AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» Sa vocation


avatar
Modo CDT & Agent

C-GEAR
Inscrit le : 19/09/2013
Messages : 1073

Région : Johto, Hoenn
Ven 22 Juin - 23:42
Depuis quelques temps, Stelkin arrivait petit à petit à remonter la pente. Il n’était aps toujours facile de parler de ce qui l’avait amené ici, dans cet établissement. Il se rendait compte avec le temps à quel point il s’était isolé et avait supporté bien trop de choses alors que des mains se tendaient un peu partout dans son sillage. La première étape fut certainement avec Alexander et même s’il le trouvait toujours mignon, il n’était plus vraiment attiré par lui. Non, c’était presque un confident, et, timidement dans son esprit, le mot « ami » se formait dans sa tête. C’était une chose nouvelle dont il avait toujours rêvé mais pour lequel il s’en était privé pendant trop longtemps. La disparition tour à tour de Sashel et de Tika n’avait aidé en rien à chercher à se lier avec qui que ce soit, surtout que la ligue révolutionnaire l’avait pris en chasse dans ces moments-là. A quelque part, il regrettait un peu de n’avoir eu qu’une vision partielle des options qui se proposaient à lui, notamment faire confiance à ses collègues du commissariat.

Il avait déserté, c’était clair et tôt ou tard, il devrait répondre de ses actes. La question le taraudait depuis un moment et ce devait être le signe qu’il était prêt à se frotter à cette question. Pour autant, la chef de service en psychologie lui fit une révélation surprenante « En fait, ils sont déjà au courant. Une fois que vous serez remis sur pied, vous devrez vous rendre au commissariat de Doublonville » Décidement, cette histoire le poursuivait partout et il était sûr que les événements au centre commercial les avaient remis sur sa piste. Se calant au fond de son lit, il remercia la femme qui repartit de son côté, bien occupée avec nombre de patients.

Que faire ? Qu’est-ce qu’il encourait ? Il savait que ce genre de procédure était tabou dans le sens où les personnes désertant étaient généralement des ripoux en lien avec une mafia ou un gang peu recommandable. Certainement qu’ils pensaient la même chose de lui, d’autant plus que la dernière fois qu’ils les avaient croisés, il s’était fait la malle. Surtout, qu’est-ce qu’ils savaient et ne savaient pas ? La confrontation lui faisait peur mais maintenant qu’il avait les idées plus claires, il se sentait plus confiant pour le face à face.

C’est ainsi qu’un après-midi, vers les 15h, il prit le téléphone du service de l’hopital et appela directement le commissariat. Il reconnut tout de suite la voix criarde de Sam qui prenait en charge les appels. Et qui n’hésitait pas à lui déverser un déluge d’insultes pour lui dire à quel point elle était contente d’entendre à nouveau sa voix après autant d’années d’absences. « Je suis désolé Sam, vraiment. J’aurai besoin de parler à Stanislas, est-ce qu’il est là ? »

Son cœur battait la chamade alors qu’il attendait au bout du fil un de ses anciens chefs. En réalité, il parlait avec lui en qui il avait le plus confiance. Pourtant c’est celui qui était le moins tendre avec lui, mais qui, il l’avait appris plus tard, avait appuyé sa demande de devenir flic. Un homme d’une quarantaine d’années qui en avait vu des vertes et des pas mures et qui n’avait pas sa langue dans sa poche. Quelqu’un de véridique et direct mais qui ne s'attendait pas à un tel appel.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Agent

C-GEAR
Inscrit le : 19/09/2013
Messages : 1073

Région : Johto, Hoenn
Sam 23 Juin - 13:34
Stan était en train de jouer aux fléchettes. La cible ? Le portrait d’un criminel, une sorte de caïd des quartiers. Rien de bien folichon. Et c’était un peu comme ça depuis quelques temps, depuis la fameuse affaire de la ligue révolutionnaire, vaste réseau d’adorateurs de Darkrai et qui commettaient leurs exactions à travers toute la société. Il n’y avait pas de profil type, homme comme femme, jeune ou âgé et provenant de n’importe quel milieu. Apparemment, leur objectif serait de faire devenir le créateur de cauchemars – un truc comme ça, mais se plonger dans une hérésie collective pour trouver du sens commun n’a jamais été son fort. Une sorte de secte qui ne faisait pas de bruit mais qui partait chasser des gamins aux yeux bleus pour les sacrifier sur leur autel. Bien qu’ils sachent que cette organisation existait grâce au travail du gamin, ils n’arrivaient pas à en détruire l’organisation. A chaque fois qu’il voyait un individu disparaître ayant les mêmes traits caractéristiques que ce Lindovano, il se sentait tellement impuissant que la moindre affaire en cours ressemblait à un punching-ball, un violent défouloir. Il n’y avait qu’à voir la photo du suspect de l’affaire en cours, elle cachait derrière des trous provoqués par une rage rare.

De la rage car personne n’avait vu le coup venir. Marco était un putain de bon flic et pire, un ami. Il ne l’aurait jamais imaginé être plongé dans une telle histoire grotesque et avoir assez de cran pour attaquer une de leurs nouvelles recrues dans un tel endroit que ce commissariat. L’affaire avait fait grand bruit et son incompétence a été pointé du doigt pour ne rien avoir vu. Sauf qu’au sein du commissariat, personne n’avait rien vu. Marco les avait tous enfumé, jouant parfaitement son rôle de policier modèle de confiance. Il n’imaginait pas ce que le gamin avait dû endurer quand il s’est rendu compte de tout cela. Stanislas n’imaginait pas que les connexions étaient également bien plus profondes que cela. Certes, ce gamin pouvait être brillant dans un combat officiel – quelle fierté ce fut pour l’équipe d’avoir un tel prodige du combat parmi leurs rangs ! – mais contre des criminels ? Il avait remarqué que son esprit était mature pour quelqu’un de son âge, un peu trop même. Sa manière de faire, ses agissements, et aussi le fait qu’il n’est pas traçable sur sa période jeune. C’était comme s’il n’avait jamais exister. Avait-il deviné qu’il avait fait une enquête sur lui à l’époque ?

Et surtout, où était-il ? Visiblement, il était vivant – quand il apprit la nouvelle de l’incident du centre commercial, il fut soulagé sur le moment – mais très atteint. Sur sa demande, il venait de demander à se faire hospitaliser. L’acte était étrange, pour quelqu’un qui excellait dans l’art de disparaître et se faire oublier, prendre du repos ? Comme c’était idiot. Mais quand Sam arriva dans son bureau pour lui dire que le gamin voulait lui parler, il ne sut quoi en penser. Devait-il répondre ? Est-ce qu’il y avait un autre membre de la ligue révolutionnaire dans l’équipe ?

« Dis-lui que je vais venir le voir bientôt »

Sam lui adressa un sourire ravi avant de refermer la porte de son bureau. Elle l’aimait bien le petit mais Stanislas de son côté était partagé entre la rage de devoir aller dans une autre région et aussi revoir cette petite enflure. Finalement, après avoir rangé rapidement les derniers papiers qui traînaient sur son bureau, il prit sa veste en jean et alla rejoindre la ville de Nénucrique.

Le sale gosse, il espérait qu'il allait bien.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Agent

C-GEAR
Inscrit le : 19/09/2013
Messages : 1073

Région : Johto, Hoenn
Mar 26 Juin - 17:31
Depuis qu’il avait appelé, il attendait la vue de son ancien chef au commissariat de Doublonville. Il ne savait pas comment cela allait se passer, surtout qu’au final ils n’étaient pas si proches que ça. Mais apparemment, il avait accepté de venir. Dans les faits, il l’aurait certainement fait s’il allait rapidement guérir mais dans son cas, il lui faudrait du temps avant de reprendre les routes et pourquoi pas ce job de flic. EN fait, c’était devenue une idée fixe depuis quelques temps, réintégrer les rangs de la police. Mais, la honte d’avoir déserté son poste et l’appréhension de ne plus être capable de faire ce métier l’effrayait un peu. Du coup, tout ce temps d’attente avant de le voir dans l’encadrement de la porte avec ce vieil air d’ours mal léché n’avait pas réussi à le mettre à l’aise sur le coup. « Bonjour » Il voulait ajouter quelque chose mais se retient, ne sachant pas s’il avait le droit de l’appeler chef, commissaire… « Bonjour Stelkin » Il n’avait pas changé en tout cas d’un point de vue physique et sa voix était si rude qu’elle aurait pu couper du papier, ses yeux semblant le sonder du regard. Il était déjà en train d’être interrogé, à n’en point douter. Cette façon de regarder les gens l’avait fasciné à l’époque qu’il l’avait recruté et il s’était essayé de temps en temps à faire comme lui, fusiller quelqu’un du regard juste pour voir sa réaction.

« Alors tu te la coules douce grand seigneur ? » Stelkin l’observait à nouveau, sans un mot. En fait, il n’était tellement pas à l’aise qu’il ne savait pas comment prendre cette conversation, si c’était de l’humour ou un reproche voilé. Il opta pour une autre approche, plus sensée. « Merci d’avoir accepté de venir me voir. Voilà… » Il lui adressa une enveloppe dans laquelle il avait pris le temps avant l’appel d’aplanir tout ce qu’il voulait dire comme ce qu’il s’est réellement passé, ses excuses, ses envies… L’instant lui semblait irréel mais son regard était pleinement déterminé. « Je souhaiterai réintégrer les rangs du commissariat »

« Hors de question » La réponse fut nette et sans appel, sans même poser un regard sur cette enveloppe. « Ce que tu as fait est tout simplement irresponsable Stelkin. Une désertion ! Je ne pense pas que tu te rends compte de la gravité de la situation. » Stan semblait vraiment déçu de ce qu’il venait de lui annoncer même si au fond de lui, il se doutait que cela avait avoir avec son départ. Il espérait surtout qu’il passerait à table pour l’histoire de la ligue révolutionnaire. Mais s’il était aussi malin qu’il le prétendait, il devait savoir que de toute façon, il n’aurait rien sans rien.

« Je ne t’aurai pas recontacté si je n’ai pas pondéré la situation. » La voix de Stelkin était plutôt calme mais une pointe d’énervement se faisait sentir. Déjà que c’était difficile d’en parler avec lui, Stan ne rendait pas les choses faciles en n’allant pas là où il voulait pour que la discussion ne se transforme pas en pugilats successifs. « Je ne te demande pas de revenir avec vous. Non, ce que je voudrai, c’est intégrer le commissariat de Lavandia et repartir de zéro. Et... J’ai été assez longtemps dans le milieu pour savoir que tu peux m’y faire rentrer. » Le sous-entendu était que de toute façon, les concours de recrutements étaient un peu truqués puisqu’ils permettaient d’intégrer des gens qui normalement ne pouvaient pas ou plus en être. Au sein du groupe flic, ce n’était pas une chose secrète mais pour le grand public c’était autre chose. Stan l’observait avec une telle intensité que la plus dure des montagnes se réduirait en cendres si elle existait. Stelkin ne savait plus où se mettre avec son semblant de chantage mais la petite folie qui l’avait habité continuait de faire son office et l’empêchait de s’effondrer sur le coup.

« Et si je n’ai pas envie ? Tu as bien l’impression que tu t’enfonces Stelkin n’est-ce pas ? Je ne te prendrai pas en pitié parce que tu es hospitalisé tu sais ? » Malheureusement Stanislas ne mordait pas à l'hameçon. La négociation allait être rude.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Agent

C-GEAR
Inscrit le : 19/09/2013
Messages : 1073

Région : Johto, Hoenn
Mer 1 Aoû - 11:30
Stelkin regardait son eveloppe complètement ignorée et se disait qu’il aurait peut-être dû la faire envoyer que d’en parler de vive voix. Il se rendait compte que tout cela restait difficile pour lui et que s’i voulait s’en sortir et mettre définitivement une croix sur ce passé trouble, il devait rentrer dans les forces de l’ordre. De toute façon, il était fait pour ça : penser un instant qu’il était plutôt fait pour être ranger, quand bien même il avait une relation assez extraordinaire avec ses pokémons, n’expliquait pas tout. Ne justifiait pas tout. Il n’était pas nécessairement une personne ayant un physique exceptionnel et aimait autant la nature que la ville pour des raisons très différentes. Mais rien qu’à l’idée de mettre son plan en exécution… L’adrénaline commençait déjà à le chatouiller. Et devant le refus net de Stanislas, il eut un sentiment assez nouveau par rapport à sa manière de faire habituelle : se révolter ouvertement et recadrer un peu les rapports de force.

« Me faire prendre en pitié ? Mais tu m’as bien regardé ? » La colère montait doucement en lui mais c’était une colère saine, justifiable et Stanislas le regardait d’un air étonné. D’habitude, il n’en avait strictement rien à faire de se faire descendre pour des broutilles, son esprit étant ailleurs. Mais là, il le considérait dans son entièreté, purifié de ce mal insidieux qui rendait faux toutes ses perceptions. « Tu crois que j’ai demandé à te voir uniquement pour me faire plaindre ? Mais ma parole, déjà que le niveau du commissariat de Jotho était bas, je crois qu’on a touché le fond en employant des incompétents comme toi ! » La colère étant mauvaise conseillère, une parole bien acide sortit d’elle-même, signe d’une rancœur profonde qu’il avait gardé en lui pendant tellement de temps. Le simple fait qu’il le tutoyait était déjà la fin pour lui mais autant dire tout ce qu’il avait sur le cœur : et il en avait des choses à dire. « Le système est pourri, il y a des gens pourris mais non, on les couvre de gloire alors que les plus faibles souffrent en silence et font le job qu’eux sont incapable de faire ! Ce gros porc de haut-commissaire, j’aimerai bien l’emmener une fois en mission et qu’il voit comment ça se passe pour traquer un criminel. » L’une des personnes que Stelkin détestait le plus : le haut-commissaire Gordon qui raflait tous les mérites de l’équipe de Johto sans rien effectuer en retour mais qui également avait l’outrecuidance de donner des conseils pour respecter les droits des criminels arrêtés, soit disant qu’il était trop brutal avec eux. Forcément, lui ne se trouvait pas menacé directement par une arme à feu donc il ne pouvait pas imaginer. Mais c’était ça pour lui comme c’était pareil pour d’autres choses : il savait mieux comment Sam devait gérer son travail de personne à l’accueil, ou bien Eliane et toutes les affaires administratives. Le pire étant quand un haut gradé venait le voir, il devenait juste horrible. Inhumain. « Je parie que tu n’as jamais réussi à le déboulonner celui-là n’est-ce pas ? Alors Monsieur j’ai envie ou pas envie, si t’avais vraiment envie de te mettre un coup de pied dans le cul, tu l’aurais déjà fait au lieu de te complaindre dans les doléances avec les collègues. Je ne suis pas là pour chercher pénitence, je suis là car je veux faire bouger les choses, parce que je pense que toi et moi on peut y arriver si on s’accorde de concert et que ce job c’est TOUTE MA VIE merde ! »

Les dernières paroles furent criées avec le cœur et il dut reprendre son souffle avec son envolée lyrique. Il savait qu’il n’avait plus aucune chance de pouvoir prétendre à revenir dans les rangs du commissariat mais finalement, n’était-ce pas mieux de vider totalement son sac et faire carte sur table ? Visiblement, Stanislas arborait toujours cet air dur et il s’attendait que dans les quelques secondes qui suivent, il reparte sans même jeter un coup d’œil à ce qu’il avait pris soin d’écrire. Mais pourtant, il le fusillait du regard, lui montrant par la même toute cette hargne qui l’a habité pendant bien trop de temps.

« Eh bien, si je m’attendais à ça… » Les duex hommes se regardaient durement. Visiblement, cette scène un peu particulière lançait un certain écho à Stanislas qui, non pas dans les mêmes conditions, se voyait de son côté exprimer la même rage de vie à l’ancien haut-commissaire et à présent grand ami. Il était le plus gradé à présent et il regardait Stelkin avec un œil neuf. Ou presque. « J’ai l’impression de retrouver le gosse que j’ai recruté il y a bien longtemps. Il était temps de te réveiller gamin ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Agent

C-GEAR
Inscrit le : 19/09/2013
Messages : 1073

Région : Johto, Hoenn
Jeu 2 Aoû - 15:08
Depuis ce moment-là, la tension palpable entre les deux individus avait descendu d’un cran. Il apparut à Stelkin que dire les choses telles qu’elles sont au lieu de les garder pour lui était certes pas très convenant mais avait au moins le grand mérite de lui faire un bien fou. Tout ce qu’il venait de le dire, il l’avait gardé en lui pendant tellement de temps que cela l’avait dégoûté de son boulot. En effet, en tant que simple agent il lui semblait (et dans les faits, c’était complètement le cas) impossible de déboulonner ce type, d’autant plus qu’il avait de fortes suspitions quant à son appartenance à la ligue révolutionnaire. En soi, les sectes et leur mise en pratique n’était pas interdit par la loi sauf en cas d’agression envers quelqu’un qui n’en est pas membre. Le cas de Stelkin était tout à fait symbolique des dérives d’un gouvernement peu scrupuleux sur certaines choses et encore, il se doutait que là n’était que la partie immergée de l’iceberg.

« Je parie que tu penses qu’il est aussi dans le coup » Stelkin opina derechef. EN parler, même juste entre eux pouvait se révéler dangereux tant l’ennemi pouvait arborer n’importe quel visage. Si l’ex-agent avait choisi de rencontrer Stanislas et pas une autre personne, quand bien même beaucoup de personnes furent certainement dignes de confiance, c’était uniquement du à un petit détail : ses yeux bleus. Nul doute que par le passé, il a eu des ennuis et que, comme lui, il était rentré dans les agents pour avoir la paix à ce sujet. Certes, Stanislas ne l’avait jamais confirmé à 100% mais étant donné sa propension et sa façon particulière à enquêter sur le sujet, il se doutait que cet attrait pour aider un pauvre gamin comme lui n’était pas dû à un simple hasard. « Tu as des preuves ? »

« Non, juste des suspicions. Mais je me demande comment Marco a pu s’en sortir aussi facilement en étant muté à Unys. Bizarre non ?» Certes, la mutation n’avait rien de complaisant surtout qu’à Volucité, le crime était monnaie courante et le cadre pas forcément des plus agréables. Mais il n’avait pas été mis à pied mais muté. On pouvait supputer le fait que comme il était plus haut gradé que Stelkin il méritait un meilleur sort que lui mais il y avait eu agression et ça, c’était resté dans l’esprit de Stanislas. Alors, est-ce qu’il y avait un lien ou pas ? « Je suis prêt à faire l’appât. J’ai enfin pû… régler quelque chose, tout sera différent à présent. Si tu es partant, je te dirais tout ce que je sais et j’essaierai de t’aider autant que je peux » Bien entendu, il y avait aussi l’aspect de se sentir utile, de pouvoir enfin avoir un toit et de gagner sa vie. Tous ces aspects, ils les avaient soigneusement mis sur papier dans cette longue lettre de 4 pages qui se trouvait dans cette enveloppe devant lui.

« Il ne faut pas que tu oublies une chose Stelkin. Lorsque tu étais à la ligue, ton exploit avait redoré le blason des agents de Jotho certes mais également de toutes les autres régions du monde. Tu cherches peut-être à te faire oublier – et je dois dire que tu excelles dans l’art, je n’ai jamais pu remettre la main sur toi depuis ton départ précipité – mais tu es gravé dans l’esprit de pas mal de monde, que tu le veuilles ou non. Si tu reviens parmi nous, tu risques d’avoir de tout mais surtout des questions. Tu devras être prêt à ça. » Stanislas fronça des sourcils et continua sur sa lancée. Nul doute qu’il était plus que sérieux à présent et son ton bas mais ferme laissait entendre que les termes du contrat allaient véritablement se dévoiler à cet instant précis. « En aucun cas et même pour une question de vie ou de mort, tu ne devras montrer que toi et moi nous nous connaissons. Ce sera moi qui prendrai contact avec toi et tu devras suivre les instructions à la lettre. Si jamais je vois que tu ne marches pas, je te promets que dans la nuit prochaine, tu seras éjecté de ton poste et ce, à jamais. » Il se rapprocha et lui tendit sa main. « Entendu ? »

Stelkin n’hésita pas une seule seconde et empoigna la main rugueuse, ses prunelles bleutées luisant d’un éclat nouveau. S’il hésitait ? Il trouve ça tellement stimulant qu’il se demande pourquoi il avait attendu autant de temps avant de faire cette entrevue.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Agent

C-GEAR
Inscrit le : 19/09/2013
Messages : 1073

Région : Johto, Hoenn
Lun 6 Aoû - 22:59
Lorsque Stelkin avait accepté ce marché, il ne se doutait pas qu’à cet instant précis, sa vie changerait du tout au tout. Non, c’était surtout le fait qu’il soit un agent à nouveau – bon ce n’était pas encore officiel mais Stanislas allait faire jouer de ses relations pour lui dégoter une entrevue avec le haut commissaire de Hoenn – lui avait fait un tel bien fou que le reste de la journée, il était heureux comme tout, allant même jusqu’à partager la nouvelle avec Alexander qui semblait sur le cul qu’une telle chose puisse se dérouler ainsi. Pour l’instant il avait le temps qu’il voulait pour se remettre de toutes ses émotions, Stelkin ayant été clair sur ses propres conditions.

« J’ai besoin d’un peu de temps avant de me replonger dans cela » Stelkin, prit une pause, ne sachant pas s’il devait aller plus loin dans la conversation. Mais il était évident que de toute façon, l’un comme l’autre ils allaient se mouiller pour faire tomber ce qui semblait être un gros poisson de l’organisation. Et des deux, c’était Stanislas qui aurait le plus à perdre des deux. « Je ne sais pas encore tout mais visiblement, l’organisation cherche à rentrer en contact avec toutes les personnes qui ont les yeux bleus » C’était bien maigre comme point de départ. Poursuivre un criminel sans savoir comment il fonctionne était aussi efficace que de piéger un gaz dans une bouteille. Pour autant, les différentes pérégrinations et son contact avec Allan avant qu’il ne le fasse disparaître lui avait permis d’en savoir un peu plus. « Apparemment, il y aurait une vieille légende qui dit qu’un jour lors d’une lune rouge sang allait naître un humain aux yeux d’un bleu profond. Selon eux, sa force serait si importante qu’elle allait apporter destruction et désolation sur les terres de Johto mais également renouveau. A l’époque, comme je m’attaquais au challenge de la ligue 4, ils ont dû penser que cela pouvait être moi mais j’ai dû faire quelque chose par la suite qui les ont dissuadé de continuer » Cela n’était que des suppositions bien évidemment, mais en même temps, comme tout s’était effectué à peu près au même moment entre la découverte de cette secte, les exactions au sein du commissariat et sa victoire sur la ligue 1, difficile de cibler la véritable cause. Mais pour le moment, il devait faire parti des cibles potentielles, surtout s’il savait son secret à propos de Ho-oh. Sur cet épisode, il se gardait bien d’en parler, préférant éluder la question en évoquant les sœurs kimonos et l’art de la guérison par le thé. De toute façon, il savait qu’il pouvait compter sur elle et en particulier sur Sumeko qui sans le vouloir, partageait aussi cette part de mysticisme du phénix aux ailes colorées.

Stanislas l’observait fixement, devinant par la même occasion que Stelkin ne disait pas tout. Ou bien comprenait-il qu’il lui faisait confiance mais pas totalement encore et qu’il saurait tout en temps et en heure quand ce sera le moment de le dire. Son job de flic l’avait déjà mené par le passé à faire des interrogatoires et nul doute qu’il savait comment les gens agissaient. Ou alors avait-il perçu qu’il ne disait pas tout lui aussi ? Cette pensée lui tira un sourire. On aurait dit sa copie confirme lorsqu’il fut plus jeune. « Donc il faudrait plutôt cibler les recherches sur les personnes pouvant acquérir un grand pouvoir. Tu penses à un dresseur de talent ? Mais cela peut très bien être une dresseuse du coup, et des yeux bleus, y’en a partout… »

« Je vais me remettre à me battre à haut niveau, j’en ai envie autant que ce sera utile pour le repérage. C’est quelque chose que j’aime beaucoup et qui avec le boulot de flic, me permettra d’avoir l’équilibre dans la vie que je recherche. » Et dire qu’il aime le combat est peu de le dire. Il songeait carrément à intégrer un cercle quelconque en lien avec le domaine de la stratégie. Il avait après la ligue pas mal erré à la recherche de nouvelles techniques de combat très efficaces aux quatre coins du monde. Les pokémons, c’est au final ce qui lui avait permis de tenir pendant tout ce temps où l’ombre prenait son contrôle insidieusement. En cela, ils faisaient tacitement parti du contrat et étaient la condition sine qua non pour jouer les appâts de luxe. « Pour une fois, je peux remercier le comité organisateur de la ligue 4 d’avoir pris les devants et pensé à mes pokémons. Il faudra que j’aille me rendre à trois endroits différents dans Kanto, Sinnoh et Alola. Je suis certain qu’avec ça et la reprise du travail d’agent que Marco va être attiré tel un papillon de nuit vers la lumière »

Stanislas était du même avis. C’était lui le véritable indice qui nous permettrait d’en savoir plus sur l’organisation. La clef de voûte de toute cette opération. Et pour pouvoir être efficace et non manipulable, la force du pokémon légendaire ne serait pas de trop pour le piéger et lui faire cracher le morceau. Certainement qu’il le lui dirait à ce moment là, lorsque Marco devra passer à table.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Agent

C-GEAR
Inscrit le : 19/09/2013
Messages : 1073

Région : Johto, Hoenn
Mar 7 Aoû - 22:57
« Ça reste quand même difficile à avaler tout cela. Je veux dire, on est quand même au 21ème siècle et penser que des gens croient encore en de vieux grimoires écris par des esprits décharnés… Cela m’est quand même difficile à concevoir qu’il y ait autant de monde derrière ce mouvement. » Stelkin pensait au contraire qu’il n’y avait pas nécessairement tant de monde que ça. Ces gens étaient plutôt du genre à œuvrer sous une fausse identité. S’ils laissent penser qu’ils étaient nombreux, peut-être était-ce le contraire. Du moins une chose était certaine : les profils étaient très disparates. Mais pour arriver à coordonner leurs actions aux quatre coins du globe, il fallait de l’argent. « Il nous faut trouver le mécène. Si les sources d’argent sont coupées, ça devrait en éliminer une bonne partie » Ben oui, il ne fallait pas non plus se fourvoyer. Les gens qui sont vraiment versés dans leurs délires comme Marco et Allan sont rares et pour que le mouvement porte, les personnes vénales gravitaient autour telles des sangsues.

C’était finalement un peu le principe des différentes teams existantes : tant qu’ils ont de l’argent, on entend parler d’eux mais les actions étaient rares si jamais un fournisseur venait à être emprisonné. La plus doué est bien évidemment la Team Rocket qui a réussi à se passer de donateurs et vivait de son propre crime. Mais toute cette réflexion n’était là qu’un ersatz de ses précédentes expériences lorsqu’il était dans le commissariat de Jotho. En somme, il pensait comme un flic et également stratégiquement pour atteindre son but.

Stanislas sembla de son côté perdu dans ses réflexions mais finalement, préféra se relever et étira ses bras. En somme, ils avaient fait le tour des questions, les deux protagonistes étaient mutuellement convaincus. Bien entendu, toute cette entreprise pourrait être vouée à l’échec mais Stelkin vouait croire qu’en jouant un atout là où ils ne l’attendaient pas, leur défense imprenable pouvait se retrouver brisée. C’était une stratégie comme une autre et Stanislas devait certainement essayer de jauger si son candidat en face pouvait être à la mesure de tout cet ambitieux projet. « Donc tu veux aller dans le commissariat de Lavandia. Je connais le commissaire Tyler. C’est une femme un peu stricte mais elle est droite dans ses bottes. C’est elle qui te contactera. Elle me doit… Elle me doit un service. Mais fais bien attention : elle est très forte pour sentir les combines, c’est une fouineuse de… Talent. En aucun cas elle doit savoir ce qu’on essaie de faire tu devras être extrêmement prudent » Stelkin ne savait pas jusqu’où cet ordre devait aller. Il ne connaissait absolument pas cette femme mais c’était aussi son unique chance pour réintégrer les agents. Et il ne la gâcherait pas, qu’importe la raison.

« Bon, je crois qu’on s’est tout dit Stelkin. J’attends beaucoup de toi, j’espère que tu ne me décevras pas. » En réalité, Stanislas jouait lui aussi un coup de poker. Ils étaient dans le même bateau et même s’il devait lui rendre des comptes, ils travailleraient en équipe sur ce projet en secret. Le jour, il serait rentré à nouveau dans les rangs des agents et la nuit, il traquerait ces dangereux fanatiques. Même si son esprit n’arrivait pas forcément à le concevoir sur le coup, cette poignée de main allait sceller bien plus que cette affaire. Car après tout, n’était-ce pas qu’une affaire parmi tant d’autres pour œuvrer pour le bien de la planète ?

Mais il le comprendrait petit à petit, Stanislas le formerait sur le tas. Pour l’instant, Stelkin voulait se concentrer sur une seule et unique chose : le repos. Et la satisfaction d’avoir l’impression qu’une fois encore, les choses rentraient petit à petit dans l’ordre, celui qui aurait toujours dû exister.

Flic, c’était toute sa vie.

Il déchira l'enveloppe en petits morceaux et jeta le tout à la poubelle.

(Ce topic pourra être trashé merci !)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Un programme de coopératives d'habitation à vocation sociale
» [Mission D] - Une Vocation Innée
» La vocation de l'élite par JEAN PRICE MARS
» Cap-Haïtien: ville poubelle à vocation touristique ?
» Un petit bonjour de La maisnie du chevalier Bragon

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Hoenn - 3E G E N :: Nénucrique-