AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» CONCOURS DE COORDINATION n° 41 - Catégorie 1


avatar
Elite 3

C-GEAR
Inscrit le : 24/09/2016
Messages : 853

Région : Sinnoh
Jeu 21 Juin - 17:54
Il ne se passait jamais rien de bien intéressant à la pension avant que je n'accepte de faire partie de l'élite 3. Je pensais que les choses continueraient de la même manière après ma nomination... Grave erreur. Depuis lors, les choses n'ont plus jamais été les mêmes.

Auparavant, les visiteurs étaient extrêmement rare. Pour atteindre la pension il faut défier la montagne pendant plus d'une heure, qu'il vente ou qu'il neige, et il ne faut pas se perdre en chemin. Seules les personnes véritablement intéressées par mes pokémons, ou les amis, étaient capable d'endurer la route pour me rejoindre et cela me convenait parfaitement. Les choses ont changées depuis. Si les habitants de la région n'ont guère changés de comportement à mon égard, il n'est désormais plus rare d'avoir des coordinateurs qui défient la montagne pour trouver mon repère. J'en ai vu des personnes différentes : de l'excentrique venu pour un simple autographe à la jeune fille se mettant en avant pour demander un apprentissage. J'ai recalé la plupart, renseigné ceux qui venaient pour une raison sérieuse et j'ai davantage vendu de pokémons de la pension depuis mon nouveau titre, la plupart du temps à des coordinateurs. Il faut croire que Yukie les a inspiré pour la scène.

Evidemment, ce nouveau titre a eu une autre conséquence : ma côte de popularité a explosée. j'avais déjà tendance à attirer les regards par le passé, il faut dire que j'ai une musculature quasiment parfaite et que cela plaît à la gente féminine, mais ma vie en ermite faisait que cela restait assez rare et localisé uniquement dans la région de Frimapic... Mais maintenant que j'apparais à la télévision, que je dois parfois faire le show sur scène, mon visage est devenu connu et cela m'a apporté tout un tas de troubles... Pardon, de fans. C'est plutôt agréable il faut bien se l'avouer, mais au final je réalise que cela rend ma situation encore plus difficile : je souhaite simplement avoir une relation normale avec une femme, trouver quelqu'un qui accepterait de vivre à mes côtés et qui m'aimerait pour celui que je suis, pas en tant que maître coordinateur... Après tout il ne s'agit que d'un titre temporaire, je ne le resterais pas toute ma vie.

J'ai tout de même accepté quelques rendez-vous, j'ai fait des efforts pour sociabiliser, tenter ma chance... J'ai même eu plusieurs rendez-vous avec une femme qui me semblait charmante, jolie et douce... Cependant j'ai vite déchanté en réalisant qu'elle n'était pas vraiment intéressée par ma personne. Je lui ai fait comprendre mon point de vue sans passer par quatre chemins et je l'ai plantée là sans attendre ; tout cela n'avait été qu'une perte de temps.

Je décidais donc de laisser tout cela de côté et de me contenter de faire mon travail... Soit l'ouverture d'un nouveau concours puisque c'était à mon tour de monter sur scène pour noter le travail des jeunes et moins jeunes coordinateurs. C'est ainsi que je me retrouvais à Vergazon, lançant un énième concours...

- Mesdames et messieurs, bienvenue à tous au dôme de Vergazon ! Ce soir nos coordinateurs défileront sous vos yeux et devront redoubler d'imagination pour vous en mettre plein les yeux... Applaudissez les bien fort !




LES RÈGLES.
  • Catégorie accessible uniquement aux coordinateurs ne possédant aucun ruban. Eux seuls peuvent poster ici !

  • Vous avez le droit à 2 pokémons (ou moins si vous le souhaitez), pas plus. Vous pouvez utiliser un maximum de 3 attaques (attaques différentes ou trois fois la même, le compte est identique) par prestation.

  • Le thème de ce concours est LE PROGRES.

    La difficulté et la subtilité résident dans la manière d’être original tout en nous faisant comprendre de quoi il est question, à travers votre prestation. Il faut que la compréhension du thème se retrouve à la lecture et qu'un spectateur dans la salle, inRP, puisse TOUT SAISIR de ce que vous voulez faire passer..
Vous pourrez apporter des précisions, si vous le désirez, entre balises spoilers, en fin de prestation. Pour autant, ce ne sont là que des compléments d’informations, mais rien de déterminant dans la compréhension du texte, qui doit parler de lui-même aux membres du jury.

Vous avez jusqu’au dimanche 22 juillet aux environs de 20h (heure française) pour poster votre prestation. Bon concours et bonne chance à tous !



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 24/04/2018
Messages : 112

Région : Johto
Mar 3 Juil - 23:46
Le soleil avait enfin disparu à l’horizon, mais la température ne descendait pas pour autant. Heureusement que la nouvelle demeure de Madame Wood, installé à Johto, avait une machine qui permettait de diffuser de l’air froid dans la maison. J’ai beau adorer trainer dehors et avoir le ciel au-dessus de ma tête, je devais reconnaitre qu’il était préférable de rester à l’intérieur pour le moment. Ma sœur et moi étions devant la télévision, cette boîte magique dans laquelle défilait des sons et des images, à la recherche d’un programme pour la soirée. Madame Wood était tranquillement assise dans un fauteuil non loin de nous, plongée dans un roman, s’occupant dans un silence religieux. La soirée n’était pas très palpitante, jusqu’au moment où l’on tomba sur une émission, un reportage dédié à Saizo Masuda.

Comparé aux Steppes, tout le monde avait l’air si faible, si chétif, que je pouvais sentir ma motivation s’émousser de jour en jour en restant ici, j’avais juste envie de repartir, rien n’avait pour vocation de me retenir ici… Jusqu’à ce que je découvre cet homme. Ce Saizo semblait avoir tout ce qu’il fallait pour être un véritable khan, autrement dit, un chef dans les Steppes. Entre son physique impressionnant, son style de vie et les nombreux sports qu’il a pratiqué, Saizo réveillait enfin le combattant qui dormait en moi. Si j’arrivai à le battre, alors je pourrai rentrer chez moi et aller affronter en duel le khan de mon clan, pour prendre sa place et diriger la tribu qui deviendrait mienne. Inutile de me leurrer, je n’étais pas prêt d’atteindre ce Saizo, surtout qu’il était un « coordinateur » et que j’ignorai tout de ça, mais qu’importe : Saizo Masuda est mon objectif.

C’est ainsi que quelques jours plus tard, je finis par atterrir sur la liste des coordinateurs participant à ce concours. Le membre de l’Elite venait de faire une déclaration sur scène pour ouvrir le fameux concours, et tous l’applaudirent. Pour le moment, je n’étais qu’un candidat comme un autre, il allait falloir que je brille un peu plus que les autres si je voulais être remarqué par ma cible. Mais chaque chose en son temps. Mon tour était pour bientôt, et c’était la première fois que j’allais monter sur scène. Angoissé ? Absolument pas, je n’avais qu’une hâte, commencer !

Début de la prestation

Le fameux rideau se leva, dévoilant un décor sans doute des plus déroutants pour les spectateurs amateurs de coordination : voyaient-ils un somptueux paysage ? De la musique vous mettant immédiatement dans l’ambiance ? D’incroyables effets spéciaux ? Non, il n’y avait rien de tout ça, il n’y avait… rien du tout en fait. J’ignorai que tout ceci était possible, aussi avais-je laissé la scène tel qu’elle était, dans un silence plus pesant que je ne le pensais. La lumière des machines éclairait suffisamment la pièce pour confirmer qu’il n’y avait ni humain, ni Pokémon de déjà en place. J’attendais surtout que le rideau soit totalement levé pour me lancer, et dès que ce fût chose faite, j’apparu enfin sur scène : Vêtu de ma tenue habituelle, j’avais les pieds et les jambes dans un grand sac en toile, utilisé classiquement pour transporter des patates. Je le tenais fermement de mes deux mains, et avançait en faisant des bonds, en prenant gare à ne pas tomber dans l’opération, m’occupant de traverser ainsi la l’estrade d’un bout à l’autre en sautillant. Seul le froissement du sac et le choc de mon poids atterrissant sur le plancher se faisant entendre dans la salle. Une fois arrivé de l’autre côté de la scène, je lâchai prise et me libérai de ce sac, pour ensuite faire un signe à l’opposé de mon emplacement, afin que mon compagnon se dévoile : Un petit Tournegrin apparu, manifestement peu à l’aise avec tout le public présent. Voyant qu’il ne bougeait pas, je fis un petit signe de ma main, l’incitant à venir près de moi. Le Pokemon plante s’exécuta et commença à se rapprocher de moi en faisant de petits bonds sur la scène, sa seule solution pour cheminer jusqu’à moi. Contrairement à moi qui avait fait un potin de tous les diables, on entendait tout juste le Tournegrin qui sautillaient sur les planches pour avancer. La petite créature n’avait pas fait un quart du chemin qu’elle tomba par terre, coupant net dans son élan le pauvre petit Tournegrin. Pour le moment, tout se déroulait plutôt bien.

Je fis un rapide aller-retour en dehors de la scène, pour revenir avec un simple pot en terre cuite que je tenais d’une main, tandis que l’autre main était occupée à tenir un arrosoir. Sans plus de cérémonie, je finis par déposer le pot ainsi que l’arrosoir au milieu de la scène, avant d’aller récupérer mon coéquipier qui était toujours face contre sol et ne s’était pas relevé de sa chute. En le prenant dans mes mains, je remarquai une petite peluche de saleté que je retirai sans mal, avant d’aller placer le petit Tournegrin dans le fameux pot. Une fois qu’il fut correctement placé dans le récipient, je récupérai l’arrosoir et, sans surprise, commençai à doucher avec l’ustensile mon compagnon d’une bonne rasade d’eau, ce qui sembla l’enjouer. Je quittai ensuite la scène un instant, laissant seul mon Pokemon sur scène qui lança à sa première attaque, Croissance. Un faible halo d’énergie entoura la petite graine qui venait d’utiliser sa capacité, laissant le Pokémon gagner quelques centimètres par sa capacité. Le Tournegrin ferma ensuite les yeux, feintant le sommeil… quelques secondes de plus, et la scène disparut ensuite dans un fondu au noir.

Une nouvelle poignée de seconde s’écoula, avant de laisser la lumière revenir progressivement sur scène. Je fis à nouveau mon apparition sur scène, allant récupérer le Pokemon Plante resté sagement là où je l’avais laissé. Rapidement, je le déposai au même au même endroit de sa première apparition, avant de retourner à l’opposé, puis je me mis à genoux et tendis mes bras vers le Pokémon, pour l’inciter à me rejoindre. Le Tournegrin recommença à se déplacer par ses petits bonds, réussissant à traverser une bonne partie de la scène, mais eu après avoir dépassé la moitié, le Pokemon plante n’était plus aussi rapide, ses sautillements avaient l’air de plus en plus laborieux, jusqu’au moment inévitable ou il perdit encore l’équilibre, se ramassant une nouvelle gamelle. Faisant mine de réfléchir, je me redressai tout en regardant le nouvelle échec de mon coéquipier, mon index venant se poser juste en dessous de ma lèvres inférieurs… et tel l’illumination soudaine, je claque des fois et quitte une fois encore l’estrade, pour revenir avec un sac de terreau, sur lequel est photographié une image d’une fleur bien épanouie. De manière bien visible, j’en déverse une bonne partie dans le pot en terre cuite, dépose le sac au sol, et retourne chercher le malheureux Tournegrin qui n’a pas bougé du plancher d’un iota. Une fois récupéré, je me dirige vers le pot chargé de terreau et ne tarde pas à y déposer mon Pokémon dans le vase, et l’asperge avec l’arrosoir d’une généreuse rasade aquatique. Reculant de quelques pas, je laisse le soin à Tournegrin d’utiliser non pas une mais deux attaques Croissance à la suite, chacune d’entre elles libérant un peu d’énergie et le faisant grandir un peu. Comparé au début de la prestation, il avait facilement doublé sa taille d’origine. Une fois n’est pas coutume, après avoir laissé le soin aux spectateurs de voir le changement de mon Pokemon, je finis par quitter la scène un moment. Le Pokemon plus si petit que ça ferma les yeux, comme apaisé, laissant le nouveau fondu au noir avaler le spectacle entier.

La lumière se laissa désirer un instant, avant de revenir progressivement. Le Tournegrin avait l’air cette fois plus dynamique, balançant avec énergie la petite pousse qu’il avait sur la tête de gauche à droite, et commença même à s’agiter quand je revins sur scène, comme impatient de me revoir. Le moment final approchait à grand pas. Récupérant la créature du réceptacle, c’est sans surprise que je retourne le déposer d’un côté de la scène, avant de me diriger vers l’autre extrémité et d’y attendre le Pokemon Plante, qui n’attendait que ça pour se précipiter vers moi à grand renfort de bond. Plus rapide que la dernière fois, le Tournegrin réussit à venir près de moi, tout content de son exploit. Je lui tends les bras, prêt à réceptionner la graine montée comme sur un ressort qui arrive dans ma direction, sourire aux lèvres… mais alors que je pensais l’affaire emballée et pesée, le Tournegrin rate son dernier bond et s’écrase réellement au sol, lâchant un petit cri de surprise, ce qu’il n’avait pas encore fait jusqu’alors. Sans doute la surprise se lit également sur mon visage, n’ayant pas prévu ce cas de figure. Trop loin pour pouvoir le rattraper au vol, je ne peux que le voir se manger le plancher une fois de plus. Avant qu’un silence trop gênant ne s’installe, je m’approche de mon compagnon que je récupère dans mes bras, souriant. Ses yeux noirs m’ont l’air fin prêt à fondre en larme pour son échec, mais je me contente de garder le sourire, sachant qu’il a fait de son mieux, et c’est avec mon partenaire dans les bras que je m’incline face au public avant que le rideau ne descende.

Fin de la prestation

Une fois que j’eu récupéré mon sac de terreau, l’arrosoir et le pot que m’avait généreusement fourni Prudence Wood, je quittai la scène tout en cherchant à rassurer le Tournegrin que ce n’était pas grave, mais je n’avais pas l’impression que mes paroles étaient d’un grand réconfort pour le Pokémon. Comme il y avait encore un peu de temps avant que les résultats ne soient communiqués, je me suis dit que ce serait l’occasion d’être dans cette région pour attraper de nouveaux Pokémons sans trop m’éloigner. C’est ainsi que je réussi à récupérer avant l’annonce des gagnants (et des perdants) un Chenipotte et un Medhyena.



Pokémon utilisé : Tournegrin lvl12
Attaques : Croissance, Croissance, Croissance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 14/12/2017
Messages : 381

Région : Hoenn
Ven 13 Juil - 17:18
Plus nerveux que ça, c’était impossible. À chaque fois que je me tenais là, juste devant le rideau… Je pris une grande respiration afin de tenter de réguler mon rythme cardiaque pour qu'il redevienne adéquat et normal. C’était peine perdue malheureusement. La nervosité me collerait à la peau jusqu’à ce que je quitte la scène et encore. L’éclairage était éteint depuis un léger moment, mais ce n’était qu’une simple question de temps avant qu'il ne s'allume à nouveau. Par contre, il manquait un élément avant que ça ne se fasse et celui-ci était…

« Alan White, coordinateur d’Hoenn. »

DÉBUT DE LA PRESTATION

Je ferme les yeux, puis j’avance d’un pas sûr et je traverse les rideaux. L’éclairage s'allume d’un synchronisme parfait. J’avais à mes côtés mon starter qui était maintenant un magnifique et majestueux Draco. Nous avions passés à travers un mur de briques dont un immense trou se trouvait en son centre. Dès que notre entrée sur scène fut complétée, une porte de bois se referma, nous empêchant donc de faire demi tour. La seule option était donc de poursuivre notre chemin. Une musique s’éleva à très faible débit et puis d’intensifia jusqu’à ce qu’elle soit parfaitement audible.


Devant nous se trouvent alors plusieurs éléments. Nous faisions face à un mur identique à ce qui se trouvait dans notre dos. Par contre, il y avait deux boutons bleu d’un diamètre approchant des vingts centimètres sur le mur. Le premier était positionné un peu plus bas que le second sur la paroie. La construction de fond était elle aussi faite de briques. Ce n’était pas une pièce fermée, puisque le public avait une vision complète de ce qui se retrouvait sur la scène. Justement, devant nous se trouvait ce qui ressemblait à deux sections distinctes. sur la partie la plus proche de la scène se trouvait un cerceau tenu à la verticale par une barre de métal, suivi d’une poutre horizontale de gymnastique du même matériau. Si on revena au début, mais que l’on projette son regard plus loin vers le fond de la scène, on y voyait un tremplin de gymnastique suivi tout de suite d’une trampoline.

Nous étions deux, il y avait deux parcours. C’était de l’évidence même qu’il s’agissait d’une coopération entre mon Draco et moi. « On tente le coup, Kitai! » dis-je d’une voix forte et assuré. Aussitôt, je me mis vis-à-vis du second parcours et mon pokémon vers le premier. Nos regards se croisèrent et nous partîmes en même temps!

Draco prit de la vitesse pour ensuite sauter à travers le cerceau. Dès qu’il détecte du mouvement à l’intérieur, celui-ci s'illumina d’une couleur verte et émit un petit son. J’arrivai pour ma part au tremplin. Dès que je mis un pied dessus, je tournai mon regard pour voir où en était mon starter bleu et blanc. Il était en train de faire un second saut afin d’atteindre la barre horizontale, mais ce fut un échec. Je sentis alors mon corps être propulsé dans les airs et j'atterris sur la trampoline pour y bondir à nouveau, mais puisque je n’y avais pas mis de force, je finis rapidement par m'étaler sur le sol. « Ce n’est pas grave Kitai! » lançais-je en me rapprochant de lui. Je le caressai légèrement et nous nous dépêchâmes de retourner à la case départ. « Prenons plus de vitesse! »

Une fois de plus, nos regards se croisèrent et nous prîmes notre élan. Le début fut pratiquement identique. J’osai un léger regard vers mon coéquipier à l’endroit où il avait échoué. Je remarquai que sa vitesse avait augmenté d’un cran! Je souris. Dès que mon corps monta vers le plafond, j’effectuai un salto arrière. Pendant mon acrobatie, j’entendis l’impact de la barre horizontale et de mon pokémon. Comme à notre répétition, c’était avec le bout de sa queue qu'il l'attrapa, avant de pivoter une fois avant de lâcher prise et de se projeter vers le bouton bleu sur le mur. J’avais aussi pris un élan sur la trampoline. Je m'étirai le plus que je le pouvais pour atteindre le bouton et mon Draco en fit tout autant de son long corps.

Aucun de nous deux ne l’avaient atteint…

J’avais quelques gouttes de sueur qui commençaient à perler sur mon visage. La chaleur sous les projecteurs en plus de l’effort physique, il ne fallait pas les sous-estimer. Une chance que j’avais pris des cours de gymnastique par le passé en plus des répétitions. Mais il était temps de recommencer jusqu’à ce qu’on y arrive. « Juste encore un peu plus de vitesse!! » l’encourageais-je donc tout en essayant d’en faire autant.

Troisième tentative!

Nous repartâmes encore pour un essai! La vitesse de mon Draco était plus rapide dès le départ. Cette fois, je ne ferai pas la même erreur et mon objectif était d’appuyer sur ce bouton! J’entendis le bruit du cerceau beaucoup plus vite. Dès que je mis un pied sur le tremplin, encore une fois, l’impact sur la barre horizontale se fit. Synchronisation parfaite. Pour avoir plus d’élan lorsque j’allais prendre le second saut sur la trampoline, je fis un saut avant. J’entendis un son déjà alors que je mettais les pieds sur la trampoline. Je vis alors Draco vis-à-vis le bouton et celui-ci était enfoncé. Il ne restait plus que moi. Je mis toutes mes forces dans mes jambes pour monter le plus haut possible. J'étire mon bras et je sentis sur la paume de ma main une chose qui recula. Un son identique à celui de tout à l’heure retentit dans la salle et la porte en bois qui nous bloquait le chemin s’ouvrit.

Je me réceptionnai sur le sol et Draco fonça sur moi, s’enroulant autour de mon corps avec joie. Je souris et je me dirigeai vers la sortie, mon pokémon dragon n'entravant pas mes mouvements. Une voix s’éleva aussitôt dans la pièce alors que l’on franchissait la porte.

« Salle progrès terminée. Prochaine salle pe-... »

La voix s'estompa avant qu’elle n’ait pu terminer sa phrase. Les lumières s’éteignirent également d’un seul coup ainsi que la musique.

FIN DE LA PRESTATION



Fiche technique:
 











Autres comptes:



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nathiechan.storenvy.com/ En ligne


avatar
Coordinateur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 05/07/2018
Messages : 22

Région : Alola
Mer 18 Juil - 9:34
Nous sommes arrivés à Vergazon hier soir.
Cela me fait drôle, il y a de cela deux mois je prenais l’avion pour la première fois et maintenant je pense que je vais devenir un habitué des vols longs courriers. Eden est sorti de sa pokéball et me suit depuis que nous avons quitté le centre pokémon dans lequel nous avons passé la nuit. Je ne cerne pas encore tous les aspects de sa personnalité, mais nous apprenons à nous connaître. Travailler ensemble sur le numéro que nous allons proposer au concours nous a plus rapproché que je ne l’aurais cru. Je n’espère pas de récompense pour autant, l’espoir n’est-il pas qu’un stress permanent que l’on s’inflige à soi-même ?

Plus que quelques minutes avant notre entrée, aujourd’hui j’ai décidé de porter une chemise blanche, une cravate bleue-ciel et une veste de smoking noire. Pour le bas j’ai préféré garder un jean-slim bleu avec une paire de basket dans le style tennis grises.

L’équipe régie nous fait signe et je me surprends à encourager Eden en lui grattant le bout de son oreille gauche.


Début de la prestation :

Une musique entrainante se met à raisonner dans toute la salle lors de l’ouverture du rideau. Un Vivaldaim et son coordinateur arrivent par la gauche. Ils se tiennent côte à côte et avancent d’un pas décidé vers le milieu de la scène.
La logistique est en place. On remarque sur la droite près de la sortie vers les coulisses une plateforme en bois surplombée de deux fanions, ainsi que trois grands panneaux de papier au fond. Le coordinateur et son pokémon regardent ce podium depuis leur entrée sur les planches. Le jeune homme le pointe du doigt tout en s’agenouillant à hauteur de Vivaldaim.
    - On peut le faire, Eden !
L’équipe entame alors un petit footing, faisant le tour du décor. Le Vivaldaim semble alors particulièrement enjoué. Le dresseur laisse son ami faire un tour de scène seul pour aller chercher le premier panneau de papier qui est en fait monté sur roulettes. Il fait avancer cet accessoire jusqu’au milieu du décor. Tout le monde peut ainsi lire l’inscription écrite en grosse police rouge « Incertitudes » avant qu’il ne fasse pivoter ce panneau de quatre-vingt-dix degrés vers la gauche pour que ce mot soit face à Vivaldaim. Dans le même temps, le petit pokémon a cessé ses cabrioles. La tête et les oreilles basses, il est tout tremblant et ne cesse de regarder vers la sortie gauche. Le coordinateur cours donc vers lui et arrivé à sa hauteur lui tend une main grande ouverte :
    - Ne doute pas Eden, allons-y ensemble !
Le pokémon relève ses grandes oreilles et semble reprendre confiance. Au même moment, la chanson accélère le rythme. Ils entament alors un nouveau tour de footing mais plus rapide que ceux effectués jusque-là. Faisant de nouveau face au panneau, les deux protagonistes prennent leur élan et foncent tout droit vers ce dernier. Coordinateur et pokémon traversent alors le panneau de papier qui se déchire en son centre à leur contact, arrachant des cris de surprise à une partie du public qui ne s’attendait pas à les voir ainsi transpercer la toile.


Le rythme de la musique se fait un peu plus calme. Le coordinateur prend son pokémon dans ses bras comme pour le féliciter avant de faire disparaitre le panneau éventré dans les coulisses. Puis ils reprennent doucement leur footing tout sourire. Mais cette fois-ci c’est Vivaldaim qui laisse son coordinateur continuer seul après avoir fait un tour de piste. Le petit pokémon plante s’assoie alors au beau milieu du décor, faisant mine de rêvasser. Pendant ce temps, le coordinateur va chercher le deuxième panneau. Sur celui-ci c’est l’inscription « Découragements » qui est lisible. Et comme pour le premier, le jeune homme le fait pivoter devant Vivaldaim.
Le pokémon a d’ailleurs changé d’attitude. Il n’est plus assis mais couché en boule, dos au public. Son coordinateur s’approche doucement de lui.
    - Eden, qu’est-ce qui ne va pas ?
Le pokémon ne bouge pas. Le coordinateur se recule un peu, faisant face au public, puis commence à frapper dans ses mains bien au-dessus de sa tête. Le rythme de la musique s’accélère au fur et à mesure des applaudissements d’encouragement du jeune homme qui semble appeler le public à faire pareil que lui. Vivaldaim se retourne petit à petit à force d’être encouragé.
    - Motivé ? Et si on y retournait ? questionne le coordinateur, la main encore une fois tendue vers son ami.
Le Vivaldaim remue alors sa petite queue touffue, se relève et retourne au footing sur les planches en compagnie de son coordinateur lorsque musique s’accélère de nouveau. Se retrouvant de nouveau face au panneau après un tour, ils s’échangent un regard et sprintent. Tout comme le premier, l’accessoire se déchire en son milieu au passage des deux amis.


Le coordinateur débarrasse immédiatement l’accessoire déchiré et se dirige vers le troisième et dernier panneau dans la foulée. Sur celui-ci on y distingue le mot « Adversité ». Le jeune homme se retourne alors vers son Vivaldaim :
    - Pour surmonter cet obstacle-là, il va falloir donner le meilleur de nous-même !
Le compagnon répondit à son coordinateur d’un petit coup de tête affectueux. Le jeune homme lui caresse le haut du crâne avec bienveillance et ramasse ensuite deux accessoires au sol qui jusqu’alors étaient passés inaperçus. Cela ressemble à deux bandeaux de sport, un de couleur rouge et un de couleur bleu. Après les avoir passé respectivement autour de sa tête et de celle de son pokémon, le coordinateur s’allonge ventre au sol et entame une série de 5 pompes. Il est imité tant bien que mal par le petit Vivaldaim. La musique est toujours aussi rythmée. Les deux amis se relèvent ensemble avant de s’élancer de nouveau à travers le dernier panneau leur barrant la route vers l’estrade.

Le dernier obstacle troué, coordinateur et pokémon montent sur cette estrade de la victoire. Le jeune homme fait d’ailleurs des symboles « V de la victoire » avec ses index et majeurs avant de s’incliner pour saluer le public. Son Vivaldaim incline lui aussi la tête. Les lumières s’éteignent au fur et à mesure que le son de la musique s’éloigne petit à petit jusqu’à devenir inaudible.

Fin de la prestation


C’est le front luisant que je sors de scène. Je ne m’attendais pas à ce que la lumière des projecteurs réchauffe les planches à ce point. Eden à l’air d’être content, il trottine devant moi la queue relevée. Pour être transparent, moi je ne sais pas ce que je ressens. Il y a bien ce petit quelque chose, une sorte d’excitation peut-être ? Je pense que cela va passer, ce n’est sûrement pas grand-chose.

Fiche technique:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Golden Demon: Games Day
» Catégorie Junior MX1.......LA catégorie !
» Quel(s) est (sont) le(s) genre(s) de films que vous préférez ?
» Funambule : Catégorie Junior
» Les Classes sociales

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Hoenn - 3E G E N :: Vergazon-