-34%
Le deal à ne pas rater :
Samsung Gear VR – Casque de Réalité Virtuelle ...
17.24 € 26.00 €
Voir le deal

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 
» Ne pas faire de vagues

Azamir Mergar

Azamir Mergar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 12325

Région : Kanto | Hoenn
Mar 29 Jan 2019, 01:07
Point de vue de Ferir

La préparation des pizzas se passe bien. Contre toute attente, je ne me suis pas encore entaillé un doigt en coupant les légumes! J’ai réussi à bien le faire, prenant mon temps. J’ai tout de même été un peu dérangé par les quelques mots que nous nous sommes échangés, et quand Shin m’a fait goûter la sauce qui est vraiment délicieuse! Je l’envie de savoir cuisiner, même si c’est un peu triste qu’il ait du mal avec la nourriture, pour la manger... J’espère vraiment que tout se passera bien pour lui ce soir. Bref, je souris après le baiser qu’il me donne, puis je continue ma tâche qui n’est pas tout à fait terminée. Il faut que je me concentre, désireux de ne pas me couper. Nous terminons le tout plus ou moins en même temps, assemblant chaque pizza. M’enfin, Azy s’est occupé de la sienne. Il tient à ses proportions. C’est compréhensible, c’est lui qui la mangera. Lorsqu’elles sont toutes prêtes, je fais en sorte que ce soit celles des deux locataires de l’endroit qui cuisent en premier. Je n’étais pas sûr de mon idée, du résultat que cela donnerait pour Shin, mais il semble d’accord avec moi. Pour ma part, ça sera difficile de patienter... J’ai déjà faim juste avec l’odeur. D’un autre côté, j’ai toujours faim. Songeant à tout cela, je sens les bras de mon petit ami me tirer contre lui, alors j’ai un doux sourire et je réponds positivement à son étreinte. Je crois que ça doit être un moment un peu pénible pour lui. J’espère que tout ira bien, j’espère aussi que je réagirai bien s’il le faut. En tout cas, j’ai tenté de le rassurer en répondant à ses attentions, puis il est temps de dresser la table. Shin opte lui aussi pour du jus, et pendant que j’y pense, c’est vrai que je ne l’ai jamais vu boire de boisson gazeuse. Ce n’est pas un mal puisque ce n’est pas très bon pour la santé... Mais j’évite de faire le commentaire à Hei qui râle un peu d’être le seul à boire ça.

Tu ne veux pas lancer un débat maintenant ou te prendre des remarques négatives. Il faut que ce repas soit agréable pour tout le monde et qu’il reste dans une bonne ambiance.

Je me disais que lancer des petites conversations aiderait, mais je ne suis pas sûr de leur réel effet sur mon amoureux. Je n’arrive pas à le dire. J’espère qu’il est ok. En me posant cette question, nous nous installons à table et ce n’est pas long avant que je sente sa main saisir la mienne. Mes doigts s’emmêlent aux siens, puis un sourire vient étirer mes lèvres. Un sourire comme je les fais juste pour lui, tendres. Ça se passe plutôt bien pendant l’attente, je crois. Quand les pizzas sont prêtes, il faut mettre la nôtre dans le four et quand je reviens, je constate que Shin est plus mal à l’aise. La nourriture est sur la table, c’est peut-être pour cela. Je me dépêche donc à reprendre place à côté de lui pour le rassurer de nouveau. Je ne pense pas qu’il y ait de mauvaises remarques. Et puis si jamais ça commence, je veillerai à les faire taire le plus rapidement possible. En tout cas, je peux constater sans mal que le regard de mon petit ami est plutôt tourné vers la végé pizza d’Azy. D’ailleurs, il ne va pas tarder à se servir et à ne plus parler parce qu’il déteste ça pendant les repas, alors que moi j’y vois toujours une occasion, c’est plus festif. Il n’a pas connu ça quand il était jeune, ça l’a marqué plus qu’il n’y paraît. Bref, avec l’odeur de la nourriture et le fait que j’ai aussi regardé la pizza de mon meilleur ami, mon estomac ne tarde pas à exprimer sa faim de façon bruyante. Évidemment, tout le monde autour de la table l’a entendu, alors Azy ne tarde pas à me proposer une part, ce à quoi je ne peux pas résister. Le fait que la pizza soit végétarienne ne me gêne pas du tout, ayant un style alimentaire similaire de toute façon. Mais j’avoue que je n’ai jamais goûté une maison et connaissant les talents de mon ami dans le domaine de la cuisine, elle risque d’être excellente. J’ose un rapide regard vers Shin, constatant qu’il semble amusé par la situation.

Ça te rassure, espérant que ça reste ainsi.

Pendant que je me sers, Azy me surprend en proposant aussi une part à mon amoureux. J’en suis vraiment content, me disant qu’il s’agit d’un nouveau pas dans la bonne direction. Je ramène donc ma pointe vers moi, mais la réponse tarde un peu à être donnée. Mon regard va vers le concerné et je vois qu’il est mal à l’aise. C’est une chance que Hei ne soit pas trop attentif, mais Azy s’en rend sûrement compte. Il ne comprendra pas ce qui se passe, alors j’espère qu’il ne se braquera pas... Mais au final, la réponse est là. Je peux voir qu’il s’interroge sur le sens des mots de Shin, mais il ne dit rien, acquiesçant juste et coupant une autre pointe pour la donner. Puis, il s’en coupe une part aussi donc il n’est pas très attentif à ce qui se passe. Tant mieux, parce que j’ignore pourquoi mon petit ami observe ainsi la pizza. J’essaie donc un truc, espérant l’encourager. Mes dents viennent couper un morceau de ma pointe, morceau que je mange. Elle est vraiment bonne ta pizza Azy! Même pas besoin de simuler mon enthousiasme, je l’aime vraiment. Il sait bien balancer les différents goûts. Merci. Un mot qu’il échappe avant de commencer à porter sa propre pointe à sa bouche. Pour ma part, j’observe Shin, prêt à intervenir au besoin. Je ne sais juste pas comment ni quoi dire, mais j’imagine que je trouverai... N’ayant jamais eu de soucis avec la nourriture, ce n’est pas simple de savoir quoi faire pour ne pas empirer la situation. Vous êtes bizarres avec votre pizza aux légumes. Commentaire de la part de Hei, qui nous regarde vite avant de porter à sa bouche un morceau de sa propre pizza. C’est pour ça que je ne t’en ai pas proposé. Reste avec ta boisson gazeuse. J’échappe un rire, ne m’attendant pas à ce qu’Azy ait de la répartie et qu’il se lance dans de la taquinerie. Son colocataire rit lui aussi. Ouais. Maintenant, j’espère que cette ambiance n’empêchera pas Shin de manger... Mais de toute façon, mon meilleur ami ne tardera pas à devenir silencieux puisqu’il goûte sa propre pizza à l’instant.

Tu ne peux t’empêcher de stresser à l’idée que Shinara ne se sente pas bien. Ce n’est pas du tout ce que tu voudrais, évidemment.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas

Shinara Shikei

Shinara Shikei
Sbire Rocket

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1894

Région : Johto
Dim 03 Fév 2019, 08:36
Il avait hâte que le repas se termine, et cela alors même qu’il n’avait pas encore commencé. Ses angoisses liées à la nourriture, il s’en passerait bien. Il devait avouer toutefois qu’il se sentait un peu mieux, étant donné qu’il avait été capable d’en parler à Ferir. C’était un pas en avant, assez notable pour être souligné. Néanmoins, il était toujours inquiet quant aux réactions des deux colocataires. Pour le moment, Hei était trop focalisé sur ce qu’il faisait pour y faire attention, mais il avait cru comprendre, à l’un des regards d’Azamir, notamment lorsque son petit ami avait demandé d’être les derniers, qu’une certaine curiosité s’était installé dans l’esprit du ranger. En tous les cas, le comportement du sbire était assez étrange pour être remarqué. Il chercha du réconfort auprès de son chéri, bien qu’il avouait avoir pris plaisir à préparer les pizzas. Il appréciait toujours autant faire la cuisine, ce qui était assez paradoxales avec ses habitudes alimentaires. Il se sentait néanmoins un peu rassuré par les sourires et douces réactions de son partenaire qui lui permettaient de garder un certain contrôle sur lui-même. Il appréciait sa présence et il tâchait d’être aussi serein que possible.

Tant qu’il n’y avait pas de nourritures sur la table, c’était gérable. Il s’était emparé de la main de son amoureux pour garder contenance, ayant néanmoins quelques difficultés à suivre le cours de la conversation. Il ne manquait pas d’y réagir avec quelques sourires et quelques rires, notamment lorsqu’il opta pour un jus plutôt qu’une boisson gazeuse. La réaction de Hei l’amusa, mais il ne se sentait pas l’âme de débattre. Il n’avait rien contre le soda et il lui arrivait d’en boire, tout comme il avait tendance aussi à abuser des boissons énergisantes, mauvaises pour la santé mais qui lui permettait de tenir le coup dans certaines situations. Il était, après tout, un grand accroc à la caféine. Pour autant, il préférait un jus plus sain pour lui pour cette fois, sachant qu’il n’en buvait pas assez. Un peu de vitamines, après la journée physique qu’ils avaient passés, ne pouvait faire de mal. Bref. Ils ne s’attardèrent pas, attendant tranquillement que les pizzas dorent au four.

Lorsque les deux premières arrivèrent, il eut quelques difficultés, une fois encore, pour cacher la nervosité qui augmentait progressivement dans sa poitrine. Il constata que cela n’était pas passé inaperçu aux yeux de Ferir qui vint à le rejoindre rapidement, serrant sa main dans la sienne. Il amorça un petit sourire qu’il voulait rassurant, ne sachant réellement si cela avait été efficace. En tous les cas, sa panique se calma quelque peu face au sourire qu’il trouvait tant adorable et réconfortant. Il ne sut vraiment pourquoi son attention se porta ensuite sur la pizza d’Azamir, sans doute à cause de la curiosité que cette nouveauté générait dans son esprit. Peut-être aussi parce qu’inconsciemment, il savait que le ranger ne se permettrait pas de faire une réflexion qui le mettrait mal à l’aise, s’il réalisait le comportement étrange que le schizophrène adoptait. Il était, il devait avouer, intrigué par la préparation dont l’odeur lui évoquait un bon goût. De toute évidence, cette pensée fut partagée par son chéri, pensée qui se manifesta bruyamment par son estomac. Cela ne manqua pas de l’amuser tout en l’aidant à se détendre un peu. Peut-être qu’il pourrait réussir à manger convenablement, finalement.

Il regarda le Kantonien se servir dans l’assiette de son meilleur ami, étant surpris quand la proposition lui fut adressée. D’un côté, il était content qu’il lui propose mais de l’autre, il ne savait pas comment réagir. Il resta coi quelques secondes avant de prendre la parole, se rendant compte qu’il avait, sans vouloir, lâcher un détail plutôt étrange, quand on ne connaissait pas sa situation. Il esquiva volontairement la réaction d’Azamir, se doutant bien qu’il ne devait pas bien comprendre ses mots avant de finir par accepter. Au pire, s’il n’arrivait pas à manger, il pouvait toujours dire que ce n’était pas à son goût. Normalement, ça n’éveillerait pas trop les soupçons… Si ? Il ne savait pas trop. Il prit néanmoins son courage à deux mains, acceptant la proposition. Il ne put s’empêcher de rester un temps à fixer la part, analysant ce qui se trouvait sur la préparation. Même s’il avait vu le ranger préparé le met, il avait toujours cette fâcheuse tendance à vérifier ce qu’il mangeait, quand ce n’était pas lui qui cuisinait. Il réalisait de plus en plus la portée de son problème, à ce niveau, réalisant qu’il n’y avait que lorsqu’il y avait Kane à table qu’il ne faisait pas tant de manières, pour ne pas l’inquiéter. Hum. Il ne remarqua pas que Ferir avait tourné son intention sur lui, ne comprenant pas cette réticence qui dansait sur le faciès du plus jeune. Il entreprit de commenter la nourriture avec enthousiasme, sortant le sbire de sa contemplation. Il s’empara de la pizza ensuite, la portant timidement jusqu’à ses lèvres. Il entreprit de goûter un morceau à son tour, mâchant sans doute un peu trop. Il était vrai que ce n’était pas mauvais… Même s’il se surprit à penser que ça manquait un peu de viande. Même avec des problèmes alimentaires, il restait un carnivore. Cela ne l’empêcha pas néanmoins de continuer à grignoter sa part, avec une lenteur sans égale. Pour autant, il continuait de manger, ce qui était toutefois assez encourageant. La remarque de Hei le fit se redresser doucement, son esprit se focalisant sur un mot : bizarre. Ouais, sans doute. Bien qu’il n’était pas directement visé, il le prenait sans doute un peu trop pour lui. La réplique amusante d’Azamir permit toutefois de détendre un peu son stress, lui faisant arborer un léger sourire alors qu’il ne décrochait pas un mot, concentré sur ce qu’il faisait. Au final, il était parvenu à manger sa part, laissant toutefois la croute, ne la mangeant que rarement. Ce n’était pas ce qu’il préférait, dans ce plat-là. Il but aussi une gorgée de jus pour faire passer le tout, posant sa main sur la cuisse de son partenaire. Il essaya de lui offrir un sourire rassurant pour qu’il ne s’inquiète pas trop, puisqu’il avait été capable de manger, finalement. Lentement, mais surement.

Il ne savait pas combien de temps il était resté silencieux, mais il lui semblait que leurs propres pizzas étaient dorénavant prêtes.
« Je m’en occupe. » Il se leva à son tour pour que son petit ami reste assis, cette fois-ci. Il était tout à fait capable d’aller chercher les deux préparations seul. Il abandonna donc les trois compères le temps de les chercher, ignorant si des mots serraient échangés. Il s’occupa de couper le four ainsi que la nourriture, s’assurant qu’il n’oubliait rien avant de revenir, déposant la pizza devant son chéri et la sienne devant sa place, avant de s’installer. Il pensait bien que le Kantonien avait hâte de dévorer son plat. Lui en revanche… Hum. Il devait avouer que l’odeur était alléchante. Il ne se sentait pas capable de tout manger, mais s’il arrivait au moins à en manger la moitié, ce serait une victoire pour lui. Et si cela pouvait empêcher les réflexions qui le mettaient mal à l’aise d’être dites, ce serait parfait. Ce fut donc avec un brin de réticence qu’il entreprit de se saisir d’une part, essayant de ne pas trop tarder avant d’en croquer un bout.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Ne pas faire de vagues - Page 8 1MF6HKS Ne pas faire de vagues - Page 8 3MLhT5hNe pas faire de vagues - Page 8 RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Azamir Mergar

Azamir Mergar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 12325

Région : Kanto | Hoenn
Jeu 11 Avr 2019, 01:29
Point de vue de Ferir

Je voudrais vraiment que tout se passe bien et que Shin ne soit pas mal à l’aise. Si jamais il ne parvient pas à manger, je prévois de détourner l’attention. J’improviserai pour trouver une façon de le faire. Au moins, après qu’il ait fixé un moment la pointe de pizza que lui a proposée Azy, il y goûte. Pour essayer de l’encourager, je n’ai pu m’empêcher de passer un commentaire sur ladite pizza. J’ignore si c’est ce qui l’a incité à manger. Ce fut beaucoup plus lent que moi. Dès que j’ai vu qu’il mangeait, j’ai eu le sourire et j’ai dévoré ma propre pointe. J’ai encore très faim et j’ai hâte que nos pizzas soient prêtes. L’odeur de celles d’Azy et de Hei n’aide en rien. Puis, je dois admettre que j’ai craint que le bref échange entre les deux collègues ne coupe l’appétit à Shin, mais heureusement, ça ne semble pas être le cas. Même, il a un petit sourire avant de continuer de manger doucement. C’est vraiment bien! Bon, il laisse la croûte, mais ce n’est pas un souci. Je peux la prendre? demandai-je tout en pointant. Je préfère la manger en premier, mais j’aurai ma propre pizza pour faire cela, tout à l’heure. Lorsque j’obtiens l’autorisation, je la dévore aussi. Je n’ai vraiment aucun contrôle, contrairement à tous les autres ici qui avalent leur nourriture avec moins d’entrain. J’ai l’habitude. Un sourire se manifeste sur mes lèvres quand je sens la main de mon amoureux sur ma cuisse. J’envoie donc une de mes mains sur la sienne, répondant à son geste et à son sourire. Beaucoup de joie se fait ressentir, ça me soulage vraiment que pour le moment, tout se passe bien. Et je suis moins inquiet puisqu’il a pu manger, contrairement à ce midi. Avec toutes les activités que nous avons faites et l’énergie dépensée, s’il n’avait pas pu ça m’aurait vraiment rendu anxieux... Il aurait fallu que je me contrôle pour ne pas le lui montrer. Je ne tiens pas à lui ajouter du poids sur les épaules, au contraire! Bref, mes doigts caressent sa main, ça me permet de patienter jusqu’à ce que le four indique la fin de cuisson.

Ton ventre gargouille alors, manifestant bruyamment ta faim. Aucun doute que tu parviendras à manger toute cette pizza, et sûrement les restants de Shinara, s’il y en a.

J’allais me lever, mais Shin le fait avant moi. Ça me surprend, mais je l’en remercie. Pendant qu’il s’éloigne, le silence reste quelques instants à table. Ce n’est certainement pas Azy qui le rompra, il déteste toujours autant discuter en mangeant et je trouve ça vraiment regrettable. Donc c’est la voix de Hei qui s’élève. M’enfin, qui me murmure une question. Il est pas un peu... bizarre avec la bouffe? Je m’attendais à quelque chose comme ça. Je peux remarquer du coin de l’œil qu’Azy redresse la tête, fixant Hei avec un regard plus dur. Je ne sais pas pourquoi... J’essaie de désamorcer rapidement la situation avant que mon petit ami revienne et puisse entendre. Ce n’est pas de sa faute. N’en parle pas pendant qu’il est là, s’il te plaît. Une réponse à voix basse, m’assurant de ne pas être entendu plus loin. J’espère maintenant que Hei va tenir sa langue. Parfois, pour taquiner (de façon très maladroite), il va dans les malaises des autres. Comme il a fait avec mon meilleur ami plus tôt. Je ne l’avais jamais vu de moi-même avant aujourd’hui. Et dire que ce trait surgit parce qu’il est sobre des drogues dures... C’est plutôt étrange, je trouve. Bref, il hoche la tête en même temps que Shin revient avec les pizzas. Un large sourire revient sur mon visage. Ça sent tellement bon! Je suis beaucoup trop enthousiaste quand il s’agit de nourriture, ça en est ridicule. Le ranger est de nouveau concentré sur sa pointe, ça aurait été bizarre qu’il continue d’incendier Hei comme il le faisait juste avant. Donc, ça devait être un reproche de sa curiosité, ou de la formulation qu’il a employée. Inutile de m’y attarder plus longuement. Je remercie Shin et j’attends qu’il soit lui aussi assis avant de me saisir de ma première pointe. Bon appétit! Je ne tarde pas à prendre une première grosse bouchée, étant aussitôt satisfait du goût. Elle est parfaite, dis-je alors que je n’ai pas terminé ce que j’ai en bouche, m’attirant un regard noir de la part d’Azy. D’solé. J’aurais pu attendre d’avoir terminé, mais l’intention y était.

Ainsi, la suite du repas est plutôt silencieuse. Quelques commentaires sur la nourriture, mais rien de très approfondi comme sujet.

Hei et Azy terminent un après l’autre, un peu avant moi, tout de même. Ils nous demandent si nous voulons reprendre du jus, ce à quoi je réponds oui. Pour ma part du moins. Quand je remarque à quel point la pizza de Shin est moins entamée que la mienne, j’essaie de ralentir le rythme. Je ne voudrais pas qu’il se retrouve à être le seul à manger pendant que tout le monde l’attend, ça en deviendrait gênant pour lui. Et sûrement qu’il arrêterait alors que peut-être qu’il aurait pu continuer un peu. Je prends le temps de tremper mes croûtes dans la sauce sur la pizza, ça les rend meilleures et ça me ralentit bien. Je ne suis pas surpris quand Shin m’informe qu’il n’a plus faim. Ou n’a plis envie de manger. Je lui adresse un sourire rassurant, puis je me penche pour déposer un baiser sur sa joue. Je peux en offrir à Azy, comme on lui a piqué deux pointes? Je ne pense pas qu’il le refuse. À moins qu’il préfère le demander de lui-même, mais il est possible qu’il ne veuille pas attirer l’attention plus que cela sur le fait qu’il n’a pas terminé. Je peux me tromper. À moins que tu veuilles lui demander toi-même? Je ne peux pas résister à l’envie qu’ils se parlent un peu plus, qu’ils puissent s’entendre ensemble. C’est vraiment ce que je veux et je crois que c’est possible. Si ça ne l’est pas eh bien... j’aurais fait ce que j’ai pu. Bref, une part est proposée à mon ami qui l’accepte, bien qu’il ne manifeste pas d’enthousiasme pour cela. Ce n’est pas sa sauce préférée donc... Je vole une plus petite part et propose de réfrigérer le reste. Il y aura bien un de nous qui aura faim plus tard. Maintenant que le repas est vraiment terminé, nous rangeons le tout, plaçons les assiettes rincées dans l’évier. Les deux occupants nous assurent qu’ils s’en occuperont eux-mêmes, nous envoyant dans le salon. De toute façon, ça serait inutile de les obstiner, ils sont tous les deux aussi bornés un que l’autre... Au moins, ça me permettra d’avoir un moment juste avec Shin.

Vous pourrez discuter paisiblement. Tu veux savoir comment il se sent.


Nous allons nous asseoir sur le divan et je me blottis un peu plus contre lui. Tu te sens comment? Ça s’est bien passé, non?



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas

Shinara Shikei

Shinara Shikei
Sbire Rocket

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1894

Région : Johto
Mar 23 Avr 2019, 16:46
Le sbire avait bien conscience qu’il éveillait grandement les soupçons, avec sa lenteur à manger cette simple part de pizza. Il essayait de faire le vide dans sa tête, préférant ignorer les potentiels regards lourds sur lui. Il n’y en avait pourtant aucun, si ce n’était un coup d’œil de temps en temps de Ferir pour s’assurer que tout allait bien. Mais lorsqu’il se retrouvait dans cette position, il se sentait toujours un peu… Parano. Sans pour autant vouloir se justifier avec sa maladie, il se rendait bien compte qu’il y avait un certain lien. Ou pas du tout, en réalité. Son esprit était quelque peu embrouillé, sans doute à cause de l’absence de corps solide dans son estomac. Il ne se souvenait plus de la dernière fois où il avait véritablement mangé et cela se manifestait physiquement, surtout après la journée éprouvante qu’ils venaient de passer. Cela ne faisait qu’accentuer son mal-être, mais la présence de son petit ami le rassurait. Il fallait qu’il cesse ce comportement qui lui attirait au final plus de soucis qu’autre chose. C’était pour son bien. Se sentant encourager par son partenaire, il entreprit de déguster la part, toujours avec la même lenteur. Ce n’était pas un problème. Il crut apercevoir un sourire satisfait sur les lèvres de son chéri, comprenant qu’il était sans doute rassuré de le voir manger, alors il continua. Il laissa la croûte toutefois, ne parvenant pas à la terminer. Mais ce n’était pas un problème.

« Oui vas-y, sers-toi. »

Il laissa glisser sa main sur la cuisse du Kantonien, arquant un peu le sourcil en le voyant dévorer en deux secondes ce qu’il aurait mis presque une minute à manger. Il exagérait le trait, mais il avait cette désagréable impression d’être d’une lenteur affligeante. Sans doute parce que c’était bel et bien le cas, ce qui générait d’avantages de tracas. Pour autant, manger plus vite lui donnait la nausée alors… Il était préférable qu’il prenne son temps. En tous les cas, il se sentait plutôt rassuré d’avoir réussi à finir sa part et il se sentait plus confiant pour la suite. Il lui semblait même éprouver un sentiment de faim, ce qui lui fit arborer un petit sourire. Ou était-ce parce qu’il s’amusait face à l’impatience de Ferir, allez savoir. Lorsque les deux dernières pizzas furent prêtes, il se désigna pour les récupérer. Aussi bizarre que cela puisse être, il avait besoin d’un peu de temps pour se remettre de ses émotions. Et puis, cela permettrait peut-être à son chéri d’expliquer la situation pour éviter des commentaires… Il était évident, dorénavant, que les deux colocataires avaient remarqués ses problèmes avec la nourriture. Il était plutôt doué, en général, pour dissimuler ce mal en esquivant les repas, mais cette fois-ci, il n’avait pas eu envie de leur fausser compagnie. De plus, toute cette histoire devait inquiéter son petit ami… Et il n’avait pas envie de le tracasser davantage.

Il tâcha de ne pas trop s’éterniser dans la cuisine et il n’intercepta aucunes paroles échangées. Pour autant, il se doutait qu’il y avait eu quelques mots durant son absence, il préférait ne pas savoir lesquels. Il préféra au contraire faire comme s’il n’avait rien remarqué, déposant la pizza de son chéri devant lui avant la sienne. Il ne perdit pas une miette de l’enthousiasme évident du Kantonien, lui arrachant un sourire. Il aimait le voir ainsi, pétillant. « Bon app’. » Il ne toucha pas tout de suite à sa nourriture, intrigué par les actions de son partenaire. Le voir ainsi se jeter sur sa première part le fit arquer un sourcil, malgré le sourire qui dansait sur ses lèvres. Son exclamation le fit rire doucement, se stoppant rapidement en remarquant le regard noir d’Azy. Il comprit, après coup, qu’il n’était effectivement pas très poli de parler la bouche pleine. Il ne put néanmoins réprimer un léger rire, amusé par la situation. Il ignorait si Ferir le faisait exprès pour qu’il se détende, en tous les cas, c’était plutôt efficace.

Cela ne l’empêcha, néanmoins, de mettre du temps à manger. Il avait pris rapidement une part en main, mais comme pour la précédente, il lui fallut plusieurs minutes pour la finir. Et comme la précédente, il ne mangea pas la croûte. Il n’y avait pas vraiment de paroles échangées, faisant revenir un peu son malaise. Il laissa l’une de ses mains s’abandonner sur la cuisse de son chéri, ne cherchant pas spécialement à prendre sa main –il en avait besoin pour dévorer a pizza, après tout-. Mais ce silence, ce calme durant le repas lui rappelait un peu trop les repas religieux de son enfance. Heureusement, il se distrayait en regardant de temps en temps Ferir, aimant à le voir ainsi. Il remarqua assez rapidement, aussi, qu’il mangeait bien plus vite que lui et que, sans surprise, il serait sans doute le dernier à manger… Même s’il savait qu’il allait s’arrêter dès lors que son petit ami aurait terminé. Il avait beau savoir que c’était idiot comme comportement, il ne parvenait pas à lutter contre. Comme s’il lisait dans ses pensées, le Kantonien parut ralentir au fil de l’eau, permettant au sbire de se nourrir de la moitié de la préparation. Pour le schizophrène, c’était un beau résultat. Il ne savait juste pas si les autres le verraient de cette façon.

Un léger soupir passa le seuil de ses lèvres, alors qu’il signalait à son partenaire avoir fini. Évidemment, il le laissait prendre les trottoirs s’il le désirait. Il répondit au sourire, un peu surpris par le baiser sur sa joue qui fit naitre un petit sourire. Il était partagé entre l’encouragement et cette sensation bizarre d’être un gamin qu’on félicite quand il finit son assiette. Il doutait fortement que Ferir cherche à le mettre mal à l’aise en l’infantilisant, et même si c’était le cas, c’était forcément involontaire. Donc. Il fallait qu’il arrête de tout interpréter.
« Ah euh… » Il était tout à fait disposé à proposer une part à Azy, mais il s’était naturellement attendu à ce que ce soit son amoureux qui le propose –et après, tu ne veux pas être traité comme un gosse ?- « Si t’as encore faim, pour les deux parts qu’on t’a chipé. » Il essayait d’être relax, mais il était clair que le repas l’avait stressé. Il commençait à se détendre, maintenant que c’était terminé. Toutefois, il démontrait ainsi qu’il n’avait pas excessivement mangé et l’idée de récolter une remarque le dérangeait. Pas de la part d’Azamir, plutôt… De Hei. Qui s’était montré plutôt silencieux, cette fois-ci. Ce n’était pas plus mal, d’un côté.

Après que les dernières parts furent mangés et que Ferir proposa de mettre au frais les restes, Shin’ ne fut pas mécontent de pouvoir enfin quitter la table. Il se sentait mieux maintenant, et il devait avouer que manger lui avait fait du bien. Il se sentait juste un peu fatigué pour le coup. Il était prêt à aider les deux colocataires à ranger, mais ils furent envoyés au salon. En soi, ça ne le dérangeait pas. Il pouvait profiter un peu de son petit ami pour lui tout seul, alors qu’il relâchait la pression. Il se laissa tomber lourdement sur le canapé, passant son bras autour des épaules de son petit ami pour l’attirer contre lui, déposant un baiser dans ses cheveux. Il ne fut pas réellement surpris par la question, mais il resta silencieux quelques secondes, afin de mettre de l’ordre dans ses idées.
« Ça aurait pu être pire… ‘Fin, t’as bien remarqué que je ne suis pas à l’aise dans ce genre de moment… » Une légère moue étira ses lèvres. « J’ai bien mangé. Ça m’intriguait, comme pizza. Je suis content d’avoir mangé, mais je suis aussi bien content que ce soit terminé. » Il eut un petit rire, se passant sa main libre dans ses cheveux. « C’est nul de dire ça, sérieux. Mais je dirais que toi, t’as bien mangé, non ? Je me demande où tu mets tout ce que tu manges, quand même. » Il ne pensait pas se tromper, en affirmant que Ferir avait apprécié le repas.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Ne pas faire de vagues - Page 8 1MF6HKS Ne pas faire de vagues - Page 8 3MLhT5hNe pas faire de vagues - Page 8 RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Azamir Mergar

Azamir Mergar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 12325

Région : Kanto | Hoenn
Mar 27 Aoû 2019, 17:29
Point de vue de Ferir

Je suis content que le repas semble s’être bien déroulé, et surtout qu’il n’y ait pas eu de commentaires ou de remarques devant Shin. J’ai essayé de faire de mon mieux pour qu’il soit à l’aise, je crois que ça a fonctionné. Puis, il y avait des passages que mon naturel revenait au galop, comme quand je parle la bouche pleine malgré la présence d’Azy qui déteste ça. J’aurais dû penser dès le départ à manger plus lentement pour aider davantage mon petit ami, mais ce n’est pas très grave. C’est terminé et je ferai au mieux lors des prochains repas, maintenant que je suis au courant de la situation. Puisqu’il y a des restes, je demande au concerné s’il est d’accord pour les proposer au ranger, ce qui semble le surprendre. Surprise qui passe relativement vite et il se met en action, m’attirant alors un large sourire. Et plus encore en voyant mon meilleur ami accepter. Cette journée aura vraiment été bénéfique sur leur relation et l’entente qu’ils ont. C’est un énorme soulagement pour moi, je m’en sens presque plus émotif. Je voulais naïvement y croire, mais sachant qu’Azy est parfois borné, je redoutais. Peut-être que leur moment seul à seul a lui aussi joué un rôle. Ce moment n’a pas paru les peser, au contraire même. J’essaie donc de ne pas sourire trop bêtement, pour ne pas les rendre mal à l’aise. Bien qu’ils devraient comprendre que je suis vraiment heureux.

Et tu espères que ça continuera en ce sens, qu’ils pourront être des beaux-frères qui s’apprécient.

Une fois le repas réellement terminé, tout est rangé et les occupants de la maison nous chassent de la cuisine. Un temps en la compagnie de Shin ne me fera pas de tort, même si nous avons été seuls aussi quelques instants dans la chambre, pendant que nous nous changions de vêtements. Je soupire presque d’aise quand mon petit ami m’attire à lui, déposant un baiser dans mes cheveux. Je réponds bien évidemment à l’étreinte, me sentant toujours aussi bien en sa présence. Je ne peux m’empêcher de lui poser des questions quant à son état et à savoir si le souper s’est aussi bien déroulé qu’il y paraît, espérant après coup ne pas le déranger avec ça. Je l’écoute avec attention quand il y répond. Oui je comprends, mais je crois que ça s’est bien passé! Azy est un peu particulier, il aime manger dans le silence, donc ça a contribué à ce qu’il n’y ait pas beaucoup d’échange pendant le repas. Alors que moi c’est le contraire, je trouve que les réunions comme ça sont l’occasion de discuter autour de la table. Je me rends compte que je suis parti un peu loin dans ma réplique, un sourire embarrassé passe sur mes lèvres. Désolé, ce n’était pas trop le propos. Mais je suis content que la pizza t’ait plu! Je me blottis un peu plus contre lui, un besoin qui me donne presque l’impression d’être trop collant. Ma main lui caresse doucement le bras, puisque j’aime les petits gestes comme ça. Et oui j’ai bien mangé, c’était très bon! Je ne peux pas dire, je suis un puits sans fond pour ce qui est de la nourriture! terminai-je sur un rire. J’ai toujours été ainsi, je ne sais pas pourquoi. Peut-être à cause de ma génétique. Mes deux parents étaient très minces et ne prenaient pas de poids même en mangeant du dessert.

Tu t’estimes chanceux de ne pas avoir ce problème à surveiller, mais tu n’es pas à l’abri d’autres soucis liés à une mauvaise alimentation...

Dis-moi, tu voudrais faire quoi avant que nous ayons la chambre pour nous tout seul? Il faut dire que j’ai hâte, sauf que je désire aussi passer une agréable soirée avec les locataires des lieux. Je crois qu’ils ont des jeux vidéo, et on pourra aussi rester dehors à la belle étoile si ça te dit! Bon, il est possible que les deux autres soient aussi en train de discuter de ce qu’ils peuvent proposer comme activité à faire pour ce soir. Je verrai, on proposera aussi nos idées et nos envies. J’imagine qu’ils auront d’autres propositions à nous faire, aussi. Je sais que mon visage affiche un sourire attendri tandis que mon regard se perd dans le sien. J’adore tellement ses yeux. Mes lèvres viennent doucement se poser sur les siennes alors que je ferme les paupières. Juste un baiser tendre et amoureux.

Pour le moment, ton besoin est comblé. Plus tard, il t’en faudra plus. Plus d’intimité, plus de contact, plus d’amour.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas

Shinara Shikei

Shinara Shikei
Sbire Rocket

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1894

Région : Johto
Sam 07 Sep 2019, 11:07
La partie la plus stressante de la journée s’était soldée sur une bonne note. Le sbire en était soulagé. Du coin de l’oeil, il remarquait le sourire de Ferir, sans doute causé par cette entente plus détendue qu’il entretenait désormais avec Azamir. Il était vrai que leur relation était des plus… Bizarre, au début. En vue du comportement de Shin’ lorsqu’il avait réalisé ses sentiments pour son petit ami, c’était compréhensible. La méfiance du ranger était justifié, à n’en pas douté. Mais maintenant que le schizophrène s’efforçait de montrer à quel point il aimait son chéri -ce qui ne lui demandait aucun effort particulier, il devait l’avouer-, peut-être qu”Azy finissait par baisser sa garde. Ce n’était pas un mal, clairement. Et cela lui faisait aussi plaisir, dans le fond, de savoir qu’il pouvait se racheter.

Après s’être fait chasser de la cuisine, les deux amoureux se rendirent dans le salon, Shin’ se laissant mollement tomber sur le sofa. Naturellement, son petit ami vint à s’enquérir de son état émotionnel, questions auxquelles il essaya de répondre le plus juste possible. Mentir serait inutile, à ce niveau-là ; et vu le nombre de fois où il avait dit “manger”, il n’y avait plus de doute à avoir sur sa gêne concernant la nourriture. Soit. Il profita de sa proximité pour profiter de sa chaleur, déposant ce baiser dans ses cheveux, ravi de le sentir se blottir dans ses bras. Il ne pouvait pas souhaité mieux. La réponse que lui offrit Ferir le fit doucement froncer les sourcils, un peu surpris par les excuses qui suivirent.


« Je préfère aussi quand on parle en mangeant… Le silence, ça m’aide pas à manger, je crois… »

Il se perdait un peu dans ses réflexions, le temps de quelques secondes. Les repas silencieux, c’était la base de ses soupers à la Kuna. Autant dire qu’il détestait ça. Alors oui, il aurait sans doute aimé qu’il y ait plus de conversations, même s’il n’aurait pas réussi à y participer -sinon il aurait mis encore plus de temps à déguster sa pizza-. Toutefois, il croyait comprendre qu’il y avait quelque chose, par rapport à la raison du désir d’Azamir de manger sans un mot… Un rapport avec son triste passé ? Il essaya de ne pas s’y attarder. De toute évidence, les mots avaient échappés à son partenaire et il ne désirait pas le mettre mal à l’aise en se montrant trop curieux sur un sujet qui ne le concernait pas.

Le rire qui parvient jusqu’aux oreilles du sbire lui fit afficher un doux sourire. Il frémit brièvement en sentant la main de son chéri caresser son bras, venant à se rapprocher un peu plus à lui pour faire glisser sensuellement ses lèvres le long de son cou. Sans pour autant éprouver l’envie d'aller plus loin -il était encore trop tôt après le repas-, il voulait apprécier chaque instant, chaque attention en sa compagnie. Il se fichait pas mal qu’ils passent pour un jeune couple d’ado toujours collés l’un à l’autre… D’un point de vue extérieur, c’était quand même un peu -beaucoup- ce qu’il était. Il ne savait pas trop quoi rajouter non plus, étant simplement content que son chéri ait bien mangé. Au moins, les difficultés du schizophrène ne l’avaient pas dérangés dans sa dégustation.

Ensuite, il fut temps de déterminer la suite du programme. Le sbire se cala un peu plus au fond du canapé, posant un instant la tête sur ce dernier, regardant Ferir parler. Il joua un peu avec la main de son chéri, glissant ses doigts entre les siens. A l’idée d’avoir la chambre pour eux seuls, il ne put empêcher un sourire empli de sens se dessiner sur son visage. Le programme de la soirée, une fois à l’abri des regards, promettait d’être intéressant.

« Comme tu veux, je m’adapte à tout.» Ou presque. Pour le coup, il n’avait pas réellement d’idées. Un souvenir lui trottait dans la tête alors qu’un sourire se dessinait à nouveau sur son visage. « Remarque, on pourrait faire un karaoké sinon… Je suis curieux de voir Azamir chanter. » Il avouait qu’il ne croyait pas ça trop possible et son idée n’était pas de se moquer, plus de taquiner. Mais en repensant à leur deuxième soirée, celle qui s’était passé à son anniversaire, l’idée avait surgi. Il n’avait pu empêcher ses mots d’être accompagné par un petit rire, alors que Ferir pensait que les deux colocataires allaient peut-être leur proposer autre chose. Lui en tout cas, n’était pas fermé à la moindre idée. En tout cas, rien dans ce que lui proposait son petit ami le dérangeait. Lorsqu’il approcha son visage du sien, partageant son regard, il se redressa volontiers pour partager un baiser. Évidemment, il y répondit volontiers. Sa main vint à se poser sur sa joue, caressant doucement sa peau. Lorsque la tendresse du moment prit fin, il garda son visage proche, posant son front contre le sien. Ses yeux se perdirent dans les siens tandis qu’avec délicatesse, il venait à quémander plusieurs baisers légers, sans pour autant les approfondir. Pendant ce temps, ses mains se perdirent sous son vêtement, allant caresser doucement son dos… Il était calme pour le moment.

Pour le moment.



So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Ne pas faire de vagues - Page 8 1MF6HKS Ne pas faire de vagues - Page 8 3MLhT5hNe pas faire de vagues - Page 8 RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Azamir Mergar

Azamir Mergar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 12325

Région : Kanto | Hoenn
Sam 05 Oct 2019, 20:36
Point de vue de Ferir

« Ouais tu m’étonnes... C’est plus agréable avec que sans. Mais bon, ce n’est pas de sa faute, hum... » Je ne sais pas si je peux continuer, mais j’ai déjà un peu parlé du passé d’Azy à Shin alors je présume que ce n’est pas si grave. De toute façon, je le vois mal aller lui révéler que je lui en ai parlé. En tout cas, j’espère que ça ne sera pas le cas. J’aimerais mieux que mon meilleur ami le fasse de lui-même. Un jour peut-être, quand ils s’entendront très bien et qu’ils seront plus proches. Je garde espoir! « C’est à cause de son père qu’il est comme ça », continuai-je d’une faible voix, m’assurant ainsi de ne pas être entendu par le principal concerné. Je n’ai aucune envie de tout risquer pour une petite information de trop. Cela dit, on passe rapidement à la suite, étant blottis un contre l’autre, se donnant chacun des petites attentions qui sont des plus agréables. Ça fait tellement de bien, c’est plaisant de voir que la flamme ne s’éteint pas entre nous, et aussi de constater que nous sommes sur la même longueur d’onde. Ça aurait été ennuyant que mon petit ami me repousse ou qu’il ne réponde pas vraiment à ce que je fais. Ça m’aurait surpris, mais ce n’est pas impossible. Mais peut-être que je suis encore trop influencé par mes anciennes mauvaises expériences. Ça ne se passerait pas de la même façon, à ne pas en douter. Je me rassure donc ainsi puis je profite pleinement du moment, avant de le rompre quelque peu en demandant à Shin s’il a des idées pour la soirée. Ça ne m’empêche pas de rester contre lui, je veux juste son avis sur la question et voir s’il a des envies particulières qui seraient possibles de faire avec les deux colocs.

Parce que sinon, ça risque d’être toi qui tranchera. Azamir ne décide pratiquement jamais et tu ignores comment Hei se comporte, mais il te semble être plutôt passif. Du moins, c’est l’impression qu’il te donnait les quelques fois qu’il est passé chez toi.

À l’évocation des activités dans la chambre plus tard, je reçois en réponse un sourire qui ne me laisse pas indifférent. Au moins, d’être chez d’autres personnes ne le gêne pas. Je ferai juste attention à ne pas faire trop de bruit pour ne pas les déranger, mais sinon, ça ne me gêne pas non plus. Je souris de la même façon tandis que je bouge aussi les doigts sur ceux de Shin. Et je ne suis pas trop étonné quand il me dit que c’est comme je veux pour le programme de la soirée, qu’il s’adaptera. C’était pas le genre de réponse que je voulais. Sans pouvoir m’en empêcher, une moue prend place sur mon visage, mais elle se change rapidement en expression perplexe face au nouveau sourire qu’il arbore. Suite à ses mots, je ne peux m’empêcher d’éclater de rire. Un rire franc, bruyant, à presque m’en tenir les côtes. Après m’être quelque peu calmé, je m’explique. « Oh. mon. dieu. J’ai eu l’image en tête, j’en peux pu! » Je ris de nouveau, essayant de me calmer définitivement ensuite. C’est clair que les deux hommes dans la cuisine m’ont entendu. « Tu l’imagines sérieusement chanter? Il ne voudra jamaiiiis. Même si ça serait complètement hilarant, je te l’accorde. » Je n’ai tellement aucun espoir qu’Azy accepte. « On peut quand même lui demander, il faudrait réussir à le faire boire pour avoir une chance », terminai-je sur un nouveau rire. En tout cas, on verra aussi ce qu’ils auront à nous proposer, s’ils ont des idées. Ils sont peut-être en train d’en discuter en s’occupant de ranger la cuisine.

Tu verras quand ils vous rejoindront d’ici quelques minutes.

La discussion close, pour le moment, j’en profite pour quémander un baiser qui m’est rendu. Une de mes mains lui caresse la nuque tandis que la sienne s’active sur ma joue. C’est très agréable. Lorsque l’échange se termina, Shin choisit de laisser son front contre le mien. C’est un peu particulier de se regarder de si près. Mais je peux voir tout le détail de ses iris si différents. Je ferme les paupières, répondant aux petits bisous. De bons frissons remontent ma colonne en sentant ses mains se glisser sous mon haut, dans mon dos. Autant dire qu’il ne faut que quelques instants pour que j’en fasse de même, évitant toujours ses cicatrices pour ne pas gâcher le moment. J’ouvre les yeux et murmure quelques mots. « Hum, il ne faudrait pas aller plus loin... » Ce n’est pas l’envie qui manque, loin de là. Je rêve de lui attraper la main pour le guider jusqu’à la chambre de Hei, mais ça ne serait pas très poli... En ce moment, tout ce qui compte, c’est mon amoureux. J’en oublie que nous ne sommes pas seuls et qu’ils peuvent entrer dans le salon à tout instant. Comme en cet instant. Le rire de Hei brise notre moment. Sans pour autant brusquer Shin, je me recule pour voir ce qui se passe. L’agent est seul. « Un peu d’retenu les tourtereaux. Vous avez fait fuir Az », nous adresse-t-il d’abord, amusé. J’en arbore une moue tandis qu’il poursuit, parlant plus fort. « C’est bon Az, ils ont fini. Tu peux revenir. » Et dire que ce n’est pas la première fois qu’on gêne mon meilleur ami... Il faut vraiment que je fasse attention ce soir. En tout cas, ça m’amuse un peu aussi et je me réinstalle plus sagement, allant juste mêler mes doigts à ceux de mon petit ami.

Tu t’en veux un peu d’indisposer le ranger à cause de sa grande pudeur.

Le concerné revient, arborant une expression très fermée au visage, en plus d’avoir les bras croisés contre son torse. Oups. « Désolé Azy. On avait oublié qu’on n’était pas seuls. » Il a un soupir avant de décroiser les bras. C’est déjà un bon début!

Tu espères qu’il ne boudera pas trop longtemps. En tout cas, c'est clairement mort pour le chant, il n'acceptera jamais après ça.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas

Shinara Shikei

Shinara Shikei
Sbire Rocket

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1894

Région : Johto
Dim 06 Oct 2019, 13:08
Au moins, Ferir était d’accord avec lui. Il avait pu le constater de toute façon, lorsqu’il l’avait invité à manger chez lui. Ils avaient passés le repas à parler, bien que certains sujets avaient mis un peu de froid… Mais le sbire avait été excusé et il avait été capable de prendre le dessus sur ses mauvaises réactions. C’était d’ailleurs pendant ce dîner qu’il avait appris la triste enfance d’Azamir. Son petit ami apporta la raison de ce silence désiré lors des repas… Le faisant un peu froncé les sourcils. Il pensait bien que cela avait un rapport avec son père, imaginant que l’homme aimait prendre ses collations dans le silence absolu… Comme Kamiya, en sorte. C’était justement pour cela que le sbire détestait les repas silencieux, trop de souvenirs… Pour un passé presque commun, le ranger et lui-même avaient des réactions opposées. Il ne chercha pas à expliquer son point de vue, risquant d’attirer des ennuis à son amoureux si jamais la conversation était entendue par le principal concerné.

De toute manière, il était plus plaisant de profiter des caresses et autres attentions que repartir sur une discussion sérieuse. Il avait eu sa dose, pour l’instant. Peut-être serait-il amené à devoir s’expliquer une nouvelle fois sur son passé, plus tard dans la soirée. Il aviserait à ce moment-là, si jamais c’était le cas. Il était content qu’ils aient un peu d’intimité, rien qu’à eux, même si cela serait que de courtes durées. Avec la distance et leurs vies actives, les occasions de se voir n’étaient pas aussi fréquentes qu’il aurait aimé. Alors quand c’était le cas, il souhaitait en profiter un maximum.

Quant à savoir quoi faire de la soirée, le sbire laissa le choix à son partenaire. Sans réelle surprise. Il ne se sentait pas assez à l’aise pour proposer un truc sérieux à faire… Même s’il ne se gêna pas pour évoquer son idée de karaoké. Il souriait déjà rien qu’en évoquant la possibilité d’entendre Azamir chanter, il rit davantage en entendant Ferir exploser. Apparemment, cette image l’amusait énormément. Ravi de pouvoir le faire rire aux éclats. Il devait avouer qu’il avait un peu craint qu’il ne se vexe, s’il pensait que le sbire se moquait du ranger. Ce n’était pas le cas, évidemment. Mais juste l’idée d’imaginer Azy, si stoïque, pousser la chansonnette… C’était hilarant, oui. Il était assez fier de sa connerie, autant le dire.


« Je veux voir ça, si c’est possible, avec de l’alcool si c’est nécessaire. Tu lui proposes par contre, moi je veux pas me taper un regard noir de la mort qui tue. »

Oui, il se déchargeait totalement de la responsabilité, alors même qu’il s’agissait de son idée, à l’origine. Ça l’amusait grandement, il fallait avouer. Déjà, il se demandait à quoi Azamir pouvait ressembler quand il était saoul… Il aurait bien posé la question, mais son attention s’était davantage tournée vers son petit ami. Il occupa rapidement ses pensées alors qu’il lui réclamait un baiser. Il profita de pouvoir le regarder yeux dans les yeux, le schizophrène venant ensuite quémander des baisers à son tour, sans les approfondir. Il profita de leur proximité pour glisser ses mains sous ses vêtements, soupirant d’aise en le sentant en faire de même.

L’instant avait le don de réveiller en lui quelques désirs… Et apparemment, il en était de même pour son partenaire. Son murmure le rappela à la réalité, bien qu’elle ne lui plaisait qu’à moitié. Il était fautif d’un côté, il savait qu’ils devraient s’arrêter à un moment. Mais tout de même… Il le désirait. A contre coeur, il acquiesça, même s’il ne s’arrêtait pas vraiment dans ses baisers. Tant qu’il ne lui disait pas clairement d’arrêter, il continuerait de laisser ses mains parcourir son dos, ayant l’envie de rapprocher son corps du sien. Il n’entendit pas le rire de Hei, aussi, lorsque Ferir vint à se reculer doucement pour regarder derrière lui, il se montra un brin frustré. Il se calma bien vite en voyant l’agent, comprenant mieux la raison du changement de comportement. Ils… Avaient fait fuir Azamir ? Ce n’était que des baisers. Ayant du mal avec la notion de pudeur, il peinait à comprendre ce qu’il savaient vraiment fait de mal. Alors certes, si Azy et Hei étaient présents, ils allaient pas les regarder s’embrasser mais… Quand ils étaient seuls, ils avaient le droit, non ?

En tous les cas, Hei paraissait plus amusé qu’autre chose. Shin dont les mains avaient quittés le dos de son partenaire lorsqu’il s'était reculé, se cala plus normalement dans le canapé, non sans poser un peu sa tête contre l’épaule de Ferir. Il n’y avait rien de mal, dans son comportement. Il espérait que ça ne gênerait pas, d’ailleurs… Il le saurait assez vite, si le Kantônien cherchait à esquiver son geste. Bref. Azamir entra dans leur champ de vision, le visage fermé et les bras croisés. Une pensée erronée fit se demander au sbire si son comportement aurait été le même s’il s’agissait d’un couple hétéro… A force de subir l’homophobie aux alentours, il se méfiait des comportements. Si le meilleur ami de son petit ami disait ne pas avoir de problème avec le fait d’être gay, parfois, le malaise était quand même là. Entre ce qu’on dit et ce qu’on pense, il y avait un fossé, souvent. Un peu défaitiste, comme façon de penser. En ce qui le concernait en tout cas, il ne s’excusa pas, comme le fit Ferir. Il restait campé sur sa position, celle de n’avoir rien fait de mal qui justifie qu’on s’excuse ensuite.



So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Ne pas faire de vagues - Page 8 1MF6HKS Ne pas faire de vagues - Page 8 3MLhT5hNe pas faire de vagues - Page 8 RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Azamir Mergar

Azamir Mergar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 12325

Région : Kanto | Hoenn
Sam 11 Jan 2020, 23:36
Point de vue de Ferir

Ça fait du bien de rire ainsi, suite à cette image d’Azy en train de chanter. Je ne l’ai jamais entendu et je ne pense pas que je l’entendrai un jour. Par contre, ça ne coûte rien de lui demander. Je ris de nouveau quand Shin parle de ne pas vouloir avoir un regard noir en retour, s’il ose lui poser la question directement. « Je veux bien, mais tu vas me devoir une faveur après », déclarai-je en tirant ensuite la langue, profitant un peu de la situation à mon avantage. « Je vois ce que tu veux dire en tout cas par regard noir, c’est vrai qu’Azy en impose quand il fait ça. » Je comprends parfaitement qu’il n’ait pas envie, même si ça risque d’arriver au fil de leurs rencontres puisque j’en subis moi aussi. « On s’y habitue, il ne m’épargne pas là-dessus », mentionnai-je, amusé. Au nombre de fois que je me suis pris la tête avec lui, c’est inévitable. C’est ça, d’avoir des différences d’opinions si marquées, des différences de tempérament aussi. Néanmoins, je passe cela sous silence, désireux de ne pas décourager mon petit ami. De toute façon, le fait que nous sommes seuls et que nous avons un moment d’intimité nous rattrape, prenant le dessus sur cette conversation. Ça fait du bien, nous n’en avons pas souvent l’occasion.

Pas autant que tu le voudrais du moins. C’est là la conséquence de ne pas vivre dans la même région et celle d’avoir des responsabilités qui prennent du temps. Un jour, peut-être, cela changera.

J’essaie de garder un certain contrôle parce que les deux locataires des lieux peuvent revenir dans le salon à tout moment. Je le mentionne, sauf que ça ne nous arrête pas vraiment, peut-être juste que ça nous freine d’aller plus loin. Je ne voudrais pas non plus gêner Azy et Hei, mais surtout le premier. Même des embrassades font ressortir sa pudeur. M’enfin, je dois admettre ne pas vraiment y songer jusqu’à entendre le rire de l’agent. La première réaction de Shin me surprend... Nous ne sommes pas seuls, je l’ai dit quelques instants avant. Si nous étions chez moi ou chez lui, ça serait déjà plus poli. En tout cas, je ne peux m’y attarder étant donné les paroles de Hei. Mon meilleur ami n’a pas fait de bruit en entrant dans la pièce, nous ne nous en sommes pas rendu compte. Même quand il n’a pas à l’être, il se montre discret; une question d’habitude. Je me sens un peu mal puisque c’est la seconde fois, mais ce n’est pas pour autant que je déloge la tête de mon amoureux de sur mon épaule. Ça n’est pas si intime comme contact alors ça ne devrait pas déranger la pudeur du ranger. Au moins, il se déride un peu quand je m’excuse, bien que notre comportement ne soit pas si dérangeant. C’est juste qu’on aurait peut-être pu porter un peu plus attention à ce qui se passait autour. Rien de très grave et qui sera oublié d’ici quelques minutes. Du moins, je l’espère.

N’ayant aucune idée des pensées qui traversent l’esprit de Shinara, tu ne peux pas rectifier la situation.

« Alors, des idées de comment occuper cette soirée? » Je commence par demander, changeant le sujet. Il vaut mieux que Hei ne continue pas à taquiner Azy si nous ne voulons pas revivre un épisode comme celui de tout à l’heure. Il pousse parfois le bouchon un peu trop loin... surtout en ce qui a trait à sa pudeur, de ce que j’ai compris. « Je proposerais bien un karaoké sinon », dis-je le plus innocemment du monde. Il y a un blanc de quelques secondes pendant lequel je remarque que le visage de mon meilleur ami prend une teinte de surprise. Je retiens le sourire qui menace de se manifester sur mes lèvres. Il ne faut pas que je rie tout de suite, sinon c’est mort. C’est plutôt l’agent qui échappe ce qui s’apparente à un léger rire, m’observant ensuite. « Je suis complètement nul en chant », mentionne-t-il d’une voix neutre. « Par contre, j’avoue qu’entendre Az me rend curieux. » Il a tout de suite percé à jour mon intention et son regard va vers le concerné. Le sourire que je retenais apparaît. « Je ne l’ai jamais entendu non plus. » Ce qui est assez surprenant quand on sait depuis quand je le connais. Je le regarde aussi, constatant que la surprise laisse place à une certaine rigidité sur son visage. Ça ne me surprend pas du tout de sa part. « Hors de question. » Il se montre ferme pour sauver les meubles et essayer de nous empêcher d’argumenter, alors j’ai un léger rire. Il ne m’impressionne pas, plus après tant d’années. « Aller quoi! Je chante comme un pied, ça va être marrant pour toi aussi! » Ce n’est pas l’argument du siècle, mais je compte riposter jusqu’à ce qu’il cède.

Bon courage pour le faire céder.

« Non. » Il recroise les bras contre son torse. Cependant, je suis étonné qu’il ne propose rien en retour pour nous faire oublier l’idée. C’est qu’il n’a rien de plus à ajouter et qu’il espère qu’on partira sur autre chose. Alors je vais en jouer. C’est pratique de le connaître aussi bien. Puis, sans surprise, Hei m’aide autant qu’il le peut, même si j’ai autant de mal à le voir chanter. Si ça peut se faire, ça promet d’être hilarant! Au bout de plusieurs minutes, Azy nous fait une confession qui me rend un peu plus sérieux. « Je n’ai jamais chanté. » Sous-entendu qu’il ne sait pas s’il le peut et s’il y parviendra. Cela met à mal son orgueil. « Justement Azy, tu ne penses pas qu’il y a un début à tout? On ne se moquera pas de toi. » Je sais qu’il accorde plus d’importance à ce qu’on peut penser de lui qu’il ne le laisse croire. Il n’aime pas le ridicule et il n’a pas vraiment d’humour. « Tu pourras aussi te foutre de ma gueule de toute façon. » Hei renchérit et j’entends mon meilleur ami soupirer. Oh, on aurait réussi? Ça se confirme quand il prend la parole. « Je vais chercher des bières dans le frigo. » Un large sourire prend place sur mes lèvres tandis qu’il se détourne sans attendre. « Ça voulait dire oui ça? » demande Hei dès qu’Azy est hors de notre champ de vision. J’ai un petit rire. « Oui! » J’adresse un regard à Shin, ravi que son idée ait finalement été adoptée. Il ne reste plus qu’à ouvrir la télé et mettre trouver un site pour le karaoké. Ce que Hei fait en attendant le ranger qui traîne un peu, sans doute volontairement.

Il n’assumera pas si facilement sa décision.

« Tu commences ou je commence? » adressai-je à mon petit ami, me disant que ça serait mieux que ça soit un de nous deux qui brise la glace.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas

Shinara Shikei

Shinara Shikei
Sbire Rocket

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1894

Région : Johto
Dim 02 Fév 2020, 05:54
« Ce que tu veux. »

L’idée de devoir une faveur à son petit ami ne le dérangeait pas, nullement même. Il était plutôt curieux de savoir ce qui pourrait lui être demandé en retour et un sourire amusé et un brin pervers dansa sur ses lèvres. Il apprit, au passage, que Ferir subissait lui aussi les regards noirs de son meilleur ami, ce qui le rassurait quelque peu. Au moins, s’il s’en prenait au passage, il n’avait pas à penser que c’était directement dirigé contre lui et uniquement parce que c’était lui. Un peu étrange comme façon de penser, mais parfois la logique ne parvenait pas à l’atteindre. Cette façon de considérer toujours comme la source d’un problème lui était néfaste et il était préférable qu’il taise cette sensation, s’il voulait avancer. Il fallait qu’il tourne la page, quant à cette histoire de fuite… Mais le tout était de savoir si Azamir en était aussi capable, de son côté.

L’instant d’après leur permettait de profiter l’un de l’autre. Sans doute que le sbire s’enflammait un peu trop, malgré la tentative de son chéri pour calmer ses ardeurs. Cependant, l’envie de gouter ses lèvres et plus encore était bien présente. La vie dans deux régions différentes faisait que leur relation était ce qu’elle était mais… Il devait avouer qu’il n’était pas des plus fans des relations longue distance. Même si pour lui, il était impensable de changer de région. Bref. Lorsqu’il avait l’occasion de pouvoir profiter d’un instant d’intimité, même léger ou court, il comptait bien en profiter au maximum. Il se prenait peut-être un peu trop au jeu, avec ses caresses qui faisaient naitre des idées dans son esprit.

C’était peut-être pour ça, qu’il prenait si mal l’intervention de Hei, mais surtout le côté « gêne » d’Azamir. Hurler à l’homophobie dans sa tête était plus facile que d’admettre qu’il était parti trop loin au point d’en éprouver de la frustration. Il eut ce comportement puéril de se refermer un peu sur lui-même, jouant la carte de la provocation. Ce n’était pas malin, il s’en rendait bien compte, il avait cependant besoin d’un peu de temps pour remettre ses idées en place. Il en profita pour conserver un contact direct avec Ferir, rassuré de constater qu’il n’était pas rejeté. Il aurait pu mal le prendre, bien qu’il fût celui en tort, dans l’histoire. Il ne l’assumerait toutefois absolument pas. Quand on était borné comme un Bourrinos, difficile de le faire changer de route.

L’idée d’enchainer sur quoi faire désormais était une bonne initiative. S’éterniser sur cette situation « gênante » ne l’aiderait d’aucune façon à retrouver un semblant de calme. Il essaya de dissimuler son sourire dans le cou de son partenaire, lorsqu’il évoqua le karaoké. La réaction instinctive d’Azamir étant beaucoup trop drôle, il peinait à ne pas exploser de rire. En voyant Ferir de si près, il se rendait compte qu’il en était de même pour lui, ce qui ne l’aidait pas réellement. Au moins, la situation avait le don de lui faire un peu oublier son ressenti négatif et les mauvaises pensées qui allaient avec. Ce fut Hei qui s’exprima en premier, avec une réplique qui était assez habituelle quand on proposait ce genre d’activité. Il se montra alors particulièrement curieux quant à l’idée d’entendre Azy chanter et le sbire s’autorisa un sourire. Il partageait cette envie de découverte.

« Ce n’est pas important de savoir chanter. C’est juste pour le fun. »

Pour passer un bon moment, en somme. Il se permettait de le dire, après s’être redressé un peu pour prendre part à la discussion. Naturellement, les regards se posèrent sur Azy qui refusa -sans surprise- l’idée. Le sbire n’était pas sûr d’être bien placé, aussi se contenta-t-il de laisser Ferir et Hei tenter de le convaincre. Les arguments étaient recevables, bien qu’ils furent à nouveau rejeter sans concession… Pour finalement apprendre qu’il n’avait jamais chanter. Le schizophrène tenta de cacher sa surprise. Malgré l’enfance de merde qu’il avait eue, il avait eu des occasions de chanter en étant petit. Bon, c’était surtout parce que Tanaka adorait chanter n’importe quoi, il fallait l’avouer. En particulier les chansons paillardes que son père braillait quand il était bourré… Et dont les enfants qu’ils étaient ne comprenaient pas toute l’étendue des paroles. Forte heureusement, il n’avait pas été assez stupide pour en chanter une alors que Kamiya était dans les parages.

Une fois encore, Ferir et Hei trouvèrent les mots justes pour changer l’avis réfractaire. Le sbire amorça un sourire à l’idée de se moquer de Hei pour sa façon de chanter, mais resta stupéfait lorsque le ranger lâcha finalement l’affaire pour chercher des bières… oh. Ils avaient réussi ? Une grande victoire, une ! Shin laissa paraitre un nouveau sourire. Il alla déposer un baiser léger dans le cou de son partenaire, murmurant pour qu’il soit le seul à l’entendre.
« T’as pas eu de regard du noir et… Comme je suis fair, tu peux me demander n’importe quelle faveur. » Un sourire plus large, un baiser sur sa joue et un bug quand son petit ami lui demanda s’il voulait commencer.

« A toi l’honneur. »

Il ne se mouillait pas des masses, lui tirant la langue au passage. Il s’était levé, histoire de rejoindre Azamir pour lui filer un coup de main avec les bières. L’idée de boire lui plaisait assez, dans le sens où souvent l’alcool permettait de se débarrasser des gênes qu’on affrontait en restant sobre. Lorsqu’il parvint à la cuisine, il se demanda évasivement ce qu’il foutait là, ayant agi à l’instant.


« … Besoin d’un coup de main ? »
Il ne savait pas trop quoi dire, au final. Une légère moue étira ses traits, pensif un court instant. « Et euh… Désolé pour tout à l’heure. » Il finissait, par il ne savait quel miracle, par s’excuser pour s’être un peu emporté avec Ferir, ce qui avait mis le ranger mal à l’aise. Il ne comprenait toujours pas la raison, étant donné que le problème de pudeur était un élément inconnu pour lui. Mais, bon. Il doutait qu’au final, partir sur l’idée de l’homophobie était une meilleure solution, bien qu’il ne l’avait pas évoqué à voix haute.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Ne pas faire de vagues - Page 8 1MF6HKS Ne pas faire de vagues - Page 8 3MLhT5hNe pas faire de vagues - Page 8 RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Azamir Mergar

Azamir Mergar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 12325

Région : Kanto | Hoenn
Sam 08 Fév 2020, 14:28
Ferir
Je ne peux retenir un large sourire quand Shin accepte de me devoir une faveur. Je vais bien réfléchir à ce que je vais lui demander, mais évidemment, ça ne serait rien que je sais qu’il refuserait ou rien pour me moquer de lui. Idéalement quelque chose qui nous ferait plaisir à tous les deux. En tout cas, si je commence à y songer, ce n’est pas long que les événements me rattrapent et qu’ils fassent en sorte que mes pensées vont complètement ailleurs. Plutôt que tout ce qui compte est l’instant présent avec mon petit ami qui me donne des attentions, attentions que je lui retourne avec plaisir. Je m’assure que nous n’oublions pas que nous ne sommes pas seuls. Il ne faudrait pas que tout dérape trop, je m’en sentirais bien mal à l’aise. Surtout que nous ne sommes pas dans une chambre, à l’abri des regards ou des interruptions. J’ai beau ne pas être si pudique, je ne veux pas instaurer un moment de malaise non plus. Il serait difficile à faire partir et à passer à la suite. Azy pourrait largement refuser le karaoké juste pour ça... Mais bon, bien que j’essaie de garder tout cela en tête, Shin ne m’y aide pas vraiment. C’est donc sans surprise que nous sommes pris sur le fait. J’aurais aimé que nous ne fassions pas fuir mon meilleur ami une fois de plus, comme chez moi, sauf qu’on ne peut pas changer les dernières minutes. Puis, je vois que Hei est assez amusé par la situation. Donc ça ne va pas trop mal. Par contre, j’avoue que la réaction de Shin me perturbe un peu. Il semble... quelque peu enfermé dans ses pensées. Bref, le meilleur moyen de conclure l’incident est de passer à la suite.

Tu crois que le timing est forcément mauvais pour proposer l’activité, mais tu ne perds rien à essayer, après tout.

C’est difficile d’amorcer la conversation en ayant l’air de la lancer innocemment. Il me faut contrôler mon visage et je sais que c’est la même chose pour mon petit ami quand je le sens tout près de moi. Ça rend la tâche encore plus ardue. Néanmoins, en dépit de nos efforts, Hei vend tout le plan, l’ayant compris dès le départ. Shin essaie aussi de nous aider à faire céder Azy, mais je sens que ça ne sera pas si simple. « Exactement! » Je ne peux qu’appuyer ses dires. Malheureusement, le refus est complet et il nous faut insister puis trouver de nouveaux arguments pour le faire changer d’avis. Je suis surpris qu’il ne se braque pas plus que ça, qu’il ne cherche pas à fuir non plus. Il y a donc une certaine volonté derrière, celle de passer un moment avec nous. Du moins, je présume. Donc nous continuons jusqu’à ce qu’il nous fasse une confession. Il est vrai, maintenant que j’y pense, que je ne l’ai même jamais entendu fredonner. Que ça soit en voiture, en sortie dans un bar, ou juste à la maison quand je mets de la musique. Et pourtant, il connaît par cœur certaines chansons qu’il aime particulièrement. Étant une personne assez peu spontanée, je pense que ça joue en sa défaveur. Il ne sait pas ce que c’est, de se mettre à danser pour aucune raison, de se mettre à chanter parce qu’on entend une chanson qu’on aime ou juste parce qu’on est de bonne humeur. De partir sur une improvisation alors qu’on avait une idée fixe dès le départ. En cela, je trouve ça dommage et j’en viens à espérer qu’un jour, il pourra se laisser aller un peu plus. Par contre, je ne m’attendais pas à ce que ça arrive aujourd’hui, étant donné qu’il a refusé tous nos arguments. J’affiche ma joie quand il annonce qu’il part nous ramener des bières.

Maintenant, tu espères qu’il saura apprécier le moment et qu’il parviendra à s’amuser. Une marche de plus à franchir.


Mon attention revient vers Shin quand je le sens déposer un baiser sur mon cou. Je tourne la tête vers lui, souriant. Un léger rire remonte ma gorge suite à ses mots. « Je vais bien y réfléchir, » murmurai-je aussi, amusé et quelque peu taquin. Peut-être ferai-je appel à cette faveur plus tard dans la soirée, quand nous serons seuls dans la chambre... J’avoue que ça pourrait être plaisant. Bref, avant que nous en venions à gêner Hei avec nos comportements, je demande à mon petit ami s’il veut commencer. Je pense que les deux occupants de la maison ne sont pas très à l’aise avec l’activité, alors il vaut mieux que ça soit l’un d’entre nous qui brise la glace. Finalement, il semblerait que ça soit moi, sans surprise. Je lui tire aussi la langue en retour, mais je ne proteste pas. Ça ne servirait à rien, nous devons tous essayer. Du moins, je l’espère. Un brin de surprise passe sur mon visage en voyant Shin se lever, plus encore en réalisant qu’il va à la cuisine. Je ne bouge pas, me retenant de le suivre. S’il peut avoir un petit moment seul à seul avec Azy, je ne pense pas que ça fera du tort. Au contraire. Mon regard revient vers Hei qui est en train de connecter la télé à Internet. Il ne l’avait jamais fait avant? Ça prouve qu’ils ne s’en servent vraiment pas. En tout cas, il paraît très bien se débrouiller avec cette technologie, pas besoin de mon aide. « Tu connais un site pour le karaoké? » Tant qu’à être seul avec lui, aussi bien amorcer une conversation légère. « Non, on aura juste à fouiller, » me répond-il sans détourner son regard de l’écran. Il ouvre un navigateur web et je remarque à l’instant qu’il utilise une manette de jeu comme clavier. Pas mal!

Eh bien oui, il est plus techno que toi. Ça ne fait aucun doute.

Azamir
Tandis que je me trouve dans la cuisine, j’en viens à me demander pourquoi j’ai cédé à cette idée. Je sais d’avance que je ne vais pas y arriver... Si après un essai infructueux, ils peuvent me laisser tranquille et s’amuser entre eux, ça serait parfait. Juste un, sans trop pousser le ridicule, je devrais pouvoir le faire. Soupirant, j’allais ouvrir la porte du frigo quand j’entends la voix de Shinara derrière moi. C’est une surprise qu’il m’ait suivi. Je me décale un peu, tournant la tête pour le voir. « Hn, ça ne serait pas de refus. » Mes lèvres forment un léger sourire tandis que ma main se pose sur la poignée de l’électroménager. Il m’adresse ensuite des excuses pour ce qui s’est passé plus tôt. J’admets ne pas vraiment savoir comment y réagir. Je sais que je pourrais fournir un peu plus d’efforts pour contrer ma pudeur. Ça n’est pas si simple. C’est ridicule d’être mal à l’aise à ce point, pour ce genre de raison... « Ce n’est pas grave, » mentionnai-je d’une intonation légèrement plus neutre que précédemment. « C’est que... » Est-ce que j’allais réellement expliquer la raison? Ça ne ferait que lui donner des armes en plus vis-à-vis de moi, à se moquer comme Ferir et Hei (surtout Hei) peuvent le faire... Puis, d’un autre côté, il est possible qu’il pense que c’est contre lui, puisque jusqu’à présent, j’ai démontré que je ne l’appréciais pas beaucoup pour ce qu’il a fait à mon meilleur ami, quand il a cessé de lui répondre. Donc, après un temps de silence, je reprends. « Je n’ai jamais été à l’aise avec les démonstrations d’affection dans un cadre non intime. Même quand j’étais moi-même en couple. » En espérant que ça soit suffisant pour qu’il comprenne mon point de vue.

Tu vois, dire la vérité ne t’a pas écorché la langue et ça ne devrait pas non plus se retourner contre toi.

Cela dit, j’ouvre enfin le frigo, me saisissant de quatre bières que je pose à mesure sur le comptoir à côté. En apporter deux chacun sera plus simple, bien que j’aurais largement pu me débrouiller. On pourrait en apporter plus, ça évitera de faire l’aller et le retour trop souvent. Ainsi, j’en sors quatre autres, puis referme la porte de l’appareil. « T’es capable d’en apporter quatre? » demandai-je en prenant deux dans chaque main, le bout entre mes doigts.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas

Shinara Shikei

Shinara Shikei
Sbire Rocket

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1894

Région : Johto
Sam 22 Fév 2020, 13:44
L’idée du karaoké était lancée. Maintenant, il fallait faire en sorte qu’Azamir soit partant et ce n’était clairement pas la tâche la plus aisée. Les arguments de Ferir et de Hei étaient convainquant, aux yeux du sbire. Il se permit d’en ajouter un de son cru, validé par son petit ami et il semblerait que cela avait permis d’embrayer sur un nouveau problème. Le fait que le ranger n’avait jamais chanté… Ce qui relevait de l’impossible, pour le schizophrène. La musique avait rapidement pris une place importante dans sa vie, tant à cause des mélodies ou des paroles. C’était sans doute l’art où il se sentait le plus proche de part les émotions qu’elle véhiculait… Et sans entrer dans le délire de pousser la chansonnette sous la douche, il trouvait ça impensable que quiconque n’ait jamais fredonner le moindre air de toute sa vie. Ou alors c’était lui qui était bizarre et il tâchait de faire en sorte que sa surprise ne soit pas trop visible. Avec succès, de toute évidence.

Par il ne savait quel miracle, ils parvinrent à le convaincre. Une petite victoire pour eux, en somme. Il se demanda, évasivement, quelle voix pouvait avoir Azamir lorsqu’il s’exprimait par le chant… Parce que chez certaines personnes, le timbre était changé au point de ne plus reconnaitre la voix. Se disant que cela pourrait être marrant s’il avait tendance à partir plus dans les aigus, il préféra se concentrer sur son petit ami pour lui souffler son accord pour la fameuse faveur. Sa réponse le laissa agréablement pensif, ne doutant pas un instant que le sourire taquin qui dansa sur les lèvres de Ferir avait quelque chose à voir avec l’après-soirée… Et ce n’était pas pour l’en déplaire, loin de là. Ce serait de mentir que d’affirmer qu’il n’avait pas lui-même des arrières pensés en prononçant les mots. Azy s’éclipsa pour chercher quelques bières et Shin ne put que valider ce choix. Lorsqu’on était un peu allumé par le doux effet de l’alcool, il était plus simple de se lâcher et d’abandonner un peu ses inhibitions. Parfait, en somme, pour un karaoké ou au moins deux personnes étaient quelques peu sceptique sur l’activité en elle-même.

Il se décida à abandonner un peu son chéri, non sans le taquiner un peu au passage alors qu’il lui disait de commencer. Sans doute serait-il plus à l’aise que lui qui se trouvait encore un brin frustré par la petite scène de tout à l’heure. Certes, il était sans doute en tort dans l’histoire mais… Bref. Il ne voulait pas ternir davantage son humeur, surtout qu’il était en train de la faire remonter et se hypant bêtement pour le karaoké. Il s’amusa de voir Ferir lui tirer la langue en retour de son propre comportement, rejoignant Azamir dans la cuisine pour lui apporter son aide… Et lui présenter des excuses. Pas qu’il estimait réellement qu’il avait besoin de s’excuser, au fond. Juste… Juste qu’il avait bien remarqué que son comportement n’était pas vraiment au goût de son amoureux et qu’il ne désirait pas créer plus de problèmes qu’il n’en existait déjà entre lui et le meilleur ami de son aimé.

Mais avant, il opta pour proposer son aide, ce qui expliquait en premier lieu sa présence dans la cuisine. Sinon, ça aurait été bizarre de venir là. Il eut même droit à un sourire quand le borgne accepta, ce qui l’encouragea, d’un certain point de vue, à prononcer ses excuses. Peut-être était-il inutile qui en parle, finalement. Peut-être que faire comme si de rien n’était aurait été mieux mais… Mais il y avait des chances que cela se reproduise, quand il y pensait. Devoir se brimer lorsqu’il avait envie de montrer son affection envers son petit ami avait tendance à l’agacer, d’autant plus qu’en vivant dans une région différente, ils n’avaient pas le loisir de se voir autant de fois qu’il le voulait. Et si quand ils se voyaient, il ne pouvait pas simplement l’embrasser… ça finirait par poser problème, finalement. Bon. Il voulait bien admettre qu’il était peut-être aller un peu trop loin, ne réussissant pas à résister bien longtemps à l’envie de dépasser les limites de la pudeur généralement admise. C’était plus la frustration qui avait parlé pour lui, lors de sa première réaction. S’il pouvait rattraper le coche…

La réponse qu’il obtient, avec un ton plus neutre qu’il ne manqua pas de remarquer, le laissa quelque peu songeur. Il n’était pas vraiment sûr de ça, mais il était bien incapable de comprendre ce qui se passait dans la tête d’Azamir pour comprendre sa réflexion. De toute manière, il commença une nouvelle phrase… Qui laissa le sbire particulièrement attentif. L’idée était de ne pas louper le coche et réagir comme un type insensible, même s’il était à mille lieux de réussir à anticiper ce qui allait suivre. Sa surprise se peint sur son visage face à l’aveu, étonnement qu’il se dépêcha de dissimuler pour afficher une mine plus fermée, plus… Pensive, une nouvelle fois. Pour le peu qu’il connaissait du ranger, il se doutait que ce n’était pas des plus simples pour lui à avouer, surtout à lui. Il pensait, de ce fait, plus judicieux de faire attention à ce qu’il s’apprêtait à dire.


« Je… J’étais un peu comme ça, au début. » Il se rappelait ses premières fois, à lui-même. Il n’avait pas spécialement envie de repenser à son ex, mais il était bien obligé s’il voulait répondre avec honnêteté. « Je veux dire, à me demander comment les autres font pour s’afficher aussi facilement alors que l’intime reste de l’intime, même un simple baiser. » Ça l’avait tellement surpris, lorsqu’il s’était enfui de chez lui. L’apprentissage du monde extérieur avait été quelques peu troublants sur bien des points. « Mais je pense que je suis tombé sur la personne qui m’a aidé à comprendre le pourquoi du comment et à avoir la même envie, finalement. » Il n’était pas super joyeux de l’avouer, surtout quand on savait comment l’histoire avait finie. Toutefois, ce serait mentir que de dire qu’il n’y avait pas eu du bon. Surtout au départ… Sinon il ne serait jamais allé jusqu’au mariage, après tout. « Si ça se trouve, t’as juste pas encore trouvé la bonne personne. » Conclusion facile qui le faisait sans doute passer pour une sorte de lover, un amoureux transit débile. Il devait avouer que c’était un peu le cas, au fond.

Il pensa à l’amie qui lui avait écrit lorsqu’ils se trouvaient encore au complexe aquatique. Le taquiner sur cette personne aurait pu être amusant, mais ce serait pousser le bouchon un peu trop loin. Il ne pensait pas que cela serait une bonne idée, ne souhaitant pas ajouter un nouveau malaise. Il préférait se défaire de celui déjà existant.
« Avec nos occupations et la distance, c’est un peu compliqué avec Ferir pour passer du temps ensemble. Alors quand on est ensemble, j’oublie parfois qu’on peut déranger ceux qui sont autour. Je vais tâcher de faire attention. » Une promesse qu’il n’était pas totalement sûr de pouvoir respecter, surtout qu’il ne pouvait pas prévoir le restant de la soirée et de la nuit à venir. Il s’engageait néanmoins à essayer, ce qui n’était pas une mauvaise chose en soi.

« Ah, oui bien sûr. »

Ils étaient là pour chercher des bières, à la base et il se saisit à son tour des quatre bouteilles. Il s’était un peu perdu dans ses propres réflexions et il espérait qu’Azamir lui en tiendrait pas rigueur. De plus, cela ne faisait que valider l’impression qu’il avait déjà eu à leur première rencontre ; même s’il était incapable de comprendre son fonctionnement, il appréciait de parler avec lui.


So what if I'm crazier than crazy?
So what if I'm sicker than sick?
So what if I'm out of control?
Maybe that's what I like about it
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Ne pas faire de vagues - Page 8 1MF6HKS Ne pas faire de vagues - Page 8 3MLhT5hNe pas faire de vagues - Page 8 RyG7sCc
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 8 sur 8) Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
Sujets similaires
-
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Les Réformés se portent bien [DVDRiP]
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']
» Un bain chaud, très chaud [ PV: Yuki Caheshi - Hentaï ]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Hoenn - 3E G E N :: Nénucrique-