AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» ▬ Errance.


avatar
Dresseur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 30/08/2014
Messages : 1036

Région : Johto
Ven 1 Juin 2018 - 16:53
Hoenn. Mon séjour là bas fut assez long et revigorant. Au début rien de particulier ne se déroula. Je découvrais les différentes villes et eus l’occasion de rencontrer quelques personnes intéressantes avec lesquelles j’appris diverses choses. J’appréciais cet archipel pour son climat et ses paysages. De multiples lacs, certains sacrés où étaient contés des légendes sur des pokémons fabuleux. Mon esprit se plaisait à se perdre innocemment dans ces rêveries et prendre de la distance avec mon histoire pour me plonger dans celle du monde d’autrefois.

L’entente avec mes pokémon était parfaite, Ficus s’était parfaitement adapté à ma petite troupe déjà existante et j’arrivais à le comprendre un peu plus chaque jour. Dans cet archipel tout semblait me réussir plus ou moins et pour la première fois depuis de nombreux mois je me sentais revivre. Le seul bémol à tout cela restait la culpabilité et l’absence. A cette heure il n’y avait aucun moyen en ma possession qui ne puisse me permettre de récupérer mon pokémon. Légalement cela m’était interdit et personnellement je n’en avais pas la force. Une envie désespérée mais bien malheureusement consciente de ma faiblesse et du mur qui entravait mon ambition. Il n’y avait que peu d’options qui s’offraient à moi pour récupérer mon compagnon et la plus plausible était de défier mon père en duel. Très cavalier et un peu archaïque mais ses méthodes étaient de la même nature. La deuxième option considérée était un nouveau vol, cependant si la première fois il n’avait rien dit par honte et pour ne pas affoler les médias si cela se reproduisait je redoutais le revers de mon action. S’il y avait une chose dont j’étais sûre c’était que je l’avais amèrement humilié en quittant le domicile familial et rien n’était pire pour lui que de perdre sa prestance. La rancoeur qu’il devait avoir contre moi devait être sans pareille. il n’était pas venu me voir à l’hopital et cela confortait mon idée. Ma mère avait plaidé en sa faveur en invoquant le travail et des devoirs à tenir mais dans son regard elle et mois savions pertinemment que tout ceci n’était qu’une façade comme toujours. Là était son triste rôle.

Mon père était une personne violente il faut le reconnaître. Ses méthodes efficaces mais à quel prix. J’avais été son plus grand échec et sa plus grande déception. Du moins je me plaisais à l’imaginer et en avais une quasi certitude. Je voulais également éclaircir tous ces points d’ombre sur son histoire qui ne m’avait jamais été confié. Pourquoi arrêter si jeune sa carrière de nageur et se reconvertir, pourquoi toute cette rage, ces fréquentations étranges qui m’avait longtemps laissé pensive allongée sur mon lit en fixant le plafond. Ma condition de santé avait elle un rapport avec lui. Tous ces silences presque sacrés. Ma mère était restée une énième fois silencieuse lorsque j’avais évoqué cette question à l’hopital. Le silence dans lequel elle s’était muré avait fini de me prouver que sous toutes les belles paroles dont elle me faisait part pour changer et entreprendre une relation avec moi n’étaient que des paroles en l’air. Prononcées à la légère. Un énième coup de poignard qu’elle m’avait asséné sans même sans rendre compte. Jean me trouvait dur à son égard car il ne savait pas le passé que nous avions et ne voyais qu’une femme tentant désespérément de faire de son mieux en apparence. En apparence. Mais à l’intérieur vide. Comme toujours. Une coquille vide et asséchée.

Mes sentiments étaient confus. Haine. Tristesse. Rancoeur. Mélancolie. Désespoir. Espoir. Appréhension. Peur. Amour.

Je me détestais du plus profond de mon être pour le dernier. Mon esprit mettait toutes ses capacité à le réfréner autant qu’il m’en était possible bien que son poids ne m’écrase. Cette lourdeur pesant sur ma poitrine qui m’empêchait constamment de respirer librement. Un conflit constant entre mon conscient et mon inconscient.


Aide à la modération:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 10716

Dim 3 Juin 2018 - 22:21
P.S. merci de tenir un listing des utilisations de tes CS dans ta T-Card (:

Méga-Jungko lance Éclate Roc ! Il vous ramène un Rappel !


Un Ursaring niveau 47 apparaît grâce à Anti-Brume !

Que voulez-vous faire ?



Moi, c'est MISTER J.
Un conseil, viens pas m'chercher. J'suis un mec qui sait jouer des poings, si tu cherches la bagarre, tu l'auras ! Et ça sera sanglant. T'es prévenu.

LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar ©️ Elune Crowley ; stamp ©️ Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 30/08/2014
Messages : 1036

Région : Johto
Lun 4 Juin 2018 - 11:44
Le dernier de mes soucis et non des moindres était Thomas. Penser à cet homme me terrifiait il me faut l’avouer. Mon pokémon avait tué le sien. Sauvagement. Le bruit des os s’entrechoquant contre les crocs suivi d’un long râle d’agonie me réveillaient parfois en sueur. Si cette vision m’avait profondément choquée qu’en était il pour lui. Ancien membre des forces spéciales de l’armée, sa vengeance ne faisait aucun doute. Elle viendrait un jour. L’agent Harris en était fortement inquiet lorsqu’il avait appris la personnalité de l’individu et faisait tout son possible pour essayer de le localiser mais en vain. Un homme d’une telle expérience avait des relations et les aptitudes pour disparaître dans la nature.

A ce sujet l’agent Harris avait sollicité une rencontre la semaine dernière. Il avait été surpris d’apprendre que je sois à l’étranger et seule car il avait été spécifié que je devais faire l’objet d’une surveillance. N’ayant été mis au courant de cela je lui avais dit que je pouvais le tenir au courant et que de toute façon s’il y avait le moindre doute Jean était informé de mes moindres faits et gestes. L’inspecteur avait accepté et aurait souhaité me voir en personne pour me parler des avancées de l’enquête, par téléphone cela n’était pas assez sûr et il préférait parler en face à face pour ce genre de dossier. Pour l’instant je n’avais donc eu plus de précisions que cela, ma curiosité s’attisait peu à peu mais un certain malaise m’envahissait également à l’idée de ce qu’il pourrait m’annoncer. Parfois je me demandais si cette histoire finirait par prendre fin un jour. J’avais beau vouloir m’éloigner tant que possible de mon passé il finissait toujours par refaire surface. Certes cela ne faisait que quelques mois, mais j’essayais avec tant de hargne de mettre tout ceci dans une toute petite boite au fond de mes pensées pour l’oublier que la moindre évocation à cette partie de ma vie refaisait jaillir l’entièreté de ce que j’essayais de taire.

En tous cas aujourd’hui j’allais essayer de me changer un peu les idées. Nous étions à Cimetronelle, une ville assez rurale et sympathique. Ficus allait être de bonne humeur car il y avait plu cette nuit et avec les rayons du soleil matinal cela faisait ressortir les odeurs de la nature. Le ciel était clair et par conséquent nous avions donc décidés d’aller nous promener non pas dans la ville mais dans les plaines alentours. Profiter un peu du paysage et se balader. La veille nous étions aller lui racheter quelques ustensiles pour qu’il puisse cueillir les échantillons qui lui était nécessaire et pour ma concoction personnelle et pour celles qu’il entreprenait à divers buts. La chambre d’hôtel était minuscule, il ne s’agissait que d’un lit une place, et encore, il s’agissait plutôt d’un lit de camp. Avec une micro salle de bain. Mais au moins j’avais été totalement au sec pour la nuit. Jetant un coup d’oeil par dessus mon épaule j’observais le capharnaüm dans lequel j’avais plongé la pièce en si peu de temps. Une pile d’habit dans les bras je descendis les déposer dans une machine pour un nettoyage bien mérité. Puis n’ayant sur moi que ma sacoche à pokéball attachée à ma ceinture et un petit sac à bandoulière je sortais du bâtiment et libérais mon acolyte du jour.

Le méga Jungko apparu et me salua.

Aide à la modération:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 10803

Lun 4 Juin 2018 - 13:42

Libegon S lance Bang Sonique !
(-117 PV)
PV d'Ursaring : 29/146

Ursaring lance Tranche !
(-40 PV) Coup critique ! 
PV de Libegon S : 160/200

Dresseuse Effy lance une Hyperball !
...:
 

Que voulez-vous faire ?

( Effy D: penses-tu pouvoir fixer ton codage ? Ça crée un petit décalage. )
Edit Kaktus : C'est corrigé pour le code Effy, attention pour les prochains de bien fermer toutes les balises



Oh, vous savez, je ne suis pas du genre violent... Je suis  MISTER L. Quand je le peux, j'évite, mais quand il le faut vraiment, combattre ne me pose aucun souci.
Non, aucun.


LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar ©️ Elune Crowley ; stamp ©️ Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: Grotte Argentée-