AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» Highway song ♪


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 27/06/2018
Messages : 40

Région : Alola
Jeu 28 Juin - 16:21



Les jours se suivent et se ressemblent à Pyrite. L'ambiance mortuaire de cet espèce de bidonville format extra-large. Force est de constaté qu'on s'ennuie pas mal vite dans les grandes villes, lorsque le seul centre d'intérêt est un commissariat et une arène atypique, puisque c'est une grande scène dans laquelle se produisent quelques tournois, mineurs pour la plupart, uniquement dans l'intérêt de promouvoir un peu les boîtes d'événementiels du coin. Rien de véritablement étonnant, rien à se mettre sous la dent. Enfin, si. Y'avais le boulot. Et quel boulot !

C'était le bon vieux temps...

Le trio infernal se dirigeait vers un bar du centre-ville. Le terme bar hype un peu le truc, puisqu'en fait, c'était un espèce de vieux "saloon-like" avec portes d'entrée battantes, s'en suivi d'un espèce de lino à même le sol complètement dégueulasse, mal entretenu, collant sous les pieds. Une odeur bien particulière s'extirpait de cet endroit. Un mélange de bière bon marché, mélangé au cigare que fumaient les vieux piliers de comptoirs, le genre d'odeur que tout individu préfère ne jamais connaître. Les trois compères sont là, et s'installent à la tablée la plus proche de la sortie, afin d'éviter aux mieux les vieux du bar, ceux qui empestent le cigare et le rouge qui tâche, ceux là même qui parlent fort et généralement de donzelles bien gaulées qu'ils auraient croisés en allant faire les courses. La légende raconte que les tabourets auraient aujourd'hui, gardé la forme de leurs vieilles miches toutes ridées.

▬ Trois binches ! Bien fraîches cette fois-ci.


Faut dire que la tireuse à bière s'est encrassée, et maintenant, dans ce trou de merde, ils ne servaient que des bouteilles. Ce ne serait pas dérangeant si, pour la millième fois, le frigidaire n'était pas en panne. Il faisait une chaleur abominable, et la bière chaude c'était pas le meilleur truc au monde pour se désaltérer.

▬ Les mecs, faut qu'on cause. Cette situation, là, ça peut plus durer. Faut voir plus grand, plus loin que ce trou de merde.
▬ Yep.
▬ Si j'trouve une opportunité de me casser, j'vous emmène les potes !
▬ De même.
▬ Pareil !


Cette époque, aujourd'hui révolue, me manque...

Ce qui arrivait sur la table semblait être trois bières. Mais bon. Après avoir trinqué et bu une gorgée, ils reposent tous la bouteille sur la table en tirant la gueule. C'était une espèce de bouillie de houblon, de malt et d'eau, le tout gazéifié, et servi chaud. Une immondice. En y réfléchissant, ça devait être illégal de servir une merde pareille. Mais il n'y avait que ça dans le coin. Et taper quelques bornes pour aller ailleurs, finalement, c'était pas une si bonne idée. Sous prétexte que tout partait à vau-l'eau, que la région était appauvrie, et bien, les prix étaient excessifs. Ceux pour avoir une voiture, ceux pour prendre un billet de ferry et se casser loin d'ici. Tout. Excessivement cher. C'est d'ailleurs l'une des raisons pour laquelle beaucoup de gens ici même se reconvertissaient dans le crime, parce que ça payait plutôt bien. Il y avait ça, et rejoindre les forces de l'ordre. Mais bon. Le calcul était simple. Une paie de flic, c'est une demi paie de criminel, sans les à-côtés. Dim - Dimir de son prénom - avait fait rentrer tout ce beau monde avec lui lorsqu'il avait rejoint la Team Snatch. Voler les pokemons, refourguer ça aux scientifiques qui utilisaient des systèmes complexes pour les rendre différents. Eux, ne se cassaient pas la tête. Ils volaient, ils gagnaient de la thune. Et quand y'avais pas assez de billets, ils bossaient ailleurs à côté. Quelques braquages par ci, du recel de pokemon par-là. Ils se servaient là où il y avait de l'argent. Mais chacun d'entre eux espérait autre chose. Ce n'est pas que la vie de criminel n'était pas super intéressante. C'était surtout que la vie de criminelle ici, ça ne valait pas la vie de malfrat ailleurs. D'autres régions plus élaborées et surtout moins appauvries pouvaient valoir le coup. C'est pour cela, que tout les trois bossaient dur pour pouvoir mettre assez de thunes à côté, afin de se casser une bonne fois pour toutes.

Elle me manque parce que nous étions trois...

Chacun avait son rôle de prédilection dans la bande. Dimir, c'était le beau gosse assez instruit, qui arrivait par son talent d'élocution, à obtenir quasiment tout ce qu'il voulait. Il avait une facilité que les autres n'avaient pas, à "pécho" tout ce qui bouge. Dans une autre vie, il aurait pu être prof c'est sûr. Mais là où il pêchait, c'était quand il fallait prendre les armes. Fatalement, Dimir aimait la modération, il ne sortait pas couvert, et tentait toujours la manière pacifique. Ce qui était loin d'être le cas d'Aleksandr. Lui, c'était la grande gueule de la bande. Toujours dans l'abus quand il ouvrait la bouche, toujours à rajouter quelques détails croustillants qui n'avaient jamais rien à voir. Il adorait raconter des histoires et être le centre de l'attention. Mais c'était surtout un mec qui n'avait pas froid aux yeux. Si fallait verser le sang, c'était pas un problème pour lui. Le gain avant tout. Et, il y avait Mikhail. Lui, était plus modéré que son comparse, sans être dans l'excès comme Dimir. Un prodige lorsqu'on lui foutait un ordinateur entre les mains. Un bon costaud qui savait toujours se démerder pour aider ses proches, mais qui ne ferait pas forcément le premier pas. Il tapait souvent pour répondre à une attaque, jamais pour la déclencher. Chacun son rôle.

Je me souviens qu'on l'attendait au ferry... Il n'y est jamais arrivé.

Ils avaient trois tickets pour embarquer. Dimir avait tout prévu. Un lotissement pour chacun, un boulot bien pépère. Il avait économisé quasiment tout une vie, et avec l'aide financière des deux copains, il avait fait toutes les démarches. C'était surtout parce qu'il était le seul du groupe à ne pas avoir sa tête placardée sur les murs de la ville, ça aidait. Aleksandr et Mikhail avaient graissé les pattes du capitaine pour rejoindre l'embarcadère en douce, sans avoir à passer le cordon de sécurité. Les flics s'étaient pointés. La Team s'était faite démantelée, mais il y avait de fortes chances pour qu'un d'entre eux tente de s'extirper afin d'éviter un procès. Dimir n'a jamais réussi à passer le cordon. Quelques jours après, en fouillant les journaux locaux sur internet, la nouvelle était tombée. Un type de la team avait tenté de fuir et il aurait été retrouvé mort. Circonstances un peu suspectes. Il aurait tenté de sortir quelque chose de la poche intérieure de sa veste. Eux, ont pensés à une arme. Légitime défense. Le copain était mort à quelques pas de l'embarcadère, à quelques pas de sa liberté.

▬ Et t'es bien sûr que c'est lui ?
▬ Son téléphone n'est plus attribué. Il n'y a aucune trace de lui, nulle part. Et puis, s'il était toujours vivant, tu pense pas qu'il aurait essayé de nous retrouver ?

Il marque un point. Mais inconsciemment, je pense encore aujourd'hui que le copain est vivant, là, quelque part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 27/06/2018
Messages : 40

Région : Alola
Dim 1 Juil - 19:38
Putain de chaleur. Il devait faire quarante degré, à l'ombre. Assis sur une chaise minable qui grinçait à chaque fois qu'un postérieur se mouvait ne serait-ce que d'un petit millimètre, nous contemplions l'étendue de la ville. Sous cette chaleur qui, je le rappelle, pouvait permettre la cuisson d'un œuf sur le capot d'une voiture. Du moins, c'est le genre de trucs qu'on entendait dire par les vieux à la tablée d'à-côté. Nous n'avions ni œuf, et encore moins de voiture. Nous étions là, tout les trois, à attendre que le temps et ce soleil posté à son zénith, passent, trépassent, et laissent paraître un peu de fraîcheur. Ouais. On attendait qu'il fasse moins chaud pour se bouger le cul, en attendant, tout le monde commandait bière sur bière, mis à part moi. La bière, c'est pas que c'est pas mon truc, loin de là. Mais à partir d'une certaine limite, je ne contrôle plus vraiment mes faits et gestes. Un peu comme si je cohabitais avec quelqu'un dans mon corps, et qu'il sortait lorsque j'étais ivre. Le lendemain généralement, on me disait que j'avais fais le connard, vidéo à l'appui. Et avec cette chaleur étouffante, j'allais pas faire long feu si je commençais à me mettre une murge. Puis, il y avait la mission de ce soir. Un braquage, en bonne et due forme. On touchait cinquante pour cent du recel, l'autre partie allait au vieux, celui qui nous avait briefé, celui qui avait tout orchestré. Nous étions les bras, il était le cerveau, ça fonctionnait comme ça, et si on n'était pas d'accord, il allait embaucher une autre équipe pour la foutre sur le coup.

A cet instant précis, mes compagnons sont en train de parler de choses et d'autres. Je n'écoute pas véritablement. J'ai la tête en compote, mes jambes se font lourdes, j'ai la vague impression de traîner sur les épaules tel un fardeau, tout le poids du monde. J'ai cette sensation d'être complètement claqué, faute à la température. Ce soleil, imposant, impérial, constant, j'ai comme l'idée que depuis son sommet dans les cieux, il essaye de nous carboniser. De nous calciner. Les quelques feuillages environnant et les bâtiment donnent un peu d'ombre, mais c'était pas suffisant, parce qu'il manquait une chose, une chose très importante : le vent. Il se faisait discret, en vérité pour en trouver un peu, il fallait voyager. Prendre la moto, sans casque, était une alternative. Mais bon. Les flics étaient dans le coin. Assis, dans une voiture avec la climatisation, des lunettes de soleil sur la face, juste là, au coin de la rue.

Quelques paroles de mes collègues m'extirpèrent de ma torpeur.

▬ Explique-lui le fameux cas Alexie, il est pas au courant l'copain !

Alexie. Cette abomination vivante. Je ne savais que fort bien qu'il y avait une chose à ne jamais faire quand on vit dans ce genre de monde, un monde noir comme le nôtre, un monde dans lequel on attends pas vraiment la fin du mois pour avoir du pognon. Nous, on se sert là où il est. Et dans ce monde, il y avait un truc à jamais, ô grand jamais, faire. Se mettre en couple. Je l'ai fais, à mes dépends, avec elle. Je lui ai caché ma double vie, afin de la protéger mais surtout, pour me protéger moi. Elle avait fait la même. Un coup, j'ai été inculpé pour une affaire et finalement relaxé. Devinez sur qui je suis tombé au commissariat, à prendre ma déposition ? Elle. Cette connasse était dans le clan des uniformes, et moi, dans l'autre. Quelques jours après, nous avions rompus. Elle, jouant le rôle de celle qui tentait de m'incriminer, et moi dans le rôle de "j'ai rien à voir là-dedans". Et au final, j'avais véritablement rien à voir là-dedans, pour de bon. Mais elle, sous couverture, avait tenté plus ou moins d'infiltrer ma vie comme une sorte d'espionne.

▬ J'ai pas envie d'en parler. Je préfère rester 'focus' sur l'ordre de mission qu'on nous à donné. Faut pas se louper, sinon, l'vieux va faire qu'une bouchée de nos petites gueules.

Vous avez vu comment j'esquive une discussion ? Un talent, difficile à obtenir pour certains, inné chez moi. Mais ce n'est pas le seul, j'en ai tant d'autres..


Aleks parle en royalblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Sak caraibean international highway ?
» HIGHWAY TO HEAVEN ♥ welcome in New Heaven
» 04. Love you like a love song, baby...
» Love is a song of hope... [PV Eclair Sournois ]
» I'm on the highway to hell ♦ Myndi & Tyler

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Alola - 7E G E N :: Lili'i-