AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» Les vagues, mes guides


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 03/01/2018
Messages : 602

Région : Kantô
Dim 17 Juin - 12:20

AZURIA - LA SEMAINE DERNIERE

Ondine - « Félicitations Cooper, vous êtes le quarante-huitième vainqueur de l'arène d'Azuria. Je vous remets le badge Cascade en gage de votre victoire. »

Le public reconnaissant, applaudit ma victoire et nous quittons, moi et le championne, nos piédestaux et nous dirigeons l'un vers l'autre afin de se serrer cordialement la main, ce que les journalistes ne manquent pas de photographier. N'ayant pas l'habitude de recevoir autant de reconnaissance, je suis certain qu'en lisant le journal demain, je découvrirais ma sale tronche exprimant un sourire gêné et forcé. Ondine, la championne, me remet mon second badge d'arène, représentant une goutte d'eau aux reflets bleutés, que je prends soin de ranger dans mon porte feuille, aux côtés de celui d'argenta. Florizarre, qui vient d'évoluer, est exténué et le félicite, car il a tout donné lors de ce combat qui l'opposait à deux pokémons, bien plus coriaces que nous l'aurions imaginé, mais obligés de constater que nos entraînements ont finis par porter leurs fruits.

Journaliste - « Cooper, la surprise est totale ! Quels sont vos ressentis suite à cette victoire ... inattendue si-je puis dire, face à Ondine, la favorite ? Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur vous ? D'où venez-vous et qu'est ce qui anime votre volonté de vaincre ? »

Voilà à peine cinq minutes que je viens de finir l'affrontement, qu'un journaliste me saute dessus. Je n'ai apparement pas le temps de reprendre mes esprits et bien obligé malgré moi de lui répondre à chaud, si je ne veux pas passer pour un boulet devant des milliers de foyers qui regarderont le journal télévisé dans quelques heures.

Cooper - « Eh bien, comme vous l'avez dit, je m'appelle Cooper et je viens de Johto. Je suis actuellement dans la région de Kantô pour régler un problème personnel mais je profite des bons conseils que peuvent prodiguer les champions d'arènes afin de m'en inspirer et relever les défis qui se présentent à moi. »

Le journaliste porte un micro à ma bouche et son caméraman enregistre la séquence d'interview. J'essaie, malgré moi, de paraître le moins stressé possible, car je sais bien que bons nombres de personnes vont mater les images et de quoi aurais-je l'air si je bafouille ou transpire pendant la retransmission ? Afin de faire bonne impression, Ondine reste à mes côtés pendant toute l'interview, elle qui ne manque aucune occasion d'être dans l'objectif d'une caméra ou d'un appareil photo. Il est vrai qu'un tel attroupement médiatique fait une grande publicité à son arène, déjà bien connue par toute la population kantônienne.

Journaliste - « Très intéressant ! Nous avons tous été surpris par l'évolution d'Herbizarre en Florizarre, c'est un beau spécimen que vous possédez la. En tout cas, nous vous souhaitons bonne continuation et nous suivrons de très près votre progression en tant que challenger. »

Cooper - « Oui, Florizarre est un monstre maintenant ! Mais le terme de "posséder" est inapproprié; il est avant tout mon compagnon ... un ami, avant d'être une propriété. Merci à vous. »

L'interview se termine et je me dirige à présent à l'accueil de l'arène afin d'y récupérer mes effets personnels (sac à dos, ceinture et mon briquet) qui m'ont été confisqués, par ordre sécuritaire vigipirate, car nous vivons dans une époque folle, où personne n'est à l'abri de se faire éclater la gueule à coup de grenades. Ondine m'y rejoint et me reproche d'avoir joué les malin en face de la caméra, lorsque j'ai corrigé le journaliste sur le terme de posséder un pokémon. D'après elle, il faut toujours aller dans le sens du professionnel, surtout quand son image publique est en jeu. Son petit air hautain me laisse penser que la défaite ne fait pas partit de son quotidien et que la pilule reste dure à avaler. Qu'importe ses remarques, j'ignore ses "conseils" et la remercie tout de même pour ce beau combat. Je m'en vais.



CARMIN SUR MER - DE NOS JOURS

De retour à Carmin-sur-Mer, cette belle station balnéaire, très prisée par les touristes en période estivale, est aujourd'hui vide de toute âme vivante. A l'exception de deux ou trois passants, je n'ai encore rencontré personne ayant attisé ma curiosité. Je n'y ai pas remis les pieds depuis un mois, depuis mon passage dans la pension pokémon d'Alberto et Lucia, j'ai comme seule préoccupation à ce jour, de visiter et me laisser porter par les courants d'air parcourant les ruelles de cette charmante bourgade. Il paraît que me port est très joli, surtout de nuit, lorsque les bateaux y amarrent pour la nuit, éclairent le parvis de leurs phares et que les équipages l'animent de musiques festives et tintement de verres annonçant le début de l'apéritif. Mais il n'est que quinze heures et alors que je me dirige en direction de la plage, où je compte faire bronzette et peut-être tremper deux ou trois orteils, un homme m'arrête. 

Inconnu - « Dites-moi jeune homme, c'est bien un oeuf que vous transportez dans votre sac ? »

L'oeuf en question m'a été offert par les éleveurs amis de mon père, d'une couleur cuivrée, je m'en occupe depuis qu'il m'a été confié. Le soir, avant de me coucher, j'aime y coller mon oreille, afin d'entendre les boum boum d'un petit coeur qui bat. S'occuper d'un "bébé" vous change un homme, vous responsabilise et j'ai surtout hâte qu'il pointe le bout de son nez afin de le façonner à mon image et d'enfin découvrir la race qui s'y enferme. Portant le sac à ma poitrine, je lui réponds que oui, c'est bien un oeuf de pokémon, me méfiant de son intérêt soudain pour mon précieux. 

Inconnu - « ll vient de la pension pokémon "Sous l'Océan" ? Une éleveuse très mignonne s'occupe de ce genre de bestiole et les font se reproduire. Elle est très appréciée dans l’coin. »

Sous l'Océan ? Il y a donc une deuxième pension pokémon à Carmin-sur-Mer ? Ni une ni deux, je décide donc de m'y rendre, afin d'en découvrir les lieux et l'éleveuse qui pourrait peut-être m'en dire un peu plus sur mon oeuf de pokémon. Je ne peux décidément pas attendre son éclosion pour en connaître la race. 



PENSION "SOUS L'OCEAN" - DE NOS JOURS 

Cooper - « Bonjour ! Il y a quelqu'un ? »



HRP:
 




cooper white:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Eleveur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 11/03/2017
Messages : 1249

Région : Kanto
Lun 18 Juin - 20:04
Cette journée ne pourrait pas être pire. Enfin, elle a bien commencée, mais plus les heures passent et plus elle se dégrade. J’ai l’impression que je ne peux rien faire pour l’améliorer, car peu importe ce que j’essaie de faire, la situation ne s’améliore pas. Pour tout expliquer, l’un de mes œufs à éclos dans la couveuse ce matin et j’étais vraiment heureuse de voir naitre un bébé pokémon après quelques semaines de calme à ce niveau-là. Je commençais à croire que mes dernières tentatives de reproduction n’avaient pas fonctionnés malgré le nombre grandissant d’œuf en couveuse, mais voilà qu’un Pichu décide de pointer le bout de son nez. Penchée vers le Gueriaigle accroupi sur son nid pour veiller sur ses petits protégés, je peux apercevoir de temps à autre la créature jaune qui se promène sous son plumage violet. Comme il me semble timide, je décide de m’éloigner de quelques pas pour ne pas trop le brusquer et de lui laisser tout le temps dont il a besoin pour sortir de là. L’énorme aigle essaie de l’encourager et après plusieurs minutes, la souris électrique prend finalement son courage à deux mains pour se montrer au grand jour.

Ça c’était le moment le plus agréable et le plus calme de toute la journée... car à peine ai-je le temps de m’avancer vers lui d’un pas pour le prendre dans mes bras qu’il décide de prendre la fuite. Mon cœur rate un battement à l’idée qu’il se retrouve dehors et je me lance donc à sa poursuite dans toute la maison pour éviter que cela n’arrive. Le Pichu espiègle n’a pas peur de grimper sur les meubles pour échapper à mon emprise et après avoir fait tomber tous les objets qui se trouvaient sur une table, il se retrouve coincé sur le haut d’une bibliothèque. À bout de souffle après avoir couru après lui pendant quelques minutes, je m’appuie sur mes genoux un instant avant de lever la tête dans sa direction.

- Je t’en prie descend de là. J’ai l’air de quoi moi, maintenant ? lui demandai-je en me disant que je n’ai aucunement l’air professionnelle dans cette situation.

Heureusement qu’il n’y a aucun témoin. Même avec l’aide d’Ayuna, ma Gardevoir, nous n’arrivons à rien avec ce petit et je dois avouer que c’est bien la première fois que je fais éclore un bébé aussi peureux ou casse-cou, selon les points de vues. Cependant, du haut de son perchoir, la souris aperçoit une fenêtre entre-ouverte dans la cuisine et il attend que mon attention ne soit plus dirigée sur lui pour se lancer. Comme par hasard, nous entendons quelqu’un toquer à la porte et lorsque je me tourne vers la porte d’entrée, le Pichu profite de cet instant pour s’élancer vers la cuisine et ainsi sortir à l’extérieur avant que je n’ai eu le temps de le rattraper. Par Arceus... qu’est-ce que je vais faire ? Ce petit était destiné à dresseur depuis longtemps, je ne peux donc pas le laisser seul dehors où il est vulnérable face aux pokémons sauvages qui vivent dans la région. Qu’est-ce que je lui dirai lors de son retour ? Ah votre Pichu s’est enfui, quel dommage. Non, c’est carrément inapproprié pour une éleveuse alors je dois me lancer à sa recherche le plus rapidement possible.

Toutefois, maintenant que j’ai quelqu’un à ma porte je ne peux pas non plus le laisser là. Il doit s’agir d’un autre client ou d’un dresseur qui cherche son chemin. À moins que j’ai un rendez-vous prévu aujourd’hui et que je ne m’en souvienne pas... Et si c’était l’homme venu chercher son Pichu ? Par pitié, faites que ce ne soit pas le cas sinon je sens que mon cœur va flancher. Trop d’émotion forte dans la même journée. C’est donc après avoir adressé un regard inquiet à Ayuna que je me dirige vers l’entrée pour ouvrir au nouvel arrivant qui, Arceus soit loué, n’est pas l’homme que j’attendais. J’essaie alors de sourire et de faire comme si de rien n’était, bien que mes pensées soient toutes dirigées vers le pokémon électrique en ce moment. J’espère seulement qu’il est aller se cacher quelque part dans la grange.

- Bonjour. En quoi puis-je vous être utile, monsieur ?

Avec un peu de chance il n’aura pas remarqué le Pichu passé par la fenêtre de la cuisine ni mon inquiétude qui doit tout de même se lire sur mon visage malgré tous mes efforts. La journée ne pourrait pas aller mieux.

HRP:
 


Mes stamps:
 
Sayuri parle en orange
Ayuna parle en violet
Avatar fait par Elisa ♥️
Signa fait par Sebastian ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 03/01/2018
Messages : 602

Région : Kantô
Lun 10 Sep - 15:15

Jonchée au bord d’une colline herbeuse, la pension s’intègre très bien au paysage maritime qu’a à offrir la bourgade de Carmin-sur-mer. J’ai fais attention de ne pas déraper sur les marches en bois qui mènent à l’entrée du bâtiment, époussetant les grains de sable s’étant niché à l’intérieur de mes chaussettes, une fois arrivé au pas de la porte. La transparence semble être une qualité que le ou la propriétaire veut mettre en avant, car une grande baie vitrée donne un aperçu de l’ambiance qui peut régner à l’intérieur. De l’extérieur je remarque de grands canapés et des meubles en bois ancien, parfaitement accordés au style chalet de l’édifice qui doit bien dépasser les cinq mètres de hauteur. À la gauche du bâtiment alpin, qui semble être l’endroit où les clients sont accueillis, voisine une grange de couleur brique, bien que celle-ci soit aussi issu d’un matériau conifère, quelques bruits s’en dégagent ainsi qu’une délicieuse odeur de gâteau et de lait chaud. Pas de temps pour un goûter, la porte déjà entre ouverte, je m’engage dans le hall d’accueil en prenant soin de toquer à la porte afin d’avertir le personnel de mon arrivée.

Cooper - « Bonjour ! Il y a quelqu’un ? »

À peine ai-je fini ma phrase qu’une jolie dame de petite taille se présente à moi. Elle semble quelque peut étourdie et manque de perdre l’équilibre en se prenant les pieds dans un tapis à franges bleues. Ses cheveux roux sont en bataille, comme si elle revenait du sport ou finissait tout juste un effort éprouvant. Qu’est-ce qui peut bien se passer dans cette pension ? Peut-être que je tombe mal.

Éleveuse - « Bonjour. En quoi puis-je vous être utile, monsieur ? »

Ce n’est pas seulement de l’étourdissement, j’ai cru pendant un instant qu’elle semblait déstabilisée de ma venue, mais son expression faciale démontre une forme d’inquiétude, non pas à mon égard, mais d’autre chose ou pour quelqu’un d’autre et je le devine, malgré le rayonnant sourire colgate qu’elle arbore.

Cooper - « Bonjour, je sors tout juste d’une autre pension, peut-être connaissez-vous Alberto et Lucia ? Un couple d’éleveurs quinquagénaires, au nord de la ville. Ils m’ont confié un oeuf, et j’ai besoin de votre avis pour savoir ce que c’est. »

Je débite les mots à une grande vitesse, si vite que j’ai bien peur que l’éleveuse n’ai pas tout compris à mon récit. Je farfouille alors dans mon grand sac à dos de randonnée et en sors l’oeuf en question. Le soleil qui s’infiltre à l’intérieur de la pièce par la baie vitrée, vient déposer ses doux rayons sur la surface lisse de l’oeuf et en fait briller sa couleur cuivrée. Il est beau, si rayonnant que j’en distingue presque ma silhouette se miroiter en sa surface.

Cooper - « Bref, je veux savoir quel espèce il renferme. »

Je lui tend l’oeuf, en espérant qu’elle sache le contenu du contenant.


HRP:
 




cooper white:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Eleveur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 11/03/2017
Messages : 1249

Région : Kanto
Mer 12 Sep - 21:36
C’est un individu assez particulier qui se présente chez moi. Pas au niveau du physique, loin de là, mais plutôt au niveau de sa demande. Je crois que c’est la première fois que quelqu’un vient directement dans ma pension après en avoir une autre. Évidemment, je ne porte aucun jugement sur sa décision, il a entièrement le droit d’aller où il veut surtout que je ne suis pas la seule éleveuse à exercer dans la région, mais je ne peux m’empêcher de me demander ce qui l’a poussé à venir jusqu’ici. N’était-il pas satisfait à l’autre pension ? A-t-il rencontré certains problèmes avec le gérant ? Je n’ai pas à connaître les détails, cela ne me concerne pas après tout, et le jeune homme parle tellement vite que je peine à comprendre tout ce qu’il veut me raconter. Je suis tellement concentrée sur ce qu’il dit que je ne prête pas attention à l’identité des propriétaires de l’autre pension et je finis par comprendre qu’il a obtenu un œuf de leur part sans savoir ce qui peut se trouver à l’intérieur.

Et bien... ça c’est étrange. Comment se fait-il qu’une pension soit incapable de savoir de quel pokémon il s’agit ? L’œuf n’est quand même pas apparu comme ça par magie, personnellement je connais toujours les espèces que je produis en couveuse, mais il semblerait que ça ne soit pas le cas de tous les éleveurs. Intriguée, je m’approche de quelques pas pour être en mesure de mieux observer l’œuf de mes propres yeux tandis que ma Gardevoir, accompagnée par ma Leopardus, sortent par la fenêtre de la cuisine à la recherche du Pichu en fugue pendant que je suis occupée. Il vaut mieux le rattraper avant qu’il ne soit trop tard...

- Alors comme ça, juste par l’apparence, j’ai tendance à croire qu’il s’agit d’un pokémon de type acier, mais de là à pouvoir identifier l’espèce... ajoutai-je en observant la coquille un peu plus attentivement. Vous avez le temps de vous asseoir quelques minutes ?

Je devrais être capable de lui donner une réponse, mais comme cet œuf ne vient pas de ma pension, je risque de devoir faire quelques petites recherches. Désormais impatiente de me mettre au travail, j’invite le jeune homme à entrer dans la salle de séjour et à prendre place sur l’un des canapés tandis que je m’avance vers la grande bibliothèque qui se dresse majestueusement près de la cheminée en pierre. Je parcours rapidement l’étagère du haut pour en sortir un livre dans lequel se trouvent toutes sortes d’images d’œuf, même de ceux provenant d’espèce plus rare et originaire d’ailleurs. J’ai tendance à croire que c’est le cas du pokémon qui se trouve à l’intérieur de cette coquille cuivrée, voir même qu’il n’est pas carrément absent de la région de Kantô, mais j’en aurais seulement le cœur net dès que je trouverais la bonne page. Ne voulant pas perdre de temps, je passe directement à la section des pokémons de type acier et je n’ai qu’à tourner quelques feuilles pour tomber sur celle qui m’intéresse.

- Voilà, je crois que j’ai trouvé. C’est un œuf de Terhal, une créature de type acier et psy. La coquille est semblable à celle sur l’image, tenez jetez un œil.

Heureuse, je dépose le livre sur la table basse tout juste devant le dresseur pour lui permettre de comparer par lui-même. Le livre donne aussi quelques conseils sur l’incubation et sur les soins à donner au bébé pokémon une fois éclos, alors je laisse l’ouvrage entre les mains du jeune homme le temps qu'il faut pour qu’il puisse lire les informations dont il a besoin, s’il en a envie. D’ailleurs, s’il cela l’intéresse, je pourrais éventuellement lui faire une photocopie.

HRP:
 


Mes stamps:
 
Sayuri parle en orange
Ayuna parle en violet
Avatar fait par Elisa ♥️
Signa fait par Sebastian ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Guides de campagne (TW:S2)
» L'écume des vagues vaut toute les promesses que la vie peut nous faire
» Écoute les vagues
» Clapotis des Vagues - Isis
» Que sont devenues les Mercédès payées par le trésor public?

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kantô - 1E G E N :: Carmin-sur-mer :: Sous l'océan-