AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

Aller à la page : Précédent  1, 2
 
» Duet of Temptation (feat Rose Desvent)


avatar
Agent Alola

C-GEAR
Inscrit le : 13/02/2017
Messages : 265

Mer 26 Sep - 23:02
Djali fait fondre les yeux de Mary. Sa petite tête grise reposant sur les genoux de notre invité. Je l’aurais fait partir d’un geste où d’un mot. Elle ne gênait pas la brune dans tous les cas, qui se faisait plaisir en caressant la tête de ma petite Pokémon. Ensuite, répondant à mon invitation, elle libérait un petit Pokémon gris, avec des oreilles très mignonnes. Et de grands yeux qui font peur. Puis un deuxième, minuscule, qui tient une fleur : trop mimi. On avait envie de le pendre dans sa main et de lui faire un câlin. Les filles auraient été dingues d’un tel Pokémon. Elles auraient certainement voulu avoir chacune le leur. « Ils sont mignons ! Je suis nulle en Pokémon, veillez m’excusez ! C’est quelle race ? » Elle répondait alors en m’apprenant qu’il s’agissait un Psystigri et d’un Flabébé. Il fallait que je retienne ce dernier. Entrainer des Pokémons ? Non pas vraiment, c’était plutôt des Pokémons qui avaient élu domicile ici sans que je le demande. Ceux de mes filles décédées. Et ceux que j’avais trouvé, acheté où capturé pour ma vengeance. Allait-elle me faire croire qu’elle n’avait que ces deux Pokémons là ? Je la voyais bien avec un Pokémon protecteur. Un mâle bagarreur. Qui casserait la figure au premier qui lui ferait du mal. Un peu comme dans ce rêve, ce Machopeur ! Je m’étais renseigné après ce rêve bizarre. Il existait bien, pire encore, il avait une évolution, encore plus magnifique : Mackogneur. Je la voyais trop avec un tel Pokémon ! « Je n’entraine pas des Pokémons, enfin pas comme le ferait un dresseur. » Je donnais un petit bout de gâteau au Psystigri qui reniflait le plateau. « Je leurs fais faire des combats, mais seulement s’ils en ont envies » Puis caressait sa petite tête touffue.

Dans le panier près de la cheminée éteinte, ils dormaient en masse le soir. Bombydou, Flamiaou, Rocabot, Rattata, Souvkipou, Larvibulle, Sonistrelle, Osselait, Ponchiot et Tritox. Les deux Pokémons feu dégageant assez de chaleur pour les autres. Quelque un d’entre eux étaient déjà en train de dormir, alors que les autres trainaient un peu. En les regardant, je pensais à mes filles, mes petites chéris. Elles positionnaient parfois des petites couvertures pour être sûr qu’ils n’attrapent pas froid. « La plupart sont des Pokémons recueillis parce qu’ils étaient abandonnés, maltraités, comme Djali ! » Mes yeux se posaient sur la petite Cabriolaine qui recevait encore les caresses de Mary. Je posais à mon tour ma main sur la petite chèvre. Proche de celle de Mary. « Elle était enchainait, au fond d’un jardin, très mince, toute triste. Torturée, je ne sais pas trop pourquoi il faisait ça ! Je ne pouvais pas la laisser là ! » Je la vois encore, avec cette laisse de métal. Enchainée à un poteau de fer, une malheureuse planche pour la protéger de la pluie. Ca ne servait pas à grand-chose, la pluie, le vent, la neige, les grêles. Tout la touchait. Elle était affaiblit par le peu de nourriture qu’elle avait. Mangeant sa propre encolure pour survivre. Comment pouvait-on faire une chose pareille à un être si gentil. « Vous sauvez les femmes en détresse, je sauve les Pokémons qui en ont besoin et qui le veulent. Nous voilà encore avec un point commun ! » Mes bouts de doigts effleurant de temps en temps ceux de Mary. Je lui souriais délicatement. « Qu’avez-vous encore comme Pokémon auprès de vous ? Et comment les dressez-vous ? Avez-vous des badges ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Sbire Galaxie

C-GEAR
Inscrit le : 05/09/2014
Messages : 975

Région : Kalos
Sam 6 Oct - 22:52
Visiblement, les Pokémon de Kalos n’étaient pas vraiment son fort. Il faut dire que ce n’est pas vraiment à la portée de tout le monde de pouvoir rester pour un long séjour dans cette région où le coût de la vie est relativement cher par rapport à Sinnoh ou à Kantô. Mais en tout cas, la vue de Fragrance et de Salem a l’air de bien lui plaire. Cela dit, ce qu’elle te dit sur la manière de les dresser t’intrigue. Visiblement, elle ne leur fait faire des combats que si elle en a envie, ce qui fait qu’elle les entraîne assez peu. Ce qui peut paraître un peu contradictoire quand on connaît le tempérament impétueux des Monorpale, mais elle a l’air quand même d’être dans le vrai. Surtout que, d’après elle, la plupart sont d’anciens Pokémon abandonnés ou maltraités. Voilà une noble attention. Il devrait y avoir plus de gens comme elle en ce monde, cela éviterait d’avoir à tout le temps te battre comme toi tu le fais. Peut-être est-ce la raison pour laquelle tu en es là, aujourd’hui. Même pour les plus dangereux d’entre eux, tu as toujours tenté d’être juste et de ne jamais les maltraiter.

« Je comprends mieux pourquoi nous avons une telle proximité, dans ce cas. » lui souris-tu. « Je suis contente de vous avoir rencontrée. Vous êtes une belle personne. »

De plusieurs manières différentes, d’ailleurs. Mais pour le moment, tu gardes cela pour toi. Ce n’est pas vraiment le moment pour ça. Surtout avec autant de Pokémon dans le même endroit. Mais maintenant que tu sais ça, tu as l’impression que cela lui donne un certain charme. Clairement, ce ne sont pas les bad boys qui te font de l’effet, mais bien l’inverse. Les personnes gentilles et sensibles. Peut-être que tu ressens le besoin de les protéger ? Non, cela va plus loin que cela. Sinon tu aurais une libido hors normes. Peut-être que c’est parce que ces personnes savent te mettre à l’aise, qu’elles arrivent à faire ressortir cette jeune fille à la vie simple que tu étais. Peut-être devrais-tu la présenter à Kaz quand les choses se seront calmées ? S’il a accepté que quelque chose puisse se passer entre vous, peut-être… ? Oh, mais quelles pensées obscènes ! Heureusement qu’elle ne parvient pas à voir le rouge te monter aux joues à cause de tes cheveux qui les recouvrent un peu, avec leur longueur.

Ton esprit est encore rêveur quand elle te demande de te parler de ta vie de Dresseuse. Difficile de devoir à nouveau parler de sujets de discussion ordinaire quand tu as vu quelques images agréables d’elle et de Kaz ensemble te révélant leurs côtés sensibles, tendres et fougueux à la fois.

« Tout à fait, je suis en passe de me rendre à la Ligue Pokémon, en réalité. » expliques-tu. « J’ai donc tous les Badges de la région de Kalos, bien qu’il m’ait fallu beaucoup de temps pour les rassembler. Mais j’ai eu la chance de recevoir quelques conseils d’un excellent Dresseur que je considère comme mon mentor, bien qu’il ne m’ait jamais officiellement entraînée. Il m’a montré comment élever ma Feunnec, qui est aujourd’hui une Goupelin, et depuis, j’essaie d’appliquer cette méthode au reste de mes Pokémon. J’essaie par conséquent de rester attentive à leurs besoins et nous veillons à ne jamais aller au-delà de leurs limites pendant les entraînements. Cela prend un peu de temps, mais comme mes obligations m’empêchent de partir trop longtemps pour aller en quête des Badges, ce n’est pas un problème. »

Au moins, là-dessus, tu n’es pas une menteuse. Mais c’est difficile de le faire quand la jeune femme t’effleure les doigts avec les siens quand elle caresse sa Cabriolaine. Ce n’est pas désagréable, en même temps. C’est juste que ça t’empêche d’avoir les idées claires, par moments. Peut-être à cause de la chaleur qui parcourt ton corps quand elle fait ça ?

« Je ne sais pas si c’est à cause des Pokémon feu qui sont près de la cheminée, mais j’ai un peu chaud. » lui confies-tu. « Cela ne vous dérange pas si je retire ma chemise ? »

Que tu montres ton bras n’est pas vraiment un problème en soi. C’est plutôt que tu n’aimerais pas la gêner. Même si tu en doutes.







Sprite by Yakuru Hoot.
Double-Compte: Tony Schwärtzwind et Soren Kenshin
Theme
Battle Theme 1 - Battle Theme 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Agent Alola

C-GEAR
Inscrit le : 13/02/2017
Messages : 265

Mer 10 Oct - 8:53
Comprendre pourquoi on s’entendait bien ? Peut-être, le fait d’aider les autres, ça devait certainement dire qu’on était de bonne personne. D’ailleurs l’entendre dire « belle personne » me fit rougir. Ça me faisait plaisir, totalement plaisir. A y penser, on ne me l’avait jamais dit. C’était peut-être parce que je n’en étais pas une avant ? J’avais passé mon ancienne vie à courir pour le boulot s’était pour ça ? Je glissais un « Merci » puis l’écoutais parler de sa vraie équipe. J’en étais sûre, ces petits Pokémons n’étaient pas ceux avec qui elle se battait. Un Feunnec, aucune idée de ce à quoi ça ressemblait ! Elle en avait l’air fière, certainement la plus haute évolution ce Goupelin. Je retenais le nom, plus tard je regarderais sur internet, par curiosité. Elle avait donc tous les badges !! La ligue serait bientôt pour elle ! Génial ! Je n’avais jamais passé par la ligue Pokémon, ça pourrait-être une première. Etre présente pour elle, ça pourrait lui faire du bien ? « Si vous m’autorisez, je voudrais vous soutenir à la ligue, voir votre match en live, plutôt que derrière un écran. » Je l’imaginais éclatante de beauté, déchainant sa volonté face aux champions. Gagnant les combats, avec cette Goupelin prêt d’elle. Ça avait l’air de lui faire plaisir, enfin c’était sûr. Elle ne le cachait pas. Puis soudain, alors que j’étais passé à un autre sujet pour ne pas continuer de fantasmer sur elle. On y revenait les deux pieds dedans. Juste avec cette simple phrase : « Je ne sais pas si c’est à cause des Pokémon feu qui sont près de la cheminée, mais j’ai un peu chaud. Cela ne vous dérange pas si je retire ma chemise ? » Que répondre ? Parce que là, sûr, la surprise sur mon visage, elle ne pouvait pas la louper. Vite Rose, réponds ! « Oui ! Bien sûr ! C’est ma faute, je mets toujours trop de chauffage ! Je vais vous chercher une boisson fraîche ! » Je me levais pour de nouveau aller dans la cuisine. Revenant rapidement avec une bouteille d’eau et deux verres, alors que debout elle ôtait cette chemise. Finalement, je prenais mon temps. Simplement pour profiter de la vue qui venait de s’offrir à mes yeux ! Il fallait que je touche ! Je reposais les verres et la bouteille sur mon plan de travail et m'approchais plus près encore.

« Vous êtes plus musclé qu’en février ! Je peux ? » Elle me regardait alors que je demandais à poser mes mains sur ses épaules. D’un signe de tête, elle acceptait, mes doigts descendaient alors d’un étage, pour un contact autorisé. Sa peau était douce, j’en étais sûre, pâle et douce comme du coton. « Les épaules sont identiques, moyennement musclées, alignées ». J’en profité alors pour glisser mes doigts sous ses cheveux, les glissant sur son côté gauche, en profitant de glisser mes doigts sur le haut de son dos. Afin de voir sa colonne vertébrale. Une par une, je descendais les vertèbres une par une. Regardant bien qu’elles soient l’une en face de l’autre. « Le dos aussi est parfait ». Mes mains arrivaient tout en bas, et je les glissais jusque sur les côtés, la saisissant par les hanches. « Votre corps n’a pas compensé d’un côté, c’était votre crainte si j’ai bonne mémoire, qu’un côté soit plus musclé que l’autre ! Et bien, tout va bien ! » Je cessais de profiter de la situation pour me glisser du côté du bras mécanique. Cela faisait bizarre, elle cachait tout des autres. La peur du regard ? Le raccord machine cors était plutôt bien fait. Si j’avais eu son choix, j’aurais peut-être demandé une couleur peau… Ma main glissait tout le long de son bras mécanique, pour retirer son gant. Mon autre main en faisait alors de même sur l’autre, plus doucement cette fois. Avec un œil professionnel, alors que mon âme elle était pleinement heureuse de ce toucher ! Une fois sa vraie main dans la mienne, je lui souriais. « Vous n’avez pas forcé la musculation de votre bras, c’est très bien ! Continuez comme ça ! Votre corps est bien équilibré ! » Je cessais mon profit corporel avec un gentil petit sourire de sympathie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Sbire Galaxie

C-GEAR
Inscrit le : 05/09/2014
Messages : 975

Région : Kalos
Mer 17 Oct - 11:42
Tu retires ta chemise jusqu’à te retrouver en débardeur, et jusqu’à ce que ton bras soit désormais complètement visible. Plus musclée qu’en février ? Tu n’en as pas spécialement l’impression, mais c’est peut-être parce que tu ne fais pas vraiment attention à ça. Tu t’es habituée à te muscler, tout simplement, sans pour autant tomber dans le culturisme. Mais c’est surtout la suite de sa remarque que tu attendais, avec un peu d’appréhension, pour être honnête. Tu n’es pas du genre à te laisser te faire toucher. Mis à part venant de personnes que tu apprécies tout particulièrement, tu n’aimes pas ça, en fait. Tu ne te sens pas à l’aise, et c’était le cas même avant que tu ne rencontres Samuel. Peut-être que c’est parce que tu es plutôt introvertie de nature et que tu ne ressens pas le besoin de plaire à tout le monde ? Tu n’en sais rien, tu sais juste que c’est comme ça et pas autrement. Mais compte tenu de l’ambiance qu’il y a entre vous, cette barrière est légèrement abaissée pour Rose, et c’est pour cette raison que tu acceptes de la laisser te toucher. C’est assez étrange, comme sensation. Elle fait comme si elle t’inspectait en tant que coach sportif, en y allant de ses petits commentaires, mais tu te rends bien compte qu’il ne s’agit pas que de ça. Tu ne sais pas si c’est parce qu’elle ne sait pas mentir ou quelque chose comme ça. Mais c’est juste que la manière dont elle te touche ne ressemble pas à une personne qui n’éprouverait pas du désir pour toi. Ce n’est pas quelque chose de purement professionnel. Elle prend trop son temps, elle se balade à certains endroits auxquels d’autres n’auraient pas pensé. Ce n’est pas désagréable, cela dit. Il y a juste ces moments où elle observe certaines parties qui sont un peu embarrassants, surtout au niveau de tes hanches et de tes jambes. Mais heureusement, le fait qu’elle te parle de ton bras et qu’elle s’y intéresse ensuite suffit pour te détendre davantage.

« Oui, les composants du bras font qu’il est assez lourd et que j’avais peur que cela me déséquilibre. » réponds-tu quand elle se rappelle de ce dont tu lui as parlé au speed-dating. « Presque tout est fait de métal et même si perdre mon ancien membre m’a fait par conséquent perdre du poids, je voulais m’assurer que cela ne soit pas trop mauvais pour moi. »

Une pointe d’humour noir se glisse dans ton esprit quand tu fais référence à la perte de poids qu’a engendré la perte de ton ancien membre. Tu as envie de dire qu’elle devrait essayer parce que c’est mieux que tous les régimes minceur du monde, mais ce n’est pas vraiment le genre de choses qui se fait quand on en est à la deuxième rencontre entre deux personnes, surtout quand elle t’observe de cette façon. Et encore, tu ne te permettrais pas de prononcer de telles paroles sans trop tâter le terrain auparavant. En fait, cela ne t’est venu à l’esprit que parce que Kaz sait parfois comment détendre l’atmosphère et qu’il déteint un peu sur toi depuis que tu l’as rencontré.

« Mais cela me rassure que vous me disiez cela. » ajoutes-tu quand elle prend ta main droite dans la sienne. « Au moins je sais que je ne devrais pas avoir de problème si je continue à me maintenir en forme. Et puis, je dois également avouer que c’est agréable de l’entendre. De se sentir attirante, aussi. »

C’est dit de façon à ce que cela fasse référence à l’homme que tu aimes tout autant que la femme qui t’observe. Mais le regard que tu lui lances laisse beaucoup moins de place au doute. C’est une manière pour toi de lui faire comprendre que la balle est dans son camp, surtout compte tenu de sa situation. Même si tu es curieuse, que tu n’as pas envie de le regretter et que Kaz t’a donné son autorisation s’il doit se passer quelque chose de plus intime, tu as trop d’appréhension pour que ce soit toi qui décides de faire le premier pas et d’amorcer quelque chose.







Sprite by Yakuru Hoot.
Double-Compte: Tony Schwärtzwind et Soren Kenshin
Theme
Battle Theme 1 - Battle Theme 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Agent Alola

C-GEAR
Inscrit le : 13/02/2017
Messages : 265

Jeu 25 Oct - 4:12
Elle était rassurée de mon diagnostique et surtout heureuse. Puis elle place le mot attirante. Avec ce regard appuyait. Elle avait bien comprit mon jeu, elle n’était pas bête. Toutes ces caresses que je venais de lui faire. Sans qu’elles ne soient sensuelles, avaient étés de trop. Pas de doute sur ce qu’elle voulait à présent et j’étais mise au pied du mur. La seule gène était que je n’avais jamais fait ça avec une femme. Et si je venais à la décevoir ? Moi qui lui avais vendu du rêve… Le rêve de passer une nuit ensemble à la saint valentin. Je lui souris alors avec la plus grande des douceurs. « Pourtant, on a rien à perdre à dire à quelqu’un qu’elle est belle ! Et vous l’êtes Mary ! Je vais chercher votre verre d’eau ! » Oui, il faut que je quitte ce moment pour être sûr de moi. Mes jambes sont épilées, mon maillot aussi, le déo ? Ca va il tient ! Mes dents ? Ah mince ! Passer par la case salle de bain pas possible là, trop suspect ! Oh et puis elle avait mangé pareil que moi ! Je regardais alors mon sac à main à côté de la porte d’entrée. Mon arme et ma plaque étaient dedans, non rangés !

Je le prenais, puis ouvrait mon coffre dans la cuisine, un code à quatre chiffres et y déposais mon arme et ma plaque avant de le refermer discrètement. Je chopais alors une nouvelle fois les deux verres et la bouteille d’eau. Reprenant place dans le divan, un peu plus proche de Mary que tout à l’heure. Je servais un peu d’eau dans son verre, puis le lui apportais jusque sa main. Bon aller Rose ! On y va ! Il fallait trouver un moyen de reposer la main sur elle. Les jambes ! Je n’avais pas fait de diagnostic sur ses jambes ! Du coup, c’est naturellement, que je me détache un peu d’elle. Posant ma main gauche sur sa jambe droite. « Vos jambes ont l’air également symétrique et bien entretenue ! Avec ce pantalon c’est difficile à dire, mais il me semble que ça à l’air pas mal, levez-vous pour voir ? » Debout, je dois la remettre debout ! Je me lève, attendant qu’elle finisse son verre d’eau. Le reposant sur la table, avec de la grâce et de la légèreté. Où alors je déraille totalement. Cette fois, je n’irais pas en me cachant ! Je m’accroupissais devant elle, mes mains sur ses chevilles. Montant doucement, mais fermement sur les mollets, les arrières cuisses. Cette fois, on y est ! Elle m’a lancé plusieurs messages. Tout comme moi. On est deux grandes filles. GO ! « Je vais juste corriger vos dires de tout à l’heure Mary, vous n’êtes pas attirante ! » Délicatement, je montais mes mains jusqu’au fesses de la brune. Là, un murmure sortait alors de ma bouche. « Vous êtes beaucoup plus que ça » J’approchais alors ma bouche de la sienne, mes mains se glissant à l’arrière de son débardeur. Caressant son dos chaud et doux. Nos lèvres se touchaient enfin. Délicates, douces, faites pour se frôler encore et encore. Les miennes laissant le murmure continuer à envahir l’espace minuscule de nos visages. « Vous êtes excitante Mary »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Sbire Galaxie

C-GEAR
Inscrit le : 05/09/2014
Messages : 975

Région : Kalos
Sam 3 Nov - 0:57
Rien à perdre à dire à quelqu’un qu’il ou elle nous plait physiquement ? C’est drôle. Jusqu’à il y a très récemment encore, tu aurais été persuadée du contraire. La honte est un sentiment que tu détestes et que tu préfères éviter à tout prix, même s’il est évidemment moins pire que bon nombre d’autres émotions. Peut-être était-ce encore les dernières traces d’adolescence qui restaient chez toi avant ta rencontre avec Kaz ? Quoiqu’il en soit, il faut dire que cela n’a pas été difficile avec lui de lui dire qu’il te plaisait, et réciproquement. Il n’y a pas d’explication précise à la raison pour laquelle cela a été le cas. C’est juste arrivé naturellement, sans forcer quoi que ce soit. C’est peut-être la beauté de la chose, d’ailleurs. Juste provoquer un petit peu la chance en saisissant l’opportunité qui t’a été donnée, puis laisser faire la conséquence de tes actes.

Seulement, cela sera-t-il aussi plaisant cette fois-ci ? Tu n’en as aucune idée. Tu appréhendes autant que ta première fois avec Kaz. Non, tu appréhendes beaucoup plus. Avec lui, tu étais en parfaite confiance. Un mot de ta part, et il se serait arrêté en te prenant dans ses bras comme il sait si bien le faire. Et vous vous connaissiez davantage. C’est la deuxième fois que vous vous voyez, Rose et toi. Tu n’as aucune idée de ce qu’elle aime, et réciproquement. En fait, tu as peur qu’elle fasse des choses que tu n’aimes pas, et tu ne sais pas trop comment lui dire. C’est probablement, entre autres, pour cette raison que les coups d’un soir ne t’ont jamais attiré. A moins de très bien se connaître soi-même et d’être à l’aise avec l’idée de dire ce qui te plait ou non à ton partenaire de la nuit.

Tu remercies Rose pour le verre d’eau, puis elle te complimente à nouveau sur tes jambes en te demandant de te mettre debout. Ses mouvements commencent à être plus sensuels alors qu’elle s’approche de toi, et qu’elle commente de nouveau ton corps. Tu ne réponds pas, cependant. Tu profites du moment, autant que faire se peut. C’est un peu embarrassant, mais ses caresses restent agréables. Jusqu’à ce qu’elle se relève et qu’elle te touche dans des endroits plus intimes en te disant ce qu’elle pense de toi.

Malgré ça, tu n’as envie que d’une chose, c’est qu’elle se taise.

Tu te penches vers elle pour que vos lèvres se rencontrent et se touchent, mais elle ne peut pas s’empêcher de continuer ensuite. Tu fronces légèrement les sourcils. Typiquement, c’est le genre de phrase qui ne te met pas dans une bonne ambiance. Que dira-t-elle, après cela ? Que tu as un corps de rêve qui la met dans tous ses états ? Oui, ça tu peux le voir, entre la respiration qui s’accélère et ses yeux emplis de désir. Si c’est pour raconter ce genre d’évidences obscènes, cela n’en vaut pas la peine. Ou en tout cas, pas de cette façon. On te traitera probablement de bisounours, mais tu préfères qu’on te susurre des mots doux plutôt que… ça. Alors tu décides d’y couper court en l’embrassant de nouveau, avec la langue cette fois-ci, non sans manquer d’une certaine énergie qui s’empare parfois de certaines personnes un peu timides lorsqu’elles se retrouvent acculées.

« Si vous dîtes la vérité, pourquoi ne pas me le prouver dans un endroit où nous serons un peu plus à l’aise ? » proposes-tu dans un murmure. « Et moins bondé, qui plus est. »

Il ne faut pas non plus oublier que vos Pokémon sont là, après tout. Et tu ne te vois pas faire ce genre de choses devant eux, même si ce sont des besoins naturels et qu’ils n’auraient sûrement pas grand-chose à en faire, comme la plupart des animaux. Question de pudeur, tout simplement. Tu la laisses donc te guider, tandis que tu continues de la toucher avec ton bras robotique. Ce n’est pas pour rien que tu utilises cette main-là plutôt que celle faite de chair et de sang. Tu t’en sers toujours quand tu as besoin d’établir une espèce de rapport de force, ou tout simplement, pour ne pas montrer ta faiblesse. Et dans ce cas précis, ça te donne un peu plus de temps pour te préparer psychologiquement à ce qui va suivre.

Se dire que c’est comme si tu le faisais avec Kaz est plus facile à dire qu’à faire, justement. Elle dispose d’attributs que lui n’a pas. Quoique, techniquement, si la Team Galaxy t’en donnait l’autorisation, tu pourrais demander à ce que l’on recouvre son armure avec quelque chose qui ressemblerait à du tissu humain. Peut-être qu’il pourrait avoir une sorte de corps féminin de cette façon ? Beaucoup riraient de la situation, mais tu te poses la question très sérieusement. Et à vrai dire, l’idée ne te paraît pas tout à fait dénuée d’intérêt.







Sprite by Yakuru Hoot.
Double-Compte: Tony Schwärtzwind et Soren Kenshin
Theme
Battle Theme 1 - Battle Theme 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Agent Alola

C-GEAR
Inscrit le : 13/02/2017
Messages : 265

Mar 6 Nov - 18:45
/!\ Le rp suivant entre dans une catégorie -18 ans, veuillez ne pas continuer si vous n'atteignez pas cet âge. Merci


Blessée. C’est ce que j’aurais cru voir sur son visage. Pourtant, elle n’avait pas repoussé mes lèvres ? Sans mis attendre, elle prend les devants. Glissant sa langue dans ma bouche, puis une tension s’installe. Pas celle qui met mal à l’aise, non, celle qui donne envie. J’y prends part à mon tour ! Elle est belle, irrésistible. « Si vous dîtes la vérité, pourquoi ne pas me le prouver dans un endroit où nous serons un peu plus à l’aise ? Et moins bondé, qui plus est. » Je ne l’aurais pas cru. La biche que j’avais entre mes mains. Il y a à peine deux minutes, venait de se transformer en une véritable tigresse. Et franchement ! J’adorais. Elle n’avait peut-être pas l’habitude de faire ça devant ses Pokémons. Moi les miens étaient habitués. Matthew venait tous les deux jours et nous étions … assez bruyants. Par chance, je n’avais pas de mitoyenneté ! J’emportais alors la demoiselle dans la pièce derrière le salon. Elle avait toujours sa main mécanique de posé sur moi. Comme contact, j’aurais préféré l’autre, plus doux, plus chaud. Mais bon, je ne vais pas faire ma difficile, j’espérais juste qu’elle s’en sert pour me faire plaisir. Je ferme la porte, puis verrouille celle-ci : Nous sommes dans ma chambre.

Tout sourire, je me replace face à elle, je suis un poil plus grande, mais ça ne me dérange pas. Les baisers reprennent, c’est ma première fois. J’ai déjà embrassé d’autres filles pour mon ancien métier. Pas une seule fois je ne suis arrivée à ce cap. Et pourtant, je sens que j’aime ça. Tout au fond de moi, un désire monte, je ne peux le nier. Je pose mes deux mains sur elle, sur ses hanches d’abord. Puis ma main droite remonte son dos tranquillement, jusqu’à placer ma main derrière sa nuque. Nos langues se touchent à nouveau, se caressant. Ca à l’air d’aller de son côté, elle a l’air de le supporter. Pour le moment, c’est douillet, sans geste grave. Ma main droite se replace dans son dos, mon corps se post de côté. De mon autre main, je passe sous son débardeur, caressant alors son sein droit, calmement, avec douceur. Si elle devait réagir c’était maintenant. Si elle voulait se retirer, elle se devait de prendre la décision maintenant. Il fallait qu’elle le comprenne, mais l’avait-elle vu ainsi ? Avait-elle bien l’intention de continuer ? De faire ça avec une femme ? Une inconnue ? Et non pas son prince charmant ? Moi dans ma tête tout était clair, j’agissais comme si je me faisais plaisir à moi-même. Mes gestes étaient tous fait dans ce sens, donner du plaisir tout en douceur. Bon pour être sûre qu’elle soit toujours d’accord, mes mains se mirent de connivence pour se mettre de chaque côté de ses hanches. Je cessais alors de gouter à sa bouche, descendant ma tête sur son bas ventre. Mes mains soulevaient alors le vêtement vers le haut. Mes lèvres suivaient ce dernier, glissant sur sa peau, passant entre ses deux seins, pour retrouver sa bouche. Jetant le débardeur au sol, je la serrais contre moi. As-tu compris que je ne plaisante pas ? Souhaites-tu continuer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Sbire Galaxie

C-GEAR
Inscrit le : 05/09/2014
Messages : 975

Région : Kalos
Sam 17 Nov - 12:35
(Dans la même veine que ma vdd :p Les enfants, au lit ! è_é)


Voilà. Enfin, elle se tait. C’est déjà un peu plus supportable, maintenant. Tu as la sensation d’être davantage en contrôle, et c’est peut-être ce qu’il te faut, au final. Ne pas te laisser submerger par ce que tu t’apprêtes à faire. Au moins avoir l’air d’avoir confiance en toi. Tu ne l’as peut-être jamais fait avec une femme mais cela ne t’est pas entièrement étranger pour autant, n’est-ce pas ? Alors même si cela reste dans l’ordre de l’intime, ce n’est pas si insurmontable que cela. Tu as déjoué les plans de la Team Ombre avec une poignée de personnes, bon sang ! Même acculée, tu restes une arme vivante. Tu restes celle qui compte redorer le blason de la famille Nephilim, celle qui va détruire Arceus et construire un nouveau monde. Que peut bien valoir une épreuve aussi minable ?

Vous montez dans sa chambre, laissant vos Pokémon dans le salon. Tu espères que la maison est bien insonorisée. Tu ne sais pas trop comment expliquer cela à tes compagnons si jamais ils venaient à vous entendre. C’est un peu comme parler à un enfant quand il demande comment on devient parent. A un certain âge, quand on n’y est pas préparé mentalement, ce n’est jamais bien facile. Mais la pensée s’évanouit bien vite une fois que Rose a refermé la porte et qu’elle t’embrasse de nouveau et qu’elle continue de te toucher. Ce n’est pas désagréable, mais il manque quelque chose, bien que tu ne saches pas encore quoi. Sa tête descend lentement jusqu’à ton ventre et elle enlève ton débardeur, révélant ton torse nu ainsi que la marque dans ton dos. Cela ne t’est d’aucune importance qu’elle le remarque – ce qu’elle fera, vu à quel point elle s’étend. Si elle te demande ce que c’est, tu répondras que ce n’est qu’un bête tatouage, et elle n’ira sans doute pas plus loin. Ce n’est pas comme si elle allait s’illuminer en sa présence. Tu n’as aucune raison de l’utiliser dans de telles circonstances et elle n’a vraiment pas l’air d’en avoir quelque chose à faire. Le désir qu’elle a pour toi est trop grand. Elle touche ta poitrine dans l’espoir que cela t’excite tout autant qu’elle. C’est doux et vivace à la fois. C’est donc ça, de sentir la peau de quelqu’un sur ce genre d’endroit ? C’est chaud et agréable. Bien plus que le métal ou le plastique, en fonction de ce que Kaz utilise. Il y a son odeur aussi, ou encore sa langue qui pénètre ta bouche. Tu as envie de savoir jusqu’où ça va, et c’est la raison pour laquelle tu l’encourages à continuer, même quand elle s’arrête.

Mais là encore, il manque quelque chose. Tu passes ta main dans ses cheveux, comme tu le fais souvent avec lui, pour essayer de retrouver ce que tu ressens. Tu fermes les yeux pour tenter de t’imaginer sa présence. La douceur de sa voix, de ses joues. Sa respiration, aussi. Mais il n’y a pas grand-chose de tout ça, chez elle, ce qui rend la tâche difficile. Alors tu tentes quelque chose. Tu tentes de prendre les devants. De ton bras gauche, tu décides de l’amener sur son lit et de la faire s’allonger tandis que tu te glisses devant elle et que tu commences à la toucher de manière de plus en plus sensuelle.

Tu sais ce qui te manque, maintenant. Et c’est quelque chose que Rose ne pourra jamais remplacer. Que personne d’autre ne pourra remplacer. Tu comprends maintenant. Homme ou femme, peu importent les sexes et les genres, l’expérience ou le manque de celui-ci. Ce ne sont pas les stimulations qui t’excitent. Ou plutôt, ce n’est pas suffisant. Ce sont les personnes. Les âmes des gens. Les « belles âmes », comme l’aurait dit Midley. C’est peut-être avec elle que tu aurais dû le faire ? Bah, peu importe. Concentre-toi sur le présent. Laisse-toi aller du mieux que tu le peux, malgré cette vérité. Couvre-là de baisers. Touche-là, tente de comprendre ce qu’elle veut.

Puis va plus bas, toujours plus bas.

*

Tu ouvres un œil et regarde la jeune femme qui se trouve dans le même lit que toi. Elle a l’air de toujours dormir à poings fermés. Tant mieux. Cela te laisse du temps pour te laisser divaguer, d’être de nouveau toi-même pour quelques temps. Voilà une explication supplémentaire, d’ailleurs. Être soi-même et avec une personne pour qui tu voues un amour sans condition. Voilà ce qu’il te faut, en fin de compte. Il faut croire que tu n’as pas cette espèce de pulsion animale qui anime la plupart des gens. On dit que quand une espèce est victime de surpopulation, il y a plus de chances de ne pas vouloir se reproduire ou d’avoir de pulsions sexuelles pour réguler le nombre d’individus. Ferais-tu partie de ces spécimens ? Peut-être bien. De toute façon, tu ne comptes pas vivre bien longtemps, même si tu devais gagner ton combat. A moins de devenir immortelle, ton mode de vie n’est pas adapté à une incroyable longévité. Tes pensées se tournent vers Kaz. Que fait-il en ce moment ? A-t-il décidé de faire la même chose que toi, en considérant qu’ainsi, vous seriez quittes ? Tu ne lui en voudrais pas. Tu aimerais l’appeler tout de suite, lui faire part de ce que tu ressens. Peut-être qu’il serait curieux de savoir comment c’était, et tu serais ravie de lui en faire part, pour qu’il sache à quel point ce n’était rien par rapport aux moments que vous pouvez vivre, à cette sensation de communion que vous avez quand vous le faîtes. Il serait rassuré quand il comprendrait que ce serait impossible pour toi de voir ailleurs. De manière consentie, en tout cas. Dans le cadre d’une mission ou pour garder ta couverture, c’est différent. Vous l’avez bien compris, maintenant. Et cela te laisse un arrière-goût amer dans ta bouche. Un arrière-goût que tu aimerais faire passer autrement… Mais tu ferais mieux d’attendre d’être à l’hôtel, pour ça. Rose le prendrait sûrement très mal si tu devais penser à Kaz de cette manière, chez elle, peu de temps après son réveil.

Il faut que tu trouves quelque chose à faire pour ne pas trop y penser. Le petit-déjeuner, ce sera sans doute très bien.







Sprite by Yakuru Hoot.
Double-Compte: Tony Schwärtzwind et Soren Kenshin
Theme
Battle Theme 1 - Battle Theme 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Agent Alola

C-GEAR
Inscrit le : 13/02/2017
Messages : 265

Lun 26 Nov - 22:54
C’est en pleine nuit que je me réveille. Elle dort paisiblement, son souffle chaud près de moi. Tu ne sais pas ce qui t’as pris, non tu n’arrives pas à savoir. Elle t’a fait envie, tu la désirais et puis ce moment charnel a été … décevant ! Là où tu pensais trouver une réponse, c’est encore plus flou. Pourquoi avait-elle été si vite ? Etait-elle honteuse elle aussi ? Je la désirais, mais j’avais honte de ce qu’on venait de faire. Je n’aimais pas être une femme d’un soir. Enfin hors mission, je n’aimais pas ça et là, je venais de le faire. Plus par curiosité qu’autre chose à vrai dire, j’avais été attiré par Juliette, puis par Mary, il fallait en avoir le cœur net. Là au moins, pour le moment en tout cas, je préférais largement les hommes. Oh je ne dis pas que je n’ai pas eu de plaisir avec elle, mais il était trop court. Dès que j’avais posé ma main sur elle pour prendre notre temps, elle avait voulu prendre le dessus, peut-être trop habitué à le faire avec son … mec ? Même en sortant mon jouet, ce que j’avais hésité à faire. Même là, à un moment, alors que je faisais ça du mieux possible pour son bonheur. Elle avait tout de suite pris le relais pour me faire partager notre jeu. Non, clairement, j’étais déçue et honteuse de moi.

Au matin, mes yeux s’ouvraient de nouveau, direct je regardais à mes côtés et je la voyais, elle aussi réveillée. Timidement, dans un murmure, je lui adressais. « Salut ! Bien dormi ? » Je ne la touchais pas, je n’en avais plus le courage, en fait je n’aurais pas dû faire ça avec elle et je ne savais pas comment le lui avouer. Je sortais du lit une fois sa réponse faite. Me promener devant elle toute nue, ça je n’en avais rien à faire, direction ma salle de bain. J’en sortais un peignoir que j’enfilais, en petite soie noire avec des fleurs de cerisier roses. Un style asiatique, très classique, que j’adorais. Puis je la regardais dans le lit, peut-être qu’elle n’osait pas sortir, je branchais le chauffage avant de quitter la pièce, et ouvrais mon armoire pour lui sortir un deuxième peignoir. Même style, fleurs blanches, fond rouge. « Tiens, faut attendre que la salle de bain chauffe un peu. On va déjeuner ? » Elle avait l’air d’accord, du coup je sortais de notre chambre pour lui préparer un petit repas, je devais ma rattraper de mes frites pourrîtes ! Analysant le réfrigérateur, j’avais de quoi faire, des œufs, du bacon, confitures de mûres et d’abricot, jus de fruit, lait ! Et dans la boite du pain, il devait y avoir des biscottes quelque part aussi si elle voulait. Pas le temps de lui faire de petites crêpes, je travaillais ce matin. C’est donc un café que je me préparais en l’attendant. Deux tartines beurrées, un œuf à la coque qui attendait sagement d’entrer dans l’eau chaude, voir s’il serait accompagné pour chauffer, un verre de jus de fruits multivitaminés, me voilà en train de déjeuner. L’attendant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Sbire Galaxie

C-GEAR
Inscrit le : 05/09/2014
Messages : 975

Région : Kalos
Mer 5 Déc - 21:26
Tu es perdue dans tes pensées quand la voix de Rose te rappelle à la réalité. Le ton de sa voix n’est clairement pas aussi assuré qu’auparavant. Elle se doute certainement que cela s’est moins bien passé pour toi que pour elle, mais ce que tu n’avais pas prévu, c’était qu’elle le prenne de cette façon. Est-ce qu’elle s’en veut ? Tu ne l’imaginais pas comme ça. Elle y tenait peut-être plus que ce que tu croyais. Toi qui pensais qu’elle y voyait plus son intérêt personnel dans la chose, cela te fait reconsidérer un peu ton attitude. Tu pensais que ce serait plus… « simple » est-il le bon terme ? En tout cas, que les choses ne prendraient pas cette tournure. Ta curiosité aurait été satisfaite, elle aurait pris du plaisir, et fin de l’histoire. Vous reprendriez vos vies sentimentales à toutes les deux, elle continuerait de voir qui elle voudrait, et tu retomberais dans les bras robotiques de l’homme que tu aimes. Au final, elle est plus sensible que tu ne le croyais. Pas dans le sens péjoratif du terme, bien entendu. Mais cela ne t’aide pas vraiment dans cette situation.

« Très bien, merci. » réponds-tu en te tournant vers elle. « Et… toi ? »

Cela te fait bizarre de tutoyer une personne que tu connais à peine, mais avec qui tu viens de partager un moment intime. Si jamais elle te pose la question, tu répondras que c’est parce que tu es trop habituée à vouvoyer les gens avec ton « travail », et c’est un peu vrai, en un sens. Mais c’est surtout parce que tu n’es pas de cette éducation-là. Tu ne te lies pas aux gens facilement. Il y a bien des exceptions, Sae ou Cassandre, pour citer quelques exemples. Mais en général, cela te demande un certain temps. Parce que tu vivais pour servir les intérêts des autres et que tu étais habituée à ne pas revoir les mêmes visages régulièrement. Et puis, c’est peut-être un peu dans ta nature, également.

Rose te répond, mais cela confirme ton impression. Il y a définitivement quelque chose qui ne va pas, et tu penses bien savoir ce que c’est. C’est juste compliqué d’en parler comme ça, aussi vite, à peine réveillées. Elle se lève, allume le chauffage de la salle de bains et te prête un peignoir avant de te proposer d’aller déjeuner avec elle, en attendant qu’il fasse effet.

« Bien sûr, juste une seconde. » fais-tu en te tournant vers ton téléphone pour vérifier tes messages. « Ma maîtresse m’a appelé, je vais la contacter pour m’assurer que tout va bien et je descends tout de suite. »

Tu parcours ta liste de contacts tandis que la jeune femme descend dans le salon. Evidemment, ce n’est pas le numéro de la baronne Reynolds que tu vas composer. Il n’y a qu’une seule personne vers qui tes pensées se tournent depuis hier soir et tu ressens ce besoin irrépressible de lui parler. De lui faire part de cette révélation, de lui faire comprendre qu’il reste celui pour qui ton cœur bat.

« Mary ? » appelle le cyborg à l’autre bout du fil.

« Bonjour, Kaz. Tu m’as manqué. »

« Qu’est-ce qui se passe ? Tu n’as rien, au moins ? »

Tu sais très bien qu’il essaie d’éviter cette question. Il n’est pas stupide, loin de là. Te demander si la situation ne s’est pas aggravée, c’est un moyen détourné de connaître la réponse à ce qui doit être en train de le torturer en ce moment même.

« Je ne crois pas avoir été à la hauteur de ses espérances. » déplores-tu. « Mais je tenais à ce que tu comprennes que tu es toujours l’homme que j’aime, quoiqu’il arrive. En fait… chaque fibre de mon être ne réclamait que toi. Je voulais vraiment que tu le saches. »

Un soupir de soulagement se fait entendre à l’autre bout de la ligne. Cela doit le libérer d’entendre cela. Pourtant, c’est lui-même qui a affirmé que vous ne pourriez jamais avoir une vie normale, ni une vie de couple normale. Il est comme toi, au fond. Vous êtes bien trop liés pour prendre du recul et accepter facilement le fait que tu auras probablement besoin d’user de tes charmes pour parvenir à tes fins. C’est difficile parce que tu sais que cela te posera problème à la venir, mais c’est aussi un peu réconfortant de savoir à quel point il est clair sur ses sentiments avec toi.

« Il faut que je raccroche, Rose va se douter de quelque chose. » préviens-tu. « Je te rappelle une fois sortie pour discuter de nos retrouvailles. »

« Entendu. » répond le cyborg avec un certain enthousiasme dans sa voix. « Ne me fais pas trop attendre. »

Tu raccroches, le sourire aux lèvres. Tu es contente de l’entendre avoir cet état d’esprit. Reste maintenant à trouver un moyen de te sortir de ta situation sans trop de problème.

Tu descends aussitôt les escaliers après t’être vêtue et constates que Rose a déjà tout préparé. Cela te fait de nouveau bizarre de voir autant de Pokémon agglutinés en un même point au sein d’une maison, mais ce n’est pas si dérangeant. C’est ainsi que vivent la plupart des gens, après tout.

« Pardon pour ce petit contretemps. » t’excuses-tu auprès de Rose. « Merci pour le repas, ça a l’air délicieux. »

Tartines beurrées, jus et œuf à la coque, cela ressemble déjà un peu plus à ce que tu as l’habitude de manger, par rapport à des frites beaucoup trop salées. Mais le petit-déjeuner pris dans le silence n’aide pas trop à se sentir à l’aise. Peut-être qu’il est temps que tu prennes les devants et que tu crèves l’abcès avant qu’il ne devienne beaucoup trop important.

« A propos d’hier soir… » commences-tu, cherchant tes mots. « Tu n’as pas à te reprocher quoi que ce soit. Sincèrement. »

C’est difficile de mettre les mots dessus, alors tu te contentes de ça, pour le moment. A voir ce qu’elle va répondre ensuite.







Sprite by Yakuru Hoot.
Double-Compte: Tony Schwärtzwind et Soren Kenshin
Theme
Battle Theme 1 - Battle Theme 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 2 sur 2) Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Pee-ka-boo, I kill you ♥ [Feat: Rose Davis]
» (f) MOLLY WEASLEY feat ROSE LESLIE
» The third temptation [Aaron]
» Oscar et la dame Rose
» La fête de la rose à Chaalis

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Alola - 7E G E N :: Ekaeka-