-34%
Le deal à ne pas rater :
Samsung Gear VR – Casque de Réalité Virtuelle ...
17.24 € 26.00 €
Voir le deal

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 
» Reflets au cœur de l'eau

Côme Potte

Côme Potte
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 02/11/2013
Messages : 2181

Région : Sinnoh - Kantô
Sam 30 Juin 2018 - 12:29
Quand vient la question sur le nombre de missions disponibles, je ne sais pas trop quoi répondre car je ne comprends pas bien le système moi-même. Je me gratte la tête et m’hasarde à une conjecture : « C’est assez compliqué et opaque… Je sais que la centrale recueille les appels des gens en détresse, qu’elle est aussi en contact avec les postes de police et qu’elle mène elle-même des missions de renseignement qui aboutissent à d’autres missions ; mais je ne sais pas trop comment elles sont réparties entre les rangers. D’après ce que je sais, on nous appelle et on nous donne une mission. On peut refuser, bien sûr, mais ce n’est pas trop dans l’esprit du métier. » Je me demande si un grand ranger a un jour refusé une mission qu’il s’était vu confier. Ça risquerait sans doute de ne pas plaire à la hiérarchie et d’avoir des conséquences ? Je ne sais pas. Je reporte mon attention sur Sanae en essayant d’être un peu plus clair. « Enfin, tout ça pour dire que jusqu’à présent je n’ai pas pu choisir et on ne m’a affecté nulle part. Il y a des faveurs comme partout et j’ai bon espoir qu’en aidant à l’antenne de Voilaroc, on me confie une mission sous peu, peut-être. J’imagine qu’ils font le tri et choisissent des missions appropriées pour les débutants comme moi. » Je laisse un peu ma tête partir en arrière pour regarder le ciel et ris légèrement en pensant à ce qui m’attend. Je souris lorsque je reporte mon regard sur la brune : « Je sens que ma première mission va être de sauver un Chaglam coincé dans un arbre. » Et je m’imagine déjà grimper et attraper une branche qui craque sous mon poids et finir encore une fois les fesses par terre. Ah, un métier dangereux que celui de ranger !

La conversation dérivant sur les combats duo, j’ai pas mal d’idées qui me viennent en tête. J’en ai fait quelques-uns et l’idée de combattre aux côtés de Sanae me plaît particulièrement. « Hey, qui sait, on pourrait peut-être battre la Ligue en duo tous les deux ? » J’imagine que les règles l’interdisent mais ce serait plutôt fun ! Je pense que ça enlèverait de la pression d’être avec quelqu’un qu’on connaît bien. Ou alors, au contraire, on n’aurait pas envie de décevoir la personne et on ferait encore plus d’erreurs que d’habitude ? Je préfère la première option. En tout cas, il est sûr que le 2v2 demande encore plus d’attention et de stratégie, de sens tactique. Je peux en imaginer quelques-unes à mettre en place d’ici la Ligue, si d’aventure je voulais tenter le 2v2 là-bas, je crois avoir déjà vu ça. « Tu penses que le 2v2 est plus avantageux de manière générale que le solo ? Ça peut être une idée de le tenter à la Ligue maintenant que j’y pense… » Je suis curieux de voir l’opinion de Sanae là-dessus. Peut-être que c’est un peu trop audacieux de s’y essayer quand il y a tant d’enjeux…

Le bassin est propice à la détente, pour sûr. Non pas que je sois tendu quand je suis avec Sanae, loin de là, c’est juste que j’ai parfois peur de dire le mauvais truc, de faire une mauvaise blague et de passer pour un idiot… Au fond, j’ai peur de la décevoir et c’est bien la première fois que je ressens ça pour quelqu’un. Oh, bien sûr j’ai peur de décevoir mes amies Sigrid et Maxyne en perdant à la Ligue, par exemple, mais ce n’est pas la même chose. Avec Sanae, j’ai peur qu’elle soit déçue de moi, de ma personne, qu’elle soit moins…attirée ? Je me rends compte que je divague et que j’ai manqué une partie de ce que la brune me répond, mais il me semble que c’était un compliment sur Milobellus que je reçois avec joie. « Oh, ton Lixy a évolué ! » Je m’accoude et me redresse légèrement dans le bassin pour pouvoir m’étirer un peu les bras. « Décidément, nos équipes ont bien changé ! Tu penses que ce seront tes compagnons pour la Ligue ou tu hésites encore ? » Pour l’instant, je compte quatre pokémons aux côtés de Sanae. Il y en a donc possiblement deux sur lesquels elle ne s’est pas décidée. Ou alors, son équipe pour affronter la Ligue sera totalement différente des pokémons dont elle me parle, c’est encore possible.

Je constate que nous raisonnons à peu près pareil en ce qui concerne la médiatisation du challenge de la Ligue. C’est quelque chose auquel on ne peut pas se préparer j’imagine. Ça nous tombe dessus et il faut le gérer du mieux possible. « Après, j’imagine qu’être connu a ses avantages dans certaines situations… » Je fais un clin d’œil involontaire à Sanae en pensant aux possibles entrées gratuites au cinéma, dans les festivals, les foires, aux cadeaux de sponsors pour essayer de nouveaux produits, le surclassement à l’hôtel ou dans les transports, un traitement privilégié quoi. Puis je me rends compte que j’ai fait un clin d’œil à Sanae – c’est le premier ou est-ce que j’en ai fait d’autres sans le savoir ? – et qu’en plus je ne dois pas savoir faire les clins d’œil et dois avoir eu une tête étrange et déformée et qu’elle va peut-être ne pas du tout interpréter ça comme il faut puisque je ne me suis pas expliqué… Alors que je me sens rougir, je plonge la tête sous l’eau comme pour me rafraîchir, sauf que l’eau est hyper chaude. Enfin, l’idée est là. Quand j’émerge après quelques secondes, je me sens un peu moins embarrassé, même si j’évite à nouveau le contact visuel, et en profite pour dégager mes cheveux de mon front. Fiou. Ressaisissons-nous Ranger Côme.

Je remercie Sanae pour son pep-talk sur la Ligue. Je me sens prêt aussi. Presque. Et nous venons à parler de Nessa qui a entraîné Waneta. « Oui c’est assez étrange c’est vrai. J’ai tout de suite eu confiance en lui en tout cas, il est très avenant ! Du coup ça a été plus facile que je pensais de laisser Waneta là-bas. Je crois que c’est ce qu’elle voulait également, donc ça aide aussi, c’est clair. Je ne l’aurais pas fait si elle avait préféré que je m’en occupe moi-même. C’était simplement une question de temps car elle demandait un entraînement spécifique comparé au reste de l’équipe. Elle aurait peut-être préféré que je l’entraîne moi-même et je m’en voudrai peut-être un jour de ne pas l’avoir fait, mais je ne crois pas qu’elle m’en tienne rigueur. J’espère en tout cas. » Sur ces mots, nous sortons du bassin Bubulle, une charmante attraction dont on avait bien besoin je crois pour pouvoir repartir de plus belle, et Sanae ris de ma blague en mettant sa main dans la mienne. Deux mains fripées l’une dans l’autre, je peux vous dire que c’est une sensation étrange. Agréable bien sûr, parce que c’est elle, parce que c’est moi. Mais étrange parce que… fripées ?

Après nous être extirpés de la petite foule autour du bassin – comme autour de quasi toutes les attractions maintenant – Sanae voit et me propose le parcours sur l’eau. Effectivement, l’attraction a l’air plutôt drôle et je fais un pas dans la direction de celle-ci lorsque Sanae me lance un petit challenge avec un sourire taquin que je lui rends. Je reprends ma pseudo voix de vieillard. « À mon âge, on n’a plus froid aux yeux ! » Et je me mets à courir vers l’attraction en défiant Sanae du regard pour lancer d’ores et déjà la compétition qui s’annonce avec le parcours sur l’eau. Je sens qu’on va galérer, mais c’est drôle de jouer ainsi à la gagne comme des enfants. Et le mieux, ce qu’à ce moment-là, je n’ai absolument pas peur que Sanae me juge et me trouve puéril. Parce que je crois qu'on se comprend.


Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Modo & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 2233

Région : Sinnoh
Dim 18 Nov 2018 - 0:40
C'est impressionnant le nombre d'informations et de personnes en contact dans une équipe, qu'elle soit composée de rangers uniquement ou non. Je me doutais qu'ils étaient en relation avec la police, mais pas à ce point. En fait, ça fait sens quand on y réfléchit bien. Quand on entre dans ce métier, il faut vraiment savoir ce que l'on veut et connaître parfaitement le fonctionnement de la chaîne avant de se lancer dans quoi que ce soit j'imagine, pour ne pas être pris par surprise. Et même Côme qui a débuté ne sait pas encore tout sur tout, je n'imagine pas le temps qu'il faut pour être à l'aise sur le sujet. « Oh je vois. C'est vraiment un gros réseau alors. » Peut-être même qu'ils communiquent avec des talkies-walkies ou autre appareil d'espion ? Enfin ce ne sont pas des espions donc techniquement ça ne marche pas, mais c'est dans le genre quoi... La suite de ce que dis Côme me fait rire ; je l'imagine déjà s'élancer vers un arbre et grimper dessus vaillamment pour sauver un pauvre petit Chaglam sans défense. « Si jamais ça arrive, j'ai envie d'y assister rien que pour témoigner de ton courage ! » Evidemment, il ne pourra pas redescendre aussi dignement qu'en montant, mais peut-être qu'il a des techniques cachés. On ne sait jamais.

On en arrive à la Ligue et aux combats duo. Et l'interrogation qu'émet Côme sur un éventuel combat duo à la Ligue m'intrigue beaucoup ; est-ce qu'on peut le faire ? C'est possible, ça ? Il me semble qu'on peut faire un combat de deux pokémons contre deux, mais pas en deux champions contre deux dresseurs... « C'est pas une mauvaise idée, je suis sûre qu'on se complète plutôt bien là-dessus ! Mais je ne suis pas sûre que c'est une possibilité. » N'empêche, j'aime bien cette idée. « Je pense qu'il y a pas mal de stratégies et de points de vue qu'on ne penserait pas en un contre un... Dire que c'est plus avantageux serait surestimer le combat duo, surtout si les deux pokémons ne s'entendent pas ou ne se connaissent pas encore très bien. J'en ai fait un contre mon ami une fois, et ses pokémons se sont littéralement marché dessus ! » Rien qu'à y penser, ça me fait sourire et me donne envie de rigoler tant leurs expressions étaient juste géniales. « C'est vrai qu'on peut le faire à la Ligue ! Si nos pokémons sont en parfaite synchronisation, je pense que c'est largement faisable. En plus, on peut choisir nos duos en faisant attention à combler les faiblesses de l'un et de l'autre et c'est fascinant ! Enfin, je dis tout ça, mais je n'ai encore jamais réellement expérimenté ces combats de manière sérieuse. » Un petit sourire gêné apparaît sur mes lèvres. Décidément, je ne sais pas pourquoi je sors tout ça alors que je suis de loin une experte en la matière... Parler de pokémons m'a donné la pêche, si on ne m'arrête pas... Ben je ne m'arrête pas.

En parlant de Ligue, forcément on en vient à parler de nos pokémons et de la potentielle équipe que l'on va utiliser. « Oui, il a évolué et il est encore plus combatif et joueur qu'avant ! » Rien que d'y penser me redonne une vague de fierté et aussi une pointe d'amertume avec sa couleur dorée, mais je ne le mentionne pas à Côme ; ce n'est pas le moment, et puis ça risque de plomber l'ambiance. « Je ne sais pas encore... Je n'avais pas encore pris le temps de réfléchir à mon équipe pour la Ligue, mais Sniper, Eclat et Elon en feront partis, ça c'est certain ! J'ai encore d'autres pokémons avec moi mais la plupart ne savent pas trop se battre ou n'aiment pas ça. En tout cas, on prend notre temps pour y arriver ! » Entre la Minidraco peureuse et le Pachirisu qui ne sait que s'amuser ou encore l'Azumarill trop gentille pour attaquer, c'est sûr qu'il y a le temps de se composer une team. « Et toi, tu t'es déjà décidé sur tes pokémons ? »

Quand on parle de Ligue, on parle aussi évidemment de la médiatisation qui va avec. Je n'aime pas trop ce principe que tout le monde sache qui s'est confronté aux champions ou que les gens reconnaissent les vainqueurs de la Ligue dans la rue... Plus rien n'est privé. Lorsque Côme me répond avec un clin d’œil, sur le coup je ne réagis pas vraiment. Je suis sceptique. Qu'est-ce qu'il voulait dire par là ? Je cligne plusieurs fois des yeux, attendant peut-être la chute qui va avec ou une autre phrase pour compléter celle-ci, mais non, rien. Et plus j'y pense et plus je sens le rouge me monter aux joues – pourquoi, aucune idée, mais l'image de Côme faisant un clin d’œil restera à jamais gravée dans ma mémoire comme un mémorial. Je détourne un peu les yeux, et du coin de l’œil je vois le blond plonger un peu la tête dans l'eau. Je ne sais pas si c'est à cause de ce qu'il a fait ou s'il avait juste besoin de faire quelque chose pour l'occuper... Dans tous les cas, je me dis qu'un silence n'est peut-être pas la meilleure façon de lui répondre, alors je me décide à dire quelque chose. « J'imagine, oui... » Sans créer de contact, je sors ces propos en regardant un peu les gens aux alentours.

Je ne sais pas comment, mais plus on passe du temps ensemble, plus on arrive à se mettre dans des situations embarrassantes... Je ne suis pas sûre que ça soit une bonne chose, mais ça n'en est pas une mauvaise pour autant.

« C'est sûr que ça doit aider si la personne est quelqu'un de bien et que ton pokémon en a envie ! » Je réponds lorsqu'on parle de pension et que Côme mentionne l'éleveur en question à qui il avait confié son pokémon. Je ne pense pas être capable de laisser un de mes pokémons chez un éleveur comme il l'a fait, je ne trouverai pas la force en moi. « Si elle a aussi choisi de le faire, je ne pense pas qu'elle t'en tiendra rigueur. J'imagine que c'est un choix qui se fait entre vous avant et non une décision de ta part sans l'avoir consultée, donc il n'y a aucun souci. » Je ne connais aucun bon dresseur au monde capable de délaisser volontairement un pokémon ou le laisser dans une pension sans lui en avoir parlé auparavant.

Bref, nous sortons du bain et je propose que l'on continue avec une autre attraction plus loin. Je lance à Côme un petit challenge d'un air taquin et il me le rend comme je m'y attendais... sauf qu'il s'en va. Sans aucun signe ni rien, il s'est lancé vers l'attraction. « Hey, tricheur ! Comment un papy peut se déplacer aussi vite ? » Je crie tout en lui courant après, et malgré tout, je ne peux m'empêcher de sourire même si j'ai envie de me montrer boudeuse. Même si certaines personnes autour nous regardent bizarrement, même si on doit être ridicule à courir comme des gamins... Rien ne me dérange, et tout ce qui compte, c'est de rattraper Côme. Un peu comme si nous étions dans notre bulle.

hrp:
 


Reflets au cœur de l'eau - Page 3 Icon_s18
avatar par nessa, merci ♥️
Sanae - #D46A6A | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
mini sacoche:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Côme Potte

Côme Potte
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 02/11/2013
Messages : 2181

Région : Sinnoh - Kantô
Mar 5 Mar 2019 - 11:23
Mon équipe pour la Ligue Pokémon. J’ai à la fois l’impression d’y avoir réfléchi pendant des heures et des heures et de n’y avoir pas du tout pensé, comme si tout s’était fait un peu tout seul, spontanément. Il faut dire que le hasard a bien fait les choses durant mon parcours sur les routes de Sinnoh. «  Eh bien, pour tout dire, j’ai une équipe définie, mais je ne suis pas vraiment sûr d’avoir décidé moi-même ? Si ça fait sens ? » Que Proust, mon starter, m’accompagne, c’était un peu une évidence. Cependant pour la suite, ce n’était quand même pas gagné d’avance. Entre Dezba qui était une Draby extrêmement peureuse, Clio la Capidextre qui ne faisait que jouer toute la sainte journée et s’entraînait plus pour se défouler qu’autre chose… «  Du coup, Proust m’accompagne, forcément, et Sedna aussi, même si elle n’est pas spécialement fan des combats, ou du moins, elle ne libère jamais toute sa puissance. Après il y a Duras, ma Démolosse, Clio ma Capidextre, Waneta évidemment, et puis Dezba, ma Drattak. » Je laisse à Sanae le temps d’enregistrer la masse d’informations que je viens de lâcher. Elle connaît déjà Proust et Sedna, mais je ne me souviens plus exactement pour les autres. Je pense que cette équipe a le mérite d’être assez variée, surtout au niveau des différents types. Et d’ailleurs, cela me fait penser que l’échantillon d’équipe de Sanae part sur la même voie: «  Je connais pas exactement leurs forces et leurs faiblesses mais j’ai l’impression que tes pokémons se complètent bien en tout cas pour l’instant. C’est quelque chose auquel tu prêtes attention ? » Car si je dois être honnête, c’est un pur hasard en ce qui me concerne. Il y a bien Waneta et Duras qui partagent un type commun — ténèbres — mais à part ça, c’est très divers. «  Si on est tâtillons, mon équipe a une faiblesse au type glace quand même… Proust et Dezba y sont très vulnérables. » Mes pensées commencent à dériver sur tout un tas d’aspects techniques des combats auxquels je n’ai pas envie de penser présentement. Alors je secoue la tête et reporte mon attention sur Sanae.

Ses mots quant au séjour en pension de Waneta me rassurent. Elle me dit sans doute ce que j’ai envie d’entendre, que Waneta ne m’en tiendra pas rigueur, mais venant d’elle, je ne sais pas, ça me touche et ça me fait du bien de vraiment l’entendre d’une autre bouche que la mienne. J’espère vraiment qu’il s’agissait d’une décision commune, et non pas que la Rapion ait accepté uniquement pour me faire plaisir. Je pense que faire partie de l’équipe qui défie la Ligue Pokémon… C’est quelque chose qui lui tenait à coeur. «  J’ai l’impression qu’elle avait vraiment envie de défier les pokémons des champions. Quand on regarde les retransmissions, elle est complètement scotchée à l’écran. Je ne sais pas si tu as des pokémons comme ça dans ton équipe, ou si tu leur as déjà dit que tu comptais sur eux lors de ton challenge à la Ligue ? » Je veux toujours en savoir plus sur Sanae, mais je ne veux pas paraître trop intrusif. Et puis, en même temps, l’idée qu’elle en sache plus sur moi, bien qu’un peu effrayante en soi, me plaît aussi particulièrement. Alors cette conversation est un équilibre constant que j’essaie de trouver entre parler de moi, et essayer de la faire parler d’elle. Jusqu’à présent, je pense que le courant passe bien et que c’est un peu comme un accord tacite entre nous: un échange d’informations, de petites anecdotes, pensées un peu plus personnelles — mais pas trop, je crois qu’on est encore un peu timides — le tout dans un contexte de bienveillance totale. Et d’envie. Je projette peut-être, pourtant j’ai le sentiment que c’est réciproque. Notre simple contact et les blagues qui s’ensuivent sur nos mains fripées, tout cela me fait dire que je ne me fais pas de films, et que ce qui se passe, quoi que ce soi, n’est pas à sens unique.

Je me retourne un grand sourire aux lèvres en entendant Sanae protester derrière moi et en la voyant me courir après. Je manque de rentrer dans plusieurs personnes — et de glisser, accessoirement, avec toute cette eau partout! — mais je parviens à garder le cap et à me diriger vers le parcours aquatique qui nous attend. J’ai toujours oscillé entre sentir le regard des gens peser sur moi, et ne pas m’en soucier du tout, ça dépend vraiment des moments. En règle générale, j’attire peu l’attention car je suis plutôt calme et passe-partout. Aujourd’hui, à courir et se frayer des chemins entre les gens qui rouspètent pour certains ou jettent un regard mauvais pour d’autres (mais n’oublions pas les bons samaritains qui s’amusent de nous voir courir comme des enfants, un bon point pour eux), je ne me soucie de rien. C’est comme si partout où nous allions avec Sanae, nous étions comme protégés, dans notre bulle, dans notre monde à nous, à part en quelque sorte. C’est fou, mais c’est presque comme si les bruits étaient étouffés et que je ne voyais même pas les autres visages dans la foule de monde qui arpente le parc. Il n’y a qu’elle et moi, nous, seuls au monde, comme une fracture dans l’espace-temps. Du bonheur, un moment d’une pureté incroyable, rien de mauvais, simplement de l’allégresse. Et j’attends Sanae à l’entrée de l’attraction. J’ai envie de lui tendre la main à nouveau, pour que nous nous élancions ensemble, mais je me retiens. Je n’ai pas envie de brusquer les choses ou qu’elle me trouve trop…tactile ? Insistant ? «  Le dernier arrivé au bout du parcours… » Je réfléchis à un gage qui vaille le coup. «  Disons que le dernier arrivé doit un verre à l’autre. » Okay, ça ne sort clairement pas naturellement de ma bouche, mais j’entends ça régulièrement à la télévision et tout, et ça semble être la phrase standard pour inviter quelqu’un à se revoir, je crois. J’ai envie de revoir Sanae. Même sans le formuler, je pense qu’elle l’a compris et que nous nous serions sans doute tout de même revus dans un futur plus ou moins proche. Mais je me dis que de le verbaliser ainsi rend la chose plus concrète, un peu comme si maintenant, on ne pouvait plus s’y dérober. Enfin, elle n’a pas encore accepté.

J’hésite une fraction de secondes à prendre un départ anticipé mais je décide finalement d’attendre que Sanae soit à ma hauteur. «  Prête ? Go ! » Le parcours sur l’eau est en fait tout un coin de l’immense piscine qui a été aménagé avec une ribambelle de structures flottantes. Il y a d’abord d’espèces de grandes planches en mousse sur lesquelles il faut sauter successivement. Jusque là tout va bien, mais c’est ensuite que le parcours se corse. Je découvre un grand tunnel en plastique gonflé, avec des trous d’eau çà et là qu’il faut absolument éviter sous peine, théoriquement, de devoir recommencer au début. «  Et si on disait qu’on recommençait simplement là où on est tombé ? Nous connaissant je crois que ce serait mieux… » N’oublions pas l’épisode dans l’autre attraction où on a manqué tomber à plusieurs reprises — et où j’ai fini par tomber, certes. Je crois que je suis le premier d’ailleurs, à passer à travers l’un des trous dans le tunnel en plastique et à donc terminer sous l’eau. Et j’ai beau me dépêcher de remonter à la surface puis de regrimper dans le tunnel, ça prend un temps monstrueux ! Parce que je glisse et manque de retomber à nouveau, et voilà que Sanae a un boulevard pour prendre de l’avance ! «  Profites-en parce que je compte pas te laisser gagner si facilement ! » Dis-je, de nouveau sur deux jambes. Le tunnel débouche ensuite sur un petit chemin de pseudo nénuphars en plastique que je manque de confondre avec des Nénupiots. Je le sens très très mal, aussi, je ralentis et regarde ce qui nous attend après. Je crois qu’il s’agit de la fin du parcours, avec un dernier obstacle: prendre une sorte de grosse bouée sur laquelle on s’accroche avec les mains, et résister aux courants dans un grand toboggan qui mène au bassin qui marque la fin du parcours. Wow, okay. J’ai soudain l’impression que je ne vais pas réussir à rattraper Sanae et que c’est moi qui vais lui devoir un verre.

Mais je n’ai pas la gagne, au contraire. L’idée de perdre me va parfaitement, étrangement. Et voilà que je m’élance, non pas pour l’emporter, mais simplement pour gagner le droit d’offrir un verre à Sanae, une prochaine fois.

hrp:
 


Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Modo & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 2233

Région : Sinnoh
Lun 18 Mar 2019 - 0:33
Je pense comprendre ce qu'essaie de dire Côme. Enfin, je crois. « Euhm, je pense que si, ça fait sens... ? » C'est un peu posé comme une question sans que ça n'en soit une. C'est pas ça qui va aider en tout cas. « Il y a des pokémons avec qui on s'est lié et, naturellement, ceux-là seront toujours avec nous jusqu'à la Ligue. Et il y en a d'autres qui sont là mais pas forcément pour le combat. C'est ce que tu voulais dire ? » J'ai compris la chose de cette façon, mais j'espère ne pas avoir mal interprété les paroles du ranger. En tout cas, l'équipe que me décrit Côme semble puissante. Je ne connais pas la moitié des pokémons cités, mais j'imagine que ça doit créer une bonne équipe ? Heureusement qu'il me donne le nom de l'espèce avec leurs surnoms ! « Ça a l'air d'être une sacrée équipe ! A part Proust et Sedna, je n'ai encore jamais vu tes autres pokémons. Ta rencontre avec eux s'est faite comment, naturellement ? » J'aime bien quand on parle de pokémons et de rencontres de ce genre, c'est toujours très intéressant et il y a souvent quelque chose de spécial chez chacun.

Une fois que j'ai plus ou moins présenté mes potentiels pokémons pour la Ligue, on dévie forcément vers les forces et les faiblesses des équipes. « Oh, j'y prête absolument pas attention ! L'équipe se forme un peu d'elle-même au fur et à mesure des rencontres, et ça me va comme ça. Je fais surtout attention à quels pokémons souhaitent combattre et voir qui ne veut pas le faire ou n'est pas taillé pour ça. » Je n'imagine par exemple pas Pachi courir et frapper son ennemi... Oui, non, pas vraiment. Enfin, il en est capable, c'est sûr, mais il ne donne aucun signe d'esprit combatif ou quoi que ce soit donc je le laisse un peu à sa guise. « Tu y as fait un peu attention, toi, en formant cette équipe ? C'est vrai que le type glace risque d'être un gros problème pour tes pokémons... Mais s'ils ont de quoi se munir pour frapper avant ou encaisser les attaques, ils n'ont rien à craindre ! » Je sais par exemple qu'Eclat sera plus en mesure de frapper vite et fort plutôt que d'encaisser tandis qu'Elon c'est l'inverse.

La problématique de laisser un pokémon en pension revient. Je pense que tout dresseur ressent cela, et c'est normal, on se fait du souci pour son pokémon et on veut qu'il soit heureux et non pas qu'il accepte juste pour faire plaisir à son maître. Me connaissant je n'en serai pas capable, de laisser un de mes pokémons comme ça, mais si la décision de Côme et la réponse positive de sa Rapion sont liées par leur but commun d'aller à la Ligue, alors je n'y vois aucun souci. « Ça doit être bon signe alors, elle a accepté cet entraînement pour combattre à tes côtés à la Ligue ça ne fait aucun doute ! » J'espère ne pas me tromper. Après tout, ce n'est pas mon pokémon. Pourtant, j'y crois. « Non, pas vraiment... On regarde de temps en temps les retransmissions, mais j'ai l'impression qu'il n'y a que Sniper et Elon qui sont réellement à fond dedans. Et encore, Elon est facilement distrait ! Je ne leur en ai pas encore parlé... En fait, ça s'est fait un peu tout seul. On est à trois badges mais ce n'est pas comme si on se pressait ou que je leur en parlais comme une finalité. C'est vraiment un simple parcours pour nous d'abord et puis, on verra si on ira réellement à la Ligue un jour ! » Je blablate beaucoup trop, mais pouvoir me confier ainsi me fait du bien. Même à Sean et Jun, je n'ai pas vraiment parlé de tout ça. Je ne sais pas pourquoi d'ailleurs... En tout cas, je suis contente de pouvoir en parler avec Côme. Je pense qu'on se comprend assez pour se dire pleins de choses qu'on ne pensait pas dire auparavant ou avec d'autres personnes. Rien qu'à cette pensée, je sens mon cœur tout léger.

Le petit moment de détente et de papotage prend fin, car Côme s'en va, comme ça, à la vitesse de la lumière pour aller à la prochaine attraction. Et je le suis en suivant son exemple, c'est-à-dire en courant. Ce qui est drôle, parce que je n'ai jamais été du genre à courir comme une gamine au milieu d'une foule, ce n'est pas moi qui aimait attirer l'attention et me moquer du regard des autres... Mais, étrangement, aujourd'hui, c'est le cadet de mes soucis. Tout s'envole, rien ne compte désormais autour de nous. Tout ce que je veux, c'est rattraper Côme et pouvoir passer encore du temps avec lui. (Est-ce que je devrais remercier Sniper, je ne sais pas... L'envie ne me manque pas, maiiis j'aime bien le taquiner donc non) C'est aussi un peu... Comment dire... Rattraper le ranger maintenant parce que c'était un mini-défi stupide, mais aussi le rattraper dans son parcours ; il a tant évolué et est même passé ranger ! Je pense que si on pouvait rester assis pendant des heures durant, on ne finirait jamais de parler tant on a des choses à se dire et des points en commun.

J'arrive alors, voyant le blond qui m'attend déjà à l'entrée de l'attraction. Et il donne une condition, un petit gage pour le perdant. Je ne peux m'empêcher de lâcher un petit ricanement, parce que je ne pensais pas Côme capable de dire ça ! C'est mignon... Non, ouh là, stop stop, c'est pas ce que je voulais dire- euh non, penser... ALERTE ROUGE, mon cerveau ne fonctionne pluuuus !
Bon. Je respire un bon coup – discret quand même – et je lui réponds en essayant de ne pas paraître trop rouge écarlate. « Ça me va. Prépare-toi à perdre alors ! » Je lui lance avec un sourire en coin. J'ai toujours aimé taquiner ou embêter un peu, parfois, mais là c'est limite naturel de le faire quand je suis avec Côme.

Une fois à la même hauteur, le ranger donne le signal et c'est parti ! Nous voilà donc entrés dans ce parcours qui semble vraiment pas facile. On commence facile avec des planches en mousse sur lesquels on doit sauter, donc ça va. Puis, le plus dur arrive ; des trous un peu partout dans un tunnel en plastique. Évidemment, il ne faut pas tomber dans les trous, même si ça a l'air bien compliqué vu l'eau qu'il y a en abondance et le fait que ça glisse de partout. Suite à la suggestion de Côme, je hoche de la tête. « Oui, tu as totalement raison ! Je n'ai pas envie de tout recommencer à chaque fois. » On est sur la même longueur d'onde là-dessus, donc c'est tout cool. J'y vais avec précaution ; même si je ne risque pas de dépasser Côme à cette allure, au moins je ne tombe pas, c'est déjà ça ! D'ailleurs en parlant du blond, je vois le vois devant moi qui, plouf, tombe dans l'un des trous. Je m'arrête alors, tentant d'étouffer un rire avec mes mains, mais ça passe quand même à travers. Vu la chute qu'il vient de faire et tout le chemin qu'il a à remonter, je doute qu'il ait entendu que je me moquais de lui, mais sait-on jamais. Je reprends mon petit bout de chemin, doucement, comme tout à l'heure et avant de parvenir à la fin de cet obstacle, j'entends Côme derrière qui semble bien décidé à ne pas abandonner facilement. Parfait. « Eh bien je t'attends papy ! »
Le tunnel passé, il y a maintenant un parcours avec de gros nénuphars sur lesquels il faut, évidemment, sauter et ne pas tomber dans l'eau qui se trouve juste... bah en-dessous. Les nénuphars tanguent un peu, et ça glisse légèrement, mais en prenant mon temps j'y arrive. C'est incroyable, je m'étonne moi-même ! Je jette un rapide coup d’œil derrière moi et vois une tête blonde arriver à vive allure ; il n'est plus très loin. Du coup, je prends le dernier obstacle qui consiste à s'accrocher à une bouée et se faire maltraiter par le courant pour arriver en bas du toboggan... Ok. Ouais. Je peux y arriver. Si je n'y crois pas, je n'y arriverais pas. Alors je prends mon courage à deux mains et hop, je m'embarque dans le toboggan qui fait trop peuuur ! Le courant n'est pas ultra violent mais assez pour qu'il soit possible de lâcher sa bouée de prise, et ce n'est vraiment pas quelque chose de souhaitable. Heureusement, le parcours n'est pas très long et je vois le bout du toboggan. Malheureusement pour moi, au moment d'atterrir, la bouée s'envole et je tombe dans l'eau avec une telle délicatesse que même des moines en riraient.

Remontant à la surface, je me tourne pour voir où en est Côme et je le vois arriver. Un sourire naît sur mes lèvres ; j'ai gagné ! « Tu t'es perdu en chemin ? » J'aurai pensé qu'il gagnerait en vrai, alors ça m'amuse de le taquiner un peu.


Reflets au cœur de l'eau - Page 3 Icon_s18
avatar par nessa, merci ♥️
Sanae - #D46A6A | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
mini sacoche:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Côme Potte

Côme Potte
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 02/11/2013
Messages : 2181

Région : Sinnoh - Kantô
Mar 7 Jan 2020 - 19:00
Ce qu’il y a de bien avec Sanae, c’est que même si je ne formule pas très habilement mes phrases, elle comprend où je veux en venir et ce que j’essaie dire. Nous échangeons sur nos équipes respectives et je crois que nous sommes tous les deux assez fiers de nos compagnons, il n’y a qu’à voir comment les yeux de Sanae pétillent quand elle parle d’Éclat ou de Sniper. Et ce qu’il y a de mieux encore, c’est que je n’ai pas l’impression de l’ennuyer en parlant de mes pokémons. Je la vois essayer de retenir les différents noms et les espèces—c’est vrai que ça fait beaucoup d’un coup—et elle me relance en posant à nouveau des questions. Voilà les meilleures conversations : celles où chaque parti est aussi investi que l’autre. « Je ne sais pas si naturellement est le meilleur mot, mais en tout cas, je n’ai pas cherché à les avoir ou les capturer ou autre ! J’ai amadoué Proust quand il n’était qu’un petit Tortipouss belliqueux qui avait faim et rafolait des madeleines. Ensuite, une Malosse et une Capidextre m’ont sauvé la vie, une Lokhlass et une Draby ont éclos d’œufs pokémons que j’ai découverts complètement par hasard, et pour la petite Rapion Waneta, tu connais déjà l’histoire. » Je passe sous silence l’histoire du feu de forêt. Inutile de rappeler des souvenirs aigres-doux et d’inquiéter Sanae. Déjà que ‘sauver la vie’ risque de lui mettre la puce à l’oreille, pas besoin d’en dire davantage. Vite avant de me perdre dans mes pensées, je demande à mon tour à la jeune femme comment elle a rencontré son équipe : « Et toi, est-ce qu’il y a un pokémon en particulier que tu as voulu capturer pour t’accompagner ? Ou tout s’est passé un peu au hasard aussi ? » Les pokémons de Sanae ne sont pas spécialement courants, surtout Sniper. Je me demande exactement combien de pokémons l’accompagnent, et si elle en a certains qui restent chez elle, ou dans sa famille peut-être. Malgré tout, je me restreins et garde quelques questions sous le pied pour nos futures rencontres, car je suis convaincu que d’autres suivront. Après tout, si le destin a décidé de nous réunir ici, je suis persuadé que c’est pour une bonne raison.

La brune me confie alors qu’elle ne prête pas trop attention aux forces et faiblesses de ses compagnons. Pour autant, son équipe est assez équilibrée. Je suis tout à fait sensible au fait qu’elle prêt une attention particulière à quel pokémon a envie de combattre ou non, car c’est pour moi le principal, et c’est aussi ce qui me fait parfois hésiter à demander l’aide de Sedna, ma Lokhlass, lors des combats officiels. A la rigueur, l’entraînement, quand tout se fait dans une atmosphère détendue et bon camarade, ça ne la dérange pas. « C’est bien que tu les laisses choisir. Ça retarde un peu l’entraînement parfois, mais c’est le mieux. Si tu veux mon avis, c’est ce qui distingue les bons dresseurs des autres. » Ensuite, à propos de la faiblesse au type glace de mon équipe, Sanae se veut rassurante. « Disons qu’on fera en sorte d’avoir de quoi le contrer ! Les rôles de l’équipe ne sont pas encore bien bien définis, même si j’ai déjà une petite idée de qui est rapide, et qui est plutôt endurant. » Clairement, Proust et Sedna ne sont pas rapides, mais diablement endurants. Waneta l’est assez, mais il faut encore attendre son évolution pour vraiment s’en rendre compte. En revanche, Duras et Clio frappent vite et fort. « Il faudra vraiment qu’on se fasse un petit match amical, dans l’esprit bon enfant bien sûr ! Ça pourrait nous aider à déceler les rôles qui conviennent le mieux à nos pokémons. Et puis on pourrait se donner des petits conseils et astuces aussi. C’est toi qui vois, je te force pas. » Je ponctue cette dernière phrase d’un petit rire en levant les mains en l’air. J’ai cru comprendre lors de notre conversation que Sanae n’est pas encore très sûre d’elle en dressage et qu’elle pense sans doute que ses compagnons sont encore un cran en dessous du niveau de mon équipe. Cependant, se confronter à une équipe plus entraînée est le meilleur moyen de progresser, alors j’espère qu’elle acceptera cette invitation à un match amical. En plus, j’apprendrai énormément de ce match moi aussi, ne serait-ce que pour la diversité de son équipe. Le sujet dérive sur le séjour en pension de Waneta et, à nouveau, Sanae me rassure. « S’ils sont à fond, c’est déjà un bon indicateur ! Après, il faut prendre le temps de gagner en expérience et de se construire au fil des badges. Et puis, vous pouvez aussi voir ça comme un beau spectacle plus que comme une finalité en soi. En tout cas, je suis sûr que vous irez un jour à la Ligue ! Peut-être pas cette année ni l’année prochaine, mais un jour, j’en suis persuadé ! Et j’essaierai d’être là pour t’encourager. » Je m’imagine déjà avec mes pompons.

Après nous être bien détendus, il est temps de s’élancer vers la nouvelle attraction. Devant l’attraction, j’ai le cœur qui bat la chamade. Parce que j’ai couru, bien sûr, mais aussi pour le petit pari tout bête que je lance, à la fois conscient et inconscient de ce que cela implique. Le rire de Sanae me surprend, me déconcerte même presque, mais elle finit par accepter, visiblement déterminée à gagner. Mon visage s’illumine d’un large sourire et nous nous élançons donc pour une dernière attraction. Nous décidons bien vite tous les deux de se mettre d’accord sur une espèce de « checkpoint », histoire de ne pas devoir refaire tout le parcours depuis le début. Techniquement, je crois que c’est un peu contre les règles fixées par l’attraction, mais nous nous en fichons puisque nous ne concourons que pour le fun de toute manière. A force de me dépêcher, je fais moins attention et finis dans l’eau. Lorsque je refais surface, j’entends Sanae qui étouffe un rire avant même de m’essuyer les yeux pour la voir en action. Sauf qu’elle est déjà partie et qu’elle prend assez largement de l’avance. « Eh, on se moque pas, je t’ai entendue ! » dis-je dans un rire moi aussi. « Attention, le papy passe la seconde ! » Je me précipite à la suite de la brune et découvre la nouvelle portion du parcours. Je serais tenté de prendre mon temps, de faire attention, histoire d’éviter de tomber à nouveau dans l’eau, sauf qu’il faut bien que je fasse mon retard ! Un peu plus loin, je vois que Sanae a trouvé le bon équilibre entre rapidité et prudence. En gros, elle est beaucoup plus efficace que moi et semble avoir bien plus d’équilibre. « Tu vas réussir le concours ranger les doigts dans le nez si tu continues comme ça ! » Je lui lance ça à la fois pour la complimenter, et puis aussi un peu pour la déstabiliser si jamais… Forcé d’accélérer la cadence, je tangue beaucoup trop à mon goût et dois me stabiliser plusieurs fois de suite mais j’arrive à refaire une partie de mon retard tout de même. Quant à Sanae, je ne l’ai toujours pas vue tomber une seule fois. Je la vois s’élancer vers le dernier obstacle et pouf, elle disparaît. Je suis un peu plus loin derrière. Oulalah, quand je découvre ce qu’il faut faire, je décide de ne même pas y penser et de foncer ! De toute façon, c’est déjà perdu, mais autant perdre avec la manière ! Je saute comme un dératé en agrippant la bouée et file à toute vitesse le long du dernier toboggan. Fiou ! Je file et je file, et je m’agrippe tant bien que mal, gagnant de la vitesse à mesure que le courant me pousse et me maltraite d’un côté puis de l’autre. Tout à la fin, le toboggan se redresse légèrement et je pars dans les airs, la bouée toujours à la main. Je dresse donc celle-ci au-dessus de ma tête et fait une magnifique bombe dans la piscine du bas, amortie par la bouée qui flotte et m’empêche de m’enfoncer plus loin dans l’eau.

« Faut croire que j’ai fait un petit détour ! » Je rejoins Sanae qui rigole en nageant vers le bord du bassin. En sortant de celui-ci, nous rejoignons tranquillement le gros de la foule. Et mon cœur se serre soudainement, car je sais que cette journée touche à sa fin. Cette attraction était la dernière. A l’horizon, je vois que le soleil a déjà commencé à décliner ; les nuages orangés nous indiquent que le parc ne va sans doute pas tarder à fermer. « Je crois qu’on devrait aller récupérer nos affaires… et nos pokémons ! » Nous faisons donc un nouveau petit tour du parc pour retrouver nos compagnons qui se sont eux aussi visiblement bien amusés. Puis nous nous dirigeons vers l’entrée du parc où nous avons laissé une partie de nos affaires. Entre temps, j’ai assez bien séché au soleil, mais je décide tout de même de prendre ma serviette pour m’essayer les cheveux au mieux, histoire de ne pas attraper froid. Je laisse la serviette autour de mes épaules et regarde le parc qui se vide au fur et à mesure. La clameur redescend, et je fixe l’horizon. Les couleurs sont superbes. Cette journée était superbe. J’espère que nous pourrons à nouveau vivre des moments comme ceux-ci. D’ailleurs, en parlant de ça… « Un gage est un gage ! » Je sors le petit téléphone de mon sac. Je ne sais toujours pas bien m’en servir, mais j’apprends de jour en jour. « Tiens, je sais pas trop bien m’en servir encore, j’avoue, mais je te laisse ajouter ton numéro dedans, comme ça, je pourrai honorer mon gage ! … Enfin, si t’es d’accord hein, t’es pas obligée… » Je fais une petite moue contrite en me rendant compte qu’on dirait presque que je la force à me donner son numéro, alors que pas du tout ! C’est simplement que je suis un homme de parole, et donc que je fais en sorte de pouvoir lui payer un verre, comme convenu.

Une fois nos affaires sous le bras, et un peu d’habits revêtus pour ne pas attraper froid, nous nous dirigeons vers la sortie, côte à côte. Du côté de la petite boutique à souvenirs, je remarque un porte-clefs Mégapagos avec le nom du parc sur sa coquille. Je quitte Sanae sans un mots le temps d’aller en acheter deux rapidement et reviens vers elle tout sourire en lui montrant la babiole. « Tiens, en souvenir de notre fabuleuse expérience sous-marine de pilotage ! » Je rigole en y repensant. Le permis sous-marin, ce n’est pas pour maintenant, ça c’est clair ! Ce n’est pas grand-chose, mais c’est histoire de marquer le coup et d’avoir quelque chose de concret pour se rappeler de tout ça. Je fixe d’ailleurs d’ores et déjà le mien à la fermeture de mon sac, comme ça, je ne risque pas de le perdre. A l’extérieur des murs du parc, il est temps de nous dire au revoir. Sans me poser trop de question, j’étreins Sanae, assez timidement, certes, mais c’est l’intention qui compte, puis, lorsque nous nous écartons, je lui fais une dernière bise. « C’était vraiment super de te croiser là, je ne pense pas que je me serais autant amusé si j’avais été seul. J’en suis même sûr ! » J’espère que le sentiment est réciproque, car il est clair que rencontrer Sanae ici a été une magnifique surprise. En m’éloignant, j’agite mon téléphone de la main pour lui signifier que je n’ai pas oublié que je lui devais donc un verre. L’au revoir est plus difficile que j’aurais cru, mais je n’essaie de ne pas trop me faire de films là-dessus. J’ai simplement décidé de prendre les choses comme elles viennent.


Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Modo & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 2233

Région : Sinnoh
Dim 26 Jan 2020 - 23:32
Plus Côme me parle de ses pokémons et plus je me retrouve fascinée. Il a eu beaucoup d'expériences et de situations où les créatures qu'il a aujourd'hui lui sont tombées dessus un peu dans le court des choses. Mais ce qui me dérange un peu plus, c'est le « sauver la vie » qui débarque en plein milieu de son énumération, et d'un coup j'ai envie de savoir ; comment ça s'est passé, est-ce qu'il a été blessé, est-ce que c'était pendant une mission ou pendant une simple journée... J'ai soudainement beaucoup de questions à lui poser, mais sur le coup je me retiens ; nous avons jusque là eu une agréable journée et on s'amuse bien. On parle de pokémons, de nos objectifs et de pleines choses encore qui nous anime et qu'on aime. Si on commence à parler de nos soucis respectifs et des péripéties un peu difficiles, j'ai peur que ça risque de tout gâcher. Du coup, je laisse ma curiosité de côté, ce qui peut également virer toute l'anxiété et l'inquiétude qui auraient pu venir avec. « Oh je vois ! Il y a eu beaucoup d'opportunités d'avoir des pokémons, même si j'imagine que des pokémons qui te « sauvent la vie » ça n'a pas dû être une belle histoire, haha. » J'essaie de garder le ton un peu léger, parce que ce serait bête de rendre une si belle conversation complètement morose.

Puis la question me revient. Je pense que, comme Côme l'a fait, je vais aussi rester un peu vague sur mes rencontres et captures. Il y a encore pas mal d'éléments qu'il ne sait pas, et je veux que ça reste ainsi pour l'instant. C'est bien mieux. « Hum... Eclat et Elon ont toujours été avec moi depuis petite, donc ça a été naturel pour eux de me suivre. J'ai rencontré Sniper non loin du Lac Vérité et, après un événement, on ne s'est plus lâché. En capture disons « normale » j'ai l'Azumarill un peu maman de mon groupe ! Sinon, la plupart c'est parce que je les recueille comme ma Tylton ou la petite Floette. Mon Pachirisu, qui n'aime pas se battre, m'a suivi du jour au lendemain... Probablement pour la nourriture. Oh, et aussi, j'ai une Nymphali et une Phyllali avec moi qui étaient à ma mère. » Je n'en dis volontairement pas plus. Et j'ai aussi une très longue liste de pokémons à mes côtés, si je commence à blablater sur eux je ne finirais jamais mon monologue. J'aime parler de pokémons, mais je ne pense pas qu'il faille que ce soit notre sujet principal quand on a encore pas mal de points à discuter et des attractions à faire !

On dévie alors la conversation vers les forces et faiblesses de nos pokémons et le fait de laisser combattre qui veut plutôt que de se constituer une équipe principalement pour une question de types. « C'est vrai qu'après, l'entraînement finit par être retardé. Parfois je me dis que c'est dommage, mais en même temps mieux vaut ça que de forcer nos pokémons à combattre s'ils ne sont pas particulièrement dans ce domaine. Honnêtement, je pense la même chose ! » De bons dresseurs pensent avant-tout à leurs compagnons plutôt qu'à la puissance de leurs équipes. Chacun sa vision des choses, et de bons dresseurs peuvent aussi l'être sans forcément prendre ça en compte, j'imagine.
Lorsque le ranger me mentionne sa faiblesse au type glace, je tente de le rassurer là-dessus et me dis que ce n'est pas une faiblesse qui peut vaincre une équipe si elle est préparée et si le dresseur en est conscient – ce qui semble être le cas. Côme me répond en disant que les rôles ne sont pas encore définis, mais je suis sûre que ça va venir. Après tout, il connaît le mieux ses pokémons, il saura quoi faire au moment venu ! Ce qui amène d'ailleurs à ce sujet de match amical. Pour être honnête, ça me tente beaucoup parce que ce serait vraiment chouette. « Très bonne idée ! Faut vraiment qu'on en fasse un plus tard, en plus si tu veux aller défier la Ligue ça te donnera aussi un moyen de savoir si tes stratégies marcheront ou non en faisant une petite expérimentation contre mes pokémons. » Je dis ça avec un petit sourire et un ton léger. Même si son équipe au blond est largement plus fort et expérimentée, je pense que chaque combat mené apporte quelque chose. Rien ne sert à rien, donc ce sera gagnant pour nous deux, j'en suis persuadée – enfin, je l'espère surtout.

Nous parlons ensuite de la pension de Waneta et du challenge de la Ligue. Côme prononce des paroles rassurantes et je les prends avec plaisir. Il a raison, il faut prendre le temps de gagner en expérience, de se forger et de savoir ce que l'on veut vraiment. « C'est vrai ! C'est même le mieux de prendre son temps je trouve. » Je ne peux m'empêcher de rire lorsqu'il me dit que j'irai à la Ligue un jour pour sûr ; moi-même je n'en suis pas sûre ! « Haha, ça me soulage de savoir que toi, au moins, tu me fais plus confiance qu'à moi-même à ce sujet. Mais si un jour j'y suis, je compte sur ta présence ! » Je dis ça à la rigolade, mais bizarrement, penser à cette idée rend mon cœur tout joyeux.

Après cette phase détente et discussion, c'est l'heure de la prochaine attraction ! On finit rapidement par se donner un moyen de remonter sans devoir tout recommencer depuis le début – de toute façon personne n'est là pour surveiller ça, enfin je crois. Ce sera déjà plus simple et plus drôle ainsi, sinon on va rester au début du parcours tout le reste de l'après-midi.
Alors que je prends de l'avance et que je me moque de Côme qui, lui, est tombé comme une patate, je l'entends s'indigner un peu au loin tout en m'informant qu'il va accélérer, le papy. Puisque je sais maintenant qu'il est remonté et qu'il va tenter de me rattraper, j'accélère moi aussi la cadence sans perdre ma prudence. Dans ce genre de parcours – et j'en ai vu à la télé – si on se précipite trop on glisse. Tant pis s'il me rattrape, mais tant que je ne glisse pas c'est une victoire ! Alors que je suis sûre d'être bien, entre équilibre, rapidité et prudence, j'entends le ranger me dire que le concours ranger sera un jeu d’enfant pour moi. Heureusement qu'il ne peut pas voir mes joues rougir face à ce compliment – car oui, je le prends comme tel – et je lui lance alors « Merci mais la flatterie ne te mènera à rien, papy ! » Bon ok, j'ai failli tomber en fait, mais je me suis rattrapée juste à temps – merci Sniper pour tes leçons d'équilibre et de forme physique de son corps.

Une fois arrivée, à peine quelque secondes plus tard Côme débarque dans le même état un peu déboussolé et « j'ai foncé dans le tas ». Il me rejoint vers le bord du bassin et ensemble on remonte sur la terre ferme. D'un coup, il y a bien moins de monde que tout à l'heure et le soleil commence à se coucher. On entend aussi moins de cris de gamins. Il y a encore évidemment pas mal de monde puisque c'est tout de même un endroit assez exceptionnel. Le ranger me dit qu'il est temps qu'on aille récupérer les affaires et les pokémons, ce à quoi je lui réponds par l'affirmative, même si au fond, ça m'attriste un peu que ça soit déjà terminé. C'est avec cette pensée que nous allons chercher nos pokémons sur le trajet, puis nos affaires un peu plus loin vers l'entrée. Avec la chaleur qu'il y a nous avons déjà bien séché, mais je prends tout de même ma serviette pour passer un petit coup dans mes cheveux avant de la mettre autour de mes épaules tel un drap pour couvrir le haut de mon corps afin d'être sûre de ne pas attraper un vieux frisson qui amènera un vieux rhume juste parce que j'ai eu un vieux coup de vent.

Le blond me rappelle alors le gage. Avec tout ça, je l'oubliais presque. Et les paroles de Côme me font sourire ; c'est adorable comment il essaie de faire passer ça normalement, et n'a pas envie de me forcer à le faire. « Un gage est un gage, comme tu le dis ! » Je prends alors son téléphone pour rajouter mon numéro. « Et puis, comment refuser un verre si tu me l'offres ? » Sur le coup de la taquinera, je ne m'en rends peut-être pas compte, mais ça peut bien dire des choses, cette phrase. Pourtant, je ne vais m'en apercevoir que bien plus tard.

Après ça, nous nous préparons pour être dans des tenues correctes avant de sortir du parc. Ça y est, la journée est officiellement terminée. Nous marchons côte à côte, sans forcément nous dire quoi que ce soit car c'est un moment de silence qui en dit bien plus long que de simples mots. Je ne sais pas pourquoi, mais se quitter maintenant me semble bien plus difficile que les précédentes fois. Alors que je commence à me perdre dans mes pensées, je vois le blond partir sur le côté. Me demandant bien ce qu'il fait, je m'arrête et l'attends avant de le voir revenir avec deux porte-clés Mégapagos sur lesquels le nom du parc est inscrit sur leurs dos. Il m'en tend d'ailleurs un en me précisant qu'il veut me l'offrir. « Ah, euh... Merci, c'est gentil. » Je lui réponds en prenant l'objet en question qui, étrangement, me paraît bien trop important d'un coup, les joues légèrement rosies. « On risque de gagner une course si on se met dans le pilotage sous-marin, j'en suis sûre ! » Il y a bien moins d'énergie dans mes propos que plus tôt ; entre la fin d'une journée mouvementée, ce geste attentionné et sa présence, je ne sais plus où donner de la tête.

Arrivés à l'entrée du parc, nous devons nous séparer. Alors que je cherche mes mots pour lui dire au revoir, Côme, lui, n'a pas besoin d'y penser puisqu'il me prend dans ses bras. Mon cerveau bug à ce moment-là. C'est léger, timide, presque comme une caresse, mas son étreinte est là. Je me rattrape assez rapidement pour la lui rendre, encore plus timidement que lui je crois, puis nous nous séparons. Et c'est à ce moment précis que tout mon cerveau s'éteint, parce qu'il me fait une petite bise avant de s'éloigner. J'ai juste le temps et l'intelligence de lui répondre. « Euh, moi aussi... Moi aussi, je me suis beaucoup amusée avec toi. Je suis très contente de t'avoir croisé aujourd'hui. » Mon cœur bat horriblement fort en le voyant partir, agitant sa main avec son téléphone empoigné. Je lui fais un signe de main également, mais plus par automatisme que par signification.

Et là, je me dis que c'est mauvais. Qu'il y a un truc qui ne va pas. Et qu'en même temps, tout va bien. C'est une sensation très étrange, pire que ce que j'ai ressenti au début en arrivant au parc et en croisant Côme. J'essaie de ne pas trop y penser et commence à marcher vers- je ne sais pas où, mais avancer pour tenter d'oublier ça et de penser à autre chose. Et, oh.

Oh non.

mots = 2060


Reflets au cœur de l'eau - Page 3 Icon_s18
avatar par nessa, merci ♥️
Sanae - #D46A6A | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
mini sacoche:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 3 sur 3) Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Bonaugure-