AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 
» Ne pas faire de vagues


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 11781

Région : Kanto | Hoenn
Dim 15 Juil - 6:38
Point de vue de Ferir avec Aza et Hei

Ma proposition d’aide pour pratiquer la conduite est bien accueillie, mais j’apprends que ce n’est pas vraiment ça le souci. J’avoue que je n’ai jamais porté attention à savoir si les panneaux sont pareils partout, dans toutes les régions du monde... M’enfin, je l’exprime de vive voix, mentionnant aussi que je peux l’aider avec la signalisation et le code, si tout est pareil. Discuter de ça occupe bien le temps et la maison apparaît rapidement au loin. L’atterrissage passé, la discussion migre naturellement vers les Pokémon. Il y en a plusieurs ici, c’est normal. Puis, c’est toujours intéressant et je suis très content d’avoir un petit ami qui s’y intéresse et qui comprend pourquoi je m’investis à ce point auprès d’eux. En tout cas, je trouve ça toujours mignon de voir que ces créatures protègent tous ceux qui importent pour elles, encore plus les enfants. J’approuve donc les propos d’Azy, Shin aussi. Moi aussi je crois que les Pokémon ne sont pas mauvais de nature. Ils le deviennent au contact de mauvaises personnes qui leur apprennent à l’être... Suite aux mots de mon petit ami, je continue de sourire. Je le trouve protecteur aussi, envers moi. Je n’ai pas pu constater avec son fils, mais je n’en doute pas. C’est bien de l’être, mais trop... ça peut faire en sorte qu’on ne sait pas faire face aux autres par soi-même. Comme moi... Je pourrais le dire, sauf que je n’ai pas envie d’évoquer ça maintenant. L’ambiance actuelle est positive, et je sais que ça me rend déprimé de penser à mes limites. Je préfère rebondir sur le régime de Tsuku. Tu peux essayer aussi avec des légumes plus croquants, qui sont plus intéressants à mâchouiller ou qui rappellent un peu la texture de la viande. Mais il est peut-être exclusivement carnivore, ça se peut. Puis, un Pokémon gourmand est comme ça, on ne peut pas vraiment le changer. Je suis bien placé pour savoir que c’est difficile à contrôler, je suis goinfre moi aussi. J’ai juste la chance d’avoir des gênes qui font en sorte que je ne prends pas de poids, peu importe la quantité de nourriture que je peux avaler dans une journée, avec en plus mon goût de sucré assez fort. Si on continue de parler de bouffe, je vais finir par voler une collation dans le frigo d’Azy...

Ça n’aurait rien de surprenant que tu le fasses, et ça ne dérangerait pas les deux hôtes des lieux.

Une fois à l’intérieur, Hei ne tarde pas à se faire remarquer, embêtant Azy. Il vient se présenter, puis le Baudrive attire l’attention. En même temps, Drif ne s’accroche pas ainsi à nous, donc ça a le mérite d’être particulier. Au moins, les choses sont rapidement à plat quant à la présence de Master dans la maison. La réponse convient à Hei qui hoche la tête. Ça fait plaisir de voir qu’il a envie de lui faire confiance pour bien surveiller son Pokémon. En tout cas, ce dernier semble très calme et tout à fait adorable, mais je garde à l’esprit qu’il s’agit d’un spectre et donc que n’importe quoi peut survenir, sans être nécessairement dans une volonté d’être méchant. En tout cas, Shin se montre curieux quant à ce que j’ai pu dire sur lui et je me retrouve à être un peu gêné quand il me dit que je suis adorable. Je sens ses doigts se resserrer sur les miens après que je sois allé me cacher le visage près du sien pour un bisou improvisé. Je ne peux m’empêcher de me dire que j’ai de la chance de l’avoir auprès de moi. Pendant ce temps, la conversation continue, déviant sur le souci d’Azy. Puisque ce n’est pas le genre de choses qu’il dit de lui-même, c’est sûrement une bonne idée d’en informer mon copain. Je lui précise que pour le moment, il vaut mieux qu’il lui parle en le nommant par son prénom complet, mais que j’ai bon espoir que leur relation deviendra plus amicale. Mon meilleur ami est borné et rancunier, mais il sait aussi faire la part des choses. Amadouer, c’est presque ça! J’échappe un rire. Bon après, c’est peut-être un peu fort. Il n’a pas à essayer de le tromper. C’est en étant lui-même que ça va fonctionner. Sinon, Azy va s’en rendre compte et ça va tout empirer... Mais j’ai confiance en Shin, ce n’est pas son genre. En tout cas, Hei approuve mes propos et ça enchaîne sur le côté asocial du ranger. Pour ma part, j’ai toujours du mal à concevoir que mon petit ami soit asocial, mais ce n’est pas la première fois qu’il le dit. Eh bah. Tu donnes pas cette impression. Réponse de Hei alors que pour ma part, je reste silencieux. Je lui ai déjà mentionné avoir du mal à le croire donc ça serait inutile d’y revenir maintenant. Puis, il est temps de déposer nos affaires. Il faut dire que la conversation dans l’entrée, ce n’est pas ce qu’il y a de mieux.

Vous avez bien enchaîné sans trop le réaliser.

Deux fumeurs et un ex-fumeur... Je suis le seul ici qui n’y a jamais touché. M’enfin, Azy ce n’était pas la cigarette... Ok. Malgré sa courte réponse, Hei semble content de ne pas être le seul fumeur pour ce soir. Ça ne doit pas arriver souvent. Et Shin m’adresse un petit sourire désolé, mais je me doute bien que ce n’est pas simple de résister à ce genre de dépendance. Puis, il est libre de faire ce qu’il veut, même si j’aimerais qu’il prenne soin de lui et de sa santé. Il doit bien savoir que je ne le juge pas. Bref, une fois dans la chambre, mon ami revient pour nous dire qu’il va étendre dehors ses affaires et qu’on peut faire pareil, ce qui est une bonne idée. Reste plus qu’à les dégager de la chambre, sauf mon copain évidemment. Je ne peux m’empêcher un sourire appuyé et un regard lourd de sous-entendus suite à ses mots. C’est parfait alors. Puis, je suis rassuré de le voir rappeler Master dans sa Pokéball. Il aurait aussi pu le laisser sortir rejoindre les Pokémon d’Azy, mais je ne sais pas si tout se serait bien déroulé, sans surveillance. Normalement, les compagnons de mon ami ne sont pas agressifs pour rien ou sans raison, donc je présume que oui. Dans tous les cas, c’est une façon qui nous permet d’avoir un moment d’intimité et ça sera plaisant. Les deux autres ne s’attardent pas, Azy nous demandant tout de même de songer à ce qu’on voudrait manger. Il sait bien que je ne suis pas très difficile, il peut préparer ce qu’il veut. Donc, la porte fermée, j’ai juste le temps de voir Shin qui arbore une légère moue, sauf qu’il vient m’embrasser avant que j’aie pu dire quoi que ce soit. Je ne tarde pas à y répondre, l’enlaçant par la même occasion. Je me sens toujours bien entre ses bras, toujours à ma place. J’en ai des frissons, de bons frissons. J’adore qu’on me joue dans les cheveux, je trouve ça tellement agréable et apaisant. Une de mes mains va d’ailleurs se nicher à la racine de ses cheveux, sur sa nuque. Le baiser continue quelques instants avant d’y mettre un terme. Mes mains viennent se nouer derrière sa nuque, tandis que je me recule un peu. Je t’aime.

Ton regard dit tout des sentiments que tu lui voues. Ton sourire est doux et amoureux.

Je m’approche de nouveau pour le serrer contre moi, posant pendant quelques secondes ma tête sur son épaule. La journée passe beaucoup trop vite et déjà demain, nous retournerons chacun de notre côté... Chaque fois, ça me fait un petit pincement au cœur. Mais je ne veux pas y songer maintenant. Je reprends plutôt un peu de distance pour rapidement me défaire de mes vêtements. Mes doigts viennent ensuite se faufiler sous les siens, touchant sa peau. Et on les vire aussi?



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1618

Région : Johto
Lun 16 Juil - 14:53
De mémoire, il semblait au sbire que la signalisation entre Kantô et Johto était la même. En tout cas, quand ils s’étaient rendus à la gare le lendemain de leur première soirée, il n’avait pas été étonné par les panneaux qu’ils avaient pu croiser. Du coup, il avait de fortes chances pour que Ferir lui soit d’une bonne aide là-dessus, comme il se plut à le préciser. Shin’ lui offrit un sourire avant d’acquiescer, le remerciant par avance. D’un autre côté, il sentit une pointe d’angoisse naitre dans sa poitrine. Il craignait que son amant ne finisse par se moquer de lui –en sachant toutefois que ce n’était pas son genre-, face aux difficultés d’apprentissage dont il faisait preuve… Et ce n’était pas faute d’essayer. Il lui faudrait sans doute le double du temps pour une personne normale pour retenir tout ce qu’il y avait à savoir donc… Bref. Il préféra chasser ses pensées de sa tête, se concentrant sur le positif. Lorsqu’il se déciderait à se lancer, il pouvait compter sur le soutien de son petit ami et ça n’était pas négligeable. Pour le moment, ils arrivèrent à destination, le schizophrène n’étant pas mécontent de pouvoir à nouveau poser pied à terre. L’excès de bonheur de Mance le fit sourire et, naturellement, il fit le lien entre son comportement et celui de Tsuku, revenant par la même occasion sur son régime. « Je tenterai ça. Si déjà j’arrive à varier son alimentation, ce sera une victoire. » Un peu plus de légumes dans le régime de son starter serait bon. La créature aimait beaucoup trop la viande et le poisson, encore plus les sucreries. Hors le sucre, ce n’était pas ce qui était le mieux pour lui, bien au contraire.

Le premier contact avec Hei se passa parfaitement bien, le sbire se sentant assez à l’aise pour ne pas se sentir stresser par cette nouvelle rencontre. Quand il se trouvait avec Ferir, il avait l’impression qu’il pouvait se confronter à toutes les situations qui l’angoissaient, en temps général. De plus, il était de bonne humeur, ce qui aidait grandement à sa sociabilité. Il rassura l’homme quant aux comportements de Master, faisant comprendre au fantôme qu’il avait à se tenir à carreaux. Il était bien le seul à avoir autant d’autorité sur le ballon et il comptait là-dessus pour que tout se déroule bien. Le sbire ne sut néanmoins mettre sa curiosité de côté, cherchant à savoir ce que son petit ami avait pu révéler sur lui à son ami. Il n’en fut que plus ravi encore en admirant sa réaction et ce léger rougissement qui le faisait tant craquer. Il ne manqua pas d’affirmer ce qu’il pensait, n’allant pas trop loin pour autant, ne désirant pas mettre mal à l’aise leur hôte. Le sujet dévia sur Azamir et son problème avec les surnoms, enchainant sur la relation qu’avait le schizophrène avec ce dernier. C’était peut-être encore un peu tendu, mais il pensait être sur la bonne voie. Cette journée et ce court moment passé juste entre eux lui démontrait qu’ils étaient capables de s’entendre, même lorsque son amant n’était pas avec eux. C’était plutôt encourageant. Il sourit lorsque Ferir s’amusa du terme utilisé. Bon ok, amadouer n’était peut-être pas le bon mot, mais l’idée derrière était la bonne. Il tendait de plus en plus à agir naturellement avec le ranger et cela malgré le léger malaise qu’il ressentait encore en sa présence. Ce ne serait plus le cas, bientôt, sans doute. Le temps leur permettrait d’aller de l’avant.

Il sourit d’autant plus lorsqu’il affirma être asocial, lui aussi, Hei lui affirmant le contraire.
« J’avoue que je suis plutôt à l’aise, aujourd’hui. Mais ce n’est pas toujours comme ça. » Il eut un petit sourire, se tournant vers son petit ami. « Tu dois y être pour quelque chose. » C’était plus ou moins un compliment, mais il se demandait si sa phrase était bien tournée. Il espérait que son amant comprendrait le sens de ses mots. Sa dépendance à la nicotine revenant au galop, il se renseigna sur sa possibilité de fumer, content d’apprendre qu’il ne serait pas seul à devoir fumer pour satisfaire ce besoin. Il aimerait bien, un jour, se débarrasser de la cigarette, mais il préférait d’abord gérer son problème de cocaïne avant. Il n’en avait pas parlé à son petit ami, trop craintif par sa réaction, surtout qu’il arrivait plutôt bien à gérer cela… Ça faisait déjà deux semaines, après tout, qu’il n’avait touché à rien et qu’il était plutôt fier de lui, pour le coup. Soit. Ils pénétrèrent dans la chambre pour déposer leurs affaires, le moment de se changer étant venu. Ferir se chargea de faire partir les deux autres, lui demandant de rester. Il n’en avait pas la moindre intention, ce qu’il ne manquant pas d’affirmer à voix haute. Le regard ainsi que le sourire qu’il récolta le fit sourire davantage, une pointe de malice dansant dans ses iris. Il aimait tellement cette expression dessinée sur le visage de son partenaire. Mais en attendant, il rappela Master dans sa ball, essayant de minimiser les dégâts qu’il pouvait générer, mais surtout pour pouvoir profiter un peu de ce moment intime qui s’offrait au couple.

Pour autant, le sbire se retrouvait quelque peu troublé par les paroles d’Azamir avant de sortir de la chambre. Encore une fois, il était exposé au choix de la nourriture… Et il n’éprouvait aucunement la faim. Il se demandait comment il allait faire, cette fois, pour se tirer de cette situation sans se faire remarquer… Ou alors était-ce le moment de confronter son petit ami à cette réalité qui lui pourrissait l’existence. Il se sentait quelque peu nerveux à cette idée, même s’il sentait mal aussi de ne pas être capable de jouer cartes sur table sur ce point. Hum… Il chassa ces idées lorsque la porte fut refermée, les laissant tranquille pour l’instant. Il en profita pour aller quérir un baiser, ravi de sentir son corps près du sien, de sentir ses doigts sur sa nuque. Il partagea les mêmes frissons, continuant de caresser les cheveux du Kantonien. Il ne fut pas frustré par la fin de l’embrassade, souriant plutôt tendrement à la déclaration qui lui était faite.
« Moi aussi, je t’aime. » Peut-être qu’ils se disaient ses mots trop souvent, mais ça ne le dérangeait pas, loin de là. Il appréciait les entendre et il ne ressentait aucune difficulté à les dire. C’était agréable d’aimer et d’être aimé en retour, à n’en pas douter. Il le cajola lorsque son amant posa sa tête sur son épaule, déposant un baiser dans ses cheveux, caressant doucement son dos. Il le laissa ensuite se reculer pour se dévêtir, ne manquant pas une miette du spectacle qui lui était offert. Sa tendresse faisait place à un certain désir, bien qu’il savait qu’il devait se contrôler. Après tout, ils étaient attendus…

Il frissonna en sentant les doigts de Ferir se faufiler sous sa chemise, faisant glisser ses propres mains sur ses épaules.
« A tes ordres. » Ça le faisait marrer et il marqua sa réponse d’un sourire suivi d’un tirage de langue dans les règles. Il ne lui fallut pas longtemps pour déboutonner son haut et se débarrasser du tissu, tout comme il ne tarda pas à se débarrasser du bas. Il eut ensuite tendance à se rapprocher de son petit ami, venant à lui embrasser tendrement le cou… Alors que son esprit était quelque peu envahit par des idées pas très catholiques.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 11781

Région : Kanto | Hoenn
Mar 17 Juil - 23:53
Point de vue de Ferir avec Hei

J’essaie de donner des conseils à Shin pour le régime de son Typhlosion, mais il est possible que rien ne fonctionne dans ce que je propose. C’est un risque, il y a, tout comme chez les humains, des Pokémon aux goûts plus spécifiques que d’autres. Je lui adresse donc un hochement de tête et un sourire quand il m’affirme qu’il va tenter mon nouveau conseil. Il ne reste plus qu’à espérer que ça fonctionne. À l’intérieur, tout se passe plutôt bien. Du moins, je crois. Il ne me semble pas qu’Azy soit vraiment fâché du comportement de son colocataire. Puis, Hei est assez facile d’approche, en général. Bon parfois il peut être un peu brusque ou manquer de tact sans vouloir être méchant, ça peut surprendre. Au moins, ça ne semble pas être le cas après la remarque sur Master, mais c’est aussi normal de s’inquiéter quand un Pokémon qu’on ne connaît pas, appartenant à une personne qu’on ne connaît pas non plus, entre dans la maison. On passe alors plusieurs sujets de conversation tout en restant dans l’entrée, parlant naturellement de ce que j’ai pu raconter à Hei à propos de Shin, mais aussi du souci de mon meilleur ami avec les surnoms, puis de la bonne entente entre eux qui s’installe peu à peu. Il faut juste laisser le temps au ranger de passer à autre chose, de constater pleinement que je suis bien et que ce qui s’est passé n’est pas susceptible de recommencer. Je crois qu’il l’a déjà compris ça, sinon il serait moins ouvert qu’il a pu l’être aujourd’hui. Même si bon, aller s’enfermer directement dans sa chambre à peine revenu chez lui, c’était un peu limite comme comportement. D’ailleurs, Hei n’hésite pas à le traiter d’asocial parce qu’il n’a pas fait visiter la maison; surpris ensuite d’apprendre que mon copain peut l’être lui aussi. Il mentionne qu’il n’en a pas l’impression et je dois dire que moi non plus. Mais s’il le dit, c’est que ça doit être vrai. Ce qui suit m’aide à mieux comprendre. J’affiche alors un doux sourire, mes doigts se resserrent un peu sur les siens. Je suis content si je peux te rendre à l’aise. Ça signifie qu’il est bien avec moi, que je parviens à avoir un effet positif sur lui. C’est bien mieux que d’avoir l’effet contraire, en tout cas...

La majorité de tes anciennes relations allaient en ce sens, et c’était toi qui n’étais pas à l’aise aux côtés de ces hommes qui ne t’accordaient aucun respect.


En même temps, c’est difficile de n’pas être à l’aise avec toi. Mots que Hei m’adresse sur une intonation plutôt sérieuse. Je me sens toujours un peu gêné quand je reçois des compliments comme ça, je dois encore être en train de rougir. Mais je sais que je peux rendre mal à l’aise certaines personnes, avec mon style un peu particulier, avec le fait que de toute évidence, c’est écrit dans mon front que je suis gai... Il y aura toujours des homophobes pour me mépriser, et pour m’inquiéter parce qu’on ne sait jamais ce qu’ils peuvent faire... Au moins, je sais qu’avec mes proches et mes amis, c’est autre chose, c’est plus positif et ça me fait plaisir. Tandis que nous nous rendons à la chambre, ils parlent de fumer et je ne passe pas de commentaire. Ça ne servirait à rien, de toute façon. Je peux comprendre ce que c’est, d’avoir une forme de dépendance. Je ne parviens pas à me défaire de ce couteau que je traîne depuis trop longtemps, celui avec lequel je me blesse. Même quand je ne le fais plus durant des mois, je ne parviens pas à me faire à l’idée de m’en débarrasser, ça me fait paniquer. Bref, une fois dans la chambre, avec l’idée d’Azy d’étendre ce qui est encore un peu mouillé, je ne tarde pas à avoir l’envie de me retrouver seul avec Shin. Avoir un peu d’intimité avant ce soir, ça ne fera pas de tort. Je peux constater sans mal que l’idée lui plaît aussi. Bon, il restait toujours le Baudrive, mais il décide de le rappeler donc on pourra être vraiment entre nous. Bon, mon ami me rappelle que j’ai faim en nous demandant de songer à ce qu’on veut manger, sauf que ça ne devrait pas m’empêcher de profiter du moment. Tu ne remarques pas spécialement le trouble que cette simple demande provoque chez Shinara. Ton regard était tourné vers la porte, les regardant partir et refermer derrière eux. Et en te retournant, tu as aussitôt droit à un baiser, ne cherchant pas plus loin. Tu as toujours ces petites sensations quand il t’embrasse, toujours un mélange de tendresse et de désir. La flamme reste intacte, brûlant toujours aussi fort. C’est le plus important. Ça fait tellement de bien.

Tu n’avais jamais vécu de telles sensations avec un autre. Tous ces petits signes commencent à t’ouvrir les yeux, à te faire comprendre que tu avais tendance à t’amouracher de mauvais gars.


J’adore qu’on me joue dans les cheveux. Je ne sais pas pourquoi, mais c’est la chose qui m’apaise le plus, qui me détend tout en me donnant de légers frissons agréables. Alors que ça arrive en même temps qu’un baiser, je fonds. Je suis tellement bien avec Shin, j’espère que ça ne s’arrêtera pas. À la fin du baiser, je ne peux m’empêcher de lui exprimer une fois de plus tout cet amour que j’ai pour lui. Je le lui dis peut-être beaucoup, mais comme ça ne semble pas le déranger, je ne m’en prive pas. Puis, l’entendre le dire en retour est toujours si plaisant. À mes yeux, tant que l’amour est là, ces mots ont une réelle signification, qu’on les dise souvent ou non. Je n’ai plus envie de le lâcher, c’est si agréable d’être entre ses bras, la tête posée sur son épaule, de sentir ses doigts dans mon dos et ce baiser dans mes cheveux. J’espère quand même qu’ils ne goûtent pas trop le chlore. J’ai toujours en tête de faire attention où j’envoie mes mains sur lui, même si j’adore sentir les muscles du dos au toucher... Après un instant passé comme ça, il est temps de se changer. On ne peut pas passer des heures ici. Si on commence, ça risque d’être très difficile à arrêter. Même si... même si on n’est pas obligé de se rendre au bout. En tout cas, sentir son regard sur moi me donne des envies. Il faut que je les refrène. Et quoi de mieux pour ça que d’aller m’occuper de lui, faufilant mes doigts sous son haut, pendant qu’il me touche les épaules? Par contre, je suis surpris par sa réponse. Ordre? Ça doit être qu’une façon de parler, en vue de l’attitude qu’il adopte ensuite. Il ne tarde pas à se dévêtir à son tour, et il me fait tellement envie. Plus encore quand il me colle, m’embrassant le cou. Hum... Mes mains reviennent naviguer dans le bas de son dos, évitant de descendre plus. C’est une chance qu’on ait cette chambre pour la nuit. Un murmure, lui annonçant clairement que je ne compte pas passer à côté de l’occasion. Il va falloir que je fasse de mon mieux pour ne pas être trop bruyant, mais ce n’est pas bien grave.

Ça l’est peut-être plus pour les autres occupants de la maison qui vont vouloir dormir...

Doucement, je viens aussi déposer quelques baisers dans son cou, remontant sur sa joue. Ça fait quand même du bien d’être là comme ça, non? Une petite question que je murmure, avant de me décaler juste un peu, le regardant avec le sourire. Je tiens à profiter encore un peu de cette proximité, avant de me dire qu’on ferait mieux de passer à la suite. Je n’ai pas très envie d’avoir Hei qui fait des bêtises. Je me souviens qu’Azy m’a parlé qu’il a une notion d’intimité bien en marge de la sienne. On s’habille? Je dis ça, mais je continue de lui effleurer la peau...



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1618

Région : Johto
Mer 18 Juil - 17:51
Le courant passait plutôt bien entre Shin’ et Hei, pour le moment. Il pensait qu’il serait bien plus simple de s’entendre avec lui qu’avez Azamir, et il ne pensait pas se tromper. S’il suffisait juste d’éviter que Master ne casse tout dans la maison, c’était plutôt facile à ses yeux. De toute manière, avec son sale caractère, le sbire n’avait aucune intention de le laisser agir comme bon lui semblait. Jusqu’à présent, il ne paraissait pas frustré par le manque de liberté d’action, plutôt intrigué par l’habitat et les deux nouvelles personnes qu’il rencontrait. Pour autant, le schizophrène savait que le changement de comportement de son allié pouvait intervenir à n’importe quel instant, de ce fait, il se montrait prudent à son écart. Ils discutèrent ensuite d’Azy, de leurs ententes plus précisément. Il y avait encore du travail à faire mais, en soi, le sbire était rassuré de constater que Ferir avait la même impression que lui ; il y avait du mieux. Il ne se voyait pas vanner le ranger quant à son asociabilité, étant sujet au même problème… Bien qu’effectivement, actuellement, il ne donnait absolument pas cette impression. Un brin gêné, il ne manqua pas d’expliquer le pourquoi du comment, pensant sincèrement que Ferir était capable de le rendre plus amical qu’il ne l’était en général. De toute évidence, sa remarque fit plaisir à son petit ami et il lui rendit son sourire.

La réplique de Hei lui fit rire un peu, ravi de voir ce léger teint écarlate marquer ses joues.
« Je suis bien d’accord. » Et lui aussi, était sérieux dans ses propos, bien qu’il continuait de sourire. Il trouvait la bonne humeur et l’enthousiasme de son amant communicatif et il se voyait mal, si jamais il tirait la gueule pour une raison ou une autre, continuer de le faire face à la positivité de son partenaire. Sur le coup, il ne pensa pas un instant aux homophobes qui pouvaient trouvé effectivement à redire ; il n’y avait pas de doute à avoir quant à son orientation sexuelle. Mais, en soi, que Ferir ait effectivement quelques traits du stéréotype gay ne le dérangeait pas. Il trouvait que ça rentrait dans son charme général et comme il était complètement charmé… Il ne désirait en aucun cas qu’il change quoi que ce soit. Il questionna sur la cigarette, ayant une légère moue désolée face au Kantonien qui s’abstint de tout commentaire, ce qui n’était pas plus mal, il devait l’avouer. Savoir qu’il ne serait pas seul quand il irait fumer le fit avoir un léger sourire. Il y avait de fortes chances qu’ils discutent un peu plus avec Hei pendant ce temps, ce qui ne le dérangeait pas outre mesure. Il avait l’air d’être un chic type.

Une fois dans la chambre, Shin’ ne manqua pas de congédier Master, préférant limiter ses gestes pour ne pas avoir à le regretter ensuite. Il n’avait pas spécialement envie de lui courir après lorsqu’il serait complètement nu, le temps de se changer… Bref. Les mots d’Azamir le perturbèrent et il se demanda vaguement comment il pouvait agir pour esquiver le sujet et il préféra profiter de leur intimité pour fondre sur les lèvres de son partenaire. Cela faisait un bon moment maintenant qu’il voulait le faire et il en profitait donc pour agir. Glissant ses doigts dans les cheveux de Ferir, il sourit face à la déclaration, y répondant à son tour. Il s’attarda sur quelques attentions légères, quelques caresses et de petits baisers. Il observa son petit ami lorsqu’il se dévêtit, essayant de calmer les pensées qui lui venaient en tête. Il pensait bien qu’Azamir et Hei attendaient qu’ils sortent pour commencer à préparer le repas… Même si lui voulait retarder aussi ce moment. Il se disait qu’il pourrait toujours se forcer à manger, en sachant toutefois que ce n’était pas une bonne idée. La dernière fois qu’il avait fait ça il avait été contraint de rendre son déjeuner alors… Il préférait ne pas y penser.

Ce n’était pas vraiment un ordre qu’il reçut, mais il s’amusa à le prendre comme tel. Toutefois, en avisant la réaction de Ferir, il comprit que la « blague » n’était pas totalement passée. Ok, il ne le referait plus. Il ne tarda pas à se trouver dans la même tenue que son partenaire, profitant de la proximité pour gouter son cou, un frisson le parcourant de toute part quant au léger gémissement. S’il devait garder son calme, son partenaire ne l’y aidait pas beaucoup, encore plus avec la suite de sa phrase. Il déposa un autre baiser au coin de ses lèvres cette fois-ci, son regard trahissant les envies qui traversaient son esprit.
« J’ai déjà hâte d’être cette nuit, alors. » Un brin de malice dansa dans ses iris et il lui tira la langue, tendant le cou pour le laisser déposer ses baisers. Un léger soupir passa le seuil de ses lèvres alors qu’il cerclait la taille du Kantonien, caressant le bas de son dos, luttant pour ne pas se retrouver au niveau de ses fesses. Il acquiesça au murmure, plongeant son regard dans celui de son amant. « J’adore nos moments à nous… » Il regrettait juste qu’ils soient si rares, même s’il n’y avait pas réellement d’amélioration à adopter, pour le moment. Leur travail respectif leurs demandaient beaucoup de temps, d’autant plus qu’il avait la charge d’un enfant et qu’ils ne vivaient pas dans la même région. Il avait hâte, finalement, que Kane et Ferir se rencontrent. Au moins une fois chose faite, il pourrait plus facilement l’inviter à Doublon’, même s’il gardait en tête que le refuge ne pouvait être laissé seul même pour une nuit. Le casse-tête…

Il était effectivement temps de s’habiller, mais il comprenait bien que son amant n’était pas pressé. Lui non plus, d’ailleurs.
« On devrait, ouais… » Il frémit face aux caresses, venant à nicher sa tête dans son cou pour profiter une dernière fois de sa chaleur. Un tendre câlin suivi d’un petit baiser qui se voulait innocent à la base, mais qu’il approfondit au final plus qu’il ne l’aurait désiré. Il y mit un terme cependant avant de trop s’enflammer, affichant une légère moue contrarié. « J’aimerai tellement aller plus loin mais… » Ce fut à contrecœur qu’il se dégagea de l’étreinte. « Plus tard, je crois qu’on nous attend. » Il eut un petit sourire, passant une main dans ses cheveux avant de se diriger vers son sac. Il y récupéra des affaires propres, les enfilant sans réelle conviction –T-shirt blanc et bermuda pour être à l’aise-. Son regard avait tendance à se tourner régulièrement vers Ferir, n’aimant guère le voir se rhabiller, quand il y pensait. C’était toujours mieux dans le sens inverse. Il chercha son paquet de cigarettes, n’oubliant pas qu’il désirait fumer. Et maintenant, ils leurs restaient qu’à sortir, même s’il n’en avait pas spécialement envie. Il luttait pour ne pas fondre à nouveau sur ses lèvres qu’il trouvait tant désirables. Hum.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 11781

Région : Kanto | Hoenn
Jeu 26 Juil - 4:44
Point de vue de Ferir

L’idée de se changer dans la chambre est excellente. Faudra presque remercier Azy pour ça, c’est lui qui a donné l’idée d’étendre ce qui doit sécher. Après une journée à ne pas être seul, Shin et moi, ça fait tout de même du bien de l’être un instant, enfermés ici. Je sais que ça ne durera pas, mais nous allons pouvoir profiter de nouveau d’un plus long moment lorsqu’il sera temps de nous mettre au lit. D’un autre côté, je me dis que mon ami doit sûrement comprendre. Il sait que je ne peux pas voir mon petit ami tous les jours, qu’on ne peut pas se fréquenter comme on le voudrait. Bon, il y a toujours sa pudeur qui revient à la charge. Maintenant que j’y pense, je ne l’ai pas vraiment vu être démonstratif avec Isiel, les quelques fois que j’ai pu être en leur compagnie à tous les deux. Bref, ce n’est pas très important. Je préfère largement profiter des attentions qui me sont données et en donner en retour plutôt que de me mettre à trop penser. Le baiser, les caresses, la main dans les cheveux... Beaucoup de petits gestes simples qui ont leur effet, qui sont si agréables. Ils me donnent envie de rester ici. Même si nous sommes attendus, nous ne nous pressons pas vraiment. Je pense que les deux autres peuvent attendre un peu avant de commencer le repas, même si je n’ai pas l’envie de voir Hei ouvrir la porte. Et encore moins quand nous sommes tous les deux dépourvus de vêtements. Je sais qu’on ne doit pas aller trop loin, ça sera difficile après de s’arrêter. Pour autant, un peu de tendresse de cette façon, ça fait aussi du bien. L’empressement et le désir sont toujours là, il suffit de les doser pour profiter quand même de l’instant sans en être frustré. Pour ma part, je sais faire, mais j’ignore si Shin est plutôt friand de comportements affectifs avec l’intention que ça aille plus loin, quand il en a. Je ne peux pas dire que je connais tout de lui. Ça viendra avec le temps, et dans plus long qu’avec une personne qu’on côtoie au quotidien..., mais on n’a pas vraiment le choix de faire ainsi.

Parfois, tu te questionnes à savoir si t’es le seul entre vous deux à trouver la distance pénible. Tu te sais moins indépendant que bien du monde, mais pas au point d’être un dépendant affectif.

Je sais que mon comportement n’aide pas à ne pas céder à la tentation, sauf qu’on ne peut pas vraiment là maintenant. Nous sommes les invités, ça serait assez impoli de nous enfermer pour ça alors qu’ils nous attendent pour le repas. Je sais que ça serait le meilleur moyen qu’Azy se ferme pour le restant de la soirée, il serait même fâché après moi. Ce n’est pas comme quand il était un invité chez moi et que j’ai ramené Shin. Voilà pourquoi j’ai hâte d’être à ce soir, de pouvoir laisser libre cours à nos envies parce qu’ils seront eux aussi au lit. Il semblerait que Shin partage mon point de vue sur le sujet, me faisant doucement sourire après ce court bisou au coin de mes lèvres. Et son comportement me fait toujours rire, bien que j’en viens à avoir envie de lui déposer des baisers dans le cou. Il ne proteste pas, me laissant faire, tandis que ses doigts jouent au bas de mon dos. Ça fait remonter des frissons de plaisir, comme je les aime. C’est parfait si tu les adores, il y en a plein d’autres à venir. Bien que j’aimerais qu’ils soient plus fréquents, je préfère me concentrer sur le positif. Il n’y a pas de raison pour que ça s’arrête, non? Du moins, j’essaie de m’en convaincre parce que ça reste une inquiétude, tant que je n’ai pas rencontré Kane... Bien que Milla ait cherché à me rassurer, peut-être que le petit ne m’aimera pas ou qu’il ne veut pas que son père fréquente quelqu’un. Et si c’est le cas, ça devient tout de suite plus compliqué de se fréquenter. Mais bon, je ne dois pas me pourrir les idées avec des hypothèses négatives. Je tiens à passer une bonne et agréable soirée. Il serait grand temps de nous rhabiller, mais on dirait bien qu’aucun de nous n’en a réellement envie. Bien que Shin acquiesce, il n’essaie pas d’arrêter mes attentions. C’est signe qu’on est bien, comme ça. Et puis, je crois qu’Azy et Hei peuvent comprendre. C’est vraiment gentil de la part du second de nous laisser sa chambre, même s’il sait ce qu’on va y faire ce soir...

Il se dit qu’il changera les draps demain, tout simplement. Au contraire d’un certain ranger, il n’a aucun malaise avec ça.

Quand mon petit ami vient nicher sa tête dans mon cou, j’ai encore moins envie de cesser les légères caresses dans son dos. Me trouver entre ses bras me plaît beaucoup. J’ai toujours adoré les câlins, donc avec lui c’est encore mieux. Garder le contrôle pendant l’embrassade qui suit est plutôt difficile. C’est Shin qui parvient à se reculer en premier, et je dois assurément arborer la même moue que lui. Oui, ça ne serait pas très poli avant le repas. J’échappe un léger rire, avant d’apporter une autre précision. Puis, de ce qu’Azy m’a dit, Hei a une notion bien décalée de l’intimité. Il pourrait revenir sans frapper... Pas que je sois si pudique, mais tout de même, je n’ai pas très envie que ça arrive. Nouveau rire en imaginant la scène. Et avec son humour tout aussi décalé, il y aurait des chances qu’il nous propose de rejoindre, et ça serait difficile de savoir s’il est sérieux ou non. Et qu’il le soit ou non, pour moi ça sera hors de question. Ça me fait réaliser que j’ignore ce que Shin pense de ce genre d’expérience. Peut-être que je le découvrirai dans les prochains instants. En tout cas, alors qu’il se détourne pour s’habiller, je fouille aussi dans mes affaires pour faire de même. J’en sors un T-shirt bleu et des shorts longs blancs, avec évidemment des boxers aux motifs d’un dessin animé. Désormais vêtu, j’affiche un sourire en me tournant vers mon copain, allant le serrer une autre fois contre moi. Un innocent câlin, cette fois. On y va? Je me saisis de ma serviette et de ce qui est mouillé pour l’apporter dehors. On se dirige donc vers la porte au fond du corridor, pour sortir derrière la maison. Azy se trouve sur le balcon, il devait nous attendre. Il y a un étendoir pour les vêtements, donc je m’occupe moi-même de tout placer, et je me propose pour Shin, s’il le veut. Alors, vous voulez manger quoi? Mon ami et son désir de planification, le retour! Bon, je comprends que si on part sur quelque chose de plutôt long à faire, qu’il ait envie de se lancer maintenant. Pas besoin de quelque chose de compliqué, je pense. N’importe quoi m’irait, même tes trucs super santé. Ça me fait rire, une fois de plus. Je sais que Hei risque de s’en plaindre. D’ailleurs, je me demande bien où il est passé.

Mais bon, tu te dis qu’il est libre de faire ce qu’il veut, donc ton attention revient vers ton petit ami.

On a de la pâte pour faire des pizzas, et assez de choix pour faire des garnitures différentes. Oh, ça ça me plaît! Il aurait pu le dire dès le début au lieu d’essayer de nous faire penser à ce qu’on a envie de manger. Je suis tellement indécis et il le sait pourtant. Oh oui, tu en dis quoi? Question que j’adresse à Shin, me disant que ça pourrait sûrement lui convenir. Après une journée à bouger dans l’eau, on peut bien se permettre de la pizza!



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1618

Région : Johto
Mer 1 Aoû - 19:29
Shin’ appréciait réellement ce moment, même s’il savait qu’il ne serait que de courte durée. La journée avait été chouette, quoi qu’un peu éprouvante pour lui. Il s’était montré plus ou moins collant pendant l’après-midi après sa petite crise, mais la présence d’Azamir l’avait fait se calmer sur sa nécessité de profiter de la chaleur de son petit ami. Ou plutôt, il s’était freiné pour ne pas embarrasser le ranger, comprenant parfaitement qu’avoir l’impression d’être la troisième roue du carrosse, c’était naze. Avoir la chambre l’espace de quelques minutes rien que pour eux lui permettait de ne plus retenir ses envies affectifs. En général, il n’était pas du genre à coller son partenaire au point d’en devenir une sangsue. En général. Pour autant, il aimait à sentir l’autre près de lui, pour des caresses, des baisers et cela même si ça restait dans la simplicité. Il devait avouer qu’à rester comme ça, des pensées moins sages allaient finir par se manifester, mais il doutait que les laisser s’exprimer serait une bonne idée. Il commençait seulement à bien s’entendre avec Azy, il serait dommage de tout faire foirer parce qu’il n’était pas capable d’attendre encore un peu. Toutefois… Ferir lui faisait envie, d’autant plus avec les attentions qu’il lui accordait.

Il ne manqua pas d’exprimer son bien-être à voix haute, faisant glisser ses doigts sur la peau du Kantonien. Ses baisers le firent frissonnés et la réponse qu’il obtient le fit arborer un sourire doux.
« Génial. » Il y avait de l’engouement dans sa voix ainsi qu’une pointe de malice dansant dans ses iris. Savoir qu’ils n’étaient pas prêt de s’arrêter et qu’ils étaient toujours aussi emballés l’un par l’autre lui faisait du bien. Cela faisait taire les quelques pensées paniques qui s’emparaient de lui, parfois, quand il se mettait à trop réfléchir. Il était rassuré, aussi, de savoir qu’il pouvait et qu’il arrivait à accorder une confiance aveugle envers son petit ami ; c’était un sentiment agréable qui lui permettait de rester les pieds sur terre, sans risquer de partir dans des délires grotesques. Et c’était chouette, vraiment. Il stressait encore un peu quant à la rencontre avec Kane et regrettait qu’elle n’ait pas encore eu lieu mais… Il était plutôt confiant. Il ne voyait pas pourquoi l’enfant n’apprécierait pas Ferir. Ce n’était pas dans son caractère et tant que son ami ne se positionnait pas en « nouveau papa » - ce qu’il savait déjà qu’il n’allait pas faire-, il n’y avait aucun risque aux yeux du sbire.

Il était temps, désormais, de s’habiller pour retourner dans le salon, histoire de continuer la soirée. L’idée de devoir faire un choix pour le repas lui était sortie de la tête et il préférait largement continuer de câliner Ferir, s’emballant un peu trop peut-être lorsqu’il vint quérir un baiser. Il réussit par il ne savait quelle force à se stopper avant d’aller trop loin, ce qui était d’autant plus dur à faire en avisant la moue qui se dessina sur le visage de son partenaire. Mais oui, ce ne serait pas poli de leur part et le sbire ne désirait pas créer d’embrouilles, alors il acquiesça doucement. Il fronça un peu les sourcils quant à la suite, riant aussi à ce qu’il apprenait sur le fameux Hei.
« C’est… Plutôt inattendu. Après ça dépend s’il est gay ou non. » Peut-être un détail, mais qui avait toute son importance pour le sbire. Il se montrait bien moins jaloux lorsque le mec concerné était hétéro, ne le prenant pas pour une menace. Par contre s’il était homo ou bi… C’était une autre histoire. Et étant donné qu'il n'avait vu Hei que durant un laps de temps assez court, il n'était pas capable de dire de quel bord l'homme était. « D'accord, ben il aurait qu’à nous rejoindre alors. » Il déconnait, évidemment. Même s’il avait déjà expérimenté la chose et que cela lui avait plutôt plu, il ne pensait pas en être capable avec le Kantonien… Nul doute qu’il était trop possessif pour ça. « Je plaisante, mais juste pour savoir… Ton point de vue sur les plans à trois ? » Il ne savait pas si c’était une bonne idée de poser la question et il ne voulait pas que Ferir s’imagine qu’il voulait tenter le truc, mais au moins il pouvait savoir s’il était fondamentalement contre ou pas. Dans l’un comme dans l’autre cas, le schizophrène s’adapterait. Il n’était pas du genre à imposer, de toute façon.

Après s’être rhabillé à contrecœur, il profita du dernier câlin avant de quitter la chambre. Évidemment, il rendit le sourire, récupérant ses affaires mouillées pour les faire sécher. Il suivit son petit ami à l’extérieur, constatant qu’Azamir semblait les attendre. Il remercia le Kantonien quand il vint à lui proposer d’étendre ses affaires, tiquant davantage à la question que le ranger leur posait. Il n’avait pas réfléchi, et il ne se sentait pas capable de dire qu’il n’avait pas faim. Pas encore. Comme s’il cherchait une échappatoire, il se tourna vers Ferir, ravi de l’entendre prendre la parole. N’importe quoi, ça lui allait. De toute manière, soit il se forçait à manger et ça risquait de mal se passer pour lui, soit ça se passait bien comme ça arrivait parfaitement –et il espérait que ce serait le cas-, soit… Il avouait enfin avoir un problème de nutrition. Mais ça, c’était plus facile de le dire que de le faire. Il sentait une pointe de nervosité l’envahir petit à petit, alors qu’Azy leur proposait des pizzas. Hum. Y avait peut-être moyen que ça passe, finalement. Ou pas… Il ne savait pas trop.


« Ça me va très bien. »

Difficile de dire autre chose, surtout en vue de l’engouement que l’idée générait chez son petit ami. Il avait cette sensation étrange qu’il ne pouvait rien lui refuser, de toute manière, même s’il n’était pas autant emballé. Il avait la sale tendance à fixer son attention sur la nourriture et tous les problèmes que cela générait chez lui… Et pour l’instant, il espérait surtout réussir à convaincre qu’il agissait normalement. Il n’était pas totalement sûr de lui, pour le coup. « Au fait, Mister Hei, il est où ? Je devais l’attendre pour fumer. » L’envie de cloper était revenue au galop, comme souvent lorsqu’il commençait à se sentir nerveux. Il avait déjà récupéré la cigarette, la calant en attendant derrière son oreille. Il se demandait aussi s’il avait le droit de fumer sur le balcon, ou s’il devait sortir de la maison pour s’éloigner un peu. Par réflexe, il chercha des yeux un cendrier qui pourrait lui donner une réponse concrète. Et Mister Hei, eh bien… C’était pour le jeu de mots. Mister Hei, Mister Hyde, voilà quoi. Oui, il avait un humour pourri et il l’assumait.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 11781

Région : Kanto | Hoenn
Jeu 30 Aoû - 5:43
Point de vue de Ferir avec Aza et Hei

Nous ne pouvons pas nous attarder plus longuement dans la chambre, bien que ce petit moment à nous est le bienvenu et qu’il a tendance à nous donner des idées. La soirée devrait être agréable, mais il me faut admettre que j’ai aussi hâte au moment que nous irons chacun dans nos chambres, ou le salon pour Hei. En tout cas, Shin semble heureux de savoir qu’il y aura d’autres attentions. C’est évident que ça ne s’arrêtera pas. Je ne vois pas de raison qui causerait notre séparation, à moins que ça se passe mal avec son fils... J’ai hâte que cette étape soit derrière nous, j’ai hâte de le rencontrer. Quelque part au fond de moi, je... je l’envie d’avoir eu cette chance d’obtenir la garde d’un enfant. J’aurais bien voulu en avoir un aussi, adopté évidemment. Je ne sais pas s’il serait d’accord pour en avoir un deuxième..., mais dans tous les cas, il est bien trop tôt pour en discuter. Un jour, peut-être... J’aimerais ne pas me miner le moral avec ça, je me sens bien et la journée se déroule mieux que je l’appréhendais, donc je n’ai pas de raison de me sentir triste! Les attentions de mon petit ami m’aident beaucoup, cette proximité avec lui dont je ne me lasse pas. Des gestes qui s’enflamment presque et qu’il faut calmer puisque nous sommes attendus. Pour aider à nous bouger, je lui parle de ce qu’Azy m’a dit sur son colocataire, soit qu’il a une notion de l’intimité bien en décalage avec la majorité des gens. En plus, avec un sens de l’humour aussi douteux, nul doute qu’il se ferait plaisir de nous rendre mal à l’aise en nous proposant de se joindre à nous. Shin semble trouver ça drôle, en vue de son rire. Bon il faut admettre que ça l’est, sauf que je trouve que ça le serait moins si ça arrive vraiment. Ah, mais les taquineries de tout à l’heure ont aussi un sens réel, Hei veut coucher avec Azy. J’échappe un rire, me disant que ce n’est pas près d’arriver. Même si mon ami a mentionné qu’il ne serait pas contre avoir une expérience, il est tellement pudique que ça ne risque pas d’arriver! Sinon, Hei est très très ouvert de ce que j’ai compris, plus que bisexuel même.

De ton côté, il n’y a aucune attirance envers la gent féminine. Il y a même des réactions de recul si une femme te touche.

La phrase suivante, je suis surpris. Ça ne le dérangerait pas que Hei nous rejoigne...? C’est évident que ma stupéfaction est imprimée sur mon visage. Pour ma part, je n’aurais pas dit oui à ça, je n’en ai pas envie. J’ai déjà fait un rêve dans lequel il y avait Azy avec nous (et il vaut mieux que je n’y songe pas sinon je vais rougir tout seul)..., mais pas son colocataire. J’allais donc dire que je ne voudrais pas, mais il me prend de court en mentionnant qu’il plaisante, sauf qu’il me demande tout de même mon avis sur les plans à trois. La question est sérieuse en plus. Euh... Je me sens devenir rouge au visage. Je ne m’attendais pas à une question si directe à ce propos. Ça ne me dérange pas d’en discuter avec lui, c’est toujours bien de pouvoir parler de sexualité dans un couple, mais ici et maintenant, je ne suis pas sûr que ça soit le cadre idéal. M’enfin, je parviens à me ressaisir assez pour aligner plus qu’un mot. Honnêtement, je n’ai jamais essayé. C’est difficile de dire ce que j’en pense et d’avoir un point de vue dans ces circonstances. J’ai alors un petit rire embarrassé. Je présume que lui a essayé, je ne sais pas pourquoi j’ai cette impression. Je me montre honnête dans cette réponse, c’est ce qu’il faut. Je ne dois pas affirmer quelque chose que je pense qui lui ferait plaisir sans que ça ne me fasse pas plaisir à moi ou que ça me rende mal à l’aise. Je ne suis pas sûr que j’aurais envie d’essayer, admis-je ensuite. T’avoir avec moi, c’est sûr que c’est rassurant, mais je ne sais pas si ça me plairait qu’il y ait quelqu’un d’autre... Tu t’occupes tellement bien de moi que je ne sens pas ce besoin. Nouveau rire, mais en même temps je m’inquiète à savoir si moi je ne lui suffis pas pour qu’il me demande... Mais ça ne doit sûrement pas être ça, je présume que ça se voit quand notre partenaire n’est pas satisfait...

Il y a la distance qui pèse, et ce, même de ton côté. Ce n’est pas pour rien qu’il t’arrive de l’appeler pour avoir des discussions un peu plus... osées, disons-le ainsi. Même si ça te gêne chaque fois.

Bref, il est temps de réellement nous bouger, alors on s’habille. Il nous faut tout de même un dernier câlin avant d’en arriver à sortir de la chambre, nos affaires mouillées entre les mains. Je m’occupe d’étendre dehors, plaçant le tout à côté des choses d’Azy qui nous attendait. J’ai un sourire quand Shin me remercie de le faire pour les siennes, puis mon ami ne tarde pas à nous redemander ce que nous voulons manger. Je ne suis pas surpris qu’il insiste, il est vrai que je commence à avoir faim aussi. Et le temps de préparation, je risque d’être affamé. Ils habitent un peu trop loin pour la livraison des restaurants. De toute façon, ça ne serait pas possible à cause du ranger... S’il est ici, c’est pour faire profil bas, pour qu’on ne lui fasse plus de mal comme c’est survenu il y a quelques mois, ce qui l’a décidé à quitter Kanto en s’inscrivant comme challenger à la Ligue. Mais bon, tout va bien maintenant et c’est tout ce qui compte! Je réponds donc que n’importe quoi me convient, je ne suis pas difficile. Azy nous propose alors des pizzas maison et je suis enthousiaste, préparer les diverses garnitures pourrait être une activité en soi. Par contre, comme ce midi, Shin ne semble pas très emballé. Il n’a pas vraiment mangé et nous avons dépensé beaucoup d’énergie... Au moins, les pizzas lui conviennent, c’est un bon point. Je ne vois pas à qui ça ne conviendrait pas, c’est si bon! On pourra vous aider avec les garnitures. Je me sens presque comme un enfant, ça nous permettra de discuter tous ensemble. Azy m’adresse un signe de tête ainsi qu’un léger sourire. C’est plus agréable de le voir détendu comme ça. Shin demande ensuite où se trouve Hei (c’est bizarre, cette appellation avec Mister), ce que je ne sais pas non plus. Il était dans la cuisine, je présume qu’il... Il n’a pas le temps de finir sa phrase qu’on entend la porte ouvrir. Le voilà.

Le concerné se sent soudainement observé, affichant une expression qui demande clairement « Quoi? Qu’est-ce que j’ai fait? ».


Il a sa cigarette entre les doigts, se dirigeant vers la table posée sur le balcon. On pourra même manger là, je pense. En virant le cendrier de là, je n’ai pas l’envie qu’ils fument pendant qu’on mange... Mais ça, je pense qu’Azy aura plus d’autorité que moi pour le demander et qu’il ne se gênera pas pour le mentionner. Tu m’rejoins? Hei s’adresse évidemment à mon petit ami. Du côté du ranger, il ne tarde pas à vouloir s’éclipser. Je vais aller préparer la pâte à pizza, c’est ce qu’ils ont choisi de manger. La fin concerne son colocataire, qui lui répond d’un signe de négation de la tête. Relaxe un peu. Venez tous vous asseoir, on ira préparer la bouffe ensemble. Pour ma part, je trouve que c’est une bonne idée alors je vais m’installer à une des chaises libres, veillant à me positionner pour que le vent ne m’envoie pas la fumée dessus. Azy prend un peu plus de temps, mais il décide de se poser sur la dernière chaise. Ça fait du bien de s’asseoir après une journée comme celle-là. En plus, on ne tarde pas à voir les Pokémon d’Azy qui s’approchent, curieux. Je trouve toujours ça très dommage pour ceux de Hei, il ne les laisse pas constamment en liberté comme notre ami. Et j’avoue que je n’en comprends pas les raisons... En tout cas, je ne vais pas parler de ça maintenant, ça risquerait de miner l’ambiance. Alors, cette journée au parc aquatique? Il fixe ensuite Shin. Y devait pas y avoir ton fils ou j’ai mal compris un truc? Je me sens un peu mal quand même que Hei soit resté ici alors que nous partions ce matin d’ici pour aller au parc aquatique. Mais il ne semblait pas très intéressé et ça aurait pu mettre à mal mon idée d’organiser une sortie pour que mon petit ami et mon meilleur ami apprennent à mieux se connaître et qu’ils soient capables d’être en présence de l’autre sans avoir une mauvaise ambiance. Pour le coup, ça me semble plutôt réussi et j’en suis content. Je laisse Shin répondre, enchaînant après. C’était chouette! On s’est bien amusé et on a même eu droit à de super prouesses d’Azy pendant le jeu des pistolets à eau! J’adresse un sourire au concerné, n’ayant pu m’empêcher de faire référence à ce qui s’est passé, me provoquant un fou rire.

Tu t’attendais à toutes sortes de réactions plus ou moins fermées, mais le concerné hausse un sourcil.
Les tiennes aussi étaient pas mal. Tu en ris, content qu’il ne prenne pas la mouche. Mais moi, elles étaient prévisibles. L’important, c’est que tu te sois amusé malgré tes nombreuses chutes. Franchement, je suis vraiment content de cette journée. Un sourire sincère étire tes lèvres tandis que ton regard va vers les deux hommes qui t’ont accompagné. Tu espères pouvoir en vivre d’autres comme ça.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1618

Région : Johto
Jeu 13 Sep - 17:27
L’instant faisait du bien. Il se sentait épanouie, comprenant toutefois qu’il fallait qu’il calme un peu ses ardeurs. Pour autant, pouvoir un peu plus profiter de son petit ami dans cette intimité lui donnait des idées, bien qu’ils devaient s’arrêter là. De toute manière, il avait confirmation qu’ils pourraient s’adonner à leurs jeux plus tard. Bizarrement, il avait déjà hâte d’aller se coucher. Il comptait néanmoins profiter aussi de la soirée pour se détendre et pourquoi pas en apprendre davantage sur leurs hôtes tout en passant un bon moment. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas fait ce genre de sortie et il était plutôt content d’en être. Il en apprit davantage sur Hei en tous les cas, avec sa notion d’intimité particulière. Le sbire ne manqua pas de mentionner que cela dépendant de l’orientation de l’homme… Et il fut particulièrement surpris par les mots de Ferir, bien qu’il se joignit à lui pour rire. « Sérieux ? J’ai cru que c’était juste pour jouer sur sa pudeur… Mais ok d’accord. Il a ses chances ? » Il ne pouvait pas s’empêcher d’avoir un sourire taquin. Du point de vue du schizophrène, Azamir avait plutôt une forte image d’hétéro dans sa tête… Mais ce ne serait pas la première fois qu’il se plante sur ce genre d’informations, étant un peu boulet sur les bords quand il s’y mettait.

Il acquiesça quand son petit ami précisa un peu plus, pour Hei. Il évitait de dire qu’il était un peu comme lui, du coup. Quoi que… Il n’était plus sûr que c’était réellement encore d’actualité, cette histoire de bisexualité. Il avait eu une passade, mais depuis qu’il était divorcé, il était facile de comprendre sa préférence pour les hommes, en regardant son tableau de chasse. Le fait aussi qu’il ne s’était jamais engagé et qu’il n’envisageait pas d’ailleurs une relation avec une femme le faisait douter de son orientation, se confortant en se disant que ce n’était que purement sexuel. Et comme il était maqué –et heureux de l’être-, la question ne se posait même plus. Il plaisanta sur l’invitation pour l’homme à les rejoindre, son sourire s’atténuant quelque peu en observant l’étonnement net qui se dessina sur le faciès de son chéri. Ok donc cette blague, il ne l’avait pas vu venir… Il fallait peut-être qu’il se calme sur les blagues débiles. Pour autant, il était curieux de connaitre le point de vue de son partenaire, sur les plans à trois. Lorsqu’il posa la question, il n’exprimait aucun désir particulier ; c’était de la simple et pure curiosité.

Il résista à l’envie de le câliner en avisant son rougissement, trouvant toujours cela adorable. Il apprit ensuite que Ferir n’avait pas tenté l’expérience. Ce n’était pas surprenant en soi, il n’y avait pas tant de personne qui avait franchi le cap. Pour sa part, le sbire ne savait pas s’il était autorisé à en parler ou s’il allait devoir faire face à un boudage en bonne et due forme alors… il tint sa langue, pour l’instant. Peut-être qu’au fil de la soirée, si la conversation déviait sur le sujet et qu’il était un peu alcoolisé, il en dirait plus mais en vue de l’expression de son partenaire, il pensait qu’actuellement cela n’apporterait rien de productif et d’utile. S’il s’était un peu écarté pour ne plus être tenté et tâché de s’habiller, il revint néanmoins près du Kantonien, posant doucement ses mains sur ses hanches. Il acquiesça au premier mot, souriant à la suite. Il devait avouer que ça faisait plaisir à entendre. Il déposa un baiser sur son nez, continuant d’acquiescer au passage.
« Ça me va. Désolé si ma question t’a perturbé, j’ai tendance à poser des questions sérieuses un peu trop légèrement. Mais je prends note. » Il alla lui donner un bisou sur la joue, s’approchant un peu de son oreille. « De toute manière, je ne suis pas trop d’accord pour te partager avec qui que ce soit et je suis déjà comblé alors… » Il sourit, finissant par s’éloigner pour s’habiller. Au moins, il était fixé.

Ils rejoignirent –enfin- Azamir à l’extérieur afin de faire sécher leurs affaires. Le ranger n’attendit pas pour demander ce qu’il voulait manger, mettant par la même occasion le sbire mal à l’aise. Il faudrait bien, qu’à un moment ou un autre, il avoue la vérité. Il refusait toujours de l’admettre, mettant la révélation à plus tard, continuant de penser qu’avec de la chance, il pourrait faire croire qu’il avait un appétit normal. Il se trompait, de toute évidence. Il n’avait pas remarqué que son petit ami était déjà intrigué par son manque d’entrain alors qu’ils avaient passés une journée fatigante au parc aquatique et qu’il n’avait déjà rien mangé au repas de midi. Heureusement, aucun commentaire ne se fit en ce sens et il se contenta d’acquiescer à l’idée de son petit ami. Préparer les pizzas ne le dérangeaient pas, ayant pris l’habitude de cuisiner. Il sourit légèrement face à l’enthousiasme de son partenaire, demandant ensuite où se trouvait Hei. Sa « blague » ne fit rire que lui apparemment, mais ce n’était pas un problème. Comme si parler de lui suffisait à le faire apparaitre, il vint à les rejoindre, arborant une expression qui ne manqua pas de faire rire doucement le sbire. Ils avaient tous trois tournés la tête vers lui alors… Ça devait être un brin flippant, quand même.

Il ne tarda pas à sortir son paquet de cigarette de sa poche, acquiesçant quand Hei lui demande s’il le suivait. Il n’avait pas oublié et il lança un regard désolé à Ferir ainsi qu’un petit sourire. Avant de se diriger vers la table du balcon, il alla déposer un simple baiser sur les lèvres de son partenaire, avant d’avoir une haleine de cendrier. Azamir ne manqua pas d’essayer d’esquiver la situation, voulant s’isoler pour préparer la nourriture. Toutefois, il fut rapidement rattraper par Hei et ses paroles, faisant naitre un énième sourire sur les lèvres du schizophrène. Il était plus attentif à la relation entre les deux-là, surtout après la révélation que son petit ami lui avait faite. Bref, il alla s’installer en faisant attention au sens du vent pour être sûr d’importuné personne, s’allumant sa cigarette et proposant son briquet à Hei, au cas où il aurait la flemme de sortir son feu. Son regard se perdit quelque peu sur les pokemon qui les entouraient, ayant un léger sourire en remarquant que Tsuku se mêlait à eux avec plus ou moins de succès.

Il reporta son attention sur les hommes en sa compagnie, en particulier le colocataire du ranger. Il eut un petit rire gêné, se passant la main dans les cheveux.
« Ça, c’était sans compter sur la venue impromptue de la fièvre à trois heures du mat’. Je suis un peu à la masse du coup. » Il lança un regard sur son portable qu’il s’était permis de poser sur la table, constatant qu’il n’avait pas de messages. Pas de nouvelles, bonnes nouvelles, non ? « Il est resté à l’appart’ avec ma sœur et sa petite-amie, du coup ce sera pour une autre fois. Mais il va mieux, apparemment. Plus de peur que de mal. » Comme souvent, d’ailleurs. Ça n’arrivait pas souvent que le petiot soit malade et le sbire s’en faisait toujours beaucoup trop. Ce n’était pas pour rien sans doute que Sha’ l’avait poussé à aller quand même à cette journée, puisqu’il allait vite s’en remettre. Bref. Ferir répondit avec enthousiasme à la première question, faisant naitre un sourire taquin sur les lèvres du sbire qui continuait de fumer, tranquillement. Il guetta rapidement la réaction d’Azamir, constatant qu’il ne se vexait pas, enchainant avec les chutes de son petit ami. La répartie était bonne en tout cas et Shin’ ne manqua pas d’acquiescer, rendant le sourire.

« C’était une bonne journée oui, à refaire. »
Bon, si la prochaine fois ça pouvait être dans un endroit moins bondé, il préférerait mais… Ça allait, finalement. Il était plutôt fier d’avoir réussi à gérer, bien qu’il avaiit dû prendre un médicament pour garder son calme. « J’espère juste que ça vous a pas trop embêté de rencontrer Milla. Je m’attendais vraiment pas à ce qu’elle soit là, aujourd’hui en plus. La coïncidence. » Une sacrée coïncidence, il fallait l’avouer.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 11781

Région : Kanto | Hoenn
Mar 25 Sep - 21:11
Point de vue de Ferir avec Aza et Hei

Je ne suis pas étonné que Shin soit surpris par ce que je viens d’affirmer, bien qu’il rit avec moi. Sérieusement oui. C’était aussi, comme tu le dis, une taquinerie concernant la grande pudeur d’Azy, mais ce n’est pas tout pour le coup. Quant à ses chances, je ne pense pas. Je m’arrête quelques instants. Je ne suis pas certain que les deux voudraient que je raconte l’incident dont mon ami m’a parlé, donc il faut que je trouve une autre façon de formuler. De ce que je sais, Azy a une bicuriosité, mais de là à dire qu’il serait réellement prêt à tenter, et avec Hei en plus... Ça me surprendrait beaucoup! J’ai ensuite un large sourire, trouvant drôle par avance ce que je m’apprête à dire. Puis, je pense qu’il est déjà bien trop accro à Gaeriel pour envisager qui que ce soit d’autre, même pour avoir au moins une expérience avec un homme. C’est pour ça aussi que je lui souhaite de franchir le cap! Parce que c’est triste de se priver, bien qu’avec sa pudeur, j’ai beaucoup de mal à l’imaginer avoir des coups d’un soir... Et comme il est mal à l’aise d’en parler, je ne connais pas grand-chose de sa vie à ce niveau. Bref, je précise ensuite ce que je sais de Hei quant à son orientation. Lui n’a aucun mal à en parler donc j’ai rapidement pu le savoir. Par contre, je ne pensais pas que ma précision quant au fait qu’il pourrait sérieusement nous demander de se joindre à nous amènerait une telle réponse de la part de mon petit ami. Au moins, il me dit vite qu’il blague. Heureusement. C’est juste que la question qui suit me surprend. J’en suis un peu embarrassé sur le coup parce que je ne m’y attendais pas. Ce n’est pas parce que ça me dérange d’en discuter avec lui, au contraire. C’est bien qu’on puisse avoir ce genre de conversation. Donc je lui exprime le plus fidèlement possible mon avis et ma non-expérience dans ce domaine, pendant qu’on tente aussi de s’habiller si on veut sortir de cette chambre sous peu. Par contre, vers la fin, quand j’exprime que je suis comblé avec lui et que je ne ressens pas le besoin d’ajouter une personne à nos ébats, Shin revient vers moi.

Ses mains sur tes hanches ont le don de te donner d’autres idées, mais il ne faut pas y céder maintenant. Puis, ton interlocuteur reste maître de lui en te faisant plutôt un bisou sur le nez.

Suite à sa réponse, j’ai un léger sourire. J’allais lui dire que ce n’est pas bien grave, lui expliquer mon point de vue pour qu’il ne pense pas qu’il ne doit pas me poser de telles questions, mais ce baiser sur ma joue et ce qu’il vient murmurer à mon oreille me fait frissonner. Difficile de garder le contrôle comme ça, mais il s’éloigne alors je peux respirer doucement et tenter de m’habiller, moi aussi. Ça ne me dérange pas que tu me poses ce genre de questions. C’est bien d’en discuter. Ça m’a juste surpris ici, comme on essaie de s’habiller, terminai-je sur un rire. J’espère que c’est maintenant plus clair quant à ma réaction. Parfois, ce n’est pas toujours bien de réagir à tout. J’aimerais pouvoir contrôler mes expressions faciales et mon langage non verbal, mais rien n’y fait. Je n’en ai pas la capacité. Et c’est parfait si j’arrive à te combler. J’avoue aussi que j’aurais du mal à regarder quelqu’un d’autre te toucher... Le toucher et plus... Je ne suis pas spécialement possessif, mais l’idée ne me plaît pas tant, quand j’essaie d’imaginer. D’un autre côté, ça ne serait pas pour rester passif de mon côté, mais quitte à faire quelque chose comme ça, j’imaginais naturellement comme dans ce rêve que j’ai eu avec Azy : les deux s’occupaient de moi... Mais je chasse cette pensée, sachant qu’il n’en a pas tellement plus envie que moi. Finir de remettre mes vêtements et de ramasser ce qui doit être mis au séchage m’aide à vraiment laisser tout cela de côté. Nous voici donc à l’extérieur, avec mon meilleur ami qui nous attendait. Il ne tarde pas à nous poser la question pour le repas, pendant que j’étale nos maillots et serviettes. Des pizzas, c’est parfait comme repas. Des faites maisons en plus, j’imagine qu’elles seront bonnes! Je n’aiderai pas vraiment si je ne veux pas les gâcher... Peut-être couper les légumes et la viande si on en met. Bref, on cherche Hei quelques instants, il finit par se manifester. Les fumeurs peuvent s’installer à la table sur le balcon, après que Shin soit venu me donner un rapide baiser. Il va avoir une moins bonne haleine après...

Tu ne t’en plains jamais, mais il y a effectivement une différence que tu remarques tout de suite. Il faut dire que tu n’as jamais fumé donc l’odeur te marque tout de suite.

J’allais m’installer avec eux, désireux de me poser quelque part après cette journée à bouger dans tous les sens, mais Azy parle de commencer la cuisine. Je n’ai pas très envie qu’il fasse tout seul, même si je sais que pour esquiver le social, il en serait bien prêt. Ce n’est pas ce qui le dérange. Néanmoins, Hei intervient et nous voici tous les quatre assis autour de la table. D’ailleurs, il remercie Shin d’un signe de la tête en se saisissant de son briquet pour allumer sa cigarette avant de le lui rendre dès que c’est fait. Si les Pokémon de mon meilleur ami traînaient autour de nous, ce n’est pas long que l’odeur les éloigne. Ils ne l’aiment pas. C’est une chance que leur dresseur ne fume pas, ça serait compliqué. J’imagine qu’ils s’y feraient, à force. Bref, je porte attention à la conversation qui s’amorce. Mon petit ami répond quant à la question concernant son fils. C’est dommage. Au moins, c’est rien d’grave. Il ne faut qu’une seconde ensuite pour que Hei me fixe. Tu stressais tellement pour rien c’matin. Oui bon, il n’était pas obligé de le dire... Je pense que c’était assez évident sans être mentionné. Je suis toujours anxieux, admis-je en détournant le regard. Mais je ne m’attarde pas sur cette impression et je n’ai pas envie d’en parler plus longuement. Je réponds donc à la première question, mentionnant que cette journée était super, avec en prime de belles prouesses de la part d’Azy. Il faut bien que je le taquine moi aussi, au nombre de fois qu’il ne me manque pas. J’ai craint après coup qu’il s’en offusque (ce qui ne serait pas arrivé si nous avions été seuls), mais ce n’est pas le cas. Il parle plutôt de mes propres prouesses, ce qui me fait aussi sourire.

Et tu pratiques un peu d’autodérision en mentionnant qu’elles étaient prévisibles. Tu as un sens de l’équilibre assez douteux.

Shin renchérit que c’était bien et à refaire, ce qui me soulage. Je crois que ce moment qu’ils ont pu partager ensemble aura aidé. J’aurais aimé savoir de quoi ils ont parlé, mais ils ont refusé de me le dire, c’est vilain pour ma curiosité. Mon copain poursuit, et je suis un peu étonné par ses propos. Ma réaction ne tarde pas. Mais... ce n’est pas de ta faute si elle était là, dis-je en riant avant de poursuivre un peu plus sérieusement. Ça ne m’a pas dérangé, je trouve ça bien de pouvoir rencontrer des personnes de ton entourage. Je lui adresse un sourire. Il faut dire que pour ma part, je n’ai pas un entourage très élargi... Il connaît à peu près tout le monde déjà, d’autant plus avec Hei aujourd’hui. Bref, je regarde ensuite Azy qui semble vouloir esquiver la question. Il faut donc que je le taquine un peu plus sinon le sujet pourrait changer. C’est une trop belle occasion et d’habitude, ça passe bien quand c’est moi. Par contre, ça a froissé la nature sauvage d’Azy, j’en suis convaincu. J’ai un large sourire en le regardant. Il m’observe et je peux déduire qu’il se demande ce qui me prend, tout d’un coup. Ça étonne personne qu’il se comporte comme ça. C’est à se d’mander comment il a pu devenir ami avec Gaeriel par lui-même. La remarque de son colocataire passe un peu moins bien que la mienne. Je voulais poursuivre tout de suite sur mon idée, mais je n’en ai pas eu le temps... T’es chiant. Aucune chance qu’il en vienne à expliquer ses sentiments. Déjà, face à une personne il a du mal alors devant trois... Les deux se fixent un moment, je décide qu’il est temps d’intervenir. C’est pas grave qu’il soit parti, parce que je suis content que ça ait permis à Shin et Azy de se retrouver seuls un moment. Je les regarde tour à tour, souriant toujours. Le regard de mon meilleur ami va vers mon copain pendant quelques instants. Il reste silencieux, mais les mots qu’il laisse entendre me font vraiment plaisir. Hn, c’était sympa. Et il a de nouveau un léger sourire. De toute façon, je sais qu’il est incapable d’en avoir de plus expressifs. Il n’est pas comme moi. Tu vois ça, ça me surprend.

Parfois, t’aimerais que Hei apprenne à se taire... Vraiment. Surtout en vue du regard que lui jette le ranger.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1618

Région : Johto
Ven 28 Sep - 16:52
Le sbire ne s’était pas attendu à une telle nouvelle. Il s’amusait de la situation, n’ayant jamais pensé, en réalité, qu’Azamir puisse se montrer curieux sur sa sexualité. Pour autant, il fallait avouer qu’il préférait se dire, jusque là, qu’il était purement hétéro, ce qui l’aidait en soi à maîtriser sa jalousie mal placée… Cette barrière se brisa lorsque son petit ami lui affirma que Hei désirait sérieusement avoir une aventure avec le ranger, jouant sur cette curiosité. Ah. Le schizophrène réussit à maintenir son sourire, bien qu’il se disait que finalement, ça n’avait pas été tant impossible que ça, un couple Azamir-Ferir… Et l’idée lui déplaisait fortement. Entre temps, il s’était amené et avait conquis le cœur du Kantonien et heureusement, d’un côté. Il en était heureux. Il prenait soin toutefois de garder ses pensées profondes pour lui, ne cherchant pas à exposer cette possessivité qui était un trait négatif à son caractère. La jalousie, ça n’apportait jamais rien de bon, surtout quand il savait qu’il pouvait faire aveuglement confiance à son chéri pour lui être fidèle.

« J’espère que ça marchera pour lui. On pourra se faire des sorties à quatre comme ça. »

Il continuait d’arborer un sourire, l’idée ayant germée dans son esprit. Peut-être que voir Azy en couple l’aiderait à se calmer un peu sur son ressenti. D’ailleurs, il tâchait de concentrer toute son attention sur la pensée qu’il n’y avait aucune raison de s’en faire autant et que leur couple était fait pour durer. Si cela pouvait être le cas entre le ranger et son amie… C’était tout bénéf’ ! Et au moins il n’aurait pas tant à faire attention à se montrer affectif avec son partenaire, n’ayant pas peur de laisser Azamir dans son coin vu qu’il pourrait être occupé lui aussi de la même manière. Ouais, l’idée était sympa mais il ignorait si Ferir était du même avis. En tous les cas, il avait observer ses réactions et le sbire commençait sérieusement à se traiter d’idiot, tant il pouvait être absurde dans ses propres réflexions. Bref.

Sur le ton plus ou moins marqué de la plaisanterie, il s’était enquis de l’avis de son chéri quant aux plans à trois. Il était curieux de connaître son point de vue, sans pour autant imaginer organiser ce genre de situation. Ce qu’il appris était instructif, mais il constatait sans mal qu’une pointe de malaise avait pointée le bout de son nez. Le schizophrène tâcha de rassurer son amoureux, lui confirmant qu’il n’y avait, en effet, pas besoin d’ajouter une troisième personne à leurs ébats, étant parfaitement satisfaits de leurs relations. Il resta tendre dans ses gestes, essayant de se maîtriser. Il savait que s’il venait à l’embrasser à pleine bouche, il risquait fort de ne plus réussir à lui résister. Il éprouvait toujours un profond désir pour lui, surtout en vue des tenues légères dans lesquelles ils se retrouvaient. Il se contenta donc d’un baiser léger sur son nez, caressant doucement ses hanches, s’excusant pour la brusquerie de sa question alors qu’il retournait s’habiller. Il rit à la remarque de Ferir, acquiesçant au passage.
« C’est pas faux. En plus c’est pas évident de te résister. » Il lui lança un sourire, la malice se dessinant au coin de ses lèvres. Ce n’était pas évident du tout, d’ailleurs, mais s’il ne voulait pas gâcher le reste de la journée, il avait plutôt intérêt à se contrôler. « Ça n’arrivera pas. » Un nouveau sourire. Mine de rien, il était content d’en avoir discuter. Au moins, il savait à quoi s’en tenir et savoir que son petit ami ressentait une légère jalousie le rendait bêtement heureux. Il était satisfait ainsi alors il n’y avait pas de raison de mettre davantage de piquant dans leur relation.

Après avoir – enfin ! - réussi à s’habiller, ils quittèrent la chambre pour rejoindre l’extérieur, afin de mettre leurs affaires à sécher. Après avoir retrouver Azamir et ensuite Hei, ils consentirent à se retrouver poser sur la terrasse, le temps de décompresser un peu. Le Ranger semblait plutôt partant pour se lancer dans la confection du repas, mais cela fut retardé… Et ce n’était pas plus mal. Le sbire disposait d’un peu plus de temps pour réfléchir à comment aborder son problème de nutrition. Il se disait qu’il serait peut-être préférable qu’il en parle en privé avec son chéri mais… Maintenant, c’était un peu râpé C’était plutôt ce sujet qu’il aurait mieux fait d’aborder lorsqu’ils se trouvaient dans la chambre. Soit. Il répondit à Hei quant à son fils, acquiesçant en l’entendant dire que ce n’était pas grave, au moins. Heureusement, oui. De toute manière, si ça avait été le cas, il ne serait pas venu, ça aurait été triste de louper une sortie comme celle-là, puis surtout l’opportunité de voir Ferir. La suite par contre le surpris quelque peu, sachant alors que son petit ami était stressé à l’idée de rencontrer son fils. Ce n’était pas une grande surprise en soi, déjà parce qu’Azamir le lui avait déjà dis. Il eut un petit sourire désolé, mais étant donné que le Kantonien avait détourné son regard, il n’était pas sûr qu’il l’ait vu. Et il n’était pas sûr non plus si cette conversation devait continuer alors il garda le silence, pensant qu’il était sans doute préférable d’avoir cette discussion entre eux, si nécessaire.

Il était plus plaisant de parler de la journée agréable qu’ils venaient de passer. Après s’être remémorer les bons moments du jeu de pistolets et affirmer qu’une telle activité était à refaire, Shin’ s’excusa pour la rencontre imprévue avec Milla. Il rit en compagnie de Ferir quant à sa réponse. En effet, ce n’était clairement pas de son fait de croiser sa presque-mère dans cet endroit. Un sourire plus doux dansa sur ses lèvres à la suite de ses mots, acquiesçant doucement. S’il n’était pas en train de fumer, il aurait aimé déposer un baiser sur ses lèvres, ou même simplement lui prendre la main. Il joignit une fois encore son rire à celui de son partenaire quant à la petite pique lancée à l’attention d’Azamir, guettant sa réaction. Il allait répondre mais Hei fut plus rapide, le faisant arquer au passage un sourcil. C’était… Un peu méchant, ça non ? Et gratuit. Il observa les deux hommes qui se regardaient dorénavant dans les yeux. Il aurait bien argumenter à son tour, mais… Il décelait une certaine tension. Un regard vers Ferir lui fit comprendre que la situation ne tournait pas du tout comme il le pensait. En tous les cas, il ne se sentait pas super à l’aise, rassuré d’entendre son petit ami changer le sujet de conversation. Pour parler du moment où il s’était retrouver seul avec Azy.
« Après on avait déjà parlé seul à seul avant aujourd’hui, quand une certaine personne s’était endormi en voiture, notamment. » Il sourit, la piqûre de rappel l’amusait. Il résista à l’envie de tirer la langue à son petit ami, son attention se tournant ensuite vers le Ranger. Sa réponse l’étonna quelque peu mais il ne tarda pas à lui rendre son sourire, désireux de répondre. C’était cool quand même s’ils étaient capables de s’entendre.

Mais une fois de plus, Hei fut plus rapide que lui et il fronça un peu plus les sourcils, cette fois-ci. Il n’aurait pas aimé être le destinataire du regard noir d’Azamir… et il pouvait parfaitement le comprendre. Le sbire vint à écraser la cigarette qu’il venait de finir, quelque peu troublé, cherchant quoi dire après ça… Ce n’était pas évident.
« Ben euh… Ouais, c’était chouette. Mais... » Il se tourna vers Ferir, son regard en guise d’appel à l’aide. En fait, étant donné qu’il avait lui-même quelques problèmes à parler de ses sentiments, le comportement de Hei ne l’aidait pas vraiment. Il ne savait pas quoi dire de plus, quoi faire pour apaiser les tensions. « Mais c’est vrai que c’était cool qu’on puisse en apprendre un peu plus l’un sur l’autre. Et puis ça nous a permis de taquiner un peu plus Ferir alors... » Il avait un sourire, plus timide que ceux précédents. Il se disait que peut-être qu’à un moment où un autre, son petit ami en aurait sans doute marre qu’il le prenne pour cible à chaque fois. Mais de sa part, il n’y avait jamais la moindre méchanceté, mais il pouvait comprendre que cela pouvait être lassant, à force. Il espérait que ce ne serait pas le cas.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 11781

Région : Kanto | Hoenn
Dim 30 Sep - 23:07
Point de vue de Ferir avec Aza et Hei

Je ne sais pas si Azy m’en voudrait, s’il apprend ce que je viens de dire à Shin. Bah, je ne pense pas. Après, s’il lui en parle directement, y a des chances pour que la pudeur de mon ami l’empêche de bien réagir et de bien y répondre. En tout cas, ce qui est dit est dit. Je l’espère vraiment aussi! Ils seraient mignons ensemble. Et c’est tellement ça! J’aimerais beaucoup faire des sorties à quatre. Je suis content qu’il le propose de lui-même, je n’étais pas sûr que ça lui plairait. Ça fait quelque fois quand même qu’il parle qu’il n’est pas très sociable, donc je me demandais. Bref, la conversation dévie plutôt sur les plans à trois à cause du fait que Hei pourrait nous rejoindre dans la chambre si on s’attarde trop. C’est tout de même surprenant d’en discuter maintenant, mais d’un autre côté, c’est aussi bien de le faire, ce que je mentionne. Il est vrai que j’ai rougi et que je n’ai pas su comment m’exprimer au début, mais c’était sous la surprise. La bonne nouvelle, c’est que nous sommes sur la même longueur d’onde quant à ce genre d’expérience. C’est plaisant de savoir qu’il ne ressent pas le besoin d’ajouter qui que ce soit à nos ébats et qu’il n’aurait pas très envie de voir quelqu’un d’autre avec moi. C’est réciproque d’ailleurs, l’imaginer ne me plaît pas vraiment. Donc le vivre, je pense que ça m’apporterait plus de malaise qu’autre chose... En tout cas, je ris suite à sa réponse. Ce n’est pas évident de mon côté aussi, je te rassure. L’avoir tout près de moi, avec les mots qu’il a pu me murmurer à l’oreille, ça rend tout cela bien plus difficile. Et j’acquiesce doucement quand il me dit ensuite que ça n’arrivera pas, que quelqu’un d’autre le touche. Tant mieux. Je pense qu’il y a bien d’autres choses que nous pouvons essayer si un jour, on en ressent le besoin. Puis, j’ai confiance en lui pour respecter mes limites, pour en discuter posément.

C’est bien la première fois que dans le cadre d’une relation, tu en viens à te dire que ton partenaire prendra en considération tes choix et tes limites... Tu ne le réalises pas vraiment, mais c’est une belle nouveauté.

Maintenant que nous sommes habillés, nous pouvons aller dehors rejoindre les autres. Azy ne tarde pas à parler de nourriture, m’ouvrant un peu l’appétit il faut admettre. Puis Hei ne tarde pas à nous rejoindre. Par contre, avoir su que la conversation en viendrait à un point qui n’est pas facile, j’aurais presque préféré qu’il ne soit pas là... Entre certaines de ses interventions un peu bizarres, mais aussi des piques qui ne sont pas nécessaires... C’est vrai que son comportement est étrange, comme mon ami me l’avait dit. Ses taquineries du début étaient drôles et plus légères. Là, c’est une autre histoire. Ça commence avec le fait que j’étais anxieux face à la rencontre avec Kane. Je crois que c’était assez évident sans avoir à le mentionner. Au moins, Shin n’enchérit pas, je n’avais pas très envie d’en parler maintenant. Et Azy le comprend donc lui aussi ne dit rien. Il ne doit pas être très content de voir son colocataire poser des malaises partout. Va falloir qu’il se calme. Je ne sais pas s’il faut que j’intervienne ou s’il va s’en rendre compte par lui-même à un moment... C’est d’autant plus flagrant quand il commence à sous-entendre qu’Azy n’a pas ce qu’il faut pour se faire des amis par lui-même. Le concerné lui répond, mais ça crée tout de même un malaise qui est facile à remarquer. Du moins, j’espère qu’il le remarque. En tout cas, après un échange de regard avec Shin, je constate sans mal que lui l’a noté. Donc j’essaie de changer le sujet, parlant du fait que je suis content que les deux aient pu se retrouver seuls suite à l’arrivée de Milla. Ce que dit alors mon petit ami m’attire un sourire. Oui, c’est vrai. Je ne suis pas arrivé à résister à m’endormir, mais au moins, ça ne vous a pas trop dérangé. Je ne dis pas qu’à ce moment, on ne savait pas si nous serions amenés à nous revoir. Dans ce cas-là, Azy aurait aussi pu choisir de ne pas lui parler ou de couper court à la conversation, ne s’intéressant pas à une personne qu’il risquait de ne jamais revoir. Ça m’étonne d’ailleurs qu’il n’ait pas opté pour cette approche. Peut-être avait-il alors déjà compris que j’espérais garder contact... Parfois, son sens de la déduction m’étonne, mais il a un très bon instinct.

Il ne comprend pas toujours les sentiments, mais il est vrai qu’il est quelqu’un de très instinctif. Ça l’aide dans ses lacunes.

J’affiche un large sourire quand mon meilleur ami prend la parole. D’autant plus quand il a ce léger sourire, sachant qu’il ne peut pas vraiment être plus expressif. C’était franchement positif, mais une fois de plus, Hei ne peut s’empêcher une réplique qui jette un froid. Le concerné ne la prend pas bien et je comprends pourquoi. Ça commence à faire beaucoup. Je voudrais savoir quoi dire et quoi faire pour lui faire comprendre que ça suffit. Puis, c’est difficile d’intervenir, il est chez lui... On ne peut pas lui demander de partir. M’enfin, Shin et moi non, peut-être Azy. D’ailleurs, je vois mon petit ami qui termine sa cigarette, avant d’essayer de placer quelque mot. Quand il se tourne vers moi et que je peux voir dans son regard qu’il espère que je l’aide à poursuivre, j’admets que je ne sais pas trop comment enchaîner là-dessus. Je lui souris donc, l’encourageant à continuer son idée. Il y parvient, c’est plutôt chouette. J’ai un léger rire avant de parler à mon tour. Je n’ai pas l’envie que Hei place une quelconque remarque à ce moment. Vous êtes doués pour vous mettre ensemble et me taquiner oui. Au moins, c’est toujours gentil. Je trouve ma formulation un peu maladroite, mais je souhaite qu’elle soit bien comprise par tout le monde, surtout par Hei pour qu’il ajuste son ton à la conversation. Je n’aurais pas cru qu’Azy se jetterait dans cette conversation-là, mais il le fait. On se découvre des ressemblances chaque fois qu’on discute tous les deux. Il s’adresse un peu plus à Shin pour ça, le regardant en arborant toujours ce léger sourire. Son regard vient ensuite vers moi avant de reprendre. Tu sais que notre but n’est jamais de te faire réagir négativement. Je dois admettre que je ne m’attendais pas à ce qu’il parle aussi au nom de Shin, ça me fait plaisir. Il sait reconnaître qu’il ne se comporte pas comme ça comme... dans le même but que ce que Hei fait. Je continue de sourire, hochant la tête.

Mais tu redoutes une intervention de la quatrième personne assise à table... quand elle écrase à son tour son mégot de cigarette dans le cendrier.

On entre pour les préparer, ces pizzas? Oh, peut-être a-t-il compris, finalement.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1618

Région : Johto
Jeu 4 Oct - 18:36
C’était plutôt étonnant de sa part, de l’entendre proposer des sorties à quatre, surtout qu’il ne connaissait pas la jeune femme. Si cela se trouvait, il ne parviendrait pas à s’entendre avec elle, pour une raison qui lui était encore obscure. Mais spéculer sur ce qui pourrait –ou non- se dérouler, cela ne servait à rien. Ils pouvaient toujours tenter la sortie et si vraiment le sbire trouvait cela particulièrement enquiquinant, il annoncerait qu’il ne voudrait pas retenter l’expérience, voilà tout. Pour une fois, partir sur la positive plutôt que de penser qu’il n’apprécierait pas. De plus, cela semblait faire plaisir à Ferir et il lui sourit face à son enthousiasme. Il n’était pas vraiment surpris d’apprendre que son petit ami aimerait pratiquer ce genre d’activité. Ça pouvait être sympa en tous les cas, et peut-être un peu moins bizarre que d’être à trois seulement. Et encore, la journée s’était bien déroulée à son sens alors… Pourquoi pas.

Maintenant qu’il connaissait l’avis de son partenaire sur les plans à trois, il chercha à le rassurer comme il le pouvait, lui assurant qu’il n’avait pas spécialement envie de rajouter une troisième personne à leur histoire, ajoutant sa difficulté à lui résister. En plongeant son regard dans le sien et avec les paroles qui suivirent, il comprit sans difficulté que l’idée était partagée, ce qui ne lui facilitait pas les choses. Son sourire se fit plus grand encore, plus pervers aussi sans doute, quand à la fin de sa phrase.
« On est d’accord, y a d’autres façon de pimenter le tout, si jamais on en ressent l'envie. » Il n’en doutait pas une seconde et si pour l’instant, il n’avait pas d’idées particulières –ni d’envies de changement, quant à leurs vies sexuelles-, il savait qu’ils pouvaient en discuter posément. Savoir ce que l’autre voudrait, aimerait tenter. Sans jugement, ni moquerie, ni rien de tout ça. C’était bien non, quand les fantasmes pouvaient être assouvis, non ? Dans la limite du possible, évidemment. Il fut d’autant plus difficile de se détourner de Ferir dorénavant pour aller se rhabiller, l’esprit encore émoussé par toutes ses pensées.

Retourner à l’extérieur lui fit un peu de bien, malgré le stress qui se générait de plus en plus chez lui quant à l’approche du repas. Pour le moment, il était plutôt doué pour dissimuler ce sentiment, se sentant néanmoins un peu coupable de cacher ce genre d’informations à son petit ami. Ils s’assirent tous autour de la table, laissant les deux drogués prendre leur dose de nicotine. La conversation aurait pu bien se passer, sans les commentaires étranges de Hei… Qui le mettait un peu mal à l’aise, il devait l’avouer. Il pensait avoir bien fait de ne pas enchérir sur l’anxiété de son chéri, à l’idée de rencontrer son fils. Azamir lui en avait fait part justement, lorsqu’ils avaient été seuls à seuls et le sbire comprenait bien son ressenti. C’était mignon même, du point de vue du schizophrène, de voir l’importance que Ferir accordait à cette rencontre… Il faudrait, quand même, qu’il lui explique son point de vue, qu’il le rassure aussi. Mais devant les deux autres, il ne pensait pas que c’était une bonne idée, aussi, il se promit de le garder dans le coin de la tête pour l’évoquer un peu plus tard ou une autre fois.

Lorsque le Kantonien tenta de détendre un peu l’atmosphère devenu tendu entre les deux colocataires et après un regard entendu, Shin’ profita de l’occasion pour lui emboiter le pas, s’amusant à le taquiner un peu. Le voir lui sourire en retour le rassura sur l’impact de ses mots et le sbire sourit à son tour.
« Non c’est vrai. On a bien discuté, même si j’avoue que j’étais vraiment étonné que tu t’endormes aussi vite. » Il rit, tirant une latte sur sa cigarette. « Après moi je vois ça comme une chance, de pouvoir s’endormir vite. Je t’envie pour ça, j’aimerai bien y parvenir aussi, plutôt que de mettre une heure à chaque fois. » Et ça encore, c’était dans les bons jours. Sinon il mettait facile plus de deux heures à trouver le sommeil. En sachant qu’il avait la sale manie aussi de se coucher tard… Ça faisait qu’il ne dormait pas des masses. Pour le moment, il arrivait à suivre la cadence mais en vieillissant, il n’était pas sûr de pouvoir maintenir son rythme de vie. Mais soit, l’idée n’était pas là. Il souhaitait vraiment rester dans une ambiance bonne enfant, réussissant à passer le premier commentaire de Hei. Azamir aussi semblait apprécier la conversation qui suivit, affichant un léger sourire que Shin’ comprenait dans sa globalité. Il le prenait vraiment comme un compliment, des mots qui lui faisait plaisir et pouvait commencer à chasser cette impression qu’il avait depuis leur « dispute » avec Ferir, cette impression que le ranger le détestait. Finalement, leurs relations s’amélioraient. Doucement mais surement. Et ça, franchement, ça faisait plaisir.

Mais c’était sans compter sur la nouvelle intervention qui fit quelque peu disparaitre le sourire, jetant un nouveau froid. Cette fois encore, le schizophrène ne savait pas réellement comment réagir. Il chercha à enchainer positivement, lançant un regard vers son petit ami qui l’encourageait silencieusement à poursuivre. Une fois encore, sa solution de repli était de parler de sa fabuleuse passion pour taquiner son chéri, ce qui fit rire le concerné. Shin eut à un nouveau un sourire qui s’installa sur son visage, retrouvant une certaine quiétude et un certain bien-être. Le rire de Ferir avait un effet apaisant sur lui et il ne lassait pas de l’entendre. Il voulut répondre mais Azamir se mêla à la conversation, faisant sourire davantage le sbire. Il comprenait bien qu’il s’adressait à lui et le retour du petit sourire lui faisait plaisir.
« C’est ça. Je suis persuadé qu’on peut en trouver d’autres encore. » Et l’idée d’en avoir l’opportunité lui plait plutôt bien, finalement. Ce qui s’était passé à son ancienne demeure commençait petit à petit à être oublié et pardonné, ce qui aidait sans doute à la meilleure entente. « Exactement. Après t’as le droit de me dire si tu me trouves lourd. » Juste histoire d’éclaircir les choses, s’il y avait besoin. En tous les cas, il était complètement d’accord avec Azamir. Il pouvait parfaitement comprendre qu’être la victime de taquineries à tout moment pouvait être fatigant… Un peu comme l’était Hei, juste avant. Toutefois, sa remarque n’avait pas vocation de passer un message à son attention, simplement de rassurer son chéri sur le sujet.

Le concerné reprit la parole, après avoir écrasé à son tour sa cigarette. Il ne fit néanmoins pas de commentaires sur leurs conversations, demandant plutôt s’ils ne devaient pas rentrer pour préparer le repas. Ouais, ce n’était pas con. Et puis ils devaient avoir faim, contrairement à lui. Le sbire acquiesça toutefois à l’idée, se redressant au passage. Son regard fut happé par la vue de son Typhlosion dans le jardin, roulé en boule, piquant un petit roupillon. Il eut un fin sourire alors qu’ils laissaient les autres rentrer à l’intérieur, hésitant un instant. Ce ne serait pas… Ce ne serait pas le moment de parler à Ferir, genre… Maintenant ? Avec les deux autres en moins, ça pourrait être plus simple pour lui. Avouer son problème devant trois personnes, c’était chaud quand même, surtout en vue des piques violentes que pouvaient envoyer Hei. Après, sans doute n’oserait-il pas avec lui, étant donné qu’ils ne se connaissaient pas, au final. Ou peut-être que c’était le genre de détails qui ne l’arrêtait pas ? Hum… Difficile à dire. Et en attendant, durant sa réflexion, il n’avait pas bougé d’un iota.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 11781

Région : Kanto | Hoenn
Mer 17 Oct - 3:44
Point de vue de Ferir avec Aza

Me voici rassuré de savoir que Shin partage mes opinions quant aux plans à trois, mais aussi de savoir qu’il est d’accord qu’il y a d’autres façons de pimenter, qu’on pourra en discuter si jamais. Ce n’est clairement pas le lieu ni le moment pour cela, mais à voir plus tard. Difficile de s’arrêter et d’enfin s’habiller pour sortir, sauf que c’est nécessaire. Nous pouvons nous installer les quatre à la table, lorsque Hei nous rejoint. La conversation démarre bien, mais quand il mentionne que je stressais pour rien puisque Kane n’est pas présent, je ne peux m’empêcher d’en être gêné et de tenter de couper court. Ils semblent tous le comprendre puisque personne n’enchérit, sauf que je me doute que j’aurai éventuellement une nouvelle discussion là-dessus avec mon copain. Je sais bien qu’il faut que j’arrête d’être si anxieux... J’ai tellement peur de déplaire. En tout cas, je n’ai pas l’envie de m’attarder sur ce genre de pensées maintenant. Il vaut mieux continuer de parler de tout et de rien, d’essayer de tenir une conversation plus agréable. D’essayer, je dis bien, parce que Hei met son grain de sel et il n’est pas forcément agréable. C’est tendu et je tente de faire en sorte que ça le devienne moins. Puis, on me rappelle alors que pendant le trajet en voiture le premier soir jusqu’à chez moi, ils ont bien discuté pendant que je dormais. En voiture, ou dans n’importe quel moyen de transport, c’est vraiment difficile pour moi de rester éveillé, admis-je après un rire. C’est sûrement une chance, je suis quasiment toujours bien reposé quand je me réveille. Même si c’est pénible d’avoir besoin de trois alarmes et d’une quinzaine de minutes pour bien émerger. Je me sens mal pour Shin et Azy, sachant qu’ils ont tous les deux des difficultés du sommeil. Quand je me mets à dormir comme eux le font tous les soirs, je me trouve dans un état déplorable après, n’ayant pas l’habitude... Ça me fait me sentir faible, je n’aime pas ça. Ça m’arrivait d’entendre ses alarmes jusqu’à l’étage, renchérit mon meilleur ami, un léger sourire lui aussi aux lèvres. J’ai de la chance que ça ne l’ait jamais dérangé, il aurait pu s’en plaindre.

Bien que tu saches que ce n’est pas son genre de se permettre de tels commentaires alors qu’il ne se trouve pas chez lui. Il serait plutôt parti au lieu de se plaindre.

Je suis désolé pour ça. Mais ce n’est pas long qu’il mentionne que ce n’est pas grave, et le sujet peut enchaîner. J’espère aussi que je ne gêne pas trop Shin, quand je dors avec lui. En tout cas, ce qui suit est toujours dans un état d’esprit plus positif, et je suis content de la tournure en voyant qu’Azy continue de sourire doucement, qu’il participe et qu’il ne semble plus nourrir sa rancune. C’est vraiment sur la bonne voie. Il a sûrement compris que c’était un événement isolé, bien qu’avoir eu, lui aussi, toutes les explications l’aurait aidé à comprendre le pourquoi d’une telle réaction. Je lui ai raconté grossièrement pour qu’il puisse avoir une meilleure idée, sans aller dans les détails de toute la vie de mon petit ami puisque ça ne le concerne pas. Et puis, le temps a fait son effet, il constate que je suis toujours heureux dans mon couple. Il se rend compte aussi qu’il est capable de bien s’entendre avec lui donc pourquoi garder des défenses inutiles? Néanmoins, tout ce positif est rapidement balayé par une autre intervention de la part de Hei. J’espérais qu’il comprenne que nous tentions de rester sur une conversation amicale et sans malaise, mais il semblerait que ce ne soit pas le cas... Shin y réagit bien ou du moins, il tente quelque chose que j’encourage. Azy finit par embarquer dans la conversation avec nous, paraissant plus calme, un peu souriant. Il hoche la tête, avec un de ses « Hn », quand mon amoureux mentionne qu’ils peuvent se trouver d’autres points en commun. Avec leur vécu d’enfance qui est similaire, je présume qu’ils ont développé des réactions ou des traits de leur caractère en lien avec ça. Je ne peux m’empêcher de sourire, content qu’ils soient capables de se trouver des points en commun. Je souris aussi quand Azy mentionne que je sais que leurs taquineries ne sont pas pour me blesser, et que mon petit ami renchérit. T’inquiètes, je te le dirai. Je ne suis pas mal à l’aise avec lui, puis je sais comment le mentionner au besoin pour ne pas le froisser. Ce n’est pas mon but, ça serait juste pour une clarification.

Aucune chance que tu te fâches contre une personne que tu aimes. À moins d’un très gros événement. Tu serais plutôt triste, si des taquineries deviennent un peu trop sérieuses et insistantes, le prenant contre toi.

Après cet échange, il semble que Hei ait envie de passer à autre chose. Je présume que c’est normal parce qu’il y avait tout de même de petits messages dans notre conversation... Il est désireux d’entrer dans la maison pour préparer le repas. Ce n’est pas une mauvaise idée. Le temps qu’on prépare le tout et que ça cuise, il y en a pour plus d’une trentaine de minutes. On acquiesce donc tous, les deux colocataires ne tardent pas à se lever et à se diriger vers la porte pour entrer. Pour ma part, je suis, mais je remarque que Shin ne bouge pas après s’être redressé. Ce qui est tout de même étrange. Bon, il semble fixer son Typhlosion qui a pu s’infiltrer sur le terrain. Ça fait toujours plaisir de voir que les Pokémon d’Azy laissent l’accès à ceux de mon petit ami. J’ai l’impression qu’il y a quelque chose, alors je préfère vérifier et me tromper plutôt que de ne pas le faire. On vous rejoint dans quelques minutes. Je les préviens, mon meilleur ami hoche la tête en réponse tandis que Hei se contente de hausser les épaules. Ils entrent tous les deux donc je peux me tourner vers mon amoureux. Ça va? Je suis désolé pour Hei, je ne pensais pas que son tempérament avant changé à ce point quand Azy m’en parlait. C’est peut-être ça le souci, bien que je me dis après coup que ce n’est pas à moi de m’excuser pour son comportement... Et peut-être que ça n’a pas du tout de lien. Je n’aime pas faire des interprétations. S’il y a quelque chose, tu peux m’en parler. Je t’écoute. J’ajoute donc ces mots, espérant qu’il ne va pas m’esquiver. On s’est promis d’être honnête un envers l’autre. Je n’ai pas très envie d’insister, ça ne serait pas agréable pour lui. J’ai un doux sourire, attendant d’entendre ses réponses.

Tu as vraiment une drôle d’impression que tu ne parviens pas à identifier. Comme si... hum, tu ne sais pas la définir.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1618

Région : Johto
Jeu 18 Oct - 19:00
C’était plutôt tendu, comme discussion. Shin’ ne savait pas si c’était juste lui qui trouvait la situation assez électrique, mais un regard échangé avec son petit ami lui fit comprendre que ce n’était pas son imagination. Les répliques de Hei lui paraissaient assez cinglantes et si elles avaient vocation à faire rire, c’était particulièrement loupé. S’il avait su, le sbire aurait préféré rester papouiller le Kantonien dans la chambre, mais dans ce cas ce n’était pas des plus gentils pour Azamir… Bref. Il essaya, tant bien que mal, à détendre l’atmosphère, évitant de rebondir sur les dires du troisième type. Inutile de jeter de l’huile sur le feu. Il évoqua leur première rencontre, ce passage amusant où son chéri s’était endormi dans la voiture. Le souvenir avait le mérite de faire dessiner un sourire taquin sur ses lèvres, accompagnant le rire de Ferir qui s’ensuivit par le sien. « Après même si tu mets du temps pour te lever, t’es au taquet rapidement. Moi laisse tomber, me faut facile deux heures pour comprendre déjà où je suis. » Il continuait de rire, grossissant un peu le trait. Mais en soi, ce n’était pas totalement faux. A partir du moment où il sortait d’un sommeil profond –qu’il mettait trop de temps à trouver certes, mais qu’il trouvait tout de même-, il avait de grandes difficultés à émerger. Le traitement n’aidait pas, c’était sûr. Mais c’était toujours mieux que de comater en plein milieu de la journée.

La remarque d’Azy le fit rire un peu plus, non surpris d’apprendre que les réveils de son petit ami fonctionnaient sur la mauvaise personne. Il se permettait de sourire car de toute évidence, la tirade n’était pas dite avec du reproche caché. Si c’était le cas, c’était bien dissimulé et le petit sourire du ranger lui confirmait qu’il n’y avait pas de malaise, idem lorsque Ferir vint à s’excuser. Shin’ maintenait son sourire, appréciant l’instant. La discussion était plus légère avec quelques pics gentils, ici et là. C’était vraiment agréable. Il manquait plus qu’une petite bière fraiche pour désaltérer et compléter le tableau, mais il se voyait mal demander de lui-même de l’alcool. De toute façon, ils étaient là seulement pour que les deux fumeurs puissent polluer leurs poumons. Son bien-être ne tarda pas à être mis à mal avec une nouvelle intervention de Hei, le perturbant quelque peu. Il ne savait pas comment se positionner, dans cette conversation et il ne savait pas s’il devait rire, renchérir ou faire comme si de rien était. Au final, il opta plus ou moins consciemment pour la dernière option, encouragé par son petit ami. Les ressemblances entre le sbire et le ranger étaient bien présentes et il ne manquait pas de le remarquer, souriant à nouveau en avisant la réaction d’Azamir. Finalement, ils pourraient s’entendre, si on oubliait la tension qui existait au début de leur histoire, à Ferir et lui.

Il fut rassuré d’apprendre que son chéri ne manquerait pas de lui dire, si jamais il allait trop loin dans l’une de ses taquineries. Il avait parfois du mal à voir la limite, lorsqu’il embêtait gentiment quelqu’un qu’il aimait. La sensibilité n’était pas la même, d’une personne à l’autre. Il suffisait de voir les saloperies qu’il balançait à Alexander… Qui lui étaient retournées, d’ailleurs. La majorité du temps, ça le faisait marrer. Puis parfois, dépendamment de son moral, de comment il était luné… Sa réaction était autre. Il ne désirait pas mettre son amoureux dans cette position inconfortable par mégarde. Il regarda ensuite Hei se lever, rapidement imité par Azamir, proposant de préparer le repas. Et voilà, l’instant que le Johtonien redoutait le plus était arrivé. Il traina la patte, cherchant un moyen d’esquiver, un moyen de sortir de cette situation. S’il disait qu’il n’avait pas faim, cela allait forcément éveiller les soupçons. Son regard se perdit un temps sur Tsuku, lui permettant de prendre un peu contenance. Il se sentait beaucoup trop stressé, à cause d’un truc d’ailleurs, qu’il aurait déjà dû avouer à Ferir… Ce qui n’aidait pas à son self control, il fallait l’avouer.

Shinara n’avait pas fait attention au départ des trois autres. Il n’avait pas non plus remarqué qu’il avait mis trop de temps à réfléchir et que, finalement, son petit ami était revenu vers lui, remarquant que quelque chose n’allait pas. Lorsqu’il s’adressa à lui, le sbire sursauta quelque peu, trop perdu dans ses pensées, revenant brusquement à la réalité.
« Hein ? Ah, euh, oui, enfin ne t’excuse pas, t’y ai pour rien. Je m’attendais pas trop à ça en fait, j’ai eu du mal à savoir si c’était de la plaisanterie ou des pics balancées… J’avoue que ça m’a mis un peu mal à l’aise mais bon, espérons que le reste de la soirée soit plus détendue. » Il n’avait pas répondu à la première question, parce qu’il était nerveux et qu’il ne l’avait pas particulièrement entendu, aussi. Il offrit un sourire à son chéri, se demandant s’il était venu à lui seulement à propos de Hei… Et il espérait que ses paroles ne seraient pas mal prises. Il n’avait pas particulièrement réfléchi en parlant, son esprit étant obnubilé par son problème d’appétit.

Et la suite le fit réagir. Il releva la tête, voyant le sourire de son chéri. Il n’y avait pas la moindre pression, dans sa question. Mais il était évident qu’il avait remarqué que quelque chose clochait. Quelque chose de plus importants qu’un malaise à cause de deux-trois paroles maladroites. Il baissa les yeux, honteux. Il avait promis d’être honnête avec lui. Il s’en souvenait parfaitement et il mettait un point d’honneur à le faire.
Alors parle. Il se mordit la lèvre inférieure, ne sachant comment expliquer la chose. Parle. Ce n’était pas évident de trouver les bons mots et il craignait que Ferir ne s’inquiète plus que nécessaire. Ce serait dans son bon droit, alors parle, maintenant. Il serra les poings, une grimace étirant ses traits. Il passa une main dans ses cheveux, levant la tête vers le ciel, lâchant un long soupir. Finalement –enfin !- il ouvrit la bouche pour laisser échapper quelque mots. « J’ai… J’ai pas faim… En fait… J’ai jamais vraiment faim… Je suis désolé... » L’inconfort était présent, tout comme la honte. Il n’aimait pas parler de ça, il n’aimait pas l’admettre. C’était l’une de ses faiblesses qui le mettait à mal. Ses lèvres se pincèrent et il n’osa regarder son petit ami. « Je… Je suis pas au niveau de l’anorexie, au cas où. » Si jamais ça pouvait aider… Ou pas du tout, en fait. Même en sachant que ce n'était pas son chéri qui allait le juger, il se sentait tout de même assez peu fier de lui.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 11781

Région : Kanto | Hoenn
Aujourd'hui à 5:36
Point de vue de Ferir avec Aza & Hei en début de poste

Discuter de mon sommeil est quelque chose de bizarre, mais ça ne me dérange pas vraiment. Je sais que je suis atypique sur ce point. C’est plutôt rare pour des adultes de s’endormir si facilement dans les moyens de transport. Il n’y a rien à faire pour que je puisse résister, ce que je mentionne. C’est quand même bien pénible d’avoir besoin de trois alarmes pour en venir à enfin me réveiller. Je crains toujours que s’il arrive quelque chose, comme un feu, je ne me réveillerai pas... Au moins, je me rassure en me disant qu’il y a Kad avec moi, qu’elle pourra me tirer de mon sommeil. Par contre, lorsqu’elle ne sera plus là, je sens que cette crainte prendra de l’ampleur. Bref, j’évite d’y songer plus longuement. Oui, c’est vrai que dès que je suis réveillé, je me sens directement énergique. Le contraire n’est pas pratique pour vous... C’est triste je trouve, de ne pas avoir un bon sommeil. C’est assez essentiel comme besoin. En tout cas, Azy ajoute qu’il lui arrivait d’entendre mes réveils jusqu’à l’étage. Je n’en doute pas. En plus, je ne dors pas la porte fermée donc ça coupe moins le bruit. Mais après des excuses que je n’ai pas pu m’empêcher de faire, je me rends bien compte qu’elles n’étaient pas nécessaires. Il n’a pas dit ça dans le but de me faire culpabiliser. Il a toujours son sourire et Shin de même. C’est plus agréable comme ça, j’en suis content. C’est juste s ça ne le reste pas parce que Hei ne peut s’empêcher, de nouveau, de passer un commentaire douteux et qui jette un froid. Nous parvenons heureusement à bien rebondir. Si jamais ça continue trop en ce sens, ça ne sera pas long avant qu’Azy décide de s’isoler et je ne veux pas qu’il en vienne à le faire. Parler des ressemblances qu’ils ont tous les deux semble être une bonne alternative. Je suis content que mon ami ne s’en offusque pas, ça veut dire qu’il passe doucement à autre chose, ne restant pas sur cette idée qu’il s’est fait au début de ma relation avec mon amoureux. Sinon, à ne pas en douter, il n’aurait pas eu une telle réaction et il aurait gardé le silence pour ignorer. J’aimerais pouvoir le dire à Shin, mais je ne crois pas que ça soit une bonne idée, devant le concerné.

Tu essaies de garder en tête de le dire plus tard, espérant t’en souvenir.

La conversation se poursuit sur les taquineries et je mentionne bien que je n’hésiterai pas à le mentionner si jamais c’est trop. Je sais que leur but n’est pas de me blesser et que s’ils ont quelque chose à me dire, ils seront directs et honnêtes. Ils ne passeront pas par une pique que je ne saurai pas trop comment la prendre. Je suis peut-être plus sensible que la moyenne des hommes, sauf que des taquineries ne m’atteignent pas, en général. C’est selon mon état d’esprit. Quand je vais très mal, je sais que j’ai plutôt tendance à tout prendre contre moi, constamment. Bref, je n’ai pas envie de m’attarder là-dessus. Dans tous les cas, avec Shin, je ne me gênerai pas. Je lui ai dit que je serai sincère alors je compte l’être. Là, les taquineries sont marrantes, quand ce n’est pas Hei qui les dit... D’ailleurs, il semble avoir compris qu’il est un peu trop insistant et il propose d’entrer pour préparer le repas. Je me dis que changer d’air ne peut pas nous nuire, en plus je commence à avoir faim. Ça doit aussi être le cas pour les autres. Les deux locataires des lieux se lèvent avant, je les suis jusqu’à ce que je remarque que mon petit ami semble être ailleurs, comme perdu dans ses pensées. J’informe donc que nous entrons plus tard puis je m’approche de Shin. Je ne pensais pas qu’il allait sursauter en m’entendant lui parler, ça a failli me couper dans mon élan. J’ai cru qu’il n’avait pas compris ce que je lui avais dit, mais il continue son affirmation. Je me doutais que les remarques de Hei ne l’ont pas rendu à l’aise. Ça a été le cas pour nous tous, il n’y a que le concerné qui ne le voyait pas. Pourtant, ça me semblait assez évident en vue de nos réactions. En tout cas, l’essentiel est que ça soit fini et qu’il semble avoir compris. Ça ne devrait plus se reproduire. Puis, je ne doute pas que les deux à l’intérieur en profiteront pour discuter en attendant notre retour. Je sais que j’y suis pour rien... Il faut vraiment que je cesse de m’excuser pour toit et rien, surtout quand je n’ai rien à me reprocher.

Mais c’est dans ta nature, donc c’est difficile de le contrôler. Tu as beau savoir qu’il faut que tu surveilles cette part de toi, ça ne t’empêche pas d’échapper des excuses à tout va.

Je le souhaite aussi, ça sera plus agréable. Je n’étais pas très à l’aise non plus... Autant être honnête, sauf que je remarque bien qu’il y a autre chose. Les propos de Hei ne sont pas assez, il y a forcément autre chose. Je me tais, attendant de voir si Shin compte m’en parler, mais ça ne semble pas être le cas. Je veux qu’il me parle, qu’il me fasse confiance. Nous nous sommes promis d’être honnêtes un envers l’autre... Donc, je lui mentionne qu’il peut tout me dire, que je l’écoute. Je parviens à avoir un sourire quand il relève la tête vers moi. Ce n’est pas long avant qu’il détourne le regard, avant qu’il semble honteux sans que je comprenne pourquoi. Ses réactions sont de pire en pire et j’en perds mon sourire en le voyant se mordre la lèvre, en le voyant serrer les poings et avoir le visage déformé. Je ne sais pas non plus comment interpréter son soupir ni ce geste nerveux (du moins, je crois) de se passer la main dans les cheveux. Il m’inquiète de plus en plus, mais avant que je me décide à parler, il le fait enfin. Incertain, cherchant ses mots, il m’informe alors qu’il n’a jamais faim, s’en excusant. Je dois admettre que ça me provoque un mélange d’émotions entre la surprise et l’incompréhension, que je tâche de ne pas laisser paraître. C’est presque une chance qu’il ne me regarde pas en ce moment. Ce qu’il ajoute ensuite me rend triste. Je sais qu’il est mince, même... maigre, mais je n’aurais pas cru que c’était un sujet si délicat pour lui... Et moi, je me goinfre sans prendre ça en considération depuis qu’on se connaît... Shin... Je lui parle doucement, allant prendre ses mains dans les miennes. Pourquoi ne pas m’en avoir parlé avant? Je... J’ignore comment poursuivre mon idée. Il me faut y songer quelques secondes. J’ai remarqué que tu manges moins que moi, mais je me vois comme une sorte d’exception à l’estomac sans fond donc mauvaise donnée sur laquelle me baser. C’est même peu dire, je trouve. Si je pouvais, je passerais mon temps à manger, parce que j’aime ça en plus. Je me disais que tu es comme moi, à ne pas grossir qu’importe la quantité de nourriture avalée. J’hésite à mentionner que comme il mange moins, je trouvais normal qu’il soit plus mince que moi, dans ces conditions. J’avoue que je me sens un peu perdu.

C’est bien la première fois que tu es confronté à un tel problème. En plus, c’est complètement à l’opposé de toi, c’est quelque chose que tu peines à comprendre et à assimiler.

Je ne veux surtout pas le froisser par ma réaction. Il faut que je trouve quoi dire. Ce n’est vraiment pas simple... Tu sais pourquoi tu n’as pas faim? Tu ne la ressens jamais? Je m’arrête là avant de le bombarder de questions, sachant que je peux être intense sans le vouloir, quand je ne comprends pas quelque chose. Peut-être qu’avec le fait de préparer les pizzas en entier l’aidera à avoir faim. Peut-être qu’avec une bonne ambiance pendant la préparation peut l’inciter à manger un peu. Je n’en sais rien en fait... Avant de dire des conneries, je préfère attendre d’obtenir des réponses. J’essaie d’être rassurant, de le mettre en confiance. Je ne veux pas le juger, c’est juste que je ne comprends pas...



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 6 sur 6) Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
Sujets similaires
-
» Essayons de ne pas faire de vagues
» L'écume des vagues vaut toute les promesses que la vie peut nous faire
» [TUTO] Faire des socles
» Faire des arbres?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Hoenn - 3E G E N :: Nénucrique-