AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» Théâtre 101


avatar
Coordinateur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 05/04/2018
Messages : 93

Région : Kalos
Jeu 10 Mai - 4:44
J’ai rarement vu le local aussi bien rangé. C’est même la première chose qui me frappe à mon arrivée sur place. La pièce principale, d’habitude encombrée de costumes, d’éléments de décors et d’une ou deux boîtes de pizza, semble beaucoup plus vaste une fois débarrassé de tous ce bric-à-brac. Debout dans l’encadrement de la porte, je parcours le local des yeux avec l’impression de le redécouvrir. Tout a été poussé vers le fond de la salle, dans l’espace de rangement sous la mezzanine faisant office ce bureau. Ne reste plus dans la pièce que les quelques sofas du coin détente, le nid des bombydous qui pend près de la fenêtre et une série de coussins que Rose, la chorégraphe, s’affaire à disposer sur le sol de l’aire de répétition. J’en compte une dizaine, nombre qui correspond aux pokémons inscrits à l’atelier d’aujourd’hui. Mes collègues ont visiblement voulu faire bonne impression auprès de nos invités. Après tout, ce n’est pas tous les jours que l’on reçoit de la visite. Je crois même qu’il s’agit de la première fois depuis que j’ai intégré la troupe.

Une odeur de baies flotte dans l’air, m’indiquant que Rose a également préparé une collation pour tout le petit monde qui devrait arriver d’une minute à l’autre. Les effluves attirent Spriggan, qui me précède dans le local. Ma collègue se retourne à notre approche.

– Alors, qu'est-ce que t'en dis?
– C’est impressionnant. Vous y avez passé la nuit?
– Presque, ricane-t-elle en époussetant un coussin bleu. Valentin a insisté pour que tout soit rangé ce matin. Oh, d’ailleurs, tu ne l’aurais pas vu, par hasard?

La question classique : Où est Valentin? Je dois l’entendre au moins une fois pas jour. Le jeune homme a une tendance presque chronique à disparaître lors des moments importants ; lorsque les participants à l’atelier qu’il a organisé sont sur le point d’arriver, par exemple. Je secoue la tête, ce qui provoque chez Rose un soupir las.

– J’ai envoyé Mehdi à sa recherche, il est parti depuis une demi-heure et je n’ai toujours pas de nouvelles. Tu penses pouvoir te charger de l’atelier si jamais il nous fait faux-bond?
– … moi?

Je sens mon sang se figer dans mes veines. J’ai aidé Valentin à préparer l’activité, certes, mais je n’en connais pas suffisamment pour prétendre être en mesure de l’animer seule. En voyant mon visage blêmir, Rose s’empresse d’ajouter :

– Je vais t’aider, hein, ne t’en fais pas. Mais tu connais plus le dossier que moi.

Ça ne le fera pas, je le sens. Mais, au moins, je ne serais pas seule. Légèrement rassurée, je hoche la tête et me dirige vers le coin détente pour y déposer mon sac avec celui des autres. C’est alors qu’on cogne à la porte, signe que nos invités son arrivés. Je sursaute, laisse tomber mon sac et balaye le local du regard, espérant vainement voir apparaître Valentin. Il manque toujours à l’appel, évidemment. Je ravale ma salive et me dirige vers la porte, que j’ouvre sur un homme brun au visage familier.

– Oh, bonjour Gédéon!

J’ai l’air un peu surprise, probablement. Pourtant, il n’y a aucune raison : je savais qu’il serait là puisqu’il s’agit du responsable de la garderie, avec qui j’ai pu discuter à une ou deux reprises. Cela ne m’empêche pas de pousser un soupir de soulagement à la vue d’un visage connu. Gédéon est heureusement du genre compréhensif. Les choses seront un peu plus simples ainsi.

– Ahem… Valentin est introuvable, donc le début de l’atelier risque d’être un peu retardé, je suis désolée.

Il a le don de me mettre dans des situations inconfortables, celui-là. Ma main droite triture nerveusement le bas de mon chandail alors que je m'excuse du regard à Gédéon et aux trois autres personnes qui l'accompagnent.

– ... mais entrez, on a préparé des coussins et une collation.

Je m’efface pour les laisser passer, sa petite bande et lui. Rose me rejoint en poussant un petit « Ouuuuh ! » à la vue des bébés pokémons, qui, je l’avoue, sont particulièrement craquants.

– Toujours pas de nouvelles?
– Non, dit-elle en regardant son téléphone portable. Je lui laisse dix minutes.

Espérons que ce sera suffisant.



Code couleur: Indianred
Avatar par Tony le Magnifique
D.C.: Sebastian Drest
Stamp Book:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 06/08/2016
Messages : 250

Région : Kalos
Jeu 10 Mai - 19:52
- Arrête de me tirer les cheveux s’il te plaît.

Marian attrape le petit capumain qui s’est accroché à sa chevelure et le prend dans ses bras pour essayer de le calmer. Aujourd’hui, beaucoup de pokémons de la garderie sont assez excités. La rosée s’y attendait, mais malgré sa préparation psychologique, ils restent fatiguant. Elle peut cependant les comprendre : ce n’est pas tous les jours qu’ils organisent des sorties alors chacune est toujours un grand évènement pour les habitués de l’établissement.

La jeune femme observe ses collègues qui sont en train de finir de préparer les pokémons dont ils auront la charge pour la journée. Elle a déjà terminé, mais c’est parce que lorsqu’ils ont réparti les groupes, elle a fait exprès de choisir en premier pour être avec ceux qu’elle arrive le mieux à gérer du lot. Aujourd’hui, elle s’occupe de trois petits : un capumain, une rozbouton et un dedenne. A part capumain, se sont des pokémons qu’elle trouve très mignon, surtout la petite souris avec ses grosses joues. Elle a cependant pris le primate avec elle car elle le trouve rigolo avec sa main au bout de la queue. De plus, celui-ci, elle le connaît très bien, ça fait plusieurs mois que son maître le leur laisse régulièrement. Il travaille beaucoup et comme Capumain est son seul pokémon, il s’ennuie tout seul à la maison. Les autres de ses collèges qui viennent à l’atelier sont Gédéon et Liza. Le premier est celui qui gère la garderie, bien qu’il ne soit pas le directeur. C’est lui qui a déjà été en contact avec la troupe de théâtre qui leur propose la sortie et il s’occupe de quatre pokémons : un smogo, un pachirisu, un bulbizarre et un lippoutti. Il a pris la responsabilité du smogo car c’est le plus difficile à gérer avec ses gaz qui peuvent être toxics. Liza, elle, est la dernière arrivée à la garderie, même si elle a déjà plusieurs mois d’ancienneté. Elle a la charge de trois bébés : un pichu, un évoli et un goélise.

- Tout le monde est prêt ?, demande Gédéon une fois qu’il a fini de se débattre avec le lippoutti qui ne cessait de vouloir lui faire des bisous sur les mains. On peut y aller ?
- Je suis prête !, répond Marian avec enthousiasme.
- Moi aussi, ajoute Liza.

Les trois employés sortent donc, accompagnés des pokémons inscrits à la sortie, laissant la charge de la garderie au reste des employés. Ils devraient s’en sortir, il n’y a plus trop de pokémons à garder maintenant qu’ils sont partis avec tous ceux-là.

Marian a le sourire tandis qu’ils se serrent dans la voiture de Gédéon pour se rentre au local de la troupe de théâtre. Il se rendent à, si elle a tout bien compris, un atelier avec démonstration pour présenter la coordination aux petits pokémons. Elle n’est pas coordinatrice, elle n’a pas l’esprit artistique ni l’imagination pour ça, mais elle trouve souvent les représentations très jolies. Un peu moins lorsque ça part dans des discours plus intellectuels, parce qu’elle a souvent du mal à comprendre, mais il n’empêche que ça reste beau. Ce qui lui plaît moins, c’est le fait d’exploiter les pokémons pour le spectacle, dans le sens où se sont les coordinateurs que l’on encense et pas ses compagnons sans qui il n’aurait jamais rien fait. Elle a toujours eu l’impression que ces manifestations n’étaient en fait qu’un moyen de gonfler l’ego des coordinateurs. De plus, sa seule expérience avec un pokémon étant issu du domaine de la coordination ne lui donne pas une vision très positive de la chose : sa floette appartenait auparavant à un coordinateur qui la maltraitait car elle n’était pas assez performante à son goût sur scène. Marian se doute bien que tous les coordinateurs ne sont pas comme lui, mais la première impression laisse toujours une marque forte dans les esprits.

Après une vingtaine de minutes de route dans les rues d’Illumis, ils arrivent au local de la troupe de théâtre. Marian ne s’attendait pas à se trouver face à une sorte d’entrepôt, mais elle sait qu’il s’agit d’une équipe qui tente encore de se faire connaître, ainsi elle imagine bien qu’ils n’ont pas les moyens d’avoir autre chose.

Gédéon prend la tête du groupe, puisqu’il est celui qui est déjà entré en contact avec la troupe, et s’avance dans l’entrepôt où il est salué par une jeune fille aux cheveux roses. Très mignonne, selon Marian, et pas seulement parce qu’elle partage son goût pour cette teinte capillaire.

- Bonjour Ardiana, comment vas-tu ? Je te présente mes collègues, Marian et Liza. Est-ce que Valentin est là ?

Si Marian a bien retenu, Valentin est le dirigeant de la troupe. Adriana apprend au personnel de la garderie que cet homme est introuvable, ce que la rosée déplore car cela ne donne pas vraiment une image sérieuse de leur chef. Ils sont cependant invités à entrer et s’installer. On leur aurait même préparé de quoi manger.

- C’est gentil ça ! Merci !, fait la rosée.

Marian garde les pokémons dont elle s’occupe près d’elle jusqu’à les faire asseoir sur les coussins et s’agenouiller pour leur demander : « Vous voulez manger un petit quelque chose avant de commencer ? », tous approuvent et elle les guide donc vers le petit buffet tandis que ses collègues gèrent chacun de leur côté leur groupe de pokémons. Elle en profite pour détailler le local, qui lui semble beaucoup plus sympathique vu de l’intérieur que de l’extérieur. Quand elle arrive avec les petits à côté de la nourriture, ils sont intenables.

- Hé non ! Tenez-vous tranquilles ou on repart tout de suite et vous n’aurez pas d’atelier !, elle les gronde encore un peu jusqu’à ce qu’ils se servent calmement. De vrais ventres sur pattes… Mais bon, autant que vous mangiez maintenant, si on vous avait laissé le buffet à côté pendant l’atelier, vous n’auriez pensé qu’à ça et rien écouté, pas vrai ?

Les pokémons regardent leurs pieds tout en continuant à manger, ce qui fait rire Marian. Depuis qu’elle-même a adopté de ces créatures, elle ne peut s’empêcher de les trouver de plus en plus mignons, même ceux qui sont un peu disgracieux comme ce capumain.



    Pink power.
    DC:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 05/04/2018
Messages : 93

Région : Kalos
Sam 26 Mai - 21:11
À mon grand soulagement, Gédéon et les deux filles qui l’accompagnent ne semblent pas trop importunés pas la disparition de Valentin. Je ne peux néanmoins m’empêcher de rougir de gêne, à la fois parce que l’absence du responsable pourrait bien ternir notre image, mais aussi parce que je risque de prendre sa place à la tête de l’atelier d’aujourd’hui et que cette perspective me stresse plus que de raison. Alors que les gardiens et les pokémons dont ils ont la charge entrent et prennent place dans l’espace aménagé, je me répète mentalement le déroulement de l’atelier, les numéros prévus et les activités à animer. Pour peu que Rose et Mehdi me donnent un coup de main, je devrais pouvoir m’occuper de tout. Valentin a eu la présence d’esprit de ne rien prévoir en cachette. Ç’aurait été bien embêtant de devoir improviser.

L’agitation de nos invités m’extirpe de mes pensées. Les petits pokémons, tous plus mignons les uns que les autres, se massent joyeusement autour du buffet. J’en reconnais certains, mais malheureusement mes connaissances en la matière étant assez limitées, je ne parviens pas à identifier toutes les espèces. Je les détaille donc avec curiosité, tout comme Spriggan qui, assis à mes côtés, surveille nos visiteurs d’un œil vif tout en lorgnant le buffet. Rose s'est vraiment donnée à fond, les petits gâteaux au baies m'ont l'air particulièrement délicieux. Notant l'intérêt de mon evoli, je m’approche de la table pour récupérer une petite bouchée que je lui tend. Alors que je l'observe grignoter calmement, la voix d’une des deux accompagnatrices, celle dont les cheveux sont aussi roses que les miens, s'élève pour gronder ses petits protégés qui se pressent autour de la table. Je ne peux m’empêcher de rire à ses propos. Les bébés baissent les yeux en continuant de manger, comme des enfants pris en faute. Cette attitude les rend encore plus craquants, en particulier la petite souris rondouillette au pelage orange, ou encore cette étrange créature mauve possédant une main au bout de la queue.

– C’était une bonne idée de commencer par la collation, finalement.

En me relevant, j’ose commenter d'un ton hésitant accompagné d'un petit sourire en coin. Le goûter était prévu bien plus tard, vers le milieu de l’atelier, mais ça m’arrange de savoir que le devancer un peu calmera les participants. Je doute d’être en mesure d’animer un groupe de pokémons turbulents… en fait je doute d’être en mesure d’animer un groupe de pokémons tout court. J’ignore même comment leur parler. De la même façon qu’à des enfants, même s’ils ne sont pas en mesure de répondre? C’est ce que cette fille aux cheveux roses – Marian, si je me souviens bien des noms sur la fiche d’inscription – semble faire et ça m’a tout l’air de fonctionner. Oui. Faisons cela. De toute façon, il faudra bien que je me lance, et à voir à quelle vitesse les petits choux engloutissent leurs baies, c’est pour bientôt. Je rejoins rapidement Rose et constate que Mehdi est de retour, seul et visiblement énervé. Ravalant l’appréhension qui me tord l’estomac, je n’ai d’autre choix que de faire face à mon destin, maintenant. Les dix minutes de grâce accordées à Valentin sont largement écoulées.

– D’accord, on commence par la démonstration. Prête?

À ma question murmurée, Rose hoche la tête et me fait un clin d’œil. Je lui souris avec reconnaissance et prends place sur l’un des tabourets destinés aux accompagnateurs et aux animateurs, disposés devant les coussins des pokémons. Armé de sa guitare, Mehdi s’assoit à mes côtés. À peine sommes-nous installés que notre collègue porte ses doigts à sa bouche pour produire un sifflement mélodieux qui couvre l’agitation ambiante. Un bourdonnement sourd lui répond et, presque aussitôt, deux bombydous émergent du nid près de la fenêtre. Ils volettent jusqu’à nous et tournoient au-dessus de nos têtes et de celles de nos invités, lançant tour à tour des attaques qui me sont inconnues, créant tantôt des étincelles, tantôt des tourbillons argentés qui donnent rapidement l’impression de se retrouver en plein milieu d’un feu d’artifice miniature. Inspiré par les prouesses de nos mascottes, Mehdi entame quelques accords joyeux sur lesquels les bombydous calquent leur rythme. J’ai déjà vu ce spectacle auparavant, pendant que Rose et ses pokémons répétaient, mais je ne peux m’empêcher de sourire avec admiration en les voyant ainsi en action.

Rose rappelle les bombydous lorsqu’elle est certaine d’avoir l’attention des pokémons de la garderie. Les deux abeilles se posent sur sa tête et son épaule et saluent avec elle pour conclure la fin de leur prestation.

– Bonjour à tous, et bienvenue à la Ruche! lance-t-elle d’un ton joyeux. Pour ceux qui ne nous connaissent pas, laissez-moi le loisir de nous présenter. Je m’appelle Rose, voici mes collègues Adria et Mehdi.

Ce dernier lève la main pour saluer notre public. Je l'imite timidement et Rose enchaîne aussitôt.

– Et n’oublions pas nos vedettes du jour, nos fantastiques bombydous! Applaudissons-les bien fort!

Elle joint le geste à la parole et les deux abeilles saluent de plus belle en agitant leurs ailes translucides. Vient ensuite mon tour de prendre la parole, selon le programme du jour. Je me racle la gorge pour y faire disparaître la boule qui s’y est formée.

– Alors… en levant la patte, l’aile ou, euh, ce que vous pouvez, dites-moi : qui ici a envie d’apprendre la coordination?

Dynamisme et entrain, tels sont les mots d’ordres que Val n’a cessé de me répéter durant nos répétitions. Je crois que je ne m’en tire pas trop mal, même si je pourrais faire mieux. Du coin de l’œil, je vois Spriggan, assis à côté du saquedeneu de Mehdi, lever sa petite patte bien haut, comme s’il cherchait à m’encourager par ce geste. Un sourire amusé m’échappe.



Code couleur: Indianred
Avatar par Tony le Magnifique
D.C.: Sebastian Drest
Stamp Book:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 06/08/2016
Messages : 250

Région : Kalos
Lun 25 Juin - 18:39
La rosée entend une voix autre que la sienne et lève la tête en direction de la personne qui parle. C’est une des membres de la troupe de théâtre qu’elle a déjà vu lorsqu’elle est entrée. Si elle se souvient bien, cette jeune femme s’appelle Adriana. Marian lui adresse un sourire pour appuyer sa remarque avant de se concentrer à nouveau sur les pokémons qu’elle encadre. Il faut qu’elle débarbouille le rozbouton qui a réussi à s’en mettre partout, ce qui est en fait plutôt logique puisqu’il n’a pas de bras pour se nourrir. La rosée fronce les sourcils tandis qu’elle s’occupe de lui, se demandant si, en fait, se serait pas dangereux pour lui de manger n’importe quoi étant donné qu’il est une plante… Non, Gédéon aurait prévu le coup. Il a dû discuter de ce genre de choses avec les membres de la troupe de théâtre. Cependant elle va tout de même garder un bon œil sur le teint du rozbouton, au cas où.

Au bout de quelques minutes, le personnel de la garderie et les pokémons sont interpellés par un sifflement, provenant d’un des hommes de la troupe de théâtre. Marian n’a pas le temps de se demander si elle se souvient du nom de cette personne car son regard est automatiquement dirigé vers deux créatures dont elle ne connaît pas le nom, mais qui ont l’air extrêmement mignonnes vues de loin. De mémoire, elle n’en a jamais vu en vrai, mais il lui semble en avoir déjà vu à la télévision ou dans les magazines, sûrement parce qu’ils sont adorables et ont l’air tout doux. Ils se mettent à utiliser leurs attaques pour faire de belles choses et capter l’attention de la foule jusqu’à obtenir le silence et le regard de tous les petits pokémons présents.

Une fois que les pokémons ont terminé, Marian s’empresse de demander aux pokémons dont elle s’occupe de s’installer sur les coussins, dans le silence. Les autres membres du personnels de la garderie font de même, Gédéon se mettant au centre derrière eux étant donné qu’il est plus grande figure d’autorité pour eux. La rosé a un peu de mal avec le capumain puisqu’il n’arrête pas d’embêter ses camarades avec sa main sans faire exprès.

Une femme de la troupe de théâtre, Rose si Marian ne se trompe pas, un prénom qu’elle aime beaucoup, et pas seulement parce que c’est aussi celui de sa couleur préférée. Elle présente ses collègues et la rosée tente de retenir celui de la jeune femme qui a réagi à ses remarques sur le buffet tout à l’heure. Adria… Marian fronce les sourcils, se disant qu’il doit manquer un morceau à ce prénom et qu’elle ne s’en souvenait pas comme ça. Après ça, Rose donne le nom des créatures dont elle cherchait le nom lorsqu’ils faisaient leur ballet dansant : des bombydous. Sauf que, Marian n’ayant aucune idée de comment ça peut s’écrire, elle s’imagine « des bons bidous » et fronce une nouvelle fois les sourcils en se disant qu’ils n’ont pas de ventre du tout alors ce nom n’a pas de sens. Cependant elle n’a pas la prétention de comprendre ce qu’il peut bien se passer dans la tête des scientifiques et elle décide donc d’admettre.

Adria prend la parole cette fois et Marian comprend que c’est elle qui va mener l’atelier. Après la question posée, la rosée pose les yeux sur les pokémons dont elle s’occupe et voit que dedenne et capumain lèvent la main, comme c’est demandé, et parce qu’ils sont enthousiastes, mais que c’est tout de suite plus compliqué pour le rozbouton qui tente de se dresser sur ses petites pattes pour montrer qu’il veut participer, mais n’y arrive pas, puisque ses membres ne sont pas vraiment développés. Marian décide de l’aider et le prend dans ses deux mains pour le soulever un peu et l’aider à témoigner son envie. Les autres pokémons de la garderie sont également enthousiastes, sauf un petit passerouge mal luné dont tous les membres de la garderie savent qu’il aime bien faire sa mauvaise tête, mais est tout de même content d’être là. Gédéon tend même la main vers lui pour lui soulever l’aile et il ne râle pas. Marian a aussi envie de lever la main pour participer, mais elle sait que ce serait malhonnête, puisque la pratique de la coordination ne l’intéresse pas du tout. De toute façon, elle a conscience de ne pas avoir l’esprit artistique pour.

Le sourire aux lèvres, elle attend la suite de l'atelier.

hrp:
 



    Pink power.
    DC:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 05/04/2018
Messages : 93

Région : Kalos
Ven 24 Aoû - 4:45
Un silence relatif s’est installé dans la salle, me laissant toute la place pour entamer l’atelier. Je parle d’une voix qui se veut forte, même si au fond de moi je sens le trac me tordre la gorge. Une immense vague de soulagement me traverse néanmoins lorsque je vois les petits pokémons réagir à mes paroles et démontrer un certain intérêt pour l’atelier que je m’apprête à leur présenter. Je sens mes épaules se relâcher et ma main droite, qui torturait le bas de mon chandail, calme ses mouvements. Je crois que c’est ainsi qu’on se sent quand on brise la glace. Le soulagement de voir que tout va bien après un premier pas difficile. En retrait, je vois Rose lever le pouce à mon intention. Tout va bien. Pour l’instant.

L’enthousiasme semble au rendez-vous. Je souris en voyant l’une des gardiennes – Marian – lever un petit pokémon pour l’aider à se manifester malgré l’absence de membres. Tout autour, les bébés en tout genre hissent bien haut leurs petites pattes dans une scène particulièrement mignonne. Ce serait le bon moment pour prendre une photo, malheureusement aucun de nous n’a pensé à apporter la caméra. Je frappe mes mains ensemble et poursuis avec une confiance renouvelée par la réponse de mon public.

– Super! Alors, dites-moi, est-ce que quelqu’un sait ce qu’est la coordination?

Je me sens un peu stupide de poser la question, même si elle était prévue dans le planning. Peut-être que j’aurais dû l’ignorer et passer directement à la suite. Valentin est habitué d’organiser des spectacles destinés à un public avec lequel il peut discuter. Les spectateurs ici ne peuvent pas répondre. Je vois des points d’interrogation se dessiner dans le regard de certains petits, alors que d’autres semblent en savoir davantage et s’agitent sans pouvoir partager leurs connaissances. Rose semble percevoir mon malaise, car elle prend aussitôt le relais, accompagnée des bombydous qui se reposent toujours sur ses épaules.

– Je vois que certains d’entre vous s’y connaissent déjà un peu! Toi, mon beau, dit-elle en pointant un petit pokémon violet dont la queue se termine par une main. Tu m’as l’air de savoir de quoi on parle, n’est-ce pas? Et tu sembles avoir envie de bouger, aussi! Ça te dirait de nous montrer ta plus belle attaque?

Tout heureux, le petit s’exécute aussitôt que Rose l’a mené dans l’espace dégagé au centre du cercle, là où il ne risque pas de blesser ses compagnons avec une prouesse mal contrôlée. Je souris de plus belle en le voyant agiter sa queue dans une petite danse particulièrement mignonne et joins mes applaudissements à ceux de Mehdi une fois sa prestation terminée.

– C’est très bien, on l’applaudit bien fort! enchaîne ma collègue. Quelqu’un d’autre veut essayer?

Les petits se proposent avec enthousiasme et, pendant une dizaine de minutes, nous avons droit à une série de performances tantôt maladroites, tantôt mignonnes, et tantôt carrément impressionnantes compte tenu de l’âge des participants. Je laisse Rose s’occuper de cette partie de l’activité et Mehdi accompagner le tout d’un air de guitare. Je me sens beaucoup mieux dans ce rôle passif, même si mes débuts en tant qu’animatrice m’ont semblé tout à fait corrects. Les pokémons sont un public beaucoup moins intimidant que les humains.

Je passe en revue la suite de l’atelier dans ma tête. La prochaine activité implique de se diviser en groupes pour monter un petit sketch. J’attends que le dernier volontaire – un pokémon vert avec un bulbe sur le dos – termine son tour pour me racler la gorge et reprendre la parole.

– Ce que vous venez de faire, c’était une forme de coordination : utiliser vos capacités non pas pour vous battre, mais bien pour donner un spectacle. C’est une forme d’art, comme la danse ou le théâtre.
– C’est l’art de se donner en spectacle, de mettre des étoiles dans les yeux des gens qui nous regardent, de raconter une histoire de la plus belle façon qui soit : en la vivant, sur scène, devant un public, ajoute Rose d’un ton inspiré.

Avec un petit sourire, Mehdi se penche et ajoute, sur le ton de la confidence :

– Et c’est aussi un moyen d’impressionner la galerie!

Je ne peux retenir un petit rire avant de poursuivre.

– Mais, au-delà de tout cela, c’est avant tout un moyen de s’amuser! Pour la prochaine activité, nous allons nous séparer en trois groupes pour créer un petit spectacle… ça vous dit?

L’enthousiasme me semble toujours au rendez-vous, je descends donc de mon siège et laisse les participants et leurs accompagnateurs se rassembler autour de Mehdi, Rose et moi. Je me dirige en direction de la fille aux cheveux aussi roses que les miens, puisque c’est son groupe qui était censé être sous la charge de Valentin. Spriggan demeure en retrait en compagnie de saquedeneu, mais je sens son regard protecteur me suivre alors que je m’éloigne.

– Je… j’espère que ça vous plaît, à date.

J’ouvre la conversation en replaçant du bout des doigts ma frange rebelle qui retombe presque aussitôt sur mes lunettes. Je pensais que me retrouver en petit groupe m’aiderait à me sentir plus à l’aise, mais il n’en est rien. Je ne connais pas vraiment la dénommée Marian et, même si elle m’a l’air tout à fait gentille, j’ignore un peu comment l’aborder. Je n’ai jamais su comment faire ce genre de chose, même après des mois à travailler au service à la clientèle. Je lui sers un petit sourire maladroit, puis m’accroupis à la hauteur des petits.

– Alors, avez-vous des idées?

Ma question s’adresse surtout aux pokémons, mais aussi un peu à Marian, vers qui je lève ensuite le regard. Même si techniquement elle n’est qu’une accompagnatrice, il est hors de question de l’exclure alors que les autres s’amusent. Valentin a été très clair à ce sujet pendant les rencontres de projet : tout le monde doit participer. Plus on est de fous, plus on rit, après tout.

hrp:
 



Code couleur: Indianred
Avatar par Tony le Magnifique
D.C.: Sebastian Drest
Stamp Book:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 06/08/2016
Messages : 250

Région : Kalos
Mar 16 Oct - 19:14
C'est avec beaucoup de fierté que le capumain sélectionné pour faire la première démonstration par les animateurs s'avance vers le milieu du cercle formé par les participants à l'atelier. Marian ne peut s'empêcher de sourire en le voyant aussi enthousiaste, surtout qu'elle sait qu'il aime bien faire le beau alors être ainsi au centre de l'attention doit lui faire très plaisir. Etonnement pour sa morphologie selon la rosée, il parvient à faire une démonstration de manière à peu près gracieuse, ce qui lui vaut des félicitations de la part des animateurs. Lorsque la créature revient vers elle, Marian la gratifie d'une caresse sur le haut du crâne pour lui dire qu'il a fait un bon travail.

- Tu étais très mignon !, ajoute-t-elle alors qu'il se rassied sur un coussin juste à côté d'elle.

Du coin de l'oeil, elle aperçoit également Gédéon lui adresser un sourire bienveillant, comme si elle venait de faire quelque chose d'exceptionnel. Comme elle ne comprend pas, elle ne le regarde pas, même si elle craint qu'il lui fasse encore des remarques sur sa nouvelle ouverture d'esprit depuis qu'elle-même possède des pokémons. Elle décide de ne pas y penser pour le moment et de profiter de l'atelier tant qu'il dure.

Après le capumain, c'est au tour des autres pokémons de montrer leurs talents. Marian est impressionné ou surprise par certains car, étant donné qu'elle a tendance à les juger un peu rapidement à leur apparence, elle ne connaît pas grand chose à leurs capacités. Elle se renseigne un peu sur ceux dont elle doit s'occuper et puis c'est tout. Du coup, elle ne manque pas de les applaudir après chaque représentation, et elle ne se force même pas étant donné qu'elle est réellement impressionnée par la plupart. Même quand, objectivement, ce n'est pas terrible car les pokémons sont maladroits. Marian étant une grande maladroite, elle se sent mal placée pour les juger et se dit que si elle avait des capacités, sûrement serait-elle encore moins douée qu'eux.

Une fois les démonstrations terminées, les animateurs prennent chacun leur tour la parole pour ajouter des informations sur ce qu'est la coordination. De l'art du spectacle, un moyen de s'amuser, d'en mettre plein les yeux des gens. Là, comme ça, Marian est plutôt d'accord, mais elle trouve tout de même que c'est un moyen d'exploiter les pokémons étant donné que ce ne sont pas eux qui reçoivent les rubans, ce ne sont pas eux dont on se souvient. Ce qu'on voit dans les magasines, c'est la tête des coordinateurs le plus souvent, pas des pokémons. Parfois, c'est limite s'ils ne sont pas interchangeables tant qu'ils ont la capacité dont l'être humain a besoin. De plus, la rosée a une très mauvaise première expérience des coordinateurs, puisque l'ancien propriétaire de sa flabébé en était un et qu'il l'a maltraitée puis abandonnée car elle était trop maladroite sur scène. Elle sourit donc aux paroles des animateurs, mais n'en pense pas moins. Elle veut juste éviter de casser cette ambiance qui semble beaucoup plaire aux petits.

L'animatrice principale, Adriana, reprend la parole pour expliquer que la suite de l'activité se fera en trois groupes. Marian comprend que cela se fera avec un animateur et un membre de la garderie et son groupe de pokémons. Elle les rassemble donc vers elle, car le capumain, toujours aussi excité, avait commencé à s'éloigné avec son coussin à force de sautiller dessus.

- Reste vers moi toi, on va passer à la suite.

Le pokémon s'exécute, mais entortille tout de même sa queue autour du bras de la rosée, ce qu'elle n'aime pas trop. Elle a conscience que cette main supplémentaire a tendance à traîner partout et servir à attraper tout et n'importe quoi, alors elle n'aime pas trop la toucher. Elle s'apprête à lui dire d'attendre, qu'elle va lui passer un coup de lingette, mais elle n'en a pas le temps car Adria s'est approchée d'elle et commence à lui parler.

Marian comprend que se sera elle qui accompagnera son groupe pour la prochaine activité. Elle décide donc de laisser de côté le problème de capumain, histoire de rester la plus professionnelle possible.

- Ca a l'air de leur plaire en tout cas !... Et moi aussi j'aime bien, même si je ne suis pas trop fan de coordination en général, Marian accompagne son compliment d'un sourire pour la jeune femme.

Les deux femmes s'agenouilles près des pokémons pour être à leur niveau et Adriana leur demande s'ils ont déjà des idées. Marian sent que c'est une opportunité pour les petits de partir dans tous les sens alors, tout de suite, elle tape une fois dans les mains pour avoir leur attention et leur demande :

- Je pense qu'il faudrait commencer par trouver un thème qui plait à tout le monde, elle se rend compte qu'au final elle s'adresse autant aux pokémons qu'à l'animatrice. Vous avez des types très différents avec, j'imagine, des capacités très différentes aussi alors... Se serait peut-être bien de trouver quelque chose de général, pour que tout le monde puisse s'exprimer.

Les petits ont l'air de réfléchir et certains lèvent la tête vers elle, comme pour lui demander de l'aide et de trouver une idée à leur place. Elle soupire intérieurement, ayant presque oublié que beaucoup de petits, contrairement à ce que l'on peut penser, ont très peu d'imagination. De plus, dès qu'ils sont accompagnés pas des gens dont ils dépendent, ils ont tendance à se tourner vers eux pour faire le travail à leur place. Comme quoi l'enthousiasme ne fait pas tout.

- On... On pourrait commencer par demander à la dame ce qu'ils ont comme accessoire ? Ca pourrait vous aider à trouver. Parce que je ne trouverais pas à votre place, on est d'accord ?

Parce qu'il faut le dire, Marian n'a pas beaucoup d'imagination non plus en ce qui concerne les choses artistiques. Le dedenne, le rozbouton et le capumain se tournent donc avec des yeux brillants vers l'animatrice.

hrp:
 



    Pink power.
    DC:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kalos - 6E G E N :: Illumis-