AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 
» Ne pas faire de vagues


avatar
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 8348

Sam 21 Avr - 20:40
Le membre 'Shinara Shikei' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Pâques - oeuf chance' :


--------------------------------

#2 'Pâques - oeuf chance' :


--------------------------------

#3 'Pâques - oeuf chance' :



avatar ©️ Elune Crowley ; signature ©️ Alan White.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 11592

Région : Kanto | Hoenn
Dim 29 Avr - 23:40
Point de vue de Ferir avec Aza à l'orgueil qui a mal

Merci de l’avoir fait, je suis content que ça se soit mieux passé pour toi. Un petit sourire, enfin. Je me sens moins mal. Je... je ne veux pas refaire d’attraction comme celle-là, non. Je ne crois pas que ça sera une bonne idée de m’y exposer encore. Ça ne sert à rien, je ne peux pas lutter. Au moins, on ne s’attarde pas là-dessus, sauf que ce n’est pas nécessairement plus positif. Azy se comporte bizarrement, comme s’il était vexé de quelque chose, ou comme lorsqu’il a mal compris et est trop orgueilleux pour poser des questions. Puisque c’est envers Shin, ça ne m’étonne pas vraiment de sa part... J’essaie d’expliquer au concerné le tempérament difficile de mon ami, désireux de les aider à s’entendre. Je sens que ça ne sera pas simple. Lui aussi ne semble pas content... J’ignore quoi faire de plus. Ça me donne envie d’abandonner et de devoir choisir lequel j’invite pour chaque occasion qu’il y aura dans le futur. S’il le faut oui, je ferai le traducteur. Un petit rire embarrassé, la blague était pourrie. En tout cas, il faut changer de sujet puisqu’Azy s’arrête devant le panneau d’une autre attraction. Nous parvenons à le rattraper sans mal. Nous sommes trois d’accord pour essayer ce jeu de pistolet à eau. Je dois admettre que je suis très curieux de les voir tous les deux à l’œuvre! Ils en profitent pour se liguer contre moi, connaissant désormais tous les deux ma maladresse naturelle. Je sais bien que je risque de glisser sur toute cette eau, mais je ne peux m’empêcher de répliquer. Après tout, c’est aussi le jeu. Eh bah voilà! Je le savais que vous ne vouliez pas garder de souvenirs! Azy n’a peut-être pas répondu verbalement pour ça, mais il arbore encore un petit sourire. Il est confiant, ça se voit. Je ne crois pas que lui tombera. Par contre, on ne sait jamais ce qui peut se passer dans l’action du moment. De mon côté, je sais que je vais me ridiculiser. Ce n’est pas grave, au moins je vais m’amuser! J’ai alors droit à un petit baiser et à leur réponse par la suite. Ils sont aussi d’accord avec cette idée qu’on fera de notre mieux et que le but est de s’amuser, ce qui me rassure. Je n’aurais pas voulu que par esprit compétitif, ils me perçoivent comme le boulet qui n’arrive à rien... M’enfin, je sais qu’Azy n’aurait pas pensé ça, malgré son envie de gagner et d’être le meilleur.

Et de l’autre côté, on ne peut pas dire que tu connais tout de Shinara. Donc il est normal de parfois ne pas être sûr des réactions qu’il pourrait avoir.

Quand le compte à rebours arrive vers la fin, j’essaie de devenir sérieux, mais ce n’est pas tout à fait ça qui se passe. Quand le jeu commence, je me retrouve rapidement sur les fesses, ayant glissé. Mon ami ne manque pas de me taquiner, ce à quoi je réponds avec toute la maturité du monde. Au moins, je parviens à rejoindre Shin pour m’appuyer contre le rempart sans glisser une seconde fois. C’est déjà un exploit. Il semblait observer Azy avec ses esquives et ses prouesses, ce qu’il me confirme en parole. Je ris moi aussi. Oui, c’est totalement le genre de jeu qu’il aime. Il s’entraîne tous les jours, c’est super important pour lui. Je n’ai pas le temps de m’attarder plus, puis je me dis que ça ne doit pas tant intéresser Shin de toute façon. Je me dis qu’ainsi, il en sait un peu plus sur mon ami, ce qui pourrait leur permettre de mieux s’entendre et de peut-être se découvrir des passions communes, ou des sujets de conversations qui les intéresseraient. Ça ne fera pas de tort en tout cas... Bref, Shin bouge le premier entre nous deux, s’alliant sans mal avec Azy pour jouer en équipe. J’essaie de les suivre, mais autant dire que ce n’est pas vraiment ça. Je les vois aussi qu’ils me surveillent tous les deux en me jetant des regards furtifs. Je trouve ça mignon, mais ça atteint un peu mon ego aussi. Je veux bien que je passe mon temps à me vautrer partout, mais ce n’est pas une raison pour me protéger de tout et de rien. C’est que de l’eau. D’ailleurs, mon petit ami semble de cet avis parce qu’il n’essaie pas d’esquiver les tirs à tout prix comme le fait Azy. C’est drôle de voir leurs différences dans l’action, même s’ils s’accordent bien dans l’action. S’il y a une activité qu’on pourrait refaire pour resserrer les liens, c’est celle-ci, je pense.

S’ils sont tous d’accord pour la refaire, ce qui n’est pas garanti avec ce qui se produit à l’instant.

Je n’aurais vraiment pas cru que mes prédictions pourraient se réaliser, qu’un des deux glisse d’une façon aussi ridicule. Quand j’ai lancé que je ne serais peut-être pas le seul à tomber et qu’ils ne voudraient sûrement pas de souvenirs de leurs prouesses ratées, je parlais d’une manière très hypothétique. C’était juste pour retourner la taquinerie et ne pas être le seul à en subir. Mais voilà que l’improbable se produit, que la perfection se fracasse contre un muret en mousse. Et la tête qu’Azy tire quand il s’échoue, je ne peux pas résister. C’est juste impossible. J’éclate de rire, tombant moi aussi. J’entends d’autres personnes rire aussi, dont Shin. Mon ami ne répond pas à ce qu’on dit, se contentant de se relever et d’essayer de ne pas laisser son orgueil prendre le dessus. Ça doit mettre un sacré coup à son ego ça! Vraiment, je n’en peux plus comment je ris. J’en ai les larmes aux yeux. En tout cas, je l’ai immortalisée dans ma tête. Pense s’y à deux fois avant de me taquiner maintenant, Azy! J’ai enfin des armes contre lui, et je sais que venant de moi il ne le prendra pas mal. Je lui réponds toujours dès que je peux, bien que je manque d’exemples concrets. Et j’en obtiens un! C’était vraiment parfait. Je ne t’entends plus Ferir. Ah le vilain qui fait genre il m’ignore! Ça me fait encore plus rire. Puis, pour couronner le tout, je vois mon petit ami qui glisse lui aussi, bien qu’il se rattrape. Pas toi aussi! Et je ris encore à en avoir mal aux côtes. Ça me prend du temps pour me ressaisir. Shin est déjà retourné dans le jeu. Je me relève doucement, essayant de les rattraper. J’y parviens et j’ai mon protecteur attitré pour m’empêcher de tomber. C’est mignon comme attitude. Au final, la victoire nous revient et j’en suis content. Il est temps de quitter ce satané plancher mouillé qui ne m’aime pas. Mais c’était vraiment amusant. Ah ça oui, on a été les meilleurs partout! Trop bien comme activité! Gros sourire, je ne le prends pas mal. Je savais d’avance que je n’aurais pas vraiment de talent. Par contre, mon regard va vers Azy, pour m’assurer qu’il ne se vexe pas.

Puisque la remarque vient de Shinara et non de toi, tu le redoutais.

Je ne le sens pas spécialement enthousiaste, mais il ne fait pas la tête en tout cas. Avec lui, il faut savoir doser et ne pas insister, c’est surtout dans ce genre de situation qu’il en vient à se braquer. Donc, j’essaie de changer de sujet pour qu’il ne prenne pas la mouche. Vous voulez essayer autre chose? J’admets que je commence à avoir faim, donc après une autre attraction je pense qu’on serait bon pour manger! Je ne sais pas depuis combien de temps nous sommes ici. J’ai mangé plutôt vite ce matin, en comparaison à Azy qui s’est levé plus tôt que moi. Chez lui, il n’y a qu’une salle de bain, donc je me disais que ça ne servait à rien que je me presse, mais j’aurais pu avaler mon petit déjeuner pendant qu’il était sous la douche... Hn, on peut faire ça. Moi aussi la faim se manifeste. Il s’est tellement donné dans ce jeu que je ne suis pas étonné de l’apprendre! Il ne manque plus qu’à voir ce que Shin en pense et à nous organiser pour la suite.

Pour les lots au choix : Protéine qui va directement sur Leviator S et CS Coupe o/ Merci !



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1496

Région : Johto
Mar 1 Mai - 17:56
Sa tentative de rassurer Ferir portait finalement ses fruits et cela le rassurait, lui aussi, par la même occasion. Au moins, Shin’ était capable d’y parvenir car sinon, il n’aurait pas su quoi dire de plus. Ses mots et son attention avaient faits mouche et il répondit par un petit sourire à celui de son petit-ami. Non clairement, il était hors de question qu’ils se relancent dans ce genre d’attractions. Là-dessus, ils étaient totalement d’accord. Ce qui comptait à ce moment-là était que cet épisode désagréable était dorénavant derrière eux. Cependant, il ne pensait pas qu’une seconde vague d’inquiétude émanerait d’Azamir. Il avait beau se souvenir ce qu’il avait dit quelques minutes avant, il ne voyait pas pourquoi le ranger le prenait si mal. Ça avait tendance à lui taper sur les nerfs et sans doute cela se voyait-il. Ferir s’en inquiétait et l’idée même de gâcher la sortie à cause d’une phrase mal interprétée l’agaçait davantage. En tous les cas, il s’engageait à s’expliquer si jamais la situation dégénérait, la remarque de son ami le faisant sourire doucement. « J’ai bien peur que ce soit nécessaire, la traduction. Parce que je n’ai toujours pas compris ce que j’ai fait de mal. Bref. » Etait-ce sa façon de parler ? L’intonation, les mots choisis ? Et dire qu’il pensait avoir fait attention… Il s’était trompé.

Heureusement, la découverte d’une nouvelle attraction sembla chasser le malaise ambiant, ce qui n’était pas une mauvaise chose. Les taquineries fusèrent, concentrées sur Ferir. Au moins le sbire savait qu’il pouvait l’enquiquiner un peu là-dessus et s’il venait à se vexer, il se ferait pardonner. Puis, de toute manière, il avouait qu’il y avait des risques que lui aussi se pète la gueule, surtout en avisant le terrain de jeu. Là, c’était sec. Mais une fois la partie débutée… Ce serait un véritable carnage. Ils ne tardèrent pas à se préparer, entendant le compte à rebours. Pour le schizophrène, le résultat n’avait pas grande importance, l’essentiel étant de passer un bon moment. Bien sûr, il tâcherait de faire tout son possible pour remporter la victoire mais… Pas au point où Azamir était. Il resta quelque temps bloqué, partageant son impression avec son partenaire. C’était important pour lui ? Ça n’en restait pas moins qu’un jeu, à la base. Si ça avait été à balles réelles ou un vrai entrainement, il aurait compris. Mais là, ils étaient justes en train de s’amuser dans un parc d’attraction. Soit. Il ne fit pas plus de commentaires, amusé plutôt par le jeu, par la situation, par son petit-ami qui peinait à rester debout sur ses deux jambes.

Se prendre trop au sérieux, ça pouvait être vexant, il le savait. C’était sans doute pour ça d’ailleurs qu’il était si hilare quand Azamir glissa. L’action en elle-même était epic ; tant de concentration, de professionnalisme pour s’étaler au sol bêtement. D’autant plus que le rire de Ferir et de certains autres lui venait aux oreilles, il n’était donc pas le seul à s’esclaffer. Son petit ami ne manqua pas de rappeler à son ami qu’il disposait dorénavant d’une arme à son encontre, ce qui le fit sourire après avoir réussi par il ne savait quel miracle à retrouver un semblant de calme. A la base, le sbire pensait que le ranger l’ignorerait et qu’il essayerait de partir au plus vite, trop honteux pour rester face à eux. Il se trompa quelque peu en entendant sa voix, bien qu’au final, le comportement était le même. Cette scène avait eu le don de déconcentrer un peu le schizophrène qui ne manqua pas de glisser, se rattrapant tout de même avec plus ou moins de classe. Évidemment, Ferir l’avait vu faire, riant davantage.
« Ça ne compte pas comme une chute pour autant ! » Il lui tira la langue avant de reprendre le jeu, toujours aussi amusé par l’attraction.

La fin du jeu fut déclarée et il laissa échapper un soupir de satisfaction. Ça avait été pas mal fun, comme expérience, d’autant plus qu’ils avaient remporté la victoire. Il ne put s’empêcher de faire une remarque à voix haute, repensant à toutes leurs gamelles, en particulier celle d’Azamir qui méritait d’être inscrite dans le livre des records –ou pas, au moins de passer dans une émission du genre Vidéo Gag-. Sans surprise toutefois, Ferir lança un regard vers son meilleur ami, essayant d’évaluer son état. Est-ce qu’il bouderait une nouvelle fois ou pas ? De toute évidence, ce n’était pas le cas, mais le sbire remarquait bien qu’il n’était pas le type le plus joyeux du monde. Du coup, il comprenait aisément que comme les blagues les plus drôles étaient les plus courtes, il était préférable qu’il n’en rajoute pas trop. Rapidement, ce qu’ils feraient ensuite fut mis sur le terrain, évoquant la faim des deux autres. Oh. Merde. Shin’ tenta de cacher le fait qu’il ne ressentait aucunement le besoin de se sustenter… Et il n’avait pas encore trouvé la force d’avouer la vérité à son partenaire, concernant son hygiène alimentaire. Il préféra s’armer d’un sourire.
« Faisons ça alors. » Il se voulait enthousiaste, espérant au fond de lui que la faim se manifesterait le temps de faire une dernière attraction. Il n’y croyait pas vraiment et il se disait qu’il devrait vraiment expliquer tout ça à Ferir mais… Il ne savait s’il était capable de l’avouer en présence d’Azamir. Il ne désirait pas être jugé sur ce point, tout comme il n’avait pas envie d’essuyer des conseils pour qu’il se reprenne. Il savait déjà tout ça, Sha’ lui répétait assez souvent son discours sur l’importance de manger correctement et à sa faim… Mais quand cette dernière ne se manifestait pas, on faisait comment, au juste ?

Ils se dirigèrent donc vers leur prochaine attraction. Si l’impression d’être suivi s’était plus ou moins calmée, le schizophrène continuait de se demander pourquoi elle avait été présente. Sans s’en rendre compte, il se retrouva à marcher derrière les deux Kantonien, cherchant discrètement la source de son léger malaise. Avant qu’il n’ait réussi à la localiser, il entendit un cri perçant à lui vriller les oreilles avant de sentir un corps s’abattre de tout son poids sur son dos ; quelqu’un venait de lui sauter dessus, l’agrippant par le cou et nouant ses jambes autour de son ventre.
« Mikyyyyyyyyy ! Je savais que c’était toi ! » Un peu plus et le sbire s’écrasait méchamment au sol. Il réussit toutefois à rester debout, surpris par la présence de la jeune femme, d’autant plus lorsqu’elle vint à déposer un baiser sur sa joue. Non mais sérieusement ? « Salut les mecs, ça gaze ? » Elle s’adressait directement à Azamir et Ferir, faisant comme si de rien était. Elle affichait un large sourire, apparemment ravie de son entrée en scène. D’autant plus qu’elle ne semblait pas vouloir redescendre, s’accrochant au sbire comme une sangsue. Shinara ignorait s’il devait rire de son comportement ou s’agacer. Il opta pour une réaction entre les deux ; mi-amusé, mi-blasé.

« … T’es sérieuse, là ? »
« Je suis toujours sérieuse, voyons. Je ne pensais pas te trouver ici. Tu me présentes, s’il te plait ? Ou alors mieux, vous vous présentez. »
« Et si tu commençais par TE présenter ? »
« Naah. C’est moins drôle. »

… Un soupir. Cette rencontre promettait, comme à chaque fois que Milla était dans les parages, d’ailleurs.



Merci pour les lots, c'est ajouté à ma T-card :D J'ai choisi une CS Surf du coup pour la CS au choix. Merci pour l'event, gros coeur sur vous ♥️


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 11592

Région : Kanto | Hoenn
Mar 8 Mai - 0:34
Point de vue de Ferir avec Aza silencieux


C’est la surprise de voir Azy se comporter d’une façon aussi fermée, soudainement. Je n’avais pas remarqué qu’il y avait eu un souci. J’étais tellement concentré à ne pas paniquer... C’est rassurant de voir Shin qui fait des efforts, plus que mon meilleur ami. Dans leur tempérament, je m’attendais à cela. J’aurais bien voulu lui dire qu’il n’est pas le seul à avoir besoin de traduction, mais le concerné s’est arrêté et il va m’entendre. Je présume qu’il a déjà déduit qu’on parlait de lui, mais tout de même. Je ne voudrais pas qu’il fasse plus la gueule. Je reçois parfois des SMS de Hei qui me demande presque de jouer le rôle du traducteur. Leur cohabitation est toute récente et ils ne sont pas amis depuis très longtemps. Ce n’est pas toujours facile au quotidien entre eux. Mais bon, ils sont assez grands pour se débrouiller par eux-mêmes, bien que le ranger ait son petit caractère. Bref, nous le rejoignons et j’en profite pour regarder devant quelle attraction il s’est arrêté. Le moins qu’on puisse dire, c’est que nous sommes tous les trois motivés à la tenter. Dans tous les cas, elle ne peut pas être pire que la précédente. Et elle ne le fut pas. Au contraire, une fois qu’on a pu se lancer dans l’action, ça a été génial! Le fait que je peinais à rester debout ne m’a pas vraiment dérangé. Il est vrai que j’aurais aimé aider plus l’équipe, mais Azy et Shin sont parvenus à gérer ensemble pour mener la partie. M’enfin, jusqu’à ce que mon meilleur ami effectue la chute la plus drôle d’entre toutes. La tête qu’il a faite! Comme dit à mon petit ami, ce genre d’action lui plaît beaucoup et il était à fond. Son talent n’était pas passé inaperçu alors la chute encore moins! Je n’aurais pas cru rire autant aujourd’hui, à en avoir mal aux côtes. Je ne sais pas s’il y a des caméras, mais ça serait très drôle que oui. Bon, il faudrait tout de même éviter que des images d’Azy circulent, à cause de ces criminels qui le pourchassent... En tout cas, j’ai bien mémorisé la scène et je n’hésiterai pas à la rappeler au concerné au besoin! Il est honteux, mais pas assez orgueilleux pour vraiment se vexer, cette fois. Il tient à sa victoire.

Et il met les efforts pour l’obtenir. Il aurait été beaucoup trop vexé de perdre en plus de cette magnifique chute.

Shin a failli tomber lui aussi. Ça aurait été un score parfait pour le plancher aussi, mais non. Il s’est rattrapé et il a continué. C’était drôle quand même! Le jeu a duré quelques minutes de plus avant que la fin arrive. C’est tellement passé vite, c’était bien. J’ai craint une mauvaise réaction de la part d’Azy à la mention sur les meilleures chutes, mais ça passe. Par contre, je ne sais pas s’il serait d’accord pour le refaire. Il y a encore d’autres attractions que nous n’avons pas essayées, il faudrait aller vers celles-là en premier. C’est d’ailleurs ce que je propose, parlant ensuite de ma faim qui se manifeste de plus en plus. Quand je bouge, il faut que je mange pour tenir le rythme. Même chez moi, à m’occuper de mes pensionnaires, j’ai toujours quelque chose à grignoter, en plus des repas que je tente de cuisiner. Ou de seulement réchauffer... Au moins, ici, je n’ai pas à montrer mon manque de talent en la matière. Il faudrait que je le dise à Shin, un jour. De préférence avant de l’inviter à souper... Bref, nous sommes à nouveau tous d’accord pour la suite, donc c’est parfait! Alors on y va! Je suis vraiment enthousiaste. Je veux vraiment découvrir toutes les attractions, et je me souviens à cet instant qu’on peut aussi chercher de faux Magicarpe. Depuis le seul que j’ai pu trouver, je n’y ai pas vraiment repensé. Je surveille si je n’en verrai pas un en marchant, restant à côté d’Azy sans trop le réaliser. Il va réagir s’il me voit foncer dans quelque chose ou quelqu’un. Du moins, je crois. Je l’ai charrié tout à l’heure alors je ne peux pas en être sûr. Vous avez envie de manger quoi? Mon regard va vers mon ami à côté, qui hausse les épaules. Ça dépend de ce qu’ils offrent comme possibilité. Je ne peux m’empêcher de rire un peu en l’imaginant chercher désespérément le seul resto santé du parc. Et t-... J’allais demander à Shin, me retournant, mais ce cri et cette femme qui lui saute dans le dos me coupe l’élan. Mais qu’est-ce qui se passe? C’est surprenant, je dois être en train d’afficher une tête de poisson rouge. Je sens mon ami devenir tendu, j’espère que je n’aurai pas à le calmer.

Tu sais à quel point il est méfiant envers les étrangers. Depuis qu’il a été attrapé et qu’il est revenu chez toi en étant blessé, tu en comprends mieux les raisons...

Je rêve ou elle vient de l’appeler Miky? Un échange de regard avec Azy me confirme que lui aussi est paumé. C’est juste que ça ne paraît pas, qu’il est hyper fermé et méfiant. Je ne comprends rien à ce qui se passe. Elle s’accroche vraiment à mon petit ami, allant même lui donner un bisou sur la joue. Elle est vraiment motivée parce qu’il est encore mouillé de notre précédente activité, même si on essaie de se sécher avant de bouger. Puis, elle s’adresse à nous d’une façon si naturelle, j’en suis décontenancé. Je vois du coin de l’œil mon ami qui se croise les bras contre son torse, ses doigts se crispent sur ses biceps. Je me demande vraiment qui c’est. Avec ce qui s’est passé, avec la crainte que Shin avait une sorte de double vie quand on a découvert les jouets et choses d’enfants dans son appart... Et là, elle ne l’a pas appelé par son prénom. Ils se parlent tous les deux des présentations et de mon côté, je tarde à réagir. Pour ce coup, je ne peux pas compter sur une initiative de la part du ranger. Ce n’est certainement pas lui qui le fera. Euh... Je me sens toujours si idiot quand c’est la première chose que je parviens à dire. Mes joues doivent avoir pris une teinte rosée, il y a une chaleur qui en émane. Euh Azamir, dis-je rapidement en posant ma main sur un des bras croisés de mon ami, mon meilleur ami. Et bah... je m’appelle Ferir et Shin est mon... petit ami? La fin était un peu plus sur le ton d’une question ou doute, tandis que mon regard vient fixer celui du concerné. Je n’assume pas totalement d’avoir comme posé la question quant à mon couple, mais c’est vraiment bizarre comme situation. J’attends des explications, il m’en faut.

Et toi qui es toujours inquiet de tout, qui vit de l’insécurité, c’est difficile de ne pas être anxieux en ce moment. L’appellation différente est vraiment ce qui te pousse à avoir des hypothèses qui te stressent, ce qui se remarque sans mal sur ton visage. Tu ne veux surtout pas d’un retournement de situation.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1496

Région : Johto
Mar 8 Mai - 15:39
Le jeu d’eau tombait bien, c’était certain. S’il ne l’avait pas fait, dieu seul savait combien de temps Azamir aurait continué à faire la tête, sans que le sbire ne parvienne à comprendre ce qu’il avait dit ou fait de mal. On pouvait parfois lui reprocher d’être trop direct mais il avait pris soin de faire attention, cette fois-ci… Et ce n’était toujours pas bon. Heureusement, le jeu leur permirent de mettre de côté tout cela, laissant place à du pur amusement. Ils étaient plutôt bons, dans cette discipline et il ne manqua pas d’être hilare face à ses deux comparses. Ça faisait vraiment du bien de rire de bon cœur, comme ça. Même si c’était un peu au détriment du ranger, mais il ne parut pas s’en accommoder bien longtemps. Ce qui, aux yeux du schizophrène, était d’autant plus étrange étant donné qu’il le pensait bien trop susceptible, mais pas cette fois. Bah, il n’allait pas s’en plaindre, ça évitait de se retrouver dans la même situation que précédemment. A force de rire et de ne pas faire attention, il faillit tomber, lui aussi, mais parvient à se rattraper. Son petit ami ne manqua pas de le faire remarquer, récoltant un autre rire et une boutade de la part du sbire. C’était chouette, comme jeu, vraiment.

Maintenant que les émotions et la victoire étaient derrière eux, il était temps de se focaliser sur ce qu’il allait faire ensuite. L’idée de manger fut évoquée et, pour ne pas éveiller les soupçons, Shin’ ne manqua pas d’affirmer qu’il était dans la même situation. Ou du moins, que cela ne le dérangeait pas. Il espérait juste avoir un brin d’appétit pour ne pas paraitre trop ridicule. Il pouvait toujours dire aussi que l’eau chloré avait eu raison de sa faim, mais il n’était pas sûr que cela fonctionne. Ils avaient beaucoup bougé depuis qu’ils étaient arrivés et il sentait la fatigue l’étreindre, lui rappelant qu’il n’avait pas énormément dormi. Il se sentait pour autant toujours d’attaque mais il ne doutait pas qu’un coup de barre viendrait à le frapper durant l’après-midi. Du coup, il serait vraiment préférable qu’il mange pour continuer à tenir… Mais il sentait déjà son estomac se nouer, rien qu’à l’idée. Il espérait que cela ne se remarquerait pas, si Ferir et Azamir pouvaient avoir une conversation passionnante qui ferait qu’ils ne s’intéressaient pas à ce qu’il mangeait, ce serait parfait. Jusqu’à présent, il avait réussi à maintenir l’illusion d’un équilibre sain. Pour autant, il devait aussi faire à l’idée qu’à un moment ou un autre, le trouble dont il était victime finirait par se remarquer. Cette idée ne l’enchantait pas, mais alors pas du tout.

L’enthousiasme de son petit ami faisait plaisir à voir. Ils se mirent en route, la question fatidique ne tardant pas à émerger. Qu’est-ce qu’ils voulaient manger ? Eh bien… Rien ? Il pensait bien que ce n’était pas la réponse appropriée. Il aurait pu aussi demander des takoyakis, l’un des rares plats qu’il pouvait manger sans faim. Mais Ferir allait finir par croire qu’il ne mangeait que ça –ce qui, en soit, n’était pas totalement faux, pour dire vrai-. Heureusement, la question était d’abord tournée sur le ranger et le sbire se disait qu’il se calquerait sur ce qu’il disait. En soi, sa réponse n’était pas mauvaise. Il fallait voir ce que le parc avait à offrir, niveau nourriture. Shin’ pensait qu’il y aurait des snacks basiques, proposant des hamburgers avec des frites… Erk. Un truc qui ne passait pas vraiment chez lui. Tout ce qui était affilié au fast-food en fait, lui posait plutôt problème. Ils le découvriraient bien par eux-mêmes une fois arrivés et il sentait une pointe de stress l’envahir. Il vit son petit ami commencer à se tourner vers lui afin de lui poser la même question…

Mais il se stoppa bien vite lorsque la furie, aka Milla, hurla son « nom » en lui sautant dessus. C’était le genre de choses à laquelle le sbire ne s’attendait absolument pas et il dut faire un effort pour ne pas se rétamer au sol. Heureusement qu’elle était un poids plume sinon… Il se serait méchamment viandé. Une pointe d’agacement naquit dans l’esprit du sbire alors que la donzelle se gardait bien de le lâcher, après cette étreinte improvisée et ce baiser sur la joue. Shin’ ne manqua pas de lancer un regard à Ferir qui paraissait surpris tandis qu’Azamir adoptait une position de repli. Vint l’instant des présentations, Milla ne pouvant s’empêcher de faire son intéressante. Il y avait un mélange d’agacement et d’amusement qui se dessinait sur le visage de Shin’ alors que son petit ami tardait à répondre. Lorsque Shin’ voulut s’en occuper par lui-même, il sembla que le Kantonien retrouva sa langue, de toute évidence gêné et ne comprenant rien à ce qui se passait autour. La jeune femme tourna son regard vers lui, comme si elle l’encourageait à continuer. Un sourire passa sur ses lèvres et sur celles de Shin’ à l’annonce de la relation qui les unissait.


« Oui oui, tu es mon petit ami, n’en doute pas s’il te plait. »
« Pourquoi il en douterait d’abord ? »
« Parce que tu viens de me sauter dessus comme une hystérique et que tu m’embrasses en public, peut-être ? »

La donzelle afficha un sourire désolé, comprenant alors que son comportement pouvait soulever beaucoup de questions. Elle ne savait pas en revanche si elle devait mal prendre le fait que les deux hommes n’avaient pas la moindre idée de qui elle était… Alors comme ça, Miky ne parlait pas d’elle, hein ? Il était vrai qu’il parlait rarement de la jeune femme, sans que ce soit forcément une mauvaise chose. Il n’avait pas encore eu l’occasion de parler d’elle à Ferir, estimant qu’il avait déjà beaucoup parler d’autres sujets… Comme de son fils, par exemple. Elle finit par retomber au sol, se positionnant à côté du sbire, dévoilant sa plastique parfaite. S’il n’y avait pas ce lien limite parental qui les liait, Shin’ se serait laissé à penser que Milla était une très belle femme. De jolies formes, une poitrine généreuse, un visage agréable au regard… Et son bikini mettait très bien tout ça en valeur.


« Pardon, je voulais pas créer de problème. Ravie de vous rencontrer, tous les deux ! » « … Et ? » « Et quoi ? » Elle le faisait exprès, c’était certain. Le sbire arqua un sourcil alors qu’elle lui offrait un sourire, finissant par soupirer doucement.« Je vous présente Milla… Garner ? » Il se tourna vers la concernée qui acquiesça. Il ne s’était pas encore fait à son changement de nom, malgré le fait que son divorce commençait à dater. « Elle est… » Il sentit son regard sur elle et il comprit rapidement qu’elle attendait avec impatience la suite de sa phrase. Sauf qu’il ne savait pas comment la continuer et il dut prendre quelques secondes pour trouver quoi dire exactement. « Elle est comme une maman de cœur, pour moi. C’est la mère de Tanaka. » De cette façon, il définissait son affection pour elle et le concret, même s’il devait avouer que parler de Tani ne le mettait pas spécialement en joie. Il craignait toujours de parler de son ami d’enfance lorsqu’elle était dans les parages, de peur de la faire sombrer dans un état mélancolique. Il guetta sa réaction, voyant un large sourire étiré ses lèvres alors qu’elle se tournait vers les deux hommes.

« C’est ça. Ça résume bien, je trouve. Et… T’as vraiment cru que je pouvais être la petite-amie de Miky ? C’est flatteur. »
« Aucun risque, t’es trop vieille. »

Le coude de la demoiselle vint à frapper ses cotes et il eut tout juste temps de l’esquiver, lui tirant la langue au passage. Elle lui jeta un regard noir, animé par un léger sourire en coin. Il fallait toujours qu’il la vanne sur son âge alors qu’elle venait à peine de passer l’âge fatidique des quarante ans…

« Ah, au fait. Mon deuxième prénom c’est Mikomi d’où le Miky, si jamais tu te demandes. Tani m’appelait toujours comme ça. »

Histoire de dissiper le doute, s’il y en avait un.


(Utilisation de Vol pour continuer le RP)


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 11592

Région : Kanto | Hoenn
Ven 11 Mai - 0:13
Point de vue de Ferir avec Aza aussi paumé que lui

À force de bouger à travers les attractions, j’en viens à avoir faim. Pourtant, j’ai eu ce malaise dans le sous-marin, mais ça n’affecte pas mon appétit. C’est du passé, puis de toute façon, j’ai toujours faim. Juste l’idée de manger accentue la sensation d’avoir l’estomac vide. Maintenant que nous sommes en marche vers une prochaine attraction, la dernière avant de fouiller dans le parc pour trouver le coin des restaurants, je demande ce qu’ils veulent manger. Pour ma part, j’aime me décider à l’avance quelques choix et m’y restreindre, sinon je peux prendre plusieurs longues minutes à me décider une fois devant tous les menus. Je ne veux pas les embêter avec mon incapacité à prendre rapidement une décision aussi futile que savoir quoi manger... En tout cas, je suis le seul qui fait ça, Azy est dans l’idée de voir ce que le parc a à proposer, mais dans tous les cas, il va se prendre de la bouffe santé. J’allais poser la question à Shin qui reste silencieux, marchant un peu derrière nous, mais je n’en ai pas l’occasion. Je n’avais pas vraiment remarqué cette femme qui arrivait, jusqu’à ce qu’elle bondisse sur mon petit ami en hurlant, en plus de s’agripper à lui... C’était... totalement inattendu. J’en suis surpris, mon ami devient méfiant, comme d’habitude lorsqu’il y a une personne qu’il ne connaît pas dans les parages, plus encore une personne si expressive. Et avec l’entrée en scène, on a de quoi en être saisi. Ça me fait quand même un peu... bizarre de voir une femme lui sauter dessus de cette façon, avec en plus le baiser sur la joue qui n’est pas une bise « normale ». En tout cas, j’ai vraiment besoin d’explications parce que je me sens perdu et que ça me rend anxieux. Je ne peux pas compter sur Azy pour m’aider. Il a déjà une mauvaise opinion à cause de ce qui s’est passé et je me doute de ce qui lui passe par la tête en ce moment. Ça me passe un peu aussi, j’essaie de ne pas paniquer et de ne pas voir les choses trop noires...

Ce n’est pas si simple de ne pas déraper dans tes délires. Ce n’est pas que tu manques de confiance en lui, c’est que tu t’inquiètes de tout et que tu crains de ne pas être à la hauteur, et donc du rejet.

Je ne comprends rien, ce n’est pas très agréable. En tout cas, ils sont proches... Réagir me prend du temps, mais je finis par être capable de parler et donc de nous présenter, Azy et moi. Le ranger reste droit et fermé, ne disant pas un mot. Même pas le moindre geste non plus. Il attend de pied ferme les explications. Je sais qu’il veut juste me protéger et qu’il a beaucoup de mal à accorder sa confiance, mais il pourrait faire un petit effort... Son attitude me rend encore plus stressé, alors j’essaie de ne pas le regarder, même en le nommant. J’assume mal d’avoir terminé ma phrase sur une intonation interrogative en ce qui concerne le lien que j’ai avec Shin, mais je n’ai pas pu faire autrement. Les sourires que je récolte me rassurent un peu en attendant une réponse qui ne tarde heureusement pas à arriver. Je suis aussi très soulagé, sur le coup, quand mon copain assure que nous sommes bel et bien ensemble. Par contre, je me sens vite embarrassé, bien qu’il semble avoir compris pourquoi j’ai pu en douter, vu ce qu’il mentionne ensuite. Je suis désolé... Me voici vraiment gêné, je n’aurais pas dû avoir de telles idées en tête. De toute évidence, il y a des personnes plus expressives que moi, parce que c’est quelque chose que je ne ferais pas à d’autres personnes que Shin, justement. Même avec Azy, je ne lui ai jamais sauté dessus comme ça, juste des câlins ordinaires. De toute façon, il m’aurait dégagé sans délicatesse dans la seconde suivante. Il n’a jamais aimé les contacts trop envahissants ou être surpris. Bref, j’aurais voulu expliquer plus longuement ce qui m’a traversé l’esprit, mais la femme s’excuse, sauf qu’elle ne se présente pas. Au moins, elle a désormais les deux pieds au sol. Je ne comprends pas pourquoi, mais je me sens mieux ainsi. Même si je peux ressentir le malaise d’Azy jusqu’ici à cause de sa pudeur. Il faut le connaître pour s’en rendre compte, cela dit. Il est doué pour cacher ce qu’il pense et ce qu’il ressent. Parfois un peu trop doué..., plus encore avec moi à côté qui laisse tout paraître.

S’il est vrai que cela pourrait se retourner contre toi face à des personnes mal intentionnées, il n’y a pas d’autres points négatifs.

Shin nous la présente puisqu’elle ne semble pas vouloir le faire d’elle-même. Nous en apprenons enfin plus sur le lien qu’ils ont. C’est vrai qu’elle fait plus âgée, mais je n’aurais jamais cru qu’elle avait eu un enfant. Je me souviens que ma mère, elle avait des rondeurs. Ravi de te rencontrer aussi. J’ai presque envie de donner un coup de coude à mon ami pour qu’il se déride et qu’il parle, mais il reste muet, hochant juste doucement la tête. Il est quand même moins crispé et droit qu’il l’était. Enfin je... je ne savais pas trop ce que je croyais là... J’échappe un rire embarrassé, riant aussi de la remarque de mon petit ami quant à son âge. De mon côté, il reste encore un malaise de toute cette histoire, je ne sais pas comment me comporter et quoi dire, exactement. C’est rare que je me retrouve dans un tel état... Je ne sais pas le gérer. Au moins, on a l’explication pour le dernier truc qui me restait à comprendre. J’avoue que oui, je me demandais. Quelqu’un qui te connaît bien et qui t’appelle par un surnom dont je n’ai aucune idée d’où il vient, ça m’a soulevé des questions... J’ai pu expliquer davantage, ça devrait m’aider à me sentir mieux, même si le malaise est encore grand. Et je sais qu’Azy a eu les mêmes questions que moi, même s’il dit rien depuis tout à l’heure. J’essaie maladroitement de l’inclure dans la conversation. Après coup, je me dis que ce n’était pas la chose à faire, il va sûrement s’en vexer. Ça serait bien le comble. Ce n’est pas parce que tu peux déduire ce que je pense que t’es obligé de le partager. Tout est dans son intonation. Si la phrase seule sonne comme le mec vexé, il n’en est rien. Il a même ce petit sourire en coin aux lèvres. J’avais besoin de son appui, comme pour justifier le fait que j’aie pu m’inquiéter. Je pense que si elle avait dit Shin, ça aurait déjà été moins angoissant pour moi. T’as qu’à parler, je n’aurais pas à le faire à ta place. Hn. Mon sourire revient, je me sens mieux. J’espère quand même que ce que je viens de dire ne va pas jeter un froid. Ça serait dommage, ce n’est pas le but.

Dis-toi que tu as été honnête, c’est tout ce qui compte.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1496

Région : Johto
Dim 13 Mai - 16:21
C’était vraiment un problème, cette histoire de nourriture. Shin’ gardait le silence, cherchant une solution. Il était peut-être temps de révéler la vérité. Qui sait ? Peut-être que Ferir pourrait l’aider à retourner vers une alimentation saine et régulière… Mais l’arrivée impromptue de Milla chassa rapidement ses réflexions. Il fallait toujours qu’elle se fasse remarquer, de quelques façons qu’il soit. Des regards s’étaient tournés vers eux, mais elle n’en tenait pas compte. Elle n’était pas du genre à se soucier de ce que pensent les gens. En un sens, elle n’avait pas tort. Shin’ avait lui-même cette logique. Mais pour autant, face à son petit ami, il aurait aimé qu’elle se fasse un peu plus discrète. Il n’était pas difficile à remarquer que Ferir et Azamir se sentaient quelque peu mal à l’aise, quant à cette entrée en matière. Surtout que la demoiselle refusait de se présenter correctement, demandant plutôt que ce soit aux garçons de le faire en premier. C’était agaçant, quand elle faisait ça. Elle venait de passer l’âge fatidique des quarante ans, mais elle agissait toujours comme une gamine, quand elle commençait. Et pour le moment, elle ne semblait pas vouloir agir comme une adulte.

L’affirmation qui ressemblait plus à une question quant à leur relation le fit sourire doucement, bien qu’il sentit une pointe d’agacement au plus profond de lui. Si Ferir craignait vraiment qu’il ait une double vie de cette sorte, il ne savait pas quoi faire pour le rassurer. Evidemment, cette histoire de double vie n’était pas totalement absurde avec le métier qu’il faisait mais… Ça, il le gardait bien pour lui. Milla non plus n’était pas au courant et il ne comptait pas l’avouer de sitôt. S’il pouvait faire en sorte que ça ne s’apprenne jamais d’ailleurs, il serait content. Après avoir expliqué à la donzelle pourquoi la situation éveillait de tel quiproquo, son petit ami ne manqua pas de s’excuser, la gêne se lisant sur son visage.
« Ce n’est pas grave, t’en fais pas. » Il n’y avait pas de raison de s’en faire plus que nécessaire. Il pouvait tout aussi bien comprendre le comportement du jeune homme, se sentant un peu flatté par la petite jalousie qui se portait derrière. Ou peut-être était-ce son imagination qui lui jouait des tours. En tous les cas, il ne voyait pas de raison de s’attarder plus longuement sur cet épisode-là.

Une fois les présentations faites, Shin’ espérait que tout malaise serait dissipé. Il était difficile de gérer une situation quand on manquait d’informations, c’était pourquoi il avait pris soin d’annoncer tous les détails. Enfin, détails… C’était quand même la mère de son meilleur ami, à la base. Ce n’était pas tant un détail que ça. En tous les cas, cela sembla convenir à Ferir qui se détendit un peu, sa remarque faisant rire doucement Milla.
« Je suis désolée, j’avais dans l’idée de mettre mal à l’aise Miky, pas vous en fait. » Ça, c’était sûr et certain. Le sbire laissa échapper un soupir, levant les yeux au ciel. Mais en l’entendant l’évoquer par son surnom, il pensa qu’il était nécessaire d’expliquer d’où il venait. En vue de la réaction de son ami, il comprit aisément qu’il s’agissait du principal élément qui l’avait perturbé. Autant dire qu’il aurait mieux fait de commencer par-là, histoire de briser tout de suite le malaise. Il s’apprêtait à répondre, mais le Kantonien continue, impliquant Azamir. Face à sa réponse, la donzelle parait décontenancée. C’était quand même vachement… Sec, comme façon de répondre, non ? Elle échangea un regard avec Shin’ alors qu’un sourire se dessinait sur le visage des deux hommes.

« Pardon, pardon. Ce n’était vraiment pas voulu. Miky n’aime pas son prénom et mon fils l’avait remarqué à leur première rencontre. Alors… Il l’a surnommé, pour éviter de lui miner le mor... »
« Un peu comme maintenant, non ? »

Le ton était plus brusque et elle l’avait remarqué. Le schizophrène avait croisé les bras, se braquant légèrement. Il avait déjà dit à Ferir qu’il n’aimait pas son prénom, sans pour autant lui expliquer en détails pourquoi. Mais il avait parlé de son père et peut-être que le jeune homme avait fait le lien… Ou pas, en fait. En tous les cas, le fait que Milla explique pourquoi Tani l’avait surnommé ainsi le mettait effectivement mal à l’aise. Il n’avait pas envie d’en parler. « Désolée. » Un léger sourire se dessina sur ses lèvres alors qu’elle se mettait à regarder autour d’elle. Elle cherchait un nouveau sujet de conversation et il s’en rendait bien compte. Un soupir passa les lèvres du plus jeune. Il avait envie de fumer, tout à coup. Il n’avait pas non plus envie de miner totalement la conversation, essayant de se reprendre.

« T’es venue toute seule ? »

« Ah, non. » Elle cligna des yeux, cherchant autour d’elle la personne qui l’avait accompagnée. Elle ne tarda pas à la trouver, le sbire n’ayant pas réellement besoin qu’elle lui montre du doigt. Il avait compris en voyant cet homme le fixer avec un regard noir. « Shuichi, mon fils ainé la précision était pour Azamir et Ferir - est avec moi. » Il avait la vingtaine, vingt-six ans pour être plus précis. Des cheveux blonds-bruns, le visage dur. Il n’avait pas les mêmes traits que sa mère, ayant surtout hérités des gênes de son père… Ce qui n’était pas à son honneur, même s’il n’était pas moche non plus. Il observait sa mère et ne comptait pas venir les voir, tout en lançant des regards assassins au sbire qui ne trouva rien de mieux que de sourire bêtement et de lui faire un coucou de la main. Mais clairement, le regard qu’il lui jetait étant autant empli de haine que celui qui lui était adressé. Une moue se dessina sur le visage de la demoiselle qui poussa un soupir.

« J’aimerai bien, qu’un jour, tu m’expliques pourquoi Shu et toi vous vous détestez autant. »
« Longue histoire. »

Il n’avait clairement pas l’intention de s’expliquer et Milla remarquait bien que cela ne servait à rien d’insister. Alors plutôt que de s’attarder inutilement sur le sujet, elle préférait reporter son attention sur les deux hommes qui accompagnaient le sbire. « Dis-moi, Ferir, ça fait combien de temps que vous connaissez Miky ? Comment vous vous êtes rencontrés ? Je veux tout savoir ~ » Elle s’était armée d’un nouveau sourire alors qu’elle s’était approchée un peu du concerné. Elle ne savait pas trop comment aborder Azamir alors elle se concentrait surtout sur le petit ami de son presque fils.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 11592

Région : Kanto | Hoenn
Lun 14 Mai - 4:50
Point de vue de Ferir avec Aza qui s'barre

Me voici vraiment rassuré quand Shin me dit que ce n’est vraiment pas grave pour ma petite boulette d’avoir énoncé notre lien plus comme une question qu’une affirmation. Ça aurait pu le vexer, je ne voulais pas ça. Je m’inquiète trop souvent pour rien, il faut que j’apprenne à contrôler mon anxiété. Elle est pénible pour moi et pour les autres. Je parviens à me détendre et à calmer toutes mes questions à mesure que les informations me sont données. Mettre mal à l’aise Shin... Heureusement que son short était bien installé, parce qu’elle aurait pu glisser et le vêtement aurait pu suivre. On sort quand même d’une bataille de pistolet à eau, on est encore mouillé. Mais bon, je hoche juste la tête, ayant un petit sourire aux lèvres. Puis, j’apprends que mon copain a un deuxième prénom et que Miky, ça vient de là. Il n’était pas écrit, il me semble, sur la sonnette à l’entrée de l’immeuble. Donc je ne pouvais pas le savoir, il ne m’en avait jamais parlé avant maintenant. Je m’exprime à ce sujet, sentant le besoin de me justifier, de dire que je me posais effectivement des questions. Ma tentative maladroite d’inclure Azy dans la conversation fonctionne plus ou moins. Il me répond une phrase qui peut sembler rude, mais son intonation ne l’est pas. Il faut s’habituer avec lui, il n’est pas très délicat. Il lui arrive de peser ses mots, sauf que le naturel reprend toujours le dessus. Il n’est pas très doué avec les mots, c’est tout. Moi, je le sais, mais ce n’est pas le cas des deux personnes devant nous. Je me dis qu’avec nos sourires, ça ira. Déjà, Azy n’est pas très expressif, alors quand il a un petit sourire même en coin, ça veut dire que ça va. Bref, Milla explique que Shin n’aime pas son prénom, ce que je savais déjà. En revanche, je ne croyais pas que ça datait de si loin. J’en suis surpris. J’aurais bien voulu parler, mais il nous coupe l’élan. Je le sens se refermer et je ne veux donc pas en ajouter une couche. Mais... j’ai une question, et j’aimerais vraiment pouvoir la poser... C’est problématique.

T’as qu’à oser. Il n’y aura pas de mort.

Même si elle s’excuse, j’essaie à mon tour. Il me faut une confirmation sinon ça me restera en tête. Je savais qu’il ne l’aime pas. J’adresse un petit sourire gêné à Shin, résistant à l’envie de m’approcher de lui pour lui saisir la main. Mais... quand on dit Shin, ça va, non? L’intonation incertaine, la peur de le mettre plus sur la défensive qu’il l’est déjà... Parce que s’il faut que je commence à le nommer autrement, ça va faire... bizarre. Et je sais que pour Azy, c’est déjà difficile comme il a ce problème avec les surnoms. Il ne le fait quasiment jamais. Même quand il parle à Gaeriel ou d’elle, personne qu’il aime sincèrement, il ne le fait pas. Donc depuis qu’il sait que Shinara est le prénom complet, il résiste bien fort à l’envie de le nommer ainsi. En tout cas, la conversation vient à dévier, ce qui n’est pas plus mal. On apprend donc, mon ami et moi, que la femme est accompagnée de son fils aîné. Et de ce que je vois, il ne semble pas très sympathique... J’espère qu’Azy ne va pas se braquer une autre fois... Moi en tout cas, ça ne me rend pas très à l’aise toute cette histoire. De toute évidence, ils ne s’entendent pas, ce qui nous est confirmé. Par contre, le concerné ne veut pas en dire plus. J’ai tellement l’impression qu’il me reste une foule de choses à découvrir sur mon petit ami. D’un autre côté, je ne lui ai pas non plus parlé en détail de ma vie. C’est un peu particulier, quand on se met en couple à cet âge. On a du vécu, vécu qui a aussi influencé notre tempérament. Pour ma part, ça ne me gêne pas vraiment d’en parler avec lui, mais je sais que son passé est un sujet épineux alors je m’en abstiens. Je présume qu’un jour, je finirai bien par en savoir plus... et qu’il s’intéressera aussi à moi. Je suis sûrement juste trop curieux. Ça ne serait pas nouveau.

Ce n’est pas un mal de s’intéresser sincèrement à la personne avec laquelle on partage un bout de chemin.

Et parlant de s’intéresser à moi, Milla s’approche et me questionne. J’espère qu’elle n’avancera pas plus, elle est à la limite de ce que je peux tolérer pour une femme et je ne veux pas avoir à expliquer pourquoi ça me fait figer, pourquoi je suis incapable d’avoir des contacts physiques avec une femme. Même Azy n’en a pas vraiment conscience de ça... D’ailleurs, quand j’y pense, il y a avec Gaeriel que ça ne m’a pas dérangé, notre poignée de main. C’est le maximum que je peux avoir. Il le faut bien, pour le refuge. J’ai à rencontrer une foule de personnes. Euh, ça fait... Je me mets à calculer les mois sur mes doigts, et je me trouve un peu idiot après coup. Bah quelques mois en tout cas. Je ne veux pas qu’on me voie calculer comme ça plus longuement, c’est gênant! C’était à un beach party à Azuria, c’est pas très loin de chez moi. Azy devait m’accompagner, mais il m’a un peu faussé compagnie en arrivant sur le site. Une moue boudeuse apparaît sur mon visage tandis que je tourne la tête vers le concerné. Ne me regarde pas comme ça, ça t’a justement permis de le rencontrer. Ah ouais, le voilà qui se sert de cet abandon à son avantage! On peut dire ça comme ça, j’imagine, mentionnai-je en haussant les épaules. Je poursuis. Shin m’a invité chez lui par la suite et bah... c’est après qu’on a franchi le cap d’amis à couple. Mon regard va vers mon petit ami, tandis que je m’approche doucement, lui attrapant la main. Je n’ai pas envie d’évoquer ce qu’il y a eu entre ça. Pour moi, c’est passé et il n’y aura plus d’événement comme celui-là pour le futur. Je l’aime et je sais qu’il m’aime aussi, c’est tout ce qui compte. Je ne peux empêcher un doux sourire à cette pensée, mais je suis rapidement ramené à la réalité. Je retourne aux casiers et je reviens. J’ai à peine le temps de le regarder qu’il adresse un signe de la tête avant de se détourner et de partir. Mais Azy... Il s’en fout bien de ce que je peux dire. Un soupir franchit mes lèvres. Typique de lui, ça.

Tu aurais voulu qu’il se force un peu plus, mais tu ne peux pas lui demander de se mettre ami avec tout l’entourage de ton petit ami.

Je suis désolé, il n’est pas très sociable et pas très à l’aise lors d’un premier contact avec une personne qu’il ne connaît pas... Il va revenir, il revient toujours. À moins qu’il croise un Rocket en chemin, mais je préfère ne pas y penser... Une fois, c’était bien assez. Dans un lieu public, il y a peu de chance que ça arrive. Et tels que je les connais, Leon, Ly et Knight ne doivent pas être loin.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1496

Région : Johto
Lun 14 Mai - 19:26
A force, même si cela ne faisait que quelque mois qu’ils sortaient ensemble, Shin’ avait fini par comprendre un peu comment Ferir fonctionnait et il mettait la « question » de son partenaire sur le coup du stress, de l’anxiété. Sur plusieurs points, il sentait le jeune homme être harcelé par des pensées qui tiraient son moral vers le bas. Le sbire aurait aimé l’aider pour aller mieux et cesser ce comportement, mais de toute évidence, il s’agissait d’une réaction si fortement ancrée dans la vie de son petit ami qu’il serait difficile de l’en débarrasser. De ce fait et parce qu’il n’avait pas la moindre envie de faire une scène maintenant, il avait décidé de ne pas en tenir rigueur. S’il s’était montré susceptible comme il pouvait l’être parfois, il n’aurait sans doute pas aimé la tournure qu’aurait pu prendre la journée… Et ça aurait été dommage, vraiment. Il ne voulait pas miner le moral à tout le monde en agissant ainsi, alors qu’il suffisait juste de prendre un peu sur lui et d’expliquer ce que le Kantonien ne comprenait pas. Dissiper le doute, les questions. Et faire bien comprendre qu’il n’y avait pas de troubles à avoir sur la nature de sa relation. Ça avait fait assez de problèmes comme ça.

Comme son habitude, Milla fanfaronnait doucement, taquinant le sbire en avouant que celui qu’elle voulait mettre mal à l’aise, c’était lui. Shin’ n’en était pas réellement étonné et ne fit donc aucun commentaire. Elle resta quelque peu dubitative face à la réplique d’Azamir, la trouvant rude, pour le coup. Mais avec le sourire qu’il arborait, elle ne savait pas trop quoi pensé, d’autant plus que son meilleur ami ne semblait pas s’en accommoder outre mesure. Bah, pourquoi pas. Après être retournée au sol et après avoir expliqué l’histoire du surnom, elle se sentit obligée d’expliquer plus en détails, mentionnant Tanaka et… et non, en fait. Le schizophrène ne manqua pas de la stopper dans son élan, rappelant d’une certaine façon qu’il entendait ce qu’il disait et que la conversation lui déplaisait. Il vit Ferir être pris d’un élan affectif avant de se ressaisir, posant la question qui lui brûlait de toute évidence les lèvres. Hum.
« Shin c’est bon. En fait, c’est Shinara en complet que je ne supporte pas. Ça me rappelle… De mauvais souvenirs. » Il savait qu’il réagissait beaucoup trop fortement pour une histoire de prénom, mais c’était plus fort que lui. En parlant, il avait tendance à se tenir le poignet, grattant sans s’en apercevoir l’une des cicatrices. Il esquiva le regard des autres un instant alors que Milla lui prenait le bras, posant sa tête sur son épaule l’espace de quelques secondes. Elle se posait une question, elle aussi… Et quitte à être fichue pour fichue, autant la poser tout de suite. « Kane et Jasper t’appelaient Shinara, non ? » Forcément. Le sbire se demandait quand est-ce que la donzelle allait évoquée son ex, et ça n’avait pas manqué. Il était toutefois surpris qu’elle se rappelle de ce détail. « Raison de plus pour le détester, du coup. Mais Kane m’appelle plus Shinara d’ailleurs, il m’appelle papa. » Autant parler de son ex-mari le mettait dans une colère noire, autant le fait d’évoquer ce petit détail faisait se dessiner un large sourire idiot sur son visage, sourire auquel Milla répondit volontiers, rassurée de voir qu’elle n’avait pas fait la boulette de trop.

La présence de Shuichi au parc l’agaçait quelque peu, cela dit. Un peu plus et il lui adressait un joyeux doigt d’honneur, mais face à la demoiselle, il ne se le permettrait pas. Il ne voulait pas non plus lui dire pourquoi son fils ainé et lui étaient tant en froid… Même si elle devait deviner pourquoi son fils n’aimait pas le schizophrène. Après ce qui était arrivé à son frère… Il y avait des choses qui étaient difficiles de pardonner, surtout quand on n’avait qu’une partie de l’histoire. Et du côté du sbire, eh bien… Il voyait en Shu’ qu’un prétentieux arrogant qui l’avait maltraité toute son enfance, l’un de ses bourreaux qui faisaient qu’il n’aimait pas l’école, gamin. Ils s’étaient même retrouvés lorsqu’il s’était enfui de chez Kamiya, ce qui lui avait valu trois mois dans le coma donc… Pas vraiment le genre de choses joyeuses qu’on pardonne facilement –même si Shin’ avait eu sa revanche, pour ce coup là-. Bref. Il était préférable d’éviter le sujet épineux que pouvait être le fils ainé de Milla. Il fut rassuré d’ailleurs de voir qu’elle n’insistait pas et que Ferir ne posait aucune question là-dessus. Tant mieux.

Milla vint alors à poser sans doute l’une des questions qui lui brûlait le plus les lèvres, un petit sourire se dessinant sur le visage du plus jeune. Leur rencontre hein… Il aimait bien se le remémorer, surtout la nuit qu’ils avaient passés ensemble, en bon pervers qu’il était. Quelques mois donc. L’espace d’un instant, il voulut calculer aussi la durée mais il fut plus distrait par la suite de la conversation.
« Il a pas tort. » Loin de lui l’idée de soutenir Azamir dans son comportement antisocial, mais il doutait qu’il aurait été dragué Ferir s’il avait été tout le long en compagnie du ranger –même si bon, pour de vrai c’était Ferir qui était venu à lui-. Alors il le précisait juste, mais il se demandait comment sa phrase pouvait être interpréter. Bref. Son petit ami finit l’histoire qui fait sourire doucement le principal concerné, répondant à cette main qui venait à se saisir de la sienne. « Et depuis il me supporte, c’est fou hein ? » Il émit un petit rire, préférant l’autodérision pour le coup. Milla quant à elle les regardait avec un sourire de plus en plus grand. Elle résistait fortement à l’envie de les prendre tous les deux dans les bras pour un gros câlin. « C’est trop mignon ! Je suis contente pour vous, les garçons ! » C’était presque exaspèrent, mais Shin’ ne pouvait s’empêcher de sourire face à l’enthousiasme de la demoiselle. Il ne manqua pas d’aller déposer un baiser sur la joue de son petit ami, le remerciant silencieusement de ne pas avoir évoqué le clash qu’il y avait eu entre eux… Au risque de créer un malaise.

« Tiens d’ailleurs… »

Il venait de se souvenir qu’Azamir avait aussi passé pas mal de temps à parler avec Shara, le soir de leurs rencontres. Mais avant d’avoir pu finir sa phrase, le ranger annonça qu’il retournait au casier. Ah, apparemment, il était arrivé au rupteur et ne pouvait plus se permettre de rester avec une inconnue. Shinara n’en était pas vraiment étonné… Étant donné qu’en prime l’idée lui avait aussi traversé l’esprit. Ferir poussa un soupir, s’excusant au passage à Milla pour le comportement de son meilleur ami… Et le sbire vit parfaitement son sourire se dessiner alors qu’elle tournait son regard vers lui. « Il y a pas de problèmes, j’ai l’habitude des personnes « pas très sociables »… » « Je me demande vraiment de qui tu parles. Du coup… je vous abandonne aussi deux secondes, je vais voir si Shara ne m’a pas écrit. » Il s’inquiétait trop, sans aucun doute. Mais le fait qu’Azamir ait parlé des casiers lui rappelait son portable qui affichait peut-être un message important. La simple idée s’était infiltrée dans son esprit et il n’avait dorénavant plus d’autres choix que d’aller vérifier. Il vola un baiser à Ferir avant de les laisser derrière lui, Milla poussant un soupir à son tour.

« Un peu plus et je croirais qu’il me fuit… » Elle savait que ce n’était pas le cas, ou du moins que ce n’était plus le cas. Elle laissa échapper un petit rire, alors qu’elle se tournait vers Ferir. « Je suis contente de voir que Miky s’est ressaisi, il a l’air bien avec toi… Merci. » Elle agissait vraiment trop comme une mère, mais il lui paraissait important de le dire. Si le sbire avait laissé ce jeune homme atteindre son cœur, c’était qu’il était prêt à aimer à nouveau. Et ça… C’était tant mieux. L’être humain n’était pas fait pour vivre éternellement seul. « Et sinon, tu habites Kanto, si j’ai bien compris ? Ça doit être un peu embettant pour vous voir… » Ou comment débuter une nouvelle conversation.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 11592

Région : Kanto | Hoenn
Mer 16 Mai - 23:59
Point de vue de Ferir

C’est une rencontre vraiment bizarre qui m’a perturbé, au début. Heureusement, les réponses ne tardent pas à être données, les explications aussi. Il y a un malaise qui reste, quand Milla parle de Tanaka. Je sais que c’est un sujet délicat pour Shin, donc je ne comprends pas pourquoi elle insiste. Pourtant, elle doit le savoir aussi... Par contre, je ne peux m’empêcher de poser une question, parce qu’avec ce début d’histoire, je me demande vraiment s’il ne faut pas que je commence à le nommer autrement. La réaction qu’il a me fait mal au cœur, avec son poignet comme quand il a évoqué son père chez lui. Je voudrais tant le serrer contre moi..., mais bon, il a déjà sa mère de cœur, comme il dit, contre lui. J’allais m’excuser d’avoir posé la question, sauf que la femme me prend de vitesse en continuant cette conversation, et pas de la meilleure façon qui soit. Évoquer le nom de l’ex de mon petit ami, je ne pense pas que ça soit une bonne idée... Je ne sais pas tous les détails de cette relation qu’il a eue, mais assez pour savoir que c’est à cause de lui qu’il ne voulait plus se lier de cette façon et que ça l’affecte. D’ailleurs, il le montre bien par le début de sa réponse. Au moins, la suite est tout de suite plus positive. Oh, c’est vraiment chouette pour Kane! Je préfère concentrer des efforts uniquement là-dessus, ne pas parler plus longuement du négatif. On s’amusait bien et je voudrais que Shin reste de bonne humeur. Il y a déjà assez d’accrochages entre mon meilleur ami et lui parce qu’ils ont du mal à se comprendre... Et de ce que je vois, il ne s’entend pas non plus avec ce Shuichi qui ne me plaît pas tellement non plus. Ça ne me rend pas très à l’aise, tout cela. Je serais curieux de comprendre ce qu’ils ont à se regarder comme ça, sauf que je n’ose pas. Peut-être un jour, si on les recroise. Je ne sais pas. Il faut que j’évite de poser toutes les questions qui me passent par la tête, même si ce n’est pas pour mal faire. C’est juste que... je m’y intéresse sincèrement.

Tout le monde qui te connaît sait que tu ne veux pas mal faire, que tu ne veux pas blesser. Tu as simplement de la difficulté à savoir quand il ne faut pas poser une question pour ne pas miner l’ambiance.

Au moins, ça devient plus positif pour la suite. Nous demander de parler de notre rencontre, ça me redonne un large sourire. Je ne m’attendais pas du tout à ça en allant à ce beach party. Je pensais passer une petite soirée avec Azy, rien de plus. Ce n’est pas ce qui s’est produit et ça a été un beau hasard. Je commence à expliquer, comptant d’abord depuis combien de temps qu’on se connaît. C’est juste que je compte sur mes doigts comme un pas doué, donc je me trouve pathétique et j’arrête de le faire. Je précise ensuite que je me suis rendu à cette fête avec mon ami qui m’a faussé compagnie, et il en profite pour mentionner que c’était une bonne chose qu’il l’ait fait. Je ne m’attendais pas à ça de sa part ni que Shin approuve. Je comprends ce qu’ils veulent dire. Je présume que si j’avais eu Azy toujours à côté de moi, ça aurait été délicat d’aborder Shin. Juste les quelques minutes pendant lesquelles nous étions les quatre ont suffi à ce qu’il comprenne mes sentiments envers mon meilleur ami... Heureusement, cet amour n’est plus le même désormais, il est purement fraternel et amical. Bref, je continue ce que je racontais, passant sous silence ce qui s’est passé avant que nous décidions de devenir un couple. Je veux me concentrer sur le positif, sur le fait que tout va bien, désormais. C’est le principal. Je me sens si bien quand il prend aussi ma main dans la sienne, mais j’échappe aussi un rire à ses paroles. Oh, t’es pas trop dur à vivre, ça va. Puis, tu me supportes aussi. Un doux sourire en le regardant. Oui vraiment, je peux dire que je suis bien tombé, même s’il y a eu un moment plus difficile. Je m’étais vraiment concentré sur Shin, mais Milla attire mon attention par ce qu’elle nous dit, ayant le gros sourire aux lèvres. En tout cas, elle est vraiment très enthousiaste.

Ce qui te fait plaisir. Tu t’estimes chanceux d’avoir pu rencontrer une bonne personne avec laquelle tu as pu nouer une relation.

Un remerciement, puis Shin m’embrasse la joue. Cela me fait sans doute sourire d’une façon encore plus niaise. Il allait dire quelque chose, mais Azy le coupe en affirmant qu’il retourne aux casiers et qu’il revient. Ce n’est pas très étonnant de sa part, mais j’aurais aimé qu’il fasse plus d’efforts. Je comprends, il doit aussi se sentir un peu plus extérieur à la conversation. Il n’attend pas avant de tourner les talons, ne m’écoutant pas. Je m’excuse donc pour lui, expliquant au passage les raisons de ce comportement. Milla adresse un sourire avant de me répondre, ce qui m’attire aussi un sourire. Je n’ai jamais eu l’impression que mon petit ami n’est pas très sociable. Il l’est avec moi en tout cas, mais je me souviens qu’il me l’a dit. Et justement, il répond que lui aussi nous laisse pour le moment. Ah oui, comme ça. Bon, sa raison n’est pas mauvaise, sauf qu’il s’inquiète trop. Je réponds à son baiser, ne cherchant pas à le retenir plus que ça. Il part à son tour, me laissant seul avec Milla. Oui, on pourrait presque se dire ça... Mais non, il s’inquiète vraiment pour Kane. Il a de la fièvre, je devais le rencontrer aujourd’hui. J’explique un peu plus, elle ne savait pas tout ça. J’espère seulement que ça ira avec Azy... Je réalise qu’ils seront seuls, je ne sais pas comment mon ami va réagir en voyant que Shin l’a suivi. Mais j’oublie un peu tout cela suite aux paroles qui me sont adressées. Ah bah... j’essaie de le rendre heureux. Et qu’il ne regrette pas sa décision que nous soyons plus que des amis. Petit rire embarrassé. Ça n’a pas été facile qu’il s’ouvre, même si son comportement était très ambigu pour moi. En tout cas, de mon côté, je suis vraiment très heureux. Il y aura bientôt des rénovations pour le refuge, j’ai le meilleur petit ami qui soit et tout s’améliore entre lui et mon presque frère adoptif, donc c’est parfait. Oui, j’habite en marge de Safrania, à la campagne. J’ai un refuge pour Pokémon donc il me faut un grand terrain et un coin tranquille! Mais c’est vrai que ce n’est pas toujours facile de se voir, Shin et moi. On s’appelle souvent et on s’envoie des SMS.

Tu n’envisages pas encore de déménager, mais ça viendra dans quelques mois. Un retour dans ta région dans laquelle tu es né... Un renouveau, ça ne pourra pas te faire de tort.


Azamir
À pas rapides, je me rends jusqu’aux casiers. Je ne prends pas le temps de vraiment regarder ce qui se trouve autour de moi, préférant arriver vite à ma destination. Ferir me fera sûrement une remarque à mon retour, il n’aime pas quand je me montre asocial, mais je me sentais mis à l’écart. Je n’avais pas ma place là, donc je préfère m’éclipser. J’arrive enfin, sortant la clé de ma poche, après avoir ouvert l’épingle qui la tient fermement sur mon vêtement. Le casier ouvert, je peux prendre mon portable et regarder si j’ai un message. Sans surprise, ce n’est pas le cas. Je sais pourtant que Gaeriel est occupée, c’est pour ça qu’elle n’a pas pu m’accompagner aujourd’hui... Mes doigts viennent appuyer sur l’application pour les messages textes, ouvrant la conversation que j’ai avec elle. Tu relis les derniers messages que vous avez échangés, tandis qu’un léger sourire niais prend place sur tes lèvres. Elle parvient à te faire tellement de bien par de simples petits mots... Je commence à lui écrire un petit message, lui demandant si elle va bien, si ça se passe bien pour elle. Je ne porte pas attention à ce qui se passe autour de moi, concentré sur ce que je fais.

Et tu ne sais pas du tout que tu n’étais pas le seul à te diriger vers les casiers.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1496

Région : Johto
Jeu 17 Mai - 19:52
Si Shin’ était quelque peu dérangé de parler de son meilleur ami, il y avait bien une personne qu’il n’allait surement pas empêcher d’en parler ; qui était-il, après tout, pour empêcher une mère de parler de son fils ? S’il avait très mal vécu la disparition de Tanaka, il était loin de la peine qu’avait éprouvée Milla… Surtout quand on connaissait les raisons de son décès. Ça, ça faisait partie des détails qu’il n’avait pas eu la force d’expliquer à son petit ami et il ne savait pas s’il en serait capable un jour. La peur d’être jugé était trop présente. C’était déjà un miracle, pensait-il, que la jeune femme lui adresse toujours la parole, malgré de nombreuses années de silence. Elle était revenue vers lui, le considérant comme un membre de sa famille… Et ça, ça n’avait pas de prix. Il comptait bien tout faire pour que ça continue, pour ne pas la froisser. Même s’il vivait encore très mal le souvenir de la mort de Tani. Surtout que l’évocation de son prénom refaisait remonter des passages de son enfance qu’il préférait oublier. Pour autant, il n’en voulait pas à Ferir, sachant pertinemment qu’il était soucieux de ne pas le blesser, à la base. C’était un peu manqué pour la peine mais au moins les choses étaient claires dorénavant, et ce n’était rien face à la question de Milla. Il n’avait pas forcément vu venir la question bien qu’il savait qu’elle avait été surprise, à leur première rencontre, de s’apercevoir que l’homme aux yeux lie-de-vin l’appelait par son prénom complet. Et pourtant maintenant, cela ne faisait que renforcer le dégout qu’il avait déjà pour son nom.

Au moins, avoir parlé de Kane permet de clore cette conversation sur une note plus joyeuse. La remarque du Kantonien le fit sourire davantage, ayant ce sourire fier et un peu idiot qu’il arborait lorsqu’il parlait de l’enfant. Ça avait pris du temps avant que Kane n’utilise ce mot pour le désigner et ce n’était qu’une syllabe mais… Cela faisait toute la différence, à son sens. C’était simple, mais ça le rendait heureux alors autant en abuser, après tout. Toutefois, son humeur fut quelque peu troublé par la présence de Shuichi et il dut prendre un peu sur lui, ne cherchant pas à blaser Milla. Il savait qu’elle ne comprenait pas leur comportement… Et elle se disait qu’il s’agissait surtout d’une animosité lié à Tanaka. En un sens, elle n’avait pas totalement tort, mais ce n’était pas toute l’histoire non plus. Il préféra néanmoins garder le silence, non désireux de se lancer dans une longue explication qui ferait plus de mal que de bien. Heureusement, la donzelle ne tarda pas à rebondir, repartant sur un sujet bien plus jovial. Leur rencontre, donc. Durant la tirade de Ferir, le sbire ne put s’empêcher d’avoir un petit sourire à l’évocation de la beach party, puis de la soirée chez lui. Il remercia silencieusement le jeune homme d’avoir esquiver la rencontre qui avait suivi, celle qui avait été décisif, pour tous les deux. Il s’en voulait toujours un peu de s’être comporté comme un connard mais… Tout ça était derrière eux, dorénavant.

A la fin, le schizophrène ne put s’empêcher de laisser échapper une remarque stupide qui les fit rire tous deux.
« Ouais j’avoue, on a du courage tous les deux. » Il émit un petit rire, lui tirant la langue au passage. Une taquinerie, comme il aimait bien en faire. Il continuait à penser qu’il n’était pas un cadeau, surtout quand il se laissait aller à ses pulsions asociales mais, pour ça, Azamir semblait pire que lui. Alors au moins, il n’était pas le plus fatiguant là-dessus. En tous les cas, l’enthousiasme de Milla était agréable à entendre, surtout que l’espace d’un instant il avait cru qu’elle serait du genre à comparer son petit ami et son ex. Ce sujet-là ne semblait pas vouloir être mis sur la table et c’était tant mieux, puisqu’il risquait fort de l’agacer. Se rendant compte qu’il avait peut-être mis Azy de côté, il voulut l’inclure dans la conversation mais ce dernier fuyait déjà. Enfin, fuir était peut-être un trop grand mot. Disons plutôt qu’il s’éclipsait et qu’il reviendrait sans doute vers eux lorsque la donzelle serait partie.

Loin de lui l’envie de s’éloigner de Ferir, mais le départ du ranger lui avait rappelé qu’il avait peut-être un message qui l’attendait urgemment. Ou pas, en fait. Il s’inquiétait trop, il le savait, mais maintenant qu’il y avait pensé il ne parvenait pas à se chasser l’idée de la tête. D’autant plus que la remarque de Milla allait dans son sens. Oui, il était asocial à ses heures et le commentaire le faisait sourire quand même. Il l’avait déjà dit à son petit ami et s’il n’avait pas vraiment eu l’occasion de voir cet aspect de sa personne en action, il ne doutait pas que cela arrive un jour. Après un rapide baiser, il décida de s’éclipser le temps d’un aller-retour. La donzelle lâcha un soupir, se disant que le sbire aimait un peu trop la laisser seule, comme s’il cherchait encore à la fuir. La raison ne tarda pas à être dite par Ferir et une pointe de surprise et d’inquiétude dansa dans ses iris.
« Oh ! Le pauvre bout’chou… J’espère qu’il va bien… » Elle ne put s’empêcher de rire un peu malgré tout. « C’est fou ce qu’il est devenu papa poule en tout cas, je m’en serais pas doutée. Pas trop déçu de ne pas avoir pu le rencontrer, du coup ? » Elle se doutait que ça devait être pas mal stressant de rencontrer le fils de son petit ami, mais que lorsqu’on s’était préparé à la rencontre et qu’elle ne venait pas… Ça devait être déstabilisant. Elle eut un nouveau sourire quant à la réponse, ne pouvant s’empêcher néanmoins d’arquer un sourcil à la fin de sa phrase.

« Miky n’est pas facile à approcher. Il s’est toujours montré renfermé et si on ne le forçait pas de temps en temps, il serait capable de garder le silence en toutes circonstances… Je ne crois pas qu’il regrette que tu sois auprès de lui. Je ne pense pas me tromper si je dis qu’il a dû t’en faire baver mais… Maintenant qu’il te présente comme son petit ami, face à moi en plus, je crois que tu n’as plus à avoir de doute quant à sa décision. »

Une longue tirade, qui pouvait sembler venir de nulle part. Elle ignorait totalement ce qui s’était passé entre les deux hommes mais en vue de comment c’était soldé la précédente relation de son quasi-fils, elle était persuadée que tout ne s’était pas passée comme sur des roses. Après, elle n’était pas dans la tête du sbire, mais elle pensait ne pas se tromper en affirmant qu’il était dorénavant sûr de son choix. Plus légèrement, elle vient à le questionner sur leur relation qu’elle devinait longue distance, et, de toute évidence, elle ne s’était pas trompée. « Oh c’est chouette ça, un refuge pokemon. T’es le sauveur des opprimés, alors ! » Elle rit à sa propre bêtise, reprenant un peu son calme. « C’est bien aussi. Ça vous permet aussi de vivre vos vies et vos passions de votre côté… Je trouve ça sain, dans une relation. Être collé à l’autre tout le temps, ce n’est pas évident… » Elle ne put empêcher un léger soupir passer ses lèvres. Elle ne parlait pas forcément de son ex-mari, mais il y avait un petit lien quand même.



Même s’il était parti qu’une minute ou deux après Azamir, il n’était arrivé au casier que plus tard. Lui et son sens de l’orientation lui avait permis de se perdre –encore une fois- et il avait fait tout un grand tour pour retourner à l’entrée. Il se désespérait lui-même, parfois. Il ne fut pas surpris de constater que le ranger était bel et bien là, découvrant qu’il avait eu le temps de se saisir de son portable. Il vit un doux sourire se peindre sur ses lèvres alors qu’il paraissait écrire un message… Shin’ ne s’était pas vraiment attendu à ça. C’était peut-être idiot mais il n’avait jamais imaginer l’homme avec une telle douceur sur son visage et il n’était pas difficile de comprendre à qui il écrivait.

« T’as eu un message de ta chérie ? »


Il n’était au courant de rien, Ferir ne lui avait rien raconté. Pour autant, il se doutait qu’il y avait une histoire de sentiments, derrière cette expression. Il souriait lui aussi, mais pas d’un air moqueur. Juste… Il souriait, quoi. Il se dirigea vers le casier, récupérant son portable. Il fut soulagé de voir qu’il n’avait eu ni appel ni SMS de sa sœur. Il hésita un moment avant d’écrire quelque chose… « Hum… Ça fait père parano si j’envoie un message à Sha’ alors que j’ai déjà demandé des nouvelles de Kane y a genre… Un peu moins de deux heures ? » Il ne savait pas si Azamir allait lui répondre, mais il pouvait toujours poser la question, après tout.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 11592

Région : Kanto | Hoenn
Ven 18 Mai - 23:57
Point de vue de Ferir

Parler et repenser à notre rencontre est toujours un plaisir, bien qu’il y ait un moment moins drôle entre ce jour et maintenant. Je préfère me dire que c’est bien derrière nous, qu’il n’y aura plus de situations de ce genre à l’avenir. En tout cas, je ne vois pas pourquoi il y en aurait d’autres. Si on arrive à tenir notre relation malgré la distance, je pense qu’on peut tout traverser, tant qu’on se parle et qu’on nomme les problèmes quand ils surviennent. Bref, les petites taquineries entre nous sont drôles. Je sais qu’il n’est pas méchant dans ce qu’il me dit, donc ça passe bien. Parce qu’avec ton manque de confiance en toi, en tes aptitudes, ainsi que ta mauvaise estime de toi-même, ses mots pourraient t’affecter même s’il ne s’agit pas de son intention. C’est ça! Un rire pour moi aussi, résistant à l’envie de fondre sur cette langue. Il faut bien se tenir, en public. Puis, je sais qu’un tel comportement va gêner Azy, même s’il n’en dira rien. D’ailleurs, je pense que le trop-plein d’enthousiasme de Milla le dérange. Il a toujours un peu de difficulté avec les personnes très expressives, ou du moins, celles qui le sont plus que moi. Cela se confirme quand il mentionne qu’il nous laisse et qu’il revient plus tard. Je ne suis pas étonné, mais je trouve ça un peu nul de sa part. C’est sûr qu’il ne pouvait pas vraiment participer à la conversation... Je ne sais pas ce qu’il va aller faire. Après, s’il est mieux seul pour le moment, il peut en profiter. Du moins, c’est ce que je pensais jusqu’à ce que Shin décide de lui aussi se rendre aux casiers. On aurait pu tous nous y rendre, mais je n’ai pas vraiment l’occasion de le dire qu’il vient me donner un bisou et qu’il se détourne aussi. Me voici donc seul avec Milla et son fils qui traîne pas loin derrière... Je ne veux pas qu’il vienne me parler... Mais bon, je me concentre plutôt sur la femme en face de moi, gardant ma bonne humeur. Ça sera plus agréable comme ça.

Tu n’as aucune raison de ne plus l’être, tu l’as dit toi-même que tout allait bien.


Je comprends l’inquiétude de mon petit ami, même si j’ai tenté de le rassurer à quelques reprises. Je ne pense pas que l’état de son fils se détériore, il n’y a pas de raison. Son comportement à lui aussi fait un peu asocial. Mais bon, entre lui et Azy, c’est le deuxième qui l’est le plus. Je ne pense pas qu’il revienne pendant que Milla sera là, à moins qu’il croise Shin et qu’ils reviennent ensemble. Ça m’inquiète un peu, j’espère que ça ira sans que je sois là. Il vaut mieux que je me dise que oui, sinon ça ne me sortira pas de la tête. J’explique brièvement pourquoi mon petit ami est si inquiet et pourquoi il décide de s’éclipser à ton tour. J’obtiens de l’inquiétude, mais aussi de la surprise en réponse. C’est un enfant, ils se remettent de tout. Leurs corps sont bien plus forts que les nôtres. S’il avait eu moins de deux ans, je n’aurais pas ce discours, par contre. C’est vrai que je ne m’attendais pas à ce qu’il ait un enfant, quand je l’ai rencontré. Il semble plutôt être le genre d’homme à ne pas en vouloir. Le plus fou dans l’histoire, c’est qu’il aurait très bien pu choisir de ne pas s’en occuper. D’une certaine façon, je l’envie. Je sais bien que je n’en aurai pas alors que j’en voudrais... Un peu, mais ce n’est pas de sa faute s’il est malade. Ça sera pour une autre fois! J’ai encore très hâte, même si ça me stresse. Et s’il ne m’aime pas? Ça sera compliqué... Ça m’inquiète parce que je ne veux pas perdre Shin, même si je comprendrais très bien la raison. Ça ne m’empêcherait pas d’en souffrir. Mais je ne m’attarde pas sur cette pensée. Je ne veux pas que cette angoisse revienne. Je me concentre sur la suite de la conversation, et c’est mon tour d’être surpris par cette tirade. C’est vrai que ça n’a pas été facile. Peut-être aurais-je dû mentir sur ce point, je ne sais pas. J’espère qu’il ne m’en voudra pas pour ça. Je présume que si je n’en dis pas plus, ça ira. Mais je pense aussi qu’on est bien maintenant, que ça fonctionne entre nous. Je me rends alors compte que ma main droite s’est posée sur mon bandage à l’avant-bras gauche. J’ai su en trouver un qui peut tenir dans l’eau. Doucement, je laisse glisser ma main, ne voulant pas attirer l’attention là-dessus.

Tu n’as pas encore montré à Shinara ces nouvelles cicatrices plus grosses et plus profondes suite aux plaies que tu t’étais infligées, pendant qu’il ne te répondait plus. Tu as toujours gardé ton bandage depuis, chaque fois que vous vous êtes vus.

J’hésite à dire que je ne doute pas de Shin, que je sais qu’il est honnête dans sa décision. Je doute plutôt de moi, de mes capacités à le rendre heureux. Ou qu’au final, plus il apprend à me connaître et plus il en serait déçu... Mes paroles étaient dans ce sens-là, ce qui ne semble pas avoir été compris ainsi. Peut-être que j’aurais dû rectifier de vive voix, mais la conversation continue. C’est sûr qu’une relation à distance, ça peut intriguer. J’échappe un rire suite à sa réponse concernant mon refuge. On peut dire ça, j’accueille les Pokémon abandonnés, blessés ou malades. Quand ils sont prêts, soit ils retournent à leur vie dans la nature, soit je les place en adoption. C’est selon leur souhait, ils décident toujours. Sur ce point, je ne changerais pas de méthode. Elle est plus longue pour moi, elle implique plus d’étapes en cas d’adoption, mais je tiens à respecter chacune de leur décision. C’est vrai que ça a un côté positif. Je suis d’accord pour que nous prenions notre temps, mais habiter au moins dans la même région serait plus facile, avec nos responsabilités respectives. S’il y a un élément qui pourrait faire en sorte qu’on se sépare, c’est sans doute la distance. Il faut avoir un juste milieu. Il faudrait que je prenne le temps de mieux y réfléchir. Ça ne sera pas aujourd’hui, en tout cas. Je veux profiter de l’amusement ici et de ce temps avec mon petit ami. Je pourrai bientôt avoir des employés pour le refuge, ça me permettra plus de possibilités pour les déplacements. Je dois admettre que j’ai assez hâte! Oh, je suis allé dire ça tout joyeusement, mais il y a un petit problème. Mais entre nous hein, je ne l’ai pas encore annoncé à Shin. Petit rire embarrassé qui suit dans ce genre de situation.

Tu espères qu’elle n’ira pas le balancer, tu voudrais bien faire part de la nouvelle toi-même.


Azamir
Concentré, j’entends les bruits de pas, mais je sais bien que je ne suis pas seul dans cet endroit. Je ne me méfie pas vraiment, ce qui n’est pas dans mes habitudes. Après coup, je me dis que ce n’était pas très responsable de ma part. C’est seulement quand j’entends la voix de Shinara que je réagis, relevant la tête. Ton sourire s’efface, l’expression sur ton visage devient neutre après une légère surprise, n’ayant pas pensé qu’il te suivrait. La question te froisse un peu. Non. Je ne voulais pas répondre d’une intonation sèche, mais c’est ce qui se produit. Alors Ferir lui a parlé de Gaeriel? Je n’en suis pas étonné, il veut vraiment que je franchisse le pas, que je lui révèle mes sentiments. Il sait que c’est impossible, que c’est une mauvaise idée, mais il ne veut rien comprendre... Si je dois en plus avoir son petit ami qui me fait la morale, ça ne passera pas. Elle est seulement une amie. La précision est dite d’une façon qui ne me plaît pas. Il pourra déduire que je voudrais plus. Et pourtant, je ne veux pas plus. Elle n’accepterait jamais en sachant la vérité sur mon passé... Je dois rester seul, c’est ce qui est le mieux. Je voulais m’assurer que tout va bien pour elle, elle est en mission. Sinon, elle aurait pu être ici avec nous. Je fais un petit effort, essayant de ne pas couper court à la conversation. Mais quand il se saisit de son propre portable, je regarde ce que j’ai écrit avant d’envoyer. Ça peut être long avant qu’elle me réponde, j’en ai conscience. J’espère tout de même que ça ne sera pas trop long. J’allais déposer mon portable dans le casier quand Shinara s’adresse de nouveau à moi. Si ça peut te rassurer, fais-le. On ne peut pas te reprocher de t’inquiéter pour ton enfant. C’est plutôt le contraire qu’il faudrait reprocher... Sauf que ça, je préfère ne pas en parler.

Tu ignores que Ferir a révélé une partie de ce que tu as pu vivre avec ton père.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1496

Région : Johto
Sam 19 Mai - 19:47
Heureusement que Ferir prenait bien ses petites taquineries, sinon le sbire ne saurait pas comment réagir. C’était dans sa nature de taquiner ainsi les personnes qu’il avait en affection. Généralement, quand il ne le faisait pas, cela signifiait surtout qu’il n’aimait pas la personne donc… C’était mieux qu’il en fasse. Même s’il y avait une part de vérité dans ce qu’il disait –il trouvait toujours qu’il n’était certainement pas un cadeau, plutôt difficile à supporter parfois-, cela ne l’empêchait pas d’en rire, son petit ami allant en son sens. Cela signifiait bien qu’ils étaient sur la même longueur d’onde et Shin’ trouvait ça vraiment agréable. Il appréciait sa relation avec le Kantonien, même si la distance entre leurs deux habitats pouvait être un poids. Vivre dans la même région, ce serait sans doute plus simple. Néanmoins, il était hors de question pour le sbire de quitter Johto et quand même il n’aurait pas de souci pour ça, leur histoire était bien trop nouvelle pour prendre ce genre de décision. Le temps leur dirait déjà s’ils étaient capables de s’entendre sur le long terme. Pas que le schizophrène prévoyait une future rupture, simplement qu’il se méfiait de son propre enthousiasme. Le passé lui avait bien montré qu’on ne pouvait pas prévoir le futur… Et il cherchait aussi à se protéger pour ne pas se retrouver à terre, comme à sa précédente séparation. Bref. Il n’avait pas de raisons de penser à ça, mais il gardait toujours cette crainte dans un coin de la tête, histoire de minimiser les dégâts. Autant dire qu’en vue de l’affection qu’il portait déjà à Ferir, ça ne servait strictement à rien.

L’explication du départ de Shin’ fut donnée et Milla comprit l’inquiétude de son presque-fils, l’exprimant à voix haute ainsi que son amusement. Si on lui avait dit qu’il deviendrait comme ça un jour il y deux ans… Elle ne l’aurait jamais cru. Pour autant, elle était persuadée que la présence de l’enfant dans sa vie était une vraie aubaine et que Kane contribuait à le faire devenir une meilleure personne. Elle ignorait tout de son travail –et il était préférable que cela continue, même si elle devait être capable de comprendre la raison de son choix de rejoindre la TR…- et elle était fière de l’homme qu’il était devenu.
« Tu as raison, les enfants guérissent souvent plus vite que les adultes. » Elle ne s’était pas attendue à une remarque de ce genre de la part du jeune homme, mais elle avouait volontiers qu’il avait raison. En tant que parent, on avait toujours tendance à les surprotéger alors qu’ils se remettaient sur pieds rapidement, dépendamment de la blessure… Et même lorsque la blessure en question n’était pas physique, ils avaient un mental à tout épreuve. Pour la plupart, du moins. En tous les cas, elle ne doutait pas vraiment non plus du rétablissement de Kane. Elle sourit face au Kantonien, ravie en un sens de l’entendre partager sa déception. Au moins, cela voulait dire qu’il acceptait la présence de l’enfant auprès de Shinara et que ça ne lui posait pas trop de problème. « Effectivement. Mais il n’y pas de raison que votre rencontre se passe mal. Tu verras, Kane est un enfant adorable. Un peu dans la lune mais il est gentil comme tout et je ne vois pas pourquoi il ne t’aimerait pas. » Elle comprenait ses craintes, même si elles n’étaient pas exprimées clairement. Elle-même les avait déjà eus et tout c’était très bien passé. Le bambin était un enfant un or, après tout. Normal, il était le fils de Shin’.

Elle était la première surprise à se lancer dans une longue tirade. Mais il lui paraissait important de partager ses impressions, de dissiper les inquiétudes du jeune homme. Elle doutait que le sbire l’ait fait, connaissant ses difficultés à parler sentiments et à comprendre le ressenti des autres. Ce n’était pas une critique méchante, mais elle savait qu’il pouvait passer à côté de l’évidence même. Et de toute évidence, elle avait deviné juste. Elle pensait que le schizophrène avait voulu lui cacher la vérité, surement parce qu’elle n’était pas très flatteuse pour lui et qu’il risquait de s’opposer à des remontrances de sa part… Et à juste titre. Elle ne remarqua pas néanmoins le geste de Ferir quant à son poignet, affichant plutôt un sourire bienveillant.
« C’est le plus important, dorénavant ! » Elle se trouvait enjouée par la situation, heureuse de voir que son petit protégé allait de l’avant. Elle ne connaissait pas Ferir et ne pouvait donc pas comprendre le vrai sens de sa précédente tirade, pensant plutôt qu’il parlait de Shin. Mais si elle avait appris que c’était de ses propres faiblesses qu’il parlait, sans doute aurait été l’encourager pour qu’il ne se laisse pas abattre. Des défauts, tout le monde en avait et Shinara n’était pas du genre à abandonner la partie maintenant qu’ils étaient allés aussi loin.

Soit. La conversation se tourna plus précisément sur le jeune homme directement, notamment sur son travail. Milla ne put dissimuler une certaine admiration. De toute manière, il était impossible pour elle de cacher ce qu’elle ressentait, surtout quand il s’agissait d’une réaction positive. Elle était d’autant plus impressionnée avec les détails, son sourire devenant plus grand encore.
« C’est super qu’il y ait des gens comme toi pour prendre soin d’eux. Ce n’est pas trop dur de les voir partir, après les avoir soigné ? » Elle imaginait qu’il était facile de s’attacher aux créatures, surtout quand on passait du temps en leur présence. Peut-être que certains pensionnaires avaient désirés rester avec lui. Elle n’en serait pas étonnée, en tous les cas. Il donnait l’impression d’être quelqu’un de doux et d’attentionné. Quelqu’un de bien, en soi. « J’avoue que ça aurait été plus simple, mais ça veut dire aussi que même la distance ne suffit pas à vous séparer. Moi je trouve ça… Romantique. » Elle était fière de sa remarque. Même si elle comprenait parfaitement le ressenti de Ferir et elle ne lui donnait pas tort. « Oh, tu embauches ? C’est bien ça ! Et un peu triste, aussi, j’imagineune légère moue se dessina sur son visage l’espace d’une seconde, avant de rire à la seconde remarque Ne t’en fais pas, je serais muette. Je n’ai pas l’intention de te gâcher la nouvelle. » Elle trouvait ça adorable, comme comportement. « Ah et d’ailleurs, ce serait sympa si on se rencontrait à nouveau quand on aura des habits, histoire que je puisse avoir mon portable sur moi –oui, sa phrase était bizarrement formulée, elle s’en rendait compte après coup – je pourrais te montrer des photos de mon fils et de Miky quand ils étaient petits. J’ai fait un peu de rangement et j’ai trouvé des clichés dont il ne devrait pas être très fiers, aujourd’hui. » Elle affichait un large sourire, même si dans ses yeux brillaient une forme de mélancolie mélangée à de la tristesse. Ça lui avait fait un choc, quand elle avait retrouvé les photos… Mais elle était heureuse de les avoir, au final. Il aurait été triste qu’elle en oublie jusqu’au visage de Tani…


La remarque était sortie de ses lèvres de façon naturelle sans réelle intention de se moquer, mais en vue de l’expression qui se dessina rapidement sur les traits du ranger, il ne fallut pas longtemps au sbire pour comprendre qu’il avait encore fait une remarque qu’il avait mal pris. Il se demandait vraiment comment ça se faisait qu’il était tant susceptible, peut-être était-ce à cause de son manque d’humour… Et le problème résidait dans le fait que Shin’ ne pouvait s’empêcher de continuer à emmerder les gens quand il se rendait compte que ça les dérangeait. Ce n’était vraiment pas intelligent de sa part, il le savait. Il essayait de travailler dessus et il se disait que s’il voulait bien s’entendre avec Azamir, il fallait vraiment qu’il réfléchisse avant de parler. Il semblerait d’ailleurs que ce dernier essayait lui aussi de faire des efforts avec lui, du coup… Il serait vraiment idiot qu’ils continuent à jouer le jeu du « je t’aime pas – moi non plus ».

« Dommage, ça aurait pu être sympa, en effet. Et je tiens juste à préciser, au cas où, que je ne savais absolument pas à qui tu parlais avant que tu me le dises. C’est juste que tu avais ce sourire aux lèvres, le sourire qui ne ment pas. Désolé si ma remarque t’a mis mal à l’aise et que je me sois gouré. »


Il imaginait que la fille dont il parlait était Ranger, tout comme lui. Cependant, il avait cru comprendre qu’il s’agissait d’un sujet dont il ne voulait pas parler, ou alors était-ce parce qu’à l’époque, il n’était qu’un coup d’un soir, un étranger qui venait squatter sans savoir qu’il serait amené à les revoir ? Il ne savait pas trop mais il ne préférait pas poser la question. Il espérait aussi que sa remarque ne soit pas mal perçue, elle non plus. Comme pour continuer sur cette tentative de communication, il enchaina avec une question qui le faisait vraiment trop réfléchir. Et il devait avouer que la réponse qu’il obtint le laissa quelque peu sans voix. Le raisonnement se tenait et un petit sourire se dessinait sur son visage. « T’as pas tort. » Il ne lui en fallut pas plus pour envoyer directement un message à Shara. Il eut quelques secondes qui défilèrent pendant qu’il se remémorait l’histoire sur Azy que Ferir lui avait raconté, ce qu’il lui permettait de comprendre un peu mieux la phrase… Et il partageait le même point de vue. Après tout, ce n’était pas pour rien qu’il agissait en père protecteur envers Kane, craignant plus que tout de reproduire le comportement que son propre père avait eu avec lui. Sans surprise, sa sœur ne tarda pas à répondre, avec un MMS cette fois-ci. Un large sourire dansa sur ses lèvres, alors qu’il montrait la photo à Azy. « Il n’est pas juste trop adorable mon fils ? Bon ok il est malade et il dort mais… » Peut-être que le ranger en avait rien à faire, après coup. Il avait aussi tendance à s’en foutre des photos de gamins des autres. Mais ça avait été plus fort que lui, pour le coup.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 11592

Région : Kanto | Hoenn
Lun 21 Mai - 2:39
Point de vue de Ferir

Désormais seul avec Milla, je ne sais pas trop de quoi nous allons parler, mais ça semble se passer plutôt bien. Elle a l’air bien gentille, donc ça me met en confiance et je ne suis pas mal à l’aise. J’explique la raison de l’inquiétude de Shin, bien que je continue de croire que ça va. À moins de quelque chose de vraiment grave, mais j’en doute, son fils va bien se remettre de cette fièvre. D’ailleurs, mon interlocutrice est d’accord avec moi sur ce point. Les enfants sont réellement surprenants. D’ailleurs, maintenant que la raison est dite, elle me demande si je suis déçu de ne pas l’avoir rencontré. Ça me semble être une évidence... Même si je crains le rejet ou que ça se passe mal. Je réponds, sans parler de ces craintes. J’espère les avoir pour rien, mais c’est typique de moi, de m’inquiéter de tout et de rien, de ne pas plaire... Mais cette fois, il y a quand même un sacré enjeu. Je suis surpris de l’entendre me nommer clairement ces angoisses et ces craintes que j’ai, je ne m’attendais pas du tout à cela. Je suis si facile à déchiffrer? De la façon que Shin m’en parle, je me doute que Kane est adorable, j’ai hâte de le constater par moi-même. Et je... je suis toujours inquiet pour les rencontres, surtout qu’elle est un peu décisive... Plus je passe du temps avec Shin et plus je m’attache à lui. Peut-être qu’on aurait dû organiser cette rencontre bien avant, pour pas qu’on s’attache trop si ça ne fonctionne pas... Ça me serre le cœur de penser que ça pourrait ne pas marcher. Je ne voulais pas laisser ces idées m’envahir, alors je tente de les chasser du mieux que je le peux, me concentrant sur ce qui suit. C’est peu dire que Milla est bavarde, elle l’est plus que moi! Je n’ai pas l’habitude, ayant des amis qui le sont moins. C’est particulier, mais c’est quand même agréable d’obtenir des réponses élaborées et de ne pas toujours devoir alimenter la conversation.

En effet, ça te change. T’en viens même à presque manquer d’idées ici, ce qui est assez inédit.

J’avoue qu’elle a raison quant au fait que ça n’a pas été facile. Sans Azy, je ne pense pas que je serais avec Shin. Je n’aurais pas osé aller le voir, je ne voulais pas le déranger. Je me disais qu’il ne m’aimait pas, qu’il avait profité de moi comme il le voulait et qu’il m’abandonnait ensuite... Ça n’aurait pas été une première, loin de là. Heureusement, j’ai le meilleur ami qui soit, alors il a tenu à arranger les choses. Lui aussi a été surpris. Il croyait la même chose que moi. Maintenant, tout va bien, c’est du passé et j’en suis soulagé. Je le mentionne que nous sommes bien, j’obtiens un sourire en réponse et des paroles pleines de sens. Je hoche doucement la tête de haut en bas, souriant aussi. Par contre, tout ne peut pas toujours être rose et bien aller, mais je pense qu’on peut s’en parler et agir en conséquence. Bref, par la suite, avec ce que j’ai dit, je laissais sous-entendre que j’habite Kanto et donc, la conversation dévie là-dessus, puis sur mon travail. Je ne peux empêcher une certaine fierté de se manifester quand je parle de mon refuge. Loin de moi l’envie d’être vantard, mais c’est mon rêve accompli. Je pense que n’importe qui serait fier dans une telle situation. La question qui suit, je suis habitué d’y répondre. Ce n’est pas la première fois qu’on me demande ça. Presque toutes les personnes qui ont adopté un Pokémon me l’ont posé. C’est toujours un petit pincement au cœur, mais aussi la joie de savoir le Pokémon rétabli et prêt à reprendre sa vie. Parfois, ceux qui retournent à la vie sauvage reviennent sur le terrain, juste pour me faire un coucou et me montrer qu’ils vont toujours bien. Ça me fait tellement plaisir de les revoir! J’échappe un léger rire, me rendant compte que je pars encore en monologue. Excuse-moi, j’ai tendance à donner beaucoup de détails quand je parle du refuge. C’était mon rêve et il est concrétisé. Ça fait déjà plusieurs années et j’ai l’impression que c’était encore hier. En tout cas, j’évite de dire qu’il y a aussi des histoires tristes. Ça fait partie du métier de savoir les affronter.

Et tu te laisses souvent trop affecter, quand le pire survient. Tu fais toujours tout en ton pouvoir pour les sauver.

Ayant confirmé que j’habite à Kanto, la distance vient sur le sujet. Je trouve que je la gère mieux que je pensais. Il m’arrive de m’ennuyer de Shin, de regretter de ne pas l’avoir à côté de moi dans la seconde, mais je parviens à vivre avec ça. Il m’arrive de l’appeler pour... hum, il vaut mieux que je ne pense pas à ça, je vais me mettre à rougir. Je me concentre sur ce que Milla me dit. Je l’espère que la distance ne parviendra pas à nous séparer. Romantique? Peut-être. Au moins, la bonne nouvelle c’est que je vais avoir plus de disponibilités pour sortir de Kanto. C’est facile de se rendre à Johto par train, et avec des employés pour gérer le refuge avec moi, je peux m’absenter un jour ou deux sans soucis. Ils seront là, je n’aurai plus à embêter tous mes amis dans l’espoir que l’un d’eux soit disponible. Et il n’y en a pas beaucoup qui connaissent les soins, ça limite donc mes possibilités. Mais bon, ce que mon interlocutrice me dit me surprend. Oh, pourquoi triste? Je compte toujours m’occuper de mon refuge, mais j’ai des travaux d’agrandissements qui sont prévus — et ça aussi, Shin n’est pas encore au courant. Pour gérer tous les soins, je n’aurai plus le choix d’avoir de l’aide. Pour le moment, j’ai la Alakazam d’Azy qui m’aide énormément, mais justement, elle aimerait habiter avec son dresseur. Je présume qu’avec plus d’explication, elle comprendra mieux. En tout cas, je suis soulagé de savoir qu’elle ne me gâchera pas la surprise. Je pense pouvoir lui faire confiance pour ça. La suite, je ne l’avais pas vue venir et j’affiche une expression étonnée avant tout, mais je comprends mieux par la suite. C’est vrai que je n’ai pas vu de photos de lui plus jeune. Et maintenant que j’y pense, il n’en a pas vu de moi non plus. J’aimerais bien, mais je ne veux pas le rendre mal à l’aise, ou te rendre mal à l’aise non plus. J’ai un peu hésité sur la fin, parce que je peux facilement percevoir cette tristesse qu’elle a dans le regard. Je sais que je ne connais pas toute l’histoire, donc je n’ose pas m’avancer plus...

Un hypersensible, ça décèle les émotions des autres, ça les ressent aussi. Voilà pourquoi déchiffrer une personne comme Azamir n’est pas ardu pour toi.


Azamir
Je ne m’attendais pas à engager une conversation avec le petit ami de Ferir, seul à seul aux casiers. Sur le coup, je me suis demandé pourquoi il m’avait suivi, mais je présume que lui aussi veut se rassurer en envoyant un SMS, concernant son enfant. J’ai toujours du mal à me faire à l’idée qu’il a un gamin, mais si ça convient à Ferir, je ne jugerai pas ça. Par contre, je dois admettre que j’aurais préféré qu’il ne me voie pas rédiger le message pour Gaeriel. J’essaie de ne pas mal le prendre, mais il y a toujours des intonations que j’ai de la difficulté à contrôler. Pour autant, je ne suis pas vraiment contrarié. Je n’ai pas envie de lui sourire à pleines dents. Je ne sais pas le faire de toute façon. Je l’écoute quand il me répond, comprenant mieux. Donc, mon ami n’aurait rien dit. Voilà qui m’étonne. Ça va. Je commence par exprimer que je ne lui en veux pas, continuant ensuite. Je ne me rends pas compte que j’ai un sourire quand je lui écris, mais Ferir me l’a déjà fait savoir. Je pensais qu’il t’en avait parlé. Il est... il ne me lâche pas à vouloir que je franchisse le pas avec elle. Je ne sais pas pourquoi je lui confie ça. Au moins, il ne connaît pas Gaeriel (à ma connaissance) donc il n’y a pas de risques. Pas comme avec Hei, par exemple. Il a trop une grande gueule et il aime me faire chier. Si elle passe à la maison, il y a de fortes chances qu’elle le rencontre... Bref, j’oublie ça pour l’instant, relisant et envoyant ce que j’ai écrit. Le silence ne me dérange pas, mais Shinara me parle de nouveau. Je reporte donc mon attention sur lui et je lui réponds. Il semble satisfait de ce que je dis, vu le petit sourire et ce qu’il me répond. Ça me semblait évident, mais je me contente d’un léger hochement de la tête. Je comptais ne pas trop m’attarder ici, mais je vais l’attendre, tant qu’à ce qu’il soit là. Il ne tarde pas à m’aborder de nouveau, avec un large sourire. J’en comprends la nature quand il me montre la photo de son fils.

Tu n’es pas du tout à l’aise avec les enfants, alors une part de toi en est soulagée qu’il ne soit pas présent. Il y a une autre part de toi qui en a été momentanément déçue pour ton meilleur ami.

Hn. J’approuve ce qu’il me dit, bien que les enfants et moi... Je poursuis sans attendre. Tu as montré des photos à Ferir? Il est vraiment sincère dans son envie de le rencontrer. Je présume et j’espère même qu’il avait compris que Ferir est sincère, mais je le précise tout de même.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1496

Région : Johto
Lun 21 Mai - 17:46
La donzelle aimait bien avoir l’opportunité de discuter plus longuement avec celui qui occupait le cœur de son presque-fils. Elle n’était pas de mauvaise compagnie et lui non plus, d’ailleurs. Elle était ravie que Miky ait trouvé quelqu’un de bien pour être à ses côtés. Cependant, étant donné qu’elle ne le connaissait pas, elle se permettait de poser des questions qui pouvaient être vexantes, sans réellement s’en rendre compte. Évidemment que Ferir avait hâte de rencontrer Kane étant donné l’importance qu’avec l’enfant pour le sbire. Mais ça aurait pu être différent… Elle avait rencontré des hommes qui se moquaient bien de savoir qu’elle avait des enfants. Des hommes qui se fichaient pas mal de les rencontrer, tant qu’ils pouvaient continuer de la côtoyer. C’était peut-être pour ça qu’elle était toujours célibataire. Elle en avait assez d’être prise pour de la simple chaire… Sachant parfaitement que sa plastique faisait tourner la tête de plus d’un. Comme le Kantonien paraissait vraiment impatient de rencontrer le bambin, elle en concluait alors que la rencontre devait le stresser. Ce n’était pas difficile à deviner, simplement de la logique.

« C’est vrai que c’est assez stressant comme situation, mais je suis sûre que tout se passera bien et que tu pourras rapidement le rencontrer. La fièvre ce n’est pas de chance, mais quand il ira mieux je suis sûre que Miky s’arrangera pour que vous vous rencontriez vraiment. »

Elle essayait de le rassurer comme elle le pouvait, appuyant ses paroles d’un sourire. Ce n’était pas évident, comme situation. Il était difficile de se reconstruire, émotionnellement parlant, quand on était parent célibataire, parce qu’il n’y avait pas que ses sentiments à prendre en compte. Même en sachant que cela faisait quelques mois que Ferir et Shin sortaient ensemble, elle n’était pas surprise que le jeune homme n’ait pas encore rencontré l’enfant. Miky avait dû vouloir prendre son temps, évaluer la « viabilité », si elle pouvait dire, de leur relation. S’ils n’étaient ensemble que pour quelques mois, ça aurait été pu avoir un impact négatif pour Kane. Cette crainte, elle la comprenait. Toutefois, le jeune père était prêt à rendre cette rencontre possible alors… C’était qu’il voyait leur relation sur le long terme, dorénavant. Et c’était positif, comme choix. Elle ignorait si Ferir avait déjà vu la situation de ce point de vue mais elle le garda pour elle, histoire de ne pas vexer inutilement le jeune homme. Etre amoureux, c’était bien, avoir la tête sur les épaules quand on était père, c’était mieux. Et Shin’ ne savait que trop bien ce que ça pouvait donner, de suivre aveuglement son cœur.

La conversation dévia sur le jeune homme en particulier, notamment vis-à-vis du travail qu’il exerçait. Il obtint, de cette façon, toute l’attention et l’admiration de la donzelle. Elle trouvait ça vraiment bien qu’il y ait des personnes comme lui qui prenait soin des créatures blessées… Et elle s’abstient de penser que cela valait aussi pour les hommes, si on prenait en considération l’état psychique de Miky. Bref. Elle ne voulait pas s’égarer sur cette pensée. Après réflexion, elle se disait que sa question devait être l’une qu’il devait entendre régulièrement et dont il devait être las de répondre, mais sa curiosité avait été plus forte. Elle ne décela aucune lassitude dans la réponse qu’elle obtient –bien au contraire-, se disant qu’elle s’était peut-être fait des films ou qu’il était simplement trop poli pour le lui montrer.
« Il n’y a pas de souci, ne t’en fais pas. C’est beau de voir l’intérêt que tu portes à ton travail et la joie qu’il te procure. Les pokemon ont beaucoup de chances de t’avoir ! » Elle n’était absolument pas dérangée par l’enthousiasme dont il faisait part, ne sachant pas qu’elle adoptait le même raisonnement que Shinara. Lui aussi trouvait qu’il était intéressant d’entendre parler du refuge, surtout avec la bonne volonté que Ferir mettait dans son récit à chaque fois.

Ils évoquèrent rapidement la notion de relation à distance, sachant que ce n’était pas forcément le meilleur sujet à aborder. Effectivement, il était logique qu’il espère qu’ils resteraient ensemble malgré les kilomètres qui les séparaient. Pour le coup, elle avait l’impression d’avoir une énième fois parlé sans réfléchir, chose qui lui arrivait souvent. Heureusement, cela n’avait pas trop de répercussion. Néanmoins, il apparait qu’une de ses phrases a été mal comprise et elle s’agita légèrement, laissant pourtant le jeune homme terminée.
« Ah non non, c’est très bien que tu puisses agrandir ton refuge et embaucher, désolée si j’ai donné l’impression du contraire. En fait, je trouve ça un peu triste dans le sens où ça veut dire qu’il y a toujours voire de plus en plus de maltraitance envers les pokemon. C’est ça, que je trouve triste… » Elle pinça ses lèvres, avant d’amorcer un sourire gêné. Elle ne remettait en rien en cause le travail de Ferir, loin d’elle cette idée. « Ça reste positif comme extension ! Évidemment, je ne dirais rien à Miky, surtout que si vous arrivez à plus vous voir au final, c’est tout bénéf’ ! » Elle essayait un peu de se rattraper, elle devait l’avouer. Elle craignait que sa remarque ne mine un peu l’ambiance générale. Pour autant, cela ne l’empêcha pas de parler des vieilles photos qu’elle avait trouvées dans ses affaires en faisant un grand ménage.

« Je ne suis même pas sûre en fait, qu’il aurait des photos de lui étant gamin à te montrer. » Elle ignorait qu’il avait retrouvé une photo lorsqu’il était retourné à leur cabane, dans les bois. Depuis le temps qu’elle avait trainé là-bas, elle aurait pensé qu’elle se serait envolée ou dégradée. Quant à la dernière remarque de Ferir, elle afficha un sourire un peu triste, mais un sourire tout de même. « Ça ne me met pas mal à l’aise. J’aime voir des photos de mon fils, des vidéos aussi, même si je suis triste qu’il ne soit plus avec nous. C’est pareil pour Miky, je pense. Mais je refuse de faire comme s’il n’avait pas existé, simplement parce que c’est encore difficile d’en parler. Je sais que Miky le fait pas forcément exprès, d’esquiver le sujet. C’est encore… Trop douloureux pour lui, j’imagine ; malgré toutes ses années. C’est le genre de choses qu’il préfère garder au fond de lui et je ne lui en veux pas. Tant qu’il continue à ne pas m’empêcher de parler de Tani, ça me va. On a tous une façon différente de faire notre deuil. » Elle avait fixé un point inconnu, droit devant elle, durant toute sa tirade. Elle exprimait ce qu’elle avait sur le cœur. Toutefois, elle pensait avoir terni l’ambiance, par la même occasion. Elle se tourna alors vers Ferir, un doux sourire sur les lèvres. « Désolée, je parle trop. Un vrai moulin à paroles, quand je m’y mets. » Un petit rire lui échappa. Vraiment, elle espérait ne pas avoir pourri l’ambiance.


Il aurait été facile de pousser la taquinerie plus loin. Si ça avait été quelqu’un d’autres, le sbire ne se serait pas gêné d’ailleurs. Mais comme il s’agissait d’Azamir, il préféra dissoudre tout malentendu. Il ne désirait pas se prendre davantage la tête avec lui, encore moins à cause d’une boutade. Il se disait qu’il avait besoin de prendre un peu plus la température de leur relation pour déterminer jusqu’où il pouvait aller. Du coup, il ne manqua pas de s’excuser, bien que ce n’était pas les mots les plus simples à dire. Il n’avait pas forcément de problème d’égo, mais il devait avouer qu’il ne comprenait pas trop lui-même pourquoi il s’excusait. Sans surprise, il apprit donc que le sourire était un détail que Ferir avait déjà remarqué et qu’il n’avait pas manqué de le faire savoir. « Ça m’étonnes pas de lui ça, tiens. Mais il m’a rien dit à propos d’elle, en tout cas. » Ce qui était aussi un peu étonnant, il devait l’avouer. Peut-être qu’il s’agissait d’un sujet sensible qu’il était préférable de ne pas aborder, en temps normal. « Bah, y a que toi qui peut déterminer si tu te jettes à l’eau ou pas. Après faudrait pas qu’un autre type te la pique sous le nez, ce serait con. » Il aurait pu aussi demander si le ranger avait peut d’un rejet, que ce soit gênant pour travailler ensemble ou un truc du genre, mais il s’abstient. Déjà parce que s’il ne le voulait pas alors que Ferir le tanait avec cette histoire, c’était qu’il avait une raison de se retenir. Et aussi parce qu’avec la fuite qu’il avait lui-même fait au moment de s’engager avec son meilleur ami, son avis ne devait pas valoir grand-chose aux yeux d’Azy.

Bref, il fit son papa parano, comme à chaque fois. Il fut tellement attendri par la photo que lui avait envoyé Sha’ qu’il se sentait obligé de la montrer à Azamir. Il n’eut pas énormément de réactions mais ce n’était pas un mal, le sbire était déjà en train de lui répondre avant de laisser son portable dans le casier. Il en profita pour récupérer son paquet de cigarette, ayant remarqué qu’ils pouvaient aller à l’extérieur pour profiter du soleil de l’herbe. Il devait sans doute avoir l’autorisation de fumer, s’il allait dans un emplacement réservé aux fumeurs.
« Je lui ai déjà montré des photos oui, il était tout gaga et tout et tout. » Ok, donc niveau langage quand il était dans cet état de papa poule, ça ne volait pas haut. « Je suis impatient qu’ils se rencontrent aussi. Même si je t’avoue que ça me fout un peu les boules si jamais le courant ne passe pas entre eux… Mais franchement, ça m’étonnerait. J’ai plus peur qu’au final Kane préfère Ferir à moi. » Il laissa échapper un rire nerveux. Même si ça faisait presque deux ans maintenant qu’il était père, il devait avouer qu’une part de lui continuait à se demander s’il était un bon père. Avec son boulot et son caractère… On pouvait facilement se demander comment un type comme lui pouvait l’être. Bref. Il referma le casier, constatant qu’Azy l’avait attendu avant de partir. Oh, c’était gentil ça. Il se joignit à lui pour se mettre à la recherche des deux autres, se pinçant brièvement les lèvres. « J’espère qu’il va pas m’en vouloir d’être parti comme un traitre et de l’avoir laisser seul avec Milla… » Nouveau rire nerveux.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 3 sur 6) Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Sujets similaires
-
» Essayons de ne pas faire de vagues
» L'écume des vagues vaut toute les promesses que la vie peut nous faire
» [TUTO] Faire des socles
» Faire des arbres?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Hoenn - 3E G E N :: Nénucrique-