AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» Les enchevêtrés [Pv Madelaine]


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 22/06/2016
Messages : 189

Région : Kantô
Mer 25 Avr 2018 - 2:45
C’était peut-être sa conception qui était ratée à la base. Il s’était imaginé un scénario plus…pittoresque? Idyllique? Il ne savait pas trop lequel, c’était des mots compliqués. Et les mots compliqués, c’était l’affaire de Lukas. Dans tous les cas, il s’imaginait des nuits à la belle étoile, loin de la pollution visuelle de la ville. Compter les étoiles, faire ça bien. Un feu aussi peut-être. Avec ses amis, surtout. Pas de grisaille, juste du beau. Sauf que voilà. Il était 4h54, pas de lever de soleil, plutôt une levée de nuages. Et du noir de la nuit ressortait le gris foncé du jour. L’humidité se faisait sentir dans la fraîcheur du matin, l’odeur de la pluie se faisait ubiquitaire. Dans le centre Pokémon d’Argenta, pas un bruit. Quelques dresseurs perdus qui se reposaient, l’infirmière de garde entamait son combientième café? Buddy et Curling dormaient un peu plus loin, hors de leur pokéball. Finalement, il n’y aurait pas de camping à la belle étoile. Il allait squatter les centres Pokémon. Il n’y aurait pas de feu non plus, mais ils avaient un four micro-ondes, c’était nettement plus pratique. Il ferait mauvais aussi, mais ça, il avait été idiot de croire le contraire. Ce qui faisait un peu plus mal, en revanche, c’était de se demander s’il y aurait des amis ou non.

Et pour éviter de trop y penser, il s’excusa un peu auprès de ses compagnons assoupis et rejoint l’extérieur le temps d’une cigarette. Une bruine fraîche le taquinait et il lui tourna le dos, repoussant ses avances. Au-dessus de lui, un lampadaire qui n’arrivait pas à se décider s’il devait s’allumer ou s’éteindre. Le combat d’une vie, pensait-il. Même ici, pas une âme dans les rues à cette heure. Ça changeait de Safrania et de son rythme de vie permanent. C’était beau de voir la ville endormie. Mieux encore, ça faisait du bien de ne pas avoir tout le monde en train de le fixer. La blessure s’était résorbée en majeure en partie, mais il avait encore l’œil gauche violacé ainsi qu’une petite plaie sur la pommette. Rien de douloureux, mais très certainement dérangeant. Une brise soudaine le surprend et il ferma son veston. Plus loin, une camionnette était garée et un employé semblait faire des allers-retours. Certains diront que c’est le manque de sommeil, lui dira qu’il est simplement curieux. Il s’approcha, sans vraiment de raison, sinon de voir ce qu’ils transportaient, comment était fait l’entrée réservée aux livraisons du centre Pokémon. Le genre de choses auquel personne ne s’attarde, sauf à cinq heures du matin quand y’a rien de mieux à faire. Aussi discrètement que possible –pourquoi être discret? Il n’en sait rien- il s’avance pour espionner le travail des employés de nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 20/04/2018
Messages : 24

Région : Kantô
Jeu 26 Avr 2018 - 18:03
Rainy days — La pluie rendait l'atmosphère étrange, quelque chose d'un peu flou et étrangement apaisant, plus encore d'aussi bonne heure. C'était quelque chose qu'elle avait toujours aimé, cette impression d'être temporairement en décalage avec la réalité, comme si tout existait au ralenti l'espace d'un instant. Enfin, l'heure n'était pas aux considérations rêveuses pas plus qu'à la perte de temps : elle avait du travail. Un fait qui ne tarda pas à lui être rappelé alors qu'un collègue la faisait sursauter de sa voix trop forte, quelque chose de récurrent. Bien sûr, elle n'avait rien contre lui, pas vraiment, mais le malaise était là, passager mais bien existant, suffisant pour la renfrogner un peu plus — heureusement, la pluie saurait l'adoucir à nouveau très vite.

Du coin de l'oeil, elle avait observé les employés de l'entrepôt charger la camionnette, alors que sa partenaire de livraison, elle, vérifiait encore une fois que tout était en ordre. Prendre ce genre d'initiatives n'était pas dans ses habitudes, pas plus que les responsabilités qui allaient avec, et c'était ainsi sans surprise qu'elle préférait laisser Yasmin s'occuper de tout ça. Et qu'elle passe pour celle voulant faire le moins d'effort possible n'était pas une perspective suffisamment vexante pour que la jeune femme tente d'y remédier.

Réajustant sa casquette, elle n'avait pas tardé à embarquer à son tour ; silencieuse, quelque chose qui ne changeait pas et qui heureusement ne semblait pas troubler sa partenaire. Depuis le temps, des habitudes s'étaient installées, suffisamment pour qu'elle se sente à l'aise en sa présence — ce qui n'était pas donné à tout le monde.

La fine pluie de l'extérieur n'avait pas manqué de la faire frémir, la forçant à tirer sur le col de son pull avant de commencer ce pourquoi elle était là. Chaque boîte était soigneusement retirée du véhicule et amené à l'intérieur : kits de soin, nourriture et tout ce qui pouvait être utile dans un centre Pokémon. Un emploi parfois fatiguant mais qu'elle avait su apprécier à sa juste valeur, y adaptant son mode de vie jusque là décousu.

« Eh. » La voix de sa comparse la tira de ses pensées, soulevant un énième carton alors que son regard pâle se glissait sur sa silhouette. « On a pas le temps pour les petits malfrats dans ton genre. Tu ferais mieux de pas rester là. » Huh? Un peu perdue, voilà que Madelaine cherchait du regard celui à qui ces menaces à peines voilées semblaient s'adresser, finissant par tomber sur le concerné. Il n'avait pas l'air commode, ou peut-être n'était-ce qu'une impression à cause du manque d'éclairage? « Tu vois le mal partout. » Presque hypocrite venant de la noiraude, surtout quand on la connaissait. D'autant qu'elle avait raison de se méfier, ce genre de situation ayant déjà eu des précédents. Enfin, un haussement d'épaules et les voilà qui retournent à leur tâche. Mais cette fois, attentives à la présence intrusive de l'inconnu, les prunelles de la plus jeune s'attardant encore sur lui quelques instants, avant de finalement se détourner.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 22/06/2016
Messages : 189

Région : Kantô
Mer 2 Mai 2018 - 20:44
L’espion en herbe approchait aussi doucement que possible la camionnette. La curiosité était cette tare qu’il avait entretenu tout au long de sa jeunesse, au point de développer cette agaçante propension à ne pas se mêler de ses affaires. Si c’était volontaire, il n’avait jamais cette impression de saisir les conséquences de ses agissements. Même en ce moment, il n’avait pas en tête tout le contexte entourant son approche. Le fait qu’il fasse encore noir – à peu près-, qu’il soit vêtu majoritairement de noir et de vêtements troués et qu’il ait ce sale œil aux couleurs violacées. Évidemment qu’il avait l’air d’un petit trouble-fête.

Une voix étrangère le fit sursauter. Il y avait quelque chose de las dans la façon qu’elle l’apostropha, mais Edwin ne savait trop qu’en penser. Faisant volte-face, il tomba approximativement nez à nez avec une employée se chargeant de vider le camion. D’un réflexe qui ne devrait pas être naturel, il leva les mains en l’air, montrant qu’il n’était pas armé. Pas le temps pour les petits malfrats. Est-ce qu’elle pouvait au moins le considérer comme un grand malfrat ? C’était pas trop demander, quand même.

«Hey ho, y’a erreur sur la personne, là. Je suis un dresseur, mes Pokémon dorment à l’intérieur. J’étais sorti fumer, puis c’est tout.»

Effectivement, c’était à peu près tout. Il ne sentait pas vraiment le besoin de se justifier sur quoi que ce soit, mais ne se laisserait pas traiter comme un criminel alors qu’il n’avait rien fait. Enfin, à condition qu’on ne fouille pas ses poches.

Une deuxième voix s’éleva au-dessus du bruit de la pluie, la voix de la raison. Elle voyait le mal partout. Il ne pouvait pas parler de généralité, mais dans ce cas-ci, il n’avait pas à réfléchir bien longtemps avant de choisir son camp.

«Exactement, comme elle dit ! »


Il n’allait quand même pas se justifier sur pourquoi il désirait voir l’envers du décor, tout de même. Sans plus un mot, les deux repartirent vers le travail, mais son regard croisa celui de la deuxième personne un court instant. Juste assez pour lui faire prendre conscience de ses yeux et de leur couleur caractéristique. Il y avait quelque chose d’intriguant, de magnétique, aussi. Il ne resta qu’en surface, n’ayant pas la prétention de déceler ce qu’un regard pouvait cacher. Surtout pour lui qui avait du mal à faire la différence entre la tristesse et la faim. Sans y réfléchir, il fit quelques pas rapides avant d’atteindre la hauteur de la jeune femme avec la casquette. N’ayant pas trouvé explication ni justification à son geste, il ne bredouilla que quelques mots, pointant vers l’entrée.

«Je…fais que rentrer, rien de louche. Mes Pokémon doivent m’attendre.»

Ce n’était pas la bonne porte, mais qui allait s’offenser pour si peu ?

«Au fait, mon nom c’est Edwin. Et je suis pas un malfrat, hein.»

Après, il ne voulait pas les déranger outre mesure non plus. Peut-être valait-il mieux qu’il les laisse tranquilles ? Pas sans poser une dernière question, au moins.

«Comment tu t’appelles ? Et je veux pas savoir pour l’autre, surtout si elle me prend pour un bandit.»

Si ça se trouve, il la recroiserait peut-être durant son séjour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 20/04/2018
Messages : 24

Région : Kantô
Jeu 3 Mai 2018 - 5:10
Et voilà que le malfrat en question se rangeait de son côté, sans surprise — de quoi lui tirer l'esquisse d'un rictus amusée avant qu'elle ne retourne à ses cartons, le tout sous l’œil circonspect de Yasmin. Enfin, c'était Argenta et un quartier loin d'être mal fréquenté, les risques étaient minimes quoi que sa collègue en dise ; pas question de lui reprocher sa prudence cependant, pas alors que c'était cette attitude même qui lui permettait de se sentir rassurée en sa présence — une qualité que peu pouvaient se vanter de posséder.

La pluie semblait vouloir s'affiner à mesure que les minutes s'écoulaient, sans cependant totalement cesser pour autant ; un frisson finit par agiter les épaules de la jeune femme alors qu'une énième boîte quittait ses mains et qu'elle remettait les pieds dehors. Frisson qui ne tarda pas à se transformer en sursaut confus alors qu'elle se retrouvait à faire face au jeune homme, bien trop perdue dans ses pensées pour vraiment réaliser qu'il était encore présent. Ce fut donc sans un mot qu'elle releva les yeux vers lui, le dévisageant d'un air franchement perdu, à la manière d'une biche en proie à un prédateur. Ce qui en rétrospective était quelque peu exagéré, quand bien même Madelaine n'avait jamais su composer avec les surprises et l'imprévu.

« T'es pas vraiment censé rentrer par là. » Voir même pas du tout, voulu-t-elle ajouter, mais le voilà qui se présentait! Ah, sur ce coup-ci la voilà prise de court, sourcils froncés et cils papillonnant, son regard pâle scrutant les traits de son visage. Autant le dire, qu'il lui fasse la conversation n'était définitivement pas dans ses plans, de quoi éveiller ce malaise qu'elle traînait constamment avec elle. « Plus tu le dis, et plus t'as l'air d'en être un. Sans parler que de proche, t'as vraiment une gueule à faire peur. » Et il n'y avait pas une once de méchanceté dans ces paroles-là, simplement de la confusion ainsi qu'une bonne part de rude franchise. Chose qu'elle réalisa d'ailleurs, détournant promptement les yeux, gênée. Après tout, s'il était vraiment malhonnête, ça n'était surement pas la meilleure attitude à adopter ; d'un autre côté, il ne lui en donnait vraiment pas le feeling, et pour une jeune femme qui habituellement se sentait mieux avec de la distance entre elle et autrui, ça voulait surement dire quelque chose.

Du coup, histoire d'échapper à la situation malaisante et sa propre bêtise, elle refit quelques pas vers le camion, restant cependant à portée de voix et d'oreille. « Tu devrais revoir ton approche des inconnus, Edwin Pas-Un-Malfrat. » Oui, sa blague vaseuse lui tira ce qui semblait être un sourire passager, avant qu'elle ne reprenne, la dernière boîte entre ses mains, Yasmin semblant être encore occupée avec l'infirmière à l'intérieur. « Madelaine. Et tu devrais pas te vexer, Yasmin a raison d'être méfiante, on sait jamais. » Oh, elle pouvait au moins lui concéder ça, surtout qu'il semblait être de passage — il n'avait pas l'air de présenter le moindre de risque (et de quoi, elle l'ignorait). Enfin, cela ne changerait pas qu'elle n'était pas certaine de savoir ce qui l'avait poussé à l'approcher, puis. Pourquoi elle? « T'as l'air perdu. Ou d'avoir des ennuis. » Et elle un peu cruche de rester là avec son carton interposé entre eux, comme s'il allait pouvoir la garder d'on ne sait quoi, ton en évitant soigneusement de le regarder dans les yeux — merci la casquette d'ailleurs.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 22/06/2016
Messages : 189

Région : Kantô
Jeu 3 Mai 2018 - 16:15
Il s’arrêta dans sa marche, soudainement happé par les propos acerbes de sa supposée alliée. La pluie s’affinait, l’attaquant toujours de dos tandis qu’il haussait les épaules pour protéger sa nuque. Il jeta le mégot de cigarette au sol avant d’entrer. Enfin, allait-elle le laisser faire? Elle ne semblait pas être le genre à vouloir s’interposer, mais elle le jugerait quand même s’il le faisait? Était-il prêt à prendre ce genre de risque à peine arrivé dans une nouvelle ville, surtout qu’elle venait d’affirmer qu’il paraissait effectivement louche. C’était des paroles blessantes et par conséquent, elle ne faisait que piquer son intérêt davantage. Le genre à s’arrêter dès la première embûche? Ah! Pour lui c’était plus une invitation continuer.

«C’est pas comme si je faisais exprès de ressembler à ça non plus, hein. J’ai eu une mauvaise rencontre, c’est tout.»

Il n’a pas rajouté qu’il comptait rendre la pareille à ce type par respect, mais c’était déjà tout tracé, c’était dans son adn, même. Sans chercher à comprendre la rudesse de ses propos, il mettait tout sur le dos de l’heure et de la fatigue. D’ailleurs, il ne devrait pas s’éterniser trop longtemps ici non plus. Dans l’optique où ses Pokémon allaient se réveilleraient, les pauvres seraient tout confus et seuls, perdu dans le centre. Tandis qu’elle s’éloignait, il l’écoutait avec un sourire, un œil fermé tandis que la pluie l’attaquait en traître. C’était une victoire en soi, elle avait dit son nom. Pour le reste, il choisit de l’ignorer, même si de préciser qu’il n’était pas un malfrat était flatteur, n’est-ce pas? Au moins elle le croyait et il était trop tôt pour faire preuve de sarcasme. Parlant d’heure :

«Oui bon, déjà j’ai pas trop l’habitude de rencontrer des inconnus en fin de nuit, je l’admets. Mais t’as quelque chose de bien.»

Et dans ce regard, aussi. Il était conscient qu’il paraissait un peu pour un creep et ce n’était pas vraiment l’image qu’il désirait projeter. Peut-être qu’il devait vraiment partir, finalement.

«Je ne vais pas me vexer pour si peu, Madelaine. C’est mal me connaître. Ou plutôt mal commencer à me connaître. Et oui je suis perdu. Quant aux ennuis, on en a tous, pas vrai?»

S’apprêtant à partir, il s’arrêta net devant la dénommée Yasmin lui barrant la route.

«Très bien, j’vais passer par la porte d’entrée, comme tout le monde.»

Il rebroussa chemin pour passer vers la porte d’entrée.

«Tiens, j’ai une idée. Si je gagne mon premier badge, tu m’invites au restaurant? Au moins pour te prouver que je suis hors de tout doute pas un type louche?»

Le pourquoi du comment il tenait à la revoir restait à définir, même pour lui. C’était surtout impulsif et là, maintenant, c’est ce qu’il voulait faire. Avait-il besoin d’une autre raison?

«J’ai besoin d’une réponse maintenant! Mes Pokémon vont s’inquiéter si je les laisse seuls trop longtemps.»

Décider, sur un coup de tête. Ne pas réfléchir. C’était l’essence d’Edwin. Une sorte de liberté basée sur la spontanéité, mais aussi une belle façon d’avoir plusieurs ennuis, comme Madelaine l’avait si bien mentionné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 20/04/2018
Messages : 24

Région : Kantô
Ven 4 Mai 2018 - 1:48
Sa persistance avait quelque chose d'irrémédiablement irritant mais pas uniquement : elle ne comprenait pas pourquoi il semblait vouloir lui parler. Et pour cause! Tout dans l'apparence de la jeune femme, jusqu'à son attitude, criait l'envie et le besoin d'être laissée tranquille, mais rien ne semblait y faire. Et si son indélicatesse naturelle lui laissait quelques libertés quand à l'expression verbale de son déplaisir, présentement elle n'avait tout simplement pas l'énergie suffisante pour se débarrasser de lui plus franchement.

Il n'eut dans un premier temps qu'un regard en coin pour toute réponse, avant de secouer la tête et enfin se défaire du dernier carton qu'elle était censée livrer ce matin. Ah, arriver à la fin d'une matinée de travail, ça avait toujours quelque chose de plaisant — sauf qu'aujourd'hui elle n'aurait pas la satisfaction d'en profiter, il semblerait bien. Et voilà que le soi-disant non malfrat en rajoutait une couche! Au début, elle s'était dit que son silence serait plus signification que la moindre parole, mais non, il n'y avait rien à faire. « Pourtant, t'insiste beaucoup pour quelqu'un n'étant absolument pas vexé. » Tout comme ça, elle n'avait pu s'empêcher de le souligner, un bref rictus moqueur s'affichant avant de s'évanouir tout aussi vite. Et voilà que Yasmin refaisait surface, visiblement toujours aussi méfiante, son regard se posant sur Madelaine, qui soupira avant même qu'elle ne puisse ouvrir la bouche. « Il a pas l'air dangereux, je m'en occupe t'en fais pas. » De quoi, elle l'espérait, rassurer sa collègue, cette dernière retournant vers leur véhicule, alors qu'elle se reportait son attention vers le jeune homme, son petit manège la laissant toujours aussi circonspecte — et elle n'était pas au bout de ses peines.

Justement, voilà qu'il réussissait, encore, à la laisser muette et surprise. Si elle devait lui accorder ne serait-ce qu'une qualité, ce serait surement un sacré culot. « Je— » Ah oui, elle se sentait très bête : un inconnu sortit d'on-ne-sait-où tentait de la convaincre de l'inviter à manger. Il y avait dans cette situation un certain nombre de variables gênantes, à commencer par le fait qu'elle ne le connaissait pas. Sans parler qu'elle ne savait vraiment pas comment répondre à cette demande-là. « Tu veux que je t'invite? Est-ce que ça a déjà marché pour toi, ce genre de plan? » Et qu'est-ce que c'était comme plan, de toute façon? La demoiselle n'était définitivement pas suffisamment prétentieuse ou même confiante d'elle-même pour supposer qu'il tentait de la draguer ; non, il y avait autre chose, ou c'était simplement ce dont elle voulait se convaincre. Un quelque chose qui d'ailleurs la poussait présentement à le suivre sans vraiment y réfléchir, perdue bien trop loin dans une masse de doute qui venait de brutalement s'éveiller. « Puis d'abord, qu'est-ce qui me prouve que t'es vraiment dresseur, hein? De ce que j'en sais, t'es peut-être vraiment un type louche sans pokémon. » Enfin, un éclair de lucidité. A moins que ce ne soit qu'une excuse pour gagner du temps — voir pour trouver un échappatoire et s'enfuir. Quoi que d'un autre côté, s'il avait vraiment des pokémon comme il l'affirmait depuis un peu plus tôt, ce serait une occasion de les voir. Eux au moins n'avaient pas une propension certaine à la mettre dans l'embarras.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 22/06/2016
Messages : 189

Région : Kantô
Ven 11 Mai 2018 - 22:32
Sa persistance n’avait de réel but autre que de ralentir autant que possible le moment inévitable où il se retrouverait seul. Ses Pokémon étaient de précieux partenaires, il ne dirait jamais le contraire, sauf qu’il manquait parfois de contacts humains. L’ironie de sa propre situation le dépassait. Lui qui était parti dans l’idée de non seulement renforcer le lien qui existait avec ses amis, mais également de tracer sur sa ligne du temps des souvenirs inoubliables. Il était conscient, au fond, que même ces jours de plaisirs et d’insouciances étaient comptés. C’était réellement pathétique dans un sens, mais il était beaucoup trop orgueilleux pour le reconnaître. Au moins, il n’essayait rien de louche avec Madelaine et c’était tout à son honneur. Les convaincre de ça serait une tout autre affaire, malheureusement.

Et du temps, il n’en avait plus. L’idée de laisser ses Pokémon seuls jusqu’à leur réveil ne lui plaisait guère. Il souhaitait être avec eux afin de leur éviter de s’inquiéter inutilement. Alors, était-il vexé? Malgré tout, il était conscient de l’image qu’il projetait, avait plusieurs fois eu besoin de se justifier sur tout et n’importe quoi. De dire qu’il détestait ça serait un peu hypocrite puisqu’il faisait surtout exprès de s’habiller ainsi et ne changerait pas pour un jugement si quelconque.

«J’ai juste l’habitude de devoir m’expliquer.»

Il haussa les épaules, l’intention derrière se voulant être un genre de « hey, c’est pas ta faute, ça m’arrive tous les jours». Lorsqu’elle prit la peine de répéter sa question, un rictus s’étira au coin de ses lèvres. Bah quoi? Il venait de donner l’idée, elle pouvait bien l’inviter. C’était surtout spontané, il n’y avait rien de calculé derrière cette demande. Il demeurait néanmoins que la perspective lui plaisait.

«À toi de me le dire! J’peux pas me vanter d’avoir déjà tenté avant maintenant. Mais si ça peut te rassurer, je suis prêt à payer ma partie. Allez, salut.»

Sans lui demander de numéro ni rien, il changea de direction pour retourner à l’intérieur du centre. La pluie était toujours aussi agaçante et la fatigue le gagnait après cette nuit blanche. Il pourrait bénéficier d’un peu de sommeil à son tour. Malheureusement –ou heureusement- pour lui, elle n’avait pas fini avec lui. Douter était normal, mais il y prit offense un peu.

«Pourquoi je mentirais là-dessus? Ils me laisseraient pas squatter si c’était pas le cas, hein? Viens voir si tu veux, mais je sais pas si c’est l’idéal vu que t’es en train de bosser.»

Il continua jusqu’à l’intérieur du centre, filant vers la gauche où une série de canapés étaient disposés de sorte à former un carré. Sur l’un d’entre eux, un Rattata et un Sabelette dormaient toujours à poings fermés. Retournant s’asseoir près d’eux, ils semblèrent s’agiter dans leur sommeil pour se calmer aussitôt. Il fallait dire que la traversée de la forêt avait été plutôt éprouvante, plus qu’il ne l’aurait prévu lui-même. Il fit signe à Madelaine de s’approcher et tout bas, lui dit :

«Alors, convaincue? Qu’as-tu à dire pour ta défense




J'aimerais en profiter pour offrir en don un Miaouss-A niv.07 à Madelaine, en échange de son amour inconditionnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 20/04/2018
Messages : 24

Région : Kantô
Sam 12 Mai 2018 - 1:32
Son premier réflexe fut de vouloir protester, lui faire remarquer qu'il n'avait aucun moyen de la retrouver — et admettre sans le vouloir qu'elle n'était pas opposée à l'idée. La raison d'ailleurs, lui échappait quelque peu, se faisait floue et lui échappait dès qu'elle pensait l'avoir saisie ; peut-être était simplement l'incongruité de la situation, cette perspective qui détonnait de son quotidien et de ses habitudes fades. Ou peut-être alors qu'elle regrettait d'ici les heures à venir.

Qu'il se vexe ou non ne la concernait que très peu, et c'était probablement un défaut dont elle ne comptait pas se défaire. Non, ce qui l'intéressait était le fin mot de cette histoire, savoir si elle avait raison de douter de lui ou non — et accepterait avec plaisir d'être dans le faux. Par contre, elle n'eut pas la décence de lui offrir de réponse dans un premier temps, haussant simplement des épaules : ça n'était pas à elle de répondre aux questions, après tout.

Et ce fut tout aussi silencieusement qu'elle le suivit à l'intérieur, attendant d'être au sec pour finalement rouvrir la bouche, le ton bas de sa voix s'accordant à la tranquillité ambiante. « Je peux me permettre une pause. » De toute façon, elle connaissait Yasmin et ses habitudes, tout aussi bien réglées que les siennes — puis, quelques minutes pour souffler, ça ne faisait de mal à personne.

Cela dit, elle avait laissé un espace se creuser entre eux, l'observant de dos alors qu'il se dirigeait vers ce qui devait être la preuve de son honnêteté. Oh, c'était rare qu'elle sympathise si vite avec un parfait inconnu, si bien qu'elle remit en question son jugement, avant de finalement le rejoindre tout en chassant ces idées-là. Et très vite son regard tomba sur les deux créatures assoupies, pinçant les lèvres pour retenir un sourire un peu trop attendri. « Sans commentaire. » Un bref regard en sa direction, avec aux lèvres un rictus narquois, avant de s'abaisser à la hauteur des Pokémon, silencieusement. Il n'avait pas fallut beaucoup pour qu'elle s'adoucisse un peu, les observant avec curiosité, chaque instant esquissant un peu plus un sourire sur ses lèvres. « Ils ont des noms? » Une question pleine d'innocence alors qu'elle relevait le regard vers lui, retirant par la même occasion sa casquette humide, sa main libre s'empressant de venir dompter sa chevelure sombre vaguement décoiffée. « J'accepte le deal seulement si tu les prends avec toi. » Et là, elle avait eut tôt fait de détourner le regard, histoire de dissimuler une poil d'embarras. Par contre, c'était là la parfaite excuse pour accepter sans l'admettre totalement.



Et j'accept avec émotion. Et mon amour inconditionnel, ça va de soi ♥️


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 22/06/2016
Messages : 189

Région : Kantô
Mar 15 Mai 2018 - 15:09
S’il n’avait pas gagné, elle lui en donnait drôlement l’impression. Quelque chose dans son expression qui passa du scepticisme à une à une sorte de résignation quelconque, qu’elle lui expliqua en verbalisant son absence de commentaire. La dure vérité et il ne put s’empêcher d’avoir un rictus face à sa réaction. C’était un de ses plaisirs coupables que de remettre des gens à leur place. Il avait l’habitude d’attirer la méfiance, mais c’était dans ce genre de moments où ça en valait le plus la peine. Surtout quand on n’osait pas l’admettre ouvertement. Maintenant, il n’avait plus qu’à gagner la bataille. Malgré leurs voix basses, Buddy émergea tranquillement de son sommeil, les yeux toujours embrouillés tandis qu’un bâillement faisait vibrer ses moustaches et qu’il arquait le dos pour s’étirer. Le regard vaporeux, il se tourna vers Edwin pour instinctivement grimper sur sa veste humide et venir s’installer debout dans son capuchon avec seulement le bout de ses pattes et sa tête dépassant de son épaule.

«Lui c’est Buddy, mon premier et plus fidèle associé. Lui qui dort encore, il s’appelle Curling. J’ai pas choisi son nom, soit dit en passant…et on va éviter de le déranger, il a encore du mal avec les étrangers.»

Il passa sa derrière lui, caressant la tête de son compagnon qui se battait toujours avec un équilibre précaire. Il l’observa, curieux et inquisiteur tandis qu’elle se défaisait de sa casquette, dévoilant sa chevelure. C’était du violet? C’est ce qu’il aurait été porté à croire, du moins, mais l’éclairage à cette heure-ci n’était sans doute pas le meilleur des alliés. Il plissa même les yeux sous l’effort, mais abandonna bien vite, n’ayant pas le temps de remarquer leur état que sa prochaine phrase venait de saisir toute son attention. Comme, ça, elle venait d’accepter de l’inviter? Hah, le rire victorieux qui s’échappa de lui eu tôt fait de témoigner de sa joie –et de réveiller le pauvre assoupi à côté de lui au passage-.

«Eh bien, si j’avais cru un jour que vous m’aideriez à avoir un rendez-vous!» dit-il à l’intention du Rattata qui ne semblait pas trop comprendre de quoi il en retournait. «Évidemment qu’ils vont venir, c’était sous-entendu dans le contrat.»

Le Sabelette fut plus rapide que son collègue pour reprendre ses esprits et voyant l’inconnue trop près de lui, il trouva refuge sous le bras d’Edwin, cachant son visage dans sa veste. Se voulant rassurant, il posa une main sur le corps froid du Pokémon, se surprenant encore de sa température corporelle.

«Bon, après c’est pas dit qu’ils vont tous vouloir faire du plus amples connaissances. T’as des Pokémon, toi?»

Il invita Madelaine à s’asseoir à ses côtés, juste de l’autre côté du champ de vision de Curling qui glapis d’appréhension face à l’inconnue, une mauvaise habitude dont il peinait à se défaire. Mais ils y travaillaient.

«Ah et puisque tu m’invites, je suppose que j’ai le droit de choisir l’endroit? Sauf que je connais pas la ville…Hmm.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 20/04/2018
Messages : 24

Région : Kantô
Mar 15 Mai 2018 - 23:16
Immobile mais pas moins curieuse, ce fut avec un sourire un peu plus présent qu'elle observait le rongeur s'éveiller, notant qu'il semblait vraiment faire confiance à son dresseur, rien qu'à cette façon qu'il avait de s'approprier son espace. Très vite cependant, son attention était revenue sur celui toujours endormi, quoi que plus pour très longtemps.

Pas un mot ne fila vis-à-vis de sa remarque, bien qu'elle-même ne voyait pas ça comme étant un rendez-vous. Non, la simple idée l'embarrassait bien trop, et ce fut pourquoi elle eut tôt fait de reporter son attention sur le Sabelette définitivement effrayé par sa présence ; bien loin de s'en vexer, Madelaine préféra simplement reculer un peu, lui offrant ainsi un peu plus d'espace, et elle l'espérait, de confort. Après tout, elle ne pouvait que compatir face à ce genre de sentiment, elle-même si peu à l'aise avec la proximité de ses congénères. Une fois de plus cependant, elle dut bien admettre qu'elle avait surement jugé un peu trop hâtivement le jeune homme à ses côtés. Oh, elle ne l'admettrait surement pas, ni ne reviendrait sur ses paroles, mais elle pouvait au moins admettre qu'à défaut d'inspirer confiance au premier regard, ses Pokémon avaient l'air de lui confier la leur sans hésiter.

Ainsi, un autre sourire se dessina sur ses lèvres alors qu'elle avait fini par se redresser, son regard glissant entre les deux créatures à présent éveillées. « Eh, c'est pas bien grave, je risque pas de leur en vouloir. » Et ce fut par réflexe que sa main se porta à la poche de son pull à la mention de ses propres Pokémon, trahissant sa réponse avant même qu'elle ne la formule. « J'en ai un, oui. » Sa voix était bien plus douce encore, laissant deviner une affection qu'elle ne saurait dissimuler. Cependant, elle ne donna suite à sa curiosité qu'une fois assise elle aussi ; là, la Pokéball fut récupérée et le petit dragon libéré, visiblement interrompu dans une sieste. S'en suivit ainsi un bâillement paresseux ainsi qu'un coup d’œil aussi curieux qu’intimidé en direction de cet humain qu'il n'avait jamais vu, avant de très vite retrouver refuge sous les vêtements de la noiraude. « Il s'appelle Dew. Il est aussi un peu timide — mauvaises expériences. » Des mots confirmés par le concernés d'un couinement désolé, très vite rassuré par le contact des doigts de sa dresseuse.

Il ne fallut cependant pas bien longtemps avant qu'il ne s'accapare à nouveau son attention, ses prunelles pâles le dévisageant une fois de plus, son expression ponctuée d'un haussement de sourcil significatif. « Si je veux bien te croire quant au fait que tu n'es pas un criminel, je préfère pas prendre de risque concernant tes goûts culinaires. » Si elle feintait d'être outré, le ton de sa voix s'était clairement fait taquin, et ce en dépit de l'absence de vrai sourire. « Ce sera une surprise pour ta future victoire. » Et à présent, il y avait de grandes chances qu'elle soit déçue s'il n'était pas vainqueur, justement.

Le mouvement du Minidraco contre la paume de sa main fut tout ce qu'il suffit pour lui faire reprendre une expression un peu plus pensive, son regard se perdant dans la direction générale de son interlocuteur sans pour autant vraiment le fixer, cette fois. « Tu voyages depuis longtemps? » Oh, elle aurait pu déduire que parler du badge d'Argenta faisait de lui un nouvel aventurier, mais rien n'en était moins sûr. Après tout, tous n'avaient pas l'ambition de se retrouver dans le hall of fame de la Ligue, pas plus que de simplement prendre du galon en tant que dresseur — elle en était l'exemple parfait. Et puis, elle pouvait bien se permettre d'être curieuse, pour une fois.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 22/06/2016
Messages : 189

Région : Kantô
Ven 20 Juil 2018 - 6:39
Le confort de la banquette se voulait être une plus grande invitation au repos que ce à quoi il s’attendait. La nuit s’achevait, le jour se pointait et lui, pris au milieu de tout ça, n’avait pas eu une minute de repos. Si son regard de convict ne suffisait pas déjà, il lui faisait en plus grâce de ses petits yeux à moitié fermés et des cernes visibles sur son seul œil qui avait été épargné. L’ombre d’un rictus satisfait s’affichait sur ses lèvres quand il réalisait qu’il avait décroché un rendez-vous avec cette gueule. Il attrapa le sabelette fuyant pour l’assoir sur ses genoux, ce dernier cachant son museau sous son aisselle, faisant dos à Madelaine. Ce serait sans doute tout pour lui jusqu’à nouvel ordre.

Lorsqu’elle affirma qu’elle avait également un Pokémon, il en fut presque surpris, ouvrant les yeux un peu plus pour observer la créature à la couleur inhabituelle. De mauvaises expériences, hein? Comme quoi elle lui ressemblait plus qu’elle ne laissait paraître. Il ne tenta pas d’approcher son Pokémon, préférant que le premier contact soit avant tout visuel. Mine de rien, il avait vraiment l’habitude dans ce genre de situations. Il leva la tête vers Madelaine.

« J’ai un don pour attirer les personnes différentes. Ce qui se ressemble s’assemble, tu vois le genre? Récemment, j’ai appris que c’était aussi le cas avec les Pokémon. Toi, ça se passe comment? »

Il y avait toujours une raison. Peut-être par volonté de venir en aide? Si c’était le cas, il espérait que ce n’était pas la raison expliquant pourquoi elle avait accepté cette sortie. Il en avait connu, de ces individus et il s’était juré de ne plus être le tremplin permettant à ces âmes charitables d’acheter leur paradis. Non, il y avait quelque chose de plus que ça, il en était sûr. Quelque chose qu’elle ne dirait sûrement pas, parce qu’elle n’avait rien à gagner en le faisant. Sauf qu’il le découvrirait. C’était son genre. La discussion changea tout à coup, le sortant de ses pensées de personne épuisée. Il rit un peu, brièvement, à ce qu’il croyait être une insulte.

« Tu penses que je mange des roches et du gazon? Je choisis bien mes restos, ça tu peux en être sûre. Sauf que…comme t’as l’avantage du terrain, j’veux bien te faire confiance sur ce coup. »

Il observa le minidraco bouger contre sa dresseuse, le sommeil l’emportant tranquillement sur lui. Peut-être qu’il ferait mieux de trouver une auberge jeunesse pour dormir. Ce serait sans doute mieux qu’une banquette de centre Pokémon. Madelaine s’adresse à nouveau à lui et il sursaute légèrement. Il couine un peu lorsqu’il touche son œil amoché.

« Désolé. » Il passe sa main libre dans son visage, en profitant pour frotter ses yeux. « Eum…Un peu plus d’une semaine, environ. On s’est arrêté à Jadielle profiter de la ville, je me suis battu, puis on s’est séparé moi et mes potes. Ils doivent être dans le coin, je sais pas où encore. »

L’envie d’une cigarette lui démange, mais il se retient, ce ne serait pas raisonnable. Il lui renvoie la question, plutôt.

« C’est cool, voyager. Je viens de Safrania et j’avais jamais fait ça auparavant. Heh, j’ai jamais eu de Pokémon de ma vie avant de rencontrer Buddy. T’as déjà fait ça? Prendre la route comme les autres gosses de dix ans? »

Il sursauta à nouveau, soudainement sujet à une épiphanie.

« Hey, mais maintenant que j’y pense. Comment je te rejoins quand j’ai mon badge? T’as l’air d’une grande personne responsable, tu dois avoir un téléphone? File-moi ton numéro. Interdiction de me refuser ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 20/04/2018
Messages : 24

Région : Kantô
Sam 21 Juil 2018 - 1:23
L'ambiance à l'intérieur du Centre Pokémon semblait se tasser petit à petit, se faisant cotonneuse et presque somnifère. Ca l'engourdissait suffisamment pour qu'elle en oublie presque son malaise habituel, la socialisation se faisant alors presque naturellement — ironique, car la situation n'avait rien de réellement banal.

En dépit de tout ça, cette soudaine envie de somnoler qui lui pesait soudainement sur les épaules, elle l'écoutait avec toute l'attention dont elle était capable, en retrait mais polie malgré tout — mais pas trop. La jeune femme ne détourna d'ailleurs pas le regard immédiatement lorsqu'elle croisa le sien, le soutenant brièvement avant de finalement laisser ses prunelles se perdre sur le relief déchiré du genoux de son pantalon. Pourtant, il avait encore toute son attention, la question réussissant d'ailleurs à l'interpeller ; tout d'abord parce qu'elle n'était pas sure d'où il voulait en venir, et puis parce qu'elle n'avait pas vraiment de réponse à lui donner. De quoi la laisser muette l'espace de quelques instants, mordillant sa lèvre inférieure d'un air pensif, au point de presque se faire du mal. « Hm. Bonne question. » Sourcils froncés, elle l'observait du coin de loin, profitant des quelques mèches sombres s'échappant de l'élastique pour presque se cacher derrière elles. « Est-ce qu'il faut vraiment avoir une raison? » La question était au final plus rhétorique qu'autre chose, une non-réponse qu'elle n'était pas capable de développer. Parce qu'elle ignorait quoi lui dire, parce qu'elle ne se sentait pas de se plonger dans une quelconque introspection. Que ce soit par flemme ou par crainte de la raison qu'elle pourrait, si elle existait vraiment, y trouver.

Autant le dire, Madelaine n'était pas peu reconnaissante du soudain changement de ton dans la discussion, affichant même ce qui semblait être une moue amusée et taquine à sa remarque. Pourtant, la question précédente la harcelait encore, là, dans un coin de son esprit, et viendrait surement la tourmenter encore une fois rentrée chez elle. « Eh, avoir bon goût c'est subjectif. Et ma confiance envers un parfait inconnu s'arrête à la bouffe. » Dans sa voix, il y avait même quelque chose qui semblait être un rire, alors qu'elle s'était redressée un peu, observant l'extérieur encore sombre, et la lumière blafarde des lampadaires.

Jusqu'à ce qu'il la fasse sursauter à son tour.

Une réaction en chaîne un peu ridicule, la demoiselle ne s'étant pas attendue à ce que son interlocuteur lui-même soit surpris par sa soudaine intervention. Elle se sentit même un peu stupide à vrai dire, gênée de réaliser être bien plus à fleur de peau qu'elle s'imaginait — quelque chose de paradoxal vu le flottement qui s'était installé, et sa méfiance à peine éveillée. En toute honnêteté, elle n'y comprenait plus grand chose, et préférait simplement se laisser porter par les événements, ce qui ne lui ressemblait pas. Il fallait une première fois à tout. Et pour elle qui ne voulait pas verser dans l'introspection, voilà qu'elle se retrouvait à bien trop réfléchir, tout à coup.

Sans le vouloir, elle finit par se surprendre à le dévisager une fois de plus, le froncement de ses sourcils marquant son front d'une courbe soucieuse. « Séparés? » La question lui avait échappée, se surprenant elle-même. « Le coin est pas si grand que ça. Tu devrais les retrouver facilement. » Un faible sourire ponctua sa remarque à l'assurance vacillante, sans qu'elle ne sache réellement pourquoi. Et elle n'eut pas le temps d'y penser plus longtemps, sa question la piquant au vif. « Moi? Oh, euh— » Voyager, hein? Elle y avait pensé, plus d'une fois. D'autant plus depuis qu'Elise s'était mariée et que Camille avait décidé de continuer ses études ailleurs. Leur absence, au début, s'était faite sans vague, sans accroc. Et puis, les après-midis sans compagnie s'étaient accumulés, esquissant un manque qu'elle n'aurait jamais soupçonné. Alors oui, partir, elle y avait déjà pensé, mais n'avait jamais eu le courage de vraiment sauter le pas. Pour beaucoup trop de raisons. « J'en sais trop rien. Je sais pas trop ce que je ferais. Et ma vie ici est... pas trop mal? » Il y avait quelque chose de quelque peu incertain dans ses mots, quelque chose qui remuait un peu trop ce qu'elle gardait enfoui.

Mais encore une fois, heureusement, le sujet fut très vite changé, à nouveau.

Qu'on lui demande son numéro s'avérait tout à coup la chose la moins troublante de cette soirée. Tant qu'elle se contenta de hocher mollement la tête, alors qu'une de ses mains était venue chercher son portable dans la poche de sa veste. C'était terriblement inhabituel, tant qu'elle n'avait jamais été capable de retenir son propre numéro. Un soupire, avant de récupérer également un emballage d'allumettes au logo d'un restaurant du coin, ainsi que de quoi écrire. « Tiens. » Et ce ne fut qu'une fois le bout de carton griffonné entre ses mains qu'elle sentit la nervosité soudainement la saisir à la gorge. Suffisamment pour la faire toussoter tout en détournant le regard.

Son regard qui d'ailleurs ne manqua pas la silhouette de sa collègue se dessiner dans l'entrée du Centre, la ramenant brutalement à la réalité. Définitivement, le flottement qui s'était installé entre eux l'avait saisie bien plus que prévu, et ce ne fut qu'après un bâillement et son Pokémon de retour à sa place qu'elle finit par se lever. « Va falloir que je retourne bosser, ma pause est finie. Tu devrais te reposer. » Ca avait été dit d'une voix un peu fatiguée, alors qu'elle tournait les talons. « J'ai hâte d'entendre parler de ta victoire à l'arène. » Un dernier bref regard, un geste de la main, et elle s'en était allée. Troublée et un peu ailleurs. Et quelque part, réellement impatiente.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» (f/prise) MADELAINE PETSCH
» (F) Madelaine Petsch - Petite sœur

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kantô - 1E G E N :: Argenta-