AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» Le transporteur des cieux


avatar
Modo & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 07/01/2016
Messages : 4110

Région : Sinnoh
Dim 1 Juil - 21:19

Le transporteur des cieux

J'ai eu un coup de barre que je ne m'explique pas. Je me rappelle être rentré à la maison, d'avoir cuisiné avec Mère, puis d'avoir mangé, une fois Père et Tanguy là pour le dîner. Puis j'ai voulu aller faire un tour sur la plage, de nuit, seul. J'ai senti que j'en avais besoin. C'est le genre de chose que je fais quand j'ai envie de me ressourcer. J'ai fini par m'asseoir dans le sable, à fixer la mer, puis la lune, puis le ciel plus généralement, en m'allongeant. Puis il y a eu ce courant d'air qui m'a fait frissonner, et je me suis juste senti partir. La fatigue qui a dû tomber d'un coup. J'ai bien dormi, vraiment bien dormi, et là, je me réveille sur la plage. Ce n'est pas si surprenant. Je suis assez surpris que personne ne soit venu me chercher en voyant que je ne rentrais pas. C'est bizarre. Enfin bref, maintenant, il faut juste que je me relève. Et... Hurf... Hurf... Pourquoi je galère comme ça ? Sérieux, je n'arrive pas à me redresser là ! J'ai l'impression que je n'ai plus mes jambes pour les enfoncer dans le sable, pourtant j'agite mes pieds, mais ils bougent dans le vide, c'est super chelou ! Et puis pareil avec mes bras ! Je devrais pouvoir prendre appui sur mes mains quand même, mais non. Exactement pareil, j'ai beau secouer mes bras dans tous les sens, rien. Je ne fais rien de plus que de brasser de l'air. C’est pourri. Et ça ne fait aucun sens surtout. Je suis obligé de me balancer de gauche à droite pour prendre assez d’élan pour me mettre sur le ventre, encore que dans le sable, c’est une vraie galère parce que je m’enfonce un peu plus à chaque mouvement. Finalement, je me retrouve à plat ventre. Il faut que je pousse, avec mes bras étonnamment courts. Sacrés efforts dès le matin.

Au terme d’une longue lutte, je parviens à me mettre en position assise. J’en profite pour jeter un coup d’œil à mon propre corps, parce que c’est super chelou cette histoire de pieds et mains dans le vide. Et je… Whaaaaaaaat ? Mais c’est quoi ça ? Non mais ce n’est pas possible ! C’est quoi ce bordel ? Ce ne sont pas des bras et des jambes ça ! Ce sont des pattes. Et je reconnais très bien ces petites mains et d’autant plus la coquille quand je regarde mon ventre. Je suis comme Line. Je suis un Togepi. Mais comment c’est possible ça ? Bon, déjà, j’ai de la chance, je sais comment c’est un Togepi, comment ça fonctionne, ce que ça mange ou non, tout plein de choses, grâce à Line qui est à la pension. Il n’empêche que c’est bizarre, si je suis en Togepi, il faut que j’aille voir si d’autres ont été affectés comme moi, ou si mes Pokémon sont toujours là. Spyros comprendra que c’est moi s’il me voit. Je dois juste rentrer à la maison pour m’assurer que tout va bien. Rien que ça, ça me soulagerait. Je ne suis peut-être pas le seul dans cette situation. C’est super perturbant. J’ai encore du mal à percuter, mais je sais une chose : je ne peux pas rester dans la contemplation éternellement. Je dois agir. Faire quelque chose à mon échelle. Je ne suis qu’un Togepi, je suis tout petit, je n’ai aucune force, aucune vitesse, ni même vraiment de résistance. Il va falloir que je me débrouille pour tout de même pouvoir comprendre ce qu’il se passe. Sans doute qu’évoluer m’aiderait. Enfin c’est peut-être encore un peu tôt pour parler de ça, je viens de me réveiller en tant que Togepi. Là où ça devient une véritable épreuve, c’est que d’être un Togepi, ça veut dire faire la taille du Pokémon, et donc que la distance pour rallier chez moi, proportionnellement à mon nouveau corps, elle est devenue gigantesque. Super décourageant d’entrée de jeu. Mais je n’ai pas le choix.




Gain de 5 niveaux.




Espèce : Togepi (Fée)
Niveau : 10
Talent : Sérénité
Attaques : Rugissement / Charme / Métronome / Doux Baiser
Inventaire GTs : ~




 
Stamps:
 
~ Avatar by moi-même ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 07/01/2016
Messages : 4110

Région : Sinnoh
Lun 2 Juil - 9:26
C’est une véritable galère quand on a des petits pieds d’avancer dans le sable. Et puis quand on est petit tout court, en fait. Je ne m’étais pas senti aussi petit depuis bien longtemps d’ailleurs. Enfin, possiblement jamais, mais dans l’idée de ne pas faire la taille qu’il faudrait quoi. Surtout que c’est quasiment impossible de courir en tant que Togepi. Je vais m’épuiser au bout de deux secondes, ça va être génial, on va kiffer. Il n’empêche que je dois bien rallier la ville et mon chez moi surtout. Je suis super inquiet, mais pas forcément pour moi. Je me dis que c’est peut-être un état passager – j’espère bien – ou un phénomène global, ou juste un rêve. Mais pour le savoir, il faudrait que je me pince. Histoire de sortir du rêve si c’en est un. Ush… Ush… Non, mes bras sont trop courts, je ne peux même pas me pincer ! C’est vraiment la loose. Je n’aurais pas pu être un Pokémon avec de vrais bras, avec un corps plus ou moins normal, genre Machoc. Ou même un truc avec quatre pattes, ça aurait été plus simple pour ce déplacer que ça. Ok, je suis tout mignon tout plein, c’est un fait. Mais ça n’est pas vraiment utile, sauf si je rencontre d’autres gens, ça leur donnerait probablement confiance. Après tout, ne suis-je pas une source de joie ? Oh. Oooooooooooh. Mais c’est que ça me ressemble pas mal ça ! Une source de joie permanente, mignon à souhait, et qui veut que les autres soient heureux aussi. C’est moi. Et c’est Togepi. Wow. Mind blown. C’est quand même un peu cool vu comme ça. Après, ça serait d’autant plus cool si j’arrivais à me sortir de là. Vraiment. Parce que c’est la dèche. Le sable, c’est épuisant. Je commence déjà à fatiguer. Pour autant, je n’ai pas d’autre choix, sinon qu’est-ce que je fais ? Je reste planté là en attendant que quelqu’un se pointe ? Non, c’est mort, si ça se trouve je vais tomber sur un gars qui va croire que je suis un Pokémon sauvage tombé du ciel et vouloir me capturer. Merci, mais non merci. J’ai une famille et des Pokémon moi. Je dois aller les rejoindre au plus vite. On se concentre. Une. Deux. Une. Deux.

JE VOIS LA TERRE ! Enfin, techniquement, je suis déjà sur la terre, mais elle n’est pas forcément très ferme là. Je vais retrouver les routes, les rues, le sol pavé de dalles photovoltaïques. C’est un véritable soulagement que de sortir de cet enfer de sable. Il va juste falloir grimper les deux trois marches qui mènent à la plage. Hmmm. Je sens que ça ne va pas être simple. Je suis un Togepi quoi, je n’ai rien pour grimper. Je suis tout petit, je ne saute pas haut ni ne vole, enfin pour ce dernier point, pour l’instant, j’aimerais bien évoluer rien que pour ça. Sauf que je ne sais pas comment me faire évoluer, je dois me battre contre d’autres Pokémon pour me renforcer tout ça ? Oui, enfin, en théorie, ce n’est que ça, en pratique pas du tout. Togepi n’est pas du genre à avoir des attaques offensives. Ce qui complique un peu les choses, c’est vrai. Pour autant, j’essaie de rester confiant, je trouverais bien un moyen de m’en sortir. Après tout, l’improvisation, c’est ma vie, et en plus je peux faire des Métronomes à tout va, ce qui peut faire des trucs sympas. Ou des trucs qui ne servent à rien. Ou des trucs qui empirent la situation. Il faudrait que j’essaie tiens, pour ces marches. Je suis sûr que je peux arriver à quelque chose qui m’aidera. Je me lance, et envoie un coup de patte incontrôlé. Ok, c’est super bizarre. On dirait que lorsque j’utilise cette capacité, elle prend possession de mon corps le temps de l’attaque. C’est super perturbant. Et ça, aucune idée de ce à quoi ça correspondait, mais à n’a servi à rien. Je recommence. Je balance de la glace. Oulaaaa ! C’est violent niveau glace. Genre chaud chaud. Enfin, froid froid plutôt. Mais ça gèle un peu tout autour de moi. Super. Je ne peux même plus grimper sur les marches, parce qu’elles glissent maintenant. Pour être aussi puissant, Blizzard, voire même Glaciation. Allez, je recommence ! Je vais bien faire quelque chose d’utile à un moment. Je me concentre. Je me sens m’agiter, puis je vois des nuages se ramener. Oh non… Non… J’ai vraiment fait Danse-Pluie ? Il semblerait… parce que c’est bon, il pleut. Comme si j’avais besoin de ça. Allez, je vais forcément faire quelque chose qui m’aidera, au bout d’un moment. Je ne compte pas lâcher l’affaire comme ça. Allez, c’est parti. Et je sens que je prends impulsion et m’élève du sol. Roh yes, je savais que ça marcherait ! Je me retrouve entouré d’eau, c’est bon, j’ai, c’est Aqua-Jet. Il ne me reste plus qu’à me diriger. Et ce n’est pas si simple de tortiller son corps pour envoyer l’eau dans la bonne direction. Surtout en tant que Togepi, je n’ai pas trop la possibilité de me tortiller, je ne voudrais pas briser ma coquille et me retrouver nu. Et oui, j’ai passé l’escalier ! Mais comment on s’arrête maintenant ? Comment on s’arrête ? OUCH ! En se mangeant le sol, ça parait efficace. C’est un peu violent, pas agréable du tout. Je roule encore un peu, et voilà. Bon. Allez. On repart, en claudiquant certes, mais on repart.




Gain de 5 niveaux




Espèce : Togepi (Fée)
Niveau : 15
Talent : Sérénité
Attaques : Bâillement / Charme / Métronome / Doux Baiser
Inventaire GTs : ~




 
Stamps:
 
~ Avatar by moi-même ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 07/01/2016
Messages : 4110

Région : Sinnoh
Mar 3 Juil - 14:03
J’avance comme je peux, mais un Togepi, ça n’est pas adapté à la marche. Je vais des petits pas, des petits pas, toujours des petits pas. Je ne vais pas arriver chez moi de sitôt. J’aurais bien besoin d’une attaque qui m’aiderait à avancer, mais je ne suis pas certain que me fier une nouvelle fois à Métronome soit une bonne idée. Je l’ai déjà fait. J’ai fait geler tout autour de moi avant de faire tomber la pluie pour enfin utiliser une capacité pour m’aider, et ça a fini en crash de moi contre le sol. Je ne voudrais pas ruiner les installations. Je sais à quel point ça a coûté cher de faire entrer Rivamar dans cette nouvelle ère, donc si j’abîme quelque chose, je vais me faire déchirer. Donc je préfère éviter. Allez, on continue la marche, indéfiniment. Vivement que j’aie des ailes, ça facilitera tellement ma vie, parce que mes petits pieds qui dépassent à peine de la coquille, la mort. Ah, on arrive dans une pente, parfait. C’est mort, je ne marche plus, je me laisse glisser jusqu’en bas. C’est l’utilité de cette coquille non ? Je vais pouvoir rouler jusqu’en bas. Je m’assois et me positionne, puis pivote sur le côté avant de me laisser chuter.

Et je roooooooouuuuuule ! Oui je roule, roule, roule dans les rues de ma ville. Enfin, c’est drôle et excitant l’espace d’une demi-seconde. En fait, ça devient très vite désagréable. Genre la tête qui tourne, le mal de crâne, la perte de repère, la désorientation, le ventre tout retourné, la nausée, la mort intérieure. Ça ne s’arrête pas, j’ai l’impression que ça ne s’arrêtera jamais, que je ne m’arrêterai jamais. Pire idée de ma vie. Si ça continue, je vais vraiment vomir. Le petit poucet, c’était des miettes de pain, moi… Je laisse des traces, on va dire ça comme ça. Enfin, je me stabilise. C’est presque un soulagement. Je reste au sol, tout tourne encore bien trop à mon goût, je suis tout barbouillé. Je regrette. Je n’aurais jamais dû avoir la flemme comme ça. Jamais. Je vais marcher maintenant. Je vais essayer tout du moins. Allez, il faut se relever, rien que ça c’est une épreuve. Oh hisse ! Erf. Misère. Repasser sur le ventre, espérer que mes pattes avant veuillent bien toucher le sol pour me pousser et me remettre sur pieds. Ne plus s’asseoir non plus. Plus jamais. Hors de question. C’est la merde d’être un Togepi, tu ne peux rien faire de ta vie, toute ta vie est une galère comme ça. Toute ma vie va devenir une galère comme ça. Non. Non. Il faut que j’évolue à tout prix. Sinon je vais craquer, je vais faire une dépression. Un Togepi triste, le truc impossible. Je vais faire de mon mieux pour continuer, en tout cas. Vraiment. Nessa Finnegan n’abandonne pas comme ça ! Auto-persuasion.

De toute façon, le chemin pour arriver chez moi ne devrait plus être si long que ça. Normalement, au prochain croisement, je tourne, quelques maisons et voilà. Mais les distances sont démultipliées quand on est un petit Pokémon. C’est horrible. Surtout que je n’ai rien d’autre à faire que de marcher. Je n’ai personne à qui parler. C’est la victoire écrasante de l’ennui. D’ailleurs, c’est étrange, parce qu’avec le soleil aussi haut dans le ciel, il n’y a toujours personne dans les rues de Rivamar. Cela ne fait aucun sens. Même s’il devait y avoir peu de personnes, il y en aurait toujours au moins une ou deux pour me remarquer. Mais non. Je suis solo, solo. Ce qui s’avère être encore plus triste. Non mais c’est quoi ce faux plan du désespoir ? Si je suis tout seul, je pourrais faire absolument tout ce que je veux, me balader à poil dans la rue, et donc bronzer dans aucune trace dégueulasse de bronzage sur mes cuisses et en dessous de la ceinture. Enfin, peut-être qu’il faudrait compenser le bronzage déjà présent et ne faire bronzer que ses parties-là. Par contre, si je choppe un coup de soleil, ça craint. MAIS BON, ça ne sert à rien de réfléchir à ça vu que je suis un Togepi et que je ne peux absolument rien faire de ma vie en dehors de faire des pas minuscules avec mes pieds tout aussi minuscules pour essayer de rentrer chez moi. Non je ne rage pas. Pas du tout. La situation rêvée pour faire n’importe quoi sans aucune règle et je ne peux pas en profiter. Je me sens lésé. Vraiment. J’ai les boules.

Enfin bref. J’arrive enfin dans la bonne rue. Je vais au moins pouvoir rentrer chez moi pour voir s’il y a du monde. Alleluia mes frères ! Je n’en peux plus. Surtout qu’il commence à faire chaud et que je regrette que mon Danse-Pluie involontaire de tout à l’heure ne m’ait pas suivi pour me faire de la fraîcheur. Quoique. J’aurais été trempé et là j’aurais eu droit à mon coup de soleil bien violent. Non merci. Je ne sais même pas comment ça se passe quand un Pokémon choppe un coup de soleil, ni même si c’est possible, mais je n’ai pas envie de tester pour vérifier pour autant. Déjà que j’en ai plein les pattes, je ne tiens pas à souffrir de brûlure en plus. Donc c’est parti, on avance. Je suis bientôt chez moi et c’est cette idée qui me motive. Je dois retrouver les miens.




Gain de 5 niveaux




Espèce : Togepi (Fée)
Niveau : 20
Talent : Sérénité
Attaques : Bâillement / Charme / Métronome / Doux Baiser
Inventaire GTs : ~




 
Stamps:
 
~ Avatar by moi-même ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 07/01/2016
Messages : 4110

Région : Sinnoh
Mar 3 Juil - 21:14
Donc je marche tranquillement. J’avoue que de savoir que j’arrive à la maison, ça me booste un peu. J’ai un regain de motivation non négligeable. Parce que j’en ai bavé. Ce sont des trucs tout bêtes que me sont arrivés et pourtant, ça m’a épuisé. Je ne suis qu’un petit Togepi, je ne risque pas de pouvoir sauver le monde si je me fatigue aussi vite. Et puis en même temps, qui me demande de sauver le monde ? Surtout que si le monde devait être sauvé par Nessa Finnegan, il serait mal barré de base, alors Nessa Finnegan en Togepi, c’est mort. Rest in peace le monde. C’est dommage. De toute façon, Nessa, il rentre chez lui voir comment vont sa famille et ses Pokémon. C’est ma priorité, je me suis donné à fond, presque jusqu’à rendre mes tripes pour en arriver là, alors on ne me fera pas rebrousser chemin maintenant que je touche au but ! Alors là non ! Enfin, je ne sais pas pourquoi je m’enfade tout seul comme ça. Quoique, si, je sais. Parce que je me fais chier comme pas possible tout seul, sans personne à qui causer. Donc je me parle à moi-même, encore plus que d’habitude quoi. Je me fais de l’animation, parce qu’il se passe absolument rien. Rien d’autre que mes pas qui ne résonnent même pas sur le sol. Pfff. Il n’y a vraiment rien pour avoir un peu de fun et c’est super relou. Marcher pour marcher, je crois qu’il n’y a rien de pire, même si on a un minimum d’objectif derrière. Enfin si, il y a pire, genre souffrir ou mourir, mais voilà, l’idée reste là.

Et j’arrive devant la maison, j’arrive ! Enfin. Je souffle un grand coup. Tous ces efforts de petit être minuscule pour enfin aboutir à quelque chose. J’arrive au bout de l’objectif numéro un. Je dois maintenant passer à la suite de la liste. Voir si tout le monde va bien et si je suis le seul dans cette situation. Vite que je passe la porte ! Vite vite vite ! Je me mets à trottiner, aussi rapidement qu’un Togepi le peut, soit pas des masses. J’arrive devant la porte. Et là je tique. C’est une porte, oui, mais elle n’est pas pareille que la porte de chez moi. Enfin, c’est la porte de chez moi, mais il y a quelque chose qui cloche. Il faut que j’essaie de chopper la poignée. Sauf que bon, j’en suis loin. J’essaie, je m’étire au maximum, je me mets sur la pointe des pieds, tout. Même en tendant les pattes le plus haut possible, elles ne dépassent pas ma tête. C’est ridicule. Je ne vais jamais pouvoir l’atteindre cette fichue poignée. J’essaie même de sautiller, mais ça ne change rien. Détente verticale, que dalle. On prend une grande inspiration avant d’expirer longuement. On fait une remise à zéro, on se calme, on essaie de réfléchir. Qu’est-ce que je suis en mesure de faire pour passer cette porte ? Rien qui ne concerne la poignée. Il n’y a aucun doute là-dessus. Je peux essayer de toquer. Je m’approche une nouvelle fois et frappe. J’attends. Rien. Je recommence puis je colle mon oreille contre la porte dans l’espoir de capter un son, du bruit de l’autre côté. Toujours rien, le désert. En plus de m’agacer, ça m’inquiète. J’aurais tellement voulu entendre de l’activité de l’autre côté, quelque chose, n’importe quoi, juste ne plus être seul. Ce qui ne signifie qu’une seule chose, que je dois entrer par moi-même. Et pour cela, il n’y a pas trente mille possibilités, je dois défoncer cette porte.

Je ne peux pas utiliser une attaque à partir de Métronome, je ne contrôle rien et les dégâts peuvent être inconsidérés. Et si je touche à la maison, Mère va me détruire. Elle a beau être de plus en plus faible, je la crains toujours autant. Je ne tiens pas à ruiner mon chez moi, la maison dans laquelle j’ai grandi, celle où je reviens toujours. Il serait totalement irresponsable d’utiliser Métronome car l’aléatoire est bien trop important, c’est même la principale composante de la capacité. Alors il va falloir compter sur ma force. Ce qui ne présage rien de bon, ou tout du moins pas de changement. Je recule encore de quelques pas. Je m’élance en direction de la porte. Impact. Rien. Rien d’autre que moi qui ai mal et qui ai peur de briser ma coquille. Rah ! Il faut que j’ouvre cette foutue porte, ce n’est pas possible ça, je m’évertue à forcer pour rien. C’est terriblement frustrant. Je n’arrête pas pour autant. Hors de question de lâcher l’affaire. Je suis trop têtu pour ça. Donc je force, je me place contre la porte et pousse de toute mes forces. Je suis sûr qu’au bout d’un moment je parviendrai à mes fins. Je veux aller de l’autre côté de cette porte, je veux rentrer chez moi. Je dois avoir l’air d’être ridicule comme ça, mais je m’en fous. Je signe et persiste.




Gain de 5 niveaux




Espèce : Togepi (Fée)
Niveau : 25
Talent : Sérénité
Attaques : Bâillement / Charme / Métronome / Doux Baiser
Inventaire GTs : ~




 
Stamps:
 
~ Avatar by moi-même ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 07/01/2016
Messages : 4110

Région : Sinnoh
Jeu 5 Juil - 11:00
Je vais y arriver. Je suis sûr qu’en poussant assez fort, je vais y arriver. Ce n’est pas une porte qui me fera lâcher l’affaire. Loin de là. Je sens bien que je commence à fatiguer, mais je m’en fiche. Je me doute bien que si personne n’a réagi aux coups successifs dans la porte, c’est qu’il n’y a personne à l’intérieur, ou tout du moins personne en état de m’ouvrir. J’essaie de relativiser. Au moins, à l’intérieur, j’aurais accès à de la nourriture et à de l’eau potable, parce qu’un Togepi, ça ne chasse pas. Avec quoi tu veux que ça chasse ? Je vois un Chenipotte, j’essaie de lui rouler dessus avec ma coquille ? On a vu comment je tiens bien le fait de rouler sur moi-même, c’est une expérience que je ne tiens pas à réitérer. Non, je vais continuer à forcer comme un taré sur cette foutue porte. Je sais que je n’ai pas de force à y mettre, mais il faut bien que je continue de faire quelque chose. J’ai beau pousser, la seule impression, c’est que je vais faire dans ma coquille à force. Mais bon, ça m’étonnerait quand même. Je ne sais même pas comment on se change la coquille en tant que Togepi. Et puis je ne vais pas faire ça dans la rue non plus ! Qu’importe, là, ce qui compte, c’est d’entrer. Alors on y retourne, pleine puissance, on y va à fond, on donne tout, absolument tout, pour ouvrir. Je veux rentrer chez moi ! Ce n’est pas si compliqué que ça. Alors les pattes contre cette porte, la tête contre cette porte, je force. Toujours plus, jusqu’à l’énervement, jusqu’à l’épuisement. Je serre les dents, mais je pousse. Je sens la tension dans mes muscles, mais je pousse. Même la douleur, mais je pousse.

Je sens alors quelque chose de différent. Je ne saurais pas l’expliquer, c’était étrange comme sensation. Je ne sais pas, comme si ma perception était modifiée, comme s’il y avait plus. C’est perturbant, et il me faut du temps avant de réaliser que mon corps fait des mouvements que je n’étais pas capable de faire avant, que je sentais de nouvelles choses, comme ce mouvement dans mon dos. Ce n’est pas mon dos, c’est un prolongement, et j’ai une certaine sensitivité. Je regarde mon corps et constate que ma coquille a disparu. Et puis j’ai de vraie pattes et des bras un peu plus longs aussi. Et puis j’ai un cou ! Je peux tourner la tête sans avoir à tourner sur moi-même. C’est une révolution. Enfin, plus si je n’ai plus à tourner. Quelle blague. Mais ce truc dans mon dos, ce sont des ailes. J’ai des ailes ! Je ne sais pas voler, mais j’ai des ailes, c’est ouf. J’adore le concept. Et je sens que ça va m’aider dans la vie de tous les jours. Je n’ai aucune idée de ma capacité à porter mon poids, de la distance que je peux parcourir en volant, ni de la nouvelle force que j’ai peut-être acquise. Dans tous les cas, je peux maintenant ouvrir la porte sans problème. Tout ça pour ça. Enfin, j’ai quand même évolué, en essayant de défoncer une porte sans que ça n’ait le moindre effet. C’est assez ridicule, mais je suis à présent un Togetic. Je trouve ça super cool. Le début de la classe. Bientôt, je serai magnifique, je survolerai le monde en déployant mes grandes ailes blanches et en répandant l’amour sur le monde ! J’ai un peu hâte.

Mais le plus important, c’est que grâce à ces petites ailes je peux atteindre la poignée et donc ouvrir cette porte sans le moindre effort. C’est beaucoup trop cool. Je n’ai jamais volé par moi-même, alors ça va faire bizarre. Il faut que je me concentre sur mes ailes pour les faire battre fort fort fort non ? Je vais essayer comme ça. Je n’ai jamais activé de muscle des ailes, comment ça se contracte ? J’essaie, je me lance. Et ça bouge ! Oui ! Enfin, je ne décolle pas pour autant, mais mes ailes sont bien mobiles. Je pense que je dois juste gérer la direction maintenant. Vers le bas, pour donner une impulsion, et faire en sorte que mes ailes prennent appui sur l’air. Je crois que c’est ça l’idée. Bon, nouvelle tentative. De toute façon, il parait que dans la nature, les Pokémon apprennent par une histoire d’essais-erreurs. J’ai entendu ça plusieurs fois dans des documentaires. Alors c’est ce qu’il faut que je fasse, que j’enchaîne les tentatives jusqu’à trouver la bonne technique et ensuite, je n’ai plus qu’à mémoriser cette technique, à laquelle je m’habituerai. Comme quand on apprend à faire du vélo en gros. Il faut juste que je m’élève assez haut pour chopper cette poigner et l’abaisser. Je galère un peu, mais je sens que je m’approche de la bonne finalité. Je sens l’impulsion, mais elle n’est pas suffisante pour prendre mon envol. Il faut optimiser le placement de mes ailes et prendre appui sur mes pattes au bon moment. C’est compliqué de trouver le bon angle ainsi que d’être synchronisé. Pour autant, je finis par m’élever de quelques centimètres de plus que mon saut. Je frôle la poignée avec le haut de ma tête, il ne m’en faut pas beaucoup plus pour y parvenir. Mais il faut que je me place bien, parce que si je monte sous la poignée, je ne vais rien faire d’autre que me la manger. Et merci, mais non merci !




Gain de 5 niveaux - Evolution en Togetic




Espèce : Togetic (Fée/Vol)
Niveau : 30
Talent : Sérénité
Attaques : Bâillement / Vœu / Métronome / Doux Baiser
Inventaire GTs : ~




 
Stamps:
 
~ Avatar by moi-même ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 07/01/2016
Messages : 4110

Région : Sinnoh
Sam 7 Juil - 21:34
Finalement, j’arrive à saisir cette poignée ! Il en aura fallu des efforts pour en arriver là ! J’ai fait beaucoup trop de tentatives, je suis crevé, profondément crevé. Mais j’ai cette poignée. Donc j’ouvre. Et je reste con. C’est un tunnel, chelou, genre un couloir arrondi, avec des trucs un peu psychédéliques, galaxie, et tout le tralala. Ok. J’ai dû prendre un truc que je n’aurais pas dû. On m’aurait drogué à mon insu et je serais en train de planer complet ? Et ça depuis le début ? C’est une explication qui serait plausible, mais paie ton mauvais délire. Il y a de la lumière au bout. Blanche. Oh, ça, ça ne sent pas bon ! Pas bon du tout. On le voit tout le temps dans les films, on dit aux gens dans le coma de ne pas aller vers la lumière, parce que genre c’est le paradis et qu’ils peuvent encore revenir dans leur corps. Si ça se trouve, je ne suis pas défoncé, je suis juste inconscient et ce sont les médocs, ou bien les anesthésiants qui me font faire ce trip où je suis un Pokémon. Donc je ne devrais pas aller vers la lumière ? Ouais non, c’est mort. Littéralement, du coup. Bon, ce n’est pas la blague du siècle, mais ça me fait rire, une demi-seconde, avant d’avoir honte de rire de ça. Mais dans l’idée, si cet endroit est un genre de limbes qui me fait entrevoir mon futur en tant que Pokémon suite à la réincarnation – sinon je traduis mal les signaux – je fonce dans la lumière ! Je ne tiens pas à rester bloqué dans une phase d’entre deux dans une ville déserte. Surtout que ça veut dire que dans la réalité, je dois être branché à un respirateur, à des moniteurs, maintenu en vie de manière absolument pas naturelle, et ce n’est pas ce que je veux. Dans cet état-là, je veux qu’on me laisse partir, alors autant partir moi-même.

Je lâche alors la poignée à laquelle j’étais resté accroché en battant des ailes et me laisse atterrir tranquillement au sol, je fais quelques pas. La porte se claque derrière moi et je me retourne précipitamment, surpris par le bruit. Le bon que j’ai fait ! Ce n’est pas légal de faire sursauter les gens comme ça. Enfin bref, ce n’est pas le plus chelou dans tout ça. Non. Pas du tout. C’est qu’en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, tout a disparu, le tunnel, la galaxie, la lumière. Pour, évanoui. J’ai l’impression d’avoir perché mais super loin. Parce que je suis chez moi là. Genre de l’autre côté de la porte, j’arrive dans le salon. Normal. Non mais c’est violent ce genre d’hallucinations. Je ne capte rien à ce qui se passe. Drogue, mort cérébrale, univers parallèle. Chaque solution possible s’avère avoir ses failles. Et puis je suis tout seul ici, alors ça serait une sorte d’expérience ? Comment je me serais retrouvé là après être allé squatter sur la plage ? Un enlèvement ? Non, c’est beaucoup trop opportuniste et imprévu, si c’était une expérimentation scientifique, ils auraient choisi leurs sujets à l’avance, les auraient étudiés de loin et établi le moyen de les enlever dans leur quotidien, pas sur une décision random comme celle-ci. Enfin bref, je n’aurais pas la réponse que je voudrais en fouillant dans ma tête, s’il y a une explication à tout cela, elle me viendra de l’extérieur, c’est évident. Pour l’instant, il me faut boire, j’ai vraiment trop soif, et j’ai aussi un petit creux. Quitte à être là, autant en profiter.

Direction l’évier de la cuisine. Je ne sais pas si le plus fatigant serait d’y aller en trottinant ou en courant. J’hésite encore. Je vais le faire de la bonne vieille manière, en marchant. J’irai voler quand je serai devant. Et je suis devant. Donc petit décollage pour atterrir sur le bord de l’évier. Il faut que je pousse le robinet. Heureusement qu’il ne s’agit pas d’un de ces anciens robinets où il faut tourner pour avoir de l’eau, car je n’ai pas de doigts au bout de mes pattes pour faire cela. Non, là, je me contente de le pousser un peu pour faire couler de l’eau fraîche. C’est revigorant de pouvoir se réhydrater. Il faisait drôlement soif, maintenant, il ne fait plus que faim. Je me doute que c’est déjà ça. Il ne me reste plus qu’à faire un tour dans le frigo et à me faire plaisir. Je m’y dirige d’ailleurs de ce pas, ou plutôt à tire d’aile. Il faut bien que j’agrippe la poignée du réfrigérateur pour l’ouvrir et que je recule. Ce n’est pas si simple que ça en a l’air quand on vient d’évoluer en Togetic, et donc qu’on n’a jamais vraiment volé. Quoi qu’il en soit, je parviens à ouvrir le frigo, et l’air frais qui s’en dégage ne fait pas de mal au cœur de l’été. Je prendrais bien une glace à l’eau, mais la mort de manger ça en étant un Pokémon, et puis j’ai la dalle, je verrai pour ça après. Je fouine dans les restes, il reste de la salade de baies. Oh, ça, ça sent le bon plan. Juste qu’il faut sortir le saladier sans rien faire tomber. Là, c’est tout de suite une autre paire de manche, il faut du sang-froid et un sacré équilibre. Déjà voir si je le porte, c’est bien, sinon, tant pis, je fous ma tête dedans et mange le cors à moitié dans le frigo. Manger, c’est important quand même.




Gain de 5 niveaux




Espèce : Togetic (Fée/Vol)
Niveau : 35
Talent : Sérénité
Attaques : Bâillement / Vœu / Métronome / Doux Baiser
Inventaire GTs : ~




 
Stamps:
 
~ Avatar by moi-même ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 07/01/2016
Messages : 4110

Région : Sinnoh
Sam 7 Juil - 21:35
Bon et bien va pour manger dans le saladier. On s’en fout, de toute façon il n’y a personne à la maison. Et si jamais ça me retombe dessus, j’essaierai de trouver une explication pour me dédouaner. Allez, à taaaaaaaable ! C’est vraiment trop bon j’ai peur de salir mon pelage blanc et d’être tout collant, mais je n’ai pas non plus trente mille solutions en dehors de plonger la tête dedans pour tenter d’attraper les morceaux de baie. Je me régale. C’est trop bon. Mais j’évite de trop manger, pour éviter de m’alourdir justement. S’il faut voler, je ne veux pas avoir le bidou tout lourd. Donc je profite, mais avec retenue. Ça ne me ressemble pas trop d’être raisonnable de la sorte, pour autant, mon changement de condition y est sans doute rattaché. Je n’ai pas envie de me retrouver coincé une nouvelle fois. Là que je peux voler, je ne tiens pas à rester comme un débile cloué au sol parce que je me suis une fois de plus goinfré. Par contre, je veux ma glace. Je ne sais pas comment je vais l’ouvrir ni comment la manger. Une nouvelle galère à la con. J’en ai marre. Si seulement j’avais des mains, tout serait tellement plus simple ! Mais non, non, Togetic, donc pas de mains, pas de doigts. Au moins, j’ai des ailes. C’est déjà ça. Non parce que j’ai subi en tant que Togepi, je me demande comment ils font dans la vie. Les pauvres.

Donc voilà, j’ai bien mangé, j’ai bien bu, j’ai la peau du ventre bien tendue. Merci petit Arceus. Je peux aller faire un petit roupillon, pour récupérer, pour voir si quelqu’un rentre à la maison. Enfin, ça ferait peut-être flipper quelqu’un de voir un Togetic pioncer dans mon lit. Mais avec toutes ses émotions et mon coco bien rempli, un bon somme me ferait le plus grand bien, et puis peut-être que c’est la clé pour me réveiller dans le monde réel, loin de toute cette folie. J’ose y croire. Donc voilà, un peu lourd, je m’en vais voleter en direction de ma chambre. Je regarde les escaliers, comme la dernière épreuve à combattre. Est-ce que j’ai vraiment la foi de voler jusqu’à l’étage pour retrouver ma chambre ? Je ne sais pas trop, j’ai quand même l’alternative canapé qui se présente. Je pourrais me caler sur le canapé tranquillement, sans me tuer davantage à la tâche. Hmmm, plus j’y pense, plus ça me semble être un bon plan. Squatter le canapé, j’ai un peu l’habitude, même si le plaisir de retrouver mon lit, ça m’apportera un peu de quiétude pour la suite, histoire de vraiment me ressourcer, ou de m’endormir bien profondément afin de faire le chemin inverse. Je soupire. Vaincre la flemme pour plus de confort, c’est pas mal quand même. Roh ouais, vas-y, je fais l’effort. J’ai envie de mon lit, là. Allez, c’est parti, je pousse sur mes jambes et fais battre mes petites ailes dans mon dos. J’ai beau y mettre tout mon cœur et toute mon énergie, je ne suis qu’un débutant dans le domaine du vol, et c’est assez variable, il y a des fois où j’ai le bout de mes pieds qui commence à se poser. Mon ascension n’est pas super linéaire quoi. Mais j’arrive là-haut, c’est la bonne nouvelle. Je vais pouvoir retrouver mon lit. Rien que d’y penser je suis content, donc je trace. En fait, me voilà dans ma chambre, et bien vite sur la couette. Oh comment je sens que je vais bien dormir !

Je me place, bien confortablement, en boule, sur mon lit. Quand je repense à tout ça, je réalise à quel point tout cela est fou. C’est beaucoup trop vrai pour n’être qu’une construction de mon esprit. Il y a beaucoup trop de détails insignifiants, c’est bien trop précis pour que ça ne soit pas un simple rêve. La réalité, sans aucun doute. Mais comment ? Une illusion ? Des hallucinations ? Non plus. Pas en étant vraiment un Pokémon. Une expérience scientifique alors. Sauf que j’ai déjà éliminé cette hypothèse. Et puis ça rentre aussi dans la case construction mentale. Donc non. Impossible de créer notre univers avec une telle précision dans tout, dans le ressenti, dans ce que je vois, dans le mouvement. Comment est-il possible que je sache ce que ça fait de battre des ailes, que je le vive, que je sois en mesure de sentir mes muscles bouger ? Je ne sais pas, j’avoue que je suis perdu et que ça ne m’aide pas à trouver le sommeil. Je dois laisser ça fuiter loin de mon esprit. Pour être plus tranquille, pour mieux dormir. Je suis un Togetic, j’ai une multitude d’expériences inédites à vivre, des choses qu’aucun humain n’a jamais fait. Alors je compte bien en profiter, explorer davantage, comme un Pokémon le ferait. Il n’y a pas de raison, c’est un mode de vie que je dois découvrir, auquel je dois m’habituer. Je ne vois pas l’utilité de me cantonner à rester dans ma ville toute déserte. Je vais essayer de voir s’il reste des gens, ou des Pokémon. Je pense que c’est important de voir si je suis bien le seul dans cette situation ou bien que d’autres vivent la même galère, la même folle expérience. Après, je ne suis pas super confiant par rapport à mes capacités en tant que Togetic et serais plus à l’aise en Togekiss. Mais bon, ça viendra avec le temps j’imagine.




Gain de 5 niveaux




Espèce : Togetic (Fée/Vol)
Niveau : 40
Talent : Sérénité
Attaques : Bâillement / Vœu / Métronome / Doux Baiser
Inventaire GTs : ~




 
Stamps:
 
~ Avatar by moi-même ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 07/01/2016
Messages : 4110

Région : Sinnoh
Sam 7 Juil - 21:36
Je finis par me réveiller, et je suis toujours un Togetic. C’est la première vérification que je fais et j’avoue que je suis un peu déçu que tout ne soit pas revenu à la normale. Ce n’est pas vraiment fun cette situation. Si j’avais été avec d’autres gens, à la limite, mais là, je suis seul. Tout seul. Et je commence à trouver le temps long. Dans ce cas, ça ne sert à rien de s’attarder plus longtemps à la maison. Je ne sais pas trop où je vais aller, mais je vais y aller. Il faut que je parte. Mais je préfère voir à l’avance, essayer de me trouver une sacoche, ou un sac à bandoulière que je puisse porter tranquillement. Bon, niveau eau, j’aimerais bien pouvoir transporter une petite bouteille d’eau mais si je ne peux pas l’ouvrir, ou que je galère sa race. Le truc, c’est qu’il va falloir que je trouve des sources d’eau claire. Parce que la mer, bah c’est un coup à se déshydrater plus qu’autre chose. Donc la seule option qu’il me reste, c’est de me diriger vers les lacs. On a la chance d’avoir trois énormes lacs par chez nous, c’est l’occasion de me donner des points précis à trouver et jusqu’où aller. Au moins transporter un peu de nourriture, parce que c’est moins facile à trouver qu’un point d’eau potable. Je devrais bien avoir un truc que je peux porter comme sac. En fouillant, je tombe sur un vieux truc moche qui fera l’affaire, une sacoche en tissu marron. Bon, bah va pour ça, je n’ai pas trop le choix. Je passe ça autour de ma tête et passe un bras en dessous. Nickel, je vais descendre les escaliers. Pour voler, ça sera bien plus simple dans ce sens. Quoique. Il va falloir contrôler la trajectoire.

Je suis en bas, direction la cuisine une nouvelle fois. Ravitaillement. Pas trop, parce que ça peut très vite faire lourd, mais deux baies dans le fameux sac informe, ça sera suffisant. Je vais rallier le lac Courage, ça me semble une bonne idée. Après, je ne sais pas si je vais essayer de voler vers le lac Savoir au nord ou le lac Vérité à l’ouest. Aucune idée. Mais il me faudra impérativement trouver des points d’eau et de ravitaillement entre temps, et ça pourrait me laisser l’occasion de voir s’il reste des gens dans ce bas monde ou si je suis bien solo. Ce qui serait triste. J’ai besoin de voir des gens, de parler à des gens, de me marrer. Parce que tout seul dans le Pokémon, c’est la loose. Il faudrait trouver aussi une femelle de mon groupe d’œuf pour repeupler la planète. Super, on aime. Quand ton objectif pour sauver la population de chez toi, c’est de recréer cette population et donc n’être qu’un reproducteur. Et bien, ils ne vont pas être gâtés ! Enfin, on n’en est pas là encore. Je ne tiens même pas à en être là, en fait. Je vais voyager, parcourir le maximum de distance, couvrir le maximum de surface pour trouver d’autres gens. Je n’ai plus que ça à faire. Je dois me rendre à l’évidence, rester ici ne conduit à aucun avenir. Il faut voir plus loin, agir pour avoir une portée. C’est ce pour quoi je me suis battu, avec l’idée d’être indépendant. Ce sont deux choses que je comprends, et là, j’ai l’occasion de les mettre en œuvre. Personne ne le saura, mais c’est ma chance pour faire quelque chose d’important. Je vais me lancer dans un sacré périple.

Il est donc temps de quitter la maison, de passer cette porte que j’ai eu tant de mal à ouvrir. Je vais quand même faire l’effort de la refermer, au cas où. Je ne tiens pas à ce que ma maison se fasse piller. Ça reste mon chez moi, et ça le restera. J’espère que mon chemin aura l’occasion de me ramener ici. J’aime ce coin, c’est mon enfance, une partie de ma vie. Je suis attaché à cette ville, quoi qu’on en dise, même si je suis parti à la campagne pour la pension. Enfin, là, c’est le moment du départ, ça ne sert à rien de déjà penser au retour, car à part m’enlever mon envie d’y aller, ça ne sert à rien. Grande inspiration, et je bas de mes petites ailes pour prendre de l’altitude. Je ne tiens pas à aller trop haut non plus, juste suffisamment pour passer au-dessus de la ville sans difficulté. Je ne tiens pas à jouer les pilotes de chasse. Je vais la jouer safe là que je ne maîtrise pas encore tout à fait super bien. Donc pas trop d’altitude, on suit les routes et on voit où ça nous mène. C’est un peu ce que j’ai toujours fait dans ma vie, alors pourquoi ne pas le faire littéralement, ne pas m’écarter du sentier jusqu’à ce que ça me conduise à bon port. J’essaie de relativiser au mieux. C’est une sacrée expérience de vivre ça, ça me permet de voir jusqu’où je peux aller seul, sans aide, sans rien d’autre que moi-même. Et même si c’est ennuyeux, sur le plan personnel, c’est un truc de ouf. Là, je suis clairement poussé dans mes derniers retranchements. On dirait une fin du monde, une apocalypse où les survivants se compteraient sur les doigts d’une main. Et je dois me débrouiller, pour essayer de trouver quelque chose, ou quelqu’un, ou tout simplement survivre. C’est étrangement galvanisant.




Gain de 5 niveaux




Espèce : Togetic (Fée/Vol)
Niveau : 45
Talent : Sérénité
Attaques : Relais / Vœu / Métronome / Doux Baiser
Inventaire GTs : ~




 
Stamps:
 
~ Avatar by moi-même ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 07/01/2016
Messages : 4110

Région : Sinnoh
Sam 7 Juil - 21:44
Donc me voilà sur les routes. Direction le Lac Courage, je sais où il se trouve. Il m’est arrivé d’aller là-bas pour me baigner ou pour pêcher. Alors oui, on peut aimer la mer et les lacs et rivières. J’ai passé de bonnes journées là-bas, c’est plus chill et moins fréquenté, rien que ça, c’est un plus. Parce que la plupart du temps, qui dit plage dit touristes. Et avec le quartier général de l’Elite si près, on est le premier point de chute des coordinateurs qui vont s’y frotter. Je me dirige donc tranquillement jusqu’au lac. Je sais qu’il n’est pas super loin de Rivamar, que j’y serais assez vite, d’autant plus si j’y vais à vol d’oiseau. C’est clair que ce nouveau mode de déplacement me facilite bien la vie. C’est tellement plus rapide de ne plus avoir à faire de détour, ou de contourner certains points. Le vol direct, c’est révolutionnaire. C’est sans doute la seule chose que j’irai regretter si jamais je dois redevenir humain. Parce que c’est un sacré avantage ça. Et puis c’est assez cool comme manière de se déplacer. Je ne suis pas super rapide, même pas rapide du tout, pour autant, c’est agréable. C’est un petit rythme de croisière qui n’a rien de déplaisant, en plus de me laisser la possibilité de me concentrer sur ma direction et de gérer mon effort, ça me laisse bien le temps de profiter de la vue. D’un côté j’ai l’océan, de l’autre la forêt. Des deux côtés le spectacle qui s’offre à moi est à tomber. Je me sens privilégié à cet instant, même si la situation actuelle est plus proche du désastre qu’autre chose, même si je suis perdu et totalement seul, ça fait du bien ces petites choses, ça met du baume au cœur. Je me dis qu’en continuant ce voyage, j’aurais l’occasion de voir plein d’autres paysages aussi beaux.

Bien plus vite que ce que je pensais, j’aperçois les abords du Lac Courage. Il s’étend là, devant moi, calme, immobile. Cette surface aquatique plane dans laquelle se reflète le bleu du ciel mais aussi les quelques nuages blancs qui défilent. C’est assez génial. On n’a pas autant cette vision globale du lac quand on y va en voiture et qu’on arrive devant. Là, pfiou ! J’essaie quand même de rester centré sur mon vol, parce que je galère par moment, et je me fais des frayeurs. Je ne suis clairement pas un as du vol, sans doute que je n’ai pas le physique pour me débrouiller comme je le voudrais. Des ailes aussi petites, ce n’est pas optimisé pour le vol, ou tout du moins pas pour le vol sur de longues distances. Clairement pas, ça se saurait si les Togetic étaient connus pour ça ! Enfin, je fais avec. Je trouve que je ne m’en sors pas si mal que ça. La preuve, j’arrive à destination. Bon, l’atterrissage n’est pas très délicat, voire pas délicat du tout. Mais ça va. Après, je ne me sens pas de faire plus long sans pause. Là, c’est le premier, je n’avais pas encore fatigué mes ailes. Là, j’ai besoin de les laisser se reposer. Sinon elles ne tiendront pas bien longtemps. Il faut que je développe cette musculature qui me permet de voler. Et ça ne se fait pas en un claquement de doigts. De toute façon, je n’ai même pas de doigts pour le faire, donc ça règle le problème. Je me suis posé sur l’îlot au milieu du lac. Il a toujours attisé ma curiosité, et là que je peux m’y rendre sans problème, j’en profite, et puis je pourrai sans doute être à l’abri à l’intérieur de la grotte.

Donc j’entre, histoire de voir ce qu’il y a à l’intérieur. Parce que jusque-là, je n’ai vu personne. Toujours pas de gens, toujours pas de rencontre, pas même de Pokémon. Pourtant, ce n’est pas comme si ce monde regorge de Pokémon sauvages. Je suis perplexe. Quelle est la raison de cette extermination ? Je n’en ai pas la moindre idée. En tout cas, ça me fout froid dans le dos. C’est flippant de se retrouver aussi seul. J’avance avec hésitation dans la pénombre, je marche dans une flaque. Super. J’ai le pied trempé maintenant. J’entends alors du bruit, ce qui me surprend. Jusque-là, il n’y avait absolument rien. Alors d’un coup, du bruit, ça attire mon attention, sauf qu’en n’ayant du mal à bien voir, ce n’est pas rassurant. Car je n’ai aucune idée de ce qui est là, et aucun moyen de le savoir. Je fais quelques pas en arrière, inquiet. Je heure quelque chose. Quelque chose de massif. C’est doux également. Cette collision me fait sursauter et je refais un pas en avant. Un chouille de lumière semble revenir. La luminosité avait dû être diminuée par un nuage passant devant le soleil. Ce qui me permet de comprendre la situation. Des Castornos. Un derrière moi, c’est sans doute sa fourrure que j’ai sentie. Il y en a trois autres devant moi. Je suis encerclé. C’est bien, j’ai trouvé du monde. Des Pokémon. Mais je semble être dans une situation délicate du coup. J’aurais pensé que s’il y avait d’autres êtres vivants encore présents ici, ils auraient été plus accueillants que ça. Pas intimidants. Mais bon, mon idéalisme sans doute, ou ma candeur. Je ne sais pas trop lequel des deux mots me qualifie le mieux. Cela ne change rien à ma situation. Il va peut-être falloir que je m’explique.

Moi : Bonjour… Je suis un Togetic qui s’est perdu… Je suis où ?




Gain de 5 niveaux - Evolution en Togekiss




Espèce : Togekiss (Fée/Vol)
Niveau : 50
Talent : Sérénité
Attaques : Aurasphère / Vœu / Lame d'Air / Piqué
Inventaire GTs : ~




 
Stamps:
 
~ Avatar by moi-même ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» La Campagne "Royaume des Cieux"
» Présentation Cieux Orageux [FINI]
» Et je m'envole vers d'autres cieux !
» Discussion dans les cieux
» S'envoler vers d'autres cieux [Elrond]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Les Îles Légendaires :: Île Pleine Lune :: Rêverie - Évent d'été-