaient visiblement pas très loin. Bien que Ruven ne soit finalement pas très certain de la fiabilité de son flair pour estimer les distances.

Peu après ses mots, une créature avait foncé sur nous. Dans la précipitation, j’avais lancé une attaque. Je n’étais pas vraiment certaine de ce dont il s’agissait. J’avais seulement songé à lancer une attaque comme Abri ou encore Détection. Quelque chose qui pourrait agir comme un bouclier pour nous protéger. Mais cela n’avait pas fonctionné exactement selon mes plans. J’espérais seulement le bloquer. L’arrêter. Ou quelque chose dans ce genre-là. Mais je n’avais pas voulu lui faire de mal. Même si j’avais tout simplement horreur de ces créatures-là. Je ne savais même pas comment l’expliquer. Il n’y avait rien de rationnel dans tout cela. C’était juste que je ne supportais pas. C’était tout simplement une haine que je ressentais sans qu’elle ne prenne de sources dans un événement précis. C’est comme pour les personnes qui ne supportent pas les insectes. On ne sait pas pourquoi. On ne comprend pas comment nous en sommes arrivés là. Et pourtant, c’est bel et bien présent.

— Je ne sais pas trop. Je crois que c’était instinctif, oui. Dans ma tête, j’ai visualisé une sorte de bouclier qui pourrait nous protéger, et l’instant d’après je me retrouvais là avec les bras en avant et ce machin assommé par terre. Il ne me semble pas l’avoir touché directement, donc j’opterais plutôt pour un champ de force ? Enfin si c’est possible ? Je n’en sais absolument rien.

Lorsqu’elle avait pris la parole pour me critiquer, j’avais tourné la tête dans sa direction. Abandonnant provisoirement ma victime bien involontaire au sol. J’en m’en voulais déjà bien suffisamment sans qu’elle n’ait besoin d’en rajouter une couche. Et puis, elle pouvait toujours causer autant qu’elle voulait, en attendant, moi au moins j’avais tenté quelque chose pour le bien du groupe. J’avais certes légèrement échoué au niveau du résultat escompté, mais au moins l’intention y était. Ce n’était tout de même pas ma faute si mes attaques dites défensives étaient bien plus puissantes que je n’aurais pu l’imaginer. Alors qu’elle puisse venir me critiquer alors qu’elle n’avait strictement rien tenté, c’était plus fort que moi, cela m’énervait.

— C’était seulement une attaque de protection. Pour que personne ne soit blessé par l’attaque qu’il préparait. Une attaque Tranch’Air, on aurait eu bien mal. Tu ne l’avais donc pas remarqué chaton ? Maintenant, va donc miauler un peu plus loin et laisse-nous entre adultes.

Sur le coup, j’avais agi avec l’instinct. Mais maintenant que je pouvais réfléchir un peu plus librement, je comprenais enfin le fil de mes actions. Je ne savais toujours pas comment j’étais parvenu à agir aussi vivement, mais les images étaient très nettes dans mon esprit. J’avais détecté la préparation de son attaque de type vol en observant la position de ses ailes, et le reste s’était enchaîné. Sans réfléchir, mon corps avait pris la main afin de nous protéger. Si j’avais un peu mieux contrôlé mes nouveaux pouvoirs, j’aurais sans doute pu le faire plus tôt. La pauvre créature aurait alors eu le temps d’éviter mon champ de force. Ou ce que c’était. Puisque je ne comprenais toujours pas le fonctionnement de toutes ces conneries.

Au moins, Ruven ne semblait pas m’en vouloir pour ce petit désagrément. Et finalement, je me rendais compte que c’était bien la seule chose qui m’intéressait. L’autre pouvait bien baver autant qu’elle le désirait. Si elle était frustrée par son manque d’actions et d’anticipations dans cette histoire, ce n’était pas mon problème. Sa mauvaise humeur et ses regrets de n’avoir rien, elle pouvait se les garder pour elle, moi, je n’en avais strictement rien à faire. Alors que l’on se remettait en marche, avec l’espoir de trouver d’autres créatures qui accepteraient de nous parler, celui que j’avais involontairement assommé s’était mis à s’agiter. Il s’était finalement bien vite remis. Et maintenant il grognait et semblait encore plus énervé que précédemment. Ce n’était pas très bon. Il avait alors commencé à émettre un affreux ultrason. Ce n’était pas directement dans ma direction, mais je n’étais pas totalement sereine. Cela faisait mal aux oreilles tout de même. Ce n’était pas agréable. J’aurais voulu pouvoir aider Ruven qui était particulièrement en difficulté avec son ouïe surdéveloppée. Mais je ne pouvais rien faire. Le bruit me bloquait sur place. Mes pattes s’étaient collées à mes oreilles pour chercher à atténuer la douleur apportée par le son aigu. Sans même m’en rendre compte, j’étais tombé sur les genoux. Je ne comprenais pas. J’avais déjà subi des attaques de ce genre sous ma forme humaine, mais je n’avais jamais souffert à ce point là. Encore moins alors que ce n’était pas directement concentré sur moi. Là, j’avais seulement vu Ruven s’effondrer sans pouvoir ne rien faire pour l’aider.

Cette fois, c’était Mev qui avait agi en électrisant la créature. Aussitôt, les ultrasons avaient cessé. J’étais de nouveau libre de mes mouvements. Sans attendre, je me précipitais en direction de Ruven. Je voulais m’assurer qu’il n’avait rien. Mais il ne semblait vraiment pas en forme. Son équilibre semblait totalement contradictoire. J’avais l’impression qu’il pouvait s’écrouler d’un moment à l’autre. Alors qu’il ne me restait plus que quelques mètres à parcourir pour le rejoindre, un jet de flammes m’avait fait reculer d’un bond.

— Wow. C’était une attaque Flammèches ? Impressionnant ! Tu as ressenti quelque chose de particulier ?

Je m'emballais un peu avec cette histoire. Sans doute un peu trop même. Mais en même temps, ce n’est pas tous les jours que l’on a l’occasion de voir un être humain, transformé en pokémon, cracher du feu. C’était drôlement impressionnant. Mais ce n’était pas vraiment correct de mettre cela en priorité dans mes demandes. En tant normal, je ne me comportais pas de cette manière. Je ne me laissais pas souvent entraîner par mon excitation. Et maintenant, je m’en voulais réellement.

— Excuse moi, je m’emballe un peu… Tu vas bien tout de même ?

Et soudain, un bruit. L’espace d’un instant, je m’étais mise en pause pour concentrer sur mes sens. Mon ouïe n’était pas aussi développée que celle de Ruven, et peut-être moins que celle de Mev, mais je supposais que j’entendais la même chose qu’eux. Un bruit d’ailes. Important. Les créatures qui vivaient dans les environs étaient sans aucun doute en train de se précipiter vers nous. Mais je doutais un peu qu’elles aient très envie de répondre à nos questions. La seule chose que je voyais désormais, c’était que nous allions sans doute terminer comme toutes les créatures qui jonchaient le sol de leurs cadavres. Et l’autre qui l’ouvrait de nouveau. Comme si c’était de ma faute s’ils débarquaient. Moi, je n’avais fait que l'assommer. Et visiblement pas suffisamment, sinon il n’aurait pas eu la capacité de lancer son ultrason.

— Bien joué Cap’taine Obvious. Tu veux une médaille pour cette déduction ?

Je n’étais pas parvenu à résister pour cette nouvelle provocation. Je ne savais pas vraiment pourquoi, mais ça me tenait à coeur. Je ne la supporte tellement pas avec ses accusations à deux pokédollars alors qu’elle n’est pas capable de faire quelque chose d’utile. La seule chose qu’elle est parvenue à nous montrer pour le moment, c’était qu’elle pouvait produire de minuscule coup de jus. Même pas de quoi faire rôtir un fichu Nosferapti.

— Sinon, quelqu’un à une idée pour ne pas que l’on termine en cadavres nous aussi ? Je suppose que je peux refaire mon champ de force, mais je ne sais pas s’il tiendra face à un grand nombre d’adversaires.



Je vais prendre les 5 niveaux !

Espèce :Kungfouine
Niveau : 25
Talent : Régé-Force
Attaques : Météores / Yoga / Détection / Bluff
Inventaire GTs :



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Quizz (mon animal preferer)
» de l'homme ou de l'animal qui est le plus bete
» NOUBA CANICHE F GRISE 14 ANS ASSO REV'ANIMAL
» Après le garçon aux iris rubis, l'animal aux rubis ! - Mission rang C
» Feed the animal :: 28 fevr :: 14h28

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Les Îles Légendaires :: Île Pleine Lune :: Rêverie - Évent d'été-